Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les philosophes en République

 | 
Stéphan Soulié

Deuxième partie. Défense, « socialisation » et régulation du travail philosophique

Chapitre 4. Xavier Léon : « homme double » et « philosophe sociable »

Texte intégral

  • 1 D’autres amateurs jouèrent un rôle important : Winter, Weber et Couturat qui quitta l’enseignement (...)
  • 2 É. Halévy, La Formation du radicalisme philosophique. La Révolution et la doctrine de l’utilité (1 (...)
  • 3 É. Halévy, CH, préface, p. 27. Après la publication de L’Angleterre et son Empire en 1905, il se l (...)

1La Rmm était une revue académique et universitaire. Pourtant, et ce fut une des conditions de son succès, les principaux animateurs de la publication ne s’engagèrent pas dans une carrière au sein de l’Université. C’est du moins vrai pour la colonne vertébrale de la Revue : le duo Léon – Halévy1. Xavier Léon avait renoncé, on l’a vu, à l’agrégation ; Élie Halévy enseigna à partir de 1897 à l’École libre des sciences politiques mais, après avoir soutenu sa thèse sur la Révolution et la doctrine de l’utilité2, il refusa à deux reprises de se porter candidat à une chaire de philosophie à la Sorbonne. Comme le souligne François Furet, en choisissant, vers 1895-1896, de se consacrer à l’étude de la « culture anglaise », il passait en somme de la philosophie à l’histoire3.

  • 4 C. Bouglé, « Métaphysique et morale en France. L’œuvre de Xavier Léon », op. cit. p. 203 (repris d (...)
  • 5 C. Charle, « Le temps des hommes doubles », op. cit.

2La figure de Xavier Léon n’a guère retenu l’attention des historiens. C’est pourtant, à la veille de la Grande Guerre, un pivot des sociabilités philosophiques et l’un de ceux qui ont le plus puissamment contribué à définir les conditions de production du discours philosophique. Ce « philosophe sociable » (heureuse expression de Célestin Bouglé4), correspond au type de l’« homme-double » tel que l’a défini Christophe Charle5 : à la fois producteur (par ses études respectées sur Fichte) et médiateur (par le rôle déterminant qu’il a joué dans la constitution de réseaux intellectuels et dans la diffusion des travaux philosophiques).

« Secrétaire de rédaction » ou directeur de la Revue de métaphysique et de morale ?

La posture modeste du médiateur

3Chez Xavier Léon, le médiateur l’emporte sur le producteur. Entrepreneur philosophique, créateur de lien intellectuel, il fut un homme d’influence même si la mémoire philosophique a ciselé l’image d’un homme désintéressé, tout entier au service de la pensée des autres. La double position de « secrétaire de rédaction » de la Rmm et « d’administrateur » de la Société française de philosophie lui conférait un pouvoir d’organisation et de régulation de la vie de la discipline. Bouglé le compara au père Mersenne, figure par excellence du médiateur au XVIIe siècle, et souligna, en sociologue, sa capacité à anticiper les évolutions qui allaient affecter les communautés savantes au XXe siècle, sa compréhension de la nécessité d’une institutionnalisation minimale de la philosophie :

  • 6 Le Temps, 1er mars 1936, p. 39.

« Il n’a existé sans doute de véritables écoles de philosophie que dans l’antiquité. Elles étaient un moyen de communication entre les esprits, qui a disparu avec la société qui leur avait donné naissance. Aujourd’hui que les relations entre les hommes ont pris des formes matérielles ou juridiques complexes et si enchevêtrées, le philosophe risque d’être plus perdu et plus isolé qu’il ne l’a jamais été s’il ne trouve point des institutions faites à sa mesure et qui lui permettent à la fois de produire sa pensée et sa lumière et, en la proposant à d’autres, de discerner et de dépasser ce qu’elle garde toujours d’individuel. Ce sont ces institutions que Xavier Léon s’est efforcé de créer et de mettre au service de la philosophie de notre temps6. »

4La philosophie française compte d’autres « hommes doubles » – à commencer par les deux directeurs successifs de la Revue philosophique, Ribot et Lévy-Bruhl –, mais Xavier Léon présente un profil différent. Ribot bénéficiait déjà, au moment où il fondait la Revue philosophique, d’une visibilité et d’une autorité en tant que producteur. Agrégé de philosophie, il avait publié des travaux importants (La psychologie anglaise contemporaine, en 1870, et sa thèse sur l’hérédité psychologique, événement philosophique de l’année 1873) qui lui avaient assuré, avant 1876, une renommée intellectuelle en tant qu’introducteur de la psychologie scientifique. Rien de tel pour Xavier Léon : en 1893, à vingt-cinq ans, sa seule légitimité reposait sur sa capacité à constituer et à mobiliser un réseau de producteurs détenteurs d’une autorité dont il était dépourvu. Sa solidité intellectuelle et son goût pour Fichte étaient certes connus de ses professeurs, mais il n’avait encore rien publié. Le discours commémoratif, dont il faut mesurer, il est vrai, les silences, ne lui a jamais tenu rigueur d’un défaut de titres universitaires qui ne fut Pas interprété comme un échec. Xavier Léon ne pouvait se poser ni en chef d’école ni en concurrent dans la course aux chaires universitaires. Dans le contexte de la professionnalisation de la discipline, ce grand bourgeois, héritier et rentier, pouvait ainsi faire figure de médiateur pur.

5Le discours commémoratif souligne sa « modestie » et ses qualités « d’effacement ». Martial Guéroult, qui fit sa connaissance pendant la Première Guerre mondiale, brossait, près de cinquante ans plus tard, le portrait d’une « âme d’exception » :

  • 7 M. Guéroult, « Xavier Léon : vingt-cinq ans après », Rmm, 1960, no 3, p. 241-242.

« … enthousiasme ardent, sans rien toutefois d’indiscret, ni d’impérieux, ni de sectaire, tempéré de sagesse et d’humour, bienveillance naturelle et générosité, modestie allant jusqu’à l’effacement volontaire, sans la moindre affectation, absence de vanité digne du vrai philosophe ! Indifférent aux honneurs, qui, s’il l’avait voulu, eussent pu s’accumuler sur sa tête, il n’avait même jamais accepté le titre de “Directeur” pour cette Revue qu’il avait fondée, à laquelle il donnait tout son temps, qui jouissait d’un prestige mondial, et qu’il faisait vivre de ses deniers. Jusqu’au bout, il a voulu rester simplement le “Secrétaire de rédaction”. S’effaçant derrière ses collaborateurs, il leur vouait une affection reconnaissante, enveloppant aussi dans son amitié les lecteurs de la Revue qui, de loin, se sentaient appartenir à une même famille qu’unissait un commun amour de la philosophie7. »

6Xavier Léon disposait d’autre part d’une indépendance à l’égard de l’État qui était le gage d’une liberté qui pouvait s’avérer précieuse comme le souligna fort à propos Darlu au temps de l’engagement dreyfusard :

  • 8 Lettre du 27 septembre 1898, ms. 360.

« Vous n’êtes pas fonctionnaire ! Vous pouvez parler tout haut, écrire, agir. Et si un régime nouveau […] s’appesantissait sur nous, vous garderiez votre liberté8. »

7Le directeur de la Rmm était d’autant plus attaché à cette indépendance qu’il avait une conscience aiguë, teintée de pessimisme, de la précarité de la situation des Juifs dans la société française de la Belle Époque : la morsure de l’Affaire Dreyfus était nette dans la conscience de cet intellectuel blessé dans son franco-judaïsme et attentif aux symptômes d’un enracinement de l’antisémitisme. Évoquant le cas rapporté par Weber, d’un « ingénieur juif refusé pour sa religion », il écrivait ainsi en 1913 :

  • 9 Lettre à É. Halévy du 7 octobre 1913, ms. 368. Il s’agit ici de L. Weber.

« Comme je suis heureux de ne dépendre de personne et de n’avoir rien à demander à personne. Weber s’indigne que ceci se passe 15 ans après l’Affaire Dreyfus. Il ne se doute donc pas que l’antisémitisme ne fait que commencer en France et qu’il aura de beaux jours9. »

8La Revue de métaphysique et de morale était l’œuvre de sa vie mais, bien que conscient de ce succès incontestable, il exprima parfois le regret de ne pas avoir fait œuvre de philosophie à part entière, interprétant l’originalité de sa place dans la vie intellectuelle comme la preuve d’une infériorité par rapport à ses amis :

  • 10 Lettre à É. Halévy du 7 juillet 1906, ms. 368.

« Ma destinée est de faire travailler les autres et cela sans doute est plus profitable à la philosophie que si je travaillais moi-même. Je n’ai point d’originalité d’esprit, que ferais-je qui pût compter. À chacun son rôle en ce monde et c’est quelque chose que de se savoir être à sa place. J’ai conscience d’être à la mienne. Et si parfois je me sens inférieur à ceux qui m’entourent et que je m’en attriste, je me résigne – ne pouvant me doter des dons que je n’ai pas – à user de mon mieux de ceux qui en sont échus10. »

9Malgré la reconnaissance intellectuelle que lui apportèrent ses travaux sur Fichte, il ne cessa de se percevoir d’abord comme un entrepreneur philosophique et, secondairement, comme un historien certes consciencieux mais dominant avec peine une matière foisonnante au risque de se perdre dans une érudition un peu vaine car sans grande ampleur spéculative.

Une revue bicéphale ? Le duo Léon – Halévy

  • 11 Le titre de « directeur » apparaît notamment sur des prospectus de réclame.
  • 12 Lettre d’É. Halévy à X. Léon du 14 août 1903, ms. 369.

10Le discours commémoratif souligne donc à l’envi l’humilité du « secrétaire de rédaction », mais Xavier Léon fut réellement le directeur de la Rmm, endossant pleinement la responsabilité des orientations éditoriales et des publications effectives11. La publication fut pourtant largement bicéphale même si Halévy s’effaçait pour laisser son ami prendre des décisions ou fixer des orientations qu’il avait parfois largement contribué à définir lui-même. Avant de prendre la direction de la Rmm à la mort de son ami, Halévy se considéra comme un « vice-consul12 », assurant parfois la partie matérielle de l’administration de la publication en l’absence de Xavier Léon pendant les mois d’été.

11La correspondance entre les deux têtes de la Revue permet de mesurer le poids de leur amitié dans l’économie morale de l’entreprise. La force de ce lien autorise les déclarations d’amitié les plus émues comme les remontrances les plus sévères. Halévy fut le conseiller et l’initiateur, l’aiguillon et le modérateur, le « quasi-frère » et l’« autre-moi » de Xavier Léon. La représentation idéalisée de l’amitié enveloppait une noble exigence de « sincérité » intellectuelle. Commémorant vingt-cinq ans d’amitié « féconde », Xavier Léon rendit un vibrant hommage épistolaire à Halévy, soulignant le rôle joué par ce dernier dans la vie de la publication :

  • 13 Lettre du 1er octobre 1907, ms. 386.

« […] je te dois beaucoup de moi-même et du meilleur. Tu as été, tu es pour moi le curseur, le “juge” auquel Boileau reconnaît le véritable ami. Et j’apprécie l’heureux destin qui m’a permis de rencontrer un pareil guide et de faire route en sa compagnie : avec lui je suis sûr de ne jamais faire de faux pas. […] Mais notre amitié a été, je crois, féconde aussi pour la philosophie. La Revue, le Congrès, la Société sont nés d’elle et si je recueille de ces œuvres quelque bénéfice moral j’en suis toujours un peu honteux car si mon nom figure sur leur affiche le tien n’y est pas et devrait y être : ils [elles] sont le fruit de notre collaboration et ce qu’il y a de meilleur en elles te revient : si je suis l’homme d’action [qui les] réalise, tu es l’intelligence qui les rend fécond[e]s.
Ta modestie se cache derrière mon dos et si je ne veux pas l’offenser en la découvrant plus souvent, sois convaincu que je n’ignore pas la part qui te revient et qui, pour n’être pas la plus brillante, n’en est pas la moins efficace13. »

12Halévy répondait, avec une modestie non feinte, justifiant une discrétion, certes désintéressée, mais qui protégeait une liberté dont il était jaloux :

  • 14 Lettre du 2 octobre 1907, ms. 369.

« Tu as rendu service à ton pays et à la philosophie, et j’ai été heureux de t’y aider par mes conseils. Ma modestie est réelle, sans doute ; mais l’égoïsme y tient une bonne place. Que de tracas on évite lorsque l’on reste dans la coulisse. Mes conseils ont toujours été à ta disposition et ils y restent toujours14… »

  • 15 É. Halévy s’est toujours montré réticent à mettre en avant son nom. Dans une lettre du 11 juillet (...)
  • 16 Lettre du 17 mars 1903, ms. 387.

13Sans doute souhaitait-il aussi laisser à son ami l’essentiel de la reconnaissance publique. Cette discrétion militante explique que son rôle dans la direction de la publication ait été parfois sous-estimé dans le discours commémoratif15. Il ne faisait pas de doute pour Halévy que la Rmm était « la grande affaire de [la] vie » de Xavier Léon16, celle qui comptait le plus, davantage que les congrès internationaux, davantage même que la Société française de philosophie. Aussi tempérait-il parfois l’enthousiasme de son ami, bridant même ses initiatives, le dissuadant de multiplier les entreprises parallèles. S’inquiétant en permanence de la santé de la Revue, il fut soucieux de lui assurer une qualité égale.

  • 17 Dans les moments d’intense activité, ainsi en 1900, au moment de la préparation du Congrès, il réd (...)

14La fréquence des lettres et l’intimité des deux amis autorisent une transparence épistolaire et des effets d’oralité qui laissent percevoir la tonalité, presque le timbre des voix. Xavier Léon prenait souvent la plume le soir pour « bavarder un peu » avec son ami absent. Ses lettres, de loin les plus nombreuses, sont souvent de longs rapports sur ses démarches du jour : correspondance17, réceptions, visites, lectures de manuscrits ou d’épreuves, traductions parfois…

15Devant la lourdeur d’une besogne quotidienne qui freinait à l’évidence ses travaux sur Fichte, Halévy encouragea son ami à se décharger d’une partie du fardeau en engageant un secrétaire mais il se heurta à un refus constant. En 1906, au moment où la publication était en pleine croissance, Xavier Léon assumait en ces termes son travail quotidien :

  • 18 Lettre s.p.d., ms. 368.

« […] la correction des épreuves de la Revue me prend au maximum six heures tous les deux mois […]. Pour tout ce qui est visites aux philosophes, lettres de commande ou de refus, c’est-à-dire ma besogne essentielle, elle est tout un art, c’est à lui qu’est du – sans aucun doute – car je connais mes talents autant que je sais mes lacunes – le succès de mes œuvres et je crois bien que si je renonçais ce serait le commencement de la décadence. Je suis l’homme de la Revue, de la Société, j’ai été celui du Congrès. Il faut, bon gré mal gré, que je le reste. Et ma tâche est en somme assez honorable pour que je m’y tienne sans me plaindre et me faire plaindre18. »

  • 19 Michel Alexandre (1888-1952) fit sa philosophie sous la direction de G. Belot. Licencié en 1905, i (...)
  • 20 Lettre de X. Léon à É. Halévy, du 6 novembre 1908, ms. 368.
  • 21 X. Léon écrit à É. Halévy : « en somme les œuvres auxquelles je dépense mon temps et mes forces, s (...)

16Seul Michel Alexandre19, cousin des Léon, fit un temps office de secrétaire informel. Avant de se dévouer à l’œuvre d’Alain, le jeune homme seconda Xavier Léon dans la constitution du Bulletin de la Société française de philosophie et dans la confection du copieux numéro de la Rmm consacré, en novembre 1908, au troisième Congrès international de philosophie, rédigeant notamment le monumental compte rendu des séances (150 communications à traduire et à résumer)20. Malgré l’énergie et la compétence de la recrue, la besogne ne s’en trouva guère allégée et Halévy insista à nouveau pour que Xavier Léon s’attachât les services d’un secrétaire à temps plein ; sans succès. Son ami n’entendait pas se désaisir de tâches qui, bien que parfois ingrates, lui assuraient une reconnaissance que ne lui apporteraient jamais ses propres travaux philosophiques21.

  • 22 Lettre d’É. Halévy à X. Léon du 20 octobre 1911, ms. 369.
  • 23 Lettre du 21 août 1911, ms. 369. Jean Wahl (1888-1974), jeune philosophe prometteur, allait être a (...)

17Xavier Léon était particulièrement sensible au jugement d’Halévy dont il admirait la force intellectuelle et la lucidité critique : l’« ami vrai » est également « juge » en un sens très kantien. Rien ne se fit donc, ou peu s’en faut, dans l’orientation de la politique éditoriale, sans son avis conforme. Symétriquement, on l’a vu, Xavier Léon entendait exercer un contrôle sur le supplément dont Halévy était l’ordonnateur. Dans les années 1910, cet appendice bibliographique est un « harnais22 » de plus en plus difficile à porter pour le numéro deux de la publication. La besogne s’avère difficilement conciliable avec ses travaux d’historien qui l’éloignent souvent de Paris. Résolu à se décharger d’une partie du travail sur un secrétaire et à préparer sa succession, Halévy avance, en août 1911, le nom de Jean Wahl, un jeune agrégé, pensionnaire de la fondation Thiers, qui « semble consciencieux et philosophe23 ». Mais la direction du supplément ne changera de mains qu’après la Première Guerre mondiale, revenant successivement à deux collaborateurs historiques : Winter puis Weber.

  • 24 Lettre du 1er juin 1913, ms. 369.
  • 25 Lettre du 3 juin 1913, ms. 368.
  • 26 Lettre du 31 mai 1913, ms. 369.
  • 27 Lettre d’É. Halévy à X. Léon, du 17 juillet 1913, ms. 369.
  • 28 Lettre du 7 septembre 1913 d’É. Halévy à X. Léon, ms. 369.

18Les années 1912-1913, années de doute, mirent à l’épreuve la direction bicéphale, inquiète devant le ralentissement de la croissance de la Rmm. Au printemps 1913, Halévy déplorait la faiblesse de la Revue : « j’ai l’impression que la Revue baisse, et qu’il faut réagir24 ». Xavier Léon admettait que le « public ne [montrait] plus l’enthousiasme » des années précédentes25 : la publication peinait à renouveler le vivier de ses collaborateurs de qualité et souffrait de la disparition de contributeurs précieux comme Frédéric Rauh et Henri Poincaré. La direction elle-même semblait s’essouffler, gagnée par un pessimisme qu’Halévy n’hésitait pas à rapporter à des considérations plus larges sur l’inquiétante situation politique de la France26. La Rmm souffrait à l’évidence de problèmes organisationnels, notamment des « perpétuels retards27 » à parution. En septembre 1913, Halévy pointait avec vigueur la responsabilité de Xavier Léon : « Ces retards scandaleux, qui se sont reproduits cette année pour tous les numéros, sauf pour celui de janvier, tuent la Revue, et tu en es responsable28. » Durant l’été, Xavier Léon, gagné par la lassitude, avait songé (certes fugitivement) à mettre fin à l’entreprise, pour se consacrer à ses travaux sur Fichte. Halévy s’était empressé d’écarter ces tentations d’un revers de la main, soulignant l’identification parfaite entre la Rmm et son ami, en tant que figure intellectuelle :

  • 29 Lettre à X. Léon du 27 juillet 1913, ms. 369.

« Quant au reste, je comprends, abondamment, le dégoût que tu éprouves. Mais ne va pas t’abandonner à un découragement excessif. Que la Revue rencontre actuellement certaines difficultés dans le recrutement de ses collaborateurs, je l’accorde, et la chose s’explique par bien des causes. Mais qu’avec un peu de patience les difficultés puissent, doivent être surmontées avant la fin de l’année, je n’en doute pas davantage […]. Quant à fermer boutique, et à travailler pour toi après avoir travaillé pour les autres, c’est une idée qui te fera rire aussi avant peu, bien que je comprenne fort bien aussi la tentation. Je me place au point de vue de tes propres intérêts – intérêts de carrière, intérêts intellectuels, [intérêt même général]. Et j’ajoute que la Revue c’est toi, que toi, c’est la Revue. Vouloir, à quarante-cinq ans, te faire une nouvelle personnalité, ce serait jouer un jeu bien dangereux ; et je ne vois pas au juste quelle personnalité. Il est déjà bien beau que tu aies réussi à mener de front la rédaction de ton Fichte et la direction de la Revue. N’en demande pas trop. “Travailler pour soi, travailler pour les autres”, j’avoue ne même pas comprendre l’antithèse. […] Tiens-t’en fermement à l’œuvre entreprise. Compte que, dans la mesure limitée où j’y collabore, je ne l’abandonnerai pas, et que je penserai à l’avenir immédiat, dès que je serai de retour à Sucy29. »

19Halévy allait en effet se montrer très actif pendant l’été et au début de l’automne, s’efforçant d’afficher un réel optimisme quant au redémarrage de la publication. La crise semblait surmontée alors que la Rmm basculait dans l’année 1914 qui allait justifier le pessimisme politique et intellectuel des deux hommes : la Revue reprenait une progression à laquelle la guerre devait donner un coup d’arrêt brutal.

Xavier Léon ou le choix d’une politique éditoriale ouverte

20L’ouverture éditoriale était la condition fondamentale de la conquête d’un lectorat élargi. Homme d’action et non de système, libéral, œcuménique et mondain, Xavier Léon ne fit de la Rmm une machine de guerre ni contre le positivisme ni contre le bergsonisme, ni contre le catholicisme.

21La modération de la politique éditoriale déçut les plus radicaux des collaborateurs de la publication qui souhaitaient un discours à la fois plus unifié et plus offensif. Les premières critiques fusent dès les premiers numéros et contraignent Xavier Léon à une mise au point définitive qui lui assure pour les années qui suivent la haute main sur la définition de la stratégie éditoriale : conseillé mais souverain, c’est bien lui qui dirige, n’hésitant pas à désarmer les influences qui s’exercent sur son bras droit ou sur lui-même.

  • 30 Les relations entre Alain et la Rmm sont abordées dans A. Sernin, Alain, un sage dans la cité, op. (...)
  • 31 Lettre de mai (ou juin) 1893 à É. Halévy, CA, p. 39.
  • 32 A. Penjon, « Spir et sa doctrine », Rmm, 1893, p. 216-248.

22Les critiques les plus violentes sont sans doute venues d’Émile Chartier30. C’est lui qui lançait la première salve au printemps 1893, fustigeant la médiocrité du troisième numéro qui ne tenait pas ses promesses « métaphysiques31 ». Il s’en prenait notamment à un article de Penjon qui semblait appuyer l’idée de la « vanité de toute métaphysique32 ». Le coup de colère révélait la conception de l’entreprise revuiste défendue par Chartier : militante, sélective voire sectaire, la Rmm devait être un instrument de « propagande » capable de répondre à une urgence spirituelle et morale qu’il ressentait au contact de ses élèves. Chartier écrivait ainsi à Halévy :

  • 33 CA, p. 39.

« Si tu enseignais tu saurais que même à Pontivy les élèves de philosophie sont convaincus, avant d’avoir entendu leur professeur, que la métaphysique est morte définitivement ; et ces élèves reflètent l’opinion33. »

23La Rmm devait avoir pour finalité et pour déontologie de réformer cette opinion et non de s’y conformer. C’est ce qu’il soutenait à nouveau deux ans plus tard :

  • 34 Lettre à É. Halévy, janvier ou février 1895, CA, p. 68.

« … tu es au-dessous de tout quand tu penses à l’effet produit. Je m’en moque, pour ma part ; et la Revue doit s’en moquer, et ne pas plus chercher que je ne la cherche l’approbation d’un public philosophique qu’il s’agit de transformer34. »

  • 35 Le tutoiement n’apparaît dans la correspondance qu’au début du siècle.

24Chartier a-t-il songé à prendre en main la Rmm ? C’est possible… Dès les premiers mois, alors qu’il n’est pas encore un intime de Xavier Léon35, il espère voir Halévy, dont il est très proche, prendre la direction effective de la publication et ainsi peser lui-même davantage sur la politique éditoriale. Il écrit à son ami :

  • 36 Lettre déjà citée, CA, p. 39.

« … j’espérais que cette revue serait à toi. Peut-être le moment est-il venu de la prendre en main en l’accablant de prose dogmatique, dont la valeur absolue n’importe pas tant que le ton36. »

25Dans l’Histoire de mes pensées, publiée en 1936, peu après le décès de Xavier Léon, Chartier évoque de manière explicite ses tentations de prise de pouvoir, se donnant sans doute une importance qu’il n’eut jamais dans la vie de la Revue :

  • 37 Alain, Histoire de mes pensées, Paris, Gallimard, 1936, p. 89.

« Si j’avais voulu, d’accord avec un ami sûr que j’avais là, diriger la Revue, c’est-à-dire l’écrire à peu près toute, selon la manière de Renouvier, personne ne s’y serait opposé. Mais quand il s’agit de régner, il faut faire et non prétendre. Comme je n’avais pas le temps d’occuper cette grande place, et que mon fidèle ami [il s’agit à l’évidence d’Halévy] avait aussi d’autres vues, il fallait laisser entrer une opinion, et la brillante tribu des philosophes37. »

26Ces lignes, rédigées plus de quarante ans après les événements, manifestent le malentendu persistant entre Alain et Léon sur les finalités de la publication. En témoigne la référence au modèle de la Critique philosophique dont l’introduction de la Rmm avait pris soin de se distinguer. Agacé par les critiques de Chartier, Léon avait bien senti la menace qui pointait derrière :

  • 38 Lettre à É. Halévy du 10 ou 20 juin 1893, ms. 368.

« Si elle [la Revue] doit mériter tant d’injures et si elle est aussi inutile que le pense Chartier il n’y a que deux choses à faire : qu’elle cesse de paraître ou qu’elle change de direction. Rien de plus simple38. »

27Sans renier les promesses du programme de la Rmm, son directeur opposait au discours militant et frondeur de Chartier le réalisme nécessaire de sa politique éditoriale, marquant ainsi clairement les limites acceptables de l’intervention des « conseillers » et remettant à sa place, par l’entremise d’Halévy, le fougueux professeur de Pontivy :

  • 39 Ibid.

« […] je veux bien tenir compte des conseils qu’on me donne quand ils paraissent justifiés, mais je renonce à contenter tout le monde même quand tout le monde s’appelle Chartier39. »

  • 40 « Je viens de recevoir la Revue et je t’y ai cherché en vain, il faudra pourtant que tu y construi (...)
  • 41 CA, p. 35.

28Xavier Léon avait d’ailleurs beau jeu de mettre les jeunes collaborateurs devant leurs contradictions. La Rmm avait pour vocation d’ouvrir un lieu d’expression pour une « génération » de philosophes impatiente de convaincre, mais celle-ci était encore bien discrète pour que la publication fût en mesure de vivre sans solliciter d’autres plumes. En 1896, ses plus jeunes représentants n’avaient pas vingt-cinq ans et les collaborateurs les plus étroitement associés au projet tardaient à concrétiser leurs audaces, prisonniers de leur relation à l’institution universitaire. Chartier se fit lui-même attendre : après avoir regretté l’absence d’Halévy dans le corps du premier numéro40, il déclarait quelque temps plus tard que, puisque la Rmm « n’était pas près de souffrir de disette », les « très jeunes » collaborateurs devaient s’abstenir « absolument41 »… Commentant une notice critique de son ami sur une étude de C. Besnard consacrée à Platon, il écrivait : « tu es trop jeune pour qu’on te reconnaisse autre chose que la connaissance des textes ». Et si lui-même envisageait bien de produire, c’était en signant ses dialogues philosophiques sous le pseudonyme de Criton.

29Au printemps 1893, Xavier Léon pouvait donc répondre aux critiques des impatients et, justifiant sa politique éditoriale, il demandait un peu de temps :

  • 42 Lettre de X. Léon à É. Halévy, ms. 368, (10-20 juin 1893 [ ?] ou antérieure).

« Enfin de quoi se plaint-on ? La Revue manque d’unité et les collaborateurs de philosophie ? Mais il me semble que cette unité ne peut être obtenue tout d’un coup et comme magiquement […]. Pour créer un esprit il faut de la patience. Dans quelques années, quand écriront ceux de notre génération, on verra mieux cette unité rêvée, mais en attendant, quand on leur demande d’écrire ils se récusent. Et Chartier – à qui j’en veux un peu de son impatience – est de ceux-là42. »

  • 43 Lettre du 27 juillet 1908, ms. 368.
  • 44 X. Léon écrit à É. Halévy le 1er août 1905 : « J’ai répondu [à Chartier] : 1° que pour changer l’o (...)

30Léon et Chartier n’en tissèrent pas moins des liens très amicaux au début du siècle. Des rencontres faites par l’entremise d’Halévy, c’est peut-être celle qui compta le plus pour le directeur de la Rmm. Léon accueillit Chartier dans la résidence de sa belle-famille à Puyricard, près d’Aix, et à Dieppe en été : c’est là qu’Alain fit la connaissance de Michel Alexandre. En dépit des sautes d’humeur du bouillant normand, Léon nourrissait une affection profonde pour l’homme : « tu sais qu’il est de ces quelques amis dont l’amitié nous est précieuse » écrit-il à Halévy en juillet 190843. Aux critiques, Xavier Léon répondait que le meilleur moyen pour « changer l’orientation » de la Rmm était que Chartier y écrivît lui-même davantage44. Pour ce dernier, le succès académique de la Rmm signalait son échec philosophique comme le suggère cette « boutade » acide rapportée par Léon :

  • 45 Lettre à É. Halévy du 12 septembre 1905, ms. 368. Le positivisme d’Espinas ou celui de Lanson, l’u (...)

« […] ton malheur est d’avoir réussi. Si seulement la Revue avait un peu plus manqué de lecteurs et de collaborateurs, nous aurions percé un beau tunnel. Mais maintenant celui qui ouvre la Revue, il sait par expérience qu’il y trouvera de l’Espinas, ou du Belot, ou du Lanson, et l’on feuillette cela comme on ferait de la Revue bleue45. »

  • 46 A. Sernin date de 1905-1907 la « rupture » avec la Rmm. Celle-ci aurait été consécutive au refus d (...)

31Jusqu’à la Grande Guerre, l’amitié entre les deux hommes fut réelle bien qu’à éclipses ; amitié philosophique mais sans doute également très immédiatement instinctive, qui n’interdisait pas une forme de mépris de Chartier à l’égard de l’entreprise philosophique de Léon. L’agacement de Chartier ne cessa de croître à mesure que la publication s’institutionnalisait et ouvrait ses pages aux « sorbonnagres ». À partir de 1907, date à laquelle il publia son dernier article, il prit ses distances avec la Rmm (tout en continuant à rédiger des comptes rendus pour le supplément)46. Une lettre de 1908 illustre particulièrement l’ambivalence de ces relations. Rompant un long silence – un peu coupable – par des protestations d’amitié, Chartier écrivait à Léon :

  • 47 Lettre du 29 mai 1908, ms. 360. Delbos représente aux yeux de Chartier l’esprit de concordisme, de (...)

« J’aurai toujours à ton égard un sentiment mêlé, que du reste je ne dissimule point : j’approuve ce que tu penses, je désapprouve ce que tu fais ; je mange sans entrain la salade conciliatrice où Delbos est le légume ; mais enfin je me plais avec toi ; il y a là un sentiment du genre chien qui n’appelle aucun commentaire. Amitiés à vous deux47. »

32Bien que touché, à l’évidence, par ces critiques, Xavier Léon ne s’écarta pas de sa ligne éditoriale, s’exposant aux allusions injurieuses à « l’éclectisme » outrancier de la publication. Sans doute redoutait-il l’influence de Chartier sur Halévy :

  • 48 Lettre du 27 juillet 1908, ms. 368. Durkheim est par excellence la figure de l’altérité positivist (...)

« Le même Chartier m’a dit que – à une lettre d’injure au sujet de la Revue – tu lui avais répondu “avec les larmes aux yeux que toutes ses critiques étaient fondées” enfin que tu lui avais offert des fonds s’il consentait à rédiger une revue nouvelle à lui tout seul. En attendant le lancement de cette rivale à laquelle il sera juste que je contribue de mes deniers, voici qui pourra peut-être t’intéresser et qui regarde la Revue de métaphysique, laquelle mérite tant de mépris. Mais j’y songe – trop tard – je dois avoir eu tort d’accepter l’article qu’on m’a offert et j’aurai dû te demander ton approbation expresse d’abord – car il est justement d’un de ces hommes qu’il est nécessaire [d’injurier] pour être philosophe. Il est de Durkheim48. »

33Xavier Léon a donc persévéré dans la stratégie d’ouverture à l’altérité philosophique, condition du rayonnement national et international de la Rmm souhaité également par Halévy et ce, au risque de passer pour impur.

Xavier Léon, tête du réseau de la Revue de métaphysique et de morale

  • 49 Dick May, pseudonyme de Jeanne Weill (1860-1925), sœur de l’historien Georges Weill fut une « orga (...)
  • 50 V. Duclert, « Les revues dreyfusardes en France : l’émergence d’une société intellectuelle », La R (...)

34La Rmm s’inscrit dans une géographie intellectuelle complexe, marquée par la constitution de réseaux dont la perméabilité se traduit par des ramifications et des affiliations multiples. Le groupe structuré autour de la Revue entretient des relations avec l’Union pour l’action morale de Desjardins fondée en 1892, avec le Collège libre des sciences sociales créé par Dick May49 en 1895, avec le noyau durkheimien en constitution, plus large ment, avec les réseaux dreyfusards et dreyfusistes. Les préoccupations sociales, morales et pédagogiques rapprochent ces différents groupes constitués dans les années 1890 et remodelés par l’Affaire Dreyfus. Ainsi se sont établies des relations transversales entre des réseaux intellectuels nés dans une même conjoncture politique et sociale, sur fond de problématiques communes50.

  • 51 Il s’agit de « l’École de morale », une des trois sections de l’École des hautes études sociales.

35La visibilité et la légitimité de Xavier Léon comme intermédiaire entre le réseau de la Rmm et les autres groupes est évidente dès la fin des années 1890. Lorsque l’École des hautes études sociales est créée en 1899 (à l’initiative de Dick May), il est sollicité pour devenir l’un des administrateurs de l’institution. La Rmm avait publié quelques conférences du Collège libre des sciences sociales ; l’École des hautes études sociales qui s’inscrivait dans son prolongement devait recruter parmi les universitaires, notamment philosophes. Émile Duclaux fut nommé directeur et le président n’était autre que Boutroux. Xavier Léon, pressenti pour devenir l’un des trois administrateurs du « collège de morale », aux côtés de Paul Leroy-Beaulieu et de Georges Sorel51, interpréta cette proposition comme la recherche de l’appui de la Revue :

  • 52 Lettre s.p.d., 1899, ms. 368.

« Convient-il que j’accepte, c’est-à-dire que je donne non ma peine, qui sera de peu de chose, non mon nom, qui n’existe pas, mais le nom de la Revue – la seule chose qu’on sollicite au fond, à l’entreprise de Dick May52. »

36Xavier Léon déclina, mais la sollicitation dont il fit l’objet est révélatrice de la position acquise à la fin du siècle par la Rmm et son réseau, identifiés comme moteurs dans la réflexion philosophique sur la morale laïque.

« Administrateur » ou président de la Société française de philosophie ?

  • 53 Le 19 août 1904, X. Léon écrit à É. Halévy : « Je suis l’unique auteur de la Société ; tu en as so (...)
  • 54 X. Léon écrit à É. Halévy, le 6 octobre 1905 : « Pour la société ; la séance d’octobre sera séance (...)

37Le rôle de Xavier Léon dans la vie de la Société française de philosophie fut aussi déterminant que discret. Médiateur mais également mécène, il finançait partiellement l’entreprise lorsque les comptes n’étaient pas à l’équilibre, refusant toute intervention extérieure53. Il contrôlait la désignation des entrants en dressant la liste des noms à soumettre aux votes des sociétaires54. Enfin, en prenant en charge la préparation des séances et parfois leur présidence, il joua un rôle important dans la régulation des controverses philosophiques.

Le rôle de Xavier Léon dans l’organisation et l’animation des séances

38L’« administrateur » de la Société est un homme double asymétrique tant sa contribution aux travaux de la Société, en tant que producteur, est maigre. Il ne présenta aucun mémoire et prit rarement une part active aux discussions, se signalant surtout par ses observations lors de séances consacrées au Vocabulaire philosophique, aux questions d’enseignement, aux congrès internationaux ou aux travaux bibliographiques. En dehors des études fichtéennes, il ne s’estimait vraiment habilité à intervenir que sur les questions relatives à la diffusion de la production philosophique et aux modalités d’organisation de la communication savante.

  • 55 Voir la lettre de X. Léon à É. Halévy du 5 octobre 1911, ms. 368.
  • 56 Le 28 octobre 1912, X. Léon évoque la préparation d’une séance sur « l’idée de vérité mathématique (...)

39Pourtant, le titre d’« Administrateur » ne rend pas compte de son rôle dans l’organisation des séances. Xavier Léon intervenait en effet directement dans l’élaboration du dispositif de l’échange contradictoire55. Il devait définir le sujet, solliciter intervenants et contradicteurs, vaincre les réserves, forcer les volontés : travail d’appariement hautement diplomatique qui devait tenir compte des susceptibilités personnelles tout en créant les conditions d’une discussion féconde, propice à la rationalisation des controverses56. Si les intervenants extérieurs (les savants notamment) avaient peu de pouvoir sur la désignation de leur contradicteur, les sociétaires n’hésitaient pas à proposer ou à repousser un nom. Les séances étaient préparées en amont : intervenant et contradicteur fourbissaient leurs arguments en fonction de l’opposition annoncée. Paul Langevin, invité à présenter une communication sur « Le Temps, l’Espace et la Causalité dans la physique moderne » en octobre 1911, demandait ainsi à Xavier Léon de lui transmettre par avance les objections des philosophes.

40Durant les premières années, Xavier Léon, n’estimant pas détenir une légitimité philosophique suffisante pour diriger des débats, instaura une présidence tournante assurée, selon les séances, par un de ses aînés chevronnés. Les années passant, il prit plus volontiers en charge la distribution de la parole, avec le souci constant de stimuler l’interdiscursivité en arrachant les penseurs solitaires à leur réserve. Lalande rappelait le talent dont il fit preuve lorsque, oubliant ses « scrupules », il présida lui-même les séances :

  • 57 « In memoriam Xavier Léon », allocution d’A. Lalande le 23 novembre 1935 à la Société française de (...)

« Vous vous rappelez la présence d’esprit, le tact, la connaissance des hommes avec lesquels, non moins bon président qu’habile et généreux organisateur, il savait susciter les communications intéressantes, faire naître les interventions critiques, orienter et activer les débats. Que de fois Lachelier, par exemple, eût écouté nos discussions et se fût borné à les juger silencieusement dans son for intérieur, si notre ami ne l’eût incité à nous faire part de ce qu’il pensait57 ! »

  • 58 Lors de la séance du 1er décembre 1904, sur les « axiomes de la mécanique et le principe de causal (...)

41La correspondance permet de reconstituer partiellement cette fonction sur laquelle le Bulletin est à peu près muet : Xavier Léon presse les uns d’abréger leur intervention, « excite » les autres à entrer dans la discussion, privilégiant les interventions non rédigées, synthétiques et vivantes susceptibles d’éclairer la controverse, d’expliciter les nœuds problématiques58. Il évoque ainsi avec satisfaction la tournure prise par une séance de 1908 consacrée aux thèses de Boutroux sur « Science et religion » :

  • 59 Lettre à É. Halévy du 20 novembre 1908, ms. 368.

« J’ai présidé la séance de la Société : assemblée choisie ; salle bondée. […] Une heure de conférence [Boutroux] développant sans éclat le petit papier que tu as reçu. Réplique de Le Roy – ou plutôt approbation : je lui avais recommandé de ne pas lire ; un peu long, mais intéressant, pose nettement la question édulcorée par Boutroux : le Dieu personnel, l’Église, le Salut, l’au-delà. Pour le conflit entre le sage et le Saint : ne dérobe pas la question ; parle avec force et pénétration puis je le presse de finir pour donner la parole à Darlu qui est venu à ma chaire me la demander. Il était dans ses bons jours et fut très agressif contre Boutroux, l’accusant d’avoir escamoté le problème et construisant une Religion de fantaisie où Dieu même peut disparaître et qui n’est plus guère qu’une vague conscience morale – Boutroux aurait transformé le problème en celui-ci : les rapports de l’intelligence et du sentiment, mais alors plus de conflit. Proteste contre cet arbitraire et montre que Science a pris la place de la Religion. J’excite Durkheim : parle magistralement et avec une modération qui ne lui est pas habituelle : se pose en homme qui respecte la religion, qui proteste contre la Science destructive de la religion ([donc] conflit) ; admet réalité permanente de religion, mais établit que Science doit et peut – sans la détruire – chercher à l’expliquer : c’est sa conciliation à lui. Quelques paroles de Laberthonnière sans grand intérêt ; un beau quart d’heure de Lachelier qui n’a pu se dérober à nos sollicitations à Boutroux et à moi bien qu’il fût 5 h 20 […]. En somme belle salle, et brillante séance par l’autorité des orateurs. Cela fera un bulletin glorieux59. »

  • 60 X. Léon écrit à propos d’une séance de janvier 1911 : « j’ai cru que la séance allait mourir d’ina (...)

42Lorsque la discussion tarde à rebondir, l’administrateur intervient pour « bousculer » la séance60. Il prépare avec soin le déroulement des discussions pour les séances les plus délicates, s’assurant de la présence des sociétaires, envisageant à l’avance la répartition de la parole, l’ordre et l’équilibre des interventions. Au début de l’année 1911, craignant de ne pouvoir assister à une séance sur « l’éducation sexuelle », il écrit à Halévy :

  • 61 Lettre du 23 février 1911, ms. 368. Sur cette séance, voir le chapitre X de ma thèse.

« Je ne me crois pas indispensable, mais avec un étranger à présenter qui n’a rien de philosophique [le docteur Doleris] (Pécaut m’écrit qu’il fut un dreyfusard très noble ! C’est quelque chose, mais cela ne suffit pas à faire une bonne séance), un sujet délicat, une séance mal préparée, un Lutoslawski qui voudra faire des siennes, je ne suis pas sans quelque inquiétude sur la tournure de la séance qui aurait besoin d’être [très menée].
Si j’étais là, je demanderais à Doléris de parler ¼ heure ou vingt minutes sur ce qu’il appelle le programme sérié d’enseignement… le no V de son rapport – le seul où il y ait quelque chose à glaner […]. Je ferais ensuite amorcer la discussion par Parodi – je ferais après parler Bureau – lui répondre Durkheim, je mettrais en fin de séance Belot et Malapert – et peut-être Lutoslawski61. »

43Une telle minutie dans l’élaboration du plan des discussions impliquait une parfaite maîtrise de la géographie problématique du champ philosophique et une fine « connaissance des hommes ». Xavier Léon ne parvenait certes pas toujours à donner aux séances la tournure désirée. Au sortir de la discussion sur le « problème du miracle » amorcée par une communication d’Édouard Le Roy, il écrivait ainsi :

  • 62 Lettre du 28 décembre 1911, ms. 368. La correspondance évoque ici l’abbé Laberthonnière.

« Je suis sorti de la séance assez fâché. Laberthonnière auquel je ne pouvais refuser la parole – il me l’avait demandée avant la séance – a démoli tout l’édifice. Lachelier aurait parlé ; Delacroix aurait parlé ; Darlu aurait parlé. Et à 5 heures ½ Lachelier était parti – (au moment où il quittait la salle je l’ai interpellé, il m’a dit avoir un rendez-vous et ne pouvoir rester) et Delacroix, lui, voulait retourner à Passy […]. De Couturat il reste une lettre qui sera publiée ; à Lachelier j’ai eu le toupet d’écrire pour lui demander une lettre qui m’ôte le remords de ne l’avoir pas fait parler tout de suite et qui serait publiée dans le Bulletin ; à Delacroix, j’ai aussi demandé de mettre ses réflexions par écrit. Que répondront-ils62 ? »

44Après chaque séance, Xavier Léon devait en effet composer le Bulletin en reconstituant les discussions et en insérant les lettres des correspondants.

La fabrication du Bulletin de la Société française de philosophie

  • 63 L. Weber écrivait à propos d’une séance de 1914 : « Il est bien évident qu’une séance telle que ce (...)
  • 64 Le 3 novembre 1905, X. Léon reconnaissait la qualité inégale des notes des normaliens et pointait (...)
  • 65 Lachelier écrit à X. Léon le 15 décembre 1901, à propos de la discussion du mémoire de Weber sur « (...)
  • 66 Dans une lettre probablement rédigée en 1912, Brunschvicg évoque ainsi le refus d’insérer dans le (...)

45La transcription des discussions n’était pas chose simple en l’absence d’enregistrement magnétique. Les notes des secrétaires (normaliens ou élèves de Chartier), souvent imprécises voire lacunaires, faisaient l’objet de critiques récurrentes63. C’est à partir de cette matière brute de qualité inégale64 qu’étaient établies les épreuves soumises aux protagonistes de la discussion. Le texte final était donc un texte rétabli ne restituant qu’imparfaitement la réalité vivante des débats65. La question de la fidélité du Bulletin aux discussions était pourtant fondamentale et les différents intervenants semblent avoir été soucieux de respecter une forme de déontologie, évitant des excès dans la réécriture qui risquaient d’ôter toute crédibilité à la publication66. Cependant, les usages de la Société autorisèrent un certain nombre de corrections, d’additions et de suppressions. Lachelier, très soucieux de maîtriser le devenir de sa parole, y eut souvent recours… Ainsi, l’éclaircissement de la controverse et le polissage de l’argumentaire se poursuivaient, entre le temps de la discussion orale et le temps de la publication, dans le travail croisé de retranscription. La constitution du Bulletin occasionnait donc une circulation complexe des épreuves et un lourd et délicat travail de correspondance afin de s’assurer de l’accord des différents protagonistes. De ce point de vue, le rôle de Xavier Léon fut déterminant dans la mise en forme de la controverse.

  • 67 Voir le chapitre V.

46L’administrateur de la Société contribua en outre à l’élaboration du Vocabulaire technique et critique et surtout à l’éphémère bibliographie annuelle de la philosophie française, tâche ingrate et coûteuse en temps67. De manière générale, la charge de l’organisation de la Société et de la composition du Bulletin lui paraissait parfois trop lourde au regard des gratifications qu’il en retirait. En 1913, il exprimait ainsi sa lassitude à l’égard de ce « sacré métier » :

  • 68 Lettre à É. Halévy du 22 juillet 1913, ms. 368.

« Jusqu’ici j’ai surtout travaillé pour les autres ; je pourrais commencer à travailler pour moi : à 45 ans il serait peut-être temps. Et j’en ai aussi par-dessus la tête de la Société. […] Ne crois pas que je sois malade. Je t’exprime un désir qui est au fond de mon cœur ; je sais très bien que vous tous qui parfois me houspillez n’accepteriez pas ma démission, que vous ferez appel à l’œuvre accomplie, aux services rendus – et que vous me forceriez à trimer – pour le bon renom de la philosophie française – jusqu’à ma mort. Amen68. »

47Il faut faire la part de la mise en scène dans l’expression de cette lassitude… Cette dimension peu visible du travail de la Société n’était-elle pas immédiatement philosophique ? Le discours commémoratif n’a pas manqué de célébrer l’activité du « philosophe sociable » comme une philosophie en acte, comme une œuvre à part entière, enveloppant une conception du lien social et intellectuel. En tant qu’organisateur du premier Congrès international de philosophie et « administrateur » de la Société, Xavier Léon, devenait également le représentant autorisé de la communauté des philosophes français à l’étranger.

De la Société aux congrès internationaux : Xavier Léon, un médiateur européen

  • 69 En vue du Congrès qui doit se tenir à Genève en 1904, le psychologue suisse Édouard Claparède, sec (...)

48Dès le début du siècle, Xavier Léon joua un rôle de premier plan dans les relations culturelles internationales, en tant que médiateur entre les philosophes et en tant que passeur entre monde savant et monde philosophique à l’échelle européenne. L’organisation des congrès internationaux revenait à des comités nationaux, mais le directeur de la Rmm continua à intervenir dans la préparation de ces réunions, ne serait-ce qu’en tant que membre de la commission permanente internationale chargée d’assurer la transmission du flambeau. Le Congrès de 1900 servant de modèle de référence, son expérience fut sollicitée par les Suisses en 1904, les Italiens en 1911 et, dans une moindre mesure, par les Allemands en 190869. Il fut, enfin, l’intermédiaire privilégié entre les délégations françaises et les organisateurs successifs. Il s’attacha à constituer, en vue de chaque congrès, une délégation représentative de l’excellence française et chercha à peser sur l’élaboration des programmes afin d’assurer aux philosophes français des conditions d’intervention satisfaisantes.

  • 70 X. Léon écrit ainsi à É. Halévy : « Quelques cartes de gens me demandant des renseignements commer (...)

49À Heidelberg, en 1908, l’absence de Bergson est accueillie par Xavier Léon comme un coup dur pour la délégation française. Mais, cette année-là, dans un contexte international difficile, alors que les susceptibilités nationales affleurent derrière les discours policés, il peut mesurer le chemin parcouru depuis la fondation de la Rmm : ses talents de médiateur et d’organisateur font désormais de lui « l’impresario » des philosophes français70. Conjugués à la reconnaissance que lui ont apporté ses travaux sur Fichte (voir plus loin), ils lui valent l’honneur de présider la section d’histoire de la philosophie. Il est devenu un entrepreneur philosophique à l’échelle de l’Europe :

  • 71 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 21 septembre 1908, ms. 386.

« Je prends conscience de ma fonction, je m’aperçois combien je suis un personnage… à l’étranger et à quel point la Revue compte dans le monde international de la philosophie. De toutes parts on m’aborde et on me reconnaît – moi qui suis loin de reconnaître tous ceux qui m’ont déjà vu ; et ceux qui ne me connaissent pas demandent à m’être présentés et je sers d’intermédiaire entre nos amis et ceux que, à mon tour, je leur présente : je remplis avec conviction mon métier de barnum71. »

50En 1913, l’expérience congressiste de Xavier Léon est à nouveau sollicitée en vue d’un congrès de philosophie mathématique qui doit se tenir à Paris au printemps 1914. Les quatre-vingts congressistes (dont Langevin, Hadamard, Couturat, Le Roy pour la France, Whitehead pour l’Angleterre) ainsi réunis décident de la constitution d’une société internationale de philosophie mathématique dont Xavier Léon est nommé président… Le directeur de la Rmm n’est pas dupe des raisons qui motivent cette marque d’estime :

  • 72 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 10 avril 1914, ms. 368.

« Je me faisais honte à moi-même en songeant que l’on m’en faisait honneur et que je n’avais aucune culture mathématique et que je n’étais pas à ma place au milieu des mathématiciens. Et j’éprouve une sorte d’humiliation à jouer un rôle que je n’ai aucune qualité pour tenir72. »

  • 73 Ibid.

51Cette nomination est avant tout une nouvelle « consécration de l’œuvre de la Revue73 » à l’échelle internationale. Dans le contexte tendu du début de l’année 1914, l’organisateur du congrès a préparé avec soin l’accueil de la délégation allemande. En vue de la réception qu’il donne la veille de l’ouverture, il fait placer dans son salon une gravure de Fichte :

  • 74 Ibid.

« elle a produit son effet sur les Allemands ; et j’ai été doublement heureux de mon idée, car j’ai, depuis, appris par Enriques que les Allemands s’imaginaient qu’ils seraient mal reçus par les Français et avaient été fort touchés de l’accueil qu’on leur faisait et que, volontairement, j’ai fait très amical74. »

  • 75 Ibid.

52Bel exemple de bonne volonté diplomatique : Xavier Léon espère à cette occasion « que les Allemands vont répéter là-bas que les Français les ont comblés de prévenances ». Le contexte politique marqué par la montée du discours nationaliste colore à l’évidence les relations culturelles internationales : les Allemands « ont vraiment l’air de croire qu’on veut les lapider en France. Voilà la légende qu’a créé dans les esprits la presse pangermaniste75 ».

Un « inspecteur général in partibus » ?

53Le persévérant travail de tissage du réseau des contributeurs de la Revue permettait à Xavier Léon de dessiner une géographie précise de la communauté philosophique. La Rmm constitua dès le début un outil puissant de collecte d’informations. Dès le printemps 1894, Darlu pouvait prophétiser à l’intention de Xavier Léon :

  • 76 Lettre d’A. Darlu à X. Léon, du 26 avril 1894, ms. 360.

« D’ici à quelque temps, en effet, vous serez un auxiliaire très précieux du ministère, une sorte d’inspecteur général in partibus [et] vous connaîtrez le personnel philosophique enseignant sur le bout du doigt76. »

  • 77 Selon l’expression de X. Léon (Lettre à É. Halévy du 1er août 1905, ms. 368).
  • 78 Léon rapporte les sollicitations de Durkheim, qui prépare la sortie de ses Formes élémentaires de (...)

54La position de Xavier Léon dans le champ philosophique allait lui conférer un pouvoir d’intervention dans le déroulement des carrières universitaires. Tout d’abord, l’institutionnalisation rapide de la Rmm avait fait de la publication une instance de validation et de sanction des travaux. La maîtrise du calendrier des publications était de ce point de vue très stratégique. Les demandes de comptes rendus formulées par des auteurs et les propositions des « placeurs d’articles77 » s’accompagnaient en effet parfois de sollicitations insistantes sur la date de parution, afin de prendre rang parmi les candidats à un poste ou pour préparer la publication imminente d’un ouvrage dont on offrait un fragment ou une introduction78. La publication opportune d’un article dans la Rmm pouvait servir les ambitions les plus hautes : François Evellin, Inspecteur général honoraire de l’Instruction Publique, qui convoitait le siège de Renouvier à l’Académie des sciences morales et politiques, envoyait ainsi en 1903 une prière d’insérer des plus pressantes :

  • 79 Propos rapportés dans une lettre de X. Léon de 1903, ms. 368. Evellin n’entra à l’Académie qu’en 1 (...)

« Je viens vous demander un service que vous ne me refuserez pas. Si vous voulez bien insérer mon article en novembre, je possède par ce seul fait un titre que je pourrais faire valoir au cas où j’oserais à la suite du décès de Renouvier prendre rang comme candidat à l’Académie des sciences morales et politiques79. »

55Xavier Léon se réjouissait de ces sollicitations qui manifestaient le rayonnement de la Rmm. À l’automne 1907, il exprimait sans détour la satisfaction que lui procurait la lettre d’un philosophe norvégien en quête de publicité :

  • 80 Lettre à É. Halévy du 2 octobre 1907, ms. 386. L’article sur la « nature de la pensée logique » de (...)

« Aars m’écrit pour me demander de faire passer le plus tôt possible le compte rendu de son dernier livre : il sollicite une chaire qu’on lui dispute vivement […]. En ce qui concerne son article il me dit qu’il ne peut songer à un remaniement “sérieux” et il voudrait aussi paraître au plus tôt !
À l’importance que les auteurs attachent à l’opinion de la Revue et de son public (articles comptes rendus) on mesure l’influence qu’elle exerce – et réjouis-toi avec moi80. »

56La détention et la diffusion d’informations constituent le second des leviers du pouvoir d’intervention au sein du champ philosophique : Xavier Léon est au fait des vacances de postes, recueille les projets de candidatures, les récriminations contre les injustices administratives, l’expression des ambitions frustrées. Cette connaissance de la géographie et de la vie organique de l’enseignement est le fruit d’un travail inlassable de maillage de la communauté philosophique, partagé entre correspondance et visites de travail.

Liens avec l’Inspection générale et pouvoir d’intervention dans les carrières

  • 81 X. Léon pouvait ainsi défendre ses amis auprès de l’administration. Il écrivait ainsi à É. Halévy  (...)
  • 82 Les familles du maître et du disciple nouèrent des relations amicales.
  • 83 Voir la lettre de D. Roustan à X. Léon du 19 août 1897, ms. 366.
  • 84 Roustan devait devenir un collaborateur de la Rmm et réaliser une belle carrière au sein de l’Inst (...)

57Dès la fondation de la Rmm, Xavier Léon cultiva des relations privilégiées avec l’administration de l’Instruction publique (particulièrement avec Liard et Rabier). Il rendait de fréquentes visites au ministère en tant que membre du comité de patronage des œuvres de Descartes et de la commission des bibliothèques81. Enfin, les liens avec Darlu, membre du jury d’agrégation de philosophie, du conseil supérieur de l’Instruction publique, jusqu’en 1904, et Inspecteur général depuis 1900, furent déterminants82. Xavier Léon suivait de près l’éclosion des nouveaux talents à l’École normale supérieure et à la Sorbonne. En un temps où l’agrégation ne couronnait qu’une poignée d’élus, les candidats étaient souvent très attendus avant de subir les épreuves du concours. En 1897, Léon déplorait ainsi l’échec de Désiré Roustan, ressenti par d’autres candidats comme une profonde injustice. Il ne manqua pas de signifier son étonnement à Darlu (en partie responsable, semble-t-il, de l’échec du jeune homme83). L’année suivante, Roustan était reçu premier84. Bien que réaffirmant le bien fondé de son jugement peu favorable sur le candidat, Darlu semble avoir tenu compte, au moment des épreuves orales, des remarques de Xavier Léon :

  • 85 Lettre à X. Léon, août 1898, ms. 360.

« Je puis vous dire quel est le résultat le plus satisfaisant de ces longues épreuves, à mon point de vue. C’est la justification de l’examen de l’année dernière. J’avais été très troublé et très tourmenté parce que vous m’aviez écrit et dit sur Roustan et sur Bloch. J’avais été près de croire à une imperfection de mon jugement. J’avais écrit l’année dernière à Hamelin pour partager mes inquiétudes. Les épreuves de cette année m’ont absolument édifié. J’ai écouté Bloch et Roustan avec une extrême sympathie. Je tiens pour certain que ce sont des esprits ordinaires, Roustan surtout, qui peuvent être agrégés comme d’autres, mais ne s’imposent pas, qui n’ont rien de supérieur aux autres agrégés de chaque année, et qui ont des défauts très marqués85. »

58Les tournées d’inspection de l’ancien maître du lycée Condorcet donnèrent lieu à des rapports épistolaires libérés des conventions de la rhétorique administrative, source d’information décisive pour repérer les talents précoces ou arrivés à maturité. En 1902, Darlu brossait ainsi le portrait singulier de François Colonna d’Istria, qui allait être, quelques années plus tard, le professeur de Sartre et de Nizan :

  • 86 François Colonna d’Istria (1864-1929), agrégé en 1887, enseigna à partir de 1911 à Louis-le-Grand.
  • 87 Lettre à X. Léon, du 19 juin ( ?) 1902, ms. 360.

« J’ai eu […] à Lyon un spectacle qui m’a ému profondément : une immense classe où se pressaient 76 élèves (et les jours où les élèves de rhétorique y viennent, ils sont 110 !). Dans la chaire, un nain difforme, qu’on est obligé de chercher par terre, quand on est de plain-pied avec lui […]. La tête semble s’élever au-dessus de la chaise […]. Il interroge un élève, un seul, trop longtemps ; il le presse, il le pousse, il le force à trouver, à exprimer des idées. Quelquefois il s’arrête. C’est un silence d’une minute, que je me suis bien gardé de troubler. Puis il répond. Et les 74 élèves écoutent religieusement et les derniers travaillent pour faire plaisir à M. Colonna d’Istria86 ! Cette classe de philosophie […] compte presque une moitié de nationalistes, une moitié de républicains […]. Ce monde écoute silencieusement, révère, admire le petit nain bossu qui occupe la chaire de philosophie. Et ce nain bossu pense, et c’est un bon philosophe ! ! ! !87. »

  • 88 Lettre de P. Lapie à X. Léon du 7 décembre 1901, ms. 362.
  • 89 Il est également au fait des interventions politiques. Il rapporte ainsi à É. Halévy, le 18 septem (...)
  • 90 Lettre à X. Léon du 24 mai 1901, ms. 360.

59Nombreux sont les collaborateurs de la Rmm qui s’adressent à Xavier Léon dans l’espoir d’obtenir des « tuyaux88 » pour favoriser leur accession aux postes des lycées parisiens. Par l’entremise de Darlu, le directeur de la Rmm était au fait des mouvements de personnel89 et pouvait ainsi intervenir dans le jeu de chaises musicales des affectations en agissant discrètement auprès de son maître. En mai 1901, le très kantien Georges Cantecor voit ainsi, ou feint de voir, dans les bonnes dispositions de Darlu à son égard, le soutien de Xavier Léon90.

  • 91 Chartier écrit sans détour : « Je reste à Lorient encore cette année. En août prochain, si on ne s (...)
  • 92 A. Sernin, op. cit., p. 77.
  • 93 Lettre de Chartier à X. Léon, s.p.d., 1901, ms. 360. Chartier avait connu Landormy dans la classe (...)
  • 94 Voir la lettre de remerciement de Landormy à X. Léon, du 21 juin 1901, ms. 362. Chartier écrivait (...)

60En septembre 1899, Chartier, pourtant si prompt à mépriser les mobiles impurs de l’entreprise philosophique, entend bien recevoir l’appui de la Rmm pour quitter Lorient l’année suivante et obtenir « un bon lycée d’Université ou un poste dans l’Enseignement supérieur91 ». Lorsque Xavier Léon apprend que Brunschvicg quitte Rouen, il s’empresse d’informer Chartier qui obtient le poste grâce à l’appui de Lachelier92. Deux ans plus tard, le même Chartier défend la cause de son ami Paul Landormy, « furieux » de l’affectation qui lui est proposée à Saint-Omer, et demande à Xavier Léon d’intercéder en sa faveur93. Le directeur de la Rmm semble être intervenu bien que sans effet immédiat94.

61À l’automne 1904, c’est pour son propre compte que Chartier sollicite à nouveau Xavier Léon, avec une discrétion habile et fière, alors que sa chaire au lycée Condorcet est supprimée et qu’il craint de ne plus avoir de classe de philosophie :

  • 95 Lettre de Chartier à X. Léon du 11 octobre 1904, ms. 388.

« J’ai écrit à Darlu. Comment ne m’a-t-il pas fait donner, tout au moins proposer, une chaire quelconque ? Je n’y comprends rien. Je suis allé pour le voir, je ne l’ai pas trouvé. Je lui ai confié mes intérêts en lui disant dans ma lettre que je n’agirais d’aucune autre façon. Ne prends donc pas cette lettre pour une démarche. Je t’avertis pour que tu ne sois pas surpris si désireux d’avoir la paix, et une classe, je refichais le camp en province. […] Je ne compte du reste pas trop sur Darlu, qui aime assez imposer des épreuves aux gens. Je ne réponds pas que j’accepte celle-là. Il y a une tâche pour laquelle je suis fait ; qu’on me la donne n’importe où. Et voilà. Ton vieux95. »

La défense des positions de la philosophie à la Sorbonne

  • 96 X. Léon lui écrit : « Si tu acceptes, comme c’est ton devoir de philosophe, j’essaierai de sauver (...)

62Xavier Léon mobilisa le réseau de la Rmm pour soutenir des candidatures amies à la Sorbonne. Au-delà des sympathies personnelles, ses interventions sont motivées par la volonté d’éviter la suppression ou la transformation de chaires de philosophie sous la menace des autres disciplines. À deux reprises, en 1905 et à en 1907, lors de successions difficiles, Xavier Léon tente ainsi de décider Élie Halévy de se porter candidat. En janvier 1905, alors qu’il s’agit d’occuper la chaire laissée vacante par la mort du philosophe et historien des doctrines politiques Henry Michel, Halévy apparaît comme le candidat le mieux placé des amis de la philosophie dont Xavier Léon réunit les suffrages96. Brunschvicg insiste auprès de son ami dans le même sens :

  • 97 Lettre du 8 décembre 1905, fonds Brunschvicg, IMEC.

« Objectivement, et dans la mare aux grenouilles que deviennent la Sorbonne et le Collège de France à chaque enterrement, ta candidature est la seule solution raisonnable97. »

63Pour le directeur de la Rmm, il s’agit de servir la philosophie « proprement dite » en faisant barrage à l’influence grandissante du « positivisme sociologique » à la Sorbonne :

  • 98 Lettre de X. Léon à É. Halévy, 9 janvier 1905, ms. 368. Durkheim était chargé de cours à la Facult (...)

« Plus j’y réfléchis, plus je vois que tu dois accepter et qu’une dérobade, de par la voix unanime des philosophes, mise sur toi ses espérances pour sauver la chaire ; un refus serait notre faillite à tous. J’ajoute qu’à l’heure actuelle l’influence grandissante et profonde de Durkheim et de Lévy exige un contrepoids si nous voulons que la philosophie reste la philosophie et tu peux être ce contrepoids : c’est l’avis formel de Boutroux, exprimé hier à Darlu. Et c’est aussi sans doute ce que sent LB [sic] quand il manifeste si peu d’enthousiasme pour le projet que nous agitons98. »

  • 99 Voir la lettre de É. Halévy à C. Bouglé du 23 janvier 1907, CH, p. 386

64Malgré les efforts consentis par ses amis pour le convaincre, Halévy refuse de partir en campagne, par souci – un peu aristocratique – d’indépendance et, surtout, afin de poursuivre avec la plus grande liberté ses travaux d’historien du peuple anglais, sans se charger de fonctions trop contraignantes. Deux ans plus tard, il est à nouveau sollicité pour assurer la succession d’Espinas dont la chaire risque de passer aux mains des historiens. Compte tenu de son profil double, Halévy apparaît comme la carte maîtresse des défenseurs de la philosophie mais d’Italie, où il est en voyage, il oppose un nouveau refus et lance dans la campagne Célestin Bouglé, fort de sa double identité de philosophe et de sociologue99. Halévy explique ainsi à son père les raisons de son refus :

  • 100 Lettre à Ludovic Halévy du 22 janvier 1907, CH p. 385.

« J’ai refusé, ayant exactement les mêmes raisons pour refuser qu’il y a deux ans. J’ai écrit à Boutroux une lettre telle qu’il ne pourra me tenir rigueur de ce qui a peut-être l’apparence d’un acte d’impertinence […] Je lui ai surtout expliqué qu’engagé à fond dans la composition d’une grande Histoire d’Angleterre, j’avais besoin pour ce travail de tout mon temps et non pas seulement des instants de répit que me laisserait un enseignement consacré à d’autres matières. Être professeur à la Sorbonne, c’est très beau peut-être. Mais achever la tâche qu’on s’est proposé d’achever, c’est beaucoup plus beau. Et se laisser prendre, malgré soi, dans l’engrenage social, c’est le crime des crimes100. »

65Xavier Léon ne pouvait que déplorer ce refus, pour son ami, mais aussi pour la philosophie, car il s’agissait de « prendre pied chez les sorbonnagres comme dit Chartier » :

  • 101 Lettre du 18 janvier 1907, ms. 368.

« Ce n’est pas dans tes goûts, qu’y puis-je ? Sinon regretter et me lamenter avec Boutroux de voir la philosophie diminuée chaque jour à la Sorbonne101. »

  • 102 X. Léon écrit à É. Halévy : « Hier j’ai été chez Bergson : on a parlé de Brunschvicg au sujet duqu (...)

66Bouglé sortit finalement victorieux de la campagne et fut chargé de cours pour l’année 1907-1908. Deux ans plus tard, Xavier Léon soutenait avec succès la candidature de Brunschvicg, mobilisant discrètement les philosophes en sa faveur, invitant même Bergson à plaider sa cause auprès de Lévy-Bruhl102… Xavier Léon ne fut pas fonctionnaire de l’Instruction Publique, son expérience d’enseignant se résumait sans doute à une suppléance de quinze jours au lycée Condorcet en remplacement de son maître, mais celui dont Darlu soulignait la vocation d’éducateur, fut l’un des défenseurs les plus zélés de la place de la philosophie dans l’enseignement. Son pouvoir d’intervention au sein de la communauté philosophique ne reposait pas seulement sur ses fonctions de directeur de publication et d’administrateur de Société, il s’appuyait également sur sa capacité à nouer et à entretenir des relations personnelles dans le cadre de sociabilités informelles.

Le feuilletage des sociabilités : des réunions académiques aux commensalités de salon

67Les sociabilités académiques étaient doublées par des rencontres plus informelles dans les appartements parisiens de Xavier Léon. Le discours commémoratif a souligné avec nostalgie cette dimension essentielle de l’œuvre sociable du directeur de la Rmm. Celui-ci incarne une sorte de moment d’équilibre dans l’histoire des sociabilités philosophiques : alors que progressent l’organisation, l’institutionnalisation et la professionnalisation de la discipline, ses « réceptions » et ses « déjeuners » peuvent être vus comme une forme de résistance, au sein d’une communauté encore numériquement limitée, à la formalisation excessive du lien philosophique.

Le salon « philosophico-mondain » de la rue des Mathurins

  • 103 X. Léon cite les noms de Darlu, Andler, Delbos, Weber, Winter, Brunschvicg, Bouglé, Berthelot, Ada (...)
  • 104 Trentenaire, op. cit.
  • 105 Selon l’expression de Théodore Steeg, note nécrologique, Fédération générale des associations dépa (...)

68Dès les premières années de la Rmm, Xavier Léon ouvrit ses appartements de la rue des Mathurins : en 1895, ayant réuni une quinzaine de philosophes, il se félicitait de ses « progrès philosophico-mondains103 ». Le directeur de la Rmm entendait harmoniser l’idéal de la commensalité philosophique antique et l’esprit de société porté par la modernité. Lors de la commémoration du trentenaire de la Revue, Belot lui rendit ainsi hommage : « Vous avez ouvert vos salons, plus vastes que la maison de Socrate, mais encore trop petits pour vos amis…104 ». Xavier Léon fut indissociablement un « organisateur » et un « créateur d’amitié105 ». Les sociabilités devaient être au service de pensées libres et la forme idéalisée du lien entre les consciences était celle d’une relation indemne des lourdes déterminations sociales. L’amitié constituait ce lien idéal, en tant qu’elle devait faire se rencontrer et commercer les esprits, dans l’exigence d’une sincérité pleine et entière.

69L’organisation de la philosophie française au tournant du siècle faisait entrer la discipline dans le XXe siècle scientifique. Au même moment, Xavier Léon ouvrait les lieux d’une sociabilité de salon dont le modèle appartenait encore pour partie au XVIIIe aristocratique et au XIXe siècle bourgeois. Parallèlement à la communication réglée et technique qu’exigeaient l’échange du savoir et la rationalisation de la controverse dans un cadre très académique, une place devait être faite à la conversation libre. La résistance de cette éthique de la conversation était une réponse à la crainte d’une institutionnalisation excessive qui menacerait de stérilisation les pensées individuelles : l’esprit ne pouvait souffler s’il était étroitement comprimé dans le cadre normatif de limites strictement disciplinaires, de lieux de savoir institués.

  • 106 « Il [X. Léon] avait encore une autre manière de favoriser ces rencontres entre philosophes et sav (...)
  • 107 C. Bouglé, « Métaphysique et morale en France. L’Œuvre de Xavier Léon », op. cit., p. 202.
  • 108 A. Lalande, Bulletin de l’Association…, op. cit., p. 37.

70Le discours commémoratif souligne le rôle joué par le « centre philosophique106 » ouvert par Xavier Léon. Bouglé rappelait, quelque temps après sa mort, que le directeur de la Rmm « aimait à réunir ces chercheurs dans son salon, le dernier salon où l’on philosophât, la “foire aux idées”, comme il disait lui-même en souriant107 ». Ceux qui y furent accueillis gardaient le souvenir de rencontres peu ritualisées, dominées par la simplicité des maîtres de maison et une atmosphère de convivialité confraternelle. Lalande évoquait des « réunions nombreuses mais toujours plus familiales que mondaines108 ». Rien de commun entre la rue des Mathurins et le côté de Guermantes…

  • 109 Gabriel Marcel (1889-1973), philosophe, écrivain, dramaturge et pianiste, considéré comme le grand (...)

71C’est peut-être à Gabriel Marcel109 que l’on doit le portrait le plus sensible de Xavier Léon en « philosophe sociable ». Jeune philosophe, il fut accueilli dans le salon de la rue des Mathurins vers 1908. Soixante plus tard, il soulignait la signification immédiatement éthique de la bonne volonté sociable du directeur de la Rmm :

  • 110 « Commémoration du centenaire de la naissance de Xavier Léon », séance du samedi 27 avril 1968, BS (...)

« […] je me sentais accueilli et je m’arrête immédiatement sur ce mot accueil, parce que pour moi c’est le mot essentiel, c’est le mot-clé, là où nous avons à parler de Xavier Léon. Il avait un pouvoir d’accueil extraordinaire. Le pouvoir d’accueil était d’abord lié à une très grande modestie, à une extrême discrétion, je n’ai connu personne qui ne fut aussi étranger à toute espèce de pédantisme, à toute prétention. Quand on le voyait, par exemple, avec Brunschvicg ou avec d’autres maîtres, on avait toujours le sentiment qu’il se considérait comme subalterne par rapport à eux, et en même temps, on sentait qu’il s’entretenait avec eux avec le plus grand plaisir […] Et ce que je revois, c’est son sourire. Un sourire, c’est quelque chose de difficile à définir. Je dirai […] il y avait d’abord, chez lui, mais dans les premières années – et ici j’introduis une distinction sur laquelle je reviendrai – une sorte d’émerveillement d’exister ; et puis, plus profondément encore, la joie d’être avec nous, d’être parmi les autres. Il y avait chez Xavier Léon une sorte de sociabilité qui avait valeur éthique, et cela est extrêmement rare, je me demande même si cela n’a pas disparu, comme beaucoup d’autres choses de cette époque […] Il y a eu là une expérience véritablement essentielle, il y a eu entre ces philosophes, qui étaient différents, qui, sur certains points, s’opposaient, une amitié et à cette amitié je pense que Xavier Léon a contribué très fortement, très profondément110. »

  • 111 P. Birnbaum, Les fous de la République, Paris, Fayard, 1992, p. 90.
  • 112 La mémoire familiale a conservé le souvenir du « gâteau des philosophes » préparé par Gabrielle Lé (...)

72Ces « rencontres philosophico-mondaines » de la rue des Mathurins avaient leur saison : l’hiver (à partir de la fin décembre ou début janvier), et leur jour : le dimanche, en alternance, parfois en concurrence, avec d’autres salons très universitaires (ceux de Gustave Lanson ou d’Émile Borel que Xavier Léon fréquenta d’ailleurs, ou encore celui de Dick May). Ces réceptions devaient une partie de leur succès à la maîtresse de maison, Gabrielle Bloch-Laroque (1871-1960). La jeune femme était issue de la bonne bourgeoisie juive : son père, Alphonse Bloch, était un haut magistrat, président de chambre à la cour d’appel de Paris, membre du consistoire israélite depuis 1876111. Xavier Léon s’était marié pendant l’été 1892 en Provence, dans le pays aixois de sa belle-famille, au moment où le projet de revue prenait corps. Gabrielle Léon avait peu en commun avec les grandes égéries de la culture salonnière au tournant du siècle mais elle contribua à créer l’atmosphère conviviale des réceptions112 qui lui valut l’hommage public de Lalande à l’occasion du trentenaire de la Rmm :

  • 113 Trentenaire, op. cit.

« […] ce que nous connaissons tous, et ce dont nous avons souvent été touchés, c’est le charme d’une maîtresse de maison accueillante et indulgente aux hommes d’étude, et dont l’aimable hospitalité, si délicatement cordiale, rapproche aussitôt et met à l’aise ceux qu’elle réunit sous son toit. Savants et philosophes français y causent en toute liberté, sans que la conversation y tourne jamais à la conférence113. »

73Le salon fonctionna comme un lieu d’intégration fondé sur une définition ouverte (mais très universitaire) de la communauté philosophique. Le noyau en était constitué par les philosophes des lycées parisiens ou de la Sorbonne mais le directeur de la Rmm y associait ponctuellement les philosophes étrangers et les professeurs de province de passage :

  • 114 A. Lalande, Bulletin de l’Association, op. cit.

« L’étranger qui vient à Paris est sûr d’y rencontrer des hommes de première valeur, et d’y être accueilli lui-même confraternellement. Que de fois n’avons-nous pas entendu dire, quand une question nouvelle agitait l’opinion, ou quand un philosophe marquant traversait Paris : “Nous en causerons chez Xavier Léon !” – “Nous le verrons chez Xavier Léon !” Combien de fois vos réunions ont donné naissance à des idées ou à des projets qui se sont ensuite développés au bénéfice de tous ! Et tout cela, c’est encore une des formes de cette communauté spirituelle dont je parlais tout à l’heure114… »

74Martial Guéroult a évoqué avec émotion l’aptitude de Xavier Léon à tisser les liens au sein de la communauté philosophique dans ce foyer de la philosophie française qui, selon lui, ne trouva pas d’équivalent par la suite. C’est avec nostalgie qu’il a décrit ce monde disparu et, derrière l’idéalisation d’un passé vieux de près de trente ans, on aperçoit sans mal les caractères de ce lieu de sociabilité si particulier, à cheval sur le XIXe siècle et le XXe siècle :

  • 115 M. Guéroult, « Xavier Léon : vingt-cinq ans après », op. cit., p. 241-242.

« Comment ne pas se reporter avec nostalgie vers ce passé merveilleux, lorsqu’au cœur de Paris resplendissait le foyer incomparable qu’ils avaient créé, foyer de philosophie, de musique, d’amitiés internationales et d’amitié tout court ? Avec quelle joie, sitôt débarqué à Paris, le jeune normalien nommé dans quelque lycée lointain, ou, plus tard, le professeur de Faculté dans une université de province, n’accourait-il pas vers le cabinet de travail de la rue des Mathurins, pour retrouver, au milieu d’un incroyable amoncellement de livres et de papiers, l’ami dont le visage s’éclairait aussitôt d’un affectueux et doux sourire ! Dans la pénombre, sous le regard de Fichte, immobile dans son portrait, la conversation commençait, affable et plaisante, sans savoir si elle ne se terminerait jamais, allant de la philosophie aux philosophes, des livres parus aux livres en projet, de Bergson à Einstein, de Brunschvicg à Blondel et à Gilson, de Victor Delbos à Léon Robin, de Russell à Laberthonnière, à Durkheim, à Lévy-Bruhl et à tant d’autres ! Là confluaient toutes les nouvelles, toutes les idées. Là était le centre vital du monde philosophique. Là tous se rencontraient, faisaient connaissance, liaient amitié. Là nous avons vu Bergson s’entretenir pour la première fois avec Einstein et s’enfermer seul avec lui pour discuter, des heures durant… Ce foyer a disparu, et depuis lors, rien ne l’a jamais remplacé. C’est que les réussites exceptionnelles sont le fait d’âmes d’exception115. »

  • 116 P. M. Schuhl, qui fut secrétaire de la Société française de philosophie, écrivait pour la période (...)
  • 117 Dans une lettre du 31 décembre 1904, X. Léon évoque « une vingtaine de “vieux” et une dizaine de j (...)
  • 118 Le fils d’Émile Boutroux, Pierre, collaborait à la Rmm.
  • 119 La fille de Darlu, Jeanne, avait été reçue à l’agrégation de lettres en 1894.

75Les réceptions dominicales étaient également l’occasion de rencontrer les philosophes « amateurs » qui n’appartenaient pas au sérail universitaire et permettaient d’établir des ponts entre les générations, en favorisant la discussion entre maîtres et disciples116. Ainsi pouvaient se côtoyer agrégatifs et membres du jury du concours… L’assemblée s’est progressivement étoffée et, dans les années précédant la Grande Guerre, elle pouvait réunir parfois plus d’une centaine de personnes117. On s’y rendait parfois seul, parfois accompagné de son épouse, voire en famille, ainsi les Boutroux118, les Darlu119. S’y retrouvaient « les chefs d’emploi », « toute la fleur de la philosophie » selon les mots de Xavier Léon : le premier cercle des amis de la Rmm, les prestigieux aînés (Espinas et Lachelier) mais également Bergson, Durkheim et ses collaborateurs (Simiand, Halbwachs, Bourgin), Lévy-Bruhl, les philosophes catholiques (Laberthonnière, Le Roy). On y rencontrait également des mathématiciens et des savants (Poincaré, Hadamard, Borel, Perrin, Meyerson, Painlevé…) mais aussi Gustave Lanson et l’historien Paul Lacombe sans oublier les pointures étrangères de passage à Paris.

  • 120 H. Bourgin, De Jaurès à Léon Blum : l’école normale et la politique, Paris, Londres, New York, Gor (...)
  • 121 Lucien Poincaré (1862-1920), frère du futur président de la République, cousin germain du mathémat (...)

76Hubert Bourgin a souligné, en pamphlétaire, le caractère « politique » d’un lieu de sociabilité emblématique de ce que Thibaudet a appelé la « République des professeurs ». Une partie de l’intelligentsia républicaine se réunissait en effet dans ce salon présenté par Bourgin comme un lieu de contact privilégié entre élites universitaires et élites politiques : s’y rencontraient « de grands universitaires devenus politiciens » et « d’autres qui désiraient le devenir120 ». La présence de figures très engagées dans le combat dreyfusard, de passeurs entre monde savant et monde politique comme le radical Paul Painlevé, son ami Lucien Poincaré121, ou Ferdinand Buisson, de socialistes amis de Jaurès comme Rauh et Lévy-Bruhl, ne doit cependant pas tromper sur le caractère de ces réunions, dont la politique ne pouvait être parfaitement absente, mais dont l’enjeu était assurément ailleurs.

  • 122 « Mon cousin Xavier Léon, directeur de la Revue de métaphysique et de morale m’envoya dès 1910 mon (...)
  • 123 D. Milhaud fut convié aux réceptions du dimanche comme en témoignent les souvenirs de son ami Arma (...)

77Le salon fut également musical, surtout durant l’entre-deux-guerres. Le couple Léon était amateur de musique, ainsi que le rapporte Darius Milhaud, cousin de Gabrielle. Lorsque le jeune compositeur quitta sa Provence natale pour Paris, Xavier Léon le présenta à Henri Rabaud, alors chef d’orchestre à l’Opéra, dont les conseils furent très précieux122. Le directeur de la Rmm participa ainsi au lancement de la carrière parisienne du jeune homme123.

78À la fin des années 1920, Xavier Léon, moralement éprouvé par la guerre (le « sourire » évoqué par Guéroult s’était semble-t-il un peu terni), était touché par la maladie : la sclérose en plaques qui allait l’emporter en octobre 1935 commençait déjà à l’affaiblir. Les réceptions de la rue des Mathurins tentaient cependant de faire survivre l’esprit de la Belle Époque, une certaine conception de la socialité, de la civilisation des mœurs qui allaient disparaître quelques années plus tard. C’est ce que suggère Wladimir Jankelevitch quand il évoque sa jeunesse : le salon des Léon condensait les caractères d’un « rapport au monde » auquel la Deuxième Guerre mondiale allait porter le coup de grâce :

  • 124 W. Jankelevitch, « Xavier Léon : Souvenirs », Rmm, 1960, no 3, p. 246.

« Au fil de mes souvenirs, je revois les réceptions de la rue des Mathurins, qui réunissaient les grands noms de la philosophie française, le bureau encombré de livres où Xavier déjà amaigri et immobilisé par la maladie me recevait, les séances de musique à deux pianos. Ce fut l’époque de notre jeunesse, avant l’époque des grandes catastrophes qui bouleversa entièrement nos rapports avec le monde. La bonté mêlée d’humour était si sereine chez Xavier et Gabrielle Léon qu’ils étaient incapables de reconnaître l’existence de la méchanceté, de la mesquinerie et du bas arrivisme là même où l’évidence de ces bas calculs et de cette mesquinerie est le plus incontestable124. »

  • 125 « Commémoration du centenaire de la naissance de Xavier Léon », séance du samedi 27 avril 1968, BS (...)

79En ouvrant un « foyer » philosophique, un « centre vital », Xavier Léon servait la pensée française. Pour Gabriel Marcel, il y avait bien « une philosophie française, et cette philosophie française a eu un chez elle, et ce chez elle a été la maison de Xavier Léon125 ». Cette caractérisation nationale fait du salon de la rue des Mathurins le lieu privilégié du dépassement de l’altérité philosophique au service d’un sentiment national qui se nourrissait de la représentation nécessaire d’un esprit français, transcendant les différences doctrinales. Ainsi, la « maison » de la philosophie française réunissait-elle bergsoniens et anti-bergsoniens, spiritualistes et positivistes, rationalistes et philosophes catholiques au service du rayonnement de la pensée française.

Déjeuners et commensalités de villégiature

  • 126 Dans une lettre à É. Halévy du 2 janvier 1905, X. Léon écrit : « Les déjeuners du vendredi devienn (...)
  • 127 X. Léon en tire une évidente satisfaction même s’il lui arrive de pester contre ceux qui ne répond (...)

80Aux réceptions du dimanche s’ajoutent déjeuners et commensalités de villégiature. De la fin de l’automne au début du printemps, Xavier Léon réside rue des Mathurins : haute saison pour les visites quotidiennes aux philosophes, les déjeuners hebdomadaires. Une fois par semaine, parfois plus, il convie à déjeuner quelques personnalités choisies dont le nombre restreint autorise une discussion plus réglée que lors des réceptions du dimanche. Ces déjeuners permettent de provoquer des rencontres, d’élaborer des projets d’articles pour la Rmm ou de séances pour la Société. Sans doute ponctuels dans les premières années, ils deviennent réguliers au début du siècle126 et, à la veille de la Grande Guerre, les « mercredis » sont devenus une institution bien établie127.

  • 128 X. Léon convie É. Halévy le 8 décembre 1909 sans son épouse, Florence : « j’ai voulu éviter la pré (...)
  • 129 C’est le cas de Perrin, comme le révèle une lettre de X. Léon à É. Halévy du le 21 décembre 1912 ( (...)
  • 130 Chartier se distinguait souvent par la vivacité de son ton. Selon lui, la chose ne semblait pas dé (...)
  • 131 Voici quelques noms de convives relevés au fil de la correspondance : Adam (Charles), Andler, Basc (...)

81Les épouses sont parfois présentes, mais Xavier Léon organise également des « déjeuners d’hommes128 ». Certaines personnalités conviées le dimanche sont « exclues » durablement des « mercredis129 ». D’une semaine à l’autre, la liste des convives peut varier : au « fonds permanent » s’ajoutent des invités ponctuels. Les réguliers sont les collaborateurs et amis proches : Halévy, Darlu, Weber et Chartier qui reste souvent après déjeuner pour converser avec Xavier Léon130 mais également Paul Painlevé qui fait partie des « traditionnels ». Ces déjeuners à géométrie variable réunissent philosophes et savants131. En certaines occasions, l’organisation du déjeuner prend un caractère très formel. Ainsi, en mars 1914, pour accueillir dignement le philosophe belge de Wulf, toute la Sorbonne philosophique est conviée. Xavier Léon entend assumer pleinement sa fonction de médiateur même s’il affecte, peut-être par coquetterie, quelque déplaisir à l’évocation de ses « devoirs » :

  • 132 Lettre à É. Halévy du 9 mars 1914, ms. 368.

« Boutroux, Bergson, Delbos, Lalande ont accepté de venir déjeuner avec de Wulf le 18. J’attends les réponses de Lévy et de Durkheim – toute la Sorbonne ! Ne crois pas que ce mercredi-là me réjouira. Mais tu sais que j’ai des devoirs à remplir132. »

  • 133 X. Léon louait le pavillon une partie de l’année.
  • 134 É. Halévy, botaniste et grand marcheur, goûtait à Sucy un calme propice au travail intellectuel.
  • 135 X. Léon racheta le domaine pour moins de 100 000 francs (cf. lettre à É. Halévy du 4 mai 1909, ms. (...)

82Au printemps, la famille Léon s’installe à Sucy-en-Brie, au pavillon Bellevue, route de Boissy133, au plus près de la Haute-Maison où résident Élie et Florence Halévy lorsqu’ils ne sont pas en voyage134, comme pour mieux cultiver une amitié qui supporte mal les longues absences. Dans un cadre plus agreste que la rue des Mathurins, Xavier Léon reçoit quelques amis philosophes pour des déjeuners que prolongent parfois promenades ou parties de pétanque. En 1909, il achète le château de Combault, distant de quelques kilomètres. La demeure, qui avait jadis appartenu au Maréchal Lefebvre et à son épouse, la célèbre Madame Sans-Gêne, exige d’importantes réparations, mais le domaine de six hectares est acquis à bon prix135.

  • 136 D. Milhaud y rencontre ainsi Alain (D. Milhaud, Notes sans musique, Paris, René Julliard, 1949, p. (...)

83Durant les mois les plus chauds de l’été, Xavier Léon loue une maison à Dieppe, rue Aguado, face à la mer. La Normandie drainant l’été une partie de la bourgeoisie intellectuelle, ce temps de villégiature est parfois un temps de sociabilité, sans commune mesure, évidemment, avec les sollicitations de la vie parisienne. La saison estivale s’achève dans la Provence de la belle-famille, tout près d’Aix-en-Provence, à Puyricard, où Xavier Léon reçoit parfois des amis parisiens136.

84Le discours hagiographique a volontiers fait de Xavier Léon « l’âme » des sociabilités philosophiques de la Belle Époque et de l’après-guerre. La mémoire collective ne travestit peut-être pas la réalité vécue par les contemporains. Les moments de ruptures, ainsi les premiers mois de la Première Guerre mondiale, permettent de mesurer la place occupée par Xavier Léon dans la vie intime de la philosophie française, dans son animation, au sens spirituel du mot. Alors que le directeur de la Rmm a quitté Paris pour Aix, Darlu lui écrit ainsi en décembre 1914 :

  • 137 Lettre du 8 décembre 1914, ms. 360.

« Amitiés de mon petit monde au vôtre et à vous une bien affectueuse poignée de mains. Le cénacle philosophique a perdu son âme – il n’existe plus137. »

  • 138 Lors de la parution du deuxième volume de Fichte et son temps, Bergson écrivit à X. Léon : « Vous (...)

85Mais Xavier Léon ne fut pas seulement un médiateur et un « créateur d’amitié ». Parallèlement à ses œuvres sociables, s’est édifié, sous sa plume, sur plus de trois décennies, un monument138 à la mémoire de Fichte, relevant tout à la fois de l’interprétation, de la biographie intellectuelle et de l’hagiographie… En devenant un spécialiste autorisé du philosophe allemand, il accédait la reconnaissance intellectuelle qui lui manquait.

Léon – Fichte : la conquête d’une légitimité philosophique et d’une autorité intellectuelle minimales

  • 139 Michel Espagne souligne à raison que X. Léon a vu dans le nationalisme de Fichte « une appropriati (...)
  • 140 En 1946, R. Lenoir publiait dans la Rmm un article au titre significatif : « Xavier Léon, Fichte e (...)

86À travers sa lecture de Fichte, Xavier Léon a brossé son autoportrait philosophique : la substance de sa propre pensée s’est déposée dans une interprétation sympathique d’un Fichte annexé à la France, patrie de la Liberté, et à la Troisième République139. En Fichte, il a voulu voir le révolutionnaire et le démocrate davantage que le « nationaliste » aux sources du pangermanisme, le rationaliste continuateur de Kant plutôt que le « mystique ». Cette lecture condense la relation de Xavier Léon à la Révolution de 1789, à la République, à la Nation140. Quelques mois avant le début de la Grande Guerre, alors qu’il poursuivait la mise en forme du premier volume de Fichte et son temps, le directeur de la Rmm reconnaissait l’empreinte du facteur national dans l’élaboration de son interprétation :

  • 141 Lettre du 7 février 1914 de X. Léon à É. Halévy, ms. 368.

« Je crois décidément qu’il fallait être français pour comprendre le Fichte révolutionnaire141. »

87Dire de son mieux « l’esprit de la Révolution », c’est ce que Xavier Léon s’efforçait de faire en écrivant son Fichte :

  • 142 Lettre du 23 août 1912 de X. Léon à É. Halévy, ms. 368.

« … sa vie sera bien un enseignement de la liberté ; au sens révolutionnaire142. »

88Alors que la philosophie allemande post-kantienne était mal connue en France, le directeur de la Rmm faisait figure de pionnier mais il ne pouvait se satisfaire d’une démarche visant à la seule érudition. S’il avait à cœur de ressusciter la pensée fichtéenne, c’était qu’il la jugeait parfaitement actuelle dans la France de la Troisième République.

89Le discours commémoratif n’a cessé de le répéter : Fichte donne la clé de la philosophie pratique et de la pratique philosophique de Xavier Léon… Aux yeux de ses pairs, les travaux fichtéens du philosophe sociable conféraient ainsi à l’ensemble de son œuvre une cohérence et une unité qui rendaient vaine toute tentative de séparer le médiateur du producteur. La philosophie fichtéenne n’exigeait-elle pas en effet que la pensée et l’action ne soient jamais séparées ?

Fichte et la « conscience contemporaine »

  • 143 X. Léon écrit à l’attention de Louise Bréguet : « À tante L… En inscrivant votre nom en tête de ce (...)
  • 144 « Pour éclairer la lecture de la Morale de Fichte, qu’un hasard avait mis sous mes yeux, l’auteur (...)
  • 145 M. Guéroult fit la connaissance de X. Léon à la fin de la Grande Guerre, à l’occasion de la public (...)

90La légende des origines n’est pas sans imprécision sur l’entrée en Fichtéisme de Xavier Léon. En 1922, la dédicace du premier tome de Fichte et son temps situe la première rencontre avec Fichte vers 1887, lorsque l’apprenti philosophe lut et traduit avec Louise Bréguet une biographie anglaise du philosophe allemand143. Un autre récit semble pourtant plausible : le jeune homme aurait d’abord découvert « par hasard » le moraliste Fichte144 alors qu’il était étudiant à la Sorbonne. Selon Martial Guéroult145, c’est bien à l’Université que le futur fondateur de la Rmm aurait « rencontré » le philosophe post-kantien :

  • 146 M. Guéroult, « Fichte et Xavier Léon », op. cit., p. 172.

« Comme il l’a raconté à nous-mêmes, il avait, étant étudiant, rédigé une dissertation sur la morale. Après l’avoir lue, son maître Janet s’écria : “Mais vous vous êtes entièrement inspiré de Fichte ! ” Xavier Léon, pour qui ce philosophe était totalement inconnu, entreprit aussitôt la lecture de la Sittenlehere et put constater l’accord spontané et parfait entre ses propres aspirations et celles du fondateur de la Doctrine de la Science146. »

  • 147 X. Léon, La philosophie de Fichte. Ses rapports avec la conscience contemporaine, Paris, Alcan, 19 (...)

91L’enseignement de Darlu formait un terreau accueillant aux idées fichtéennes, bien que le maître n’ait sans doute guère mentionné dans ses leçons le philosophe allemand. La volonté de concilier le cœur et la Raison, inscrite dans les limites la philosophie kantienne, et la prééminence de la Raison dans cette conciliation, constituent, selon Guéroult, le point nodal de la réflexion de Xavier Léon. À la Sorbonne, il suivit les cours de Boutroux et s’initia « avec passion, sous la conduite de cet incomparable guide, aux grands systèmes de la philosophie moderne de Bacon et Descartes à Kant et à Fichte147 ».

  • 148 Lettre s.p.d., 1891, ms. 360.

92Les deux années qui précédèrent la fondation de la Rmm furent des années de mûrissement de la lecture du philosophe post-kantien, lecture qui imposait un retour aux textes de Kant. Au temps où les futurs fondateurs de la Revue se partageaient l’étude des grands représentants de la tradition rationaliste (de Platon à Fichte en passant par Spinoza), Xavier Léon songea à publier une étude sur l’auteur de la Doctrine de la Science. Dès 1891, l’identification Léon-Fichte semble aller de soi : Brunschvicg donne du « Mon cher Fichte » à son ami et, évoquant les pages de la Doctrine de la Science qu’il vient de relire, il se dit « heureux d’exprimer son admiration pour Fichte à son représentant officiel, à son Moi actuel148 ».

  • 149 La Grande Encyclopédie, inventaire raisonné des sciences, des arts et des lettres, Paris, H. Lamir (...)

93En 1892, Xavier Léon se voit confier la rédaction des articles « Fichte » de la Grande Encyclopédie, témoignage de confiance de son ancien professeur de la Sorbonne, Victor Brochard149. Le résultat n’est sans doute pas tout à fait adapté au public de non spécialistes visé par l’ouvrage, mais il témoigne d’une solidité qui doit satisfaire les « philosophes de profession », selon les mots du commanditaire, Henri Marion :

  • 150 Lettre du 16 avril 1892, ms. 364.

« Il est certain, cher Monsieur, que votre article Fichte est un peu compact et abstrait pour nos lecteurs. Mais pouvait-il en être autrement ? […] Nous demandons l’impossible quand nous voulons qu’on nous expose en 200 lignes une philosophie de cette hauteur et de cette ampleur, tout en faisant vivre une physionomie de ce relief. Tel quel votre article est bien composé, précis, solide à souhait. Je vous en remercie. Le grand public le lira peu et, s’il le lit, n’y trouvera pas autant que je l’aurais souhaité l’homme d’action, l’apôtre du patriotisme allemand. En revanche, les philosophes de profession pourront vous consulter en toute sécurité : vous leur donnez le fil conducteur dans un système d’une rare difficulté, qu’il était impossible, autant du moins que je le connais moi-même, de résumer avec plus d’exactitude et d’unité…150. »

94Dès la fondation de la Rmm, Élie Halévy, estimant qu’il faut « donner du corps à la Revue » en publiant des « articles sur les philosophes allemands de ce siècle », songe à son ami pour traiter la pensée de Fichte et s’efforce de vaincre ses doutes :

  • 151 Lettre du 13 février 1893, CH, p. 124.

« Si tu es de taille à t’attaquer à Fichte, […] – Étais-je de taille à m’attaquer à Platon ? – Soyons à la fois modestes et très audacieux ; une fois les articles écrits, on verra, – Darlu verra151. »

95Mais d’étude sur Fichte, il n’y eut point avant 1902… Durant les dix premières années d’existence de la Rmm, la seule et unique contribution de Xavier Léon à sa revue fut une étude critique du livre de Jules Payot sur L’éducation de la volonté. Pour le « secrétaire de rédaction », il s’agissait d’être identifié en tant que producteur. Brunschvicg se félicitait de ce premier pas et encourageait son ami à s’atteler à des travaux moins circonstanciels et plus ciselés, susceptibles de lui apporter la reconnaissance d’une compétence scientifique :

  • 152 Lettre s.p.d., 1894, ms. 360.

« C’est très bon, sans exagération ; c’est excellent, comme ton de polémiques et comme fonds moral, excellent pour la Revue, car il était nécessaire pour son Directeur d’avoir une autorité personnelle auprès de ceux qui ne le connaissent pas, ce que tu ne peux avoir qu’en écrivant. À quand la traduction de Fichte ? Ce que tu dis de tes occupations est sérieux car le progrès de la philosophie est une chose sérieuse mais que dirais-tu, si tu avais une classe, avec des répétitions, et des compositions, etc. ? Le remède c’est une forte organisation du temps et une grande régularité de travail. Il me semble – nerveusement – que cela n’est pas impossible152. »

  • 153 X. Léon, « L’éducation de la volonté par Jules Payot », Rmm, 1894, p. 114. Ce best-seller de la li (...)
  • 154 Ibid., p. 113.
  • 155 Ibid., p. 114.
  • 156 Ibid., p. 127.
  • 157 Ibid., p. 117.
  • 158 Ibid., p. 119-122.
  • 159 Ibid., p. 119-120.

96L’étude du livre de Payot est parfaitement conforme à « l’esprit » de la Revue. Elle se propose d’« examiner la valeur et la portée » de la théorie de la volonté développée par l’auteur153 mais glisse rapidement vers une défense rationaliste de « l’idéalisme moral ». Xavier Léon loue certes l’intention initiale (« proposer aux jeunes une discipline des mœurs », en un temps « d’anarchie morale et intellectuelle154 ») mais la thèse ne peut trouver grâce à ses yeux puisqu’elle prétend « montrer qu’en dehors de toute conception métaphysique nous pouvons trouver dans le mécanisme psychologique la condition nécessaire et suffisante de la direction de la conduite155 ». Parti « d’une psychologie purement phénoméniste156 », Payot déclare fausses les théories métaphysiques de la volonté, la théorie kantienne de l’intelligibilité. La volonté serait ainsi une « puissance sentimentale » et les idées n’auraient sur elle qu’un faible pouvoir… Avec le temps, les progrès de la « connaissance des lois psychologiques et physiologiques de notre nature » devraient permettre de parvenir à une « haute maîtrise de nous-mêmes » : telle est la conclusion que Xavier Léon retient de l’ouvrage. La partie critique de l’article relève moins de la discussion serrée et érudite que de la « polémique », selon le terme de Brunschvicg. Elle attaque « l’aversion pour les idées générales157 », le défaut d’esprit de systématisation qui conduit à balayer d’un revers de la main la tradition philosophique depuis Platon. De la théorie « purement » psychologique défendue par Payot semble s’être retirée toute considération relative à la conscience morale. La confusion du domaine de la « psychologie » et du domaine « de la morale » est interprétée comme un « naturisme » moral : Payot aurait confondu « idéal moral » et « maîtrise de soi », proposant ainsi une « morale sans moralité158 » en contradiction avec les « conceptions métaphysiques de la morale en vertu desquelles la moralité est définie par la soumission de la volonté à un ordre purement intelligible. Conceptions que M. Payot traite de paresseuses ». Or, pour Xavier Léon, « la morale suppose ce fondement métaphysique159 ». Le directeur de la Rmm vole au secours de la théorie kantienne (tout en reconnaissant qu’elle n’est pas exempte de critiques) en affirmant que la moralité implique « un jugement ».

97Dans sa forme et dans sa tonalité, l’article est assez proche des éreintements anonymes du supplément. Il s’agit de montrer que la Rmm a une « direction », au sens spirituel, que Xavier Léon est à même d’incarner. Au passage, quelques lignes à la tonalité très anticléricale et foncièrement anti-jésuitique sont de nature à dissoudre les derniers malentendus quant au sens du mot « métaphysique » inscrit dans le titre de la publication. Ainsi, en quelques pages, Xavier Léon est parvenu à pointer deux cibles privilégiées de la Rmm. Le « secrétaire de rédaction » qui avait enfin pris la plume pour réaffirmer, en personne, les principes fondateurs de la Revue, reprit pourtant bien vite la posture du médiateur modeste et ne publia plus aucun article jusqu’en 1902.

  • 160 Voir la lettre de Georges Picot, secrétaire perpétuel de l’Académie, à X. Léon le 27 juin 1900 (ms (...)
  • 161 X. Léon écrivait le 26 novembre 1900 à É. Halévy : « J’ai entre mes mains le rapport de Boutroux s (...)
  • 162 X. Léon, « La philosophie de Fichte et la conscience contemporaine », Rmm, 1902, p. 26-68.

98La première étude aboutie sur Fichte fut achevée à la fin de l’année 1899, quelques mois avant le premier Congrès international de philosophie, période charnière dans l’histoire individuelle de Xavier Léon et dans celle, collective, de la Rmm. L’Académie des Sciences morales et politiques avait mis au concours « la philosophie de Fichte » pour l’année 1900. Xavier Léon se hâtait donc de mettre la dernière main au livre auquel il travaillait depuis plusieurs années, afin de le soumettre dans les délais. Le rapporteur du livre, Boutroux, « ami » de la Rmm, présenta l’ouvrage devant l’Académie le 27 juin 1900, quelques semaines avant de présider le Congrès160… Bien que largement en désaccord avec son ancien élève sur l’interprétation du système fichtéen, il avait rédigé, aux dires de Xavier Léon lui-même, un rapport extrêmement favorable161. L’ouvrage fut couronné par le prix Saintour et son auteur accédait à une incontestable reconnaissance intellectuelle en tant que producteur. Le prix récompensait-il aussi indirectement le directeur de la Rmm, l’initiateur des éditions complètes de Descartes et du Congrès international de philosophie ? Consacrait-il son œuvre éditoriale et sociable ? Il valait en tout cas légitimation intellectuelle pour un jeune « philosophe » de trente-deux ans qui ne pouvait faire valoir de titre d’agrégé et qui ne serait jamais docteur. La Philosophie de Fichte parut deux ans plus tard chez Alcan dans la « Bibliothèque de philosophie contemporaine », préfacé par Boutroux. Xavier Léon avait bénéficié de la relecture attentive de quelques connaisseurs de la philosophie allemande : le maître, Darlu, et les amis, Halévy et Brunschvicg. Quelques semaines avant la sortie de l’ouvrage, la Rmm publiait la conclusion amendée du texte soumis à l’Académie162.

99Martial Guéroult a rappelé le rôle essentiel joué par l’ouvrage de Xavier Léon dans l’introduction de la philosophie de Fichte en France :

  • 163 « Commémoration du centenaire de la naissance de Xavier Léon » (séance du 27 avril 1968) », BSFP, (...)

« Le nom de Xavier Léon évoque invinciblement Fichte. C’est, en effet, Xavier Léon qui introduisit dans notre pays l’étude de ce grand génie, à un moment où, en fait de philosophie allemande, la pensée française en général ne connaissait guère que Kant. Les cours de Lachelier à l’École Normale, puis de 1894 à 1896 et en 1900 ceux de son élève Émile Boutroux […]. Tout cela témoigne de l’extrême engouement à cette époque pour la pensée de Kant qui pénètre profondément l’enseignement universitaire. En revanche, les grands post-kantiens, tout particulièrement Fichte, étaient peu connus et leur influence dans l’Université à peu près nulle. Mais voici qu’en 1902 paraît le livre de Xavier Léon sur la Philosophie de Fichte, ouvrage considérable de 521 pages163… »

100L’étude proposait une présentation minutieuse et cohérente de l’œuvre de Fichte, introduction précieuse à la pensée du philosophe. Xavier Léon abordait Fichte moins en historien ou en exégète qu’en disciple et soulignait l’identité entre les problèmes posés par Fichte un siècle auparavant et les questions morales et sociales du moment, ainsi que le signifiait le titre de l’article publié dans la Rmm (« La philosophie de Fichte et la conscience contemporaine »).

  • 164 É. Boutroux, préface à La philosophie de Fichte, op. cit., p. XVI (reprenant son rapport présenté (...)
  • 165 « Une difficulté subsiste pourtant, celle de l’ordre chronologique : ainsi, pour l’exposition des (...)

101La communauté philosophique réserva un bon accueil à l’ouvrage. Il n’est pas aisé de séparer ce qui relève de l’hommage convenu et ce qui relève de l’appréciation objective de la qualité intrinsèque du travail mais le livre bénéficia d’une véritable réception critique qui valait label philosophique. Le compte rendu de la Rmm, sans doute rédigé par Brunschvicg, était favorable mais n’hésitait pas à pointer un certain nombre de difficultés et problèmes d’interprétation. Il rappelait que Boutroux « résistait à la démonstration », formulant des réserves sur les deux thèses centrales portant sur la relation entre la philosophie de Fichte et le kantisme et sur l’unité de philosophie fichtéenne. Xavier Léon faisait en effet du fichtéisme un aboutissement logique du kantisme ; il soutenait d’autre part qu’il ne fallait pas distinguer deux philosophies fichtéennes qui se succéderaient mais une seule et unique pensée sans rupture ni déviation. Aux yeux de Boutroux, il pouvait « paraître téméraire de voir dans le système de Fichte […] l’achèvement nécessaire de celui de Kant…164 ». Dans ce moment de professionnalisation de la philosophie où les publications sont notamment évaluées selon leur capacité à constituer des outils au service de la recherche, le travail de clarification de l’interprétation d’un texte jugé difficile était salué par la Rmm165.

102La Revue philosophique honora quelques mois plus tard Xavier Léon d’une analyse. Ribot, remerciant l’auteur pour l’envoi du volume dédicacé, lui proposait de choisir lui-même le recenseur :

  • 166 ms. 365.

« Pour le compte rendu, je suis fort embarrassé. Vous savez que Brunschvicg à qui je m’adressai d’abord n’a pu accepter. Lachelier que j’ai sollicité, m’écrit qu’il est incompétent sur Fichte. Je crois donc préférable que vous choisissiez vous-mêmes parmi nos collaborateurs quelqu’un qui soit adapté à ce compte rendu et qui l’accepte166. »

103Victor Delbos, qui fut finalement chargé de l’analyse, avait déjà témoigné son intérêt pour l’ouvrage et fait part de ses interrogations sur l’interprétation de la philosophie pratique de Fichte centrée sur l’idée de « socialisation de la morale » :

  • 167 Lettre de V. Delbos à X. Léon du 1er février 1902, ms. 360.

« J’ai lu plus attentivement sur la Revue, votre conclusion : je l’ai trouvée très pénétrante, très ferme, et très haute. Il me semble que vous avez très bien reconstitué le sens de la doctrine de Fichte : vous en avez justement mis en lumière l’aspect social. Fichte a-t-il là-dessus réformé Kant ou l’a-t-il contrarié ? Faut-il croire que nos dispositions d’aujourd’hui, qui vont en effet à la socialisation de la morale, pourront indéfiniment se développer sans un retour au sentiment de la perfection intérieure individuelle ? Le [problème] traditionnel de la croyance religieuse se résoudra-t-il dans la simple conscience des conditions ou des postulats de l’activité sociale ? Ce sont là des problèmes que je ne résoudrais peut-être pas […] dans votre sens, mais que votre conclusion a le grand mérite de poser avec une grande force et une clarté remarquables167. »

  • 168 Selon le terme de M. Guéroult, « Fichte et Xavier Léon », op. cit., p. 177.
  • 169 V. Delbos, « Xavier Léon. La philosophie de Fichte », Revue philosophique, 1903, p. 210.

104L’article de Delbos posait les termes de la controverse davantage qu’il ne prenait position : la thèse de l’unité essentielle de l’œuvre (ou de « l’immutabilité168 ») n’avait jamais été « aussi habilement soutenue169 ». L’exposition de la philosophie pratique de Fichte méritait particulièrement l’attention, notamment les pages consacrées à la philosophie du droit et à la religion.

  • 170 X. Léon, La philosophie de Fichte, op. cit., p. 1.
  • 171 Delbos marque les limites de l’entreprise : « Il s’inspire aussi d’un sentiment de profonde sympat (...)

105L’analyse avait été publiée par Ribot dans une rubrique consacrée à « l’histoire de la philosophie ». Pourtant, Xavier Léon donnait un autre sens à son ouvrage, celui « de mettre en lumière les conclusions qui se dégagent des théories du Droit, de la Morale, de la Religion et de montrer ce qu’elles ont d’actuel et de vivant pour la conscience contemporaine170 ». Cette optique sympathique arrachait Fichte à son temps au risque de forcer le système171. Sa philosophie pratique était convoquée pour sortir de l’impasse des métaphysiques individualistes, des morales de la perfection intérieure qui laissaient le sujet seul face à l’absolu et à la nature : la pensée de Fichte permettait d’intégrer l’exigence du « social » dans la philosophie morale sans verser dans le « sociologisme ». En ces temps d’obsessions anomiques, où la volonté de « redonner des os » à une société atomisée et marquée par une « crise morale » mettait à la mode le terme de « solidarité », Fichte devait permettre de sortir d’un individualisme stérile pour « socialiser » la morale.

106Les amis de Xavier Léon formulèrent des réserves sur cette entreprise d’actualisation de la pensée de Fichte qui valut pourtant à son auteur quelques compliments. La correspondance donne plus généralement des indications sur la réception du livre qui avait été gracieusement adressé à divers correspondants. Le livre à peine paru, Bergson se plongeait dans la lecture et adressait ses félicitations à l’auteur :

  • 172 Lettre du 15 avril 1902, ms. 388.

« J’en ai lu attentivement les quatre premiers chapitres, et je suis émerveillé de la facilité et de l’aisance avec lesquelles vous vous mouvez à l’intérieur de cette philosophie – la plus difficile, la plus obscure pour moi de toutes celles que j’ai eu occasion d’étudier. Vous vous êtes tellement imprégné de la pensée de votre auteur, vous en avez à tel point exprimé la quintessence, que le lecteur perd de vue l’effort considérable qu’un pareil travail a dû vous coûter : rien de plus clair que votre exposé de la méthode, des trois principes, et surtout de l’Intuition intellectuelle. Je vous donnerai mon opinion plus motivée quand j’aurai lu le reste du volume. Mais dès maintenant je vous félicite172. »

107L’accueil de François Pillon, directeur de l’Année philosophique, fut très favorable. Le disciple de Renouvier soulignait les liens qui pouvaient être établis entre la philosophie de Fichte et le néo-criticisme, souscrivant à la thèse de Léon sur la continuité de Kant à Fichte :

  • 173 Lettre du 26 mai 1903, ms. 365.

« Je suis comme vous, cher Monsieur, grand admirateur de Fichte. Je tiens qu’il est le vrai successeur et continuateur de Kant, et bien plus que Schelling, Hegel et Schopenhauer. Et il me paraît que le néo-criticisme tel que je l’entends peut se rattacher directement à sa philosophie par la négation de la chose en soi, par la limite affirmée de la raison théorique et de la raison pratique, de la métaphysique et de l’esthétique, par l’importance donnée à l’idée de droit173. »

  • 174 Lettre du 16 novembre 1902, ms. 361.
  • 175 Lettre s.p.d., ms. 362.
  • 176 Lettre du 14 avril 1902, ms. 363.
  • 177 Lettre du 23 avril 1902, ms. 364.

108Durkheim accusait réception de l’ouvrage en novembre 1902 et se réjouissait de pouvoir satisfaire son désir de connaître la philosophie allemande post-kantienne174. Xavier Léon reçut également les remerciements et les félicitations de Lucien Herr175, de Georges Lyon176, de Camille Mélinand qui soutenait la thèse selon laquelle le fichtéisme était « le seul achèvement logique du kantisme177 ». François Evellin déclarait, quant à lui, son admiration pour les pages de la conclusion du livre :

  • 178 Lettre du 9 août 1902, ms. 361. Répondant, le 3 avril 1902, à l’envoi du « beau volume » de X. Léo (...)

« Si précises et si lumineuses sur ce qui fait le caractère propre de la morale de Fichte, sociale par la donnée métaphysique qui la fonde, m’ont beaucoup frappé : j’ai été plus frappé encore de la pénétration avec laquelle vous avez [revisité] selon la doctrine de votre auteur, l’opposition de l’Esprit pur et de son Verbe, action et savoir, liberté et nécessité. Là est tout Fichte, là est peut-être toute la philosophie178… »

  • 179 Lettre du 11 avril 1902, ms. 362.

109Paul Lapie, sur le point d’achever sa thèse sur la Logique de la volonté, confessait sa médiocre connaissance de Fichte. Il remerciait Xavier Léon de lui faire découvrir une pensée qui faisait écho à ses travaux et de réparer « l’injustice commise » à l’égard de philosophe allemand « par l’ignorance du public français179 ».

  • 180 Sur l’Union, voir François Chaubet, Paul Desjardins et les décades de Pontigny, Villeneuve-d’Ascq, (...)
  • 181 L’Union s’éloigne en 1893-1894 de « toute révérence envers les dogmes ». En 1897, sous l’impulsion (...)
  • 182 À plusieurs reprises, Desjardins et l’Union témoignent un vif intérêt pour des articles de la Rmm,(...)
  • 183 X. Léon, « Quelques notes et documents relatifs à l’accusation d’athéisme », Bulletin de l’Union p (...)
  • 184 Ibid., p. 435.
  • 185 Ibid., p. 448.
  • 186 Lettre du 10 août 1902, ms. 360.

110L’ouvrage trouva aussi un écho favorable au-delà du cercle des techniciens de la philosophie. L’Union pour l’action morale demanda à Xavier Léon un article pour son Bulletin. Elle portait un vif intérêt à la Rmm, partageant sa volonté d’un ressaisissement de la conscience dans un sens spiritualiste et/ou idéaliste et rationaliste face au positivisme desséchant. Dans le moment matriciel des années 1890, les deux cercles incarnaient la double exigence du devoir moral et du devoir social180. La tonalité religieuse, théiste, du discours de l’Union des premières années était certes de nature à exciter la méfiance des fondateurs de la Rmm mais son évolution rapide vers des positions plus laïques181 puis l’Affaire Dreyfus182, rapprochèrent les deux réseaux. Des contributeurs majeurs de la Rmm, Brunschvicg et Lapie notamment, collaboraient à l’œuvre animée par Desjardins qui leur offrait l’occasion d’élargir leur lectorat – notamment en direction de l’enseignement primaire – et de présenter des travaux de vulgarisation dans la veine éducative du temps. Au moment de la parution de La Philosophie de Fichte, Xavier Léon publia dans le Bulletin des extraits de sa Vie de Fichte en gestation. L’article était consacré à l’accusation d’athéisme dont le philosophe allemand avait été la cible en 1799183. Il tissait question religieuse et question morale, posait à travers la défense de Fichte contre l’accusation dont il était l’objet, l’identité de la morale et de la religion, dégageant l’exigence d’une religion toute rationnelle. Contre ses adversaires, Fichte montrait « dans l’existence de Dieu, l’ordre qui donne à ce monde, par ailleurs tout phénoménal, une valeur absolue, l’ordre purement intelligible et tout spirituel du règne des fins qu’exige la moralité, et qui atteste, avec le gouvernement moral du monde, la Providence même184 ». Cette définition d’une religion spirituelle, intériorisée, s’opposait à l’idée d’un « Dieu-chose », extérieur à la conscience, sorte de « souverain absolu », de « despote du monde185 ». Fichte était ainsi discrètement mis au service de la lutte laïque contre le cléricalisme et le positivisme religieux. L’article était dans le ton du Bulletin… Desjardins entreprit la lecture du livre de Xavier Léon et n’hésita pas à écrire à ce dernier qu’il reconnaissait en Fichte son « maître véritable186 ».

  • 187 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 16 novembre 1901, ms. 368.
  • 188 Lettre à É. Halévy, novembre 1901, ms. 368.
  • 189 Xavier Léon, « Le fondement rationnel de la solidarité, d’après la doctrine de Fichte », dans L. B (...)
  • 190 Le volume présentait le texte de trois conférences de Bourgeois sur l’idée de solidarité et ses co (...)

111À la fin de l’année 1901, répondant à la sollicitation d’Alfred Croiset, Xavier Léon participa à une série de conférences de l’École des hautes études sociales sur l’idée de solidarité. Ce cycle, dont Léon Bourgeois était la vedette, draina un public d’universitaires, de politiques, de journalistes, de mondains et mondaines187. La conférence sur « le fondement rationnel de l’idée de solidarité d’après la doctrine de Fichte » donnait à Xavier Léon l’occasion de souligner « l’opposition de la morale sociale et rationnelle avec la morale chrétienne188 ». Conformément à sa démarche d’actualisation de la pensée de Fichte, il entendait montrer que « l’originalité de Fichte consiste à avoir, dans la morale, substitué à l’idéal individualiste du salut personnel un idéal tout social, un idéal du progrès de la raison et de la liberté dans l’humanité189 ». Le texte de l’allocution fut publié le recueil des conférences intitulé Essai d’une philosophie de la solidarité : le directeur de la Rmm se trouvait en brillante compagnie, aux côtés de Buisson, Boutroux, Rauh, Darlu190

112L’intérêt pour Fichte n’était pas partagé par tous. Parmi les représentants de la génération des fondateurs de la Revue, André Cresson, n’hésitait pas à railler le caractère suranné du fichtéisme :

  • 191 Lettre s.p.d., ms. 360.

« Je doute que nos neveux y soient encore et nous leur paraîtrons sans doute fort antédiluviens quand ils liront nos paradoxes. L’avenir semble bien être à la théorie de l’évolution à la condition de savoir l’interpréter. Gare à ceux qui auront introduit dans leur conception philosophique des considérations sentimentales sous le nom de certitudes rationnelles191. »

113L’accueil d’Alfred Espinas fut particulièrement froid. En guise de remerciement, le philosophe positiviste exprimait son profond sentiment d’altérité intellectuelle devant une vaine tentative de réactiver le « système fichtéen » et une conception spéculative et métaphysique de la philosophie à ses yeux surannée :

  • 192 Lettre du 24 mai 1902, ms. 361.

« Quant à votre ouvrage pris dans son ensemble, il m’inspire – je le dis sans aucune ironie – un grand respect : il a exigé un effort énorme ; il est clair et sobre ; c’est un magnifique déploiement de la pensée spéculative. Je vous prie d’agréer mon sincère compliment pour tant de force intellectuelle dépensée. Mais en même temps je ne puis m’empêcher de regretter que tant de pénétration n’ait pas été mis au service d’un ouvrage d’une autre nature. J’ai pour éprouver ce regret un certain nombre de raisons que je vous dirai un jour. Ce n’est pas même précisément de l’histoire que vous nous donnez là. C’est du Fichte redivivus, c’est un effort pour rendre la pensée de Fichte actuelle. Mais, cher Monsieur, est ce que vous pouvez arrêter le devenir ? Est-ce que d’une part, Fichte, expression de la conscience de son temps, n’a pas déjà énormément vieilli après un siècle écoulé et d’autre part est ce que notre temps pourra se satisfaire de cette philosophie […] ? Nous sommes attachés l’un et l’autre à des points de vue différents. Vous croyez sans doute comme votre philosophe (p. 6) qu’il y a une philosophie comme il y a une mathématique et moi je crois au devenir kaléidoscopique de ces vues générales qui changent selon la position et la nature des éléments spéculatifs, pratiques, esthétiques des consciences concrètes. Vous êtes jeune ; vous verrez l’effet de votre tentative ; vous éprouverez si votre Fichte est entré dans la science comme la théorie de la mécanique et de la physique. Si oui, c’est moi qui aurai tort. C’est dommage de vieillir, on ne peut pas suivre ces sortes d’expériences tentées par les hommes de foi. Seulement, depuis qu’on spécule, voilà déjà pas mal de systèmes qui fuient et s’éclipsent192. »

  • 193 Lettre à X. Léon du 8 avril 1902, ms. 366.

114L’ouvrage de 1902 bénéficia donc d’une véritable réception critique et conféra à son auteur la légitimité intellectuelle qui lui manquait. Ruyssen se « réjouissait » ainsi de voir le directeur de la Rmm « inscrit au bon rang parmi les philosophes, non seulement comme organisateur, mais comme historien et interprète193. »

  • 194 M. Guéroult, « Fichte et Xavier Léon », op. cit., p. 179.

115Conscient de la nécessité de préciser son étude en restituant Fichte à son époque, Xavier Léon avait annoncé dès l’introduction de son ouvrage, pour parer aux critiques et délimiter le champ d’études qui lui revenait, une Vie de Fichte. Comme l’écrivit Guéroult, « il était inéluctable que chez Xavier Léon, l’“hagiographe” se muât très tôt en historien194. » Delbos prit acte, dans la Revue philosophique, de cette promesse de combler les « lacunes » de son premier ouvrage :

  • 195 V. Delbos, « Xavier Léon. La philosophie de Fichte », op. cit., p. 210.

« S’il devait à lui seul se suffire, on pourrait lui reprocher de ne nous avoir donné la pensée de Fichte qu’à l’état de système purement abstrait et peut-être arbitrairement réduit à une inaltérable unité ; il y aurait eu lieu en particulier de réclamer une étude, qui manque, du milieu où cette pensée s’est développée et des attaches qu’elle a eues avec d’autres doctrines comme avec les événements contemporains. Mais cette lacune est volontaire, et elle sera comblée par la publication prochaine d’un livre qui, en nous racontant la vie de Fichte, nous fera nécessairement connaître l’évolution et les démarches concrètes de son esprit195. »

116Ce second ouvrage allait aboutir après la Grande Guerre avec la publication des deux tomes de Fichte et son temps, travail de référence dont la solide érudition devait assurer la postérité.

De la philosophie pure à l’histoire : Fichte et son temps

  • 196 X. Léon, « Fichte contre Schelling », Rmm, 1904, p. 949-976.
  • 197 La correspondance entre X. Léon et É. Halévy, durant l’année 1904, éclaire cette genèse douloureus (...)
  • 198 X. Léon écrit ainsi à É. Halévy, le 20 août 1906, « Pour Fichte trop peu. À peine un chapitre de 5 (...)

117À la fin de l’année 1904, Xavier Léon publiait dans la Rmm un article intitulé « Fichte contre Schelling », tiré d’un mémoire présenté au Congrès de Genève196. La genèse de cet article, qui mettait à l’épreuve les thèses de son premier livre, fut laborieuse et dut beaucoup aux relectures d’Halévy, très critique tant sur le fond que sur la forme197. La rédaction de la Vie de Fichte se poursuivit à un rythme que son auteur jugeait trop lent198. Sans illusion sur la portée strictement philosophique de ce travail d’érudition, il confiait à Élie Halévy son dégoût en août 1906 :

  • 199 Lettre du 25 août 1906, ms. 368.

« […] je ne cherche pas la gloire, il me suffit de l’approbation d’un seul ami comme toi. Il demeure pourtant qu’on se dégoûte à rester 8 ans sur une même besogne […] et à faire un travail d’érudition sans profit pour l’intelligence car ce n’est pas un effort de pensée que je fais en ce moment et j’ai hâte de réfléchir sur des questions plus actuelles199. »

  • 200 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 21 septembre 1908, ms. 386.
  • 201 X. Léon écrit : « je fais lire à Boutroux ma petite affaire à laquelle il ne trouve presque rien à (...)

118En 1908, la bibliographie du directeur de la Rmm demeurait maigre, mais Xavier Léon était clairement identifié comme le spécialiste français de Fichte en France mais également en Allemagne où il obtenait, au Congrès international de philosophie d’Heidelberg, une véritable consécration. Il y fut accueilli en tant que directeur de la Rmm, fondateur des congrès internationaux et administrateur de la Société française de philosophie, mais également en tant que fichtéen. Outre sa communication sur « Fichte et la franc-maçonnerie », les organisateurs lui réclamèrent un discours à la mémoire du philosophe : les Allemands fêtaient en effet le centenaire des Discours à la Nation allemande et souhaitaient élever un monument au penseur national alors que s’approchait le centenaire de sa mort. Célébrer l’auteur des Discours, en Allemagne, un 2 septembre… L’exercice pouvait s’avérer délicat voire déplaisant pour un Français. Xavier Léon craignait-il d’être instrumentalisé au service du nationalisme allemand, du moins de blesser le sentiment national des auditeurs français ? Peu rompu aux exercices oratoires, « incapable », selon ses mots, « d’improvisation », il tenta d’abord d’esquiver, suggérant l’alternative Boutroux, mais en vain. C’était lui « l’homme de Fichte », selon le philosophe allemand Adolf Lasson qui lui fit à cette occasion « un éloge dithyrambique de [son] Fichte : un des grands plaisirs de sa vie200 ». Pressé également par le président, Windelband, il ne pouvait donc se dérober. La veille de son intervention, il soumettait sa communication à Boutroux qui suggérait quelques édulcorations201. Le résumé qu’il en fit quelques jours plus tard à Halévy synthétise son interprétation d’une pensée appartenant au patrimoine de l’humanité et dont la portée est universelle et pas seulement nationale :

  • 202 Ibid.

« Je dis ce que les Allemands doivent à Fichte comme un penseur et comme un citoyen qui a incarné un jour l’esprit de tout un peuple et refait l’âme de tout un pays, ou plutôt, je dis que c’est à d’autres de le dire et qu’ils n’y manqueront pas ; moi je conserve le Fichte qui n’appartient pas seulement à l’Allemagne, mais à l’humanité : je caractérise rapidement sa doctrine comme aboutissement du mouvement critique qui remonte à Descartes ; je montre que c’est une vie de l’esprit, donc une philosophie pratique – et une morale – sociale. Que la doctrine est inséparable de la vie, que Fichte a vécu sa doctrine et je prends les 3 actes de sa vie : 1° défendre la Révolution qui lui vaut l’accusation de jacobinisme et plus tard l’exil d’Iéna (l’accusation d’athéisme ne fut que le prétexte etc.) 2° Fondation du socialisme 3° Son nationalisme qui n’est pas un changement d’attitude à l’égard du peuple qui a proclamé les droits de l’homme mais un sentiment d’horreur à l’égard du césarien qui a étouffé la liberté que Fichte propose à l’Allemagne de sauver en se faisant l’éducatrice du reste de l’humanité.
Je montre que Fichte n’est pas un homme du passé qui n’appartiendrait qu’à l’histoire, mais un homme d’aujourd’hui dont l’enseignement reste efficace et j’invite à saluer sa mémoire au nom de la liberté et de la justice202. »

119Si l’on en croit Xavier Léon, le succès fut retentissant. Applaudi avant son allocution, il reçut une véritable ovation à la fin du discours. À la fierté individuelle s’ajoutait la satisfaction du directeur de la Rmm qui voyait dans l’événement un triomphe pour la publication :

  • 203 Ibid.

« Et de toutes parts, Français, Italiens, Allemands se sont pressés pour me féliciter ; je n’ai pas à avoir de modestie vis-à-vis de toi et d’ailleurs je n’ai ni ambition, ni orgueil, mais je crois bien que ce jour-là j’ai éclipsé l’étude de Boutroux et conquis à la Revue le Congrès tout entier. Je m’en suis aperçu les jours suivants203. »

  • 204 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 22 septembre 1908, ms. 386.
  • 205 Le mémoire sera publié par la Rmm sous le titre « Fessler, Fichte et la Loge Royale York à Berlin  (...)
  • 206 « Beaucoup de monde pour m’entendre : les Allemands continuent à me considérer comme une bête curi (...)

120Xavier Léon enregistre donc à Heidelberg un succès personnel, non seulement en tant « qu’organisateur » mais également en tant que philosophe : « Beaucoup de gens me sont présentés et m’entourent – depuis Fichte, je suis persona grata204 ». Dans la section qu’il préside (histoire de la philosophie), alors qu’il interrompt sa communication sur « Fichte et la franc-maçonnerie205 » au bout d’un quart d’heure, soucieux de respecter l’horaire imparti, le public le presse de poursuivre sa lecture206… Si Brunschvicg, dans le bref rapport épistolaire qu’il adresse à Halévy, juge le congrès dans l’ensemble médiocre, il ne manque pas de souligner, par contraste, l’intervention brillante de Léon :

  • 207 Lettre du 15 septembre 1908, fonds Brunschvicg, IMEC.

« Il n’y a que Xavier qui ait eu une minute vraiment supérieure dans un discours pour le monument de Fichte207. »

  • 208 La « grande amitié » entre Halévy et Herr date de l’Affaire Dreyfus. Avant l’Affaire, les relation (...)
  • 209 X. Léon, Fichte et son temps, t. 2, 2e partie, Paris, Armand Colin, 1924, préface, p. V.
  • 210 La préface du tome 1 rend hommage à « l’esprit critique et encyclopédique » de Herr (Fichte et son (...)

121La « vie de Fichte », annoncée dès 1902, fut rédigée pour l’essentiel avant l’été 1914. Retardé par la guerre, l’ouvrage sera publié, en deux tomes et trois volumes, entre 1922 et 1927 sous le titre Fichte et son temps. Cette biographie intellectuelle, monument de plus de 1 500 pages, s’est édifiée à partir d’une masse documentaire impressionnante réunie et exploitée avec l’aide de Charles Andler et de Lucien Herr pour les sources accessibles en France tandis que les descendants de Fichte autorisèrent l’auteur à reproduire une partie des inédits du philosophe, déposés à la Bibliothèque royale de Berlin. Si Fichte et son temps est bien l’œuvre de Xavier Léon, organisée autour d’une thèse assumée avec force, la participation de ses amis à son élaboration confère une dimension quasi collective à l’entreprise : l’ouvrage fut le fruit de la mobilisation d’un réseau intellectuel. Fichte permit ainsi à Xavier Léon de nouer, par l’entremise d’Halévy, une solide amitié avec Lucien Herr. Le bibliothécaire de l’École normale supérieure n’avait pas accueilli avec chaleur la naissance de la Revue de métaphysique et de morale208 mais son directeur parvint au bout de quelques années à conquérir l’estime et l’amitié de celui qui cachait une grande sensibilité sous une « allure brusque et parfois brutale209 ». Les préfaces des trois volumes publiés entre 1922 et 1927 rendent un hommage chaleureux à la précision érudite de sa contribution à l’établissement du texte, contribution qui avait débuté avant guerre et s’était poursuivie jusqu’à sa mort en 1926210.

  • 211 X. Léon, « Fichte et les décrets de 1788 », Rmm, 1910, p. 533-540. X. Léon analysait le revirement (...)
  • 212 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 8 mai 1913, ms. 368.
  • 213 Lettres de X. Léon à É. Halévy des 5, 10 et 15 juillet 1913, ms. 368. Brunschvicg lit par fragment (...)

122En 1911, Xavier Léon publie un très court article dans sa revue sur « Fichte et les décrets de 1788211 ». À la fin de l’année 1912, il se hâte d’achever les premières corrections du livre pour confier le manuscrit à Delbos dont il attend un « jugement sans indulgence ». Ce dernier rend son avis au printemps 1913212 : le livre, instructif, de « premier ordre », « trace un tableau de la vie même intellectuelle de l’Allemagne au temps de Fichte qui n’a pas son équivalent ». Sur ses conseils, Xavier Léon s’attache cependant à « condenser » tandis que Brunschvicg « corrige » et « émonde » un texte trop « touffu213 » qu’il est nécessaire « d’éclaircir ». Derrière l’érudition maîtrisée, les traits majeurs de la personnalité intellectuelle et de la doctrine de Fichte sont-ils dégagés avec suffisamment de netteté ? Xavier Léon a-t-il quelque peu reculé devant l’interprétation en se réfugiant derrière l’exigence documentaire et le souci de la chronologie ? Delbos souhaite en tout cas que le travail s’achève sur un « portrait » du philosophe, portrait que Xavier Léon n’est pas certain d’être capable de brosser. Halévy, à qui il fait part de sa perplexité, répond avec le souci de sincérité critique qu’il est sans doute le seul à assumer pleinement :

  • 214 Lettre à X. Léon du 17 juillet 1913, ms. 387.

« L’idée de terminer ton livre par un portrait de Fichte me paraît assez saugrenue. Il y a lieu cependant de tirer parti des conseils. En relisant ton manuscrit demande toi, à chaque chapitre, à chaque page, si la personnalité de ton héros se dégage nettement. Je me rappelle avoir été assez choqué, il y a deux ou trois ans, par ton chapitre franc-maçon. On y voyait alignés à la suite les uns des autres des documents parfaitement disparates […]. De sorte qu’on était bien embarrassé, en fin de compte, de dire si Fichte était un sage, un saint laïque, ou le plus vil des intrigants. Tu me diras que tu es impartial et que tu t’astreins au devoir de publier tous les documents. Soit, mais encore faut-il critiquer les documents et ne pas confondre l’impartialité avec la passivité intellectuelle. – Je te donne ce conseil avec toute la circonscription nécessaire, ne connaissant du livre que de rares fragments214. »

  • 215 Lettre à É. Halévy du 20 juillet 1913, ms. 368.
  • 216 Lettre à É. Halévy du 4 octobre 1913, ms. 368.
  • 217 Ibid.

123À la fin du mois de juillet 1913, Xavier Léon traverse une période de doute. Les éloges de Delbos le laissent d’autant plus « perplexe » qu’il ne parvient pas à obtenir de Brunschvicg un jugement transparent : « il n’est guère l’homme qu’il faudrait pour me tailler des croupières ». Élie Halévy qui se trouve alors en Angleterre, répond donc à la sollicitation timidement déguisée : il relira, lui aussi, son Fichte… Aux incertitudes quant à la nécessité du portrait final de Fichte, s’ajoutent les doutes sur le titre. Xavier Léon veut que sa thèse soit gravée sur la couverture de l’ouvrage : « un philosophe jacobin », pour marteler que Fichte, jusqu’au bout, est « disciple de la Révolution ». « C’est cela, écrit-il, qui fait l’intérêt de l’ouvrage215 ». Mais Delbos « résiste » à l’idée et Brunschvicg se montre plus catégorique encore. Faut-il y voir une volonté d’édulcoration de la thèse de Léon ? Aux réserves d’ordre philosophique s’ajoute peut-être le souci de ne pas exciter les susceptibilités nationales en ces temps de mobilisation des esprits de part et d’autre du Rhin. Annexion du philosophe par la France ou euphémisation du caractère nationaliste et « germanique » de la philosophie fichtéenne ? L’équation Fichte = Jacobin pouvait déranger. Xavier Léon songe donc à d’autres titres qui campent Fichte en « apôtre » de la liberté ou font du fichtéisme « l’évangile de la liberté216 ». La solution prudente proposée par Brunschvicg l’emporte finalement : « Fichte et son temps ». Mais Xavier Léon écrit à son ami Halévy : « Que c’est fade et terne217 »…

124Au mois d’août 1913, Brunschvicg renvoie le manuscrit corrigé (surtout sur le plan stylistique), accompagné d’un jugement somme toute favorable :

  • 218 Cité par X. Léon dans une lettre à É. Halévy du 12 août 1913, ms. 368.

« […] comme loyauté, comme exactitude, comme objectivité, cela défie toute critique et c’est un monument218. »

  • 219 É. Halévy écrit à X. Léon le 21 septembre 1913 : « Sur la valeur de ton livre, tu n’as pas d’inqui (...)
  • 220 « Le socialisme de Fichte d’après L’État commercial fermé », Rmm 1914, p. 27-71 et p. 198-221.
  • 221 « Il y a là, notamment sur les idées sociales de Fichte, des pages qui conviendraient à merveille (...)
  • 222 X. Léon, « Fichte en 1813 », Correspondance de l’Union pour la vérité, 15 janvier 1914, p. 181-195 (...)

125À l’automne, l’introduction « justifiant » l’ouvrage, conformément au souhait de Brunschvicg, est en chantier. Parallèlement, Halévy rassure Léon sur la sincérité du relecteur219. Au même moment, des projets de publications sont ébauchés : un chapitre pour la Rmm (« le socialisme de Fichte d’après l’État commercial fermé220 ») et un article pour la Correspondance de l’Union pour la vérité. Brunschvicg communique en effet un fragment de l’ouvrage à Georges Guy-Grand, qui assure la direction effective de la revue. Guy-Grand, qui fait partie des nouveaux collaborateurs de la Rmm, s’intéresse au caractère « social » du fichtéisme et souhaite publier un texte de Léon dans la Correspondance à l’occasion du centenaire de Fichte221. Dans le numéro du 15 janvier 1914, l'Union publie finalement un article sur « Fichte en 1813222 ».

  • 223 Voir la lettre de X. Léon écrit à É. Halévy du 6 novembre 1913 (ms. 368).
  • 224 À défaut d’avoir été retenue comme titre, l’expression clôt ainsi l’introduction. Le texte fut arr (...)
  • 225 Lettre à X. Léon du 7 juillet 1914, ms. 360.
  • 226 X. Léon, Fichte et son temps, Paris, Armand colin, 1922, Introduction, p. 3.

126En novembre 1913, alors que les corrections n’étaient pas encore achevées, Xavier Léon avait sondé avec succès la maison Armand Colin : Max Leclerc donnait son accord de principe pour la publication du livre223. Mais la Première Guerre mondiale fut un coup d’arrêt brutal : l’ouvrage qui devait être imprimé en 1915 ne commença à paraître qu’en 1922. Les mois de préparation puis d’entrée en guerre distillent une ironie tragique. 1914 : c’est l’année du centenaire de la mort de Fichte… Ce Fichte que Xavier Léon refusait de voir comme une des sources du pangermanisme allemand dont la menace plus que jamais grondait, ce Fichte dont il chérissait l’œuvre comme « l’Évangile de la Liberté224 », cette « Liberté » pour laquelle les Français allaient répondre à l’ordre de mobilisation générale… En juillet 1914, Chartier – que l’expérience de la guerre allait bientôt éloigner de Xavier Léon – relisait d’un œil critique le chapitre sur L’État commercial et conseillait à son ami de préciser les contours du socialisme de Fichte par rapport au babouvisme225. Parallèlement, Xavier Léon mettait la dernière main à l’introduction du livre réaffirmant ses deux thèses centrales. Il défendait « l’unité logique du développement de la philosophie de Fichte226 » et, contre l’interprétation hégélienne courante qui faisait de Fichte le premier moment du cycle philosophique postkantien qu’Hegel venait clore en opérant la synthèse de l’Idéalisme subjectif de Fichte et de l’Idéalisme objectif de Schelling, il voyait dans sa philosophie un aboutissement de la pensée critique :

  • 227 Ibid., p. 1-2.

« Avec elle s’achève l’évolution du point de vue critique inauguré par le Cogito de Descartes et véritablement fondé par Kant ; la pensée conçue comme principe de la détermination de l’Être ; la liberté du sujet substituée, dans l’explication de l’Univers, à la causalité de l’objet. L’Idéalisme transcendantal, comme l’appelle Fichte (et non pas subjectif), prétend avoir dégagé dans l’autonomie du Moi pur ou Sujet absolu le principe absolu de toute la Critique.
Par là, Fichte opère la synthèse qu’exigeait encore l’analyse kantienne. Avec Kant, il restait un dernier refuge à la Chose en soi. Fichte, après lui, absorbe entièrement la Chose dans l’Esprit : rien n’existe que par rapport au Sujet227. »

  • 228 « Ce moralisme implique non plus, comme dans la Critique de Kant, un simple formalisme moral, mais (...)
  • 229 La dualité des principes (formel/réel) « permettait de concevoir l’existence absolue sans recourir (...)
  • 230 Ibid., p 12.
  • 231 X. Léon écrivait à propos du premier tome, L’Angleterre en 1815 : « l’art avec lequel tu organises (...)

127Le « moralisme » de Fichte permettait de sortir du formalisme de la morale kantienne228 mais en se maintenant « héroïquement » dans les limites de la critique, le philosophe conjurait le danger d’un retour au dogmatisme des « métaphysiques anté-critiques », danger que n’avaient écarté ni Schelling, ni Hegel229. Xavier Léon justifiait également sa démarche d’historien : Fichte, qui refusait que soient séparées la pensée et l’action, devait être saisi non pas seulement comme penseur, mais également comme homme d’action, dans la relation complexe à son temps. L’intérêt du livre allait au-delà de l’élucidation de la pensée de Fichte et de son évolution en offrant un éclairage documenté sur un « moment capital de l’évolution intellectuelle et politique de l’Allemagne230 ». S’interrogeant enfin sur la place de Fichte dans l’histoire, l’auteur brossait le portrait attendu d’un Fichte « missionnaire en Allemagne des idées de la Révolution », fidèle jusqu’à sa mort aux idées qui avaient enchanté sa jeunesse. Xavier Léon faisait donc œuvre d’historien, mais en philosophe, au service de « l’enseignement de la liberté ». En cela, il établissait un parallèle avec l’Histoire du peuple anglais au XIXe siècle d’Élie Halévy231.

  • 232 Dans la discussion avec É. Halévy, X. Léon confrontait Fichte et Jaurès sur les questions militair (...)
  • 233 Xavier Léon était partisan de la loi des trois ans.
  • 234 X. Léon cite les mots de Fichte au lendemain de l’appel au peuple lancé par le roi de Prusse et de (...)

128Les deux amis discutaient encore de « l’anti-thèse Fichte-Jaurès232 » quatre jours avant l’assassinat du leader socialiste. La guerre était déjà dans tous les esprits et Halévy rappelait à un Xavier Léon de plus en plus résolu à la guerre233, le portrait qu’il avait brossé d’un Fichte hésitant, résistant aux élans des va-t’en guerre, lorsqu’en 1813 le roi de Prusse appelait le peuple à la révolte contre la France napoléonienne. Alors que la jeunesse allemande se soulevait contre la France, l’auteur du Discours à la Nation allemande faisait preuve d’une réserve étonnante, au moment où la lutte pour l’indépendance réclamée de ses vœux s’engageait. Fichte réagissait à l’appel à la révolte du roi de Prusse par une critique des États allemands (particulièrement de l’autoritarisme prussien) mettant en question leur légitimité à se poser en défenseurs de la Nation et à en appeler au « peuple234 ». Élie Halévy écrivait :

  • 235 Lettre du 27 juillet 1914, CH. p. 451. On ne trouve pas de trace de cette mention de Jaurès dans l (...)

« Je te donne le conseil de ne pas pousser trop loin l’anti-thèse Fichte-Jaurès. De l’un à l’autre, si l’on t’en croit, il n’y a pas si loin ; et n’as-tu pas ajouté, dans ta préface, une phrase pour expliquer que Fichte était le précurseur des vues militaires du second ? Ne l’as-tu pas montré, contrairement à la légende courante, au moment où le peuple allemand courait aux armes, querellant, critiquant, réclamant un changement de régime ? Tel est le Fichte que tu nous révélas, et pas un autre235. »

129Cependant, Fichte avait jugé légitime la guerre contre Napoléon Ier, le césarien qui avait trahi l’idéal de la Révolution. Dans l’article publié en janvier 1914 dans la Correspondance de l’Union pour la vérité, Xavier Léon interprétait la définition fichtéenne de la « guerre vraie » en des termes dont la résonance était singulière quelques mois avant le début de la Grande Guerre :

  • 236 X. Léon, Correspondance de l’Union pour la vérité, 15 janvier 1914, p. 193.

« Pour le peuple dont la constitution politique sera basée sur le respect de la liberté universelle, de la justice – il y aura vraiment un cas où la guerre apparaîtra comme une nécessité, c’est le cas où leur liberté viendrait à être menacée : la guerre alors prendrait un caractère national et populaire, elle serait la guerre d’un peuple pour l’indépendance, ce serait la guerre vraie, car ce serait une guerre à mort. Il ne s’agirait plus, en effet, de composer avec l’ennemi pour avoir la paix au plus tôt et sous les conditions les plus avantageuses, il n’y aurait de paix possible que dans la victoire définitive, que dans le triomphe de la liberté236. »

  • 237 Lettre de Laskine à X. Léon de 1915, s.p.d., ms. 362.

130Jaurès, Fichte, la guerre : l’entrelacs avait de quoi émouvoir. Et comment ne pas voir, dans la suspension de la publication de Fichte et son temps, « … en raccourci l’image même de l’Europe pacifique qui étudiait et aimait l’Allemagne, et que l’Allemagne a si mal récompensée237 ».

  • 238 Sur ce point, voir M. Guéroult, « Fichte et Xavier Léon », Rmm 1946, p. 170-207.
  • 239 Sur la revue pendant la guerre, voir Y. Dagan, « Justifier philosophiquement notre cause. La Revue (...)
  • 240 Halévy, peu convaincu par l’interprétation de X. Léon, écrivait le 27 juin 1915 : « Fichte (soit d (...)

131Pour Fichte, venait le temps des instrumentalisations nationalistes et pour Xavier Léon celui de la mobilisation intellectuelle au service de la patrie. Pourtant, le directeur de la Rmm prenait la défense du « disciple de la Révolution » contre ceux qui, dans le grand « procès de l’esprit philosophique allemand », identifiaient sommairement la pensée fichtéenne à la doctrine pangermaniste238. Le service de la philosophie participait du devoir patriotique et plus largement de la défense de l’humanité. Après plusieurs mois de suspension, la Rmm parut donc à nouveau239. Fichte était l’objet d’une controverse qui se déployait sur fond de guerre de civilisation, ouvrant un front au sein de la philosophie française, à l’intérieur même du cercle des « amis » de la Revue : Basch et Léon d’un côté, Andler et le très mobilisé Boutroux de l’autre240.

  • 241 Aux lendemains de la guerre, X. Léon participa, pour remédier à cette crise, à l’organisation des (...)

132Au lendemain de la guerre, l’édition souffre de la conjoncture économique, le papier coûte fort cher241 … Qu’importe, Fichte et son temps est l’œuvre d’une vie, sa parution peut attendre. Xavier Léon reprend donc le travail de correction. La Grande Guerre ne l’a pas arraché à ses positions : l’avant-propos du premier volume publié en 1922 affiche sa fidélité indéfectible à la thèse fixée en 1914 et la première partie est publiée telle qu’elle devait être imprimée en 1915 :

« Je ne m’en excuse pas. Je n’ai eu, en écrivant ce livre, qu’un souci : celui d’exposer, en toute impartialité, la vérité historique. Cette vérité, les événements d’hier ne l’ont pas modifiée ».

  • 242 Cet « appel au monde civilisé », lancé en 1914, justifiait la guerre menée par l’Allemagne comme u (...)

133L’auteur refuse de tracer une ligne droite entre Fichte et le manifeste des 93242 : Fichte est un des « fondateurs de l’unité allemande », l’inventeur de la théorie de « l’Urvolk », le peuple élu, mais son messianisme est fils de la Révolution :

« La mission du peuple allemand, “l’allemanité” dont Fichte prétend faire le ciment de l’unité nationale, c’est une mission démocratique et libératrice, une mission d’humanité : la restauration du protestantisme politique de la Révolution française. »

134Fichte pensait que le peuple allemand était le seul capable d’accomplir cette mission d’éducateur de l’humanité et de faire triompher dans le monde les principes de Justice et de Liberté. En 1914, il a donc été trahi par le peuple allemand et c’est la France qui se fit le porte-flambeau de ses espérances :

  • 243 X. Léon, Fichte et son temps, op. cit., avant-propos, p. XI-XIII.

« Le peuple que Fichte croyait né pour affranchir le monde lui a infligé un sanglant désaveu. Il a réalisé scientifiquement la plus satanique des machineries qu’ait jamais enfantées le cerveau humain pour assurer l’esclavage des peuples et la conquête de l’univers.
Et ce sont encore les Français qui, comme au souvenir et à l’appel de leurs ancêtres de la Révolution, se sont trouvé les porteurs du flambeau sacré : sans pédanterie, ils se sont spontanément levés d’un seul élan pour repousser l’agresseur de leur patrie et, devant l’univers oppressé, ils ont, une fois de plus, symbolisé la liberté en péril, la liberté triomphante ; ils ont, une fois de plus, été, par leur victoire, les annonciateurs d’une ère nouvelle : en 1789 ils avaient donné leur vie pour la conquête de droits de l’homme et du citoyen ; en 1914 ils ont versé le meilleur de leur sang pour la défense du Droit des peuples243. »

135Au terme de ce portrait, que conclure de la place de Xavier Léon dans la vie intellectuelle en 1914 ? Cet entrepreneur philosophique fut un serviteur de l’Université sans être universitaire, de l’enseignement sans être professeur, de l’Instruction Publique sans être administrateur, de l’État républicain sans être fonctionnaire. Sa fortune personnelle lui avait permis de suivre, au cœur de la communauté philosophique universitaire, et plus largement de la « République des professeurs », une voie d’intégration atypique qui préservait sa liberté. À la veille de la guerre, il bénéficiait d’une connaissance fine du monde de l’édition universitaire et dirigeait avec Delbos et Lalande, chez Armand Colin, une collection aux ambitions très pédagogiques : les « classiques de philosophie ». Dans le contexte économique difficile de l’après-guerre, il participera à la naissance des Presses universitaires de France.

136En 1912, il était devenu, à l’âge de 44 ans, une personnalité suffisamment importante et méritante pour que Liard, appuyé par Boutroux, jugeât opportun de lui faire décerner la croix de chevalier de la Légion d’honneur, décoration qu’il s’empressa de refuser avec toute la politesse d’usage… Ce refus s’explique non par un quelconque mépris à l’égard de la distinction proposée mais par un désintéressement de principe et une modestie persévérante mêlés de prudence. Il est peut-être moins révélateur de l’exigence morale de l’homme que de la conscience aiguë de sa place dans la vie intellectuelle. Si Xavier Léon entend souligner à cette occasion sa parfaite absence d’ambition, le caractère désintéressé de ses œuvres, c’est aussi pour préserver son indépendance. Il a parfaitement conscience que « l’autorité » acquise par la Rmm dans le champ philosophique repose largement sur la position qui fait de lui à la fois un pivot de la communauté savante et un intellectuel pur, dégagé du jeu de la concurrence pour les honneurs. Dans un brouillon de lettre rédigé à l’intention de Liard, Xavier Léon mettait ainsi l’accent sur ce qui fut un des facteurs déterminants du succès de la Revue :

  • 244 Lettre s.p.d. et non signée (sans doute un brouillon), ms. 387.

« Dans l’œuvre que j’ai entreprise toute la force, toute l’autorité, tout le succès que j’ai pu obtenir, je crois le devoir au désintéressement entier avec lequel j’ai poursuivi ma tâche. J’ai toujours considéré que je devais m’effacer entièrement, absolument devant elle. Le jour où acceptant une distinction qui s’adresserait à une individualité je pourrais laisser supposer, fût-ce à quelques personnes seulement, que j’ai poursuivi un but intéressé, que j’ai eu une ambition d’amour-propre, il me semble que je n’aurais plus la même indépendance morale, ni la même autorité pour poursuivre mon œuvre puisque je pourrais être soupçonné d’avoir voulu profiter d’elle ; je ne pourrais plus, pour parler et pour agir en son nom, du fort de mon désintéressement. Et il me semble que l’œuvre à laquelle j’ai donné ma vie s’en trouverait diminuée et affaiblie244. »

137Xavier Léon mesurait le succès de son œuvre de « philosophe sociable » à la fécondité des rencontres et des échanges qu’il parvenait à susciter. La sociabilité était pour lui une valeur et, en somme, un impératif catégorique. Peut-on parler d’un « moment Xavier Léon » dans l’histoire de l’organisation de la discipline ? Moment d’équilibre caractérisé par la prise de conscience de la nécessité d’une institutionnalisation minimale et, dans le même temps, par l’épanouissement de sodalités résistant à une définition normative étroitement académique ? Les institutions, aussi nécessaires soient-elles, ne suffisent pas à créer le lien philosophique et spirituel et à garantir son épanouissement.

  • 245 15 janvier 1913, ms. 368.
  • 246 19 octobre 1912, ms. 368.

138Peut-on enfin rapporter la modestie de la posture de médiateur désintéressé à l’identité juive de Xavier Léon ? Pour lui, la religion devait être strictement cantonnée dans la sphère privée. Être identifié en tant que citoyen au service de la philosophie française, de la République, de la patrie et non en tant que Juif : derrière l’universalisme philosophique, l’ancrage national est évident. L’Affaire Dreyfus et le « moment antisémite » avaient laissé des traces… À la veille de la Grande Guerre, Xavier Léon, bien conscient que la mobilisation dreyfusiste n’avait pas vaincu l’antisémitisme, prévenait Darius Milhaud, lancé dans une carrière musicale à Paris, contre les intrigues antisémites, l’engageant « à apprendre l’escrime245 »… La Rmm déplorait à la même époque la dérive antisémite de l’un de ses anciens collaborateurs majeurs, Georges Sorel : il était loin le temps où l’éminent spécialiste du marxisme se disait dreyfusard et venait dîner « un soir chez le Juif Xavier Léon en compagnie de Bernard Lazare aux hauts temps du dreyfusisme246 ». L’antisémitisme incitait à la discrétion ; il explique peut-être pour une part l’humilité de la posture, le rejet des honneurs officiels.

  • 247 Si les liens d’amitié avec Halévy ont survécu à la crise de la Grande Guerre, il n’en fut rien du (...)
  • 248 Ainsi, le 17 janvier 1938 : « Il se trouvait entre ses deux camarades Élie et Brunschvicg tout à f (...)

139Dans la mémoire philosophique, la célébration du « philosophe sociable » est à peu près unanime. Une exception de taille mérite pourtant d’être mentionnée bien que d’interprétation difficile : dans son journal, trois ans après la mort de son ancien ami, Alain faisait le portrait plein d’acrimonie d’un penseur médiocre soucieux de réussir et de rayonner socialement. Outre la vivacité d’un tempérament prompt aux excès verbaux et aux embardées du sentiment, l’explication de cette violence est sans doute à chercher dans l’irritation philosophique d’Alain évoquée plus haut et dans l’antagonisme des positions des deux hommes durant la guerre de 1914 (au pacifisme radical de Chartier s’oppose, chez Xavier Léon, la certitude de la légitimité de la guerre247). Trois ans après la mort de Xavier Léon, le mépris semble total à l’égard du philosophe médiateur, ami et mondain, très éloigné, à ses yeux, de la figure idéale du philosophe pur et militant248.

Notes

1 D’autres amateurs jouèrent un rôle important : Winter, Weber et Couturat qui quitta l’enseignement en 1900 (il assura cependant la suppléance de Bergson au Collège de France en 1906-1907).

2 É. Halévy, La Formation du radicalisme philosophique. La Révolution et la doctrine de l’utilité (1789-1815), Paris, Alcan, 1900.

3 É. Halévy, CH, préface, p. 27. Après la publication de L’Angleterre et son Empire en 1905, il se lance dans la rédaction de sa monumentale Histoire du peuple anglais, dont le premier volume paraît en 1912.

4 C. Bouglé, « Métaphysique et morale en France. L’œuvre de Xavier Léon », op. cit. p. 203 (repris dans Les maîtres de la philosophie universitaire, op. cit).

5 C. Charle, « Le temps des hommes doubles », op. cit.

6 Le Temps, 1er mars 1936, p. 39.

7 M. Guéroult, « Xavier Léon : vingt-cinq ans après », Rmm, 1960, no 3, p. 241-242.

8 Lettre du 27 septembre 1898, ms. 360.

9 Lettre à É. Halévy du 7 octobre 1913, ms. 368. Il s’agit ici de L. Weber.

10 Lettre à É. Halévy du 7 juillet 1906, ms. 368.

11 Le titre de « directeur » apparaît notamment sur des prospectus de réclame.

12 Lettre d’É. Halévy à X. Léon du 14 août 1903, ms. 369.

13 Lettre du 1er octobre 1907, ms. 386.

14 Lettre du 2 octobre 1907, ms. 369.

15 É. Halévy s’est toujours montré réticent à mettre en avant son nom. Dans une lettre du 11 juillet 1909, X. Léon fait preuve d’un étonnement très significatif : « Est-ce à dessein que tu as signé de ton nom la circulaire des diplômes Colin qui l’a fait tirer à 150 en soulignant ton nom. Si oui, cela va bien et je m’en félicite. Mais si c’était par inadvertance et que tu tiennes toujours à cacher ta part d’active collaboration derrière mon nom, je tiens à te prévenir et je fais jusqu’à ta réponse suspendre l’envoi ». Quelques jours plus tard, la modification est opérée : le nom d’Halévy disparaît (Lettre du 16 juillet 1909, ms. 368).

16 Lettre du 17 mars 1903, ms. 387.

17 Dans les moments d’intense activité, ainsi en 1900, au moment de la préparation du Congrès, il rédige plus d’une dizaine de lettres par jour.

18 Lettre s.p.d., ms. 368.

19 Michel Alexandre (1888-1952) fit sa philosophie sous la direction de G. Belot. Licencié en 1905, il s’orienta vers le droit avant de revenir à la philosophie en 1908. Cette année-là, en juillet, il fit la connaissance d’Alain, chez les X. Léon, à Dieppe. Reçu à l’agrégation de philosophie en 1912, il fit une carrière brillante de professeur et succéda à Alain au lycée Henri IV en 1931 mais consacra l’essentiel de son énergie à l’œuvre du philosophe-journaliste (cf. En souvenir de Michel Alexandre, leçons, textes, lettres, publiés par J. Alexandre, Paris, Mercure de France, 1956, XXVI-559 p).

20 Lettre de X. Léon à É. Halévy, du 6 novembre 1908, ms. 368.

21 X. Léon écrit à É. Halévy : « en somme les œuvres auxquelles je dépense mon temps et mes forces, si elles ne sont pas toujours, par les besognes qu’elles exigent, réjouissantes pour moi, sont tout de même plus utiles et plus efficaces, je pense, que les livres que je ne puis écrire. C’est ma consolation » (Lettre du 18 novembre 1908, ms. 368).

22 Lettre d’É. Halévy à X. Léon du 20 octobre 1911, ms. 369.

23 Lettre du 21 août 1911, ms. 369. Jean Wahl (1888-1974), jeune philosophe prometteur, allait être associé progressivement au « système R2M ». Il dirigea la Rmm à partir de 1950 et devint président de la Société française de philosophie.

24 Lettre du 1er juin 1913, ms. 369.

25 Lettre du 3 juin 1913, ms. 368.

26 Lettre du 31 mai 1913, ms. 369.

27 Lettre d’É. Halévy à X. Léon, du 17 juillet 1913, ms. 369.

28 Lettre du 7 septembre 1913 d’É. Halévy à X. Léon, ms. 369.

29 Lettre à X. Léon du 27 juillet 1913, ms. 369.

30 Les relations entre Alain et la Rmm sont abordées dans A. Sernin, Alain, un sage dans la cité, op. cit., R. Ragghianti, Alain. Apprentissage philosophique…, op. cit. et T. Letterre, Alain, le premier intellectuel, op. cit.

31 Lettre de mai (ou juin) 1893 à É. Halévy, CA, p. 39.

32 A. Penjon, « Spir et sa doctrine », Rmm, 1893, p. 216-248.

33 CA, p. 39.

34 Lettre à É. Halévy, janvier ou février 1895, CA, p. 68.

35 Le tutoiement n’apparaît dans la correspondance qu’au début du siècle.

36 Lettre déjà citée, CA, p. 39.

37 Alain, Histoire de mes pensées, Paris, Gallimard, 1936, p. 89.

38 Lettre à É. Halévy du 10 ou 20 juin 1893, ms. 368.

39 Ibid.

40 « Je viens de recevoir la Revue et je t’y ai cherché en vain, il faudra pourtant que tu y construises » (21 janvier 1893), CA, p. 33.

41 CA, p. 35.

42 Lettre de X. Léon à É. Halévy, ms. 368, (10-20 juin 1893 [ ?] ou antérieure).

43 Lettre du 27 juillet 1908, ms. 368.

44 X. Léon écrit à É. Halévy le 1er août 1905 : « J’ai répondu [à Chartier] : 1° que pour changer l’orientation de la Revue le dit Chartier avait un moyen efficace : écrire des articles et que j’attends ceux qu’il m’avait promis… » (ms. 368).

45 Lettre à É. Halévy du 12 septembre 1905, ms. 368. Le positivisme d’Espinas ou celui de Lanson, l’utilitarisme sociologisant de Belot ne répondaient pas aux attentes de Chartier qui faisait allusion aux articles suivants : G. Belot, « En quête d’une morale positive », Rmm, 1905, p. 39-74, p. 561-588, p. 727-763 ; A. Espinas, « Xénophon : l’économie naturelle et l’impérialisme hellénique », Rmm, 1905, p. 545-560, G. Lanson, « Le droit du père de famille et le droit de l’enfant », Rmm, 1905, p. 650-673.

46 A. Sernin date de 1905-1907 la « rupture » avec la Rmm. Celle-ci aurait été consécutive au refus d’un article de Chartier jugé trop court par la rédaction. Dans ses souvenirs, Chartier évoqua à plusieurs reprises l’événement, proposant plusieurs versions qui se complètent sans véritablement s’éclairer : « Je n’examinai point s’ils avaient tort ou raison ; je n’écrivis plus jamais pour eux. À l’égard de gens qui auraient trouvé scandaleux de payer, c’était bien le moins » et « Au sujet d’un court article de morale j’avais senti la touche du pouvoir […] et cela ne m’allait point. Dans la suite je rompis à toutjamais avec une philosophie résolument gouvernementale » (cité par A. Sernin, op. cit., p. 101). A. Sernin accorde beaucoup d’importance à cette rupture qui coïncide à peu près avec le début des Propos. Distance ou rupture, Alain entendait trouver une autre voie pour philosopher dans la cité, en préservant sa liberté contre les ronronnements d’une pensée officielle.

47 Lettre du 29 mai 1908, ms. 360. Delbos représente aux yeux de Chartier l’esprit de concordisme, de « conciliation » entre rationalisme et philosophie catholique, qu’il goûte fort peu dans la Rmm.

48 Lettre du 27 juillet 1908, ms. 368. Durkheim est par excellence la figure de l’altérité positiviste et sociologiste…

49 Dick May, pseudonyme de Jeanne Weill (1860-1925), sœur de l’historien Georges Weill fut une « organisatrice » des sociabilités para-universitaires à la fin du XIXe siècle et au début du suivant. Intellectuelle nourrie d’idées positivistes, féministe et dreyfusarde, proche du comte de Chambrun et maîtresse du doyen de l’Université, Alfred Croiset, elle participa à la création du Musée Social en 1894 et joua un rôle décisif dans la mise sur pied, en 1895, du Collège libre des sciences sociales. Elle fut, en 1899, à l’origine de la création de l’École des hautes études sociales (voir C. Prochasson, « Sur l’environnement intellectuel de Georges Sorel : l’École des hautes études sociales (1899-1911) », Cahiers Georges Sorel, no 3, 1985 et, du même auteur, « Dick May et le social », dans Le Musée social et son temps, op. cit., p. 43-58).

50 V. Duclert, « Les revues dreyfusardes en France : l’émergence d’une société intellectuelle », La Revue des revues, no 17, 1994, p. 9-53.

51 Il s’agit de « l’École de morale », une des trois sections de l’École des hautes études sociales.

52 Lettre s.p.d., 1899, ms. 368.

53 Le 19 août 1904, X. Léon écrit à É. Halévy : « Je suis l’unique auteur de la Société ; tu en as souvent reconnu les faiblesses ; de quel droit en assumerais-tu la responsabilité matérielle avec moi » (ms. 368).

54 X. Léon écrit à É. Halévy, le 6 octobre 1905 : « Pour la société ; la séance d’octobre sera séance d’élection, je propose Binet, Cantecor, Parodi, Laberthonnière, Wilbois s’il est à Paris ; qui vois-tu pour compléter la liste (8) trouve-moi 3 noms présentables et fais que cela soit arrangé avec Lalande pour mon retour » (ms. 368).

55 Voir la lettre de X. Léon à É. Halévy du 5 octobre 1911, ms. 368.

56 Le 28 octobre 1912, X. Léon évoque la préparation d’une séance sur « l’idée de vérité mathématique » : « Pour la Société, j’ai préparé de mon mieux la séance Brunschvicg en écrivant des lettres particulières à ceux dont l’intervention me paraît utile (Couturat, Le Roy, Hadamard) » (ms. 368).

57 « In memoriam Xavier Léon », allocution d’A. Lalande le 23 novembre 1935 à la Société française de philosophie, BSFP, 1935, p. 139-142.

58 Lors de la séance du 1er décembre 1904, sur les « axiomes de la mécanique et le principe de causalité » (mémoire de Painlevé), X. Léon demande au contradicteur d’abréger une réponse rédigée à l’avance qui tournait trop à la contre-conférence, hachée de surcroît par des interruptions agacées de Painlevé. Le Roy était invité à préciser en quelques réflexions les principaux points de divergence.

59 Lettre à É. Halévy du 20 novembre 1908, ms. 368.

60 X. Léon écrit à propos d’une séance de janvier 1911 : « j’ai cru que la séance allait mourir d’inanition : j’ai heureusement pu arriver à la bousculer et alors elle est devenue amusante par sa vivacité […]. Presque toute la Société a parlé et ce fut “un feu croisé” » (Lettre de X. Léon à É. Halévy du 13 janvier 1911, ms. 368).

61 Lettre du 23 février 1911, ms. 368. Sur cette séance, voir le chapitre X de ma thèse.

62 Lettre du 28 décembre 1911, ms. 368. La correspondance évoque ici l’abbé Laberthonnière.

63 L. Weber écrivait à propos d’une séance de 1914 : « Il est bien évident qu’une séance telle que celle-ci ne peut être reproduite comme si elle était sténographiée. Les notes informes des gamins qui assistent sont inutilisables » (Lettre du 23 – mars ou mai ? – 1914, ms. 367).

64 Le 3 novembre 1905, X. Léon reconnaissait la qualité inégale des notes des normaliens et pointait la difficulté de trouver « un sténographe philosophe » dont on ne pourrait de surcroît payer les services. Le 19 janvier 1911, il écrivait à propos d’une séance : « Je tâche d’en reconstituer les morceaux avec les notes tout à fait rudimentaires des élèves de Chartier – et tu liras » (lettres à É. Halévy, ms. 368).

65 Lachelier écrit à X. Léon le 15 décembre 1901, à propos de la discussion du mémoire de Weber sur « l’idée d’être » : « J’avais commencé de compléter en marge ce que vos secrétaires me faisaient dire, mais je me suis aussitôt aperçu que les marges n’y suffiraient pas et je me suis mis à tout rédiger à nouveau sur des feuilles à part. Je crois n’avoir pas été, quant au fond, au-delà de ce que j’avais dit, mais je me suis bien permis, quant à la forme, de développer et d’éclaircir. J’espère que je ne vous prendrai pas trop de place et que je n’aurai pas rendu trop difficile le raccord de ce que je me fais dire avec ce que M. Weber a dit avant et après. Peut-être serait-il bon, si vous en avez le temps, de communiquer ma rédaction à M. Weber, pour qu’il puisse, si cela lui paraît utile, modifier à son tour la sienne. Je me suis permis de faire disparaître les expressions “contradiction analytique et contradiction synthétique”, dont je me suis bien réellement servi, mais qui me paraissent bien obscures » (ms. 362).

66 Dans une lettre probablement rédigée en 1912, Brunschvicg évoque ainsi le refus d’insérer dans le Bulletin des observations complémentaires de Le Roy non formulées en séance : « Il est […] impossible qu’il paraisse dans le Bulletin toute une réponse qui n’a pas été faite ; ce serait tuer le Bulletin et la Société. J’écris d’ailleurs à Le Roy dans ce sens, pour t’enlever toute espèce de scrupule […] en lui disant que l’avenir de la Société était engagé dans la fidélité du Bulletin. Je lui [demande] de réserver ses observations ajoutées pour un article ou une discussion, en lui disant quelle réponse je lui aurais faite. […] nous deviendrions ridicules autrement et tu me vois d’ici inventant une riposte à une réponse imaginaire à laquelle Le Roy répondrait » (Lettre à X. Léon, ms. 359).

67 Voir le chapitre V.

68 Lettre à É. Halévy du 22 juillet 1913, ms. 368.

69 En vue du Congrès qui doit se tenir à Genève en 1904, le psychologue suisse Édouard Claparède, secrétaire général du Congrès, lui demande, dès l’automne 1902, des renseignements sur « la façon générale de procéder » (Lettre à X. Léon du 29 novembre, ms. 360).

70 X. Léon écrit ainsi à É. Halévy : « Quelques cartes de gens me demandant des renseignements commerciaux sur le Congrès. Tu as décidément raison de croire que j’en suis l’impresario. Si cela peut être utile en quelque manière au bon renom de la France, je me consolerai de jouer un rôle un peu ridicule » (Lettre du 21 août 1908, ms. 368). X. Léon se chargea des réservations d’une partie de la délégation française à l’Hôtel Victoria de Heidelberg.

71 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 21 septembre 1908, ms. 386.

72 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 10 avril 1914, ms. 368.

73 Ibid.

74 Ibid.

75 Ibid.

76 Lettre d’A. Darlu à X. Léon, du 26 avril 1894, ms. 360.

77 Selon l’expression de X. Léon (Lettre à É. Halévy du 1er août 1905, ms. 368).

78 Léon rapporte les sollicitations de Durkheim, qui prépare la sortie de ses Formes élémentaires de la vie religieuse : « […] après avoir [remis] son livre au printemps [prochain] il s’est aperçu que ses idées filtraient dehors et il s’est alors ravisé et, pour prendre date, a commencé d’écrire son introductionet me demande comme un service de la faire passer en novembre à n’importe quelle place » (Lettre à É. Halévy du 16 juillet 1909, ms. 368).

79 Propos rapportés dans une lettre de X. Léon de 1903, ms. 368. Evellin n’entra à l’Académie qu’en 1908.

80 Lettre à É. Halévy du 2 octobre 1907, ms. 386. L’article sur la « nature de la pensée logique » de Kristian B.-R. Aars ne fut publié qu’à la fin de l’année 1909. Par contre, le supplément rendit compte de son livre Gut und Böse dans le numéro de mars 1908.

81 X. Léon pouvait ainsi défendre ses amis auprès de l’administration. Il écrivait ainsi à É. Halévy : « J’ai été au ministère faire admettre le livre de Rauh et il paraît que j’ai donné à quelques-uns de mes collègues l’envie de le lire » (Lettre s.p.d., 1904, ms. 368).

82 Les familles du maître et du disciple nouèrent des relations amicales.

83 Voir la lettre de D. Roustan à X. Léon du 19 août 1897, ms. 366.

84 Roustan devait devenir un collaborateur de la Rmm et réaliser une belle carrière au sein de l’Instruction publique (il fut Inspecteur général).

85 Lettre à X. Léon, août 1898, ms. 360.

86 François Colonna d’Istria (1864-1929), agrégé en 1887, enseigna à partir de 1911 à Louis-le-Grand.

87 Lettre à X. Léon, du 19 juin ( ?) 1902, ms. 360.

88 Lettre de P. Lapie à X. Léon du 7 décembre 1901, ms. 362.

89 Il est également au fait des interventions politiques. Il rapporte ainsi à É. Halévy, le 18 septembre 1907, les propos de Darlu qui lui annonce « qu’il va sans doute après mûre réflexion, recommandation de Rauh, et multiplication des témoignages de satisfaction à son égard, proposer Cresson pour la suppléance de Versailles ; mais que Steeg intrigue près de Briand en faveur de Belin et Challaye, près de Caillaux, pour son propre compte, et Compayré à fond contre Cresson » (ms. 386).

90 Lettre à X. Léon du 24 mai 1901, ms. 360.

91 Chartier écrit sans détour : « Je reste à Lorient encore cette année. En août prochain, si on ne se décide pas à m’offrir le tour du monde que je demande, il faudra bien qu’on me donne un bon lycée d’Université ou un poste dans l’Enseignement supérieur. Je vous tiendrai au courant de mes démarches, car l’appui de la Revue me sera précieux, vous voyez que mon dévouement s’allie à quelques calculs d’intérêt » (Lettre du 25 septembre 1899, ms. 360). N. B. : Chartier était candidat à la bourse de voyage autour du monde fondée par le financier Albert Kahn et destinée aux professeurs du secondaire. Il ne l’obtint pas.

92 A. Sernin, op. cit., p. 77.

93 Lettre de Chartier à X. Léon, s.p.d., 1901, ms. 360. Chartier avait connu Landormy dans la classe de Lagneau avant de le retrouver à l’École normale supérieure.

94 Voir la lettre de remerciement de Landormy à X. Léon, du 21 juin 1901, ms. 362. Chartier écrivait encore à X. Léon, le 27 juillet 1904 : « Landormy pose sa candidature à la chaire de philo. de l’école alsacienne, en remplacement de Steeg. Beaucoup de candidats. […] Darlu a agi. Toi, fais quelque chose. Amitiés » (ms. 388).

95 Lettre de Chartier à X. Léon du 11 octobre 1904, ms. 388.

96 X. Léon lui écrit : « Si tu acceptes, comme c’est ton devoir de philosophe, j’essaierai de sauver la chaire ; y réussirai-je, c’est une autre affaire ! Enfin j’aurai fait ce que je crois de mon devoir d’ami et de représentant de la philosophie qu’on mutile au Collège où Jullian battra Durkheim, à la Sorbonne où l’on cherche à supprimer la chaire. Mon plan est assez simple et je crois assez sûr ; et je serai assez rapidement fixé sur les chances que nous avons d’aboutir » (Lettre du 5 janvier 1905, ms. 368). La double légitimité philosophique et historienne d’É. Halévy faisait de lui le candidat idéal pour défendre les positions des philosophes à la Sorbonne et X. Léon lui assurait le soutien des philosophes de l’Université de Paris, à l’exception de Lévy-Brul, hésitant (Lettre du 8 janvier 1907, ms. 368).

97 Lettre du 8 décembre 1905, fonds Brunschvicg, IMEC.

98 Lettre de X. Léon à É. Halévy, 9 janvier 1905, ms. 368. Durkheim était chargé de cours à la Faculté de Paris depuis 1902 ; Lévy-Bruhl, dont il s’agit dans cette lettre, avait été nommé maître de conférences en 1899 puis professeur adjoint (décembre 1904).

99 Voir la lettre de É. Halévy à C. Bouglé du 23 janvier 1907, CH, p. 386

100 Lettre à Ludovic Halévy du 22 janvier 1907, CH p. 385.

101 Lettre du 18 janvier 1907, ms. 368.

102 X. Léon écrit à É. Halévy : « Hier j’ai été chez Bergson : on a parlé de Brunschvicg au sujet duquel il doit dire à Lévy ce qu’il en pense et que sa place est à la Sorbonne : cela ne servira pas à grandchose, mais il n’est pas mauvais que l’avis de Bergson soit favorable et que Lévy le sache » (Lettre du 9 mars 1909, ms. 368).

103 X. Léon cite les noms de Darlu, Andler, Delbos, Weber, Winter, Brunschvicg, Bouglé, Berthelot, Adam, Rauh (Lettre s.p.d., ms. 368).

104 Trentenaire, op. cit.

105 Selon l’expression de Théodore Steeg, note nécrologique, Fédération générale des associations départementales des pupilles de l’école publique, 1935, ms. 367.

106 « Il [X. Léon] avait encore une autre manière de favoriser ces rencontres entre philosophes et savants, dans lesquelles il voyait avec raison une des conditions les plus importantes pour le développement de l’esprit : c’était de les réunir, avec leurs familles, dans son appartement de la rue des Mathurins, qui est resté pendant plus de trente ans un centre philosophique » (A. Lalande, Bulletin de l’Association amicale des anciens élèves de la Faculté des Lettres de Paris, mars 1936, p. 36).

107 C. Bouglé, « Métaphysique et morale en France. L’Œuvre de Xavier Léon », op. cit., p. 202.

108 A. Lalande, Bulletin de l’Association…, op. cit., p. 37.

109 Gabriel Marcel (1889-1973), philosophe, écrivain, dramaturge et pianiste, considéré comme le grand représentant de « l’existentialisme chrétien » (mais sa véritable conversion au catholicisme ne date que de 1929). Philosophe de l’expérience spirituelle, il prit ses distances à l’égard de l’idéalisme et du rationalisme philosophique universitaire qu’incarnaient pour partie les animateurs de la Rmm (notamment Brunschvicg). Second à l’agrégation de philosophie en 1910, il était déjà en relation avec X. Léon.

110 « Commémoration du centenaire de la naissance de Xavier Léon », séance du samedi 27 avril 1968, BSFP, p. 2-3 (souligné par moi).

111 P. Birnbaum, Les fous de la République, Paris, Fayard, 1992, p. 90.

112 La mémoire familiale a conservé le souvenir du « gâteau des philosophes » préparé par Gabrielle Léon à l’occasion de ces réceptions (témoignage de Fanchette Léon).

113 Trentenaire, op. cit.

114 A. Lalande, Bulletin de l’Association, op. cit.

115 M. Guéroult, « Xavier Léon : vingt-cinq ans après », op. cit., p. 241-242.

116 P. M. Schuhl, qui fut secrétaire de la Société française de philosophie, écrivait pour la période postérieure : « Et ceux des auteurs dont nous lisions les textes sans les connaître personnellement parce qu’ils n’enseignaient pas à la Sorbonne, Paul Valéry, par exemple, ou Louis Weber ou Maximilien Winter, nous les rencontrions rue des Mathurins, où Xavier Léon nous invitait chez lui et où il nous accueillait avec tant de bonne grâce, secondé par Mme Gabrielle Xavier Léon, belle figure, charmante et vraie grande dame, et par sa fille, Mme Feldmann avec la spontanéité de son humeur enjouée. Ils plaçaient d’emblée les jeunes étudiants, ainsi conviés chez eux, de plain-pied avec les maîtres les plus connus de l’époque, qui répondaient à leurs questions avec la plus grande simplicité » (« Commémoration du centenaire de la naissance de Xavier Léon », séance du 28 avril 1968, BSFP, 63e année, 1969, 1, p. 4). Les témoignages recueillis à l’occasion du centenaire de la naissance de X. Léon portent surtout sur les années vingt et 30 mais permettent d’approcher la réalité du salon d’avant-guerre.

117 Dans une lettre du 31 décembre 1904, X. Léon évoque « une vingtaine de “vieux” et une dizaine de jeunes » ; pour « son premier dimanche », en janvier 1911, il ne compte pas moins de 120 participants (Lettre de X. Léon à É. Halévy du 19 janvier 1911, ms. 368).

118 Le fils d’Émile Boutroux, Pierre, collaborait à la Rmm.

119 La fille de Darlu, Jeanne, avait été reçue à l’agrégation de lettres en 1894.

120 H. Bourgin, De Jaurès à Léon Blum : l’école normale et la politique, Paris, Londres, New York, Gordon and Breach, 1970, p. 223.

121 Lucien Poincaré (1862-1920), frère du futur président de la République, cousin germain du mathématicien Henri Poincaré, et cousin au deuxième degré des Boutroux, était physicien de formation mais fit carrière dans la haute administration de l’Instruction publique.

122 « Mon cousin Xavier Léon, directeur de la Revue de métaphysique et de morale m’envoya dès 1910 montrer mes premiers essais à M. Henri Rabaud, qui n’était pas encore directeur du conservatoire. Je dois à M. Rabaud la plus précieuse indication qui pût être donnée alors à un jeune musicien : “vous devriez travailler avec Vedalge” me dit-il » (Portraits de Darius Milhaud, p. 13).

123 D. Milhaud fut convié aux réceptions du dimanche comme en témoignent les souvenirs de son ami Armand Lunel : « Il y avait des dimanches soirs où Darius m’entraînait en me tirant par le bras aux réceptions de ses cousins les Xavier Léon, où la présence du vénérable Lachelier, de Bergson, de Brunschvicg, de Bertrand Russell et de tant d’autres illustrations philosophiques françaises et étrangères intimidait effroyablement l’apprenti philosophe que j’étais » (A. Lunel, Mon ami Darius Milhaud, Édisud, 1992, p. 35-36). Lunel évoque ici les années d’avant-guerre (1909-1914).

124 W. Jankelevitch, « Xavier Léon : Souvenirs », Rmm, 1960, no 3, p. 246.

125 « Commémoration du centenaire de la naissance de Xavier Léon », séance du samedi 27 avril 1968, BSFP, p. 2-3.

126 Dans une lettre à É. Halévy du 2 janvier 1905, X. Léon écrit : « Les déjeuners du vendredi deviennent une institution : Weber y est régulier, Darlu fréquent » (ms. 368).

127 X. Léon en tire une évidente satisfaction même s’il lui arrive de pester contre ceux qui ne répondent pas diligemment à ses invitations : « Tout de même notre table n’est pas une hôtellerie et j’aimerais savoir trois jours d’avance qui vient – ne fût-ce que pour en inviter d’autres » (Lettre à É. Halévy du 9 décembre 1912, ms. 368).

128 X. Léon convie É. Halévy le 8 décembre 1909 sans son épouse, Florence : « j’ai voulu éviter la présence d’une multitude de femmes (Mmes Baldwin, Boutroux, Bergson, Durkheim etc.) que la présence d’une seule entraînerait. J’ai invité à un déjeuner d’hommes Baldwin, Bourgeois, Painlevé (qui ont déjà accepté) Boutroux, Bergson, Durkheim, Poincaré » (Lettre du 27 novembre 1909, ms. 368).

129 C’est le cas de Perrin, comme le révèle une lettre de X. Léon à É. Halévy du le 21 décembre 1912 (ms. 386).

130 Chartier se distinguait souvent par la vivacité de son ton. Selon lui, la chose ne semblait pas déplaire à X. Léon : « Xavier, lui, était fier quand je montais le ton ; j’étais comme son chien, prêt à mordre l’étranger » (journal d’Alain du 29 août 1938, cité par A. Sernin, op. cit., p. 383).

131 Voici quelques noms de convives relevés au fil de la correspondance : Adam (Charles), Andler, Basch, Belot, Benrubi, Bergson, Berthelot (René), Berthod (Aimé), Bouglé, Boutroux (Émile et Pierre), Brunschvicg, Buisson, Chartier, Couturat, Dagnan, Darlu, Delacroix, Delbos, Dufumier, Durkheim, Enriquez, Gilson, Hadamard, Laberthonnière, Lacombe, Lalande, Langevin, Laskine, Le Roy, Meyerson, Milhaud, Norero, Painlevé, Parodi, Perrin, Poincaré (Henri), Quinton, Rauh, Roustan, Russell, Simiand, Weber (Louis), Winter.

132 Lettre à É. Halévy du 9 mars 1914, ms. 368.

133 X. Léon louait le pavillon une partie de l’année.

134 É. Halévy, botaniste et grand marcheur, goûtait à Sucy un calme propice au travail intellectuel.

135 X. Léon racheta le domaine pour moins de 100 000 francs (cf. lettre à É. Halévy du 4 mai 1909, ms. 386).

136 D. Milhaud y rencontre ainsi Alain (D. Milhaud, Notes sans musique, Paris, René Julliard, 1949, p. 24).

137 Lettre du 8 décembre 1914, ms. 360.

138 Lors de la parution du deuxième volume de Fichte et son temps, Bergson écrivit à X. Léon : « Vous avez élevé à la mémoire de Fichte, de sa pensée et de celle de son temps, un véritable monument » (Lettre du 18 juin 1927, ms. 388).

139 Michel Espagne souligne à raison que X. Léon a vu dans le nationalisme de Fichte « une appropriation allemande des résultats obtenus par la Révolution » (Les transferts culturels franco-allemands, Paris, PUF, 1999, p. 255-264).

140 En 1946, R. Lenoir publiait dans la Rmm un article au titre significatif : « Xavier Léon, Fichte et la Révolution », op. cit.

141 Lettre du 7 février 1914 de X. Léon à É. Halévy, ms. 368.

142 Lettre du 23 août 1912 de X. Léon à É. Halévy, ms. 368.

143 X. Léon écrit à l’attention de Louise Bréguet : « À tante L… En inscrivant votre nom en tête de cet ouvrage j’acquitte une dette vieille de 35 ans. Je traduisais avec vous une de ces courtes et savoureuses “Vies” dont les Anglais ont le secret : Fichte, la biographie. Cette lecture, faite sous votre égide, a décidé du sort de ma pensée. » (Fichte et son temps, Paris, Armand Colin, 1922, tome 1, p. VII).

144 « Pour éclairer la lecture de la Morale de Fichte, qu’un hasard avait mis sous mes yeux, l’auteur de ce livre fut peu à peu entraîné à étudier l’ensemble de son système » (Xavier Léon, La philosophie de Fichte, cité par Martial Guéroult dans « Fichte et Xavier Léon », Rmm, 1946, p. 171).

145 M. Guéroult fit la connaissance de X. Léon à la fin de la Grande Guerre, à l’occasion de la publication de son premier article dans la Rmm.

146 M. Guéroult, « Fichte et Xavier Léon », op. cit., p. 172.

147 X. Léon, La philosophie de Fichte. Ses rapports avec la conscience contemporaine, Paris, Alcan, 1902, Introduction, p. III.

148 Lettre s.p.d., 1891, ms. 360.

149 La Grande Encyclopédie, inventaire raisonné des sciences, des arts et des lettres, Paris, H. Lamirault et Cie, 1885-1902, tome XVII, p. 407-410. X. Léon reçoit le 12 février 1892 la lettre suivante d’Henri Marion : « Cher Monsieur, M. Brochard, ne pouvant se charger lui-même des articles sur Fichte pour la Grande Encyclopédie, me dit que vous voulez bien les faire à sa place. Je m’empresse d’en prendre acte et de vous en remercier, persuadé, d’après ce qu’il m’a dit et d’après ce je connais de vous, que ces articles sont ainsi en bonnes mains. […] Je vous recommande personnellement de faire une petite part (petite ou grande) aux Discours à la Nation allemande, où il y a de grandes beautés » (ms. 364).

150 Lettre du 16 avril 1892, ms. 364.

151 Lettre du 13 février 1893, CH, p. 124.

152 Lettre s.p.d., 1894, ms. 360.

153 X. Léon, « L’éducation de la volonté par Jules Payot », Rmm, 1894, p. 114. Ce best-seller de la littérature pédagogique avait été publié en 1893.

154 Ibid., p. 113.

155 Ibid., p. 114.

156 Ibid., p. 127.

157 Ibid., p. 117.

158 Ibid., p. 119-122.

159 Ibid., p. 119-120.

160 Voir la lettre de Georges Picot, secrétaire perpétuel de l’Académie, à X. Léon le 27 juin 1900 (ms. 388).

161 X. Léon écrivait le 26 novembre 1900 à É. Halévy : « J’ai entre mes mains le rapport de Boutroux sur mon Fichte : c’est un gros éloge : tu le liras » (ms. 368). Boutroux écrivait en effet : « Très solide, très approfondi, très complet dans les limites, d’ailleurs légitimes, où l’auteur s’est enfermé, judicieux, pénétrant, riche en démonstrations minutieuses et bien conduites, intéressant et vigoureux dans les thèses qu’il soutient, simplement et clairement écrit ».

162 X. Léon, « La philosophie de Fichte et la conscience contemporaine », Rmm, 1902, p. 26-68.

163 « Commémoration du centenaire de la naissance de Xavier Léon » (séance du 27 avril 1968) », BSFP, 1969, 1, p. 17. M. Guéroult écrit ailleurs : « ainsi donc, dès 1902, X. Léon avait accompli une tâche considérable : à une époque où faisaient défaut les nombreux instruments de travail dont nous disposons aujourd’hui pour étudier la philosophie allemande, où n’existaient pas, par exemple, les admirables travaux de Delbos sur la philosophie kantienne, il avait réussi à donner de la philosophie si difficile qu’est celle de Fichte un exposé à la fois lucide et simple » (« Fichte et Xavier Léon », op. cit., p. 178).

164 É. Boutroux, préface à La philosophie de Fichte, op. cit., p. XVI (reprenant son rapport présenté à l’Académie des sciences morales et politiques en 1900).

165 « Une difficulté subsiste pourtant, celle de l’ordre chronologique : ainsi, pour l’exposition des trois principes, qui a été refaite tant de fois, M. Léon a cru pouvoir se servir des différentes rédactions, comme des expressions diverses d’une même conception fondamentale ; ses premiers chapitres s’écartent de l’exposé traditionnel qui est toujours emprunté à la Doctrine de la Science de 1795. Cette difficulté d’ailleurs est liée aux problèmes d’interprétation que soulève la philosophie de Fichte : quel est le rapport de la philosophie de Fichte avec les systèmes antérieurs et en particulier avec le kantisme ? Y a-t-il eu une évolution dans la pensée de Fiche et y a-t-il incompatibilité entre la première et la seconde forme de sa philosophie ? Sur ces deux points capitaux, M. Léon a défendu la position que Fichte aurait prise lui-même : Fichte est l’interprète authentique de Kant, sa doctrine est une et continue […]. Il y aura donc lieu de revenir sur ces problèmes, si complexes et si intéressants ; mais dès maintenant il est établi que la portée de l’œuvre de Fichte a été jusqu’ici singulièrement méconnue ; en rétablissant le sens de la doctrine et sa valeur d’actualité, M. Léon a rendu l’un des services les plus signalés et les plus opportuns à la cause de la philosophie de l’esprit » (Rmm, 1902, suppl., mars, p. 2).

166 ms. 365.

167 Lettre de V. Delbos à X. Léon du 1er février 1902, ms. 360.

168 Selon le terme de M. Guéroult, « Fichte et Xavier Léon », op. cit., p. 177.

169 V. Delbos, « Xavier Léon. La philosophie de Fichte », Revue philosophique, 1903, p. 210.

170 X. Léon, La philosophie de Fichte, op. cit., p. 1.

171 Delbos marque les limites de l’entreprise : « Il s’inspire aussi d’un sentiment de profonde sympathie pour la doctrine : par où l’auteur a été peut-être quelquefois entraîné à exagérer l’importance pour le temps présent », (op. cit., p. 210).

172 Lettre du 15 avril 1902, ms. 388.

173 Lettre du 26 mai 1903, ms. 365.

174 Lettre du 16 novembre 1902, ms. 361.

175 Lettre s.p.d., ms. 362.

176 Lettre du 14 avril 1902, ms. 363.

177 Lettre du 23 avril 1902, ms. 364.

178 Lettre du 9 août 1902, ms. 361. Répondant, le 3 avril 1902, à l’envoi du « beau volume » de X. Léon, Evellin écrivait : « Cette philosophie de l’action et du libre déploiement de l’être a quelque chose de bien séduisant. Vous avez tout ce qu’il faut, laissez-moi vous le dire, pour la faire comprendre et aimer » (ms. 361).

179 Lettre du 11 avril 1902, ms. 362.

180 Sur l’Union, voir François Chaubet, Paul Desjardins et les décades de Pontigny, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2000.

181 L’Union s’éloigne en 1893-1894 de « toute révérence envers les dogmes ». En 1897, sous l’impulsion de Gabriel Séailles, l’Union affichait sans équivoque son « laïcisme » (F. Chaubet, op. cit., p. 34-35).

182 À plusieurs reprises, Desjardins et l’Union témoignent un vif intérêt pour des articles de la Rmm, notamment pour l’article fameux de Darlu publié pendant l’Affaire Dreyfus : « De Brunetière et de l’individualisme », Rmm, 1898, p. 381-400.

183 X. Léon, « Quelques notes et documents relatifs à l’accusation d’athéisme », Bulletin de l’Union pour l’action morale, 15 mars 1902, p. 433-460.

184 Ibid., p. 435.

185 Ibid., p. 448.

186 Lettre du 10 août 1902, ms. 360.

187 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 16 novembre 1901, ms. 368.

188 Lettre à É. Halévy, novembre 1901, ms. 368.

189 Xavier Léon, « Le fondement rationnel de la solidarité, d’après la doctrine de Fichte », dans L. Bourgeois, Essai d’une philosophie de la solidarité, Conférences et discussions présidées par MM. L. Bourgeois et A. Croiset, Paris, Alcan, 1902, p. 240.

190 Le volume présentait le texte de trois conférences de Bourgeois sur l’idée de solidarité et ses conséquences sociales et de conférences de Frédéric Rauh (Propriété individuelle et propriété solidaire), de Charles Gide (la solidarité économique), H. La Fontaine (Socialisme et solidarité), de Boutroux (Rôle de l’idée de solidarité) de Darlu (solidarité et morale personnelle), de Buisson (La solidarité à l’école).

191 Lettre s.p.d., ms. 360.

192 Lettre du 24 mai 1902, ms. 361.

193 Lettre à X. Léon du 8 avril 1902, ms. 366.

194 M. Guéroult, « Fichte et Xavier Léon », op. cit., p. 179.

195 V. Delbos, « Xavier Léon. La philosophie de Fichte », op. cit., p. 210.

196 X. Léon, « Fichte contre Schelling », Rmm, 1904, p. 949-976.

197 La correspondance entre X. Léon et É. Halévy, durant l’année 1904, éclaire cette genèse douloureuse. Voir la lettre de X. Léon, fo 686 (1904, s.p.d.), ms. 368. X. Léon, fidèle à sa modestie affichée, s’en remettait à É. Halévy pour la décision de publication.

198 X. Léon écrit ainsi à É. Halévy, le 20 août 1906, « Pour Fichte trop peu. À peine un chapitre de 50 pages revu que j’ai nourri de lectures qui me restaient à faire. Quand aurai-je fini ? J’ai la nausée de moi-même » (ms. 368).

199 Lettre du 25 août 1906, ms. 368.

200 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 21 septembre 1908, ms. 386.

201 X. Léon écrit : « je fais lire à Boutroux ma petite affaire à laquelle il ne trouve presque rien à redire : un mot à changer pour éviter une objection possible à propos d’une caractéristique de la philosophie de Kant, une phrase à édulcorer à propos du socialisme de Fichte : il ne veut pas que Fichte passe pour le fondateur du socialisme moderne, il faut ajouter : dans ce qu’il a d’idéal et de rationnel ; un passage à supprimer qui faisait une fin à succès mais un peu théâtrale : mon obole offerte publiquement et invitant les congressistes à apporter la leur : il croyait avoir déjà versé la sienne » (ibid).

202 Ibid.

203 Ibid.

204 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 22 septembre 1908, ms. 386.

205 Le mémoire sera publié par la Rmm sous le titre « Fessler, Fichte et la Loge Royale York à Berlin » (Rmm 1908, p. 813-843).

206 « Beaucoup de monde pour m’entendre : les Allemands continuent à me considérer comme une bête curieuse et à me demander mon mémoire pour les journaux » (lettre déjà citée du 22 septembre 1908).

207 Lettre du 15 septembre 1908, fonds Brunschvicg, IMEC.

208 La « grande amitié » entre Halévy et Herr date de l’Affaire Dreyfus. Avant l’Affaire, les relations étaient encore distantes lorsqu’Élie se rendait à la bibliothèque de l’École. É. Halévy écrivait en 1929 à Andler : « ma participation aux débuts de la Revue de Métaphysique n’étant pas faite pour rendre nos relations particulièrement amicales » ; dans la même lettre, il se rappelait une critique sévère formulée à l’encontre de la Revue : “Comme il me parlait un jour – en critique sévère – de la Revue de métaphysique, il se plaignait de la place excessive qu’y prenaient les articles d’Édouard Le Roy (…) Et au fond, le malheur c’est qu’il a raison” (il voulait dire raison contre notre rationalisme abstrait) » (CH. p. 697-698).

209 X. Léon, Fichte et son temps, t. 2, 2e partie, Paris, Armand Colin, 1924, préface, p. V.

210 La préface du tome 1 rend hommage à « l’esprit critique et encyclopédique » de Herr (Fichte et son temps, op. cit., p. XV). Dans la préface de la première partie du tome 2, Léon écrit : « Que dire de toutes les difficultés auxquelles je me suis heurté comme philosophe, comme traducteur, comme rédacteur, parfois presque comme typographe, et de la patience qu’il a mise à toujours éclairer mes doutes, lever mes scrupules. Qu’il veuille bien recevoir ici la trop faible expression de mon affectueuse gratitude pour les services répétés que m’ont rendus sa science et son amitié » (op. cit., p. VI).

211 X. Léon, « Fichte et les décrets de 1788 », Rmm, 1910, p. 533-540. X. Léon analysait le revirement de Fichte entre 1791 et 1792 sur la question de la censure. Après avoir approuvé des ordonnances royales de censure, il était devenu un défenseur acharné de la liberté d’expression, ayant constaté l’injustice de ces mesures (dont il avait été lui-même victime avant son maître Kant).

212 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 8 mai 1913, ms. 368.

213 Lettres de X. Léon à É. Halévy des 5, 10 et 15 juillet 1913, ms. 368. Brunschvicg lit par fragments le texte depuis 1910.

214 Lettre à X. Léon du 17 juillet 1913, ms. 387.

215 Lettre à É. Halévy du 20 juillet 1913, ms. 368.

216 Lettre à É. Halévy du 4 octobre 1913, ms. 368.

217 Ibid.

218 Cité par X. Léon dans une lettre à É. Halévy du 12 août 1913, ms. 368.

219 É. Halévy écrit à X. Léon le 21 septembre 1913 : « Sur la valeur de ton livre, tu n’as pas d’inquiétudes à avoir. Brunschvicg m’a exprimé le sentiment d’effroi et de respect que lui avait inspiré cette masse énorme de recherches, et de recherches utiles. Il ne m’avait pas dit ce défaut auquel tu fais allusion : l’absence d’exposition de la doctrine de Fichte. Il me semble pourtant difficile que, au moment où l’ordre chronologique t’amène à la Doctrine de la Science, tu ne puisses mettre là un exposé concentré et suffisant. Mais je n’ose rien dire, n’ayant pas lu » (ms. 387).

220 « Le socialisme de Fichte d’après L’État commercial fermé », Rmm 1914, p. 27-71 et p. 198-221.

221 « Il y a là, notamment sur les idées sociales de Fichte, des pages qui conviendraient à merveille à la Correspondance de l’Union pour la vérité » (Lettre du 27 octobre 1913, ms. 361).

222 X. Léon, « Fichte en 1813 », Correspondance de l’Union pour la vérité, 15 janvier 1914, p. 181-195 (Fichte est mort le 27 janvier 1814).

223 Voir la lettre de X. Léon écrit à É. Halévy du 6 novembre 1913 (ms. 368).

224 À défaut d’avoir été retenue comme titre, l’expression clôt ainsi l’introduction. Le texte fut arrêté en juillet 1914 et publié tel quel en 1922.

225 Lettre à X. Léon du 7 juillet 1914, ms. 360.

226 X. Léon, Fichte et son temps, Paris, Armand colin, 1922, Introduction, p. 3.

227 Ibid., p. 1-2.

228 « Ce moralisme implique non plus, comme dans la Critique de Kant, un simple formalisme moral, mais bien un véritable progrès de la moralité, d’où ce trait caractéristique de la philosophie pratique de Fichte, l’effort pour surmonter le dualisme kantien, pour réhabiliter la nature, pour faire du corps l’instrument de la liberté » (ibid., p. 3)

229 La dualité des principes (formel/réel) « permettait de concevoir l’existence absolue sans recourir à la transcendance. L’Absolu demeure pour Fichte immanent à l’esprit humain dans la mesure où précisément c’est par une sorte de négation et à travers sa forme – la forme de la Raison – qu’il se manifeste à nous. Or Fichte n’a jamais admis que l’esprit humain pût atteindre d’emblée et directement l’Absolu en soi – et jamais il n’a entendu déduire le relatif de l’Absolu […]. Le dualisme constitue ainsi le point de vue du Réel, tandis que le monisme demeure pour le philosophe le point de vue de l’Idéal. L’absolu, inaccessible au savoir de la réflexion, reste, dans son unité pure, l’Idée qui est à la fois la règle et le but infini de tout notre savoir. Et cela encore était conforme à l’esprit de la Critique. » (ibid., p. 4-5). X. Léon souligne l’effort avoué de Fichte « pour contraindre en quelque sorte l’Absolu à entrer dans les cadres du relativisme critique. […] en présence du succès d’une philosophie rivale qui restaurait l’Absolu, l’Être transcendant du Dogmatisme, en présence des aspirations d’un public assoiffé de “Réalisme”, il lui fallait faire sa part au Réel, à l’Être, sans compromettre l’immanence de la Critique, et ce à l’heure même où tous ses efforts tendaient à défendre l’Idéalisme transcendantal de Kant et le sien contre ceux qu’il accusait de l’avoir trahi » (ibid., p. 5-6).

230 Ibid., p 12.

231 X. Léon écrivait à propos du premier tome, L’Angleterre en 1815 : « l’art avec lequel tu organises le détail des faits – et quels détails – pour en faire jaillir perpétuellement l’explication, l’idée est merveilleuse et rien n’est plus philosophique que cette subsomption – comme disent mes auteurs – du particulier sous le général. Encore je n’ai pas voulu regarder ta conclusion pour voir si je saisissais ton intention et je crois l’avoir saisie : c’est de montrer comment la liberté s’organise progressivement et sort de l’anarchie et de la lutte en apparence incohérente des partis et des groupes. Ton livre pourrait s’appeler Le peuple anglais ou l’enseignement de la liberté. Est-ce cela ? Et voici que mon Fichte sera par ailleurs et dans un autre domaine aussi un enseignement de la liberté ; nous fraternisons une fois de plus » (Lettre du 9 août 1912, ms. 368). Les deux amis s’étaient ainsi fait historiens de « l’affirmation de la Liberté en Europe ».

232 Dans la discussion avec É. Halévy, X. Léon confrontait Fichte et Jaurès sur les questions militaires et sur la question de la légitimité de la guerre mais la correspondance n’est pas suffisamment précise pour reconstituer le débat entre les deux amis. X. Léon était lecteur de Jaurès comme en témoignent ses références à l’Histoire socialiste. Ici, la pensée de Fichte est confrontée aux thèses de l’Armée nouvelle.

233 Xavier Léon était partisan de la loi des trois ans.

234 X. Léon cite les mots de Fichte au lendemain de l’appel au peuple lancé par le roi de Prusse et de la proclamation de la guerre pour l’indépendance : « si nous ne gardions pas sous les yeux ce que l’Allemagne doit devenir, on n’attacherait pas grande importance à ce que celui qui gouvernât une partie de l’Allemagne fût un maréchal français, comme Bernadotte, qui, au moins, autrefois, a vu flotter devant son esprit les images enthousiasmantes de la liberté, plutôt qu’un noble allemand, bouffid’orgueil, sans mœurs, d’une brutalité et d’une arrogance éhontées » (Fichte et son temps, op. cit. p. 24).

235 Lettre du 27 juillet 1914, CH. p. 451. On ne trouve pas de trace de cette mention de Jaurès dans l’édition de 1922.

236 X. Léon, Correspondance de l’Union pour la vérité, 15 janvier 1914, p. 193.

237 Lettre de Laskine à X. Léon de 1915, s.p.d., ms. 362.

238 Sur ce point, voir M. Guéroult, « Fichte et Xavier Léon », Rmm 1946, p. 170-207.

239 Sur la revue pendant la guerre, voir Y. Dagan, « Justifier philosophiquement notre cause. La Revue de métaphysique et de morale 1914-1918, Mil neuf cent, no 23, 2005, p. 49-74 ».

240 Halévy, peu convaincu par l’interprétation de X. Léon, écrivait le 27 juin 1915 : « Fichte (soit dit sans t’offenser) est responsable, lui aussi, pour une bonne part, du nationalisme allemand. C’est une tête chaude et cheval difficile. Mais il croyait à l’Urvolk. Il appartient à la race de Luther, non d’Érasme. On verra. Puisses-tu lire l’article d’Andler ! » (CH, p. 485).

241 Aux lendemains de la guerre, X. Léon participa, pour remédier à cette crise, à l’organisation des éditions universitaires qui devait donner naissance aux Presses universitaires de France.

242 Cet « appel au monde civilisé », lancé en 1914, justifiait la guerre menée par l’Allemagne comme une guerre de défense de la civilisation, en appelant à l’héritage « d’un Goethe, d’un Beethoven, d’un Kant », fut signé par quelques philosophes de renom que X. Léon avait rencontrés lors de Congrès ou qui avaient collaboré à la Rmm : Eucken, Riehl, Windelband et Wundt.

243 X. Léon, Fichte et son temps, op. cit., avant-propos, p. XI-XIII.

244 Lettre s.p.d. et non signée (sans doute un brouillon), ms. 387.

245 15 janvier 1913, ms. 368.

246 19 octobre 1912, ms. 368.

247 Si les liens d’amitié avec Halévy ont survécu à la crise de la Grande Guerre, il n’en fut rien du côté Léon.

248 Ainsi, le 17 janvier 1938 : « Il se trouvait entre ses deux camarades Élie et Brunschvicg tout à fait sans talent et il voulait être quelqu’un. Il ne comprit jamais un seul mot de Fichte (sur lequel il a écrit un livre) [...]. À force de citer, il avait l’air de comprendre. […] Il avait toujours une qualité, il était fidèle aux amis. Si je l’avais suivi, il m’aurait bien aisément élevé à l’Institut. […] Le rêve de Xavier Léon était celui des administrations. Qu’on eût besoin de lui, il était content. Mais aussi j’étais content de n’avoir besoin de personne » (A. Sernin, op. cit., p. 376) ; le 26 août 1938 : « Xavier Léon, monstre d’envie et de méchanceté… » (ibid., p. 382) ; le 23 juillet 1940 : « Je me fatigue de lire les pamphlets quotidiens qu’on nous donne pour journaux. Ils ne savent que faire leurs philippiques contre les fuyards, les banquiers, les parlementaires, les juifs… Pour moi, je voudrais dire à Florence Halévy deux choses. La première est que je suis content qu’Élie soit mort, car il aurait bien souffert. La seconde est que je voudrais que Xavier Léon soit vivant pour le voir crever de rage. C’est la seule vengeance qu’on puisse tire d’un Important » (Ibid., p. 419).

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540