Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les philosophes en République

 | 
Stéphan Soulié

Deuxième partie. Défense, « socialisation » et régulation du travail philosophique

Chapitre 6. Tradition philosophique et « philosophie nouvelle » : la régulation de la controverse bergsonienne

Texte intégral

  • 1 Sur les relations entre la Rmm et Bergon, on lira avec profit : R. Ragghianti, « La Revue de métap (...)
  • 2 Sur le « moment 1900 », voir F. Worms, « L’idée de moment 1900. Un problème philosophique et histo (...)

1Les modalités de la réception du bergsonisme dans la Rmm sont révélatrices de la position de la publication dans le champ philosophique et intellectuel au tournant du siècle1. La Revue s’est montrée très ouverte à ce qui représentait pourtant, aux yeux de ses fondateurs, une des figures majeures de l’altérité philosophique. Bergson était incontournable : en recherchant avec constance la collaboration du philosophe de l’intuition, pourtant avare de publications, Xavier Léon entendait consolider l’autorité de sa revue. Bergson n’ayant pas suscité la création d’une revue autour de son nom, bergsoniens et anti-bergsoniens étaient amenés à ferrailler dans les pages de la Rmm. Les questionnements suscités par les travaux de Bergson, bien que menaçant une conception traditionnelle du philosopher, se trouvaient intégrés comme objets de discussion non seulement légitimes mais centraux dans la géographie problématique du « moment 1900 en philosophie ». Au centre de cette géographie se trouvait le « problème » de l’esprit et du rôle qu’il fallait lui redonner dans l’expérience2. Il n’est donc pas étonnant qu’à l’heure de poser les fondations de la Société française de philosophie, Xavier Léon ait vu en Bergson un partenaire incontournable dans l’entreprise de définition d’une communauté de problèmes communs et d’institution des règles de l’échange philosophique. La dynamique des sociabilités instituées et informelles qui fondent la république philosophique dont Xavier Léon fut le pivot complique les lignes de partage intellectuelles, tant les pensées singulières se nourrissent désormais du dialogue et de la controverse.

  • 3 H. Bergson, « Introduction à la métaphysique », Rmm, 1903, p. 1-36.
  • 4 F. Azouvi, La gloire de Bergson, op. cit., p. 103.

2Le jugement sur l’œuvre de Bergson formulé par les représentants de l’esprit de la Rmm fut constant dans l’ambivalence : une admiration grandissante mais méfiante, la reconnaissance embarrassée de la force de séduction et de l’autorité légitime du philosophe mais, parallèlement, la réitération de réserves théoriques sur une pensée qui semblait tirer la philosophie vers « l’art » et dont les virtualités anticartésiennes menaçaient la tradition philosophique. La Rmm n’en a pas moins été un agent de légitimation du bergsonisme comme pensée forte, contribuant même à son succès hors de l’Université en publiant, en 1903, le célèbre article programmatique de Bergson : « Introduction à la métaphysique3 ». On sait quel fut le retentissement de ce texte dont Péguy reproduisit la dernière partie dans les Cahiers de la Quinzaine et qui fut à l’origine de la « greffe du symbolisme sur le bergsonisme4 ». La Rmm et la Société française de philosophie ont également contribué de manière décisive à l’affirmation de l’identité philosophique d’un des disciples autoproclamés de Bergson : Édouard Le Roy. Celui-ci joua un rôle clé dans la structuration du champ philosophique autour de l’opposition entre tradition philosophique et « philosophie nouvelle » en mobilisant, parfois en transposant, la pensée bergsonienne dans la controverse sur l’intellectualisme.

  • 5 Ibid. et du même auteur, « Anatomie d’un succès philosophique. Les effets de l’évolution créatrice (...)
  • 6 F. Azouvi, La gloire…, op. cit.

3Mais les débats autour du bergsonisme débordent de beaucoup la question de l’interprétation strictement philosophique des œuvres de Bergson dans le cadre réservé de la philosophie académique5. Celui que l’on présente parfois comme le « premier philosophe médiatique » n’a guère été en mesure de contrôler la réception de ses travaux, déplorant souvent les instrumentalisations idéologiques dont il pouvait faire l’objet. Les « philosophèmes » de la pensée bergsonienne se sont répandus bien au-delà de la communauté des philosophes de profession6 et leur dispersion suscita l’inquiétude de ceux qui voulaient tracer une limite claire entre le discours philosophique légitime et le verbiage de publicistes et de littérateurs plus ou moins conséquents.

Bergson collaborateur de la Revue de métaphysique et de morale et membre de la Société française de philosophie

Bergson et la Rmm : un collaborateur recherché mais peu fécond

  • 7 En octobre 1891, X. Léon écrit à É. Halévy qu’il vient d’acheter la thèse de Bergson (ms. 386).

4Aux yeux des fondateurs de la Rmm, Bergson était le brillant aîné dont l’Essai sur les données immédiates de la conscience avait été un événement intellectuel de premier ordre, ouvrant la voie à la réaffirmation des prérogatives d’une philosophie de la conscience et de l’esprit face au scientisme et au positivisme desséchants. Il participait ainsi à un mouvement critique qui servait la défense de la philosophie comme discipline autonome tirant d’elle-même sa propre légitimité7. Brunschvicg et Halévy soulignaient de ce point de vue, en 1894, l’impact de la thèse de Bergson sur les normaliens et les étudiants de la Sorbonne :

  • 8 « L’Année philosophique 1893 », Rmm, 1894, p. 485.

« Le véritable monisme psychologique est celui qui s’affranchit de la tyrannie de la science, de la fascination de l’objet, en prenant immédiatement possession de l’esprit. C’est un appel à la liberté de l’esprit que lançait M. Bergson dans une thèse devenue en peu d’années classique, et c’est appel a été entendu8. »

  • 9 F. Alquié, « Bergson et la Revue de métaphysique et de morale », op. cit., p. 315.

5Dans un article pionnier sur les relations entre la Rmm et Bergson, Fernand Alquié rappelait en 1941 que « les réflexions qui inspirent à Bergson ses premiers ouvrages ne furent sans doute pas sans rapport avec les préoccupations des fondateurs de la Revue. À cette époque, morale et métaphysique semblaient menacées : le pessimisme de Schopenhauer enlevant au vouloir toute valeur positive ; les négations de Spencer ou de Taine discréditant tout effort pour connaître l’absolu ou établir le primat de l’esprit. Le bergsonisme et la Revue de métaphysique naissent du mouvement par lequel la conscience philosophique tente alors de se ressaisir9 ». Pourtant, dès 1893, il apparaissait aux lecteurs les plus clairvoyants que cette volonté de « ressaisissement de la conscience philosophique » allait suivre deux voies divergentes voire antagonistes. À partir de cette matrice problématique commune, deux directions du renouveau philosophique allaient se dessiner : celle de l’« intellectualisme » et celle de la psychologie intuitionniste.

  • 10 D. Merllié, « Les rapports entre la Revue de métaphysique et de morale et la Revue philosophique…  (...)

6Toujours est-il que Xavier Léon a inlassablement recherché la collaboration de Bergson ; mais le résultat de ce harcèlement cordial fut assez maigre bien que comparable à celui de la Revue philosophique10. Entre 1893 et 1914, Bergson n’offrit en effet que cinq contributions à la Rmm dont trois communications aux congrès internationaux de philosophie qu’il était diplomatiquement difficile de lui refuser. Il fallut attendre trois ans pour obtenir du philosophe sa première contribution. Il ne faut pas nécessairement y voir une quelconque frilosité à l’égard de la Revue dont Bergson semble être, dès le début, un lecteur attentif et bienveillant comme en témoigne une lettre adressée à Xavier Léon en 1894 :

  • 11 H. Poincaré, « Sur la nature du raisonnement mathématique », Rmm, 1894, p. 371-384
  • 12 G. Belot, « L’utilitarisme et ses nouveaux critiques » Rmm, 1894, p. 404-464.
  • 13 Lettre du 20 août 1894, ms. 388.

« Je ne veux pas davantage tarder […] à vous dire avec quel plaisir j’ai lu le dernier numéro de votre Revue, un des plus intéressants qui aient encore paru. L’article de Poincaré11 sera très admiré ; mais les autres ont aussi une grande valeur. Je connaissais déjà les idées de Belot12 pour les lui avoir entendu exposer ; il les a développées dans la Revue avec beaucoup d’ampleur et de clarté13. »

7Bergson avait d’ailleurs été sensible à l’article cosigné par Brunschvicg et Halévy sur « l’Année philosophique 1893 » qui soulignait l’impact de la thèse de Bergson sur la jeunesse, notamment sur Georges Remacle et Jean Weber, deux collaborateurs de la Revue :

  • 14 Ibid.

« Il y a dans le travail de Brunschvicg et Halévy un très remarquable effort de construction ; peut-être m’attribuent-ils beaucoup plus d’influence que je n’ai pu en avoir sur quelques-uns de vos collaborateurs14. »

  • 15 « Cet article étant plein de talents littéraires et philosophiques mérite à coup sûr l’impression. (...)

8Très diplomatiquement, Xavier Léon proposa à Bergson, qui déclina l’invitation, de relire les épreuves d’un article très bergsonien de Jean Weber que le directeur de la Rmm souhaitait publier bien qu’il prit la forme d’une charge contre le rationalisme15.

  • 16 « Perception et matière », Rmm, 1896, p. 257-279.
  • 17 Lettre du 30 juillet 1896, ms. 388.
  • 18 B. Jacob, « La philosophie d’hier et celle d’aujourd’hui », Rmm, 1898, p. 170-201.

9La persévérance du directeur de la Rmm fut récompensée en 1896 par la publication d’un fragment de Matière et mémoire16. Bergson continuait à suivre la marche de la Revue et félicitait son directeur pour le numéro-monument consacré à Descartes, « excellent d’un bout à l’autre17 ». Deux ans plus tard, Xavier Léon l’invitait à répliquer à l’offensive anti-bergsonienne lancée par Baptiste Jacob dans les pages de la Rmm18. Mais, bien que touché par les critiques dont il était l’objet, Bergson renonça à faire usage de son droit de réponse :

  • 19 Lettre du 5 septembre 1899, ms. 388.

« J’ai dû faire le paresseux cette année, plus que je n’aurais voulu […]. J’ai même soigneusement évité tout ce qui eut exigé de moi quelque contention d’esprit. C’est vous dire que je n’ai pas pu m’occuper de la “Réponse aux objections” réponse qui ne pouvait avoir d’intérêt aux yeux de vos lecteurs qu’à la condition d’être un exposé élargi, quoique sommaire, de ce que j’ai tenté de faire jusqu’à présent19. »

  • 20 Lettre du 17 septembre 1900, ms. 388.
  • 21 « Je vous remercie également de l’aimable insistance avec laquelle vous me demandez un article pou (...)
  • 22 Bergson marquait peut-être ainsi son souci de maintenir un équilibre avec la Revue philosophique à (...)
  • 23 Lettre du 16 juillet 1903, ms. 388 (citée par D. Merllié).
  • 24 H. Bergson, « le paralogisme psycho-physique » Rmm, 1904, p. 895-908, repris dans l’Énergie spirit (...)
  • 25 Bergson publie dans la Revue philosophique un article sur « l’idée de néant » en 1906 qui correspo (...)
  • 26 H. Bergson, « À propos de l’“Évolution de l’intelligence géométrique” », Rmm, 1908, p. 28-35.
  • 27 Lettre à É. Halévy, le 10 octobre 1910, ms. 386.
  • 28 Ainsi écrit-il à É. Halévy le 5 octobre : « j’ai rapporté l’article ! C’est un beau triomphe – et (...)
  • 29 « L’intuition philosophique », Rmm, 1911, p. 809-827.

10En 1900, la Rmm publia sa communication au Congrès de Paris mais ne parvint pas à obtenir la leçon d’ouverture de son cours au Collège de France20. En juillet 1901, Bergson refusait à nouveau de s’engager pour la rentrée suivante et priait Xavier Léon de lui « faire crédit encore21 ». Patience récompensée en 1903 par la publication de la retentissante « Introduction à la métaphysique », véritable manifeste du bergsonisme22. La même année, Bergson, absorbé par ses travaux, déclinait l’invitation à participer au numéro spécial de la Rmm sur Kant23. Mais l’année suivante, la Revue publia sa communication au Congrès de Genève sur le « paralogisme psycho-physique24 » avant de connaître une période de disette durant laquelle Bergson se montra plus généreux avec la Revue philosophique25. Xavier Léon ne manqua pas de se plaindre amicalement de cette dissymétrie. Entre 1904 et 1911, le nom de Bergson n’apparut ainsi qu’une fois dans la table des matières, en 1908, à l’occasion d’une courte réponse à une violente attaque d’Émile Borel26. Résigné, Xavier Léon écrivait en octobre 1910, non sans quelque dépit : « Bergson ne se prodiguera jamais27 ». En 1911, la publication d’un des grands textes de Bergson est acquise de haute lutte28 : il s’agit de la communication du Congrès de Bologne sur « l’intuition philosophique » (reprise plus tard dans la Pensée et le mouvant)29.

  • 30 Cité dans P. Soulez, F. Worms, Bergson, op. cit., p. 105.
  • 31 C’est ce qu’É. Halévy suggère dans une lettre à X. Léon du 22 octobre 1908, citée par R. Ragghiant (...)

11Dès les débuts de l’aventure de la Rmm, Xavier Léon avait évoqué la « prudence sémitique » du philosophe30. Par la suite, les attaques portées dans les pages de la Rmm, en 1898 par Jacob et en 1907 par Émile Borel, ne pouvaient qu’inciter Bergson à la défiance vis à vis d’une publication dans laquelle il sentait peut-être « un fond de rationalisme dogmatique »31 et qui manifestait périodiquement son hostilité doctrinale. Mais l’explication de la réserve de Bergson est davantage à chercher dans le souci de contrôler sa parole philosophique en n’offrant que des travaux parfaitement aboutis. C’est en tout cas l’explication que Bergson donna à Xavier Léon en 1911 lorsque ce dernier prit livraison de son texte sur « l’intuition philosophique » :

  • 32 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 5 octobre 1911, ms. 368.

« Le pauvre Bergson m’a dit le mal que lui avait donné la rédaction de cette conférence refaite plus de 20 fois et qui ne le satisfait pas : je l’ai plaint et loué comme il convenait. La conversation a été d’ailleurs des plus cordiales et intéressantes. Bergson m’a exposé son souci de ne rien écrire qui ne soit l’expression d’expériences particulières, de faits concrets, son horreur des généralisations vides. Il m’a dit pourquoi il écrivait peu par souci d’exactitude32… »

12Le talent de Xavier Léon pour tisser des liens et animer une communauté transcendant les différences d’esprit philosophique explique largement les relations courtoises puis cordiales qui s’établirent entre les deux hommes. Bergson, sans être le plus assidu de ses hôtes, fréquenta le salon de la rue des Mathurins et fut de quelques déjeuners. Dans la foulée des discussions fécondes du Congrès de Paris, il participa, on l’a vu, à la réunion préparatoire à la fondation de la Société française de philosophie.

Bergson à la Société française de philosophie : présence discrète et participation mesurée

13Bergson avait accueilli favorablement le « projet de fonder une “société de philosophes” » qu’il considérait comme propice à la pacification de la controverse et au rapprochement des philosophies :

  • 33 Lettre du 17 septembre 1900, ms. 388.

« L’idée devait en venir naturellement à la suite de ce congrès, où l’on a pu voir comment se rétrécit ou tout au moins se définit peu à peu, par une discussion entre philosophes, la distance entre les philosophies33. »

14La volonté de définir, de clarifier les positions respectives et de rechercher un accord au moins partiel entre les philosophes était conforme à l’objectif assigné à la Société. Le souci de « définition » pouvait même être entendu en un sens très « géométrique », cartésien et fort peu bergsonien. La définition avait une valeur méthodologique en tant qu’elle permettait de dissoudre confusions et malentendus : Bergson faisait ainsi droit à la démarche rationaliste pour assurer la communicabilité des pensées et la fécondité de la controverse. Il ne figura pas pour autant dans le bureau directeur de la Société, et ne chercha pas à peser sur l’élaboration du programme et l’organisation des débats. Sa participation fut somme toute discrète. Il semble pourtant avoir retiré une réelle satisfaction de la séance consacrée, le 2 mai 1901, à son mémoire sur « le parallélisme psycho-physique et la métaphysique positive » :

  • 34 Lettre à X. Léon du 18 juillet 1901, ms. 388.

« Plus je réfléchis à ce qui s’est dit dans cette séance, plus je suis frappé de l’utilité qu’il y a pour les idées, même très générales et très abstraites, à venir affronter ainsi une discussion contradictoire34. »

15Bergson y défendit une conception de la métaphysique comme « positivisme spiritualiste ». Belot, ancien condisciple de Bergson à l’École normale supérieure, avait été chargé de lui donner la réplique mais la discussion fit la part belle aux collaborateurs majeurs de la Rmm, rationalistes intellectualistes (Halévy, Brunschvicg, Couturat), bergsoniens autoproclamés (Le Roy) ou passeurs entre les deux camps (Louis Weber).

16Ce fut la seule et unique communication de Bergson qui se distingua, en outre, par la rareté de ses interventions et une certaine réticence à voir publier dans la Bulletin ses propos. Il fut certes un auditeur régulier durant les premières années de la société, mais sa présence se fit plus discontinue et même rare, à partir de 1906, au temps des succès mondains du bergsonisme. Il participa, par ses observations, à l’élaboration du Vocabulaire technique et critique de la philosophie et intervint lors des séances consacrées aux questions d’enseignement ou lorsque les mémoires soumis à la discussion croisaient manifestement ses questionnements. Il débat ainsi en 1903 avec Brunschvicg sur la « notion de liberté morale » mais par voie épistolaire ; en 1904, il participe à la discussion sur un mémoire de Binet (« Esprit et matière ») ; il prend la parole en 1908 quand la Société dresse le bilan du Congrès de philosophie d’Heidelberg (auquel il n’avait pu participer) puis lors d’une séance sur « l’inconscient dans la vie mentale » en 1909. Bergson milite pour une définition large de la philosophie, libérée du carcan de la méthode scientifique rationaliste, refusant de la réduire à sa relation avec les sciences. Ainsi, en 1908, il s’inquiète d’un vœu exprimé par l’organisateur du futur Congrès de Bologne, l’italien Enriques, qui proposait de faire une place importante aux « savants philosophes » aux côtés des philosophes proprement dits. Bergson plaide au contraire pour une limitation de la place réservée aux questions scientifiques qui disposent de leurs propres congrès :

  • 35 Séance du 28 octobre 1908, BSFP, 1909, p. 12

« […] la philosophie étant entendue comme une recherche qui, par un côté, est étroitement liée sans doute à la science positive, mais qui est indépendante par d’autres et possède sa méthode propre. […] je regretterais qu’elles [les questions de philosophie scientifique] y prissent la place des problèmes de philosophie générale, de psychologie, de logique, de morale, et qu’on reléguât à l’arrière-plan, dans une action particulière, ce qui a été l’objet essentiel et la raison d’être des congrès antérieurs, ce pour quoi le Congrès de philosophie a été fondé35. »

  • 36 Ibid.

17Il évoque la possibilité d’une sorte de « référendum » auprès des philosophes et propose des thèmes de discussion qui lui tiennent particulièrement à cœur : la question du pragmatisme et les « problèmes de psychologie les plus généraux, ceux, par exemple, qui sont situés aux confins de la psychologie et de la physiologie en même temps qu’ils intéressent la métaphysique… ». La question du « parallélisme psycho-physiologique », qui avait fait l’objet de la troisième séance de la Société française de philosophie huit ans plus tôt, lui semble de ce point de vue tout à fait centrale36.

18La controverse sur le bergsonisme et, plus largement, sur la philosophie nouvelle se développa essentiellement autour des années 1898-1903 avant de rebondir entre 1907 (date de la parution de L’Évolution créatrice) et 1914, au moment où Bergson atteignait les sommets de la reconnaissance académique et du succès mondain.

De Bergson au bergsonisme : la controverse autour de la « philosophie nouvelle »

  • 37 P. Couchoud, « La métaphysique nouvelle, à propos de Matière et Mémoire de M. Bergson », Rmm, 1902 (...)
  • 38 Lettre du 3, 4, 5, 6 avril 1902, ms. 386.

19Si les membres du « grand conseil » de la Rmm se trouvent du côté des sceptiques voire des adversaires, Bergson a trouvé parmi les collaborateurs de la publication des interprètes bienveillants : Georges Remacle, Jean Weber, Paul Couchoud37, Désiré Roustan et, surtout, Édouard Le Roy. Par ses articles et ses interventions à la Société française de philosophie, ce dernier a joué un rôle essentiel dans la polarisation du champ philosophique autour de l’opposition entre ce qu’il a appelé lui-même la « nouvelle philosophie » ou la « philosophie nouvelle », d’inspiration bergsonienne, et la tradition philosophique rationaliste et intellectualiste qu’incarnent, dans leur diversité, ses amis de la Rmm. Aux yeux des fondateurs de la Revue, le bergsonisme n’était encore, à la fin des années 1890, qu’une mode certes brillante mais qui devait être éphémère : la représentation de l’altérité bergsonienne était ambivalente, entre reconnaissance du « talent » de l’auteur et conviction que le succès de la « philosophie nouvelle » ne résisterait pas au temps. Cette conviction allait pourtant se fendiller à mesure que le prestige du bergsonisme et l’autorité de Bergson grandissaient tant en France qu’à l’étranger. En avril 1902, lors d’un séjour à Genève en vue de l’organisation du deuxième Congrès international de philosophie, Xavier Léon avait pu prendre la mesure de son rayonnement hors de France. Face aux Genevois qui identifiaient le mouvement philosophique français au seul bergsonisme, il protestait « au nom même de la Revue, qu’il existait en France des antibergsoniens résolus, et qu’un idéalisme critique, qu’un spiritualisme rationaliste existait qui prétendait représenter contre Bergson la tradition38 ».

20L’étude de la réception du bergsonisme doit mettre en tension deux types de discours : d’une part, le discours de revue, codifié et diplomatique, qui met en scène l’opposition philosophique en enveloppant les discussions serrées et argumentées dans d’élégantes formules d’euphémisation rhétorique ; d’autre part, le discours à usage privé des correspondances où les positions philosophiques sont stylisées, condensées, voire simplifiées, discours révélateur d’enjeux intellectuels souvent dilués voire masqués dans les articles. On peut ainsi saisir la parole philosophique sur ses marges, au point de contact entre discours technique et représentations extra-discursives, et mettre en évidence ce qui, dans la pensée et dans la figure de Bergson, dérange une représentation ordonnée de la philosophie.

La reconnaissance ambivalente de l’originalité de l’écriture bergsonienne

  • 39 Rmm, 1897, suppl., janvier, p. 1.
  • 40 Rmm, 1907, suppl., juillet, p. 1.

21Le talent de Bergson s’impose comme une évidence auprès de philosophes attachés à la valorisation de l’œuvre individuelle inspirée. Les recensions de ses ouvrages dans le supplément annoncent systématiquement une étude plus développée dans le corps de la Revue, louent invariablement la forme et sont d’une neutralité bienveillante quand elles ne sont pas clairement favorables. En 1897, Matière et mémoire est signalée comme un prolongement et un approfondissement de l’Essai ; les connaissances scientifiques de l’auteur sont louées au passage sans réticence39. En 1907, la note sur L’Évolution créatrice annonce une étude plus développée du « magistral ouvrage40 ». Les « Études critiques » s’ouvrent par les marques d’une déférence courtoise, d’une admiration insistante pour la « subtilité » de l’auteur. En 1901, Parodi offre ainsi un couplet laudateur à propos du Rire :

  • 41 D. Parodi, « Le Rire. Essai sur la signification du comique. Par M. H. Bergson », Rmm, 1901, p. 22 (...)

« On a tout dit sur la valeur exceptionnelle de ce livre, et l’on viendrait bien tard pour y vanter la richesse des idées ou la finesse des aperçus, l’art savant de l’exposition comme l’élégante originalité de la doctrine41. »

22Cette reconnaissance de la valeur des œuvres n’est pas toujours un artifice rhétorique, la marque d’une stratégie euphémisante au service d’une controverse feutrée. L’admiration, parfois agacée, transparaît dans l’intimité de la correspondance. Le bergsonisme y est souvent perçu comme une philosophie géniale mais dangereuse parce qu’elle fait vaciller sur ses fondements toute une conception de la pensée. Ainsi, Baptiste Jacob, répondant positivement à l’invitation à rédiger un article pour la Rmm, écrivait en 1897 :

  • 42 B. Jacob, lettre à X. Léon du 28 octobre 1897, ms. 362.

« L’ouvrage [Matière et mémoire] m’a inspiré l’admiration la plus sincère pour son auteur, et en même temps m’a profondément troublé. Rien n’est plus contraire à mes tendances et à mes habitudes d’esprit que cette façon de penser. Si elle est légitime, il faut abandonner tout l’ensemble d’idées fondamentales sur lequel repose ma vie intellectuelle, et peut-être la vie intellectuelle commune42. »

23Le choc du bergsonisme est si brutal que les identités intellectuelles, le sens des trajectoires philosophiques individuelles s’en trouvent menacés. La phrase étonnamment engagée qui clôt l’article de Jacob dramatise la menace :

  • 43 B. Jacob, « La philosophie d’hier… », op. cit., p. 201.

« Saluons-la comme une œuvre géniale dont on doit souhaiter qu’elle rencontre de nombreux admirateurs et pas un disciple43. »

24Le talent de Bergson fut d’emblée rapporté au caractère à la fois enchanteur et trompeur, aux yeux des rationalistes, de son écriture. Dans le cadre du travail de définition d’un savoir-dire philosophique, la dérive littéraire est stigmatisée comme dangereuse mais, dans le même temps, elle fonde le prestige de la parole bergsonienne. Les commentateurs ont bien senti que la question du langage comme « forme » était centrale et indissociable du « fond » :

  • 44 D. Parodi, « Le rire… », op. cit., p. 224.

« […] on ne peut dans les écrits de M. Bergson séparer la forme de la pensée, dont elle reproduit toute la variété et toute la richesse. Et surtout dans ce livre, où il s’agit d’art et de vie, elle devient souple et flexible comme cette vie même, dont elle tend sans cesse à ressaisir la changeante complexité, aiguë et subtile, comme la méthode qui doit dissocier les plus secrètes habitudes et les plus vieux préjugés de l’esprit44. »

  • 45 Notice déjà citée, p. 1.

25Cette pensée dont Jacob et Le Roy mettront en scène la nouveauté depuis deux points de vue opposés, propose une nouvelle façon de philosopher qui repose sur une relation différente à l’écriture, rompant avec le carcan d’un discours normalisé et rigide. Les mêmes mots reviennent de façon récurrente sous la plume des commentateurs pour caractériser l’écriture de Bergson : « subtilité », « flexibilité », « souplesse », « richesse », « fluidité ». Le texte est flux, écoulement, continuité, en parfaite coïncidence avec sa philosophie : à l’abstraction conceptuelle qui segmente, dissocie, arrête, l’écriture bergsonienne préfère la métaphore qui favorise un contact immédiat entre l’esprit et le réel. Ainsi, selon la notice du supplément consacrée à Matière et mémoire, « le seul effort que demande ce livre, c’est un effort de renoncement aux théories toutes faites : car il est difficile d’imaginer pour traduire une pensée si originale, une langue plus déliée, plus riche en ressources45 ». Delbos insistait également sur le statut de l’écriture dans l’œuvre de Bergson et son pouvoir dissolvant des artifices conceptuels :

  • 46 V. Delbos, « Études critiques. Matière et mémoire. Essai sur la relation du corps à l’esprit », Rm (...)

« La langue dont use M. Bergson est très souple et très pure ; elle n’a pas besoin d’être fortement sollicitée pour venir traduire les conceptions les plus neuves en ce qu’elles ont même de plus subtil, et elle répugne visiblement à toutes les formes d’expressions paradoxales qui ne sauraient produire que des effets extérieurs d’étonnement. D’une allure assez lente et un peu sinueuse, comme pour permettre à l’esprit de ne pas s’engager trop vite et l’empêcher de se heurter, elle se déploie très librement avec une fluidité quasi immatérielle quand la pensée n’a qu’à se donner telle qu’elle est, dans sa nouveauté première et dans sa puissance spontanée d’expansion ; elle se resserre et devient comme plus dense quand la pensée doit se soumettre à l’épreuve de la critique ou au contrôle des faits. Elle vise moins à multiplier les images qu’à tirer tout le parti possible des images employées ; elle procède avec une égale ingéniosité par schèmes abstraits et par métaphores concrètes. Elle tend par toutes les voies à être claire ; mais surtout, comme la pensée qui l’inspire, elle travaille à réveiller dans les intelligences habituées à la fausse évidence des constructions logiques le sentiment de la clarté naturelle, de cette clarté qui naît, selon l’auteur, du contact immédiat de l’esprit et du réel46. »

26Dix ans plus tard, en 1907, Louis Weber s’interrogeait sur les vertus démonstratives des métaphores de L’Évolution créatrice, pointant la difficulté de rendre compte de l’œuvre de Bergson en retraduisant la langue du philosophe dans un vocabulaire technique classique :

  • 47 L. Weber, « L’évolution créatrice », Rmm, 1907, p. 656-657.

« Nous nous sommes servi des expressions mêmes et des phrases de l’auteur, en notant les idées saillantes qui forment le canevas des différentes thèses et qui permettent d’en embrasser l’enchaînement. Mais ce que notre résumé évidemment ne peut rendre, c’est la richesse des développements, la multiplicité des aperçus, des comparaisons et des métaphores qui viennent à l’appui de chacune des thèses et qui donnent à l’argumentation une lucidité impressionnante, bien que la pensée soit au fond souvent très obscure. La métaphore en particulier joue dans la démonstration un rôle capital47. »

  • 48 On retrouve le problème du statut de la littérarité en philosophie dans la réception (ou la nonréc (...)

27Mais les considérations stylistiques n’apparaissent que dans le propos liminaire avant d’être reléguées au second plan : Weber s’empresse d’écrire qu’une « critique littéraire n’est pas de mise ici ». La réflexion critique sur le statut du style, sur l’articulation entre fond et forme ne fut donc qu’esquissée48. Le scepticisme de Weber à l’égard des métaphores bergsoniennes affleure pourtant :

  • 49 L. Weber, op. cit., p. 656-657.

« Elle [la métaphore] est le procédé de choix, et, dans sa matérialité voulue, parfois déconcertante, elle emporte avec elle une énorme force de persuasion. Les métaphores bergsoniennes étonnent d’abord et vous poursuivent ensuite comme des obsessions. Telles par exemple, l’image de la durée qui “mord sur les choses et y laisse l’empreinte de sa dent”, l’image de “la représentation bouchée par l’action”, l’image de l’intuition “jaillissant de la torsion du vouloir sur lui-même”, de la “matière lestée de géométrie”, de la pensée cinématographique, etc.49. »

28Le génie bergsonien de l’expression serait-il un art consommé de la « persuasion » reposant sur la force de séduction littéraire du discours, donc sur des ressorts extra-philosophiques ? Une expression précise qui s’ancre dans le concret, qui ne répugne pas à l’exemple, une mélodie subtile qui donne à penser… Le style, le rythme du phrasé, ne sont certes pas des artifices mais leur efficacité immédiate éveille le soupçon rationaliste. Il faut donc mettre en garde le lecteur contre ce « charme » qui emporte la conviction, d’autant que ce lecteur appartient de plus en plus à un public élargi au-delà du cercle des techniciens de la philosophie. Ne faut-il pas « arrêter » cette fluidité de la pensée bergsonienne qui l’emporte pour pointer les problèmes inaperçus ou laissés dans l’ombre ? C’est ce que suggérait Parodi à propos du Rire :

  • 50 D. Parodi, « Le Rire… », op. cit., p. 226-227 (souligné par moi).

« Telles sont les thèses, originales et séduisantes, qui se dégagent du livre de M. Bergson, et qu’il appuie sur une foule d’exemples, d’analyses, d’observations personnelles, de remarques littéraires, tour à tour fines, subtiles, spirituelles ou profondes, et toujours d’une précision de pensée et d’un bonheur d’expression qui les rendent irrésistiblement convaincantes. Et l’on s’en émerveille plus encore si l’on songe que ces pages se sont adressées d’abord au grand public d’une revue littéraire, et qu’elles ont su le charmer autant qu’elles ont fait réfléchir les psychologues. Mais l’on comprendra par là aussi, peut-être, que l’auteur se soit trouvé comme contraint d’éviter certains problèmes, ou de ne s’expliquer qu’à demi sur certaines difficultés. Il reste parfois quelque indécision sur la nature des principes, d’où il part, ou sur le sens des conclusions auxquelles il aboutit. Le philosophe, sinon le psychologue, réclame encore, après l’avoir lu, quelques éclaircissements : et c’est tout ce que nous voudrions montrer ici50. »

  • 51 L. Brunschvicg, « La philosophie nouvelle et l’intellectualisme », Rmm, 1901, p. 443-444.

29Le charme ambivalent de Bergson s’explique par le recours au « sens commun » : exemples et images qui font immédiatement sens pour un public non philosophique, va-et-vient subtil entre l’abstraction fine et l’éclairage concret. Ces points d’appui extra-conceptuels expliqueraient en partie le succès mondain de Bergson. Aux yeux des rationalistes soucieux d’une régulation critique de la discipline, les limites de la définition académique de la philosophie s’en trouvent brouillées. Dès 1901, Brunschvicg avait d’ailleurs posé le problème du statut des métaphores dans la philosophie nouvelle : face aux « métaphores hardies » de Le Roy, il se demandait ce qui faisait le départ entre expression métaphorique et pensée effective51.

30La critique est parfois beaucoup plus appuyée dans le clos des correspondances. Xavier Léon rapporte ainsi le jugement sévère de Weber avant la rédaction de son article sur L’Évolution créatrice :

  • 52 Lettre du 27 mai 1907, ms. 368.

« Le même Weber m’écrit sur Bergson. À la relecture ce livre est moins bien qu’à la première ; le style n’est pas si charmeur qu’on croit ; il y a un abus volontaire de comparaisons triviales, trivialités que ne se permettrait pas la grande philosophie et qui sont déplacées. Bien entendu cette impression n’est pas destinée au public. Au fond et bien qu’il s’y oppose c’est un livre du même acabit que les Premiers Principes ; mais il n’aura probablement pas le même succès. Les explications mécanistes de Spencer avaient le mérite d’être claires. Les métaphores triviales de Bergson ne sont pas même des explications52. »

31Lettre très significative jusque dans l’affirmation du caractère interne et confidentiel du propos… Xavier Léon clôt cette longue citation en interrogeant, avec une satisfaction évidente, Élie Halévy : « Qu’en dis-tu ? Cela s’appelle une exécution ou je ne m’y connais pas ». Le charme bergsonien est rompu, la poésie n’est plus que trivialité illégitime…

  • 53 Dans Les données immédiates de la conscience en 1889, Bergson s’attaquait à l’obsession, en partie (...)

32Le désarroi des intellectualistes de la Revue face au bergsonisme s’explique en partie par le rejet de la conception rationaliste du concept, par la dévalorisation de la distinction53 au sens cartésien. Darlu, membre du jury de l’agrégation, déplorait ainsi, dès 1897, l’influence de Bergson sur les candidats de talent :

  • 54 Lettre à X. Léon, du 13 août 1897, ms.. 360.

« Il y a deux normaliens distingués : mais vous n’imaginez pas l’état de décomposition, de déliquescence où est arrivé leur entendement proprement dit. Nous avons eu ce soir précisément leurs deux leçons dogmatiques. Ce n’était que subtilité, et bizarrerie, et arbitraire. Plus de concepts… L’un d’eux nous refait une exposition bergsonienne où il n’y a plus rien que confusion volontaire et symboles exclusivement […]. Et il faut donner la note 15 : quel moyen de faire autrement. On ne peut pas refuser tout le monde. En dehors de ces deux-là, qui du moins ont [quelque] talent, le reste est médiocre54. »

  • 55 Cf. chapitre V.

33Pour une génération de philosophes qui entendait organiser la communication philosophique en travaillant à la clarification d’un vocabulaire très largement conçu comme technique, l’écriture bergsonienne faisait problème. Si la volonté de réduire les flottements sémantiques ne signifiait pas la disparition de toute polysémie, le style et la méthode de Bergson s’intégraient mal, à première vue, à la recherche de la clarté et de la distinction55. De manière plus générale, la nouveauté bergsonienne plaçait l’intellectualisme en position défensive.

Un article de combat : « La philosophie d’hier et celle d’aujourd’hui56 » (1898)

  • 56 Titre de l’article de B. Jacob, op. cit., p. 170-201
  • 57 L’article de Jacob est surtout évoqué dans P. Soulez et F. Worms, op. cit., p. 93-96.

34Le rôle joué dans la controverse sur le bergsonisme et la « philosophie nouvelle » par Baptiste Jacob (1858-1909) n’a pas été assez souligné57. Dans un article de combat publié en 1898 dans la Rmm, peu de temps après la parution de Matière et mémoire, ce professeur de philosophie jusque-là peu connu, dramatisait l’opposition entre « la philosophie d’hier » et celle « d’aujourd’hui » en la portant à la hauteur d’un enjeu de civilisation…

Baptiste Jacob : Un « rationaliste endurci »58 à l’assaut de la « philosophie nouvelle »

  • 58 Jacob se présentait lui-même ainsi (Lettre à X. Léon du 21 mars 1898).

35Jacob, avait été mis en relation avec Xavier Léon par l’entremise de Bouglé qui jugeait l’article de Delbos sur Matière et mémoire trop timide dans la critique et pas assez « principiel » :

  • 59 Lettre de C. Bouglé à X. Léon, s.p.d., mais entre 1897 et 1898, ms. 359.

« Le Delbos, ça n’est pas du corps à corps. Lancez-moi Brunschvicg sur Bergson : à la bonne heure. Et le choc de leurs théories propres fera de belles étincelles59. »

  • 60 Lettre de X. Léon à C. Bouglé du 24 août 1913, fonds Bouglé de la BNF.

36À défaut de Brunschvicg, c’est Jacob qui porta l’attaque la plus frontale : il permettait à la Rmm d’adopter une posture nettement agonistique sans engager personnellement l’un de ses fondateurs. Jacob fait partie de ces philosophes-professeurs, rationalistes ardemment laïques qui n’ont certes pas laissé d’œuvre fondatrice mais qui incarnent à merveille la haute posture morale du pédagogue républicain. En 1913, quatre après son décès, Xavier Léon le comptait ainsi parmi les grands esprits philosophiques disparus prématurément, aux côtés d’Octave Hamelin, d’Henri Poincaré et de Frédéric Rauh60.

  • 61 Pour les éléments biographiques, voir Michel-Yves Bernard, « Le philosophe de Kérity : Baptiste Ja (...)
  • 62 Avant même la fondation de la Rmm, É. Halévy avait suggéré à X. Léon de demander à Jacob un articl (...)
  • 63 Jacob a correspondu avec le Gal La Salle (député à l’Assemblée nationale) qui fut comme le rappell (...)
  • 64 B. Jacob, Pour l’école laïque, Paris, Cornély, 1900 (voir la préface de Buisson, p. 11).

37En 1878, le baccalauréat en poche, ce fils d’un maire républicain de Kérity quitte sa Bretagne natale. Après un bref passage à Paris, il reçoit l’enseignement de Liard à Bordeaux et prépare l’agrégation avec l’aide d’Hamelin61. Le succès est éclatant pour ce jeune professeur qui ne bénéficie pas des conditions de préparation avantageuses de ses concurrents normaliens : il est reçu premier en 1887. Au lycée de Saint-Brieuc où il a été nommé, il frappe l’esprit du jeune Célestin Bouglé lors d’un discours de distribution de prix. C’est le début d’une amitié sincère qui ouvrira à Jacob, quelques années plus tard, les portes de la Rmm62. À Brest, où il a été nommé en 1890, Jacob entre en contact avec les milieux ouvriers et fonde un journal, Le Breton socialiste, qui ne vivra que quelques mois. Il abandonne un projet de thèse sur Lequier63 mais se fait remarquer, en 1897-1898, par une série de conférences sur « l’école laïque ». Elles seront publiées en 1900 avec une préface de Ferdinand Buisson qui n’hésita pas à les comparer aux Discours à la Nation allemande de Fichte64. Un moment pressenti pour défendre le camp républicain aux élections législatives en pleine Affaire Dreyfus, il décline l’offre pour des raisons de santé et par attachement à son métier. Nommé au Collège Rollin, il s’installe à Paris où il fréquentait déjà le très politique salon de Cécile Marillier.

  • 65 Voir lettre de X. Léon à B. Jacob du 14 mars 1899 (ms. 362).
  • 66 La nécrologie de la Rmm (sans doute rédigée par Bouglé) le place « dans la lignée des grands éduca (...)
  • 67 Lettre de B. Jacob à O. Hamelin du 5 mars 1901, ms. 356.
  • 68 B. Jacob, Devoirs. Conférences de morale individuelle et de morale sociale, Paris, Cornély, 1908.
  • 69 L’Union présentait Jacob comme un « philosophe de nos amis » (Bulletin de l’Union pour l’action mo (...)

38La parution, au début de l’année 1898, de son article contre le bergsonisme a sans doute marqué un tournant dans sa carrière. Au printemps 1899, il fait son entrée dans la « société de philosophes » réunie dans le salon de la rue des Mathurins65. Quelques mois plus tard, il est nommé maître de conférences à l’École normale de jeunes filles de Fontenay puis à Sèvres où il prend la succession de Darlu. Par son enseignement, il s’inscrit dans la lignée de grands pédagogues laïcs comme Marion, Pécaut et Darlu66 dont il craignait de n’être pas digne67. Il prononce devant ses étudiantes des conférences de « morale individuelle et de morale sociale » qui sont à l’origine de la publication en 1908, de son ouvrage principal, Devoirs68, accueilli par la Rmm comme « le livre de la Sagesse laïque ». Pédagogue et moraliste respecté, il reçut les honneurs de l’Union pour l’action morale qui participa à la publication posthume de sa correspondance, à l’initiative de Bouglé69.

  • 70 Selon les mots de Bouglé à propos d’un article de Jacob sur la « crise du libéralisme » (Lettre à (...)
  • 71 Jacob invite cependant lui-même à nuancer cette empreinte. Dans des lettres adressées à Paul Robin (...)
  • 72 C. Bouglé, introduction de B. Jacob, Lettres d’un philosophe, op. cit., p. XIV.
  • 73 « Baptiste Jacob », op. cit., p. 1. I-2. I.

39Le discours de célébration esquisse le portrait d’un penseur « grand causeur » et « grand marcheur », soucieux des réalités sociales, enquêteur persévérant, en contact avec le monde paysan et ouvrier. Le socialisme de cet ardent républicain ne pouvait être qu’un socialisme d’éducation réformiste et peu perméable au marxisme. Ce « saint laïque » incarnait l’antithèse du dilettantisme philosophique parisien et mondain, de « l’intellectualisme naïf et brutal de quelques-uns (qui) est une fleur d’appartement parisien70… ». Sa disparition précoce ne lui permit pas d’exercer une influence plus visible. Marqué par l’empreinte du rationalisme dialectique d’Hamelin71 et, indirectement, par le néo-criticisme de Renouvier, il fut aussi un lecteur attentif de Spinoza et de Spencer. Selon Bouglé, il avait voulu « construire sur la base élargie de la tradition antique une morale indépendante de toute théorie métaphysique ou théologique, de toute hypothèse indémontrable sur l’au-delà de l’ordre naturel72 ». La note nécrologique que la Rmm lui consacre en 1909 présente ainsi sa philosophie comme un « rationalisme naturaliste73 ».

40À la fin de l’automne 1897, pressé par Bouglé, Jacob acceptait de rédiger un article que lui inspirait la lecture de Matière et mémoire. Conforté par Lachelier dans ses inquiétudes sur l’évolution de la philosophie, il écrivait à Hamelin :

  • 74 Lettre du 6 décembre 1897, ms. 356.

« Il me semble que la spéculation philosophique contemporaine est tout à fait désorientée. De loin en loin, j’ouvre la Revue de métaphysique et de morale […] et les écrivains qui y publient leur prose, les Remacle, les Weber et autres, m’ont l’air le plus souvent d’une bande de jeunes fous. Ce qui m’a paru intéressant, c’est que M. Lachelier que j’ai vu au mois de septembre dernier au Val André, éprouve la même impression que moi. Bergson surtout déconcerte M. Lachelier : il ne sait à quoi tend le philosophe de Matière et mémoire et se demande si cette façon nouvelle de penser n’est pas la ruine de toute philosophie. […] Le livre m’a beaucoup troublé et irrité ; et sur le conseil de Bouglé et de M. Lachelier, je me suis décidé à en essayer une réfutation74. »

41Le titre choisi par Jacob, annonçait bien davantage qu’une simple lecture critique du livre de Bergson :

  • 75 Lettre de B. Jacob à X. Léon du 15 novembre 1897, ms. 362.

« Il aura pour titre : “la philosophie d’hier et celle d’aujourd’hui” et essaiera de définir la révolution qui me paraît s’être accomplie dans la façon de penser philosophique depuis environ vingt ans. Je crois qu’en général on ne s’est pas assez bien rendu compte du changement profond qui s’est fait en ces dernières années dans le point de vue adopté par la spéculation métaphysique ; et je voudrais accuser ce changement de telle façon qu’il devint très sensible à tous75. »

  • 76 Lettre de Jacob à Léon du 29 novembre 1897, ms. 362.

42Craignant que les appréciations de Bouglé ne fussent trop « optimistes », il en appela au jugement d’Élie Halévy qu’il considérait comme un « juge suffisamment sévère76 » pour se prononcer sur son article.

43Le texte a incontestablement touché Bergson puisqu’à en croire Jacob lui-même, le philosophe de l’intuition aurait un temps songé à publier une réponse aux objections formulées contre sa philosophie, avant de renoncer :

  • 77 Lettre de B. Jacob à O. Hamelin du 25 mars 1898, ms. 356. Voir également la lettre de B. Jacob à X (...)

« Bergson me reproche d’avoir exagéré certaines parties de sa doctrine et d’avoir “transformé des têtes d’épingles en montagnes”. J’avoue que le reproche peut paraître fondé si l’on ne veut voir dans Matière et mémoire que la partie expérimentale, physiologique ou pathologique […] mais cependant je serais bien étonné de n’avoir aperçu dans la philosophie de M. Bergson que l’accident et rien d’essentiel. Au surplus, M. Bergson a promis une réponse – c’est un honneur auquel je ne m’attendais pas – et je verrai bien par cette réponse si toutes mes objections ont porté à côté ! Cet homme-là est si souple, si fuyant, si merveilleusement habile qu’il est possible qu’il me prouve que je n’avais rien compris à sa façon de penser ; mais si mon erreur est réelle je crois bien que l’obscurité de sa pensée en est un peu responsable, et, en tout cas, je ne serai pas mécontent d’avoir provoqué des explications de nature à dissiper ou à amoindrir le mystère dont il s’enveloppe77. »

44Si la portée de l’article de Jacob dépasse celle d’une étude critique, c’est parce qu’il ne se contente pas d’énoncer des objections mais vise le pouvoir de nuisance de la « philosophie d’aujourd’hui » d’inspiration bergsonienne. L’introduction de l’article, en rupture avec les formes habituelles de la controverse philosophique propres à la rubrique « Études critiques », adopte un ton militant et défensif :

  • 78 B. Jacob, « La philosophie d’hier… », op. cit., p. 170.

« Plusieurs regrettent la forme de vie intellectuelle qui disparaît […] Nous sommes de ceux-là, et puisque cette Rmm, si hospitalière aux nouveautés théoriques les plus hardies, accueille volontiers les protestations qu’elles soulèvent, nous nous proposons d’indiquer ici quelques-unes des raisons qui nous font préférer la philosophie d’hier à celle d’aujourd’hui78. »

  • 79 Lettre du 25 mars 1898, ms. 356.
  • 80 Lettre à É. Halévy, mars 1898, s.p.d., IMEC, fonds Brunschvicg, H 205.

45Répondant, en mars 1898, à une lettre d’Hamelin qui s’étonnait de la vigueur inattendue de l’attaque, Jacob déplorait la mollesse critique voire la « complaisance pour le bergsonisme des intellectualistes “nouveau jeu”, Delbos, Brunschvicg et les autres » et avouait que la lecture de Bergson avait « réveillé » le rationaliste qui « sommeillait » en lui79. De son côté, Brunschvicg reconnaissait que l’article de Jacob était « de bonne polémique » tout en estimant qu’il « dénaturait » Bergson, devenu, sous la plume de son adversaire, « un philosophe par trop extravagant80 ».

« Philosophia perennis » contre « philosophie nouvelle »

46Jacob caractérisait la « philosophie d’hier » par opposition au bergsonisme, en prenant comme point de départ le néo-criticisme de Renouvier. Au-delà des différences et des oppositions, il rapprochait de ce dernier ceux qui avaient suivi la « voie ouverte par les philosophes anglais et leurs disciples français, Bain, Stuart Mill, Spencer, Taine ». Ce qui unissait ces philosophes d’hier soulignait en creux ce qui les distinguait de la « philosophie d’aujourd’hui » :

  • 81 B. Jacob, op. cit., p. 171.

« Ils repoussaient également la philosophie littéraire et ses considérations esthétiques, la scolastique et ses facultés occultes, le mysticisme et son commerce suspect avec l’Absolu81. »

47Le rationalisme (dans ses deux rameaux, empiriste et criticiste) se caractérisait par sa fidélité à la tradition philosophique, se représentant comme un « progrès » lent mais inéluctable vers la lumière, vers l’unité du savoir, un approfondissement de la tradition, sans geste de rupture, dans une vision éternitaire de la spéculation philosophique :

  • 82 Ibid., p. 175.

« Et de la sorte le rationalisme poursuivait sa marche en avant, purifiant le naturalisme, complétant le criticisme, sans rien abandonner des acquisitions déjà faites, sans rompre le développement historique de la “philosophia perennis”82. »

  • 83 Ibid., p. 176.

48Cette représentation d’un progrès continu de la Raison est contredite par la philosophie nouvelle, pensée de rupture qui déchire le cours de l’histoire de la philosophie en proposant un déplacement de point de vue radical. C’est ce geste de rupture, ce reniement de la tradition, qui est visé par Jacob. Le succès enregistré par le bergsonisme souligne l’échec – dont Jacob espère qu’il est seulement temporaire – du rationalisme dans sa tentative de renouvellement83.

49La « philosophie nouvelle » est donc clairement visée comme un « antirationalisme » dont les racines sont paradoxalement à rechercher dans les progrès de la raison. Jacob souligne ainsi le rôle des travaux de la philosophie d’hier qui ont préparé celle d’aujourd’hui, notamment ceux qui posent la notion de « contingence fondamentale » (référence transparente à Boutroux).

La philosophie nouvelle ou l’échec de l’explication

50Dans sa correspondance, Jacob fait de l’émancipation de l’impératif rationaliste de l’explication l’un des éléments fondamentaux de la rupture proposée par « la philosophie d’aujourd’hui » :

  • 84 Lettre de B. Jacob à X. Léon, du 21 mars 1898, ms. 362.

« Je la résume tout entière en une seule phrase qui, je crois, a été dite l’an dernier à l’agrégation par un de ses élèves : “tout expliquer, ce serait tout confondre”. Voilà une formule à laquelle je ne me résignerai jamais ; et je pense bien que je ne suis pas le seul à ne pas m’y résigner84. »

  • 85 B. Jacob « La philosophie d’hier… », op. cit., p. 188.

51La critique bergsonienne entend en effet dissoudre nombre de problèmes philosophiques classiques mal posés par la tradition. Elle appelle notamment à surmonter des oppositions factices entre criticistes et naturalistes. La conception d’une hétérogénéité interne libérée de l’espace et de la logique du nombre et la conception « dynamiste » de la vie psychologique invitent à répudier les abstractions illusoires du rationalisme. Le pouvoir législateur de l’entendement et le primat des idées claires et distinctes sont ainsi largement disqualifiés. Or, aux yeux de Jacob, ce geste de rupture repose sur une interprétation caricaturale et réductrice du rationalisme intellectualiste. Celui-ci peut fort bien faire place à une pensée du temps et du devenir : il n’est pas légitime de l’enfermer dans une représentation rigide et mécaniste de l’évolution. Jacob conteste donc l’idée selon laquelle l’intellectualisme méconnaîtrait le devenir ininterrompu et introduirait, par « son goût des idées claires », de la discontinuité là où il n’y a que du continu : « le véritable conceptualisme n’est pas statique mais dynamique85 ». Dans une lettre à son ami Mongin, Jacob éclaire ainsi son propos :

  • 86 Lettre du 26 décembre 1897 (B. Jacob, Lettres d’un philosophe, op. cit., p. 163).

« Deux notions surtout y [dans la philosophie de Bergson] jouent un grand rôle, celle du devenir et celle du continu, et j’ai essayé de montrer que Bergson en donne une interprétation inexacte86. »

52Le succès remporté par la philosophie nouvelle sur l’intellectualisme ne pouvait donc être qu’éphémère :

  • 87 B. Jacob « La philosophie d’hier… », op. cit., p. 187.

« l’intellectualisme subit une éclipse, mais une éclipse momentanée. “Les dieux s’en vont, disait un disciple de Hegel ; mais c’est pour revenir ; leur départ n’est qu’un départ apparent ; c’est une ruse de la raison”. Entendez par dieux les lois éternelles, les principes fixes et fermes auxquels se suspend toute pensée que n’éblouit pas le prestige du devenir : ces principes ne peuvent manquer de retrouver leur ascendant et leur autorité dans une civilisation que le goût des idées claires et distinctes a suscitée et fondée87. »

  • 88 Ibid., p. 181.
  • 89 Ibid., p. 200.
  • 90 Ibid., p. 201.
  • 91 F. Rauh, « La conscience du devenir », Rmm, 1897, p. 659-681, Rmm, 1898, p. 38-60.

53La revendication d’une fidélité au patrimoine cartésien est évidente. C’est la survie non pas d’un corps de doctrine qui est en cause mais celle d’une conception générale de la philosophie qui donne le primat à l’analyse, à la notion de loi et au pouvoir régulateur de l’entendement. La pensée bergsonienne mettant en question le principe d’explication (en un sens rationaliste), menace l’autonomie voire la légitimité de la philosophie et brouille les frontières de la discipline. Bergson, et ce n’est pas le moindre de ses défauts, tend à tirer la philosophie vers l’art, la littérature, lui arrachant son idéal « scientifique » d’intelligibilité. Si l’office de la philosophie est de « retrouver le sensible sous l’intelligible mensonger », il faut donc « retirer notre confiance aux Logiciens, que leurs abstractions obsèdent et aveuglent, pour écouter les littérateurs, les poètes, les romanciers dont les intuitions inattendues et profondes nous révèlent par moments notre véritable nature88 ». Mais en réalité, « M. Bergson se borne à constater la conscience sans l’expliquer89 ». Pire encore : le bergsonisme, en introduisant de « nouvelles obscurités », marque un recul par rapport à la « philosophie d’hier »90. L’année précédente, discutant la théorie bergsonienne de la durée dans son article sur la « conscience du devenir », Frédéric Rauh, pourtant si prompt, par ailleurs, à ferrailler avec l’intellectualisme de ses amis « abstracteurs », avait lui-même protesté contre la substitution, par Bergson, de la description à l’analyse, et défendait finalement les prérogatives d’une « conscience intellectuelle » placée en position de surplomb91.

La philosophie nouvelle : un « néo-matérialisme » ?

54Les rationalistes de la Rmm s’emploient à mettre en évidence l’échec du déplacement de point de vue proposé par Bergson, l’échec de la tentative de dépasser les antinomies posées par la tradition philosophique. L’effort du bergsonisme pour échapper aux couples antithétiques idée/réalité, esprit/matière, etc., serait vain. Les défenseurs de la « philosophie d’hier » retranscrivent la doctrine du philosophe de l’intuition dans le langage conceptuel de la philosophie classique, l’inscrivant dans les catégories philosophiques de la tradition : la position adverse s’en trouve clarifiée au risque de la simplification voire de la schématisation. C’est ainsi que le spiritualisme de la « philosophie nouvelle » est parfois assimilé à une forme nouvelle du « matérialisme ». En retombant dans les travers du matérialisme, figure de l’altérité philosophique radicale pour les rationalistes de la Rmm, Bergson signale ainsi son échec… La rupture philosophique ne serait donc que factice : Bergson ne parviendrait pas à s’émanciper des antinomies de la « philosophia perennis ». Cette retraduction de l’entreprise bergsonienne dans un cadre problématique auquel elle essayait d’échapper est transparente sous la plume de Jacob :

  • 92 B. Jacob, « La philosophie d’hier », op. cit., p. 177 (souligné par moi).

« C’est l’antique “matière” platonicienne et aristotélicienne, autrefois tant méprisée, qui se relève du discrédit qu’elle a longtemps subi, et qui monte au premier plan de la pensée, refoulant l’“idée” ou la forme intelligible dont chaque progrès philosophique semblait avoir marqué une victoire. Et c’est pourquoi, si la signification de certains termes n’avait pas été faussée par des associations d’idées non philosophiques, on appellerait justement la philosophie nouvelle : un néo-matérialisme92. »

  • 93 R. Ragghianti, op. cit., p. 231.
  • 94 1898, s.p.d., ms. 369. Cité par R. Ragghianti, op. cit., p. 230.

55Le Bergsonisme a beau se définir comme un spiritualisme nouveau, un « positivisme spiritualiste93 » prolongeant et développant certaines directions de la pensée de Ravaisson, de Maine de Biran et, dans une moindre mesure, de Boutroux, il échoue dans sa prétention à la nouveauté. Dans une lettre de 1898, Élie Halévy réunit ainsi étrangement dans une même critique Durkheim et Bergson, accusés de « ramener » la philosophie « au matérialisme de Victor Cousin94 ».

La philosophie nouvelle : « impressionnisme » et « mysticisme » ?

56Jacob rapportait le succès du bergsonisme à des tendances de fond de l’évolution culturelle et religieuse marquée par le rejet du scientisme desséchant, la crise du positivisme, l’aspiration à la libération de l’esprit du cadre étroit de la raison :

  • 95 B. Jacob, « La philosophie d’hier… », op. cit., p. 201.

« La génération précédente a vécu intellectuellement d’idées précises et parfois étroites ; la génération actuelle mesure le degré de vérité d’une conception au degré où elle s’éloigne de l’idéal scientifique et logique95. »

57Ce rejet s’est exprimé dans l’art, la littérature et dans la vie religieuse. Le bergsonisme fait ainsi écho au « mysticisme » dont le spectre hantait les animateurs de la Rmm dès sa fondation. Halévy observait lui-même, au printemps 1901, cette tendance. Il écrivait à son ami Bouglé, à propos de deux plumes « mystiques » de la Rmm :

  • 96 Lettre du 30 mars 1901, CH, p. 298.

« Je pense exactement comme toi au sujet de Le Roy - Wilbois. Les temps sont pour eux ; nous ne nous attendions nullement à cela quand nous fondâmes la Revue de Métaphysique. […] Les temps sont contre nous ; et je te prie de remarquer deux choses : 1° qu’en matière de frisson et d’enthousiasme, et de lyrisme, le rationalisme ne vaut pas le spiritualisme mystique, et que les cymbales de Bacchus feront toujours plus de bruit que les accents de la lyre d’Apollon. 2° que Le Roy et Wilbois ont un peu de génie, et que le seul parmi nous qui ait un peu de génie, c’est Chartier : or Chartier gâte son génie […]. La grande orgie mystique a commencé. La Revue de métaphysique vivra-t-elle assez pour permettre à la réaction de la raison de s’opérer dans ses colonnes96 ? »

58« Mysticisme »… Le terme, immédiatement péjoratif sous la plume du « vice-consul » de la Rmm, désigne un autre pôle de l’altérité intellectuelle. Il renvoie certes à une attitude philosophique définie comme le négatif de l’esprit scientifique, comme la croyance à une union intime de l’esprit avec l’absolu (la raison ne serait plus l’instrument privilégié de la connaissance et s’effacerait devant l’intuition, le sentiment, la volonté). Mais il pointe, dans le même temps, une attitude plus diffuse à la fois religieuse, littéraire et même idéologique manifestée par la bruyante renaissance des manifestations d’une religion populaire et sensible : multiplication des pèlerinages et dévotions, renouveau catholique dans le monde des lettres dont la conversion douloureuse de Huysmans ou l’œuvre naissante de Paul Claudel sont des signes. La charge philosophique est indissociable des inquiétudes idéologiques qui n’étonnent guère sous la plume d’intellectuels anticléricaux et laïques militants, proches, bien qu’avec distance critique, du radicalisme. Dans une lettre adressée à son ami Mongin, peu de temps avant la parution de son article, Jacob présente implicitement son intervention dans la controverse bergsonienne comme un moment de sa lutte contre le cléricalisme :

  • 97 B. Jacob, Lettres d’un philosophe, op. cit., p. 163. L’article paraît dans le contexte de l’affair (...)

« […] je mène toujours la même bataille contre le même ennemi. Mon article sur la philosophie de Bergson n’a peut-être été, au fond, qu’un épisode de cette bataille ; ce que j’ai attaqué dans le bergsonisme, c’est une façon de penser qui, en arrachant les bases de toute conception scientifique du monde, prépare et appelle toutes les réactions intellectuelles et sociales97. »

  • 98 B. Jacob, « La philosophie d’hier… », op. cit., p. 201.
  • 99 F. Rauh, « La conscience du devenir », Rmm, 1897, p. 659-681 ; 1898, p. 38-60. Rapprochement évoqu (...)

59L’œuvre de Bergson fait également écho, selon Jacob, à une conception « impressionniste » de l’art et à « une littérature qui, de l’aveu d’un jeune écrivain, considère comme un indice de sénilité le goût des vérités éternelles et qui, par parti pris, ne s’attache qu’aux “fuyances” de la pensée98 ». Cette idée avait déjà été formulée dans les pages de la Rmm par Rauh qui venait de rapprocher Bergson de Verlaine et de Debussy99. Pour Jacob, c’est bien la correspondance intime avec les sensibilités du temps qui confère à la philosophie de Bergson sa dangerosité :

  • 100 B. Jacob « La philosophie d’hier… », op. cit., p. 201.

« La philosophie de M. Bergson est donc bien de ce temps ; elle vient à son heure dans la dialectique sociale, et l’on pourrait, semble-t-il, la définir sans injustice comme l’expression métaphysique des deux principales formes de notre “inquiétude”, le mysticisme et l’impressionnisme100. »

60Cette actualité de la pensée bergsonienne ne confère à son auteur aucune légitimité du point de vue rationaliste. La force de la pensée philosophique ne réside-t-elle pas dans sa capacité à se placer hors du temps, à résister à la force d’attraction des représentations dominantes ou de ce qu’il faut bien considérer, avec une nuance de condescendance, comme des « modes » ? Si l’on peut reconnaître à la « philosophie nouvelle » le mérite d’exprimer les interrogations de la conscience contemporaine, elle n’offre pas pour autant un système d’explication véritablement capable de faire progresser la connaissance et de rapprocher de la vérité.

Philosophie nouvelle et intellectualisme : une controverse interne à la Revue de métaphysique et de morale et à la Société française de philosophie

  • 101 Lettre à É. Halévy citée dans T. Leterre, La raison politique, Alain et la démocratie, Paris, PUF, (...)

61La Rmm a nourri en son sein l’un des plus brillants disciples de Bergson : Édouard Le Roy. Émile Chartier n’hésita pas à parler à son propos de la « tragédie le Roy101 » tant l’entrée en bergsonisme de cette plume prometteuse pouvait être interprétée comme un échec pour la Rmm. Dès l’été 1899, Couturat ne cachait pas un scepticisme teinté de dépit à la lecture de « Science et philosophie », article majeur dans lequel Le Roy se faisait l’interprète sympathique de Bergson :

  • 102 Lettre à X. Léon du 15 août 1899, ms. 360. Cet article fleuve parut entre 1899 et 1900, en trois l (...)

« je crois qu’il fait absolument fausse route en se faisant le commentateur (ingénieux et habile d’ailleurs) de Bergson, au lieu de cultiver la philosophie des Sciences à laquelle il est tout préparé […]. J’ai été tenté d’écrire à Le Roy pour lui crier amicalement : casse-cou ! Mais ce serait inutile ; quand les gens sont férus d’une turlutaine pareille…
Mais je t’autorise et t’engage même à lui faire part de mes inquiétudes et de mes conseils : il perd son temps et gâche son esprit, qui est excellent102. »

  • 103 F. Azouvi a sans doute raison d’écrire que Le Roy est allé « plus vite » et « plus loin » que son (...)

62Le Roy fut le protagoniste principal de la controverse sur le bergsonisme dans les pages de la Revue et lors des séances de la Société française de philosophie. En radicalisant très tôt l’opposition entre « philosophie nouvelle » et tradition philosophique, il a en quelque sorte devancé l’évolution même du bergsonisme, dévoilant plus nettement peut-être que Bergson sa dimension anticartésienne et ses virtualités religieuses et mystiques103. Dès 1901, il explicitait ainsi, dans les pages de la Rmm, les fondements bergsoniens d’une nouvelle apologétique catholique.

Le bergsonisme de Le Roy au centre de la controverse (1899-1901)

  • 104 Le premier article de Le Roy, co-écrit avec un de ses condisciples de l’École normale supérieure ( (...)
  • 105 Suite au premier article publié en 1894, X. Léon souhaitait faire travailler Le Roy sur la Physiqu (...)

63La Rmm avait placé très tôt de grands espoirs en ce jeune normalien de la section sciences dont la collaboration commença avant même son succès à l’agrégation de mathématiques en 1895104. Son aptitude à la haute spéculation philosophique jointe à une formation scientifique solide faisait de lui une recrue de qualité105. Mais Le Roy s’orienta rapidement vers la philosophie et, après avoir enseigné les mathématiques, il allait assurer la suppléance de Bergson au Collège de France en 1914.

  • 106 Cité par P. Soulez, op. cit., p. 98. Sur ce point, Le Roy est très en avance, comme le dit P. Soul (...)
  • 107 L. Couturat, « Contre le nominalisme de M. Le Roy », Rmm, 1900, p. 87-93, cf. Soulez, op. cit., p. (...)

64Dans « Science et philosophie », il mettait en évidence la « confluence » de deux courants philosophiques dont la « fusion » donnait naissance, au tournant du siècle, à ce qu’il appelait la « nouvelle philosophie ». Le premier de ces courants, à la fois « psychologique et métaphysique », menait de Ravaisson à Bergson. Le second était celui de la critique des sciences, de Boutroux à Milhaud et Poincaré. Bien davantage qu’une simple doctrine, la « nouvelle philosophie » devait donner la direction future, et pour ainsi dire nécessaire, de l’ensemble des études philosophiques. La troisième partie de l’article défendait déjà la conception d’une philosophie reposant sur l’intuition, « faculté de vivre les choses et de descendre en elles par sympathie familière106 ». Avant même que ne parût le dernier volet de l’article, Couturat lançait la première réplique, reprochant à Le Roy un enthousiasme excessif pour Bergson et un trop grand crédit accordé à la « nouveauté107 ».

  • 108 Étaient présents : Belot, Bergson, Bernès, Brunschvicg, Buisson, Couturat, Delbos, Dunan, Hadamard (...)

65La philosophie nouvelle fut à l’honneur dès les premières réunions de la Société, ce qui témoigne de sa centralité : les deux premières séances de l’année 1901 furent consacrées à la discussion des thèses de Le Roy et la troisième au mémoire de Bergson sur « le parallélisme psycho-physique et la métaphysique positive ». Le 28 février, Le Roy défendit un mémoire sur « un positivisme nouveau » publié dans le numéro de janvier de la Rmm. Les discussions ne furent malheureusement pas résumées dans le Bulletin108. La régulation de la controverse était encore balbutiante et les propos échangés un peu vifs : l’insatisfaction des différents protagonistes de la séance explique peut-être que la trace des discussions ait disparu, le débat étant renvoyé aux pages de la Rmm.

66Le thème de la deuxième séance (« De la valeur objective des lois physiques ») avait été plus étroitement circonscrit pour éviter l’échec relatif de la première réunion : maintenu dans le cadre de la critique des sciences, laissant de côté la critique du sens commun et les recherches de métaphysique pure, le propos était resserré pour donner prise à une controverse réglée autorisant la discussion d’objections sur des points précis, en un temps limité. Couturat était chargé de donner la réplique à Le Roy et la discussion qui suivit fut animée par les interventions de Rauh et de Darlu alors que Bergson restait muet (à moins que ses interventions n’aient pas été reproduites).

  • 109 « De la valeur objective des lois physiques », séance du 28 mars 1901, BSFP, 1901, p. 8.
  • 110 Lettre du 30 mars 1901, CH, p. 298-299.

67Couturat rejetait le nominalisme de la nouvelle critique des sciences selon laquelle les lois de la science ne seraient que définitions, principes arbitraires et conventionnels. Il refusait la réduction de la science rationnelle à « un jeu purement formel d’écritures sans signification intrinsèque109 ». Derrière la discussion sur la valeur de la science, c’est la défense de l’intellectualisme rationaliste qui était en jeu. Dans une lettre adressée à Bouglé, Halévy déplorait la faiblesse de la défense de Couturat qui avait « discuté maladroitement et courtement, en scientifique110 » et réaffirmait la légitimité du point de vue rationaliste contre l’affirmation de la contingence de la science :

  • 111 Ibid., p. 298.

« La loi de Mariotte et le principe de l’attraction universelle auront beau impliquer des corrections, il reste – et l’ignorance, procédé d’abstraction spontané, nous permet de le voir plus clairement peut-être qu’eux – que le produit de deux facteurs ne change pas quand on intervertit l’ordre des facteurs, et qu’un triangle inscrit dans une demi-circonférence est un triangle rectangle : ce sont des cas d’intuition rationnelle où l’on ne saurait parler de définitions arbitraires ni de réussite empirique. Or quand même tout le reste serait plongé dans le chaos, ce peu de chose devrait nous suffire à croire, comme Pythagore et comme Platon, qu’il y a de l’absolu dans les formes de la pensée, et que le mot progrès ne présente aucun sens, si l’esprit ne considère pas qu’à chaque pas qu’il opère quelque chose a été acquis qui subsiste à l’instant suivant111. »

  • 112 Séance du 2 mai 1901, BSFP, 1901, p. 44.
  • 113 Cette critique radicale du parallélisme fut un des éléments fondamentaux de divergence avec Darlu. (...)

68Lorsque, quelques semaines plus tard, Bergson défendit ses thèses sur « le parallélisme psychophysique et la métaphysique positive », il intervenait sur une scène philosophique dont le décor avait très largement planté par Le Roy. Le cadre de la controverse dont l’auteur de Matière et mémoire était le centre avait été essentiellement défini par les articles et les interventions de son « disciple ». Tout en reconnaissant l’existence d’une relation entre le « fait psychologique » et « l’activité cérébrale112 », Bergson rejetait catégoriquement la thèse du parallélisme ainsi que l’alternative simpliste entre « dualisme » et « monisme »113.

69La discussion lui donnait une nouvelle occasion de souligner son opposition à une conception très « mathématique » de la philosophie, friande de distinctions nettes, attachée à une simplicité factice, à une clarté analytique reposant sur des abstractions artificielles :

  • 114 BSFP, 1901, p. 48.

« On ne gagne rien à constater que deux concepts tels que ceux d’esprit et de matière sont extérieurs l’un à l’autre. On pourra faire, au contraire, des découvertes importantes si l’on se place au point où deux concepts se touchent, à leur frontière commune, pour étudier la forme et la nature du contact114. »

70La séance permit de revenir sur certaines propositions de Matière et mémoire et, derrière l’intitulé technique de la séance, c’est une conception générale du « philosopher » qui trouvait là l’occasion de se confronter aux représentants de la tradition rationaliste. Bergson se posait en fondateur d’une nouvelle métaphysique « empirique » opposée à une dialectique abstraite :

  • 115 Ibid, p. 47-55.

« Nous voulons substituer à l’ancien jeu des écoles, où chacun développait jusqu’au bout une conception abstraite pour venir ensuite l’opposer à la conception contraire, une philosophie large, ouverte à tous, progressive, où les opinions s’éprouveront elles-mêmes, se corrigeront les unes les autres et, je l’espère, finiront par s’accorder entre elles au contact d’une seule et même expérience. […] La méthode que je propose ne consiste pas à extraire de la réalité un concept simple (à plus forte raison un concept négatif comme celui de non-parallélisme), pour le soumettre ensuite à un travail dialectique. Cette méthode exige au contraire un contact ininterrompu avec la réalité. Elle consiste à suivre le réel dans toutes ses sinuosités. […] Elle aspire à constituer la métaphysique en science aussi certaine et aussi universellement reconnue que les autres. Elle doit arriver à serrer de si près l’insertion de la pensée dans la vie que la signification de la vie apparaîtra clairement et indiscutablement à toutes les intelligences115. »

  • 116 É. Le Roy, « Sur quelques objections adressées à la philosophie nouvelle », Rmm, 1901, p. 292-327 (...)
  • 117 « Science et philosophie », op. cit., « La science positive et les philosophies de la liberté », B (...)

71Bergson était ainsi amené par la logique de la controverse à préciser sa métaphysique comme un « positivisme spiritualiste » anticartésien. Parallèlement, dans les pages de la Rmm, c’est Le Roy qui portait le fer. Dans les numéros de mai et juillet 1901, il mettait en scène la controverse interne à la Rmm et de la Société116 : le texte reprenait des réflexions élaborées dans des articles ou énoncées au Congrès international de 1900117 mais répondait surtout aux objections à « son positivisme nouveau » formulées lors de la première séance de la Société (et développées par Brunschvicg dans un article sur « la philosophie nouvelle et l’intellectualisme »).

  • 118 É. Le Roy, « Sur quelques objections… », op. cit., p. 292-293.

72La « nouvelle philosophie » n’est pas aux yeux de Le Roy une « doctrine » particulière mais une conception générale de la philosophie, une « méthode », un « nouvelle attitude et une discipline » au service de la spéculation métaphysique118. Définition élargie qui aggrave la menace qu’elle fait peser sur l’intellectualisme : l’enjeu de la controverse est la définition légitime de l’acte de philosopher, l’avenir même de la philosophie comme mode de pensée et comme discipline. La nouvelle philosophie est appelée à accomplir une tâche d’unification qu’elle seule est capable de mener à bien. Le Roy reprend en somme, au profit du bergsonisme, le thème de la défense des prérogatives de la philosophie comme discipline autonome et unificatrice, alimenté par la Rmm depuis 1893 : la nouvelle philosophie ouvre la seule voie à ce rétablissement de la discipline dans une position d’éminence, de surplomb, par rapport aux sciences :

  • 119 Ibid., p. 294.

« Peut-être est-ce l’ouverture d’une ère où la philosophie, prenant décidément le rôle qui lui appartient en effet, cessera de se poser comme une spécialité distincte pour affirmer au contraire son droit d’universelle juridiction ? […] Mais pourquoi ai-je appelé “nouvelle” cette philosophie ? Plutôt qu’une philosophie particulière, n’est-ce pas la philosophie elle-même, saisie dans son essence originale et distinguée nettement des autres disciplines qu’elle informe sans les limiter119 ? »

73Il s’agit de fonder la légitimité de la philosophie nouvelle en récusant au passage l’accusation de rupture avec la tradition philosophique. On peut évidemment y voir une réponse à l’article publié par Jacob trois ans plus tôt et à la prétention des rationalistes dogmatiques d’incarner la défense de la « philosophia perennis ». Le Roy revendique en effet l’inscription de la « philosophie nouvelle » dans le continuum de l’histoire de la philosophie :

  • 120 Ibid., p. 294-295.

« N’a-t-elle pas pour elle, en dépit des apparences, toute la tradition authentique ? Plus ou moins claire, plus ou moins consciente, l’idée qu’elle se fait de sa nature et de sa mission se retrouve chez tous les penseurs : perennis philosophia. […] Voilà peut-être de quoi rassurer ceux qui ne voyaient en elle qu’une tentative de destruction révolutionnaire, une bataille livrée à l’intelligence par des esthètes anarchistes ou par des prôneurs de je ne sais quel fidéisme aveugle. La philosophie nouvelle a toujours existé : tel est le fait réel120. »

74Le Roy va plus loin encore dans la provocation en faisant de la philosophie nouvelle la seule issue possible pour un rationalisme en crise en tant qu’elle fonde ce « positivisme nouveau » qu’évoquait l’auteur dans son précédent mémoire, un positivisme spiritualiste :

  • 121 Ibid., p. 295.

« [la nouvelle philosophie] ouvre enfin la seule voie dans laquelle le criticisme du XIXe siècle se puisse engager sans conclure à la faillite de la raison, elle échappe au scepticisme imminent, par la fondation d’un positivisme nouveau, le positivisme de l’esprit121. »

  • 122 L. Brunschvicg, « La philosophie nouvelle et l’intellectualisme », Rmm, 1901, p. 433-434.
  • 123 Ibid., p. 434.

75Brunschvicg n’hésite pas à parler de « polémique » pour caractériser cette controverse dans laquelle les défenseurs de l’intellectualisme sont présentés de manière fallacieuse, comme « une sorte de monstre, qui au fur et à mesure des besoins de la polémique et pour la commodité du discours se grossit de toutes les erreurs, de tous les préjugés, de toutes les contradictions qu’il est possible à un auteur ingénieux de discerner dans l’histoire de la science et dans l’histoire de la philosophie122 ». C’est au nom même de la Rmm, en tant qu’elle se pose en régulatrice critique de la philosophie comme discipline, que Brunschvicg réplique. La défense du « droit à la vie spirituelle de la pensée claire et de la pensée pure, de celle qui n’est pas engagée ni dans les compromis de l’action ni dans les souvenirs du dogme123 » n’est pas la défense d’une doctrine particulière mais une défense de la philosophie dans son ensemble :

  • 124 Ibid.

« Ce droit, nous croyons qu’il est nécessaire de le défendre dans cette Revue même, non pas que nous ayons jamais cherché ou seulement souhaité je ne sais quelle unité doctrinale, qui suffirait pour arrêter net le progrès de la spéculation philosophique, mais parce que ce progrès n’est possible qu’à certaines conditions de discipline intellectuelle, il suppose certains principes de méthode ; nous nous demandons si l’effort pour organiser une méthode commune ne serait pas paralysé au cas où les notions fondamentales devraient demeurer dans le jour équivoque où les a transposées la dialectique de la philosophie nouvelle124. »

  • 125 Bouglé doutait de la capacité de la philosophie nouvelle à réaliser cette capitalisation : « Bergs (...)

76Cette citation met en évidence le point de contact entre la dimension strictement spéculative du travail philosophique et sa dimension institutionnelle. Elle souligne en creux que le travail d’organisation de la communication philosophique pris en charge par les fondateurs de la Rmm est inséparable de leur rationalisme intellectualiste. La conception du « progrès » philosophique, telle qu’elle affleure ici, enveloppe l’exigence d’une capitalisation progressive du savoir, de résultats cumulables, comparable à ceux des sciences exactes125. L’offensive anticartésienne contre les idées claires, contre la rigidité du concept qui introduirait de la discontinuité et de la fixité là où il n’y aurait que continu et mouvement, ne met-elle pas en question l’exigence d’organisation de la discipline et la recherche d’une communauté minimale de méthode ?

  • 126 L. Brunschvicg, « La philosophie nouvelle… », op. cit., p. 436.
  • 127 Ibid., p. 437.

77La philosophie nouvelle et l’intellectualisme de la fin du XIXe siècle participent conjointement à la critique de deux directions de la réflexion philosophique condamnées à la stérilité : d’un côté le formalisme logique extrême (reposant sur l’application du principe de contradiction et sur « le principe analytique régulateur »), de l’autre, les excès de l’empirisme et du positivisme qui conduisent à « identifier la réalité avec le fait observé126 ». Aux yeux de Brunschvicg, l’intellectualisme n’est donc pas condamné à l’enfermement dans une alternative réductrice : il se fraye un chemin entre le « positivisme ancien » et « l’idéalisme absolu », dans la fidélité à la tradition rationaliste, vers « l’intelligence véritable de la philosophie127 ». La légitimité de la philosophie nouvelle ne saurait donc être « exclusive » de cette direction de pensée.

  • 128 Ibid., p. 443.

78En opposant au positivisme spiritualiste le spiritualisme intellectualiste, Brunschvicg s’attaque à deux fondements, à ses yeux, de la philosophie nouvelle : la « subordination de l’intelligible à l’obscur » et le « primat de l’action128 ». Le Roy avait en effet conclu sa réponse aux objections sur ces mots :

  • 129 É. Le Roy, « Sur quelques objections… », op. cit., p. 432

« … si l’on saisit les choses par l’action mieux que par l’intelligence pure, c’est qu’elles sont moins en effet des produits de notre intelligence que des produits de notre action, qu’elles contiennent en effet moins de clarté discursive que d’énergie obscure, moins de lumière que de vie129. »

79Brunschvicg conteste la capacité de la philosophie nouvelle à saisir cette continuité dont Bergson et Le Roy soutiennent qu’elle échappe nécessairement à la pensée géométrique et « spatiale ». Elle ne serait qu’une vaine promesse, un mot d’ordre, une « introduction » qui n’aboutirait pas à des résultats tangibles :

  • 130 L. Brunschvicg, « La philosophie nouvelle… », op. cit., p. 448.

« il se trouve que perpétuellement la philosophie nouvelle manque la continuité, qui demeure pour elle fictive et imaginaire, et se heurte à la discontinuité, comme à la seule réalité qui lui soit possible de saisir effectivement130. »

80Brunschvicg réaffirme les prérogatives de la raison, de l’intelligence, refusant de dissoudre la connaissance dans l’action. La subordination du clair à l’obscur, dans la mesure où elle fait dépendre l’intelligence réflexive d’autre chose qu’elle-même, conduit nécessairement à l’intervention d’une puissance extérieure :

  • 131 Ibid., p. 474.

« … ce que l’intellectualisme ne saurait admettre, c’est que par le fait même de son progrès l’esprit devienne inintelligible à lui-même, que la propriété originale de la réflexion sur soi ne serve qu’à dégrader l’activité interne, de telle sorte qu’il y aurait à l’origine de l’intelligence “autre chose que l’intelligence” et que la source de la logique serait nécessairement supralogique. Une telle discontinuité dans la vie mentale apparaît à l’intellectualisme comme la négation de l’esprit, qui est synthèse immanente, unité131. »

81L’article de Brunschvicg se fonde « sur une critique de la vie esthétique » dont le propos central est un plaidoyer pour la méthode rationnelle contre l’intuition. La méthode intuitive doit être subordonnée à la méthode rationnelle :

  • 132 Ibid., p. 453-454.

« Pour nous, il n’y a pas à choisir entre l’intuition d’ordre esthétique et l’intelligence claire de la science. La première n’est possible que par la seconde. L’intuition confuse, chronologiquement, pourra paraître anticiper sur le résultat de la synthèse intelligible, mais il reste que l’intuition postule la synthèse. […] La philosophie nouvelle, fille de l’intellectualisme, alors même qu’elle se retourne contre lui et qu’elle croit le dépasser, ne cesse pas de la sous-entendre et ne cesse pas d’en bénéficier132. »

  • 133 Alors que Le Roy s’apprêtait à écrire un article pour la Revue des deux mondes et que les éditeurs (...)
  • 134 Rmm, 1903, p. 1-36.

82Cette controverse de 1901 a grandement contribué à faire connaître les travaux de Le Roy133. Bergson n’en fut finalement qu’un acteur indirect, presque de second plan, alors que sa philosophie en constituait le fond. Il fallut attendre 1903 et sa célèbre « Introduction à la métaphysique » pour le voir entrer en scène dans la Revue134, et de quelle façon…

Rebonds de la controverse en 1903 : « l’Introduction à la métaphysique » et le débat sur « la notion de liberté morale »

  • 135 Ibid., p. 29.

83L’article, placé en tête du numéro de janvier, dépouillé de toute technicité inutile, est un manifeste capable de toucher un lectorat plus large que l’éventail des lecteurs réguliers de la Rmm. On chercherait en vain une attaque ad hominem explicite ou un accent polémique dans ce texte programmatique qui oppose plus nettement que jamais l’intuition à l’analyse. Si Bergson se dispense de tout renvoi aux discussions de 1901 et de toute référence à ses adversaires, son article n’en est pas moins une attaque frontale de l’intellectualisme. Le choix du titre du texte s’inscrit dans le programme de rénovation de la métaphysique fixé par les fondateurs de la Rmm, mais c’est pour ouvrir une toute autre voie que celle qu’ils entendaient tracer : les seuls collaborateurs de la Revue dont le nom est cité au détour d’une note sont des sectateurs la philosophie nouvelle : Wilbois et Le Roy135

  • 136 « La notion de liberté morale », séance du 26 février 1903, BSFP, 1903, p. 95-124.
  • 137 Ibid.

84Quelques semaines plus tard, Bergson fut un des protagonistes (par voie épistolaire) de la séance de la Société française de philosophie consacrée à la « notion de liberté morale ». Le bataillon intellectualiste était aux prises avec la « philosophie nouvelle » et avec la psychologie de la croyance défendue par Rauh136. C’était l’occasion, pour Brunschvicg, auteur de la communication, d’une nouvelle profession de foi rationaliste : la liberté morale ne pouvait être fondée que sur l’activité législatrice de la raison. Le point de départ du problème de la liberté morale était le « sentiment profond que nous avons de notre vie intérieure, le sentiment que nous pensons, que nous agissons avec la totalité de notre être137 ». Il fallait se placer au cœur de cette expérience intérieure de l’unité de l’esprit pour saisir la liberté morale. Brunschvicg articule trois thèses :

  • 138 Ibid., p. 95.

851°) le refus de confondre liberté morale et « contingence pure », contingence absolutisée, sous peine de dissoudre la moralité elle-même puisque l’acte « serait en dehors de toute qualification et au-dessus de toute appréciation »138 (la notion de liberté morale ne peut donc pas être tirée de la simple négation du déterminisme).

862°) contre les « morales du sentiment », le refus rationaliste de séparer, d’un côté l’intelligence, de l’autre le « sentiment » et la « volonté » :

  • 139 Ibid., p. 96.

« Le sentiment de la responsabilité ne croît-il pas avec la conscience claire des raisons qui nous ont déterminés, et le progrès intime d’un être ne se mesure-t-il pas à la lumière qu’il réussit à porter jusqu’aux racines profondes de sa volonté139 ? »

  • 140 Ibid., p. 98.

87L’idée d’une liberté immédiate « transcendante par rapport à l’intelligence »140 ne peut satisfaire l’exigence de l’unité de l’esprit. L’intelligence ne saurait être subordonnée au sentiment ou à la volonté pris comme absolus.

  • 141 Ibid., p. 96.
  • 142 Ibid., p. 100.

883°) L’affirmation que liberté morale est d’origine spirituelle : elle doit être conçue comme une « conversion » intérieure résultant du travail réflexif de la raison qui permet à l’homme de ramener « le déterminisme de ses actes à la conscience d’un système rationnel141 ». La conscience réfléchie des motifs qui nous déterminent nous « transforme » et, partant, peut transformer notre conduite morale : « Sans cette expérience du progrès que l’être accomplit, il n’y a pas de notion positive de la liberté142. »

  • 143 Sur le thème de la controverse, voir B. Saint-Sernin, « L’idée de conversion intellectuelle selon (...)
  • 144 « La notion de liberté morale », op. cit, p. 98.
  • 145 Ibid, p. 109.

89La communication témoigne d’une communauté problématique et d’une évidente convergence sur le thème de la conversion à l’intériorité avec les tenants de la « philosophie nouvelle143 ». Mais elle pointe ceux-ci comme des adversaires suspectés de « mysticisme » car défendant l’idée « d’une liberté mystérieuse, et mystérieuse par là même qu’elle est la vie144 » : Le Roy se sentit légitimement visé145.

  • 146 Ibid., p. 103.

90La lettre de Bergson rejetait la première thèse de Brunschvicg : si il y a, en effet, davantage dans l’affirmation de la liberté que dans la simple négation du déterminisme, cette négation est cependant nécessaire à l’affirmation de la liberté. La contingence physique doit être vue comme affirmation et non comme simple négation : elle est déjà une victoire de la liberté sur le déterminisme. La liberté est la causalité psychologique à condition que celle-ci ne soit pas comprise sur le modèle de la causalité physique. Dans le droit fil de son « Introduction à la métaphysique », Bergson souligne l’impuissance de l’analyse à rendre compte de l’acte libre et créateur, car elle est un point de vue pris par la conscience de l’extérieur, or il n’est pas possible de « constituer une réalité une avec une multitude de vues prises du dehors sur elle »146. L’intuition seule permet donc de saisir la liberté morale :

  • 147 Ibid.

« […] je dirai que c’est dans le « plan » de l’intuition qu’il faut chercher la liberté, et qu’en dehors de ce plan on sera dans la région de l’analyse, laquelle ne pourra jamais présenter sous le nom de liberté qu’une nécessité plus ou moins déguisée[…] J’oppose la liberté à la nécessité non pas comme le sentiment ou la volonté à l’intelligence, mais comme l’intuition à l’analyse, comme l’unité réelle, vécue et perçue du dedans, à la multiplicité des vues qu’on peut prendre sur elle, comme “l’immédiatement saisi” par la conscience au médiatement et plus ou moins symboliquement représenté147. »

  • 148 Ibid., p. 109.
  • 149 Ibid., p. 111.

91À son tour, Le Roy montrait que la critique des sciences et la théorie de la contingence permettaient de poser le problème de la liberté morale non par une définition négative, mais par une « affirmation positive ». Les lois de la nature sont contingentes « parce qu’on aurait pu les établir autrement qu’on ne l’a fait, parce qu’elles sont l’œuvre de la liberté humaine148 ». La science même postule la liberté de l’esprit, il ne faut donc pas envisager la contingence en la réifiant, comme l’existence de « trous dans le tissu des lois »149 qui permettrait une définition seulement négative de la liberté : il y a davantage dans la contingence que l’affirmation de l’indétermination.

92La réponse à la deuxième thèse de Brunschvicg pose le problème de la relation entre « action » et « intelligence », central dans la controverse entre « intellectualistes » et défenseurs de la « philosophie nouvelle ». Le Roy rejette l’accusation d’un « morcellement des facultés » qui conduirait à dissocier action et intelligence ; l’unité de l’esprit se faisant autour de l’idée d’action, l’intelligence « est immanente » à l’action :

  • 150 Ibid.

« L’action telle que je la conçois, n’est pas aveugle, obscure, hétérogène à la pensée, indépendante de l’intelligence. L’action pour moi, c’est la vie totale de l’esprit dans sa richesse concrète, vie qui implique évidemment tout le spectre rationnel – entendement, raison pure, pensée créatrice – mais qui le déborde aussi150. »

  • 151 Ibid.
  • 152 Ibid., p. 112.

93La philosophie de l’action enveloppe cependant une critique de « l’intellectualisme rigide uniquement attentif au corps de la raison ou de la pensée » qui n’offre qu’une conception réductrice de la vie intérieure, incapable de rendre compte de la liberté151. Celle-ci ne peut être saisie que « par l’effort même de la libération » : dans tous les domaines, celui de savoir et celui de l’action, « la liberté c’est l’invention152 ». Il faut donc renverser la position classique du problème : la liberté ne doit pas être pensée sur fond de nécessité mais comme réalité première.

94Fort du soutien de Couturat et de Darlu, Brunschvicg réaffirme dans la discussion les prérogatives de la raison, définissant l’esprit comme « puissance de législation » :

  • 153 Ibid., p. 113.

« Et voilà pourquoi pour ma part je m’adresse à la raison afin de m’assurer de la réalité de la liberté, et pourquoi aussi la contingence m’apparaît comme une négation de la liberté morale, étant une limite à la législation de la raison, un échec à l’esprit153. »

95Cette controverse sur la « philosophie nouvelle » qui ouvre le siècle met donc en évidence l’articulation étroite de la Rmm et de la Société française de philosophie et souligne à quel point l’élaboration de la philosophie de Brunschvicg et l’approfondissement de la pensée de Bergson et de Le Roy s’inscrivent dans une matrice problématique commune. La période ouverte par la parution de L’Évolution créatrice, en 1907, est l’autre temps fort de la régulation de la controverse sur le bergsonisme.

De L’Évolution créatrice (1907) à l’Académie française (1914) : la controverse au temps des succès mondains du bergsonisme

96Entre 1907 et 1914, au moment où le rayonnement de Bergson atteint son apogée en France, la Rmm se montre mesurée dans la critique même si elle publie en 1907 une violente attaque d’Émile Borel suite à la publication de L’Évolution créatrice. Xavier Léon, dans sa fonction de « barnum » philosophique, a le souci constant de maintenir des relations étroites avec le philosophe de l’intuition, principal représentant de la pensée française à l’étranger. Si la délégation française au Congrès de Bologne de 1911 a fière allure, c’est surtout grâce à la présence de Bergson dont Léon avait déploré l’absence au précédent Congrès. Le directeur de la Rmm se félicitait d’avoir activement contribué à sa venue :

  • 154 Lettre à É. Halévy, du 31 mars 1911, ms. 368.

« […] le seul pays qui arrive en bon ordre c’est la France et je crois y être pour quelque chose. L’absence de Bergson eut, de l’aveu d’Enriques, été un véritable désastre et le Congrès aurait sombré tout entier. Je suis heureux d’avoir paré le coup154. »

97Les rationalistes de la Rmm ont pris acte de la célébrité de l’auteur de L’Évolution créatrice et de son influence. Mais, inquiet de son succès grandissant hors des limites du champ philosophique, ils ont participé à la régulation de la réception de ses œuvres, à la critique du transfert des « philosophèmes » bergsoniens dans le champ culturel et politique au moment où les enjeux idéologiques de la controverse sur le bergsonisme apparaissent de façon plus manifeste.

La réception critique de LÉvolution créatrice

  • 155 Il réservait cependant son jugement jusqu’à lecture complète du livre (Lettre de X. Léon à É. Halé (...)
  • 156 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 27 octobre 1907, ms. 386.

98À peine entré dans la lecture de L’Évolution créatrice, Darlu, aux dires de Léon, trouvait l’ouvrage de « pure fantaisie155 ». Dans les pages de la Rmm, le livre fut l’objet de critiques tantôt directes, tantôt plus obliques. À en croire Xavier Léon, Bergson était « très content » de l’étude rédigée par Weber et disposé à discuter ses objections lors d’une séance de la Société156. Il est vrai que la conclusion de l’article contrastait fortement avec le jugement sévère porté par l’auteur quelques mois plus tôt dans le clos des correspondances (cf. supra), jugement qui réduisait presque le succès du bergsonisme à un simple phénomène de mode. Dans la Rmm, Weber souligne l’apport philosophique incontestable de Bergson, l’inscrivant en bonne place dans l’histoire de la philosophie contemporaine :

  • 157 L. Weber, « L’Évolution créatrice », op. cit., p. 670.

« … on doit reconnaître que l’idée de la philosophie, comme d’une connaissance parfaite, intuition directe de la réalité, transcendante par rapport à la connaissance strictement scientifique, s’est fait jour à travers plus d’un système et qu’elle a été défendue par de très hauts esprits. Dans la philosophie française, notamment, et depuis Descartes, cette orientation s’est nettement dessinée et la voie qu’elle indiquait a été jalonnée par un Malebranche, un Maine de Biran, un Ravaisson. Avec M. Bergson, la route est désormais creusée dans le roc. Même aux yeux de ceux qui refuseraient d’y voir le sillon de l’avenir, l’effort qu’elle traduit apparaîtra comme une conquête durable de la pensée d’aujourd’hui157. »

  • 158 Ibid.
  • 159 Ibid., p. 658.
  • 160 Ibid., p. 659.
  • 161 Ibid., p. 670.

99Que conclure de la différence de tonalité entre la correspondance et l’article publié ? La rédaction de l’étude permit sans doute à Weber d’amender son jugement mais la relative douceur critique s’explique peut-être également par une prudence toute diplomatique. La posture est défensive : Weber développe les « objections qu’une première lecture de L’Évolution créatrice provoquera sans doute chez les esprits formés à l’école de l’intellectualisme et de la science du siècle dernier158 ». Pour lui, la contradiction entre le « géométrique » et le « vital » est une hypothèse purement métaphysique qui ne trouve aucune confirmation dans l’expérience159. D’autre part, le double rejet bergsonien des explications mécaniste et finaliste de la biologie ne tient pas : la biologie ne peut se passer du raisonnement finaliste et Bergson ne parvient pas lui-même à l’écarter tout à fait, quoiqu’il en dise160. C’est la critique du caractère prétendument réducteur et de l’impuissance d’une philosophie fondée sur l’intelligence scientifique, conceptuelle et géométrique qui est visée. Selon Bergson, l’intellectualisme serait impuissant à offrir une véritable saisie du réel, à comprendre la vie, parce qu’il est une connaissance « intéressée » (« l’intellectualisme utilitaire » conçu comme simple dérivation de la science en tant qu’elle n’est pas une recherche désintéressée du vrai mais une création de la vie pour maîtriser et utiliser la matière). Weber fait front en critiquant la prétention de l’intuition bergsonienne à donner un accès à une connaissance directe du réel et, au terme d’une longue démonstration, il croit pouvoir conclure que la conception bergsonienne de la vie et de la durée « ne porte pas atteinte […] à l’idéalisme intellectualiste, vers lequel il semble que d’autres courants de la philosophie contemporaine acheminent la réflexion161 ».

  • 162 E. Borel, « L’évolution de l’intelligence géométrique », Rmm, 1907 p. 747-754.
  • 163 P. Soulez et F. Worms insistent sur ce passage de la controverse à la polémique, sur la dégradatio (...)
  • 164 Ibid., p. 123-127.

100L’étude de Weber était restée dans les limites de la controverse réglée. Par contre, l’article de Borel publié dans le dernier numéro de 1907 fut le point de départ d’une polémique avec Bergson162 dans laquelle il s’agissait moins d’argumenter posément que de discréditer l’adversaire163. Les enjeux de cette polémique ont été analysés par Philippe Soulez et Frédéric Worms164 : Borel, en mathématicien, dénonçait l’insuffisante formation mathématique des philosophes et, notamment, de Bergson, qui en fut blessé. Les animateurs de la Rmm prirent soin de se démarquer des positions de Borel qui n’était pas le représentant autorisé de la publication.

101La notoriété acquise par Bergson hors du champ philosophique universitaire compliquait assurément la réception de son œuvre et lui donnait une dimension plus idéologique.

Bergson, la Revue de métaphysique et de morale et la critique de la nouvelle Sorbonne

  • 165 Ibid., p. 90.
  • 166 X. Léon a assisté à certaines de ses leçons. En 1900, il écrit à Halévy : « assisté à la leçon de (...)

102Bergson, deux fois candidat à la Sorbonne, ne parvint jamais à s’y faire élire. Sa seconde candidature fut rejetée en 1898. La Rmm, qui venait de publier l’article de Jacob, avait-elle sa part dans ce rejet ? Si le second refus de la Sorbonne « est comme un écho de la polémique rationaliste anti-bergsonienne qui commence dans la Rmm après la publication de Matière et mémoire165 », la Revue n’avait pas été l’animatrice d’une campagne délibérément orchestrée pour barrer la route à Bergson. Celui-ci accorda peut-être d’ailleurs moins d’importance que certains observateurs à ces deux échecs. Il entrait peu de temps après au Collège de France où il allait connaître le succès que l’on connaît166.

  • 167 Voir R. C. Crogin, The bergsonian controversy, The University of Calgary Press, 1988, p. 107-138.
  • 168 C.-F. Bompaire-Evesque, Un débat sur l’Université au temps de la Troisième République. La lutte co (...)
  • 169 C. Péguy, « De la situation faite au parti intellectuel dans le monde moderne » Cahiers de la quin (...)
  • 170 Agathon, L’Esprit de la nouvelle Sorbonne, Paris, Mercure de France, 1911 et Les jeunes gens d’auj (...)
  • 171 R. C. Crogin, op. cit., p. 119-120.
  • 172 Lettre à É. Halévy du 5 janvier 1912, ms. 368.
  • 173 G. Maire : « Un politicien en Sorbonne : M. Bouglé », Revue critique des idées et des livres (nove (...)
  • 174 « L’expérience morale d’un juif : Rauh », Revue critique des idées et des livres, octobre 1912, p. (...)

103Sans doute ne faut-il pas surestimer les relations difficiles de Bergson avec la Sorbonne. Cependant, dans les années qui précèdent la Première Guerre mondiale, le philosophe fut instrumentalisé dans l’offensive menée contre l’Université et le dogmatisme de certains de ses enseignements167. De l’autre côté de la rue Saint-Jacques, Bergson représentait, pour certains détracteurs de « l’esprit de la Nouvelle Sorbonne », une sorte d’antidote. Les attaques stigmatisaient l’impérialisme d’une certaine forme d’esprit scientifique au sein des études traditionnellement littéraires, qu’il s’agît d’histoire, de philosophie ou des lettres proprement dites ; elles dénonçaient également la lutte contre les valeurs chrétiennes et la construction d’une métaphysique séculière. Durkheim, Lavisse et Lanson étaient les trois principales figures visées. La charge polémique s’inscrivait dans le cadre de la querelle des « anciens » et des « modernes » ; elle était prise en charge par les défenseurs des humanités classiques contre les études modernes renforcées par les réformes récentes de l’enseignement168. Parmi les adversaires de la Sorbonne, on comptait des bergsoniens de libre obédience, dont Péguy, qui avait visé le pouvoir temporel des professeurs de la Sorbonne dans sa critique acerbe du « parti intellectuel169 ». Du côté nationaliste, Gilbert Maire, Henri Massis et Alfred de Tarde (tous deux réunis sous le pseudonyme d’Agathon170) menèrent la charge contre l’Université et la domination de l’esprit géométrique, du rationalisme séculier qui avait privilégié le développement de la méthode scientifique et l’esprit de « spécialité » au détriment des humanités classiques171. Bergson, qui n’était pas directement intervenu dans la polémique, incarnait à leurs yeux la défense des humanités et représentait l’adversaire par excellence de la sociologie durkheimienne, et plus largement, de l’esprit « mécaniste ». Il dessinait la double perspective d’une émancipation à l’égard du pesant dogmatisme de la Sorbonne et d’une renaissance de la métaphysique spiritualiste. Lévy-Bruhl estimait d’ailleurs que les attaques dont il était victime, en tant que représentant du positivisme sociologique, n’étaient pas sans rapport avec la philosophie de Bergson vers laquelle se tournaient, selon lui, les étudiants. Xavier Léon, qui avait enregistré ces confidences, semblait moins convaincu du pouvoir d’attraction du bergsonisme et attribuait plus largement la « réaction » dont était victime Lévy-Bruhl à un « retour à la philosophie traditionnelle172 ». La Rmm avait elle-même critiqué l’excès de la spécialisation et souligné les vertus d’une culture générale humaniste tout en reconnaissant la nécessité de moderniser l’enseignement en réduisant le poids des langues anciennes. Ainsi se trouvent étrangement brouillées les limites entre « tradition » et « philosophie nouvelle ». Si Bergson et Durkheim, anciens condisciples à l’École normale supérieure représentaient deux pôles du champ philosophique clairement opposés et deux styles intellectuels antithétiques, les animateurs de la Rmm occupaient entre ces deux pôles un espace intermédiaire. Leurs positions à la Sorbonne s’étaient renforcées : Brunschvicg, Lalande, Delbos, Bouglé, y avaient fait leur entrée et Rauh, décédé en 1909, y avait également enseigné. Certains étaient plus ou moins explicitement visés par les attaques évoquées précédemment. Gilbert Maire, bergsonien proche, pendant un temps, de l’Action française, avait fait de Bouglé l’archétype du dreyfusard ayant profité de l’Affaire pour assurer sa position dans l’Université. Il dénonçait à son tour ce que Péguy avait appelé plutôt la « connexité de domination politique et de la domination intellectuelle173 ». Gilbert Maire avait également publié une violente charge antisémite contre Rauh174.

  • 175 Voir les attaques de Jean Izoulet contre Durkheim (T. N. Clark, Prophets and patrons, op. cit., p. (...)
  • 176 À en croire X. Léon, Bergson regrettait le refus d’Halévy (Lettre à É. Halévy du 5 octobre 1911, m (...)

104En un temps où des « mots doux » s’échangeaient entre les deux côtés de la rue Saint-Jacques175, la Rmm n’entendait aucunement représenter la Sorbonne contre le Collège de France et Xavier Léon la défendait contre les accusations d’Alain qui associait étroitement la Revue et les « Sorbonnagres ». Au même moment, le directeur de la Rmm cherchait d’ailleurs à convaincre Halévy de se porter candidat au Collège. Il s’en était ouvert à Bergson qui semblait disposer à soutenir cette candidature176. La critique du bergsonisme dans la Rmm et à la Société française de philosophie a donc été peu affectée par la polémique. C’est avec mesure que la Rmm a participé à la régulation de la réception critique de l’œuvre de Bergson.

La Revue de métaphysique et de morale et la Société française de philosophie : des agents de régulation de la controverse bergsonienne ?

  • 177 A. Binet, « Une enquête sur l’évolution de l’enseignement de la philosophie », L’Année psychologiq (...)
  • 178 Voir la lettre de X. Léon à É. Halévy du 5 octobre 1911, ms. 368.

105Soucieuses de conjurer le danger d’une réception incontrôlée des œuvres, la Rmm et la Société française de philosophie se sont attachées à clarifier les points d’oppositions philosophiques en se refusant toute attaque personnelle. De son côté, Bergson avait à cœur de maintenir une distance avec ceux qui voulaient faire de lui le héraut de l’anti-intellectualisme et de la lutte contre l’esprit scientifique. C’est en ce sens qu’il prit la parole, en 1907, lors de la discussion autour de l’enquête dirigée par Alfred Binet sur l’enseignement de la philosophie, enquête qui témoignait de l’influence de Bergson auprès de la jeunesse177. Bergson n’était aucunement un adversaire de la science et, sur ce point, il avait le sentiment, ainsi qu’il le confiait à Xavier Léon en 1911, d’être souvent moins bien compris en France qu’à l’étranger178.

  • 179 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 18 décembre 1911, ms. 368 (Gabriel Marcel, « Les conditions diale (...)
  • 180 Sans doute à la demande de l’auteur.
  • 181 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 4 février 1912, ms. 368.

106Le directeur de la Rmm se montrait extrêmement prudent dans la publication d’articles sur Bergson, toujours soucieux de ne pas froisser ce dernier. Lorsque, à la fin de l’année 1911, Gabriel Marcel, jeune apprenti métaphysicien, lui proposa un article sur « intuition et dialectique », il accepta à condition que Bergson pût lire l’article et décider du bien fondé de sa publication179. « L’affaire Bergson-Goblot » témoignait, quelques semaines plus tard, du soin diplomatique apporté à la régulation de la controverse. Goblot avait rédigé un texte très critique sur « l’intuition philosophique » que Xavier Léon avait communiqué à Bergson180. Ce dernier souhaitait ouvertement que l’article ne fût pas publié, estimant que Goblot « dénaturait » sa pensée et « caricaturait » sa forme. Xavier Léon ne prenait pas à son compte les critiques de Goblot mais il lui était difficile de refuser l’article. Il proposa donc à Bergson d’user de son droit de « rectification » dans la Rmm et transmit parallèlement ses observations à Goblot, invitant discrètement ce dernier à amender son texte181. L’article ne parut finalement jamais dans les pages de la Revue…

  • 182 Lettre du 4 octobre 1912, de X. Léon à É. Halévy ms. 368.
  • 183 R. C. Crogin, op. cit., p. 179 et suiv.

107Le supplément de la Rmm fut le lieu privilégié d’une régulation discrète et soignée de la controverse sur la philosophie de l’élan vital. Le traitement du livre de Julien Benda, Le Bergsonisme ou une philosophie de la mobilité, publié en 1912, est significatif de cette prudence. Cet essai furieusement rationaliste avait de quoi séduire les animateurs de la Rmm. Pourtant, la publication de la notice fut retardée de plusieurs mois, Xavier Léon estimant qu’il convenait de « l’adoucir » si la Rmm voulait « conserver avec Bergson des relations courtoises182 ». La charge était en effet d’une rare violence : Benda dénonçait la méthode intuitive comme une pure fiction, produit « d’un romantisme obscur », et excluait Bergson du champ de la philosophie légitime en le classant parmi les littérateurs, agents d’un nouveau mysticisme. Benda voyait dans son style l’empreinte d’une sensibilité féminine, une exaltation de la sensation opposée à l’idée (Bergson préféra passer sous silence une critique qu’il jugeait triviale183). En mars 1913, la Rmm publiait une notice double portant sur les livres de Benda et de René Gillouin (La philosophie de M. Henri Bergson). Le procédé était habile car le second ouvrage, œuvre d’un bergsonien convaincu, était beaucoup plus favorable : en couplant les deux notices, le supplément maintenait une position équilibrée à l’égard du bergsonisme. Le compte rendu de l’ouvrage de Gillouin, très modéré dans le ton, se contentait de souligner l’excès de la critique menée contre l’intellectualisme. La note sur l’essai de Benda reconnaissait que beaucoup « d’idées [étaient] agitées dans ce petit volume » et saluait implicitement le rationalisme de l’auteur tout en soulignant les faiblesses de la critique. L’ouvrage n’était pas jugé conforme aux règles de la controverse et du savoir-dire critique :

  • 184 Rmm, 1913, suppl., mars, p. 3-4.

« On aurait voulu que les convictions rationalistes de M. Benda fussent appuyées sur une analyse patiente. Malheureusement la verve de l’auteur, son enthousiasme, l’emporte jusqu’à donner parfois l’allure d’un pamphlet, d’une diatribe à des arguments qui sont dans leur fond d’ordre purement abstrait et intellectuel […]. Si la philosophie bergsonienne doit être discutée, il convient que ce soit non seulement sur un autre ton, mais avec une tout autre base, comme M. Delbos l’avait excellemment montré dans cette Revue même, au lendemain de la publication de Matière et mémoire184. »

  • 185 Rmm, 1913, suppl., septembre, p. 5. I.
  • 186 R. Berthelot, Un romantisme utilitaire, tome II, Paris, Alcan, 1913, p. 356.

108À la veille de la guerre de 1914, les dérives rhétoriques des critiques trop acérées contre Bergson sont immédiatement stigmatisées. René Berthelot, cousin et ancien condisciple d’Halévy à l’École normale supérieure, n’échappe pas à la règle lorsque paraît, en 1913, le second volume d’Un romantisme utilitaire. La première livraison avait été consacrée à Nietzsche, la seconde à Bergson. La note du supplément est dans l’ensemble favorable, voire élogieuse pour cet ami de la Rmm : le livre « constitue l’une des plus importantes et des plus pénétrantes études dont le bergsonisme ait été l’objet », les bergsoniens eux-mêmes « reconnaîtront de quel profit est pour la réflexion philosophique une critique capable, par l’ampleur de l’horizon qu’elle embrasse, par la hauteur où elle maintient le débat, de faire honneur aussi bien à celui qui l’a conçue qu’à celui qui en est l’objet185 ». Une réserve très allusive est cependant glissée sur l’utilisation de « quelques épithètes inutiles ou de quelques comparaisons musicales assez suspectes » susceptibles de choquer les lecteurs bergsoniens. La note visait sans doute particulièrement une phrase malheureuse qui rangeait Bergson parmi les « petits maîtres de la philosophie », ceux qui sont « ce qu’est un Chopin pour la musique186 ». Dans le clos des correspondances, Xavier Léon se montre bien plus sévère pour ces écarts de langage :

  • 187 Lettre à É. Halévy du 7 mars 1913, ms. 368.

« L’aréopage a été d’une sévérité unanime envers Berthelot : on s’est étonné qu’il ait pu, étant intelligent, écrire ces trois pages qui discréditent son livre plus que l’œuvre de Bergson187. »

109La vigilance s’exerce surtout à l’égard des fragilités de la méthode critique. Ainsi, il est reproché à Samuel Gagnebin d’évaluer la philosophie de l’intuition du point de vue du kantisme plutôt que de la critiquer de l’intérieur :

  • 188 « La philosophie de l’Intuition, essai sur les idées de M. Édouard Le Roy par Samuel Gagnebin, Sai (...)

« Il ne s’agit pas de situer la philosophie nouvelle par rapport au kantisme, mais de savoir si elle est vraie188. »

  • 189 « La philosophie bergsonienne, par Jacques Maritain », Rmm, 1914, suppl., mars, p. 3. II.

110Les « études critiques » de Jacques Maritain sont reçues par la Rmm avec intérêt mais distance, autant comme un témoignage sur la philosophie thomiste, « scolastique », que comme une critique du bergsonisme. Maritain, un temps attiré par la pensée de Bergson, avant de devenir un de ses farouches adversaires, défend le point de vue d’une philosophie de l’être et de l’intelligence appuyée sur Aristote et saint Thomas. Pour lui, Bergson a supprimé l’être et l’intelligence, or celle-ci est notre seul moyen de connaître Dieu189. Le bergsonisme ne peut donc conduire à l’affirmation d’un Dieu transcendant ainsi que le voudrait Le Roy. La Rmm, parfaitement imperméable au renouveau de la philosophie thomiste, ne pouvait faire grand cas d’un tel ouvrage…

  • 190 É. Le Roy, Une philosophie nouvelle, Paris, Alcan, 1912.
  • 191 Rmm, 1912, suppl., septembre, p. 9. II.

111À l’inverse, l’étude de Le Roy sur la philosophie de Bergson190 est chaleureusement accueillie, quelques mois plus tard, comme le « résumé à la fois le plus pénétrant et le plus personnel » par un interprète autorisé parce que salué par le maître lui-même191. L’ouvrage de ce bergsonien maison est jugé conforme aux attentes en termes de méthode : la notice souligne la « probité intellectuelle » et le « talent d’exposition » de l’auteur. Le livre est salué comme une contribution à la clarification de l’interprétation du bergsonisme car il s’attache à « dissiper quelques-unes des méprises auxquelles cette étude a déjà donné lieu ». Il renoue le lien entre philosophie et science que certains interprètes de la philosophie de l’intuition voulaient rompre. C’est l’occasion de souligner la nécessité d’arracher la discipline à la tentation du dilettantisme esthétisant :

  • 192 Ibid.

« la philosophie diffère donc de l’art en deux points essentiels : d’abord, elle s’appuie sur la science, l’enveloppe et la suppose ; puis elle implique l’épreuve de vérification proprement dite192. »

112La notice manifeste ainsi le souci de produire une définition de la philosophie conforme à l’esprit de la science. Ce jugement positif contraste avec la critique finale de l’ouvrage de Segond sur L’Intuition bergsonienne où réapparaît le reproche d’obscurité, voire d’ésotérisme souvent adressé à la philosophie nouvelle :

  • 193 « L’intuition bergsonienne par J. Segond », Rmm, 1913, suppl., mai 1913, p. 5, I.

« Le “bergsonisme” s’est créé un langage spécial, qui n’est pas toujours fait pour faciliter l’intelligence de la doctrine. Et ce ne sont pas des commentaires encore plus ésotériques que le texte à déchiffrer qui éclaireront les recoins ténébreux de l’intuitionnisme193. »

113La Rmm s’efforce donc de maintenir la réception des travaux de Bergson dans les limites de la controverse académique et universitaire réglée conjurant les dérives exagérément polémiques. Il ne s’agit pas d’approfondir l’altérité bergsonienne mais, au contraire, de la réduire en écartant les interprétations mystiques, en privilégiant un rapprochement avec le rationalisme intellectualiste.

L’inquiétude devant « la vogue un peu industrielle » de Bergson

114La dénonciation de la « mode » du bergsonisme illustre la volonté de clôture disciplinaire. Les animateurs de la Rmm et de la Société française de philosophie sont embarrassés par le succès grandissant du bergsonisme hors des frontières de la philosophie universitaire et son instrumentalisation idéologique. En 1907, Louis Weber esquisse à l’attention de Xavier Léon, une analyse des conditions de réception du bergsonisme :

  • 194 Lettre du 27 mai 1907, ms. 368.

« La vogue, un peu industrielle, de Bergson n’est pas un critérium suffisant de l’originalité de sa philosophie ; elle s’explique parce qu’elle réfute le matérialisme des savants actuels, ce qui enthousiasme bon nombre de gens de droite et d’archi extrême gauche et parce que l’auteur a un réel talent de vulgarisateur, au sens littéral du mot il rend vulgaire des idées jusqu’ici inexprimées, c’est tout le contraire d’un poète…194. »

  • 195 R. C. Crogin, op. cit., p. 119 et suiv. p. 190 et suiv.

115Entre 1907 et 1914, la pensée et l’écriture de Bergson connaissent en effet un rayonnement grandissant bien au-delà du cercle des techniciens de la philosophie, particulièrement au sein de la jeunesse. L’enquête de Binet, en 1908, ne fait que confirmer ce qu’un certain nombre de professeurs pressentaient. Le bergsonisme exerce un pouvoir d’attraction certain sur la jeunesse nationaliste de la « génération d’Agathon ». Si, en 1914, au moment où Bergson se porte candidat à l’Académie française, l’Action Française fait campagne contre lui, un certain nombre de plumes de la mouvance maurrassienne avaient pourtant été séduites durant les années qui avaient précédé la consécration du philosophe. Gilbert Maire, disciple de Bergson, fut membre de l’Action Française avant de prendre ses distances avec le mouvement. Henri Massis et Alfred de Tarde avaient marqué leur sympathie pour la pensée de l’auteur de L’Évolution créatrice et espéré l’élaboration d’une synthèse du maurrasisme et du bergsonisme. En 1914, il est vrai, Massis avait répudié le philosophe195.

  • 196 Voir C. Prochasson, Les intellectuels, le socialisme et la guerre et C. Prochasson, A. Rasmussen, (...)
  • 197 C. Péguy, « Note sur Bergson et la philosophie bergsonienne », Œuvres complètes, Gallimard, Paris, (...)

116Bergson séduit également à gauche : la « gauche sorélienne » qui nourrit, avec d’autres, une pensée « vitaliste », s’épanouit avant-guerre196. Bergson incarne en effet une philosophie de rupture libérant du carcan rationaliste cartésien. Péguy évoque lui-même, de ce point de vue, « la révolution bergsonienne197 ». L’un des éléments de cette révolution est incontestablement la rupture partielle avec la technicité du langage philosophique qui rend moins certaines les frontières de la discipline. Le bergsonisme fait en partie échec à la clôture et prête de lui-même à des dérives en termes d’interprétation : la « philosophie nouvelle » invite ainsi à sa propre instrumentalisation. Le bergsonisme, philosophie du flux, de la vie, semble s’opposer à une tradition rationaliste desséchante, pressée d’immobiliser, de « solidifier » dans des concepts la réalité vivante, mais incapable de s’inscrire dans son mouvement. Il offre un point d’appui au développement d’une philosophie de l’action appliquée aux luttes sociales. L’assimilation de la philosophie de Bergson à la pensée politique de Georges Sorel – qui fut, rappelons-le, l’un des collaborateurs réguliers de la Revue depuis sa fondation – en est un exemple bien connu. La nécrologie consacrée par la Rmm, en 1922, à l’auteur des Réflexions sur la violence, souligne le rôle de Sorel dans la Transposition du bergsonisme dans le champ politique :

  • 198 Rmm, 1922, suppl. d’octobre-décembre (vraisemblablement rédigée par É. Halévy).

« Georges Sorel fut amené à comprendre la portée de la philosophie de M. Bergson, à devenir un des interprètes les plus subtils – faut-il ajouter : les plus compromettants parfois – de cette philosophie. Il devint le chef de ce qu’on pourrait appeler – par analogie avec certaines dénominations de l’école hégélienne – une sorte de gauche, et même d’extrême gauche bergsonienne198. »

  • 199 Je renvoie sur ce point au chapitre VIII de ma thèse.
  • 200 P. Soulez et F. Worms, Bergson, op. cit., p. 120.

117En 1914, la rupture est à peu près consommée entre Sorel et la Rmm : son évolution intellectuelle vers un mysticisme catholique vitaliste et anti-moderniste, sa théorie du mythe au service de la révolution sociale, les relents antisémites de son discours, avaient définitivement éloigné de la publication cet ancien compagnon des combats dreyfusards199. Quant à Bergson, s’il estimait Sorel sur le plan intellectuel, il ne le considérait pas comme un disciple et s’inquiétait de ses positions politiques200.

  • 201 L’expression apparaît dans une notice consacrée à une collection de vulgarisation sur les grands p (...)
  • 202 R. C. Crogin, op. cit., p. 122-125.
  • 203 P. Soulez et F. Worms soulignent l’importance de l’enquête menée par la Grande Revue en 1914 (Berg (...)

118La Rmm soulignait la distance qu’il fallait maintenir, à ses yeux, entre l’œuvre de Bergson, en tant qu’elle appartenait légitimement au champ de la recherche philosophique, et le bergsonisme à usage du grand public, cette forme de « doxa » dont elle dénonçait les embardées. Il fallait faire le départ entre les interprétations légitimes de la pensée de Bergson et les instrumentalisations illégitimes en luttant contre les dérives d’un bergsonisme de « lecteurs de magazine201 » qui menaçait le pouvoir social du rationalisme. Cette préoccupation faisait écho au succès grandissant et toujours plus mondain des conférences de Bergson au Collège de France après la publication de L’Évolution créatrice. C’est en effet à partir de ce moment que toute une société féminine se presse dans la salle de conférence du Collège de France, devenue un des lieux à la mode du Paris élégant, au grand damne des étudiants qui pétitionnent contre l’invasion de cette foule202. Mais la popularité de Bergson, enregistrée et renforcée par la mode des enquêtes203, n’a pas conduit à une radicalisation polémique de la critique anti-bergsonienne dans les pages de la Rmm et à la Société française de philosophie.

  • 204 L’intérêt de ces conférences et du commentaire que leur apporta le philosophe anglais Wildon Carr, (...)

119Les bergsoniens d’un côté, le noyau fondateur de la Rmm, de l’autre, incarnaient deux sensibilités philosophiques concurrentes mais cette concurrence ne s’exprimait guère sur le plan institutionnel : Bergson, professeur au Collège de France, ne détenait pas réellement de pouvoir universitaire ; philosophe à la fois mondain et solitaire, il ne chercha pas à rassembler ses disciples en s’appuyant sur une revue susceptible de faire pièce au système organisé autour de la Rmm. Le rayonnement du bergsonisme s’avérait, à l’évidence, bien supérieur à celui du rationalisme critique, de l’idéalisme intellectualiste : son horizon de réception était en tout cas plus étendu. Sa notoriété était soulignée par l’hommage que lui avait rendu le philosophe américain du pragmatisme, William James. En 1911, Bergson avait prononcé sa célèbre conférence sur « l’intuition philosophique » au Congrès de Bologne après avoir été fort bien accueilli, au mois de mai, à Oxford. À cette occasion, il avait donné deux conférences importantes sur la « perception du changement » qui reprenaient l’essentiel de ses idées204. À la veille de la Grande Guerre, il accédait, en France, aux sommets de la reconnaissance académique, devenant président de l’Académie des sciences morales et politiques avant d’entrer, en février 1914, à l’Académie française.

  • 205 Ces thèses avaient été exposées dans la Rmm en 1912 (« Devoir et durée », Rmm, 1912, p. 193-206).
  • 206 Dans Devoir et durée (1912), Wilbois entend donner un prolongement pratique, social à l’élan vital (...)

120La vigilance critique des rationalistes de la Rmm à l’égard des usages et des mésusages philosophiques et idéologiques du bergsonisme ne s’est pas seulement exercée à l’encontre des auteurs dont la légitimité philosophique était contestable. Le 2 janvier 1914, Joseph Wilbois, philosophe catholique et collaborateur de la Rmm, en fit l’expérience lors d’une séance de la Société française de philosophie consacrée à son livre, Devoir et durée205. Ce disciple de Le Play avait tenté une audacieuse synthèse du vitalisme bergsonien et du « sociologisme » au service de la morale chrétienne206. Bouglé, se souvenant des mises en garde formulées quinze ans plus tôt par Jacob contre les possibles dérives de la philosophie nouvelle vers un dilettantisme littéraire, pointait le caractère inessentiel, factice, du bergsonisme d’apparat de Wilbois. Ce bergsonisme était décidément une mode, voire une coquetterie, peu compatible avec les exigences de « sincérité » philosophique :

  • 207 « Une nouvelle position du problème moral » (J. Wilbois), séance du 2 janvier 1914, p. 19.

« Quoi qu’il en soit, si vous demeurez placé sur le terrain de la vie morale, je ne crois pas que vous ayez nullement montré que l’élan créateur en est le nécessaire principe. En ce sens le bergsonisme m’apparaît dans votre livre comme quelque chose d’accessoire, de superfétatoire, non pas, comme vous aimez à le penser, le centre ardent, le feu central de votre œuvre, mais un diamant à votre chapeau. Magnifique et inutile, il vous dépare peut-être en vous parant trop207. »

121La veille critique contre les possibles embardées idéologiques d’un bergsonisme vitaliste échappant au contrôle de Bergson lui-même était conforme à la volonté de défendre l’idée républicaine contre la nocivité des instrumentalisations de la philosophie. En organisant et en disciplinant la communauté des philosophes, la Rmm et la Société française de philosophie se mettaient au service de la République laïque.

Notes

1 Sur les relations entre la Rmm et Bergon, on lira avec profit : R. Ragghianti, « La Revue de métaphysique et de morale et le premier accueil du bergsonisme », dans Alain, apprentissage philosophique…, op. cit., p. 227-249. L’auteur s’appuie sur une partie de la correspondance de X. Léon et particulièrement les lettres de Bergson au directeur de la Rmm dont il a présenté une édition (H. Bergson, Lettere a Xavier Léon e ad altri, intr. et éd. de R. Ragghianti, Naples, Bibliopolis, 1992). Voir également, P. Soulez, F. Worms, Bergson, Flammarion, 1997. La réception des travaux de Bergson est d’autre part analysée dans F. Azouvi, La gloire de Bergson, Paris, Gallimard, 2007.

2 Sur le « moment 1900 », voir F. Worms, « L’idée de moment 1900. Un problème philosophique et historique », op. cit.

3 H. Bergson, « Introduction à la métaphysique », Rmm, 1903, p. 1-36.

4 F. Azouvi, La gloire de Bergson, op. cit., p. 103.

5 Ibid. et du même auteur, « Anatomie d’un succès philosophique. Les effets de l’évolution créatrice », Le débat, mai-août 2006, p. 153-171.

6 F. Azouvi, La gloire…, op. cit.

7 En octobre 1891, X. Léon écrit à É. Halévy qu’il vient d’acheter la thèse de Bergson (ms. 386).

8 « L’Année philosophique 1893 », Rmm, 1894, p. 485.

9 F. Alquié, « Bergson et la Revue de métaphysique et de morale », op. cit., p. 315.

10 D. Merllié, « Les rapports entre la Revue de métaphysique et de morale et la Revue philosophique… », op. cit., p. 65 et suiv.

11 H. Poincaré, « Sur la nature du raisonnement mathématique », Rmm, 1894, p. 371-384

12 G. Belot, « L’utilitarisme et ses nouveaux critiques » Rmm, 1894, p. 404-464.

13 Lettre du 20 août 1894, ms. 388.

14 Ibid.

15 « Cet article étant plein de talents littéraires et philosophiques mérite à coup sûr l’impression. Mais comme esprit que cela est loin de l’esprit de la Revue ! Nous sommes sur un autre terrain aussi éclectique que Ribot. Avons-nous tort ? Peut-être pas. À condition de nous mettre à parler pour notre propre compte… ». La seconde partie de l’article est « la conclusion pratique du bergsonisme […], la justification brutale du fait, et la négation de tout ce qui est loi, impératif, raison… » (Lettre de X. Léon à É. Halévy, 1894, s.p. d., ms. 368). L’article de J. Weber était intitulé « Une étude réaliste de l’acte et ses conséquences morales », Rmm 1894, p. 531-562.

16 « Perception et matière », Rmm, 1896, p. 257-279.

17 Lettre du 30 juillet 1896, ms. 388.

18 B. Jacob, « La philosophie d’hier et celle d’aujourd’hui », Rmm, 1898, p. 170-201.

19 Lettre du 5 septembre 1899, ms. 388.

20 Lettre du 17 septembre 1900, ms. 388.

21 « Je vous remercie également de l’aimable insistance avec laquelle vous me demandez un article pour la Revue. Vous avez pu voir combien ce que j’expose dans mon cours du Collège de France est peu “fait”, et à quel point il serait difficile de tirer de là un travail écrit » (Lettre du 25 juillet 1901, ms. 388).

22 Bergson marquait peut-être ainsi son souci de maintenir un équilibre avec la Revue philosophique à laquelle il avait donné un article l’année précédente (cf. D. Merllié, op. cit., p. 65-66).

23 Lettre du 16 juillet 1903, ms. 388 (citée par D. Merllié).

24 H. Bergson, « le paralogisme psycho-physique » Rmm, 1904, p. 895-908, repris dans l’Énergie spirituelle sous le titre : « la pensée et le cerveau ».

25 Bergson publie dans la Revue philosophique un article sur « l’idée de néant » en 1906 qui correspond au chapitre 6 de L’Évolution créatrice publiée en 1907, puis en 1908 un article sur la « fausse reconnaissance ».

26 H. Bergson, « À propos de l’“Évolution de l’intelligence géométrique” », Rmm, 1908, p. 28-35.

27 Lettre à É. Halévy, le 10 octobre 1910, ms. 386.

28 Ainsi écrit-il à É. Halévy le 5 octobre : « j’ai rapporté l’article ! C’est un beau triomphe – et bien mon triomphe : tu sais l’obstination et la diplomatie que j’ai déployées : j’ai eu gain de cause. » (ms. 368).

29 « L’intuition philosophique », Rmm, 1911, p. 809-827.

30 Cité dans P. Soulez, F. Worms, Bergson, op. cit., p. 105.

31 C’est ce qu’É. Halévy suggère dans une lettre à X. Léon du 22 octobre 1908, citée par R. Ragghianti, op. cit., p. 93 et D. Merllié, op. cit., p. 68.

32 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 5 octobre 1911, ms. 368.

33 Lettre du 17 septembre 1900, ms. 388.

34 Lettre à X. Léon du 18 juillet 1901, ms. 388.

35 Séance du 28 octobre 1908, BSFP, 1909, p. 12

36 Ibid.

37 P. Couchoud, « La métaphysique nouvelle, à propos de Matière et Mémoire de M. Bergson », Rmm, 1902, p. 225-243. Voir R. Ragghianti, op. cit., p. 239 et suiv. Bergson avait particulièrement apprécié cette lecture comme en témoignent ces lignes adressées à X. Léon après lecture du manuscrit : « seul (ou à peu près) de tous ceux qui ont parlé jusqu’ici de Matière et Mémoire, il s’est rendu compte du déplacement de point de vue que je demande à la métaphysique d’une part, à la psycho-physiologie de l’autre, par la théorie de l’image » (cité par R. Ragghianti, op. cit., p. 240).

38 Lettre du 3, 4, 5, 6 avril 1902, ms. 386.

39 Rmm, 1897, suppl., janvier, p. 1.

40 Rmm, 1907, suppl., juillet, p. 1.

41 D. Parodi, « Le Rire. Essai sur la signification du comique. Par M. H. Bergson », Rmm, 1901, p. 224.

42 B. Jacob, lettre à X. Léon du 28 octobre 1897, ms. 362.

43 B. Jacob, « La philosophie d’hier… », op. cit., p. 201.

44 D. Parodi, « Le rire… », op. cit., p. 224.

45 Notice déjà citée, p. 1.

46 V. Delbos, « Études critiques. Matière et mémoire. Essai sur la relation du corps à l’esprit », Rmm, 1897, p. 353-354 (souligné par moi).

47 L. Weber, « L’évolution créatrice », Rmm, 1907, p. 656-657.

48 On retrouve le problème du statut de la littérarité en philosophie dans la réception (ou la nonréception) des œuvres de Nietzsche (L. Pinto, Les neveux de Zarathoustra, op. cit.).

49 L. Weber, op. cit., p. 656-657.

50 D. Parodi, « Le Rire… », op. cit., p. 226-227 (souligné par moi).

51 L. Brunschvicg, « La philosophie nouvelle et l’intellectualisme », Rmm, 1901, p. 443-444.

52 Lettre du 27 mai 1907, ms. 368.

53 Dans Les données immédiates de la conscience en 1889, Bergson s’attaquait à l’obsession, en partie stérile selon lui, de la distinction : « La conscience, tourmentée d’un insatiable désir de distinguer, substitue le symbole à la réalité, ou n’aperçoit la réalité qu’à travers le symbole. Comme le moi ainsi refracté, et par là même subdivisé, se prête infiniment mieux aux exigences de la vie sociale en général et du langage en particulier, elle le préfère, et perd peu à peu de vue le moi fondamental. » (H. Bergson, Œuvres, Paris, PUF, 1970, p. 86).

54 Lettre à X. Léon, du 13 août 1897, ms.. 360.

55 Cf. chapitre V.

56 Titre de l’article de B. Jacob, op. cit., p. 170-201

57 L’article de Jacob est surtout évoqué dans P. Soulez et F. Worms, op. cit., p. 93-96.

58 Jacob se présentait lui-même ainsi (Lettre à X. Léon du 21 mars 1898).

59 Lettre de C. Bouglé à X. Léon, s.p.d., mais entre 1897 et 1898, ms. 359.

60 Lettre de X. Léon à C. Bouglé du 24 août 1913, fonds Bouglé de la BNF.

61 Pour les éléments biographiques, voir Michel-Yves Bernard, « Le philosophe de Kérity : Baptiste Jacob (1858-1909) », dans Les carnets du Goëlo, no 12. 1996, p. 6-16.

62 Avant même la fondation de la Rmm, É. Halévy avait suggéré à X. Léon de demander à Jacob un article sur « les dilemmes de Lequier » (Lettre du 21 octobre 1892, CH, p. 78). En 1895, Bouglé proposait les services de Jacob pour les notes du supplément sur les thèses de Michel et d’Izoulet (Lettre à X. Léon, s.p.d., ms. 359).

63 Jacob a correspondu avec le Gal La Salle (député à l’Assemblée nationale) qui fut comme le rappelle Bouglé « l’intime ami, le collaborateur, le conseiller de Renouvier et de Lequier » (B. Jacob, Lettres d’un philosophe, op. cit., p. XXIII).

64 B. Jacob, Pour l’école laïque, Paris, Cornély, 1900 (voir la préface de Buisson, p. 11).

65 Voir lettre de X. Léon à B. Jacob du 14 mars 1899 (ms. 362).

66 La nécrologie de la Rmm (sans doute rédigée par Bouglé) le place « dans la lignée des grands éducateurs de la conscience laïque, à côté des Pécaut et des Bersot » (Rmm, 1909, suppl., mai 1909, p. 2. I).

67 Lettre de B. Jacob à O. Hamelin du 5 mars 1901, ms. 356.

68 B. Jacob, Devoirs. Conférences de morale individuelle et de morale sociale, Paris, Cornély, 1908.

69 L’Union présentait Jacob comme un « philosophe de nos amis » (Bulletin de l’Union pour l’action morale, 15 avril 1903, p. 597). Le rôle joué par L’Union pour la Vérité dans la publication des Lettres d’un philosophe apparaît dans une lettre de Desjardins à Bouglé du 26 avril 1910 (Fonds Bouglé, BNF).

70 Selon les mots de Bouglé à propos d’un article de Jacob sur la « crise du libéralisme » (Lettre à X. Léon, 1903, s.p.d., ms. 359).

71 Jacob invite cependant lui-même à nuancer cette empreinte. Dans des lettres adressées à Paul Robin, Jacob évoquait son admiration pour « le plus profond idéaliste de ce temps » (Lettre du 11 avril 1907, ms. 356), ce « héros de la Raison humaine » (Lettre du 8 mai 1907, ms. 356), mais soulignait, quelques mois plus tard, ses doutes sur le système d’Hamelin et même son sentiment d’altérité relative : « ce qu’il a écrit sur le libre arbitre ne m’a pas convaincu et [que] j’éprouve une véritable impuissance à concevoir la vie de l’intelligence et de la volonté comme plus profonde que celle de la sensibilité » (Lettre du 30 septembre 1907, ms. 356).

72 C. Bouglé, introduction de B. Jacob, Lettres d’un philosophe, op. cit., p. XIV.

73 « Baptiste Jacob », op. cit., p. 1. I-2. I.

74 Lettre du 6 décembre 1897, ms. 356.

75 Lettre de B. Jacob à X. Léon du 15 novembre 1897, ms. 362.

76 Lettre de Jacob à Léon du 29 novembre 1897, ms. 362.

77 Lettre de B. Jacob à O. Hamelin du 25 mars 1898, ms. 356. Voir également la lettre de B. Jacob à X. Léon du 21 mars 1898, ms. 362.

78 B. Jacob, « La philosophie d’hier… », op. cit., p. 170.

79 Lettre du 25 mars 1898, ms. 356.

80 Lettre à É. Halévy, mars 1898, s.p.d., IMEC, fonds Brunschvicg, H 205.

81 B. Jacob, op. cit., p. 171.

82 Ibid., p. 175.

83 Ibid., p. 176.

84 Lettre de B. Jacob à X. Léon, du 21 mars 1898, ms. 362.

85 B. Jacob « La philosophie d’hier… », op. cit., p. 188.

86 Lettre du 26 décembre 1897 (B. Jacob, Lettres d’un philosophe, op. cit., p. 163).

87 B. Jacob « La philosophie d’hier… », op. cit., p. 187.

88 Ibid., p. 181.

89 Ibid., p. 200.

90 Ibid., p. 201.

91 F. Rauh, « La conscience du devenir », Rmm, 1897, p. 659-681, Rmm, 1898, p. 38-60.

92 B. Jacob, « La philosophie d’hier », op. cit., p. 177 (souligné par moi).

93 R. Ragghianti, op. cit., p. 231.

94 1898, s.p.d., ms. 369. Cité par R. Ragghianti, op. cit., p. 230.

95 B. Jacob, « La philosophie d’hier… », op. cit., p. 201.

96 Lettre du 30 mars 1901, CH, p. 298.

97 B. Jacob, Lettres d’un philosophe, op. cit., p. 163. L’article paraît dans le contexte de l’affaire Dreyfus.

98 B. Jacob, « La philosophie d’hier… », op. cit., p. 201.

99 F. Rauh, « La conscience du devenir », Rmm, 1897, p. 659-681 ; 1898, p. 38-60. Rapprochement évoqué par R. Ragghianti, op. cit., p. 241.

100 B. Jacob « La philosophie d’hier… », op. cit., p. 201.

101 Lettre à É. Halévy citée dans T. Leterre, La raison politique, Alain et la démocratie, Paris, PUF, 2000, p. 72.

102 Lettre à X. Léon du 15 août 1899, ms. 360. Cet article fleuve parut entre 1899 et 1900, en trois livraisons. La fin de l’article n’avait d’ailleurs pas été encore publiée au moment où Couturat écrivait. Qu’importe, son jugement était formé.

103 F. Azouvi a sans doute raison d’écrire que Le Roy est allé « plus vite » et « plus loin » que son maître, anticipant en quelque sorte sur L’Évolution créatrice et les Deux sources de la morale et de la religion (La gloire de Bergson, op. cit.)

104 Le premier article de Le Roy, co-écrit avec un de ses condisciples de l’École normale supérieure (G. Vincent), portait sur « la méthode mathématique », Rmm, 1894, p. 505-530.

105 Suite au premier article publié en 1894, X. Léon souhaitait faire travailler Le Roy sur la Physique mais celui-ci proposa une « théorie philosophique » du nombre : l’article, co-écrit avec G. Vincent, s’intitulait : « l’idée de nombre », Rmm, 1896, p. 738-755.

106 Cité par P. Soulez, op. cit., p. 98. Sur ce point, Le Roy est très en avance, comme le dit P. Soulez, « le disciple va sauter le pas avant le maître ».

107 L. Couturat, « Contre le nominalisme de M. Le Roy », Rmm, 1900, p. 87-93, cf. Soulez, op. cit., p. 96-99.

108 Étaient présents : Belot, Bergson, Bernès, Brunschvicg, Buisson, Couturat, Delbos, Dunan, Hadamard, J. Lachelier, Lalande, X. Léon, Lévy-Bruhl, Lyon, Pacaut, Painlevé, Pécaut, Poincaré, Rauh, Sorel, Tannery (Jules et Paul).

109 « De la valeur objective des lois physiques », séance du 28 mars 1901, BSFP, 1901, p. 8.

110 Lettre du 30 mars 1901, CH, p. 298-299.

111 Ibid., p. 298.

112 Séance du 2 mai 1901, BSFP, 1901, p. 44.

113 Cette critique radicale du parallélisme fut un des éléments fondamentaux de divergence avec Darlu. Près de vingt ans après cette séance et huit ans après la communication de Bergson sur ce thème, au Congrès de Bologne, Darlu écrira encore à l’auteur de L’Évolution créatrice une longue lettre pour contester « quelques-unes de ses idées sur la critique du parallélisme psycho-physiologique » (voir la lettre de Darlu à X. Léon du 5 septembre 1919, ms. 360)

114 BSFP, 1901, p. 48.

115 Ibid, p. 47-55.

116 É. Le Roy, « Sur quelques objections adressées à la philosophie nouvelle », Rmm, 1901, p. 292-327 et p. 407-432.

117 « Science et philosophie », op. cit., « La science positive et les philosophies de la liberté », Bibliothèque du Congrès, t. 1 (1900), et « Un positivisme nouveau », Rmm, 1900, Rmm, 1901 p. 138-153

118 É. Le Roy, « Sur quelques objections… », op. cit., p. 292-293.

119 Ibid., p. 294.

120 Ibid., p. 294-295.

121 Ibid., p. 295.

122 L. Brunschvicg, « La philosophie nouvelle et l’intellectualisme », Rmm, 1901, p. 433-434.

123 Ibid., p. 434.

124 Ibid.

125 Bouglé doutait de la capacité de la philosophie nouvelle à réaliser cette capitalisation : « Bergson est “charmant” comme toujours. Mais l’effort qu’il fait cette fois est plus palpitant que jamais. Car on voit qu’il a senti la pointe de l’épée. Il a compris qu’en effet, avec sa méthode intuitive il ne reste plus, semble-t-il qu’à regarder couler l’eau. Démontrera-t-il que cette méthode peut être positive et progressive, qu’il peut aboutir à des résultats “incorporables” ? C’est au succès qu’il faudra juger. Mais il est à craindre que cette philosophie ne reste jamais qu’une introduction… » (ms. 359, 1903 ?)

126 L. Brunschvicg, « La philosophie nouvelle… », op. cit., p. 436.

127 Ibid., p. 437.

128 Ibid., p. 443.

129 É. Le Roy, « Sur quelques objections… », op. cit., p. 432

130 L. Brunschvicg, « La philosophie nouvelle… », op. cit., p. 448.

131 Ibid., p. 474.

132 Ibid., p. 453-454.

133 Alors que Le Roy s’apprêtait à écrire un article pour la Revue des deux mondes et que les éditeurs Colin et Alcan lui réclamaient des publications, X. Léon écrivait à É. Halévy : « Tu vois que la Revue de métaphysique paye bien ses collaborateurs. Elle fait leur célébrité » (18 décembre 1911, ms. 368).

134 Rmm, 1903, p. 1-36.

135 Ibid., p. 29.

136 « La notion de liberté morale », séance du 26 février 1903, BSFP, 1903, p. 95-124.

137 Ibid.

138 Ibid., p. 95.

139 Ibid., p. 96.

140 Ibid., p. 98.

141 Ibid., p. 96.

142 Ibid., p. 100.

143 Sur le thème de la controverse, voir B. Saint-Sernin, « L’idée de conversion intellectuelle selon Alain, Brunschvicg et Blondel » dans F. Worms (éd.), Le moment 1900, op. cit., p. 43-62.

144 « La notion de liberté morale », op. cit, p. 98.

145 Ibid, p. 109.

146 Ibid., p. 103.

147 Ibid.

148 Ibid., p. 109.

149 Ibid., p. 111.

150 Ibid.

151 Ibid.

152 Ibid., p. 112.

153 Ibid., p. 113.

154 Lettre à É. Halévy, du 31 mars 1911, ms. 368.

155 Il réservait cependant son jugement jusqu’à lecture complète du livre (Lettre de X. Léon à É. Halévy du 16 août 1907, ms. 386).

156 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 27 octobre 1907, ms. 386.

157 L. Weber, « L’Évolution créatrice », op. cit., p. 670.

158 Ibid.

159 Ibid., p. 658.

160 Ibid., p. 659.

161 Ibid., p. 670.

162 E. Borel, « L’évolution de l’intelligence géométrique », Rmm, 1907 p. 747-754.

163 P. Soulez et F. Worms insistent sur ce passage de la controverse à la polémique, sur la dégradation du débat à mesure que la notoriété de Bergson s’accroît et « se transforme en popularité », Bergson, op. cit., p. 123.

164 Ibid., p. 123-127.

165 Ibid., p. 90.

166 X. Léon a assisté à certaines de ses leçons. En 1900, il écrit à Halévy : « assisté à la leçon de Bergson : admirable et déconcertante. Inimprimable dans la Revue. Je suivrai son cours et j’attendrai une des analyses où il excelle pour en faire un article » (s.p.d., ms. 368).

167 Voir R. C. Crogin, The bergsonian controversy, The University of Calgary Press, 1988, p. 107-138.

168 C.-F. Bompaire-Evesque, Un débat sur l’Université au temps de la Troisième République. La lutte contre la nouvelle Sorbonne, Paris, Aux amateurs de livres, 1988.

169 C. Péguy, « De la situation faite au parti intellectuel dans le monde moderne » Cahiers de la quinzaine, décembre 1906 et « De la situation faite au parti intellectuel dans le monde moderne devant les accidents de la gloire temporelle » (ibid., 6 octobre 1907).

170 Agathon, L’Esprit de la nouvelle Sorbonne, Paris, Mercure de France, 1911 et Les jeunes gens d’aujourd’hui (présentation de J.-J. Becker), Paris, Impr. Nationale, 1995 (éd. orginale : 1913).

171 R. C. Crogin, op. cit., p. 119-120.

172 Lettre à É. Halévy du 5 janvier 1912, ms. 368.

173 G. Maire : « Un politicien en Sorbonne : M. Bouglé », Revue critique des idées et des livres (novembre 1912). Voir R. C. Crogin, op. cit., p. 119 et T. N. Clark, Prophets and patrons: the French University and the emergence of the Social Sciences, Harvard, University Press, p. 195.

174 « L’expérience morale d’un juif : Rauh », Revue critique des idées et des livres, octobre 1912, p. 41 57. Maire comme Agathon, stigmatisait le prétendu antipatriotisme de Rauh (voir Agathon, Les jeunes gens…, op. cit., p. 72-73).

175 Voir les attaques de Jean Izoulet contre Durkheim (T. N. Clark, Prophets and patrons, op. cit., p. 193).

176 À en croire X. Léon, Bergson regrettait le refus d’Halévy (Lettre à É. Halévy du 5 octobre 1911, ms. 368).

177 A. Binet, « Une enquête sur l’évolution de l’enseignement de la philosophie », L’Année psychologique 14 (1908).

178 Voir la lettre de X. Léon à É. Halévy du 5 octobre 1911, ms. 368.

179 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 18 décembre 1911, ms. 368 (Gabriel Marcel, « Les conditions dialectiques de la philosophie de l’Intuition », Rmm, 1912, p. 638-652).

180 Sans doute à la demande de l’auteur.

181 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 4 février 1912, ms. 368.

182 Lettre du 4 octobre 1912, de X. Léon à É. Halévy ms. 368.

183 R. C. Crogin, op. cit., p. 179 et suiv.

184 Rmm, 1913, suppl., mars, p. 3-4.

185 Rmm, 1913, suppl., septembre, p. 5. I.

186 R. Berthelot, Un romantisme utilitaire, tome II, Paris, Alcan, 1913, p. 356.

187 Lettre à É. Halévy du 7 mars 1913, ms. 368.

188 « La philosophie de l’Intuition, essai sur les idées de M. Édouard Le Roy par Samuel Gagnebin, Saint Blaise, Foyer solidariste, 1912 », suppl., juillet 1913, p. 2, II.

189 « La philosophie bergsonienne, par Jacques Maritain », Rmm, 1914, suppl., mars, p. 3. II.

190 É. Le Roy, Une philosophie nouvelle, Paris, Alcan, 1912.

191 Rmm, 1912, suppl., septembre, p. 9. II.

192 Ibid.

193 « L’intuition bergsonienne par J. Segond », Rmm, 1913, suppl., mai 1913, p. 5, I.

194 Lettre du 27 mai 1907, ms. 368.

195 R. C. Crogin, op. cit., p. 119 et suiv. p. 190 et suiv.

196 Voir C. Prochasson, Les intellectuels, le socialisme et la guerre et C. Prochasson, A. Rasmussen, Au nom de la patrie, les intellectuels et la Première Guerre mondiale (1910-1919), Paris, Éditions La découverte, 1996.

197 C. Péguy, « Note sur Bergson et la philosophie bergsonienne », Œuvres complètes, Gallimard, Paris, 1992, p. 1246.

198 Rmm, 1922, suppl. d’octobre-décembre (vraisemblablement rédigée par É. Halévy).

199 Je renvoie sur ce point au chapitre VIII de ma thèse.

200 P. Soulez et F. Worms, Bergson, op. cit., p. 120.

201 L’expression apparaît dans une notice consacrée à une collection de vulgarisation sur les grands philosophes du temps.

202 R. C. Crogin, op. cit., p. 122-125.

203 P. Soulez et F. Worms soulignent l’importance de l’enquête menée par la Grande Revue en 1914 (Bergson, op. cit., p. 123).

204 L’intérêt de ces conférences et du commentaire que leur apporta le philosophe anglais Wildon Carr, fut souligné dans le supplément de la Revue en 1912 : « Bergson, La perception du changement, conférences faites à Oxford le 26 et 27 mai 1911 », Rmm, 1912, suppl., mars, p. 2, I et « The philosophy of change (Titre suggéré par Bergson lui-même), par Wildon Carr », Rmm, 1912, suppl., juillet p. 24, II.

205 Ces thèses avaient été exposées dans la Rmm en 1912 (« Devoir et durée », Rmm, 1912, p. 193-206).

206 Dans Devoir et durée (1912), Wilbois entend donner un prolongement pratique, social à l’élan vital bergsonien en développant une « métasociologie » capable d’engendrer une morale. Le « devoir » est conçu comme l’action de l’élan vital vers le bien. Sur cette figure atypique, voir B. Kalaora, « Le mysticisme technique de Joseph Wilbois », dans Y. Cohen et R. Baudouï (dir.), Les chantiers de la paix sociale, 1900-1940, Fonteny-aux-Roses, ENS Éditions, 1995, p. 185-195.

207 « Une nouvelle position du problème moral » (J. Wilbois), séance du 2 janvier 1914, p. 19.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540