Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les philosophes en République

 | 
Stéphan Soulié

Conclusion

Texte intégral

1Le libéralisme intellectuel de la direction de la Rmm ne s’est jamais démenti sur l’ensemble de la période. Il s’explique en partie par la trajectoire sociale et intellectuelle de Xavier Léon. En choisissant de devenir un entrepreneur philosophique, le directeur de la Rmm empruntait une voie originale pour atteindre une excellence à laquelle il était convaincu de ne pouvoir parvenir par la plume. La création de la Rmm, le lancement des congrès internationaux et la fondation de la Société française de philosophie lui ouvraient, au sein de la communauté intellectuelle et universitaire, une voie d’intégration conforme à un haut niveau d’aspiration sociale. Xavier Léon fut assurément davantage homme d’action qu’homme d’idées : c’est le portrait qu’il brosse de lui-même au fil de sa correspondance, soulignant, peut-être avec une coquetterie excessive, l’humilité de sa posture. Sa connaissance des hommes, son talent pour créer du lien et ses capacités d’organisateur ont été ses qualités premières. Elles lui ont permis de concrétiser des idées qui avaient parfois été lancées par d’autres au détour d’une conversation ou d’une lettre de travail. C’est parce que l’organisation de la philosophie pouvait se fonder sur un réseau de liens personnels, au sein d’une communauté relativement restreinte, que le directeur de la Rmm, a pu être, durant cette Belle Époque de la philosophie, ce « créateur d’amitié » célébré par le discours commémoratif.

  • 1 J’aborde cette question dans les chapitres IX et X de ma thèse.

2La bonne volonté organisatrice demeurait au service d’œuvres individuelles ; la « socialisation » du travail philosophique favorisait la communication des pensées, l’approfondissement critique de la connaissance de l’autre dans la discussion réglée. Il ne faut d’ailleurs pas surestimer la production collective d’outils et de savoirs partagés dans le cadre de la Société française de philosophie. L’élaboration du Vocabulaire technique et critique, très collective au départ, le fut moins à la fin. L’entreprise bibliographique ne vécut que pendant quatre ans. André Lalande, philosophe de « l’assimilation » et Xavier Léon, « philosophe sociable », ont certes espéré fonder un accord entre les philosophes et capitaliser un savoir susceptible de validation collective. L’excessive individualisation des œuvres, « l’anarchie » et le « dilettantisme » philosophiques mettaient en question la légitimité de la discipline. Si la philosophie prétendait exercer une fonction sociale, ne devait-elle pas prouver sa capacité à aboutir à des « résultats » au service de l’unité intellectuelle et morale de la République ? En socialisant le travail philosophique, ne pouvait-on espérer « constituer » enfin cette morale laïque qui ne s’émancipait qu’avec peine du modèle religieux1 ? En mettant son interprétation de la pensée fichtéenne au service la Troisième République, Xavier Léon, sensible au thème « solidariste », pressait les philosophes de se dévouer à la société et plus largement à l’humanité.

3Le talent individuel, la liberté doctrinale et l’originalité de l’œuvre singulière demeuraient cependant des valeurs dominantes conformes à la représentation traditionnelle de la discipline. La régulation et la pacification de la controverse visaient donc davantage à la rationalisation des désaccords qu’à l’éradication du dissensus. L’équilibre entre valorisation du travail individuel et socialisation du travail philosophique est à l’image de la « solidarité organique » chère à Durkheim : interdépendance grandissante et processus d’individualisation ne sont pas contradictoires, ils vont de pair.

4Les succès personnels du « philosophe sociable » et le rayonnement incontestable de la Rmm n’effaçaient pas tout à fait le sentiment d’un demi-échec philosophique : celui du « spiritualisme rationaliste », de l’« idéalisme critique », de « l’intellectualisme », dont la publication devait être l’organe face au bergsonisme conquérant. La force collective et les positions institutionnelles solides acquises à la veille de la Grande Guerre par les rationalistes de la Rmm ne doivent pas tromper. Aucun des représentants prometteurs de la génération des fondateurs ne peut réellement rivaliser avec Bergson du point de vue de la stature et du rayonnement. Brunschvicg est certes parvenu à une notoriété philosophique incontestable mais sans commune mesure avec celle de l’auteur de L’Évolution créatrice. C’est le plus métaphysicien et c’est celui qui s’est le plus nourri de l’altérité bergsonienne dans sa recherche d’une autre voie pour le spiritualisme. Son dialogue avec les deux autres « B » (Bergson et Blondel) mais également avec Le Roy, a manifesté, au-delà des divergences doctrinales réelles, une relative communauté de projet et de méthode (orientée vers ce qu’on pourrait appeler un spiritualisme de la conversion à l’intériorité fondé sur la « méthode d’immanence »). Émile Chartier (Alain), franc-tireur de talent, ouvre une voie nouvelle en « philosophe-journaliste », Halévy est déjà trop historien, Bouglé trop sociologue et politique. Quant à Couturat, son engagement dans la promotion de l’IDO l’a en partie détourné de ses travaux philosophiques.

  • 2 Selon l’expression de Baptiste Jacob (Lettre à L. Robin du 8 mai 1907, ms. 356).
  • 3 Paris, Alcan, 1907.

5La Rmm n’a-elle pas été d’autant plus contrainte à l’ouverture que les défenseurs de la « tradition philosophique » faisaient trop souvent défaut ? C’était notamment le cas d’Hamelin, ce grand « héros de la Raison2 ». L’accueil, en 1907, de son Essai sur les éléments principaux de la représentation3 fut l’occasion de rappeler les ambitions du projet initial de « restauration » de la tradition philosophique et d’avouer à demi-mot, quinze ans après sa fondation, l’échec relatif de la publication. Profitant d’une lettre de félicitations, Xavier Léon glissait ce reproche à peine voilé à l’intention de « l’idéaliste synthétique » qui n’avait guère honoré jusque-là la Rmm de sa contribution :

  • 4 Lettre de X. Léon à O. Hamelin du 1er mai 1907, ms. 356.

« Mais ce que je puis bien vous dire c’est l’espèce de soulagement que j’ai éprouvé – et d’autres amis avec moi – à voir restaurer publiquement par un maître comme vous la grande tradition philosophique – la voie royale du rationalisme idéaliste un peu [?] négligé depuis quelques années.
Votre thèse aura j’espère, entre autres, l’inappréciable avantage de réveiller l’esprit philosophique traditionnel et de ramener l’attention des jeunes générations sur les problèmes éternels dont ils sont un peu détournés parfois aujourd’hui.
Vous savez qu’elle a été l’ambition de la Revue à ses débuts et qu’elle voulait orienter les esprits dans le sens même que vous indiquez ; ce n’est pas tout à fait sa faute si elle a été obligée d’agrandir son cercle pour s’ouvrir un peu à tous les souffles. Mais des tentatives comme la vôtre remplissent ceux qui l’ont fondé de l’espoir qu’elle pourra un jour mieux remplir sa tâche essentielle ; la restauration de la métaphysique, de ce qui a toujours été la vraie philosophie4. »

6Mais quelques mois plus tard, Hamelin allait disparaître de façon tragique, mettant fin aux espoirs du directeur de la Rmm d’en faire un collaborateur majeur de sa publication…

7L’horizon des œuvres philosophiques de Xavier Léon était civique et politique. La Rmm et, dans une moindre mesure, la Société française de philosophie ont contribué à la définition d’un double modèle d’intervention philosophique dans la cité : le philosophe est à la fois éducateur moral et régulateur critique de l’idée républicaine. Intellectuel démocratique dreyfusard par sincérité philosophique, son devoir est de faire entrer toujours davantage de raison dans l’action et de « donner des idées » aux hommes politiques. Éducateur, il doit contribuer à l’unité morale du corps social menacé de dissolution. L’entreprise laïque de « moralisation » de la société française de la Belle Époque prépare d’une certaine manière la mobilisation morale de la patrie au début de la Grande Guerre.

  • 5 Lettre à É. Halévy le 29 juillet 1914, ms. 386.
  • 6 Il devait rester après guerre, pendant de longues années, secrétaire général de l’œuvre.

8À la fin du mois de juillet 1914, Xavier Léon, républicain et patriote fidèle à l’héritage de la Révolution Française qui émancipa les Juifs de France, partageait l’anxiété de ses amis mais, résolu à la guerre, il en acceptait la nécessité tragique. L’urgence était désormais au service de la patrie et exigeait du directeur de la Rmm, exempté du devoir militaire, des œuvres plus immédiatement temporelles que ses travaux philosophiques. Deux jours avant la mobilisation générale, Xavier Léon écrivait donc au général Naquet pour tenter de se rendre utile5. Pendant quelques mois, le Revue cessa de paraître ; son directeur quitta la capitale pour la Provence de sa belle-famille et mit ses talents d’organisateur au service de la médecine militaire en dressant un hôpital dans un établissement scolaire. On peut être tenté d’y voir un hommage au grand-père, le médecin du Val de Grâce, Michel Lévy… Servir la Nation, c’était servir, indissociablement, cette République éducatrice à laquelle Léon s’était voué en empruntant une voie originale qui, tout en le détournant de la fonction publique, le ramenait toujours à l’École et à l’Université. Xavier Léon allait ainsi fonder et coordonner l’œuvre des pupilles de l’Instruction publique dont il avait proposé le projet au ministre compétent, son ami Paul Painlevé6. Il recevait le soutien de « saints laïques » comme Ferdinand Buisson, Louis Liard et Théodore Steeg, obtenait la collaboration des enseignants du primaire et du secondaire. Élie Halévy est sans doute celui qui était le mieux à même de saisir l’originalité d’une œuvre qui portait la « marque de son créateur » :

  • 7 Élie Halévy, notice nécrologique, Rmm 1935.

« Elle a son siège dans un ministère, et n’offre cependant aucun caractère administratif, parce qu’elle n’offre aucun caractère politique. Elle est une œuvre corporative, au sens le plus plein et le plus pur de ce mot7. »

Notes

1 J’aborde cette question dans les chapitres IX et X de ma thèse.

2 Selon l’expression de Baptiste Jacob (Lettre à L. Robin du 8 mai 1907, ms. 356).

3 Paris, Alcan, 1907.

4 Lettre de X. Léon à O. Hamelin du 1er mai 1907, ms. 356.

5 Lettre à É. Halévy le 29 juillet 1914, ms. 386.

6 Il devait rester après guerre, pendant de longues années, secrétaire général de l’œuvre.

7 Élie Halévy, notice nécrologique, Rmm 1935.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540