Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les philosophes en République

 | 
Stéphan Soulié

Première partie. « Donner un organe à la philosophie française » : la rapide conquête d’une légitimité académique

Chapitre 2. De la « revue de jeunes » à la revue institution

Texte intégral

1La mutation de la publication a été rapide ainsi que l’a souligné justement Christophe Prochasson :

  • 1 C. Prochasson, « Philosopher au XXe siècle », op. cit., p. 110.

« Née à la façon d’un périodique littéraire, la revue de Xavier Léon se transforma, dès ses premières années en un organe académique, très bien implanté dans le milieu universitaire et disposant de relations utiles dans les hautes sphères administratives1. »

  • 2 Ibid., p. 112.
  • 3 La vitalité du média revue a fait l’objet d’un colloque en 2000 : J. Pluet-Despatin, M. Leymarie e (...)
  • 4 Daniel Halévy avait lancé avec ses condisciples, Marcel Proust, Fernand Gregh, Robert Dreyfus, plu (...)

2En réalité, on l’a vu, cette transformation avait largement débuté avant même la parution du premier numéro. Les fondateurs de la publication ont certes importé dans un champ dominé par des universitaires des « pratiques inspirées par les milieux littéraires et artistiques2 ». Plus généralement, la naissance de la Rmm s’inscrit dans un contexte culturel marqué par la création de nombreuses revues dans la décennie 1890-19003. Plusieurs revues littéraires importantes, dont certaines animées par des « jeunes », avaient été lancées les années précédentes : le Mercure de France en 1889, la Revue Blanche en 1891. D’autres expériences éphémères soulignent l’attrait exercé par ce médium culturel sur la jeunesse, notamment sur celle du lycée Condorcet4. Ces revues d’amis liés depuis le lycée, lancées par des « jeunes » bourgeois ambitieux mais sans titre, nées « petites » et très parisiennes, n’avaient pas d’objectif économique de rentabilité.

  • 5 J-L. Fabiani, Les philosophes de la République, op. cit., p. 36.
  • 6 J. Julliard, « Le monde des revues au début du siècle. Introduction », Cahiers Georges Sorel, no 5 (...)
  • 7 J. Pluet-Despatin, « les revues et la professionnalisation des sciences humaines », dans J. Pluet- (...)

3La comparaison s’arrête pourtant là avec la Rmm. Dès son lancement, l’horizon institutionnel du projet est lisible. En devenant rapidement un élément de « structuration du champ universitaire5 », elle ne faisait qu’accomplir une de ses vocations initiales : offrir un outil de communication et de confrontation des idées philosophiques au sein d’une communauté professionnelle de contributeurs-lecteurs en voie de constitution. Il faut donc la ranger parmi les revues spécialisées sur le modèle des revues scientifiques6. Le projet s’inscrit dans un moment d’organisation du savoir en disciplines scientifiques dont le développement des revues spécialisées est un des ressorts essentiels7. Cette interprétation fonctionnaliste ne suffit cependant pas à rendre compte de l’identité de la publication. L’histoire de ses débuts est celle d’une tension entre la volonté de donner au discours une cohérence conforme aux promesses coulées dans le bronze des amitiés juvéniles et une politique d’ouverture éditoriale conforme à la volonté « d’organiser » la philosophie. La Rmm fut dès le départ à la recherche d’un équilibre entre bonne volonté militante – rationaliste et idéaliste critique – et bonne volonté institutionnelle.

La posture initiale de la publication : entre « unité d’esprit » et ambition institutionnelle

  • 8 « Introduction », Rmm, 1893, p. 4.

4L’anonymat du texte introductif soulignait la dimension collective de l’entreprise et la modestie des fondateurs, présentés comme de « fervents amis de la philosophie » qui « ne sont pas » qui « ne seront peut-être jamais des philosophes…8 ». L’Introduction définit de façon méticuleuse la position que la publication entend occuper dans le champ philosophique. Elle trace les grandes lignes d’un programme que Xavier Léon parviendra dans une large mesure à remplir mais laisse entrevoir quelques zones d’incertitudes sur la ou les vocations de la Rmm, rendant possibles les tensions entre les finalités parfois divergentes de l’entreprise éditoriale.

  • 9 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 3 décembre 1892, P. Simon-Nahum, « Correspondance… », op. cit., p (...)
  • 10 Darlu avait peut-être accueilli au départ avec scepticisme le projet : « Je me rappelle que si j’a (...)
  • 11 En vue du second numéro, X. Léon songe à « arracher à Darlu quelque chose » mais se demande si son (...)
  • 12 Lettre de É. Halévy à X. Léon du 21 octobre 1892, CH, p. 76.
  • 13 Lettre de X. Léon à É. Halévy, 1892, s. p. d., P. Simon-Nahum, op. cit., p. 40.

5À l’automne 1892, Xavier Léon recueille les conseils d’Élie Halévy en vue d’une « préface » qu’il s’apprête à rédiger. Mais, au début du mois de décembre, apprenant que Darlu s’est lancé dans l’élaboration d’un texte liminaire, il renonce à s’acquitter lui-même de cette tâche9. L’anonymat soigneusement préservé souligne qu’il ne s’agit pas d’un parrainage symbolique10. Darlu ne faisait peut-être pas partie des signatures susceptibles de conférer à la publication une autorité immédiate11 mais il était sans doute le plus à même de formuler avec clarté et mesure le sens du projet collectif porté par ses anciens élèves : les principaux points de l’introduction de Darlu avaient d’ailleurs été énumérés par Halévy dès le mois d’octobre12. Xavier Léon ne pouvait que se réjouir de l’engagement à ses côtés de « [son] brave Darlu qui [veillait] avec énergie au salut de la Revue13. »

Prendre position dans le champ des revues philosophiques

  • 14 Introduction, p. 1.
  • 15 La Philosophie positive, fondée par Littré fut publiée entre 1867 et 1883.
  • 16 J. Pluet-Despatin, « Les revues et la professionnalisation des sciences humaines », op. cit., p. 3 (...)

6L’Introduction postule l’existence d’un « public philosophique » et s’adresse donc d’emblée à un lectorat éclairé. Les modèles de références sont deux revues qui « depuis vingt ans ont servi d’organes à la pensée philosophique en France14 » : la Revue philosophique de la France et de l’étranger dirigée par Théodule Ribot depuis 1876, et la Critique philosophique de Renouvier qui a cessé de paraître depuis 1889. La Rmm entend prendre position, à l’image de ces publications, comme représentant légitime de la production philosophique nationale. Elle est en même temps soucieuse de se distinguer de ses devancières. Par contre, la défunte revue d’inspiration positiviste15, naguère animée par Littré, n’est pas même mentionnée. Sur le plan des pratiques éditoriales, le référent permanent ne pouvait être que la Revue philosophique qui fut historiquement la première publication philosophique spécialisée offrant un débouché à des auteurs – universitaires ou non – qui n’étaient guère publiés auparavant que dans les pages des revues politico-littéraires16.

La Revue philosophique de la France et de l’étranger : entre concurrence et différence

  • 17 D. Merllié, « Les rapports entre la Revue de métaphysique et la Revue philosophique… », op. cit.
  • 18 La naissance de la Revue philosophique est strictement contemporaine de celle de la Revue Historiq (...)

7Du fait de leur ouverture, les deux publications se trouvaient en concurrence et la plus jeune devait s’affirmer en mettant en scène sa différence17. La Revue philosophique est née, à l’instar de la Revue Historique de Gabriel Monod18, comme organe au service de la recherche scientifique, en s’opposant à une conception littéraire, rhétorique, de la discipline. Le court texte qui ouvrait le premier numéro présentait la revue comme un instrument d’organisation des pratiques philosophiques. Or, la Rmm et la Société française de philosophie s’inscriront très largement dans ce sillon.

  • 19 Voir J. Thirard, « La fondation de la Revue philosophique », Revue philosophique, 1976, p. 409-411
  • 20 « … peut-être qu’un contact réciproque [entre les diverses écoles] aurait pour résultat de dissipe (...)
  • 21 En philosophie, « rien n’est plus commun que l’ignorance de ce qui se fait autour de nous. De là c (...)

8Dans le contexte des années 1870 et de l’ordre moral finissant, Ribot entendait ouvrir un lieu de recherche favorisant l’innovation face à la pesanteur d’une « philosophie officielle » encore largement dominée par le spiritualisme éclectique. Il s’agissait de lutter contre le monopole exercé dans l’Université par la psychologie post-cousinienne héritée de Jouffroy19. Mais le texte peut être lu comme une tentative de délimiter les frontières de la philosophie comme discipline et pas seulement comme l’ouverture d’un lieu de légitimation de la psychologie scientifique opposée à la psychologie « littéraire ». Ribot posait en effet un certain nombre de conditions devant régir la publication des articles. La première exigence était d’apporter de la nouveauté, donc d’exclure les variations rhétoriques autour de thèmes trop étudiés. La production de travaux originaux est implicitement avancée comme un des critères de définition de la philosophie comme discipline de recherche. La deuxième exigence était d’assurer la régulation de la controverse philosophique en se distinguant des polémiques dont l’horizon était moins la recherche d’un accord fondé en raison que la disqualification systématique de la position adverse, polémiques d’autant moins légitimes qu’elles reposaient sur des stratégies rhétoriques qui les rattachaient au discours littéraire. Il fallait établir des règles de communication permettant de clarifier les points de désaccord et d’éliminer les faux problèmes20. La troisième exigence s’articule aux deux premières : il s’agit, en organisant l’interdiscursivité philosophique, de poser les bases d’un travail collectif rompant avec la représentation du philosophe comme penseur solitaire. La quatrième exigence, intrinsèquement liée à la précédente, ne fait qu’affleurer : il s’agit de faire de la philosophie, autant que possible, un savoir cumulatif à l’image des sciences dures21.

  • 22 D. Merllié, op. cit., p. 60.

9L’interprétation doctrinale de ce texte de 1876 a souvent été privilégiée : elle insiste sur le caractère positiviste et empiriste de la présentation, malgré des concessions de façade à la métaphysique. On a parfois présenté, symétriquement, la Rmm comme l’adversaire idéaliste ou spiritualiste du scientisme dont Ribot serait l’incarnation. Cependant, ainsi que le souligne D. Merllié, « cette représentation conflictuelle de deux projets philosophiques opposés peut porter à une image fausse de chacune des deux revues et de leurs rapports en faisant surévaluer à la fois les différences qui séparent et l’homogénéité de chacune22 ». Bien que cultivant leurs spécificités, les deux revues allaient présenter des « centres d’intérêt » et surtout des « auteurs communs ». Certes, la Revue philosophique accueillait davantage de médecins et de tenants de la psychologie expérimentale que la Rmm qui ouvrait, quant à elle ; plus généreusement, ses pages à des mathématiciens ; pourtant, dans l’ensemble, la communauté des contributeurs-lecteurs était la même.

  • 23 T. Ribot, op. cit., p. 1.

10C’est dans le degré d’ouverture de la politique éditoriale que la Rmm va tenter de définir sa différence. En 1876, Ribot souhaitait offrir « un tableau complet du mouvement philosophique » mais affirmait sa distance à l’égard d’un « éclectisme qui n’aurait aucune valeur et qui n’a rien de commun avec l’esprit de la Revue23 » ; le mot était de fait connoté de façon très négative car associé au cousinisme largement disqualifié. Ce n’est donc pas sans quelque « perfidie » (D. Merllié) que Darlu évoque, en 1893, « l’éclectisme hospitalier » de la publication de Ribot. Halévy avait insisté lui-même sur la nécessité de refuser « l’éclectisme absolu » incarné à ses yeux par ce dernier. Les fondateurs cherchent une position médiane entre le modèle de la Revue philosophique et celui de la Critique philosophique :

  • 24 Lettre d’É. Halévy à X. Léon du 21 octobre 1892, CH, p. 76.

« La Revue sera-t-elle ouvertement éclectique dans l’admission des articles ? Impossibilité d’un éclectisme absolu. Exemple de Ribot. La Revue sera-t-elle rigoureusement dogmatique ? Dangers et impossibilité actuelle d’une telle attitude. Exemple de Renouvier24. »

11Une évolution ultérieure dans un sens plus dogmatique n’est donc pas exclue. Cependant, dès sa naissance, la publication apparaissait surtout comme un concurrent de la Revue de Ribot dans l’organisation de la production philosophique. Alors que Xavier Léon avait pris soin de l’informer de la naissance de la Rmm, la réponse de Ribot n’avait que l’apparence de la bienveillance :

  • 25 Cité par R. Ragghianti dans Alain. Apprentissage…, op. cit., p. 12 et par D. Merllié, op. cit., p. (...)

« Je connais depuis longtemps, surtout par votre ami Couturat, le projet de fondation de votre nouvelle Revue et je ne peux qu’applaudir à sa publication. Je crois, comme vous, qu’il y a place en France pour deux périodiques philosophiques ; peut-être même pour un plus grand nombre. Je dois vous avouer qu’après la disparition des revues de Littré et de Renouvier, étant resté seul, cette situation en apparence privilégiée m’a créé plus d’une fois des embarras et des inconvénients. On m’a accusé de publier peu de métaphysique : mais, c’est qu’on ne m’en proposait pas, peut-être parce que l’on supposait à tort que je ne les insérais qu’avec un esprit d’hostilité25. »

12La tonalité était bien différente dans la correspondance entre Ribot et son ami Espinas. La fondation de la Revue de métaphysique était annoncée en ces termes :

  • 26 Ibid., p. 77-78.

« Je crois t’avoir dit que des jeunes gens riches, juifs et très métaphysiciens fondent une Revue de métaphysique et de morale chez Hachette. Le directeur est un nommé Léon qui a été reçu licencié, il y a trois ans. Cette revue sera transcendante, “universitaire et sorbonnarde”26. »

13Après la publication du premier numéro, Ribot écrivait encore, en février 1893 :

  • 27 Ibid.

« As-tu reçu le 1° numéro de la Revue de métaphysique ? Le secrétaire de Rédaction est venu me voir et nous avons longuement parlé de questions professionnelles. Ce sera une Revue fermée, strictement universitaire et sorbonnienne et ravaissonnienne. Je doute que cela recrute beaucoup d’abonnés et que cela nous nuise27. »

  • 28 Ibid., p. 78

14La sur-interprétation de la tonalité spiritualiste et « ravaissonnienne » de la publication s’explique à l’évidence par le choix de Ravaisson pour ouvrir le premier numéro : choix plus éditorial, peut-être, qu’intellectuel. L’accueil public dans les pages de la Revue philosophique fut bref : il se dispensait de tout commentaire, se contentant d’un mot de bienvenue, peut-être ironique, comme le suggère D. Merllié, pour ce « nouveau recueil consacré aux hautes spéculations philosophiques28 ».

La Critique philosophique : modèle respecté mais dépassé

  • 29 Voir M.-C. Blais, Au principe de la République, op. cit.
  • 30 Sur la Critique philosophique, voir Laurent Fedi, « Philosopher et républicaniser : la Critique ph (...)

15Renouvier est l’un des principaux protagonistes du « retour à Kant » qui s’amorce dans la deuxième moitié du XIXe siècle29. Son « néo-criticisme » s’est traduit sur le plan éditorial par le lancement d’un premier périodique en 1868 : l’Année philosophique, titre qui devait être repris, vingt-cinq ans plus tard, sous la forme d’une rubrique, dans la Rmm. La publication fut l’œuvre d’un duo : Renouvier était assisté de son disciple et ami, François Pillon (1830-1914). En 1872, le périodique se transformait, donnant naissance à la Critique philosophique, politique, scientifique et littéraire. Cette revue hebdomadaire parut sans interruption jusqu’en 1885 avant de devenir un mensuel. En 1889, Renouvier et Pillon mettaient fin à l’aventure. Pendant plus de quinze ans, ils avaient écrit l’essentiel des articles, ne s’appuyant que sur un petit nombre de collaborateurs30. Ne survivait, au moment de la fondation de la Rmm, qu’une publication annuelle, l’Année philosophique, dont Pillon était le responsable.

  • 31 M.-C. Blais souligne à juste titre cette filiation (op. cit., p. 400-401).

16Renouvier, dont la pensée s’était épanouie en dehors de l’Université, n’avait pas vocation à fonder une publication scientifique dévouée à l’organisation de la recherche universitaire. Aux yeux de Ribot, comme plus tard à ceux des fondateurs de la Rmm, il s’agissait bien d’une revue de chapelle, au service d’une doctrine. Xavier Léon et ses amis étaient assurément plus proches de Renouvier que le directeur de la Revue philosophique : le rejet des excès de ce que Renouvier appela lui-même le « scientisme », le retour criticiste à Kant, étaient conformes à leur programme. Pour autant, la Rmm qui s’ouvrait sur l’article-titre de Ravaisson, « Métaphysique et morale », ne passait pas pour renouviériste (même si les fondateurs revendiquaient parfois explicitement son héritage dans le clos des correspondances). Surtout, la Critique ne pouvait constituer un modèle éditorial de référence dans l’optique d’une organisation du travail philosophique. Cependant, la volonté de traiter les questions du temps présent, c’est-à-dire d’ouvrir la revue aux questions sociales et politiques, amenait les fondateurs à se confronter à ce modèle31. « L’introduction » de la Rmm ne manquait d’ailleurs pas de rendre hommage à l’œuvre de Renouvier et Pillon :

  • 32 « Introduction », Rmm, 1893, p. 1.

« Quoiqu’on pense de la thèse caractéristique du néo-criticisme, la fondation d’une morale du devoir sur les bases du phénoménisme, on estime que l’œuvre de M. Renouvier paraîtra, à mesure que se formera le jugement de la postérité, de plus en plus considérable. Et dans le passé, la Critique, fondée au lendemain de l’“année terrible”, a puissamment contribué à ranimer et à fortifier l’esprit public. Mais enfin, cette Revue destinée à la propagation d’une doctrine a dû, cette doctrine exposée et fixée, se consacrer à des applications morales et politiques importantes, sans doute, mais naturellement assez éloignées des principes32. »

  • 33 M.-C. Blais, op. cit., p. 29.
  • 34 Ibid., p. 26.
  • 35 L. Fedi, « Philosopher et républicaniser… », op. cit., p. 80-82.

17La Rmm entendait quant à elle privilégier les principes : son domaine propre n’était pas celui des applications concrètes alors que la Critique philosophique avait pour vocation de rationaliser les choix politiques. Marie-Claude Blais souligne l’effort de Renouvier pour « montrer que la philosophie kantienne, loin de son image de philosophie irréelle, voire sceptique, est une philosophie “pratique”, la seule philosophie possible de la République33 ». Il s’agissait de « raisonner la République34 ». En 1893, malgré l’échec relatif de la Critique sur ce terrain35, l’espoir d’agir sur « l’esprit public » n’a pourtant pas disparu : la Rmm ne renoncera pas à propager « la lumière de la raison » au-delà des limites étroites du public universitaire.

Défendre les prérogatives de la « philosophie proprement dite »36

  • 36 « Introduction », Rmm, 1893, p. 2.

18L’objet premier du manifeste introducteur de la Rmm était de délimiter les frontières de la philosophie et de défendre ses prérogatives en tant que discipline autonome :

  • 37 Ibid.

« Ce qu’on veut remarquer seulement en circonscrivant d’une manière générale le domaine de la philosophie, c’est qu’il est distinct de tout autre, et que dans ce domaine la philosophie se suffit à elle-même37. »

19Les préoccupations des fondateurs s’inscrivent dans le contexte de la parcellisation du savoir et de l’autonomisation des disciplines scientifiques dans le domaine des sciences humaines. La question de la définition du champ philosophique est donc d’emblée articulée à la question du rapport aux sciences. La construction de champs disciplinaires nouveaux représentait une menace de réduction, voire de dissolution de la philosophie dans les savoirs spécialisés. Halévy suggère ainsi à Léon, au moment où celui-ci s’attelle à la préface, de porter l’attaque contre « l’esprit de spécialité » :

  • 38 Lettre de É. Halévy à X. Léon du 21 octobre 1892, CH, p. 76.

« Déclare tout de suite, par exemple, que tu en veux à l’esprit de spécialité (métaphysique réduite à la psychologie physiologique ou expérimentale – morale réduite à une sociologie) ; montre qu’il y a un problème scientifique général, qui est le problème philosophique posé par la métaphysique antique : rapport de l’abstrait et du concret, du logique et du réel, – et un problème moral général posé par la philosophie moderne, et qui enveloppe en quelque sorte le problème métaphysique : rapport du sujet à l’objet, problème de savoir à quelles conditions le sujet, dans un monde objectif, peut réaliser sa liberté38. »

20Le projet de revue peut être interprété comme une réaction de défense de la philosophie contre la menace de l’impérialisme scientifique (celui des sciences humaines en voie de spécialisation). Dans l’Introduction, Darlu écrivait ainsi :

  • 39 « Introduction », Rmm, 1893, p. 2.

« […] on voudrait, laissant de côté les sciences spéciales plus ou moins voisines de la philosophie, ramener l’attention aux théories générales de la pensée et de l’action dont elle s’est détournée depuis un certain temps et qui cependant ont toujours été, sous le nom décrié aujourd’hui de métaphysique, la seule source des croyances rationnelles39. »

21Le terme « métaphysique » n’ouvre pas la voie, quelle que soit la tendresse de Xavier Léon pour Fichte, à un idéalisme post-kantien à la française. La « métaphysique » de la Rmm hésite certes parfois… mais ne franchira pas le seuil d’un dogmatisme de l’absolu. Le mot-titre renvoie donc davantage à l’exigence d’une remontée rationnelle et réflexive du réel vers la région des principes. C’est le mot d’ordre d’un rationalisme régulateur que l’on peut inscrire dans un cadre néo-kantien, soucieux de réfléchir sur les conditions de possibilité et les limites de la connaissance et de l’action. Ce retour à Kant non explicité dans l’Introduction est moins un retour au kantisme comme doctrine qu’au kantisme comme représentation de ce que philosopher veut dire dans son rapport avec les sciences. Cette représentation repose sur une distinction moderne entre science et philosophie qui était encore étrangère aux représentants de la tradition philosophique que les animateurs de la publication entendent ressusciter : de Platon à Leibniz en passant par Descartes. En posant l’existence d’un certain nombre de problèmes éternels, de questionnements transhistoriques, ils procèdent, pour une part, à une relecture de la tradition à travers le prisme des questionnements kantiens. Cette tonalité néo-kantienne affleure dans ces lignes où Darlu souligne la pérennité des problèmes constitutifs des objets propres à la philosophie :

  • 40 Ibid.

« Sans trop presser l’idée de la philosophie, on peut dire, en effet, qu’elle a toujours tenté, qu’elle se propose encore de remonter aux principes du savoir, puis de déterminer les conditions générales de l’existence, sinon de l’existence absolue, tout au moins de la réalité qui nous est accessible ; enfin de chercher soit dans la nature de la pensée, soit dans la nature de l’être, les principes de l’action : théorie de la connaissance, théorie de l’existence, théorie de l’action, tel est son domaine40. »

  • 41 P. Wagner (dir.), Les philosophes et la science, Gallimard, Folio essais, 2002, p. 37.

22Ainsi que le souligne Pierre Wagner, « pour les philosophes néo-kantiens, poser le problème d’une théorie de la connaissance est un moyen de rester au plus près des sciences tout en reconnaissant la spécificité et la dignité de la réflexion philosophique41 ».

  • 42 « Introduction », Rmm, 1893, p. 3.
  • 43 Ibid., p. 3.
  • 44 « Présentation », Revue philosophique, 1876, p. 4.
  • 45 « Introduction », Rmm, 1893, p. 3.

23Darlu procède en réalité à une définition de la philosophie par exclusion : la philosophie affirme son indépendance à l’égard de la science, de la religion, de l’histoire et du « sens commun42 ». Tout d’abord, la philosophie, en position d’éminence, donne sens à l’évolution des conceptions scientifiques en développant une théorie de la connaissance. Mais elle doit également réaliser un retour réflexif sur elle-même à partir des résultats capitalisés par les sciences « afin d’y chercher les linéaments d’une cosmologie ou d’une psychologie concrètes qui confirment ou renouvellent ses conceptions originales ». L’introduction avoue la « prédilection de sœur aînée » de la philosophie pour les « sciences mathématiques43 » et exclut les recherches fondées sur l’expérience : alors qu’en 1876 Ribot demandait « des faits et des documents44 », la Rmm « n’apportera pas des faits mais des idées45 ». L’opposition entre « l’idée » et le « fait » allait demeurer un topos du discours rationaliste et idéaliste de la Rmm. En réponse à Ribot qui écrivait qu’il ne suffisait pas de se renfermer en soi-même, c’est la légitimité du retrait de la pensée à l’intérieur d’elle-même, dans le monde des idées, qui est affirmée, dans la fidélité à Platon.

  • 46 Ibid., p. 3.

24Darlu prend soin de lever une seconde équivoque. Certes, la philosophie, en tant que « science des choses éternelles », « n’est pas irréligieuse ; elle est plutôt essentiellement religieuse » mais elle « ne se perd ni ne s’achève dans une religion positive ; elle n’est le vestibule d’aucune Église46 » : la Rmm ne pouvait donc être l’organe d’une réaction spiritualiste catholique.

  • 47 Ibid.
  • 48 Ibid., p. 5.

25La Rmm n’a pas non plus été fondée pour accueillir des travaux d’histoire de la philosophie et d’érudition mais pour recueillir des idées vivantes. Enfin, l’effort de distinction par rapport au sens commun souligne le souci de définir un savoir-dire propre à la philosophie : « elle prétend parler sa langue toute formée d’abstractions soigneusement définies47 ». L’introduction annonce ici l’entreprise lexicographique du Vocabulaire critique et technique de la philosophie menée à bien dans le cadre de la Société française de philosophie. La philosophie a sa langue qui n’est ni celle du sens commun, ni celle des lettrés : elle n’est pas rhétorique mais technique. Mais la philosophie, contrairement à certaines disciplines scientifiques ne saurait être une discipline de laboratoire strictement universitaire « enfermée dans les chaires de l’État48 ».

  • 49 Ibid, p. 4.

26Le double rejet du positivisme et de l’éclectisme cousinien peut être lu comme une défense des prérogatives de la philosophie. La philosophie éclectique de Victor Cousin, établie en philosophie officielle, avait vidé la discipline de son sens, lui ôtant « son crédit et son influence en France49 ». Le mot-titre « métaphysique » est, d’autre part, une provocation claire à l’intention des disciples de Comte. Oser le mot, c’est invalider d’emblée la loi des trois états :

  • 50 Ibid., p. 3-4.

« C’est une erreur palpable d’imaginer qu’Auguste Comte ou tel autre penseur a fermé l’ère des systèmes, et que les conditions générales de la pensée ont changé tout à tout depuis cinquante ans50. »

27Contestant « la sentence édictée par Kant et par Auguste Comte », l’article de Ravaisson ouvrait d’ailleurs l’aventure de la Rmm par un rejet des positions positivistes et criticistes qui frappaient d’interdit les spéculations métaphysiques :

« Aujourd’hui l’on voit des intelligences de plus en plus nombreuses aspirer à franchir les bornes où le Criticisme et le Positivisme avaient prétendu nous renfermer. »

28Plus loin, Ravaisson écrit encore :

  • 51 Félix Ravaisson, « Métaphysique et morale », Rmm, 1893, p. 6-7 et p. 25.

« En tout, d’abord le parfait, l’absolu, le Bon, qui ne doit son être qu’à lui-même ; ensuite ce qui est résulté de sa généreuse condescendance, et qui, par la vertu qu’il y a déposée, remonte de degré en degré jusqu’à lui51. »

  • 52 Sur le cas Brunschvig, voir L. Fedi, « L’esprit en marche contre les codes : philosophie des scien (...)
  • 53 « Introduction », Rmm, 1893, p. 5.

29La publication de l’article en tête du premier numéro de la Rmm ne doit pas être surinterprétée et si, par des voies différentes, les fondateurs de la publication allaient se proposer de dépasser le kantisme, il ne s’agissait pas de rompre avec la critique52. Du point de vue doctrinal, la Rmm se plaçait sous la seule bannière de la raison, en « organe de la pensée libre où il n’est besoin que d’un seul titre pour y trouver accès : se réclamer de la raison53 ».

  • 54 Ibid, p. 4.
  • 55 Ibid., p. 5.

30L’introduction fait référence de façon allusive mais dramatisée à une crise de l’enseignement philosophique universitaire et au danger de sa disparition. Les fondateurs de la Rmm « voudraient que la vertu de cet enseignement fût connue de tout le monde, afin qu’on hésitât un peu plus à en priver les générations qui vont suivre54. » Il faut pour cela susciter la contribution des « maîtres éminents, connus du trop petit nombre55 » dont l’œuvre se déploie au fil des cours dispensés sans trouver de débouché éditorial. Cette « réclame » philosophique prend des accents patriotiques et s’inscrit lointainement dans le sillon de l’appel renanien à une « réforme intellectuelle et morale de la France » après la défaite de 1870 :

  • 56 Ibid., p. 4-5.

« Comme ils [les fondateurs] entendaient toujours vanter l’incessante production de la pensée allemande, la saveur de l’esprit anglais et l’originalité des philosophes d’Amérique, ils se sont pris à désirer que la pensée philosophique en France fût mise en demeure de se développer publiquement, espérant qu’il apparaîtrait alors qu’elle ne cède en vigueur à aucune autre. […] Servir la cause de la raison, la servir pour le plus grand bien et pour l’honneur de leur pays, telle est l’idée qui a enhardi de jeunes hommes…56 ».

  • 57 P. Simon-Nahum formule l’hypothèse selon laquelle la Rmm a été un lieu intellectuel privilégié de (...)
  • 58 Frédéric Worms, « Au-delà de l’histoire et du caractère : l’idée de philosophie française, la Prem (...)

31Rapportée aux fondateurs de la Revue, de jeunes « Juifs » – tels que les identifiait Ribot lui-même –, la dernière phrase prend une résonance particulière. En affirmant cet attachement à la philosophie française, les fondateurs manifestent peut-être ainsi la réalité de leur assimilation57. La référence au national dans le cadre philosophique est une constante du discours jusqu’à la Première Guerre mondiale qui allait radicaliser la représentation de l’altérité philosophique allemande58.

32Les ambitions élargies affirmées dans l’Introduction brouillent l’image de recueil universitaire spécialisé et rapprochent la Rmm des revues politiques et littéraires en définissant une mission de la philosophie qui l’inscrirait au cœur de la cité. La philosophie laïque doit « reprendre son empire » sur les consciences, exercer un rôle directeur dans la société face aux tentations du retour au mysticisme ou de l’enfermement dans un travail de recherche sans horizon social. Cette dimension du projet de revue – totalement absente de la présentation de la Revue philosophique en 1876 – rapproche à l’évidence la publication du modèle de la Critique philosophique. La philosophie doit « éclairer » l’action politique et sociale, y faire entrer toujours davantage de raison. Qu’elle se nourrisse de références platoniciennes ou renouviéristes, cette exigence a pour terreau la représentation fin de siècle d’une société menacée par l’anomie, l’action de forces centrifuges menaçant l’unité du corps social :

  • 59 « Introduction », op. cit., p. 4.

« Les conditions mêmes de l’équilibre intellectuel et moral manquant, les esprits se séparent et se dispersent. Les uns, désespérant de la pensée, retournent aux autels familiers, ou remontent le cours de la tradition et se réfugient – en songe – dans un christianisme très doux et très triste. Quelques-uns rêvent de révélations inouïes ; d’autres s’enfoncent dans des études spéciales, se bornant à poursuivre machinalement la tâche commencée. Et cependant le sol de la société paraît près de se soulever sous l’action de forces aveugles et terribles59. »

  • 60 Sur les représentations de la foule voir le beau livre de Susanna Barrows : Miroirs déformants, Ré (...)
  • 61 La morale des « idées-forces » d’Alfred Fouillée était une première formulation de cette préoccupa (...)

33La mission de la philosophie se trouve ainsi dramatisée dans le contexte de la modernité industrielle et démocratique, de cet « âge des foules » qui obsède les esprits distingués au-delà des limites de la communauté des philosophes60. La question de l’efficacité sociale de l’idée philosophique, de ses vertus dynamogènes, omniprésente dans le discours fin de siècle, est déjà inscrite dans le texte de Darlu61. Comment philosopher à « l’âge des foules » ? Darlu ne dissimule pas les limites de l’entreprise :

  • 62 « Introduction », Rmm, p. 4.

« […] la lumière de la raison est aussi faible, aussi vacillante que jamais. Il est probablement impossible qu’elle éclaire le travail de la foule humaine ; mais que du moins ceux en qui elle brûle silencieusement – comme la lampe des soirs laborieux – se rapprochent ; qu’ensemble ils en avivent la flamme ; qu’ils essaient de la faire briller sur des hauteurs visibles à tous les regards qui voudront s’y diriger62. »

  • 63 Ces thèmes sont analysés dans le second volume de ma thèse.

34L’instrument privilégié de l’entrée dans « l’arène », de l’engagement sur le terrain de « l’opinion », allait être forgé deux ans plus tard, lorsque la rédaction ouvrit la rubrique « Questions pratiques » au sous-titre significatif : « réflexions d’un philosophe sur les questions du jour ». Les articles de cette rubrique, lus bien au-delà du petit cercle des techniciens de la philosophie, formeront le recueil d’une philosophie républicaine et laïque soucieuse des questions sociales, prudemment réformiste, et inquiète devant les menaces d’une désagrégation de l’unité morale de la Nation qui justifient l’engagement de la philosophie dans l’œuvre d’éducation morale du corps social, de moralisation des mœurs63.

L’édition des œuvres de Descartes : commémoration de la tradition et institutionnalisation de la Revue

  • 64 Descartes occupe le premier rang dans le panthéon de la pensée française. La figure du philosophe (...)
  • 65 L’édition Adam-Tannnery fait toujours référence aujourd’hui (voir la réédition en 1996 chez Vrin).

35Le projet d’édition des œuvres de Descartes, lancé en 1894, fut une étape importante dans l’institutionnalisation de la publication. Il présentait une visée double, à la fois patrimoniale64 et technique. L’entreprise était conçue comme un monument à Descartes à l’approche de la commémoration du tricentenaire de sa naissance mais il s’agissait également de forger un outil de référence au service des études cartésiennes. Elle donna naissance à la célèbre édition Adam-Tannery qui parut en 10 volumes entre 1897 et 191065. L’entreprise accéléra la reconnaissance, par l’Université et le Ministère, de la Rmm et de son directeur comme interlocuteurs de premier plan.

Une initiative de la Revue de métaphysique et de morale

36Le projet d’édition des œuvres complètes de Descartes est contemporain de la naissance de la Rmm. Dès l’été 1893, Élie Halévy incitait Xavier Léon à prendre contact en ce sens avec Louis Liard, directeur de l’enseignement supérieur depuis 1884, et avec le directeur de la Revue philosophique :

  • 66 Lettre du 19 (ou 26) août 1893, CH, p. 140.

« En dehors de la Revue, je vois deux œuvres auxquelles nous pouvons nous atteler : – la grande édition de Descartes, qui doit être faite ; il faudrait que tu allâs [sic] en causer, dès le mois d’octobre, avec Liard et avec Ribot –, le Dictionnaire Philosophique […]66. »

37Halévy, souvent initiateur dans les coulisses de la Rmm, annonce ici deux des grands projets collectifs qui seront concrétisés quelques années plus tard. Le projet Descartes fut lancé à la fin de l’année 1893. Xavier Léon prenait contact avec la haute administration de l’Instruction publique qui comptait dans ses rangs de nombreux philosophes de formation : Ferdinand Buisson, directeur de l’enseignement primaire, Élie Rabier, directeur de l’enseignement secondaire qui avait soutenu la jeune publication dès sa fondation et, bien sûr, Liard. Ce dernier avait publié un Descartes en 1882, résultat de ses travaux à la faculté de Bordeaux entre 1874 et 1880. Il avait lui-même songé à réaliser une nouvelle édition des œuvres du philosophe et s’en était entretenu, à l’époque, avec Paul Tannery, avant de renoncer, accaparé par sa fonction de directeur de l’enseignement supérieur. Fort de l’accueil bienveillant de cette autorité intellectuelle et administrative, Xavier Léon prenait en main la promotion et la coordination de l’entreprise. L’édition scientifique fut confiée à Charles Adam et Paul Tannery. Le premier, professeur de philosophie, doyen de la faculté des lettres de Dijon, historien de la philosophie de la deuxième moitié du XVIIe siècle, se voyait confier la partie philosophique de l’édition. Durant l’année 1894, il fut envoyé par le ministère en mission officielle en Hollande et à la bibliothèque d’Hanovre pour écumer les fonds d’archives à la recherche de fragments de correspondance de Descartes. La partie scientifique de l’œuvre fut confiée à Tannery, chargé de cours au Collège de France, qui avait participé à la nouvelle édition des Œuvres de Fermat et avait mené, à cette occasion, des recherches sur la correspondance de Descartes et celle du père Mersenne.

  • 67 É. Boutroux, « De l’opportunité d’une édition nouvelle des œuvres de Descartes », Rmm, 1894, p. 24 (...)

38La Rmm lançait une vaste souscription pour assurer le financement et la légitimation savante de l’entreprise. Au début de l’année 1894, Xavier Léon obtenait l’adhésion d’illustres aînés : Boutroux acceptait de figurer dans le comité de patronage et de préciser dans la Rmm l’esprit du projet67 ; Lachelier accueillit avec bienveillance une idée qui servait la philosophie en général et le rayonnement de la pensée française en particulier :

  • 68 Lettre à X. Léon du 23 avril 1894, ms. 362.

« J’ai à peine besoin de vous dire que j’accepte avec plaisir l’honneur que vous voulez bien me faire, vos amis et vous, en m’associant à l’hommage que vous vous disposez à rendre à Descartes. […] ce que je ne savais pas c’est que l’initiative venait de la Revue de métaphysique. Vous ne pouviez faire œuvre plus philosophique et plus patriotique à la fois68. »

39Renouvier, bien que saluant l’initiative de la Revue et y associant son nom, ne témoigna pas la même chaleur. De sa retraite provençale, le vieux philosophe faisait part de ses réserves, ne cachant pas son scepticisme à l’égard de telles entreprises collectives :

  • 69 Lettre à X. Léon du 3 mai 1894, ms. 365.

« Je vous remercie de grand cœur d’avoir pensé à moi comme à l’un de ceux qui doivent être les plus sympathiques à une entreprise destinée à honorer le génie de Descartes. Je mettrai mon nom avec empressement à l’édition projetée. Mais je vous supplie de ne pas me demander davantage. Que mon âge très avancé me serve d’excuse s’il en faut une. Mais je vous dirai bien sincèrement aussi que je n’aimerais pas prendre le plus léger semblant de responsabilité dans la mise en train d’une œuvre difficile pour laquelle je crains que de bonnes conditions ne se trouvent pas réunies. Je ne la comprendrais que comme une œuvre individuelle. L’unité de vue, de zèle, le travail sérieux, les recherches – car il en faudrait, et du temps à dépenser sans compter – ne peuvent s’attendre de la part d’un comité avec des collaborateurs. Ce que je voudrais pour Descartes ce sont des descartistes, comme il y a des moliéristes, qui nous instruiraient de ses campagnes, de ses séjours à l’étranger et à Paris, de ses sentiments intimes, si possible, que Baillet indique et fait regretter. Pour ce qui est de ses ouvrages, les éditions originales se trouvent encore sans trop de peine, excepté le discours de la méthode ? Elles sont correctes et ont un parfum que nulle édition moderne n’aura.
Enfin, si vous me permettez de vous le dire, je n’ai pas confiance dans les jugements qui pourront être portés, vu les idées du jour, dans un commentaire sur la méthode de Descartes et ses pensées maîtresses69. »

40Doit-on voir dans cette opposition entre œuvre individuelle et travail collectif la résistance d’un philosophe solitaire, non-universitaire, à l’organisation et à la professionnalisation de la communauté philosophique et savante ? Le mouvement d’humeur à l’égard des travaux contemporains sur Descartes visait-il les interprétations de philosophes spiritualistes comme Janet ou comme Waddington, continuateur de Cousin ? Visait-il la critique bergsonienne de l’héritage cartésien ? Toujours est-il que le nom de Renouvier ne figura finalement pas sur la liste des membres du comité de patronage arrêtée en 1896.

41Conformément à son programme initial, la Rmm entendait stimuler le dialogue entre philosophes et savants : le mathématicien Henri Poincaré donnait son accord de principe et associait à l’entreprise son cousin Raymond Poincaré. La commémoration du tricentenaire était une occasion privilégiée de favoriser le rapprochement entre philosophie, mathématiques et sciences et de mettre en scène la capacité de la philosophie à assurer l’unité de l’esprit en ce temps de spécialisation des savoirs. La réponse positive du frère de Paul Tannery, Jules – sous-directeur de l’École normale supérieure à l’appel de Xavier Léon –, s’inscrit parfaitement dans cette démarche :

  • 70 Lettre du 23 mai 1894, ms. 366.

« Il va sans dire que je vous suis tout acquis pour ce qui est de l’édition de Descartes : je regrette que mon nom ne vous apporte qu’une autorité médiocre, mais assurément mes sympathies sont très vives. Il est très vrai aussi qu’elles sont acquises pour la Revue, qui s’emploie sur un excellent terrain, et à l’union que vous rêvez entre les philosophes et ceux qui s’occupent de sciences particulières : cette union est peut-être d’autant plus désirable que les sciences deviennent plus spéciales ; sans cela toute idée générale viendrait à disparaître : du reste il semble bien qu’il y ait, de part et d’autre, un mouvement dans le sens que vous désirez comme moi et que la Revue de métaphysique doive être l’organe de cette tendance70. »

  • 71 É. Boutroux, « De l’opportunité… », op. cit., p. 247.

42Ce souci de mettre en relation scientifiques et philosophes apparaissait clairement dans la note de la rédaction accompagnant l’article de Boutroux publié en mai 1894 : le comité d’honneur chargé de patronner l’entreprise devait comprendre « les plus éminents représentants de la philosophie et de la science européennes71 ».

43Parallèlement, le « grand conseil » de la Rmm, à l’image de Couturat, soutenait le projet avec conviction et ardeur, conscient du surcroît d’autorité que la publication pouvait gagner dans l’entreprise :

  • 72 Lettre à X. Léon du 12 juillet 1894, ms. 360.

« Plus j’y songe, plus je trouve que c’est une fière idée que celle de cette édition de Descartes […]. Ce sera un grand honneur pour toi et pour la Revue d’avoir eu l’initiative de ce beau projet, je suis enchanté de le voir en si bonne voie72. »

  • 73 Voir sa lettre à X. Léon s.p.d. [mars 1896 ?], ms. 359.

44Brunschvicg surveillait de près l’avancement de l’entreprise, s’intéressant même aux questions matérielles relatives au devis soumis par les éditions Cerf et aux stratégies publicitaires73.

  • 74 Dans sa préface du 31 décembre 1896, Adam écrivait à propos de l’édition de Victor Cousin : « Mais (...)
  • 75 É. Boutroux, op. cit., p. 247.
  • 76 Dans le numéro-monument de la Rmm consacré à Descartes en 1896, Lanson signait un article sur « l’ (...)
  • 77 É. Boutroux, op. cit., p. 248.
  • 78 Ibid.
  • 79 C. Adam, préface citée, p. IX.

45L’entreprise devint publique au mois de mai 1894 lorsque la Rmm publia la note, courte mais dense, de Boutroux. L’autorité du maître devait assurer la publicité de l’entreprise et lancer la campagne de souscriptions qu’une note de la direction se contentait d’annoncer. Boutroux avançait des justifications à la fois scientifiques et techniques, soulignant les lacunes des éditions disponibles : passant rapidement sur la seule édition complète – élaborée par Victor Cousin entre 1824 et 1826 et désormais « épuisée et introuvable74 » – et rappelant que des inédits avaient été publiés depuis. Les éditions existantes étaient « tout à fait insuffisantes pour qui veut pénétrer ce rapport de la méthode et des résultats scientifiques, qui est l’une des parties essentielles du Cartésianisme75 ». Suivait l’argument patrimonial : les grands noms de la philosophie européenne moderne, Kant et Spinoza notamment, avaient récemment bénéficié de ce travail d’édition minutieux, il était donc urgent de combler une lacune et de réparer l’injustice. Les pages qui suivaient ces arguments liminaires constituaient en elles-mêmes un premier monument en miniature à l’auteur du Discours de la Méthode, dont le rôle dans le développement de la philosophie européenne et la place dans la littérature française (la postérité du « style » de Descartes…76) étaient soulignés : « Non seulement le cartésianisme commande ainsi la marche de la philosophie moderne, mais il a une importance considérable dans l’histoire générale de l’esprit humain77 ». La fonction nationale de l’entreprise commémorative est peu dissimulée derrière les précautions rhétoriques de l’auteur qui se présente comme indemne de « l’illusion du patriotisme78 ». Cette fonction nationale était pourtant parfaitement assumée par les promoteurs du projet, notamment le Ministère de l’Instruction Publique, qui espéraient que la France pourrait « montrer, à l’Exposition universelle de 1900, une édition de son philosophe, digne d’elle et de lui79 ».

Lier le destin de l’édition Descartes aux intérêts de la Revue

  • 80 Ibid., p. VI.
  • 81 Voir sa lettre à X. Léon du 20 août 1894, ms. 366.
  • 82 Lettre du 16 octobre 1894, ms. 358.
  • 83 Ibid.
  • 84 Voir le compte rendu déposé dans le fonds X. Léon de la Bibliothèque Victor Cousin (ms. 388).

46Le ministère ayant donné son accord, un comité chargé de surveiller l’exécution de l’entreprise fut institué en novembre 1894, sous la présidence de Xavier Charmes, membre de l’Académie des Sciences morales et politiques et directeur du secrétariat et de la comptabilité au Ministère de l’Instruction Publique. Ce comité resserré ne comptait que huit personnalités : Charmes, Adam et Tannery, Liard, Boutroux et Brochard (représentant la Sorbonne), Gaston Darboux, doyen de la Faculté des Sciences de Paris et membre de l’Académie des Sciences, ainsi que Xavier Léon, en tant que directeur de la Rmm. Le jeune homme, âgé de vingt-six ans, simple licencié en philosophie, dépourvu d’autres titres, se trouvait ainsi, moins de deux ans après le lancement de sa revue, en fort bonne compagnie. Dans l’intervalle entre les réunions, il fut le principal coordinateur des travaux, sollicitant les promesses de participation à la souscription internationale, centralisant les informations en provenance de l’Europe cartésienne, la documentation relative aux lettres et fragments inédits, les suggestions et points de vue critiques sur l’édition. Le « zélé directeur » de la Rmm, selon les mots de Charles Adam80, fut donc la courroie de transmission et le médiateur par excellence, particulièrement entre l’éditeur philosophique et l’éditeur scientifique. Avant la première réunion de travail, il avait reçu les observations de Tannery qui tentait de fixer le cadre des discussions préliminaires81. Quelques jours avant la constitution du comité (en octobre 1894), Adam lui envoyait à son tour un projet « susceptible de bien des modifications […] à soumettre au Comité […] dont l’approbation seule servira de règle et de loi82 ». Adam se déclarait en faveur de l’ordre chronologique pour la publication des lettres comme répondant « mieux aux exigences de la critique contemporaine83 ». Son projet fut présenté en décembre lors de la première séance du comité durant laquelle trois questions essentielles furent discutées : « la question extérieure : celle du format et du nombre de volumes, puis les deux questions fondamentales de la division de la correspondance et de l’orthographe ». La première ne soulevait pas de difficultés majeures : le format du petit in quarto devait être retenu car il répondait à la fonction monumentale de l’entreprise qui exigeait « un format de luxe, tranchant sur les modèles ordinaires de la librairie » et à la fonction scientifique qui nécessitait « un format maniable dont les dimensions ne fussent ni une gêne pour les lecteurs, ni un embarras pour les bibliothèques ». Ce format avait également l’avantage de se rapprocher de la présentation de l’édition originale. Par rapport au projet de Charles Adam, le nombre des volumes était réduit à une dizaine sur l’avis du président du comité. Pour la correspondance, l’ordre chronologique fut retenu « comme le seul rationnel ». La seule question qui fit véritablement débat fut celle de l’orthographe : Adam s’était prononcé pour l’adoption de l’orthographe moderne contre l’avis de Tannery. Boutroux s’étant rangé à l’avis de ce dernier, Charmes et Liard proposèrent de repousser à la séance suivante la décision finale84.

  • 85 C. Adam, préface citée, p. CIII-CIV.

47Par souci philologique et fidélité à la pensée de Descartes, c’est finalement l’orthographe ancienne qui devait être retenue85.

48Le tricentenaire de la naissance de Descartes donna lieu, le 31 mars 1896, à une célébration à la Sorbonne qui réunit philosophes et scientifiques sous la présidence de Liard. Lors de cet événement largement organisé par Xavier Léon, le projet d’édition fut naturellement évoqué : après l’allocution du président, Tannery présentait une communication sur « Descartes physicien » et Adam un rapport sur sa mission intitulé : « À la Recherche des papiers de Descartes ».

  • 86 Voir la lettre d’Adam à X. Léon du 21 juillet 1896, ms. 358.

49La souscription lancée sous le patronage d’une soixantaine de personnalités françaises et étrangères, certaines à titre posthume, permit de réunir un nombre suffisant de signataires (dont beaucoup d’établissements publics) pour que le Ministre fût en mesure de souscrire pour 200 exemplaires auprès de la librairie Cerf avec laquelle un contrat avait été signé en janvier 1896. Au printemps suivant, les premières pages étaient ainsi envoyées à l’éditeur. Les travaux semblent avoir été ralentis, cependant, par des désaccords entre les différents protagonistes du projet quant aux modalités concrètes : désaccords, on l’a dit, sur le choix de l’orthographe, sur la composition ou sur le nombre de volumes, le choix des caractères ou l’emplacement des notes, désaccords qui nécessitaient l’arbitrage du comité86.

  • 87 Nous empruntons l’expression à F. Azouvi.

50Dans la liste des « patrons » publiée par la Rmm au début de l’année 1896, les personnalités françaises sont majoritaires (36 sur 63) et les représentants de la communauté scientifique équilibrent les philosophes. Le comité de patronage (comité d’honneur davantage que comité scientifique), fortement académique, a fière allure : il rassemble, côté français, des « patrons » distingués, titrés, professeurs à la Sorbonne, académiciens ou en passe de l’être. Science, philosophie et République s’entrelacent sur cette liste très politique qui souligne à elle seule qu’il s’agit de célébrer un « Descartes républicain87 ». Le comité est placé sous les « auspices » du ministère de l’Instruction Publique en la personne du ministre, Émile Combes. Figurent également sur la liste d’éminents représentants de la « République des professeurs » : le défunt Burdeau, président de la chambre, kantien entré en politique au terme d’une carrière de professeur de philosophie, le chimiste Marcellin Berthelot, oncle d’Élie Halévy, ministre des affaires étrangères, Paul-Armand Challemel-Lacour, agrégé de philosophie, député puis sénateur, président du sénat en 1893 en remplacement de Jules Ferry. La République des pédagogues est honorablement représentée en la personne de Ferdinand Buisson, directeur de l’enseignement primaire et philosophe lui aussi. D’autres personnalités politiques de premier plan avaient été invitées à associer leur nom ainsi que leur autorité morale et politique à l’entreprise, notamment deux anciens ministres de l’Instruction Publique : Raymond Poincaré et Léon Bourgeois. Le premier, avocat de formation, était indirectement en relation avec le monde philosophique et scientifique par ses liens familiaux. Le second occupait, au moment de l’impression du prospectus, la fonction de président du conseil : passage au demeurant éphémère à la tête du gouvernement de la IIIe République puisqu’il était contraint à la démission en avril 1896. L’année suivante, la publication de son essai fameux, La solidarité, allait être le point de départ d’une discussion dans les pages de la Rmm.

51Sur la liste des philosophes français, seul manquait, parmi les noms des illustres aînés, celui de Renouvier. Mais ceux de Vacherot, Ravaisson, Lachelier, Boutroux, Fouillée, Janet, Ribot conféraient une autorité suffisante à l’entreprise. Parmi les représentants de la génération intermédiaire, Séailles était présent mais pas Bergson qui n’était pas encore titulaire d’une chaire à sa mesure et ne faisait assurément pas figure de cartésien… Émile Boutroux et Henri Poincaré jouèrent un rôle important dans la constitution du réseau international de souscripteurs. Les universitaires allemands étaient en position de force parmi les représentants étrangers : Wundt, Windelband, Eucken, Fischer, Zeller s’étaient associés au projet.

52Les fondateurs de la Rmm n’avaient pas encore de titres suffisants pour figurer sur la liste du comité de patronage. Xavier Léon avait cependant associé la Revue à l’entreprise avec beaucoup d’habilité : limitant sa responsabilité à un rôle d’initiateur et d’intermédiaire, elle se protégeait juridiquement et s’assurait une rétribution symbolique importante. Elle établissait un lien administratif avec le ministère, gagnait en prestige, en autorité et s’assurait une visibilité à l’échelle internationale. Dans le prospectus de présentation, le rôle moteur de la Revue était rappelé ainsi que l’agrément du Ministère :

  • 88 Ms. 388.

« La direction de la Revue de métaphysique et de morale a conçu le projet de préparer, à l’aide d’une souscription publique, une édition complète des œuvres de Descartes qui fût comme un monument intellectuel élevé au grand philosophe à l’occasion du troisième centenaire de sa naissance […]. Ce projet a été soumis à M. le Ministre de l’Instruction Publique qui l’a étudié et agréé, et c’est sous les auspices de son Ministère et avec son concours que l’édition sera présentée au public88. »

53Dès 1894, la direction avait pris soin, dans la note accompagnant l’article de Boutroux, de lier l’entreprise éditoriale à la marche de la Revue et à la fidélisation de son lectorat :

  • 89 É. Boutroux, « De l’opportunité… », op. cit., p. 247.

« Les abonnés de la Revue recevront d’ailleurs prochainement une notice sur l’édition projetée et sur les conditions dans lesquelles s’ouvrira, par les soins de la Revue, la souscription générale destinée à couvrir les frais d’édition89. »

  • 90 Les éditions Cerf prenaient en charge l’impression (au prix de 15 francs par volume pour les sous- (...)

54Dans une note du ministère précisant les conditions d’édition90, l’intervention de la Rmm était définie en ces termes :

  • 91 Copie d’une l’une lettre signée du Ministre de l’Instruction Publique, des Beaux-arts et des Culte (...)

« La publication sera faite au moyen de souscriptions que vous assureront mon Département et la Revue de métaphysique et de morale, et qui comprendront ensemble, trois cents exemplaires de chaque volume, au prix de quinze francs l’un. Toutefois chaque souscripteur présenté par la Revue sera seul responsable du paiement au prix de l’exemplaire ou des exemplaires auxquels il aura personnellement souscrit, le rôle de la Revue se bornant à une simple transmission des souscriptions qu’elle aura recueillies et ne comportant de sa part ni engagement ni garantie91. »

55Le lien organique établi entre l’entreprise éditoriale et la Rmm fut matérialisé par le numéro-monument de juillet 1896. La Revue offrait en effet ce dernier en échange de la souscription : il s’agissait d’une « prime » aux souscripteurs. La liste des contributeurs témoigne de l’internationalisation de la publication à l’occasion de cette commémoration : aux côtés des Français (Tannery, Adam, Boutroux, Brochard, Blondel, Hannequin, Lanson et Berthet) ont collaboré au numéro les Allemands Natorp et Schwartz, l’Anglais Gibson, le Hollandais Korteweg et l’Italien Tocco. Le « numéro Descartes » semble d’ailleurs avoir enregistré un beau succès en France comme à l’étranger, succès dont Charles Adam félicitait Xavier Léon à l’automne :

  • 92 Lettre du 23 octobre 1896, ms. 358.

« M. Boutroux m’a dit de vous dire qu’en Allemagne, d’où il vient, votre revue de Juillet a eu beaucoup de succès. M. Lachelier a écrit tout exprès pour féliciter quelques-uns des collaborateurs. Ici, nous allons, cet hiver, mes étudiants et moi, reprendre un à un tous ces articles et les étudier de près : je m’en fais une fête à l’avance92. »

56La qualité du numéro fut saluée par de nombreux correspondants. Parmi eux, William James, qui figurait sur la liste du comité de patronage, adressa ses félicitations à la Revue. Au début de l’année 1898, le philosophe américain réclamait les deux premiers volumes du Descartes et adressait à Xavier Léon un éloge appuyé qui témoignait de sa connaissance de la Rmm :

  • 93 Lettre du 1er février 1898, ms. 362.

« Je ne puis me refuser, Messieurs, en vous écrivant, le plaisir de vous exprimer mon admiration pour la manière dont vous dirigez votre Revue. La philosophie française s’y montre à une grande hauteur, soit du côté intellectuel, soit du côté moral93. »

  • 94 Lettre du 13 novembre 1894, ms. 358.

57Xavier Léon était ainsi parvenu à s’imposer au sein de la communauté philosophique comme un médiateur incontournable, faisant valoir, avec une énergie remarquable, ses talents de philosophe sociable. L’édition des œuvres de Descartes a permis de tisser des liens, d’élargir le cercle des « amis » de la Rmm. Charles Adam n’avait-il pas écrit, dès le début de l’aventure, à l’intention de Xavier Léon : « nous sommes maintenant amis en Descartes94 » ?

58Le réseau philosophique national et international ainsi constitué allait être mobilisé en vue de la préparation du premier Congrès international de philosophie. Le « système R2M », qui allait se mettre en place au début du siècle, devait donc beaucoup à Descartes… Brunschvicg s’en souvenait en 1937, lors de la séance inaugurale du neuvième Congrès international de philosophie, baptisé « Congrès Descartes » pour commémorer le troisième centenaire du Discours de la Méthode. Alors que le Congrès était de retour en France pour la première fois depuis son lancement en 1900 à l’initiative de la Rmm, Brunschvicg rappelait dans son discours que la figure de Descartes avait accompagné, depuis le début, l’aventure de la Revue. Xavier Léon, décédé deux ans auparavant, n’était malheureusement plus là pour entendre ce rappel des origines et l’hommage que son ami lui rendait. Trois semaines plus tard, le 21 août 1937, Élie Halévy disparaissait à son tour…

Organisation, composition et diffusion de la publication (1893-1914)

59La Rmm s’inscrit dans la dynamique de la « Belle Époque des revues », notamment des revues dites « scientifiques » qui connaissent une explosion à la charnière du XIXe et du XXe siècle. La modernité de la revue repose sur la valorisation de la dimension collective et cumulative de la recherche philosophique, stimulée par la création d’un espace ouvert au débat et organisant la controverse entre des producteurs qui demeurent cependant nettement individualisés. Mais, à la différence des sciences exactes, et, dans une certaine mesure, des sciences sociales, la philosophie n’a pas à se construire comme science dans un processus d’autonomisation. Les frontières du champ résistent à toute tentative de définition stricte d’autant que les animateurs de la publication demeurent attachés à une représentation de la philosophie comme discipline réflexive, garantie de l’unité des savoirs, en position d’éminence. Cette difficulté de délimitation, jointe à la volonté d’exercer une influence plus profonde sur la société, donnera au périodique un caractère plus généraliste qu’il n’y paraît au premier regard. L’objet-revue, dans sa matérialité et sa « fabrique », porte la marque de cette complexité. Dans l’esprit de son directeur, l’entreprise était immédiatement spirituelle : elle devait tisser des liens entre les collaborateurs, entre les lecteurs, en dehors des rigidités sociales et institutionnelles. Mais Xavier Léon en assumait parfaitement la dimension fonctionnelle, instrumentale pourrait-on dire, au service de la philosophie comme discipline de recherche et comme communauté « scientifique ».

  • 95 Selon l’expression d’Olivier Corpet.

60L’étude de la « fabrique éditoriale95 » permet de mieux saisir les tensions internes à la publication entre des vocations divergentes et parfois concurrentes. Elle éclaire l’arbitrage entre impératifs éditoriaux et choix intellectuels purs. Entre 1893 et 1914, la fabrication de la Revue ne connut pas de révolution : la continuité l’emporte qu’il s’agisse du format, de la périodicité, de l’ordre des rubriques, des stratégies de diffusion ou de la répartition des tâches au sein de la rédaction.

L’objet-revue : un in-octavo pour une communtauté de contributeurs-lecteurs ?

  • 96 La Rmm est née pendant une période d’unification des formats, cf. J.-C. Geslot et J. Hage, « recen (...)
  • 97 Cf. Lettre de X. Léon à É. Halévy, septembre 1900, ms. 369.
  • 98 L’abonnement annuel coûte 12 francs, les volumes annuels reliés 18 francs.

61Sur le modèle de la Revue philosophique, Xavier Léon et ses amis ont opté pour le format le plus courant pour ce type de publication : l’in-octavo96. Aux cahiers bimestriels d’environ 150 pages, il faut ajouter les suppléments bibliographiques non détachables (soit 30 à 40 pages sur deux colonnes imprimées en petits caractères) : le volume annuel compte donc environ mille pages. Le papier originellement bleu97, médiocre et acide, a rapidement perdu sa couleur. D’abord publiée chez Hachette, la Rmm passait en 1895 chez un grand concurrent sur le marché de l’édition scolaire : Armand Colin. Objet pour bibliothèque scolaire, universitaire et savante, facile à manipuler, même en volume annuel, il se rapproche du livre. La table des matières annuelle regroupe l’ensemble des articles, classés par auteurs et par rubriques. L’objet n’est pas pensé comme éphémère même s’il s’inscrit dans l’actualité philosophique par le truchement du supplément bibliographique et de la rubrique « Questions pratiques ». La Rmm a vocation à constituer une « collection » de référence. Sur la période 1893-1914, le prix du numéro est relativement bas (2 francs cinquante puis 3 francs), compte tenu de la taille des cahiers98.

62En tête sont placés des « articles originaux », productions inédites sur des sujets étroitement délimités, qui manifestent le renouvellement de la pensée spéculative. Suivent les « Études critiques » : discussions approfondies portant sur des ouvrages récents. Les articles de ces deux rubriques forment la colonne vertébrale de la publication. Ils dépassent souvent la vingtaine de pages et il n’est pas rare qu’une étude soit publiée sur un, deux, voire trois numéros, même si Xavier Léon prenait soin d’éviter que ces « feuilletons philosophiques » ne devinssent la règle. Les autres rubriques (« variétés », « enseignement »…) sont moins fournies et moins régulières. La rubrique « Questions pratiques » est autrement importante : ouverte en 1895 pour faire contrepoids aux articles théoriques dominés par les questions mathématiques et de philosophie des sciences, et ainsi rattraper le retard accumulé par les questions morales, elle contribue largement au succès de la publication.

  • 99 W. P. Vogt, « Identifying scholarly… », op. cit.

63Le profil des contributeurs est très proche de celui de la Revue philosophique99 : il s’agit d’universitaires, philosophes mais également scientifiques et dans une moindre mesure juristes. Un simple dépouillement statistique de la Revue ne permet donc pas de définir avec netteté un esprit de revue militant. La volonté de fidéliser un public large de spécialistes conduisait à privilégier les contributions à la fois originales et solides au détriment d’une véritable cohérence doctrinale. La Rmm s’adresse avant tout à un lectorat universitaire formé de contributeurs potentiels.

  • 100 Certaines études sont publiées en deux, trois, voire quatre parties sur plusieurs numéros. Une seu (...)
  • 101 Aars, Amendola, Bosanquet, Calderon, Calderoni, Cantoni, Enriques, Eucken, Frege, Keyserlin, Kinke (...)

64Sur la période 1893-1914, la Revue ne compte pas moins de 211 contributeurs (pour plus de 800 contributions, hors supplément)100. Ce nombre met en évidence l’ouverture de la Rmm, même s’il se rapporte à une période relativement longue (22 années). Plus de la moitié des contributeurs ne sont que des collaborateurs très occasionnels (un ou deux articles publiés sur la période) : ils représentent un peu moins du cinquième des contributions. Ce sont notamment des philosophes étrangers (souvent sollicités pour des rapports sur les mouvements philosophiques nationaux, des mémoires aux congrès internationaux ou des collaborations à des numéros spéciaux)101. Au sein du groupe des contributeurs occasionnels figurent aussi, outre les « seconds couteaux », des personnalités extérieures ou aux marges du champ philosophique (dont quelques juristes).

  • 102 Weber (24 contributions), Rauh (22), Brunschvicg (21), Lechalas (21), Chartier (19), Poincaré (19) (...)

65Parmi les contributeurs réguliers, une vingtaine de collaborateurs prolixes (plus de 10 contributions sur la période) se détachent : ils écrivent à eux seuls plus de 40 % du contenu de la publication. C’est au sein de ce groupe qu’il faut chercher les représentants d’un esprit de revue : Couturat est de loin le premier contributeur (33 contributions). Suivent d’autres collaborateurs très liés à la publication depuis sa fondation : Weber, Rauh, Brunschvicg, Lechalas, Chartier, Poincaré, Bouglé, Parodi, Boutroux, etc.102. Le poids des représentants du groupe générationnel structuré autour de la Rmm est évident. À l’inverse, parmi les représentants de la génération née dans les années 1840, on ne relève, dans le peloton de tête des contributeurs, que les noms de Boutroux et de Darlu. Les chiffres bruts mettent également en évidence la place de choix occupée par les philosophes des mathématiques et des sciences. Ils donnent sens au mot un peu mordant de Chartier, qui avait rebaptisé la publication : « Revue de mathématique et de morale », dénonçant ainsi la sous-représentation des métaphysiciens. La domination du pôle rationaliste critique est lisible mais la forte représentation des philosophes clairement étiquetés comme « catholiques » (Delbos, Wilbois, Le Roy) témoigne de l’ouverture de la Rmm, ouverture critiquée par les collaborateurs les plus anticléricaux (dont Chartier).

Le supplément : une rubrique hautement sensible

  • 103 Sur la fonction de la « critique bibliographique » dans la « construction disciplinaire » des disc (...)

66Le développement de la critique bibliographique participe de la professionnalisation des revues scientifiques dans la deuxième moitié du XIXe siècle : c’est incontestablement l’un des éléments de la « modernité revuiste »103. Le supplément de la Rmm n’est pas, en effet, un appendice marginal : c’est sans doute la rubrique la plus consultée. Formée de courtes notes anonymes, d’une lecture rapide, elle fonde véritablement l’originalité de la revue par rapport au livre en proposant une sorte d’instantané du mouvement philosophique. Deux lectures peuvent être faites de la pratique éditoriale du supplément : une lecture fonctionnaliste qui en fait un instrument de communication scientifique dont la nécessité s’impose à une communauté en voie de professionnalisation et une lecture plus stratégique qui fait de la rubrique un instrument de pouvoir au service d’un courant philosophique. Les deux lectures sont évidemment indissociables comme le sont le travail de délimitation des frontières de la philosophie et la prise de position doctrinale. L’« esprit de Revue » s’affirme souvent dans les pages du supplément dans une posture défensive : l’anti-positivisme, l’anti-sociologisme et surtout l’anticléricalisme militants dominent le discours même s’ils ne sont pas exclusifs.

  • 104 V. Duclert, A. Rasmussen, « Les revues scientifiques et la dynamique de la recherche », dans La Be (...)

67La fonction bibliographique dans le champ des sciences associe « une visée cumulative à un objectif critique104 ». Le recenseur permet l’échange, la communication des informations, la circulation des connaissances et le transfert des concepts. Les recensions régulières dessinent dans la Rmm une géographie du champ disciplinaire en passant au crible une part importante des publications « philosophiques » ou « présentant un intérêt philosophique » en France et à l’étranger (en donnant accès au contenu des revues et ouvrages allemands, anglais, italiens et américains). Cette ouverture internationale n’est pas propre à la Rmm : la Revue philosophique (de la France et de l’étranger) était, par destination, attentive à ce qui était publié hors de l’hexagone.

  • 105 J’emprunte l’expression à B. Muller, op. cit., p. 107.

68Le champ philosophique couvert par le supplément de la Rmm est plus étendu que celui délimité par le manifeste introducteur : la rubrique recense des travaux qui ne peuvent prétendre intégrer le corps de la revue parce qu’adjacents à la philosophie ou trop étrangers à l’esprit de la publication. La fabrication du supplément ne repose pas, en effet, sur une logique de censure des livres jugés mauvais ou non conformes à la méthode et au savoir-dire philosophique. Au contraire, le compte rendu remplit une fonction « pédagogique préventive105 » en manifestant les règles de la méthode à l’attention des candidats à l’entrée dans la communauté ou en rappelant à l’ordre les auteurs qui s’en écartent.

69D’autre part, les livres de philosophie ne sont pas les seuls à présenter un intérêt philosophique et la première fonction des comptes rendus est de préciser le statut de chaque texte par rapport à la discipline. Le supplément entend ainsi répondre, par son extension, à la parcellisation des savoirs et aux menaces que la spécialisation fait peser sur l’unité que la philosophie, en tant que discipline réflexive, a pour mission de prendre en charge.

70Enfin, les comptes rendus de thèse, très détaillés, contribuent à expliciter et à rendre publiques les règles du jeu qui régissent cette forme de communication universitaire ritualisée. La retranscription des échanges est réalisée à partir de notes manuscrites prises par des collaborateurs confirmés de la publication mais également par de jeunes contributeurs engagés comme secrétaires : il n’est par conséquent pas rare que la rédaction fasse l’objet de rectifications.

71Élie Halévy fut le maître d’œuvre discret du supplément. La « fabrication » d’une trentaine de pages tous les deux mois représentait un travail fastidieux de répartition des recensions entre les contributeurs et de relecture des notices. Les recenseurs font souvent partie des collaborateurs majeurs proches de la direction : Brunschvicg et Couturat, mais aussi Winter et Weber qui prendront tour à tour, après la Première Guerre mondiale, la succession d’Halévy dans l’organisation du supplément. Des normaliens et de jeunes agrégés furent progressivement associés : les courtes notices permettaient aux apprentis philosophes de faire leurs premières armes en bénéficiant de la protection de l’anonymat. Les rédacteurs sont souvent eux-mêmes à l’initiative des comptes rendus, selon leurs compétences et spécialités, ce qui leur permet d’accéder facilement aux ouvrages et aux revues qui croisent leurs centres d’intérêt.

72L’anonymat donnait un caractère impersonnel à la critique bibliographique. Il devait permettre d’éviter les querelles de personnes : la désindividualisation des pratiques critiques participe ici de la professionnalisation des communautés savantes. Il n’est cependant pas rare que les auteurs éreintés percent le secret de cet anonymat…

73Les notices sont plus courtes – parfois quelques lignes, rarement plus de trois ou quatre colonnes – que les « analyses » publiées dans la Revue philosophique. Mais elles sont beaucoup plus nombreuses : l’un des points forts de la Rmm est ainsi d’offrir une vue plus large de la géographie du champ philosophique, au risque de l’imprécision. Les comptes rendus proposent une analyse (en théorie objective) suivie d’une brève évaluation annonçant parfois une « Étude critique » plus approfondie. La brièveté des notices conduit nécessairement à une simplification du discours critique qui rend plus lisibles les critères de définition de la méthode et du savoir-dire philosophiques légitimes, à la différence des « Études critiques » qui sont davantage le lieu de la controverse réglée et approfondie. Bien que le recenseur doive « critiquer » plutôt que « réprimer », les éreintements tournent parfois à l’exécution sommaire voire à l’excommunication.

74Xavier Léon endossait la responsabilité de la rubrique comme celle du reste de la publication. En position de médiateur entre les rédacteurs et les auteurs recensés, il était soucieux d’éviter les articles de basse polémique. Destinataire des plaintes, des demandes de rectification ou de droit de réponse, il persévérait dans une stratégie de modération, n’hésitant pas à faire modifier une notice, avant publication, lorsque la critique lui semblait excessive, mal fondée ou irrespectueuse.

  • 106 G. Fonsegrive La crise sociale, Paris, Lecoffre, 1901.

75Il intervenait ainsi, en 1901, pour faire supprimer quelques mots d’une note assassine consacrée à un ouvrage du philosophe catholique Georges Fonsegrive qui condamnait la politique de laïcité scolaire106, mots qui risquaient d’indisposer l’auteur et une partie du lectorat :

  • 107 Lettre à É. Halévy du 10 mai 1901, ms. 368.

« La violence d’un langage qu’on pourrait attribuer à de la passion ne ferait qu’affaiblir l’effet de cette note […]. Plus nous aurons le souci d’être modéré dans nos expressions, plus grande sera l’autorité de la Revue107. »

76Il recevait en cela l’avis conforme du maître Darlu :

  • 108 Lettre de X. Léon à É. Halévy, s.p.d., ms. 368.

« Il est plus radical que moi et est d’avis d’atténuer encore parce que, dit-il, il faut éviter dans la Revue tout caractère polémique et journalistique et publier des comptes rendus purement objectifs108. »

  • 109 Rmm, 1901, suppl., mai, p. 6.

77La notice finalement publiée n’en fut pas moins une charge violente contre le livre (« c’est ici un ouvrage non de philosophie pure mais de polémique politique et sociale ») mais également contre l’auteur auquel il était reproché de mettre « au service de la politique cléricale » ses talents de « polémiste fécond109 ».

78Les jugements ad hominem sont en théorie peu conformes au savoir-dire bibliographique. Pourtant, le processus de désindividualisation de la critique n’est pas achevé et la modernisation des pratiques dans ce domaine doit être relativisée. Formules conventionnelles laudatives et hommages appuyés préparent d’ailleurs parfois une critique sévère. De manière générale, le discours noticier intègre toujours les artifices mondains et rhétoriques de l’art de la conversation. Dès 1894, Charles Andler dénonce les notices par trop révérencieuses lorsqu’il s’agit de maîtres installés :

  • 110 Lettre à X. Léon, 1894, s.p.d. (f° 110), ms. 358.

« … car avouez que votre bibliographie d’appendice est trop douce et ne dit jamais qu’aux gens non arrivés que leurs livres sont mauvais. Je ne me résigne pas à lire des passages sur les maîtres dont la parole souveraine et trop rarement entendue a exercé sur les esprits la plus sérieuse influence. Ce qui m’ennuie le plus c’est qu’il n’y a peut-être pas même là de flagornerie, mais de l’aberration, autant d’ailleurs que du mauvais goût. Il y a lieu de rougir, quand on écrit dans une Revue dite sérieuse, de s’exprimer en ces termes sur des philosophes aussi petits en [comparaison] des vraiment grands. Et que diriez-vous donc de Spinoza et de Kant après avoir parlé ainsi des simples inspecteurs généraux en retraite ou en activité110. »

  • 111 Et en délicatesse avec les philosophes installés, membres du jury de l’agrégation au moment où il (...)

79Andler reprochait à la Revue de faillir dans sa vocation première auprès de la jeunesse à laquelle il fallait apprendre « l’indépendance d’esprit et non pas le respect des paroles souveraines ». Il faut certes relativiser un jugement formulé peu de temps après la naissance de la publication par un collaborateur susceptible et prompt aux emportements111. En bien des occasions, le supplément allait rompre avec cette douceur bibliographique, ne s’interdisant ni l’ironie ni le persiflage. Quant aux notices consacrées aux ouvrages des animateurs de la publication ou de leurs proches collaborateurs, elles sont certes le plus souvent favorables mais témoignent d’une volonté critique qui doit s’appliquer à tous y compris aux « amis de la Revue ».

  • 112 Essai critique sur l’Esthétique de Kant, Paris, Alcan, 1897. Basch est alors un jeune docteur ès l (...)

80La sévérité lapidaire des notices a néanmoins été parfois interprétée comme l’expression d’un esprit de chapelle peu compatible avec l’exigence critique affichée par la publication. En 1898, Victor Basch faisait ainsi part de son mécontentement quant aux observations « passablement dédaigneuses » réservées à son Esthétique de Kant et au compte rendu112 de sa soutenance de thèse. Il entendait se faire le porte-parole de lecteurs choqués d’une partialité mise au service d’un « clan » :

  • 113 Lettre à X. Léon du 31 mars 1898, ms. 358.

« … je me permets de vous mettre en garde – en vous citant mon cas – contre une tendance qui a frappé nombre de vos lecteurs sympathiques. Vous êtes trop bienveillants pour vos amis et collaborateurs et trop dédaigneux, pour ne pas dire injustes, pour les auteurs qui n’appartiennent pas à votre clan. Vous donnez un bel exemple de solidarité. Mais je crois que, en traitant avec plus d’impartialité des écrivains qui ne sont pas enrégimentés à aucun cénacle, vous enlèveriez à votre Revue quelque chose de sa juvénile intolérance et vous en accentueriez la valeur véritable et l’autorité113. »

81L’attaque la plus violente contre l’anonymat des notices est venue d’Andler qui, à la fin de l’année 1907, envoyait une lettre de rupture véhémente à la Rmm :

  • 114 Lettre à X. Léon du 4 décembre 1907, ms. 358.

« Je ne parle pas de l’insuffisance de beaucoup de ces comptes rendus, de leur incompétence quelquefois scandaleuse. L’inconvénient serait petit, si les comptes rendus étaient signés. Mais votre anonymat couvre une entreprise de camaraderie, d’admiration mutuelle, ou quelquefois de boycottage, exercé avec légèreté dans l’éloge ou dans la critique, ou même dans la simple analyse, que cela est devenu un véritable abus […]. Je ne me flatte pas d’avoir sur vous et sur votre entourage à la Revue assez d’influence pour assainir votre périodique par l’élimination de cet abus et par la suppression du pouvoir occulte, pédantesque, fanfaron et léger que vous avez constitué là114. »

  • 115 Lettre de C. Andler à X. Léon du 10 décembre 1907, ms. 358.

82La vigueur de la charge dissimule mal le dépit personnel : Andler s’estime victime depuis plusieurs années d’omissions injustifiables. Il dénonce, en outre, le traitement réservé à un livre d’Otto Effertz traduit et préfacé par ses soins, conséquence, selon lui, de la « camaraderie » de la Rmm avec l’Année sociologique : un compte rendu consacré à la revue dirigée par Durkheim accordait trop de crédit à un article très critique de Simiand sur le livre d’Effertz et se demandait si ce livre « valait la peine » d’une telle étude115. Andler voyait dans l’affaire une « manœuvre » du groupe durkheimien contre lui et pensait fermement que l’auteur de la note publiée dans la Rmm était de ce groupe. Quelques mois plus tard, il refusait l’invitation du directeur de la Revue à se rendre au Congrès de philosophie d’Heidelberg. Tout en conservant à Xavier Léon « son amitié », il souhaitait ne plus côtoyer les collaborateurs de la Rmm :

  • 116 Lettre à X. Léon du 5 mai 1908, ms. 358.

« Je ne me montrerai plus jamais parmi eux, pour la raison qu’on ne peut savoir où se cache parmi eux l’anonyme de votre supplément, qui, poli peut-être en apparence, vous décoche invisiblement par-derrière, des impertinences dans une forme à laquelle on ne peut même pas répondre116. »

83La brouille met en évidence l’autorité acquise par la publication au début du siècle. La frustration et l’amertume sont à la hauteur des attentes. Andler ne tarde d’ailleurs pas à faire le premier pas pour se réconcilier avec la Rmm… en « offrant » un article :

  • 117 Lettre s. p. d. (fin octobre 1908 ?), ms. 358.

« Voici la lettre que vous attendez au fond depuis longtemps non sans orgueil, et par laquelle j’essaie de faire ma paix avec la Revue de métaphysique.
Je vous offre pour maintenant ou pour plus tard, un morceau de mon Nietzsche, comme article pour votre Revue117… »

  • 118 Lettre de L. Couturat à X. Léon, 23 décembre 1894, ms. 360.
  • 119 Lettre de L. Couturat à X. Léon du 21 septembre 1899, ms. 360.
  • 120 Lettre du 2 juillet 1902, ms. 360.

84Le format des comptes rendus fut à l’origine d’une autre crise, à l’intérieur même du « grand conseil » de la Rmm, entre 1899 et 1902. Couturat en fut le protagoniste majeur. Le supplément, qu’il avait naguère qualifié de « liebig philosophique » pour sa « concision nourrie118 » et qu’il avait trouvé jusque-là « excellent », ne lui semblait plus adapté aux besoins du lecteur et, surtout, à la taille des analyses qu’il souhaitait confier à la Rmm. Il fallait donc créer, sur le modèle de la revue Mind, un format intermédiaire entre les « laconiques notices119 » du supplément et les très développées « études critiques ». Face au refus d’Halévy et de Léon, Couturat menaça de confier à la Revue philosophique plusieurs analyses qu’il tenait à publier sous sa signature… Protestant de sa sincérité, il affirmait penser moins au devenir de ses productions qu’à l’intérêt de la Rmm qui devait gagner en « élasticité » en réformant le supplément désormais qualifié de « lit de procuste120 ». Arguant du nécessaire respect du programme initial de la Revue et de la protection du supplément, les deux têtes de la rédaction restèrent inflexibles. Refusant le compromis proposé par Léon – à savoir le regroupement de ses analyses déjà rédigées au sein d’une « Étude Critique » – Couturat acceptait finalement de confier à la Rmm deux notices : la première devant être insérée dans le supplément, la seconde, plus développée, formant une « Étude Critique ». Couturat rentrait dans le rang et la rédaction évitait de justesse la brouille avec un collaborateur précieux.

Publication et diffusion de la Revue de métaphysique et de morale

  • 121 Lettre d’É. Halévy à X. Léon du 16 juin 1892, ms. 387.
  • 122 Lettre à É. Halévy, 1892, s.p.d., ms. 368. Le contrat déposé chez Hachette réserve 2 francs à la l (...)
  • 123 Ibid.

85La Rmm fut publiée durant les deux premières années par la Librairie Hachette, poids lourd de l’édition scolaire et universitaire, qui proposait déjà dans son catalogue de nombreux titres de périodiques. Halévy était entré en relation avec l’éditeur au printemps 1892, alors qu’il était encore élève à l’École normale supérieure, et avait obtenu le devis suivant : 470 francs pour 300 exemplaires et ceci pour chaque numéro ; 520 francs pour 500 exemplaires121 (chiffres à peu de chose près confirmés par une lettre de Xavier Léon de la fin de l’année). Breton « prend 30 % » et le directeur de la Rmm estime que c’est peu122. Les fondateurs de la Rmm prévoient un tirage de 500 exemplaires et attendent la majeure partie des recettes des abonnements : Xavier Léon estime que 350 abonnés à 12 francs suffiront « pour couvrir tous les frais123 ».

  • 124 A. Darlu, « Réflexions d’un philosophe sur les questions du jour. À propos de l’impôt sur les succ (...)
  • 125 « J’ai écrit à Weber pour lui demander de tâter Colin par Max Leclerc […] en tout cas si Colin est (...)
  • 126 Sur le parcours de Max Leclerc, voir A. Savoy, « Max Leclerc (1864-1932), un éditeur engagé », dan (...)

86Deux ans après la fondation de la Rmm, Léon et Halévy décidaient de quitter Hachette pour des raisons moins financières que « politiques » : il s’agissait de protéger la liberté de la Revue qui semblait menacée après la publication d’un article trop socialisant de Darlu sur la réforme de l’impôt124. Louis Weber, au nom de la Rmm, entrait en contact avec la librairie Colin, concurrent d’Hachette dans le domaine de l’édition scolaire et universitaire125. La Revue allait trouver en Max Leclerc un « éditeur engagé126 » et un collaborateur fidèle.

  • 127 Selon J. Thirard, son Manuel de philosophie était « une machine de guerre contre la psychologie de (...)
  • 128 Une lettre du 4 juin 1909 évoque 10 abonnements perdus dans des lycées (ms. 386).

87Avant même la naissance effective du périodique, Élie Rabier, le directeur de l’enseignement secondaire, philosophe spiritualiste et adversaire de la psychologie scientifique de Ribot, avait mis fin à l’abonnement à la Revue philosophique de 58 lycées sur 108, pour abonner 50 établissements à la nouvelle revue127. L’événement témoigne des préjugés favorables dont celle-ci bénéficiait au ministère. Pourtant, un certain nombre de lycées allaient se réabonner d’eux-mêmes à la Revue philosophique et la Rmm ne parvint pas durablement à séduire l’ensemble des établissements secondaires : la correspondance fait état, à plusieurs reprises sur la période 1893-1914, du désabonnement de certains lycées128.

  • 129 En 1907, la Revue des deux mondes compte environ 15 000 abonnés pour moins de 700 à la Revue de mé (...)
  • 130 Pour la vente au numéro, la correspondance mentionne ainsi un total de 28 années complètes en 1906 (...)

88La Rmm entend toucher le « public philosophique », public dont elle espère élargir les limites. Les « questions pratiques » sont cependant trop peu nombreuses pour que la Rmm prétende à une diffusion comparable à celle des revues politiques et littéraires. Si le nombre d’abonnés atteint à la veille de la Grande Guerre est impressionnant pour une revue spécialisée (plus de 900) il reste très inférieur à celui d’une grande revue généraliste comme la Revue des deux mondes129. En 1906, Xavier Léon ne dissimulait pas un certain découragement lorsqu’il comparait le nombre d’abonnés de sa revue (600 au bout de 13 ans d’existence) à celui de la Revue du mois qu’Émile Borel venait de fonder en 1905 (déjà 500 abonnés). Si l’évolution du nombre des abonnements est le critère d’évaluation essentiel de la santé de la publication puisqu’elle permet de mesurer la fidélisation du public, la vente au numéro est loin d’être marginale, la publication des numéros spéciaux commémoratifs et patrimoniaux élargissant même singulièrement le cercle des acheteurs potentiels130. La correspondance ne donne que des indications très partielles sur le tirage : au début du siècle, il dépasse la barre des 1 000 exemplaires (Xavier Léon avance les chiffres de 1 200 en 1900, entre 1500 et 1650 quatre ans plus tard).

  • 131 Ms. 368, s.p.d.

89La correspondance permet de reconstituer les progrès dans la diffusion de la publication : le démarrage est honorable (un peu moins de 300 abonnés en 1893), le cap des 400 abonnés est passé au début du siècle, celui des 500 entre 1903 et 1904. La publication connaît entre 1905 et 1911 une croissance accélérée qui lui permet de dépasser les 900 abonnements à la veille de la Première Guerre mondiale. Alors qu’en 1911 Xavier Léon pensait atteindre rapidement le nombre de 1 000 abonnés, les années 1912 et 1913 se révèlent décevantes : années de « stagnation » ou de progression très modeste. En juin 1913, Xavier Léon fait part de sa déception à Élie Halévy : « Je ne suis pas plus satisfait que toi et je constate que le public ne montre plus l’enthousiasme des dernières années, nous gagnons actuellement péniblement 4 abonnés sur l’an passé (836 contre 832). Nous n’arriverons même pas à 900 cette année131. » L’insatisfaction passagère ne masque pas l’essentiel : l’évident succès éditorial de la Rmm.

  • 132 La seule que nous ayons pu consulter (Lettre de X. Léon à É. Halévy, 1893, s.p.d., ms. 368).

90La liste primitive des abonnés132 fait apparaître les noms de Bergson, Brochard, Fouillée, Lagneau, Lyon, Marion, Blondel, ainsi que celui de Charles Waddington, le continuateur de Victor Cousin. Personnalités et institutions du monde religieux sont bien représentées : doit-on y voir l’effet produit pas le programme de lutte contre le « positivisme étroit » qui pouvait conduire certains observateurs à interpréter le projet de revue dans un sens spiritualiste voire néo-chrétien ? Outre ceux de Maurice Blondel, du père Laberthonnière et de Raymond Thamin, apparaissent les noms de plusieurs abbés. La bourgeoisie intellectuelle juive est également bien représentée : dans la liste, figure notamment le nom du grand rabbin de Paris Zadoc Khan, ami de la famille Léon.

  • 133 Je renvoie ici au chapitre VIII de ma thèse.

91La Faculté de théologie protestante et le Cercle des étudiants protestants se sont abonnés. Le rationalisme de la Revue était de nature à séduire les tenants du protestantisme libéral incarné par Ferdinand Buisson, Félix Pécaut et Jules Steeg. Cependant, la collaboration active de penseurs chrétiens brillants comme Édouard Le Roy et la participation de la Rmm au renouveau de la philosophie chrétienne au temps du « modernisme133 », devaient susciter un intérêt durable de la part des intellectuels catholiques. Les abonnements gratuits doivent assurer le lancement de la publication en suscitant l’attention de la « fine fleur » de la philosophie française, enseignants à l’École normale supérieure ou à la Sorbonne, administrateurs de l’Instruction publique : Ravaisson, Boutroux, Lachelier, Vacherot, Séailles, Henry Michel mais également Liard, Rabier, Buisson, Pécaut, Jules Simon et Octave Gréard. Le secrétaire de rédaction souhaitait faire bénéficier gracieusement de l’abonnement à un certain nombre de personnalités du Paris littéraire et publiciste : Anatole France, Paul Bourget, Melchior de Vogüe, Ferdinand Brunetière. Paul Desjardins, le fondateur de l’Union pour l’Action morale, devait bénéficier également d’un abonnement gratuit. À l’étranger, outre une poignée d’européens, on relève la présence d’une institution américaine : the Library of university of California à Berkeley. Figurent enfin sur cette liste primitive différentes institutions scolaires ou bibliothèques.

  • 134 Lettre du 7 septembre 1894, ms. 368.
  • 135 Lettre d’É. Boutroux à X. Léon, 11 juin 1894, ms. 359.
  • 136 Lettre de juin 1895, s.p.d., ms. 369.

92Les tentatives d’élargissement du lectorat de la Rmm ont été menées dans deux directions. Les voyages d’études, les échanges entre revues philosophiques européennes pour recension, l’édition des œuvres complètes de Descartes, ont tout d’abord permis d’amorcer la constitution d’un réseau européen et international de lecteurs. Mais, c’est le Congrès international de philosophie de 1900 qui contribua le plus fortement à cette internationalisation. Xavier Léon tourne en premier lieu ses yeux vers l’Allemagne : en 1894, un correspondant allemand lui conseille d’envoyer gratuitement un numéro aux principaux libraires pour se faire connaître outre-Rhin134. La même année, Boutroux, lors d’un séjour à Fribourg, parle de la Rmm autour de lui, et distribue des exemplaires envoyés par Xavier Léon135. En juin 1895, Halévy, alors en voyage en Allemagne, conseille à son ami d’envoyer la Rmm au Philosophischer Verein de Leipzig où elle serait lue par des lecteurs de différents pays : américains, anglais, serbes136… À ce moment, la publication a déjà passé les portes du laboratoire d’un des philosophes allemands les plus connus en France : Wilhem Wundt.

93D’autre part, au niveau national, la diffusion de la publication s’appuie sur la mobilisation en province des « amis » de la Revue. Ainsi, en 1895, Chartier promet de faire de la « réclame » dans le Bulletin universitaire. Au début de 1899, Xavier Léon demande à Blondel, en poste à la faculté d’Aix, de peser pour que la Bibliothèque universitaire se réabonne. Le maillage de la France philosophique réalisé par Xavier Léon permet ainsi de travailler en permanence au renouvellement des abonnements.

94La publicité constitua une part importante des dépenses durant les premières années. Dès l’été 1893, Xavier Léon s’inquiète des résultats décevants enregistrés par la publication et il écrit à Élie Halévy :

  • 137 Lettre du 23 juillet 1893, ms. 368.

« Ce que tu me dis du manque d’abonnements nouveaux, m’effraie ; nous ne pouvons pas vivre avec 200 abonnés et il faut d’ici deux mois trouver le moyen de nous faire connaître137. »

  • 138 Lettre du 13 juillet 1895, ms. 368.

95La Rmm devra donc assurer avec plus de vigueur sa publicité. En 1894, plus de 30 % du budget de fabrication (800 francs sur un total de 2 571,50 francs) est consacré à la publicité. En juillet 1895, Léon met pourtant en cause la médiocre réclame assurée par Hachette et estime qu’il est « urgent de quitter la Maison138 ». Dix ans plus tard, alors que l’autorité de la publication est déjà bien assise, la publicité ne représente plus que 5 % des dépenses totales (puis 2,5 % en 1911).

96La « réclame » s’est développée dans deux directions : premièrement, la diffusion de circulaires rappelant le projet à coup de citations du manifeste introducteur et donnant les titres des articles déjà parus ; deuxièmement, l’insertion d’encarts publicitaires dans des revues importantes : la Revue des deux mondes, la Revue Blanche, la Revue bleue, la Revue rose, la Revue des Sciences, ainsi que dans les revues à caractère scolaire publiées sous le patronage d’Armand Colin. La Rmm fait également de la réclame dans la grande presse (le Temps et les Débats). Ludovic Halévy a été chargé de lui ouvrir les portes de la Revue de Paris et à la fin du siècle, Louis Weber sert de relais auprès du Mercure de France qui lui a confié une chronique philosophique.

  • 139 Sur ce débat, je renvoie au chapitre VII de ma thèse.
  • 140 Lettre s.p.d., ms. 359.

97La Rmm visait un public plus large que la communauté philosophique universitaire parisienne, refusant de s’enfermer dans une définition étroitement disciplinaire. Des collaborateurs de sensibilités différentes encouragèrent souvent Xavier Léon à orienter la stratégie éditoriale en ce sens. Chartier souhaitait donner un tour davantage politique et militant au rationalisme de la Rmm ; Bouglé se félicitait quant à lui de la discussion ouverte en 1902 sur la « crise du libéralisme139 », à propos des lois scolaires, dans la rubrique « Questions pratiques », et invitait à développer la publicité sur le terrain politique en envoyant des exemplaires à Clemenceau et à Faguet140.

  • 141 La philosophie de Fichte. Ses rapports avec la conscience contemporaine, Paris, Alcan, 1902.
  • 142 Lettre du 15 août 1904, ms. 368.

98Xavier Léon avait misé sur la modicité du prix de la publication pour lui assurer une large diffusion. Sur l’ensemble de la période, il ne parviendra jamais à équilibrer durablement les comptes. L’aventure éditoriale fut financée en partie sur ses deniers personnels : Xavier Léon fut ainsi un mécène discret. Le prix Saintour qui lui fut décerné en 1900 par l’Académie des sciences morales et politiques pour sa première étude sur Fichte141 ne constitua qu’un apport de fonds ponctuel. En 1894, la Revue devait 510 francs à librairie Hachette ; douze ans plus tard, Xavier Léon mentionnait encore un déficit réel de 476 francs alors qu’il n’était que de 9 francs en 1904 (5 970 francs de dépenses pour 5 961 francs de recettes142). En 1911, le secrétaire de rédaction espérait cependant parvenir rapidement à l’équilibre ; espoir finalement déçu. Dès 1895, Xavier Léon avait déploré d’importantes pertes sur la vente au numéro et songé à réduire le tirage. Les numéros spéciaux susceptibles de doper les recettes de la publication (numéros consacrés aux Congrès, numéro du centenaire de Kant, etc.) s’avérèrent en réalité souvent plus coûteux que juteux. En 1902, la rédaction enregistrait pourtant un bon résultat qui s’expliquait peut-être en partie par le succès de la série d’articles sur « la crise du libéralisme ».

  • 143 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 30 septembre 1911, ms. 368. Le contrat initial déposé par Hachett (...)

99La concurrence avec la Revue philosophique explique en partie le maintien d’un prix de vente relativement bas. Ce prix avait initialement été calculé pour un numéro de 6 ou 7 feuilles, or la Rmm atteint régulièrement le chiffre de 10 voire de 11 – soit plus de 160 pages –, bien supérieur à celui de revue de Ribot143. La rationalité économique est secondaire même si Xavier Léon « s’accuse » à plusieurs reprises d’être « un mauvais économe ». Ainsi en 1906 :

  • 144 Lettre du 29 juillet 1906 à É. Halévy, ms. 368.

« […] avec les 600 abonnés que nous avons, je devrais à peu de chose près couvrir les frais. Je dépense trop c’est-à-dire que je fais des numéros trop gras. […] Nous faisons les choses trop largement : il faut nous restreindre ; il faut tâcher de ne pas dépasser ou de rarement dépasser la mesure de 8 feuilles. Nous n’y perdrons pas un lecteur, nous ferons des économies144. »

100Et à nouveau cinq ans plus tard :

  • 145 Lettre du 30 septembre 1911, ms. 368.

« Je te le répète : nous avons été de détestables commerçants et nous sommes au-dessous de nos affaires parce que nous vendons nos numéros moins chers qu’ils ne nous coûtent145. »

  • 146 Lettre du 14 septembre 1893, ms. 368.

101La situation financière ne permettait donc de rémunérer les contributions que de façon exceptionnelle. En 1893, Xavier Léon évoque bien la possibilité de « payer un certain nombre de collaborateurs146 » mais le non-paiement devient rapidement un principe. Alors que le philosophe allemand Simmel regrette de n’avoir pas été rétribué pour un article, Léon écrit à Halévy :

  • 147 Lettre de 1895, s.p.d., ms. 368 (elle mentionne le nom de René Worms, directeur de la Revue intern (...)

« Si ton Simmel n’est pas un philosophe désintéressé tant pis pour lui, qu’il aille chez Worms qui ne paye pas non plus pourtant. La Rmm peut s’en passer et ne pas payer les collaborateurs doit être un principe comme ç’a été une nécessité147. »

102Une décennie plus tard, le secrétaire de rédaction affirme son attachement au caractère « désintéressé » de la participation à l’entreprise revuiste :

  • 148 Lettre à R (?) du 22 février (?) 1907, ms. 388 (brouillon de lettre).

« Si [la Revue] ne rémunère pas les auteurs, c’est parce que ses frais dépassent – et parfois de beaucoup – ses recettes, c’est parce que pour les rémunérer normalement, elle serait amenée à des sacrifices incompatibles avec son existence même. En établissant, à son origine, des prix de vente exceptionnellement bas, pour être accessible à tous, et en fournissant cependant des fascicules volumineux – sans compter les numéros exceptionnels, elle a sans doute adopté une méthode défectueuse au point de vue commercial ; elle a du moins conquis l’estime où on la tient.
Œuvre entièrement désintéressée, elle a fait appel au désintéressement de ceux qui croyaient en son efficacité. Peut-être même a-t-elle tenu une partie de sa force de ce lien purement spirituel avec les collaborateurs148. »

  • 149 Voir les lettres de X. Léon du 18 août 1908, et surtout du 24 août 1909 : « À la Chesnais je répon (...)
  • 150 Voir les lettres de X. Léon à É. Halévy du 22 février 1907 et du 28 novembre 1908, ms. 368.

103En réalité, le principe ne semble pas avoir été intangible (une lettre de 1908 fait état du paiement de certains contributeurs au tarif de 5 francs la page149) : à plusieurs reprises, des collaborateurs étrangers furent ainsi rémunérés150. Si le principe du non-paiement s’impose tout de même parmi les philosophes universitaires au tournant du siècle, c’est que, dans une communauté en voie de professionnalisation, l’insertion d’articles dans une revue qui fait autorité assure une rétribution symbolique importante au service de stratégies individuelles. Or, au tournant du siècle, la Rmm exerce clairement un pouvoir de validation des travaux en donnant une visibilité incontestable à ses auteurs.

  • 151 Lettre à X. Léon du 17 octobre 1911, ms. 369.

104Élie Halévy avouait néanmoins une certaine gêne lorsqu’il s’agissait de demander un article à un philosophe étranger : « j’écrirais bien moi-même mais la question de la “gratuité” me remplit toujours de pudeur151 ». Xavier Léon lui répondait avec beaucoup de fermeté :

  • 152 Lettre du 18 octobre 1911, ms. 369. Deux jours plus tard, Halévy lui répondait par ces mots : « J’ (...)

« Si – comme moi – tu estimes qu’elle [la Rmm] a rendu assez de services et à la cause philosophique et j’ose le dire à beaucoup de ceux qui y écrivent pour pouvoir avouer tout haut qu’elle n’est pas assez riche pour payer ses collaborateurs en argent […] alors elle peut continuer de paraître sans scrupule.
Mais alors pourquoi cette pudeur qui a honte de la pauvreté de la Rmm ; je comprendrais la honte qu’on pourrait avoir à faire des bénéfices sur le dos des collaborateurs, je ne comprends pas celle que tu as à avouer que la Revue n’est pas assez riche pour les payer : qui lui a d’ailleurs jamais fait défaut pour cela152 ? »

  • 153 Selon l’expression de X. Léon à propos du déficit de 2 100 francs enregistré en 1906 (Lettre à É. (...)

105Malgré le déficit des comptes, « ce bouillon d’herbes amères153 », le succès éditorial est en effet incontestable. L’organisation du premier Congrès international de philosophie en 1900 et la fondation de la Société française de philosophie en 1901 ont à l’évidence grandement contribué à ce succès accélérant l’institutionnalisation de la Rmm.

Notes

1 C. Prochasson, « Philosopher au XXe siècle », op. cit., p. 110.

2 Ibid., p. 112.

3 La vitalité du média revue a fait l’objet d’un colloque en 2000 : J. Pluet-Despatin, M. Leymarie et J.-Y. Mollier (dir.), La Belle Époque des revues (1880-1914) Paris, Éditions de l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine, 2002.

4 Daniel Halévy avait lancé avec ses condisciples, Marcel Proust, Fernand Gregh, Robert Dreyfus, plusieurs projets de revues littéraires. Au début de l’année 1892, ils fondaient une nouvelle revue, Le Banquet, en réaction contre les excès du symbolisme. La Revue Blanche, née en 1891, s’appuyait sur un noyau d’anciens de Condorcet (cf. G. Comès, « Le Groupe de la Revue Blanche (1889-1903) » La Revue des revues, no 4, 1987, et O. Barrot, P. Ory, La Revue Blanche, Histoire, anthologie, portraits, éd. 10/18, 1994).

5 J-L. Fabiani, Les philosophes de la République, op. cit., p. 36.

6 J. Julliard, « Le monde des revues au début du siècle. Introduction », Cahiers Georges Sorel, no 5, 1987, p. 3-11.

7 J. Pluet-Despatin, « les revues et la professionnalisation des sciences humaines », dans J. Pluet-Despatin et alii (dir.), La Belle époque des revues, op. cit., p. 305-320.

8 « Introduction », Rmm, 1893, p. 4.

9 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 3 décembre 1892, P. Simon-Nahum, « Correspondance… », op. cit., p. 36.

10 Darlu avait peut-être accueilli au départ avec scepticisme le projet : « Je me rappelle que si j’avais écouté les objections de Darlu, je n’aurais jamais fondé la Revue… », écrivait Xavier Léon en 1905 (Lettre à É. Halévy, ms. 368).

11 En vue du second numéro, X. Léon songe à « arracher à Darlu quelque chose » mais se demande si son nom « fera bien en tête » (P. Simon-Nahum, « Correspondance… », op. cit., p. 42).

12 Lettre de É. Halévy à X. Léon du 21 octobre 1892, CH, p. 76.

13 Lettre de X. Léon à É. Halévy, 1892, s. p. d., P. Simon-Nahum, op. cit., p. 40.

14 Introduction, p. 1.

15 La Philosophie positive, fondée par Littré fut publiée entre 1867 et 1883.

16 J. Pluet-Despatin, « Les revues et la professionnalisation des sciences humaines », op. cit., p. 305.

17 D. Merllié, « Les rapports entre la Revue de métaphysique et la Revue philosophique… », op. cit.

18 La naissance de la Revue philosophique est strictement contemporaine de celle de la Revue Historique (le 1er janvier 1876). Les deux revues étaient publiées par Félix Alcan (voir V. Tesnière, Le Quadrige. Un siècle d’édition universitaire 1860-1968, Paris, PUF, 2001, p. 60-68).

19 Voir J. Thirard, « La fondation de la Revue philosophique », Revue philosophique, 1976, p. 409-411.

20 « … peut-être qu’un contact réciproque [entre les diverses écoles] aurait pour résultat de dissiper bien des malentendus ; en tout cas, il permettrait de ne juger qu’en pleine connaissance de cause » (T. Ribot, Revue philosophique, 1876, p. 1-2).

21 En philosophie, « rien n’est plus commun que l’ignorance de ce qui se fait autour de nous. De là ce travail de pensée solitaire qui, pour une œuvre originale, aboutit presque toujours à des répétitions inutiles ou à la stérilité » (ibid., p. 4).

22 D. Merllié, op. cit., p. 60.

23 T. Ribot, op. cit., p. 1.

24 Lettre d’É. Halévy à X. Léon du 21 octobre 1892, CH, p. 76.

25 Cité par R. Ragghianti dans Alain. Apprentissage…, op. cit., p. 12 et par D. Merllié, op. cit., p. 77.

26 Ibid., p. 77-78.

27 Ibid.

28 Ibid., p. 78

29 Voir M.-C. Blais, Au principe de la République, op. cit.

30 Sur la Critique philosophique, voir Laurent Fedi, « Philosopher et républicaniser : la Critique philosophique de Renouvier et Pillon (1872-1889) », Romantisme, no 115 (2002-1), p. 65-82.

31 M.-C. Blais souligne à juste titre cette filiation (op. cit., p. 400-401).

32 « Introduction », Rmm, 1893, p. 1.

33 M.-C. Blais, op. cit., p. 29.

34 Ibid., p. 26.

35 L. Fedi, « Philosopher et républicaniser… », op. cit., p. 80-82.

36 « Introduction », Rmm, 1893, p. 2.

37 Ibid.

38 Lettre de É. Halévy à X. Léon du 21 octobre 1892, CH, p. 76.

39 « Introduction », Rmm, 1893, p. 2.

40 Ibid.

41 P. Wagner (dir.), Les philosophes et la science, Gallimard, Folio essais, 2002, p. 37.

42 « Introduction », Rmm, 1893, p. 3.

43 Ibid., p. 3.

44 « Présentation », Revue philosophique, 1876, p. 4.

45 « Introduction », Rmm, 1893, p. 3.

46 Ibid., p. 3.

47 Ibid.

48 Ibid., p. 5.

49 Ibid, p. 4.

50 Ibid., p. 3-4.

51 Félix Ravaisson, « Métaphysique et morale », Rmm, 1893, p. 6-7 et p. 25.

52 Sur le cas Brunschvig, voir L. Fedi, « L’esprit en marche contre les codes : philosophie des sciences et dépassement du kantisme chez Léon Brunschvicg », dans Les philosophies françaises et la science, dialogue avec Kant, textes réunis par L. Fedi et J-M. Salanskis, Paris, Société française d’histoire des sciences et des techniques, Lyon, éditions de l’ENS, 2001, p. 119-141.

53 « Introduction », Rmm, 1893, p. 5.

54 Ibid, p. 4.

55 Ibid., p. 5.

56 Ibid., p. 4-5.

57 P. Simon-Nahum formule l’hypothèse selon laquelle la Rmm a été un lieu intellectuel privilégié de l’intégration pour ces jeunes intellectuels juifs (« Xavier Léon/Élie Halévy, Correspondance… », op. cit.).

58 Frédéric Worms, « Au-delà de l’histoire et du caractère : l’idée de philosophie française, la Première Guerre mondiale et le moment 1900 », Revue de métaphysique et de morale, 2001/3, no 31, p. 345-363.

59 « Introduction », op. cit., p. 4.

60 Sur les représentations de la foule voir le beau livre de Susanna Barrows : Miroirs déformants, Réflexions sur la foule en France à la fin du XIXe siècle, Aubier, 1990.

61 La morale des « idées-forces » d’Alfred Fouillée était une première formulation de cette préoccupation tout autant philosophique que « sociologique ».

62 « Introduction », Rmm, p. 4.

63 Ces thèmes sont analysés dans le second volume de ma thèse.

64 Descartes occupe le premier rang dans le panthéon de la pensée française. La figure du philosophe de la Flèche est un des « lieux de mémoires » de la Nation. Voir F. Azouvi, « Descartes » dans Les Lieux de mémoire (dir. P. Nora), tome III, « Les France », Paris, Gallimard, 1984, p. 734-784. Voir également, du même auteur, Descartes et la France. Histoire d’une passion nationale, Paris, Fayard, 2002.

65 L’édition Adam-Tannnery fait toujours référence aujourd’hui (voir la réédition en 1996 chez Vrin).

66 Lettre du 19 (ou 26) août 1893, CH, p. 140.

67 É. Boutroux, « De l’opportunité d’une édition nouvelle des œuvres de Descartes », Rmm, 1894, p. 247-253. Voir la lettre de Boutroux à X. Léon du 6 avril 1894, ms. 359.

68 Lettre à X. Léon du 23 avril 1894, ms. 362.

69 Lettre à X. Léon du 3 mai 1894, ms. 365.

70 Lettre du 23 mai 1894, ms. 366.

71 É. Boutroux, « De l’opportunité… », op. cit., p. 247.

72 Lettre à X. Léon du 12 juillet 1894, ms. 360.

73 Voir sa lettre à X. Léon s.p.d. [mars 1896 ?], ms. 359.

74 Dans sa préface du 31 décembre 1896, Adam écrivait à propos de l’édition de Victor Cousin : « Mais d’abord elle est tout entière en français ; puis les exigences de la critique, ainsi que les progrès de l’érudition, firent bientôt reconnaître à l’éditeur lui-même […] que son œuvre avait besoin d’être reprise à nouveau » (Préface à Œuvres de Descartes, Paris, Vrin, 1996, p. V).

75 É. Boutroux, op. cit., p. 247.

76 Dans le numéro-monument de la Rmm consacré à Descartes en 1896, Lanson signait un article sur « l’influence de la philosophie cartésienne sur la littérature française » (Rmm, 1896, p. 517-550).

77 É. Boutroux, op. cit., p. 248.

78 Ibid.

79 C. Adam, préface citée, p. IX.

80 Ibid., p. VI.

81 Voir sa lettre à X. Léon du 20 août 1894, ms. 366.

82 Lettre du 16 octobre 1894, ms. 358.

83 Ibid.

84 Voir le compte rendu déposé dans le fonds X. Léon de la Bibliothèque Victor Cousin (ms. 388).

85 C. Adam, préface citée, p. CIII-CIV.

86 Voir la lettre d’Adam à X. Léon du 21 juillet 1896, ms. 358.

87 Nous empruntons l’expression à F. Azouvi.

88 Ms. 388.

89 É. Boutroux, « De l’opportunité… », op. cit., p. 247.

90 Les éditions Cerf prenaient en charge l’impression (au prix de 15 francs par volume pour les sous-cripteurs et de 25 francs pour le public). Une dizaine de volumes devaient être publiés au rythme de 2 volumes par an. La publication allait finalement s’étendre sur plus de dix ans.

91 Copie d’une l’une lettre signée du Ministre de l’Instruction Publique, des Beaux-arts et des Cultes, Émile Combes, en réponse aux propositions de publication envoyées par le comité les 19 et 21 novembre 1895, s.p.d., ms. 388.

92 Lettre du 23 octobre 1896, ms. 358.

93 Lettre du 1er février 1898, ms. 362.

94 Lettre du 13 novembre 1894, ms. 358.

95 Selon l’expression d’Olivier Corpet.

96 La Rmm est née pendant une période d’unification des formats, cf. J.-C. Geslot et J. Hage, « recenser les œuvres », dans La Belle époque des revues 1880-1914, op. cit., p. 29-41.

97 Cf. Lettre de X. Léon à É. Halévy, septembre 1900, ms. 369.

98 L’abonnement annuel coûte 12 francs, les volumes annuels reliés 18 francs.

99 W. P. Vogt, « Identifying scholarly… », op. cit.

100 Certaines études sont publiées en deux, trois, voire quatre parties sur plusieurs numéros. Une seule étude peut donc représenter, dans notre comptage, plusieurs contributions.

101 Aars, Amendola, Bosanquet, Calderon, Calderoni, Cantoni, Enriques, Eucken, Frege, Keyserlin, Kinkel, Korteweg, Lutoslawski, Mackenzie, Moore, Paulsen, Simmel, Riehl, Stammler, Whitehead…

102 Weber (24 contributions), Rauh (22), Brunschvicg (21), Lechalas (21), Chartier (19), Poincaré (19), Bouglé (18), Parodi (17), Boutroux (15), Lapie (15), Ruyssen (14), André Lalande (13), Maximilien Winter (12), Gaston Milhaud (12), Delacroix (12), Charles Dunan (12), Halévy (11), Darlu (11), Andler (11), Gustave Belot (11), Georges Sorel (11), Delbos (10), Édouard Le Roy (10), Joseph Wilbois (10).

103 Sur la fonction de la « critique bibliographique » dans la « construction disciplinaire » des disciplines scientifiques, particulièrement des sciences sociales, voir B. Muller, « Critique bibliographique et construction disciplinaire : l’invention d’un savoir-faire », Genèses, 1994, janvier no 14, p. 105-124.

104 V. Duclert, A. Rasmussen, « Les revues scientifiques et la dynamique de la recherche », dans La Belle époque des revues 1880-1914, op. cit., p. 245.

105 J’emprunte l’expression à B. Muller, op. cit., p. 107.

106 G. Fonsegrive La crise sociale, Paris, Lecoffre, 1901.

107 Lettre à É. Halévy du 10 mai 1901, ms. 368.

108 Lettre de X. Léon à É. Halévy, s.p.d., ms. 368.

109 Rmm, 1901, suppl., mai, p. 6.

110 Lettre à X. Léon, 1894, s.p.d. (f° 110), ms. 358.

111 Et en délicatesse avec les philosophes installés, membres du jury de l’agrégation au moment où il avait été refusé…

112 Essai critique sur l’Esthétique de Kant, Paris, Alcan, 1897. Basch est alors un jeune docteur ès lettres, chargé de cours à la faculté des lettres de Rennes. Il fait allusion à un compte rendu publié dans le supplément de novembre de la Rmm (p. 1-2). Celui-ci n’était pas des plus assassins (il soulignait la qualité de certaines analyses) mais il était critique sur le fond comme sur la forme, le tout en une cinquantaine de lignes…

113 Lettre à X. Léon du 31 mars 1898, ms. 358.

114 Lettre à X. Léon du 4 décembre 1907, ms. 358.

115 Lettre de C. Andler à X. Léon du 10 décembre 1907, ms. 358.

116 Lettre à X. Léon du 5 mai 1908, ms. 358.

117 Lettre s. p. d. (fin octobre 1908 ?), ms. 358.

118 Lettre de L. Couturat à X. Léon, 23 décembre 1894, ms. 360.

119 Lettre de L. Couturat à X. Léon du 21 septembre 1899, ms. 360.

120 Lettre du 2 juillet 1902, ms. 360.

121 Lettre d’É. Halévy à X. Léon du 16 juin 1892, ms. 387.

122 Lettre à É. Halévy, 1892, s.p.d., ms. 368. Le contrat déposé chez Hachette réserve 2 francs à la librairie sur l’acquittement de chaque abonnement dont le prix est fixé à 12 francs (IMEC, fonds Hachette, HAC 24.17).

123 Ibid.

124 A. Darlu, « Réflexions d’un philosophe sur les questions du jour. À propos de l’impôt sur les successions », Rmm, 1895, p. 115-126.

125 « J’ai écrit à Weber pour lui demander de tâter Colin par Max Leclerc […] en tout cas si Colin est disposé je pourrai pour donner à la Revue de l’autorité, faire agir auprès de lui les 3 directeurs [les 3 directeurs au ministère de l’Instruction publique] : je suis sûr de leur démarche : mes visites au ministre auront toujours servi à cela » (Lettre de X. Léon à É. Halévy, s.d., 1894, ms. 386). Voir également la lettre de Louis Weber à X. Léon du 7 octobre 1894, ms. 367.

126 Sur le parcours de Max Leclerc, voir A. Savoy, « Max Leclerc (1864-1932), un éditeur engagé », dans C. Chambelland (dir.), Le Musée social et son temps, PENS, 1998, p. 119-134. M. Leclerc (1864-1932), ancien élève de l’École des sciences politiques fondée en 1872 par Émile Boutmy, licencié en droit, s’était distingué par la publication de plusieurs enquêtes (notamment une enquête sur l’éducation des classes moyennes en Angleterre) avant de prendre les rênes de la maison Colin. C’est en intellectuel plus qu’en commerçant qu’il envisageait sa fonction d’éditeur, voyant dans l’édition un outil permettant d’exercer une influence sur la société.

127 Selon J. Thirard, son Manuel de philosophie était « une machine de guerre contre la psychologie de Ribot » (op. cit., p. 407).

128 Une lettre du 4 juin 1909 évoque 10 abonnements perdus dans des lycées (ms. 386).

129 En 1907, la Revue des deux mondes compte environ 15 000 abonnés pour moins de 700 à la Revue de métaphysique et de morale.

130 Pour la vente au numéro, la correspondance mentionne ainsi un total de 28 années complètes en 1906 et de 20 années en 1911.

131 Ms. 368, s.p.d.

132 La seule que nous ayons pu consulter (Lettre de X. Léon à É. Halévy, 1893, s.p.d., ms. 368).

133 Je renvoie ici au chapitre VIII de ma thèse.

134 Lettre du 7 septembre 1894, ms. 368.

135 Lettre d’É. Boutroux à X. Léon, 11 juin 1894, ms. 359.

136 Lettre de juin 1895, s.p.d., ms. 369.

137 Lettre du 23 juillet 1893, ms. 368.

138 Lettre du 13 juillet 1895, ms. 368.

139 Sur ce débat, je renvoie au chapitre VII de ma thèse.

140 Lettre s.p.d., ms. 359.

141 La philosophie de Fichte. Ses rapports avec la conscience contemporaine, Paris, Alcan, 1902.

142 Lettre du 15 août 1904, ms. 368.

143 Lettre de X. Léon à É. Halévy du 30 septembre 1911, ms. 368. Le contrat initial déposé par Hachette en 1893 prévoyait des numéros de 96 pages.

144 Lettre du 29 juillet 1906 à É. Halévy, ms. 368.

145 Lettre du 30 septembre 1911, ms. 368.

146 Lettre du 14 septembre 1893, ms. 368.

147 Lettre de 1895, s.p.d., ms. 368 (elle mentionne le nom de René Worms, directeur de la Revue internationale de sociologie, ennemi intime des fondateurs de la Rmm).

148 Lettre à R (?) du 22 février (?) 1907, ms. 388 (brouillon de lettre).

149 Voir les lettres de X. Léon du 18 août 1908, et surtout du 24 août 1909 : « À la Chesnais je répondrai qu’on paye les collaborateurs quand ils le désirent 5 francs la page et je limiterai son article à 10 pages : 50 francs de la Chesnais suffiront à mon bonheur. Et au tien ? » (ms. 368).

150 Voir les lettres de X. Léon à É. Halévy du 22 février 1907 et du 28 novembre 1908, ms. 368.

151 Lettre à X. Léon du 17 octobre 1911, ms. 369.

152 Lettre du 18 octobre 1911, ms. 369. Deux jours plus tard, Halévy lui répondait par ces mots : « J’ai peur que tu m’aies fort mal compris. Je n’ai jamais dit que tu avais tort de demander des articles gratuits. Au contraire, je crois que tu as tout à fait raison. Seulement je n’ai ni ton audace ni ton génie ».

153 Selon l’expression de X. Léon à propos du déficit de 2 100 francs enregistré en 1906 (Lettre à É. Halévy du 31 juillet, ms. 368).

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540