Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Errance et marginalité dans la littérature

 | 
Arlette Bouloumié

La revue Itinéraires et contacts de cultures publie dans son n° 34 les actes du colloque Andrée Chedid – Racines et liberté

Premier à être tenu en France sur cet écrivain à l’œuvre nombreuse et importante

Jean Arrouye

Texte intégral

1Jacques Girault d’abord caractérise l’ambition généreuse d’une œuvre qui transmet un message d’amour, de paix et de liberté. Les personnages y condamnent la violence, répondent à celle-ci par l’amour. Leur “recherche de racines multiples incite à la conciliation et au respect mutuel”. L’œuvre multiple, roman, nouvelles, poèmes, pièces de théâtre pose des questions à portée universelle : que peut l’individu confronté à son héritage ? Peut-il se détourner de ses origines ? Que lui apportent les relations avec l’étranger ? Toutes ces questions concernent profondément notre temps.

2Puis Jacques Thobie fait une étude détaillée du rayonnement de la culture française et de l’enseignement du français au Moyen-Orient “au temps de l’impérialisme”. Cette étude qui remonte au début du xxe siècle et porte sur tout l’espace de ce qui fut l’empire ottoman ne concerne que peu la formation d’Andrée Chédid.

3Marc Kober, dans un texte dense, nourri d’une connaissance approfondie de l’œuvre poétique, montre qu'Andrée Chedid essaie de définir, selon des modalités diverses mais complémentaires, le statut de l’être humain dans le monde ; il éprouve un sentiment de manque, est partagé entre appréciation du présent et désir de dépassement. La réflexion a une dimension eschatologique, mais confrontée à la mort Andrée Chedid choisit avec détermination de s’intéresser à la vie, à l’ici-bas, au corps, à la “fortune de la chair”, à son histoire, à l’espace vertical de la mémoire. Cette disqualification de l’au-delà, cette attention donnée à l’intime, n’entraînent cependant pas de repliement sur soi : bien au contraire, la poésie d’Andrée Chedid instaure une dialectique de l’enracinement et de l’errance ; la jouissance d’un jardin suscite l’envie de partir ; le désert qui s’étend au-delà de la cité donne occasion d’un approfondissement de soi dans la solitude et reconduit ainsi à l’humain. Cette expérience s’exprime dans un langage où “l’invention lexicale et topographique permet de compenser les déchirures de la vie” et qui fait de l’œuvre poétique un lieu de “disponibilité” et de “centrage sur l’amour confondu avec la vie”.

4Amina Rachid constate que, dans l’œuvre romanesque de cet écrivain attaché à la fois à un pays ancestral, à un pays d’enfance et à Paris où il vit, se manifeste constamment “le rêve d’abolir les racines, tout ce qui est limite, frontière, barrage”. Que ses romans se situent dans des époques reculées, l’Egypte d’Akhenaton ou l’Alexandrie du ive siècle, ou dans des lieux contemporains, ils traitent des mêmes thèmes fondamentaux : la poursuite d’une quête, la lutte contre la dissension, la violence et la mort, la dialectique du proche et du lointain, la reconstruction de l’être après son arrachement à un lieu. Ces thèmes dramatiques font toujours place à l’esprit de réconciliation, avec soi, avec les autres, avec l’histoire. Même dans les romans qui se terminent tragiquement la foi dans l’effort humain et la réconciliation demeure. Ainsi au-delà de l’enracinement biographique l’œuvre d’Andrée Chedid affirme qu’il existe un enracinement, plus profond, dans une nature humaine porteuse d’espérance.

5Claire Gebeily, fondant sa compréhension de l’œuvre d’Andrée Chedid sur le fait que, comme elle, elle a passé son enfance en Egypte, réfléchit sur la fonction du mythe dans Le sixième jour qui raconte la remontée du Nil d’une vieille femme qui accompagne un enfant moribond, refaisant le parcours d’Isis recherchant les morceaux du corps d’Osiris. Les mythes ne meurent pas en Orient : ce sont des récits dynamiques qui entretiennent avec la réalité un rapport direct. Dans le roman la référence au mythe sert à entrelacer réel et imaginaire, permettant que les personnages “apparaissent au plus large d’eux-mêmes”. Andrée Chedid développe cette dimension fabuleuse en un style sobre, sans effusion lyrique où “les mots sont des messages-miroirs qui ne reflètent que l’essentiel”. Cet essentiel est fait d’espoir. S’appuyant sur la sagesse héritée des mythes, cet espoir paraît vraisemblable et apaise l’angoisse éprouvée par l’homme devant “la non-réponse de tout ce qui le dépasse”.

6Carmen Boustani analyse subtilement le travail de la mémoire et les modalités de l’enracinement dans La maison sans racines, l’un des romans qui évoquent la guerre au Liban. Le roman s’ouvre sur la vue de deux femmes marchant à la rencontre l’une de l’autre, sur une place. L’une est chrétienne, l’autre musulmane et elles veulent s’embrasser pour symboliser l’unité de leur pays. Une photographe, Katyn, photographiera cette rencontre. Mais un tireur abat l’une d’elles. Le roman dès lors se construit sur un parallèle entre le présent, 1975 et un passé heureux, 1932, entre deux jeunes filles modernes et leurs grands-mères, entre la photographie qui eût dû être prise et d’autres, prises autrefois. De l’interaction complexe entre récit et évocation d’images, matérielles et mémorielles, naît une réflexion sur les modes de l’enracinement dont, bientôt, il apparaît qu’il ne tient pas seulement au souvenir de scènes vécues mais aussi à la façon dont on se vêt, aux gestes et postures, aux odeurs et parfums... Une mémoire corporelle double la mémoire visuelle et fait que même quand on est apparemment déraciné on reste encore substantiellement enraciné.

7Robert Solé, dans un texte bref, rappelant qu’il a les mêmes origines qu'Andrée Chedid, évoque le temps où en Egypte s’épanouissait une société cosmopolite pratiquant plusieurs langues et où le français remplissait une fonction culturelle prépondérante, et rend hommage simultanément à Alice Godel, la mère d’Andrée Chedid, qui fut la plus brillante représentante de cette société, et au livre, Les saisons du passage, dans lequel Andrée Chedid a raconté avec une délicatesse extrême sa relation avec une mère aimée.

8Daniel Lançon, se référant aux textes critiques écrits sur l’œuvre d’Andrée Chedid et à la façon dont elle est présentée dans les littératures et dictionnaires, montre la diversité des statuts qui lui sont conférés. Selon que l’on met l’accent sur son lieu de séjour, ses origines, le contenu de ses œuvres, etc., tantôt elle est considérée comme un auteur de plein droit de la littérature française métropolitaine, tantôt comme une romancière du sud, tantôt comme une représentante d’un Orient littéraire vaguement défini. La critique s’accorde généralement à reconnaître un caractère d’universalité à son œuvre. Cependant cette universalité est très variablement définie : elle est celle de la langue française ou celle qui s’atteint en approfondissant des problèmes liés à des lieux particuliers, ou celle qui découle du fait que l’œuvre traite l’histoire sur le mode mythique, ou celle qui vient du fait d’“appartenir à un espace déchirant et déchiré à travers lequel on s’interroge en permanence sur l’état du monde”, ou encore celle qui caractérise une forme dé féminisme qui se fonde non sur la proclamation de différences mais sur un mode original de contribution à l’histoire présente. Ces tentatives de situer Andrée Chedid, la montrent à la fois enracinée et étrangère aux catégories dans lesquelles on voudrait la situer.

9Pour Evelyne Accad, c’est par sa façon de traiter “les problèmes de la région où elle est née et qui la préoccupent” qu’Andrée Chedid atteint à l’universalité. Son premier roman, Le sommeil de la vie, qui se passe en Egypte, est une réflexion sur la condition de la femme. Dans La maison sans racines l’apologie de la paix est liée à un plaidoyer pour la libération de la femme. Dans L’enfant multiple elle réfléchit sur la façon de se reconstruire après les souffrances et les blessures de la guerre. Toujours dans ses œuvres, poèmes aussi bien que romans, l’analyse la plus fidèle de la cruauté du présent s’accompagne d’“un souffle d’espoir”, “une fenêtre (est) ouverte sur un horizon de lumière”. Mais pour autant Andrée Chedid ne prêche pas.

10Irène Fenoglio, qui travaille à l’IMEC sur les manuscrits d’Andrée Chedid, propose un montage de fragments de brouillons et d’inédits pour caractériser la démarche poétique de l’auteur, le rôle de la sensibilité dans sa création et son humanisme optimiste. On en retiendra cette définition du rôle du poète : “S’insurgeant, se révoltant contre tout ce qui trahit ou bafoue l’homme (...) Rendre compte du réel, de l’homme dans sa totalité, voilà son propos (...), je dirai même sa fidélité”, et cette ambition de l’écriture : “Ecrire c’est être ici et ailleurs à la fois. C’est en même temps urgence et solitude et appel à l’autre. Malgré les apparences, c’est la vie multipliée, survécue”.

11Judith Cochran, se référant aux concepts jungiens et faisant de longues citations de poèmes d’Andrée Chedid, montre que sa poésie illustre une esthétique qui unit expérience intérieure et mémoire collective. S’élevant au mythe, “le lieu-poème est le lieu sacré où l’âme du poète se joint à l’âme de l’univers”. Andrée Chedid recherche une voix qui lui permette d’exprimer cette union, et de donner sens au monde tout en restant au plus près de sa réalité concrète. L’image du visage, symbole du poète archétypal, joue un grand rôle dans cette poésie qui est transformation spirituelle de l’expérience du monde et annonce d’un avenir sans duplicité.

12Jacques Izoard dans un texte court rappelle quelques caractères de la poésie d’Andrée Chedid. L’enfance en est un thème récurrent. C’est une poésie de la simplicité qui ne recherche nullement l’originalité dans l’expression mais trouve son timbre propre dans une parfaite adéquation du mot et de l’événement décrit ou de la pensée formulée. Au fil des ans cette poésie est passée de la description du monde à la méditation sur l’histoire sans perdre sa limpidité.

13Jean-Pierre Siméon enfin démontre avec une densité d'arguments impressionnante que l'œuvre d'Andrée Chedid est animée par une éthique et une poétique de la transgression. Elle illustre une “compréhension de la vie et de l'humain comme lieu de transformation” et fait “l’éloge permanent du hors-limite, du trans-frontières, (qui) devient le concept fondateur d'une éthique sans compromis qui récuse l'isolement, l'insularité au profit d'une altérité complexe, laquelle suppose la nécessité du lien et simultanément du détachement”. Thématiquement cela se traduit par la valorisation de l'exil et du voyage, perçu comme l'occasion d'une renaissance, et aussi par la valeur symbolique conférée à la danse qui concilie équilibre et élan, ou à l'expérience enfantine de la balançoire. Esthétiquement l'œuvre d'Andrée Chedid est caractérisée par des allées et venues incessantes entre les genres littéraires, la pratique parfois de leur parodie, souvent de leur contamination, le goût pour la métaphore, l'expérimentation de tous les contrastes de tons possibles. Ces conduites de dépassement des normes et des significations s'accordent à une conception de l'existence comme métamorphose permanente, “avancée et dépassement, sans que cette transcendance la porte au-delà d'elle-même”. Tout n'est que transition, “rien ne demeure et nous ne cherchons qu'à demeurer”. D'où le tragique latent de l'œuvre d'Andrée Chedid et son parti pris de s'accorder au mouvement de la vie et du monde, de cultiver le dépaysement et ainsi de changer le malheur métaphysique en joie de vivre. Ainsi se fonde l'éthique de l'altérité et de la transgression.

14Le recueil se termine sur des remerciements d’Andrée Chedid qui déclare : “Le titre du colloque me plaisait : Racines et liberté. J’ai sans cesse tenté de concilier ces deux termes, de prime abord antagonistes”. “Tout en les aimant et les assumant j’ai toujours essayé de ne jamais me laisser étouffer, englober par mes racines (celles d’une nation ou d’un milieu social) persuadée que celles-ci menaient trop souvent au refus de l’autre et à des exclusions. Je pariais sans cesse sur cette liberté qui cherche à traduire l’essentiel, l’universel de l’être humain”. Les éditeurs des actes du colloque ont eu l’excellente idée d’adjoindre au texte de chaque communication des poèmes “en écho”, de sorte que le plaisir de lire ces analyses est doublé de celui de disposer d’une anthologie de textes poétiques de l’auteur étudié.

Auteur

Université d’Aix en Provence

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540