Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Le salut par les armes

 | 
Franck Mercier
, 
Ariane Boltanski

Troisième partie. Noblesse, Églises et confessionnalisation

Noblesse réformée française et défense de l’orthodoxie. Autour de l’affaire Morély

Hugues Daussy

Volltext

  • 1 Morély J., Traicté de la discipline et police chrestienne, Lyon, Jean de Tournes, 1562.

1Evoquer le rapport entre noblesse réformée française et orthodoxie dans la seconde moitié du XVIe siècle semble de prime abord une tâche délicate. En premier lieu, parce que l’aristocratie calviniste du royaume a dû, afin de justifier son action militaire pendant les guerres de Religion, masquer son engagement religieux derrière une argumentation politique. Ensuite, parce qu’avant même de chercher à défendre une quelconque orthodoxie calviniste, les nobles réformés ont été contraints de combattre pour la simple survie de leur foi dans le royaume de France. Cette nécessité primaire de résistance face à la pression catholique expliquerait sans peine une absence d’intérêt, de la part de cette noblesse apparemment préoccupée avant tout de la chose militaire, pour des questions purement doctrinales et disciplinaires. Pourtant, il n’en est rien, car le débat autour de la nécessité de défendre une orthodoxie réformée dans sa spécificité française n’est pas absent de leurs préoccupations jusqu’au septième synode national, tenu à La Rochelle en avril 1571, qui sanctionne la fin des incertitudes en la matière. Afin d’illustrer cette interaction entre noblesse réformée et défense de l’orthodoxie lors des premières guerres de Religion, il semble opportun d’évoquer les remous suscités par la célèbre affaire Morély, qui a divisé les églises réformées de France et alimenté la polémique pendant dix ans, d’avril 1562, date de la parution du Traité de la discipline et police chrestienne1, jusqu’à la Saint-Barthélemy. Après avoir rappelé le contenu de l’ouvrage de Jean Morély, un noble de petite extraction, et souligné en quoi il porte atteinte à ce que l’on peut considérer comme l’orthodoxie réformée française, il conviendra de faire apparaître que Morély et ses théories ont d’abord été soutenues par une partie de la noblesse calviniste, notamment par certains membres les plus éminents de la haute aristocratie, avant d’expliquer comment et pourquoi Morély a ensuite été abandonné et condamné par ceux qui lui avaient initialement accordé leur appui et qui ont fini par considérer la défense de l’orthodoxie comme une nécessité vitale pour la Réforme protestante française.

Les thèses de Morély et l’orthodoxie réformée française

  • 2 Roussel B., « ‘‘Colonies’’ de Genève ? Les premières années de vie commune des églises réformées d (...)

2Lorsqu’au printemps 1562, Jean Morély, seigneur de Villiers, fils d’un médecin ordinaire de François Ier, publie à Lyon chez Jean de Tournes son Traité de la discipline et police ecclésiastique, cela fait à peine trois ans que les églises réformées de France se sont dotées d’une organisation propre, inspirée du modèle genevois. À l’occasion de leur premier synode national, réuni à Paris dans la clandestinité en mai 1559, elles ont adopté une Confession de foi en quarante articles qui exprime de façon concise les principes fondamentaux de la foi réformée en même temps qu’elle prononce une condamnation sans appel des superstitions et idolâtries de l’église romaine. Son rôle est essentiel pour la stabilisation de la société réformée, dont la cohésion dépend en grande partie d’un accord doctrinal, et donc pour la construction d’une véritable identité confessionnelle. Les députés présents au premier synode ont également rédigé et adopté une Discipline ecclésiastique qui traite de l’organisation et de la réglementation de la vie des églises réformées prises dans leur globalité ou leur individualité. Ce texte régit notamment le fonctionnement du système presbytéro-synodal. Ces deux textes, que seuls les synodes nationaux sont habilités à enrichir ou à modifier, énoncent ce que l’on peut considérer comme l’orthodoxie réformée française. Ils sont fidèles aux préceptes de Calvin, s’inspirent étroitement du modèle genevois, mais s’en distinguent par certains aspects qui, pour mineurs ou secondaires qu’ils soient, ne témoignent pas moins de la volonté d’émancipation relative à l’égard de Genève qui anime les pasteurs français2.

  • 3 En sont exclus : les femmes, les enfants et adolescents qui n’ont pas atteint l’âge de quinze ans, (...)
  • 4 Denis P. et Rott J., op. cit., p. 53 et 135.
  • 5 Ibid., p. 53-55.
  • 6 Ibid., p. 202.

3Parmi les dispositions prises par la Discipline ecclésiastique, certaines concernent les consistoires. Elles vont être au cœur de l’affaire Morély. Il est en effet prévu que, dans chaque paroisse, le pouvoir effectif appartient au consistoire composé du ou des pasteurs, des anciens et des diacres. Lors de la constitution de l’église, c’est à l’assemblée des fidèles qu’il revient d’élire les anciens et les diacres (le pasteur est membre de droit), mais par la suite, le renouvellement se fait par cooptation, sans que l’assemblée des fidèles joue le moindre rôle. Ce pouvoir accordé au Consistoire, seul compétent pour exercer la discipline ecclésiastique dans chaque église, seul capable de choisir et de déposer les pasteurs et seul habilité à manier les censures à l’encontre des fidèles dont le comportement est jugé scandaleux, est vivement contesté par Morély dans son traité. Selon lui, l’exercice de ces fonctions doit en effet revenir à l’assemblée des fidèles, composée de ceux qui ont signé la Confession de foi3. C’est elle qui doit exercer le pouvoir effectif dans l’église, le Consistoire étant seulement chargé de préparer le travail de l’assemblée, de la conseiller et de la renforcer de son autorité pendant ses réunions et enfin d’en exécuter les décisions4. C’est tout un débat sur le pouvoir des fidèles dans l’église qui est ainsi lancé, ou plutôt relancé car de telles conceptions ont déjà été énoncées à Strasbourg en 1554 et à Genève en 15585. Morély ne conteste pas seulement le système presbytéro-synodal à son premier niveau, celui de l’église locale (et donc du consistoire), mais il propose également d’infléchir le fonctionnement des échelons supérieurs de cette organisation pyramidale, les synodes provinciaux et nationaux, auxquels il n’accorde qu’un pouvoir consultatif. Selon lui, il revient à chaque église locale de se prononcer en dernière instance sur les propositions qui lui sont faites par les synodes et donc, éventuellement, de les rejeter6.

  • 7 Cette préférence est encore plus clairement exprimée dans son De Ecclesiae ordine, Denis P. et Rot (...)
  • 8 Ibid., p. 133-135.
  • 9 Sur les points communs et les divergences entre les deux hommes, voir Denis P., « Viret et Morély  (...)
  • 10 Denis P. et Rott J., op. cit., p. 153.

4En définitive, le Traité de la discipline et police chrestienne rédigé par Morély propose sa conception du meilleur gouvernement de l’église, qui permet de respecter les droits du peuple sans donner à celui-ci l’autorisation de faire ce qu’il veut. Il plaide pour la mise en place d’une constitution mixte7, système d’inspiration aristotélicienne. Le Christ, auquel appartient la force et puissance suprêmes, en est le roi, mais il parle par la voix de son église à qui il a confié la force et puissance principales. Les ministres (pasteurs et anciens), membres du consistoire, sont l’élément aristocratique et se voient attribuer l’administration ordinaire de l’église (le pouvoir exécutif) sous l’autorité de l’assemblée des fidèles, élément démocratique, qui détient le pouvoir souverain8. Dans l’absolu, les conceptions de Morély ne diffèrent pas fondamentalement des principes énoncés par d’autres théologiens, comme Viret par exemple, qui reconnaissent in abstracto le principe de la puissance de l’église9. Ce qui est nouveau, c’est d’imaginer concrètement l’exercice du pouvoir souverain par l’assemblée des fidèles10.

  • 11 Kingdon R. M., Geneva and the Consolidation of the French Protestant Movement, Genève, Droz, 1967, (...)
  • 12 « Quant au livre intitulé, Traité de la Discipline et Police Chrétienne, composé et publié par Jea (...)
  • 13 Geisendorf P.-F., Théodore de Bèze, Genève, Labor et Fides, 1949, p. 204 et 302-303. Gilmont J.-F. (...)
  • 14 Kingdon R. M., op. cit., p. 63-64. Denis P. et Rott J., op. cit., p. 59.
  • 15 Ibid., p. 59-60.

5En faisant connaître publiquement ses idées, Morély déclenche le conflit interne le plus grave de l’histoire de la Réforme protestante française. Il semble pourtant que telle n’était pas l’intention de l’auteur, qui voulait seulement contribuer de manière constructive à un débat qu’il souhaitait voir s’engager à propos des institutions ecclésiastiques réformées11. Mais son traité est immédiatement interprété comme une attaque frontale contre le pouvoir des pasteurs et contre le système presbytéro-synodal, par le truchement duquel ils contrôlent les églises réformées. Le synode national d’Orléans, réuni à la fin du mois d’avril 1562, peu après la publication du Traité, condamne sans appel les thèses de Morély « pour mauvaise doctrine tendante à la dissipation et confusion de l’église12 ». Calvin et Bèze condamnent aussi fermement le traité et leur auteur13. En août 1563, sous l’impulsion de Calvin, le consistoire de Genève excommunie le théologien « comme schismatique et homme adonné à contentions14 ». Le conseil de la ville, sur l’avis de Bèze, condamne un exemplaire du livre à être publiquement brûlé comme nuisible à l’église15. La sentence est exécutée solennellement le 16 septembre 1563. Devant une telle unanimité des autorités ecclésiastiques réformées, on pourrait imaginer que les théories de Morély sont alors définitivement enterrées. Pourtant, il n’en est rien.

L’appui de la haute noblesse protestante à Morély

  • 16 Lettre de Nicolas Colladon, au nom du Consistoire de Genève, à l’église de Paris, Genève, 9 décemb (...)
  • 17 Denis P. et Rott J., op. cit., p. 59.
  • 18 Les actes de ce synode provincial sont publiés dans ibid., p. 266-273.
  • 19 Ibid., p. 61-62.
  • 20 On ne connaît l’intérêt de Coligny pour Morély que grâce à une lettre adressée à Bèze, alors qu’il (...)
  • 21 Metzger L. S., The protestant cardinal : Odet de Coligny (1517-1571), Ph. D., Boston University, 1 (...)
  • 22 Discours des procedures […], op. cit., p. 222.
  • 23 Correspondance de Théodore de Bèze, t. VIII, op. cit., p. 227, n. 19.
  • 24 Rott J., « Jean Morély disciple dissident de Calvin et précepteur malchanceux de Henri de Navarre. (...)

6Malgré ces condamnations, Morély peut en effet compter sur de nombreux soutiens, au nombre desquels figurent certains des membres les plus puissants de l’aristocratie huguenote. Tout de suite après le synode d’Orléans d’avril 1562, Morély s’attire ainsi la sympathie de Jean de Parthenay-Larchevêque, seigneur de Soubise, auquel il offre un exemplaire de son œuvre16. Séduit, le gentilhomme aurait même écrit à Bèze en faveur du théologien. Il semble toutefois que le ministre genevois a réussi, avec l’appui du pasteur Antoine de La Roche Chandieu, à le convaincre de la gravité des erreurs commises par Morély17. Mais c’est de bien plus haut que viennent les appuis qui contribuent à transformer une simple controverse en une affaire qui finit par mettre en péril l’unité des églises réformées de France. Ces prestigieux soutiens ne se manifestent pas immédiatement après la condamnation et l’on peut imaginer que Morély a dû travailler pendant de longs mois, activement et en secret, pour se les acquérir. Sa semi-rétractation et son repentir, lors des synodes provinciaux de La Ferté-sous-Jouarre, en avril 156418, et de Paris, en février 1565, contribuent sans doute à les convaincre de se déclarer ouvertement en faveur de l’auteur du Traité, dont Genève refuse de reconnaître l’amende honorable et maintient l’excommunication19. Ainsi, c’est à partir de l’été 1565 que les deux maisons les plus éminentes de la Réforme française, celles de Navarre et de Châtillon, se portent de manière spectaculaire au secours de Morély. À l’occasion du synode provincial d’île-de-France, réuni à Paris en juillet 1565, Jean Mallot, chapelain de Coligny, lit devant l’assemblée des lettres des frères Châtillon, Gaspard et Odet, qui demandent que l’assemblée se satisfasse de la rétractation signée par Morély en février. Il semble bien que des deux frères, Odet est celui qui prend le plus nettement parti en faveur du dissident20. Cardinal, sensible à la doctrine réformée dès 1561, marié en 1564, il ne peut plus vraiment être considéré comme un ecclésiastique en 1565, même s’il s’évertue à conserver les revenus de ses bénéfices. C’est donc simplement en qualité de membre de la haute aristocratie réformée qu’il convient de l’envisager. Il est difficile de savoir quand il est entré en contact avec Morély, même s’il est possible d’inférer qu’une rencontre a eu lieu dès le synode d’Orléans en 1562. Lorsqu’en 1565 Morély lui demande son appui public21, Odet s’exécute. Un témoignage rapporte qu’« en ceste compagnie furent apportees et lueues lettres dudit sieur cardinal, par lesquelles il declairoit les plainctes et doleances que Morely luy avoit faictes par ses lettres, remonstroit aussi qu’il ne falloit pas ainsi rebutter et baffouer les personnes en l’église22 ». Même si elle n’a pas été retrouvée, il semble bien qu’une lettre contenant des propos similaires est envoyée au même moment à Genève par Châtillon23. Pris entre la fermeté genevoise et la pression exercée par l’un des plus puissants chefs temporels de la Réforme protestante française, le synode décide d’exhorter les pasteurs de Genève à la compréhension. Sans succès, car Bèze et ses collègues estiment que Morély n’a pas admis la gravité de son erreur. Et, en effet, s’il a reconnu avoir péché par précipitation et présomption, il n’a pas confessé s’être trompé24. Le synode national des églises de France, réuni à Paris en décembre 1565, renouvelle donc la condamnation en ces termes :

  • 25 Aymon J., op. cit., p. 58.

« Parce que l’église de Dieu doit être conduite par une bonne et simple Discipline, et qu’on n’y en doit introduire aucune autre que celle qui est selon la Parole de Dieu ; les Ministres et Anciens Députés des Provinces de ce Roiaume, et assemblés en son saint nom, pour la conference des afaires Ecclesiastiques, après avoir vu diligenment les Livres et autres écrits de Monsieur Jean de Moreli touchant la Police et Discipline de l’église, et conferé sufisanment avec lui sur cela par les écritures saintes, ont condanné ses Livres et écrits, comme contenant de mauvaises et dangereuses opinions, par lesquelles il renverse la Discipline, conforme à la parole de Dieu, qui est aujourd’hui reçue dans les églises réformées de ce Roiaume ; car en attribuant le Gouvernement de l’église au Peuple, il veut introduire une nouvelle conduite tumultueuse et pleine de confusion populaire, dont il s’ensuivroit beaucoup de grands et scandaleux inconveniens25. »

  • 26 Lettre du synode de la province d’Orléans à La Roche-Chandieu, La Charité, 11 mars 1566, dans Corr (...)
  • 27 Chandieu A. de, La confirmation de la discipline ecclésiastique, observee es eglises reformees du (...)
  • 28 Lettre de Merlin à Chandieu, Paris, 2 avril 1566, publiée dans Droz E., « Autour de l’affaire Moré (...)

7Fort mécontent, Morély se plaint alors à plusieurs membres de la noblesse, et notamment à Odet de Châtillon, sur le soutien duquel il a récemment pu compter. Le cardinal intervient de nouveau en faveur du dissident. Par l’intermédiaire du pasteur et des anciens de son église de Châtillon-sur-Loing, il fait part au synode de la province d’Orléans, réuni le 5 mars 1566 à Châtillon-sur-Loire, de sa colère à l’égard de la nouvelle condamnation qui touche Morély. Il juge illégitimes les décisions du synode national de Paris et leur attribue un caractère tyrannique26. Par le truchement de son aumônier, le pasteur La Haye, il tente en outre de s’opposer à la publication de l’ouvrage qu’Antoine de La Roche-Chandieu a composé contre le traité de Morély à la demande du synode national de 156527. Une lettre adressée à Chandieu par Pierre Merlin, pasteur de l’église de Paris, le 2 avril 1566 évoque clairement l’intervention « des seigneurs de Chastillon, qui nous ont adverti de ne le faire imprimer28 ». Ce qui sous-entend que Coligny partage alors l’avis de son frère.

  • 29 Metzger L. S., op. cit., p. 185-186. Kingdon R. M., op. cit., p. 75.
  • 30 Shimizu J., Conflict of loyalties. Politics and religion in the career of Gaspard de Coligny, admi (...)

8Avant d’aller plus loin, il convient de s’interroger sur les motivations qui poussent Odet de Châtillon et, d’une manière apparemment moins publiquement engagée, son frère Gaspard de Coligny à apporter leur soutien à un homme qui s’est élevé contre les principes fondamentaux de l’organisation ecclésiastique réformée. Il est probable que ce n’est pas le caractère « démocratique » de la structure proposée par Morély qui a séduit Odet, mais que c’est plutôt la possibilité offerte par le débat ainsi amorcé de trouver une alternative au modèle genevois qui l’a conduit à s’engager aux côtés du théologien dissident. D’après Robert Kingdon et Lawrence Metzger, il est en effet possible que Châtillon ait considéré le système presbytéro-synodal comme si rigide et si éloigné du système catholique qu’il en devenait irréconciliable avec la réunion des églises chrétiennes qu’il appelait de ses vœux29. Désireux de conserver ses bénéfices malgré sa conversion, il n’aurait en effet pas été favorable à une confessionnalisation trop prononcée de l’organisation ecclésiastique réformée française. Quant à Coligny, son intérêt pour les thèses de Morély pourrait avoir été mû par son désir d’accroître le pouvoir de la noblesse réformée au sein du parti huguenot, au détriment du pastorat30. Comme pour son frère, aucun intérêt pour une forme plus démocratique du gouvernement de l’église ne serait intervenu dans sa prise de position contre l’orthodoxie réformée.

  • 31 Denis P. et Rott J., op. cit., p. 64.
  • 32 Lettre de Bèze à Jean Mallot, s. l. n. d. (fin 1566), dans Correspondance de Théodore de Bèze, t.  (...)

9L’appui, déjà dérangeant pour Genève, apporté à Morély par les frères Châtillon se double, pendant l’été 1566, d’un soutien encore plus retentissant. C’est Jeanne d’Albret elle-même qui, en choisissant le théologien dissident pour précepteur de son fils, le jeune Henri de Navarre, alors âgé de douze ans, provoque la stupeur des pasteurs genevois31. En confiant l’éducation du premier prince du sang à Morély, la reine de Navarre n’entend certes pas cautionner sa conception du gouvernement de l’église, puisque son objectif est avant tout de donner l’éducation la plus soignée possible à celui qui est destiné à devenir, à plus ou moins brève échéance, le chef de la Réforme protestante française. Le soutien des Châtillon doit sembler à Jeanne une caution suffisante pour ne pas se méfier de celui que Bèze appelle, dans certaines de ses lettres « Democraticus », sans doute pour railler l’un des traits majeurs de la pensée du dissident32. Mais le successeur de Calvin, véritable chef de file de l’orthodoxie réformée, n’envisage pas la question avec légèreté. La présence, auprès du jeune prince, d’un adversaire si résolu de la discipline en vigueur lui apparaît comme une menace suffisamment grave pour lancer une grande offensive en direction de la noblesse de France qui, en quelques mois, se retourne en faveur de la défense de l’orthodoxie.

Le revirement de la haute noblesse protestante

  • 33 Lettre du synode de la province d’Orléans à La Roche-Chandieu, La Charité, 11 mars 1566, dans Corr (...)
  • 34 Lettre de Des Gallars à Bèze, Orléans, 12 août 1566, dans ibid., p. 195-196.
  • 35 Lettre de Des Gallars à Bèze, Orléans, 30 septembre 1566, dans ibid., p. 241.

10Il semble qu’Odet de Châtillon a commencé à s’éloigner de Morély dès le mois d’avril 1566, soit peu après sa dernière intervention en faveur du dissident, évoquée plus haut. La visite de deux ministres de l’église de Paris, envoyés pour l’éclairer sur le danger représenté par son protégé pour l’orthodoxie calviniste33, semble en effet avoir joué un rôle important dans l’amorce de ce détachement progressif qui devient effectif au plus tard en septembre de la même année, après que Nicolas des Gallars soit également intervenu auprès de lui et de son frère Coligny34. Fin septembre, les deux frères sont, semble-t-il, devenus résolument hostiles à Morély. Ils ont sans doute été définitivement convaincus par la communication de lettres compromettant Morély dont il sera question dans un instant. Nicolas des Gallars écrit en effet à Théodore de Bèze, le 30 septembre, que « Monsieur l’Admiral m’a declaré et monstré qu’il ne favorise aulcunement aux resveries dudit Morely. » Et il ajoute : « J’ay receu lettres de Monsieur le Cardinal de Chastillon, qui m’escrit le semblable, et qu’il ne permettra qu’il abuse de son autorité35. »

  • 36 Lettre de Des Gallars à Bèze, Orléans, 16 août 1566, dans ibid., p. 201, n. 4.
  • 37 Denis P. et Rott J., op. cit., p. 65. Des extraits de la plupart de ces lettres sont publiés dans (...)

11Pour convaincre Jeanne d’Albret de renvoyer Morély, Bèze lui écrit en personne, sans doute à la fin du mois de septembre 1566. Pierre Hespérien, chapelain de la reine, est chargé d’appuyer cette demande. Mais la tâche n’est pas aisée. La découverte de lettres compromettantes envoyées par Morély à son ami et confident le pasteur Hugues Sureau Du Rosier, trouvées dans une cache au logis de ce dernier, sont un secours providentiel apporté aux pasteurs de Genève. Morély y tient en effet des propos qui tendent à le discréditer. Il attaque les églises de France, critique la prédication et calomnie divers pasteurs parmi lesquels Des Gallars, Morel et surtout Théodore de Bèze lui-même qu’il qualifie de « Jupiter du lac de Genève », faisant sans doute allusion au gouvernement tyrannique qu’il exerce, selon lui, sur les églises réformées36. Il y commet également l’imprudence de déclarer que ses demi-rétractations n’étaient que feintes37.

  • 38 Lettre de Des Gallars à Bèze, Orléans, 1er septembre 1566, dans Correspondance de Théodore de Bèze (...)

12Afin d’exploiter au mieux ces documents compromettants, Des Gallars envoie, au tout début du mois de septembre 1566, des extraits de la correspondance de Morély au chancelier de la reine de Navarre et aux frères Châtillon, afin de les éclaircir sur la véritable personnalité de celui auquel ils ont accordé leur confiance38. En novembre 1566, les ministres de l’église d’Orléans délèguent le professeur d’hébreu, Matthieu Béroald, auprès de la reine de Navarre, porteur d’autres extraits parmi les plus significatifs. Afin de s’éclaircir définitivement de la culpabilité de Morély, Jeanne réunit autour d’elle, le 23 novembre 1566 à Saint-Maur-des-Fossés, Coligny, Châtillon, ainsi que différents nobles et pasteurs devant lesquels Matthieu Béroald produit un long réquisitoire à l’encontre du dissident qui est confondu. Quelques jours plus tard, la sentence tombe, comme l’annonce Hespérien à Bèze :

  • 39 Lettre d’Hespérien à Bèze, Saint-Maur-lès-Paris, 26 et 27 novembre 1566, dans ibid., p. 272-274. V (...)

« Ce jourd’huy donc 27 de novembre, Morelli a esté trouvé opiniastre en quelques mauvaises opinions, et ce de quoy il avoit esté accusé a esté prouvé, par quoy la Roine, en la presence de Messieurs de Chastillon et les ministres susdits, luy a donné congé, avec toutesfoys la façon plus doulce de laquelle elle a pu user39. »

  • 40 Lettre de Jeanne d’Albret à Bèze, Paris, 6 décembre 1566, dans Correspondance de Théodore de Bèze,(...)

13Il faut dire que Jeanne regrette de devoir se séparer d’un homme dont elle a vivement apprécié les qualités de pédagogue. Dans la lettre qu’elle adresse à Bèze le 6 décembre 1566, elle n’hésite ainsi pas affirmer qu’en trois ou quatre mois, Morély a davantage appris au jeune prince de Navarre que son prédécesseur, feu M. de La Gaucherie, n’avait su le faire en sept ans40. C’est sans doute ici, bien davantage que dans ses théories, dont Jeanne semble en grande partie avoir ignoré la portée, qu’il faut chercher les causes de l’intérêt durable porté par la reine à Morély.

  • 41 Lettre de Coligny à Bèze, Châtillon, 21 janvier 1567, dans Correspondance de Théodore de Bèze, t.  (...)

14Il reste à expliquer les raisons du retournement subit des frères Châtillon qui, en quelques semaines, ont décidé de lâcher Morély et de se ranger derrière Bèze, défenseur de l’orthodoxie calviniste. Cette volte-face peut d’abord trouver son explication dans la déception suscitée chez eux par les mensonges du théologien dissident, accusé de leur avoir masqué ses véritables conceptions. Dans la plupart des lettres rédigées par les pasteurs français à l’intention de Bèze et de ses collègues genevois, l’intérêt des frères Châtillon pour Morély est notamment justifié par le fait qu’ils auraient été mal informés des véritables convictions de celui en faveur duquel ils sont intervenus. En somme, ils auraient été trompés. La lettre que Coligny adresse à Bèze le 21 janvier 1567, dans laquelle l’Amiral évoque son changement d’opinion à l’égard du dissident, tend à accréditer cette thèse. « Quant à Morelly, écrit-il, je confesse certainement que j’ay esté deceu, ayant maintenant fort bonne cognoissance de son humeur et complexion, et estant bien au demeurant de cest advis qu’on doit, à l’endroit de ceux qui le ressemblent et qui sont touchés de mesme maladie, user de medicamens des plus forts et reprimendes rigoreuses, et que la douceur, comme vous m’escrivés, ne fait qu’empirer le mal41. »

  • 42 Advis de Messieurs de Chatillon…, op. cit., p. 350-351.

15Toutefois, cet argument commode semble surtout destiné à se dédouaner à bon compte auprès de Bèze de toute hostilité à l’organisation ecclésiastique genevoise car, comme on a déjà eu l’occasion de l’expliquer, le cardinal éprouvait probablement peu de sympathie pour le système presbytero-synodal. Il a donc sans doute fallu des motifs plus prégnants pour susciter ce brusque ralliement à l’orthodoxie d’inspiration genevoise incarnée par Bèze et les pasteurs. Le discrédit jeté sur Morély par sa correspondance avec Du Rosier aurait-il été décisif ? Il est difficile de l’affirmer, même s’il devenait dès lors difficile de soutenir un homme à la réputation si lourdement compromise. Ce scandale épistolaire a donc nécessairement joué un rôle important dans la prise de décision des frères Châtillon. Mais une autre motivation, plus politique et moins officielle, semble s’être greffée à cette première raison. L’Avis de Messieurs de Châtillon sur le pasteur La Haye, rédigé sans doute à la fin du mois de septembre 1566 ou au tout début du mois d’octobre, donc au moment où les deux frères ont officiellement abandonné le théologien dissident, éclaire utilement les ressorts de leur décision. Le propos central de ce texte est de condamner l’attitude du pasteur La Haye qui a agi à plusieurs reprises, si l’on en croit les Châtillon, de sa propre initiative, notamment dans le cadre de l’affaire Morély. En chaque occasion, écrivent-ils, il s’est « aydé de leur nom » à leur insu42. Réalité ou, encore une fois, moyen de se dédouaner d’un soutien dont ils ne sont pas fiers ? Le mystère est difficile à percer. Mais surtout, ils évoquent dans ce texte les raisons qui les poussent à désapprouver le traité de Morély et à approuver la réponse de Chandieu :

  • 43 Ibid., p. 352.

« Somme, que lesdits Sieurs recongnoissent une si grande voire singuliere assistance et benediction de Dieu sur les églises de France, tant pour le regard de l’unité de doctrine que des fruictz et effectz que la forme de la discipline ecclésiastique qui y est introduicte et receue y produict, qu’ilz sont resoluz de s’opposer, comme estans membres de l’église, à tous ceulx qui tascheront d’y remuer et innover aucune chose, quelque bonne oppinion qu’ilz aient en eulx, et quelque amitié qu’ilz leur portent et soubz quelque couleur et apparence que ce soit, si ce n’est par les voyes legitimes de Synodes et conferences, et par la forme receue en l’église. Et prient ung chacun de son costé d’y prandre garde, cognoissans bien le danger qui en peult autrement advenir pour estre ung des plus subtilz moiens dont il semble que Sathan se vueille aider maintenant pour desunir et ruyner lesdites églises, puisque par mortz, persecutions, diffaveurs et autres tels artifices, il veoyt ne pouvoir beaucoup prouffiter ne advancer43. »

  • 44 Metzger L. S., op. cit., p. 190-191.

16On comprend ainsi que la crainte de voir s’insinuer dans le corps des églises réformées de France un ferment de division a joué un rôle décisif dans le changement d’attitude des Châtillon. Plus, sans doute, que leur volonté de défendre l’orthodoxie disciplinaire du calvinisme français, c’est donc la perspective d’un parti huguenot affaibli par un schisme interne qui s’est avérée décisive. Il ne semble pas excessif d’affirmer que leur ralliement à l’orthodoxie religieuse est étroitement conditionné par une nécessité politique, celle de maintenir l’unité d’un parti que la désunion condamnerait inévitablement à la défaite44.

17L’affaire Morély s’achève donc provisoirement, au début de l’année 1567, par le triomphe de l’orthodoxie genevoise. Mais de nouveaux rebondissements vont se produire jusqu’à la Saint-Barthélemy, car l’auteur du Traité ne désarme pas. La grande noblesse réformée, échaudée par ce premier épisode, n’y prendra toutefois plus part. Les événements que nous venons d’évoquer appellent deux remarques pour conclure. L’affrontement que nous venons de décrire permet tout d’abord d’apercevoir nettement la ligne de fracture qui divise le parti huguenot en deux factions aux intérêts divergents. La noblesse d’une part, envisage essentiellement l’aspect temporel de la lutte, fait preuve d’un certain pragmatisme et se montre réticente à toute fixation trop rigide d’un système rendant impossible tout compromis avec les catholiques. Les pasteurs d’autre part, aiguillonnés par Théodore de Bèze, se montrent beaucoup plus pointilleux quant au respect scrupuleux des textes produits par les synodes nationaux et étroitement inspirés des principes calviniens. La résolution du conflit permet quant à elle de mesurer l’importance du thème de l’unité des églises réformées. Toute division est considérée comme possiblement fatale à une minorité religieuse dont la force réside essentiellement dans sa capacité à rester solidaire en toutes circonstances. Dans cette optique, on peut considérer qu’en lui faisant appréhender un éventuel éclatement de cette indispensable unité, l’affaire Morély a fait prendre conscience à la noblesse réformée française de l’impérieuse nécessité, pour le parti, de se rassembler sur la base de l’approbation unanime de textes normatifs, tels que la Confession de foi et la Discipline ecclésiastique. La défense de l’orthodoxie est dès lors devenue pour l’aristocratie protestante un devoir politique aussi bien que religieux et la condition impérative d’une possible victoire. Les signatures, apposées en avril 1571 au bas de la Confession de foi, lors du synode national de La Rochelle, par Jeanne d’Albret, Henri de Navarre, Henri de Condé, Louis de Nassau et Gaspard de Coligny, attestent le caractère vital pris alors par le rassemblement de toute la noblesse huguenote autour des principes fondamentaux de l’orthodoxie réformée.

Anmerkungen

1 Morély J., Traicté de la discipline et police chrestienne, Lyon, Jean de Tournes, 1562.

2 Roussel B., « ‘‘Colonies’’ de Genève ? Les premières années de vie commune des églises réformées du royaume de France (ca. 1559-ca. 1571) », Bulletin de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Genève, 1996-1997, p. 1-13. Roussel B., « La Discipline des églises réformées de France en 1559 : un royaume sans clergé ? », De l’humanisme aux Lumières, Bayle et le protestantisme, Mélanges en l’honneur d’Elisabeth Labrousse, Paris-Oxford, Universitas-Voltaire Foundation, 1996, p. 169-191. Sunshine G., Reforming French Protestantism. The Development of Huguenot Ecclesiastical Institutions (1557-1572), Kirksville, Truman State University Press, 2003, p. 4.

3 En sont exclus : les femmes, les enfants et adolescents qui n’ont pas atteint l’âge de quinze ans, les marchands malhonnêtes pour leur avarice, les fabricants et vendeurs d’idoles, les faiseurs d’horoscope et les joueurs. Denis P. et Rott J., Jean Morély et l’utopie d’une démocratie dans l’église, Genève, Droz, 1993, p. 160-161. Sunshine G., op. cit., p. 84.

4 Denis P. et Rott J., op. cit., p. 53 et 135.

5 Ibid., p. 53-55.

6 Ibid., p. 202.

7 Cette préférence est encore plus clairement exprimée dans son De Ecclesiae ordine, Denis P. et Rott J., op. cit., p. 131.

8 Ibid., p. 133-135.

9 Sur les points communs et les divergences entre les deux hommes, voir Denis P., « Viret et Morély : les raisons d’un silence », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, no 54, 1992, p. 395-409.

10 Denis P. et Rott J., op. cit., p. 153.

11 Kingdon R. M., Geneva and the Consolidation of the French Protestant Movement, Genève, Droz, 1967, p. 48.

12 « Quant au livre intitulé, Traité de la Discipline et Police Chrétienne, composé et publié par Jean Moreli ; le Concile est d’avis, quant aux points concernant la Discipline de l’église (par lesquels il prétend condanner et renverser l’ordre accoutumé des églises, et fondé sur la Parole de Dieu) que ledit livre contient une mauvaise doctrine et tendante à la dissipation et confusion de l’église : C’est pourquoi ledit Concile exhorte tous les fidèles de se donner garde de la susdite doctrine. » : Aymon J., Tous les Synodes nationaux des églises réformées de France, t. I, à La Haye, chez Charles Delo, 1710, p. 29. Denis P. et Rott J., op. cit., p. 59.

13 Geisendorf P.-F., Théodore de Bèze, Genève, Labor et Fides, 1949, p. 204 et 302-303. Gilmont J.-F., Jean Calvin et le livre imprimé, Genève, Droz, 1997, p. 346-347.

14 Kingdon R. M., op. cit., p. 63-64. Denis P. et Rott J., op. cit., p. 59.

15 Ibid., p. 59-60.

16 Lettre de Nicolas Colladon, au nom du Consistoire de Genève, à l’église de Paris, Genève, 9 décembre 1565, dans Correspondance de Théodore de Bèze, recueillie par Hippolyte Aubert, publiée par Henri Meylan, Alain Dufour et Alexandre de Henseler, t. VI (1565), Genève, Droz, 1970, p. 249.

17 Denis P. et Rott J., op. cit., p. 59.

18 Les actes de ce synode provincial sont publiés dans ibid., p. 266-273.

19 Ibid., p. 61-62.

20 On ne connaît l’intérêt de Coligny pour Morély que grâce à une lettre adressée à Bèze, alors qu’il s’est déjà désolidarisé de lui, en janvier 1567. Lettre de Coligny à Bèze, Châtillon, 21 janvier 1567, dans Correspondance de Théodore de Bèze, recueillie par Hippolyte Aubert, publiée par Henri Meylan, Alain Dufour et Claire Chimelli, t. VIII (1567), Genève, Droz, 1976, p. 52.

21 Metzger L. S., The protestant cardinal : Odet de Coligny (1517-1571), Ph. D., Boston University, 1979, p. 186. Discours des procedures tenues et gardees tant ès Synodes provinciaux des pasteurs de l’Isle de France et colloques, qu’au Synode national dernier, et particulièrement au Consistoire de ceste église de Paris a l’endroict de Me Jehan Morelly, dict de Villiers, sur le faict de son livre de la discipline et pollice de l’église chrestienne, Paris, 1er mars 1567, dans Correspondance de Théodore de Bèze, t. VIII, op. cit., p. 221.

22 Discours des procedures […], op. cit., p. 222.

23 Correspondance de Théodore de Bèze, t. VIII, op. cit., p. 227, n. 19.

24 Rott J., « Jean Morély disciple dissident de Calvin et précepteur malchanceux de Henri de Navarre. Sa vie, ses écrits, ses démêlés avec les églises réformées de Genève et de France au sujet de leur constitution », Bulletin philologique et historique du Comité des travaux historiques, 1972, p. 657. Réédité dans Rott J., Investigationes historicae, t. II, Strasbourg, Oberlin, 1986.

25 Aymon J., op. cit., p. 58.

26 Lettre du synode de la province d’Orléans à La Roche-Chandieu, La Charité, 11 mars 1566, dans Correspondance de Théodore de Bèze, recueillie par Hippolyte Aubert, publiée par Henri Meylan, Alain Dufour, Claire Chimelli et Mario Turchetti, t. VII (1566), Genève, Droz, 1973, p. 296.

27 Chandieu A. de, La confirmation de la discipline ecclésiastique, observee es eglises reformees du royaume de France (La Rochelle, Barthélemy Berton), 1566. À propos de l’attitude de Chandieu à l’égard de Morély, voir Barker S. K., Protestantism, Poetry and Protest. The vernacular Writings of Antoine de Chandieu (1534-1591), Aldershot, Ashgate, 2009, p. 187-208.

28 Lettre de Merlin à Chandieu, Paris, 2 avril 1566, publiée dans Droz E., « Autour de l’affaire Morély : La Roche Chandieu et Barth. Berton », Bibliothèque d’humanisme et Renaissance, t. XXII, 1960, p. 573. Dans un avis rédigé en septembre ou en octobre 1566, les frères Châtillon affirmeront que La Haye a agi sans leur accord et de sa propre initiative. Cette position semble difficilement tenable, compte tenu de la lettre citée ci-dessus. Voir Avis de MM. de Châtillon sur le pasteur de La Haye, septembre ou octobre 1566, dans Correspondance de Théodore de Bèze, t. VII, op. cit., p. 350-353.

29 Metzger L. S., op. cit., p. 185-186. Kingdon R. M., op. cit., p. 75.

30 Shimizu J., Conflict of loyalties. Politics and religion in the career of Gaspard de Coligny, admiral of France, 1519-1572, Genève, Droz, 1970, p. 154.

31 Denis P. et Rott J., op. cit., p. 64.

32 Lettre de Bèze à Jean Mallot, s. l. n. d. (fin 1566), dans Correspondance de Théodore de Bèze, t. VIII, op. cit., p. 287.

33 Lettre du synode de la province d’Orléans à La Roche-Chandieu, La Charité, 11 mars 1566, dans Correspondance de Théodore de Bèze, t. VII, op. cit., p. 297.

34 Lettre de Des Gallars à Bèze, Orléans, 12 août 1566, dans ibid., p. 195-196.

35 Lettre de Des Gallars à Bèze, Orléans, 30 septembre 1566, dans ibid., p. 241.

36 Lettre de Des Gallars à Bèze, Orléans, 16 août 1566, dans ibid., p. 201, n. 4.

37 Denis P. et Rott J., op. cit., p. 65. Des extraits de la plupart de ces lettres sont publiés dans ibid., p. 279-295.

38 Lettre de Des Gallars à Bèze, Orléans, 1er septembre 1566, dans Correspondance de Théodore de Bèze, t. VII, op. cit., p. 216.

39 Lettre d’Hespérien à Bèze, Saint-Maur-lès-Paris, 26 et 27 novembre 1566, dans ibid., p. 272-274. Voir aussi Roelker N. L., Jeanne d’Albret, reine de Navarre (1528-1572), Paris, Imprimerie nationale, 1979, p. 238-239.

40 Lettre de Jeanne d’Albret à Bèze, Paris, 6 décembre 1566, dans Correspondance de Théodore de Bèze, t. VII, op. cit., p. 281-282.

41 Lettre de Coligny à Bèze, Châtillon, 21 janvier 1567, dans Correspondance de Théodore de Bèze, t. VIII, op. cit., p. 52.

42 Advis de Messieurs de Chatillon…, op. cit., p. 350-351.

43 Ibid., p. 352.

44 Metzger L. S., op. cit., p. 190-191.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540