Version classiqueVersion mobile

Les Français et l'argent, XIXe-XXIe siècle

 | 
Yannick Marec
, 
Alya Aglan
, 
Olivier Feiertag

Deuxième partie. Pouvoir, tensions et régulation

Vivre au jour le jour, l’argent des Monts-de-Piété en France au XIXe siècle

Yannick Marec

Texte intégral

1Au début de « l’Embarquement pour Cythère », chapitre du Sang du pauvre, ouvrage publié par Léon Bloy en 1909, l’auteur met en scène un homme riche rencontré au seuil d’un Mont-de-Piété. Suit le dialogue suivant :

  • 1 Cf. Œuvres de Léon Bloy, Le sang du pauvre, 1909, tome IX, Paris, Mercure de France, 1969, p. 97.

« Que faites-vous ici ? Vous ne venez sans doute pas pour engager.
– Je cherche une occasion. On rencontre quelquefois de petites femmes aimables privées d’amis et forcées par la misère de mettre en gage ce qu’elles peuvent avoir de plus précieux.
Il y en a qui pleurent, ce qui les rend plus jolies.
On se fait leur sauveur et neuf fois sur dix, en s’y prenant bien, on en est récompensé. Cela ne coûte pas cher et on a fait une bonne action1. »

  • 2 « Mettre au clou » vient du fait que, jadis beaucoup de gages de faible valeur étaient accrochés a (...)

2La littérature abonde en exemples de ce genre qui tendent à prouver que les « clous », comme on les appelait, ou encore « chez ma tante » étaient bien « une des portes du bagne », pour reprendre une expression de Balzac dans La peau de chagrin. Bien plus, si l’on se rappelle Gervaise « prise de la rage du clou » dans l’Assommoir de Zola, le recours à l’institution de prêt sur gages apparaît souvent comme un signe de déchéance2.

3Pour de nombreux bourgeois la misère est synonyme de dissipation, de débauche, de désordre ou de paresse. C’est pourquoi les dirigeants des Monts-de-Piété préfèrent être discrets sur l’activité de leurs établissements. Lorsqu’ils en parlent, c’est généralement pour prendre leur défense. Ils insistent alors sur leur rôle économique, non seulement comme « banque des pauvres » mais aussi comme institution de crédit à la consommation, voire de crédit à la production. D’ailleurs, disent-ils, leur clientèle n’est pas composée uniquement de miséreux dont la présence exclusive risquerait de jeter quelque discrédit sur les établissements de prêt sur gages.

4Pourtant, le développement de leurs activités au cours d’un long XIXe siècle qui se poursuit jusqu’à la Première guerre mondiale, témoigne de leur utilité sociale. C’est ce que nous évoquerons dans un premier temps, en cherchant à préciser les principales finalités des Monts-de-Piété lors de leur institutionnalisation en France au début du XIXe siècle et en donnant des indications générales sur le mouvement de leurs opérations au cours du siècle. Ensuite nous envisagerons leur fonctionnement comme « thermomètre ou baromètre de la misère publique », c’est-à-dire principalement leur fonction sociale, celle qui paraît la plus évidente, à première vue. Il restera ensuite à envisager dans quelle mesure les établissements de prêt sur gages ont pu jouer un rôle d’institution de crédit avant la Première guerre mondiale, c’est-à-dire avant que n’apparaissent les crédits municipaux. Ont-ils réussi, dès cette époque, à modifier leur image de marque ?

Les Monts-de-Piété en France au cours du XIXe siècle

  • 3 La loi du 16 pluviôse an XII (6 février 1804) stipulait que les maisons de prêts sur gages ne pouv (...)

5Institution de prêt sur gages créée en Italie à la fin du Moyen Âge pour combattre l’usure, les Monts-de-Piété ne se sont vraiment développés en France qu’à partir de la fin du XVIIIe siècle avec, en particulier, la création en 1777 de l’établissement parisien. Sous le Premier Empire, en 1804 et 1805, plusieurs lois et décrets accordent le monopole du prêt sur gages aux Monts-de-Piété au profit des pauvres3. Il s’agit alors d’éviter les ravages de l’usure qui se sont développés depuis la Révolution avec l’apparition d’une multitude d’officines et de prêteurs clandestins tout en fournissant de nouvelles ressources aux « maisons de charité », entendez prioritairement les hospices civils et, secondairement, les bureaux de bienfaisance.

  • 4 Yannick Marec, Le « Clou » rouennais des origines à nos jours (1778-1982). Du Mont-de-Piété au Cré (...)

6Certains établissements sont créés ou rétablis à l’instar du Mont-de-Piété de Paris, à l’initiative des hospices ou avec leur concours. C’est le cas notamment à Rouen où un Mont-de-Piété, placé sous la tutelle des hôpitaux, est ouvert en 18264. En contre-partie des administrateurs hospitaliers siègent dans la commission administrative des établissements de prêt sur gages qui versent en totalité ou partiellement leurs bénéfices éventuels dans la caisse des hospices.

  • 5 Voir Du Mont-de-Piété au Crédit Municipal. Avignon, 1610-2010. Quatre cents ans d’une histoire exc (...)
  • 6 A. D. de Watteville, Rapport à M. le Ministre de l’Intérieur sur l’administration des Monts-de-Pié (...)

7Avant la Révolution, 22 Monts-de-Piété avaient été créés en France, le plus ancien, celui d’Avignon, datant de 1577 avec une ouverture effectuée à partir de 16105. En 1847, il existait 45 établissements dont 6 n’étaient pas encore régulièrement autorisés. À l’exception de celui de Grasse, supprimé en 1845, ceux créés avant 1790 avaient été rétablis ou réorganisés. 24 nouveaux établissements ont donc été fondés durant la première moitié du XIXe siècle, 11 sous la Restauration, 9 sous la Monarchie de Juillet et 4 seulement sous l’Empire. Il est vrai que cette période initiale avait été marquée par la réouverture d’un grand nombre de Monts-de-Piété créés avant la Révolution (12 dont celui de Grasse, contre 2 sous la Restauration et 8 après 18306).

8En 1847, 5 établissements ne font aucun bénéfice tandis que 24 les capitalisent à leur profit, 12 les versent intégralement aux hospices et 3 les partagent avec eux, le Mont-de-Piété de Boulogne les attribuant au Bureau de Bienfaisance.

  • 7 M.-O. Claveau, Situation administrative et financière des Monts-de-Piété, Rapport des inspecteurs (...)

9Par la suite, jusqu’au début du XXe siècle, le nombre de Monts-de-Piété n’a guère évolué malgré quelques fluctuations. Celui de Dieppe ouvert au début des années 1830 est supprimé en 18647. Après 1870, l’annexion de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine entraîne la disparition des établissements de Metz et de Strasbourg. Bergues et Saint-Omer ferment au début de la Troisième République. En revanche, 4 nouveaux Monts-de-Piété sont ouverts à Dunkerque, Lille, Orléans et Roubaix tandis que celui de Nice est devenu français depuis le rattachement du Comté à la France au début du Second Empire.

  • 8 Statistique annuelle des Institutions d’assistance, année 1906, p. 79.
  • 9 Pour une approche historique générale nous renvoyons au chapitre I de notre ouvrage Le « Clou » ro (...)

10En 1905, on compte 44 établissements de prêt sur gages qui se répartissent en 25 départements. Le département du Nord en compte à lui seul 7, les départements des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse, chacun 4 ; celui du Pas de Calais 3 ; 5 départements (Gard, Var, Meurthe et Moselle, Seine et Oise et Seine-Inférieure) en ont chacun 2 ; les 16 autres départements n’en ont qu’un seul8. Cette répartition géographique très inégale qui privilégie les bordures Nord et Sud-Est de la France tient à la fois à des raisons historiques, comme l’influence italienne et celle de la Papauté ou encore celle des anciens Pays-Bas, et à des causes démographiques et sociales pour les implantations situées dans des villes industrielles et portuaires9 (voir la carte jointe).

Figure 1 – Les Monts-de-Piété en France en 1847 et 1907.

  • 10 Statistique annuelle des Institutions d’assistance, année 1908, p. 224.

11Cependant, l’établissement le plus important est de loin le Mont-de-Piété de Paris qui, à lui seul, fait pratiquement autant d’opérations que tous les autres réunis. Ensuite viennent les Monts-de-Piété de Nice, Bordeaux, Marseille, Lyon et Toulouse, pour les cinq premiers10. Ce classement a été établi d’après le chiffre annuel des sommes prêtées sur les objets engagés et il demeure identique jusqu’à la Première guerre mondiale.

  • 11 Statistique annuelle des Institutions d’assistance, Année 1906, p. 13 et p. 79 (avec tableau des op (...)
  • 12 Statistique annuelle des Institutions d’assistance, Année 1909, p. 32.

12Cela nous amène à évoquer le mouvement général des opérations au cours du long XIXe siècle. Globalement, il est orienté à la hausse avec quelques phases évoquées par Lucien March, le Directeur de la Statistique Générale de la France au début du XXe siècle. Il précise ainsi que, de 1844 à 1853, on comptait annuellement environ 2,4 millions d’engagements pour une valeur de 30 millions de francs par an. De 1881 à 1890, le nombre moyen annuel d’articles engagés a dépassé 3 millions tandis que le montant prêté a dépassé 60 millions de francs. Ensuite, le nombre d’articles a diminué pour s’établir à environ 2,7 millions durant les années 1901-1905 tandis que le montant des prêts dépassait 70 millions de francs durant la même période11. En 1906, le cap des 73 millions était franchi mais les années antérieures à la guerre sont marquées par une stabilisation des opérations auxquelles contribuent toujours aussi fortement l’établissement parisien. Ainsi en 1909, sur près de 2,4 millions d’engagements, correspondant à environ 72 millions de francs de prêts, le Mont-de-Piété de Paris a avancé plus de 44 millions soit 62 % de l’ensemble des prêts12.

  • 13 Statistique annuelle des Institutions d’assistance, Année 1906, p. 13.
  • 14 « Certaines institutions peuvent être considérées comme des instruments de précision pour détermin (...)

13Le résultat de cette évolution générale a été un doublement de l’importance moyenne du prêt par article entre 1844-1853 et 1901-1905 (de 12,45 à 26,65 F). Lucien March met en relation cette progression avec l’augmentation générale des salaires13. Néanmoins l’institution de prêt sur gages continue d’attirer une clientèle modeste, ce qui a pu faire dire qu’elle constituait une sorte de thermomètre ou de baromètre de la misère publique14.

Un thermomètre de la misère publique ?

14Quels étaient les habitués de l’institution ? Répondre à cette interrogation n’est, en fait, pas chose aisée si l’on veut se démarquer des seuls témoignages subjectifs ou des représentations données par la littérature. Les données statistiques sont partielles et souvent biaisées. Néanmoins, on peut tenter une première approche à partir de quelques sources disponibles relatives à la classification socioprofessionnelle des « engagistes ».

  • 15 Cf. A. D. de Watteville, Rapport à M. le Ministre de l’Intérieur […], op. cit., tableau p. 150. Vo (...)

15Ainsi l’inspecteur général des établissements de bienfaisance A. D. de Watteville fournit quelques indications sur la condition des emprunteurs dans son rapport sur l’année 184715. À l’époque, 25 établissements dont celui de Paris, sur 49 au total, ont fourni des renseignements sur les diverses catégories d’engagistes avec, de surcroît, une répartition par quotité des prêts consentis. Au total sur près d’1,2 millions d’emprunteurs près de 77 % appartiennent au monde des ouvriers et journaliers. Avec les employés (1,95 %) et les militaires (0,60 %), on peut estimer à près de 80 % le pourcentage représenté par les milieux populaires durant cette année de crise économique et sociale. Quant aux commerçants, fabricants et marchands qui ne sont pas distingués dans les statistiques, ils forment ensemble environ 13 % de la clientèle, les rentiers et propriétaires un peu plus de 4 % et les professions libérales un peu plus de 3 %. Incontestablement, le « clou » sert donc avant tout aux « classes malheureuses », comme on disait à l’époque.

  • 16 D’après le Dr Villermé, Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufac (...)
  • 17 A. D. de Watteville, Rapport à M. le Ministre de l’Intérieur […], op. cit., p. 21.

16Ce constat est confirmé par la répartition du nombre de prêts par quotité. Sur environ 500 000 prêts compris entre 1 et 5 F représentant 42 % du nombre total de prêts, plus de 88 % ont été consentis à des ouvriers et journaliers contre seulement 9 % aux commerçants, fabricants et marchands, les professions libérales venant ensuite avec moins de 2 % et les rentiers et propriétaires moins de 1 % de cette classe de quotité. Il s’agit là de la limite inférieure des avances généralement consenties. Cela représente une à deux, voire trois journées de travail d’un ouvrier non qualifié du textile à l’époque16. L’inspecteur général de Watteville s’étonne d’ailleurs que trois établissements (Grenoble, Nîmes et Nantes) aient imposé une valeur minimale des objets engagés de 5 et 6 francs. Selon lui, « ce tarif est beaucoup trop élevé et n’est pas charitable. On ne comprend pas qu’un Mont-de-Piété qui prête gratuitement, comme celui de Grenoble, ait pu imposer une condition aussi onéreuse aux classes souffrantes17 ».

  • 18 Sur la notion de « biens du pauvre » se reporter à Madeleine Ferrières, Le Bien des pauvres…, op. (...)
  • 19 Cf. Yannick Marec, Le « Clou » rouennais des origines à nos jours…, op. cit., p. 75.

17Des nuances doivent cependant être apportées à un constat qui pourrait susciter une représentation misérabiliste de l’institution. Ainsi, dans la classe de quotité des prêts situés entre 201 et 500 F, on observe que sur 30 000 prêts environ (soit 2,57 % du nombre de prêts) 60 % ont été effectués à des ouvriers et journaliers, les catégories plus aisées représentant seulement 35 % de ces mêmes prêts. Mais il s’agit sans doute là de la limite supérieure des « biens du pauvre » engagés pour faire face à des nécessités urgentes18. On peut penser, par exemple, à l’engagement des quelques bijoux disponibles et du mobilier ou de certains biens comme les matelas. Ainsi, à la fin de l’année 1848, il y en avait environ 1 500 entreposés dans les greniers de l’établissement rouennais. L’été, ils étaient exposés à une forte chaleur, ce qui entraînait leur détérioration par les vers et les mites malgré l’utilisation d’essence de térébenthine. Pour cette raison l’administration fut autorisée à faire procéder à leur vente dès le 7e mois après examen de leur état alors qu’habituellement l’engagement courait sur une année19.

Figure 2 – « Quand il faut en venir là », Lithographie en couleurs de Demanes, d’après une estampe de Feucherie, 1822, Musée Carnavalet. Droits réservés.

18Néanmoins, les prêts les plus élevés dépassant 500 F étaient effectués en grande majorité par des emprunteurs appartenant aux catégories plus aisées. En 1847, sur un peu plus de 4 000 prêts de cette sorte (soit 0,35 % de l’ensemble des prêts), plus de 55 % ont été consentis à des rentiers et propriétaires, les commerçants, fabricants et marchands en obtenant ensemble plus de 42 %. Avec seulement 2 prêts, soit 0,05 % du nombre total, la part des ouvriers et journaliers est infime. Même en rapportant le pourcentage des engagistes des différentes catégories socioprofessionnelles à ceux qu’ils pouvaient représenter dans la société, ce que tente de faire A. de Watteville de manière ponctuelle, la conclusion principale reste que l’institution de prêt sur gages était avant tout fréquentée par les milieux populaires.

  • 20 Cf. A. D. de Watteville, Rapport à M. le Ministre de l’Intérieur […], op. cit., p. 20.

19Pour autant cela ne doit pas mener à remettre en cause les Monts de Piété fréquemment accusés d’inciter à la débauche et aux « mauvais » comportements. Cette vision dépréciative est en effet contredite par le relevé de la fréquence journalière des engagements et des dégagements. Sur 40 Monts-de-Piété ayant fourni des renseignements pour l’année 1847, 7 n’étaient ouverts qu’une fois par semaine, deux fois et vingt-six jours de la semaine. Seulement quatre établissements, Paris, Dieppe, le Havre et Rouen étaient ouverts tous les jours. La principale indication obtenue à partir de l’enquête concerne le samedi qui était à la fois un des jours où les engagements étaient les moins fréquents et surtout le jour des plus nombreux dégagements. On pouvait en conclure, selon l’inspecteur de Watteville, que les ouvriers profitaient du jour de leur paye pour dégager leurs nantissements, ce qui plaidait « en faveur de la moralité des classes qui ont recours aux Monts-de-Piété20 ».

  • 21 A. D. Seine-Maritime, 4 x 13. Opérations du Mont-de-Piété de Rouen pour l’année 1855. Rapport du d (...)
  • 22 Ibid., Opérations de 1843, Rapport du directeur, Séance du 24 janvier 1844.
  • 23 Statistique annuelle des Institutions d’assistance. Année 1906 p. 86.

20Cette appréciation doit cependant être nuancée. Nos travaux antérieurs nous ont en effet permis d’avoir une idée assez précise des comportements hebdomadaires des engagistes rouennais pour une période allant de 1840 à 1868. Comme au niveau national, la clientèle était très nombreuse le lundi ou le mardi. Le lendemain du dimanche ou de la « Saint lundi », les emprunteurs retournaient engager les objets dégagés peu de jours auparavant, le samedi ou le dimanche. En janvier 1856, le directeur écrivait que « la plupart des petits dégagements, ceux dont la moyenne ne dépasse guère 6 F, ont lieu le samedi ou le dimanche, c’est-à-dire quand la majeure partie des ouvriers se préparent à aller s’amuser dans les guinguettes où ils ne retournent que trop souvent le lundi21 ». On retrouve le même comportement lors des « cinq ou six grandes fêtes de l’année où l’on éprouve impérieusement le besoin de se vêtir plus proprement et de se parer des quelques bijoux qu’on peut avoir ; alors on se gêne pour les dégager, et si l’argent manque, on ne tarde pas à les rapporter22 ». En fait, plus qu’un comportement de « débauche », ce désir du paraître chez l’ouvrier traduit surtout une volonté d’intégration sociale en même temps qu’une affirmation de sa dignité, ce qui, finalement, corrobore les remarques de l’inspecteur général de Watteville. Ajoutons que les observations concernant la fréquence mensuelle des opérations vont dans le même sens, à savoir l’importance des nécessités et la volonté d’intégration sociale comme principaux facteurs du recours au Mont-de-Piété. En effet, une comparaison nationale concernant les opérations par mois entre 1871-1871 et 1901-1905 montre que les engagements étaient surtout importants pendant les mois de juillet, octobre, janvier et avril. Cela correspondait aux termes des loyers. Quant aux dégagements ils étaient les plus fréquents en décembre, à l’approche des fêtes de fin d’année23. Bien plus, le Mont-de-Piété peut être considéré comme une sorte d’établissement de prévoyance pour des personnes dont la situation était trop précaire pour leur permettre d’épargner durablement. L’institution permettait, en effet, de conserver les gages déposés par le paiement des intérêts échus au moment du renouvellement ou pour dégager.

  • 24 Cf. M.-O. Claveau, Situation administrative et financière des Monts-de-Piété…, op. cit., p. 135. S (...)

21En 1876, un rapport de l’inspecteur général des établissements de bienfaisance O. Claveau dénonçait l’idée selon laquelle la majeure partie des engagistes se trouverait parmi les dissipateurs et autres personnes peu dignes d’intérêt. On ne pouvait nier la réalité de la misère et la difficulté de l’épargne pour les ménages pauvres. Dans ce contexte, en cas de maladie ou de chômage, l’engagement au Mont-de-Piété fournissait le premier supplément de ressource et agissait comme une sorte de micro-crédit24. De plus, l’institution contribuait à la défense de la propriété en permettant d’éviter la vente, ce que soulignait l’Écho de Rouen et de la Seine-Inférieure en février 1837 :

  • 25 Écho de Rouen et de la Seine-Inférieure du jeudi 2 février 1837.

« On y emprunte sur le plus faible gage. Le prêt sert, le gage reste. Déposer, c’est demeurer propriétaire ; vendre c’est n’avoir plus rien. Et quelle ressource que la vente lorsque l’acheteur est avide et le vendeur malheureux ! Le prêt est donc utile, régulier, secourable25. »

  • 26 Statistique annuelle des Institutions d’assistance, année 1906, p. 81.
  • 27 Cf. A. D. de Watteville, Rapport à M. le Ministre de l’Intérieur…, op. cit., p. 23.

22La faiblesse relative des ventes aux enchères justifie cette affirmation. Jusqu’au début du XXe siècle, les ventes n’ont concerné qu’une part réduite du nombre d’objets engagés avec, toutefois, une progression à partir de la fin du XIXe siècle. Ces ventes représentaient alors environ 11 % des nantissements en magasins contre un peu plus de 5 % entre 1834 et 184326. En 1847, l’inspecteur général de Watteville pouvait écrire que « la proportion moyenne de ces ventes avec les engagements n’est que de 5 % ; ce qui prouve combien les engagistes tiennent à conserver les objets qu’ils ont été obligés de déposer ; et combien les Monts-de-Piété répondent à leur véritable destination, puisque un engagiste seulement sur vingt abandonne le gage qu’il avait donné pour garantie de son emprunt27 ».

23La progression de la fin du XIXe siècle peut tenir aux effets de la « grande dépression » économique mais elle peut aussi s’expliquer par la diffusion de nouvelles formes de confort et par un meilleur équipement des foyers. Cela rendait moins indispensable les objets engagés dans un contexte marqué à la fois par la progression des salaires et un certain développement de la notion de crédit.

24Cela nous amène à évoquer plus précisément la fonction économique des établissements de prêt sur gages.

Le Mont-de-Piété comme établissement de crédit

  • 28 Cf. M.-O. Claveau, Situation administrative et financière des Monts-de-Piété…, op. cit., p. 11.
  • 29 Yannick Marec, Le « Clou » rouennais des origines à nos jours…, op. cit., en particulier le chapit (...)
  • 30 Cf. M.-O. Claveau, Situation administrative et financière des Monts-de-Piété…, op. cit., p. 10.

25Dans son rapport de 1876, l’inspecteur général O. Claveau remarque que « pour la plupart des monts-de-Piété, ce n’est point aux années les moins prospères que correspond le plus grand développement des opérations de prêt. Il y a au contraire, en général, solidarité entre ce développement et celui du travail28 ». Ces observations visent à récuser l’idée du Mont-de-Piété perçu comme un « thermomètre de la misère publique ». Ces assertions sont sans doute excessives au moins pour une majorité d’établissements, comme nous l’avons indiqué précédemment. De plus, en nous appuyant sur l’étude de l’exemple rouennais, nous avons pu démontrer par ailleurs que, pendant la majeure partie du XIXe siècle, l’évolution des nantissements en magasins, résultante des engagements et des dégagements, a assez bien reflété les mouvements de la conjoncture sociale, les périodes de crise correspondant à une augmentation des objets entreposés dans l’établissement29. Cependant, ce thermomètre n’était pas d’une fiabilité absolue et, avec le temps, le Mont-de-Piété a aussi pu jouer un rôle d’institution de crédit, d’autant plus que sa clientèle n’était pas uniquement composée de miséreux. Dans son rapport de 1876, O. Claveau note d’ailleurs que : « En dehors des indigents, des personnes réduites à un état de gêne permanent, le mont-de-Piété offre, d’ailleurs, un secours précieux à toute une clientèle de petits commerçants ou petits industriels que le dépôt d’un gage met à l’abri d’un protêt, qui ne trouveraient point d’argent chez les banquiers, qui ruineraient leur propre crédit s’ils se montraient trop pressants vis-à-vis de leurs débiteurs, non commerçants ; souvent aussi l’on engage momentanément des objets dont la vente à bref délai n’est pas à espérer, pour continuer le travail ou se procurer d’autres marchandises d’une réalisation plus prochaine30. »

  • 31 Statistique annuelle des Institutions d’assistance, année 1906, p. 80.

26Au début du XXe siècle, cette dimension économique de l’institution de prêt sur gages s’est affirmée en liaison avec son ouverture à une clientèle de classes moyennes. L’étude sur les Monts-de-Piété publiée dans la Statistique annuelle des institutions d’assistance pour l’année 1906 note « que le petit commerce et la petite industrie ont tout de suite contribué à former la clientèle la plus considérable des Monts-de-Piété en raison des avantages que ces derniers leur offrent sur les autres établissements de crédit ; par exemple, celui de prêter immédiatement et à tout instant, de faire des avances à longues échéances, de faciliter les renouvellements et les remboursements, etc.31 ».

  • 32 Ibid.

27L’augmentation de la quotité moyenne des prêts qui est passée de 12,45 F en 1844-1853 à 26,65 F en 1901-1905 corrobore cette appréciation, dans la mesure où elle traduit notamment le développement des avances faites au commerce32.

28Cependant, le rapport sur la statistique annuelle de l’année 1908 souligne les différences qui peuvent exister entre les établissements, en ce qui concerne le montant des prêts accordés. À l’époque, sur 45 Monts-de-Piété, les sommes annuelles engagées ont diminué dans 17 établissements depuis 1851 alors que dans d’autres ce montant a fortement augmenté, en particulier à Paris, Toulouse, Bordeaux et Toulon. Remarquons aussi que le niveau des opérations réalisées pouvait être différent. Avec plus de 46 millions de francs de prêts consentis sur environ 1 million d’articles engagés, le Mont-de-Piété de Paris est largement en tête. Viennent ensuite Nice (5 millions de francs de prêts), Bordeaux (4 millions), Marseille et Lyon (3 millions chacun). En revanche Brignoles, l’Isle et Niort prêtent moins de 10 000 francs par an, le Mont-de-Piété d’Apt arrivant en dernière position avec moins de 1 000 francs dans l’année !

  • 33 Statistique annuelle des Institutions d’assistance, année 1908, p. XIII.
  • 34 Statistique annuelle des Institutions d’assistance, années 1914 à 1919, p. 57.

29Le classement est un peu différent si l’on retient la quotité moyenne des prêts. Nice vient alors en tête avec 103 francs, suivi de Paris (44 F) Montpellier et Orléans (40 F). Le même rapport observe que les établissements pour lesquels cette quotité est la plus faible se situent principalement dans la région du Nord et de l’Est. Il en tire la conclusion suivante : « évidemment, les clientèles de ces différents Monts-de-Piété sont de catégories différentes et, d’ailleurs, il faut remarquer que certains Monts-de-Piété pratiquent le prêt sur titres33. » Il s’agit là d’une allusion aux prêts sur valeurs mobilières qui se sont développés dans certains établissements, à commencer par celui de Paris à partir de 1891, avec cependant une restriction, à savoir que le montant des prêts de ce genre était limité à 500 francs, disposition qui disparaîtra en 191634.

30La statistique annuelle des institutions d’assistance pour l’année 1908 fait aussi une étude comparative des opérations des Monts-de-Piété entre les années 1851-1853 et 1905-1907. Celle-ci met en évidence les disparités qui existent entre les établissements, aussi bien du point de vue de leur activité que de la composition de leur clientèle. On y retrouve les principales remarques effectuées antérieurement avec, cependant, quelques précisions complémentaires et parfois inattendues.

31De manière générale, pour l’ensemble des Monts-de-Piété autres que celui de Paris, 40 % environ des prêts sont inférieurs à 5 F et les trois quarts n’atteignent pas 10 francs. Quant aux prêts élevés de plus de 100 francs, ils ne représentent que 2,5 % du total, avec quelques exceptions notables. À Nice, cette proportion atteint près de 15 %, à Orléans 9,5 %, à Montpellier 7,4 %.

32Paradoxalement, au début du XXe siècle, les Monts-de-Piété gratuits prêtent relativement moins aux pauvres que ceux qui ne le sont pas. Cette observation se vérifie notamment à Montpellier qui prête sans intérêt et à Toulouse où les prêts inférieurs à 5 F sont exonérés d’intérêt. De même à Grenoble, Mont-de-Piété entièrement gratuit, les petits prêts sont en minorité. Enfin à Lille, où il existe deux établissements, l’un prêtant à 7 % et l’autre, une œuvre privée prêtant gratuitement, on constate que la proportion de petits prêts est plus élevée dans le premier Mont-de-Piété. L’interprétation donnée est la suivante :

  • 35 Statistique annuelle des Institutions d’assistance. Année 1908, p. 226.

« Ces résultats qui peuvent à première vue paraître paradoxaux, s’expliquent par ce fait que les Monts-de-Piété gratuits ne prêtent généralement qu’aux individus d’une moralité dûment constatée ; il en résulte que chaque demande d’emprunt exige une enquête préalable qui ne permet pas de faire immédiatement l’avance demandée et doit, par cela seul, éloigner le nécessiteux dont la détresse ne peut attendre35. »

  • 36 Cf. Yannick Marec, Le « Clou » rouennais des origines à nos jours…, op. cit., p. 81 ; Yannick Mare (...)

33On peut rapprocher cette observation de celle que nous avons faite par ailleurs à propos des commissionnaires du Mont-de-Piété de Rouen. En effet, pour les engagistes à la recherche de liquidités, le taux d’intérêt supérieur payé chez les intermédiaires de l’établissement central n’était pas déterminant. Et cela d’autant plus que les commissionnaires avaient intérêt à « défendre le gage », c’est-à-dire à prêter davantage que les commissaires-priseurs responsables des prisées à l’établissement central36.

34Ces constats tendent aussi à relativiser le rôle d’établissement de crédit à la production qui aurait été assuré par les Monts-de-Piété avant la Première Guerre mondiale. En fait, ils servaient surtout d’instruments de crédit à la consommation, destinés prioritairement aux milieux populaires. Cependant avant guerre, ils cherchent, sans succès probants, à changer leur image de marque.

Une nouvelle représentation de l’institution ?

  • 37 Statistique annuelle des Institutions d’assistance, année 1908, p. 232.

35On peut noter une certaine difficulté de l’institution à se réformer avant le premier conflit mondial. Cela concerne en particulier la question du taux de l’intérêt des prêts qui n’est pas sans relation avec celle du rattachement des Monts-de-Piété aux institutions d’assistance. Une comparaison effectuée entre les années 1851-1853 et les années 1905-1907 montre que le taux d’intérêt des prêts effectués dans les Monts-de-Piété a diminué entre les deux périodes dans la moitié environ des établissements. Parfois la réduction a été très importante comme à Boulogne et Cambrai où le taux réclamé aux « engagistes » s’est abaissé de 12 à 6 %. Il a également baissé de 10 à 5 % à Lunéville, de 12 à 8 % à Limoges, de 9 à 6 % à Bordeaux ou encore de 12 à 9 % à Brest. En revanche, dans cinq Monts-de-Piété, à Aix, Nantes, Saint-Quentin, Toulon et Versailles, le taux d’intérêt a été relevé, en liaison notamment avec l’augmentation des frais d’administration qui se sont accrus dans tous les établissements, sauf à Douai et Cambrai37.

36Cette question du niveau du taux de l’intérêt exigé pouvait avoir de fortes implications sociales et politiques, dans la mesure où elle pouvait contribuer à remettre en cause l’existence même d’établissements qui prêtaient souvent à des taux supérieurs au taux légal de 5 %. Ainsi, à Rouen, l’intérêt de 10 % en vigueur depuis 1845 était qualifié d’usuraire par la presse socialiste, en particulier l’hebdomadaire Le Salariat organe. Ouvrier normand, qui en 1889 s’en prenait vivement à l’institution des Monts-de-Piété en ces termes :

  • 38 Le Salariat. Organe ouvrier normand, 15 septembre 1889. Il s’agissait d’un hebdomadaire d’inspirati (...)

« La bourgeoisie est par intérêt criminelle, féroce, mais sa férocité est unie à la roublardise et, dans notre société à base capitaliste, cela s’appelle, en français, philanthropie. Donc la bourgeoisie est philanthrope parce qu’elle est féroce et roublarde. Empochant, depuis un siècle, le produit de la surproduction qu’elle exige du bétail humain parqué dans ses bagnes industriels, sur ses navires, dans ses magasins, etc. ; enflant ses coffres-forts du travail manuel impayé et du rendement monnayé de ses machines ; elle a dû, pour garder la quantité de producteur exigée pour le renouvellement et la progression du capital en même temps que maintenir ce même bétail dans la soumission et le respect de la sacro-sainte propriété, elle a dû, disons-nous, créer des établissements philanthropiques. Au nombre de ceux-ci figurent les monts-de-Piété. Il n’est pas de mot qui rappelle plus de tortures au prolétaire ; mot terrifiant qui, à lui seul, prouve que la société actuelle doit disparaître38… »

  • 39 Cf. Yannick Marec, Pauvreté et protection sociale aux XIXe et XXe siècles…, op. cit., p. 139 ; Le (...)

37Toutefois, malgré ces critiques radicales, le Salariat envisage la possibilité d’une amélioration du Mont-de-Piété, à condition que la municipalité soit changée et que l’on procède à une diminution du taux d’intérêt réclamé aux emprunteurs. à cet effet, l’hebdomadaire préconise de réserver les bénéfices et les « bonis » sur la vente des objets non dégagés à l’amortissement des frais généraux, au lieu de les verser aux hôpitaux. Or cette réforme a déjà été adoptée depuis 1886 avec la séparation des hospices civils et du Mont-de-Piété. Mais l’établissement devant rembourser les capitaux prêtés par les hôpitaux, ce n’est qu’après 1899 que des améliorations ont pu intervenir dans son fonctionnement. En 1901, l’intérêt réclamé est abaissé à 9 % et en 1909 il est à nouveau diminué à 7 % plus un droit fixe variable selon le type de prêt39.

  • 40 Statistique annuelle des Institutions d’assistance, année 1906, p. 78. En fait, depuis la fin du XI (...)

38La question du versement des bénéfices était donc singulièrement importante en ce qui concerne la représentation de l’institution de prêt sur gages. Or, au début du XXe siècle, tous les Monts-de-Piété ne disposaient pas encore de leurs bénéfices éventuels. Certes, en 1906 presque tous les établissements sont désormais indépendants et peuvent donc utiliser leurs bénéfices pour abaisser leur taux d’intérêt et le ramener au taux légal de 5 %, comme l’a prévu l’article 5 de la loi du 24 juin 1851. Toutefois, les Monts-de-Piété fondés avec le concours d’établissements hospitaliers antérieurement à la loi, ont été exclus de son application à moins d’obtenir leur séparation des hospices. Si l’établissement rouennais a pu réaliser cette condition, avec difficulté d’ailleurs, ce n’était pas le cas d’autres Monts-de-Piété, en particulier de celui de Paris pourtant réorganisé par un décret du 24 mars 185240.

  • 41 Statistique annuelle des Institutions d’assistance, année 1907, p. 34.
  • 42 Statistique annuelle des Institutions d’assistance, année 1908, p. 160-161 ; M. Monteil, Histoire d (...)

39En 1907, Saint-Quentin et Brignoles devaient également verser leurs bénéfices aux hospices. À Lyon, le Mont-de-Piété ne pouvait utiliser que la moitié de ses bénéfices, l’autre moitié revenant aux hôpitaux41. La situation semble avoir été identique à Marseille. À Nancy, le partage se faisait entre le fonds de dotation, les hospices et le Bureau de bienfaisance42.

  • 43 Voir notamment R. Dumont, Organisation des monts-de-Piété en France et projets de réforme, Thèse d (...)

40En fonction des histoires particulières des établissements de prêt sur gages, leur situation budgétaire et leur rôle social ou économique pouvaient donc être forts différents. Cette diversité plus ou moins arbitraire pouvait nuire à l’image de marque d’une institution qui a donné lieu, avant-guerre, à différents projets de réforme43.

  • 44 Statistique annuelle des Institutions d’assistance, années 1914 à 1919, p. 57.

41La plupart visaient à renforcer le rôle économique et social des Monts-de-Piété en soulignant principalement leur utilité dans le domaine du crédit populaire. Cela signifiait combattre aussi un certain nombre d’abus, comme le trafic des reconnaissances, mais aussi mettre fin aux liens qui pouvaient toujours exister avec certaines institutions d’assistance comme les hospices ou les bureaux de bienfaisance. L’accent mis sur la fonction bancaire s’est aussi traduit par l’encouragement au développement des prêts sur valeurs mobilières. On voit également poindre la nécessité de changer le nom même de l’institution qui paraissait trop lié à sa fonction traditionnelle d’assistance aux miséreux. Ces différentes propositions devaient trouver une sorte d’aboutissement en France à l’issue de la Première guerre mondiale, avec la création des crédits municipaux, dénomination officiellement autorisée par un décret du 24 octobre 191844. Il reste à savoir si cette évolution envisagée de manière positive s’est bien faite au niveau des réalités comme des représentations. Mais il s’agit là d’une autre histoire.

Annexes

Annexes

1 – de 1 fr. a 5 fr. ; 2 – de 6 fr. a 10 fr. ; 3 – de 11 fr. a 20 fr. ; 4 – de 21 fr. a 30 fr. ; 5 – de 31 fr. a 40 fr. ; 6 – de 41 fr. a 50 fr. ; 7 – de 51 fr. a 100 fr. ; 8 – de 101 fr. a 200 fr. ; 9 – de 201 fr. a 500 fr. ; 10 – de 501 fr. a 1000 fr. ; 11 – de 1001 fr. a 5000 fr. ; 12 – de 5001 fr. et au-dessus
Tableau 1 – Tableau présentant la récapitulation générale des diverses classes d’emprunteurs aux Monts-de-Piété (exercice 1847) Source : A. D. de Watteville, Rapport à M. le Ministre de l’Intérieur sur l’administration des Monts-de-Piété, Paris, Imprimerie Nationale, 1850, p. 150-151.

Tableau 2 – Enquête de 1847, d’après A. D. de Watteville, Rapport à M. le Ministre de l’Intérieur [...], op. cit., p. 150.

1 – Nombre des articles engagés ; 2 – Montant des sommes prêtées sur les articles ; 3 – Quotité moyenne des prêts ; 4 – Montant des dégagements ; 5 – Rapport p. 100 du montant des dégagements à celui des engagements ; 6 – Montant des renouvellements ; 7 – Rapport p. 100 du montant des renouvellements à celui des engagements ; 8 – Montant des frais ; 9 – Dépense moyenne par engagement ; 10 – Dépense moyenne par 100 F engagés.
Tableau 3 – Opérations des Monts-de-Piété. Source : Statistique annuelle des institutions d’assistance, année 1906, p. 79.

1 – Nombre d’articles vendus ; 2 – Montant des prêts ; 3 – Intérêts et frais (droits de prisée compris) ; 4 – Boni ; 5 – Total ; 6 – Valeur moyenne à l’engagement des articles vendus ; 7 – Montant des prêts ; 8 – Intérêts et frais ; 9 – Boni ; 10 – Proportion p. 100 du nombre des articles vendus au nombre des articles engagés ; 11 – Valeur moyenne du boni par article.
Tableau 4 – Ventes effectuées par les Monts-de-Piété. Source : Statistique annuelle des institutions d’assistance, année 1906, p. 81.

Tableau 5 – Monts-de-Piété. Opérations par mois. Source : Statistique annuelle des institutions d’assistance, année 1906, p. 82.

Tableau 6 – Monts-de-Piété de France (non compris Paris) – Engagements par quotité. Source : Statistique annuelle des institutions d’assistance, année 1906, p. 83.

Notes

1 Cf. Œuvres de Léon Bloy, Le sang du pauvre, 1909, tome IX, Paris, Mercure de France, 1969, p. 97.

2 « Mettre au clou » vient du fait que, jadis beaucoup de gages de faible valeur étaient accrochés au mur. « Aller chez ma tante » trouverait son origine dans une réponse du duc de Joinville, fils de Louis-Philippe, à sa mère. Celle-ci lui aurait demandé ce qu’il avait fait d’une montre en or qu’elle lui avait offerte et qu’il avait engagée au Mont-de-Piété. Il aurait fini par dire « Elle est chez ma tante. » Mais peut-être ne s’agit-il que d’une contrefaçon d’une expression belge datant du XIIe siècle. à l’époque, dans le pays wallon, on appelait en effet un usurier « mon oncle ». On appelait aussi le Mont-de-Piété « Plan » ou « Lombard ». Sur ces différentes expressions voir L. Larchey, Dictionnaire historique, étymologique et anecdotique de l’argot parisien, Paris 1872 ; A. Delvau, Dictionnaire de la langue verte, Paris, 1883 ; J. Cellard et A. Rey, Dictionnaire du Français non conventionnel, Paris, Hachette, 1980.

3 La loi du 16 pluviôse an XII (6 février 1804) stipulait que les maisons de prêts sur gages ne pouvaient être établies qu’au profit des pauvres et avec l’autorisation du gouvernement. Les décrets impériaux des 24 messidor an XII (13 juillet 1804) et 8 thermidor an XIII (27 juillet 1805) ont consacré cette évolution.

4 Yannick Marec, Le « Clou » rouennais des origines à nos jours (1778-1982). Du Mont-de-Piété au Crédit municipal. Contribution à l’histoire de la pauvreté en province, Rouen, éditions du P’tit Normand (devenues éditions PTC), 1983, préface de Jean Imbert, de l’Institut, en particulier p. 50 et suivantes.

5 Voir Du Mont-de-Piété au Crédit Municipal. Avignon, 1610-2010. Quatre cents ans d’une histoire exceptionnelle, textes de Sylvestre Clap et Delphine Bréhat, Ville d’Avignon, 2010, 167 p.

6 A. D. de Watteville, Rapport à M. le Ministre de l’Intérieur sur l’administration des Monts-de-Piété, Paris, Imprimerie Nationale, 1850, 166 p., en particulier p. 3-5.

7 M.-O. Claveau, Situation administrative et financière des Monts-de-Piété, Rapport des inspecteurs généraux des établissements de bienfaisance, Paris, Imprimerie Nationale, 1876, p. 39.

8 Statistique annuelle des Institutions d’assistance, année 1906, p. 79.

9 Pour une approche historique générale nous renvoyons au chapitre I de notre ouvrage Le « Clou » rouennais des origines à nos jours…, op. cit. ; pour les Pays-Bas voir en particulier P. Soetaert, De « Berg van Charitate » Te Brugge. Een Stedelijke leenbank (1573-1795), Brussel, 1974, et son article « Le livre des règlements des Monts-de-Piété aux Pays-Bas méridionaux (1618) », Bulletin de la Commission royale d’Histoire, Bruxelles, 1976, t. CXLII, p. 69-283 ; sur le Mont-de-Piété d’Avignon, se reporter à Madeleine Ferrières, Le bien des pauvres. La consommation populaire en Avignon (1600-1800), Seyssel, Champ Vallon, 2004 et Du Mont-de-Piété au Crédit Municipal. Avignon, 1610-2010, op. cit., Voir également, Laurence Fontaine, L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle, Paris, Gallimard, 2008.

10 Statistique annuelle des Institutions d’assistance, année 1908, p. 224.

11 Statistique annuelle des Institutions d’assistance, Année 1906, p. 13 et p. 79 (avec tableau des opérations).

12 Statistique annuelle des Institutions d’assistance, Année 1909, p. 32.

13 Statistique annuelle des Institutions d’assistance, Année 1906, p. 13.

14 « Certaines institutions peuvent être considérées comme des instruments de précision pour déterminer avec beaucoup d’exactitude le degré de bien-être ou de malaise des populations, comme le baromètre et le thermomètre servent à mesurer la pression et la température de l’atmosphère ; telles sont les Caisses d’épargne, le Mont-de-Piété et le Bureau de Bienfaisance. Lorsque la misère sévit dans une grande ville, les dépôts aux caisses d’épargne diminuent et les retraits augmentent […] L’inverse a lieu au Mont-de-Piété où les engagements se multiplient, tandis que les dégagements deviennent rares […]. Enfin, au Bureau de Bienfaisance, ce sont les demandes de secours qui affluent. » Intervention du vice-président du Conseil des Directeurs de la Caisse d’épargne de Rouen, le 4 mai 1885 (Compte-rendu des opérations de la Caisse d’épargne de Rouen, année 1884, p. 6). Nous avons montré, par ailleurs, que cette affirmation méritait d’être fortement nuancée, aussi bien en ce qui concerne les Monts-de-Piété que les caisses d’épargne. Elle montre cependant l’intérêt porté à l’époque à des institutions dont l’étude permet d’approfondir notre connaissance de l’histoire économique et sociale en même temps que d’effectuer une lecture sociale de la monnaie et du crédit. Sur cette approche voir Jean Bouvier, « Pour une analyse sociale de la monnaie et du crédit. XIXe-XXe siècle », Annales ESC, juillet-août 1974, p. 813-826.

15 Cf. A. D. de Watteville, Rapport à M. le Ministre de l’Intérieur […], op. cit., tableau p. 150. Voir l’annexe.

16 D’après le Dr Villermé, Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie, 2 tomes, Paris, 1840 ; voir la nouvelle édition établie par Jean-Pierre Chaline et Francis Démier, aux éditions études et Documentation Internationales, Paris, 1989.

17 A. D. de Watteville, Rapport à M. le Ministre de l’Intérieur […], op. cit., p. 21.

18 Sur la notion de « biens du pauvre » se reporter à Madeleine Ferrières, Le Bien des pauvres…, op. cit.

19 Cf. Yannick Marec, Le « Clou » rouennais des origines à nos jours…, op. cit., p. 75.

20 Cf. A. D. de Watteville, Rapport à M. le Ministre de l’Intérieur […], op. cit., p. 20.

21 A. D. Seine-Maritime, 4 x 13. Opérations du Mont-de-Piété de Rouen pour l’année 1855. Rapport du directeur. Séance du 18 janvier 1856. Sur le comportement des emprunteurs du Mont-de-Piété de Rouen, se reporter à Yannick Marec, Le « Clou » rouennais des origines à nos jours […], op. cit., et au chapitre V, « Les Habitués du « Clou » rouennais », dans Yannick Marec, Pauvreté et protection sociale aux XIXe et XXe siècles. Des expériences rouennaises aux politiques nationales, Presses universitaires de Rennes, 2006, p. 117-147.

22 Ibid., Opérations de 1843, Rapport du directeur, Séance du 24 janvier 1844.

23 Statistique annuelle des Institutions d’assistance. Année 1906 p. 86.

24 Cf. M.-O. Claveau, Situation administrative et financière des Monts-de-Piété…, op. cit., p. 135. Sur les rapports entre le Crédit Municipal et la question du micro-crédit à l’époque actuelle, se reporter à l’ouvrage de Claude Faber, Le Crédit Municipal de Paris. Du Mont-de-Piété à une banque sociale d’avenir, Paris, Magellan et Cie, 2003, en particulier au chapitre 4 « L’ambition de participer à la Société de demain », p. 95 et suivantes.

25 Écho de Rouen et de la Seine-Inférieure du jeudi 2 février 1837.

26 Statistique annuelle des Institutions d’assistance, année 1906, p. 81.

27 Cf. A. D. de Watteville, Rapport à M. le Ministre de l’Intérieur…, op. cit., p. 23.

28 Cf. M.-O. Claveau, Situation administrative et financière des Monts-de-Piété…, op. cit., p. 11.

29 Yannick Marec, Le « Clou » rouennais des origines à nos jours…, op. cit., en particulier le chapitre III « Un baromètre de la misère publique (1826-fin du XIXe siècle) », p. 57-84.

30 Cf. M.-O. Claveau, Situation administrative et financière des Monts-de-Piété…, op. cit., p. 10.

31 Statistique annuelle des Institutions d’assistance, année 1906, p. 80.

32 Ibid.

33 Statistique annuelle des Institutions d’assistance, année 1908, p. XIII.

34 Statistique annuelle des Institutions d’assistance, années 1914 à 1919, p. 57.

35 Statistique annuelle des Institutions d’assistance. Année 1908, p. 226.

36 Cf. Yannick Marec, Le « Clou » rouennais des origines à nos jours…, op. cit., p. 81 ; Yannick Marec, « Rapports d’argent et métiers auxiliaires du mont-de-Piété à Rouen au XIXe siècle » dans Travail, Métiers et Professions en Normandie, Actes du XVIe congrès des sociétés historiques et archéologiques de Normandie (1981) dans Cahiers Léopold Delisle, t. XXXII, no unique, 1982-1983, p. 211-222.

37 Statistique annuelle des Institutions d’assistance, année 1908, p. 232.

38 Le Salariat. Organe ouvrier normand, 15 septembre 1889. Il s’agissait d’un hebdomadaire d’inspiration guesdiste mais ouvert aux idées libertaires.

39 Cf. Yannick Marec, Pauvreté et protection sociale aux XIXe et XXe siècles…, op. cit., p. 139 ; Le « Clou » rouennais des origines à nos jours…, op. cit., p. 131.

40 Statistique annuelle des Institutions d’assistance, année 1906, p. 78. En fait, depuis la fin du XIXe siècle, seuls les bonis prescrits sont versés aux hospices.

41 Statistique annuelle des Institutions d’assistance, année 1907, p. 34.

42 Statistique annuelle des Institutions d’assistance, année 1908, p. 160-161 ; M. Monteil, Histoire du crédit municipal de Marseille de 1802 à 1917, DES d’Histoire sous la direction du professeur P. Guiral, université d’Aix Marseille (s. d.).

43 Voir notamment R. Dumont, Organisation des monts-de-Piété en France et projets de réforme, Thèse droit, Paris, 1905 ; F. Astier, Des monts-de-Piété en France. Projets de réforme, Thèse droit, Paris, 1913.

44 Statistique annuelle des Institutions d’assistance, années 1914 à 1919, p. 57.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Les Monts-de-Piété en France en 1847 et 1907.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/121032/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Figure 2 – « Quand il faut en venir là », Lithographie en couleurs de Demanes, d’après une estampe de Feucherie, 1822, Musée Carnavalet. Droits réservés.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/121032/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende 1 – de 1 fr. a 5 fr. ; 2 – de 6 fr. a 10 fr. ; 3 – de 11 fr. a 20 fr. ; 4 – de 21 fr. a 30 fr. ; 5 – de 31 fr. a 40 fr. ; 6 – de 41 fr. a 50 fr. ; 7 – de 51 fr. a 100 fr. ; 8 – de 101 fr. a 200 fr. ; 9 – de 201 fr. a 500 fr. ; 10 – de 501 fr. a 1000 fr. ; 11 – de 1001 fr. a 5000 fr. ; 12 – de 5001 fr. et au-dessusTableau 1 – Tableau présentant la récapitulation générale des diverses classes d’emprunteurs aux Monts-de-Piété (exercice 1847) Source : A. D. de Watteville, Rapport à M. le Ministre de l’Intérieur sur l’administration des Monts-de-Piété, Paris, Imprimerie Nationale, 1850, p. 150-151.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/121032/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende Tableau 2 – Enquête de 1847, d’après A. D. de Watteville, Rapport à M. le Ministre de l’Intérieur [...], op. cit., p. 150.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/121032/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende 1 – Nombre des articles engagés ; 2 – Montant des sommes prêtées sur les articles ; 3 – Quotité moyenne des prêts ; 4 – Montant des dégagements ; 5 – Rapport p. 100 du montant des dégagements à celui des engagements ; 6 – Montant des renouvellements ; 7 – Rapport p. 100 du montant des renouvellements à celui des engagements ; 8 – Montant des frais ; 9 – Dépense moyenne par engagement ; 10 – Dépense moyenne par 100 F engagés.Tableau 3 – Opérations des Monts-de-Piété. Source : Statistique annuelle des institutions d’assistance, année 1906, p. 79.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/121032/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende 1 – Nombre d’articles vendus ; 2 – Montant des prêts ; 3 – Intérêts et frais (droits de prisée compris) ; 4 – Boni ; 5 – Total ; 6 – Valeur moyenne à l’engagement des articles vendus ; 7 – Montant des prêts ; 8 – Intérêts et frais ; 9 – Boni ; 10 – Proportion p. 100 du nombre des articles vendus au nombre des articles engagés ; 11 – Valeur moyenne du boni par article.Tableau 4 – Ventes effectuées par les Monts-de-Piété. Source : Statistique annuelle des institutions d’assistance, année 1906, p. 81.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/121032/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Tableau 5 – Monts-de-Piété. Opérations par mois. Source : Statistique annuelle des institutions d’assistance, année 1906, p. 82.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/121032/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
Légende Tableau 6 – Monts-de-Piété de France (non compris Paris) – Engagements par quotité. Source : Statistique annuelle des institutions d’assistance, année 1906, p. 83.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/121032/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 238k

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Rouen, vice-président du conseil scientifique du Comité d’Histoire de la Sécurité Sociale. Il préside l’Association pour l’étude de l’histoire de la Sécurité Sociale et de la protection sociale en Normandie. Il a notamment publié Le « Clou » rouennais des origines à nos jours (1778-1982). Du Mont-de-piété au Crédit municipal, Rouen, 1983 et Vers une République sociale ? Un itinéraire d’historien, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2009.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search