Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Les philosophes en République

 | 
Stéphan Soulié

Préface

Christophe Prochasson

Full text

1Voici un monde gris de messieurs sévères. Les femmes en sont même exclues, à l’exception de celles qui acceptaient de passer les petits fours, comme le faisait Gabrielle Léon, l’épouse du fondateur de la Revue de métaphysique et de morale, avec un dévouement appliqué dans son salon de la rue des Mathurins. Lire le livre de Stephan Soulié revient pourtant à chasser la poussière qui recouvre les piles de recueils jaunis. Il dément efficacement une vieille et injuste réputation. Le périodique dont il a entrepris de narrer la naissance évoque a priori l’image d’une université conformiste et rétive aux audaces, fermée sur elle-même, qui plus est définitivement condamnée par un irrespectueux jeune homme de l’entre-deux-guerres. De Paul Nizan, on retient souvent la violente diatribe lancée contre quelques philosophes barbus et apaisés que l’écrivain réduisit à l’état peu attractif de « chiens de garde » de la bourgeoisie républicaine. Parmi ces derniers, plusieurs avaient fait leurs classes dans les rangs de la Revue de métaphy-sique et de morale. Depuis cette fameuse philippique, on eut quelque peine à les imaginer jeunes, tant la sanction de Paul Nizan et de quelques autres les figea dans l’albâtre de bustes académiques. Les pages qui viennent invitent à les considérer sous un autre jour.

2Depuis plusieurs années déjà, les historiens ont montré à quel point, à la fin du XIXe siècle, les revues devinrent les principaux foyers de la vie intellectuelle. À l’instar de leurs confrères écrivains ou poètes, désireux de porter haut l’étendard de la nouveauté littéraire, historiens, sociologues ou philosophes, avides d’afficher leurs doutes ou leurs nouvelles certitudes, se rassemblaient, se confortaient et s’organisaient autour de « revues ». La démarche n’était pas entièrement inédite. Le siècle qui s’achevait lui avait fait bonne place. Mais il ne fait aucun doute que le système des revues atteint dans le dernier tiers du siècle une espèce de perfection que rien n’est depuis venu contrarier, pas même le passage de l’écrit à l’écran.

3Ainsi, après en avoir beaucoup parlé puis s’en être donné les moyens matériels et intellectuels, deux ou trois jeunes gens bien nés, et bien élevés entre les murs du Lycée Condorcet, lancèrent-ils une nouvelle revue de philosophie en janvier 1893 : la Revue de métaphysique et de morale. Ces jeunes philosophes, tout frais moulus de leurs bonnes études, Xavier Léon, Élie Halévy et Léon Brunschvicg (ces deux derniers agrégés et anciens élèves de l’École normale de la rue d’Ulm), finirent par incarner dans l’entre-deux-guerres et après ce qu’il y avait de plus convenu et pour tout dire de plus poussiéreux dans la philosophie française. Dans la dernière décennie du siècle précédent, ils en avaient cependant au mieux illustré la nouvelle jeunesse. Le premier mérite de la belle étude de Stephan Soulié est d’être y aller voir de plus près, sans préjugés, avec le seul souci de redonner un souffle de vie à une séquence de la vie philosophique longtemps discréditée par l’insolence de successeurs.

4Comprendre donc, non point pour réhabiliter, comme tendent à le faire aujourd’hui certains auteurs prompts à espérer une réanimation de notre pensée politique par la lecture de ces philosophes républicains, mais pour saisir in statu nascendi un mouvement d’idées, non une école, appelé à compter et à durer dans l’histoire de la philosophie française puisque l’organe existe toujours. L’entrée par la revue était le meilleur choix, d’autant plus que la Revue de métaphysique et de morale fut vite beaucoup plus qu’un périodique imprimé. Elle configura un système, un « collectif de pensée » pour reprendre la terminologie proposée par l’historien des sciences Ludwik Fleck, ou, mieux encore, une machine à organiser, à réguler, à inventer et produire des idées nouvelles, à défendre une certaine conception de la philosophie que l’on estimait menacée.

5Temps heureux où une bourgeoisie rentière trouvait de bon ton d’investir dans les biens immatériels. Bien que la revue fût bel et bien un objet matériel et que son équilibre financier, certes fragile, bénéficia finalement d’une honorable diffusion. Convenons que Xavier Léon, son « secrétaire de rédaction », qui s’en tint toujours à ce titre modeste sous l’empire d’un retrait qui s’accordait avec une éthique républicaine affichée sans réserve, avait des loisirs pour s’en occuper matins et soirs. Le désintéressement scientifique ne se peut comprendre seulement comme le masque de stratégies occultées de « jeunes gens riches, juifs et très métaphysiciens », ainsi qu’Espinas dépeint perfidement les fondateurs de la Revue de métaphysique et de morale. À l’instar d’un autre « refus de parvenir » théorisé par tout un courant du syndicalisme d’action directe, il existe un « refus de parvenir » bourgeois, aristocratique au fond, qui méprise les combines et les jeux de clientèles, qui s’adosse aussi, dans le cas de Léon tout particulièrement, à une certaine morale républicaine. L’homme a investi toute son énergie dans le fonctionnement de la Revue et de ses divers satellites au détriment d’une œuvre philosophique qui ne compte guère que des travaux sur Fichte sans doute assez peu mémorables.

6D’autres acteurs de cette histoire sont aussi l’occasion offerte à la plume de Soulié, d’esquisser de beaux portraits, davantage encore que des biographies, où s’exposent les mêmes vertus : le maître Alphonse Darlu, auquel Marcel Proust, l’un de ses anciens élèves, rendit un hommage appuyé dans Jean Santeuil, Élie Halévy, l’ami très cher de Léon et le co-fondateur de la Revue, et, plus fugitivement, comme en arrière-plans, Léon Brunschvicg, Louis Couturat, Frédéric Rauh, tant d’autres auxquels il serait bon de consacrer quelques heures de lecture après tant d’oubli et de mépris.

7Un fil court tout au long du livre de Stephan Soulié : s’y déploie une belle et dense réflexion sur l’amitié philosophique, et, plus largement encore, sur l’amitié intellectuelle. Léon et Halévy, les tout premiers, sont convaincus que l’affection est le principe actif de toute alchimie spirituelle. Tout bien pesé, ne sont-ils pas plus proches de leurs modèles antiques, cette philosophie déambulatoire fondée sur la séduction et le sentiment, que de la philosophie allemande du XIXe siècle ? Dans leur façon de vivre la philosophie, ces penseurs, n’en déplaise à leurs annonces, cousinent davantage avec Socrate qu’avec Kant. À ces jeunes gens, il faut des maîtres.

8Stephan Soulié a bien raison d’insister sur la régulation des controverses mise en œuvre par les différentes instances du système qu’il analyse avec tant de précision et qu’autorisent cette théorie de l’amitié et ce comportement social. Si l’on apprécie bien les vertus et l’utilité des disputes, celles-ci doivent être menées à bon port dans le cadre pacifié d’une raison non brouillée par la présence redoutée des passions. Les Congrès internationaux de philosophie, initiés à partir de 1900 sous l’impulsion de Xavier Léon, le « philosophe sociable » par excellence, les séances de la Société française de philosophie lancée l’année suivante, où s’élabora avec patience entre 1902 et 1922 le Vocabulaire technique et critique de la philosophie sous la houlette de Lalande, la Bibliographie annuelle de la philosophie française publiée entre 1910 et 1913, voire les réceptions du dimanche ou les déjeuners du mercredi, rue des Mathurins, au domicile de Xavier et Gabrielle Léon, répondent au même objectif : instituer une société des philosophes, au-delà de leurs naturelles et nécessaires divergences. Le dernier chapitre du livre de Stephan Soulié, qui traite subtilement des relations entretenues par ces intransigeants cartésiens avec la pensée de Bergson, à laquelle ils s’ouvrirent cependant avec un bel esprit de tolérance, illustre au mieux ce régime libéral de la vie des idées pour lequel il n’est pas insensé aujourd’hui d’exprimer quelque nostalgie.

9Ceux qui n’ont pas aimé ces sages philosophes, et leur ont fait de si méchants procès dans l’entre-deux-guerres et bien après, ont reconnu dans cette conception démocratique du débat une définition avachie de la philosophie comme lieu de résolution de toutes les contradictions. On serait injuste en les suivant sur cette voie. Les convictions qui étaient celles des philosophes de la Revue de métaphysique et de morale peuvent être on ne peut plus fermes. Aucun parmi eux ne peut passer pour routinier de la vie des idées. Que plusieurs aient bientôt fait de belles carrières n’ôte rien à leur projet ouvert sur les arrêtes de forts engagements intellectuels et peut-être politiques lorsque les grands principes se trouvaient mis en cause. Réduire leurs actions à de pures stratégies – qu’on ne peut néanmoins ici et là tout à fait écarter – reviendrait à appauvrir terriblement ce « moment 1900 » de la pensée française et s’en faire une idée bien maigre.

10Brossons-en à grands traits le paysage tel qu’il fut perçu par ces jeunes audacieux. À leur gauche (encore que cette topographie à résonnance politique ne vaille rien en ce temple de la pensée libre allergique à toute forme d’embrigadement), le positivisme scientiste : une philosophie en miettes qui se décline en autant de sciences « humaines » ou « sociales », psychologie et sociologie les premières détachées, et en voie d’autonomisation. Ce grand brigand de Durkheim n’est pas en odeur de sainteté dans le petit monde de la Revue de métaphysique et de morale en dépit de la présence parfois active de certains de ses disciples ou proches : Célestin Bouglé, Dominique Parodi, Paul Lapie. N’incarne-t-il pas cet « esprit de spécialité » contre lequel maugrée Élie Halévy ? Ce n’est pas l’un des moindres paradoxes de ces années fin de siècle que d’avoir vu surgir, au cœur de la revue fondée par des philosophes impatients de redorer le blason de la métaphysique, la plus prestigieuse revue de la sociologie française. Avant de prendre son indépendance, L’Année sociologique fut à partir de 1894 une petite chronique insérée dans la Revue de métaphysique et de morale que rédigeaient les trois jeunes durkheimiens qui viennent d’être cités, tous issus de la philosophie, comme l’écrasante majorité de la nouvelle école sociologique.

11À leur droite, le « positivisme spiritualiste » du courant bergsonien. Lui aussi compte des partisans au sein de la revue dont l’un des plus brillants est Édouard Le Roy. Mieux encore, Xavier Léon n’eut de cesse d’inviter Bergson lui-même à participer aux activités organisées sous l’égide de la revue. Dès 1898, un collaborateur de la Revue de métaphysique et de morale, Baptiste Jacob, s’en prit pourtant avec vivacité aux idées de Bergson. Mais il s’agissait là moins d’une exécution que de l’ouverture d’une controverse appelée à durer. En 1901, la Société française de philosophie discuta les thèses avancées dans le périmètre de la « philosophie nouvelle ». Cette dernière fut à sa manière une « nouvelle philosophie », adossée à des stratégies « mondaines », à défaut d’être déjà « médiatiques », irriguant le débat public et en relation avec les arts et la littérature. Bergson et les bergsoniens débordaient le monde académique qui les boudait, quand Léon et ses amis s’employaient à l’investir. La méfiance à l’endroit de Bergson était tout autant affaire de style que de philosophie à proprement parler. Ce qui n’empêcha pas la Revue de métaphysique et de morale d’ouvrir ses colonnes à Henri Bergson lui-même. En 1903, le philosophe du Collège de France y publia un véritable manifeste : sa retentissante « introduction à la métaphysique ».

12Tout se passe comme si les philosophes de la Revue de métaphysique et de morale avaient été broyés par les brillantes fortunes de sa gauche et de sa droite. Trop tièdes, trop prudents, trop « juste milieu », ils ne seraient pas parvenus à dessiner une voie originale qui se refusait à l’enfermement dans une seule école. Pressés de rompre des lances avec leur temps, qui n’eut de cesse d’enfermer les uns et les autres derrière les grilles de familles d’esprit plus complémentaires qu’antagonistes et beaucoup plus vivantes que les historiens des idées, jusqu’à aujourd’hui, affectent de le croire, ils eurent d’abord soin de ne jamais renoncer à se soumettre aux élans de la curiosité intellectuelle, la seule passion qui guida leur entreprise. Leur incontestable proximité avec le monde académique, dont ils finirent par occuper le centre, a sans doute aussi contribué à les écarter des sphères de l’innovation. Stephan Soulié, qui n’occulte rien d’une certaine tendresse pour ce milieu injustement dénigré, pointe aussi atténuations et compromis pratiqués par Léon et ses amis, soucieux de ne s’aliéner personne. Cette ligne de conciliation n’est pourtant pas une ligne de modération qui refuserait de choisir entre deux « excès » philosophiques. La Revue de métaphysique et de morale avait bel et bien un projet intellectuel qu’elle déplia tant bien que mal, comme on le fait toujours en pareille matière.

13Les fondateurs de la Revue et leurs proches partageaient avec leur droite et leur gauche philosophiques bien des points de vue. Avec la « philosophie nouvelle », ils redoutaient la montée en puissance des sciences humaines et sociales dont ils fustigeaient la démarche « desséchante ». Leur revalorisation de la métaphysique, comme science de l’esprit, était d’abord tournée contre ce succès grandissant qui faisait peser sur la philosophie la menace de son éclatement en sciences rivales. Hantés par cette inquiétude, ils n’avaient foi que dans le rétablissement d’une unité de la connaissance que seule, à leurs yeux, pouvait garantir la philosophie.

14À condition cependant que la philosophie ne s’abandonnât pas aux mirages de l’intuitionnisme ni aux vertus du flou, du flux et de l’incertain, qui semblaient faire recette du côté de chez Bergson. Leur retour à la métaphysique s’appuie sur un intellectualisme radical empreint d’une fidélité jamais démentie à Descartes. On ne sera pas surpris de voir la Revue de métaphysique et de morale prendre l’initiative de la commémoration du tricentenaire de la naissance de l’auteur du Discours de la méthode en 1896, date à laquelle fut lancée la publication de ses œuvres complètes, alors même que le périodique n’avait été créé que trois ans plus tôt. C’est sous ce glorieux mais classique patronage que les philosophes de la Revue de métaphysique et de morale firent si bon accueil aux savants, physiciens et mathématiciens en tête. Au point qu’Émile Chartier (Alain), l’un des plus prolixes collaborateurs du périodique, alerta ses amis face à une dérive qui selon lui risquait de conduire la revue à devenir « de mathématique et de morale »

15Il n’en fut rien. Pour faire face à l’autonomie grandissante des savoirs et à la difficulté croissante d’accès à ceux-ci qui en découlait, les philosophes de la Revue en appelaient à une collaboration étroite avec les scientifiques. On ne serait en mesure de penser les grands enjeux philosophiques ouverts par le développement contemporain des sciences qu’en approchant celles-ci au plus près. Plusieurs savants de renom participèrent régulièrement aux différentes entreprises de la revue : Henri Poincaré, Jean Perrin, Paul Painlevé, Paul Langevin

16Dans les Congrès internationaux de philosophie, on leur fit belle place. Élie Halévy lui-même, le double de Xavier Léon, était le neveu du chimiste Marcellin Berthelot. Et plusieurs philosophes de la Revue disposaient d’une solide formation de scientifique ou de mathématicien comme Louis Couturat, Édouard Le Roy, voire Léon Brunschvicg, tout à la fois licencié ès lettres et ès sciences. C’est l’une des spécificités les plus notables de la Revue de métaphysique et de morale, que celle d’être parvenue à organiser une telle rencontre entre philosophes et scientifiques, sans verser dans le scientisme qui menaçait de toutes parts. Si elle ne parvint pas à renouer avec le paradis perdu de l’unité du savoir – illusoire objectif en vérité tant l’émiettement des connaissances est inscrit dans le mouvement même de la science moderne –, elle fut l’un des rares espaces intellectuels où des échanges entre les deux familles d’esprit purent survivre.

17C’est cette belle réussite que retrace excellemment le livre de Stephan Soulié. L’auteur se distingue par une qualité à l’image des hommes et des projets qu’il examine. L’histoire intellectuelle et l’histoire des intellectuels se sont souvent coupé l’une de l’autre. La première se rattache à l’antique histoire des idées. Elle retrace l’odyssée d’un penseur, d’une école ou d’un courant découpé selon les pointillés d’une réputation. Cette approche gouvernée par des classifications stables a tous les défauts d’une histoire de manuel où à force de rassurer le lecteur, on l’enferme dans des définitions invalidées par le mouvement même de l’histoire. La seconde ne reconnaît que des biographies, des propriétés sociales et des stratégies. Les œuvres sont remisées au rayon des accessoires. Évoquées à la hâte, elles ne tombent pas dans l’escarcelle de l’historien qui n’aurait d’autre mission que de commenter les faits et gestes d’acteurs sociaux. Stephan Soulié fait ici la démonstration que l’histoire socio-culturelle des revues permet de dépasser avec bonheur ces deux écueils. Grâce à un fond documentaire exceptionnel (l’étourdissant fonds de correspondance Xavier Léon consigné à la Bibliothèque Victor Cousin par les bons soins du regretté Jean-Paul Léon et quelques autres archives très habilement mobilisées par Soulié), il met en évidence le lien existant entre une pratique de la philosophie, un projet intellectuel et des perspectives politiques. Au-delà du passionnant exemple dont il traite, l’autorisant à remettre à flot un courant philosophique composite qui est tout sauf méprisable, Stephan Soulié nous administre aussi une magistrale leçon de méthode.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Terms of use: http://www.openedition.org/6540