Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le salut par les armes

 | 
Franck Mercier
, 
Ariane Boltanski

Quatrième partie. Propagation de la foi et identités nobiliaires

Propagation de la foi et identités nobiliaires

Texte intégral

1La défense par la noblesse de l’orthodoxie ne se limite pas au combat armé pour la foi, mais elle suit également d’autres modalités, tout aussi essentielles dans la construction et la perpétuation des identités nobiliaires. Pour une part sans doute, les actions des nobles en matière de propagation de la foi, du soutien apporté à la prédication des clercs en passant par la charité, les fondations ou les interventions pour encourager les conversions, relèvent d’une constante au sein de la culture nobiliaire et, sur ce plan, les continuités semblent fortes entre temps médiévaux et modernes. Ces actions tendent, néanmoins, à se mouler étroitement sur le contexte socio-historique au sein duquel elles se développent. Elles peuvent permettre d’intervenir pour la défense de l’orthodoxie, en particulier quand elle est menacée par la montée des dissidences, tout en évitant soigneusement l’engagement dans une lutte armée, ainsi dans le cas de la noblesse anglaise visiblement hésitante à prendre part activement à la répression du wyclifisme à la fin du XIVe et au XVe siècle. Maureen Jurkowski souligne, à cet égard, que l’engagement dans le combat contre l’hérésie lollarde de la part de la noblesse laïque (dont certains membres ont d’abord montré des sympathies pour les conceptions de Wyclif) apparaît tardif, puisqu’il intervient uniquement quand la contestation religieuse semble s’associer à la sédition politique et se déploie alors essentiellement sur le mode « propagandiste » et dévotionnel en faveur de la foi officielle. Dans le contexte colonial de l’Amérique hispanique, les actions des nobles dans le domaine de la charité sont également nettement dissociées des engagements guerriers, pendant la deuxième moitié du XVIe siècle. Ainsi, les « bonnes œuvres », comme l’indique Aliocha Maldavsky, se substituent à la lutte armée pour la foi et les restitutions des biens enlevés aux Indiens, opérées par des encomenderos dans l’optique de la charité, marquent une rupture avec le temps de la conquête, tant du fait de la volonté de ces seigneurs de se conformer à la loi du monarque que de prolonger la quête du salut par d’autres voies, dans la droite ligne de la Réforme catholique et en relation avec les prescriptions des théologiens et des confesseurs. Les interventions des dévotes, nobles et laïques, décrites par Catherine Martin se situent encore dans la lignée de la Réforme catholique, sur un terrain qui n’est plus celui de la guerre, mais de la reconquête juridique et sociale, dans la France du XVIIe siècle entre la paix d’Alès et la Révocation. Il en va, néanmoins, différemment pour les membres de la haute noblesse française qui se lancent, au milieu des guerres de Religion, comme l’expose Ariane Boltanski, dans des fondations de couvents et de collèges en faveur d’ordres nouveaux, comme les jésuites, ou de branches franciscaines étroitement liées à la reconquête contre-réformée. Pour ces derniers, l’action sur les champs de bataille contre les huguenots et le militantisme catholique, via les fondations et le soutien à la réformation tridentine, sont étroitement associés. Au delà de leur évidente diversité, les entreprises nobiliaires évoquées par ces communications présentent des points de convergence, qui constituent sans doute des paramètres essentiels du lien entre identité noble et défense de la foi. Elles s’ordonnent, en effet, de manière dominante dans la perspective de la préservation d’un statut social différencié face au reste de la société, bien souvent articulé à la défense du pouvoir, notamment territorial et seigneurial, de ces nobles. On ne peut pour autant parler d’une simple instrumentalisation du religieux, puisque la dimension de la quête du salut, personnel, lignager et collectif, demeure cruciale. Enfin, en vue de la diffusion de la foi, ces nobles se distinguent par leurs considérables capacités d’action, en termes de pouvoir, de prestige, d’influence et de mobilisation des réseaux, de ressources financières, etc.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540