Version classiqueVersion mobile

Le salut par les armes

 | 
Franck Mercier
, 
Ariane Boltanski

Quatrième partie. Propagation de la foi et identités nobiliaires

La noblesse anglaise de la fin du Moyen Âge : pour ou contre la défense de l’orthodoxie religieuse ?

Maureen Jurkowski
Traduction de Franck Mercier

Texte intégral

  • 1 Sur les croyances de Wyclif et de ses adeptes, voir Hudson A., The premature reformation, Wyclifit (...)

1Ce n’est que tardivement, vers la fin du XIVe siècle, après le double impact de la Peste Noire et du Schisme naissant, que l’hérésie religieuse parvint dans les îles Britanniques sous la forme de l’hérésie lollarde ou wyclifite. Il s’agissait initialement d’un programme de réforme de l’église, conçu par le théologien d’Oxford John Wyclif, qui se transforma ensuite en une secte religieuse avec des accents politiques et un large appel social. Au cœur de son programme résidait une insistance sur la primauté de l’écriture et l’accès à la prêtrise pour tous les croyants, ainsi qu’un rejet commun de l’autorité de l’église et l’efficacité des sacrements1. Bien que le nombre de ses adeptes fusse réduit au regard des hérésies continentales plus précoces, le lollardisme n’en persistait pas moins encore en 1528 et son importance ne devrait pas être mésestimée. Des décennies après la condamnation des idées de Wyclif en 1382, ses leçons continuèrent d’être diffusées par un groupe de disciples d’Oxford, défiant tous les efforts pour extirper l’hérésie. Quel rôle la noblesse joua-t-elle dans ces efforts ? Les nobles, en tant que chefs naturels et héréditaires de l’ordre chrétien féodal, éprouvèrent-ils une obligation spéciale de défendre l’orthodoxie de l’église, et dans la négative, pourquoi ? Telles sont les questions auxquelles cette étude s’efforcera de répondre.

Les soutiens aristocratiques du lollardisme

  • 2 McFarlane K. B., John Wycliffe and the beginnings of English non-conformity, London, English Unive (...)

2Il faut tout d’abord noter que dans les années 1370, John Wyclif, un clerc royal, bénéficiait du soutien des plus hauts membres de la noblesse. Un parti anti-clérical et anti-pontifical présent au conseil du roi, dirigé par les fils d’édouard III – édouard, Prince de Galles (connu comme le Prince Noir) et Jean, duc de Lancastre (connu comme Jean de Gand) – l’utilisèrent pour forger des arguments polémiques contre l’autorité de la papauté d’Avignon ainsi que pour justifier l’imposition élevée de l’église afin de financer la guerre de France. Quand les prélats anglais, qui naturellement contestaient ces arguments, mirent Wyclif en accusation pour prédication séditieuse lors d’un concile à Londres en 1377, Jean de Gand et son allié, Henry, Lord Percy, se présentèrent pour le défendre dans une flagrante démonstration de force. Le duc continua à soutenir Wyclif jusqu’à la Révolte des Paysans de 1381, lorsque son propre palais de Savoy fut mis à sac, et que la prédication provocatrice de Wyclif fut condamnée. La protection de Jean de Gand s’étendit également à l’un des disciples de Wyclif, un prédicateur et ancien ermite devenu lollard appelé William Swinderby2.

  • 3 On a tenté d’identifier un quatrième « chevalier lollard », Sir Reynold Hilton, avec un prêtre qui (...)
  • 4 McFarlane K. B., Lancastrian kings and Lollard knights, Oxford, Oxford University Press, 1972, p.  (...)
  • 5 Ibid., p. 166-168, 173-175, 192-196, 207-215 ; Jurkowski M., « Sir Thomas Latimer », Oxford Dictio (...)
  • 6 McFarlane, Lancastrian kings, p. 162, 197-199 ; Aston M., « Lollards and images », Lollards and re (...)

3Lorsque Wyclif eut à se défendre lui-même contre les charges énoncées dans une bulle pontificale en 1378, ce fut le tour de Jeanne de Kent, la veuve du Prince Noir, d’intercéder en sa faveur. Elle retint également dans son hôtel trois des sept chevaliers désignés comme partisans des lollards par les chroniqueurs monastiques dans les années 13803. Surnommés les « chevaliers lollards » (lollard knights) par l’historien K. B. McFarlane, ils constituaient, selon les recherches de ce dernier, un groupe étroitement imbriqué de soldats et de courtisans avec des intérêts communs4. Il est fort probable que Sir Thomas Latimer de Braybrooke, Northamptonshire – peut-être le plus ardent parmi eux – non seulement posséda des livres lollards, mais protégea aussi un prédicateur lollard en 1389. En effet, l’hérésie était encore florissante à Braybrooke en 1425, longtemps après sa mort, et c’est encore là qu’en 1407 deux clercs Tchèques se procurèrent une copie du De dominio divino de Wyclif. La preuve des sympathies lollardes de deux autres chevaliers retenus au service de la princesse, Sir lewis Clifford et Sir Richard Sturry, n’a plus à être démontrée5. Deux des quatre derniers lollards knights étaient de naissance noble : Sir William Neville, un jeune fils de Ralph, Lord Neville, et Sir John Montagu, comte de Salisbury. Lorsqu’un disciple de Wyclif, Nicholas Hereford, fut arrêté pour hérésie en 1387, Neville intervint avec succès en sa faveur, « à cause de l’honnêteté de sa personne », et Montagu reçut Hereford dans sa demeure à Shenley dans le Hertfordshire. Montagu partageait les vues iconoclastes communes à de nombreux lollards et l’on rapporte qu’il aurait retiré et brûlé toutes les images sacrées placées dans sa chapelle par son précédent propriétaire6.

  • 7 Stratford J., « La Somme Le Roi. Reims, Bibliothèque Municipale, Ms. 570, The manuscripts of Thoma (...)
  • 8 Pour une liste des bibles wyclifites détenues par la royauté anglaise, voir Jurkowski M., « Lollar (...)
  • 9 Le débat est conservé à Dublin, Trinity College, Ms. C. 3. 12, f. 212v-219. Voir Somerset F. (éd.) (...)

4Il est fort possible qu’un troisième membre de la famille royale – Thomas de Woodstock, duc de Gloucester, un autre fils d’Edouard III – fut un sympathisant lollard. Un inventaire de sa bibliothèque réalisé en 1397 comprend deux livres des évangiles en anglais – selon toute probabilité des traductions wyclifites. Il posséda également une grande Bible wyclifite en anglais, actuellement à la British Library, Mss. Egerton 617 et 618, qui fut copiée par le propre trésorier de son hôtel John Upton7. Ces livres n’apportent pas la preuve des penchants lollard de leur propriétaire, étant donné que nombre de chrétiens orthodoxes détenaient des bibles wyclifites, y compris d’autres membres de la famille royale8, mais l’intérêt du duc pour les controverses religieuses du moment est signalé par un débat tenu devant lui entre un frère et un clerc séculier à son service, ce dernier soutenant le point de vue lollard9.

  • 10 Catto J. L., « Sir William Beauchamp between chivalry and Lollardy », Harper-Bill C. et Harvey R. (...)
  • 11 Trad. – « comme la sainte église l’enseigne ou devrait l’enseigner ».
  • 12 Jacob E. F. (éd.), The register of Henry Chichele, Archbishop of Canterbury, 1414-1443, Canterbury (...)

5L’intérêt du duc et de son frère pour la réforme de l’église s’accordaient bien aux penchants de l’aristocratie anglaise de la fin du Moyen âge pour la piété individuelle, la lecture dévotionnelle en langue vernaculaire et les nouvelles pratiques liturgiques ; penchants dont le soutien à l’hérésie lollarde pouvait être considéré comme une manifestation extrême. Il était possible, comme Sir William Beauchamp, Lord Abergavenny, par exemple, de combiner une dévotion au culte naissant du Saint Nom de Jésus avec le patronage d’un ou deux recteurs wyclifites10, et il n’était pas le seul aristocrate qui se tenait aux marges de l’hérésie, dans la zone grise entre l’orthodoxie et le lollardisme. Sir Gerard Braybrooke, un cousin de Richard II, était de la même façon associé à un prédicateur lollard. Dans ses volontés testamentaires de 1428 il déclarait croire « as holy cherche techeth or oughte to teche11 », tout en manifestant par ailleurs une piété conventionnelle, laissant de l’argent pour la célébration de messes pour son âme et l’engagement de trois prêtres appelés à se rendre pour lui en pèlerinage12.

  • 13 Edité dans Genet J.-P. (éd.), Four English political tracts of the later middle ages, Camden Socie (...)
  • 14 Aston M., « “Caim’s castles” : poverty, politics and disendowment », Faith and fire, popular and u (...)

6Les lollards ont bien sûr activement sollicité, dès le départ, le soutien de l’aristocratie laïque. Selon la théorie de Wyclif sur le pouvoir qui revenait à contester l’autorité pontificale, les gouvernants laïcs ne répondaient que devant Dieu dans la hiérarchie de l’église. Les auteurs wyclifites déployèrent ainsi de conscients efforts pour aviser la noblesse du rôle qu’elle pouvait et même devait jouer dans la réforme de l’église. Un premier exemple peut en être perçu dans le De Tractatus de Regibus, un traité conservé à la Bodleian Library, Ms. Douce 273, réalisé pour un commanditaire issu de la noblesse ou de la gentry13. Plus encore, le projet de loi lollard pour la confiscation des biens de l’église, débattu au parlement en 1410, si ce n’est plus tôt, auquel on peut ajouter le manifeste des rebelles lollards de 1431, auraient directement profité à la noblesse et à la gentry. On y proposait la confiscation et la redistribution massive des terres de l’église, afin d’établir quinze nouvelles universités, et aussi, de façon significative, quinze nouveaux comtés, 1 500 chevaliers et 6 200 écuyers14.

Répression de l’hérésie et peur de la sédition

  • 15 McFarlane, John Wycliffe, p. 71-116.
  • 16 Jurkowski M., « Lollardy and social status in East Anglia », Speculum, no 82, 2007, p. 127.
  • 17 Richardson H. G., « Heresy and the lay power under Richard II », English Historical Review, no 201 (...)
  • 18 Hudson A. (éd.), Two Wycliffite texts : the sermon of William Taylor ; the testimony of William Th (...)

7Au vu de l’appel évident de certaines composantes de la doctrine wyclifite à des barons précis, on ne doit donc pas s’étonner de constater que la noblesse laïque prit une faible part aux efforts destinés à supprimer l’hérésie dans sa phase initiale. Tous les hommes d’église ne semblent pas avoir considéré le problème du lollardisme avec le même alarmisme, mais il est remarquable que les évêques qui s’opposèrent le plus vigoureusement à Wyclif et à ses partisans étaient fils de la noblesse. Ainsi l’archevêque de Canterbury, William Courtenay, fils de Hugh, comte de Devon, fut plus particulièrement l’instrument de la condamnation des idées de Wyclif et de l’épuration de ses disciples de l’université en 138215. Un autre rude et précoce adversaire fut l’évêque de Norwich, Henry Despenser, fils d’Edward, Lord Despenser. Un notable artisan de la répression des paysans de 1381, le belliqueux évêque Despenser, se vantait ouvertement en 1389 – soit bien avant le statut de 1401 ordonnant la peine de mort pour l’hérésie persistante – de faire brûler ou décapiter tous les prédicateurs lollards trouvés dans son diocèse ; une menace qu’il mit presque à exécution contre un chapelain lollard, William Sawtry, en 139916. Le plus actif de tous les persécuteurs de lollards fut Thomas Arundel, fils de Richard, comte d’Arundel et Surrey. En tant qu’évêque d’Ely, archevêque d’York, et plus particulièrement comme archevêque de Canterbury, il travailla inlassablement à l’éradication de l’hérésie jusqu’à sa mort en 1414. Il promulgua une législation contre la prédication non autorisée, la traduction de la Bible et l’enseignement hétérodoxe à Oxford, et triompha des avocats de la spoliation du clergé au Parlement17. En aristocrates hautains, ces évêques se sentaient gravement offensés par l’audace du défiwyclifite dirigé à la fois contre leur propre autorité et celle de l’église. Ils percevaient la traduction de la Bible et la prédication lollarde comme une usurpation de leur juridiction spirituelle. Ce sentiment offensé est bien mis en évidence lors de l’entrevue d’Arundel avec le prédicateur lollard William Thorpe en 1407, lorsqu’il entra régulièrement en colère devant le refus de Thorpe de se soumettre à son autorité18.

  • 19 Kightly C., « Sir John Oldcastle », Roskell J. S., Clark L. et Rawcliffe C. (dir.), The history of (...)
  • 20 Edité dans Loserth J., « Über die Beziehung zwischen englishen und böhmischen Wiclifiten », Mittel (...)

8Il reste cependant que ce ne fut que lorsque le lollardisme fut fermement lié à la sédition politique sous la forme d’un soulèvement lollard en 1414 que tous les membres de la noblesse laïque s’impliquèrent directement dans sa répression. La révolte était en réalité conduite par un noble, Sir John Oldcastle, Lord Cobham. Il avait probablement été un sympathisant lollard depuis les années 1390, quand des prédicateurs hérétiques étaient actifs dans son Herefordshire natal, et il était un proche compagnon du chevalier lollard Sir Lewis Clifford19. à la suite de son mariage en 1408 avec Jeanne, fille de John Lord Cobham, il fut convoqué au Parlement comme pair, et était capable d’écrire en tant que noble d’abord, en 1410, à Woksa von Waldstein, un éminent baron de Bohème, pour approuver son soutien aux réformés hussites, et plus tard au roi Wladislas de Bohême, en le pressant d’accorder son aide à la même cause20. Dans le même temps, il encouragea aussi des prédicateurs hérétiques dans son château de Cooling dans le Kent.

  • 21 Powell E., Kingship, Law and society, criminal justice in the reign of Henry V, Oxford, Oxford Uni (...)

9En tant qu’important lieutenant d’Henry, Prince de Galles, dans la répression de la révolte galloise, Oldcastle avait profité de la faveur du prince jusqu’à son accession au trône en 1413, mais l’archevêque Arundel fut autorisé, peu de temps après, à porter une accusation d’hérésie contre lui. Oldcastle refusa d’abjurer ses convictions et fut condamné à mort, mais il s’échappa de la tour de Londres avant de trouver refuge quelques mois dans la boutique d’un parchemineur où il fomenta une révolte. Sir John avait le soutien d’au moins 20 membres de la gentry qui dépêchèrent des contingents d’aussi loin que Derby, mais son projet de capturer le souverain le jour des Rois fut trahi par un espion. En conséquence, les rebelles furent encerclés et aisément mis en déroute par les forces royales à Saint Gile’s Field, juste à l’extérieur de Londres, après que les portes de la cité aient été closes afin de prévenir toute participation des Londoniens21.

  • 22 Powell, Kingship, p. 151-153 ; Calendar of Patent Rolls 1413-1416, London, His Majesty’s Stationer (...)
  • 23 The National Archives, KB 9/204/1, mm. 1-12, 20-83, 128-145.

10Tandis que Oldcastle et certains de ses complices quittaient le champ de bataille, les autres rebelles furent tués ou capturés, puis sommairement jugés et exécutés. Henry V confia la tâche de la répression à deux membres de la noblesse du Yorkshire : William, Lord Roos of Hamlake, et Henry, Lord Scrope of Masham. Ils commandèrent les troupes victorieuses et siégèrent au tribunal en charge du jugement des rebelles capturés ou en fuite, exerçant une juridiction extraordinaire. Le roi nomma quelques jours plus tard plusieurs commissions judiciaires afin de poursuivre les rebelles et les lollards dans 21 comtés, ainsi qu’à Londres et Bristol, dont beaucoup étaient présidées par des barons très connus : Lord Roos, qui fut nommé dans quatre comtés du Midlands, et Richard de Vere, comte d’Oxford22. Les tribunaux et les commissions d’enquêtes étaient normalement présidés par la noblesse en son nom propre, le véritable travail étant effectué par des hommes de loi locaux et par la gentry. Dans ce cas précis, en revanche, ces lords supervisèrent personnellement les poursuites. Lord Roos, par exemple, siégea à chaque session tenue dans les régions des Midlands, et le comte d’Oxford fit de même dans l’Essex23.

  • 24 Arvanigian M., « Henry IV, the northern nobility and the consolidation ot the regime », Dodd G. et(...)
  • 25 Il exigea d’être inhumé à côté de la chapelle d’Arundel dans le prieuré cathédral de Canterbury, e (...)
  • 26 Rymer T. (éd.), Foedera, 20 vols., London, Record Commission, 1704-1735, IX, p. 272-280 ; Kingsfor (...)

11Le choix de Lord Roos n’est guère surprenant, étant donné qu’il était l’un des plus habiles conseillers du roi24 et un homme de solide piété orthodoxe. Proche allié de l’archevêque Arundel, Roos voua une dévotion au saint martyr Thomas Becket et au culte parallèle de l’archevêque assassiné d’York, Richard Scrope († 1405). Il laissa également de généreux legs à l’abbaye de Rievaulx ainsi qu’au prieuré de Belvoir, selon ses vœux testamentaires25. Son partenaire de la commission et parent, Lord Scrope, était de la même façon un conseiller éprouvé et un diplomate. Neveu de l’archevêque martyr, Scrope était un homme à la piété religieuse fervente et ascétique. Ses dernières volontés ainsi que l’inventaire de ses biens après décès (en 1415) révèlent un certain goût pour la mystique, la littérature contemplative – incluant les Révélations de Sainte Brigitte – une dévotion pour le culte des saints et une extrême générosité à l’égard de nombreuses maisons religieuses, d’ermites et d’anachorètes. Plus curieusement, il laissa également un legs de 20 s. à Richard Wyche, un prêtre lollard qui fit des études à Oxford, bien qu’il semble peu probable que Scrope ait nourri beaucoup de sympathie pour les idées de Wyclif26. Il s’agissait peut-être des limites extrêmes de sa piété.

  • 27 Reeves A. C., « Henry Fitzhugh », Lancastrian Englishmen, Washington D. C., University Press of Am (...)
  • 28 Calendar of Patent Rolls 1413-1416, p. 222 ; The National Archives, KB 9/204/2. Sur le travail de (...)
  • 29 Rymer, Foedera, IX, p. 272-280 ; Hugues, op. cit., p. 74-75.
  • 30 Reeves, op. cit., p. 81. Il fut honoré par l’abbé comme l’un de ses fondateurs : Aungier G. J., Th (...)
  • 31 Ibid., p. 131-62 ; Catto J. I., « Religious change under Henry V », Harriss, op. cit., p. 97-115.

12Scrope était particulièrement proche d’un autre baron du Yorkshire sur lequel comptait également Henry V : Henry, Lord Fitzhugh. Comme chambellan du roi, Fitzhugh était l’un des plus proches conseillers d’Henry V et plus tard l’exécuteur de ses dernières volontés27. Le roi le choisit pour présider une commission d’enquête sur les actes séditieux et les désordres survenus dans le nord des Midlands quelques mois après la révolte d’Oldcastle. Au printemps 1414, Fitzhugh assista à chaque session à Nottingham et Derby, écoutant la somme des accusations pour meurtre, voies de fait et sédition28. Fitzhugh était le beau-frère de Scrope et les deux hommes partageaient le même goût pour la littérature de dévotion. Scrope lui légua trois livres, dont deux composés par le mystique du Yorkshire, Richard Rolle29. Plus encore que comme bienfaiteur de l’abbaye cistercienne de Jervaulx ou comme croisé à Rhodes, Fitzbugh était surtout connu pour être la cheville ouvrière de la fondation de l’abbaye brigittine de Syon, après avoir été fasciné par l’ordre de Sainte Brigitte lors d’une mission diplomatique au Danemark30. Fondé en 1415 par Henry V, en même temps que le proche monastère chartreux de Sheen, Syon était appelé à revigorer le monachisme anglais et à contrecarrer l’influence de l’hérésie lollarde. Au siècle suivant, elle devint une source de la littérature dévotionnelle et un centre de la spiritualité anglaise31.

  • 32 Ross J., « The de Vere earls of Oxford, 1400-1513 », Thèse inédite D. Phil., Oxford University, 20 (...)

13On peut donc affirmer que même si les Lords Fitzhugh, Roos et Scrope furent poussés à l’action en tant que défenseurs du régime d’Henry V, leurs propres convictions religieuses constituaient une forte motivation. Il en va sans doute de même pour le comte d’Oxford, qui, hormis sa charge de commissaire contre les lollards, fut rarement impliqué personnellement dans des commissions gouvernementales. Le peu d’information disponible sur ses goûts religieux suggère une piété conventionnelle : il fonda une manécanterie au prieuré d’Earl’s Colne – un prieuré fondé par sa propre famille – et fut un protecteur des Chevaliers de Saint Jean32.

  • 33 Par exemple, une commission royale enquêtant sur l’hérésie et les troubles politiques dans neuf co (...)
  • 34 Humphrey avait également dirigé d’autres poursuites contre des rebelles à Coventry en 1425 : Jurko (...)
  • 35 [toujours] « prêt à se battre contre les ennemis de l’église, il ne pourrait souffrir que du mal l (...)

14La menace d’une autre insurrection lollarde demeura très réelle jusqu’à la capture et l’exécution d’Oldcastle en 1417. Après 1415 cependant, la noblesse alors en France fut largement absente33, et ce fut seulement avec l’éruption d’un nouveau soulèvement lollard, durant la minorité d’Henri VI, qu’un noble fut derechef impliqué directement dans la répression de l’hérésie. Une petite insurrection à Abingdon, dans l’Oxfordshire, fut vaincue le 22 mai 1431 par les forces royales dirigées par l’oncle du roi, Humphrey, duc de Gloucester. Il convoqua quelques jours plus tard une cour de la maison royale à Coventry pour accuser, juger et punir les rebelles de cette cité34. La sauvegarde du royaume constituait bien sûr la principale préoccupation d’Humphrey, mais il est lui-même réputé pour sa solide piété orthodoxe et ses généreuses donations à l’abbaye de Saint Alban. Sa victoire sur les lollards rebelles de 1431 fut sans doute ce qui poussa l’auteur de son épitaphe à écrire : « redy to bataile ageyn the chirche enemys he wold suffre no wrong unto hir be done whiles he myght aught availe35 ».

  • 36 Green V. H., The Commonwealth of Lincoln College 1427-1977, Oxford, Oxford University Press, 1979, (...)

15On peut donc conclure que l’engagement de la noblesse laïque dans la répression de l’hérésie lollarde advint surtout lorsque l’hérésie fut articulée avec la sédition politique. Beaucoup de nobles ont soutenu indirectement la cause de la religion orthodoxe par leur patronage d’établissements monastiques et de collèges séculiers, mais les exemples d’activité anti-lollarde déclarée sont difficiles à trouver. Dans tous les cas, la direction de la répression fut prise par les évêques et d’autres membres du haut-clergé. La fondation du Lincoln College à Oxford, en 1437, par exemple, dont le but explicite était de combattre l’hérésie par l’enseignement de la théologie orthodoxe, fut une initiative de Richard Fleming, évêque de Lincoln, et bien qu’à ses débuts le collège ait attiré quelques protecteurs laïques, aucun d’eux n’est connu pour avoir été de naissance noble36.

L’alternative de la croisade ?

  • 37 For the legislation : Raithby J. et Luders A. (éd.), Statutes of the realm, 9 vols, London, 1766-1 (...)
  • 38 Pour un commode résumé de ce genre : Genet, op. cit., p. ix-xix.

16Nous ne devrions pas vraiment en être surpris, vu que la répression de l’hérésie en Angleterre était avant tout l’affaire de l’église. Même sous la législation promulguée après la révolte de 1414, lorsque les poursuites contre les suspects pouvaient être lancées par des cours séculières, les cas d’hérésie devaient être jugés par des représentants de l’église et l’autorité laïque était cantonnée à l’exécution des sentences prononcées devant les tribunaux ecclésiastiques37. De plus, bien que le devoir de la noblesse de protéger l’église ait été implicite dans le code chevaleresque ou féodal de la noblesse, un tel devoir, à la fin du Moyen âge, était rarement exprimé. Il n’apparaît certainement pas dans la littérature de conduite morale du type Miroir qui orientait les nobles anglais de la fin du Moyen âge vers une forme de vie parfaite38.

  • 39 édité dans Furnivall F. J. (éd.), Hoccleve’s Works : The Regement of princes, Early English Text S (...)
  • 40 Green R. F., Poets and princepleasers, literature and the English court in the late Middle Ages, T (...)
  • 41 Furnivall, op. cit., p. 141, lignes 3921-3922.
  • 42 Édité dans Furnivall F. J. et Gollancz I. (éd.), Hoccleve’s works : the minor poems, revised J. Mi (...)
  • 43 Ibid, p. 14, lignes 193-198.
  • 44 « Il ne convient pas à un chevalier destiné à garder un château royal d’ânonner la bible jour et n (...)

17L’un des plus populaires ouvrages de ce genre était The Regiment of Princes, écrit en anglais en 1412 pour Henry, Prince de Galles, juste avant son accession au trône, par Thomas Hoccleve, un clerc de l’office du sceau privé du roi39. Inspiré du De Regimine Principum de Gilles de Rome et des Secreta Secretorum, il a subsisté dans au moins 45 copies manuscrites, pour la plupart détenues par des membres de la noblesse, tels qu’édouard, duc d’York, John, duc de Bedford, et John Mowbray, duc de Norfolk40. Son sujet porte sur les qualités nécessaires à un gouvernant. Alors que le prince est exhorté à conserver la foi et averti que la perdre serait déshonorant, ce n’est que dans sa partie sur la magnanimité qu’Hoccleve mentionne le devoir du roi de « défendre Sainte église41 ». Hoccleve avait bien davantage de choses à dire à propos de l’hérésie et de la noblesse dans son poème à Sir John Oldcastle, écrit en 1415 quand ce dernier était dans la clandestinité42. Le poème contient une réfutation point par point des croyances lollardes, mais sa principale critique de la conduite d’Oldcastle était qu’il avait désobéi aux préceptes de l’église et qu’il s’était mêlé à des affaires qui ne le concernaient pas. Au lieu de l’écriture, Hoccleve recommandait à Sir John de lire le genre chevaleresque qui convenait à sa classe – des romans comme l’histoire de Lancelot, le De Re Militari de Végèce et le Siège de Troie43. Des sentiments similaires se trouvent exprimés dans un anonyme poème anti-lollard contemporain qui considère qu’« Hit is unkyndly for a knight, That shuld a kynges castel kepe, to bable the Bibel day and night44. »

  • 45 British Library, Cotton MS. Cleopatra A. xiii, ff. 4-135v, édité (avec un résumé en anglais) dans (...)
  • 46 Ibid., p. 52, p. 146-156.

18Que la répression de l’hérésie ait été l’affaire du clergé est explicitement déclaré dans un autre traité ressortissant au genre du Miroir, le De Regimine Principum ad Regem Henricum Sextum, écrit (en latin) vers 1440 par un clerc anglais45. Utilisant le symbolisme des joyaux de la couronne royale pour délimiter les devoirs des quatre états du royaume, l’auteur affirme qu’il revenait aux évêques, prélats et docteurs, symbolisés par le second joyau (l’escarboucle), de défendre le royaume contre l’hérésie et les erreurs, tandis qu’il revenait aux princes et seigneurs du premier état, symbolisé par le jaspe, d’écraser les rébellions et de manifester leur révérence à l’église46.

  • 47 Saul N., « The vanishing vision : late medieval crusading », History Today, no 47, juin 1977, p. 2 (...)
  • 48 Thomson J. A. F., « Orthodox religion and the origins of Lollardy », History, no 74, février 1989, (...)
  • 49 Pour ce qui suit : Holmes G. A., « Cardinal Beaufort and the crusade against Hussites », English H (...)
  • 50 « mais toutes les règles et gouvernances politiques, excitant le peuple à la rébellion et à la dés (...)
  • 51 Cockayne G. E., The Complete Peerage, no 12, part 2, London, St Catherine Press, 1959, p. 663-666  (...)

19Une seule possibilité d’activité militaire était concédée aux nobles et aux classes chevaleresques par la faveur de l’église : se croiser. Les croisades contre l’infidèle restaient populaires à la fin de la période médiévale : l’exemple le plus remarquable étant constitué par les expéditions vers la Prusse du futur Henry VI lorsqu’il était comte de Derby en 1390-139247. Par ailleurs, il apparaît que deux des chevaliers lollards étaient morts dans une croisade contre les Turcs48. La participation anglaise aux croisades contre les hérétiques se limite cependant à la tentative avortée du cardinal Henri Beaufort d’organiser, en tant que légat pontifical, une croisade contre les Hussites en 142849. La lettre de Beaufort à Henri VI, l’exhortant à la croisade, mettait50 en garde contre les possibles répercussions politiques d’un éventuel échec, soulignant le besoin de contrer ceux qui tentaient de subvertir non seulement la foi catholique, « but alle polytyke rewle and governance, steryng the peple to rebellione and disobeisaunce of her lordes and governours ». Le conseil royal se laissa néanmoins difficilement persuader et le clergé refusa d’accorder un subside dans ce but, en raison de l’impopularité personnelle de Beaufort et du mécontentement face à l’attaque du pape sur les provisions de bénéfices. Il reste qu’une armée de croisés, forte de 1 500 chevaux, prit effectivement la mer pour la France en juin 1428. Cependant, sitôt arrivée, celle-ci fut détournée pour le combat contre les Français sous le commandement du duc de Bedford, et ce fut la fin de la participation anglaise à la croisade. L’armée avait été recrutée par des promesses d’indulgences pour les croisés. De sa composition, nous savons seulement qu’elle était conduite par Edmund Beaufort, le neveu du cardinal, et Robert, Lord Willoughby of Eresby, un soldat hautement expérimenté. Willoughby était un généreux bienfaiteur de divers établissements monastiques et il devait obtenir en 1439 l’autorisation de voyager en Terre sainte51. Des objectifs aussi bien pieux que militaires ont pu le motiver, mais ceux-ci semblent avoir généralement peu suscité l’intérêt du reste de la noblesse.

20On peut conclure en disant que dans les premières phases du développement de l’hérésie lollarde, quelques membres de la noblesse éprouvèrent des sympathies pour les idées de la réforme de l’église défendues par Wyclif et ses partisans. Les efforts en vue de supprimer l’hérésie furent davantage soutenus par les dirigeants ecclésiastiques – la plupart étant par hasard mais peut-être sans surprise d’ascendance noble – compte tenu du fait qu’ils étaient les plus lésés par le déni lollard de leur autorité épiscopale. Avec la noblesse laïque en revanche, c’était une autre histoire. Des personnalités laïques nobles intervinrent seulement lorsque l’hérésie se trouva liée à la sédition politique, et même alors, ils se cantonnèrent eux-mêmes ouvertement à une répression militaire et judiciaire, bien que de nombreux seigneurs aient soutenu l’église catholique à travers leur mécénat en faveur d’établissements monastiques ou autres. Les nobles de la fin du Moyen âge se sont peut-être eux-mêmes perçus comme des défenseurs de l’orthodoxie, mais l’expression de ce devoir est peu présente dans la littérature de conduite morale relevant du genre du Miroir, dans laquelle le haut-clergé se voyait assigner la responsabilité de réprimer l’hérésie. En fait, c’étaient plutôt Wyclif et ses disciples qui comptaient sur la noblesse et la gentry pour défendre ce qu’ils considéraient comme la véritable église, et un petit nombre à tout le moins endossa ardemment ce rôle. Bien que les classes nobles et chevaleresques aient conservé un certain enthousiasme pour leur rôle militaire dans la défense de l’église contre l’infidèle, la proposition d’une croisade contre des hérétiques étrangers en 1428 ne souleva guère les passions. Son échec peut bien sûr s’expliquer par les circonstances politiques, mais l’on peut subodorer que les premières percées de Wyclif et de ses disciples avaient érodé la relative unité de vue que la noblesse avait pu partager autrefois en matière de religion.

Notes

1 Sur les croyances de Wyclif et de ses adeptes, voir Hudson A., The premature reformation, Wyclifitte texts and Lollard history, Oxford University Press, 1998.

2 McFarlane K. B., John Wycliffe and the beginnings of English non-conformity, London, English Universities Press, 1952, p. 12-88. Sur les apports récents à la littérature consacrée au soutien de Jean de Gand à Wyclif et ses partisans, voir Green R. F., « John Purvey and John of Gaunt’s third marriage » Mediaeval Studies, no 66, 2004, p. 363-370 ; McHardy A., « Patronage in late medieval colleges », Burgess C. et Heale M. (dir.), The late medieval secular college and its context, Woodbridge, Boydell Press, 2008, p. 104-105.

3 On a tenté d’identifier un quatrième « chevalier lollard », Sir Reynold Hilton, avec un prêtre qui servit le Prince Noir et qui était contrôleur de la garde-robe royale de 1377 à 1381, voir Kightly C., « The Lollard knights », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 1972, p. 139-226.

4 McFarlane K. B., Lancastrian kings and Lollard knights, Oxford, Oxford University Press, 1972, p. 139-226.

5 Ibid., p. 166-168, 173-175, 192-196, 207-215 ; Jurkowski M., « Sir Thomas Latimer », Oxford Dictionary of National Biography ; Jurkowski M., « Lollardy in Oxfordshire and Northamptonshire : the two Thomas Compworths », Somerset F., Haven J. C. et Pitard D. G. (dir.), Lollards and their influence in late medieval England, Woodbridge, Boydell Press, 2003, p. 81-82.

6 McFarlane, Lancastrian kings, p. 162, 197-199 ; Aston M., « Lollards and images », Lollards and reformes, images and literacy in late medieval religion, London, Hambledon Press, 1984, p. 169.

7 Stratford J., « La Somme Le Roi. Reims, Bibliothèque Municipale, Ms. 570, The manuscripts of Thomas of Woodstock, Duke of Gloucester, and the scribe, John Upton », Hubert M.-C., Poulle E., Smith M. H. (dir.), Le Statut du scripteur au Moyen âge, actes du XIIe colloque scientifique du Comité international de paléographie latine (Cluny, 17-20 juillet 1998), Matériaux pour l’histoire publiés par l’école des Chartes, no 2, Paris, 2000, p. 267-282.

8 Pour une liste des bibles wyclifites détenues par la royauté anglaise, voir Jurkowski M., « Lollard book producers in London in 1414 », Barr H. et Hutchison A. M. (dir.), Text and controversy from Wyclif to Bale, essays in honour of Anne Hudson, Turnhout, Brepols, 2005, p. 210.

9 Le débat est conservé à Dublin, Trinity College, Ms. C. 3. 12, f. 212v-219. Voir Somerset F. (éd.), Four Wyclifitte dialogues, Early English Text Society, old series, no 333, à paraître en 2009 ; Hudson A., « A Lollard quaternion », Lollards and their books, London, Habledon Press, 1985, p. 193-200.

10 Catto J. L., « Sir William Beauchamp between chivalry and Lollardy », Harper-Bill C. et Harvey R. (dir.), The ideals and practice of medieval knighthood III : papers from the Fourth Strawberry Hill Conference 1988, Woodbridge, Boydell Press, 1990, p. 39-48 ; « Introduction », Aston M. et Richmond C. (dir.), Lollardy and the gentry in the later middle ages, Stroud, Sutton Publishing, 1997, p. 13-14.

11 Trad. – « comme la sainte église l’enseigne ou devrait l’enseigner ».

12 Jacob E. F. (éd.), The register of Henry Chichele, Archbishop of Canterbury, 1414-1443, Canterbury and York Society, no 42, 1937, II, p. 409-414 ; Thompson J. A. F., « Knightly piety and the margins of Lollardy », Aston M. et Richmond C. (dir.), op. cit., p. 105 ; Jurkowski, « Lollard book producers », p. 207.

13 Edité dans Genet J.-P. (éd.), Four English political tracts of the later middle ages, Camden Society, 4th series, no 18, 1977, p. 1-21. Sur le Ms. : Jurkowski M., « Lawyers and Lollardy in the early fifteenth century », Aston and Richmond, op. cit., p. 170.

14 Aston M., « “Caim’s castles” : poverty, politics and disendowment », Faith and fire, popular and unpopular religion 1350-1600, London, Hambleton Press, 1993, p. 95-131. Le projet est édité dans Hudson A. (éd.), Selections from English Wycliffite writings, Cambridge, Cambridge University Press, 1978, p. 135-137. Sur sa réactivation en 1431, voir Aston M., « Lollardy and sedition, 1381-1431 », Lollards and Reformers, p. 33-35.

15 McFarlane, John Wycliffe, p. 71-116.

16 Jurkowski M., « Lollardy and social status in East Anglia », Speculum, no 82, 2007, p. 127.

17 Richardson H. G., « Heresy and the lay power under Richard II », English Historical Review, no 201, 1936, p. 16-22 ; MC Hardy A. K., « De Heretico Comburendo, 1401 », Aston et Richmond (dir.), op. cit., p. 118 ; Catto J. I., « Wyclif and Wycliffism at Oxford 1356-1430 », Catto J. I. et Evans T. A. R. (dir.), The History of the University of Oxford,ii, Late medieval Oxford, Oxford, Oxford University Press, 2005, p. 60-68.

18 Hudson A. (éd.), Two Wycliffite texts : the sermon of William Taylor ; the testimony of William Thorpe 1407, Early English Text Society, old series, no 301, 1993, p. 24-93 ; Jurkowski M., « The arrest of William Thorpe in Shrewsbury and the anti-Lollard statute of 1406 », Historical Research, no 75, 2002, p. 273-295.

19 Kightly C., « Sir John Oldcastle », Roskell J. S., Clark L. et Rawcliffe C. (dir.), The history of parliament, the House of Commons, 1386-1422, Stroud, Sutton Publishing, 1987, iii, p. 866-869. Il était l’un des exécuteurs testamentaires de Clifford en 1404 : Kew, The National Archives, Prerogative Court of Canterbury Wills, PROB 11/2A/79 ; M.-C. Farlane, Lancastrian Kings, p. 212.

20 Edité dans Loserth J., « Über die Beziehung zwischen englishen und böhmischen Wiclifiten », Mittelungen des Instituts für ôsterreichische Geschichtsforschung, no 12, 1891, p. 266-267.

21 Powell E., Kingship, Law and society, criminal justice in the reign of Henry V, Oxford, Oxford University Press, 1989, p. 141-167 ; McFarlane, John Wycliffe, p. 160-185. Sur l’engagement de la gentry : Kightly, « Sir John Oldcastle », p. 867 ; Jurkowski, « Lawyers and Lollardy », p. 158-164 ; idem, « Lollardy in Oxon and Northants », p. 92 ; idem, « Lollardy and social status », p. 128.

22 Powell, Kingship, p. 151-153 ; Calendar of Patent Rolls 1413-1416, London, His Majesty’s Stationery Office, 1910, p. 175, 177-178 ; The National Archives, King’s Bench, Ancient Indictments, KB 9/991, mm. 4,12,14.

23 The National Archives, KB 9/204/1, mm. 1-12, 20-83, 128-145.

24 Arvanigian M., « Henry IV, the northern nobility and the consolidation ot the regime », Dodd G. et Biggs D. (dir.), Henri IV : the establishment of the regime, 1399-1406, Woodbridge, Boydell Press, 2003, p. 132-133.

25 Il exigea d’être inhumé à côté de la chapelle d’Arundel dans le prieuré cathédral de Canterbury, et il fonda sa propre chapelle à Belvoir : Register of Chichele, II, p. 22-28 ; Hugues J., Pastors and visionaries, religion and secular life in late medieval Yorkshire, Woodbridge, Boydell Press, 1988, p. 310-312.

26 Rymer T. (éd.), Foedera, 20 vols., London, Record Commission, 1704-1735, IX, p. 272-280 ; Kingsford C. L., « Two Forfeitures in the Year of Agincourt », Archaelogia, no 70, 1920, p. 71-100. Sur Wyche : Hudson A., « Which Wyche ? The framing of the Lollard heretics and/or saint », Studies in the transmission of Wyclif’s writings, Aldershot, Ashgate Publishing, 2008, p. 221-237 ; Jurkowski M., « Heresy and factionalism at Merton College in the early fifteenth century », Journal of ecclesiastical history, no 48, oct. 1997, p. 679-680.

27 Reeves A. C., « Henry Fitzhugh », Lancastrian Englishmen, Washington D. C., University Press of America, 1981, p. 65-138 ; Catto J. I., « The king’s servants », Harriss G. L. (dir.), Henry V, the practice of kingship, Oxford University Press, 1985, p. 86-87, 93-94.

28 Calendar of Patent Rolls 1413-1416, p. 222 ; The National Archives, KB 9/204/2. Sur le travail de la commission : Powell, Kingship, p. 168-194.

29 Rymer, Foedera, IX, p. 272-280 ; Hugues, op. cit., p. 74-75.

30 Reeves, op. cit., p. 81. Il fut honoré par l’abbé comme l’un de ses fondateurs : Aungier G. J., The History and Antiquities of Syon Monastery, London, J. B. Nichols and Son, 1840, p. 55 ; Exeter, Exeter University Library, Syon Abbey MS. 262/4, p. 11. Fitzhugh avait aussi fait une tentative précoce et avortée de fonder un hôpital brigittin à York : Gillepsie V., « The mole in the vineyard : Wyclif at Syon in the fifteenth century », Barr et Hutchison, op. cit., p. 134.

31 Ibid., p. 131-62 ; Catto J. I., « Religious change under Henry V », Harriss, op. cit., p. 97-115.

32 Ross J., « The de Vere earls of Oxford, 1400-1513 », Thèse inédite D. Phil., Oxford University, 2005, p. 71-95.

33 Par exemple, une commission royale enquêtant sur l’hérésie et les troubles politiques dans neuf comtés en juillet 1417 n’était presque constituée que de juges et de légistes : The National Archives, KB 9/209.

34 Humphrey avait également dirigé d’autres poursuites contre des rebelles à Coventry en 1425 : Jurkowski M., « Lollardy in Coventry and the revolt of 1431 », Clark L. (dir.), The fifthteenth century, VI, Identity and insurgency in the late middle ages, Woodbridge, Boydell Press, 2006, p. 156-160.

35 [toujours] « prêt à se battre contre les ennemis de l’église, il ne pourrait souffrir que du mal lui soit fait tant qu’il pourrait lui offrir son aide » : Millard F. D., « An analysis of the Epitaphium eiusdem Ducis Gloucestrie », Clark L. (dir.), The fifteenth century, III, Authority and subversion, Woodbridge, Boydell Press, 2003, p. 128-129, 135 ; Harriss G. L., « Humphrey, duke of Gloucester », Oxford Dictionary of National Biography.

36 Green V. H., The Commonwealth of Lincoln College 1427-1977, Oxford, Oxford University Press, 1979, p. 1-20.

37 For the legislation : Raithby J. et Luders A. (éd.), Statutes of the realm, 9 vols, London, 1766-1826, III, p. 182-183.

38 Pour un commode résumé de ce genre : Genet, op. cit., p. ix-xix.

39 édité dans Furnivall F. J. (éd.), Hoccleve’s Works : The Regement of princes, Early English Text Society, Extra Series, no 72, 1897.

40 Green R. F., Poets and princepleasers, literature and the English court in the late Middle Ages, Toronto, University of Toronto Press, 1980, p. 140-142 ; Seymour M. C., « The manuscripts of Hoccleve’s Regiment of princes », Edinburgh Bibliographical Society Transactions, no 4, 1974, p. 255-297 ; Edwards A. S. G., « Hoccleve’s Regiment of princes : a further manuscript », Edinburgh Bibliographical Society Transactions, no 5, 1988, p. 32 ; Harris K. « The patron of British Library MS. Arundel 38 », Notes and Queries, no 229, 1984, p. 462-463. Thomas de Woodstock avait possédé une copie (en français) de Gilles de Rome : Dillon V. et St John W. H. (éd.), « Inventory og goods belonging to Thomas, duke of Gloucester, seized in the castle at Pleshy, Essex, 1397 », Archaeological Journal, no 54, 1897, p. 302.

41 Furnivall, op. cit., p. 141, lignes 3921-3922.

42 Édité dans Furnivall F. J. et Gollancz I. (éd.), Hoccleve’s works : the minor poems, revised J. Mitchell et A. I. Doyle, 2 vols, Early English Text Society, Extra Series, no 61, 1892, vol. 1, p. 8-24.

43 Ibid, p. 14, lignes 193-198.

44 « Il ne convient pas à un chevalier destiné à garder un château royal d’ânonner la bible jour et nuit » : British Library, Ms. Cotton Vespasian B. xvi, ff. 2v-3r, édité dans Dean J. M. (éd.), Medieval English political writings, Kalamazoo, University of Western Michigan Press, TEAMS Middle English Texts, 1996, p. 92-96 ; Robbins R. H., Historical poems of the fourteenth and fifteentth centuries, New York, Columbia University Press, 1959, p. 152-157.

45 British Library, Cotton MS. Cleopatra A. xiii, ff. 4-135v, édité (avec un résumé en anglais) dans Genet, op. cit., p. 40-173.

46 Ibid., p. 52, p. 146-156.

47 Saul N., « The vanishing vision : late medieval crusading », History Today, no 47, juin 1977, p. 23-28. Sur les croisades en Prusse : Du Boulay F. R. H., « Henry of Derby’s expeditions to Prussia 1390-1391 and 1392 », Du Boulay F. R. H. et Barron C. M. (dir.), The reign of Richard II, essays in honour of May McKisach, London, University of London, Athlone Press, 1971, p. 153-172.

48 Thomson J. A. F., « Orthodox religion and the origins of Lollardy », History, no 74, février 1989, p. 47. Sur leurs tombes à Constantinople : Saul, op. cit., p. 28.

49 Pour ce qui suit : Holmes G. A., « Cardinal Beaufort and the crusade against Hussites », English Historical Review, no 88, 1973, p. 721-750.

50 « mais toutes les règles et gouvernances politiques, excitant le peuple à la rébellion et à la désobéissance à l’égard de leurs seigneurs et gouvernants » : édité d’après la copie de la British Library, Additional Ms. 14848, ff. 121r-v dans ibid., p. 727-728.

51 Cockayne G. E., The Complete Peerage, no 12, part 2, London, St Catherine Press, 1959, p. 663-666 ; The National Archives, PROB11/5/15.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search