Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Français et l'argent, XIXe-XXIe siècle

 | 
Yannick Marec
, 
Alya Aglan
, 
Olivier Feiertag

Deuxième partie. Pouvoir, tensions et régulation

L’argent de l’épargne en France au XIXe siècle

Carole Christen

Texte intégral

  • 1 Voir la contribution de Yannick Marec, « Vivre au jour le jour, l’argent des Monts-de-piété ».
  • 2 Archives parlementaires, vol. 92, chambre des députés, séance du 3 février 1835, p. 305.

1Au XIXe siècle, en France, deux institutions s’adressent aux classes populaires pour les aider à remédier au manque d’argent : l’une est basée sur l’emprunt – le Mont-de-Piété1 – et l’autre sur l’économie, les Caisses d’épargne : « le Mont-de-Piété est la contrepartie de la Caisse d’épargne. L’un est la maison de prêt, et l’autre la maison d’emprunt ; tous deux ils agissent sur la même portion du peuple2 » déclare le député Lombard-Buffière à la chambre des députés en 1835. Certains contemporains estiment que l’argent déposé dans les Caisses d’épargne doit aider ceux qui se rendent au Mont-de-Piété afin d’établir une espèce de lien, de solidarité entre l’économie et la misère, entre l’« élite » des pauvres – les économes – et les plus pauvres ; l’argent de celui qui possède quelques économies soulageraient la misère de celui qui n’a rien. Ainsi, en 1844, l’écrivain et homme politique socialiste, Alphonse Esquiros écrit dans la Revue des Deux Mondes :

  • 3 Ibid., p. 780.

« Les effets moraux de cette association ne seraient pas moins importants à recueillir ; on établirait de la sorte un lien, lien sacré, entre l’économie et la misère. Aujourd’hui, l’une et l’autre sont séparées, divisées, isolées : deux femmes demeurent porte à porte sur le même escalier ; l’une, aisée, célibataire, amasse un chiffon caché sous le chevet de son lit, une somme qu’elle porte secrètement chaque semaine à la Caisse d’épargne ; l’autre, pauvre mère de plusieurs enfants en bas âge, engage secrètement aussi et furtivement au Mont-de-Piété la dernière paire de draps qui restait dans son armoire. Entre ces deux créatures humaines, ces deux sœurs selon la foi et selon la charte, il n’existe aucune assurance mutuelle ; l’économie de l’une ne profite en rien à la misère de l’autre. Nous croyons que dans une société charitable il doit en être autrement. Loin d’entretenir par la rivalité des institutions cet antagonisme entre le prêt et l’emprunt, nous croyons qu’il faudrait au contraire les rapprocher, les marier, les unir, bonifier l’un par l’autre. Cette précieuse solidarité aurait pour effet de combattre l’égoïsme que les Caisses d’épargne, isolées, fomentent dans le cœur des classes ouvrières ; ce serait aussi le moyen de réprimer les excès de l’économie, non moins à craindre pour la morale que ceux de la prodigalité3. »

2Cependant, la majorité des contemporains pense qu’il y a un contraste choquant à rapprocher deux établissements qui opèrent sur des bases si différentes alors que le prêteur et l’emprunteur appartiennent généralement à la même catégorie – les pauvres. Les inconvénients financiers et surtout moraux d’une telle alliance sont dénoncés par Lamartine à la chambre des députés en 1835 :

  • 4 Ibid., p. 306. Le premier motif pour lequel Lamartine s’oppose à la réunion du Mont-de-Piété et de (...)

« Le second motif et le plus grave contre la réunion des Caisses d’épargne à des Monts-de-Piété, c’est que les ouvriers qui vont porter leurs meubles, leurs vêtements dans les Monts-de-Piété ont une pudeur naturelle qu’il ne faut pas blesser en eux : c’est qu’ils se cachent, c’est qu’une honte bien respectable les empêche de se montrer au grand jour et aux yeux des autres ouvriers. Cette honte serait redoublée, et rejaillirait en quelque sorte sur les ouvriers qui au contraire iraient porter dans les Caisses d’épargne le fruit de leurs économies, si ces deux établissements étaient réunis4. »

3Contrairement à Lamartine, la plupart de ceux hostiles à la fusion de ces deux établissements invoquent davantage l’immoralité et le vice des emprunteurs du Mont-de-Piété que leur « pudeur naturelle » ou leur « honte bien respectable ». Ils systématisent la différence de nature entre les deux institutions et leur clientèle respective. Comme le montre l’illustration ci-après, le but moral des Caisses d’épargne, institution engendrant la prévoyance, s’oppose à l’aspect immoral des Monts-de-Piété, institution entretenant l’imprévoyance et donc appartenant au domaine de l’assistance. Ces deux établissements s’adressent à la même catégorie sociale – les pauvres – mais l’un deux – la Caisse d’épargne – s’adresse au « bons » pauvres, tandis que l’autre – le Mont-de-Piété – est destiné aux « mauvais » pauvres.

4L’objet de cet article est de montrer comment, au XIXe siècle, en particulier sous la monarchie de Juillet et le Second Empire, les Caisses d’épargne deviennent le symbole moralisateur de l’argent dépassionné et productif et s’opposent à l’argent-folie qu’est la spéculation, assimilée à la passion du jeu qui conduit souvent au Mont-de-Piété. L’argent épargné apparaît alors comme un moyen de réguler les tensions sociales, de résoudre la « question sociale ». Il faut cependant convaincre les « classes laborieuses » – principales destinataires de l’institution selon les statuts originels et les discours des fondateurs – d’échanger son argent contre un simple reçu de papier, de le faire placer en rente d’État et de divulguer le montant de son épargne par une inscription sur un livret dont la Caisse conserve la copie. Cet apprentissage monétaire – savoir faire fructifier son argent – n’est que progressif et ne concerne pas l’ensemble des catégories sociales auxquelles les Caisses d’épargne étaient destinées à l’origine. Après avoir mesuré l’argent versé dans les Caisses d’épargne, les détenteurs de cet argent versé feront l’objet de notre analyse.

Figure 1 – « La Clé d’argent ». Tirage de Gangel à Metz (1851-1858) © Metz, Bibliothèques/Médiathèques, collections patrimoniales.

Les Caisses d’épargne : symbole moralisateur de l’argent dépassionné et productif

  • 5 Archives nationales, Minutier central des notaires de Paris, Étude CIX, liasse 953, « Acte de soci (...)
  • 6 Ce n’est qu’en 1830, par la bulle Non esse inquietandos, que cet interdit est levé.
  • 7 Le Moniteur des Villes et des Campagnes, août 1833, p. 122.
  • 8 Carole Christen-Lécuyer, Histoire sociale et culturelle des Caisses d’épargne en France. 1818-1881 (...)
  • 9 François Alexandre de La Rochefoucauld-Liancourt, Entretien d’un curé avec ses paroissiens sur la (...)
  • 10 Ibid., p. 5.
  • 11 Outre à Rome, il existe alors trois Caisses d’épargne dans les États Pontificaux : Ferrare, Forli (...)
  • 12 Cité par Benjamin Delessert, Rapport et compte rendu des opérations de la Caisse d’épargne et de p (...)

5À l’origine des Caisses d’épargne, se trouve le système des intérêts composés. Plusieurs fondateurs des Caisses d’épargne, et en particulier l’un des principaux, Benjamin Delessert, sont issus du monde des affaires et de la banque. Ils sont familiers du maniement de l’argent et des mécanismes statistiques afférents. Il s’agit d’acquérir de l’argent par le prêt à intérêt, ainsi que le stipule l’article 9 de l’acte social de la Caisse d’épargne et de prévoyance de Paris : « Au mois de décembre de chaque année, le conseil des directeurs fixera le taux de l’intérêt qui sera alloué aux déposants pendant tout le cours de l’année suivante. Cet intérêt sera de 5 % pendant l’année 18185. » Lorsque les premières Caisses d’épargne sont créées en France, l’Église catholique condamne toujours officiellement la pratique du paiement d’un intérêt pour le prêt ou le dépôt d’argent6. Aussi, la position du clergé français à l’égard des Caisses d’épargne est un peu ambiguë. Si le Moniteur des Villes et des Campagnes, organe des intérêts catholiques, attaque les Caisses d’épargne en écrivant « qu’il n’y a pas de placement plus immoral que celui que provoquent les Caisses d’épargne ; que des établissements de ce genre ont pour but d’attirer et d’engloutir la fortune publique et que ces gouffres d’usure ne protègent que l’avarice et la cupidité7 », des membres du clergé figurent parmi les fondateurs de certaines Caisses d’épargne8. Les contemporains ne sont pas restés indifférents à cette présence dont l’influence sur les populations est encore bien manifeste dans cette première moitié du XIXe siècle. Ainsi, dès 1819, le duc de La Rochefoucauld-Liancourt – alors président de la première Caisse d’épargne, celle de Paris – rédige un opuscule populaire destiné à diffuser la Caisse d’épargne, qu’il intitule Entretien d’un curé avec ses paroissiens sur la Caisse d’épargne, mettant l’accent sur le rôle de conseil que peuvent jouer les ecclésiastiques auprès de leurs fidèles9 : « j’ai remercié Dieu de cette institution [la Caisse d’épargne], pour le bien qui peut en résulter pour ma paroisse, si elle sait en profiter, et je me propose d’en faire un de ces jours la matière d’un de mes prônes10 », fait-il dire au curé. Au début des années 1830, l’engagement du clergé devient notoire. Cet encouragement du clergé dans la fondation des Caisses d’épargne est renforcé par la prise de position du pape d’alors, Grégoire XVI, qui, en 1840, soit quatre ans après la fondation de la Caisse d’épargne de Rome11, recommande officiellement l’usage des Caisses d’épargne à ses sujets romains, les considérant comme des « établissement(s) très utile(s) à la famille et à la société12 ». Et, une instruction publiée avec l’autorisation du pape, présente tous les avantages que la religion peut alors tirer des Caisses d’épargne :

  • 13 Ibid.

« Il ne faut pas voir dans cette Institution le seul avantage matériel, mais les nombreux avantages qui en reviendront à la religion et aux bonnes mœurs. Le jour du Seigneur sera mieux sanctifié parce qu’on y épargnera l’argent dépensé à jouer et à boire […]. Les délits diminueront, car la misère et la faim conduisent certainement au mal. Dieu, qui est la charité même, bénira donc cette sainte Institution ; lui qui est la source de tout bien fera qu’il en naisse du bien nouveau13. »

6L’argent versé dans les Caisses d’épargne doit « soustraire la classe ouvrière aux funestes habitudes ». Ces funestes habitudes dénoncées dans les discours officiels, dans la littérature populaire et stigmatisés par l’iconographie sont le jeu, la loterie, le cabaret, l’alcoolisme, générateurs de paresse et d’imprévoyance. La plupart des opuscules destinés à propager les Caisses d’épargne, mettent en scène deux ouvriers : l’un est un ouvrier vertueux qui porte son argent à la Caisse d’épargne, l’autre dépense son argent au cabaret et achève sa vie misérablement à l’hôpital.

7On cherche à remplacer ces maux par des valeurs. Ces valeurs sont le travail, la famille, la propriété. L’ouvrier déposant à la Caisse d’épargne par sa démarche acquiert, non seulement des vertus individuelles (il est plus autonome, plus réfléchi, plus sobre) mais également des vertus sociales (il est meilleur camarade, meilleur travailleur, meilleur époux, meilleur père, meilleur citoyen). L’individu ainsi régénéré par les bienfaits de l’institution Caisse d’épargne doit alors s’insérer dans l’ordre social libéral, se soumettre à ses lois. Alors que l’argent peut être source de perversion, l’argent versé dans les Caisse d’épargne est source de régénération pour l’ensemble de la société : « la Caisse d’épargne peut changer la face de la société » comme le dit Benjamin Delessert à plusieurs reprises et comme le reprend l’économiste Rossi, dans ses cours d’économie politique au Collège de France en 1836. Benjamin Delessert, dans un rapport précédemment cité, poursuit :

« Le gouvernement et la société en général y trouveront de grands avantages [au développement de l’institution]. Ses résultats en seront immenses ; de meilleurs mœurs, moins d’inconduite, moins de frais de justice, de police, de gendarmes, de prisons, d’hôpitaux, de secours publics, de mendicité, de suicides. Voilà ce que peut produire l’idée heureuse de pourvoir pendant la force de l’âge aux besoins de la vieillesse. Système bien simple en apparence, mais dont les conséquences peuvent changer la face de la société. »

  • 14 Louis-René Villermé, Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactur (...)
  • 15 Louis Reybaud, Coton, p. 456 cité par Gorges Duveau, La vie ouvrière en France sous le Second Empi (...)

8Le livret de Caisse d’épargne témoigne de cette noble et progressive acquisition de l’argent et participe à cette pédagogie de l’argent mise en place au XIXe siècle. Il symbolise l’idée que l’argent ne peut s’acquérir sans effort. Le choix du livret peut s’expliquer par l’intention pédagogique des fondateurs, qui ont pu alors s’inspirer pour le livret de dépôt, des différentes formules de livrets pédagogiques permettant un suivi de l’apprentissage – apprentissage monétaire dans le cas de la Caisse d’épargne. Le livret de dépôt rend concret l’acte d’épargne, pratique apparaissant pour les « cultivateurs, ouvriers, artisans, domestiques et autres personnes économes et industrieuses » comme abstraite et sans gratification. En 1840, Villermé constate que les « agriculteurs, [les] habitants des campagnes, ils ignorent encore, pour la plupart, qu’il en existe, ou bien ils se refusent à y porter leur argent ; ils préfèrent le tenir caché, l’enfouir, le garder improductif, ou bien en acquérir, à un prix exorbitant, un coin de terre ou une masure14 ». De même, nombreux sont les ouvriers qui viennent de la campagne et qui préfèrent acheter un petit coin de terre que de placer leur argent à la Caisse d’épargne comme le remarquent les industriels de Falaise dans un rapport qu’ils présentent à Louis Reybaud sous le Second Empire : « si l’ouvrier fait des économies il préfère acheter […] s’il est de la campagne, un petit coin de terre que de placer son argent de cette manière […] l’acquisition d’un coin de terre le flatte beaucoup plus que la possession d’un livret de Caisse d’épargne15 ».

  • 16 Rapport et compte rendu des opérations de la Caisse d’épargne et de prévoyance de Paris, année 1876 (...)

9L’acte d’épargne est gratifié par les intérêts que l’institution alloue sur les sommes déposées et cette gratification est consignée dans le livret de dépôt, telles les bonnes notes dans un livret scolaire. Dans une intention pédagogique, à titre d’exemple, un petit tableau « de ce que produira une somme déposée chaque mois, avec les intérêts à cinq pour cent par an » est inséré dans les premières pages du livret. Double du compte courant du déposant à la Caisse, le livret en reproduit l’historique, permettant ainsi au déposant d’avoir sans cesse sous les yeux le montant de son bien et les progrès ou le ralentissement de son épargne. Le livret témoigne de l’effort d’épargne de son possesseur, semaine après semaine, mois après mois et l’encourage à persévérer dans les habitudes d’épargne, c’est, pour reprendre les mots des administrateurs de l’époque, « le seul titre que possède le déposant, la représentation palpable pour lui du contrat qui lie la Caisse d’épargne envers son créancier16 ».

10L’argent versé dans les Caisses d’épargne protège de tous les aléas de la vie même du choléra :

« En général l’épidémie [de choléra] a peu attaqué les personnes qui ont des livrets à la Caisse d’épargne. Cela tient probablement à ce qu’elles mènent une vie plus réglée, et qu’elles sont plus habituées à l’ordre et à la sobriété. Ce que je puis assurer personnellement [c’est Benjamin Delessert qui parle], c’est que, parmi les ouvriers de mes fabriques, qui sont au nombre de deux cents, et qui ont des livrets, aucun d’eux n’a succombé à cette terrible maladie. »

  • 17 Henri Demortier, Moyen d’avoir toujours de l’argent dans sa poche, Paris, Garnier frères, 1883, p. (...)

11Un demi-siècle plus tard, on peut lire dans un ouvrage sur le Moyen d’avoir toujours de l’argent dans sa poche, que « l’ouvrier qui a un livret de la Caisse d’épargne n’a pas besoin d’autre certificat de moralité, et celui-là est le plus beau, le plus honorable qu’il puisse présenter17 ».

Évolution de l’argent versé dans les Caisses d’épargne

12L’évolution de l’argent versé dans les Caisses d’épargne est conditionnée par le nombre des livrets et par les comportements des détenteurs de livrets – les déposants –, c’est-à-dire leur capacité d’épargne et la confiance qu’ils placent dans l’institution. Ces deux facteurs varient en fonction de leur catégorie socioprofessionnelle et de la conjoncture socioéconomique et politique. Seule l’évolution générale de l’argent versé est esquissée ici et, ce n’est qu’à partir de 1835 que cette évolution peut être suivie sur l’ensemble de la France.

  • 18 Carole Christen-Lécuyer, Histoire sociale et culturelle des Caisses d’épargne…, op. cit., chapitre (...)

13Les mouvements d’argent versé sont également influencés par le montant maximum autorisé par livret. C’est pour limiter la croissance excessive des dépôts et tenter de régler le problème de leur gestion qu’un montant maximum est fixé à partir de l’ordonnance du 3 juin 182918. Cependant, avant cette ordonnance, il est, si l’on peut dire, « naturellement » fixé par le cours de la rente sur l’État 5 %. En effet, les livrets de Caisses d’épargne sont convertis en coupons de rente dès que le montant d’un livret atteint une somme suffisante pour acheter, au cours moyen du jour, une somme de 50 F de rente sur l’État – soit un capital de 1 000 F (l’équivalent de près de deux ans de salaire moyen ouvrier) si le cours de la rente est au pair – jusqu’en 1822 ou 10 F – soit un capital de 200 F (l’équivalent de 118 jours de salaire moyen d’un manœuvre de province) si le cours de la rente est au pair – après cette date. Le montant maximum autorisé a beaucoup varié au cours du siècle.

Ordonnance du 3 juin 1829

2 000 F avec accumulation illimitée des intérêts

Loi du 5 juin 1835

3 000 F capital et intérêts compris

Loi du 22 juin 1845

1 500 F avec accumulation des intérêts jusqu’à 2 000 F

Loi du 30 juin 1851

1 000 F capital et intérêts compris

Loi du 9 avril 1881

2 000 F capital et intérêts compris

Tableau 1 – Évolution du montant maximum autorisé pour chaque livret d’épargne, 1818-1881.

14Enfin, les mouvements d’argent versé sont aussi corrigés par la capitalisation des intérêts qui en augmente l’ampleur lorsqu’il y a une augmentation ou qui en atténue le volume lorsqu’il y a une diminution. Mais, contrairement au plafond du livret, le taux de l’intérêt servi aux déposants a peu varié.

  • 19 Toutes ces données proviennent des Rapports au Roi/à l’Empereur/au Président de la République sur (...)

15Les années 1834-1844 voient le volume de l’argent versé dans les Caisses d’épargne croître considérablement : les 100 millions sont dépassés en 1837 et les 300 millions cinq ans plus tard. Et c’est en 1844 que le solde moyen par livret est le plus élevé sur toute notre période d’étude ; il atteint 614,34 F (l’équivalent d’un peu plus d’un an de salaire moyen ouvrier19).

  • 20 Carole Christen, « Charles Dupin, propagandiste des Caisses d’épargne sous la Monarchie de Juillet (...)

16Dans sa leçon de rentrée au Conservatoire des arts et métiers, en novembre 1843, le baron Charles Dupin rend hommage à cette forte croissance des dépôts des Caisses d’épargne, symbole selon lui du régime de la monarchie de Juillet, et espère qu’ils atteindront bientôt le milliard20 :

  • 21 Charles Dupin, « Discours sur l’influence des causes perturbatrices qui peuvent nuire à la stabili (...)

« Parmi les plus grands résultats, que présente chaque règne dont la postérité conserve la mémoire, il en est bien peu qui méritent de traverser les siècles : j’en découvre un particulier au règne que le peuple libre de Juillet s’est donné. Puisse ce règne durer assez de temps pour que les Caisses d’épargne achèvent d’accumuler, pour le bien-être du peuple, précisément le milliard dont leurs ennemis s’épouvantent. Puisse, après vingt-cinq ans de paix et de prospérité, ce monarque qui nous régit aujourd’hui, mériter qu’on porte à ses funérailles une bannière qu’aucun souverain n’a méritée jusqu’à lui, qu’aucun ne méritera de longtemps et qui portera simplement ces mots : J’ai trouvé six millions d’épargnes à la caisse du peuple et j’y laisse un milliard (ici le professeur est interrompu par les applaudissements unanimes et prolongés qu’inspire cette grande image à l’enthousiasme de la classe ouvrière)21. »

17Contrairement aux espérances de Charles Dupin, l’argent versé dans les Caisses d’épargne est loin d’atteindre le milliard sous la monarchie de Juillet et, après cette croissance exponentielle, les dépôts stagnent. Cette stagnation est liée tout d’abord à la loi du 22 juin 1845 dont l’essentiel est d’imposer un préavis de quinze jours pour les retraits inférieurs à 500 F (l’équivalent d’un peu moins d’un an de salaire moyen ouvrier), de deux mois pour les sommes supérieures et d’abaisser de moitié le montant maximum autorisé sur un compte (1 500 F – l’équivalent de plus de deux ans et demi de salaire moyen ouvrier – par livret au lieu de 3 000 F – l’équivalent de plus de cinq ans de salaire moyen ouvrier).

  • 22 Carole Christen-Lécuyer, Histoire sociale et culturelle des Caisses d’épargne…, op. cit., p. 497-5 (...)
  • 23 Le maximum autorisé par livret pouvait d’élever à 2 500 F avec les intérêts.

18L’année 1845 marque alors le début d’une période de récession pour les Caisses d’épargne. À la loi du 22 juin 1845, dont il est cependant difficile de mesurer l’effet car elle entre progressivement en vigueur et n’est entièrement appliquée qu’à partir de janvier 1847, il faut ajouter l’importante crise économique de 1846-184722 : le solde dû aux déposants au 31 décembre de cette année est inférieur à celui de l’année précédente, il passe de 396 millions à 358 millions, et les remboursements dépassent les versements. Cette chute s’accentue considérablement pendant la révolution de 1848. Au 31 décembre 1849, le solde dû aux déposants atteint à peine 74 millions. Dans les années 1851-1854, la courbe du solde dû suit de nouveau un mouvement exponentiel mais ce solde reste nettement en deçà du niveau atteint en 1846. Cette croissance tend ensuite à stagner et ne reprend qu’en 1859 pour s’accélérer dans les dernières années du Second Empire. En 1861, le solde dû aux déposants parvient enfin à dépasser celui de 1846 et, en 1869, il atteint les 700 millions de francs. Le spectre de brusques remboursements que l’on ne pourrait satisfaire, conduit l’État et les administrateurs des Caisses d’épargne à ériger une législation restrictive pour freiner la reprise de l’accroissement des dépôts par un abaissement du taux de l’intérêt bonifié aux déposants et surtout par celui du maximum autorisé par livret. Ainsi, la cause principale de la croissance mesurée des dépôts pendant les premières années du Second Empire est la nouvelle diminution du maximum autorisé par livret, conséquence de la loi du 30 juin 1851 qui ramène le précédent maximum de 500 F à 1 000 F (l’équivalent de un an et neuf mois de salaire moyen ouvrier). Pour l’ensemble des Caisses d’épargne, l’apparition des succursales après 1861 alimente quant à elle la reprise de la croissance constatée à la fin des années 1860. La guerre de 1870 marque un nouvel arrêt dans le développement des dépôts. Le pic de 1869 n’est de nouveau atteint qu’en 1876. La forte croissance des dépôts au cours des années 1876-1880 – ils dépassent le milliard en 1878, soit 35 ans après les prévisions du baron Charles Dupin – s’effectue sans appui législatif, l’Assemblée ayant rejeté la proposition de loi de la commission de 1875 dont un des articles doublait le maximum autorisé par livret23.

19Entre 1834 et 1881, la progression globale des dépôts atteint + 3 850,84 %, ce qui correspond à un taux d’accroissement moyen annuel de 8,1 %.

Tableau 2 – L’argent déposé et retiré dans les caisses d’épargne françaises, 1835-1881. Tableau réalisé à partir des Rapports et comptes rendus annuels sur les opérations des caisses d’épargne adressés par le ministre du Commerce au Roi, à l’Empereur, au Président de la République.

  • 24 Charles-Albert Michalet, Les placements des épargnants français de 1815 à nos jours, Paris, PUF, 1 (...)
  • 25 Adeline Daumard (dir.), Les fortunes françaises au XIXe siècle, Paris, Mouton, 1973, p. 232-233.
  • 26 Maurice Lévy-Leboyer, François Bourgignon, L’économie française au XIXe siècle, analyse macro-écon (...)
  • 27 Jean-Pierre Allinne, La Caisse des dépôts et consignations, son rôle, ses opérations de 1816 à 189 (...)
  • 28 La première moitié du XIXe siècle ne permet pas de comparaison car l’absence quasi totale de banqu (...)

20Les millions et milliards de dépôts ne sont vraiment significatifs que s’ils sont confrontés à d’autres agrégats économiques tels le revenu national, la masse monétaire ou l’épargne nationale afin de déterminer la place de l’épargne des Caisses d’épargne dans les fortunes françaises. Mais, comme le souligne Charles-Albert Michalet dans son ouvrage sur Les placements des épargnants français de 1815 à nos jours paru en 1968, « les données statistiques disponibles concernant l’évaluation des dépôts dans les Caisses d’épargne et leur place relative dans les actifs successoraux sont à la fois peu abondantes et de qualité médiocre24 ». Les dépôts des Caisses d’épargne représenteraient en 1853, 2,9 % de l’ensemble des avoirs mobiliers, 5,5 % en 1878 et 16 % en 1898. L’appréciation précise de la part de ce type de placement dans les patrimoines privés est difficile, les sommes déposées dans les Caisses d’épargne échappant à toute taxation. Ces chiffres ont cependant le mérite de montrer la hausse des dépôts des Caisses d’épargne dans les fortunes privées. Adeline Daumard a, quant à elle, estimé que la part des dépôts dans les Caisses d’épargne forme 0,05 % des fortunes parisiennes en 1847 et 0,1 % en 191125. Sur l’ensemble de la France, ces dépôts représentent 0,3 % du patrimoine des Français en 1853 et 0,5 % en 187826. Comme le souligne Jean-Pierre Allinne, il n’est en revanche pas possible de comparer les dépôts dans les Caisses d’épargne avec le montant global de l’épargne des ménages au XIXe siècle27. Il est cependant possible de comparer l’épargne drainée par les Caisses d’épargne avec celle constituée par les dépôts à vue des banques pour la seconde moitié du XIXe siècle28. Il ressort du tableau suivant que les banques privées n’assurent pour la période 1872-1882 qu’une petite partie du drainage de l’épargne des ménages qui est dès lors dirigée vers les Caisses d’épargne : en 1872 les dépôts des Caisses d’épargne représentent 47,5 % de la totalité des dépôts à vue dans les grandes banques françaises et dans les Caisses d’épargne, et près de 66 % en 1882.

1872

1882

Caisses d’épargne

515,2
47,5 %

1754
65,7 %

Crédit Lyonnais

106
9,8 %

180
6,7 %

Société Générale

141
13 %

315
11,8 %

Comptoir d’Escompte

206
19 %

242
9,1 %

Crédit industriel et commercial

48
4,4 %

95
3,6 %

Crédit Foncier

69
6,4 %

85
3,2 %

Total

1085,2
100 %

2 671
100 %

  • 29 Dans l’ouvrage de Jean-Pierre Allinne, les données concernant les dépôts dans les Caisses d’épargn (...)

Tableau 3 – Dépôts à vue dans les grandes banques françaises et dans les Caisses d’épargne (millions de francs courants). Source : tableau établi à partir de celui réalisé par Jean-Pierre Alline, La Caisse des dépôts et consignations…, op. cit., p. 10429.

  • 30 Annuaire statistique de la France, résumé rétrospectif, Paris, INSEE, 1966, p. 359.
  • 31 Fernand Braudel, Ernest Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, t. III, 178 (...)

21À partir du revenu national estimé par François Perroux, nous avons également calculé que le solde dû aux déposants en 1847 représente 2,6 % du revenu national de 1847 et que le solde dû aux déposants en 1882 représente 6,6 %30 du revenu national de 1882. Par rapport au volume monétaire du pays, ces dépôts représentent 3 % en 1850, 8 % en 1870 et 14 % en 188031. La part croissante des Caisses d’épargne prise dans l’enrichissement général est indéniable comme en témoigne la part croissante de l’épargne par habitant. En effet, force est de constater que la moyenne du solde par habitant passe de 1,91 F (l’équivalent d’une journée de salaire d’un manœuvre de province ou de près de 5 kg de pain de blé) en 1835 à 38,18 F (l’équivalent de plus de quatre journées de salaire d’un manœuvre de province ou de 90,5 kg de pain de blé) en 1881 (voir tableau 2). Le solde moyen par livret est en revanche beaucoup plus important en 1835 qu’en 1881 : il passe de 511,70 F (l’équivalent du salaire moyen annuel d’un ouvrier) à 335,52 F (l’équivalent d’un tiers du salaire moyen annuel d’un ouvrier). Après un maximum atteint en 1844 avec 614,34 F (l’équivalent de plus d’un an de salaire moyen ouvrier), le solde moyen par livret ne cesse de diminuer par suite de l’abaissement du plafond du livret en 1845 et s’effondre à 131,66 F (l’équivalent d’à peine un quart du salaire moyen annuel d’un ouvrier) après la révolution de 1848. Il se relève à 238,37 F (l’équivalent de 42 % du salaire moyen annuel d’un ouvrier) en 1850 mais son accroissement est relativement lent du fait de la nouvelle réduction du maximum autorisé par livret intervenue en 1851. Cependant, par rapport à ce maximum, on peut constater que le solde moyen par livret ne cesse de s’élever, témoignant ainsi de l’enrichissement des déposants et également de la plus grande confiance dans les Caisses d’épargne. Contrairement au solde moyen par habitant, le solde moyen par livret ne connaît pas d’accroissement constant. Et, entre 1834 et 1881, le taux d’accroissement moyen annuel des livrets est légèrement plus important (8,8 %) que celui des dépôts (8,1 %).

L’argent versé dans les Caisses d’épargne : épargne populaire ou épargne bourgeoise ?

22L’article premier des statuts de la Caisse d’épargne de Paris précise qu’« elle est destinée à recevoir en dépôt les petites sommes qui lui seront confiées par les cultivateurs, ouvriers, artisans, domestiques et autres personnes économes et industrieuses ». Si les statuts de toutes les Caisses d’épargne ne définissent pas avec autant de précision les destinataires de l’institution et optent pour des expressions plus vagues pour les désigner telle « des personnes laborieuses », les fondateurs souhaitent, leurs discours l’attestent, que ce soient particulièrement les ouvriers, les domestiques et les autres membres des classes populaires qui prennent le chemin des Caisses d’épargne. Au demeurant, quelques Caisses prévoient d’offrir un intérêt plus élevé pour les épargnes ouvrières et domestiques et la Caisse d’épargne de Strasbourg va même jusqu’à exclure certaines catégories sociales.

23Les Caisses d’épargne ne s’adressent pas aux plus pauvres car elles sont destinées essentiellement à des individus au travail, « des personnes laborieuses », la valeur travail émergeant comme une valeur sociale fondamentale au XIXe siècle. Mais qui sont ces personnes au travail qui versent leur argent à Caisse d’épargne ? Sont-elles réellement des « pauvres travailleurs » pour reprendre l’expression d’un député en 1835, c’est-à-dire des ouvriers et domestiques ou plutôt des membres des classes moyennes – les petits commerçants, les petits artisans, les employés, les petits fonctionnaires et à un niveau supérieur, les professions libérales ?

  • 32 Pour une critique de ces statistiques voir Carole Christen-Lécuyer, « La mesure de l’efficacité so (...)
  • 33 Ces calculs de pourcentage, et ceux qui suivent, ont été effectués à partir des Rapports au Roi/à (...)

24À partir des statistiques annuelles publiées par le ministre du Commerce à partir de 1835, j’ai réalisé une étude statistique sur la répartition socioprofessionnelle des déposants des Caisses d’épargne. La grille statistique proposée par le ministre du Commerce est peu précise (sept catégories) et mérite de nombreuses réserves32 quant à son adaptation à la réalité sociale de la population active française à cette époque (absence des agriculteurs qui forment pourtant la partie la plus nombreuse de la population active à cette époque : 61,4 % en 1836, 52,1 % en 1861 et 46,3 % en 1881 ; les artisans sont inclus dans la catégorie « ouvriers » bien que leurs revenus soient en général plus élevés que ceux des ouvriers de l’industrie). Cette grille permet cependant d’avoir une idée générale de l’origine sociale des déposants. Ces derniers sont loin de tous appartenir aux classes populaires comme le souhaitaient les fondateurs et administrateurs des Caisses d’épargne. L’image d’une institution destinée aux plus modestes, aux ouvriers et aux domestiques en particulier, s’accorde mal avec mes analyses successives. C’est bien la diversité socioprofessionnelle et l’importance des femmes et des enfants qui caractérisent la clientèle des Caisses d’épargne. Les professions populaires constituent une part non négligeable de l’effectif des déposants, elles reculent cependant nettement, passant de près de 52 % en 1835 à 30 % en 188133. Les ouvriers en particulier, qui devaient être les plus nombreux, représentent entre le quart et le tiers de la clientèle sous la monarchie de Juillet et le Second Empire, et moins de 23 % en 1881. Ce recul des ouvriers dans la clientèle des Caisses d’épargne est d’autant plus étonnant qu’il intervient dans la période correspondant à la prolétarisation de la société et donc à la croissance du nombre des ouvriers dans la population : entre 1866 et 1881, la part des ouvriers dans la population active passe de 18,9 % à 21,1 %, soit respectivement 9 % et 10 % de la population totale. Que ce soit en 1866 ou en 1881, la part des ouvriers au sein des nouveaux déposants des Caisses d’épargne est nettement supérieure à leur part dans la société puisqu’ils forment près de 35 % des nouveaux livrets en 1866 et 23 % en 1881. Cependant, si la mission d’épargne populaire de l’institution a été remplie un moment (sous le Second Empire), elle ne l’est plus dans le dernier quart du siècle car la régression du nombre des ouvriers au sein des nouveaux déposants alors que leur nombre augmente dans la population totale, témoigne d’un détournement de l’institution. Incontestablement, les ouvriers, quoique plus nombreux, épargnent moins.

25Même constat pour les domestiques. Le recul des domestiques dans la clientèle des Caisses d’épargne au cours de la période 1835-1881, ne correspond pas à leur recul dans la population active. Contrairement à certaines idées reçues, il est faux de voir le XIXe siècle comme celui de la diminution du nombre des domestiques : ce recul à la fin du siècle a lieu pour les hommes mais pas du tout pour les femmes puisqu’il se produit beaucoup plus tard. Le surpeuplement rural et le souci de confort de la bourgeoisie qui est en pleine expansion au XIXe siècle, favorisent l’essor de la domesticité. L’apogée de celle-ci dans la société française se situe au début des années 1880 et ce n’est qu’à partir de 1886 que s’amorce son déclin. Ainsi, le recul des domestiques est à la fois plus marqué et antérieur dans la clientèle des Caisses d’épargne que dans la population active. Cette désaffection des domestiques pour les Caisses d’épargne peut s’expliquer par un découragement des bonnes qui ont alors cessé d’épargner ou par la recherche de placements plus avantageux comme le souligne le ministre du Commerce en 1840 : « placés dans des conditions plus favorables que les ouvriers pour amasser des économies, les domestiques pourraient figurer en plus grand nombre dans les Caisses d’épargne ; mais beaucoup d’entre eux cherchent des placements plus avantageux et souvent moins sûrs ».

26Pour l’ensemble des Caisses d’épargne, sur la période 1849-1881, la part des employés bien qu’assez stable (elle oscille entre 5,5 % et 4 %), est également en recul : elle passe de 5,9 % à 4,2 % entre 1835 et 1847 et de 5,4 % à 4,3 % entre 1849 et 1881. Ce recul des employés parmi les nouveaux déposants est en contradiction évidente avec l’accroissement de leur nombre dans la population active et donc dans l’ensemble de la société française de la seconde moitié du XIXe siècle. Leur part au sein des nouveaux déposants demeure inférieure à leur poids dans la population active.

27Ce détournement des classes populaires envers les Caisses d’épargne alors que leur importance s’affirme dans la société française, témoigne de l’échec relatif de la mission sociale de l’institution. Les déceptions exprimées par de nombreux administrateurs de Caisses d’épargne dans les registres des procès-verbaux et dans leur correspondance sur la composition sociale de la clientèle de leur caisse et en particulier sur la sous-représentation des ouvriers, démontrent le décalage qu’il y a avec les objectifs initiaux. Alors que la clientèle populaire diminue, une clientèle de classes moyennes s’affirme. Sur ma période d’étude, la part des professions diverses augmente progressivement, elle passe du cinquième au quart des nouveaux déposants en 1881. L’importance des professions diverses dénature la clientèle originellement envisagée.

28Cette catégorie est par définition hétéroclite, allant du professeur au propriétaire, en passant par le cultivateur ou le rentier.

29L’évolution de la catégorie des professions diverses dans la clientèle des Caisses d’épargne est révélatrice du comportement spéculatif des personnes qui la composent et donc d’un pouvoir de détention de capitaux de ces personnes. La poussée de cette catégorie dans les années 1842-1849 est à mettre en relation avec la déception des petits capitalistes, en particulier provinciaux, devant les mouvements hasardeux de la rente. Cette importance de la petite bourgeoisie au sein de la clientèle des Caisses d’épargne est confirmée par la présence des livrets de « mineurs » (enfants), dont l’afflux au cours de la période d’étude est remarquable : leur part passe de 17 % en 1835 à plus de 35 % en 1881. Dès la création des Caisses d’épargne, la moyenne bourgeoisie semble réserver les placements dans cette institution aux enfants auxquels il est fréquemment fait cadeau d’un livret, les élevant ainsi dès leur plus jeune âge dans le souci de l’épargne. Les sources ne permettent pas de préciser l’appartenance sociale des livrets détenus par les mineurs. Toutefois, il semblerait que l’ouverture d’un livret au nom d’un enfant soit essentiellement une pratique des élites, destinée souvent à contourner la législation sur la limitation des dépôts autorisée sur chaque livret, en procédant à des versements sur les livrets de leurs enfants lorsque les leurs sont complets.

  • 34 Annales de l’Assemblée nationale, t. 38, séance du 14 mai 1875, p. 53.
  • 35 Ibid., t. 13, Séance du 3 août 1872, p. 557.

30Les débats parlementaires sur la réforme des Caisses d’épargne dans les années 1872-1881, révèlent l’inadéquation entre la clientèle visée dans le projet originel (les catégories modestes) et la clientèle effective. Certains députés orléanistes ou républicains modérés et bourgeois liés au monde des affaires comme Ernest Denormandie, appuyés par le ministre des Finances, Léon Say, ne voient pas d’inconvénient à faire profiter les classes les plus aisées des Caisses d’épargne. Le député orléaniste Henri Fournier constate qu’il y a « deux sortes de déposants » : « les déposants nécessiteux » et « les déposants aisés34 ». Ces derniers sont nécessaires à la survie des Caisses d’épargne. Au demeurant, Henri Fournier souhaite avec ses collègues Eugène Tallon et Arthur de Chabaud La Tour élever le maximum autorisé par livret à 3 000 F (l’équivalent de plus de trois ans de salaire ouvrier) car ils constatent que la limite de 1 000 F (l’équivalent de plus d’un an de salaire ouvrier) ne correspond plus aux « intentions du petit industriel, du petit commerçant, du père de famille qui, pour les besoins d’une maison nombreuse, veut avoir recours à des économies toujours disponibles » et que si « elle devait être maintenue longtemps encore […] certaines catégories de déposants viendraient à disparaître35 ». Il n’est donc plus question de l’ouvrier laborieux et de ses petites économies mais de commerçants, d’artisans et de petits entrepreneurs qui forment le tissu économique de la France rurale. Ainsi, les Caisses d’épargne doivent pallier le système bancaire encore peu développé et ne doivent plus être cantonnées au drainage des petites épargnes mais doivent élargir leur clientèle en se rapprochant de celle des banques. C’est une utilisation sociale différente des Caisses d’épargne qui est ici proposée, en accord avec les résultats de la statistique de l’évolution socioprofessionnelle des déposants de l’institution.

31Par rapport au projet d’origine, il y a eu reconversion de l’institution : on est passé d’une épargne de précaution pour les travailleurs pauvres, les ouvriers en particulier, à une épargne de placement pour les classes intermédiaires, voire aisées.

  • 36 Carole Christen-Lécuyer, Histoire sociale et culturelle des Caisses d’épargne…, op. cit., chapitre (...)

32Contrairement au projet originel, l’argent n’est pas versé régulièrement à la Caisse d’épargne. Bien qu’il reçoive généralement sa paie chaque samedi, l’ouvrier qui possède un livret de Caisse d’épargne n’y fait pas inscrire chaque dimanche ses économies hebdomadaires. La thésaurisation, le fameux « bas de laine » n’a pas disparu. Les déposants apportent leurs économies dans les Caisses d’épargne une ou deux fois par an, en début d’année le plus souvent. L’importance numérique des petits livrets – 70 % des livrets ont un montant inférieur à 500 F36 – montrent que les Caisses d’épargne ont réussi à drainer des petits dépôts, « les modestes économies ». Leur moindre importance dans l’ensemble des dépôts (à peine 30 %) et le solde moyen des livrets peu élevé révèlent cependant que l’institution n’est pas efficace pour assurer une prévoyance à long terme. C’est une prévoyance à court terme – pour les besoins immédiats – et non à long terme – pour garantir les vieux jours – qu’offrent les Caisses d’épargne.

  • 37 Auguste Cochin, Paris, sa population, son industrie, Paris, Durand, 1864, p. 52.
  • 38 Fabrice Laroulandie, Les ouvriers de Paris au XIXe siècle, Paris, éd. Christian, 1997, p. 103.

33Contrairement à ce que montrent certaines images (voir l’illustration « La clé d’argent »), la distinction entre déposants à la Caisse d’épargne et emprunteurs au Mont-de-Piété n’est pas aussi nette. Épargne et endettement ne se contredisent pas forcément et peuvent au contraire se compléter. Un ouvrier peut parfaitement, dans la même année, compter à la fois dans ces deux catégories comme le remarque Augustin Cochin dans son analyse de la « Statistique de la chambre de Commerce de Paris pour l’année 1860 » : « Il a fait, par exemple, au cours de la belle saison, des économies qu’il a portées à la Caisse d’épargne ; à la fin de l’automne, se trouvant dans une situation difficile, il préfèrera engager sa montre ou un meuble plutôt que retirer ses fonds37. » Ainsi, le charpentier parisien étudié par Focillon gagne 1 700 F par an en 1856, soit, rapporté aux quatre membres de la famille, 425 F. Sa femme a perdu une sœur qui lui a légué en même temps qu’un peu de linge, un livret de Caisse d’épargne dont le montant s’élève à 350 F et un titre de rente 4,5 %. Pendant le rude hiver 1855-1856, la famille préfère ne pas retirer de fonds à la Caisse d’épargne et emprunter 40 F au Mont-de-Piété38. On peut donc à fois verser son argent à la Caisse d’épargne et venir en retirer au Mont-de-Piété.

Notes

1 Voir la contribution de Yannick Marec, « Vivre au jour le jour, l’argent des Monts-de-piété ».

2 Archives parlementaires, vol. 92, chambre des députés, séance du 3 février 1835, p. 305.

3 Ibid., p. 780.

4 Ibid., p. 306. Le premier motif pour lequel Lamartine s’oppose à la réunion du Mont-de-Piété et de la Caisse d’épargne est le suivant : « les Monts-de-Piété sont naturellement affectés au grand centre des populations, et que les Caisses d’épargne au contraire doivent être répandues le plus possible, et rapprochées des intéressés et des besoins ».

5 Archives nationales, Minutier central des notaires de Paris, Étude CIX, liasse 953, « Acte de société du 22 mai 1818 ».

6 Ce n’est qu’en 1830, par la bulle Non esse inquietandos, que cet interdit est levé.

7 Le Moniteur des Villes et des Campagnes, août 1833, p. 122.

8 Carole Christen-Lécuyer, Histoire sociale et culturelle des Caisses d’épargne en France. 1818-1881, Paris, Economica, coll. « Économies et sociétés contemporaines », p. 224-231.

9 François Alexandre de La Rochefoucauld-Liancourt, Entretien d’un curé avec ses paroissiens sur la Caisse d’épargne, Paris, 1819, 36 pages.

10 Ibid., p. 5.

11 Outre à Rome, il existe alors trois Caisses d’épargne dans les États Pontificaux : Ferrare, Forli (fondée en 1839) et Ravenne (1840). La première Caisse d’épargne italienne est celle de Milan, fondée en Lombardie en 1820.

12 Cité par Benjamin Delessert, Rapport et compte rendu des opérations de la Caisse d’épargne et de prévoyance de Paris, année 1841, AG du 19 mars 1842, p. 10.

13 Ibid.

14 Louis-René Villermé, Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie, Paris, 1840, 2 vol. (nous citons la réédition préfacée par Jean-Pierre Chaline et Francis Démier, Paris, EDI, 1989), p. 456.

15 Louis Reybaud, Coton, p. 456 cité par Gorges Duveau, La vie ouvrière en France sous le Second Empire, Paris, Gallimard, 1946, p. 406.

16 Rapport et compte rendu des opérations de la Caisse d’épargne et de prévoyance de Paris, année 1876, AG du 28 mai 1877, p. 21.

17 Henri Demortier, Moyen d’avoir toujours de l’argent dans sa poche, Paris, Garnier frères, 1883, p. 17.

18 Carole Christen-Lécuyer, Histoire sociale et culturelle des Caisses d’épargne…, op. cit., chapitre IX.

19 Toutes ces données proviennent des Rapports au Roi/à l’Empereur/au Président de la République sur les Caisses d’Épargne, adressés par le ministre du Commerce chaque année à partir de 1835. Pour une présentation de ces rapports et des statistiques publiées voir Carole Christen-Lécuyer, « Les archives de la Caisse d’épargne de Paris », dans André Gueslin (éd.), Les sources historiques de l’épargne, Paris, Les éditions de l’épargne, 2007, p. 39-64.

20 Carole Christen, « Charles Dupin, propagandiste des Caisses d’épargne sous la Monarchie de Juillet », dans Carole Christen et François Vatin (dir.), Charles Dupin (1784-1873). Ingénieur, savant, économiste, pédagogue et parlementaire du Premier au Second Empire, Rennes, PUR, coll. « Carnot », 2009, p. 235-257.

21 Charles Dupin, « Discours sur l’influence des causes perturbatrices qui peuvent nuire à la stabilité des Caisses d’épargne, séance d’ouverture du Conservatoire, 19 novembre 1843 », Constitution, histoire et avenir des Caisses d’épargne, Paris, Firmin-Didot frères, 1844, p. 330.

22 Carole Christen-Lécuyer, Histoire sociale et culturelle des Caisses d’épargne…, op. cit., p. 497-502.

23 Le maximum autorisé par livret pouvait d’élever à 2 500 F avec les intérêts.

24 Charles-Albert Michalet, Les placements des épargnants français de 1815 à nos jours, Paris, PUF, 1968, p. 193.

25 Adeline Daumard (dir.), Les fortunes françaises au XIXe siècle, Paris, Mouton, 1973, p. 232-233.

26 Maurice Lévy-Leboyer, François Bourgignon, L’économie française au XIXe siècle, analyse macro-économique, Paris, Economica, 1985, p. 85.

27 Jean-Pierre Allinne, La Caisse des dépôts et consignations, son rôle, ses opérations de 1816 à 1895, Paris, PUF, 1976, p. 103.

28 La première moitié du XIXe siècle ne permet pas de comparaison car l’absence quasi totale de banques de dépôt conduit les petits épargnants à se tourner presque exclusivement vers les Caisses d’épargne. C’est entre 1860 et 1894 que les cinq grandes banques françaises de dépôt sont constituées.

29 Dans l’ouvrage de Jean-Pierre Allinne, les données concernant les dépôts dans les Caisses d’épargne pour l’année 1872 étaient erronées (650 millions au lieu de 515,2 millions). Et pour l’année 1882, nous n’avons considéré que les dépôts dans les Caisses d’épargne privées.

30 Annuaire statistique de la France, résumé rétrospectif, Paris, INSEE, 1966, p. 359.

31 Fernand Braudel, Ernest Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, t. III, 1789-1880, Paris, PUF, 1976 (édition 1993, Quadrige), p. 408-409.

32 Pour une critique de ces statistiques voir Carole Christen-Lécuyer, « La mesure de l’efficacité sociale des Caisses d’épargne françaises au XIXe siècle », Histoire & Mesure, 2005, XX-3/4, p. 139-176.

33 Ces calculs de pourcentage, et ceux qui suivent, ont été effectués à partir des Rapports au Roi/à l’Empereur/au Président de la République sur les Caisses d’Épargne, op. cit.

34 Annales de l’Assemblée nationale, t. 38, séance du 14 mai 1875, p. 53.

35 Ibid., t. 13, Séance du 3 août 1872, p. 557.

36 Carole Christen-Lécuyer, Histoire sociale et culturelle des Caisses d’épargne…, op. cit., chapitre VIII.

37 Auguste Cochin, Paris, sa population, son industrie, Paris, Durand, 1864, p. 52.

38 Fabrice Laroulandie, Les ouvriers de Paris au XIXe siècle, Paris, éd. Christian, 1997, p. 103.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – « La Clé d’argent ». Tirage de Gangel à Metz (1851-1858) © Metz, Bibliothèques/Médiathèques, collections patrimoniales.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/121041/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Légende Tableau 2 – L’argent déposé et retiré dans les caisses d’épargne françaises, 1835-1881. Tableau réalisé à partir des Rapports et comptes rendus annuels sur les opérations des caisses d’épargne adressés par le ministre du Commerce au Roi, à l’Empereur, au Président de la République.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/121041/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 618k

Auteur

Maître de conférences en histoire contemporaine, université de Lille 3 (IUT B)-UMR 8529 IRHiS. Elle a notamment publié, Histoire sociale et culturelle des Caisses d’épargne en France. 1818-1881, Economica, 2004, et en co-direction avec François Vatin, Charles Dupin (1784-1873) : savant, économiste, pédagogue et parlementaire, du Premier au Second Empire, PUR, 2009. Autres publications récentes : « Les Caisses d’épargne et la littérature dans la première moitié du XIXe siècle », dans Nicole Edelman et François Vatin (dir.), Économie et Littérature-France et Grande-Bretagne (1815-1848), Paris, Manuscrit-université, 2007, p. 219-241 ; « Les Caisses d’épargne françaises au XIXe siècle. Une institution productrice de chiffres comptables et statistiques », dans Béatrice Touchelay et Philippe Verheyde (dir.), La genèse de la décision. Chiffres publics, chiffres privés dans la France du XXe siècle, éditions Bière, 2009.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540