Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Errance et marginalité dans la littérature

 | 
Arlette Bouloumié

Jean-Marie Paul (sous la dir. de) : La Foule. Mythes et figures, De la Révolution à aujourd’hui

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2004, 242 p.

Anne-Marie Baranowski

Texte intégral

1Les quinze études regroupées dans ce volume par Jean-Marie Paul se répartissent en trois rubriques dont chacune a pour objet d’examiner un aspect de cet être protéiforme qu’est la foule, entité élémentaire et rudimentaire en apparence, mouvance infiniment complexe, à la limite de l’insaisissable lorsque l’on tente d’en établir une définition. Cette triple subdivision envisage en premier lieu l’essence de la foule et ses virtualités (Qu’est-ce que la foule ?) ; la seconde partie montre quelques exemples de la foule ‘en acte(s)’ (La foule et ses triomphes) ; la troisième enfin (Poètes et peintres de la foule) examine la réaction de l’artiste face à la multitude.

La foule : ontologie

2Les interrogations posées par Qu’est-ce que la foule ? ont chacune pour finalité le lieu et la manière dont se détermine le contact entre l’individu et la masse, ce qui entraîne d’un texte à l’autre la mise en regard de deux configurations conflictuelles, dont la première serait l’individu caractérisé par sa raison, son esprit critique et son discernement, en un mot sa singularité positive et sa cohérence. Il s’oppose à la masse indifférenciée qui prétexte de la loi du nombre pour abandonner le libre arbitre au profit de l’ivresse aveugle voire de la bestialité, comme si resurgissait l’indifférencié originel que l’homme a dû oblitérer pour mériter son statut et son titre d’individu. Plus qu’un retour du refoulé, c’est à la fois la résurgence d’un moi individuel primitif (en termes freudiens le membre de la horde primitive qui n’a pas encore tué le père), l’abandon du libre arbitre devant la fascination du meneur, substitut positif du père que l’on aimerait voir mort : l’actualisation d’une dimension collective qui est précisément l’envers de la socialité et de la sociabilité. C’est dans ce sens que vont les articles de Jean-Jacques Wunenburger "Esthétique et épistémologie de la foule : une auto poïétique complexe" et de Jean Lefranc "De la foule à la horde (Freud lecteur de Le Bon)". La foule est ici le lieu, géographique et existentiel, dans lequel se fond le sujet docile, mais que l’observateur indépendant juge avec détachement : si elle peut revêtir une dimension exaltante, elle n’en demeure pas moins négative en raison précisément de cette reddition de l’esprit critique et de la liberté intérieure qui demeurent l’apanage de l’individu.

3Cette relation entre l’individu et la foule qui repose sur le charisme du meneur relève d’une dimension simultanément historique, sociologique et politique dans l’article que Christine Mondon consacre à Hermann Broch, Théorie de la masse et philosophie de la culture chez Hermann Broch. L’abandon à l’ivresse collective relève ici d’un crépuscule de la conscience qui est une cristallisation des négativités de l’époque contemporaine (la première partie du xxe siècle) exprimée à travers la domination de la ville sordide sur la campagne qui a su demeurer authentique. La perte du sens de l’existence qui en résulte laisse le champ libre à toutes les aberrations. Le remède préconisé par Broch serait l’établissement d’une démocratie existentielle dépassant les institutions politiques pour entraîner une évolution totale et irréversible de l’individu qui ne cesserait jamais de se voir comme un être libre de ses déterminations et de ses valeurs.

4Maryvonne Perrot "Kierkegaard et la foule" et Jean-Marie Paul "Du moi à Dieu en passant par la foule : Anton Reiser de Karl Philipp Moritz" s’attachent précisément à cette notion de valeur qu’ils considèrent plutôt sous l’angle de l’étalonnage qualitatif. La première examine la relation éminemment ambivalente qui s’instaure entre la masse et l’individu lorsqu’elle s’inscrit entre deux termes absolus et réducteurs : la démagogie d’un côté (devenue ‘démocratie’ dans le monde contemporain) et l’élitisme réducteur de l’autre. Pour Kierkegaard cette aporie se résout par la reconnaissance de l’individu en tant que prochain, au sens chrétien du terme. L’être devient alors personne, créature unique et irremplaçable sans cesser d’appartenir à l’ensemble de l’humanité. C’est cette valorisation qui sera seule capable de mettre fin à la religion pervertie par une institutionnalisation prétendant régir les actions humaines. Cette relation entre l’être isolé et la masse de ses semblables, qui sont loin d’être des frères humains, joue un rôle central dans l’article de Jean-Marie Paul, où le héros éponyme du roman Anton Reiser (publié entre 1786 et 1791) est poussé par la misère à une appréhension purement matérialiste et physiologique de la condition humaine, ne se concevant plus que comme un agrégat de particules au sein d’un agrégat plus vaste, pareillement dépourvu de valorisation qualitative. Seule la satisfaction des désirs primaires lui donne la force de désirer survivre quand l’esprit et la volonté ont abdiqué. C’est la lecture de Shakespeare qui lui permet de sortir de cet enfermement. Dès que l’imaginaire prend son essor, Reiser domine son destin comme s’il était Dieu, réminiscence de la lecture des Mystiques allemands et métaphore représentative de cette seconde moitié du xviiie siècle. La foule devient ici un terme abstrait, un moyen d’auto-évaluation utilisé par un sujet dont l’être sera entaché de négativité aussi longtemps qu’il sera lié à la dimension collective, et redeviendra positif dès que l’imaginaire lui permettra de s’affirmer en tant que singularité.

La foule : phénoménologie

5La préface pose d’emblée cette interrogation qui sous-tend l’ensemble de l’ouvrage : pourquoi les contributeurs ont-ils spontanément privilégié une vision négative de la foule, qui apparaît toujours sous l’aspect d’une entité moutonnière mais dangereuse car prête à laisser le champ libre aux plus bas instincts ? Pourquoi ne voit-on jamais le peuple mais toujours la populace ? La première partie mettait en relief la dimension de plaisir et de régression mêlés inhérente à la foule ; La foule et ses triomphes, la présente dans ses -basses- œuvres. L’apparition d’une foule peut apparaître procéder de circonstances exceptionnelles : une catastrophe naturelle (Aline Le Berre : "La foule dans Le tremblement de terre du Chili de Kleist entre Eros et Thanatos") un contexte politique explosif (Anne-Marie Baranowski : "L’image de la foule dans Les Nuits révolutionnaires de Restif de la Bretonne"), mais la foule peut également être là en tant qu’elle-même, tout simplement, comme c’est le cas chez Mirbeau, vociférante, féminisée non seulement en raison de l’abaissement du niveau mental qui la caractérise, mais parce qu’elle prête l’écoute à toutes les paroles séductrices venant flatter des instincts invariablement bas (Claude Herzfeld : "La foule, figure mythique, selon Octave Mirbeau"). Dans ces trois textes, l’altérité ou l’individu figurent le bouc émissaire par excellence (la famille royale chez Restif, le couple de fiancés Geronimo et Josèphe chez Kleist). Mais ce dernier vaut alors moins par sa dimension expiatoire que parce qu’il permet à la foule de cristalliser sur un objet précis, isolé, sans défense, sa capacité et son désir de haïr tout ce qui ne lui ressemble pas. Ayant laminé toute figure dans laquelle elle ne se reconnaît pas, ayant anéanti toute singularité et prétention à la différence, elle donne l’image du grouillement implacable d’une cité d’insectes tel que le présente Gérard Imhoff dans Quand Reck-Malleczewen prédit la fin des termites, expression métaphorique de la grégarité issue du rouleau compresseur de la dictature, nazie dans ce cas.

L’artiste face à la foule : dimension collective, dimension esthétique

6L’image de la foule vue par l’artiste telle qu’elle apparaît dans Poètes et peintres de la foule est celle d’une ambivalence. La foule peut incarner le nivellement par le bas, la condamnation à la médiocrité succédant au lynchage. Telle est l’image qu’en développe Villiers de l’Isle Adam (Alain Néry : "Foules violentes et violées dans Les Contes cruels de Villiers de l’Isle Adam"). Cette conception établit également un parallèle entre la multitude et la modernité, rejoignant par antiphrase la vision de Rudolf Kassner (Marie-Claire Méry : "Narcisse : l’individu moderne entre magie, image et imagination. Quelques propos au sujet de Narciss oder Mythos und Einbildungskraft de Rudolf Kassner"). Narciss s’oppose à l’homme moderne, réifié par la masse, ayant perdu toute faculté d’imagination, de regard sur soi, de la même manière que Villiers oppose à la foule le ‘dernier lépreux’, image allégorique de l’Individu, qui s’incarne, chez Kassner, dans le personnage de Narcisse.

7L’article de Caroline Andriot-Saillant "Tu marches dans Paris tout seul parmi la foule : la poésie moderne en quête de soi (Baudelaire, Apollinaire, Breton") examine la relation implicite qui s’instaure entre la perception du poète et l’environnement urbain dans lequel il évolue, relation fondée sur la mutabilité du vécu et la permanence de l’écriture. Le poète se déplace au sein d’une fluctuance ininterrompue mais perçue de manière différente en fonction de la situation existentielle de celui qui la contemple et l’observe sous couvert de s’y perdre. C’est alors la stabilité de l’écriture qui donne pérennité et consistance à la rencontre de ces deux êtres en mouvement. Baudelaire croise de temps à autre une individualité inoubliable dont il fait un ‘tableau parisien’ ; Apollinaire et Breton forment, déforment et informent la foule par le biais de l’image et du collage.

8La vision la plus positive, -qui n’exclut pas la violence potentielle- apparaît chez Jules Romains dans l’article de Jacques Lardoux ("Ode à la foule qui est ici" de Jules Romains). La foule revêt une dimension charnelle lorsque l’individu embrasse la dimension collective, non pour s’y perdre, mais pour communier avec elle. Vision optimiste et moderne des relations entre les hommes, l’unanimisme de Romains est contemporain de l’Expressionnisme dont Anne-Sophie Petit-Emptaz étudie l’un des représentants majeurs "La foule dans l’iconographie et les écrits de Georges Grosz". La dimension collective devient ici enfermement, encombrement du support par une masse d’individus enchevêtrés et donc immobilisés. Reparaît l’image de la termitière, mais une termitière de désordre, de désorganisation, d’étouffement, au sein de laquelle cohabitent l’horreur du corps supplicié et la monstruosité du vice.

9La seule image sereine de la foule apparaît dans l’article de Claude Jamain ("Observations sur la peinture russe du xixe siècle"), consacré à un univers intellectuel et existentiel où l’individu et le monde ont le même centre de gravité, où par exemple le terme ‘mir’ désigne aussi bien la collectivité villageoise que l’univers et la paix. L’individu ou l’anecdote représentés par l’artiste se détache d’un environnement qui lui donne formes et contours, donc définition et essence, existence et vie. Réciproquement, la représentation de l’élément singulier permet à la dimension collective de trouver sa raison d’être et d’exister à son tour. Qu’il s’agisse de la représentation de scènes anecdotiques ou de grands sujets historiques et religieux, l’individu et la foule coexistent dans l’harmonie.

Auteur

Université d’Angers

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540