Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les philosophes en République

 | 
Stéphan Soulié

Deuxième partie. Défense, « socialisation » et régulation du travail philosophique

Chapitre 5. Délimitation des frontières de la discipline et organisation du travail philosophique

Texte intégral

1La défense de la philosophie comme discipline passait par l’établissement d’un dialogue fécond avec les sciences. Conjurer les menaces de réduction positiviste et scientiste qui mettaient en question l’existence même de la philosophie tout en défendant l’idéal et l’esprit scientifiques : tel était le programme de la Rmm. Cette alliance nouvelle entre philosophes et savants a contribué de manière décisive au développement de la philosophie des sciences, à la naissance de l’épistémologie. Le « système R2M » a d’autre part joué un rôle important dans la modernisation de la communication philosophique : la Société française de philosophie inaugure des pratiques collectives appelées à se généraliser et forge des outils scientifiques au service de la communauté philosophique : le Vocabulaire technique et critique dirigé par André Lalande et la Bibliographie annuelle de la philosophie française. Cet effort d’organisation est indissociable d’un travail de délimitation des frontières de la discipline.

Le rapprochement entre philosophie et sciences

2Avant même le lancement de la Rmm, Xavier Léon était soucieux de prévenir les erreurs d’interprétation du titre de la publication : son caractère « métaphysique » n’annonçait pas, bien au contraire, une prise de distance à l’égard des sciences. Il écrivait ainsi à Ravaisson :

  • 1 Copie d’une lettre de X. Léon à Félix Ravaisson, 1892, s.p.d., ms. 365. X. Léon évoque notamment H (...)

« J’ai aussi cherché, pour bien marquer le caractère de la Revue dont le titre pourrait peut-être ne pas être bien compris par quelques-uns, à m’assurer la collaboration de savants qui sont aussi des philosophes1. »

Une nouvelle alliance entre philosophes et savants

3L’introduction du premier numéro ne dissipa manifestement pas les malentendus. Répondant à l’inquiétude d’Hamelin qui craignait de la part de la Rmm la tentation de s’isoler des sciences, Xavier Léon réaffirmait l’intérêt de la publication pour la critique des sciences et la nécessité de tendre la main aux savants :

  • 2 Lettre à O. Hamelin du 4 avril 1893, ms. 356.

« Dans notre introduction si nous avons affirmé, d’une façon sans doute un peu tranchante, l’indépendance de la philosophie vis-à-vis des sciences positives, c’est que nous avions surtout à nous distinguer d’une école qui confond trop volontiers la recherche philosophique avec les recherches de sciences spéciales et qui ne reconnaît point à la philosophie d’existence propre. Mais nous n’avons point entendu dire […] qu’il n’y ait point d’étroits rapports entre les objets dont s’occupent la Science et l’objet de la philosophie. Peut-être même pourrait-on dire que la philosophie, au moins dans sa fonction théorique, n’est guère qu’une critique des concepts fondamentaux de la Science. Bien loin donc de mépriser la Science, nous estimons qu’il faut faire une large part à la Science – surtout dans une Revue de métaphysique ; et à côté de travaux sur les mathématiques, nous essayons d’obtenir des théories sur la Chimie, la Physique, les Sciences naturelles ; nous adressant pour cela à des savants de profession qui ont aussi réfléchi sur les principes de leur Science, puisqu’en ces matières la voix des philosophes n’est pas toujours suffisamment autorisée – ce que nous déplorons avec vous. […] Mais en même temps que nous faisons aux travaux de savants leur part, nous prétendons rester dans le domaine des idées et de la réflexion critique, et non pas dans celui des faits ou de la production scientifique proprement dite. S’il nous était permis de résumer en deux formules l’esprit de notre direction, nous dirions volontiers que la Revue de métaphysique et de morale poursuit un double but : celui de rapprocher la Philosophie des Sciences sur un autre terrain que celui des faits, sur le terrain des idées ; celui aussi de rapprocher la Morale de la philosophie sur un autre terrain que sur celui de la foi et du sentiment, sur le terrain de la Raison2. »

  • 3 R. Poirier, Philosophes et savants français au XXe siècle. op. cit., p. VII.

4Ce rapprochement entre philosophes et savants doit être compris à double sens : le « système R2M » a participé à la promotion de la culture scientifique chez les philosophes mais il a aussi créé un débouché philosophique pour les mathématiciens et les scientifiques de formation et de profession. Il a ainsi favorisé une double conversion : conversion des philosophes aux études scientifiques et conversion des savants à la philosophie. Ces derniers étaient appelés à réfléchir sur les modes de constitution de leur savoir en séparant le plan de la pratique scientifique et celui de l’analyse philosophique réflexive. En 1926, dans le second volume de Philosophes et savants français, Réné Poirier faisait ainsi de l’année 1893 et de la fondation de la Rmm le point de départ de son étude3.

  • 4 A. Darlu, « Quelques réflexions sur les bornes de la science », Annales de la Faculté des Lettres (...)
  • 5 Ibid., p. 1.
  • 6 Darlu ne fait pas référence aux thèses de Boutroux sur la contingence des lois de la nature. Il cr (...)

5L’enseignement de Boutroux, sa thèse sur La contingence des lois de la nature et, plus généralement, le renouveau kantien de la réflexion sur les limites de la science, avaient profondément marqué la génération des fondateurs de la Rmm. Darlu avait lui-même publié, dès 1881, « quelques réflexions sur les bornes de la science4 », article peu connu qui, très critique à l’égard du scientisme, dénonçait la tendance de la Science à se changer en « dogmatisme étouffant », sa prétention à fournir une explication universelle, à dissoudre tout « mystère5 ». Darlu s’inscrit dans le mouvement de critique de la pensée du « mécanisme scientifique6 » qui repose sur le dogme la « nécessité universelle » :

  • 7 A. Darlu, « Quelques réflexions… », op. cit., p. 6.

« Il n’est pas du tout évident, et il n’est pas démontré non plus que la nature réalise les abstractions du géomètre. Il n’est pas démontré que l’univers matériel ne soit qu’un mécanisme7. »

  • 8 On pense au texte retentissant de Brunetière, « Après une visite au Vatican », Revue des deux mond (...)
  • 9 G. Belot, « La valeur morale de la science », Rmm, juillet 1914, p. 431-455.

6Pour autant, loin d’alimenter le scepticisme scientifique, la Rmm fit front contre les discours sur la « faillite » ou la « banqueroute » de la science8. La critique des sciences ne devait pas saper la valeur de la science. Au contraire, esprit philosophique et esprit scientifique devaient former alliance sur la base d’un rationalisme universaliste adversaire de toutes les instrumentations idéologiques du discours sur les limites de la science. La mobilisation intellectuelle de l’Affaire Dreyfus allait renforcer cette solidarité et nourrir un dreyfusisme dont on retrouve encore l’expression, en 1914, dans un article de Belot sur « la valeur morale de la science9 ».

  • 10 « La causalité en histoire (F. Simiand) », séance du 31 mai 1906, BSFP, 1906, p. 245-290 et « les (...)
  • 11 Le texte de Simiand sur les « 3 idoles de l’histoire » est souvent cité comme un jalon important d (...)

7La philosophie ne renonçait pas à faire œuvre d’unification en se donnant pour fonction de dégager la direction du progrès des sciences et sa signification pour l’humanité. La « philosophie et de la méthodologie des sciences » représente ainsi entre 25 et 30 % des articles de la Rmm tandis qu’un cinquième des réunions de la Société française de philosophie sont des séances « scientifiques » (30 % si l’on exclut du total les séances consacrées au Vocabulaire et à la Bibliographie). La Société reçut ainsi les physiciens Jean Perrin et Paul Langevin, le biologiste René Quinton, le psychologue Henri Piéron, l’historien Charles Seignobos… Les sciences physiques et naturelles dominent, devant la psychologie, l’histoire, les mathématiques et la linguistique. Du côté de la sociologie, Durkheim fut un interlocuteur permanent, contrairement à ce que pourrait laisser penser une étude strictement quantitative : à plusieurs reprises, les problématiques sociologiques s’invitèrent lors de séances de « philosophie générale », de pédagogie ou lors de discussions consacrées à des champs disciplinaires adjacents. François Simiand est également intervenu comme représentant de la sociologie pour apporter la contradiction à Seignobos, représentant autorisé de l’École méthodique10. Les premières attaques du sociologue contre le duo Langlois-Seignobos avaient d’ailleurs été accueillies par la Rmm dès 189711.

8Le rapprochement entre philosophie et sciences passait par une réforme de l’enseignement philosophique.

Le nécessaire rapprochement entre culture philosophique et culture scientifique

9Sans rompre avec l’identité littéraire de la discipline, la revendication du talent et de la virtuosité, il fallait renforcer l’éducation scientifique des professeurs de philosophie et ouvrir la discipline aux savants.

  • 12 « L’enseignement philosophique et l’agrégation de philosophie », Revue philosophique, 1895, p. 121 (...)
  • 13 Durkheim n’allait donc pas aussi loin que le publiciste Fernand Vandérem qui, par provocation, ven (...)
  • 14 F. Rauh, « L’éducation scientifique des professeurs de philosophie », Rmm, 1895, p. 233-238 et « L (...)
  • 15 Sur la protestation de Durkheim et la réponse du directeur de la Rmm, voir la lettre de X. Léon à (...)
  • 16 Ndlr, Rmm, 1894, p. 231.

10La polémique engagée avec Durkheim en 1895 est à cet égard révélatrice. La rédaction avait réagi avec vigueur à la charge contre la classe de philosophie qu’il venait de publier dans la Revue philosophique. Le sociologue dénonçait le formalisme, le caractère routinier et rhétorique de l’enseignement philosophique : la philosophie se perdait dans des généralités abstraites qui la rendaient incapable d’assurer sa fonction morale et civique12 ; elle manquait trop de science, d’esprit positif, pour prétendre former les jeunes gens à la vie sociale13. La réponse de la Rmm ne peut être réduite à la réaction corporatiste de philosophes défendant la discipline contre une charge positiviste ou une tentative d’annexion par la sociologie : la rédaction publia une réplique en exergue à un double article de Rauh qui revendiquait lui aussi, mais dans un esprit différent, une meilleure éducation scientifique des professeurs de philosophie14. Rauh ne répondait d’ailleurs pas à l’article de Durkheim puisqu’il avait rédigé son texte avant la publication de ce dernier. Durkheim ne manqua donc pas de critiquer le procédé, d’autant qu’il approuvait l’article de Rauh15 alors que la Rmm saisissait l’occasion de sa parution pour défendre l’idéalisme critique contre un sociologisme jugé réducteur. La note de la rédaction prenait acte de la proposition de Durkheim d’instituer un cours de Logique des Sciences et un cours de psychologie mais ne les comprenait pas de la même manière16. La philosophie devait être définie comme réflexion au second degré sur la science :

  • 17 Ibid., p. 231-232.

« La philosophie, dirons-nous, est une réflexion sur les formes de la connaissance, la philosophie est une logique. […] L’idéalisme Platonicien n’était pas une philosophie de la contingence et du devenir, et cependant Platon commence par reprocher aux matérialistes, “fils de la terre”, de ne croire à l’existence que de ce qu’ils ont pris dans leurs mains et de méconnaître tout ce qui est de l’ordre de l’invisible, de l’action et du devenir. C’est que nul n’est philosophe qui n’a subi cette initiation préalable de comprendre que la réalité de l’univers c’est devenir vivant de l’esprit, et qu’une philosophie intégrale est indivisiblement un système d’idées et un mouvement critique de la pensée. […] Singulière contradiction d’un esprit positif ! M. Durkheim veut que la philosophie soit une science des principes et des notions fondamentales : mais que l’on pose le problème de savoir ce que c’est qu’un fondement, ce que c’est qu’une notion, ce que c’est qu’un principe, c’est ce que M. Durkheim ne permettra jamais17. »

  • 18 Ndlr, Rmm, 1894, p. 353.

11Le numéro suivant faisait état des protestations de Durkheim : le sociologue reprochait à la Rmm de faire de son article une attaque contre les « maîtres de la philosophie contemporaine ». Une seconde note de la rédaction, anonyme mais rédigée à deux mains par Brunschvicg et Léon, maintenait pourtant l’opposition entre « l’esprit de réflexion critique qui inspire depuis une vingtaine d’années l’enseignement philosophique de nos lycées et l’esprit de la science positive qui a la faveur du siècle18 ».

  • 19 F. Rauh, « L’éducation scientifique… », op. cit., p. 235. Rauh témoignait alors un intérêt grandis (...)
  • 20 « Elle est trop exclusivement une agrégation de métaphysique pure, d’histoire de la philosophie et (...)

12Derrière l’opposition mise en scène par la rédaction, n’y avait-il cependant pas de réels éléments de convergence ? Rauh développait, en effet, un projet de réforme de la licence visant à donner aux étudiants de philosophie un enseignement élémentaire de sciences débouchant sur un certificat, à leur « apprendre » ainsi « le chemin de la Faculté des sciences19 ». Il réclamait également une réforme de l’agrégation pour mettre davantage la philosophie en contact avec les progrès de la connaissance scientifique20. La « critique des sciences » ne pouvait relever de la compétence des professeurs de philosophie qu’à ce prix :

  • 21 F. Rauh, « La Licence… », op. cit., p. 362-364.

« La critique de la science, des méthodes, la délimitation et la signification exacte des concepts, telle qu’elle ressort de leur application naturelle aux faits, telle est l’œuvre qu’ils sont pour la plupart obligés, par ignorance, d’abandonner aux savants. Et ceux-là n’y réussissent pas toujours, faute de culture philosophique. […] Ainsi la critique des sciences est-elle à peu près interdite au philosophe formé par l’Université ; et il ne peut que traverser la métaphysique, faute de pouvoir la vivifier au contact de la science vivante21. »

  • 22 Ibid., p. 366.
  • 23 Ibid. Dans le numéro suivant, Georges Dumesnil faisait écho aux préoccupations de Rauh tout en se (...)

13La critique des sciences est affaire de philosophes car « le critique des sciences n’est pas plus un savant qu’un critique de l’art n’est un artiste22 », mais l’ouverture de la philosophie aux sciences est absolument nécessaire si le philosophe « ne veut [pas] que sa parole se perde23 ».

  • 24 Le DES d’histoire, institué en 1894, était exigé avec la licence pour se présenter à l’agrégation.
  • 25 F. Rauh, « La Licence… », op. cit., p. 356.

14Rauh demandait un renforcement de la spécialisation de licence de lettres : la partie commune (les humanités) devait être allégée et la partie spécialisée (lettres, histoire ou philosophie) détachée. Elle donnerait lieu à un diplôme d’études supérieures (sur le modèle de l’histoire24) évaluant des connaissances générales mais également l’aptitude à la recherche. Elle serait ouverte aux futurs professeurs mais aussi à des étudiants se destinant à d’autres carrières sans obliger ces derniers à refaire leurs humanités. Il s’agissait ainsi d’attirer de nouveaux candidats à la philosophie pour favoriser l’imprégnation de la discipline à tous les niveaux de l’enseignement25. Rauh allait jusqu’à formuler le vœu que ce diplôme ouvrît droit à la dispense du service militaire, afin de renforcer son caractère attractif.

  • 26 Lettre du 26 mai 1895, ms. 360.

15Couturat, fort de sa double culture littéraire et scientifique, avait travaillé à l’élaboration d’un projet de réforme de l’agrégation. Plus « radical » que Rauh et s’inspirant d’une idée de Darlu, il voulait « rendre l’agrégation également accessible aux savants et aux lettrés, et aux élèves de l’enseignement moderne comme à ceux du classique26 ». Il était du devoir de la Rmm de favoriser cette réforme :

  • 27 Ibid.

« Si notre projet pouvait réussir ce serait un honneur pour la Revue, qui aura dans cette campagne plaidé la cause de la philosophie, soutenu les “bons principes” et représenté la vraie doctrine, à la fois traditionnelle et moderne. Ce serait la consécration de son influence et la récompense de son initiative27. »

  • 28 X. Léon aurait communiqué à Rauh une lettre dans laquelle Darlu critiquait le projet Couturat-Rauh (...)
  • 29 Il était membre de la Société pour l’étude des questions d’enseignement secondaire. Une lettre de (...)
  • 30 « Et puis Darlu nous impose des problèmes qui doivent être celui des administrateurs. Nous faisons (...)

16Curieusement, Darlu semble avoir accueilli les propositions de Couturat avec frilosité28. Il n’était pas encore Inspecteur de l’Instruction publique mais il se trouvait déjà engagé dans la réflexion institutionnelle sur les réformes de l’enseignement29 et Rauh lui reprochait d’adopter la posture trop prudente des « administrateurs » devant les réformes audacieuses30.

  • 31 Certificat triple « physiques, chimie, sciences naturelles » délivré par la faculté de sciences.
  • 32 Suppl., septembre, Rmm, 1896, p. 15. II.

17La réforme de l’agrégation, en 1896, répondit en partie aux préoccupations de Rauh : les candidats devaient être pourvus du baccalauréat lettres-mathématiques ou d’un des certificats du PCN31. L’ensemble de la réforme fut pourtant fraîchement accueilli dans le supplément de la Rmm : elle accordait encore trop de place à l’histoire de la philosophie et aux explications de textes en langues anciennes. La Rmm demandait la possibilité pour les candidats de présenter des explications de textes anglais ou allemands pour « permettre ainsi l’accès de l’examen aux candidats munis de titres exclusivement mathématiques32 ».

  • 33 « L’agrégation de philosophie », séance du 26 décembre 1901, Rmm, 1902, p. 23-40.
  • 34 Décret du 18 juin 1904 (cf. A. Chervel, Histoire de l’agrégation. Contribution à l’histoire de la (...)

18À la fin de l’année 1901, Rauh, désormais professeur à l’École normale, revenait à la charge devant la Société française de philosophie33. Ses propositions étaient formulées dans un contexte de crise (la concurrence de l’enseignement congréganiste entamant les effectifs des lycées, le nombre de postes à l’agrégation avait été réduit, et un certain nombre d’agrégés n’étaient pas encore « placés »). Le projet proposait une rupture trop radicale pour être accueilli favorablement par les « administrateurs » présents (Darlu et Rabier) : transformation du concours en examen conférant un simple certificat d’aptitude à l’enseignement et n’assurant donc pas nécessairement un poste à tous les lauréats, suppression du programme, modification des épreuves et introduction du diplôme d’études supérieures (DES) permettant d’évaluer les compétences scientifiques des candidats. La prudence de l’administration allait certes prévaloir sur la fougue de Rauh mais trois ans plus tard, le DES était institué pour l’ensemble des disciplines littéraires34.

  • 35 H. Bouasse, « De l’éducation scientifique des “philosophes” », Rmm, 1901, p. 41.
  • 36 E. Goblot, « Enseignement. La licence de philosophie », Rmm, 1902, p. 120-129.
  • 37 H. Delacroix apportait de ce point de vue son soutien à Goblot (« La réforme de la licence », Rmm,(...)
  • 38 E. Goblot, « La licence de philosophie », Rmm, 1907, p. 95-96.

19La Rmm publia, au début du siècle, plusieurs réquisitoires sévères contre les lacunes scientifiques d’un enseignement philosophique « essentiellement oratoire et littéraire35 », désormais perçu comme un danger mortel pour la discipline36. Il semblait urgent de percer des portes de communication entre les différentes facultés, de rendre accessible le grade de licencié de philosophie à des diplômés de sciences, de médecine ou de droit en les dispensant de passer les certificats de la licence de lettres37. En 1907, quelques mois avant une importante réforme de la licence, Edmond Goblot dénonçait l’absurdité du système français qui ne permettait pas d’être à la fois savant et philosophe. Si les scientifiques veulent obtenir la licence de philosophie, « il leur faut […] apprendre Rosa, la rose, et passer le baccalauréat classique. […] Si l’on n’y prend pas garde, le moment est proche où les vrais philosophes ne seront ni licenciés ni agrégés de philosophie…38 ». L’évolution vers un découplage partiel des humanités (en l’occurrence, les études grecques et latines) et des études philosophiques était ainsi envisagée par des personnalités très diverses du monde philosophique.

20Le décret du 8 juillet 1907 érigeant les quatre licences de lettres en diplômes distincts répondait à cet appel à rééquilibrer la formation philosophique en faveur des sciences : la part des humanités classiques pouvait se trouver réduite dans la licence de philosophie. Mais les quatre nouveaux diplômes conservaient en commun une version latine : il fallait toujours apprendre Rosa, la rose…

  • 39 Alfred Binet avait lancé une grande enquête auprès des professeurs de philosophie afin de connaîtr (...)
  • 40 Ibid., p. 30.

21La séance de la Société française de philosophie consacrée en 1907 à l’enquête de Binet sur l’enseignement philosophique fit écho à ces préoccupations39. Il était tout de même rappelé que le baccalauréat de mathématiques (ou à défaut, un certificat du PCN) était exigé pour l’agrégation de philosophie. Mais, selon Darlu, le futur professeur de philosophie ne pouvait recevoir qu’une formation scientifique partielle qui le conduisait à privilégier telle ou telle science : l’unité du savoir dans un seul et même esprit n’était pas réalisable, mais la connaissance d’une discipline scientifique très nécessaire40.

Convergence entre savants et philosophes : la naissance de l’épistémologie41

  • 41 Le rôle de la Rmm dans la naissance de « l’épistémologie » a été souligné notamment par Gaspare Po (...)
  • 42 É. Meyerson, Identité et réalité, Paris, Vrin, 1908.
  • 43 E. Castelli-Gattinara, op. cit., p. 353.
  • 44 Durant la préparation du Congrès, Couturat employait déjà le terme « épistémologique » (voir la le (...)

22Si le terme même d’« épistémologie » est sans doute utilisé pour la première fois, au sens actuel du mot, par Émile Meyerson en 1908 dans son ouvrage sur Identité et réalité42, le premier Congrès international de philosophie représente, selon Enrico Castelli-Gattinara, « l’acte de naissance d’un souci spécifiquement épistémologique43 » : à cette occasion, Joseph Wilbois et Bertrand Russell utilisèrent le terme à la place de l’expression « critique des sciences »44.

  • 45 Anonyme (Halévy-Brunschvicg) « La philosophie au Collège de France », Rmm, 1893, p. 375.

23En plaidant, dès 1893, pour la création d’une chaire de logique au Collège de France, Brunschvicg et Halévy avaient tracé, dans un article-manifeste anonyme, les grandes lignes d’un programme de philosophie des sciences opposé à l’histoire des sciences élaborée par Laffite du haut de sa « chaire de prédication » positiviste. Il fallait « placer l’intelligence en face de la nature, et montrer comment elle organise les phénomènes par le simple développement de ses lois constitutionnelles ; bref apprendre à la raison à se retrouver elle-même dans la science qu’elle a faite, voilà le problème de la logique ». En effet, « la logique ne refait pas la science, elle la suppose faite ; son point de départ est la solution pratique, parce que toute solution pratique provoque chez l’homme une réflexion théorique45 ».

24La logique des sciences devait être pensée comme science de l’esprit réflexive et critique : son objet n’était pas tant la science dans sa positivité que l’ensemble des opérations de l’esprit qui la constituent :

  • 46 Ibid., p. 378.

« Quelle est la valeur de la logique formelle ? Quels sont les rapports de la syllogistique et de la méthode mathématique ? Que pourrait être une logique de l’invention, et, en particulier, comme déterminer les conditions de la vérité scientifique46 ? »

  • 47 F. Worms (éd.), Le moment 1900 en philosophie, op. cit. Voir notamment l’introduction de F. Worms,(...)
  • 48 Pierre Duhem n’a pas collaboré à la Rmm malgré le désir de X. Léon d’obtenir la contribution du sa (...)
  • 49 Voir notamment, Bertrand Russell, Correspondance sur la philosophie, la logique et la politique av (...)

25L’articulation de la critique et de l’histoire des sciences est un des éléments de la matrice problématique du « moment 1900 » en philosophie47. La Rmm et la Société française de philosophie ont participé à la critique du mécanisme scientifique et ont offert une tribune aux représentants de la « philosophie nouvelle » comme Édouard Le Roy. Ce dernier, protagoniste majeur de la discussion sur les relations entre philosophie et science, proposait une relecture d’inspiration bergsonienne du positivisme qui le conduisait à définir un « positivisme nouveau ». Les grandes controverses scientifiques et mathématiques n’ont pas échappé à la Rmm : les débats sur les géométries non euclidiennes, les probabilités, les principes de la thermodynamique, la contradiction entre le principe de Carnot sur la dégradation de l’énergie et celui de conservation, le face à face entre énergétisme et mécanisme48 … La publication a été un lieu majeur de discussion sur les limites du conventionnalisme : Poincaré y opposa au « nominalisme » de Le Roy son conventionnalisme modéré. Le mathématicien-philosophe défendit le réalisme mathématique et ferrailla avec le « logicisme » de Russell et de son interprète français, Couturat49.

26La convergence entre savants et philosophes met en évidence les limites d’une analyse sociale des affiliations disciplinaires et des identités professionnelles, du fait de la plasticité et de la perméabilité des frontières entre les disciplines. Le tissage des sociabilités et la consolidation des affinités électives ont joué un rôle décisif dans l’élaboration de cette nouvelle alliance sous le patronage de Descartes : les savants furent bien représentés parmi les hôtes réguliers de Xavier Léon à l’image de Jean Perrin et de Paul Painlevé.

  • 50 Arthur Hannequin est reçu premier à l’agrégation de philosophie en 1882, Goblot cinquième l’année (...)
  • 51 En 1912, Brunschvicg publiait Les étapes de la philosophie mathématique.
  • 52 Hannequin, professeur d’histoire de la philosophie et des sciences à l’Université de Lyon, auteur (...)

27Des philosophes de formation se livraient à l’étude des mathématiques et des sciences pour se hisser à un niveau de compétence suffisant pour assurer une prise à la philosophie critique. Ce fut le cas d’Arthur Hannequin, de François Evellin, d’Edmond Goblot puis d’Abel Rey50 mais également de trois animateurs majeurs du « système R2M » : Lalande, Couturat et Brunschvicg51. La notice nécrologique d’Hannequin défendait ainsi la légitimité intellectuelle de la critique philosophique des sciences dont l’auteur avait été l’un des pionniers52 et regrettait que les pesanteurs institutionnelles l’aient empêché de donner la pleine mesure à ses travaux :

  • 53 Rmm, 1905, suppl., juillet, p. 1.

« Il fut le premier, parmi les philosophes français, à se consacrer à la critique des sciences ; et il se prépara à cette tâche ardue par de longues années d’études scientifiques. Malheureusement, il n’a pas pu recueillir le fruit de tant de travaux ; d’une part, la tyrannie de la routine universitaire et des programmes d’agrégation l’empêcha presque toujours de choisir librement le sujet de ses cours, et par suite de se vouer plus spécialement à la philosophie et à l’histoire des sciences, qui l’attiraient particulièrement et auxquelles il eût apporté l’indispensable contribution d’un esprit foncièrement philosophique53. »

28Des savants de formation faisaient le chemin inverse : de la pratique mathématique ou scientifique à la spéculation philosophique. Sans remonter aux figures tutélaires des philosophes-géomètres (Descartes ou Leibniz), les modèles de référence ne manquaient pas, à commencer par Renouvier et Cournot. La Société française de philosophie fit au second l’honneur de deux séances. La Rmm a contribué à consolider sa légitimité philosophique en lui rendant, en 1905, un hommage appuyé sous la forme d’un numéro spécial avec héliogravure et Darlu souligna l’unité du programme « critique » du savant-philosophe dont la Rmm pouvait, pour une part, se présenter comme l’héritière :

  • 54 A. Darlu, « Quelques vues de Cournot sur la politique », Rmm, 1905, p. 414-415.

« La Critique, comme il l’a comprise, consiste à suivre toutes les démarches de l’esprit humain dans son application à la connaissance des objets. […] Il parle toujours avec respect des spéculations du métaphysicien moraliste ; mais, pour lui, il tient que la vraie philosophie est enfermée dans la critique de la connaissance54. »

  • 55 Pour la Rmm, Tannery était « la plus haute autorité française, l’une des plus hautes autorités eur (...)
  • 56 La notice nécrologique consacrée à Lechalas (1851-1919) rappelle qu’il collabora à la Rmm dès sa f (...)
  • 57 Ibid.

29Le « système R2M » a joué un rôle déterminant dans la construction de l’identité philosophique de savants de formation, révélant ou suscitant des vocations parmi les mathématiciens et les physiciens. C’est le cas pour quelques protagonistes célèbres des débats du tournant du siècle (Paul Tannery55, Henri Poincaré, Gaston Milhaud, Édouard Le Roy ou Émile Meyerson) et pour d’autres, plus obscurs, comme l’ingénieur des Ponts et Chaussée Georges Lechalas56 et deux proches collaborateurs de Xavier Léon : Maximilien Winter et Louis Weber. Les amateurs (non universitaires) qui se « dépensaient pour la philosophie57 » trouvaient ainsi une voie d’intégration à la communauté philosophique.

  • 58 Rmm, janvier 1919, p. 149 (X. Léon est sans doute l’auteur de la note).
  • 59 Ibid.
  • 60 Ibid.

30La nécrologie consacrée à Milhaud en 1919 met en scène l’itinéraire d’un savant gagné à la philosophie. Normalien de la section des sciences, agrégé de mathématiques, il fut fortement influencé par son camarade Pierre Janet, professeur de philosophie, qui contribua au développement de « son goût naturel pour la réflexion et la critique58 ». Milhaud entrait en philosophie peu avant la fondation de la Rmm : son cours sur Les origines de la science grecque parut en 1893. Il soutenait dans la foulée ses thèses de philosophie, dont la principale, Essai sur les conditions et les limites de la certitude logique, publiée en 1894, consolidait sa réputation de philosophe. Elle fut « l’un des monuments de la grande réaction contemporaine […] contre la croyance irréfléchie à la valeur absolue de “la Science” qui avaient prévalu dans la période précédente59 ». Milhaud collabora activement à la Rmm et noua des relations amicales avec Xavier Léon. En 1909, une chaire d’« Histoire de la philosophie dans ses rapports avec les Sciences » était créée à la Sorbonne pour accueillir son enseignement et couronner la trajectoire, des mathématiques à l’histoire et à la philosophie des sciences, de ce libre disciple de Renouvier. Sa critique des prétentions de la science et de la « logique pure » ne l’avait nullement arraché au camp rationaliste et la note nécrologique de la Rmm pouvait ainsi proposer deux mots en guise d’épitaphe : « Raison » et « Liberté60 ».

  • 61 Voir le chapitre VI.
  • 62 Sur la place de Poincaré dans la communauté philosophique, voir Laurent Rollet, Henri Poincaré : D (...)
  • 63 « Henri Poincaré », notice nécrologique, Rmm, 1912, suppl., septembre, p. 1 (notice rédigée par X. (...)
  • 64 « Le monde perd en lui un de ses plus grands esprits, la Revue son plus éminent et plus fidèle col (...)
  • 65 « Henri Poincaré », op. cit., p. 1.
  • 66 X. Léon avait cru, à tort, que la mort de Poincaré ouvrait la voie à la collaboration de Duhem : « (...)

31La Rmm a également participé à la conversion philosophique de Le Roy, coopté au départ en tant que mathématicien prometteur61. Mais elle a surtout joué un rôle essentiel dans la construction de l’identité philosophique de l’un de ses collaborateurs les plus prestigieux : le mathématicien Henri Poincaré62 : « C’est véritablement sous son égide, ainsi que le souligna Xavier Léon, que la Revue a acquis ses titres scientifiques, et réuni autour d’elle un groupe de savants, ses collaborateurs et ses lecteurs63. » À sa mort, en 1912, la Rmm perdait l’un de ses collaborateurs les plus lus64 : c’était « comme un deuil de famille65 ». À la veille de la Première Guerre mondiale, la disparition du mathématicien était même présentée comme l’une des causes de l’essoufflement relatif de la publication66. La Rmm pouvait s’enorgueillir d’avoir favorisé l’orientation philosophique des recherches du savant :

  • 67 « Henri Poincaré », op. cit., p. 1.

« Peut-être […] a-t-elle, en quelque manière, contribué à enrichir l’ouvre, déjà immense, du grand mathématicien. Sans elle, sa pensée ne se serait peut-être pas orientée d’une manière aussi déterminée vers les problèmes de la philosophie des mathématiques. Tels de ses livres n’auraient peut-être pas été écrits qui ont tant servi à populariser sa gloire67. »

  • 68 L. Rollet, op. cit. et, du même auteur, « Poincaré’s Conventionalism and French Philosophy at the (...)
  • 69 Voir la lettre de X. Léon à É. Halévy du 18 janvier 1909 (ms. 368).
  • 70 L. Rollet, Henri Poincaré et la vulgarisation scientifique, mémoire de DEA en épistémologie sous l (...)

32Les premiers pas de Poincaré sur le terrain philosophique sont certes antérieurs à la fondation de la Rmm. Mais ce n’est qu’après celle-ci que la dimension philosophique de son œuvre s’affirme68. Sa participation au comité de patronage des œuvres de Descartes et au Congrès international de philosophie témoigne de son intégration rapide à la communauté philosophique. Mais Poincaré ne figure pas parmi les membres actifs de la Société française de philosophie. S’il fut de quelques « dimanches », rue des Mathurins, il ne comptait pas parmi les convives les plus loquaces et sa présence, rare, créait l’événement69. Il semble par contre avoir été l’un des « réguliers » des déjeuners du mercredi. La philosophie de Poincaré, ainsi que le montre Laurent Rollet, n’est pas simplement le produit dérivé d’une pratique scientifique : elle s’explique par les relations établies, par l’entremise de Boutroux puis de la Rmm, avec la communauté philosophique et se rattache à une tradition philosophique. La Rmm a contribué à l’approfondissement de sa pensée philosophique comme en témoigne le grand nombre d’articles repris dans ses ouvrages à destination du grand public (notamment dans la Science et l’hypothèse)70.

  • 71 Le numéro explorait les différentes dimensions de l’œuvre de Poincaré dans quatre articles : L. Br (...)
  • 72 X. Léon cite, dans une lettre à É. Halévy, le témoignage de « reconnaissance » de Lucien Poincaré (...)
  • 73 Ibid.
  • 74 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 28 juin 1912 ( ?), ms. 368 (la date semble erronée).

33En 1913, la Rmm lui consacra un numéro monument71 fort bien accueilli par son frère, Lucien Poincaré72. Le projet de « numéro international » n’avait pas abouti mais le volume avait tout de même belle allure. À défaut de Painlevé, Xavier Léon avait obtenu les collaborations de Langevin pour traiter de la physique, d’Hadamard pour les mathématiques et de Lebeuf pour l’astronomie. Pour la philosophie, plusieurs noms furent avancés puis écartés : celui de Le Roy, mais Xavier Léon redoutait un article « tendancieux »73, ceux de Milhaud et de Couturat, qui se récusèrent, celui de Winter trop méconnu et pas assez philosophe pour donner tout son lustre au numéro74. Sur les conseils de Pierre Boutroux, neveu de Poincaré, la tâche fut donc confiée à Brunschvicg. Contre l’interprétation de Le Roy, l’article tirait Poincaré du côté de l’intellectualisme et de l’idéalisme. Il soulignait d’emblée la compatibilité, chez le savant, entre l’attitude scientifique et l’attitude philosophique :

  • 75 Rmm, 1913, p. 585.

« Poincaré ne s’est pas contenté d’embrasser dans son œuvre proprement technique l’ensemble des problèmes mathématiques et physiques qui se sont posés aux savants de sa génération : il a encore voulu tirer de cette œuvre une moralité capable d’éclairer l’esprit public, en lui donnant un sens plus délicat, plus exact, des conditions véritables et des résultats de la recherche scientifique75. »

  • 76 Les rationalistes intellectualistes de la Rmm ferraillent avec le pragmatisme anglo-saxon incarné (...)
  • 77 Rmm, 1913, p. 597.

34L’article dressait un garde-fou contre les interprétations pragmatistes et utilitaristes76 du conventionnalisme de Poincaré et contre les tentations d’instrumentalisation idéologique. Le principe de contradiction ne suffit certes plus à opposer les systèmes comme les géométries, mais la substitution de l’idée de la « commodité » des théories à la notion classique de vérité ne peut être mise au service d’un scepticisme scientifique qui détournerait de la recherche de la vérité77. Dénonçant la profusion des interprétations inexactes et orientées, Brunschvicg se pose en redresseur. Poincaré n’a ni sapé la valeur de la science ni anéanti l’idée d’objectivité :

  • 78 Ibid., p. 597-598.

« Ne séparant pas l’esprit scientifique de l’indépendance spirituelle, il tendait, pour reprendre une expression fameuse, à rétablir en mathématique, en mécanique, en astronomie, en physique, la liberté de conscience. Par l’effet d’une légende spontanée et indéracinable, il apparut tout à coup comme l’auxiliaire inattendu de ce pragmatisme dont Brunetière avait eu l’honneur de marquer, avec sa loyauté brutale, la véritable origine et le but véritable : fonder sur la faillite de la science ce règne de l’autorité qu’Auguste Comte avait vainement attendu de la connaissance positive.
Qu’on lui fit dire que la science était indifférente à la recherche de la vérité, et qu’on s’autorisât de cette prétendue indifférence pour transporter ailleurs le centre des préoccupations humaines, pour élever au-dessus de la science un je-ne-sais-quoi qu’on appellerait encore la vérité, et dont le propre caractère serait de ne jamais se vérifier, cela, Poincaré ne l’admettait pas78. »

35L’œuvre de Poincaré ne peut donc alimenter le discours à visée politique sur la prétendue banqueroute de la Science. Bien au contraire, son horizon éthique est la défense de l’esprit scientifique, de l’amour de la vérité, traduction possible de l’exigence de « sincérité philosophique » chère à Brunschvicg :

  • 79 Ibid., p. 598-599.

« La critique de Poincaré a fait justice du préjugé réaliste qui avait imposé au sens commun la notion du vrai entendu comme réel donné dans l’intuition immédiate ; elle permet donc que l’on réintroduise dans la science, pour désigner cette universalité dans la commodité même, l’idée et le mot même de vérité […]. Capable de mettre « au-dessus de toute contestation… les théorèmes de mathématiques et les lois énoncées par les physiciens », d’établir son objectivité, tant par le succès de ses prévisions que par l’accord qu’elle assure entre les esprits, la science garde toute sa valeur. Il faut dire plus : elle enseigne à l’homme la plus grande des valeurs humaines, qui est l’amour de la vérité, et, par là, elle permet un jugement décisif des âmes79. »

  • 80 Ibid., p. 601.
  • 81 Ibid., p. 612.

36Brunschvicg entend clairement faire barrage au « nominalisme » de Le Roy en soulignant la distinction entre « conventionnel » et « arbitraire » et en s’appuyant sur les mises en garde formulées par Poincaré lui-même. La « commodité » doit être comprise comme la « simplicité logique » qui donne à l’intelligence « prise sur les choses elles-mêmes80 ». Mais, s’il faut rejeter toute tentation de scepticisme, « il ne faut pas croire que l’amour de la vérité se confonde avec l’amour de la certitude81 ». La Science sera intellectualiste ou elle ne sera pas… Elle n’étudie pas la nature parce qu’elle est utile mais parce qu’elle est belle : l’accent est platonicien.

37Le discours rationaliste de la Rmm s’est donc développé dans deux directions : 1°) la légitimation d’un point de vue philosophique sur les sciences qui ne saurait se confondre avec le point du vue interne à la pratique scientifique ; 2°) la résistance contre une dérive de la critique des sciences dans le sens d’une relativisation voire d’une dissolution de la valeur de la science. Mais, si les frontières entre la philosophie et les sciences mathématiques, physiques et biologiques sont nettes, elles le sont moins avec la psychologie et la sociologie.

Philosophie, psychologie et sociologie : des frontières incertaines

  • 82 L. Pinto, « Le détail et la nuance ; la sociologie vue par les philosophes dans la Revue de métaph (...)

38Si les relations entre les philosophes de la Rmm et les sociologues durkheimiens sont désormais bien connues82, la réception des travaux de psychologie scientifique dans la Rmm et à la Société française de philosophie mériterait une étude détaillée. Les pages qui suivent ne donnent que quelques indications sur les conditions de cette réception et sur la position du rationalisme intellectualiste face aux développements de la psychologie scientifique dont les représentants demeurent des interlocuteurs majeurs au sein du champ philosophique (Théodule Ribot, Pierre Janet, Alfred Binet).

39Nombre des psychologues du début du siècle sont des philosophes de formation qui se sont dirigés par la suite vers des études plus spéciales en psychologie. La discipline, en voie d’autonomisation, conserve des relations très étroites avec la philosophie même si elle constitue ses propres organes de diffusion comme l’Année psychologique de Binet.

40À côté de la psychologie scientifique qui se définit de plus en plus comme discipline de laboratoire, la psychologie philosophique se renouvelle, en rupture avec l’ancien spiritualisme éclectique. L’œuvre de Bergson et, dans une moindre mesure, celle de Rauh, témoignent de cette production parfois brillante. Le second élabore ainsi dans les pages de la Rmm une psychologie réflexive du sentiment qui le conduit à rompre avec toute considération métaphysique en morale et qui constitue la matrice de ses réflexions sur l’« expérience morale ».

41Conformément à sa pratique d’ouverture éditoriale, la Rmm assumait en ce domaine une certaine polyphonie. Les fondateurs de la Rmm se posaient néanmoins en défenseurs des prérogatives de la conscience réfléchie, soulignant le pouvoir de la raison et de l’intelligence dans la vie psychique. La légitimité de la psychologie scientifique n’en était pas moins reconnue même si la vigilance critique conduisait à mettre en garde contre la tendance à limiter à l’excès le rôle de la conscience claire et de la pensée réfléchie dans la vie de l’esprit. Les implications philosophiques générales des travaux de psychologie, en tant qu’ils fragilisent la représentation intellectualiste de la philosophie, éveillent en effet le soupçon.

  • 83 É. Halévy publia en effet dans la Rmm quelques études de psychologie notamment : « Quelques remarq (...)

42Mais la convergence avec les psychologues apparaît possible sur plus d’un point et il ne faut pas surestimer l’imperméabilité des philosophes rationalistes au programme de la psychologie positive. Le rejet du réductionnisme physiologique qui prétend expliquer le « supérieur » (la vie psychique) par l’« inférieur » (la vie physiologique) constitue une base de rapprochement. En combattant l’épiphénoménisme (qui fait de la conscience un épiphénomène de la vie biologique), l’intellectualisme se dresse contre une conception bassement matérialiste de la vie de l’esprit. Or la psychologie scientifique française, bâtie sur la reconnaissance de la spécificité de phénomènes psychologiques non réductibles au biologique, donne en partie satisfaction aux défenseurs d’une philosophie de la conscience. En faisant droit, dans une certaine mesure, aux démarches introspectives, elle maintient un lien intime avec celle-ci. La critique des théories de la psychologie associationniste pouvait de même constituer un point de contact. La thèse latine et les études publiées par Élie Halévy dans la Rmm83 participent de ce travail critique du « mécanisme psychologique » : la psychologie qui se définit comme scientifique pose un problème métaphy-sique sans pouvoir prétendre le résoudre, sans disposer des ressources propres qui lui permettraient de conclure ; elle se retrouve ainsi « au seuil » de la métaphysique, elle n’est en quelque sorte qu’une « préface ». Or, si la psychologie n’est qu’une préface, la métaphysique n’est donc pas soluble dans la psychologie scientifique, elle commence là où s’arrête cette dernière.

  • 84 É. Halévy, « L’explication du sentiment », Rmm, 1897, p. 703-724.
  • 85 Ibid., p. 703.
  • 86 « Nous appelons théorie intellectualiste du sentiment la théorie qui considère l’existence d’une i (...)

43Dans un article consacré à « l’explication du sentiment », Halévy passe au crible de la critique « la théorie physiologique des émotions, ou des sentiments » de James et Lange84 et part en quête des « limites » que « la critique philosophique impose à toute tentative d’explication scientifique du sentiment85 ». Pour lui, la théorie physiologiste du sentiment s’apparente à la théorie mécaniste définie pour la première fois par Descartes et s’oppose, symétriquement, à la théorie « intellectualiste86 ». Le programme critique est ici double : déterminer la valeur « scientifique » de la théorie physiologiste dans sa prétention à l’objectivité et évaluer sa portée « philosophique » dans la confrontation avec la théorie intellectualiste.

  • 87 L. Brunschvicg, « La philosophie de l’inconscient, par Th. Desdouits, Paris, Roger et Chernoviz, 1 (...)

44Le rationalisme intellectualiste dénonce les excès de la biologisation et de la mécanisation de la vie psychique et résiste aux théories qui soulignent trop nettement le rôle de l’inconscient et des forces « obscures ». Dès 1893, Brunschvicg saisit l’occasion d’un compte rendu bibliographique pour formuler la position des fondateurs de la Rmm : pas de négation de l’inconscient, mais l’affirmation d’une conception de l’inconscient qui ne limite pas les prérogatives de la conscience87. Si la vie de l’esprit n’est pas immédiatement transparente à elle-même, le progrès de l’esprit passe par une rationalisation progressive dans la connaissance réflexive :

  • 88 Ibid., p. 410.

« La connaissance de nous-même n’est un problème et un devoir qu’en raison des imperfections mêmes de notre conscience, parce que notre humeur et notre caractère, tout comme notre forme d’esprit, nous sont naturellement inconscients. Or, il nous appartient d’étendre le domaine de la vie inconsciente, de l’étendre non pas tant en largeur qu’en profondeur, c’est-à-dire non pas précisément en éclairant tout à tour et en étalant devant nous tous les faits psychiques, il y aurait un infini à parcourir, mais en remontant à la raison de ces faits qui réside dans les lois de l’âme, de manière à nous faire connaître notre être propre dans ce qu’il a de plus intimement réel, et à nous rendre capable de le diriger conformément au principe de sa nature vraie. Pour une telle œuvre, à vrai dire, la simple observation empirique ne suffit pas, il y faut la réflexion de la conscience, qui est la raison elle-même. Et c’est pourquoi il importe de dépasser à la fois les négations obstinées de la philosophie de la conscience, et les affirmations téméraires de la philosophie de la nature, pour s’adresser à la philosophie de la raison, qui seule peut justifier cette proposition de M. Desdouits : “Penser, c’est tendre à la conscience complète”88. »

45Ainsi, la psychologie en voie d’autonomisation ne saurait réduire les prérogatives de la philosophie de la conscience et même prétendre l’absorber : la critique des sciences est bien au service de la légitimation de la philosophie comme discipline.

  • 89 F. Rauh, « De l’usage des théories psychologiques, à propos de livres récents : I. Les types intel (...)

46Même Frédéric Rauh, ce passionné du « concret », volontiers pourfendeur de l’abstraction intellectualiste, n’en critique pas moins le positivisme inconséquent qui oriente bien des travaux de psychologie. En cherchant à se constituer sur le modèle des sciences physiques et biologiques voisines, la psychologie est devenue une pseudo-science obsédée par la causalité physiologique. La psychologie scientifique n’échappe pas à la tentation d’absolutiser ses théories (ainsi la théorie « psycho-physiologique ») et pêche finalement à son tour par abstraction en prétendant fournir des explications universelles89.

47La même vigilance critique s’exerce à l’égard du réductionnisme sociologique : la sociologie durkheimienne (dont l’impératif méthodique fondateur est de considérer les faits sociaux comme des « choses ») n’est-elle pas un « chosisme » inacceptable ? Les fondateurs de la Rmm et de la Société française de philosophie, bien qu’adversaires de ce qu’ils qualifieront parfois de « sociologisme », ont pourtant indirectement contribué à la constitution de l’école française de sociologie.

  • 90 Voir J.-L. Fabiani, « Métaphysique, morale, sociologie… », op. cit., et du même auteur « Clore l’è (...)
  • 91 Parmi les contributeurs de la Rmm, on note les noms de Bouglé, Parodi, Lapie, Simiand, Halbwachs, (...)
  • 92 P. Besnard, op. cit., p. 1.

48Jean-Louis Fabiani a souligné l’inscription de Durkheim dans la communauté philosophique comme seul « espace social » dans lequel peut se développer sa pensée90. Les relations entre la Rmm et le sociologue n’ont d’ailleurs cessé de se renforcer, surtout après la nomination de Durkheim à la Sorbonne. La majorité des durkheimiens ont, en effet, sensiblement le même profil de carrière que les collaborateurs de la Rmm : ils ont soutenu leurs thèses devant des jurys de philosophes et ont souvent activement collaboré à la Rmm91 ; c’est le cas de Bouglé, Parodi et Lapie qui, tous trois, sont à bien des égards représentatifs du rationalisme de la publication. L’unité du groupe durkheimien est un mythe : Philippe Besnard a remis en cause l’image d’un « clan sociologique, homogène quant à son recrutement, et étroitement soudé autour d’un homme et d’une doctrine92 ». Durkheim réunit autour de lui des savants soucieux de faire œuvre de fondation théorique, des « travailleurs de talents », afin de mettre en œuvre un discours scientifique permettant à la jeune publication de se distinguer de l’engouement brouillon pour les sciences sociales, en se donnant une direction épistémologique et heuristique précise. La démarche s’inscrivait dans le prolongement de l’effort initié deux ans plus tôt par Durkheim pour découper dans la réalité l’objet propre de la sociologie et poser Les règles de la méthode sociologique (1895).

  • 93 X. Léon écrivait en 1908 : « j’admire la netteté et l’élégance de Simiand mais toute de même n’y a (...)
  • 94 Parodi fut sans doute le moins « sociologue » des trois (il cessa de collaborer à l’Année sociolog (...)
  • 95 P. Lapie, « La définition du socialisme », Rmm, 1894, p. 199-204.
  • 96 P. Lapie, « L’année sociologique 1894 », Rmm, 1895, p. 308-339.
  • 97 Voir notamment W. P. Vogt, « Un durkheimien ambivalent : Célestin Bouglé 1870-1940 », Revue frança (...)

49Si, avant 1914, quelques durkheimiens orthodoxes ne sont que des collaborateurs occasionnels de la Rmm, d’autres occupent une place importante au sein de la publication. Simiand fait partie des personnalités prometteuses repérées par Xavier Léon : s’il est trop sociologue (notamment aux yeux d’Halévy) pour jouer un rôle de premier plan, son talent et l’intérêt de ses recherches sont reconnus93. Bouglé, Parodi94 et Lapie totalisent à eux seuls une cinquantaine d’articles dans la Rmm et la publication a participé à l’affirmation des vocations sociologiques en confiant par exemple à Lapie des études critiques : la « définition du socialisme95 » et, surtout, « l’année sociologique 189496 », article bilan sur les travaux de sciences sociales qui donna naissance à une rubrique annuelle (confiée à Lapie en 1895 et 1896 puis à Simiand en 1897 et 1898). Cette rubrique, qui disparut des pages de la Rmm au moment de la naissance de la revue durkheimienne, est à l’origine de celle-ci : il faut insister ici, avec Philippe Besnard, sur le rôle d’initiateur de Bouglé qui décida Durkheim à se lancer dans l’aventure. Ami proche d’Halévy, « durkheimien ambivalent », rationaliste plus sociologue que métaphysicien, Bouglé a été incontestablement un « médiateur » entre l’intellectualisme idéaliste et critique de la Rmm et la sociologie durkheimienne97. Pendant les toutes premières années de la Revue, il fut sans doute celui qui a le plus œuvré pour favoriser l’entrée des questions sociologiques dans la publication.

  • 98 L. Pinto, « Le détail et à la nuance », op. cit.

50Durant les années 1890, la Rmm a été très attentive au foisonnement des sciences sociales. Jusqu’en 1899-1900, la critique méthodologique et épistémologique de la sociologie naissante a occupé une place non négligeable et ne s’est pas limitée au cas de Durkheim98. La légitimité de la réflexion philosophique et critique (au sens de la critique des sciences) était d’autant plus évidente qu’il s’agissait d’une discipline en voie de constitution, en partie fille de la philosophie. En 1894, Lapie précisait en ce sens, à l’attention de Xavier Léon, son projet d’article bilan sur « l’année sociologique » :

  • 99 Lettre du 1er mai 1894, ms. 362.

« À plus forte raison cette critique peut-elle s’employer lorsqu’il s’agit de la sociologie dont l’existence indépendante n’est pas encore un fait accompli99. »

51La philosophie se propose de dégager les postulats et les conclusions métaphysiques qui sont impliqués par les travaux de sociologie puis d’« examiner si postulats et conclusions sont logiques et rationnels ». C’est une manière d’affirmer l’indépendance même de la philosophie, capable de considérer d’un point de vue supérieur les développements de la science. La création, en 1895, de la rubrique « l’année sociologique » (alors que l’année précédente, les travaux de Durkheim étaient commentés dans un article sur « l’année philosophique 1893 ») témoigne de ce travail de délimitation de la science nouvelle du point de vue de son objet et de ses méthodes.

52Deux problèmes fondamentaux intrinsèquement liés dominent cette réflexion critique : celui de la relation entre la sociologie et les concepts empruntés à la biologie et à la physique et celui des rapports entre psychologie et sociologie.

  • 100 P. Lapie, « La définition du socialisme », op. cit., p. 199.
  • 101 P. Lapie, « L’année sociologique 1894 », op. cit., p. 310 et 339.

53En 1894, Lapie s’attaque à la conception trop volontiers organiciste de la sociologie et dénonce l’importation illégitime des concepts biologiques et physiques. Dans son article sur « la définition du socialisme », il reproche à Durkheim de s’autoriser des emprunts au vocabulaire de la biologie sans préciser le statut de ce transfert de concepts100. Doit-on les considérer comme de simples métaphores ? Il revient sur cette question l’année suivante en fustigeant la mode des analogies « organico-sociales » et l’assimilation des êtres sociaux à des êtres physiques101. Mais la critique la plus virulente de ces importations conceptuelles est à mettre à l’actif d’un professeur de physique. Dans un article intitulé « Physique et métaphores », Henri Bouasse dénonce en 1899 la tentative du juriste et sociologue Maurice Hauriou de « s’appuyer sur la mécanique rationnelle et thermodynamique pour construire par des procédés similaires une sociologie ». L’usage de la physique dans les questions sociales est un détournement pernicieux qui risque de servir le discours sur la « banqueroute » de la Science :

  • 102 H. Bouasse, « Physique et métaphores », Rmm, 1899, p. 227.

« Que la science soit employée à son usage propre, il n’y aura pas de faillite102. »

  • 103 Sur le cas de Bouglé, voir A. Policar, « De la critique de la sociologie biologique… », op. cit.

54La méfiance est grande, même chez les contributeurs de la Rmm convertis à la sociologie, à l’égard des tentatives de naturalisation des phénomènes sociaux qui laissent de côté les considérations relatives aux phénomènes de conscience (entendons la conscience individuelle) et tendent donc à faire l’économie de la psychologie103.

  • 104 L. Pinto, op. cit.

55La méfiance à l’égard des métaphores organiques est corrélative d’une représentation de l’individualisme partagée par la majorité des collaborateurs de la Rmm, de leur refus de dissoudre l’individualité, ne serait-ce que d’un point de vue méthodologique, dans des entités supérieures : la psychologie individuelle doit donc être un moment de l’explication sociologique104. En négligeant le « facteur individuel », la sociologie, devenue science mécaniste, viderait la morale de tout contenu. On touche peut-être ici au nœud de la controverse entre philosophes et sociologues : ce qui fait question, c’est moins la constitution de la sociologie comme science que l’horizon de ses applications morales. C’est bien dans ses implications philosophiques et morales que les prétentions de la sociologie sont le plus discutées : c’est le second versant du programme critique.

  • 105 La Rmm a témoigné également d’un intérêt constant pour les travaux de Tarde. À l’inverse, René Wor (...)
  • 106 Lettre à É. Halévy, s.p.d., ms. 368.
  • 107 Lettre à É. Halévy, 1895, ms. 368.
  • 108 Ibid.
  • 109 Sur la mise en relation des affiliations philosophiques et des profils sociologiques, voir les ana (...)

56Durkheim a été, sur l’ensemble de la période, le principal interlocuteur sociologique de la Rmm105 et de la Société Française de philosophie auprès desquelles il a recherché une légitimation philosophique. Il ne faut donc pas se tromper sur le dessein durkheimien de fonder l’autonomie de la sociologie comme science séparée du tronc philosophique. Durkheim cultive son ancrage dans la communauté philosophique en voie d’organisation et son projet sociologique peut être lu comme un projet de refondation de la philosophie sur des bases nouvelles. Dès 1893, la Rmm fait preuve d’un intérêt réel, bien que critique, à l’égard de sa thèse, De la division du travail social : avant la soutenance, Xavier Léon songe au bel « éreintement » qu’il pourrait publier. Quelques jours plus tard, il compare la prestation de Durkheim à celle de Bergson quelques années plus tôt : « thèse de Durkheim remarquable et remarquablement soutenue106 ». Darlu, présent à la soutenance, proposait à Durkheim de faire le compte rendu de son livre et d’entamer une discussion avec lui dans les pages de la Rmm. La controverse sur les questions morales entre « morale rationnelle » et « morale positive » trouvait là ses racines mais pas de concrétisation immédiate : la discussion évoquée n’eut pas lieu. Les relations entre la Rmm et Durkheim ont été d’abord très tendues : le premier accroc eut lieu en 1895, on l’a vu, à propos de l’enseignement philosophique. L’incident fut l’occasion d’une première rencontre, peu chaleureuse, entre le directeur de la Rmm et Durkheim. Le portrait du sociologue brossé par Xavier Léon à l’issue de cette entrevue est révélateur du conflit des représentations de l’activité philosophique entre Durkheim et les animateurs de la Rmm. Xavier Léon n’hésite pas à affirmer que Durkheim et lui sont « complètement étrangers au point de vue intellectuel ». Deux traits caractérisent l’idiosyncrasie du sociologue à ses yeux : son « tempérament positiviste » et son ascétisme philosophique en rupture avec le modèle rhétorique et littéraire qui privilégiait une représentation de l’activité philosophique nettement individualisée. Durkheim rejette le culte de la virtuosité philosophique, de l’œuvre solitaire brillante : Xavier Léon évoque « sa colère contre ceux qui préfèrent le talent à la vérité et qui font de la philosophie un jeu au lieu d’une recherche sincère107 ». Derrière le sentiment d’altérité intellectuelle, affleure la différence du rapport au monde social des deux hommes. L’idiosyncrasie de Durkheim est explicitement renvoyée aux origines juives de ce fils studieux d’un modeste rabbin de province : « il sent le juif108 ». Comment interpréter cette remarque qui a de quoi surprendre sous la plume d’un représentant du franco-judaïsme ? Il faut sans doute en faire une lecture sociale : il s’agit du regard d’un Juif bourgeois très assimilé, parisien et mondain, sur un juif provincial au profil sociologique différent. La valorisation par Durkheim de la recherche laborieuse et de l’abnégation scientifique est implicitement rapportée à une forme de ressentiment à l’égard des représentants talentueux du spiritualisme parisien. Au sein de la même génération, Bergson et Durkheim représentent ainsi deux pôles opposés du champ philosophique109.

  • 110 Je renvoie sur ce point à mon analyse de la controverse sur la « détermination du fait moral » (ch (...)

57Pourtant, la convergence entre les animateurs de la Rmm et Durkheim était possible sur la base d’un attachement commun au rationalisme, à l’exigence de « sincérité philosophique » et au refus du dilettantisme. Malgré les divergences doctrinales, la distance initiale fut peu à peu réduite. Léon et Durkheim se sont rapprochés jusqu’à tisser des liens amicaux. Sans faire partie des collaborateurs réguliers de la Rmm, Durkheim était, à la veille de la Grande Guerre, tout à fait intégré au « système R2M », par l’entremise, notamment, de la Société française de philosophie où un certain nombre de séances ont permis de rationaliser et de réduire les divergences entre les fondateurs de la Rmm et le directeur de l’Année sociologique110.

58La question de la place de la sociologie dans l’univers des questions philosophiques et, plus largement, celle de la définition des frontières (internes et externes) de la discipline dans sa relation aux sciences, est au centre des entreprises collectives qui visent à organiser la communauté philosophique.

Forger des outils au service de la communauté philosophique

59La Rmm et la Société française de philosophie ont contribué à l’organisation du travail philosophique en créant les conditions d’une communication réglée et d’une régulation des controverses philosophiques. Elles ont forgé des outils au service de la recherche : le supplément bibliographique de la Rmm déjà évoqué, le Vocabulaire technique et critique de la philosophie dont Lalande a été le « patron » et l’éphémère Bibliographie de la philosophie française.

Société française de philosophie et organisation du travail philosophique

60L’heureuse expression forgée par Christophe Prochasson, « le système R2M », rend compte de l’imbrication de la Rmm et de la Société française de philosophie. Dans la pratique, si la publication séparée du Bulletin pouvait en théorie assurer une certaine indépendance à la Société, les deux recueils étaient composés parallèlement.

61Les séances de la Société étaient préparées par l’envoi aux sociétaires d’une circulaire résumant les principales thèses du mémoire qui devait être défendu. Le contradicteur, désigné à l’avance, préparait ainsi ses objections et les sociétaires absents le jour de la séance pouvaient adresser leurs observations par voie épistolaire (Maurice Blondel participa ainsi, depuis son exil aixois, aux travaux de la Société). La circulaire étant très sommaire, les sociétaires devaient consulter des documents plus précis pour motiver leurs interventions. Les thèses synthétisaient parfois le contenu d’un ouvrage récemment publié mais de nombreuses séances s’inscrivaient directement dans le prolongement d’études publiées dans la Rmm. La mise en forme de la controverse réglée reposait donc sur l’articulation des deux recueils.

62Les réunions de la Société proposent autre chose que la simple juxtaposition de deux thèses opposées : l’accent peut être polémique mais la représentation agonistique de la controverse le cède souvent à l’exigence de l’accord fondé en raison. Pourtant, l’horizon n’est pas nécessairement de dégager un consensus mais plutôt de déterminer les zones d’accord quand bien même celles-ci ne seraient que le résidu de la discussion. Il s’agit moins de dégager une doctrine commune qui recevrait le cachet de la Société que d’éclairer le dissensus.

  • 111 Bouglé, une fois nommé à Paris, se rendit assez régulièrement aux séances de la Société (23 présen (...)

63Sur l’ensemble de la période, près de 180 personnes ont été présentes à au moins une séance et 200 ont contribué directement ou indirectement aux travaux de la Société. Mais les sociétaires les plus assidus ne représentent qu’une minorité parmi lesquels figurent Xavier Léon (73 fois présents sur la centaine de séances organisées), Brunschvicg (70), Lalande (69), Delbos (64), Halévy (57), Parodi (55), Belot (52), Charles Dunan (52), Jules Lachelier (49), Georges Sorel (47), Lévy-Bruhl (44), Le Roy (38), Darlu (38), Couturat (36), Winter (33). Il convient d’ajouter à cette liste Frédéric Rauh présent une trentaine de fois de 1901 à 1909, année de son décès. Mis à part Bergson, tous ceux qui avaient pris part à la réunion de novembre 1900 préparant la fondation de la Société apparaissent dans cette liste. Ce relevé met en évidence le rôle actif joué par les fondateurs de la Rmm111 et souligne, à l’inverse, que, parmi les « pointures » philosophiques, Bergson et Durkheim ont été peu présents. On relève tout de même une douzaine de fois le nom du second à partir de 1906. Il s’agit d’une année charnière marquée par l’accélération de l’intégration du sociologue au sein de la communauté philosophique structurée par le « système R2M » : les deux séances d’excellente tenue que la Société a consacré à ses thèses sur la détermination du fait moral ont joué, de ce point de vue, un rôle décisif.

64Xavier Léon pouvait se féliciter d’avoir suscité la participation active d’un glorieux aîné : Jules Lachelier. Par contre, Boutroux, par ailleurs membre de l’Institut, se distingue par sa quasi-absence. La liste des collaborateurs prolixes de la Rmm et celle des sociétaires assidus ne sont donc pas parfaitement superposables.

  • 112 Pour les sociétaires, la souscription était de 10 francs.

65Le Bulletin de la Société française de philosophie est publié par Colin, dans le même format que la Rmm. En théorie, huit fascicules mensuels paraissent par an, de janvier à août, au prix d’1 franc 50 centimes (chaque fascicule correspondant à une séance). Le prix de l’abonnement annuel en métropole s’établit à 8 francs112. Le volume annuel est bien moins imposant que celui de la Rmm : 120 pages en 1901, 200 l’année suivante, 300 en 1906. Cinq ans après sa création, la publication a achevé sa croissance en nombre de pages : les volumes oscilleront jusqu’en 1914 entre 250 et 350 pages. L’objectif des 8 séances annuelles n’a pas été tenu : la moyenne s’établit à près de 7 et le nombre oscille entre 4 (pour l’année 1910, une année noire) et 10 (pour l’année 1911, année de rattrapage).

66Le nombre des abonnés, toujours largement inférieur à celui de la Rmm, progresse lentement de 1901 à 1914. Il atteint la trentaine à la fin de la première année, une centaine trois ans plus tard, résultat insuffisant aux yeux de Xavier Léon :

  • 113 Lettre à É. Halévy, du 15 août 1904, ms. 368.

« Il faudra que je cherche un moyen de faire pénétrer le bulletin dans le public. Nous devrions avoir 200 abonnés et pas 100113. »

  • 114 Le nombre de postes de professeurs de philosophie n’excède guère les 300 à la veille de la Grande (...)

67Cet objectif est atteint en 1909 puis rapidement dépassé : à la veille de la Grande Guerre, le Bulletin compte près de 300 abonnés. À l’évidence, la diffusion excède peu les limites de la communauté des philosophes de profession114.

Le Vocabulaire critique et technique : le double rejet du dogmatisme terminologique et de la « philodoxie »

  • 115 La seconde édition du Vocabulaire technique et critique fut publiée en deux volumes par Alcan en 1 (...)

68Le Vocabulaire technique et critique de la philosophie est une des œuvres majeures de la Société française de philosophie. Pendant plus de deux décennies, deux séances annuelles (généralement en mai et juin) lui furent consacrées. Ces séances terminologiques débutèrent au printemps 1902 et suivirent l’ordre alphabétique au rythme d’une ou deux lettres par an : à la veille de la Première Guerre mondiale, les sociétaires étaient arrivés à la lettre « S ». La fin de l’alphabet n’était atteinte qu’en 1922 et le 7 mai 1923, la Société se prononça sur le texte des fascicules 1 et 2 (lettre « A ») révisé et complété par Lalande : c’était le terme de la première édition qui comptait 21 fascicules, publiés entre juillet 1902 et juillet 1923115. Le produit final s’avérait plus volumineux que l’objet imaginé au départ.

  • 116 « Avertissement à la deuxième édition », Vocabulaire technique et critique de la philosophie, PUF, (...)
  • 117 Et, de façon très ponctuelle, par Victor Egger (3 articles) et Élie Halévy (pour la rédaction de l (...)

69Lalande fut le maître d’œuvre de ce monument lexicographique dont l’originalité résidait dans la mise en tension des différentes « observations » qui accompagnaient la définition proprement dite. Une première rédaction du texte était établie par sections d’une cinquantaine de pages et adressée aux membres et correspondants sous la forme d’un « cahier d’épreuves » afin de recueillir les différents commentaires116. La synthèse des critiques donnait lieu à une nouvelle rédaction ne retenant que ce qui était admis sans contestation. Enfin, après discussion des points les plus litigieux, le texte définitif était établi, assorti de copieuses notes de bas de pages reproduisant les observations et le nom des intervenants. Jusqu’à la lettre « F », Lalande fut secondé dans la rédaction des cahiers d’épreuves par Couturat, Delbos et Belot117. Par la suite, il assura seul la rédaction du texte initial, la synthèse des observations, la préparation des séances et l’établissement du texte définitif.

  • 118 « Constitution d’un vocabulaire philosophique », BSFP, 1902, p. 151-163.
  • 119 BSFP, 1902, p. 151-153. Les « sciences normatives » regroupent logique, esthétique et éthique.

70Lors de la séance inaugurale du 29 mai 1902, Couturat, Delbos et Lalande présentèrent conjointement les principes directeurs du Vocabulaire118, conférant ainsi un caractère collectif à l’entreprise. La présentation liminaire mettait en évidence l’articulation nécessaire entre travail lexicographique et fixation des limites du champ philosophique. Il fallait déterminer les frontières entre ce qui relevait de plein droit de la philosophie et ce qui appartenait aux disciplines en voie d’autonomisation qui élaboraient leur vocabulaire spécifique. Quatre groupes de « sciences philosophiques » étaient définis : la psychologie, la sociologie, les « sciences normatives » et la « philosophie générale119 ».

  • 120 Ibid., p. 152.

71La distinction entre philosophie et sciences philosophiques témoigne de l’embarras des maîtres d’œuvre du Vocabulaire : la psychologie présente une « autonomie très apparente » et fait même figure de « science indépendante » aux États-Unis ; quant à la sociologie, elle « revendique même plus vivement encore son autonomie » et s’est constituée, pour une part, hors de la communauté des philosophes de profession120. D’où la nécessité d’opérer le tri entre les termes psychologiques ou sociologiques dont la connaissance est nécessaire au philosophe et ceux qui ne relèvent que du vocabulaire technique des sciences.

  • 121 « … c’est-à-dire la synthèse la plus haute et la plus cohérente qu’il se puisse faire des connaiss (...)

72La philosophie générale est synonyme de « métaphysique », discipline soit critique, soit historique, en position d’éminence par rapport aux autres savoirs121. La philosophie au sens strict est certes le cœur des « sciences philosophiques », mais, en même temps, elle ne constitue plus qu’un sous-ensemble. En effet, des quatre « sciences philosophiques », seules les deux dernières (« sciences normatives » et « philosophie générale ») appartiennent véritablement en propre au philosophe, même si la séparation ne peut être totale :

  • 122 Ibid., p. 153-154. Les auteurs se prononcent par exemple pour l’exclusion des termes « myopie, far (...)

« Il n’est donc pas possible d’admettre qu’il y ait entre ces différentes études, une scission absolue, comme celle qui sépare le droit et la médecine. La psychologie et la sociologie restent une préparation nécessaire à la philosophie, et celle-ci réciproquement demeure leur centre, contient la raison de leur intérêt. Mais il n’en est pas moins vrai que ces phénomènes peuvent être isolés, sinon rigoureusement – ce qui n’arrive dans aucune science – au moins par la spécialisation de ceux qui les étudient, ainsi que le médecin se distingue du chimiste, et le chimiste du physicien. Si donc la psychologie et la sociologie, dans un avenir plus ou moins éloigné, achèvent leur évolution séparatiste, la PHILOSOPHIE, au sens strict du mot, restera constituée par l’ensemble des sciences normatives et de la métaphysique, telle qu’elle a été ci-dessus définie. Et l’on peut observer que, dès à présent, elle tire surtout son aspect et son caractère propre de la finalité de l’esprit, esthétique, logique et morale, dans son rapport avec la recherche de la plus haute unité spéculative, c’est-à-dire, avec la métaphysique.
Telles sont les raisons communes, croyons-nous, à la presque totalité des philosophes contemporains, pour lesquelles nous écartons de cet ouvrage les termes de psychologie ou de sociologie qui concernent des questions très spéciales de ces sciences elles-mêmes122. »

  • 123 Ibid., p. 161.

73Cette classification qui entérinait largement la séparation entre philosophie et psychologie d’un côté, entre philosophie et sociologie de l’autre, ne convenait pas à tout le monde. Lachelier lui reprochait de valider une partition qui n’allait pas de soi selon lui. Doit-on interpréter son intervention comme la résistance de l’ancienne génération refusant de voir l’unité de la philosophie menacée par la spécialisation ? Lalande répondait à Lachelier qu’il ne s’agissait pas d’un engagement de principe mais d’une « question de fait » : l’évolution vers une plus grande division du travail était inéluctable et même si elle n’était pas sans danger, il fallait en tenir compte dans l’élaboration du Vocabulaire123.

  • 124 Ibid., p. 155.

74Lalande défendait un vocabulaire ouvert mais rationalisé, dans le refus symétrique du dogmatisme terminologique et de la philodoxie. Il ne s’agissait pas d’une entreprise de production sociale d’une vérité lexicographique close et intangible. Mais la Raison est principe d’universalité ; or la « socialisation » du travail philosophique, en tant qu’elle organise la communication des pensées, peut participer de la manifestation de l’universel. Le vocabulaire serait donc technique et critique : critique parce qu’il devait s’enrichir des observations des différents intervenants. Un vocabulaire vivant donc, au service de la philosophie en train de se faire, conjurant le danger de l’érudition gratuite et de la dérive historiciste, « une ébauche toujours mobile » qui « atteindrait parfaitement son but si, tout en restant l’image changeante et fidèle du bon usage philosophique des mots, il manifestait dans des réimpressions successives un degré toujours plus haut d’intelligence réciproque et d’esprit social chez ceux qui les emploient124 ».

  • 125 Couturat avait fondé avec Léopold Léau la Délégation pour l’adoption d’une langue auxiliaire inter (...)
  • 126 A. Lalande, « La langue universelle », Rmm, 1904, p. 137-147.
  • 127 Lalande répond par anticipation à ceux qui s’inquiètent de la constitution d’un langage technique (...)

75Il convenait de limiter au maximum les citations de textes, d’indiquer sommairement pour chaque terme les équivalents étrangers (du moins pour l’allemand, l’anglais et l’italien), de ne donner de « définitions historiques » que pour éclairer la signification actuelle d’un mot. Enfin, chaque article devait proposer une ou plusieurs « racines » correspondant aux mots définis, et susceptibles de servir à la formation de termes internationaux, ouvrant ainsi la voie à l’internationalisation du Vocabulaire. L’entreprise pouvait donc s’articuler à un autre projet d’envergure : la constitution et la diffusion d’une langue auxiliaire internationale, œuvre chère à Couturat, placée sous le patronage de Descartes et de Leibniz125. En soutenant l’utopie linguistique en cours de réalisation, Lalande servait l’approfondissement de la communication philosophique126. Mais que répondre aux sceptiques qui critiquaient l’évidente « rigidité d’une langue factice » et le danger de réduction des capacités expressives du langage ? Lalande défendait une conception rationaliste et intellectualiste de l’expression philosophique, rejetant le goût de l’obscurité, de la confusion suggestive, et résistant à une définition par trop poétique de l’écriture philosophique. Si la philosophie était « science » à l’une de ses « extrémités » et « art » à l’autre, il fallait pourtant se garder de trop la tirer dans la seconde direction… Cette tension entre ces deux dimensions de l’écriture fut un des ressorts de la réception du bergsonisme dans la Rmm. Pourquoi les métaphores bergsoniennes ne seraient-elles pas traduisibles dans la langue universelle127 ?

76La philosophie définie comme recherche de la vérité ne pouvait se perdre dans les images, dans les méandres des idiotismes et les tentations d’une résistance éthno-linguistique au progrès de l’« assimilation » et de l’universalisation. De ce point de vue, la facticité d’une langue conventionnelle critiquée par certains comme stérilisante, pouvait être envisagée comme l’instrument même de la critique philosophique :

  • 128 Ibid., p. 147.

« […] logique, régulière, sans exceptions ni surprises, mécanique si l’on veut, mais d’un mécanisme beaucoup plus souple que celui d’aucune langue naturelle […]. Les seules pensées qui résistent à l’expression, sont les pensées équivoques ou confuses. Je ne voudrais pas compenser une erreur par un paradoxe ; mais je demande si dans bien des cas l’application presque automatique de cet “instrument de précision” ne serait pas une excellente critique philosophique ? […] Si artistique, si individuelle qu’on fasse la philosophie, elle reste toujours, je pense, la recherche de la vérité. Or, la vérité n’est pas le sens commun ; mais elle est ce qui peut et doit devenir commun. Elle se prouve par sa force d’assimilation. Quelques nationalistes peuvent bien rêver d’une “vérité française”, inintelligible à l’égoïste Angleterre, ou quelques pangermanistes d’une “métaphysique allemande”, irréductible à la französiche Eitelkeit ; j’en sais des exemples. Mais ils se mettent en dehors des conditions de la pensée vraie128… »

77Lalande entendait conjurer deux écueils symétriques : d’un côté, celui d’une normalisation excessive qui conduirait à une fermeture du vocabulaire et à une définition dogmatique des limites du philosopher, de l’autre celui d’une anarchie discursive qui mettrait en échec toute tentative de capitalisation du savoir et de dissolution des fausses controverses. Le projet s’inscrivait dans le cadre de sa philosophie de la coordination où le progrès collectif ne peut se développer que dans « l’assimilation » toujours plus profonde des pensées. Le Vocabulaire témoigne d’une exigence de clarté toute cartésienne. Lalande se plaçait d’ailleurs sous le patronage de l’auteur des Regulae dont il citait le passage suivant :

  • 129 Préface à la cinquième édition (1947), Vocabulaire technique et critique…, op. cit., p. XI (citati (...)

« Si l’on se mettait toujours d’accord, entre Philosophes, sur le sens des mots, presque toutes les controverses s’évanouiraient129. »

  • 130 Ibid., p. XIX
  • 131 Ibid.
  • 132 Ibid., p. XX.

78Aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale et de l’écrasement du nazisme, Lalande précisa rétrospectivement l’horizon éthique de cette philosophie élaborée depuis le début du siècle pour laquelle la critique du langage était nécessaire à la constitution d’une « communauté mentale, sans laquelle il n’y a pas de vérité130 ». La pensée rationaliste des idées claires dénonçait l’apologie de l’obscurité, de l’incertain et du vague131. Le Vocabulaire participait ainsi à la défense de la « communauté spirituelle » et de la « paix » contre l’« anti-philosophie combative et biomorphique » qui venait de ravager l’Europe132.

  • 133 Philosophe idéaliste, collaborateur de la Rmm et de la Société jusqu’à la rupture de 1914, prix no (...)
  • 134 C. Julian Webb, professeur à Oxford, spécialiste de philosophie des religions.
  • 135 Cesare Ranzoli publia en 1905 un Dizionario di scienze filosofiche, Hoepli, Milano, 1905.
  • 136 Georges Dwelshauvers, doyen de l’Université de Bruxelles entre 1906 et 1909, dirigea le laboratoir (...)
  • 137 L’avertissement de la deuxième édition lui rendait un hommage appuyé : « Ce maître si profond, si (...)

79Une centaine de personnes ont apporté leur contribution au Vocabulaire mais le noyau des collaborateurs majeurs est en réalité très restreint : Blondel (11 mentions), C. Webb (11), Brunschvicg (12), Couturat (12), R. Eucken (13), Lachelier (11). La participation significative de contributeurs étrangers répond à la volonté d’établir des passerelles avec les autres vocabulaires nationaux en élaborant des correspondances entre les langues. Outre l’Allemand Rudolph Eucken (1846-1926)133 et l’Anglais Charles Julian Webb (1865-1954)134, mentionnons l’Italien Ranzoli (1876-1926)135, le philosophe et sociologue allemand Tönnies (1855-1936), le Belge Dwelshauvers (1866-1937)136 ou encore l’anglais Russell. Lachelier, l’un des maîtres de la philosophie universitaire en France après 1870, fut, à soixante-dix ans passés, un des plus actifs dans la critique terminologique137. En dehors de Brunschvicg et Couturat, la contribution du groupe générationnel des fondateurs de la Rmm a été discrète mais les représentants du rationalisme logicien ont à l’évidence marqué l’entreprise de leur empreinte.

Un essai de géographie du champ philosophique : l’éphémère bibliographie annuelle de la philosophie française

80De 1910 à 1913, la Société française de Philosophie a fait vivre une bibliographie annuelle de la philosophie française au prix d’un lourd travail de recension. La démarche s’inscrivait dans un mouvement général qui touchait les différents champs du savoir.

81La définition des cadres de classement de la bibliographie révèle, plus nettement encore que l’élaboration du Vocabulaire, les incertitudes sur les limites du champ philosophique et la difficulté de proposer une division interne de ses matières. Deux conceptions de l’entreprise bibliographique pouvaient être défendues. La première, essentiellement fonctionnaliste, assignait comme but à l’entreprise la constitution d’un outil maniable, neutre sur le plan doctrinal, couvrant l’ensemble de la production philosophique sans chercher à l’orienter. La seconde conception présentait un caractère plus normatif : le travail bibliographique participait de l’élaboration des cadres de la recherche philosophique et devait lui donner une direction. Il risquait de provoquer des tensions sur la définition des critères d’inclusion et d’exclusion des travaux recensés et du cadre de classification. La bibliographie pouvait ainsi devenir l’enjeu d’une lutte entre les représentants des différents courants de la philosophie française. La conception fonctionnaliste prévalut largement, même si, chemin faisant, la tension entre les deux orientations du travail bibliographique allait apparaître sans mettre cependant en péril le projet.

  • 138 « Le troisième congrès international de philosophie », séance du 28 octobre 1908, BSFP, 1909, p. 1 (...)
  • 139 La société italienne de philosophie avait tenté un Essai de bibliographie des ouvrages philosophiq (...)
  • 140 X. Léon en fait mention dans une lettre à É. Halévy, du 22 septembre 1908, ms. 368. Quelques mois (...)

82Delbos lança l’idée à l’automne 1908, lors d’une séance de la Société consacrée au bilan du Congrès international de philosophie d’Heidelberg138. Des entreprises bibliographiques avaient déjà vu le jour dans d’autres pays139 et le philosophe allemand Windelband avait proposé, à l’occasion du Congrès, l’élaboration d’une bibliographie internationale140. Le projet français s’inscrivait dans un cadre international, les sociétaires entendant favoriser la communication entre les différentes bibliographies nationales : Bergson émettait ainsi le souhait que la bibliographie suivît le même plan que celles des autres pays et Xavier Léon pensait que le réseau des sociétés philosophiques nationales pouvait être mobilisé pour parvenir à une entente.

  • 141 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 29 octobre 1909, ms. 368.
  • 142 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 11 avril 1909, ms. 368.

83Delbos, chargé de préparer le projet, devait être « le Lalande de cette bibliographie141 ». Parallèlement, Ruyssen proposait deux projets connexes : une histoire de la philosophie française inspirée du modèle de l’Histoire de France dirigée par Lavisse, et une « bibliographie méthodique et perpétuelle sur fiches de la philosophie et de son histoire142 ».

  • 143 « Pour la bibliographie des travaux philosophiques français », séance du 28 octobre 1909, BSFP, 19 (...)
  • 144 La question se posait pour les travaux de science qui pouvaient parfois être lus comme des contrib (...)

84L’année suivante, les sociétaires étaient invités à discuter le projet élaboré par Delbos143. Plusieurs questions devaient être tranchées, notamment celle des critères permettant d’opérer le tri entre les ouvrages ayant vocation à entrer dans la bibliographie et les travaux ne relevant pas de la philosophie stricto sensu144.

  • 145 Ibid., p. 4.

85Dans la synthèse des discussions préparatoires et des observations des sociétaires sur l’avant-projet, Delbos énonçait quelques principes directeurs : l’intégration non seulement des livres mais également des articles de périodiques, la nécessité d’une parution régulière et sans retard, le souci d’exhaustivité et, enfin, la nécessité de donner une indication sur le contenu des travaux recensés. Ce dernier point posait des problèmes difficilement solubles : une appréciation rédigée par les auteurs de la bibliographie était peu compatible « avec le renom d’impartialité » de la Société145 ; la réunion de notices sur l’ensemble des travaux représentait en outre un travail à peu près irréalisable. Quant à l’insertion des tables des matières, proposée par Halévy, elle pouvait être génératrice d’inégalités et ne pouvait constituer une solution dans le cas des articles. On se contenta donc d’un catalogue précisant avec soin la division des matières pour éviter les erreurs d’identification sur des titres équivoques ou trompeurs.

  • 146 Delbos utilise lui-même le terme, ibid., p. 2.
  • 147 Ibid., p. 8.

86Le problème le plus délicat demeurait celui de la délimitation des « frontières146 » de la bibliographie. Le Roy se prononça en faveur d’une solution très restrictive : « on ne devra prendre que les travaux dont l’objet est déjà de réfléchir philosophiquement sur la science, les mémoires sur la méthodologie ou les principes généraux des mathématiques par exemple147 ». La solution ne semblait pas pleinement satisfaisante aux yeux de Brunschvicg. Prenant l’exemple des Leçons sur la Théorie des fonctions de Borel, il s’interrogeait :

  • 148 Ibid., p. 7

« … quand un spécialiste publie un ouvrage qui remonte aux principes et met au point une question, ne fait-il pas œuvre de philosophe148 ? »

  • 149 Ibid., p. 9.
  • 150 Ibid.
  • 151 Ibid.

87Halévy rejetait pour sa part l’option restrictive dans le cas des travaux de psychologie : selon lui, la philosophie se trouvait impliquée jusque dans les travaux de physiologie du système nerveux. L’établissement de la partie sociologique de la bibliographie allait enfin s’avérer particulièrement délicate. Il fallait éviter de faire « double emploi » avec la bibliographie de l’Année sociologique. Parodi soulignait le fait que parmi les ouvrages recensés dans cette publication (à laquelle il collaborait), il y avait « une foule d’écrits historiques qui n’avaient pas d’intérêt philosophique149 ». Mais il était bien difficile de déterminer a priori un ou des critères discriminants. Halévy le reconnaissait et soulignait que « les ouvrages d’un sociologue comme Durkheim ont toujours une portée philosophique150 ». Xavier Léon invitait finalement les sociétaires à se ranger à l’avis de Lachelier qui proposait de ne retenir que les ouvrages écrits dans une « intention philosophique » par un « philosophe de profession ou d’intention151 ».

  • 152 « Je ne crois pas que nous devions faire entrer dans notre bibliographie les ouvrages qui ne sont (...)

88Selon Delbos, la Société française de philosophie n’avait pas vocation à fixer des cadres rigides, intangibles, et à produire une définition dogmatique, normative du philosopher. Elle ne devait pas fixer des directions de recherche dont la bibliographie devait au contraire se contenter d’enregistrer l’évolution152. Il fallait respecter la nécessaire plasticité des limites de la discipline :

  • 153 Ibid.

« Quant aux ouvrages tels qu’ils pourront servir un jour à briser les cadres traditionnels, j’estime qu’une bibliographie n’a ni à prévoir, ni à prévenir de pareilles tentatives153. »

  • 154 Composée de Delbos, Jean Dagnan-Bouveret (jeune agrégé spécialiste de psychologie), H. Norero (aut (...)
  • 155 Dwelshauvers est sollicité pour la Belgique, Werner pour la Suisse…

89À la fin de l’année 1909, Xavier Léon constitua autour de lui, une « équipe de bibliographes154 ». Durant l’hiver et le printemps, il coordonna les travaux, mobilisant ses réseaux en France et dans les pays francophones155 afin de recueillir, avec le plus d’exactitude possible, titres d’ouvrages et d’articles. Il dépouilla lui-même la bibliographie française à la Bibliothèque nationale, prit contact avec les directeurs de revues et les éditeurs, harcelant ses bibliographes, à commencer par Delbos dont le travail n’avançait pas assez vite à son gré.

90Le projet avait été fraîchement accueilli par Lévy-Bruhl dont les relations avec la Rmm n’étaient pas des plus chaleureuses : Lévy-Bruhl goûtait peu la ligne éditoriale de la Revue, particulièrement son ouverture aux philosophes catholiques. Xavier Léon s’étonnait pourtant de ces réticences hostiles :

  • 156 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 5 décembre 1909, ms. 368.

« Je ne crois pas qu’une pareille équipe [voir ci-dessus] puisse être taxée de catholique. Ici d’ailleurs où il n’y a pas de jugement à porter sur les ouvrages, je ne vois pas ce que la nature d’esprit des collaborateurs pourrait faire à la bibliographie156. »

  • 157 T. Ruyssen, « Pour la bibliographie philosophique », Rmm, 1910, p. 229-241.
  • 158 Ibid., p. 233 et suiv. Le mouvement bibliographique international avait déjà largement défendu cet (...)

91En mars 1910, Ruyssen relançait dans la Rmm la discussion sur l’entreprise bibliographique, proposant son extension dans différentes directions157. Il regrettait qu’on n’ait pas donné d’emblée un caractère international au projet : le Congrès de Bologne prévu pour 1911 devait être l’occasion de revenir sur cette question. Ruyssen proposait en outre la constitution d’une bibliographie en fiches pour remédier aux inconvénients d’une publication en fascicules annuels : plus maniable lorsqu’il faudrait consulter plusieurs années de publications philosophiques sur tel ou tel sujet, elle offrirait une plus grande souplesse dans le choix des cadres de classement158. L’élaboration d’une bibliographie des « questions » philosophiques lui semblait également une voie à explorer. Ces différents projets pouvaient justifier à ses yeux la création d’un Institut international de bibliographie philosophique. Plus modestement, il lui semblait urgent de constituer un répertoire, voire une bibliographie des bibliographies.

  • 159 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 2 août 1910.
  • 160 Voir la lettre du 8 août 1910 dans laquelle X. Léon retranscrit à l’attention d’Halévy, les observ (...)
  • 161 Sur l’horizon philosophique du projet durkheimien, voir J.-L. Fabiani, « Clore l’ère des généralit (...)

92La société était enfin réunie en juillet 1910 pour discuter la classification de la bibliographie dont la constitution était à peu près achevée. Mais la définition des rubriques continua, durant l’été, à faire l’objet, en coulisses, de discussions entre philosophes et sociologues. L’entreprise bibliographique est ainsi un observatoire des transformations du champ disciplinaire et de la définition de la place de la sociologie dans l’univers philosophique. Durkheim intervenait auprès de Xavier Léon pour défendre l’autonomie de la sociologie : la version initiale de la classification détachait la psychologie et la morale, considérées comme des sections autonomes, et faisait à l’inverse de la sociologie une rubrique de la sous-section « philosophie des sciences sociales », elle-même insérée dans la section « philosophie générale » comme la philosophie des sciences mathématiques, physiques et chimiques. Or, Durkheim souhaitait que la sociologie fût détachée de la philosophie générale pour constituer une section autonome intitulée « philosophie sociale et sociologie générale159 ». D’autre part, les études sociologiques particulières concernant le droit, la morale, la religion, l’économie ou l’esthétique – études que les philosophes ne pouvaient ignorer – devaient, selon lui, trouver leur place dans des sections distinctes intitulées : « morale et philosophie du Droit », « Religion », « Esthétique », « Philosophie économique160 ». Il s’agissait de défendre la place des études sociologiques au cœur de la philosophie en soulignant qu’elles participaient nécessairement du renouvellement de la pensée dans différents domaines. Autonome, la sociologie constituait certes une spécialité mais dont la vocation était de rénover la philosophie dans son ensemble. Autonomie ne signifiait pas dissociation : la sociologie ne pouvait être placée sur le même plan que les sciences mathématiques, physiques et chimiques et apparaître seulement dans les sections consacrées à la critique méthodologique des sciences. Le rapprochement, voire la quasi-équivalence établie par Durkheim entre « philosophie sociale » et « sociologie générale » souligne la volonté de maintenir l’ancrage philosophique de la jeune discipline. D’autre part, la place qu’il souhaitait ménager aux études sociologiques particulières dans les domaines de la morale, du droit, de la religion, etc. – nécessaires, selon lui, au renouvellement de la pensée philosophique – semble conforme au projet durkheimien de « clore l’ère des généralités » tout en demeurant au cœur de « l’univers philosophique161 ».

  • 162 Lettre de X. Léon à É. Halévy le 17 août 1910, ms. 368.

93Simiand, considérant que la bibliographie devait « être un essai constitutif des cadres mêmes de la science162 », souhaitait aller plus loin dans la promotion de la sociologie. Sans remettre en question l’architecture générale, arrêtée pour l’année 1909, il proposait quelques modifications dans l’attente d’une transformation plus radicale du plan et des critères d’élimination des ouvrages. Mais Xavier Léon, disposé à satisfaire en partie les revendications de Durkheim sans remanier en profondeur le travail déjà effectué, n’avait pas l’intention de donner suite à celles de Simiand car elles impliquaient une orientation qui avait été écartée :

  • 163 Ibid.

« Ce serait tout notre travail à refaire – et à refaire d’un point de vue dogmatique – du point de vue d’une certaine sociologie – qui n’est pas le point de vue auquel nous nous plaçons163. »

94La préface à la bibliographie soulignait finalement l’inachèvement inévitable de tout travail de classification en philosophie et l’impossibilité d’atteindre la précision à laquelle pouvaient prétendre les disciplines scientifiques. La conception fonctionnaliste et pragmatique l’emportait. Les propositions les plus ambitieuses des sociologues étaient repoussées :

  • 164 BSFP, 1910, p. 213-214.

« […] notre catalogue n’est pas destiné à indiquer où se trouvent les matériaux susceptibles d’être exploités par les sciences philosophiques, mais uniquement les travaux qui entrent directement dans le cadre de ces sciences […]. Nous avons beaucoup tâtonné et nous avons dû revenir plus d’une fois sur nos décisions. Cet aveu est peut-être la preuve que, tout en recherchant un ordre et des méthodes de groupement, nous nous sommes défendus de l’esprit de système. Nous n’avons voulu ni méconnaître ni devancer l’évolution qui a transporté à des disciplines nouvelles et plus ou moins autonomes une part des problèmes philosophiques traditionnels […]. Mais franchement, à l’expérience, nous avons dû reconnaître que les répartitions des travaux sous des titres très définis, assurément possibles pour d’autres sciences, étaient ici, en raison de la solidarité peut-être plus étroite des divers problèmes philosophiques, très malaisées à opérer164. »

  • 165 Durkheim continua cependant à contester la séparation établie entre le droit et la morale et le ch (...)

95La classification finalement arrêtée à la fin de l’été 1910 devait cependant donner en partie satisfaction à Durkheim sans bouleverser le plan initial165 :

  • 166 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 1er septembre 1910, ms. 368.

« [...] la question sociologie a trouvé sa solution : la Philosophie des sciences sociales aura son autonomie comme les autres philosophies et la sociologie y figurera à côté du Droit et de l’Économique [sic] – en réalité le plan premier est maintenu : nous nous bornons à un changement de façade c’est-à-dire à un changement de numérotage – et cela évite des remaniements et pour moi des embêtements166. »

  • 167 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 8 juillet 1911, ms. 368.

96Finalement, les divisions de la copieuse bibliographie (plus de cent pages) font la part belle à la philosophie des sciences. La métaphysique, au sens contemporain du terme (le mot n’apparaît pas lui-même) se distribue entre plusieurs rubriques, notamment la première (« philosophie générale et théorie de la connaissance ») et la sixième (« philosophie religieuse »). Pour éclairer le lecteur sur le contenu des ouvrages et des articles recensés, les bibliographes avaient décidé d’indiquer, le cas échéant, les références des comptes rendus publiés dans les revues spécialisées. L’organisation générale demeura inchangée pendant les quatre années d’existence de la bibliographie malgré un nouvel assaut des sociologues lors d’une séance bibliographique en 1911167.

  • 168 Lettre à É. Halévy du 3 décembre 1913, ms. 368.

97Ni le Bulletin ni la correspondance n’éclairent véritablement les raisons de la suspension de l’entreprise bibliographique en 1913. La lourdeur de la tâche qui pesait sur les épaules de Xavier Léon et retardait ses travaux sur Fichte explique sans doute largement la décision de mettre un terme à une expérience coûteuse en temps et en argent. D’autre part, l’entreprise n’avait pas reçu le soutien attendu de la part de la communauté des philosophes. Xavier Léon fut donc surpris, non sans quelque amertume, des regrets formulés par certains collaborateurs au moment de la suspension d’une œuvre qu’ils jugeaient finalement utile168.

Notes

1 Copie d’une lettre de X. Léon à Félix Ravaisson, 1892, s.p.d., ms. 365. X. Léon évoque notamment Henri Poincaré et de Gaston Milhaud, tous deux mathématiciens de formation.

2 Lettre à O. Hamelin du 4 avril 1893, ms. 356.

3 R. Poirier, Philosophes et savants français au XXe siècle. op. cit., p. VII.

4 A. Darlu, « Quelques réflexions sur les bornes de la science », Annales de la Faculté des Lettres de Bordeaux, no 1, 3e année, 1881, p. 1-8.

5 Ibid., p. 1.

6 Darlu ne fait pas référence aux thèses de Boutroux sur la contingence des lois de la nature. Il critique les positions de Cournot et de Renouvier sur la « conservation de l’énergie ».

7 A. Darlu, « Quelques réflexions… », op. cit., p. 6.

8 On pense au texte retentissant de Brunetière, « Après une visite au Vatican », Revue des deux mondes, 1895, p. 97-118, auquel répondit la Rmm par l’entremise de Darlu (A. Darlu, « Réflexions d’un philosophe sur les questions jours. Science, morale et religion. Après une visite au Vatican. », Rmm, 1895, p. 240-251).

9 G. Belot, « La valeur morale de la science », Rmm, juillet 1914, p. 431-455.

10 « La causalité en histoire (F. Simiand) », séance du 31 mai 1906, BSFP, 1906, p. 245-290 et « les conditions pratiques de la recherche des causes dans le travail historique (Ch. Seignobos) », séance du 30 mai 1907, BSFP, 1907, p. 261-299.

11 Le texte de Simiand sur les « 3 idoles de l’histoire » est souvent cité comme un jalon important dans la préhistoire de l’École des Annales (F. Simiand, « Méthode historique et science sociale », Revue de Synthèse Historique, 1903, p. 129-157) mais les premières critiques du sociologue contre le duo Langlois - Seignobos, ont été publiées dans la Rmm, à l’occasion d’un long article bilan sur les travaux sociologiques (F. Simiand, « L’Année sociologique 1896 », Rmm, 1897, p. 489-519).

12 « L’enseignement philosophique et l’agrégation de philosophie », Revue philosophique, 1895, p. 121-147. Sur cet article, voir J.-L. Fabiani, « Enjeux et usages de la crise dans la philosophie universitaire en France au tournant du siècle », Annales ESC, 40e année, mars-avril, no 2, p. 377-409 et, du même auteur, Les philosophes de la République, op. cit., p. 154-156.

13 Durkheim n’allait donc pas aussi loin que le publiciste Fernand Vandérem qui, par provocation, venait de proposer la suppression de la classe de philosophie (F. Vandérem, « L’enseignement de la philosophie, une classe à supprimer », Revue Bleue, p. 125 et suiv.). S’appuyant sur sa propre expérience d’élève, l’auteur dénonçait l’inefficacité pédagogique de cet enseignement et donc son inutilité, du fait de sa concentration sur une année et de la complexité des cours.

14 F. Rauh, « L’éducation scientifique des professeurs de philosophie », Rmm, 1895, p. 233-238 et « La Licence et l’agrégation de philosophie », Rmm, 1895, p. 352-366.

15 Sur la protestation de Durkheim et la réponse du directeur de la Rmm, voir la lettre de X. Léon à É. Halévy, 1895, s.p.d., ms. 368.

16 Ndlr, Rmm, 1894, p. 231.

17 Ibid., p. 231-232.

18 Ndlr, Rmm, 1894, p. 353.

19 F. Rauh, « L’éducation scientifique… », op. cit., p. 235. Rauh témoignait alors un intérêt grandissant pour la critique des sciences, sous l’influence sans doute du physicien Henri Bouasse, qui fut son collègue à Toulouse.

20 « Elle est trop exclusivement une agrégation de métaphysique pure, d’histoire de la philosophie et, ajoutons-le, d’humanités » (ibid., p. 358), « modernes scolastiques, nous interprétons des textes, nous ignorons les choses » (ibid., p. 361).

21 F. Rauh, « La Licence… », op. cit., p. 362-364.

22 Ibid., p. 366.

23 Ibid. Dans le numéro suivant, Georges Dumesnil faisait écho aux préoccupations de Rauh tout en se montrant sceptique devant ses propositions (« Des études philosophiques et de la pédagogie générale. » Rmm, 1895, p. 494-502).

24 Le DES d’histoire, institué en 1894, était exigé avec la licence pour se présenter à l’agrégation.

25 F. Rauh, « La Licence… », op. cit., p. 356.

26 Lettre du 26 mai 1895, ms. 360.

27 Ibid.

28 X. Léon aurait communiqué à Rauh une lettre dans laquelle Darlu critiquait le projet Couturat-Rauh (Lettre de L. Couturat à X. Léon, du 2 juin 1895, ms. 360).

29 Il était membre de la Société pour l’étude des questions d’enseignement secondaire. Une lettre de 1894 fait état d’une conversation avec Rabier (directeur de l’enseignement secondaire) sur le problème des réformes (Lettre de Darlu à X. Léon, du 26 avril 1894, ms. 360). En 1897, il fit partie de la commission préparatoire chargée de la refonte des programmes (voir F. Mayeur, L’enseignement secondaire des jeunes filles sous la Troisième République. PFNSP, 1977).

30 « Et puis Darlu nous impose des problèmes qui doivent être celui des administrateurs. Nous faisons de l’idéal, et devons en faire. Les compromis sont l’affaire des hommes d’action. Nous sommes des agitateurs » (Lettre de Rauh à X. Léon, 1895, s.p.d., fo. 222, ms. 365).

31 Certificat triple « physiques, chimie, sciences naturelles » délivré par la faculté de sciences.

32 Suppl., septembre, Rmm, 1896, p. 15. II.

33 « L’agrégation de philosophie », séance du 26 décembre 1901, Rmm, 1902, p. 23-40.

34 Décret du 18 juin 1904 (cf. A. Chervel, Histoire de l’agrégation. Contribution à l’histoire de la culture scolaire, Paris, INRP, Kimé, 1993, p. 181).

35 H. Bouasse, « De l’éducation scientifique des “philosophes” », Rmm, 1901, p. 41.

36 E. Goblot, « Enseignement. La licence de philosophie », Rmm, 1902, p. 120-129.

37 H. Delacroix apportait de ce point de vue son soutien à Goblot (« La réforme de la licence », Rmm, 1902, p. 244).

38 E. Goblot, « La licence de philosophie », Rmm, 1907, p. 95-96.

39 Alfred Binet avait lancé une grande enquête auprès des professeurs de philosophie afin de connaître leurs pratiques, leur point de vue sur l’évolution des programmes, leurs affiliations doctrinales. L’enquête fut publiée, après discussion à la Société française de philosophie, par Binet (A. Binet, « Enquête sur l’enseignement de la philosophie », Année psychologique, 1908, XV, p. 152-231). Sur la domination excessive de la culture littéraire, voir « Enquête sur l’enseignement de la philosophie », séance du 28 novembre 1907, BSFP, 1908, p. 26

40 Ibid., p. 30.

41 Le rôle de la Rmm dans la naissance de « l’épistémologie » a été souligné notamment par Gaspare Polizzi (« Sull’epistemologia allo stato nascente. La « Revue de métaphysique et de morale » tra 1893 e 1914 », Studi Storici, anno XXXIV, 1993, n. 1, p. 165-191). Voir également Enrico Castelli-Gattinara, « Épistémologie 1900. La tradition française », Revue de synthèse, avril-décembre 2001, tome 122, p. 347-365 et M. Centrone, « Il debattito epistemologico agli inizi del secolo sulle Revue de métaphysique et de morale (1893-1914) », Annali della facolta di lettere e filosofia della Universit. di Bari, volume 29 (1986), p. 351-407.

42 É. Meyerson, Identité et réalité, Paris, Vrin, 1908.

43 E. Castelli-Gattinara, op. cit., p. 353.

44 Durant la préparation du Congrès, Couturat employait déjà le terme « épistémologique » (voir la lettre déjà citée qu’il adresse à X. Léon le 22 avril 1899, ms. 360).

45 Anonyme (Halévy-Brunschvicg) « La philosophie au Collège de France », Rmm, 1893, p. 375.

46 Ibid., p. 378.

47 F. Worms (éd.), Le moment 1900 en philosophie, op. cit. Voir notamment l’introduction de F. Worms, p. 7-14 et les études rassemblées dans la deuxième partie de l’ouvrage : « un moment philosophique entre sciences de la nature et sciences de l’esprit », p. 185-281.

48 Pierre Duhem n’a pas collaboré à la Rmm malgré le désir de X. Léon d’obtenir la contribution du savant catholique. Ce dernier est demeuré fidèle à la Revue de philosophie de Peillaube. Mais Duhem est présent dans la Rmm par l’entremise du supplément bibliographique et des études critiques. Quant à l’autre grand acteur de la controverse, Abel Rey, il est rapidement intégré à au « système R2M ».

49 Voir notamment, Bertrand Russell, Correspondance sur la philosophie, la logique et la politique avec Louis Couturat : 1897-1913, Paris, Kimé, 2001, établie et présentée par Anne-Françoise Schmid.

50 Arthur Hannequin est reçu premier à l’agrégation de philosophie en 1882, Goblot cinquième l’année suivante et Rey deuxième en 1896.

51 En 1912, Brunschvicg publiait Les étapes de la philosophie mathématique.

52 Hannequin, professeur d’histoire de la philosophie et des sciences à l’Université de Lyon, auteur d’une thèse brillante sur l’hypothèse des atomes dans la science contemporaine (1895). Décédé en 1905, il laissait une œuvre embryonnaire.

53 Rmm, 1905, suppl., juillet, p. 1.

54 A. Darlu, « Quelques vues de Cournot sur la politique », Rmm, 1905, p. 414-415.

55 Pour la Rmm, Tannery était « la plus haute autorité française, l’une des plus hautes autorités européennes, pour l’histoire des sciences » (Rmm, 1905, suppl., janvier, p. 1).

56 La notice nécrologique consacrée à Lechalas (1851-1919) rappelle qu’il collabora à la Rmm dès sa fondation en donnant un article sur la « relativité des grandeurs ». Il répondait à un article de Couturat qui examinait les arguments de Renouvier contre la géométrie non-euclidienne. Son rôle est souligné dans la constitution de l’alliance nouvelle entre philosophie et science (Rmm, 1920, suppl., janvier-mars, p. 1).

57 Ibid.

58 Rmm, janvier 1919, p. 149 (X. Léon est sans doute l’auteur de la note).

59 Ibid.

60 Ibid.

61 Voir le chapitre VI.

62 Sur la place de Poincaré dans la communauté philosophique, voir Laurent Rollet, Henri Poincaré : Des mathématiques à la philosophie. Étude du parcours intellectuel social et politique d’un mathématicien au tournant du siècle, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2000.

63 « Henri Poincaré », notice nécrologique, Rmm, 1912, suppl., septembre, p. 1 (notice rédigée par X. Léon).

64 « Le monde perd en lui un de ses plus grands esprits, la Revue son plus éminent et plus fidèle collaborateur (…) de plus en plus les têtes de numéro vont nous manquer : il faudrait donner du génie aux jeunes — Comment ? » (Lettre à É. Halévy du 20 juillet 1912, ms. 368).

65 « Henri Poincaré », op. cit., p. 1.

66 X. Léon avait cru, à tort, que la mort de Poincaré ouvrait la voie à la collaboration de Duhem : « Duhem m’écrit la lettre aimable que tu as lue : si je sollicitais sa collaboration ; Poincaré est mort, rien ne s’opposera plus à ce qu’il écrive chez nous. » (Lettre à É. Halévy du 12 novembre 1912, ms. 368).

67 « Henri Poincaré », op. cit., p. 1.

68 L. Rollet, op. cit. et, du même auteur, « Poincaré’s Conventionalism and French Philosophy at the Turn of the Century », Third International History of Philosophy of Science Conference, HOPOS 2000 (Vienne, juillet 2000).

69 Voir la lettre de X. Léon à É. Halévy du 18 janvier 1909 (ms. 368).

70 L. Rollet, Henri Poincaré et la vulgarisation scientifique, mémoire de DEA en épistémologie sous la direction de Gerhard Heinzmann, Nancy 2, 1994, p. 46.

71 Le numéro explorait les différentes dimensions de l’œuvre de Poincaré dans quatre articles : L. Brunschvicg, « L’œuvre d’Henri Poincaré : le philosophe », Rmm, 1913, p. 585-616 ; J. Hadamard, « L’œuvre d’Henri Poincaré : le mathématicien », p. 617-658 ; A. Lebeuf « L’œuvre d’Henri Poincaré : l’astronome », p. 659-674 ; P. Langevin, « L’œuvre d’Henri Poincaré : le physicien », p. 675-718.

72 X. Léon cite, dans une lettre à É. Halévy, le témoignage de « reconnaissance » de Lucien Poincaré pour ce « beau monument », « cet acte si intelligent de piété envers sa mémoire » (Lettre du 20 octobre 1913, ms. 368).

73 Ibid.

74 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 28 juin 1912 ( ?), ms. 368 (la date semble erronée).

75 Rmm, 1913, p. 585.

76 Les rationalistes intellectualistes de la Rmm ferraillent avec le pragmatisme anglo-saxon incarné par William James. L’idée de subordonner la quête de la vérité, l’intelligence, la pensée spéculative, aux impératifs de l’action est pour eux peu admissible. De ce point de vue, le pragmatisme est parfois rapproché de la philosophie nouvelle catholique, de la philosophie de l’action.

77 Rmm, 1913, p. 597.

78 Ibid., p. 597-598.

79 Ibid., p. 598-599.

80 Ibid., p. 601.

81 Ibid., p. 612.

82 L. Pinto, « Le détail et la nuance ; la sociologie vue par les philosophes dans la Revue de métaphysique et de morale, 1893-1899 », Rmm, 1993, p. 141-174, J.-L. Fabiani, « Métaphysique, morale, sociologie ; Durkheim et le retour à la philosophie », Rmm, 1993, p. 175-193 et P. Besnard, « La formation de l’équipe de l’Année sociologique », Revue française de sociologie, janv-mars 1979, p. 7-31.

83 É. Halévy publia en effet dans la Rmm quelques études de psychologie notamment : « Quelques remarques sur l’irréversibilité des phénomènes psychologiques », Rmm, 1896, p. 756-777.

84 É. Halévy, « L’explication du sentiment », Rmm, 1897, p. 703-724.

85 Ibid., p. 703.

86 « Nous appelons théorie intellectualiste du sentiment la théorie qui considère l’existence d’une idée comme la condition nécessaire et suffisante de l’apparition d’un sentiment, – théorie physiologique, celle qui considère comme condition de l’apparition du sentiment l’existence d’une modification de l’organisme physiologique. » (ibid., p. 705).

87 L. Brunschvicg, « La philosophie de l’inconscient, par Th. Desdouits, Paris, Roger et Chernoviz, 1893 », Rmm, 1893, p. 406-410.

88 Ibid., p. 410.

89 F. Rauh, « De l’usage des théories psychologiques, à propos de livres récents : I. Les types intellectuels, par M. Paulhan », 1897, p. 114-119 ; « II. La psychologie des sentiments, par M. Ribot », 1897, p. 200-220.

90 Voir J.-L. Fabiani, « Métaphysique, morale, sociologie… », op. cit., et du même auteur « Clore l’ère des généralités », dans É. Durkheim, L’évaluation en comité : textes et rapports de souscription au Comité des travaux historiques et scientifiques, 1903-1917, édités et présentés par S. Baciocchi et J. Mergy, Oxford ; New York : Durkheim Press : Berghahn Books, 2003, p. 151-189, particulièrement les pages consacrées à « l’espace philosophique de Durkheim », p. 174 et suiv. J.-L. Fabiani écrit ainsi : « … la philosophie reste ainsi le milieu propre de Durkheim, sans doute plus que celui des sciences sociales » (op. cit., p. 178).

91 Parmi les contributeurs de la Rmm, on note les noms de Bouglé, Parodi, Lapie, Simiand, Halbwachs, Charmont, Emmanuel Lévy, Hubert Bourgin et Durkheim lui-même.

92 P. Besnard, op. cit., p. 1.

93 X. Léon écrivait en 1908 : « j’admire la netteté et l’élégance de Simiand mais toute de même n’y a-t-il partout et partout que sociologisme. » (Lettre à É. Halévy du 12 novembre 1908, ms. 368).

94 Parodi fut sans doute le moins « sociologue » des trois (il cessa de collaborer à l’Année sociologique à la veille de la Grande Guerre).

95 P. Lapie, « La définition du socialisme », Rmm, 1894, p. 199-204.

96 P. Lapie, « L’année sociologique 1894 », Rmm, 1895, p. 308-339.

97 Voir notamment W. P. Vogt, « Un durkheimien ambivalent : Célestin Bouglé 1870-1940 », Revue française de sociologie, 1979, p. 123-139, William Logue, « Sociologie et politique : le libéralisme de Célestin Bouglé », Revue française de sociologie, 1979, p. 141 et suiv. et, plus récemment, les travaux d’Alain Policar : « Sociologie et morale : la philosophie de la solidarité et Célestin Bouglé », dans Férréol, Gilles (dir.), Intégration, lien social et citoyenneté, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 1998, p. 287-320, « Science et démocratie. Célestin Bouglé et la métaphysique de l’hérédité », Vingtième siècle. Revue d’histoire, janvier-mars 1999, no 61, p. 86-101 et « De la critique de la sociologie à l’autonomie de la morale : itinéraire de Célestin Bouglé », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, no 18, 2000, p. 137-166.

98 L. Pinto, « Le détail et à la nuance », op. cit.

99 Lettre du 1er mai 1894, ms. 362.

100 P. Lapie, « La définition du socialisme », op. cit., p. 199.

101 P. Lapie, « L’année sociologique 1894 », op. cit., p. 310 et 339.

102 H. Bouasse, « Physique et métaphores », Rmm, 1899, p. 227.

103 Sur le cas de Bouglé, voir A. Policar, « De la critique de la sociologie biologique… », op. cit.

104 L. Pinto, op. cit.

105 La Rmm a témoigné également d’un intérêt constant pour les travaux de Tarde. À l’inverse, René Worms et la Revue internationale de sociologie ont fait l’objet d’un ostracisme persévérant.

106 Lettre à É. Halévy, s.p.d., ms. 368.

107 Lettre à É. Halévy, 1895, ms. 368.

108 Ibid.

109 Sur la mise en relation des affiliations philosophiques et des profils sociologiques, voir les analyses de J.-L. Fabiani, dans Les philosophes de la République, op. cit. Dans le prolongement des travaux de Bourdieu, l’auteur montre comment l’opposition majeure au sein du champ philosophique entre le pôle spiritualiste et le pôle positiviste peut être rapportée à des différences entre les trajectoires socio-professionnelles.

110 Je renvoie sur ce point à mon analyse de la controverse sur la « détermination du fait moral » (chapitre IX de ma thèse).

111 Bouglé, une fois nommé à Paris, se rendit assez régulièrement aux séances de la Société (23 présences entre 1906 et 1914) à l’inverse de Chartier (pas plus de cinq séances sur la période).

112 Pour les sociétaires, la souscription était de 10 francs.

113 Lettre à É. Halévy, du 15 août 1904, ms. 368.

114 Le nombre de postes de professeurs de philosophie n’excède guère les 300 à la veille de la Grande Guerre (voir V. Karady, « Les professeurs de la République. Le marché scolaire, les réformes universitaires et les transformations de la fonction professorale à la fin du XIXe siècle », Actes de la recherche en sciences sociales, 47-48, 1983, p. 90-112).

115 La seconde édition du Vocabulaire technique et critique fut publiée en deux volumes par Alcan en 1926.

116 « Avertissement à la deuxième édition », Vocabulaire technique et critique de la philosophie, PUF, 1960, (8e édition), p. V.

117 Et, de façon très ponctuelle, par Victor Egger (3 articles) et Élie Halévy (pour la rédaction de l’article Économie politique).

118 « Constitution d’un vocabulaire philosophique », BSFP, 1902, p. 151-163.

119 BSFP, 1902, p. 151-153. Les « sciences normatives » regroupent logique, esthétique et éthique.

120 Ibid., p. 152.

121 « … c’est-à-dire la synthèse la plus haute et la plus cohérente qu’il se puisse faire des connaissances humaines » (ibid., p. 153).

122 Ibid., p. 153-154. Les auteurs se prononcent par exemple pour l’exclusion des termes « myopie, faradisation, hyperhémie ».

123 Ibid., p. 161.

124 Ibid., p. 155.

125 Couturat avait fondé avec Léopold Léau la Délégation pour l’adoption d’une langue auxiliaire internationale aux lendemains des Congrès internationaux de 1900. En 1903, les deux hommes publiaient chez Hachette une Histoire de la langue universelle qui tentait de faire la synthèse des différentes tentatives de constitution d’une langue auxiliaire. Couturat s’était personnellement engagé en faveur de la promotion de l’IDO.

126 A. Lalande, « La langue universelle », Rmm, 1904, p. 137-147.

127 Lalande répond par anticipation à ceux qui s’inquiètent de la constitution d’un langage technique qui se passerait des multiples ressources expressives de la poésie des langues vivantes, pour « n’employer que des signes sans profondeur, sans pénombre, dont les bords seront coupés net comme la tranche d’une pièce de nickel » : « Je voudrais bien, tout d’abord, avoir la preuve que ces facilités servent la philosophie plus qu’elles ne lui nuisent. Sous la plume d’écrivains réellement originaux, créateurs d’idées plus vraies et de point de vue plus compréhensifs, elles sont parfois un heureux instrument d’expression. Mais ceux-là ne m’inquiètent pas, et pour deux raisons : la première est qu’ils sauront toujours se faire entendre, “ne parlassent-ils que le bas breton” ; la seconde est que la fraîcheur et la force de leur langage, à la bien étudier, vient beaucoup moins des mots que de leur rapprochement. J’en prends un exemple. Tout le monde connaît cette comparaison si suggestive et si gracieuse de M. Bergson, où il représente certains états de conscience flottant à la surface de l’âme, comme des feuilles mortes sur l’eau d’un étang. Où est le mot intraduisible, dans cette phrase ? Aucune langue artificielle n’en rendrait sans doute l’harmonie ; mais ne garderait-elle pas toute la puissance de l’image, et même quelque chose de son mystère ? Et n’est-ce pas de termes très simples, et très précis, que le même philosophe a tiré quelques-unes de ses expressions les plus frappantes, le coup de sonde qui atteint l’être réel, la collection de photographies qui, si complète qu’elle soit, n’équivaut jamais à l’original ? Et, d’autre part, quand cette richesse et cette valeur émotive du langage maternel servent à couvrir les ignorances ou les maladresses des écoliers, le vide intellectuel des imitateurs, la mauvaise foi des hommes de parti, il me semble qu’il y a là de lourdes compensations. Or c’est le cas neuf fois sur dix » (ibid., p. 145-146).

128 Ibid., p. 147.

129 Préface à la cinquième édition (1947), Vocabulaire technique et critique…, op. cit., p. XI (citation des Règles pour la direction de l’esprit, XIII. 5).

130 Ibid., p. XIX

131 Ibid.

132 Ibid., p. XX.

133 Philosophe idéaliste, collaborateur de la Rmm et de la Société jusqu’à la rupture de 1914, prix nobel de littérature en 1908.

134 C. Julian Webb, professeur à Oxford, spécialiste de philosophie des religions.

135 Cesare Ranzoli publia en 1905 un Dizionario di scienze filosofiche, Hoepli, Milano, 1905.

136 Georges Dwelshauvers, doyen de l’Université de Bruxelles entre 1906 et 1909, dirigea le laboratoire de psychologie de l’Institut catholique de Paris.

137 L’avertissement de la deuxième édition lui rendait un hommage appuyé : « Ce maître si profond, si sûr, sachant tant de choses et les sachant si bien, a fait bénéficier ce travail, tant qu’il a vécu, d’une révision critique inestimable » (Vocabulaire technique et critique de la philosophie, op. cit., p. VI).

138 « Le troisième congrès international de philosophie », séance du 28 octobre 1908, BSFP, 1909, p. 1-18.

139 La société italienne de philosophie avait tenté un Essai de bibliographie des ouvrages philosophiques italiens de 1901 à 1908.

140 X. Léon en fait mention dans une lettre à É. Halévy, du 22 septembre 1908, ms. 368. Quelques mois plus tard, l’un des organisateurs du Congrès d’Heidelberg, Ruge, décidait de publier un volume annuel de bibliographie internationale en associant la Rmm à ce travail.

141 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 29 octobre 1909, ms. 368.

142 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 11 avril 1909, ms. 368.

143 « Pour la bibliographie des travaux philosophiques français », séance du 28 octobre 1909, BSFP, 1910, p. 1-15.

144 La question se posait pour les travaux de science qui pouvaient parfois être lus comme des contributions ou des matériaux utiles aux philosophes : Halévy proposait d’intégrer une bibliographie complète pour la psychologie et de ne se borner qu’aux « ouvrages de méthodologie » pour les autres sciences (BSFP, 1910, p. 3).

145 Ibid., p. 4.

146 Delbos utilise lui-même le terme, ibid., p. 2.

147 Ibid., p. 8.

148 Ibid., p. 7

149 Ibid., p. 9.

150 Ibid.

151 Ibid.

152 « Je ne crois pas que nous devions faire entrer dans notre bibliographie les ouvrages qui ne sont pour les sciences philosophiques que des matériaux en expectative ; nous ne devons admettre que ceux qui ont été déjà écrits dans une certaine intention philosophique. Ce n’est pas notre rôle d’orienter les recherches » (ibid., p. 4).

153 Ibid.

154 Composée de Delbos, Jean Dagnan-Bouveret (jeune agrégé spécialiste de psychologie), H. Norero (auteur en 1905 d’une thèse sur L’Union mystique chez sainte Thérèse), Winter, Fontana (ancien secrétaire de Séailles), Georges Rodier (historien de la philosophie grecque, successeur de Brochard à la Sorbonne) et encore Simiand, représentant de la sociologie durkheimienne.

155 Dwelshauvers est sollicité pour la Belgique, Werner pour la Suisse…

156 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 5 décembre 1909, ms. 368.

157 T. Ruyssen, « Pour la bibliographie philosophique », Rmm, 1910, p. 229-241.

158 Ibid., p. 233 et suiv. Le mouvement bibliographique international avait déjà largement défendu cette méthode lors des conférences internationales de Bruxelles (1895 et 1897) et de Paris (1900). L’Institut national de Bibliographie de Bruxelles fondé en 1895 s’était lancé dans la réalisation d’un Répertoire bibliographique universel sur fiches.

159 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 2 août 1910.

160 Voir la lettre du 8 août 1910 dans laquelle X. Léon retranscrit à l’attention d’Halévy, les observations de Durkheim (ms. 368). Je la cite en note dans ma thèse, p. 335.

161 Sur l’horizon philosophique du projet durkheimien, voir J.-L. Fabiani, « Clore l’ère des généralités », op. cit.

162 Lettre de X. Léon à É. Halévy le 17 août 1910, ms. 368.

163 Ibid.

164 BSFP, 1910, p. 213-214.

165 Durkheim continua cependant à contester la séparation établie entre le droit et la morale et le choix d’une division par « objets » qui parcellisait la sociologie (Lettre de X. Léon à É. Halévy du 8 juillet 1911, ms. 368).

166 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 1er septembre 1910, ms. 368.

167 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 8 juillet 1911, ms. 368.

168 Lettre à É. Halévy du 3 décembre 1913, ms. 368.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540