Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Français et l'argent, XIXe-XXIe siècle

 | 
Yannick Marec
, 
Alya Aglan
, 
Olivier Feiertag

Troisième partie. Perceptions, valeur et morale

Adolphe Thiers (1797-1871) et l’argent

Alain Plessis

Texte intégral

1Après la Révolution française et durant tout le XIXe siècle la richesse tient une place essentielle dans la société de notre pays : dans cette société, qu’on appelle par commodité bourgeoise, la suppression des ordres et la fin des privilèges provenant de la naissance confèrent à l’argent un rôle prépondérant dans l’établissement de la hiérarchie sociale : c’est désormais l’échelle des fortunes qui détermine les différences de condition.

  • 1 Alain Plessis, « Une France bourgeoise », in André Burguière et Jacques Revel, Histoire de la Fran (...)

2La littérature de ce siècle a développé, plus qu’à aucune autre époque, le thème de la toute-puissance de l’argent. Des romanciers, comme Balzac, Maupassant ou Zola, et des auteurs dramatiques, qui ont d’ailleurs souvent éprouvé eux-mêmes un désir poignant de s’enrichir, ont critiqué l’irrésistible soif d’enrichissement qui tenaillait beaucoup de leurs contemporains, des hommes d’affaires, les banquiers notamment, mais aussi beaucoup de nobles ou de hauts fonctionnaires, et ils ont dépeint le cercle étroit des grands privilégiés de la fortune, celui des millionnaires1. On trouve aussi parmi ces millionnaires, qui constituaient une véritable élite, un certain nombre d’hommes politiques, qu’ils aient hérité d’un beau patrimoine familial, ou qu’ils aient réussi à faire eux-mêmes fortune, comme Adolphe Thiers.

3Les rapports qu’a entretenus Thiers avec l’argent au cours de sa longue vie présentent un grand intérêt historique. Tout d’abord, parce qu’il a joué un rôle politique majeur à plusieurs moments cruciaux de notre histoire, lors de la révolution de juillet 1830, puis comme chef du gouvernement de Louis-Philippe en 1836 et 1840, pendant la Seconde République, et enfin après la défaite de 1870, pendant les premières années de cette Troisième République dont il a été le véritable fondateur. Ensuite, parce que les historiens voient généralement en lui l’incarnation de la haute société bourgeoise, le porte-parole de l’élite de la fortune, et le défenseur d’un ordre social basé sur l’argent.

  • 2 La meilleure biographie de Thiers reste celle que lui a consacrée, il y a 76 ans, un ancien biblio (...)

4Les historiens qui depuis un siècle ont proposé des biographies de Thiers se sont assez peu intéressés à tout ce que pouvait représenter pour lui l’argent2. Toutes ces biographies n’apportent sur cette question, qui a eu une grande importance dans sa vie privée comme dans son action politique, que des aperçus au mieux partiels, souvent approximatifs ou même erronés.

  • 3 Discours parlementaires de M. Thiers, publiés par Marc-Antoine Calmon, Paris, Calmann-Lévy, 1879-1 (...)
  • 4 Adolphe Thiers, De la Propriété, Paris, Paulin, Lheureux et Cie, 1848, 388 pages.
  • 5 Il est curieux de ne trouver, dans ces « manuscrits Thiers », qui contiennent pourtant de nombreux (...)

5Les sources pourtant ne manquent pas, elles sont même surabondantes, mais souvent difficiles à interpréter. Thiers a laissé en effet une masse d’écrits d’une ampleur exceptionnelle : elle se compose d’abord de l’ensemble de ses œuvres publiées, qui comprennent ses deux œuvres historiques monumentales (Histoire de la Révolution, 10 volumes, 1828, et surtout Histoire du Consulat et de l’Empire, 21 volumes, 1842-1862), tous les discours qu’il a prononcés au cours de sa longue carrière (ils ont donné lieu à une édition non exhaustive de 16 volumes, gros chacun de quelque 600 pages3 !), et diverses brochures, comme De la Propriété, un ouvrage de circonstance écrit en 1848 pour combattre les idées socialistes (notamment celles de Proudhon) : ce livre a donné lieu en cette même année à plusieurs éditions, dont une « édition populaire » à un franc, publiée sous les auspices du Comité central de l’Association pour la Défense du Travail National, destinée à lui assurer une large diffusion4. Il faut y ajouter les papiers Thiers, qui comprennent surtout d’innombrables lettres, n’ayant pas fait à ce jour l’objet d’un véritable recensement, dispersées dans divers fonds d’archives, et encore largement ignorées : elles sont conservées principalement (mais non uniquement) par la Bibliothèque Thiers, par la Bibliothèque nationale (rue de Richelieu) dans les Nouvelles Acquisitions françaises, et par les Archives nationales. Ajoutons qu’on trouve à côté de ces lettres, dans les « manuscrits Thiers » conservés par la Bibliothèque Thiers, des contrats avec les éditeurs, d’autres actes sous seing privé et des notes de frais ou les relevés de divers comptes5, et que les actes notariés concernant Thiers et sa belle-famille (contrats de mariage et enregistrements de successions) sont conservés par les Archives de la Seine. Il est possible de glaner dans cette masse de documents bien des informations, à compléter éventuellement et avec prudence par les multiples témoignages des contemporains, susceptibles de nous aider à connaître les représentations de l’argent que se faisait Thiers, de mesurer l’ampleur de son enrichissement, et de saisir enfin comment il a pu réussir non seulement à se constituer une très belle fortune, mais à la conserver jusqu’à la fin de son existence malgré les vicissitudes de sa carrière et un train de vie fort dispendieux.

Une certaine représentation de l’argent

L’éloge de la richesse et des riches

6Dans ses écrits comme dans ses discours, Thiers considère que l’argent fait bénéficier ceux qui le détiennent de précieux avantages, de véritables privilèges à ses yeux légitimes.

  • 6 René Rémond, La vie politique en France, 1789-1848, Paris, Armand Colin, 1965, p. 303.
  • 7 « Discours sur la politique intérieure prononcé le 4 janvier 1834… », dans Discours parlementaires (...)

7Ainsi, il a longtemps défendu le principe du suffrage censitaire. La Monarchie de Juillet, au lendemain de la Révolution de 1830 réservait toujours aux contribuables acquittant un montant relativement élevé d’impôts directs, le cens, le droit de voter et celui de se présenter aux élections : elle a réduit le niveau de ce double cens (de 1 000 à 500 F pour l’éligibilité, et de 300 à 200 F pour le droit de vote), mais le nombre des électeurs reste très restreint : ils ne sont alors en France que 166 000, soit un électeur pour 170 habitants seulement, alors que la Grande-Bretagne compte à la même époque 800 000 électeurs pour une population inférieure à 5 millions6. Le parti du mouvement réclame alors l’extension du droit électoral en faveur des « capacités » et grâce à un nouvel abaissement du cens. Thiers, dans un des premiers discours qu’il prononce devant la Chambre des Députés, répond qu’« il faut laisser faire au temps, et (que) pour le moment le nombre d’électeurs nous semble suffisant ». Et il ajoute qu’il convient de « ne pas remuer sans cesse les bases de la société » en accordant une nouvelle extension des droits électoraux7.

8Après la chute de la Monarchie de Juillet en février 1848, la Seconde République instaure le suffrage universel, mais Thiers, qui est parvenu à se faire élire lors d’élections partielles le 4 juin 1848, ne s’est pas vraiment rallié au nouveau régime électoral : il propose d’amputer le suffrage universel, sous couleur de le moraliser : c’est son fameux discours du 24 mai 1850, dans lequel il dénonce « la vile multitude », qui est à l’origine de la loi du 31 mai 1850, privant du droit de vote le tiers du corps électoral. On sait que c’est Napoléon III qui a rétabli le suffrage universel (réservé aux hommes) au lendemain de son coup d’état, et à partir du Second Empire Thiers n’en conteste plus le principe.

  • 8 « Discours sur le budget des Affaires étrangères prononcé le 9 mars 1852 », dans Discours…, op. ci (...)

9Pour Thiers, pour faire partie de la haute société, il faut disposer d’« un certain luxe de position » : c’est pourquoi il convient de verser à un ambassadeur « des allocations convenables », leur permettant de « vivre dans la haute société… ; il faut qu’il puisse tenir une maison pour y recevoir, à son tour, les nationaux dont il a reçu des politesses8 ». Et pour être vraiment civilisé, il faut disposer de moyens permettant d’accéder à un certain nombre de consommations qui classent dans la société : il faut par exemple, comme il l’a fait lui-même, pouvoir voyager confortablement dans toute l’Europe pour y découvrir les œuvres artistiques du passé et visiter les grands musées.

  • 9 De la Propriété, op. cit., p. 47 et 67.
  • 10 Ibidem, p. 75.

10La richesse, de surcroît, provient généralement de sources légitimes. Ou bien elle est le fruit d’un héritage, donc une conséquence du droit de propriété qui est le principe de base de la société : il est normal qu’un propriétaire lègue sa fortune à ses enfants. Ou bien elle est l’œuvre d’un individu qui a réussi à s’enrichir, grâce à ses mérites propres, à son travail. Celui qui parvient à s’enrichir ainsi suscite souvent l’envie, et pourtant « Quel tort a-t-il fait en s’enrichissant ? Ces parts plus grandes de la richesse commune n’ont été dérobées à personne9 ! » Thiers ajoute que les riches sont utiles à l’ensemble de la société : en effet, ils veulent des produits de qualité, et par là même, ils contribuent à la prospérité commune, au progrès de la production10.

La condamnation de tout ce qui peut mettre en péril la position des riches

11Thiers a constamment dénoncé le danger de tout ce qui pouvait menacer la situation éminente des riches. Tout d’abord, vivant au cours de ce XIXe siècle qui est ponctué de fréquents soulèvements révolutionnaires, il s’est toujours montré un adversaire résolu des émeutes et des révolutions, qui pouvaient renverser les régimes politiques et surtout bouleverser l’ordre social. Pourtant il s’est présenté, surtout à ses débuts, comme « le fils de la Révolution de 1789 », il se considérait sincèrement comme tel, et il a été un des principaux artisans de la Révolution de Juillet 1830, mais il proclame par la suite que cette dernière a clos « l’ère des révolutions ». Comme ministre de l’Intérieur, il a donné l’ordre de réprimer durement les émeutes de Lyon et de Paris en 1834. En 1848, il a tenté vainement d’arrêter la révolution de février, puis, devenu un des chefs du parti de l’ordre, il s’est élevé en juin contre le soulèvement des ouvriers protestant contre la fermeture des Ateliers Nationaux. En 1871, en tant que chef de la République, c’est lui qui a eu la charge d’organiser une guerre sauvage contre la Commune de Paris.

12Thiers, qui se présente comme un spécialiste des questions financières, a toujours été le défenseur d’une politique orthodoxe dans ce domaine. Ce libéral veut que l’état pratique un amortissement régulier de la dette publique, et qu’il se garde de faire des dépenses excessives. C’est une des raisons de son hostilité au régime du Second Empire, qui se lance dans de grands travaux d’urbanisme (au nom de la théorie des dépenses productives soutenue par le préfet de la Seine Haussmann) et dans des aventures extérieures très coûteuses (en particulier au Mexique).

  • 11 Ibid., p. 242.

13Par ailleurs, Thiers s’est toujours opposé à tout impôt frappant le luxe, et surtout au principe de l’impôt sur le revenu. Un tel impôt, s’inspirant du modèle britannique de l’income tax, peut se justifier dans un pays comme l’Angleterre où il existe des fortunes privées colossales, mais en France les fortunes sont beaucoup plus divisées. En France, cet impôt ne serait pas seulement arbitraire et inquisitorial, mais ce serait une véritable atteinte au droit de propriété, qui provoquerait « un changement de société11 ».

  • 12 Adolphe Thiers, Law et son système des finances, publié dans l’Encyclopédie progressive, Paris, 18 (...)
  • 13 Souvent évoquée dans son Histoire de la Révolution, op. cit.

14Les conceptions du crédit et de la monnaie défendues obstinément par Thiers, qui sont également fort orthodoxes, révèlent de même son constant souci d’éviter tout ce qui pourrait ébranler les fortunes établies. Comme beaucoup de grands notables de son temps, il a été profondément marqué par le souvenir des crises monétaires du passé, par l’expérience Law, à laquelle il a consacré un de ses premiers écrits12 et par la dépréciation totale des assignats13 : ces crises monétaires n’ont pas seulement entraîné des désastres économiques, elles ont mis en péril les situations les mieux établies dans la société.

  • 14 « Discours sur le privilège de la Banque de France prononcé le 19 mai 1840 », in Discours…, op. ci (...)

15Il se présente donc comme le défenseur de la bonne monnaie, l’adversaire de toute pratique de ce que nous pourrions appeler, d’un terme évidemment anachronique, l’inflation. Il s’oppose ainsi aux facilités de crédit préconisées à l’époque par les saint-simoniens. Ce crédit facile et à bon marché, dont les saint-simoniens attendent des « miracles », est repoussé par Thiers dans le long discours qu’il prononce lors du débat sur le renouvellement du privilège de la Banque de France en 1840 : ce serait, dit-il, rendre « possible des entreprises à tous les gens incapables d’en faire, à des hommes qui n’ont ni habileté, ni argent ; ils filent du coton, ils tissent de la toile aveuglément, sans mesure ; ils chargent les marchés d’une masse de produits et viennent faire concurrence à de vieux commerçants, et ces hommes de quelques jours ruinent des hommes établis depuis quarante ou cinquante ans14 ». Thiers, qui prend ici la défense de la conduite de la Banque de France, et qui la défendra à nouveau le 27 juillet 1866 lors de sa déposition à l’Enquête sur les principes et les faits généraux qui régissent la circulation fiduciaire, a d’ailleurs été durant toute sa carrière très proche des dirigeants de la Banque de France : il a entretenu des liens étroits avec plusieurs de ses gouverneurs (Laffitte pour lequel il a travaillé alors qu’il n’était qu’un jeune journaliste, d’Argout qui a été à plusieurs reprises son collègue au gouvernement, Rouland qui l’a aidé à lancer les grands emprunts de libération du territoire), et avec certains de ses régents, comme les Périer (Casimir puis Joseph) qui représentent la haute banque catholique et comme les Rothschild. Enfin son beau-père Alexis André Dosne est lui-même entré au Conseil de Régence de la Banque de France, peut-être grâce à l’influence de Thiers… Il n’est donc pas étonnant qu’il félicite la Banque de France de ne procéder qu’avec une grande prudence à l’émission de ses billets, mais il est piquant de le voir dénoncer dans ce même discours de 1840 les enrichissements rapides, alors que, nous le verrons, il vient tout juste de se constituer en peu d’années une superbe fortune !

  • 15 Phrase prononcée à propos de l’élargissement du nombre des électeurs dans le Discours du 4 janvier (...)
  • 16 Cette phrase n’a peut-être jamais été prononcée par Guizot, au dire de plusieurs de ses biographes

16À travers les discours et les écrits de Thiers, on voit s’esquisser toute une conception de l’enrichissement, largement répandue dans la société de l’époque. Thiers condamne volontiers « la spéculation », et plus encore « l’agiotage », et il voit dans la Bourse « l’antre du jeu, où se forment si vite, autrement que par le travail, des fortunes colossales et où les patrimoines se consument. » Mais ce libéral ne peut qu’être favorable à la mobilité sociale, plus particulièrement à ce qu’Arsène Dumont appellera à la fin du siècle « la capillarité sociale ». L’enrichissement légitime, qui ne doit pas être soudain, brutal, sinon il est suspect, est celui du « fils de ses œuvres », il est dû aux mérites et au travail, qui est une grande valeur bourgeoise. Dès 1834, Thiers, qui commence à peine à s’enrichir, proclame après avoir « entendu discuter sur les moyens d’enrichir le peuple, j’avoue que je ne connais qu’un moyen pour y parvenir, c’est le travail15 ». Ici Thiers se distingue d’un Guizot, le grand rival de Thiers, auquel on attribue la phrase célèbre « Enrichissez-vous par le travail et par l’épargne16 ». Pour Thiers, le travail est le seul moyen légitime de s’enrichir.

L’enrichissement de Thiers

17On peut dire que pendant les vingt-cinq premières années de sa vie Thiers n’a disposé au mieux que de revenus extrêmement modestes.

Un point de départ fort modeste (1797-1822)

  • 17 D’après Pierre Guiral, op. cit., p. 27-28.

18Thiers est né pauvre, et il n’a disposé jusqu’à l’âge de 35 ans que d’un avoir minime. En effet, sa mère appartenait à une famille bourgeoise déclassée, qui avait été ruinée par la Révolution, et son père, aventurier et escroc, a dissipé rapidement ce qui restait des biens de ses propres parents. Aussi Thiers n’a pu faire des études secondaires (fort brillantes) dans le lycée de Marseille que grâce à l’obtention d’une demi-bourse. De 1815 à 1818 à Aix, où il fait ses études de droit, il mène l’existence d’un étudiant pauvre, les deux prix littéraires qu’il obtient (de 300 et de 500 F) lui permettant seulement d’améliorer quelque peu l’ordinaire. Devenu avocat, il n’a plaidé qu’exceptionnellement à Aix, et il avoue alors dans une de ses lettres « Je suis sans fortune. Je n’ai pas d’or… J’en ai besoin17. » Quand il décide de monter à Paris en 1821, il a dû pour payer le voyage emprunter à deux amis une somme de 580 F qu’il ne remboursera que trois ans plus tard. Arrivé à Paris avec cent francs en poche le 25 septembre 1821, il loge dans une petite chambre au quatrième étage d’un hôtel garni du passage Montesquieu, derrière la Banque de France, dans un quartier alors sordide. Il cherche un emploi lui permettant de gagner sa vie, et grâce aux recommandations dont il dispose, il est engagé comme secrétaire par le duc de La Rochefoucauld-Liancourt, mais cet emploi où il ne reste que trois mois lui rapporte 375 F seulement. C’est après être entré en décembre 1821 au Constitutionnel, qui était le journal le plus répandu sous l’opposition, et l’organe le plus influent de l’opposition libérale, que Thiers commence à mieux gagner sa vie.

Thiers laisse à son décès une très grosse fortune

  • 18 D’après la Déclaration de la succession d’Adolphe Thiers, Archives de Paris, DQ7 12 388 et 12 389.

19La fortune que Thiers laisse à sa mort en septembre 1877 comprenait, d’après la déclaration de sa succession18 :

« d’une part des biens personnels, qu’on peut estimer à 317 000 F, dont la maison de la rue Saint-Georges valant maintenant 250000F) ;
d’autre part l’actif de la communauté ayant existé entre lui et sa femme, s’élevant à 2864 192 F ; les plus gros postes correspondent à l’estimation des objets d’art (500 000 F), et à des valeurs mobilières (2262 005 F : 774625 F pour des titres de la Société des Mines d’Anzin, 600 000 F pour des actions de la Compagnie d’Assurances Générales sur la Vie, 422 900 F en rentes sur l’état, puis des actions de la Banque de France, des obligations des chemins de fer du Nord, des actions des Houillères de la Grand Combe, etc.) » ;

20il faudrait de plus tenir compte des biens appartenant en propre à Madame Thiers, difficiles à évaluer : ce sont principalement des biens immobiliers, dont la moitié de l’hôtel de la place Saint-Georges, des immeubles et terrains à Passy, rue d’Aumale, sans doute les bijoux qui n’apparaissent pas dans les biens de la communauté, le tout bien difficile à évaluer précisément, mais devant valoir au moins 4 millions de francs.

21Donc le ménage Thiers devait être à la tête d’une fortune de 7 millions pour le moins. Si on ajoute à ce chiffre les biens de Félicie Dosne, la belle sœur d’Adolphe Thiers, qui devaient avoir autant de valeur que ceux de sa sœur, (elle possédait en particulier la moitié de l’immeuble de la place Saint-Georges qu’habitait Thiers), l’ensemble de la fortune appartenant à la communauté Dosne-Thiers représentaient un total de plus de 11 millions, et sans doute davantage, certains des biens immobiliers, des bijoux et des meubles meublants pouvant avoir été sous-estimés, voire omis. Thiers faisait donc bien partie de l’élite des millionnaires, et même des multimillionnaires.

22Pour saisir quelle est la période de sa vie pendant laquelle Thiers a réussi réellement à se constituer une fortune, il faudrait avoir des renseignements sur l’évolution de ses revenus et de ses dépenses année par année. Faute de disposer de sources donnant de tels renseignements (d’un livre de compte en particulier), nous devons contenter d’informations très partielles à ce sujet. Elles permettent de définir les principaux chemins qui ont permis à Thiers de s’enrichir, et de distinguer trois périodes marquantes de son enrichissement. Il a réussi d’abord à se lancer dans des activités intellectuelles fort rémunératrices, qui lui ont procuré d’importants revenus à la fin de la Restauration, puis, en huit ans seulement, de 1832 à 1840, il s’est constitué l’essentiel de sa fortune, enfin il a su la préserver et peut-être même la développer pendant les trente-sept dernières années de sa vie, malgré une conjoncture politique qui lui a été souvent défavorable.

Thiers à la conquête de gros revenus (1823-1832)

23De 1822 ou 1823 jusqu’en 1830, Thiers a réussi à gagner de plus en plus d’argent, en travaillant d’arrache-pied, comme historien et dans le journalisme.

  • 19 Guy Antonetti, op. cit., t. II, p. 310-311.

24Il a touché des droits d’auteur non négligeables pour son Histoire de la Révolution. Initialement, il devait recevoir 1 000 F pour chacun des quatre volumes à éditer. En fait, dès octobre 1824, le succès de l’œuvre assuré, les éditeurs consentirent à porter à 1 500 F le forfait versé pour chaque volume, et à le fixer à 700 F par volume pour les rééditions. Comme en définitive cette Histoire de la Révolution a eu dix volumes qui ont donné lieu rapidement à quatre rééditions successives, elle a rapporté à Thiers 50 000 F. Thiers a profité de ce succès éditorial pour obtenir deux avances, l’une de 12 500 F en 1827 pour une Histoire de l’Empire et l’autre de 5 500 F en 1828 pour une Histoire universelle. Mais, ayant abandonné ces deux projets, il doit rembourser les sommes qui lui avaient été avancées en 1828 et 183019.

  • 20 Il s’agit là d’une moyenne, puisque Thiers a touché pour le dividende de cette action d’abord 2 75 (...)
  • 21 Adeline Daumard, « L’argent et le rang dans la société française du XIXe siècle », Romantisme, 198 (...)

25C’est surtout dans le journalisme que Thiers gagne de plus en plus d’argent. Il reçoit des émoluments réguliers pour sa collaboration à divers journaux : ses articles dans Le Constitutionnel, qui est le grand journal de l’époque, lui rapportent 4 à 5 000 F par an, il touche comme correspondant de la Gazette d’Augsbourg environ 2 400 F par an, et il faudrait ajouter à ces sommes la rétribution non connue d’articles fournis à d’autres organes de presse, comme les Tablettes universelles, le Globe, ou en 1830 le National. Il a sans doute été aussi rétribué par diverses personnes auxquelles il a prêté sa plume, notamment par Laffitte, pour avoir écrit sous son nom une brochure sur la conversion des rentes. Surtout, quand en 1824 le baron Cotta, fondateur de la Gazette d’Augsbourg acquiert une action du Constitutionnel (dont le capital était formé de 15 actions), c’est Thiers qui devient son homme de paille : il siège à sa place au sein du conseil d’administration de ce journal, ce qui lui procure à ce titre, à partir de 1825, une part du dividende correspondant à un revenu annuel de 4 000 F par an20. Il a donc dû recevoir au total, pour sa collaboration sous diverses formes à des organes de presse ou à des brochures 12 à 15 000 F par an, ce qui devait lui assurer, avec ses droits d’auteur, un revenu annuel près de 20 000 F. Adeline Daumard estime pour sa part qu’en sept ans, de 1821 (il serait plus exact de dire 1822) à 1828 (plutôt 1829 ?), Thiers a gagné 125 000 F, une « somme considérable qui lui a permis de vivre sur le même pied qu’un homme riche21 ».

  • 22 Un millionnaire, rentier ou « propriétaire », c’est-à-dire possédant des biens immobiliers, pouvai (...)
  • 23 Ibid.
  • 24 Bibliothèque Thiers, manuscrit Thiers 24.

26C’est effectivement là un gros revenu pour l’époque, l’équivalent du traitement d’un très haut fonctionnaire, fort proche des rentes qu’un oisif pouvait tirer d’une fortune d’un million de francs22. Mais les gains de Thiers n’ont rien de régulier, et s’ils lui permettent de « vivre millionnairement » selon l’expression de Foville, il n’est pas pour autant à la tête d’une véritable fortune23. Avec quelque amertume, il en fait le constat dans une lettre du 30 juin 1848 : « Je me trouve après dix ans de travail et après avoir gagné énormément avec rien du tout24. » À mesure qu’il gagne de l’argent, Thiers s’empresse de le dépenser en menant un train de vie dispendieux : il lui faut dépenser beaucoup d’argent pour s’affirmer dans la haute société, il dépense donc beaucoup pour ses vêtements de dandy, les gages de son valet et son secrétaire, ses chevaux et ses voitures, et pour ses premières acquisitions de meubles et d’œuvres d’art…

27La Révolution de Juillet 1830, dont il a été un des artisans, n’a pas fondamentalement changé sa situation de fortune. Si le nouveau régime a pourvu la plupart de ses partisans de lucratives prébendes, les premières fonctions politiques attribuées à Thiers ne lui apportent que des avantages pécuniaires limités : le 12 août 1830, il est nommé conseiller d’état au traitement annuel de 10 000 F, plus une indemnité comme secrétaire général du ministère des Finances, puis, du 4 novembre 1830 au 13 mars 1832, comme sous-secrétaire d’état des Finances, il touche un traitement mensuel de 2 500 F. Ces rémunérations compensent à peine la disparition des revenus qu’il tirait du journalisme. Enfin, du 13 mars 1831 au 11 octobre 1832, il est sans emploi public rémunéré (les députés n’ont alors pas droit à la moindre indemnité parlementaire). Il faut attendre le 11 octobre 1832 pour qu’il devienne ministre, et touche à ce titre un traitement de 100 000 F par an, et c’est alors seulement qu’il commence à se constituer une fortune.

  • 25 D’après le contrat de mariage Thiers-Dosne cité infra, n. 27.
  • 26 Elle vaut peut-être moins, puisqu’elle sera vendue en 1852 7 000 F d’après l’enregistrement de la (...)
  • 27 Contrat de mariage Thiers-Dosne, 5 novembre 1833, Archives nationales, Minutier central des notair (...)

28Un an plus tard, celle-ci reste modeste : le 6 novembre 1833 en effet, au moment de la signature de son contrat de mariage25, ses biens propres se composent de meubles meublants et d’effets mobiliers estimés 10 000 F, de 60 000 F de deniers comptants, d’une maison estimée 100 000 F rue Saint-Georges, et d’une autre fort modeste à Aix-en-Provence, estimée 15 000 F26, soit un actif brut de 185 000 F. Comme il a 125 000 F de dettes (100 000 F pour l’achat non réglé de la maison de la rue Saint-Georges et 25 000 F d’emprunt hypothécaire), sa fortune nette est donc de 60 000 F27 ; ce chiffre la surestime peut-être quelque peu, et Thiers s’est aussi engagé à verser à sa mère une pension alimentaire de 1 000 à 1 500 F par an… À la veille de son mariage, il ne possède donc encore qu’un avoir restreint.

L’édification rapide d’une grosse fortune (1832-1840)

29À partir de 1832, cette fortune s’enfle considérablement, puisque Thiers peut désormais, jusqu’en 1840, puiser largement dans trois sources d’enrichissement généreuses.

  • 28 Heinrich Heine et Louis-Philippe lui-même se sont élevés à l’époque même contre ces calomnies, cf. (...)
  • 29 Guy Antonetti, op. cit., p. 312.

30D’abord ses fonctions ministérielles : il a été ministre de l’Intérieur ou du Commerce et des Travaux publics de 1832 à 1836, puis président du Conseil et ministre des Affaires étrangères pendant sept mois en 1836 et huit mois en 1840 : ces fonctions de ministre lui ont valu de percevoir pendant près de quatre ans et demi le traitement annuel de 100 000 F, plus l’indemnité de 1 200 F pour frais de premier établissement, soit près de 500 000 F au total. Les mauvaises langues disent que Thiers a pu profiter des informations fournies au ministre de l’Intérieur par le télégraphe pour spéculer à la Bourse, ou pour faire profiter son beau-père Alexis Dosne de bons tuyaux, certains ajoutent même qu’il aurait puisé sans vergogne dans les fonds secrets à sa disposition. Mais aucune preuve ne vient confirmer ces accusations28, et les gains avérés de Thiers suffisent largement à expliquer le gonflement de sa fortune29.

31C’est ensuite le mariage de Thiers qui transforme sa position, et lui permet d’accumuler des biens. Non seulement il bénéficie des 300 000 F en argent comptant de la dot de sa femme (cette dot lui rapporte 15 000 F par an, et elle est complétée par un trousseau d’une valeur de 20 000 F), mais il s’installe dans l’hôtel de la place Saint-Georges, qui appartient à ses beaux-parents. Il y vit, il y travaille, et surtout c’est dans les salons et dans la salle à manger de cet hôtel qu’il reçoit des hommes politiques, des membres de la haute société, des artistes et des hommes de lettre ; il fait bénéficier de son hospitalité des étrangers notables de passage à Paris avec lesquels il veut nouer de fructueuses relations. Thiers parvient à s’imposer dans la haute société de son temps, malgré les préventions qui s’attachent à ce parvenu en menant désormais un train de vie luxueux, financé essentiellement par les revenus de sa belle-famille. Son beau-père, Alexis Dosne, fait ainsi bénéficier Thiers d’une part des revenus que lui rapportent ses fonctions de receveur général des Finances, qu’il a obtenues… grâce à l’influence de son gendre ! C’est à Thiers en effet qu’il doit d’avoir obtenu le 15 octobre 1830 la recette générale du Finistère (rémunératrice grâce à la présence de la flotte à Brest) ; c’est surtout grâce à Thiers qu’il a obtenu le 22 février 1835 de passer à la tête de la recette générale du Nord, qui est alors une des plus lucratives. De surcroît, Dosne est élu régent de la Banque de France en janvier 1836, un mois avant que Thiers ne soit nommé Premier ministre. Dosne, qui doit à son gendre ces postes fort rémunérateurs, a fait bénéficier Thiers d’une bonne part des revenus qu’il en a tirés, sans qu’il soit besoin d’expliquer cet échange de services par la liaison qui aurait existé entre Thiers et Madame Dosne…

  • 30 Bibliothèque Thiers, manuscrit Thiers 575.

32Enfin Thiers a profité tout à la fois du succès de son Histoire de la Révolution, et de sa notoriété politique pour se lancer dans un grand projet d’« histoire du temps présent » dont il pressentait qu’il aurait un très grand succès : pour son Histoire du Consulat et de l’Empire qui devait avoir à l’origine dix volumes, il obtient des libraires Paulin et Cerfbeer un fabuleux contrat d’édition30. Il doit encaisser immédiatement 500 000 F, plus 10 000 F pour achat d’ouvrages et frais de recherches pour une œuvre, qui donnera lieu finalement à la publication de vingt volumes s’échelonnant de 1845 à 1862. C’est bien plus que n’ont touché, au XIXe siècle, Victor Hugo pour les Misérables ou Eugène Sue pour les Mystères de Paris.

33Sans qu’on puisse donner d’estimation plus précise, on peut estimer qu’à la fin de 1840, Thiers possédait assurément bien plus d’un million de francs, et qu’à cette date, la fortune détenue par la communauté Dosne-Thiers devait être de plusieurs millions.

Savoir conserver sa fortune (1840-1877)

  • 31 Nous nous bornerons ici à quelques aperçus généraux concernant l’ensemble de ces 37 années : il fa (...)

34On n’a que des informations rares et approximatives sur l’évolution des revenus et des dépenses des Thiers-Dosne de 1840 à 1877, et donc sur l’évolution de sa fortune. On peut toutefois faire quelques constatations31.

35Les dépenses des Thiers-Dosne sont restées fort élevées, et se sont sans doute accrues. Ils reçoivent fastueusement leurs amis et leurs relations dans l’hôtel de la place Saint-Georges, ces réceptions sont en effet indispensables pour que la famille maintienne son standing et pour que Thiers reste un homme d’influence, même durant les longues périodes où il n’est plus au pouvoir.

  • 32 Il lui est arrivé de plus de faire appel, souvent moyennant finance et en France comme à l’étrange (...)

36Il se lance alors dans de grands voyages dans tous les pays d’Europe. C’est pour lui un moyen de rester en relation avec beaucoup d’hommes politiques, l’occasion de visiter les grands musées, et aussi la possibilité de parcourir les champs de bataille où s’était illustré Napoléon, ce qu’il jugeait indispensable pour la rédaction de son Histoire du Consulat et de l’Empire32. Thiers allait s’installer dans les meilleurs hôtels, il y était très souvent accompagné de « ses dames » (sa belle-mère, sa femme, et sa belle-sœur). Quand il s’arrêtait dans une ville d’eau comme Cauterets, pour soigner la santé de sa femme et de sa belle-mère, il faisait venir à grands frais dans des malles toute la documentation nécessaire à la poursuite de son travail d’historien. Tous ces voyages étaient évidemment fort dispendieux.

37Thiers enfin est devenu un grand collectionneur, désireux de meubler l’hôtel de la place Saint-Georges, en particulier le grand bureau où il travaille, d’œuvres d’art. Il charge des spécialistes réputés, qui se font bien payer, d’effectuer pour lui la copie des tableaux qui l’ont le plus marqué lors de ses voyages dans les grandes villes italiennes ou à Madrid. Il acquiert aussi des œuvres anciennes, dans les ventes publiques ou chez les grands antiquaires avec lesquels il est en relation, à Paris ou à Londres. Il doit souvent renoncer à des achats qui le tentent, faute de disposer des liquidités nécessaires.

38C’est que les sources qui lui fournissaient jusque-là le plus d’argent voient leur débit s’amenuiser. Les revenus qu’il tire désormais de ses travaux historiques ne proviennent plus que de rééditions ou de traductions dont la plupart des contrats d’édition ne nous sont pas parvenus : nous savons seulement qu’en 1844 il a obtenu 30 000 F pour la publication en allemand de son Histoire du Consulat et de l’Empire.

  • 33 Guy Antonetti, op. cit., p. 311.
  • 34 L’indemnité parlementaire qui est alors de 2 500 F pour chacun des cinq mois que dure la session a (...)

39Avec la mort d’Alexis Dosne, emporté par le choléra en 1849, c’est le principal pourvoyeur de fonds de la communauté Thiers-Dosne qui disparaît. Enfin les événements politiques qui ont marqué toute cette période ont tenu Thiers le plus souvent à l’écart du pouvoir et l’ont privé des avantages pécuniaires que lui avait jusque-là procurés son activité politique. à partir de 1840 et jusqu’en 1871, c’est pour lui une longue « traversée du désert33 » : en tant que député de la Seconde République, du 4 juin 1848 jusqu’au 2 décembre 1851, il ne touche que la somme dérisoire de 25 F par jour pendant la durée de la session de l’Assemblée, puis, à nouveau député, de 1863 jusqu’à la fin du Second Empire, il doit se contenter d’une indemnité de parlementaire de 12 500 F par an34. Certes, d’août 1871 à mai 1873, Thiers a bénéficié, en tant que président de la République, d’une dotation annuelle de 500 000 F, à laquelle s’ajoutaient 162 000 F pour frais de représentation, et Thiers a touché de février 1871 à sa mort 15 000 F par an comme député. Mais ces apports lui ont servi à financer sur ses deniers propres une partie de la reconstruction de l’hôtel de la place Saint-Georges, détruit par la Commune et de la reconstitution de ses collections d’œuvres d’art, qui avaient été détruits par l’incendie du palais des Tuileries où ils avaient été entreposés ; l’Assemblée nationale n’a en effet voté pour le tout qu’une indemnisation de 1 053 000 F, qui était loin de couvrir le coût des dommages subis par Thiers. Ce qu’a reçu Thiers comme président de la République n’a pas suffi pour payer ce surcroît de dépenses, puisque, pour achever de les payer, il a fallu qu’en 1875 Thiers vende pour 250 000 F un quart de denier de la Compagnie d’Anzin.

40La situation de fortune de Thiers et de sa famille a donc été à plusieurs reprises menacée. Si en définitive elle s’est maintenue, si elle a peut-être encore sensiblement augmenté, (il est difficile de préciser à quel moment), c’est parce que Thiers et sa belle-mère Félicie Dosne (jusqu’à sa mort en 1869) ont su pratiquer judicieusement « l’art de gérer sa fortune », qu’exposera plus tard Leroy-Beaulieu.

41Les Dosne ont investi dans des biens immobiliers situés dans le xvie arrondissement, qui se sont considérablement valorisés, en raison du développement de ce nouveau quartier.

  • 35 Sans doute cet argent provenait-il de ce qu’il avait touché pour son Histoire du Consulat et de l’ (...)
  • 36 Cf. Jean Bouvier, François Furet et Marcel Gillet, Le mouvement du profit en France au XIXe siècle (...)
  • 37 Le capital de la Compagnie d’Anzin était en principe de 288 deniers, mais comme la Compagnie a pro (...)
  • 38 Dans la déclaration de succession de Thiers citée précédemment, ce même denier ne vaut plus que 68 (...)

42Quant à Thiers, il a procédé à de très judicieux placements en valeurs mobilières. Le plus profitable a porté sur des titres de la Compagnie d’Anzin : en 1847, il en a acheté pour 145 000 F35 un « denier », (c’est ainsi qu’on appelait les actions de cette société), et il est devenu ainsi propriétaire d’une part importante du capital d’une entreprise qui allait devenir sous le Second Empire l’entreprise houillère la plus dynamique en France. Il a pu ainsi bénéficier pleinement de la longue période de hausse soutenue des profits des entreprises de ce secteur de 1848 à 187336. Grâce à de nouveaux achats, effectués en 1856 et 1859, il a porté sa part dans le capital à un denier et un huitième37. La valeur du denier s’est fortement appréciée, puisque en 1875, quand il en revend une partie de ses titres, elle est d’un million de francs, sept fois plus qu’en 184538 !

  • 39 Il est même devenu président de la Compagnie en 1869, et il conserve ce poste jusqu’à sa mort.
  • 40 Cf. les copies des délibérations de la Régie, conservées dans les Archives départementales du Nord (...)

43De plus, il a réussi à tirer de ces titres d’Anzin un fort beau rendement, d’abord en raison de la hausse des dividendes versés annuellement, qui sont passés de 6 000 F par denier à la fin de la Monarchie de Juillet à 20 000 F dans les dernières années du Second Empire. Comme de plus il est devenu en 1849 régisseur (c’est-à-dire administrateur) de la Compagnie d’Anzin39, et qu’il participe très régulièrement aux réunions de son conseil d’administration (il y en a trois par an jusqu’en 1851 puis quatre par la suite), il touche des jetons de présence qui se sont élevés à 4 500 F puis à 5 000 F par an40. Au total, Anzin rapporte à Thiers, chaque année sous le Second Empire, 15 à 25 000 F, ceci en sus d’une grosse plus-value qui a accru sa fortune personnelle de près d’un million de francs !

44Cette étude, qui devra être approfondie et affinée, montre ce que peut apporter une approche biographique attentive aux multiples rapports qu’un individu, en l’occurrence un homme politique, a pu entretenir avec l’argent.

45Elle aide à saisir les relations d’un homme avec son temps. Les historiens ont eu naturellement tendance à faire de Thiers un homme représentatif de la société de son époque, ou le porte-parole d’une bourgeoisie devenue « la classe dominante ». Mais il a été aussi une personnalité hors norme, l’artisan d’une destinée exceptionnelle, et en particulier l’auteur d’une réussite financière originale, puisqu’il s’est enrichi avant tout par lui-même, en tirant le maximum de ses travaux d’historien, de journaliste, d’homme politique, et par des placements judicieux ou heureux. Thiers, qui est souvent présenté comme « un vieux croûton », fermé à toutes les innovations de son temps, apparaît ici comme très moderne.

46Enfin, en étudiant les relations de Thiers avec l’argent, nous avons été amenés à suivre son existence privée aussi bien que sa vie publique. Les biographies de Thiers relatent souvent, dans des présentations parallèles et bien distinctes, des morceaux de sa vie privée et des périodes de son activité politique, comme s’il s’agissait là de deux compartiments étanches. C’est qu’on croit trop souvent, surtout en France, que la vie privée d’un homme politique doit rester à l’écart de sa vie politique et inversement. En réalité, Adolphe Thiers n’a pas mené deux existences ainsi séparées. Pour comprendre ce qu’il a été réellement, il faut, nous semble-t-il, saisir les correspondances qui ont toujours existé entre sa vie privée et son activité politique : les événements qui ont marqué sa vie privée (l’expérience de la pauvreté dans sa jeunesse, sa formation de juriste, son travail acharné pour percer dans la société, un riche mariage qui n’a pas donné à Thiers les enfants espérés, la mort de son beau-père en 1849 et, vingt ans plus tard, celle de sa belle-mère, sa liaison tardive avec la duchesse d’Albuféra…) ont eu des répercussions sur ses représentations de l’argent et sur ses prises de position politiques. À l’inverse, les grands tournants de sa carrière politique (son accession à des postes ministériels, sa longue traversée du désert, son apothéose tardive) ont eu des incidences évidentes sur son niveau de vie et sur son mode de vie, son ascension politique est aussi à l’origine des rumeurs qui ont entouré sa vie privée. Pour le comprendre, il faut donc prendre en compte tout à la fois son existence privée et sa carrière publique, et voir comment ont évolué, au cours de sa longue existence, ces deux faces de sa vie qui ont toujours été étroitement liées.

Notes

1 Alain Plessis, « Une France bourgeoise », in André Burguière et Jacques Revel, Histoire de la France, Les Formes de la culture, Paris, Le Seuil, 1993, p. 225-229.

2 La meilleure biographie de Thiers reste celle que lui a consacrée, il y a 76 ans, un ancien bibliothécaire de la Bibliothèque Thiers : Henri Malo, Thiers 1797-1877, Paris, Payot, 1932. Elle est malheureusement bien ancienne, et elle ne comporte aucune référence précise aux sources exploitées ! Les dernières biographies publiées (Duc de Castries, Monsieur Thiers, Paris, Librairie Académique Perrin, 1983, Pierre Guiral, Adolphe Thiers ou De la nécessité en politique, Paris, Fayard, 1986, et Georges Valance, Thiers, bourgeois et révolutionnaire, Paris, Flammarion, 2007) n’ont utilisé malheureusement qu’une très faible partie des archives Thiers et elles ne donnent aucune vue d’ensemble de l’évolution de la fortune de Thiers ou de la représentation qu’il se faisait de l’argent.

3 Discours parlementaires de M. Thiers, publiés par Marc-Antoine Calmon, Paris, Calmann-Lévy, 1879-1889, 16 volumes.

4 Adolphe Thiers, De la Propriété, Paris, Paulin, Lheureux et Cie, 1848, 388 pages.

5 Il est curieux de ne trouver, dans ces « manuscrits Thiers », qui contiennent pourtant de nombreux papiers écrits par sa femme ou par sa belle-mère (Mme Dosne), aucun livre de compte, et même pas la moindre trace de l’existence d’un tel livre. Pourtant, dans la bourgeoisie du XIXe siècle, les femmes s’astreignaient à tenir très soigneusement le compte des dépenses de la famille, et à les ventiler minutieusement en un certain nombre de rubriques. C’était là un critère de la bourgeoisie, au dire de Marguerite Perrot, Le mode de vie des familles bourgeoises, Paris, Armand Colin, 1961, p. 3. Peut-être l’absence d’un tel livre est-il à rapprocher du train de vie aristocratique de la famille Dosne-Thiers…

6 René Rémond, La vie politique en France, 1789-1848, Paris, Armand Colin, 1965, p. 303.

7 « Discours sur la politique intérieure prononcé le 4 janvier 1834… », dans Discours parlementaires de M. Thiers, op. cit., t. II, p. 161 et sq.

8 « Discours sur le budget des Affaires étrangères prononcé le 9 mars 1852 », dans Discours…, op. cit., t. 1, p. 452 et sq.

9 De la Propriété, op. cit., p. 47 et 67.

10 Ibidem, p. 75.

11 Ibid., p. 242.

12 Adolphe Thiers, Law et son système des finances, publié dans l’Encyclopédie progressive, Paris, 1826, p. 49-128.

13 Souvent évoquée dans son Histoire de la Révolution, op. cit.

14 « Discours sur le privilège de la Banque de France prononcé le 19 mai 1840 », in Discours…, op. cit., t. V, p. 1-48.

15 Phrase prononcée à propos de l’élargissement du nombre des électeurs dans le Discours du 4 janvier 1834, cité supra, note 7.

16 Cette phrase n’a peut-être jamais été prononcée par Guizot, au dire de plusieurs de ses biographes.

17 D’après Pierre Guiral, op. cit., p. 27-28.

18 D’après la Déclaration de la succession d’Adolphe Thiers, Archives de Paris, DQ7 12 388 et 12 389.

19 Guy Antonetti, op. cit., t. II, p. 310-311.

20 Il s’agit là d’une moyenne, puisque Thiers a touché pour le dividende de cette action d’abord 2 750 F par an, puis 6 250 F à partir de l’exercice 1826-1827.

21 Adeline Daumard, « L’argent et le rang dans la société française du XIXe siècle », Romantisme, 1983.

22 Un millionnaire, rentier ou « propriétaire », c’est-à-dire possédant des biens immobiliers, pouvait espérer tirer de sa fortune un rendement de 3 à 5 % l’an, soit 30 à 50 000 F de revenu annuel.

23 Ibid.

24 Bibliothèque Thiers, manuscrit Thiers 24.

25 D’après le contrat de mariage Thiers-Dosne cité infra, n. 27.

26 Elle vaut peut-être moins, puisqu’elle sera vendue en 1852 7 000 F d’après l’enregistrement de la succession de Thiers.

27 Contrat de mariage Thiers-Dosne, 5 novembre 1833, Archives nationales, Minutier central des notaires de Paris, LXIX-1033. Un exemplaire de ce contrat se trouve également conservé dans les manuscrits de la Bibliothèque Thiers.

28 Heinrich Heine et Louis-Philippe lui-même se sont élevés à l’époque même contre ces calomnies, cf. Henri Malo, op. cit., p. 215.

29 Guy Antonetti, op. cit., p. 312.

30 Bibliothèque Thiers, manuscrit Thiers 575.

31 Nous nous bornerons ici à quelques aperçus généraux concernant l’ensemble de ces 37 années : il faudrait une analyse plus fine de ces évolutions pendant cette longue période, que nous tenterons de faire ultérieurement.

32 Il lui est arrivé de plus de faire appel, souvent moyennant finance et en France comme à l’étranger, à des personnes auxquelles il commandait des recherches destinées à lui fournir la documentation qu’il utilisait dans cette Histoire.

33 Guy Antonetti, op. cit., p. 311.

34 L’indemnité parlementaire qui est alors de 2 500 F pour chacun des cinq mois que dure la session annuelle du Corps législatif, est sensiblement moindre que celles dont bénéficient les sénateurs et les conseillers d’état.

35 Sans doute cet argent provenait-il de ce qu’il avait touché pour son Histoire du Consulat et de l’Empire.

36 Cf. Jean Bouvier, François Furet et Marcel Gillet, Le mouvement du profit en France au XIXe siècle, Paris-La Haye, 1965, p. 71-124.

37 Le capital de la Compagnie d’Anzin était en principe de 288 deniers, mais comme la Compagnie a procédé à des rachats de deniers, Thiers en est devenu réellement un très gros actionnaire, détenant sans doute 5 % du capital de cette très grosse entreprise.

38 Dans la déclaration de succession de Thiers citée précédemment, ce même denier ne vaut plus que 680 000 F en 1877. On ne sait si sa valeur a réellement commencé à baisser, ou s’il a été sous-estimé pour payer moins de droits de succession.

39 Il est même devenu président de la Compagnie en 1869, et il conserve ce poste jusqu’à sa mort.

40 Cf. les copies des délibérations de la Régie, conservées dans les Archives départementales du Nord, J 316/1 et 2.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540