Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De la religion de tous à la religion de chacun

 | 
Gaël Rideau

Première partie. Les mutations de la réalité paroissiale

Chapitre I. La gestion paroissiale, entre temporel et religieux

Texte intégral

  • 1 Le réseau paroissial orléanais a connu quelques modifications aux XVIIe et XVIIIe siècles, comme l (...)
  • 2 J. Bossy, « The Counter Reformation and the People of Catholic Europe », Past and Present, 1970, p (...)
  • 3 P. Goujard, Un catholicisme bien tempéré, Paris, CTHS, 1996.

1La gestion des biens de la fabrique est une part essentielle de la vie religieuse paroissiale1. Surtout, elle constitue pour les laïcs un domaine d’intervention privilégié dans la vie de l’Église2. Cette administration dépasse donc la seule dimension économique. Elle y obéit évidemment dans ses structures et ses règles, mais s’en détache par la prise en compte permanente d’autres réalités, qu’elles soient politiques ou religieuses. Dès lors, la gestion paroissiale devient une approche de l’attitude des populations face à l’Église-institution, des paroissiens face au curé dans cette structure participative par excellence et face à l’autorité ecclésiastique dans son volet de tutelle paroissiale. De ce fait, cette réalité appelle une double lecture. Elle interroge, d’une part, le fonctionnement institutionnel d’ensemble de la paroisse pour en apprécier les lignes de force et les évolutions et rendre compte des attitudes laïques à ce niveau. D’autre part, elle croise les divers indices plus ponctuels de comportements pour approcher de manière indirecte la sphère religieuse3. Les cadres et le fonctionnement même de la fabrique s’imposent à l’attention, afin d’en définir les composantes et de cerner le partage entre les dimensions temporelle et spirituelle de ces réalités.

Les cadres de la gestion paroissiale

  • 4 Traité du gouvernement spirituel et temporel des paroisses, Paris, Debure, 1773, 1re éd. 1769.

2En tant que cellule administrative, la paroisse obéit à plusieurs règles rassemblées dans le traité de Daniel Jousse4. Ce dernier prend ici un relief particulier, puisque son auteur est orléanais et a exercé dans le bailliage de la ville capitale. Son livre reflète ainsi la réalité locale, présente dans de nombreux exemples choisis pour étayer les différents points de l’administration de la paroisse. Cependant, cette dernière rend imparfaitement compte de la diversité de la pratique. La lecture théorique doit sur ce point être complétée pour présenter les structures, au-delà des figures hiératiques des règlements. Pour ce faire, l’information doit être puisée dans le fonctionnement même de la paroisse, au travers des délibérations notamment, saisies tant dans les archives strictement paroissiales que dans les liasses notariées qui rassemblent nombre de procès-verbaux d’assemblées. Ce corpus vient compléter significativement les registres de délibérations et offre une continuité essentielle pour l’analyse.

Les acteurs

3Le traité de Jousse trace une nette répartition des tâches entre marguilliers (temporel) et curé (matières spirituelles), deux acteurs aux relations déterminantes pour la conduite de la paroisse. Le rapport clerc/laïc prend ici toute sa dimension personnelle. Cette relation se retrouve au niveau des autorités, puisque la paroisse ressortit des pouvoirs ecclésiastique et judiciaire. Dès lors, l’analyse revient à rendre compte de cette coexistence entre laïques et ecclésiastiques à différents niveaux et de ses multiples motivations.

Une élite socio-religieuse : les marguilliers

  • 5 ADL, 61J5, Délibérations, 15 décembre 1783, fo 43 sq.

4La notion de marguilliers renvoie immédiatement à la notabilité, tant par les privilèges attachés à la fonction que par ses conditions de recrutement. Ainsi, à Saint-Donatien, selon un règlement, les marguilliers sont des « habitants de bonne vie et mœurs, d’une probité reconnue, qui sachant lire et écrire, et qui par leur état et profession puissent en remplir les fonctions avec assiduité5 ». Cette définition trace les traits permanents de la fonction : résidence, capacité culturelle et financière, probité. Cependant, au-delà de ces premières caractéristiques, la diversité prime.

5Le plus fréquemment, la fonction est annuelle et donne lieu à une gestion individuelle des affaires courantes, mais le rythme d’élection peut être très divers. L’Alleu-Saint-Mesmin n’en élit qu’un à la fois et le renouvelle tous les ans. Les paroisses de Chaingy, Semoy et Saint-Pierre-le-Puellier en élisent deux pour deux ans de charge. La solution la plus courante à Orléans reste néanmoins celle de trois marguilliers pour trois ans, élus en même temps. Par sa taille, la paroisse Saint-Paul a adopté une structure différente avec l’élection de quatre marguilliers pour quatre ans. Néanmoins, ces structures ne sont pas immobiles. À Saint-Donatien en 1785 est adoptée une réforme qui renouvelle un marguillier sur trois tous les ans. Cette annualité renforce la personnalité de la gestion et la volonté de nombreux marguilliers d’attacher leur nom à une entreprise de prestige, dans le cadre maintenu d’une solidarité avec ses consorts.

  • 6 ADL, 3E10562, 30 mai 1762.

6Les élections sont tout aussi réglées par la coutume et l’usage au sein des assemblées générales, réunion des chefs de feux assujettis à un seuil d’impôt minimum. Sans imposer une cooptation directe, le choix se situe dans le cadre d’une liste dressée par les sortants et composée le plus souvent de deux fois plus de noms que de postes à pourvoir. Le syndic de Saint-Pierre-le-Puellier en précise le rôle en 1762 et le réduit en quelque sorte, puisqu’elle contient ceux « quil a entre autres crus plus dignes de leurs choix sur deux desquels ils pourront se fixer sans néantmoins vouloir exclure aucun autre paroissien qui ne seroient pas sur la liste6 ». Le choix des marguilliers renvoie donc à un monde de règles qui enserrent la sélection dans un corpus amoindri, au nom d’un souci de représenter l’ensemble de la population. La paroisse Saint-Paul procède ainsi à une alternance tous les quatre ans entre élus officiers et marchands, celle de Saint-Marceau a la coutume d’inscrire deux voituriers par eau (classe la plus nombreuse dans cette paroisse). Enfin, celle de Notre-Dame-du-Chemin, à cheval entre la ville intra-muros et les faubourgs, s’adapte à la croissance de ces derniers et prévoit à partir de 1725 d’élire deux marguilliers pour les faubourgs et un pour la ville, puis d’inverser les proportions à l’élection suivante et de continuer cette alternance.

  • 7 ADL, 3E10992, 22 mai 1774.

7L’élection du marguillier est donc l’expression de la volonté de la population, inscrite dans des limites étroites. Ne nous trompons toutefois pas sur sa signification, ce poste est d’abord une charge et entraîne des devoirs lourds, en partie contrebalancés par les honneurs. La législation en rend compte par l’obligation d’en assurer l’exercice une fois élu. L’assemblée se résume alors encore davantage en rapports de force. Elle n’est pas passive dans sa démarche. Ceci est patent à Saint-Nicolas-Saint-Mesmin en 1773 (annexe 3). Elle modifie profondément le mode d’élection, pour passer de la proclamation publique à un vote secret. Les attendus de cette décision tracent avec netteté les objets de contestation et les animosités qui parcourent ces assemblées. Sont mis à jour des rapports de force à double sens et non seulement au profit des candidats et élus. Ils s’enracinent dans un contexte plus large, puisque le même jour le nouveau mode de scrutin aboutit à la désignation de Joseph Seurrat de Belair, propriétaire de la raffinerie située dans la paroisse, et d’Hilaire Mathieu, vigneron. Or, le premier nommé s’oppose à cette désignation, puisqu’habitant d’Orléans il ne peut être choisi en campagne. Malgré l’obstination des paroissiens, une sentence du bailliage du 6 mai 1774 annule l’élection et interdit le nouveau mode de scrutin. De plus, le curé est indirectement accusé d’immixtion dans la gestion paroissiale et dans cette réforme7. Cette tentative sans lendemain s’inscrit dans une volonté de faire contribuer les propriétaires bourgeois d’Orléans, tendance que l’on retrouve dans de nombreuses contestations relatives à la taille ou autres contributions. Les cahiers de doléances en portent l’écho à la fin de la période. L’assemblée de paroisse est ainsi sous-tendue par des réalités politiques à considérer.

  • 8 A. Bonzon, L’Esprit de clocher. Prêtres et paroisses dans le diocèse de Beauvais (1535-1650), Pari (...)

8La charge de marguillier n’est pas exempte d’ambiguïté. Elle reste un poste de pouvoir réservé aux notables, terme générique qui renvoie à la sociologie locale. Ainsi, le monde agricole prédomine dans les campagnes (89 % sur 143), alors qu’en ville, un marguillier sur deux (sur 261) est marchand ou officier, loin des équilibres d’ensemble. La sociologie marguillière connaît une anamorphose au profit des couches supérieures et reproduit les groupes dominants de la ville. Les élections d’échevins font également appel à une distribution entre officiers et marchands. Pourtant, les effectifs de l’artisanat jouent leur rôle à un assez bon niveau (19 %). Nous retrouvons dans cette composition les critères de l’identité des marguilliers : un seuil de notabilité8. L’échelle significative est ainsi celle de la paroisse.

Paroisse (nombre)

Élites

Marchands

Peuple

Sainte-Catherine (19)

100 %

Alleu-St-Mesmin (24)

75 %

12,5 %

12,5 %

N.-D. Conception (16)

69 %

31 %

N.-D. Recouvrance (42)

36 %

17 %

48 %

St-Pierre-Puellier (30)

17 %

38 %

45 %

Saint-Hilaire (42)

13 %

74 %

13 %

N.-D. Chemin (28)

4 %

96 %

Orléans

39 %

36 %

25 %

Tableau 3. – Les marguilliers, une élite à l’image de la paroisse : profil social des marguilliers de sept paroisses orléanaises.

  • 9 Les proviseurs de la confrérie du Saint-Sacrement ne connaissent pas la même alternance, selon les (...)

9Le recrutement est plus populaire à Notre-Dame-du-Chemin, paroisse entre ville et faubourgs. Au contraire, les officiers dominent à Sainte-Catherine (11/19) et à l’Alleu-Saint-Mesmin (11/24), les marchands à Saint-Hilaire. La paroisse de Notre-Dame-de-Recouvrance témoigne de cette ouverture sur la société globale, au travers d’une organisation particulière : l’alternance triennale entre monde de l’élite noble et officière d’une part et extraction artisanale de l’autre9. Sans variation chronologique significative, la composition sociale de l’ensemble des marguilliers témoigne davantage pour des attitudes politiques et la part, légèrement croissante, des groupes populaires indique la montée d’une capacité d’intervention, assise notamment sur une alphabétisation accrue, condition de recrutement.

  • 10 ADL, 3E11256.

10Le monde des marguilliers est d’abord un monde de l’écrit. Seuls 74 sur 279 ne signent pas, soit 26 %, proportion inverse à celle de la population totale du département du Loiret en 1789 saisie au mariage. Même la campagne, légèrement en retrait avec 37 % de non-signataires, reste en avance face à la population totale. Condition de recrutement, la signature limite de fait le vivier d’éventuels candidats. À Saint-Hilaire-Saint-Mesmin le 15 juillet 1736, l’élection du successeur de François Legroux doit se porter sur un candidat « qui sache écrire attendu que led. défunt François Legroux estoit le seul des gagiers qui savoit signer10 ». Cet exemple marque l’importance et les limites de l’alphabétisation comme critère. S’il est indispensable qu’un des trois élus sache signer, la présence d’autres marguilliers, moins capables, n’est pas impossible. Les règlements rappelés par Jousse connaissent leurs limites dans la réalité pratique, ici la faiblesse de l’alphabétisation globale.

11L’action du marguillier s’inscrit dans le compte de sa gestion, à rendre au plus tard dans l’année, sous peine de poursuites. Les différents chapitres de revenus et dépenses résument ses fonctions, telles qu’elles sont décrites par Jousse, autour de la perception des baux et rentes possédés par la fabrique, des ressources casuelles liées aux bancs, chapelles et quêtes, de la conduite des dépenses ordinaires, de la réparation et entretien de l’église et des biens de la fabrique, du contrôle du sonneur, de la fourniture du nécessaire au service divin entre autres. Interventions qui sollicitent une attention ponctuelle et une anticipation par la préservation des droits de la fabrique et une connaissance de l’état du patrimoine.

  • 11 ADL, 3E3847, 17 mars 1748.
  • 12 ADL, 54J39, Registre pour servir à porter les délibérations, 26 décembre 1775, fo 15-17.
  • 13 Jousse a cerné les motifs de sa convocation, notamment les élections, redditions de comptes, procè (...)

12Dès lors, les comptes constituent une source d’opposition entre les marguilliers, souvent accrue par d’autres griefs. Jacques Tirant, élu au Crucifix en 1747, termine son année en mars 1748, mais n’a pu exercer sa charge en raison de l’obstruction de son prédécesseur, Jean Fleury, qui n’a rendu son compte qu’en février et a gardé les clefs, titres et papiers de la fabrique. L’assemblée continue Tirant dans sa charge, l’exonère des dettes de son prédécesseur et l’engage à se pourvoir contre lui pour obtenir l’argent manquant11. Afin d’anticiper ces querelles et une éventuelle concurrence, le règlement de Saint-Marceau en 1775 répartit les attributions des quatre marguilliers par la définition de quatre lots tirés au sort par les intéressés, tant en recette que dépense12. Les relations avec l’assemblée complètent l’approche de la fonction13. Le plus souvent, les comptes rendus manifestent une assez grande confiance et ne contiennent pas d’affrontements directs ; signe d’une entente préalable et d’une communion de vue sur des problèmes bien connus de tous.

13Émanation de la population élue selon des règles strictes, les marguilliers constituent donc une élite, sociale par sa composition, et religieuse par le rôle de gestion de la paroisse. À ce titre, ils sont des interlocuteurs privilégiés des curés, avec tout ce que cela suppose de tensions et de collaborations.

Le statut variable du curé

14Le temps est à la fois un facteur et une manifestation de l’enracinement paroissial du curé. Les prêtres gyrovagues sont présents (21 %), mais loin d’être majoritaires. L’enracinement se marque à partir d’une résidence de sept ans, cas de trois curés sur quatre. Or, plus de 40 % dépassent quinze ans dans une seule cure. Le portrait collectif est donc marqué du sceau de la stabilité et de la permanence, préalable important pour apprécier sa place dans la paroisse. La plupart du temps, les Orléanais ont affaire à un curé connu et intégré.

  • 14 D. Jousse, Traité du gouvernement, op. cit., p. 179 sq. ADL, 61J8, ordonnance du bailliage (1766). (...)
  • 15 Avis plus particuliers aux curez et aux autres prêtres, Orléans, Jean Boyer, 1712, p. 8-9.
  • 16 AN, G628, Dossier de Contres, lettre du 12 août 1768.

15Ces relations sont empreintes d’ambiguïté. Les règlements officiels en accroissent la portée, puisque le curé ne doit s’occuper que de la partie spirituelle de l’administration paroissiale. Néanmoins, les règlements de Saint-Donatien en 1766 et 1783 attestent de la présidence honorifique du curé dans les assemblées générales, à côté des notables et des marguilliers, de son rôle dans la vérification des comptes, la conservation d’un exemplaire des différentes clés et la nécessité de son accord pour les fondations14. La littérature ecclésiastique se fait l’écho de ces relations entremêlées. Un Avis, destiné aux curés, leur demande notamment de « déclarer qu’on ne veut rien changer dans les usages de la Paroisse, cette précaution est absolument nécessaire à un Curé dans le commencement ». L’auteur précise quelques lignes plus bas que le curé « doit bien s’establir dans l’esprit de son Peuple avant que de parler des reparations15 ». Les relations avec les paroissiens revêtent un caractère d’élaboration progressive, indispensable pour faire reconnaître ses droits par la suite. Sortons de l’archidiaconé d’Orléans pour lire la lettre de Petit de la Florentinière, curé de Contres, aux Agents généraux en 176816. Nommé depuis deux ans, le curé reconnaît avoir « commencé par m’attirer l’estime et l’amitié de mes paroissiens ; mais ensuite j’ai voulu aussi sçavoir et connaître mes droits et mes revenus ». Sa lettre est un long recueil de doléances et de questions (les meubles du vicariat, la fourniture du pain de messe, le montant des dépenses autorisées sans avis de la population) destinées à assurer sa position dans la paroisse.

  • 17 G. Rideau, « De l’impôt à la sécularisation : reconstruire l’Église. Les doléances religieuses dan (...)

16La réalité de la gestion paroissiale rend compte de cette coexistence parfois périlleuse. Les bonnes relations ne laissent que peu de traces et transparaissent par des pouvoirs donnés pour suivre telle ou telle affaire ou percevoir les revenus de la fabrique ou par une revalorisation du sort du curé. Ces exemples restent rares dans les sources, malgré le plus souvent une coexistence, voire une entente cordiale, relayée par l’image positive des curés au sein des cahiers de doléances. Dans la documentation, ce sont plus souvent les tensions qui prédominent, notamment au sujet des relations financières, dénoncées par les cahiers. Ceci s’enracine dans un vécu17.

  • 18 Faute de sources judiciaires, détruites en 1940, nous suivrons ces affaires au travers des actes d (...)
  • 19 ADL, 3E10901, 14 août 1689 ; 2J1804, Ancien registre de Saint-Jean-le-Blanc, fo 201 sq., 6 mars et (...)
  • 20 Elle s’appuie également sur le terreau favorable de la culture juridique des prêtres orléanais (no (...)

17Le règlement de Saint-Paul en 1716 précise que le marguillier est tenu d’acquitter au curé, pour fondations, cire et gros, une somme totale de 588 livres, réévaluée à 691 en 1735, somme effectivement présente dans les comptes. Cette imbrication financière entre fabrique et curé, comme les réparations au presbytère, offre ainsi matière à querelles. Jousse rappelle l’obligation pour les habitants de fournir le presbytère et la possibilité pour le curé d’y contribuer au prorata de ses possessions, sauf s’il est congruiste18. Une sentence du bailliage du 20 juillet 1689, rendue à la sollicitation du curé, oblige les habitants de Chanteau à réparer l’église et le presbytère. L’assemblée du 14 août suivant nomme un syndic et entame les démarches nécessaires à ces travaux. Le schéma se complique à Saint-Jean-le-Blanc en 176819. En février, afin d’éviter les poursuites, les héritiers d’un ancien curé paient les réparations du presbytère. Or, en mai, l’assemblée autorise les gagiers à poursuivre toute démarche nécessaire afin d’éviter de payer le surplus. Le presbytère est donc un enjeu essentiel de la gestion paroissiale et plus particulièrement des relations curés/fabriques. De ce fait, les curés successifs de Saint-Jean-le-Blanc s’attachent à faire reconnaître les améliorations qu’ils ont apportées à leur résidence afin de les extraire des droits de la paroisse. Ces tensions renvoient à des limites imprécises et attestent d’une volonté de définition claire des compétences, cause de nombreuses querelles20.

  • 21 ADL, 3E3825, 7 avril 1726.

18Elle est patente, déjà à Saint-Jean-le-Blanc en 172621. Les marguilliers veulent intenter un procès au curé afin qu’il rende les deniers touchés sur les redditions de comptes des anciens gagiers, déduction faite des paiements assurés par le pasteur pour différents travaux dans l’église. L’assemblée procède alors à une véritable transaction, définition des droits respectifs du curé et des marguilliers. Le curé reçoit l’autorisation de prélever l’argent issu de la vente de cinq ormes afin de financer la construction du mur du cimetière, objet auquel sera également appliqué l’excédent retiré des comptes et perçu par le curé. Enfin, les deniers reçus pour les places vendues appartiendront au curé sans aucune prétention des habitants. En contrepartie de ces droits, le curé s’engage à renoncer au remboursement des travaux effectués dans l’église. Cette affaire résume parfaitement la plupart des relations fabrique/curé par le mélange de tension et d’accord.

  • 22 ADL, 3E3846, 11 juin 1747 ; 3E3847, 22 septembre 1748.

19À Notre-Dame-du-Chemin en 1747, les marguilliers annulent un acte autorisant le curé à recevoir les rentes de la fabrique, au motif que « toujours il est praticqué dans toutes les paroisses de cette ville que cest les marguilliers qui reçoivent les revenus de la fabrique22 ». Cette décision et son argumentaire s’inscrivent dans une volonté de reprise en main totale de la gestion, face à un curé nouvellement nommé (1744). La querelle rebondit en 1748, autour des fondations. Les habitants se rangent à l’avis des marguilliers et les autorisent à poursuivre les différents procès, toujours en cours en 1750. Ces diverses péripéties traduisent une affirmation des laïques face à un pouvoir détenu dans cette paroisse par le curé.

  • 23 ADL, 3E10487, 7 décembre 1704 ; 3E10488, 11 janvier 1705.
  • 24 ADL, 3E10497, 22 mai 1712.

20Saint-Pierre-le-Puellier permet d’aller plus loin. En 1704, le curé assigne les marguilliers devant l’officialité pour le paiement de son gros. L’assemblée du 7 décembre est consacrée à l’examen des titres justificatifs et à leur contestation pour faire appel à l’officialité. Un mois plus tard, une nouvelle assemblée demande à l’évêque de régler tous les problèmes avec le curé23. La mort de Jean Mauguyn en 1710 ne met pas un terme à la querelle. Son successeur, Claude Michau, reprend ses arguments et sa stratégie : nouvelle assignation à l’officialité en 1712 pour deux ans de son gros et nouveau pouvoir au syndic de faire appel. Toutefois, l’argumentaire se complète. D’une part, il dénonce les manœuvres du curé pour obtenir un acte de transaction « clandestinement fait parceux du party dudit feu Sieur Mauguyn à l’insçu du général des habitans et par autre notaire que le notaire ordinaire de la paroisse », signe d’une division au sein de la paroisse24. D’autre part, il trace un net partage entre juridictions laïque et ecclésiastique et conteste que « la demande dont il s’agit nest point de la jurisdiction ecclésiastique et quils doibvent estre renvoyez devant juges laïques compétans pour en cognoistre ». Or, cette contestation prend fin en 1714, par l’appel à un arbitrage de deux conseillers au présidial. Les habitants ont ainsi obtenu une médiation laïque.

21Ces querelles s’organisent donc autour de points d’accrochage proches (propriété, distribution des droits, réparations) et du jeu entre règlement judiciaire et transaction dans leur résolution. De la prévôté au parlement, en passant par le bailliage, toute l’échelle judiciaire joue ici son rôle, doublée par la hiérarchie de la justice ecclésiastique. Néanmoins, le recours judiciaire apparaît moins comme un moyen de règlement proprement dit que comme un outil de pression d’une des deux parties sur l’autre, pour obtenir un accord à l’amiable. Par conséquent, de nombreuses procédures ne vont pas à leur terme. Notre-Dame-de-Recouvrance offre un bon exemple de paroisse traversée par de fortes tensions entre le curé (Jean-Baptiste Rousselet) et ses paroissiens, mais aussi de tensions internes à la paroisse et de relations politiques (annexe 4).

  • 25 ADL, 3E6773, 15 mai 1763 : « Les parties étoient sur le point d’introduire une nouvelle instance, (...)

22La chronologie est assez nette. De 1761 à 1763, les contestations concernent essentiellement la tenue des assemblées et un règlement édicté par le parlement le 7 août 1762 à la demande des marguilliers. C’est l’époque d’une guerre ouverte et d’assemblées tumultueuses dans lesquelles les prises à partie sont directes et personnelles. Elle prend fin avec le compromis du 16 mai 1763 qui fait appel à l’arbitrage du lieutenant général du bailliage – signe qu’après 1760, l’autorité laïque est vue comme compétente en ces matières – sur la nature et le montant du gros, le nombre et la qualité des fondations, la question du presbytère, le paiement des frais au parlement, un reliquat gardé par le curé et demandé par les marguilliers25. La seconde moitié de l’année se ponctue d’escarmouches sur l’entretien de l’église ou la reddition de comptes. Le 26 juin, Daniel Arnauld de Nobleville, l’un des adversaires récurrents du curé, remontre à l’assemblée que Jogues, autre adversaire, a prêté une croix en argent pour décorer l’autel. Or, le curé refuse de la recevoir dans le trésor et précise « quil ne soufriroit jamais que lad. croix servira à l’hostel et qu’il est le maître de son sanctuaire ». Enfin, en 1764-1765, les grandes manœuvres reprennent, autour cette fois de la confrérie du Saint-Sacrement et de son statut.

  • 26 ADL, 3E6772, 12 avril 1761 et 5 décembre 1762.
  • 27 D. Jousse, Traité du gouvernement, op. cit., p. 121.

23Les points de désaccord sont ainsi nombreux. Le premier a trait à la tenue des assemblées. Dès le 12 avril 1761, la présence conjointe du curé et du vicaire est interdite. De même, celle du seul curé pose question, au cours de débats dont il est partie prenante. Ceci nourrit les accrochages les plus virulents : le curé demande de soumettre aux voix cette motion, alors que les marguilliers refusent de délibérer en sa présence. Le blocage est inévitable et paralyse les réunions. Le 5 décembre 1762, l’assemblée est levée sans rien décider et le curé demande l’exclusion des marguilliers, eux aussi partie dans le sujet de la délibération26. Le règlement de 1762 offre un nouveau point de litige et une référence obligée des discussions des années 1762-1763. Le 28 novembre 1762, le curé demande de le mettre aux voix, ce que refuse le marguillier, au motif qu’il doit juste le communiquer aux habitants. Le curé rétorque qu’il s’y oppose, suivi en cela par plusieurs paroissiens. Le 5 décembre, un autre aspect du règlement est mis en question : la teneur des billets de convocation. Celui du 5 décembre rappelle que les habitants non habilités – payant une capitation de moins de 15 livres selon le règlement – à assister à la réunion ne devaient pas s’y présenter27. Le curé ne le publie pas à cause de l’inutilité de ce rappel.

  • 28 ADL, 3E6773, 12 juin 1764 : point de départ de toutes les discussions des années 1764-1765.
  • 29 Idem, 29 juin 1764 ; 3E6774, 12 mai 1765.

24Le deuxième point de désaccord concerne le statut de la confrérie du Saint-Sacrement de la paroisse. Elle fait son apparition le 12 juin 1764, à l’occasion d’une quête organisée par le curé et dénoncée par les marguilliers comme onéreuse à la population et non approuvée par eux, malgré les allégations du curé28. Surtout, ils proposent sa réunion au grand banc, transfert symbolisé par la destruction du banc du Saint-Sacrement. La sentence est rendue le 29 mars 1765, dans le sens des marguilliers. Ces derniers s’engagent alors à transiger avec le curé pour la question des offices du Saint-Sacrement. Ce dernier point est réglé provisoirement le 19 mai, dans le but d’éviter l’annulation de l’office pour l’année en cours29. Enfin, des désaccords apparaissent ponctuellement.

  • 30 ADL, 3E6772, 16 août 1761.

25Au travers de ces thèmes, se lisent des stratégies différentes et les fondements de la contestation, dont les points de désaccord ne sont que les symptômes. Le curé insiste sur les clivages sociaux et joue nettement le peuple contre les élites (marguilliers et notables), stratégie qui explique en réponse l’adoption du règlement de 1762, dont la principale disposition limite l’accès à l’assemblée générale sur une base financière. Le 16 août 1761, il « a percisté à soutenir qu’on devoit prendre l’avis de tous les autres habitans qui environnent le banc de l’œuvre et ajouté qu’il y en avoit une quarantaine ». Or, après cette intervention, « le tumulte et les cris ont augmenté de tel […] sorte qu’il n’étoit plus possible d’entendre personne ce qui a continué pendant près d’un quart d’heure, à la fin duquel le scandal est devenu extrêmement considérable et les cris de la populace tellement menaçants30 ». Les marguilliers associent, dans une vision péjorative, le tumulte à la masse invoquée par le curé dans un lien évident entre les deux phénomènes. La volonté du curé de soumettre le règlement au suffrage des habitants en est une preuve supplémentaire. Les conflits autour de la confrérie du Saint-Sacrement obéissent à cette même logique. Les quelques indications sociales relatives à ses proviseurs tracent un contour plus artisanal que celui des marguilliers du grand banc. Le soutien apporté par le curé prolonge alors la démarche amorcée dès 1761, tandis que les gagers, par la volonté de réunir la confrérie à la fabrique, témoignent d’une affirmation d’autorité et de pouvoir sans ambiguïté.

  • 31 A. Bonzon, L’Esprit de clocher, op. cit., p. 210-216.
  • 32 ADL, 3E6773.

26Face à cette démocratisation, les marguilliers font ressortir le caractère emporté du curé et le discréditent par son côté procédurier et contestataire. Outre l’association des interventions curiales et d’un tumulte populaire, les mentions se multiplient d’injures et de comportements déplacés qui illustrent une reprise détournée du discours tridentin sur le comportement du prêtre, selon un procédé classique dans ces querelles31. L’assemblée du 29 juin 1764 en est un parfait réquisitoire32. Le curé aurait revendiqué l’appui des marguilliers pour des quêtes au profit du Saint-Sacrement, alors qu’ils n’ont pas été consultés. De même, il aurait refusé de publier un billet de convocation de l’assemblée sous le faux prétexte de la nécessité d’un délai d’une semaine entre la convocation et la tenue. Enfin, lors d’une conciliation avec les marguilliers, « ledit Sieur curé sans respecter son propre caractère leur personne et leur qualité de député d’une assemblée pour toute réponse chargeat lesdits Sieurs Jogues et Gourgoulin, d’injures telles que la charité ne permet point de les répéter ». Ainsi, selon l’argumentaire des gagers et notables, « il a coutume d’affecter de parler en maitre et de faire son apologie, et d’entretenir ses habitants de ses qualittés personnelles […] de se servir de la chaire pour faire entrer le public dans ses vues relativement aux affaires temporelles [par] une critique amere et malicieuse ». Dès lors, ils ont beau jeu de mettre en valeur leur calme et d’énoncer que « par cette conduite il étoit parvenu a exiter une émotion qui auroit pû avoir les plus grandes suittes si la prudence des marguilliers et notables ne l’avoit alors prévenu ».

  • 33 1767, p. 146-148 et 158. Voir infra chap. iv.

27Ces accusations réciproques reprennent clairement les schémas traditionnels des querelles paroissiales, avec la place des règlements judiciaires, des compromis et des thématiques. Par ces confrontations successives se jouent de véritables relations de pouvoir. Ces conflits constituent autant d’occasions de définition de compétences, par la pratique ou la voie judiciaire. Néanmoins, la situation de Notre-Dame-de-Recouvrance se complique également des derniers soubresauts de la querelle janséniste en ville. Les marguilliers cités sont le plus souvent des tenants du parti, alors que le curé Jean-Baptiste Rousselet est dénoncé comme un moliniste zélé, portrait du fanatisme pour les Nouvelles Ecclésiastiques, ce qui motive son exil en 1752. Son appel au peuple est ainsi dénoncé et le nouvelliste précise que « nous ne finirions pas si nous voulions décrire en détail les traits ordinaires de son fanatisme, ses fausses délations, la chaleur dangereuse qu’il inspire au menu Peuple33 ». Oppositions doctrinale et fonctionnelle se conjuguent donc dans ces conflits, sans que l’une des explications seule soit suffisante pour expliquer cette dureté. Celle-ci renvoie à toute une réalité humaine et à des rapports interpersonnels précis et peu apparents dans notre documentation, assis sur une vision sociale et un souci, sans doute réel, du curé d’ouvrir la vie paroissiale. Dès lors, le clivage ne passe pas qu’entre curé et laïcs, mais aussi entre notables et peuple.

28Les relations avec le curé sont donc un élément essentiel de la vie paroissiale, traversée de tensions ponctuelles qui se cristallisent en de véritables crises. Ces dernières interviennent toujours autour de thèmes proches. Plus qu’une affirmation déterminée et systématique des laïques face au curé, ces schémas de tension reproduisent surtout des querelles de compétences et des tensions sociales au sein de la paroisse, vue comme un lieu, sinon politique, du moins d’affrontements. Nous retrouvons ces tendances dans les relations avec les autorités ecclésiastiques et judiciaires.

Les autorités

  • 34 Traité du gouvernement, op. cit., p. 197-200.

29Compte tenu du double caractère, religieux et administratif, de la paroisse, celle-ci renvoie aux hiérarchies ecclésiastique et laïque. Jousse a cerné les ressorts « du pouvoir et de l’autorité des évêques sur les paroisses » et rappelé qu’ils intervenaient pour la surveillance de l’équipement de l’église (dont les réparations) et des éléments indispensables à l’accomplissement de l’office divin, au travers de la reddition des comptes et, bien sûr, des relations entre le clergé et les laïques34. Le prélat est avant tout une tutelle, un regard de contrôle orienté essentiellement vers l’office divin et le statut de l’ecclésiastique. En réponse, les statuts synodaux insistent sur la bonne tenue des comptes. Les mandements, pour leur part, conditionnent la vie paroissiale, hors de la seule sphère spirituelle, par la clôture des cimetières, la manière de sonner les cloches, les constructions et réparations des églises, leur décoration et les fondations.

30Les visites pastorales sont le temps essentiel de ce contrôle épiscopal, direct ou par le biais d’un archidiacre. L’inspection du visiteur recouvre alors tous les aspects comme à la Chapelle-Saint-Mesmin en 1719. Outre les recommandations au curé, le texte réclame pêle-mêle des travaux aux fenêtres et à la couverture de l’église, la tenue des comptes selon le synode de 1711, l’inscription des délibérations sur un registre, la rédaction d’un inventaire des titres, ornements, linges et livres remis à jour à chaque entrée d’un nouveau gagier, et enfin l’exactitude des déclarations d’hypothèque. Nous retrouvons les têtes de chapitres de Jousse.

  • 35 ADL, 56J13, Livre pour les comptes de Saint-Martin d’Olivet (1753-1791).

31La rareté des sources nous empêche d’établir une chronologie indicative, mais la paroisse d’Olivet illustre la permanence de ces ordonnances35. En 1759, les ornements apparaissent en mauvais état et doivent être réparés ou changés. De même, le cimetière doit être fermé contre l’intrusion des bestiaux, demande déjà signalée à la visite précédente. Enfin, le porche doit être détruit pour faire place à un « portail honeste et decent », prolongé par un carrelis uniforme dans toute l’église, image du souci clérical de posséder des sanctuaires décents. Deux ans plus tard, les mêmes ordonnances sont réitérées, et donc non appliquées. S’y ajoute la nécessité de remettre les titres à jour et de constituer les déclarations d’hypothèque indispensables à la défense des droits de la fabrique. En 1765, les ornements apparaissent en « assez bon état » et le porche est refait. Les injonctions traitent alors des chapiteaux du mur du cimetière à rétablir et du confessionnal du vicaire. De même, la paroisse doit acheter un missel et deux processionnaux, achats de nouveau exigés en 1774. En 1767, le rappel à l’ordre précise que les remboursements de rentes doivent être replacés et non utilisés pour financer les dépenses. Dans ce même ordre d’idée, les ordonnances relatives à l’exactitude des baux et hypothèques des biens de la fabrique sont rappelées en 1769 et 1772. Enfin, en 1774 l’archidiacre demande la réparation du ciboire, toujours attendue en 1777. Ce détour rend compte à la fois des domaines d’intervention de l’autorité épiscopale, ici représentée par l’archidiacre, et des résistances relatives de la population, par le délai mis entre l’ordonnance et sa réalisation effective. Le plus souvent, deux visites au moins reprennent le même sujet, soit six à huit ans.

  • 36 ADL, 2J1797, Arrêt de la Cour de Parlement du 19 août 1721.
  • 37 ADL, 61J5, Délibérations op. cit., ordonnance du 23 juillet 1766.
  • 38 Idem, 4 mai et 26 juin 1783, fo 40-42.

32Cependant, l’autorité judiciaire a affirmé son autorité sur les paroisses et vient compléter (ou concurrencer selon les cas) l’autorité épiscopale. Elle apparaît tout d’abord dans la résolution de cas ponctuels. Nous en avons fourni plusieurs exemples. Surtout, cette intervention s’affirme progressivement et aboutit à de véritables règlements généraux dans un souci d’uniformité. Dès 1721, le parlement intervient pour homologuer le règlement édicté par l’évêque pour la paroisse de Saint-Paterne36. Quarante ans plus tard, l’initiative épiscopale disparaît et le bailliage rend seul une ordonnance qui porte règlement pour la paroisse de Saint-Donatien37. En 1783, un nouveau projet est dressé38. Il aboutit à des « articles de règlement » signés par le procureur général du roi. Cet acte précise les points litigieux et élargit les thèmes en envisageant les fondations, la distribution du pain à bénir, la conduite dans l’église ou les règles morales de la charité paroissiale. Plus que le contenu lui-même, assez commun, l’énonciation par le parlement forme un axe important et affirme l’autorité laïque dans ce domaine, à côté (voire à la place) de l’évêque.

  • 39 L’édition de 1773 contient un recueil de 236 pages des principaux textes relatifs à ces questions.

33Le traité de Jousse se situe dans cette même optique. Le magistrat du bailliage d’Orléans publie sa mise au point dans les années de l’intervention judiciaire (première édition en 1769). Or, il y participe activement au travers du règlement de 1766 pour Saint-Donatien auquel il a sans doute contribué, mais surtout de l’organisation des papiers de Saint-Paul. Favorable à la place des laïques, complétée d’une limitation du curé au spirituel, et à la compétence des tribunaux sur un grand nombre d’aspects, il résume et théorise la pratique qui se met en place. Il s’appuie ainsi très fortement sur le corpus des textes réglementaires, relatifs tant à Paris qu’à des paroisses de province, véritables recueils d’autorités et de jurisprudence. L’avertissement au lecteur de l’édition de 1773 se situe explicitement dans la lignée des arrêts rendus depuis 60 ans et mentionne la table chronologique qui en est dressée à la fin de l’ouvrage39. Elle remplit un but éminemment pratique, modèle de gestion pour les paroisses et recours pour les marguilliers amenés à se défendre contre les curés.

34Par conséquent, d’une part, la gestion de la fabrique doit transiger avec ces tutelles, force d’encadrement qui réduit en partie l’autonomie paroissiale. D’autre part, la concurrence des autorités nuance quelque peu ce constat et offre un espace de négociation, dans une tendance à l’affirmation du pouvoir laïque (avec comme charnière la décennie 1760) et d’un partage plus net entre les deux sphères de compétences. Ce dernier élément trace un axe essentiel des cadres paroissiaux. Les points d’accrochage sont récurrents entre curé et fabrique et sont également les symptômes d’opposition plus profonde, d’origine personnelle ou reflet d’une rivalité laïc/clerc, voire entre laïcs. À côté des textes réglementaires, le partage des compétences résulte également de la pratique et reflète l’entente générale au sein de la paroisse.

Les impératifs de la gestion

35Les textes réglementaires demandent donc à être complétés par la pratique pour mieux saisir les ressorts de la gestion paroissiale. La gestion proprement dite, suivie dans sa continuité, révèle les grands équilibres de la vie paroissiale et en fait ressortir les mécanismes, cadre essentiel pour replacer les évolutions ultérieures. Par cette reconstitution des rouages et des impératifs de l’administration de la fabrique, nous pouvons affiner notre approche du découpage entre temporel et spirituel et mieux cerner, au travers des thèmes privilégiés, la réalité paroissiale dans son volet institutionnel.

L’intervention des assemblées générales

  • 40 Les relevés dans les liasses notariales ont suivi le rythme de l’ensemble de nos recherches dans c (...)

36Convoquée pour toutes les affaires importantes, l’assemblée générale résume les grandes lignes de la gestion40. Elle est le plus souvent réunie une à deux fois par an. Sur ce socle structurel, se greffent des pics conjoncturels. À Saint-Pierre-le-Puellier, alors que la moyenne est de 1,7 assemblée par an tout au long du siècle, la fréquence augmente en 1724-1726 avec sept assemblées en trois ans, dont quatre relatives au règlement des relations avec le chapitre. De même, les années 1748-1750 voient se dérouler huit réunions centrées autour des travaux à effectuer à l’église et d’un projet de fusion avec la paroisse de Saint-Aignan. Il en est de même à Recouvrance en 1763-1765 autour des relations avec le curé. Cette intensification du calendrier des réunions renvoie à deux motifs différents : une affaire importante ou une conjonction, image de la remise en ordre de la gestion.

37La gestion ordinaire est d’un autre ordre : parmi les 427 procès-verbaux réunis, 103, soit 24 %, ont trait à l’élection de marguilliers ou à la reddition de leurs comptes, suivis de la gestion des biens (15 %) et des réparations de l’église (14 %). Ainsi, plus de la moitié des assemblées ne concernent que ces trois sujets. Face à ce socle, se manifestent des actions précises, comme les bancs à Olivet ou l’édiction d’un règlement et son adoption à Saint-Marceau. Seule la place des fondations à Notre-Dame-de-Recouvrance marque une caractéristique affirmée, témoignage d’une vitalité.

38Cette répartition révèle bien la part prépondérante de la gestion dans l’action de la fabrique et la place du temporel. Dans ce fonctionnement, l’assemblée générale revêt une finalité évidente : assurer la perception des revenus de la fabrique pour la réparation de l’église et l’entretien des bâtiments, avec comme corollaire le financement de la charité. Fonctions essentielles que celles-ci remplissent avec des moyens bien divers.

Riches et pauvres : une géographie des capacités financières

  • 41 AN, G516*, Département général des décimes : seule source à indiquer des revenus pour les parois (...)

39Le pouillé de 1760 en offre une image de synthèse41. Il indique en effet, à côté de la dotation des cures, le revenu des fabriques pour l’ensemble du diocèse. Néanmoins, ces chiffres portent à interrogation et, comparés aux comptes, témoignent d’une réelle sous-estimation. Ils se rapprochent davantage du niveau des seules rentes, complétées dans quelques cas par d’autres revenus fixes. Dès lors, il nous semble que cette estimation ne tient compte que de la quotité fixe de la recette, à l’exclusion des revenus casuels (glas, quêtes et bancs principalement). Ce document se prête donc seulement à une lecture interne et ne reflète qu’imparfaitement les revenus effectifs. La carte qu’il trace met en valeur l’archidiaconé d’Orléans et la ville capitale, suivis de la région de Sully. Elle souligne un axe ligérien, de Sully à Orléans, plusieurs pôles ponctuels (Pithiviers, Toury, Allaines), quelques grandes paroisses du sud du diocèse (Tremblevif, Chémery). Le reste est largement en retrait. La ville d’Orléans connaît une répartition inverse, dans laquelle l’ouest des grandes paroisses est avantagé face à un est plus en retrait.

  • 42 ADL, 1MiEC 043 R1, 1725 et 1727.

40L’exemple de l’archidiaconé d’Orléans permet de rendre compte de diverses hypothèses explicatives de ces différences. Cette carte est en premier lieu un reflet indirect de la distribution de la population. La majorité des paroisses se situent dans une progression arithmétique entre nombre de feux (mesuré en 1789) et niveau de revenu de la fabrique. Or, les paroisses bénéficiaires d’un revenu plus élevé, comparé à leur poids démographique, se situent à l’est de l’archidiaconé. Ce dimorphisme renvoie peut-être à une influence du foncier et de l’activité économique. Pourtant, il nous semble davantage relever de la place de l’histoire de la paroisse et plus précisément de la quantité de fondations. En effet, le pouillé prend en compte la partie fixe du revenu, issue pour la majorité des fondations accumulées par chaque fabrique. Ces caractéristiques expliquent à la fois l’avantage de l’archidiaconé d’Orléans sur l’ensemble du diocèse et la prégnance de l’est. Cette dernière région concentre nombre de possessions rurales de la bourgeoisie orléanaise, dispensatrice de donations. L’aberration statistique de la paroisse de Bou s’explique ainsi par la générosité d’un paroissien zélé. Jacques Boytard lègue une rente de 150 livres et de quoi fonder une mission tous les six ans42. Cette répartition inégale renvoie donc à une conjonction d’explications qui s’enracine dans une histoire régressive à l’échelle de la paroisse, image d’une vitalité accumulée, à associer à d’autres éléments. Sa résolution réside dans un croisement entre histoire institutionnelle, religieuse et sociale, de la composition du patrimoine paroissial. Néanmoins, cette source reste imparfaite pour approcher les niveaux effectifs des recettes, ceux qui vont être mobilisés pour financer les réparations d’église notamment.

  • 43 BMO, Ms761, Livre de la fabrique de l’Alleu-Saint-Mesmin et ADL, 2J1795, Extrait des comptes de la (...)
  • 44 ADL, 123J1, Compte des recettes et dépenses (1720-1786) ; 2J1788, Livre pour servir à Messieurs le (...)
  • 45 La paroisse de Saint-Marceau rejoint ces niveaux et semble être l’une des plus riches de la ville. (...)
  • 46 D’après les fragments de comptes de Saint-Maurice et Saint-Hilaire. ADL, 13J99, Compte de marguill (...)

41À ce niveau, les écarts restent flagrants. À Orléans même, la paroisse de l’Alleu-Saint-Mesmin oscille entre 110 et 246 livres de revenus, alors qu’à l’autre extrémité de l’échelle, Saint-Paul avoue un revenu de 3 674 livres en 173843. Pour la décennie 1750, Notre-Dame-de-Recouvrance atteint 1 559 livres, Sainte-Catherine 2 730 et Saint-Victor 1 55444. Les grandes paroisses de l’ouest de la ville culminent donc au-dessus du seuil de 2 000 livres45. Celles du centre présentent les revenus les plus divers, le plus souvent de l’ordre de 800 à 1 300 livres pour les mieux dotées46. Nous ne possédons que des indications indirectes pour les paroisses de l’est de la ville, à l’exception de Saint-Victor, assurément la plus riche de cette partie. Notre-Dame-du-Chemin (grâce à sa population nombreuse) et Saint-Euverte atteignent sans aucun doute les 1 000 livres, alors que Saint-Donatien se rapproche de la réalité des paroisses centrales, autour de 800 livres. Enfin, le niveau paraît bien inférieur à Saint-Pierre-le-Puellier à la population plus artisanale.

42Face à ces niveaux, la campagne est dans l’ensemble bien démunie. La plupart des fabriques sont sans doute situées en deçà des 500 livres et peu dépassent les 1 000 livres de revenus. Dans notre échantillon, seul Olivet les atteint. Ces niveaux contrastés constituent ainsi un impératif essentiel pour l’administration paroissiale et donnent un cadre financier à la politique des marguilliers. Néanmoins, plus que les niveaux de recette, la capacité financière s’exprime dans la gestion, saisie dans sa continuité et notamment dans la balance des comptes.

Une gestion cyclique

  • 47 Les développements suivants sont assis sur les documents, cités une fois pour toutes : BMO, Ms761,(...)

43Les registres comptables de neuf paroisses, suivis dans un temps assez long, apportent cette mesure, soit quatre paroisses urbaines (l’Alleu-Saint-Mesmin, Notre-Dame-de-Recouvrance, Sainte-Catherine et Saint-Victor) et cinq rurales (Chaingy, Chécy, Olivet, Saint-Jean-le-Blanc et Saint-Jean-de-Braye)47. Visés par les autorités ecclésiastiques, ces comptes sont fiables. Ils révèlent à la première lecture une gestion saine, dans laquelle les années bénéficiaires l’emportent sur les déficits : une année sur trois au pire pour l’Alleu-Saint-Mesmin et Olivet, mais beaucoup plus souvent moins d’une sur cinq pour six paroisses sur neuf. Ces déficits correspondent le plus souvent à une dépense massive datée. À l’échelle du siècle, le solde est positif. Les fluctuations de la courbe des recettes, parallèles à celles des dépenses, en sont la principale manifestation.

44Cette première approche ne rend pas compte de l’exercice effectif de la gestion annuelle, dans lequel le reliquat joue un rôle majeur. Sa soustraction du chapitre des rentrées lisse le portrait et rattache les variations à l’exercice effectif de la charge marguillière, à l’échelle annuelle. Les déficits sont alors plus nombreux et marqués, de l’ordre d’une année sur deux pour les paroisses urbaines et Chécy ou Olivet, de 40 % pour les autres. Cette simple confrontation fait ressortir une gestion qui s’inscrit ainsi dans une épaisseur chronologique, bien supérieure au bilan annuel.

  • 48 17 mois en moyenne à Beauvais au siècle précédent. A. Bonzon, L’Esprit de clocher, op. cit., p. 24 (...)

45Son cumul permet en effet de faire face aux grosses dépenses et d’équilibrer les comptes. Les pics de dépenses de Chécy en 1737-1739 (3 600 livres), 1745-1747 (3 733), 1749-1751 (4 448) et 1755-1757 (2 801) correspondent ainsi à la perception de gros reliquats qui viennent compléter les ressources habituelles. Ces sommes sont respectivement de 2 104 livres (58 % de la dépense), 2 099 (56 %), 2 469 (56 %) et 543 (19,4 %). La règle est la même pour les paroisses urbaines. L’insistance à veiller à l’exactitude et au rythme de la reddition des comptes prend sens. Tant que celle-ci n’est pas effective, la manne attendue reste en suspens. Dès lors, les paroisses cherchent à diminuer cet intervalle. Les habitants de Chaingy décident au cours de l’assemblée du 11 décembre 1785 d’imposer cette reddition à la fin de l’année d’exercice. Or, les délais de trois à quatre ans restent courants après cette date48. Ces affirmations restent le plus souvent des vœux pieux. La paroisse de l’Alleu-Saint-Mesmin est exemplaire : 32 redditions sur 35 dans les six mois de fin d’exercice, dont 15 dans le mois. Pourtant, les années 1757-1759 voient un déclin de cette observance et constituent les dernières années du registre, peut-être signe d’une désagrégation de l’administration. Ailleurs, la norme réglementaire est l’exception. Dès lors, les régulations autoritaires sont récurrentes jusqu’à la prochaine incartade. Les marguilliers de Saint-Victor régularisent ainsi la situation des années 1700-1712 en 1734-1736.

  • 49 ADL, 3E10517, 19 janvier 1727.

46Cette attention pour le reliquat ressort nettement des délibérations relatives aux dépenses. En 1727, les habitants de Saint-Pierre-le-Puellier obligent les marguilliers à rendre compte dans la quinzaine pour payer les ouvriers qui menacent la paroisse de procès. Le lien est évident49. Le reliquat joue ainsi un rôle essentiel d’épargne pour les fabriques, mobilisée en cas de besoin, une sorte de capitalisation et de variable d’ajustement. Sa gestion est très différente selon les paroisses. Notre-Dame-de-Recouvrance et Saint-Pierre-le-Puellier font rendre les comptes au moment de la dépense, dans une sorte de privatisation qui laisse l’argent dans les mains du marguillier. Au contraire, à Olivet, une véritable caisse semble avoir été réservée à cet effet. Les travaux de réparation de la voûte en 1732-1735 et de construction d’un nouvel autel en 1738-1740 n’apparaissent pas dans les comptes courants, mais sont mentionnés à part, sous la titulature d’utilisation des reliquats. Les deux aspects sont ici bien distingués. Enfin, la notion de placement est parfois encore plus nettement marquée, lorsque le reliquat est utilisé en tout ou partie pour acheter une constitution de rente, comme à Saint-Marc en 1727.

  • 50 Les solutions de rechange font, elles, appel aux finances des paroissiens en tant que particuliers (...)

47La comptabilité paroissiale relève donc d’une double logique. La gestion ordinaire s’appuie sur une somme relativement fixe destinée à des dépenses tout aussi rigides. Dans le cadre du volet extraordinaire, la dépense devient primordiale. Ses fluctuations motivent la mobilisation de ressources supplémentaires, comme le reliquat. Ce dernier apparaît comme le moyen le plus courant et le plus favorisé par les fabriques qui peuvent se le permettre50. Quoi qu’il en soit, l’attention à la gestion est soutenue.

  • 51 ADL, 54J39, Registre pour servir, op. cit., fo 18-21.

48Le projet de règlement dressé par les marguilliers de Saint-Marceau en 1775 vise à simplifier les opérations de comptes51. Il établit un registre pour les glas et fosses perçus par le sonneur, ordonne la perception de l’adjudication des bancs selon un ordre précis et propose la création de quatre lots (soit autant que de marguilliers) pour éviter les doubles emplois entre gagiers. Leurs confrères de Chécy résument parfaitement cette attention en 1761 et tracent un véritable programme selon lequel

  • 52 ADL, 124J4, fo 149-150.

« […] il est absolument nécessaire pour bien conduire les interets de la fabrique d’avoir une connoissance claire de tout ce qui la concerne, tant pour le passe, que pour le présent, et lavenir, de connoistre tous les titres, de veiller à lordre et larrangement de ces memes titres, de n’en tirer aucun que par bon recepisse, de connoitre la nature des rentes et fermes, de faire passer des declarations d’hypotheques, de soutenir les droits contestés par des gens de mauvaise foy, de faire passer des bails a ceux qui ont pris quelque portion de biens par enchere, ou autrement, de retirer les susdits bails de chez M. le notaire en temps52 ».

  • 53 La poursuite des débiteurs indélicats en forme un chapitre important et récurrent.

49Ce programme retrace les sujets de préoccupation des gagiers, dans une recherche générale d’ordre et de méthode en vue d’une efficacité de gestion53. Elle passe notamment par la rédaction, à intervalle régulier, d’inventaires des titres de la paroisse qui enregistrent les divers rentes et baux pour éviter toute prescription et organiser leur perception.

  • 54 ADL, 3E3836, 22 décembre 1737.

50À ce titre, le replacement des capitaux de rentes remboursés occupe une grande place dans la gestion fabricienne. La limitation légale de ce replacement sur les communautés et le roi en 1759 est ainsi durement ressentie. La fabrique de Notre-Dame-de-Recouvrance en atteste, puisqu’il lui faut six mois pour replacer plusieurs capitaux remboursés en 1750, et plus d’un an en 1764, ce qui correspond à des manques à gagner importants. Ceci explique la volonté des marguilliers de mobiliser ces capitaux pour des dépenses courantes. Cette volonté est évidente à Notre-Dame-de-la-Conception en 1737 pour une fondation destinée à doter une pauvre fille. Faute de mariage effectif et d’efforts de la part de la fabrique depuis plusieurs années, les marguilliers envisagent de consacrer ces revenus aux réparations de l’église et à l’achat de linge « absolument nécessaire ». Écrivant aux descendants du fondateur, ils considèrent comme acquiescement l’absence de réponse. Les habitants agréent ces démarches qui s’enracinent dans une pratique déjà ancienne54.

  • 55 ADL, 3E6772.
  • 56 ADL, 50J8, Registre des mandemens et ordonnances, 21 septembre 1775, p. 34-39.

51Autre volet, la réduction des dépenses est, elle, le plus souvent le fait de décisions ponctuelles. Néanmoins, elle apparaît dans des projets plus larges, dont la réduction de fondations qui s’enracine dans un décalage croissant entre la rétribution fixée au moment de la donation et les réalités économiques contemporaines. En 1761, les habitants de Notre-Dame-de-Recouvrance acceptent d’établir un inventaire des fondations et de déterminer les cotes non acquittées pour solliciter un règlement de la part de l’évêque55. La logique est identique à Saint-Paterne en 1775 où le curé a dressé la liste des fondations à réduire, en raison de la modicité de leur revenu, de la perte de leur titre ou de leur non-paiement56. Cette sollicitation aboutit à un nouveau règlement dont on voit à la fois les dimensions religieuse et financière.

  • 57 ADL, 61J5, Délibérations, op. cit.

52L’illustration paroissiale montre bien cet enchevêtrement à Saint-Donatien de 1766 à la Révolution57. En 1766, les places du chœur sont louées pour payer les ornements, décision réitérée en 1768, avec fixation à six livres de rétribution, et suivie annuellement. En 1769, le montant des droits d’ouverture de fosses est à son tour augmenté. Cette même année, les reliquats sont utilisés pour acheter des ornements et la reconstruction de l’autel doit permettre de ne mettre que deux cierges « ce qui épargernoit annuellement sur la cire environ 50 ou 60 livres ». D’autres moyens d’économiser certaines dépenses apparaissent dans les années suivantes, comme la désunion de la confrérie de la Sainte-Vierge, déficitaire, et du grand banc. De même, les écoles sont réunies à celles de Saint-Pierre-le-Puellier. En 1781, la fabrique fait appel à une contribution volontaire des habitants pour raccommoder les ornements de la paroisse. Tous ces efforts culminent en quelque sorte par un nouveau projet de règlement en 1783 qui envisage un nouvel état des fondations et régit toutes les dimensions de la gestion paroissiale. Cet acte s’inscrit dans une logique globale.

  • 58 ADL, 3E3847, 20 mai 1748.
  • 59 ADL, 3E3871, 19 janvier 1772 ; 3E3887, 8 juin 1788.

53L’intervention des autorités favorise cette remise en ordre. Une sentence du bailliage du 8 mars 1748 oblige les marguilliers de Notre-Dame-du-Chemin à effectuer un inventaire des titres de la paroisse, travail achevé le 20 mai, et à remettre un récépissé en cas de retrait d’une pièce du coffre. Cette rédaction porte rapidement ses fruits, puisque la mise en ordre des papiers paroissiaux aboutit à la réquisition d’une rente et d’un loyer non acquittés depuis nombre d’années58. Après cette date, la régulation de l’administration paroissiale semble effective et permet de financer les travaux. En 1772, les assemblées se font moins optimistes. Celle du 19 janvier dénonce ainsi « la difficulté de replacer les fonds ». Enfin, en 1788, les marguilliers accusent une certaine confusion dans les titres et demandent un classement de ces papiers pour « que cet ordre établi, il seroit absolument nécessaire d’en faire un inventaire exact qui put mettre à portée de les retrouver dans le besoin, que cet inventaire est d’autant plus indispensable qu’il y a au moins 30 ans qu’il n’a été fait ». Dès lors, ce dernier ne tient pas compte des changements de ces quarante années, des créations et remboursements notamment59.

54L’analyse de cas a fait ressortir l’importance de la continuité et le souci permanent de remise en ordre, réaffirmés tous les trente ans en moyenne, notamment pour l’inventaire des titres, condition pour éviter la péremption. Ces éléments justifient une vue plus large que la seule année d’exercice du marguillier et tracent une unité, dont le reliquat constitue un trait d’union essentiel. Dans le volet technique, la gestion paroissiale est saine et manifeste un réel souci.

  • 60 Michel Vernus parle ainsi de « cogestion » (Le Presbytère et la chaumière, Cromary, Togirix, 1986, (...)
  • 61 A. Bonzon, L’Esprit, op. cit., p. 254 ; B. Restif, La Révolution des paroisses, Rennes, PUR, 2006 (...)

55Sur le plan des structures, la paroisse est avant tout une cellule de pouvoir qui fait place à plusieurs intervenants (marguilliers, curé, assemblée générale, autorité). Elle est ainsi animée de tensions entre laïques et ecclésiastiques et de querelles de compétences, tant au niveau des autorités judiciaires que de la fabrique60. Ces traits marquent un glissement face à la situation du siècle précédent. En effet, les querelles orléanaises se situent bien dans une approche plus large de la distinction entre profane et sacré, mais selon une différence de degré. Elles s’articulent davantage autour de l’opposition laïque/ecclésiastique. Surtout, elles traduisent une initiative des laïques, plus qu’une remise en ordre cléricale face à laquelle la population doit prendre position. À cette aune, la gestion paroissiale entre XVIIe et XVIIIe siècles semble passer d’un outil de contrôle des laïques par l’Église au cadre d’une affirmation de ces mêmes fidèles, par la défense ponctuelle de prérogatives acquises et d’une certaine autonomie61.

56Ces contestations sont favorisées par une certaine imprécision du partage entre temporel et spirituel, dans la mesure où le revenu est essentiellement mobilisé à une fin religieuse entendue au sens large, c’est-à-dire étendue à l’entretien de l’église par exemple. Cette finalité même suscite une gestion rigoureuse dans l’ensemble, sous le contrôle des autorités, et dont les modalités varient au gré des paroisses. Le reliquat en forme un chapitre essentiel et dessine une continuité financière dans l’administration. Au-delà des aspects purement comptables et des solutions pratiques, des logiques transparaissent ainsi dans l’administration. Elles révèlent l’enchevêtrement des aspects temporel et spirituel, à la différence de la nette partition théorique avancée par Jousse. De même, la place faite au curé, le souci de la perception des revenus pour financer les réparations du lieu de culte reflètent, à des niveaux certes différents et indirects, une dimension religieuse. Cette dernière ressort davantage d’une analyse plus précise des comptes, dans laquelle apparaît, au-delà du seul cercle des notables, l’ensemble de la population dans une saisie collective et anonyme.

Les comptes, indicateurs des comportements religieux

  • 62 Y. Lagadec et B. Restif, « Pouvoir et religion à Louvigné-de-Bais », ABPO, 2002, p. 31-60.

57Par sa continuité et son exhaustivité à l’échelle paroissiale, le compte est une trame sur laquelle viennent se croiser les fils des délibérations ou autres mentions ponctuelles, une base d’approche de la vie de la fabrique dans ses multiples dimensions62. D’une part, il porte une lecture financière de la paroisse comme entité économique, dont les fluctuations sont essentielles. Le compte est alors la trace d’une gestion principalement destinée à équilibrer recettes et dépenses. D’autre part, il nourrit une approche religieuse grâce à la collecte des quelques indices significatifs et à leur croisement autour de la question de la participation des fidèles aux recettes notamment.

Entre culte et propriété

  • 63 Ces développements sont assis sur les mêmes documents que les précédents, voir note 47.

58La paroisse peut s’appuyer sur deux sources de revenus : le patrimoine paroissial, qui renvoie au statut de propriétaire foncier et à une accumulation progressive, et le service religieux qui pose la paroisse comme cadre religieux et suppose la participation de la population. Par cette première lecture des recettes, l’analyse ouvre donc sur le lien financier entre paroissiens et fabrique. Dès lors, nous pouvons opposer, sans exclusive entre les deux sources de revenus, paroisses participatives et fabriques rentières, plus enracinées dans l’acquis63.

Une typologie paroissiale

59Cette distribution ne fait ressortir aucune logique établie, si ce n’est une légère primauté de la dimension de rente dans les fabriques rurales. Le critère démographique ne joue qu’un rôle secondaire. Le niveau total du revenu n’est guère plus déterminant. Cette division renvoie donc à l’histoire des différentes paroisses, y compris dans sa dimension immédiate, comme le révèle l’étude de l’adjudication des bancs.

60Ces niveaux ne restent toutefois pas immobiles. Le renforcement de la part du religieux, quasi unanime, se révèle comme une tendance de fond de la comptabilité paroissiale.

Tableau 4. – Le renforcement du religieux dans les revenus paroissiaux (1710-1789) : moyennes décennales.

61Par ce trait, celle-ci constitue bien, et de plus en plus, un reflet essentiel de la vie religieuse, au travers de la participation financière, écho d’une fidélité. Avec plus de 80 % de leur revenu issu de ce domaine à partir de 1770, Notre-Dame-de-Recouvrance et Saint-Jean-le-Blanc connaissent une véritable emprise du religieux. Elle prend une tournure particulière à Chaingy, puisqu’elle entraîne un basculement : de la primauté rentière d’avant 1750 à 60 % de religieux dans les quatre dernières décennies.

62Dans le domaine des rentes, les rentes constituées dominent très largement et font des paroisses un acteur important du mouvement du crédit à l’échelle urbaine. Cette proportion explique également le retour périodique des requêtes relatives aux fonds remboursés. Or, l’équilibre entre rentes constituées et baux est essentiel. En effet, le taux des premières a tendance à diminuer. Au contraire, les baux progressent très fortement et avantagent les propriétaires. Dès lors, la différence de composition des revenus paroissiaux, tant entre rentes que revenus casuels, et au sein même du patrimoine, doit être appréhendée dans une saisie de l’évolution des recettes paroissiales. Or, ces dernières connaissent un mouvement net de croissance.

La croissance des recettes

  • 64 Pour éviter la déformation que peut entraîner la fixation du prix de la livre en 1726, nous avons (...)
  • 65 Ces modèles se distinguent donc des rythmes enregistrés dans le diocèse de Rouen, malgré une tenda (...)

63L’évolution de la recette ne peut se faire que sur le revenu effectif, dont le reliquat a été extrait. La tendance à la croissance est nette, avec des ampleurs et une chronologie variables que retrace une courbe indiciaire64. La hausse distingue paroisses qui doublent leurs ressources (Chaingy, Saint-Jean-le-Blanc, Sainte-Catherine), fabriques à la progression modérée bien que réelle (l’Alleu-Saint-Mesmin, Notre-Dame-de-Recouvrance, Olivet, Saint-Victor) et le cas particulier de Chécy aux revenus stables. La tendance avantage donc essentiellement les paroisses participatives. Ces variations s’enracinent dans des parcours chronologiques divers qui font ressortir deux grands modèles : une élévation continue mais particulièrement soutenue jusqu’en 1760 et deux paroisses avec un redressement de fin de période65. La conjoncture des revenus paroissiaux ne renvoie donc pas à une structure unique et reflète davantage la politique de chacune.

  • 66 F. Braudel et E. Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, t. II : 1660-1789,(...)
  • 67 V. Richer, L’Hôtel-Dieu d’Orléans au XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise, 2000 ; S. Menin, Étude d’ (...)

64La mise en relation avec les variations économiques à long terme, comme la hausse des prix ou l’évolution de la rente foncière, replace ces chiffres dans les réalités d’ensemble66. Le schéma du prix du blé, avec un redressement final après 1770, consécutif à un palier, ne se retrouve qu’à Notre-Dame-de-Recouvrance. Les trois autres paroisses, dont nous suivons les comptes au-delà de 1770, n’enregistrent aucunement cette stabilité, bien au contraire. La conclusion est plus nuancée quand l’attention se porte sur l’ampleur de la croissance (33 % de 1750 à 1780). Chaingy et Olivet connaissent exactement la même évolution, alors que Notre-Dame-de-Recouvrance ne progresse que de 14 % contre 158 % pour Saint-Jean-le-Blanc. À cette dernière exception, la hausse des revenus paroissiaux est donc intégrée à l’économie et n’apparaît pas comme une anomalie. Ce constat sort renforcé de la comparaison avec l’évolution des baux. Calculée pour plusieurs institutions religieuses, dont l’administration offre l’avantage de la continuité, cette hausse est de 30 à 50 % pour les baux urbains et le plus souvent d’au moins 100 % pour les baux ruraux67. Nous retrouvons ainsi des niveaux proches de la croissance des recettes.

65À cette échelle globale, la tendance semble intégrée aux rythmes économiques de la ville. Toutefois, l’analyse des ressorts de cette revalorisation détermine la part des dynamismes rentiers et religieux. Trois modèles se dessinent. Le premier rassemble l’Alleu-Saint-Mesmin et Olivet, dont les deux composantes croissent dans des proportions voisines. Le deuxième distingue Sainte-Catherine, par une très forte hausse des rentes et baux, grâce à de nombreuses donations dans le courant du siècle, qui s’ajoute à une revalorisation déjà importante des revenus religieux. Le cumul explique le doublement de la recette totale. Enfin, un troisième groupe rassemble les paroisses dont le dynamisme repose avant tout sur les apports religieux comme Chaingy (221 %) et Saint-Jean-le-Blanc (280 %). La situation de Notre-Dame-de-Recouvrance s’avère particulière, du fait de la stabilité des ressources rentières. La paroisse bénéficie pourtant de nombreuses donations qu’enregistre l’inventaire de 1751. La perte de ce domaine nous semble ainsi renvoyer à des problèmes de paiement de la part de plusieurs débiteurs et surtout à la difficulté chronique des marguilliers à replacer les capitaux de rentes remboursés. Dans ce cas, la croissance est moindre que les marguilliers auraient pu l’espérer à la vue des évolutions voisines.

  • 68 La tendance est identique pour la paroisse de Saint-Marceau. ADL, 54J39, Registre, op. cit., fo 18 (...)
  • 69 Nous rejoignons les conclusions d’Anne Bonzon pour qui « si la conjoncture influe certainement et (...)

66La sphère religieuse est donc le principal support de la progression des revenus paroissiaux et la tendance s’enracine avant tout dans des comportements de la population. La plupart des paroisses voient s’affirmer ce rôle. L’adjudication des bancs en constitue l’essentiel. Toutes les paroisses enregistrent un doublement, voire un triplement des ressources issues de ce poste, qui atteint en moyenne 50 % des recettes et forme la principale cause de l’enrichissement des paroisses au XVIIIe siècle68. Les évolutions économiques sont présentes dans l’évolution des rentes et portent notamment la revalorisation des baux. En sens contraire, le rapport des rentes connaît parfois un léger recul au moment des replacements. Surtout, les revenus fonciers au XVIIIe siècle résident pour une large part dans les donations de fidèles qui cèdent rentes et terres à la paroisse. Au final, la progression des rentes s’enracine donc également dans la piété des paroissiens et fournit un autre reflet de la fidélité de ces derniers. Le fondement de la tendance de forte croissance est par conséquent plus religieux qu’économique, même si les ampleurs se rejoignent69. L’appréhension des comptes ouvre par conséquent la voie à une analyse de la vie religieuse paroissiale que renforce celle de la distribution interne des revenus religieux et leur évolution.

D’une logique à l’autre : des quêtes aux bancs

67La croissance des revenus issus de la location des bancs constitue la réalité fondamentale de la comptabilité paroissiale. Elle marque une participation de la population au travers du paiement de sa place, rétribution fortement liée à l’office. Cette affirmation de la place des bancs amène tout naturellement à s’interroger sur le devenir des quêtes, autre volet de la participation des fidèles aux destinées de la fabrique. Cette question a ainsi été soulevée par Philippe Goujard pour les campagnes rouennaises et il nous semble important de la reprendre ici. Pour ce faire, l’établissement précis de la chronologie et des modalités de la mise en place de l’adjudication des bancs est un préalable essentiel. Seule cette première étape permet de nourrir une lecture croisée entre quêtes et bancs. Leur confrontation chronologique porte ainsi l’interrogation sur leur rapport et sur la vision de la paroisse que ces deux pratiques sous-tendent. En effet, ce passage marque celui d’une pratique religieuse à une logique plus comptable, assise sur la régularité et la prévision.

Chronologies croisées : les trois âges du banc

68En ville, la croissance est continue dès 1720-1730, marquée par quelques accélérations ponctuelles (annexe 5). En campagne, le décalage est de 30 à 40 ans et date la hausse des décennies 1760-1770. À Notre-Dame-de-Recouvrance, les bancs connaissent une croissance continue à partir de 1736, après un premier palier. Le seuil de 1000 livres est atteint en 1757, suivi d’une courte stabilisation. Enfin, une nouvelle hausse porte le niveau à 1300-1400 livres. Les bancs d’Olivet, donc ruraux, rapportent moins de 200 livres jusqu’en 1760, malgré quelques pics ponctuels. À partir de 1760, le seuil des 300 livres est régulièrement atteint, jusqu’à une nouvelle phase de hausse en 1784.

  • 70 ADL, 2J1795, Extrait de plusieurs titres et Nouveau règlement (1716).

69Ces chronologies sont confirmées par les délibérations. Saint-Paul semble avoir initié le mouvement. Dès 1664, un règlement précise que le sonneur aura soin des bancs. De même, le 7 mai 1710, une sentence de la prévôté oblige à trois publications consécutives pour leur vente. Enfin, le 14 avril 1720, les habitants donnent pouvoir aux marguilliers de les vendre à rente annuelle et précisent en 1722 que l’adjudication de chaque banc ne peut se faire qu’à une seule personne. Jusqu’à cette date, ils n’étaient adjugés qu’à vie et à des couples70. Saint-Donatien suit un rythme très proche.

  • 71 ADL, 3E3825, 7 avril 1726 et 3E6746, 8 juillet 1725. En 1721, l’arrêt du parlement pour Saint-Pate (...)
  • 72 ADL, 3E3827.

70À Orléans, les archives notariales entérinent l’implantation de l’adjudication sous son aspect viager dès la décennie 1720, avec quelques différences. Alors que Notre-Dame-du-Chemin construit des bancs pour les femmes en 1726, le système est déjà bien établi à Notre-Dame-de-Recouvrance en 1725, puisque les marguilliers dénoncent une fraude selon laquelle plusieurs habitants ont loué plus d’un banc, afin de les sous-louer avec bénéfice71. La paroisse de Notre-Dame-de-la-Conception résume la genèse de ce système. L’assemblée du 13 juin 1728 en est l’acte fondateur pour cette fabrique72. Or, il fait ressortir à la fois la motivation financière (l’argent de cette première vague est destiné à la réparation de la sacristie), la place de l’imitation de paroisses voisines qui l’ont appliqué avec succès et la conservation de certains privilèges liés au statut social, héritages de la conception honorifique du banc. En effet, le marguillier demande pour l’avantage de la fabrique de louer

« […] pendant le plein cours de la vie des adjudicataires ou bien pendant qu’ils seront habitans de lad. paroisse, ainsy qu’il s’est pratiqué depuis peu de tems dans les églises de Saint-Paul, Saint-Pierre-Ensentelée, Saint-Victor et dans plusieurs autres, des places dans les bancs indéfiniment […] et que lors des adjudications ou concessions à l’amiable qui seront faites desd. places il sera, autant que faire ce poura, conservé la préséance suivant la qualité desd. habitans ».

71La chronologie urbaine se double d’une géographie qui part du centre (Saint-Paul, Saint-Donatien, Saint-Pierre-Ensentelée, Saint-Pierre-le-Puellier) vers l’ouest (Saint-Paterne et Notre-Dame-de-Recouvrance). Les paroisses de l’est semblent fermer la marche, cause de leur moindre richesse totale, plus sûrement que le niveau démographique. En effet, l’exception de Saint-Victor, déjà relevée au niveau du montant même des revenus, se retrouve dans l’avancée de l’adjudication des bancs. Le lien entre ces deux réalités est évident.

  • 73 ADL, 2J1795, Extrait des comptes de Saint-Paul (1619-1738).

72L’exemple de Saint-Paul fait en outre ressortir une installation en deux étapes, deux états de l’adjudication des bancs : à vie ou par rente annuelle. Il est en effet possible de distinguer trois « âges du banc » dans la vie paroissiale. Dans son premier état, il renvoie avant tout à un privilège seigneurial ou, selon un autre rang, à une faveur accordée à un paroissien distingué par sa générosité. Ensuite, le banc se développe, accordé à de nombreux paroissiens, contre une concession à vie et le paiement d’un droit d’entrée à chaque mutation de détenteur ou d’une rente fixe sa vie durant selon les paroisses (en 1710 à Saint-Paul). Cette condition explique le tracé irrégulier des courbes de revenus, en fonction de la variation du nombre de bancs mis à la location. La fixité de la rente explique en outre le faible niveau de cette source de revenu. Enfin, dans un troisième temps, la concession viagère est remplacée par un bail annuel qui offre pour la comptabilité paroissiale le gage de la régularité et surtout l’occasion de revalorisations fréquentes (en 1720 à Saint-Paul). Son adoption entraîne une forte hausse du rapport, grâce à une augmentation régulière dans laquelle se mêlent le montant initial et le jeu de l’enchère. Les revenus des bancs de Saint-Paul sont ainsi passés de 530 livres en 1715 à 904 livres en 1722. À partir de cette date, la hausse ne s’est pas démentie73.

  • 74 ADL, 3E3852, 7 janvier 1753 ; 3E3863, 8 juillet 1764.
  • 75 ADL, 3E3859, 21 décembre 1760.
  • 76 ADL, 67J1, Registre des comptes, f° 133 r° ; 67J3, Statut portant reglement pour la concession des (...)

73Les décennies 1750-1760 développent l’adjudication dans les paroisses retardataires. Il semble que ce soit à cette époque que les habitants de Saint-Marceau consentent à la location par rente annuelle. En 1753, malgré son retard, les marguilliers de Notre-Dame-du-Chemin, sollicitent des quittances et la rétribution de huit livres pour la personne chargée de collecter les frais annuels. Le passage au loyer annuel est donc effectif et son rapport important, puisqu’en 1764, l’allongement de l’église est financé en grande partie par les revenus escomptés des bancs nouvellement installés et affermés74. Néanmoins, ce mouvement connaît des limites et les habitants de Saint-Marc refusent la rente annuelle en 1760, décennie essentielle dans le débat sur la question des bancs75. Elle enregistre également la diffusion de l’adjudication dans les paroisses rurales qui se marque par l’inflexion de la courbe. Nous avons la chance documentaire pour Chaingy de croiser comptes et délibérations. De 170 livres en 1756, le rapport des bancs accède à 634 livres l’année suivante et dépasse 10 fois 300 livres par an de 1757 à 1772. Or, l’assemblée du 30 janvier 1757 décide de refaire les bancs de l’église de manière uniforme et de les crier à 25 sols. De 1780 à 1789, les irrégularités disparaissent. Ce mouvement s’enracine dans un règlement du 4 janvier 1784, qui décide de ne plus concéder les bancs à vie mais « pour augmenter plus surement les revenus annuels de la fabrique les dits bans dans toute l’église seroient adjugés au plus offrant et dernier encherisseur pour une redevance payable chaque année au profit de laditte fabrique76 ». Le passage par les trois âges du banc connaît donc des bornes réglementaires claires, qui se marquent par la croissance immédiate du revenu.

74La chronologie est nette. En ville, la location à vie est une réalité dès 1700 et devient annuelle en 1720-1730 pour une première vague, en 1750 pour d’autres paroisses. En campagne, la location viagère se met en place en 1750-1760 et devient annuelle en 1770-1780.

  • 77 ADL, 54J39, Registre, op. cit., règlement du 26 juin 1785, fo 38-43.

75Dès lors, les bancs deviennent le pivot de la gestion paroissiale (comme l’était le reliquat) et les gagers multiplient les règlements pour asseoir la perception et définir les conditions très précises d’obtention, notamment des registres particuliers destinés à cette rente (dès 1720 à Saint-Victor). Trois points font particulièrement problème : la criée à trois reprises, le paiement régulier et la question des réparations. Le règlement de Chaingy de 1784 évoque en 11 articles la logique de ce système et soumet la possession au paiement exact de la redevance à échéance fixe. L’adjudication se fait à la suite de trois publications au cours de trois dimanches, avec un prix minimal de 15 sols pour les places dans la nef et les bas-côtés et d’une livre pour le chœur. L’entrée en possession est soumise au surplus à un droit de 5 sols pour le bedeau. Enfin, l’article 8 anticipe toute volonté de diminuer le prix de la rente par un stratagème évident et précise « que tout acquéreur d’une place après en avoir joui ne pourra la laisser mettre en vente pour se la faire adjuger de nouveau, mais à meilleur compte, qu’ainsi en cas d’abandon son enchere a laditte place ne sera pas reçu ». Le système est ainsi verrouillé pour augmenter les revenus de la fabrique de manière certaine. L’attention est tout aussi soutenue au niveau urbain à Saint-Marceau77. En 1775, face à la progression des revenus des bancs, un modèle de registre est dressé avec la numérotation, la situation du banc, le nombre de places et les noms des possesseurs. Dix ans plus tard, le projet est développé, dans le but avoué de simplifier la perception par la fixation d’une échéance annuelle unique au 30 juin. L’entretien des bancs sera aux frais des propriétaires, contre une diminution de trois sols de leur bail. De même, par souci d’ordre, la préférence est laissée à ceux qui sont déjà placés dans le banc avant toute enchère, puisque la dispersion « facilite aux enfants le moyen de se soustraire aux yeux de leurs parents ». Ces articles sont homologués par le bailliage dans l’année suivante.

  • 78 La tendance à la baisse est identique pour les paroisses rurales du diocèse de Bordeaux dans « un (...)

76Face à cette croissance ininterrompue des revenus des places, non seulement les quêtes connaissent au mieux une stabilité (Olivet et Sainte-Catherine), voire une baisse qui confine à l’effondrement à Chaingy et Chécy, mais elles suivent une chronologie qui est, en creux, celle des bancs78. Les quêtes de Chaingy décrochent en deux temps qui correspondent à l’adoption de l’adjudication à vie en 1757 et à rente annuelle en 1784. La correspondance ne se dément pas pour les autres paroisses : les bancs croissent à Chécy à partir de 1774, à Olivet à partir de 1768 et à Saint-Victor dès 1723. Le croisement est très net à Chécy, avec deux courbes totalement croisées et inversées. Dès lors, la baisse des quêtes ne renvoie pas à un détachement religieux, à « peu de bonne volonté » (P. Loupès), mais plutôt à un glissement vers les bancs. À ce titre, les quêtes ne diminuent guère, voire croissent, avant le passage à l’adjudication des bancs. L’explication conjoncturelle de leur fluctuation est tout aussi vaine. Seule une lecture combinée des deux courbes s’avère satisfaisante. En effet, les quêtes extraordinaires destinées à un objet précis sont toujours suivies ; ainsi à l’Alleu-Saint-Mesmin pour le renouvellement de l’argenterie en 1729-1730 (65 livres), la clôture du cimetière en 1734-1735 (45 livres), le paiement des chantres en 1737-1738 et la fonte de la cloche en 1743-1746. Tous ces impératifs ponctuels enregistrent un doublement des quêtes par rapport aux niveaux habituels.

  • 79 Selon une chronologie proche du diocèse de Rouen. P. Goujard, Un catholicisme, op. cit., p. 293-30 (...)

77Les quêtes reculent nettement dès que les bancs sont loués à l’année79. Le passage au viager laisse dans l’ensemble moins de traces. Ce recul n’est en aucun cas à interpréter en termes de détachement de la paroisse, mais plutôt de réorganisation des revenus paroissiaux. Les bancs croissent et les quêtes extraordinaires gardent toute leur utilité. Le principal lien financier entre le fidèle et la paroisse réside dorénavant dans le banc, pour ceux qui peuvent le payer. Cette dernière restriction souligne bien que le passage de la quête au banc ne se limite pas à une succession chronologique, mais porte un changement de logique.

De la pratique religieuse à la logique comptable

78Les quêtes sont, par définition, volontaires et irrégulières. Face au rapport négligeable du tronc, un détail annuel fait nettement ressortir, lorsque les chiffres le permettent, l’importance des quêtes pascales : la moitié du total annuel des quêtes à Olivet. Au-delà de ce trait, les quêtes rurales intègrent également de nombreux autres éléments, comme la vente de vin dans les paroisses viticoles, de gâteaux dans d’autres. À Chaingy, cette dernière rapporte de 1731 à 1789 plus de la moitié du total de la quête. Avec des variations sans doute liées aux aléas conjoncturels du vignoble, la quête dite des vendanges à Chécy représente entre 30 et 60 % de la quête totale, mais disparaît après 1765. Or, cette date est celle de la mise en application de l’adjudication des bancs. Le transfert est ici net et touche avant tout les restes d’une conception ancienne de la paroisse, au profit d’une approche plus rentière. En effet, la quête s’intègre à un calendrier coutumier qui mêle sociabilité et vie religieuse.

  • 80 ADL, 3E3846, 14 mai 1747.

79Au contraire, les bancs incarnent la régularité, tant par le rythme que par le rapport, prévisible et croissant. De ce fait, il revêt un caractère contributif pour les habitants concernés. L’intérêt comptable est manifeste. Dans cette vue, la quête est une quantité négligeable, comme l’indique sa moindre prise en compte dans les recettes. À Notre-Dame-de-Recouvrance, elle ne forme plus un chapitre à part, mais est intégrée dans le « casuel » avec les glas à partir de 1757. Elle est supprimée en 1747 à Notre-Dame-de-la-Conception, en raison de son inutilité et réservée aux confréries80. Toutefois, elle est remplacée par un don fait par les femmes préposées à présenter le pain à bénir, ce qui là encore crée une séparation entre notables et milieux populaires. La logique contributive est une fois de plus nettement avérée. Lorsqu’elle est maintenue, la quête devient un signe de zèle de la part de certains habitants ou se perpétue dans les milieux tenus à l’écart de l’adjudication des bancs.

  • 81 ADL, 67J2, op. cit., 18 mai 1788 ; 54J39, op. cit., f° 42 v°.

80Celle-ci concrétise les rapports sociaux par la disposition interne dans l’église et crée un fort clivage entre adjudicataires et population qui ne peut accéder qu’aux chaises, voire à aucun de ces deux éléments. Cette dimension se renforce même au fil du siècle, du fait de la croissance du prix des bancs qui relève la barre de l’exclusion. Or, dans une logique d’enchère, elle s’enracine dans une volonté des marguilliers d’accroître les revenus paroissiaux et dans une adhésion d’une part de la population à ce modèle. Le décalage entre le nombre de places disponibles et le nombre d’habitants dans une population croissante en est un facteur important. En 1788, le marguillier de Chaingy propose de reculer le grand autel pour permettre la construction de nouveaux bancs. L’article 8 du règlement de Saint-Marceau est encore plus net et propose la remise de leurs bancs par les habitants qui résident loin ou qui n’ont plus les moyens de les payer, « arrangement [qui] ne pourroit devenir prejudiciable à la fabrique, puisqu’il s’en faut de beaucoup qu’il y ait dans l’Église une assez grande quantité de places pour tous les habitans81 ».

81Lorsqu’il est possible, le calcul d’un prix unitaire par banc souligne l’importance de ce critère. Les bancs de Sainte-Catherine restent stables, autour de 85 à 93 numéros.

Graphique 1. – Entre croissance du nombre de bancs et hausse du prix unitaire : les revenus issus des bancs.

82Seule la revalorisation annuelle de la moyenne unitaire, de 8 livres en 1735-1742 à 13 livres à partir de 1760, explique l’évolution de la courbe des bancs. La paroisse d’Olivet résume en quelque sorte cette tension des deux facteurs du prix des bancs. Jusqu’en 1768, les deux courbes restent stables, autour d’un niveau de 5 à 10 livres en moyenne pour 20 à 30 places. En 1768, la courbe du prix unitaire grimpe en flèche, alors que le nombre de bancs reste stable. Le niveau de 20 livres est atteint en 1778 et 1782. Aux effets de la croissance démographique s’ajoute assurément la pression des notables orléanais possessionnés à Olivet, qui jouent dans ces locations une part de leur image. Symptomatiquement, une brusque croissance du nombre de bancs à disposition en 1786 (100 contre 40) entraîne une aussi forte baisse du prix unitaire qui retombe alors à moins de 5 livres en moyenne.

  • 82 Les critères de fixation du prix sont expliqués à Ormes, au travers « d’une rétribution proportion (...)

83Ce détour par le prix unitaire est essentiel pour saisir l’importance des clivages socioéconomiques dans la répartition des places : de moins d’une livre à 5 livres en 1730 à l’Alleu-Saint-Mesmin82. Une part de la population ne peut donc accéder au mieux qu’à la première classe. L’écart se creuse au cours du siècle : de moins d’une livre à 14 livres en 1759. La distance se renforce au sommet, signe d’une compétition autour du banc à l’église. Dès lors, le retournement de la courbe olivétaine après 1784 renvoie sans doute à l’opposition d’une grande part de la population. Après cette date, le prix des bancs n’excède plus 9 livres et les bancs loués pour une livre sont redevenus majoritaires. La courbe des bancs d’Olivet traduit une tension sociale essentielle et marque peut-être un changement d’attitude des notables bourgeois extérieurs à la paroisse. Un acte de 1792, tardif il est vrai, entérine cette évolution et demande un retour en arrière, de la rente annuelle au bail à vie,

  • 83 ADL, 56J13, op. cit., août 1792.

« […] vu que le nombre des habitans de laditte paroisse est considérable, que cela opere des mutations et changements si fréquents qu’il n’est pas possible de faire paÿer exactement le loyer des places chaque année […] que d’ailleurs il s’en trouve quelque fois un nombre trop considérable a donner à loyer le même jour ce qui fait que ces places sont données à un modique prix annuel83 ».

84La logique trouve ici sa limite et souligne que le banc est à la croisée du social et du religieux.

  • 84 ADL, 3E3859, 21 décembre 1760.

85Ces limites apparaissent à Saint-Marc en 176084. Une assemblée est convoquée le 21 décembre, suite au projet des marguilliers et du curé d’utiliser le fonds de quatre rentes « aux remboursements des bancs et places qui sont en laditte églize a ceux des habitans qui voudront bien volontairement les recevoir, a la charge que lesdits habitans qui seront ainsy remboursés en feront annuellement un revenu a la fabrique au denier vingt » au nom de la hausse des revenus. Les habitants restent insensibles à ces démonstrations. La démarche préalable des marguilliers auprès du bailliage, sans l’accord des habitants, révèle bien le caractère attendu de cette réponse. Elle renvoie à deux lectures de la vie paroissiale et souligne une résistance massive dans une paroisse populaire, essentiellement peuplée de vignerons. À travers cet exemple, le clivage social est apparent et révèle un certain échec de la volonté de contrôle de la part des marguilliers.

  • 85 Philippe Goujard, qui a consacré des pages cruciales à ce sujet, ne considère ainsi pas les deux t (...)
  • 86 La transformation de la paroisse en « lieu de prestation de services religieux », autour de l’excl (...)

86La succession chronologique entre quêtes et bancs est donc évidente. Elle obéit aux deux étapes de l’installation des bancs, à rente viagère et à rente annuelle, distinction, essentielle, qui est souvent omise dans les études sur ce point85. Ces réalités financières portent également une vision de la paroisse, qui manifeste l’exclusion progressive d’une part de la population. En effet, le passage de la quête au banc sanctionne celui de la charité à la contribution et ouvre sur un enjeu social, au travers de la visibilité que permet le banc86. Sur cette dynamique, le siècle connaît une très forte croissance des recettes paroissiales. Cette analyse souligne donc le maintien d’un attachement de la part de la population, au travers de la croissance des revenus religieux. La paroisse vit encore sur la contribution des fidèles et n’est pas qu’un propriétaire foncier qui fait valoir son patrimoine. Pourtant, si ce lien se perpétue, il se modifie.

87Deux traits caractérisent l’évolution de cette gestion, saisie au travers des recettes : la notabilisation et l’affirmation de la logique comptable. La première correspond au renforcement du poids des élites dans la vie financière de la paroisse au travers du banc et de l’enjeu qu’il représente. Cette présence dépasse toutefois le cas unique des places. Les querelles entre les marguilliers et le curé de Notre-Dame-de-Recouvrance ont mis en scène cette affirmation et sa traduction réglementaire dans la définition plus précise des critères financiers de participation aux assemblées de la paroisse. De même, l’échec de l’instauration de l’adjudication des bancs à Saint-Marc en est une autre illustration. La seconde tendance se situe elle plus nettement sur le plan de la gestion et manifeste une volonté de prévoyance de la part des marguilliers et de régularité des rentrées. Ces deux traits constituent des changements importants de la vie paroissiale saisie au niveau de la gestion, mais ne remettent pas en cause la finalité de cette dernière : assurer le culte divin.

Une gestion destinée à assurer le culte

  • 87 Traité du gouvernement, op. cit., p. 1.

88Dès la première page de son traité, Jousse donne une définition de la paroisse qui insiste sur ce lien de façon très nette. Pour lui, « on entend par paroisse, une Église dans laquelle le Peuple d’une contrée limitée anciennement est obligé de s’assembler les Dimanches et Fêtes pour y entendre la Messe, participer à la célébration de l’Office divin, et pour y recevoir les instructions concernant les devoirs de Chrétien87 ». Le lieu de réunion de la population est donc premier et explique son intérêt pour son entretien et son décor. Assurer le cadre du culte est la véritable finalité de la gestion paroissiale. À ce titre, l’analyse des dépenses cerne l’activité des marguilliers et les efforts consentis en faveur de l’édifice, tant dans leur portée que leur chronologie. La confrontation de ces travaux aboutit ainsi à la reconstitution de la vision de l’église portée par la population.

Conjoncture et composition

Une évolution parallèle aux recettes

89La croissance des dépenses est parallèle aux recettes, avec néanmoins des phases d’accélération assez nettes (cf. graphique 2).

90Pour certaines paroisses (l’Alleu-Saint-Mesmin ou Sainte-Catherine), elle se situe dans les décennies 1730-1740, alors que la majorité enregistre plutôt une intensification dans les années 1760-1770. Cette diversité révèle l’inexistence d’une explication unique, de l’ordre du social ou de l’économique, mais elle renvoie à une conjoncture locale. Un différentiel entre rentrées et dépenses aux mêmes dates aboutit à un faible écart, d’une amplitude le plus souvent inférieure à 20 livres. Seule la dernière décennie creuse un peu plus la distance, du fait d’un gonflement supérieur de la dépense. L’alignement des deux données est donc essentiel.

91Le lien avec les courbes de prix en est une variable, bien plus significative que pour les recettes. Le palier de fin de période notamment est plus marqué. Ceci dénote une certaine corrélation, nuancée par l’ampleur des mouvements. Les prix frumentaires progressent de 33 % de 1750 à 1780. La hausse des dépenses est de 50 % pour Olivet, 60 % pour Chaingy et 90 % pour Saint-Jean-le-Blanc. La hausse des prix ne constitue qu’un arrière-plan. La croissance des recettes en est un facteur plus important, puisqu’il donne aux paroisses davantage de moyens pour faire face à des dépenses toujours plus nombreuses. Ainsi, plus qu’une évolution conjoncturelle, qu’enregistrent les indices décennaux, la structure des dépenses renvoie à l’alternance d’années moyennes et de pics qui correspondent à des motifs précis et à une charge d’importance.

Graphique 2. – Deux exemples de la hausse conjointe de la recette et de la dépense paroissiales : Notre-Dame-de-Recouvrance et Olivet.

  • 88 « L’adaptation des ressources aux dépenses » soulignée pour le XVIIe siècle par Anne Bonzon (L’Esp (...)

92L’église, sa décoration et sa réparation, en sont les principaux motifs. Chronologiquement, le croisement des diverses paroisses fait ressortir deux époques importantes : 1745-1752 et 1771-1775, soit les deux phases de l’adjudication des bancs, coïncidence qui témoigne d’une convergence de vue dans ces deux mesures. Plus largement, ces pics sont plus nombreux après 1765, époque au cours de laquelle la recette progresse le plus rapidement. Ceci marque un changement de logique au sein de la gestion. En effet, avant l’instauration de l’adjudication annuelle des bancs et la forte poussée de leur rapport, les dépenses imposent leur rythme aux recettes88. Le reliquat apparaît comme la variable d’ajustement et est mobilisé au coup par coup pour répondre à ces situations. Dans un second temps, la relation fait davantage place à la réciprocité. La croissance des recettes donne plus de moyens et ouvre la fabrique à des dépenses supérieures, au lieu des seules retouches habituelles.

Les dépenses au service de la décence du culte

93Les mises régulières se composent d’un ensemble de dépenses fixes, revalorisées à une échéance assez longue et le plus souvent du fait des marguilliers, comme les sommes données au curé, au sonneur, aux chantres et le montant de la cire. Elles sont cataloguées comme dépenses ordinaires et ne cessent de progresser au fil du siècle. Les achats de cire passent de 40 livres en 1720 à 60 en 1744 à l’Alleu-Saint-Mesmin. Ce poste n’est que de 80 à 120 livres dans le courant des années 1730 à Chaingy, il dépasse 130 livres en 1749, 150 en 1757 et franchit le seuil de 200 livres en 1769 pour ne plus en redescendre. Outre l’influence de la montée générale des prix, cette croissance s’explique également par le nombre de nouvelles fondations qui créent des messes et par la volonté de nombreuses paroisses de multiplier le luminaire dans un souhait de prestige de la célébration.

94À Notre-Dame-de-Recouvrance, le curé reçoit 730 livres en 1725-1733, 840 à partir de 1773, alors que dans le même temps les gages des sonneurs s’élèvent de 100 à 200 livres. Le bedeau (de 13 à 20 livres) et les chantres (180 à 289) connaissent une telle revalorisation, à laquelle s’ajoute le poids supérieur du blanchissage du linge (35 à 50) et des décimes (80 à 142). Au total, de 1138 livres en 1730, les dépenses ordinaires s’élèvent à 1541 à la fin du siècle. Toutefois, malgré cette progression, le volet extraordinaire croît plus vite. La fin du siècle est bien le temps des dépenses somptuaires.

  • 89 BMO, Ms596, Manuscrits Dubois. Les quelques procès-verbaux disponibles pour le début du siècle rév (...)
  • 90 Cette reprise s’inscrit dans un mouvement plus large de « réappropriation du discours moral et soc (...)

95Une longue litanie, au caractère hétérogène, s’applique à toutes les paroisses et reproduit les mêmes grandes têtes de chapitres. L’importance des réparations d’église et de l’entretien des objets liés au culte fonde l’attention des marguilliers et sollicite de nombreuses interventions, soit obligatoires par la ruine de certains éléments ou par la visite de l’évêque ou de son archidiacre qui recommande des travaux, soit par la volonté même des marguilliers89. Elle renvoie alors aux thématiques de la décence et de la dignité de l’office divin et de son cadre (l’église), caractéristiques, directement reprises du discours clérical, qui forment un poncif de l’argumentaire des marguilliers90. Ceux de Saint-Pierre-le-Puellier motivent l’engagement d’un chantre, en raison de l’impossibilité de chanter les messes hautes

« […] ce qui par la suitte pourroit estre cause que les habitans yroient ailleurs entendre la messe et que faulte d’avoir une personne qui veille à contenir les jeunes enffans à la modestie de l’église et courent continuellement dans l’église pendant le service divin troublant et dérangeant la dévotion des habitans ».

  • 91 ADL, 3E10537, 29 juin 1738 ; 3E10547, 23 avril 1747 et 3E10552, 21 mai 1752.

96Si le mot n’y est pas, l’idée est, elle, nettement avérée. Elle est complétée par l’instauration d’un bedeau 10 ans plus tard, « pour maintenir le bon ordre et la décense ». Enfin, en 1752, ils requièrent l’adoption d’un second chantre, au prétexte que l’office ne connaît pas toute la décence possible91. Cette dernière constitue ainsi un fil rouge évident de la décision (ou du discours) des marguilliers, appliquée ici à l’office en tant que tel.

  • 92 BMO, Ms839, op. cit.
  • 93 ADL, 2J1795, Extraits de plusieurs titres, op. cit., règlement du 11 janvier 1664 et Nouveau règle (...)
  • 94 ADL, 3E3826, 9 mars 1727 et 3E3846, 8 janvier 1747.
  • 95 ADL, 2J1805, Statut concernant la Fabrique de la Paroisse de Saint-Marc, Orléans, 1788, 12 p.

97Ce souci se traduit particulièrement par l’action du personnel laïque associé au clergé : sonneurs (partout) et bedeau (plus rarement). Ce dernier n’est ainsi installé à Saint-Hilaire qu’en 1742, l’année même de l’instauration de l’adjudication des bancs à rente annuelle, coïncidence qui nous paraît significative du souci de décence qui préside à ces deux nouveautés92. Il est très rare hors des murs de la ville. Plus présent, le sonneur fait l’objet de règlements assez précis. Dès 1664, celui de Saint-Paul reçoit une liste de charges à remplir : surveillance de l’office, entretien de l’église, des bancs et des objets nécessaires au culte, sonnerie, décoration de l’église et pratique des inhumations. Autant d’éléments qui se retrouvent dans le règlement de 1716 et dans les autres paroisses93. À ce titre, les règlements de 1727 et 1747, relatifs à Notre-Dame-du-Chemin, n’ajoutent que l’aspect moral de la fonction94. Celui de Saint-Marc, en 1788, révèle une progression, tant dans la forme que le contenu95. Les articles sont plus précis et détaillent les attributions. La question des fosses y prend une ampleur particulière, dans une logique administrative et juridique qui suit l’esprit des ordonnances liées à la fermeture des cimetières internes à la ville. Les capacités du sonneur sont déterminées : il doit connaître assez de plain-chant et, image de l’époque, savoir lire et écrire. Par ces actes, le sonneur incarne la décence de l’office, tant dans son organisation que dans sa tenue, du fait de l’absence de bedeau dans de nombreuses paroisses.

  • 96 ADL, 3E6749, 18 janvier 1728. Souligné par nous.
  • 97 ADL, 3E3826, 9 mars 1727 et 3E3846, 8 janvier 1747.

98Ce trait se prolonge dans une attention scrupuleuse pour la vie quotidienne du sonneur. En 1775, à Olivet, Clément Fortépaule, chargé par les marguilliers de demander à Denis Delahaie de sonner face au risque d’orage, reçoit comme réponse : « B. G. passe ton chemin J. F. de toi et de tous les autres. » Un mois plus tard, l’assemblée décide d’associer un autre sonneur au titulaire, dont le comportement est excusé par la vieillesse. Cette attention se prolonge même au-delà de l’exercice de la fonction proprement dit. Picard, le sonneur de Notre-Dame-de-Recouvrance, a été remplacé par Leroy contre le paiement d’une rente de 60 livres versée par « commisération ». Cependant, cette rente est menacée, puisqu’il « est indécent qu’un enffant de cette aage [8 ans] couche avec son pere et sa mère [et] que si il ne fait son devoir de crestien que lon luy austera sa pension ». La paroisse décide alors de donner de l’argent à l’ancien sonneur pour acheter un lit, condition indispensable au maintien de la pension96. La continuité familiale constitue un facteur important de cette surveillance. À Notre-Dame-de-la-Conception, Jean-François Hatton succède à son père en 1727. Vingt ans plus tard, il obtient à son tour la survivance en faveur de son fils Jean-Aignan contre l’entretien de sa mère. Les habitants donnent leur accord unanime97.

99Le sonneur apparaît comme un instrument essentiel de l’affirmation de la décence du culte et incarne en quelque sorte cette attention. Éléments que nous retrouvons dans les dépenses, orientées vers une dignité, de laquelle nous ne pouvons exclure une volonté de prestige, permise par la croissance des recettes qui a accru la capacité financière de la paroisse.

Le souci du lieu de culte

  • 98 A. Cabantous, Entre fêtes et clochers, Paris, Fayard, 2002, p. 134-142.
  • 99 M.-H. Froeschlé-Chopard, Espace et sacré en Provence (XVIe-XIXe siècles), Paris, Cerf, 1994 et P. (...)

100Les dépenses sont un bon indice du lien des paroissiens à leur sanctuaire. Il se situe dans le cadre de la réforme catholique qui insiste sur le bâtiment, sa propreté et la richesse de son décor98. Plusieurs études ont ainsi approché l’église comme révélateur de la pénétration de la réforme catholique en France99. Nous ne nous situons pas dans cette voie, du fait de notre corpus documentaire qui empêche toute saisie synthétique en l’absence des procès-verbaux de visites. Nous aurons donc recours aux sources de la pratique (paroisses et notaires), à l’échelle paroissiale, soit une vingtaine d’églises sur les 55 que compte l’archidiaconé, et 141 opérations (73 pour Orléans et 68 pour la campagne). Cette saisie par le bas offre une voie privilégiée pour étudier l’attitude des populations face à leur sanctuaire et non le regard de la hiérarchie perçu au travers des visites, elle est donc plus apte à répondre à notre problématique.

Des aménagements aux constructions

  • 100 BMO, Ms839, op. cit., p. 21-46 et 104-123.

101Le suivi de l’histoire paroissiale précise retrace une chronologie. M. Lesage, marguillier de Saint-Hilaire en 1767-1768, narre ainsi l’action de ses prédécesseurs à partir de 1707100. Dès cette date, le chœur est doté d’un aigle et de stalles et les cloches refondues. La décennie 1710 perpétue ce premier élan. L’autel est repeint et accompagné de deux châsses en 1712-1714, de deux anges dans le triennat suivant. De même, la décoration est très développée : la chaire est dotée d’un ciel et dorée, des parements, tableaux et tapis sont achetés. Enfin, des grilles sont installées dans l’église, le baptistère est fortement rénové et l’église est blanchie. En 1721-1723, les marguilliers achètent une forte quantité de linge, décident de l’alignement des bancs et refondent chandeliers et calice. Six ans plus tard, les tapisseries et ornements sont réparés. Le toit l’est également cette même année. Les notations s’espacent dans la décennie 1730. À partir de 1740, les bancs font des apparitions régulières. En 1742-1744, de grosses réparations sont effectuées au clocher et à sa charpente pour plus de 3 000 livres. Les achats d’ornements se continuent dans la décennie suivante, où trouve également place la réparation de la couverture et du confessionnal. Enfin, de 1764 à 1768, édifice et statues sont repeints, les dorures sont entretenues (dont le retable du maître-autel), les tableaux sont réparés. Vingt-cinq ans après les réparations du clocher en 1742, ce dernier nécessite à nouveau de gros réajustements, motif de sa destruction justifiée par souci d’économie. Le cas de Saint-Hilaire fait bien ressortir deux strates nettes, celle d’un rafraîchissement régulier (dorure, tableaux) et des achats fréquents (parement, linges notamment), puis celle des travaux d’exception, centrés ici autour du clocher selon un cycle de 25 ans. L’entretien du maître-autel correspond à un cycle particulier.

  • 101 ADL, 3E3840, 13 août 1741.

102La question de l’initiative des travaux, par le curé ou les marguilliers, nous semble secondaire. D’une part, la majorité des délibérations présentent curé et gagiers comme les auteurs conjoints des propositions aux assemblées. D’autre part, cette procédure laisse toute sa place à la population qui peut refuser en cas de désaccord. Ainsi, à Notre-Dame-du-Chemin en 1741, les marguilliers proposent, au nom de la décence, de déplacer le banc d’œuvre devant la chaire du prédicateur « ainsy qu’il se praticque dans toutes les églises des paroisses de cette ville101 ». Ceci s’inscrit dans une refonte de l’espace ecclésial, par le déplacement de plusieurs bancs, l’établissement de ceux des confréries le long du mur à l’entrée de l’église, la condamnation de la porte latérale et l’élargissement de la grande porte. Les paroissiens se divisent alors. Seize approuvent ce projet. Au contraire, la grande majorité du corps présent (40 sur 60) refuse ces modifications, au nom de la tradition, et proteste que « de toute ancienneté lesdits bans de l’œuvre et des confrairyes ont toujours esté placés ou ils sont actuellement ». Il ne fait aucun doute que le refus de payer ces dépenses s’ajoute à cette argumentation de l’attachement. Cet exemple illustre en tout cas assez nettement le poids de la population dans l’accomplissement des travaux à l’église. Dès lors, l’étude de ces derniers témoigne à la fois d’une capacité financière et d’une volonté collective qui dépasse la seule logique économique.

  • 102 Ce triptyque fonde un « esprit bourgeois » tel que l’a défini Bernard Groethuysen autour des valeu (...)
  • 103 ADL, 56J11, op. cit., 23 novembre 1749. Argumentaire identique à Saint-Jean-de-Braye en 1780.

103Outre la place des habitants dans le processus de décision, cet acte d’assemblée est essentiel, dans la mesure où il explicite les motivations des marguilliers. L’imitation en est une composante fondamentale qui assied un souci de prestige de l’église paroissiale pour soutenir la comparaison avec ses voisines dans une esthétique commune. Le déplacement des bancs des confréries répond ainsi au but « que lad. Eglize soit dans sa decoration et qu’il n’y ait rien de deffectueux ». Ces éléments viennent donc compléter les affirmations initiales de décence et commodité et forment un triptyque qui associe utilité, prestige et esthétique102. Dès le 1er novembre 1747, le curé d’Olivet propose de recarreler les trois chœurs et pour ce faire d’avancer l’argent. Deux ans plus tard, les paroissiens prennent l’initiative et affirment leur volonté d’étendre cet effort à la nef. Il est évident que le souci esthétique est premier. Cependant, l’argumentaire renvoie d’abord ici à l’utilité et précise que le sol « est extremement mauvais et expose les pretres a faire des chutes lors de l’aspersion de l’eau benite et des processions du Saint-Sacrement103 ». Le carrelage est un véritable enjeu qui illustre une volonté de régularité de l’espace ecclésial, une mise en ordre qu’incarnent les bancs dans le domaine mobilier, par leur alignement et leur uniformité.

104Résultante évidente d’une volonté collective, l’ensemble de ces travaux témoigne également d’une capacité financière. Aux ressources propres, en hausse, s’ajoute la libéralité de donateurs, notamment curé et seigneur, dans un but précis. L’ancien curé de Chaingy, Villabon, lègue par exemple 200 livres à la paroisse pour la construction et décoration du grand autel. Le livre des marguilliers de Saint-Hilaire fait ressortir l’importance de tout un monde féminin qui s’illustre par des libéralités (notamment en linges pour les parements) ou par l’accomplissement de travaux de couture ou de décoration pour l’église. À ce titre, Mademoiselle Hudault et Madame Costé Barbot se distinguent assez nettement. Nous touchons là un premier lien entre ce monde féminin et la vie religieuse. Pourtant, ces libéralités privées, tout comme les ressources propres de la paroisse, atteignent leur limite face aux grandes dépenses. Les habitants sont dès lors directement impliqués, par l’intermédiaire de quêtes ou d’une contribution.

  • 104 Ces étapes suivent exactement le modèle défini par Pialès. M. Venard, « La construction des église (...)
  • 105 ADL, 3E6748, 20 avril, 11 mai et 26 octobre 1727 et 3E6749, 22 août 1728.

105Ce recours accroît la place de la population au sein du processus décisionnel. L’adoption de la taxe débouche sur un ensemble de formalités104. Face à la nécessité de faire plusieurs réparations à l’église, les marguilliers de Notre-Dame-de-Recouvrance adressent une requête à l’évêque, afin qu’il nomme un commissaire pour établir le procès-verbal de ces travaux. C’est chose faite par l’ordonnance du 25 mars, à laquelle les habitants acquiescent. Ils s’expriment alors, le 20 avril 1727, dans le sens d’un devis estimatif adjugé par bail au rabais et financé par une imposition. Le 11 mai suivant, l’assemblée nomme deux experts pour établir le devis. Trois mois plus tard, le couvreur Robert Jacquet se porte adjudicataire du marché pour 3 350 livres. Ce dernier est accru au mois d’octobre en raison de la pose de poteaux supplémentaires au clocher. Dans le même temps, le Conseil d’État rend un arrêt pour autoriser l’imposition. Le 22 août 1728 enfin, à la demande de l’adjudicataire, des commissaires sont nommés par l’assemblée pour établir le rôle de la taxe105. Cette procédure fait ressortir les différents pouvoirs, déjà évoqués au niveau du fonctionnement général de la paroisse. L’établissement du rôle de taxe fait néanmoins une place éminente aux habitants. Ce recours est donc essentiel au niveau des grosses réparations, mais les auto-financements se multiplient. L’allongement des églises est ainsi en grande partie financé à partir de 1760 par les ressources attendues des bancs nouvellement placés ; autre manifestation du changement de logique que portent les bancs et leur adjudication.

106Les exemples pratiques, les procès-verbaux de visites ou le financement aboutissent donc à la distinction de plusieurs types de travaux. Les premiers rangs correspondent aux charges d’entretien régulières. Le vitrier et le couvreur en sont deux acteurs fondamentaux. Le deuxième poste concerne les dépenses de décoration et ameublement. L’acquisition de meubles (confessionnal, chaire, banc d’œuvre) ou de tableaux, tout en étant régulière, reste ponctuelle. Elle se complète dans la gestion quotidienne, par le nettoyage et les retouches aux tableaux et à l’autel. À un niveau supérieur, la refonte des cloches correspond à un rythme proche dans le temps.

  • 106 Terme repris d’A. Cabantous, Entre fêtes et clochers, op. cit., p. 142.
  • 107 Les églises rouennaises portent la même conclusion, selon une chronologie plus précoce dans le pay (...)

107Ces achats et frais correspondent à une première tendance qui contribue fortement à modeler l’église du XVIIIe siècle. Les aménagements de plus grande importance renforcent ce mouvement, comme le carrelage uniforme de l’église, l’installation de lambris aux voûtes et le blanchissage de l’ensemble du bâtiment. La reconstruction de voûtes, des portes, les travaux à la tour et l’allongement des nefs à la fin du siècle forment un dernier chapitre de ce domaine. L’église témoigne donc d’un souci de régularité et d’esthétique. Autant de « métamorphoses » qui s’appuient sur de plus grandes capacités financières106. Au travers de ces étapes, les dépenses dressent un portrait de l’église de l’archidiaconé d’Orléans107. Dans une vision idéalisée, elle apparaît au cours du siècle plus meublée, ordonnée avec un pavage régulier, centrée autour d’un autel parfois déplacé et élevé, sous la forme d’un tombeau quand il est remplacé, couverte d’une voûte lambrissée et ornée de tableaux colorés, de statues repeintes et de dorures brillantes. Néanmoins ce modèle idéal, rarement atteint à l’échelle paroissiale, se compose de plusieurs strates qui renvoient notamment à un fort clivage géographique et à une progressive mise en place.

De la ville à la campagne

108Les paroisses urbaines concentrent leurs aménagements dans la période 1735-1755. Les campagnes sont surtout dynamiques après 1755. Ce décalage témoigne de deux chronologies, qui ne signifient pas forcément, à ce stade, une diffusion de la ville vers la campagne. Cet écart recoupe en effet très nettement celui des courbes d’adjudication des bancs et donc celle des revenus.

  • 108 BMO, Ms839, op. cit., p. 47-86.
  • 109 M.-H. Froeschlé-Chopard, Espace et sacré, op. cit., p. 226-237.

109Le domaine de la décoration manifeste le plus clairement l’avancée urbaine. Les deux tiers des mentions relatives aux paroisses orléanaises sont antérieures à 1755, alors que la moitié des occurrences rurales est postérieure à 1770. La dorure notamment est une nouveauté dans la seconde moitié du siècle. La première mention rurale date de 1755 à Chécy pour l’autel et le tabernacle. La comparaison de deux autels d’Olivet va dans ce sens. En 1725, les marguilliers font repeindre le maître-autel, alors qu’en 1777, le compte précise que le Christ de la grille du chœur, le tabernacle et les têtes de chérubins sur l’autel sont dorés. Cette pratique est ainsi l’un des vecteurs de diffusion d’une esthétique urbaine vers la campagne voisine. Généralement, les églises urbaines sont dans l’ensemble assez richement décorées, comme Saint-Hilaire en 1767. L’inventaire répertorie 14 crucifix, deux tentures de tapisserie (quoiqu’exposées seulement au cours des fêtes) et 14 tableaux, auxquels s’ajoutent des reposoirs, une statue de la Vierge habillée de robes diverses selon le calendrier et au moins une autre de saint Éloi108. Le patrimoine pictural des églises rurales est sans aucun doute plus restreint. Au contraire, les statues restent nombreuses comme à Chaingy en 1777, dont le compte mentionne la peinture de « la bonne mère, des saints et des autres ». Le clivage est donc iconique : à la ville les tableaux, à la campagne les statues109.

  • 110 ADL, 3E10516, 6 janvier 1726 et 3E10548, 10 mars 1748 pour Saint-Pierre-le-Puellier.
  • 111 ADL, 3E3814, 22 avril 1714 pour Saint-Vincent ; 2J1804, op. cit., compte de l’année 1716 ; 123J1, (...)
  • 112 B. Chédozeau, Chœur clos, chœur ouvert, Paris, Cerf, 1998.

110L’écart est moins net sur le plan du mobilier. Outre les bancs, le principal ameublement en quantité consiste dans les stalles et boiseries du chœur, présentes en ville dès le début du siècle, à Saint-Hilaire (1707), Saint-Pierre-le-Puellier (1726 pour les stalles et 1748 pour les boiseries), puis Saint-Victor (1754) et Saint-Donatien (1771) qui s’inspire du modèle de celles de Saint-Maclou110. Au contraire, aux alentours de la ville, seule Olivet mentionne une telle acquisition, à la toute fin du siècle (1781). La stalle, comme la dorure, marque l’église urbaine et symbolise une richesse évidente. Plus largement, l’équipement du chœur est plus poussé en ville et les lutrins et aigles se renouvellent au cours du siècle, alors que les paroisses rurales ne les mentionnent qu’en 1783 (Olivet) et 1785 (Saint-Jean-de-Braye). La grille de fer qui enclôt le chœur est également un élément important de la dépense des marguilliers au XVIIIe siècle. Dans son état initial, il s’agit d’une simple balustrade, installée à Saint-Vincent en 1710 ou à Saint-Jean-le-Blanc en 1716. Elle devient des grilles à Notre-Dame-de-Recouvrance en 1754 (pour un marché de 2 455 livres) et dès 1709 à Saint-Hilaire111. Le manque de données d’archives ne permet pas d’élargir la réflexion au-delà de ces quelques exemples. Ils témoignent du remplacement du jubé par la grille, dans une vision théologique, et rejoignent ainsi le passage de l’église médiévale à l’église tridentine marquée par l’ouverture du chœur112.

111Outre ces innovations, le siècle est également celui du perfectionnement et du remplacement. Des confessionnaux sont mentionnés à Olivet (en 1732 pour celui du curé et 1765 pour celui du vicaire) et à Chécy en 1759. Il s’agit sans aucun doute ici de la substitution à d’anciens meubles. Il en est de même pour la chaire. Déjà en place à Saint-Hilaire en 1709, elle apparaît à Saint-Jean-le-Blanc en 1726 (ce qui est peut-être là une date d’installation première). Les autres occurrences ont trait à la fin du siècle et correspondent à une seconde génération de mobilier. Enfin, symbole du pouvoir et de la richesse croissante des fabriques, le banc d’œuvre fait l’objet des attentions paroissiales. Réparé à Notre-Dame-de-Recouvrance en 1740, il est remplacé à Saint-Donatien en 1763 et à Olivet neuf ans plus tard. Ces reconstructions marquent dans le bois l’affirmation de la puissance des marguilliers. À ce titre, son emplacement n’est pas anodin. Les discussions autour du projet des marguilliers de Notre-Dame-du-Chemin à ce sujet en 1741 nous l’ont déjà montré.

  • 113 M.-H. Froeschlé-Chopard en a montré l’importance pour la place des autels. Espace et sacré, op. ci (...)
  • 114 ADL, 3E3871, 15 mars 1772.

112Au travers du mobilier, se lit une conception à la fois sociale et religieuse113. L’alignement des bancs à Saint-Hilaire en 1721, innovation qui parcourt toutes les paroisses, illustre la mise en ordre de cet espace. De même, à Notre-Dame-du-Chemin en 1772, plusieurs bancs ont des dossiers trop élevés qui cachent l’autel aux assistants situés derrière eux. Les bancs sont alors uniformisés114. Cet exemple illustre une organisation de l’espace ecclésial, faite d’uniformité des bancs et d’une nouvelle vision de l’office, où l’autel et l’action du célébrant prennent toute leur place visuelle dans le cadre d’une participation accrue des fidèles. L’installation de grilles autour du chœur est un autre indice de ce mouvement, par lequel l’archidiaconé d’Orléans rejoint un rythme général.

  • 115 Voir le chapitre iii pour le rythme et l’ampleur.

113Un autre aménagement se situe dans cette volonté d’ordre, décence et régularité : le carrelage uniforme. À ce titre, la revalorisation du droit d’inhumation dans l’église s’explique avant tout par le souci de limiter cette atteinte matérielle, plus que par une volonté hygiénique ou d’exclusion sociale, jamais mentionnées dans les argumentaires115. Le carrelage est une réalité dès 1720 et se développe à partir de cette date de manière plus systématique, du chœur vers la nef (1730 à Saint-Donatien, 1749 à l’Alleu-Saint-Mesmin, 1712 à Saint-Hilaire et 1726 à Saint-Pierre-le-Puellier). Le compte rendu par Augustin Jogues en 1721 à Notre-Dame-de-Recouvrance précise par exemple qu’il a financé le pavage de l’église, au sol auparavant en terre. L’installation du carrelage contribue, dans sa forme la plus aboutie, à la séparation du chœur (carrelé) et de la nef (pavée) par une distinction formelle.

  • 116 ADL, 3E10951, 3 mai 1736. Il en est de même à Bou en 1739.
  • 117 ADL, Archives municipales, DD1, devis du 8 juin 1755.

114Les réparations plus amples revêtent une finalité religieuse moins nette. Elles illustrent toutefois la permanence de l’intérêt pour l’église comme bâtiment, dans le cadre de la nécessité et de l’usure naturelle. La tour clocher, assez générale pour les églises de l’archidiaconé, est un facteur essentiel de ce poste. Celle de Saint-Donatien est achevée en 1714. La tour de Saint-Hilaire nécessite 3 337 livres de travaux en 1742, dans une remise en ordre assez générale. L’ensemble toit-clocher constitue, dans l’ensemble, le poste central de ces frais. Surtout, ces fortes réparations permettent de conclure à une réelle influence d’Orléans sur la campagne. D’une part, des artisans orléanais sont choisis pour les accomplir. La voûte d’Olivet en 1736 est ainsi confiée à Zanole, entrepreneur d’Orléans, en raison de son savoir-faire, malgré les récriminations de Jean-Jacques Duguet, maçon de la paroisse116. D’autre part, l’influence est artistique. Le devis de l’allongement de l’église de la Chapelle-Saint-Mesmin précise par exemple que « sur ledit palier on y posera un tambour tels quils ont coutume d’estre dans les églises d’Orléans en menuiserie simple mais solide117 ». Le renvoi est encore plus précis dans le devis des voûtes d’Olivet en 1736, puisqu’il y est mentionné que les travaux consistent en « deux arcades à faire semblablement et conformement a celle qui a esté parachevée suivant le devis du 27 mars 1735 et a celle faitte en l’église de Saint-Pierre-le-Puellier ». L’écart chronologique saisi au travers de la décoration se fait ici diffusion et imitation directe.

  • 118 La situation orléanaise rejoint ainsi un mouvement national. M. Venard, « La construction… », art. (...)
  • 119 ADL, 67J2, op. cit., devis du 13 juin 1784 (allongement d’une aile) ; 52J53, assemblée du 13 mai 1 (...)

115Le XVIIIe siècle orléanais n’a pas bâti d’églises nouvelles, mais les rallongements en forment une sorte de parallèle qui s’enracine à la fois dans la croissance démographique et dans une volonté de prestige de la paroisse. La chronologie est à ce titre assez nette. La première mention a trait à la Chapelle-Saint-Mesmin en 1755, mais la plupart sont postérieures à 1770, soit la période de conjonction du gonflement de la population et de l’accroissement des recettes paroissiales118. Dans tous les cas, le lien est nettement fait par les marguilliers qui fondent leur dépense sur les bancs installés dans ces prolongements. Ces travaux prennent leur plus forte ampleur à Chaingy (1784), Saint-Paterne (1770) et Saint-Marc (1782). Dans ces deux derniers cas, les marchés atteignent respectivement 18 000 et 8 200 livres119.

  • 120 Autels de Saint-Marc en 1700, Notre-Dame-de-la-Conception en 1736, l’Alleu-Saint-Mesmin en 1739, N (...)

116L’autel est un autre aspect et synthétise le dynamisme paroissial : neuf autels reconstruits sur 20 paroisses pour lesquelles nous disposons de renseignements120. Nous retrouvons ici le clivage ville/campagne déjà cerné, avec néanmoins une petite modification. Les références urbaines de réparation et entretien se concentrent autour de la décennie 1740, temps fort d’attention, et disparaissent quasiment après 1760, pour laisser la place aux constructions proprement dites. Au contraire, les neuf mentions rurales se décomposent en deux temps : la décennie 1720 (quatre occurrences) et la période 1775-1785 (quatre également). Cette répartition semble indiquer une attention cyclique. La concentration urbaine autour de 1740 renverrait ainsi à une phase d’installation située en plein cœur du siècle précédent. L’exemple de Saint-Hilaire, bien documenté, témoigne d’une forte attention au début du siècle, avec la peinture du retable en 1709, l’installation de deux châsses en 1712, la dorure de l’autel en 1715. La mention suivante, malgré le suivi des interventions des marguilliers, ne date que de 1764 et a de nouveau trait à la peinture du retable.

  • 121 93 % de retables architecturaux. C. Paiva, Retables et spiritualité religieuse dans l’ancien diocè (...)

117Nous ne possédons que quatre descriptions de ces nouvelles constructions. La plus aboutie reste celle de Saint-Marc en 1700, qui trace les contours d’un autel à retable à forte connotation architecturale avec colonnes de marbre, chapiteaux corinthiens et corniche, soit un modèle classique de la construction des siècles de la réforme catholique. Quoique non décrit dans son entier, il semble que l’autel d’Olivet, construit entre 1738 et 1746, s’en rapproche, puisque la fabrique commande des colonnes et pilastres en marbre et une table en pierre d’Apremont. Il reprend ainsi sans doute la structure de retable derrière l’autel lui-même. Ce constat s’applique également à l’autel de Saint-Hilaire-Saint-Mesmin construit en 1761 pour 1 600 livres. Nous retrouvons ainsi un modèle assez commun aux églises de l’archidiaconé121.

118Les deux exemples suivants s’en détachent et proposent une structure plus simple. Dès 1769, les habitants et marguilliers de Saint-Donatien choisissent un autel en tombeau de marbre, qui ne semble pas comporter une structure de retable avec pilastres et décor. Le devis du grand autel de Chaingy, en 1781, renvoie seulement à un retable lambris avec comme seul décor un « géova » sculpté et deux statues de saints. Il est difficile d’établir une tendance à partir d’un échantillon assez restreint, mais la question d’une simplification mérite d’être posée. Elle s’éclaire d’un autre jour au travers de la comparaison des attendus des décisions. En 1700, les habitants de Saint-Marc promeuvent la construction par le meilleur ouvrier et non par celui qui en offrirait le meilleur prix, attendu que dans ce dernier cas « le dessein, l’architecture et les figures ne seroient pas faittes avecque toute l’attention et l’ordre convenable à la sainteté du lieu ». Le religieux prime l’économique et l’investissement sur l’autel revêt un caractère très fort. Nous en sommes très loin à Saint-Donatien en 1769. L’argumentaire est strictement économique

« […] pour éviter à la fabrique la depense d’acheter des devants d’autel a fur et a mesure que l’on acheteroit des ornemens il seroit avantageux de faire faire soit un autel à la romaine […] soit simplement un tombeau en bois, ou en marbre, et que pour plus grande économie, on pouroit faire le tombeau de façon qu’il n’y auroit plus sur l’autel que deux cierges, ce qui épargneroit annuellement sur la cire environ 50 ou 60 livres ».

119Le passage est brutal, d’une logique à l’autre, et sanctionne un parcours qui témoigne de la pénétration de la logique comptable au sein de la gestion paroissiale, au-delà des évolutions des formes architecturales elles-mêmes. Dès lors, après 1750 l’autel apparaît comme un élément parmi d’autres d’une rénovation de l’église dans une esthétique orientée vers la décence et l’ordre.

120Au final, les réparations et dépenses d’entretien d’églises témoignent d’un attachement collectif au bâtiment avec, sans doute, un changement à la fois de logique et d’esthétique, favorisé par la croissance des moyens financiers. Il est indéniable que ces dépenses sont portées par le souci d’une église organisée, cadre d’un office régenté par le bedeau ou le sonneur, dans lequel la société paroissiale se place dans l’ordre de bancs uniformes, mais à la position significative, dominés par celui des marguilliers. Bien sûr, il ne convient pas de réduire ces mutations à une seule lecture sociale, mais elle joue assurément un rôle. À la fin du siècle, les églises de l’archidiaconé d’Orléans, que nous avons pu approcher indirectement, paraissent dans un bon état, fournies de linges et aptes à assurer l’office divin dans toute sa décence et son ordre. Le chœur se meuble et se distingue du reste de l’édifice par l’instauration d’une grille et d’un carrelage différent du pavage de la nef, dans une ouverture visuelle. L’espace ecclésial se densifie et s’uniformise par le carrelage ou la disposition intérieure. La décoration est très fortement entretenue. Ce mouvement renvoie à un clivage ville/campagne. L’ameublement des chœurs se fait à l’horizon 1730-1750 en ville, 1780 aux alentours. Il en est de même pour le carrelage, présent dès 1720-1730 dans de nombreuses paroisses urbaines. La dorure reprend un écart identique. Il invite à lire une diffusion que confirment l’appel aux artisans urbains et la référence explicite faite par certains baux ruraux. Toutefois, des différences restent, comme la composition du décor, plus ouverte au tableau en ville, à la statue ailleurs. Néanmoins, à côté de ce seul mouvement, il est nécessaire de faire sa part à la recherche du prestige paroissial, moteur évident de ce souci.

*

121Par conséquent, la gestion paroissiale au XVIIIe siècle renvoie à deux mouvements conjoints : l’affirmation des laïques et la notabilisation. La première ressort des relations entre curés et marguilliers, mais également de la place croissante des autorités judiciaires. La seconde passe par la fermeture des assemblées, la place des bancs et la promotion d’une logique comptable, assise sur la régularité des ressources et la prévision des dépenses, et la pratique contributive, où le don à la fabrique devient la rétribution d’un droit. Elle connaît un prolongement dans la mise en place du triptyque décence/utilité/prestige dans l’aménagement de l’église. De ce fait, cette notabilisation s’appuie en partie sur la réforme tridentine, se la réapproprie et la réinterprète en quelque sorte, dans un discours qui rejoint fondements social et religieux. La comptabilité le montre, tout comme l’aménagement ecclésial. La première passe du contrôle ecclésiastique à la prévision laïque et bourgeoise. Le second distingue non seulement le prêtre et le chœur, mais ordonne la société de manière hiérarchique et fait de la décence un outil d’ordre public. L’église y gagne et devient plus meublée, entretenue et décorée grâce à la capacité financière des fabriques, mais aussi plus froide et plus laïcisée en quelque sorte. La paroisse devient de plus en plus une réalité politique au sens fort, en contradiction avec la vision communautaire et de sociabilité que traduisaient les quêtes et un espace ecclésial moins hiérarchisé et ordonné.

  • 122 ADL, 155J1, Mémoire en faveur de l’église et paroisse de Saint-Victor d’Orléans, 1790.

122Sur un plan plus religieux, les comptes sont bien un indice et marquent notamment un recentrage sur l’office, au travers de la promotion du banc et du chœur. Plus largement, le lien entre les fidèles et la fabrique est maintenu dans son ensemble, mais change. L’église mieux ordonnée en est l’image. Les premières années révolutionnaires l’entérinent. La seule innovation a trait à la question délicate des délimitations des paroisses en ville, posée par le décret de l’Assemblée nationale du 19 janvier 1791. Elles passent de 25 à 6, ce qui suscite la rédaction de mémoires de la part des paroisses menacées, tel celui de Saint-Victor, daté du 4 juillet 1790122. Outre l’état de l’église paroissiale, il insiste sur une vocation populaire que résume la dernière phrase de l’argumentaire : « Un point essentiel du bonheur des citoyens, n’est-ce pas de leur rendre les devoirs de cette même religion plus aisés ? Surtout de mettre les ouvriers à portée de remplir exactement, sans les gêner dans leurs états et dans leurs ménages ? » La question des nouveaux ressorts occupe donc assez fortement les institutions menacées et révèlent un souci de défense nourri, parfois très maladroitement, des nouvelles idées. Cependant, il marque peut-être également en creux la notabilisation de la gestion au cours du siècle, qui éloigne justement cette population. La piété collective renvoie un tout autre visage.

Notes

1 Le réseau paroissial orléanais a connu quelques modifications aux XVIIe et XVIIIe siècles, comme la suppression de petites paroisses (Saint-Étienne en 1655) et la création de Notre-Dame-de-Recouvrance en 1709.

2 J. Bossy, « The Counter Reformation and the People of Catholic Europe », Past and Present, 1970, p. 55.

3 P. Goujard, Un catholicisme bien tempéré, Paris, CTHS, 1996.

4 Traité du gouvernement spirituel et temporel des paroisses, Paris, Debure, 1773, 1re éd. 1769.

5 ADL, 61J5, Délibérations, 15 décembre 1783, fo 43 sq.

6 ADL, 3E10562, 30 mai 1762.

7 ADL, 3E10992, 22 mai 1774.

8 A. Bonzon, L’Esprit de clocher. Prêtres et paroisses dans le diocèse de Beauvais (1535-1650), Paris, Cerf, 1999, p. 235-241 ; P. Goujard, Un catholicisme, op. cit., p. 310-315 et sur la signification religieuse de la charge de marguillier, G. Le Bras, Études de sociologie religieuse, Paris, PUF, 1955-1956, p. 232.

9 Les proviseurs de la confrérie du Saint-Sacrement ne connaissent pas la même alternance, selon les registres notariés.

10 ADL, 3E11256.

11 ADL, 3E3847, 17 mars 1748.

12 ADL, 54J39, Registre pour servir à porter les délibérations, 26 décembre 1775, fo 15-17.

13 Jousse a cerné les motifs de sa convocation, notamment les élections, redditions de comptes, procès et dépenses extraordinaires et toutes questions générales.

14 D. Jousse, Traité du gouvernement, op. cit., p. 179 sq. ADL, 61J8, ordonnance du bailliage (1766). Le statut du curé est donc variable selon les paroisses, au-delà de l’image unique véhiculée par la lecture du jurisconsulte, et ce même au sein des règlements.

15 Avis plus particuliers aux curez et aux autres prêtres, Orléans, Jean Boyer, 1712, p. 8-9.

16 AN, G628, Dossier de Contres, lettre du 12 août 1768.

17 G. Rideau, « De l’impôt à la sécularisation : reconstruire l’Église. Les doléances religieuses dans les cahiers de doléances du bailliage d’Orléans (1789) », AHRF, 2006, p. 3-29.

18 Faute de sources judiciaires, détruites en 1940, nous suivrons ces affaires au travers des actes d’assemblées.

19 ADL, 3E10901, 14 août 1689 ; 2J1804, Ancien registre de Saint-Jean-le-Blanc, fo 201 sq., 6 mars et 29 mai 1768.

20 Elle s’appuie également sur le terreau favorable de la culture juridique des prêtres orléanais (notamment des gradués, pour la majorité en droit). Voir notre thèse, chap. 2.

21 ADL, 3E3825, 7 avril 1726.

22 ADL, 3E3846, 11 juin 1747 ; 3E3847, 22 septembre 1748.

23 ADL, 3E10487, 7 décembre 1704 ; 3E10488, 11 janvier 1705.

24 ADL, 3E10497, 22 mai 1712.

25 ADL, 3E6773, 15 mai 1763 : « Les parties étoient sur le point d’introduire une nouvelle instance, ledit Sieur curé voulant y obvier, et désirant de parvenir à éteindre toutes contestations entre luy et lesdits Sieurs marguilliers et habitans. »

26 ADL, 3E6772, 12 avril 1761 et 5 décembre 1762.

27 D. Jousse, Traité du gouvernement, op. cit., p. 121.

28 ADL, 3E6773, 12 juin 1764 : point de départ de toutes les discussions des années 1764-1765.

29 Idem, 29 juin 1764 ; 3E6774, 12 mai 1765.

30 ADL, 3E6772, 16 août 1761.

31 A. Bonzon, L’Esprit de clocher, op. cit., p. 210-216.

32 ADL, 3E6773.

33 1767, p. 146-148 et 158. Voir infra chap. iv.

34 Traité du gouvernement, op. cit., p. 197-200.

35 ADL, 56J13, Livre pour les comptes de Saint-Martin d’Olivet (1753-1791).

36 ADL, 2J1797, Arrêt de la Cour de Parlement du 19 août 1721.

37 ADL, 61J5, Délibérations op. cit., ordonnance du 23 juillet 1766.

38 Idem, 4 mai et 26 juin 1783, fo 40-42.

39 L’édition de 1773 contient un recueil de 236 pages des principaux textes relatifs à ces questions.

40 Les relevés dans les liasses notariales ont suivi le rythme de l’ensemble de nos recherches dans ces sources. Nous voyons ici de manière évidente le complément qu’apporte une fois de plus la source notariale aux défaillances archivistiques du département du Loiret. La saisie d’une certaine continuité est par ailleurs permise grâce à la conservation d’un même notaire par la paroisse.

41 AN, G516*, Département général des décimes : seule source à indiquer des revenus pour les paroisses.

42 ADL, 1MiEC 043 R1, 1725 et 1727.

43 BMO, Ms761, Livre de la fabrique de l’Alleu-Saint-Mesmin et ADL, 2J1795, Extrait des comptes de la fabrique de la paroisse Saint-Paul.

44 ADL, 123J1, Compte des recettes et dépenses (1720-1786) ; 2J1788, Livre pour servir à Messieurs les marguilliers de Sainte-Catherine ; 155J6, registre de comptes de Saint-Victor (1697-1757).

45 La paroisse de Saint-Marceau rejoint ces niveaux et semble être l’une des plus riches de la ville. ADL, 54J39, Registre pour servir à porter les délibérations, fo 18-21.

46 D’après les fragments de comptes de Saint-Maurice et Saint-Hilaire. ADL, 13J99, Compte de marguillerie de la fabrique de Saint-Maurice, 1740-1741 ; BMO, Ms839, Copie du Martirologe de l’Église royalle et paroissialle de Saint-Hilaire d’Orléans, p. 123-141.

47 Les développements suivants sont assis sur les documents, cités une fois pour toutes : BMO, Ms761, Livre de la fabrique, op. cit. ; ADL, 67J1, Registre des comptes rendus par les gagiers de Chaingy (1722-1789) ; 124J4, registre de comptes de Chécy (1717-1784) ; 123J1, Compte, op. cit. (1720-1786) ; 56J12, Comptes d’Olivet (1705-1789) ; 2J1788, Livre pour servir, op. cit. (1728-1776) ; 55J2, comptes de Saint-Jean-de-Braye (1765-1789) ; 2J1804, Ancien registre, op. cit. (1716-1785) ; 155J6, Comptes de Saint-Victor (1700-1756).

48 17 mois en moyenne à Beauvais au siècle précédent. A. Bonzon, L’Esprit de clocher, op. cit., p. 241-245.

49 ADL, 3E10517, 19 janvier 1727.

50 Les solutions de rechange font, elles, appel aux finances des paroissiens en tant que particuliers, sous la forme volontaire de la quête ou celle d’une levée obligatoire, sous la haute autorité de l’intendant.

51 ADL, 54J39, Registre pour servir, op. cit., fo 18-21.

52 ADL, 124J4, fo 149-150.

53 La poursuite des débiteurs indélicats en forme un chapitre important et récurrent.

54 ADL, 3E3836, 22 décembre 1737.

55 ADL, 3E6772.

56 ADL, 50J8, Registre des mandemens et ordonnances, 21 septembre 1775, p. 34-39.

57 ADL, 61J5, Délibérations, op. cit.

58 ADL, 3E3847, 20 mai 1748.

59 ADL, 3E3871, 19 janvier 1772 ; 3E3887, 8 juin 1788.

60 Michel Vernus parle ainsi de « cogestion » (Le Presbytère et la chaumière, Cromary, Togirix, 1986, p. 141).

61 A. Bonzon, L’Esprit, op. cit., p. 254 ; B. Restif, La Révolution des paroisses, Rennes, PUR, 2006 et M. Venard, L’Âge de raison (1620/30-1750), Paris, Desclée, 1997, p. 301-309.

62 Y. Lagadec et B. Restif, « Pouvoir et religion à Louvigné-de-Bais », ABPO, 2002, p. 31-60.

63 Ces développements sont assis sur les mêmes documents que les précédents, voir note 47.

64 Pour éviter la déformation que peut entraîner la fixation du prix de la livre en 1726, nous avons choisi de fixer la base 100 dans la décennie 1730.

65 Ces modèles se distinguent donc des rythmes enregistrés dans le diocèse de Rouen, malgré une tendance commune à une forte hausse. P. Goujard, Un catholicisme, op. cit., p. 283-288.

66 F. Braudel et E. Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, t. II : 1660-1789, Paris, PUF, 1993, p. 404.

67 V. Richer, L’Hôtel-Dieu d’Orléans au XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise, 2000 ; S. Menin, Étude d’une collégiale orléanaise, Saint-Aignan au XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise, 1996 et G. Rideau, La Visitation Sainte-Marie d’Orléans, mémoire de maîtrise, 1998.

68 La tendance est identique pour la paroisse de Saint-Marceau. ADL, 54J39, Registre, op. cit., fo 18-21.

69 Nous rejoignons les conclusions d’Anne Bonzon pour qui « si la conjoncture influe certainement et logiquement sur l’évolution des recettes comme des dépenses, les facteurs internes à chaque paroisse sont sans doute plus déterminants encore » (L’Esprit, op. cit., p. 266).

70 ADL, 2J1795, Extrait de plusieurs titres et Nouveau règlement (1716).

71 ADL, 3E3825, 7 avril 1726 et 3E6746, 8 juillet 1725. En 1721, l’arrêt du parlement pour Saint-Paterne stipule que l’adjudication des bancs sera faite à vie au plus offrant, après trois publications et pour une seule personne. ADL, 2J1797, Arrêt de la Cour de Parlement du 19 août 1721.

72 ADL, 3E3827.

73 ADL, 2J1795, Extrait des comptes de Saint-Paul (1619-1738).

74 ADL, 3E3852, 7 janvier 1753 ; 3E3863, 8 juillet 1764.

75 ADL, 3E3859, 21 décembre 1760.

76 ADL, 67J1, Registre des comptes, f° 133 r° ; 67J3, Statut portant reglement pour la concession des bans vacants à l’avenir.

77 ADL, 54J39, Registre, op. cit., règlement du 26 juin 1785, fo 38-43.

78 La tendance à la baisse est identique pour les paroisses rurales du diocèse de Bordeaux dans « un lent processus d’abandon des quêtes ». P. Loupès, « Le casuel dans le diocèse de Bordeaux aux XVIIe et XVIIIe siècles », RHEF, 1972, p. 19-52.

79 Selon une chronologie proche du diocèse de Rouen. P. Goujard, Un catholicisme, op. cit., p. 293-302.

80 ADL, 3E3846, 14 mai 1747.

81 ADL, 67J2, op. cit., 18 mai 1788 ; 54J39, op. cit., f° 42 v°.

82 Les critères de fixation du prix sont expliqués à Ormes, au travers « d’une rétribution proportionnée à la grandeur de la place et à sa comodité ». Le banc apparaît comme motif de prestige.

83 ADL, 56J13, op. cit., août 1792.

84 ADL, 3E3859, 21 décembre 1760.

85 Philippe Goujard, qui a consacré des pages cruciales à ce sujet, ne considère ainsi pas les deux temps de l’installation (Un catholicisme, op. cit., p. 289-293).

86 La transformation de la paroisse en « lieu de prestation de services religieux », autour de l’exclusion d’une partie des paroissiens au profit des notables qui contribuent encore activement à cette gestion (ibid., p. 300-302).

87 Traité du gouvernement, op. cit., p. 1.

88 « L’adaptation des ressources aux dépenses » soulignée pour le XVIIe siècle par Anne Bonzon (L’Esprit, op. cit., p. 266-285).

89 BMO, Ms596, Manuscrits Dubois. Les quelques procès-verbaux disponibles pour le début du siècle révèlent l’importance de l’état du tabernacle et de la clôture du cimetière. Voir supra pour l’exemple d’Olivet.

90 Cette reprise s’inscrit dans un mouvement plus large de « réappropriation du discours moral et social de l’Église par les notables » (P. Goujard, Un catholicisme, op. cit., p. 393).

91 ADL, 3E10537, 29 juin 1738 ; 3E10547, 23 avril 1747 et 3E10552, 21 mai 1752.

92 BMO, Ms839, op. cit.

93 ADL, 2J1795, Extraits de plusieurs titres, op. cit., règlement du 11 janvier 1664 et Nouveau règlement (1716), op. cit.

94 ADL, 3E3826, 9 mars 1727 et 3E3846, 8 janvier 1747.

95 ADL, 2J1805, Statut concernant la Fabrique de la Paroisse de Saint-Marc, Orléans, 1788, 12 p.

96 ADL, 3E6749, 18 janvier 1728. Souligné par nous.

97 ADL, 3E3826, 9 mars 1727 et 3E3846, 8 janvier 1747.

98 A. Cabantous, Entre fêtes et clochers, Paris, Fayard, 2002, p. 134-142.

99 M.-H. Froeschlé-Chopard, Espace et sacré en Provence (XVIe-XIXe siècles), Paris, Cerf, 1994 et P. Goujard, Un catholicisme, op. cit., p. 257-282.

100 BMO, Ms839, op. cit., p. 21-46 et 104-123.

101 ADL, 3E3840, 13 août 1741.

102 Ce triptyque fonde un « esprit bourgeois » tel que l’a défini Bernard Groethuysen autour des valeurs d’ordre social, mais le croise avec la conception tridentine de la dignité. Les Origines de l’esprit bourgeois en France, tome I, Paris, Gallimard, 1956, p. 202.

103 ADL, 56J11, op. cit., 23 novembre 1749. Argumentaire identique à Saint-Jean-de-Braye en 1780.

104 Ces étapes suivent exactement le modèle défini par Pialès. M. Venard, « La construction des églises paroissiales du XVe au XVIIIe siècle », RHEF, 1987, p. 7-24.

105 ADL, 3E6748, 20 avril, 11 mai et 26 octobre 1727 et 3E6749, 22 août 1728.

106 Terme repris d’A. Cabantous, Entre fêtes et clochers, op. cit., p. 142.

107 Les églises rouennaises portent la même conclusion, selon une chronologie plus précoce dans le pays de Bray. P. Goujard, Un catholicisme, op. cit., p. 271-274.

108 BMO, Ms839, op. cit., p. 47-86.

109 M.-H. Froeschlé-Chopard, Espace et sacré, op. cit., p. 226-237.

110 ADL, 3E10516, 6 janvier 1726 et 3E10548, 10 mars 1748 pour Saint-Pierre-le-Puellier.

111 ADL, 3E3814, 22 avril 1714 pour Saint-Vincent ; 2J1804, op. cit., compte de l’année 1716 ; 123J1, op. cit., 18 décembre 1754, f° 88.

112 B. Chédozeau, Chœur clos, chœur ouvert, Paris, Cerf, 1998.

113 M.-H. Froeschlé-Chopard en a montré l’importance pour la place des autels. Espace et sacré, op. cit., p. 215-226.

114 ADL, 3E3871, 15 mars 1772.

115 Voir le chapitre iii pour le rythme et l’ampleur.

116 ADL, 3E10951, 3 mai 1736. Il en est de même à Bou en 1739.

117 ADL, Archives municipales, DD1, devis du 8 juin 1755.

118 La situation orléanaise rejoint ainsi un mouvement national. M. Venard, « La construction… », art. cit., p. 15.

119 ADL, 67J2, op. cit., devis du 13 juin 1784 (allongement d’une aile) ; 52J53, assemblée du 13 mai 1770 qui propose de financer ces travaux par des reliquats ; 3E38965, devis du 13 mars 1782 et adjudication du 24 mars.

120 Autels de Saint-Marc en 1700, Notre-Dame-de-la-Conception en 1736, l’Alleu-Saint-Mesmin en 1739, Notre-Dame-du-Chemin en 1764, Saint-Donatien en 1769-1770 et Sainte-Catherine en 1778.

121 93 % de retables architecturaux. C. Paiva, Retables et spiritualité religieuse dans l’ancien diocèse d’Orléans aux XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, mémoire de maîtrise, 1995.

122 ADL, 155J1, Mémoire en faveur de l’église et paroisse de Saint-Victor d’Orléans, 1790.

Table des illustrations

Légende Tableau 4. – Le renforcement du religieux dans les revenus paroissiaux (1710-1789) : moyennes décennales.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120870/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Graphique 1. – Entre croissance du nombre de bancs et hausse du prix unitaire : les revenus issus des bancs.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120870/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Légende Graphique 2. – Deux exemples de la hausse conjointe de la recette et de la dépense paroissiales : Notre-Dame-de-Recouvrance et Olivet.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120870/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540