Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Errance et marginalité dans la littérature

 | 
Arlette Bouloumié

Claude Thomasset et Danièle James-Raoul (textes réunis par), La Montagne dans le texte médiéval : entre mythe et réalité

Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2000, 348 p. (Cultures et civilisations médiévales)

Fleur Vigneron

Texte intégral

1Que disent les textes médiévaux à propos de la montagne ? La publication des travaux du séminaire de 1997/1998 dirigé par Claude Thomasset à Paris IV-Sorbonne tente de répondre à cette question. Le mot montagne en lui-même semble chargé de valeurs culturelles et symboliques telles que la littérature médiévale peine à évoquer cette réalité dans le détail. À cet égard, aborder ce sujet est une gageure et invite à réfléchir à la notion de paysage au Moyen Âge. Les études sur les textes de Pétrarque et de Dante viennent nourrir cette réflexion sur la vision de la montagne. Réunies par Danièle James-Raoul et Claude Thomasset, les contributions proposent des approches variées, interrogeant les œuvres scientifiques et littéraires ainsi que les mythes, l’iconographie, la spiritualité chrétienne et la civilisation arabo-islamique. On apprécie tout particulièrement de pouvoir, en un volume, envisager les multiples facettes du sujet. L’ouvrage se termine par un index nominum et un index rerum, outils précieux pour le lecteur.

2Plusieurs domaines scientifiques sont étudiés : travaux s’apparentant à une géologie médiévale, textes encyclopédiques en français, théorie des climats et “géographie”. Le Moyen Âge a produit une réflexion sur les microclimats montagnards et la “géographie” révèle clairement une fonction des montagnes : elles délimitent et structurent l’espace. Plusieurs savants reprennent diverses sources antiques et arabes et cherchent à rendre compte de la formation du relief. Albert le Grand se signale par une pensée très complète et cohérente faisant intervenir les quatre éléments. L’auteur s’intéresse en outre à la matière minérale des montagnes. Choisissant parmi les diverses théories scientifiques, les encyclopédies en français expliquent que la formation du relief est due à l’érosion provoquée par l’eau au moment du déluge. Cette idée a une valeur pédagogique, car elle peut se penser sur le modèle de l’action de la pluie sur le sol, ce qui correspond à une expérience ordinaire pour le lecteur médiéval. Ces ouvrages de vulgarisation ne sont pas sans impact sur l’imaginaire de la montagne. Ils en donnent une représentation négative liée au châtiment divin. Dieu a voulu punir les hommes de leurs péchés ; avant le déluge, la terre était plate.

3Mais la vision médiévale de la montagne n’est pas toujours péjorative. L’iconographie carolingienne révèle un imaginaire qui fait du mont le lieu de rencontre avec Dieu, un espace sacré et médiateur entre ciel et terre. Dans la spiritualité cartusienne, la montagne est perçue comme un désert, espace qui permet de se séparer du monde, elle fait naître une topique de l’élévation de l’âme en Dieu. Des contes extraordinaires circulent durant tout le Moyen Âge, comme l’histoire de la montagne d’Aimant et, dans la civilisation musulmane notamment, les légendes concernant la montagne de Qâf. Les récits de voyage mêlent à plaisir fables et réalité.

4La littérature médiévale transmet souvent l’image d’une montagne terrifiante. Les épopées montrent une affinité des hauteurs avec le locus horribilis. Dans les romans, le mont est parfois associé à un géant, le personnage et le lieu faisant naître l’effroi. Même dans le genre romanesque, les textes littéraires décrivent peu la montagne, cette dernière est plutôt mentionnée pour servir la narration. Elle est notamment le signal que quelque chose d’extraordinaire va se passer. Parmi les adjectifs qui qualifient le relief montagneux, on trouve régulièrement le terme merveilleux. Ainsi la montagne est-elle un cadre propice aux merveilles. Elle peut être elle-même magique. Dans la Queste del Saint Graal et l’Estoire del Saint Graal, le mont est le lieu de la tentation où le héros est mis à l’épreuve. Jehan Wauquelin conjugue plusieurs aspects de la montagne dans les Conquestes et Faitz d’Alexandre le Grand. Il confirme ainsi certaines idées fortes qui émergeaient déjà des articles précédents. En effet, on trouve, dans son roman, des montagnes merveilleuses qui sont des épreuves pour le héros et qui lui permettent de faire l’expérience du divin.

5De différentes manières, les études rassemblées montrent les deux versants de la montagne médiévale, l’un sombre, c’est le mont effrayant et diabolique, l’autre lumineux, c’est l’appel de Dieu. Le relief montagneux forme un espace d’aventures, Roland, un des premiers grands héros de la littérature y meurt. Il constitue aussi un objet de connaissance, car l’homme du Moyen Âge cherche une explication à ces hauteurs. Enfin, atteindre les cimes a toujours tenté les hommes et revient à affirmer un pouvoir, comme le montre l’épisode de l’ascension du Mont-Aiguille, ordonnée par Charles VIII en 1492, qui, en soi, ne pose aucun problème, mais a une valeur symbolique forte. Qu’on soit dans le domaine littéraire ou scientifique, les sommets fascinent parce qu’ils se rapportent au sacré. Grâce à des approches variées, cet ouvrage réussit à proposer une réflexion complexe et en même temps très cohérente sur la montagne au Moyen Àge, enrichissant ainsi les recherches qui étaient plutôt, jusqu’à présent, le fait des seuls historiens.

Auteur

Professeur agrégé, Université d’Angers

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540