Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Errance et marginalité dans la littérature

 | 
Arlette Bouloumié

Bernard Emery (sous la dir. de) : Amazonie, sein de la terre

Grenoble, Centre de Recherche sur l’Imaginaire (CRI), Université de Grenoble 3, “Iris / Taira”, n° 27, janvier 2005, 432 p.

David Galand

Texte intégral

1Ce nouveau numéro de la revue Iris, en collaboration avec la revue Taira dirigée par B. Emery, est consacré (hormis les “Mélanges” et les “Inédits”, qui occupent les 120 dernières pages) à une nouvelle approche des mythes de l’Amazonie, dans une perspective foncièrement interdisciplinaire. Le choix de mêler diverses perspectives méthodologiques et de croiser les regards de chercheurs français et brésiliens est d’ailleurs revendiqué par B. Emery dans son avant-propos. Le travail ne pèche pas cependant par défaut d’organisation, puisqu’il est construit selon quatre axes constituant quatre parties.

2La première partie, qui comporte sept articles, étudie “Le Mythe de la forêt dans sa transcription littéraire” (p. 10). Les cinq premiers articles analysent le roman Forêt vierge (paru en 1930 et traduit en français par Blaise Cendrars) du portugais Ferreira de Castro (1898-1974). Les trois premières contributions montrent comment le roman envisage la réalité sociale et ethnique de l’Amazonie à travers le prisme de la pensée sociale européenne et la notion d’innocence qui informe la relation entre les personnages et la nature. Le témoignage de L. Tocantins qui suit permet de mettre en valeur le rapport entre l’œuvre et le vécu de Ferreira de Castro au Brésil. L’article passionnant de B. Emery essaie quant à lui de lire le roman sous l’angle du concept de luso-tropicalisme, concept forgé par le sociologue G. Freyre au milieu du xxe siècle et qui, débarrassé de ses scories politiques douteuses (salazaristes) et appliqué au seul Brésil, permet de mieux comprendre l’œuvre du romancier, loin de tout exotisme d’essence romantique présupposant la supériorité du regard occidental. Ainsi, le roman Forêt vierge laisse-t-il mieux paraître l’humanisme dont il procède : empathie fraternelle du héros pour les Amazoniens, solidarité franciscaine des pauvres (au-delà de l’athéisme de l’auteur), mais aussi une certaine forme d’utopie. Puis N. Gondim lit le roman La Jangada de Jules Verne, où apparaît un refus de l’ethnocentrisme proche de celui de Montaigne. Enfin, S.-A. Rocca propose une synthèse sur l’exotisme littéraire propre au mythe amazonien. L’exotique est alors défini comme un éloignement géographique propre à faire ressurgir le mythe édénique (l’Eldorado) et l’utopie, où se joue un éloignement culturel, prenant la forme d’une rencontre avec l’Autre. Le “bon sauvage”, valorisé dans le discours humaniste de Montaigne, puis dégradé en stéréotype porteur d’une croyance en la supériorité occidentale, avec Conan Doyle notamment, a pu aboutir ainsi, via Ferreira de Castro et A. Carpentier, au regard neuf et allégé de toute pensée coloniale d’un romancier comme Vargas Llosa.

3La deuxième partie de la revue est vouée à une “Mythographie générale de l’Amazonie” (p. 87), déclinée en huit articles. Le premier, écrit par A. Siganos, l’auteur du Minotaure et son mythe (Paris, P.U.F., 1993), rappelle les différentes définitions du mythe et s’attache à montrer que, par le mythe, l’Amazonie mystérieuse des romans de Carpentier et de Vargas Llosa devient le vecteur d’un véritable métissage culturel où les valeurs de l’Autre contaminent le regard et le discours a priori exogène porté sur lui par les deux auteurs. Divers mythes propres au Brésil sont passés au crible par les contributions suivantes : le personnage inquiétant du Couroupira qui est passé du mythe au folklore au fur et à mesure que les colonisateurs portugais se sont appropriés son histoire par les compilations de récits ; le mythe du bonheur perdu, dont les variations historiques sont différentes selon les groupes socio-ethniques (Indiens, Cabocles nordestins, Cabocles amazoniens) ; le mythe de la ville en crise, qui a touché notamment la ville de Manaos au xxe siècle, sous l’effet d’une crise économique, mais aussi d’un désastreux contrôle étatique de l’urbanisme. J. Assa poursuit par une réflexion sur la signification historique du mythe du sauvage cannibale, de l’horreur première face à l’anthropophagie jusqu’à la “révolution sociologique” (R. Caillois) qui en a fait le moyen d’un regard critique sur l’homme européen. Cet itinéraire part de Claude d’Abbeville, et traverse les œuvres de Montaigne, de Rabelais, de Thevet et de Jean de Léry. E. Lézy propose ensuite des pistes pour comprendre comment le mythe de l’Eldorado a pu trouver son ancrage en terre guyanaise (entre Orénoque et Amazone) sous la plume de W. Raleigh en 1596 : cette terre inconnue, loin des routes portugaises et espagnoles, figure un centre universel, puisqu’elle est située sur l’équateur mais aussi sur la ligne de partage des terres coloniales tracée par le traité de Tordesillas. Avec ses reliefs et ses cours d’eau quasi édéniques, elle reste encore un lieu de mystères et de légendes, parfois liées au chamanisme.

4Les deux dernières parties de ce numéro d’Iris sont nettement moins axées sur des problématiques qui touchent au domaine littéraire. La première, intitulée “Mythe et communication”, mérite cependant une lecture attentive : à travers le théâtre, les feuilletons télévisés brésiliens et les documentaires et films français s’élabore une critique pertinente des représentations de l’Amazonie. L’article de C. Guméry, par exemple, montre fort bien comment la télévision française, même à travers les documentaires les plus sérieux, déforme la réalité amazonienne, par une vision manichéenne des conflits socio-économiques (les bons sans-terre contre les méchants grands propriétaires) et par l’influence du mythe du Far West (avec l’orpaillage, les justiciers, l’exploration des vastes espaces…). La dernière partie, consacrée au rapport entre mythe et politique, s’ouvre par une contribution de l’écrivain M. Souza qui dévoile les relations historiques entre l’Etat et la culture au Brésil – relations marquées notamment par le système national d’innovation du début du xixe siècle et par le coup d’arrêt de la dictature de Vargas qui met en place, en 1929-1930, une censure et sépare la culture et le système éducatif. Le travail de J.-Y. Mérian étudie la récupération du mythe des Bandeirantes (membres des expéditions du xviie siècle qui entreprirent l’exploration de l’ouest et du sud du bassin amazonien) par la dictature de Vargas à des fins d’apologie fasciste du métissage. Le dernier article, signé par V. Rivron, met en évidence le processus historique de constitution d’une historiographie littéraire nationale au Brésil, à travers les ouvrages et les parcours intellectuels opposés des essayistes de la fin du xixe siècle Romero et Verissimo, processus dont les enjeux sont l’appropriation culturelle spécifique du patrimoine national (en particulier littéraire) et l’appréhension de la notion naissante de “brasilianité”.

Auteur

Agrégé de lettres modernes

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540