Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Errance et marginalité dans la littérature

 | 
Arlette Bouloumié

Dominique Combe : Dominique Combe commente Les Planches courbes d’Yves Bonnefoy

Paris, Gallimard, coll. “Foliothèque”, n° 132, 2005, 259 p.

David Galand

Texte intégral

1Il est dans le champ littéraire contemporain peu d’œuvres aussi denses que celle d’Yves Bonnefoy. L’inscription du dernier grand recueil poétique paru, Les Planches courbes (2001), au programme des classes de terminale littéraire permet d’en prendre à nouveau la mesure, à l’aide notamment de cet ouvrage de D. Combe, professeur à l’université de Paris III Sorbonne nouvelle, qui met en valeur l’ampleur de la réflexion et de l’écriture d’Y. Bonnefoy. Il ne s’agit pas là, en effet, d’un simple commentaire des Planches courbes, mais d’une véritable introduction à l’ensemble de l’œuvre. Le projet de D. Combe est de mettre le recueil en perspective, de le resituer au sein de l’imposante production de l’auteur, qui comprend des poèmes, mais aussi de nombreuses traductions (Shakespeare, Leopardi…), des essais sur la littérature et sur l’art et des “récits en rêve”, genre propre à Y. Bonnefoy.

2La première partie du travail de D. Combe s’attache à décrire, selon la logique d’une lecture immanente et assez immédiate, les formes et les genres multiples mis en œuvre dans le recueil – ou, plutôt, dans le “Poème”. Le lyrisme y prend tour à tour des inflexions autobiographiques, élégiaques ou mythiques selon les textes, et se prête avec une grande plasticité au jeu des formes : courts poèmes en vers libres, longues séquences discursives en vers libres, ou textes en prose. Toutes ces variations sont replacées dans les diverses traditions qui ont pu les modeler, comme celle du long poème philosophique de Vigny ou de Hugo, ou dans l’aire des influences majeures : Baudelaire, Mallarmé, Rimbaud et Yeats entre autres.

3La seconde partie, partant du constat que “Les Planches courbes pose en effet de redoutables questions d’interprétation, qui engagent l’œuvre de Bonnefoy tout entière” (p. 14), s’articule autour de trois grands axes de la poétique de l’auteur : l’humanisme (expliquant le poids des littératures et des langues grecques et surtout latines), la “métaphysique des langues” (p. 132) due à l’exceptionnelle activité de traducteur du poète, et la philosophie de l’image qui fonde toute la pensée de Bonnefoy, y compris dans ses liens complexes et ambigus avec le platonisme et le néo-platonisme de Plotin. Un important dossier documentaire prolonge cette introduction globale et rigoureuse à la poésie d’Y. Bonnefoy, en rassemblant de nombreux autres textes de l’écrivain (extraits de ses essais, traductions, poèmes) ou d’auteurs et de critiques qui lui sont proches (J. Starobinski, J. E. Jackson).

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540