Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le salut par les armes

 | 
Franck Mercier
, 
Ariane Boltanski

Quatrième partie. Propagation de la foi et identités nobiliaires

Les femmes de la noblesse française dans la défense de l’orthodoxie catholique de la paix d’Alès à la révocation de l’édit de Nantes

Catherine Martin

Texte intégral

1A priori, la défense de l’orthodoxie est une affaire d’homme. Le noble défenseur de l’orthodoxie, c’est le croisé ou le ligueur qui meurt (ou accessoirement tue) pour Dieu les armes à la main. C’est aussi le docte prêtre qui remue les âmes par le ministère de la parole. C’est encore le magistrat qui prononce ses sentences, le prêtre et le magistrat étant parfois réunis dans la terrible figure de l’Inquisiteur.

2Les femmes, sur l’injonction de saint Paul, se taisent dans l’église et restent au château pour broder, filer la laine et prier pour le retour de leurs glorieux époux.

3Pourtant, dans le France du XVIIe siècle, entre la paix d’Alès et la Révocation de l’édit de Nantes, une parenthèse s’est ouverte qui a donné à certaines femmes, celles à qui leur rang donnait du poids, une place dans cette lutte pour l’orthodoxie. Sous le régime de l’édit de Nantes, le combat pour l’orthodoxie ne relevait plus du guerrier et assez peu du prêtre qui n’intervenait que lorsqu’une conversion était déjà décidée. L’affrontement s’était déplacé sur le terrain juridique et social. Le défenseur de la foi était le dévot et bien souvent sa femme. En effet, les femmes, surtout si leur naissance leur donnait du crédit avaient toute leur place dans les réseaux chargés de surveiller et d’étouffer l’hérésie.

  • 1 Martin C., Les compagnies de la Propagation de la foi, Genève, Droz, 2000.

4Nous commencerons par observer cette place des femmes dans les réseaux dévots voués à la « propagation de la foi1 », pour étudier ensuite l’usage que l’on pouvait faire de la noblesse au service de cette cause. Nous verrons enfin que les femmes nobles quand elles se mettaient au service de la religion manifestaient ainsi une volonté d’action et d’expression qui n’était pas si éloignée que cela des désirs de grandeur et d’aventure qui avaient pu motiver leurs homologues masculins.

La place des femmes dans les réseaux pour la Propagation de la foi

La question de la place des femmes

  • 2 G8* 1647 A, Assemblée du Clergé de 1635, Journal de l’abbé de Saint-Josse et Bnf, mss. Fr. 2786, M (...)

5Dans les années 1630, on a vu se créer un réseau d’institutions, ordres religieux et associations laïques qui ont très tôt vu l’utilité, voire la nécessité de s’appuyer sur les femmes. Cet appel aux femmes s’inscrit dans le mouvement qui, dans la première moitié du XVIIe siècle a vu se développer des ordres religieux féminins nouveaux, dispensés de clôture, ainsi que des associations dévotes féminines comme les fameuses « Dames de la charité ». Cette nouvelle sociabilité religieuse féminine avait suscité des oppositions, mais tant qu’il ne s’agissait que d’hôpitaux et de charité, cette évolution avait vite été acceptée. Pour la défense de l’orthodoxie, la question se posait tout autrement ; on touchait au discours sur la foi : d’un côté, l’utilité pratique de la participation des femmes était évidente, mais, de l’autre, certains y voyaient une façon de donner aux femmes trop de licence. Nous verrons d’ailleurs que cette crainte n’était pas dénuée de fondement. La question a, par exemple, été abordée à l’assemblée du Clergé de 16352. Les prélats réunis à Paris ont appris l’approbation par Rome de la création de la compagnie de la Propagation de la foi de Paris. La nouveauté de cette institution a suscité une très violente polémique et la place que cette compagnie accordait aux femmes fut l’un des points les plus controversés. Pris à partie par les tenants d’un clergé seul habilité à traiter des mystères de la foi, les membres de la compagnie dont certains étaient aussi délégués à l’assemblée furent amenés à défendre le rôle qu’ils entendaient accorder aux femmes dans leur compagnie. Quand M. de Séez les accuse de vouloir faire participer les femmes aux controverses, ils se récrient et protestent que l’on veut les ridiculiser. Ils admettent cependant avoir besoin des femmes pour les œuvres de charité liées à leurs activités.

6De fait, l’étude du fonctionnement réel et quotidien du réseau montre que l’expérience des dames dévotes en matière de gestion des hôpitaux est très utile aussi dans la lutte pour l’orthodoxie, puisque la pièce maîtresse du dispositif est la création de maisons d’internement pour les enfants et les jeunes filles séparés de leurs familles en vue de la conversion. Ces établissements ressemblent à des hôpitaux dont les pensionnaires ne seraient pas toujours de basse extraction. C’est ce qui rend la noblesse d’autant plus nécessaire, les jeunes converties sont souvent des bourgeoises, parfois même des nobles et il s’agit d’opérer une forme de greffe sociale, après l’abjuration. Il faut réintégrer chaque converti dans de nouveaux liens sociaux lui permettant de pratiquer la religion catholique dans le cadre de solidarités nouvelles. Trouver une condition aux converties qui étaient autorisées à sortir après leur abjuration était un moment essentiel et les femmes de l’aristocratie étaient particulièrement bien placées pour y réussir, qu’il s’agisse de marier, de placer dans un couvent ou de trouver un emploi, chacun étant scrupuleusement traité selon sa condition.

7Comme supérieures ou sœurs vocales d’ordres religieux ou comme membres de compagnies dévotes laïques, on trouve donc des femmes nobles à la pointe du combat antiprotestant dans les années qui ont suivi la paix d’Alès. Elles s’insèrent dans le réseau très complexe qui s’est mis en place à partir de 1630 et où, par leurs relations, elles servent bien souvent de pivot. Je voudrais rappeler brièvement l’organisation de ce réseau et la place que les femmes nobles y tiennent.

Le cadre rassurant des ordres de filles séculières

8Les deux ordres fondés pour la conversion des femmes protestantes l’ont été par l’intervention de nobles dames, même si cela a pris des formes différentes.

L’Union Chrétienne3

  • 3 Debouté E., L’Union Chrétienne de Fontenay-le-Comte, Paris, Mediaspaul, 1989. Debouté E., Sans feu (...)
  • 4 On peut parler d’un ordre bicéphale.

9L’ordre ou institut de l’Union Chrétienne semble a priori se conformer au modèle d’un ordre de filles séculières. L’ordre, selon l’histoire qu’il s’est reconstruite, fut fondé par Marie Lumague, veuve de François de Pollalion, résident du roi à Raguse. En réalité, Mme Pollalion, fondatrice des filles de la Charité, était décédée avant la fondation réelle de l’Union Chrétienne. Elle en a probablement formulé le projet, mais les véritables bâtisseuses de l’ordre furent Anne de Croze et Renée des Bordes. Lors de sa fondation, l’ordre manifeste des ambitions supérieures à celles d’un ordre hospitalier ou enseignant ; le vœu d’union de 1652 voudrait en faire un véritable ordre missionnaire, sur le modèle des jésuites. Elles envisageaient même de partir au delà des mers convertir toutes celles de leur sexe que Dieu leur ferait rencontrer. Par la suite, les religieuses de cet institut ont dû modérer leurs objectifs, mais les deux premières supérieures4 et, en réalité, véritables fondatrices de l’ordre, Anne de Croze et Renée des Bordes manifestent une personnalité hors du commun. La façon dont elles se partagent le travail évoque Marthe et Marie. Marthe, ce serait Renée des Bordes, infatigable voyageuse, semant les maisons partout où elle passe, grande organisatrice. Anne de Croze serait une Marie, qui, de sa résidence parisienne, illuminerait l’ordre de sa spiritualité. Elle a été l’héroïne d’un récit hagiographique qui n’a cependant pas réussi à obtenir sa béatification.

Les « Nouvelles Catholiques5 »

  • 5 Souvent dites aussi filles de la Propagation de la foi.
  • 6 Par un étonnant raccourci l’expression Nouvelles Catholiques désigne aussi bien les converties que (...)

10L’autre ordre destiné à la conversion des protestantes est celui des filles de la Propagation de la foi dont la maison mère était le couvent des Nouvelles Catholiques de Paris. Il avait été fondé en 1634 par la compagnie de la Propagation de la foi de Paris. Le couvent des Nouvelles Catholiques de Paris fut dirigé la plus grande partie du temps au XVIIe siècle par une roturière, la mère Garnier, mais, du moins dans les débuts, elle dirige le couvent en collaboration avec une compagnie des dames de la Propagation de la foi où l’on retrouve de grands noms de la Cour et du Parlement. Cette collaboration avec des dames très en vue permet aux sœurs Nouvelles Catholiques6 ou filles de la Propagation de la foi d’être plutôt d’origine bourgeoise ; on trouve cependant parmi elles une princesse, Louise de Cröy, longtemps officière à Paris, mais que l’on retrouve ensuite supérieure à Blois puis à Gex.

11Dans les deux ordres, on retrouve des femmes de la même trempe, de fortes femmes dotées d’un grand esprit pratique et capables d’une grande mobilité. Elles n’hésitent pas à voyager beaucoup pour aller fonder en province de nouvelles maisons qu’elles laissent ensuite à la conduite d’une nouvelle supérieure issue de la maison tandis qu’elles partent pour une nouvelle fondation.

  • 7 Madame de Revel, membre de la propagation de la foi de Grenoble fut à la fois une des premières mi (...)

12On remarque cependant que jamais les religieuses n’ont autant d’influence que les dames laïques. L’activité des ordres religieux se borne à l’accueil ou internement des converties (tout dépend des points de vue). En revanche, les activités des dames laïques, lorsque l’on peut les observer sont d’une grande variété et d’une grande ambition. Elles s’engagent véritablement dans les luttes de la Contre-Réforme, en finançant des missions, en faisant instruire des procès ou même en mettant en place des pèlerinages pour valoriser les miracles par lesquels la Vierge remettait les protestants dans le droit chemin, comme celui de l’Osier à Vinay7.

Des femmes de pouvoir : les dames de la Propagation de la foi

13À l’origine, les dames ont souvent commencé par travailler avec les hommes dans les compagnies de la Propagation de la foi. On les retrouve donc dans des compagnies mixtes comme à Grenoble ou, semble-t-il, à Avignon, compagnie pour laquelle les sources sont très pauvres, mais qui a été conjointement fondée par l’abbé de la Vergne et la marquise des Portes. Par la suite, la bienséance a conduit à réunir les dames dans des compagnies séparées. Pour deux d’entre elles (mais de façon très inégale), on peut avoir une idée de leur composition et de leur fonctionnement.

Les dames de Paris

14On ne dispose malheureusement pas des délibérations de cette compagnie des dames, on ne peut que les repérer dans les archives du couvent des Nouvelles Catholiques de Paris. En effet, celui-ci fut longtemps dirigé conjointement par les religieuses Nouvelles Catholiques et les dames laïques. On connaît donc surtout les noms des principales officières de la compagnie qui contresignent les principaux actes juridiques qui concernent le couvent. C’est ainsi que j’ai pu rassembler quelques noms qui nous donnent quelques indications sur leur recrutement et les liens qui les unissent. Les quelques noms ainsi recueillis sont ceux de quelques dames bien connues dans la noblesse dévote parisienne. Sans en tirer de conclusions hâtives, on peut ainsi remarquer les liens familiaux de certaines de ces dames entre elles, et avec les Lesdiguières, eux-mêmes très liés aux créateurs et créatrices de la plus puissante compagnie de la Propagation de la foi de province, celle de Grenoble.

  • 8 Ou Fayet.

Bruc (de) Suzanne

Veuve de haut et puissant seigneur Jacques de Rougé, marquis du Plessis-Bellière Trésorière de la maison des nouvelles catholiques en 1678

Fayct8 (de) Bonne

Veuve de Messire Jean Jacques de Barillon, conseiller du roi en ses conseils d’état et privé, et président en la première chambre des enquêtes du Parlement de Paris

Meaupou (de) Marie

Veuve de François Fouquet Supérieure en 1664

Moulin (du) Elisabeth

Veuve de François d’Audiguier, seigneur Dumaye, conseiller du roi, maison et couronne de France et de ses finances Trésorière de la maison des nouvelles catholiques en 1664, mais aussi en 1696

Rougé (de) Catherine

Épouse de François de Créqui, maréchal de France Trésorière de la maison des nouvelles catholiques en 1674

Tableau 1 – Les officières connues de la compagnie des dames de la Propagation de la foi de Paris.8

Les dames de Grenoble

  • 9 La compagnie des dames se réunissait presque toutes les semaines, alors que celle des messieurs ne (...)

15L’exceptionnelle conservation des délibérations de la compagnie de Grenoble permet de voir vivre ces dames dans le cadre d’une compagnie mixte, puis dans celui d’une compagnie des dames qui a, dans cette ville, supplanté la compagnie des Messieurs, trop fortement identifiée avec la compagnie du Saint Sacrement9.

16À la vérité, sur les 90 dames identifiées entre 1647 et 1685, seules 44 sont nobles, c’est-à-dire 48 % de la compagnie. Mais, en étudiant les délibérations, on s’aperçoit que les nobles sont les véritables dirigeantes. La réception dans leur compagnie de bourgeoises et même de six « artisanes » répond à un souci d’efficacité, tout en manifestant un certain anticonformisme. On se démarquait ainsi de la pratique habituelle des congrégations dévotes masculines très homogènes socialement. Cela permettait aussi de surveiller toutes les couches de la société grenobloise. En réalité, cette ouverture sociale n’était qu’apparente, les nobles occupaient tous les postes de direction de la compagnie. Pour la période étudiée, sur les dix dames qui occupent constamment les postes d’officières les plus importants, neuf sont nobles et la seule roturière, Mme Carel, est la mère d’un proche de l’évêque.

17Cinq de ces dames sont liées aux familles parlementaires de Grenoble ou d’autres parlements. Il y a de nombreux liens de parenté et d’alliance entre elles et les Messieurs de la Propagation. La comtesse de Clermont est d’une position encore plus élevée dans la noblesse. Les autres n’ont pas pu être situées avec autant de précision.

  • 10 S’agit-il de la même marquise des Portes qui est la fondatrice de la compagnie d’Avignon ? Jusqu’i (...)
  • 11 La date de 1647 signalée à côté du nom, indique que ces dames ont été membre fondatrices de la com (...)

Mesdames

Offices et fonctions

Famille et position sociale

Carel

Assistante en 1681

Mère de M. Carel, membre du personnel épiscopal

De Chevrières

Supérieure en 1665, 1672 sacristaine en 1669,1677 sup, économe en 1681

épouse du président de Chevrières

De Clermont

Supérieure en 1677, sacristaine en 1681

Françoise Bonne Virginie, épouse de Jacques, comte de Clermont-Tonnerre, dame de Tullins et dame de La Bastie, de Montgascon, de Romagneu et de Saint-Marcel, fille de François de Fleard, baron de Pressins, morte le 21/08/1698

De Franquières

Supérieure en 1681

Probablement la femme de Jacques Aymon de Franquières, conseiller au parlement. Famille apparentée aux Sautereau, très actifs aussi dans le milieu dévot grenoblois.

Du Mollard

Dépositaire en 1657, sacristaine en 1665, 1672, 1677, Supérieure en 1669, assistante en 1681

Noblesse parlementaire

Des Portes10

Seconde assistante en 1657, loger les filles, recevoir les dépêches

De Revel (164711)

Assistante en 1657, première assistante en juin 1665 + loger les filles et recevoir les dépêches, assistante en 1669, 1672, assistante en 1677, 1681, secrétaire en 1681

Jeanne de la Croix de Chevrières, comtesse de Revel. Sœur du président de Chevrières lui-même supérieur de la compagnie des Messieurs et membre de la compagnie du Saint Sacrement

De Simiane

Supérieure en 1667

Présidente (de), probablement la femme de François de Simiane de La Coste président à mortier entre 1655 et 1683

De Veyssilieux (Mme de) 1647

Supérieure en 1657, économe en1665, supérieure avant son décès en 1669

épouse de l’avocat général de Bussières de Veyssilieux

Tableau 2 – Le groupe dirigeant des dames de propagation de la foi de Grenoble.

La noblesse au service de la cause

18On ne s’étonne pas de voir ainsi les femmes issues des élites sociales prendre tout naturellement la direction de ces nouvelles institutions, mais il est tout de même intéressant d’étudier à travers la documentation pourquoi la noblesse est un atout très important, spécialement pour cette tâche.

La noblesse confine au sacré

  • 12 Collin H., Vie de la vénérable servante de Dieu, Marie Lumague, Paris, 1744.

19Dans les ordres religieux, ce sont toujours les fondatrices nobles qui font l’objet d’un récit hagiographique, qu’il s’agisse d’une véritable vie12 publiée ou simplement de récits transmis dans l’ordre de façon interne. On en dispose pour l’ordre de l’Union Chrétienne. L’équivalent n’existe pas pour les filles de la Propagation de la foi, probablement parce que cet ordre est dépendant des compagnies laïques. En ce XVIIe siècle, la sainteté n’est pas réservée à une vie consacrée dans les règles. Cette idée apparaît spécialement dans les documents où les compagnies veulent se présenter sous leur meilleur jour, par exemple dans leur correspondance avec Rome. Il en est ainsi pour la compagnie d’Avignon qui est surtout connue par un mémoire envoyé à Rome qui se trouve aux Archives de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples. Ce mémoire retrace les débuts de la compagnie et nous présente un couple : aux côtés d’un dignitaire de l’église, l’abbé de la Côte, on trouve une noble vierge laïque.

  • 13 ACEP, SOCG, vol. 439, fo 64-65. « Incipit anno 1658 zelo Ill[ustrissi]mi et Reverndissi]mi Abbatis (...)

« Elle [la compagnie] a commencé en l’année 1658, par le zèle de l’Illustrissime et Révérendissime Abbé de la Coste, et sur les instances de l’Illustrissime Dame de Portes qui, réunissant la noblesse du sang et la Virginité, s’est toujours dévouée à des œuvres pieuses et surtout à la conversion des jeunes filles hérétiques trop nombreuses dans ses châteaux13. »

20Nous avons un autre témoignage de cette importance de la noblesse la plus haute possible et du lignage, c’est l’ambiguïté entretenue au sujet de l’identité de Renée des Bordes, une des deux premières supérieures de l’Institut de l’Union Chrétienne. Elle signe Renée Desbordes, mais plusieurs sources nous indiquent qu’elle s’appelait, en réalité, Anne de Gramont et était la nièce du maréchal de Gramont. Pourtant, sœur Eugénie Debouté a trouvé qu’elle a témoigné lors du procès en béatification de saint Vincent de Paul et qu’elle s’est présentée comme Renée des Bordes, fille de Hubert des Bordes et d’Antoinette de Grand-Mont, nièce de Dame Claude Françoise de Gramont, veuve du baron de Pange. En cette solennelle circonstance, elle ne pouvait que donner sa véritable identité. Elle semble donc bien être apparentée à la famille de Gramont, mais pas de façon aussi directe que voudraient le suggérer ses hagiographes. Elle hésite entre l’humilité qui lui fait recoller sa particule à son nom et la nécessité de rappeler sa parenté avec les Gramont. La vérité est entre les deux, elle s’appelle Renée des Bordes.

L’utilité du crédit

Pour les religieuses

21Si elle n’hésitait pas à rappeler son lien avec les Gramont, c’est qu’il devait lui ouvrir bien des portes. Renée des Bordes était sans cesse sur les routes et au fin fond des provinces. Elle a semé les maisons de l’Union Chrétienne aux quatre coins du royaume, après deux ou trois ans de supériorité, elle laissait les rênes de la maison à une supérieure locale et repartait fonder une autre maison. Chaque fois, comme à Metz, où elle est reçue et protégée par le maréchal de Schomberg, gouverneur de la province, elle est accueillie par les autorités locales. Si elle était de plus petite extraction, les portes s’ouvriraient moins aisément et on lui pardonnerait moins facilement d’être toujours en voyage dans un ordre où l’on fait en principe vœu de stabilité. Elle termine sa très longue carrière comme supérieure générale de l’ordre. Son amie Anne de Croze quittait assez peu Charonne, puis l’hôtel de Saint Chaumond, rue Saint Denis et assumait la direction spirituelle de l’Institut. Elle aurait pu être, avec Mme Pollalion, la sainte fondatrice de l’Institut, mais on remarque que, malgré plusieurs tentatives, Rome n’a jamais voulu porter sur les autels ces femmes qui, dès le XVIIe siècle s’étaient engagées dans la lutte pour les conversions. Anne de Croze et Renée des Bordes ont toutes les deux été à la tête de l’ordre depuis le vœu d’union du 17 octobre 1651 jusqu’à leur mort dans les premières années du XVIIIe siècle. La noblesse assurait à Renée des Bordes l’assurance d’être bien reçue en province ; elle avait permis à Anne de Croze d’obtenir les lettres patentes du nouvel institut et de faire de l’hôtel de Saint-Chaumond, où la maison parisienne s’était installée, un couvent à la mode.

Pour les dames laïques

22Mais toute l’utilité d’avoir du crédit apparaît dans les délibérations de la compagnie de Grenoble. Ces dames sont infatigables pour faire jouer la solidarité de leurs réseaux.

  • 14 Jean de La Croix de Chevrières, 1607-1619 et Alphonse de La Croix de Chevrières, 1619-1620.

23La principale responsable des relations de la compagnie des dames de Grenoble, c’est Madame de Revel, née Jeanne de la Croix de Chevrières, sœur du président de Chevrières, parente de deux évêques de Grenoble14 et tante de Jean Baptiste de La Croix de Chevrières de Saint Vallier, évêque de Québec. Sa position dans le milieu parlementaire et dans le clergé auquel appartiennent plusieurs de ses douze enfants lui assurent les relations suffisantes pour faire avancer les affaires de la compagnie. L’activité de Madame de Revel nous apparaît d’autant plus débordante en raison de sa longévité dans les instances dirigeantes de la compagnie qui couvre toute la période que nous étudions.

24Cependant, pour certaines missions particulièrement délicates, quand il s’agit de faire jouer les appuis les plus élevés, on préfère s’adresser à la comtesse de Clermont. Elle peut par exemple faire jouer ses appuis à la cour pour une convertie de noble extraction. Elle tient lieu de représentante de la compagnie auprès du duc de Lesdiguières, le très puissant gouverneur de la province. Celui-ci ne participe jamais aux associations dévotes, mais ne leur ménage pas son appui. On voit aussi Madame de Clermont s’adresser aux consuls de la ville. Elle fait aussi jouer ses relations en Savoie, pays étranger mais voisin, avec lequel les dévots grenoblois entretiennent d’importantes relations. Elle est la sœur de l’évêque de Noyon et la mère de celui de Fréjus, ce qui lui permet de mettre le crédit de ces prélats au service de la compagnie des dames de la Propagation de la foi de Grenoble. C’est cet engagement des dames nobles qui a permis à cette compagnie des dames un rayonnement inégalé. Au XVIIe siècle, l’un des rôles des femmes de la noblesse est d’entretenir des relations par leurs réceptions, leur correspondance, on voit ici comment cela peut devenir un moyen très efficace pour mobiliser la société contre les hérétiques.

25Chez les hommes, la volonté de défendre l’orthodoxie se combine souvent avec l’idéal nobiliaire guerrier et dominateur. Aux femmes, l’église conseille l’humilité, mais cette vertu ne s’accommode pas toujours très bien avec les nécessités d’une défense active de la foi. On peut donc voir dans cet engagement des femmes nobles la revendication d’une certaine promotion dans l’église qui est facilitée par leur naissance.

Les femmes s’emparent de la parole

26Il y a donc un paradoxe dans cet engagement des femmes dans la défense de l’orthodoxie, c’est qu’il les conduit souvent à des comportements peu orthodoxes, au moins pour l’époque.

Les ambitions des sœurs de l’Union chrétienne

  • 15 Bibliothèque Mazarine, manuscrit 1803.

27L’acte fondateur de l’institut de l’Union chrétienne est un vœu d’union prononcé en 1652 par sept sœurs à l’issue d’une retraite. Il est de cinq ans antérieur à la première réalisation de l’ordre : la maison de la Propagation de la foi de Metz, elle-même antérieure à la création en 1661 du séminaire de Charonne qui devait devenir la maison mère de l’ordre et se déplacer à Paris en l’hôtel de Saint-Chaumond. Ce vœu est présenté et transcrit dans un manuscrit conservé à la bibliothèque Mazarine15. Le texte montre bien qu’elles n’entendaient pas se contenter de créer des refuges pour converties : des femmes pouvaient créer une « ligue sainte », (est-ce par hasard que l’on pense à Sainte Ligue ?), pour s’opposer au prince des ténèbres.

« Ce vœu d’union qui leur est si particulièrement adapté est à leur égard comme une ligue sainte qui les unit entre elles pour s’opposer à la puissance du prince des ténèbres pour lui enlever les âmes qui ont le malheur de tomber sous sa tyrannie au salut desquelles elles se sont dévouées… »

28Règle d’Union du 17 octobre 1652

  • 16 Il s’agit de Mme Pollalion, mais à sa mort, l’institut n’était pas encore organisé.

« Au nom de Dieu, père fils et Saint Esprit sous l’invocation et la protection de la très Sainte Vierge.
La Providence ayant disposé que nous, filles de diverses provinces assemblées sous la conduite d’une sainte veuve16, notre supérieure, toute consacrée à Dieu et à la charité du prochain, ayant eu pendant quelques années une mutuelle communication des sentiments de piété qu’il a plu à Dieu nous inspirer. Nous avons reconnu que les lumières et les grâces que sa divine bonté a départies à chacune de nous, se rapportent toutes à une même fin qui est de nous unir à Jésus Christ par une continuelle méditation et une fidèle imitation de sa Sainte vie, pour le suivre en la compagnie de ses premières saintes disciples qui le suivaient et des autres qui le suivaient dans tous les siècles, cherchant les âmes, et nous faisant toutes à toutes celles de notre siècle, par son esprit de charité pour les lui gagner toutes, professant les maximes évangéliques par les œuvres et par l’instruction aux filles en demeurant unies entre nous du lien indissoluble de la déliction fraternelle en son divin amour quoique nous vinssions à être séparées et dispersées en diverses provinces ou même en des pays étrangers en nous secourant et nous aidant les unes les autres de tout ce qui nous sera possible, le tout avec l’agrément et les ordres de nos supérieurs. »

29On remarque l’extrême ambition des sœurs de l’Union chrétienne à leurs débuts qui explique le nom de « jésuitesses » qu’on leur donnait parfois. Elles refont même un peu l’histoire sainte en donnant aux saintes femmes le statut de disciples pour s’affirmer ensuite leurs héritières. Au XVIIe siècle, elles n’ont pas pu, comme elles le souhaitaient partir à l’étranger, mais elles ne se sont pas contentées d’enseigner la récitation du credo, comme le leur demandait Bossuet dans les statuts qu’il a donnés à la maison de Metz en 1657.

Le rêve des dames de Grenoble

30On retrouve cette même envie de bousculer le statut des femmes dans l’église chez les dames laïques de Grenoble, une délibération de mai 1674 en témoigne :

  • 17 AD, Isère, 26H 104*, 4/5/1674.

« Delibéré que, des maintenant et pour l’avenir, les dames de la compagnie restabliront leur ancienne et louable coustume de venir dyner de deux en deux par chascun jour despuis l’ascension jusqu’à la pentecoste dans la maison avec les filles par Raport à la Regence qu’eust pendant tout ce temps la glorieuse Vierge sur le collège apostolique17. »

31Ainsi, dans les dix jours qui séparent l’Ascension de la Pentecôte, les nobles dames de la Propagation de Grenoble viennent partager le repas des pensionnaires pour célébrer une sorte de cène au féminin. Elles instaurent un temps des femmes dans l’église qui commémorerait une « régence » de la Vierge dont il n’est question nulle part ailleurs. Elles justifient ainsi quelques décennies plus tard les craintes des prélats de l’assemblée du Clergé de 1635 qui craignaient que leur participation à la défense de l’orthodoxie ne donne aux femmes trop d’ambition.

32Dans ce temps court qui va de la paix d’Alès à la Révocation de l’édit de Nantes, on a donc vu se développer des formes nouvelles de défense de l’orthodoxie. La répression et la discrimination étaient très loin d’en être absentes (surtout, bien sûr, à la fin de la période), mais l’obtention des conversions demandait un peu plus d’efforts et d’imagination. Cette lutte pour la défense de l’orthodoxie a séduit aussi bien des femmes qui cherchaient une façon originale et offensive d’entrer dans la vie religieuse que des laïques qui ne voulaient pas se contenter de tenir salon, les deux activités n’étant, d’ailleurs, pas incompatibles.

33Des femmes de toutes conditions se sont engagées pour cette cause, mais les femmes de la noblesse étaient à la manœuvre. Elles pouvaient ainsi satisfaire leur désir d’action et, osons le mot, de gloire. Au début, certains hommes ont été réticents, comme le prouvent les vives réactions de l’assemblée du clergé de 1635. Mais, par la suite, ces dames ont très bien su montrer leur utilité aussi bien au clergé qu’aux associations dévotes masculines. Quand la conservation des sources le permet, comme c’est le cas à Grenoble, on peut même remarquer que la lutte pour l’orthodoxie est parfois une affaire de couple. Le président et la présidente de Chevrières furent directeurs l’un de la compagnie des Messieurs de Grenoble, l’autre de la compagnie des Dames. Cette bonne entente conjugale permettait aux dames de proposer des actions judiciaires que leurs maris parlementaires pouvaient mettre en œuvre.

Notes

1 Martin C., Les compagnies de la Propagation de la foi, Genève, Droz, 2000.

2 G8* 1647 A, Assemblée du Clergé de 1635, Journal de l’abbé de Saint-Josse et Bnf, mss. Fr. 2786, Manuscrit de l’Institution de l’Exaltation de la Sainte-Croix en la ville de Paris (1635).

3 Debouté E., L’Union Chrétienne de Fontenay-le-Comte, Paris, Mediaspaul, 1989. Debouté E., Sans feu ni lieu, un maître spirituel au temps de la Fronde, Jean-Antoine Le Vachet, Paris, Mediaspaul, 1994.

4 On peut parler d’un ordre bicéphale.

5 Souvent dites aussi filles de la Propagation de la foi.

6 Par un étonnant raccourci l’expression Nouvelles Catholiques désigne aussi bien les converties que les sœurs qui s’en occupent.

7 Madame de Revel, membre de la propagation de la foi de Grenoble fut à la fois une des premières miraculées de la Vierge de l’osier et l’une des premières bienfaitrices du pèlerinage.

8 Ou Fayet.

9 La compagnie des dames se réunissait presque toutes les semaines, alors que celle des messieurs ne se réunissait que deux ou trois fois par an. Mais plusieurs indices suggèrent qu’en réalité certains Messieurs venaient aux réunions des dames, même s’ils n’étaient pas dans la liste des présents.

10 S’agit-il de la même marquise des Portes qui est la fondatrice de la compagnie d’Avignon ? Jusqu’ici je n’ai pas pu m’en assurer.

11 La date de 1647 signalée à côté du nom, indique que ces dames ont été membre fondatrices de la compagnie quand elle était officiellement mixte. On remarque l’extrême longévité de certaines de ces dames au service de la compagnie.

12 Collin H., Vie de la vénérable servante de Dieu, Marie Lumague, Paris, 1744.

13 ACEP, SOCG, vol. 439, fo 64-65. « Incipit anno 1658 zelo Ill[ustrissi]mi et Reverndissi]mi Abbatis de la Coste, instante etiam Ill[ustrissi]ma D[omi]na de Portes quae nobilitatem sanguinis cum Virginitate coniungens, piis operibus, ac praesertim puellarum haereticarum quibus eius castella nimis abundant, conversioni semper incumbit. »

14 Jean de La Croix de Chevrières, 1607-1619 et Alphonse de La Croix de Chevrières, 1619-1620.

15 Bibliothèque Mazarine, manuscrit 1803.

16 Il s’agit de Mme Pollalion, mais à sa mort, l’institut n’était pas encore organisé.

17 AD, Isère, 26H 104*, 4/5/1674.

Auteur

Maître de conférences, université de Nancy II, CRULH – EA CNRS 3945

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540