Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le salut par les armes

 | 
Franck Mercier
, 
Ariane Boltanski

Troisième partie. Noblesse, Églises et confessionnalisation

Résister à la Seconde Réforme. La noblesse du Brandebourg et la défense de l’orthodoxie luthérienne contre le calvinisme dynastique au début du XVIIe siècle

Thomas Nicklas

Texte intégral

  • 1 Schilling H., Konfessionskonflikt und Staatsbildung. Eine Fallstudie über das Verhältnis von relig (...)
  • 2 Les réformés représenteraient un « parti d’action » face à la vague montante de la Contre-Réforme (...)
  • 3 Pour le processus de formation du philippisme, voir désormais : Ludwig U., Philippismus und orthod (...)
  • 4 Klueting H., Das Konfessionelle Zeitalter 1525-1648, Stuttgart, Ulmer, 1989, p. 216 ; pour le trai (...)

1Puisque la Réforme représente toujours l’un des mythes fondateurs de l’Allemagne moderne, elle attire continuellement l’intérêt des chercheurs allemands et elle fait l’objet de controverses fructueuses de la part des historiens. Par conséquent, la thèse stipulant l’existence d’une « Seconde Réforme », avancée par Heinz Schilling dans les années 1980, a fait couler beaucoup d’encre1. Les termes de « Seconde Réforme » désignent la conversion d’un territoire luthérien au calvinisme, la réforme (luthérienne) de la doctrine nécessitant une réforme (calvinienne) de la vie et des mœurs, selon les partisans de ce courant à la fois religieux et politique, « parti d’action » dans un Saint Empire paralysé par les conflits entre Réforme et Contre-Réforme, à la fin du XVIe siècle2. La Seconde Réforme ranima des traditions spécifiquement allemandes, la réformation urbaine des années 1520 inspirée par Zwingli et le courant philippiste, variante de la doctrine luthérienne préconisée par Philippe Melanchthon, proche à plusieurs égards des réformés de Suisse et de France3. Elle se définit notamment par une liturgie plus distincte de l’héritage catholique et un contrôle des mœurs plus rigide. Force est de constater que, dans le Saint Empire, la décision sur l’introduction de la Seconde Réforme revint aux princes, dont le traité d’Augsbourg, en 1555, a affirmé les compétences dans le domaine du religieux ; il s’agit donc d’une « Réforme princière » (Fürstenreformation4).

Le Brandebourg et l’aventure de la Seconde Réforme

  • 5 Volker Press a étudié le fonctionnement de ces réseaux réformés dans le cas du Palatinat électoral (...)
  • 6 Pahncke K., « Simon Ulrich Pistoris, der Vertrauensmann von vier Hohenzollern », Forschungen zur B (...)
  • 7 (Anonyme), Zwölffvornehme wolgegründete Haubt-Ursachen/Warum die Reformirte Evangelische Kirchen m (...)
  • 8 Pour le contexte voir Gotthard A., « Zwischen Luthertum und Calvinismus (1598-1640) », Kroll F.-L. (...)

2Si le Brandebourg, l’un des sept territoires électoraux de l’Empire, s’aventura sur la voie de la Seconde Réforme, au tout début du XVIIe siècle, la volonté politique de ses régents, issus de la maison de Hohenzollern, y joua son rôle. Mais à cela, il faut ajouter que la Saxe voisine, le berceau du philippisme, influença beaucoup l’évolution du Brandebourg. On a, à juste titre, insisté sur la portée du travail patient, lent et secret des réseaux calvinistes ou philippistes qui tentaient de noyauter les cours afin d’y introduire la Seconde Réforme5. L’une des figures de proue de ce mouvement dans le Brandebourg fut Simon Ulrich Pistoris (1570-1615), issu d’une famille d’éminents juristes de la Saxe électorale. Il fit ses études à l’université saxonne de Leipzig avant d’être nommé, à l’âge de trente ans, au poste de conseiller à la cour de Berlin par l’électeur Joachim Frédéric, grand amateur du philippisme et des milieux humanistes6. Le juriste Pistoris, dont les contemporains admiraient la compétence théologique, publia, en 1613, un ouvrage critiquant les erreurs du luthéranisme, surtout en la matière du dogme de l’eucharistie7. Ce livre, imprimé en secret, loin de Berlin, à Düsseldorf en Rhénanie, fut le manifeste de la Seconde Réforme dans le Brandebourg, mise en œuvre à partir de la même année. À Noël 1613, l’électeur Jean Sigismond, le successeur de Joachim Frédéric, communia selon le rite réformé dans l’église principale de Berlin, le « Dom ». La dynastie, soutenue par une élite humaniste détachée du pays, avait tourné la page malgré les mises en garde du clergé luthérien et de la noblesse brandebourgeoise8.

  • 9 Blaschke K., Sachsen im Zeitalter der Reformation, Gütersloh, Mohn, 1970 ; Junghans E. (dir.), Das (...)
  • 10 Hasse H.-P. (dir.), Caspar Peucer 1525-1602. Wissenschaft, Glaube und Politik im konfessionellen Z (...)
  • 11 Nicklas T., « Christian I. 1586-1591 und Christian II. 1591-1611 », Kroll F.-L. (dir.), Die Herrsc (...)
  • 12 Klein T., Der Kampf um die Zweite Reformation in Kursachsen 1586-1591, Cologne, Böhlau, 1962.
  • 13 Bäumel J., « Cave calviniane – D. N. K. Das Richtschwert des kursächsischen Kanzlers Dr. Nikolaus (...)

3Il faut retenir le fait que Pistoris, l’un des activistes les plus en vue de la Seconde Réforme dans le Brandebourg, était né en Saxe. La Saxe était le pays de Luther, la principauté la mieux administrée, la plus riche et, culturellement, la plus rayonnante dans le Saint Empire au XVIe siècle9. Les tentatives de mener à bout la Seconde Réforme dans l’Empire n’avaient abouti jusque-là que dans des territoires de deuxième rang (Nassau, Frise, Anhalt). Après de longues fluctuations théologiques, le Palatinat électoral (Kurpfalz) s’était définitivement rallié, en 1583, au camp des réformés, mais c’était de loin l’électorat le plus fragile et le plus faible parmi les grandes agglomérations dynastiques du Saint Empire. D’un point de vue stratégique, il y avait donc urgence, pour le calvinisme en Allemagne, de prendre possession des grands territoires de l’est, à commencer par la Saxe, clé de voûte de tout le système de la politique impériale depuis la paix des confessions conclue à Augsbourg en 1555, qui sanctionnait le biconfessionnalisme de l’Empire. Mais les deux tentatives de prise de pouvoir des réformés à Dresde s’étaient soldées par des échecs. En 1574, intervenait la chute brutale des « cryptocalvinistes » rassemblés autour du chancelier saxon, Georg Craco (1525-1575), et du beau-fils de Philippe Melanchthon, Caspar Peucer (1525-1602), médecin personnel de l’électeur Auguste10. Peucer fut mis en prison et finalement libéré douze ans plus tard, après la mort du prince. Craco, quant à lui, s’était suicidé en prison. Malgré la dureté de la répression, l’élite réformée de Leipzig n’avait pourtant pas renoncé à son projet de Seconde Réforme. Le réseau se lança dans une deuxième aventure après la mort d’Auguste, survenue en 1586. Le fils de celui-ci, le jeune électeur Christian Ier, était un personnage faible, peu sûr de lui-même, buveur et joueur de cartes11. Nikolaus Krell (v. 1550-1601), excellent juriste et humaniste bien formé de Leipzig, avait un grand ascendant sur lui. Nommé chancelier par l’électeur Christian, en 1589, Krell mit en œuvre la Seconde Réforme en Saxe malgré la résistance acharnée du clergé luthérien et des nobles saxons qui s’opposaient aux menées absolutistes du chancelier12. Pour venir en aide au roi Henri IV de France, contesté par la Ligue, Krell organisa, en 1591, la réunion de Torgau qui déboucha sur une alliance des princes réformés d’Allemagne en faveur du Bourbon, soutenue par l’Angleterre. Mais, quelques mois plus tard, les réformés de Saxe sombrèrent dans une deuxième catastrophe. L’électeur Christian mourut subitement en septembre 1591, à l’âge de 31 ans. Ce fut alors le retour en force des luthériens, appuyés par la veuve du prince défunt et surtout par la noblesse du pays qui n’avait pas du tout apprécié le régime absolutiste du chancelier. Les calvinistes furent persécutés ; ils se réfugièrent dans d’autres territoires allemands comme le Palatinat ou l’Anhalt. L’ancien chancelier Krell, mis en prison après la mort de Christian, fut exécuté dix ans plus tard sur la place du marché de Dresde, après un simulacre de procès, mené à la cour impériale de Prague. Sur l’épée du bourreau se trouva l’inscription menaçante : « Cave calviniane ! » (« Garde-toi, Calviniste13 ! »).

La noblesse du Brandebourg contre la Seconde Réforme

  • 14 Pour Finck, voir notamment von Thadden R., Die Brandenburgisch-Preußischen Hofprediger im 17. und (...)
  • 15 Nischan B., Prince, People, and Confession […], op. cit., p. 87-88.

4Brisé définitivement en Saxe, le réseau des calvinistes se répandit dans les pays voisins, surtout dans l’Anhalt et le Brandebourg. C’est à la cour de Berlin que ce réseau gagna peu à peu le dessus, après l’accession de Joachim Frédéric à la dignité électorale, en 1598. Simon Ulrich Pistoris, parent proche de Nikolaus Krell, fit carrière dans le Brandebourg, symptôme d’une calvinisation insidieuse de la cour berlinoise. Le réseau exerça son influence sur le prince héritier Jean Sigismond (1572-1619), qui fit, en 1606, une visite officielle à la cour (réformée) de Heidelberg où il se convertit secrètement au calvinisme. Il devint électeur après la mort de son père en 1608. Son frère cadet Ernest (1583-1613) avait voyagé en France, en Angleterre, en Ecosse et en Hollande où il avait rencontré des personnes de premier rang appartenant au réseau réformé d’Europe (Maurice d’Orange-Nassau, Maurice de Hesse-Kassel, Christian d’Anhalt-Bernbourg). En 1610, le prince Ernest se déclara ouvertement pour la foi réformée. Il revint à Berlin, accompagné par le prédicateur Salomon Finck, réputé calviniste14. Le bon peuple de Berlin vit d’un mauvais œil les déviationnistes confessionnels s’installer intra muros. Il se souleva, en octobre 1613, contre leur présence, excité à la révolte par le pasteur luthérien Simon Gedicke, prédicateur à l’église Notre-Dame (Marienkirche15).

  • 16 Le calvinisme renforça toujours sa « plante hôte », selon l’expression choisie par Heinz Schilling (...)
  • 17 Pour une réflexion plus générale sur le sujet, voir deux textes quasiment classiques, Zeeden E. W. (...)
  • 18 Sur la persévérance de la culture religieuse du peuple, voir surtout Po-Chia Hsia R., Social disci (...)

5L’électeur Jean Sigismond, face à cette émeute populaire, se retrouva dans une position politiquement délicate. D’un côté, sa foi réformée n’était pas en conformité avec le droit impérial qui n’admettait que le catholicisme et l’orthodoxie luthérienne dans le Saint Empire. D’un autre côté, l’alliance entre le clergé luthérien et la foule berlinoise contre l’élite calviniste s’avéra dangereuse pour son autorité dans le pays. Ce fut le point de départ d’une influence croissante de la noblesse, qui s’arrogea le rôle d’un arbitre entre un prince isolé et son peuple en colère. À l’inverse de ce qui s’était produit en France dans les décennies précédentes, le calvinisme allemand avait tendance à renforcer le pouvoir dynastique au détriment des états16, ce qui explique que la noblesse du Brandebourg le rejeta en bloc. L’opposition nobiliaire contre l’absolutisme se servit de l’argument confessionnel pour défendre sa cause, mais la disposition des forces était variable selon les régions du Saint Empire : noblesse calviniste contre dynastie catholique en Autriche et en Bohême, résistance luthérienne contre une dynastie réformée dans le Brandebourg17. Dans les territoires des Hohenzollern, la défense du luthéranisme fut à la base d’une alliance insolite entre les nobles et le peuple, prêt à résister à toute tentative de réforme imposée par la dynastie pour garder sa propre culture religieuse18.

  • 19 Il convient de mentionner les plus importantes de ces grandes maisons, à savoir les Arnim, Bredow, (...)
  • 20 Ibid., p. 73-88.
  • 21 Les chapitres désormais protestants de Brandenburg et de Havelberg étaient toujours représentés à (...)

6La noblesse du Brandebourg disposait de nombreux atouts pour affronter la famille régnante. Son organisation s’était renforcée, son pouvoir s’était concentré au cours du XVIe siècle. Un petit groupe d’environ quinze familles accumula les biens et monopolisa les fonctions dans l’administration territoriale19. Cette élite nobiliaire s’était emparée d’un tiers de la propriété foncière, souvent au détriment des petits gentilshommes campagnards qui n’avaient pas maîtrisé les nouvelles donnes économiques. La riche noblesse tira son profit de l’exploitation céréalière, dont elle commercialisait elle-même les produits20. Unies entre elles par des liens de parenté, ces grandes familles surent défendre leurs intérêts économiques et politiques contre une dynastie qui était de plus en plus dépendante de leur puissance financière. Aux diètes (Landtage), les princes étaient obligés de solliciter leur aide sous forme de subsides pour financer les dépenses de la cour et de la politique extérieure de la dynastie. L’assemblée des états du Brandebourg avait été restructurée après l’introduction de la réforme luthérienne (1539). Le clergé avait disparu, à quelques exceptions près21, de sorte que la noblesse monopolisait les états en reléguant les représentants de la bourgeoisie urbaine au second plan. Sûre de sa position dans les assemblées d’états, la noblesse se posa en médiatrice entre le prince et le peuple après la révolte dirigée contre les calvinistes à Berlin, en octobre 1613.

Défense de l’orthodoxie et des intérêts

  • 22 Est-ce que la lecture de « l’Anti-Machiavel » d’Innocent Gentillet a laissé des traces dans le Bra (...)
  • 23 Saring T., « Kurfürstin Anna von Preußen », Forschungen zur Brandenburgischen und Preußischen Gesc (...)
  • 24 Nischan B., Prince, People, and Confession […], op. cit., p. 88.

7La noblesse du Brandebourg se méfiait des réformés, de ces intrus étrangers, pour la plupart des Saxons, de ces intellectuels urbains, qui avaient noyauté la cour, dont les projets politiques, par exemple l’alliance protestante contre les Habsbourg d’Espagne et d’Autriche, semblaient contredire les intérêts du pays, tels que la noblesse les avait définis. N’y avait-il pas l’antécédent de la France des derniers Valois où une poignée d’étrangers, en l’occurrence la suite italienne de Cathérine de Médicis, avait semé la confusion sanglante, brouillé les sujets et puisé dans les caisses du royaume22 ? Il fallait agir rapidement. En décembre 1613, les états intervinrent pour la première fois. Ils lancèrent un appel formel à l’électeur Jean Sigismond, à l’électrice Anne, dont on connaissait l’attachement à la confession luthérienne23, et au supérieur (Superintendent) de l’église évangélique, Christoph Pelargus, proche collaborateur du prince. Ils exigèrent l’expulsion du prédicateur réformé Finck, ce « loup rampant de l’irreligion », que le prince Ernest avait amené à Berlin24. On rappela au prince son devoir de défendre la foi traditionnelle du pays, d’éviter le désordre et la mésentente entre souverain, peuple et magistrats. La crise politique que la Saxe voisine avait traversée, qui avait précédé la chute du chancelier Krell, démontrait à merveille quelles conséquences l’apostasie devait produire.

  • 25 Der Chur Brandeburg Reformation Werck, Das ist I. Des […] Herrn Johann Sigmunds Marggraffen zu Bra (...)
  • 26 Pour ces survivances catholiques dans la pratique cultuelle (luthérienne) dans le Brandebourg, voi (...)
  • 27 Jean Sigismond et ses conseillers avaient élaboré un « grand dessein » confessionnel pour la conve (...)

8L’emploi du mot « apostasie » déplut fort au prince Jean Sigismond. Il était évident pour lui que les accusations proférées contre le théologien Finck visaient en premier lieu le souverain lui-même, qui partageait les vues religieuses de l’accusé. Toujours est-il que l’intervention des états produisit le contraire de l’effet souhaité sur l’électeur. Jean Sigismond accéléra l’évolution vers la Seconde Réforme tout en risquant le conflit avec les états. Avec le soutien de ses plus proches conseillers, dont Pistoris et Pelargus, il prépara sa conversion officielle à la foi réformée et communia selon le rite helvétique, à Noël 1613. Il justifia ce pas dans une lettre adressée aux états qui fut propagée sous forme d’un imprimé intitulé « Confession de Jean Sigismond25 ». En même temps, le prince fut obligé de faire des concessions en faveur du luthéranisme pour se concilier la noblesse et pour calmer la colère de son bon peuple. L’électeur autorisa les luthériens à garder leurs cérémonies, les habits des ecclésiastiques, les cierges, les statues des saints dans les églises et autres survivances du culte catholique26, chères à ses sujets, mais il leur demanda de respecter son propre choix religieux. Le prince réclama donc, face à sa noblesse, sa liberté de conscience. Ce qu’il ne dit pas tout haut, ce fut sa conviction, qu’il partageait d’ailleurs avec ses collaborateurs, qu’un jour le calvinisme de la cour et des élites l’emporterait sur les vestiges du luthéranisme populaire et nobiliaire27.

  • 28 Ibid., p. 185-196.
  • 29 Une étude approfondie de la guerre des évêques en Alsace fait défaut. Un ouvrage vieilli se consac (...)
  • 30 Pour le Brandebourg et la crise sur le Rhin (à partir de 1609), voir Ollmann-Kösling H., Der Erbfo (...)

9Or, ce dessein s’avéra irréalisable. L’opposition du peuple à la Seconde Réforme dans les Marches électorales persista et s’intensifia encore. Une série d’émeutes, à Berlin (à Pâques 1614) et à Brandebourg-Ville (en octobre 1614), démontra qu’il serait impossible d’imposer la Seconde Réforme au peuple rebelle, incité à la révolte par les prédicateurs luthériens et appuyé par la noblesse, grandes familles et petits hobereaux confondus28. Dans ces luttes religieuses et politiques, les nobles prétendirent au rôle d’arbitres. Ils se retrouvèrent dans une position profitable à leur influence. Détenteurs du pouvoir politique et économique dans les campagnes, le rapport des forces joua en leur faveur, en sorte que la cour ne pût pas se passer de leur concours. La pénurie pécuniaire de l’électeur renforça sa dépendance. Sur le plan de la politique extérieure, la dynastie s’était beaucoup engagée dans la guerre des évêques en Alsace (1592-1604), en faveur de l’un des siens, Jean Georges, sans en rapporter le moindre profit à long terme29. à partir de 1609, ce fut la question de la succession dans le duché de Juliers-Clèves qui préoccupa les chancelleries d’Europe. Les Hohenzollern, munis de titres de droit très solides sur le duché, espéraient pouvoir acquérir au moins une grande partie du territoire rhénan contesté30 ; mais, face aux puissances étrangères, notamment à l’Espagne et à la Hollande, il fallut se mettre sur le pied de guerre. Pour avoir accès au nerf de la guerre, le souverain fut contraint de traiter ses adversaires politiques, dans les Marches, avec beaucoup d’égards.

  • 31 Sur le rapport entre les « deux Brandebourg », des deux côtés de l’Oder, Gahlbeck C., « Von der te (...)

10Afin de financer la levée d’une armée de mercenaires contre l’Espagne, Jean Sigismond s’adressa aux états. Deux assemblées eurent lieu : l’une se tint à Küstrin en Nouvelle Marche (Neumark), au-delà de l’Oder, en décembre 1614, l’autre à Berlin pour la Marche électorale à l’ouest du fleuve, en janvier 161531. Diviser pour régner, était-ce là l’essentiel de la stratégie du prince ? Mais les états parèrent le coup de l’électeur en se mettant d’accord dans leurs actions. Ils ne voulurent rien allouer, sauf si Jean Sigismond donnait des garanties formelles pour le statu quo de l’église luthérienne et renonçait définitivement à nommer des pasteurs réformés aux chaires, y compris dans ses propres domaines où il exerçait les droits seigneuriaux. La noblesse s’arrogea le droit de superviser les nominations à tous les postes ecclésiastiques, universitaires et scolaires, pour rendre impossible tout noyautage des institutions par des calvinistes.

  • 32 On trouve une traduction anglaise de ce document dans Macartney C. A., The Habsburg and Hohenzolle (...)
  • 33 Wangemann T., Johann Sigismund und Paulus Gerhardt. Der erste Kampf der lutherischen Kirche in Chu (...)
  • 34 Nischan B., « John Bergius : Irenicism and the Beginning of Official Religious Toleration in Brand (...)

11L’électeur se retrouva dans une position difficile. Pour avoir les subsides des états, il fut forcé de faire des concessions. Par un recès daté du 5 février 1615, il garantit le statu quo du luthéranisme et promit de ne pas nommer des pasteurs « indésirables » dans les paroisses de ses seigneuries32 ; ce qui revint à une limitation considérable de ses droits en tant que prince impérial, à savoir fixer l’état confessionnel de son pays, et en tant que seigneur, à savoir choisir ses serviteurs à son gré. Le fait qu’il garantît, le jour suivant, le libre exercice de la confession réformée dans tous ses états parut comme un geste révélateur de son impuissance33. La noblesse avait trouvé un moyen sûr pour mettre un coup d’arrêt à l’introduction du calvinisme dans le Brandebourg en contrôlant les nominations des pasteurs et des professeurs. En conséquence, la Seconde Réforme n’eut pas lieu dans le Brandebourg malgré les efforts tenaces de la dynastie. Elle demeurera un phénomène restreint, limité à la cour princière et aux professions libérales de certaines grandes villes, deux seulement au XVIIe siècle : Berlin et Francfort-sur-l’Oder. Ce biconfessionnalisme brandebourgeois fut à l’origine, à moyen et à long terme, d’une pratique de la tolérance. Johann Peter Bergius (1587-1658), professeur à l’université de Francfort-sur-l’Oder et prédicateur à la cour de Berlin après la guerre de Trente ans, s’en fera le porte-parole, au moins pour les différentes branches de l’arbre protestant34. En fait, les Hohenzollern s’étaient résignés à l’idée de tolérance, faute de moyens pour imposer leur volonté au pays, face à une noblesse qui disposait de presque tous les atouts dans le jeu autour du pouvoir.

Digression : la Prusse ou l’impuissance d’une dynastie

  • 35 Arnold U., « Ständeherrschaft und Ständekonflikt im Herzogtum Preußen », Baumgart P. (dir.), Ständ (...)

12Jean Sigismond fut aussi le Hohenzollern qui hérita du duché de Prusse vacant après la mort du duc Albert Frédéric, en 1618. Puisque ce prince était atteint d’une aliénation mentale, son parent de Berlin avait assumé la régence de la Prusse depuis 1608. Or, le duché, entouré par la Pologne et la Lituanie, n’avait aucun lien géographique ou institutionnel avec le Saint Empire. Il restera longtemps encore sous la suzeraineté des rois de Pologne, jusqu’aux traités de Wehlau et d’Oliva (1657 et 1660). L’électeur, dans sa qualité de souverain prussien, fut un vassal de la cour de Varsovie, ce qui lui lia les mains dans son action politique. Sa marge de manœuvre pour l’introduction de la Seconde Réforme en Prusse, terre marquée par une réforme luthérienne précoce (1525), fut encore plus restreinte que dans le Brandebourg où la constitution impériale accordait au prince le droit de fixer le statut confessionnel de son territoire. En 1566, le duc Albert Frédéric avait été obligé de reconnaître un droit de recours aux états prussiens. En cas de violation de leurs privilèges, ils pouvaient faire appel au roi de Pologne, suzerain du duché35.

  • 36 Press V., « Das Haus Dohna in der europäischen Adelsgesellschaft des 16. und 17. Jahrhunderts », M (...)
  • 37 Hubatsch W., Geschichte der Evangelischen Kirche Ostpreußens, vol. 1, Göttingen, Vandenhoeck & Rup (...)
  • 38 Sur le profil de l’homme d’état réformé qu’était Friedrich Pruckmann, Klein T., « Recht und Staat (...)
  • 39 Immekeppel H., Das Herzogtum Preußen […], op. cit., p. 110-111.

13La Prusse était devenue de facto une république nobiliaire où le duc n’exerçait qu’une souveraineté limitée. La noblesse menait une politique de bascule entre le duc à Königsberg et le roi à Varsovie, pour arriver à ses fins. À l’exception d’une illustre maison, les Dohna, défenseurs fermes du calvinisme36, la noblesse prussienne était restée fidèle à la confession luthérienne. L’échiquier politique en Prusse s’était encore compliqué avec les manifestations d’un catholicisme renouvelé, appuyé par la Pologne. Par respect pour son suzerain, Jean Sigismond de Brandebourg, le calviniste, avait garanti, en 1611, la liberté de l’exercice du culte pour les catholiques prussiens. Ceux-ci construisirent, de 1611 à 1616, une nouvelle église impressionnante (Propsteikirche) à Königsberg, la capitale du duché37 ! Les états favorisaient, eux aussi, la minuscule minorité catholique pour s’insinuer dans les bonnes grâces du roi de Pologne, mais ils voyaient d’un mauvais œil les conseillers réformés du prince arriver en Prusse, surtout le chancelier Friedrich Pruckmann (1562-163038), cible préférée de leurs critiques, parce qu’ils le soupçonnait de vouloir introduire sa foi dans le duché. Comment barrer la route à des hommes comme Pruckmann dont ils se méfiaient ? Les états trouvèrent un moyen ingénieux pour imposer leur volonté au duc Jean Sigismond. Ils obtinrent du roi Sigismond de Pologne une lettre patente par laquelle le monarque interdisait toute nomination de personnes étrangères à la foi évangélique (luthérienne) ou catholique aux fonctions à la cour prussienne (6 juillet 161439).

  • 40 Nischan B., Prince, People, and Confession […], op. cit., p. 215-216.
  • 41 Immekeppel H., Das Herzogtum Preußen […], op. cit., p. 150-155.

14Telle se présentait la situation lorsque Jean Sigismond, duc de Prusse, revint au pays, fin 1616, après un long séjour dans les Marches brande-bourgeoises où les choses avaient pris pour lui une mauvaise tournure. Il avait déjà l’expérience de la résistance des états de son Brandebourg natal, qui surent arrêter la course engagée vers la Seconde Réforme en se fermant aux influences des enseignants et des prédicateurs calvinistes. Pour sonder la fermeté de la noblesse luthérienne en Prusse, le prince fit célébrer le culte réformé dans la chapelle du château de Königsberg, à Pâques 1617. Les pasteurs luthériens de la Prusse ne se firent pas prendre par surprise et se déchaînèrent aussitôt40. Cette réaction immédiate devait démontrer au prince la vigilance des défenseurs du luthéranisme. Malgré toutes les entraves à l’influence des réformés, Jean Sigismond essaya d’assurer des positions à ses coreligionnaires dans les institutions dépendantes directement de sa compétence et sur lesquelles les états n’effectuaient qu’un contrôle indirect et limité. Il s’agissait, notamment, du conseil ecclésiastique ducal (Kirchenrat) qui supervisait la pratique religieuse du peuple, une sorte de charnière entre le prince et les églises du pays. Mais la noblesse luthérienne, forte de l’appui du roi à Varsovie, donna aux pasteurs la consigne de ne pas prendre en considération les ordonnances émanant du Kirchenrat41, pour déjouer toutes les mesures que cet organisme pourrait mettre en œuvre. Force est de constater que la noblesse de Prusse sut mener le jeu politique avec finesse et elle parvint finalement à couper l’herbe sous les pieds du prince réformé et de son équipe ! Si les calvinistes réussirent à former à Berlin une petite communauté religieuse qui pouvait transmettre le flambeau de la doctrine calvinienne aux générations futures, rien de tel ne se fit en Prusse. à part quelques familles nobiliaires, comme les Dohna, fortement isolées au sein de leur groupe social, le calvinisme n’eut pas droit de cité dans le duché de Prusse. Étrangement, c’est le catholicisme, avec le soutien de la cour de Varsovie, qui put jouir d’un statut juridique mieux fondé.

15L’élan de la Seconde Réforme s’était brisé dans le Brandebourg lorsqu’il se heurtait à la résistance du clergé luthérien et des foules incitées à la révolte par leurs prédicateurs. La noblesse se retrouva dans la position d’un arbitre entre le prince et le peuple. Elle en profita pour stabiliser son empreinte constitutionnelle sur le pouvoir par le biais de son droit de voter l’impôt. En Prusse, les tentatives pour établir la Seconde Réforme se trouvèrent dans l’impasse, puisqu’une communauté d’intérêts lia la noblesse prussienne au roi de Pologne catholique, suzerain du duché jusqu’à la deuxième moitié du XVIIe siècle. La noblesse luthérienne des deux territoires des Hohenzollern, Brandebourg et Prusse, forte de sa position économique supérieure et de ses compétences au sein d’une monarchie mixte, repoussa l’offensive d’un prince réformé et mit un frein aux visées absolutistes de la cour. C’est seulement après les horreurs de la guerre de Trente ans qu’un prince énergique, qui ne recula pas devant l’emploi de la violence, à savoir le « grand électeur » Frédéric Guillaume (1620-1688), renversa ce dispositif du pouvoir, en fortifiant les assises de la puissance dynastique. Ce Hohenzollern donnera tout son poids à sa devise : « Necessitas facit legem. »

Notes

1 Schilling H., Konfessionskonflikt und Staatsbildung. Eine Fallstudie über das Verhältnis von religiösem und sozialem Wandel in der Frühneuzeit am Beispiel der Grafschaft Lippe, Gütersloh, Mohn, 1981 ; id. (dir.), Die reformierte Konfessionalisierung in Deutschland. Das Problem der “Zweiten Reformation”. Wissenschaftliches Symposion des Vereins für Reformationsgeschichte 1985, Gütersloh, Mohn, 1986 : voir, notamment, l’article de Heinz Schilling lui-même : « Die “Zweite Reformation” als Kategorie der Geschichtswissenschaft », p. 387-437 ; dans le même volume, Wilhelm H. Neuser parlait d’une « thèse qui dérape » : Neuser W. H., « Die Erforschung der “Zweiten Reformation”– eine wissenschaftliche Fehlentwicklung », p. 379-386. Le rapport avec la thèse plus générale sur la confessionnalisation est abordé dans Schilling H., « Die Konfessionalisierung im Reich – Religiöser und gesellschaftlicher Wandel in Deutschland zwischen 1555 und 1620 », Historische Zeitschrift, no 246, 1988, p. 1-45 ; Id., « La confessionnalisation et le système international », Bély L. (dir.), L’Europe des traités de Westphalie. Esprit de la diplomatie et diplomatie de l’esprit, Paris, 2000, p. 411-428. Pour un bilan (provisoire) du débat : Klueting H., « “Zweite Reformation”– Konfessionsbildung – Konfessionalisierung. Zwanzig Jahre Kontroversen und Ergebnisse nach zwanzig Jahren », Historische Zeitschrift, no 277, 2003, p. 309-341.

2 Les réformés représenteraient un « parti d’action » face à la vague montante de la Contre-Réforme puisqu’ils n’acceptaient pas le statu quo entériné par la paix de religion d’Augsbourg, en 1555, à l’inverse des luthériens dont le traité avait garanti la parité. Voir, pour le Brandebourg, Hintze O., « Kalvinismus und Staatsräson in Brandenburg zu Beginn des 17. Jahrhunderts », Gesammelte Abhandlungen, Oestreich G. (éd.), vol. 3, Göttingen, Vandenhoeck et Ruprecht, 1967, p. 255-312.

3 Pour le processus de formation du philippisme, voir désormais : Ludwig U., Philippismus und orthodoxes Luthertum an der Universität Wittenberg. Die Rolle Jakob Andreäs im lutherischen Konfessionalisierungsprozess Kursachsens (1576-1580), Münster, Aschendorff, 2009 (thèse soutenue à Leipzig en 2006-2007).

4 Klueting H., Das Konfessionelle Zeitalter 1525-1648, Stuttgart, Ulmer, 1989, p. 216 ; pour le traité d’Augsbourg de 1555, Nicklas T., « Les idées de paix en 1555 et les motifs d’un compromis indispensable », Cahn J.-P., Knopper F., Saint-Gille A.-M. (dir.), De la guerre juste à la paix juste. Aspects confessionnels de la construction de la paix dans l’espace franco-allemand (XVIe-XXe siècle), Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 2008, p. 49-64.

5 Volker Press a étudié le fonctionnement de ces réseaux réformés dans le cas du Palatinat électoral (Kurpfalz) dans les années 1570 et 1580 : Press V., « Die “Zweite Reformation” in der Kurpfalz », Schilling H., Die reformierte Konfessionalisierung in Deutschland […], op. cit., p. 104-129.

6 Pahncke K., « Simon Ulrich Pistoris, der Vertrauensmann von vier Hohenzollern », Forschungen zur Brandenburgischen und Preußischen Geschichte, no 24, 1911, p. 147-182.

7 (Anonyme), Zwölffvornehme wolgegründete Haubt-Ursachen/Warum die Reformirte Evangelische Kirchen mit D. Luthers und seiner Nachfolger Auslegung der Worte Christi im H. Abendmahl […] nicht eins sein könne, Düsseldorf 1613 [réimpression Köthen 1663]. Voir surtout Nischan B., Prince, People, and Confession. The Second Reformation in Brandenburg, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1994, p. 83-85.

8 Pour le contexte voir Gotthard A., « Zwischen Luthertum und Calvinismus (1598-1640) », Kroll F.-L. (dir.), Preußens Herrscher. Von den ersten Hohenzollern bis Wilhelm II, Munich, Beck, p. 74-94.

9 Blaschke K., Sachsen im Zeitalter der Reformation, Gütersloh, Mohn, 1970 ; Junghans E. (dir.), Das Jahrhundert der Reformation in Sachsen, Berlin, Evangelische Verlagsanstalt, 1989.

10 Hasse H.-P. (dir.), Caspar Peucer 1525-1602. Wissenschaft, Glaube und Politik im konfessionellen Zeitalter, Leipzig, Evangelische Verlagsanstalt, 2004 ; Nicklas T., « Das Tagebuch eines Reichspolitikers. Persönlichkeit und Paradigma im 16. Jahrhundert », Archiv für Kulturgeschichte, no 81, 1999, p. 59-79.

11 Nicklas T., « Christian I. 1586-1591 und Christian II. 1591-1611 », Kroll F.-L. (dir.), Die Herrscher Sachsens. Markgrafen, Kurfürsten, Könige 1089-1918, Munich, Beck, 2004, p. 126-136.

12 Klein T., Der Kampf um die Zweite Reformation in Kursachsen 1586-1591, Cologne, Böhlau, 1962.

13 Bäumel J., « Cave calviniane – D. N. K. Das Richtschwert des kursächsischen Kanzlers Dr. Nikolaus Krell », Dresdener Kunstblätter, no 45, 2001, p. 144-151.

14 Pour Finck, voir notamment von Thadden R., Die Brandenburgisch-Preußischen Hofprediger im 17. und 18. Jahrhundert, Berlin, De Gruyter, 1959, p. 171-172.

15 Nischan B., Prince, People, and Confession […], op. cit., p. 87-88.

16 Le calvinisme renforça toujours sa « plante hôte », selon l’expression choisie par Heinz Schilling, c’est-à-dire il soutint le pouvoir intermédiaire (noblesse, magistrats, états, notables) en France et aux Pays-Bas, le pouvoir dynastique en Allemagne : Schilling H., Konfessionskonflikt und Staatsbildung […], op. cit., p. 385.

17 Pour une réflexion plus générale sur le sujet, voir deux textes quasiment classiques, Zeeden E. W., « Grundlagen und Wege der Konfessionsbildung im Zeitalter der Glaubenskämpfe », Historische Zeitschrift, no 185, 1958, p. 249-299 ; Schilling H., « Die Konfessionalisierung im Reich – Religiöser und gesellschaftlicher Wandel in Deutschland zwischen 1555 und 1620 », Historische Zeitschrift, no 246, 1988, p. 1-45, surtout p. 39.

18 Sur la persévérance de la culture religieuse du peuple, voir surtout Po-Chia Hsia R., Social discipline in the Reformation : Central Europe 1550-1750, Londres, Routledge, 1989, p. 135 ; Münch P., « Volkskultur und Calvinismus. Zu Theorie und Praxis der “Reformatio vitae” während der “Zweiten Reformation” », dans Schilling H. (dir.), Die reformierte Konfessionalisierung in Deutschland […], op. cit., p. 291-307.

19 Il convient de mentionner les plus importantes de ces grandes maisons, à savoir les Arnim, Bredow, Flans, Gans von Putlitz, Hake, Oppen, Quitzow, Rohr, Schlieben, Schulenburg & Winterfeld, Hahn P.-M., Struktur und Funktion des brandenburgischen Adels im 16. Jahrhundert, Berlin, Colloquium, 1979, p. 204-231, p. 349-352.

20 Ibid., p. 73-88.

21 Les chapitres désormais protestants de Brandenburg et de Havelberg étaient toujours représentés à la diète vers 1600, de même une communauté de chanoinesses (Heiligengrabe) et l’Ordre protestant de Saint-Jean (bailliage de Sonnenburg) : ibid., p. 161.

22 Est-ce que la lecture de « l’Anti-Machiavel » d’Innocent Gentillet a laissé des traces dans le Brandebourg en contribuant à former la vision des choses de la noblesse ? Le sujet mériterait d’être étudié. Pour l’impact des écrits du réfugié français, voir surtout Stewart P. D., Innocent Gentillet e la sua polemica antimachiavellica, Florence, Casalini, 1969 ; D’Andrea A., « Machiavelli, Satan and the Gospel », Yearbook of Italien Studies, no 1, 1971, p. 156-177.

23 Saring T., « Kurfürstin Anna von Preußen », Forschungen zur Brandenburgischen und Preußischen Geschichte, no 53, 1941, p. 248-295.

24 Nischan B., Prince, People, and Confession […], op. cit., p. 88.

25 Der Chur Brandeburg Reformation Werck, Das ist I. Des […] Herrn Johann Sigmunds Marggraffen zu Brandenburg […] Bekändtnis, Berlin, Runge, 1615 ; une discussion de la portée théologique et politique de cette conversion se trouve dans Delius W., « Der Konfessionswechsel des brandenburgischen Kurfürsten Johann Sigismund », Jahrbuch für brandenburgische Kirchengeschichte, no 50, 1977, p. 125-129 ; Beeskow H.-J., « Der Konfessionswechsel des brandenburgischen Kurfürsten Johann Sigismund im Jahre 1613 », Herbergen der Christenheit. Jahrbuch für deutsche Kirchengeschichte, 1983/1984, p. 7-18.

26 Pour ces survivances catholiques dans la pratique cultuelle (luthérienne) dans le Brandebourg, voir le volume richement illustré : Reihlen H. (dir.), Heilige Gewänder – Textile Kunstwerke. Die Gewänder des Doms zu Brandenburg im mittelalterlichen und lutherischen Gottesdienst, Ratisbonne, Schnell & Steiner, 2005.

27 Jean Sigismond et ses conseillers avaient élaboré un « grand dessein » confessionnel pour la conversion du Brandebourg au calvinisme : Nischan B., Prince, People, and Confession […], op. cit., p. 111-131.

28 Ibid., p. 185-196.

29 Une étude approfondie de la guerre des évêques en Alsace fait défaut. Un ouvrage vieilli se consacre à sa pré-histoire : Meister A., Der Straßburger Kapitelstreit 1583-1592. Ein Beitrag zur Geschichte der Gegenreformation, Strasbourg, Heitz, 1899.

30 Pour le Brandebourg et la crise sur le Rhin (à partir de 1609), voir Ollmann-Kösling H., Der Erbfolgestreit in Jülich-Kleve (1609-1614). Ein Vorspiel zum Dreißigjährigen Krieg, Ratisbonne, Roderer, 1996.

31 Sur le rapport entre les « deux Brandebourg », des deux côtés de l’Oder, Gahlbeck C., « Von der terra Transoderana bis zur Provinz Neumark. Zur Ausprägung eines ständischen Regionalismus im Land östlich der Oder zwischen 1300 und 1600 », Beck L. F. (éd.), Brandenburg und seine Landschaften. Zentrum und Region vom Spätmittelalter bis 1800, Berlin, Lucas, 2009, p. 131-155. Pour le déroulement des assemblées d’état, Clausnitzer E., Die märkischen Stände unter Kurfürst Johann Sigismund 1608-1619, Halle (thèse Leipzig), 1895 ; Croon H., Die kurmärkischen Landstände 1571-1616, Berlin, Gsellius, 1938.

32 On trouve une traduction anglaise de ce document dans Macartney C. A., The Habsburg and Hohenzollern dynasties in the seventeenth and eighteenth centuries, New York, Walker, 1970, p. 227.

33 Wangemann T., Johann Sigismund und Paulus Gerhardt. Der erste Kampf der lutherischen Kirche in Churbrandenburg um ihre Existenz, Berlin, Schulze, 1884, p. 81-82.

34 Nischan B., « John Bergius : Irenicism and the Beginning of Official Religious Toleration in Brandenburg-Prussia », Church History, no 51, 1982, p. 389-404. Pour le futur développement de la Prusse, voir désormais Clark C., Histoire de la Prusse, 1600-1947, Paris, Perrin, 2009.

35 Arnold U., « Ständeherrschaft und Ständekonflikt im Herzogtum Preußen », Baumgart P. (dir.), Ständetum und Staatsbildung in Brandenburg-Preußen. Ergebnisse einer internationalen Fachtagung, Berlin, De Gruyter, 1983, p. 80-108, ici p. 90-91. Pour la période précédente, Petersohn J., Fürstenmacht und Ständetum in Preußen während der Regierung Herzog Georg Friedrichs, 1578-1603, Würzburg, Holzner, 1963 ; sur la régence de Jean Sigismond, Immekeppel H., Das Herzogtum Preußen von 1603 bis 1618, Cologne, Grote, 1975.

36 Press V., « Das Haus Dohna in der europäischen Adelsgesellschaft des 16. und 17. Jahrhunderts », Mehl A., Schneider W. (dir.), Reformatio et Reformationes. Festschrift für Lothar Graf zu Dohna zum 65. Geburtstag, Darmstadt, Technische Universität, 1989, p. 371-402.

37 Hubatsch W., Geschichte der Evangelischen Kirche Ostpreußens, vol. 1, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1968, p. 122-123.

38 Sur le profil de l’homme d’état réformé qu’était Friedrich Pruckmann, Klein T., « Recht und Staat im Urteil mitteldeutscher Juristen des späten 16. Jahrhunderts », Beumann W. (éd.), Festschrift für Walter Schlesinger, vol. 1, Cologne, Böhlau, 1973, p. 427-512, ici p. 442-466.

39 Immekeppel H., Das Herzogtum Preußen […], op. cit., p. 110-111.

40 Nischan B., Prince, People, and Confession […], op. cit., p. 215-216.

41 Immekeppel H., Das Herzogtum Preußen […], op. cit., p. 150-155.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540