Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le salut par les armes

 | 
Franck Mercier
, 
Ariane Boltanski

Deuxième partie. Entre l’Église et l’État : les ambivalences de la défense de la foi

Les malcontents au sein des États-Généraux aux Pays-Bas (1578-1579). Défense du pouvoir de la noblesse ou défense de l’orthodoxie ?

Violet Soen

Texte intégral

  • 1 Rembry-Barth A., Histoire de Menin, Bruges, 1881 ; Vansteenkiste R., Geschiedenis van Menen, Menin (...)
  • 2 Koenigsberger H. G., Monarchies, States Generals and Parliaments. The Netherlands in the Fifteenth (...)

1Le 1er octobre 1578, à six heures du matin, Emmanuel-Philibert de Lalaing, baron de Montigny, surprit la petite ville fortifiée de Menin, à la frontière du comté de Flandre. Tout au long de son histoire, Menin (Menen en néerlandais) fut l’enjeu des batailles, étant plus de vingt fois le théâtre d’opérations militaires entre 1578 et 18301. Aujourd’hui, cette ville belge est surtout victime de sa mauvaise réputation du fait de la criminalité transfrontalière entre la Belgique et la France. Au XVIe siècle, Menin se tenait entre le comté de Flandre et celui d’Artois, lesquels faisaient partie de l’état composite Habsbourgeois. Cependant, en 1578, la Flandre et l’Artois étaient gouvernés par les états Généraux méfiants à l’égard de l’autorité et de la souveraineté de leur seigneur, Philippe II, également roi d’Espagne2.

  • 3 Emmanuel-Philibert de Lalaing, baron de Montigny, marquis de Renty (1585), seigneur de Leuze et Co (...)
  • 4 Bien qu’aujourd’hui on estime que la noblesse était présente dans toutes les provinces et pas seul (...)
  • 5 Philippe, comte de Lalaing (Valenciennes, 1533-Valenciennes, 1582) : Born R., Les Lalaing […], op. (...)

2Jusqu’au siège de Menin, Emmanuel-Philibert de Lalaing reconnaissait le gouvernement des états Généraux. Il avait par ailleurs commandé quelques-uns des régiments de soldats wallons, à partir de septembre 15763. Les Wallons (quasi synonyme à l’époque pour les francophones) étaient connus pour leurs qualités militaires et stratégiques. La professionnalisation militaire des régions francophones – en particulier le Hainaut et l’Artois – était liée à la forte densité nobiliaire et constituait un élément de différenciation par rapport aux régions urbanisées et commerciales côtières, comme la Flandre et la Hollande4. Ainsi, le demi-frère aîné d’Emmanuel-Philibert, Philippe, comte de Lalaing, avait le commandement de l’artillerie de l’armée des états Généraux. Il disposait par conséquent d’un des rangs les plus élevés dans cette armée. Il exerçait également, au nom des états Généraux, une autorité tutélaire sur le grand baillage de Hainaut, fonction pourtant reçue de Philippe II et de son gouverneur, don Luis de Requesens5.

  • 6 Mémoires sur Emmanuel de Lalaing, Baron de Montigny, société de l’histoire de Belgique, collection (...)
  • 7 Lettre d’Emmanuel-Philibert de Lalaing aux états Généraux, 18 octobre 1578, dans « Lettres inédite (...)
  • 8 Guillaume de Hornes, seigneur de Hèze ( ?-Tournai, 1580) : Griffiths G., William, Lord of Hèze and (...)

3Le siège de Menin par Emmanuel-Philibert de Lalaing, baron de Montigny, le 1er octobre 1578, ne passa donc pas inaperçu. Déjà, à onze heures du matin, dix à douze mille soldats des états Généraux s’étaient rassemblés pour châtier, selon les sources, « ceste troupe wallonne perdue6 ». Une première attaque du côté de Bruges ne réussît pas ; une deuxième, dans l’après-midi, du côté de Courtrai, non plus. Pendant une dizaine de jours, des batailles eurent lieu, mais le baron de Montigny arriva à se fortifier à Menin, et, en outre, à s’assurer d’autres communautés voisines, comme Wervik et Cassel, et de fortifications cruciales, comme celle de Warneton et Bœzinghe, à la porte de Courtrai et d’Ypres7. De plus, d’autres nobles mécontents des états le rejoignirent, comme Guillaume de Hornes, seigneur de Hèze, dorénavant gouverneur de Menin8. Cette série de batailles et de conquêtes effectuées par Emmanuel de Lalaing est considérée comme le début, plus ou moins officiel, du mouvement des Malcontents au sein des états Généraux.

  • 9 Marnef G., « Brabants calvinism in opmars : de weg naar de calvinistische republieken te Antwerpen (...)
  • 10 Blockmans W., « Alternatives to Monarchical Centralization. The Great Tradition of Revolt in Fland (...)

4L’historiographie traditionnelle, qui a négligé cette période cruciale, se concentre sur deux antagonismes dominants tout au long de ces événements. Le premier concerne les nobles qui se soulevèrent contre le pouvoir croissant des villes. Plus concrètement, il s’agissait de nobles du Hainaut (originaires donc d’une région caractérisée par une haute densité nobiliaire) qui protestaient contre le pouvoir des villes de Brabant et de Flandres et, surtout, contre celui de Gand. Il est vrai que, dans cette phase de radicalisation, les villes voyaient une opportunité de regagner leurs privilèges et leur autorité antérieurs, en exerçant de nouveau le pouvoir sur leur Hinterland immédiat9. Ainsi, Menin constitue une cité exemplaire dans cette lutte : les Gantois voulaient transformer la ville en place satellite établie dans leur orbite à la frontière du comté de Flandres. Du point de vue des théories politiques, il s’agissait donc d’une confrontation entre l’idée d’une monarchie mixte ou aristocratique et celle du républicanisme, présent dans les Pays-Bas, hautement urbanisés, et précisément représenté alors par la République Calviniste de Gand10.

  • 11 Decavele J., Coigneau D., Vanderlinden H. (dir.), Het eind van een rebelse droom. Opstellen over h (...)
  • 12 Schepper H. de, « De mentale rekonversie van de Zuidnederlandse hoge adel na de Pacificatie van Ge (...)
  • 13 Bussemaker C. H. T., De afscheiding der Waalsche Gewesten van de Generale Unie, Haarlem, 2 vol., 1 (...)

5Le deuxième antagonisme relevé par l’historiographie est bien évidemment le conflit frontal entre le calvinisme de cette République et le catholicisme. Les nobles de Hainaut défendaient leur foi catholique, contrairement aux Gantois qui étaient en train de l’exclure de leur territoire afin d’instaurer un régime exclusivement calviniste11. Avec cette question, on se trouve pleinement dans le sujet de ce livre, puisque la tradition historiographique a considéré la motivation religieuse comme typiquement nobiliaire12. Surtout, dans le cadre de l’historiographie néerlandaise, la motivation catholique des nobles est vue comme conservatrice et régressive, puisqu’elle a amené, en mai 1579, à la réconciliation des provinces dites wallonnes et de Philippe II13.

6Cette contribution souligne la complexité du mouvement « Malcontent » aux Pays-Bas, à travers une analyse plus profonde que celle fondée sur ces deux supposés « antagonismes » : nobles versus villes, catholiques versus calvinistes. Nous souhaitons montrer ainsi que le mécontentement nobiliaire est avant tout issu d’une rivalité entre des factions nobles, rivalité elle-même causée par des différences sur le plan religieux. Dans ce contexte, les Malcontents se donnaient toujours davantage un profil catholique, en adoptant des symboles clairs de l’orthodoxie catholique et de la Contre Réforme. Nous pourrons mettre en évidence, à l’appui de cette thèse, l’existence de fausses prémisses à la source de l’hypothèse courante, laquelle souligne l’inévitabilité de la réconciliation des provinces wallonnes.

7Dans cette perspective, il est surprenant que, au moins dans l’historiographie belge et néerlandaise, on n’ait jamais explicité le parallèle avec les Malcontents en France. A priori, le mouvement des Malcontents pendant les guerres de Religion en France et celui aux Pays-Bas présentent beaucoup de similitudes. Dans les deux cas, il s’agit d’un mouvement nobiliaire, donc constitué de nobles qui se battaient pour la reconnaissance du pouvoir de la noblesse dans « l’état moderne ». Néanmoins, il existe également entre eux des différences considérables. En premier lieu, les Malcontents français protestent contre le roi et sa faiblesse, tandis que les Malcontents néerlandais s’opposent aux états Généraux et finissent par se réconcilier avec le roi. Deuxièmement, et plus important dans le cadre de ce volume, les Malcontents français comptaient parmi leurs membres des catholiques et des protestants. Du point de vue confessionnel, ils étaient donc « mixtes », alors que cette contribution montre que les Malcontents néerlandais professaient la foi catholique et participaient à la redéfinition tridentine de leur religion.

La Révolte des Pays-Bas jusqu’en 1578

  • 14 Geevers L., Gevallen vazallen. De integratie van Oranje, Egmont en Horn in de Spaans-Habsburgse mo (...)
  • 15 Parker G. et González de León F., « The Grand Strategy of Philip II and the Revolt of the Netherla (...)
  • 16 Crew P. M., Calvinist Preaching and Iconoclasm in the Netherlands, 1544-1569, Cambridge, Cambridge (...)
  • 17 Marnef G., Antwerp in the age of reformation : underground protestantism in a commercial metropoli (...)
  • 18 Marnef G., « The dynamics of reformed militancy in the Low Countries : the wonder year », Amos N. (...)

8Avant d’arriver au cœur du sujet, il convient d’éclairer la lutte de la noblesse pendant la Révolte des Pays-Bas et la dispute religieuse alors en cours, puisque les années 1578-1579 marquent une phase de radicalisation de ces deux conflits. Au début des années 1560, le mécontentement de grands nobles, surtout du prince Guillaume d’Orange et des comtes d’Egmond et de Hornes14, encouragea un affaiblissement ultérieur du pouvoir royal, alors que Philippe II était rentré en Espagne et se trouvait dans l’impossibilité de voyager au nord à cause des pressions ottomanes15. Du fait de cette crise politique, le camp calviniste, ainsi que d’autres groupes réformés, purent gagner de nombreux adhérents dans les régions frontalières de la France, comme Tournai, Valenciennes (donc en Hainaut) et de la Flandre dite Gallicante16, mais également à Anvers17, cette poussée se manifestant notamment par des conventicles, chanteries et prêches publics. Dans ce contexte, l’iconoclasme de l’été et l’automne 1566 était un autre « acte de présence », afin d’être en position de force pour réclamer un accord possible sur des mesures de tolérance, comme en France18.

  • 19 Duke A. C., « From “Loyal Servant” to “Irreconcilable Opponent” of Spain Koenraad Swart’s Interpre (...)
  • 20 Hageman M., Het kwade exempel van Gelre. De stad Nijmegen, de Beeldenstorm en de Raad van Beroerte (...)

9L’expédition punitive du duc d’Albe en 1567 modifia les rapports de pouvoir. Le prince d’Orange s’enfuit, se convertit au luthéranisme et commença, en 1568, à s’opposer ouvertement à Philippe II par des actions militaires19. Le Conseil des Troubles, tribunal d’exception érigé par le duc d’Albe, prononça alors la lèse-majesté d’Orange, d’Egmond et de Hornes. Ces deux derniers, issus de la haute noblesse néerlandaise, furent décapités au Grand Marché de Bruxelles, le 6 juin 1568, dans le but évident d’éviter d’autres actes de rébellion de la part des nobles. En outre, la répression visait à mettre fin définitivement à l’hétérodoxie20.

  • 21 Tracy J., The Founding of the Dutch Republic. War, Finance and Politics in Holland, 1572-1588, Oxf (...)
  • 22 Le livre de référence sur la Pacification de Gand demeure Opstand en Pacificatie in de Lage Landen (...)

10En 1572, le prince d’Orange envahit la Zélande et la Hollande, grâce à l’aide des « Gueux de Mer ». Les rebelles formèrent très vite une Union avec leurs alliés sous le nom « d’états libres de Hollande et Zélande » et procédèrent à l’instauration, exclusive le plus souvent, du calvinisme sur leurs territoires21. L’affaiblissement du pouvoir royal, surtout après le décès du gouverneur Requesens et pendant la régence du Conseil d’état en 1576, fut utilisé par les états de Brabant pour convoquer des états Généraux, en y incluant les états libres de Hollande et de Zélande et leurs alliés. L’objectif de la réunion de ces états Généraux était d’arriver à un traité de paix et au retour à l’ordre dans le pays. Le 8 novembre 1576, la Pacification de Gand était établie, avec la reconnaissance temporaire du calvinisme en Hollande et en Zélande, du catholicisme dans les autres provinces et la fin des persécutions religieuses22.

  • 23 Sur le début du gouvernement de don Juan aux Pays-Bas : Tellechea Idígoras J. I., « Don Juan de Au (...)
  • 24 Decavele J., « “Genève” van Vlaanderen », Decavele J., Coigneau D., Vanderlinden H. (éd.), Het ein (...)

11Le nouveau gouverneur, don Juan d’Autriche, se laissa d’abord convaincre de ratifier la Pacification de Gand, en février 1577, mais il y renonça ensuite : occupant la citadelle de Namur, il relança l’offensive militaire pendant l’été 157723. Les états Généraux déclarèrent alors don Juan « ennemi de la Patrie » et décidèrent de répondre militairement à son offensive. Cette décision fut reconnue dans toutes les provinces, sauf en Luxembourg et dans celle de Namur. Néanmoins, elle s’accompagna d’une radicalisation manifeste dans les villes de Brabant et de Flandres. à Gand, en particulier, les calvinistes réussirent, par un coup de force au printemps 1578, à réorganiser le conseil de ville sur une base exclusivement calviniste et, de ce fait, ils purent occuper les villes voisines. Des événements similaires se déroulèrent à Bruges et à Ypres. Bien qu’Orange tentait d’empêcher cette radicalisation par la voie d’une Religionsfrid (une sorte de paix de religion), les actions ouvertement anticléricales et anticatholiques entreprises par les Républiques calvinistes continuaient24.

Mécontentement ou factionnalisme nobiliaire ?

  • 25 Swart et al., William of Orange […], op. cit., p. 111 et sq.
  • 26 Born R., Les Croÿ, Bruxelles, 1981.
  • 27 Dès le lendemain de l’occupation de Namur, Philippe de Croÿ écrit à Philippe de Lalaing pour se vo (...)
  • 28 Cauchies J.-M., « “Croit conseil” et ses “ministres’’. L’entourage politique de Philippe le Beau ( (...)
  • 29 Bussels S., « Hoe de hoogste machthebber in de Nederlanden een stroman wordt : de Brusselse intoch (...)

12L’occupation de la citadelle de Namur par don Juan et la prise de pouvoir par les états Généraux encouragèrent aussi la division de la noblesse aux Pays-Bas. Le prince d’Orange, principal bénéficiaire des clauses de restitution de biens et d’honneurs de la Pacification de Gand, n’avait d’ailleurs jamais accepté don Juan comme gouverneur des Pays-Bas25. Les Croÿ26, une lignée de haute noblesse, l’avaient d’abord reconnu à la suite de sa ratification de la Pacification en février 1577, pour le récuser ensuite lorsqu’il fit occuper Namur en juillet. Ils retournèrent alors dans le parti des états Généraux, mais demandèrent à Matthias d’Autriche, frère cadet de l’Empereur, de prendre la charge du gouvernement des Pays-Bas. Ils convainquirent aussi les Lalaing de s’associer à une pétition en faveur de Matthias27. Ils voulaient trouver ainsi une solution dynastique habsbourgeoise et, en même temps, empêcher que le prince d’Orange ne gagne encore davantage de popularité. La rivalité entre les Nassau et les Croÿ datait du début du XVIe siècle28, mais elle s’était sérieusement aggravée durant la Révolte. Dans la nuit du 28 octobre 1577, peu avant l’arrivée de Matthias aux Pays-Bas, Philippe de Croÿ, duc d’Aarschot, fut arrêté à Gand, vraisemblablement avec l’assentiment du prince d’Orange, mais il fut libéré peu après. Le prince d’Orange parvint ainsi, en tout cas, à contrôler le nouveau gouverneur et à imposer sa propre autorité sur le pouvoir des Croÿ et des Lalaing29.

  • 30 Philippe de Croÿ à Philippe de Lalaing, 15 janvier 1576, A.D.M., Lalaing, B 295/VII.
  • 31 Sur ce personnage, George de Lalaing, comte de Rennenbourg, Soen V., « De verzoening van Rennenber (...)
  • 32 Lottin A. et Guignet P., Histoire des provinces françaises du Nord. Tome III : De Charles Quint à (...)
  • 33 Van der Essen L., Alexandre Farnèse, Prince de Parme, Gouverneur Général des Pays-Bas (1545-1592),(...)
  • 34 Mémoires de Marguerite de Valois, t. II, p. 125-134.
  • 35 La minute d’une lettre autographe à Requesens, s. d., A. D. M., Lalaing, B 295/VII. Il parlait aus (...)
  • 36 Bussemaker, De Afscheiding, vol. I, 191.

13Les Lalaing se rangèrent, comme nous l’avons vu, du côté des états Généraux et reçurent des postes clefs dans l’armée des états. Philippe, comte de Lalaing et Grand Bailli de Hainaut, devint capitaine général de l’armée et commandant de la cavalerie légère, une fonction à laquelle il aspirait auparavant30. Son cousin, George de Lalaing31, et le jeune Emmanuel-Philibert, baron de Montigny, placé à ses côtés, commandaient des troupes considérables d’infanterie wallonnes. Ils étaient probablement mécontents du comportement des soldats espagnols dans leur région. Après la Pacification de Gand, qui stipulait la sortie des soldats espagnols, Philippe de Lalaing autorisa le démantèlement de la citadelle de Valenciennes, qui avait été construite par le duc d’Albe pour réprimer la ville32. Le siège de Namur par don Juan et donc le retour des soldats espagnols aggravèrent son mécontentement. À cette époque, Philippe de Lalaing évoquait fréquemment son antipathie vis-à-vis des soldats espagnols et cela même, pendant sa visite aux bains de Spa, à Marguerite de Valois, sœur du roi de France, Henri III33. Pourtant, sa mère était espagnole et il avait dans sa jeunesse résidé à la cour d’Espagne34 ; il correspondait avec les gouverneurs en Castillan35 et sa femme s’habillait à la mode espagnole. Son mécontentement sur la stratégie militaire ne l’opposait pas seulement à Philippe II et à don Juan, mais aussi à Guillaume d’Orange. Il était hostile au traité, conclu le 7 janvier 1578, entre les états Généraux et Elisabeth Ire, reine d’Angleterre, parce qu’il préférait à cette alliance l’appui des Français36. Cette division entre une noblesse anglophile et une francophile n’était d’ailleurs pas nouvelle, mais elle réapparut violemment à cette époque.

  • 37 Decavele J., « De mislukking van Oranjes “democratische” politiek in Vlaanderen », Bijdragen en Me (...)
  • 38 Valentin de Pardieu, seigneur de La Motte (Baingem, 1529-Doullens, 14 juillet 1595) : Correspondan (...)
  • 39 Bussemaker, De afscheiding der Waalsche Gewesten van de Generale Unie, chap. 5, p. 260 et sq ; Pir (...)

14Le conflit entre le prince d’Orange, de plus en plus influencé par les calvinistes radicaux (même si ce fut à contrecœur37), et d’autres grands nobles resurgit en janvier 1578, à l’occasion de la défaite, à Gembloux, de l’armée des états Généraux face à don Juan. Les accusations portées contre les généraux « wallons » étaient sévères, d’autant que Philippe de Lalaing assistait, le jour de la bataille, au mariage d’un parent, tandis que Montigny avait pris part courageusement à la lutte. Les états déménagèrent de Bruxelles à Anvers et les troupes wallonnes furent renvoyées en Hainaut et en Artois. Philippe de Lalaing refusa de reprendre ses fonctions militaires tant qu’il n’avait pas reçu les fonds nécessaires, le manque de financement étant, selon lui, la véritable cause de la défaite. Un de ses alliés, Valentin de Pardieu, seigneur de La Motte et gouverneur de Gravelines, opta pour une réconciliation immédiate avec le roi38. Pour certains auteurs comme Carel Bussemaker et, plus important encore, Henri Pirenne, ce fut la défaite de Gembloux et non le siège de Menin qui marqua le début du Malcontentement wallon39.

  • 40 Holt M. P., The Duke of Anjou and the Politique Struggle during the Wars of Religion, Cambridge, C (...)
  • 41 Holt, op. cit., p. 103. Les oppositions entre Orange et Lalaing sont le sujet de lettres nombreuse (...)

15Dans ces circonstances, Philippe de Lalaing et son frère se montrèrent plus attentifs aux propositions d’aide militaire de François d’Alençon, duc d’Anjou et frère cadet d’Henri III, propositions déjà formulées durant la visite de sa sœur, Marguerite de Valois, à Mons. En mars 1578, des agents de Monsieur quittaient Angers avec des instructions pour négocier uniquement avec le comte de Lalaing40. Le prince d’Orange avait fait, en réalité, des ouvertures à Anjou dès 1576, mais le rapprochement avait échoué. Ainsi, les Lalaing voyaient là une opportunité d’agir, comme l’avaient fait les Croÿ auparavant, quand ils avaient invité Matthias à devenir gouverneur des Pays-Bas. Les états de Hainaut acceptaient l’assistance d’Anjou, le 7 mai 1578 et, le 12 juillet, le duc arrivait à Mons. Pour éviter ce coup de force, Guillaume d’Orange envoya le duc d’Aarschot afin de contrôler Philippe de Lalaing41. Plutôt que de se contenter d’admettre, comme Bussemaker et Pirenne, le terme « Malcontent » comme une expression de malaise, il importe de signaler que cette appellation apparut après l’intervention du duc d’Anjou, chef des Malcontents français avant la paix de Bergerac.

Irénisme ou défense du Catholicisme ?

16On peut donc constater que « la noblesse » dans les états Généraux était extrêmement divisée du fait de l’existence en son sein de coalitions changeantes. Dans le contexte de ce volume, il faut également se demander dans quelle mesure le conflit religieux participait de cette lutte entre maisons nobiliaires. Le Malcontentement des Lalaing était-il également inspiré par la politique et les convictions religieuses d’Orange d’un côté et celles des calvinistes de l’autre ? Ces derniers avaient réorganisé la ville de Gand en république calviniste, en lançant d’ailleurs un second mouvement iconoclaste.

  • 42 Les deux hommes avaient en fait des positions modérées sur le plan politique (en 1573, il demande (...)
  • 43 Mémoires sur Emmanuel de Lalaing, Baron de Montigny […], op. cit., p. 13.

17Pour les Lalaing, comme pour beaucoup d’autres catholiques, l’emprisonnement des évêques de Bruges et d’Ypres par les Gantois fut un événement inouï. Les deux évêques furent arrêtés en même temps que le duc d’Aarschot, mais ils ne furent pas libérés avec lui42. Les Lalaing exigèrent immédiatement des explications de la part du gouverneur, Matthias d’Autriche, qui venait d’entrer en charge et demandèrent ce que ces « hommes honnêtes » avaient donc fait de mal pour être emprisonnés. Ils protestèrent du fait que la Pacification de Gand avait été violée avec cette action par les états Généraux eux-mêmes et non par le gouverneur don Juan. Leurs protestations, toutefois, n’eurent pas de résultat. Emmanuel-Philibert de Lalaing pourrait confirmer, non sans ironie, que les Gantois étaient devenus « infracteurs de leur pacification43 ».

  • 44 van der Essen L., « De Unie van Atrecht en Utrecht », Algemene Geschiedenis der Nederlanden, vol.  (...)
  • 45 En 1580, ce sont des calvinistes français qui pouvaient l’introduire à la République de Gand : Hol (...)

18On pourrait penser que la prise de position des Lalaing était plutôt irénique sur le plan religieux, puisqu’ils fondèrent leurs actions sur la Pacification de Gand qui reconnaissait, au moins de façon temporaire, la coexistence de deux religions en Hollande et en Zélande et établissait la fin des persécutions religieuses dans les autres provinces. Dans ce contexte, Léon Van der Essen présente la persévérance de Philippe de Lalaing comme une expression « d’érasmianisme » : le comte était catholique mais, expose-t-il, « avec cette nuance d’érasmianisme qu’on retrouve chez tous les nobles néerlandais du XVIe siècle ». Cela permet notamment d’expliquer, selon lui, que Lalaing ait continué à soutenir les états Généraux, quand Valentin de Pardieu se réconciliait avec le roi44. En outre, en mai 1578, les Malcontents choisirent, avec le duc d’Anjou, le soutien d’une personnalité plutôt ambivalente quant à sa position religieuse, puisqu’en France il était à la tête d’une alliance mixte du point de vue confessionnel. Même s’il avait accepté, avec la paix de Bergerac, de ne professer que la foi catholique, les doutes persistaient et ce non sans raison45.

  • 46 Pour une esquisse des interprétations à cette époque de la Pacification de Gand, Soen V., « De vre (...)
  • 47 Juan de Vargas Mexia à Philippe II, 2 août 1578, AGS, K 1549 no 22 (déchiffrement).

19Cependant, l’hypothèse de l’irénisme peut être aisément rejetée. Les Malcontents réagissaient avec fureur aux tentatives de Religionsfrid, menées par le prince d’Orange afin de tolérer officiellement le calvinisme au delà des territoires de la Hollande et de la Zélande. Alors que le prince d’Orange affirmait que le Religionsfrid était un complément nécessaire à la Pacification de Gand, les Malcontents voyaient cette nouvelle paix comme une violation du traité de Gand. Il faut donc constater qu’en 1576 les nobles avaient adhéré à la Pacification de Gand pour des raisons plutôt pragmatiques. En effet, il aurait été difficile de s’opposer à l’établissement du calvinisme en Hollande et en Zélande. En outre, la Pacification de Gand pouvait constituer une opportunité pour fortifier à nouveau le catholicisme, puisque la fin des persécutions religieuses prescrites par le traité pouvait mettre un terme aux bannissements des catholiques et aux actions anticatholiques des gouvernants dans ces territoires. Pour les Malcontents, la Pacification de Gand était un instrument visant à renforcer le catholicisme46. Peu après l’arrivée d’Anjou à Mons, les Lalaing le laissèrent participer à une procession solennelle en présence d’un envoyé du pape47.

  • 48 Mémoires sur Emmanuel de Lalaing, Baron de Montigny […], op. cit., p. 10.
  • 49 Ibid., p. 7.

20Le fait que les Lalaing et leurs alliés furent identifiés par leurs adversaires comme « trop catholiques » constitue également un argument en faveur de la contestation de cette hypothèse. Au moment où les Gantois emprisonnèrent Aarschot et les évêques, une rumeur se diffusa selon laquelle le prince d’Orange méprisait Montigny et ses troupes. Pour cette raison, Montigny envoya l’un des gentilshommes de sa suite auprès du prince d’Orange à Anvers. Cet homme « ne sceut tirer des plus favoritz de la court aultre plus pregnante raison de ce mespris et cestuy des troupes ce que le Seigneur de Montigny estoit trop tenaie de sa religion Catholicque et Romaine48 ». En outre, dans ce contexte, le prince d’Orange se souvenait du fait que le régiment de Montigny « s’estoit picqué par plusieurs fois et querellé avecq les siens sur le faict de la religion […] jusques à s’estre, une fois entre les aultres, les parolles tant avancées que bien peu s’en fallut que trois régimens ne vindrent aux mains pour s’entretuer tous les uns les aultres49 ».

  • 50 « y no haviendo diferençia en lo dela religion pues professa y quiere defender la Catholica que es (...)
  • 51 Mémoires sur Emmanuel de Lalaing, Baron de Montigny […], op. cit., p. 11.

21Autre argument allant dans le même sens, l’ambassadeur d’Espagne à Paris exposait à Philippe II que la religion, en tout cas, ne présenterait pas un obstacle à un rapprochement avec les Lalaing, puisque ces derniers continuaient à défendre le catholicisme : « il y n’a pas de différence au point de la religion, ainsi qu’il professe et veut défendre la religion Catholique, ce qui est le point principale50 ». Une dernière affirmation à propos de la défense du catholicisme vient d’Emmanuel de Lalaing lui-même, quand il écrivait l’apologie de sa prise de Ménin, en « voyant doncques le seigneur de Montigny le tout aller de mal en pis, la religion catholicque et romaine se passer en fumée51 ».

  • 52 Ibid., p. 20.
  • 53 Ibid., p. 27.
  • 54 Ibid., p. 31.

22La question de la défense du catholicisme surgit également dans les négociations en octobre et novembre 1578 qui suivirent l’occupation de Menin. Aux envoyés des états Généraux, Montigny répondit qu’il voulait « devant toute chose que les prisonniers que injustement les Ganthois tenoient contre la raison fussent relaxez, que la religion catholicque et romaine fusse redressée en la ville de Gand et par toutes les Flandres52 ». De l’autre côté, Valentin de Pardieu, ancien page de la maison de Lalaing, espérait lui aussi convaincre Montigny de se réconcilier avec Philippe II, d’autant que don Juan était décédé. Montigny déclama que les troupes françaises, « desquelles il auroit esté forcé de prendre son secours pour n’avoir trouvés d’autres troupes plus promptes à la main53 », l’empêcheraient de changer d’alliance. Montigny accusa ensuite La Motte d’avoir fait répandre au sein de ses troupes la rumeur selon laquelle leur seigneur « se retiroit du service du Roy pour adhérer au prince d’Orange, qu’il s’estoit accordé avecque les Ganthois pour la religionsvreide par toute la Flandre, que ouvertement il tachait de induire ses soldatz à changer et de maistre et de religion54 ». En tout état de cause, l’anecdote montre que Montigny apparaissait à ses soldats comme le protecteur du catholicisme et non de l’irénisme. Dans cette ambiance, le duc d’Anjou décida de retourner en France, retour qui intervint fin décembre 1578.

Défense de l’orthodoxie tridentine

  • 55 Willockx F., L’introduction des décrets du concile de Trente dans les Pays-Bas et dans la principa (...)
  • 56 Soen, Geen pardon zonder paus, op. cit., p. 98-100 et, surtout chap. iii, p. 121-140.
  • 57 Ram P. F. X. De, « Mémoire sur la part que le clergé de Belgique et spécialement les docteurs de l (...)

23On peut donc parler d’une lutte contre l’hérésie engagée par les Lalaing ; mais s’agit-il d’une défense de l’orthodoxie catholique ? L’orthodoxie catholique, un concept en soi à la fois vague et polémique, venait d’être reformulée par le concile de Trente (1545-1563). Contrairement à la France, les décrets tridentins étaient assez vite proclamés aux Pays-Bas. Ils l’étaient déjà en 1565, évidemment avec le soutien ardent de Philippe II et au grand désespoir des protestants55. En outre, avant son départ pour l’Espagne, Philippe II avait réformé l’organisation ecclésiastique de ces provinces, établissant dix-sept diocèses rattachés aux archevêchés de Cambrai, Malines et Utrecht, de manière à éviter qu’ils soient soumis à des juridictions « étrangères ». Par la nomination de nouveaux évêques, presque tous issus de l’université de Louvain, il espérait renforcer les activités pastorales et lutter contre l’hérésie. Néanmoins, la rumeur selon laquelle tout ceci n’était qu’un masque destiné à introduire « l’inquisition espagnole » retardait l’installation de plusieurs évêques56. Là où ils étaient actifs, comme à Cambrai, à Arras, Saint-Omer, Tournai, Ypres et Bruges, ils soutenaient les réformes tridentines avec ferveur, la plupart d’entre eux ayant participé eux-mêmes aux sessions du concile57. Bien que les premiers conciles provinciaux se tinrent dans l’archevêché de Cambrai, la situation des prêtres et des évêques catholiques y demeurait précaire en 1578 : l’archevêque avait fui à Rome, l’évêque d’Arras, Matthieu Moullart, en France et l’évêché de Saint-Omer était vacant. En outre, la nomination des abbés les plus importants du Hainaut et de l’Artois (Maroilles, Bertin, Saint-Vaast) était faite par les états Généraux en faveur de patriotes ou d’Orangistes.

  • 58 De là naissait sa conviction que Lalaing n’était qu’un rebelle et qu’il n’avait pas agi par désesp (...)
  • 59 Fabio Mirto Frangipani (1514-1587) : voir Correspondance du nonce Fabio Mirto Frangipani (1568-157 (...)
  • 60 Juan de Vargas Mexia à Philippe II, 2 août 1578, AGS, K 1549 no 22 (déchiffrement).
  • 61 Juan de Vargas Mexia à Philippe II, 29 août 1578, AGS, K 1546 no 89 (déchiffrement).
  • 62 Juan de Vargas Mexia à Philippe II, 21 octobre 1578, AGS, K 1546 no 128 (déchiffrement avec annota (...)
  • 63 Lottin A., Lille, Citadelle de la Contre-réforme ? 1598-1668, Dunkerque, Éditions du Beffroi, 1984

24Dans ce cadre, il convient de noter que les agents envoyés par le parti du roi avec la mission de convaincre le comte de Lalaing et ses partisans de se réconcilier étaient tous issus des réseaux de la Réforme tridentine58. L’envoyé du pape, Fabio Mirto Frangipani59, archevêque de Nazareth, qui participait aux négociations à Mons aux mois de juillet et août 1578, était convaincu que c’était la haine envers don Juan, et non la religion, qui empêchait la réconciliation60. Et, après cela, l’ambassadeur espagnol à Paris choisit d’utiliser un théatin61, puis les jésuites de Paris et ceux de Saint-Omer62 pour convaincre Philippe de Lalaing de se réconcilier. Ainsi, les Lalaing furent associés à des ordres typiques de la Contre-Réforme, dans des régions qui se transformèrent plus tard, comme l’a souligné Alain Lottin, en des bastions de la Contre-Réforme aux Pays-Bas63.

  • 64 Juan de Vargas Mexia à Philippe II, 30 août 1578, AGS, K 1546 no 90 (déchiffrement) : « y si para (...)
  • 65 Juan de Vargas Mexia à Philippe II, 1er novembre 1578, AGS, K 1546 nr. 149.

25Philippe II, de plus, informé de toute ces négociations, écrivait dans la marge de ses lettres qu’il voulait, de sa propre initiative, envoyer « un jesuyta espanol, hombre activo y de negocios », nommé le Père Hernández, parce qu’il ne voyait plus « le chemin qui convient et je veux donner un bon moyen pour cela des pays de pardela par voye de paix ; je considère la voye de guerre pour très difficiles et de grands inconvénients et conséquences64 ». On notera donc que le roi songeait à un jésuite – espagnol de surcroît ! – pour convaincre le comte de Lalaing. Et le père Hernández mena des efforts auprès du comte pour la réconciliation en octobre 1578, en étroite collaboration avec des commerçants espagnols à Calais65.

  • 66 Possoz A., Mgr. Jean Vendeville, évêque de Tournai, 1587-1592. Notice sur le P. éleuthère du Pont, (...)
  • 67 Van Nierop H. F. K., « A Beggars’ Banquet : The Compromise of the Nobility and the Politics of Inv (...)

26On peut pousser cette analyse plus loin encore. Dans leur conduite, les Malcontents adoptèrent des symboles clairs de la Contre-Réforme. Pour cette raison, ils furent surnommés les Paters-Noster, les Aves Maria et les Chapelets66. Il semble donc que leur adhésion à la Contre-Réforme ne soit pas née de leur réconciliation avec Philippe II, mais plutôt qu’elle ait pris forme au sein du conflit. Ce recours aux symboles de l’orthodoxie catholique les distingue radicalement du Compromis des Nobles, une autre ligue nobiliaire néerlandaise de 1565 qui s’engageait à mettre fin à l’inquisition. Henk van Nierop a souligné la complexité des symboles qu’ils utilisaient au plan religieux afin de lever la qualification de lèse-majesté divine qui leur avait été attribuée67.

  • 68 Holt M. P., op. cit., p. 114.
  • 69 Juan de Vargas Mexia à Philippe II, 6 janvier 1579, AGS, K 1552 no 20 (déchiffrement).
  • 70 Juan de Vargas Mexia à Philippe II, 6 janvier 1579, AGS, K 1552 no 20 (déchiffrement).

27Cela ne signifie pas que c’est à cause de leur adhésion au catholicisme que les Malcontents se sont ralliés à Philippe II. Ils hésitèrent d’ailleurs même davantage que les états de Hainaut et d’Artois à approuver une éventuelle réconciliation. Ce n’est donc pas les nobles réconciliés, comme l’atteste Mack P. Holt68, qui guidaient alors les états provinciaux dans leur rapprochement avec Philippe II. Tandis que les états provinciaux avaient conclu une Union d’Arras et rejetaient les propositions des états Généraux, Montigny continuait, pour sa part, à négocier avec leur légat. De plus, il gardait le commandement des villes conquises. Entre-temps, le comte de Lalaing se voyait pressé de toutes parts pour se réconcilier. Sa tante, éléonore de Montmorency, revenait de Paris dans ce but, afin de soutenir les négociations entreprises par Marguerite de la Marck, belle-mère du comte69. Et, sur les instances de l’archevêque de Nazareth retourné à Rome, un bref du pape arrivait pour convaincre Lalaing de se rallier70.

  • 71 Le traité est repris dans Bussemaker, Afscheiding der Waalsche Gewesten, ii, p. 216, BCRH, série I (...)
  • 72 Selles, Moullart et Valhuon à Farnese, 14 avril 1579, ARA Aud 192 fol. 66 ; cf. Lefèvre, CPhII, I, (...)
  • 73 Janssens G., « Pacification générale ou réconciliation particulière ? Problèmes de guerre et de pa (...)
  • 74 Schepper H. de, « De mentale rekonversie van de Zuidnederlandse hoge adel na de Pacificatie van Ge (...)

28Finalement et après la deuxième vague d’iconoclasme gantois en mars 1579, Montigny accepta de négocier, à l’abbaye de Mont-Saint-éloy, le 6 avril 1579, avec Valentin de Pardieu et les diplomates envoyés par Farnese (entre autres, l’évêque d’Arras de retour aux Pays-Bas). Il consentit alors à se réconcilier avec Philippe II et à lui restituer les lieux sous son commandement71. Ainsi, fut conclu le traité d’Arras, le 17 avril, par lequel l’Artois, le Hainaut, Douai-Orchies-Lille – mais pas Valenciennes ni Tournai – se ralliaient au roi. à cette date, Philippe de Lalaing ne s’était toujours pas réconcilié formellement, ce qu’il ne devait faire que le 23 avril72. Les Croÿ ne se rallièrent pas, mais partirent vers Cologne, négocier au nom des états Généraux une « paix générale » et non une « réconciliation particulière73 ». Certes, ce n’est donc pas en vertu de leur adhésion au catholicisme que les Malcontents se sont réconciliés avec Philippe II, mais leur catholicisme a rendu la réconciliation avec le roi d’Espagne plus facile. En considération de leur appartenance nobiliaire, ils continuaient à poser des conditions fermes concernant le respect de leur statut, de leur rôle en tant que nobles et de leurs tâches nouvelles dans le contexte royal74.

29Cette contribution a démontré que le mouvement des Malcontents aux Pays-Bas était lié davantage à la confrontation de différentes factions au sein de la haute noblesse qu’à un mécontentement général de la noblesse à l’intérieur des états Généraux. Dans ce contexte, les Lalaing ou, plus généralement, les Malcontents, se sont manifestés en tant que catholiques, même s’ils acceptaient la « tolérance limitée » prescrite par la Pacification de Gand. On a l’impression qu’ils n’avaient pas d’autre choix que d’accepter cette tolérance, au moins en Hollande et en Zélande, pour restaurer l’ordre dans le pays et pour exiger le départ des soldats espagnols. On peut même dire que, pour ce qui concerne leurs gouvernements et leurs troupes, les Malcontents s’engagèrent directement en faveur du catholicisme et de la Contre-Réforme, engagement qu’ils n’hésitaient pas à montrer par des signes, des symboles et des promesses clairs. Il faut donc conclure que la dénomination de « Malcontents » est transfrontalière dans l’espace diplomatique et socioculturel établi entre la France et les Pays-Bas, c’est-à-dire qu’elle est probablement entrée aux Pays-Bas par l’intervention du duc d’Anjou, chef des nobles Malcontents en France, en 1576. Mais, du point de vue religieux, les Malcontents français et néerlandais ont poursuivi de buts opposés, tendant, dans un cas, à l’irénisme et, dans l’autre, à l’orthodoxie catholique.

Notes

1 Rembry-Barth A., Histoire de Menin, Bruges, 1881 ; Vansteenkiste R., Geschiedenis van Menen, Menin, 1950.

2 Koenigsberger H. G., Monarchies, States Generals and Parliaments. The Netherlands in the Fifteenth and Sixteenth Century, Cambridge, Cambridge University Press, 2001, chap. 12, p. 260-292.

3 Emmanuel-Philibert de Lalaing, baron de Montigny, marquis de Renty (1585), seigneur de Leuze et Condé (Valenciennes, 5 mai 1557-Mons, 17 décembre 1590) : Henrard P., « Montigny (Emmanuel-Philibert de Lalaing, baron de) », Biographie Nationale, XV, Bruxelles, 1899, p. 177-186 ; Born R., Les Lalaing. Une grande « mesnerie » hennuyère, de l’aventure d’outrée au siècle des Gueux (1096-1600), Bruxelles, Les Éditeurs d’Art Associés, 1986, p. 279-285 ; Diegerick I. L. A., « Lettres inédites d’Emmanuel de Lalaing, marquis de Renty, baron de Montigny, 1577-1579 », Bulletin de la Commission Royale d’Histoire, deuxième série, no 9, 1857, p. 320-379.

4 Bien qu’aujourd’hui on estime que la noblesse était présente dans toutes les provinces et pas seulement dans les provinces francophones : Cools H., « équilibres ou déséquilibres régionaux au sein de l’aristocratie des Pays-Bas (1477-1530) », Les élites nobiliaires dans les Pays-Bas au seuil des temps modernes. Mobilité sociale et service du pouvoir, Bruxelles, coll. Facultés universitaires Saint-Louis, centre de recherches en histoire du droit et des institutions, 16, 2001, p. 49-82. De plus, même dans des régions plutôt commerciales, comme la Flandre par exemple, il y avait un patriciat qui formait une partie de la noblesse : Buylaert F. et Dumolyn J., « L’importance sociale, politique et culturelle de la haute noblesse dans les Pays-Bas Bourguignons et Habsbourgeois (1475-1525) : un état de la question », Haemers J., Van Hoorebeeck C. et Wijsman H. (dir.), Entre la ville, la noblesse et l’état. Philippe de Clèves (1456-1528), homme politique et bibliophile, Turnhout, Brepols Press, 2008, p. 279-294.

5 Philippe, comte de Lalaing (Valenciennes, 1533-Valenciennes, 1582) : Born R., Les Lalaing […], op. cit., p. 253-277. Schepper H. de, De Kollaterale Raden in de katholieke Nederlanden van 1579-1609, Thèse inédite, Katholieke Universiteit Leuven, 1972, p. 147-149.

6 Mémoires sur Emmanuel de Lalaing, Baron de Montigny, société de l’histoire de Belgique, collection de Mémoires relatifs à l’histoire de Belgique, vol. 15, 1862, p. 17.

7 Lettre d’Emmanuel-Philibert de Lalaing aux états Généraux, 18 octobre 1578, dans « Lettres inédites d’Emmanuel de Lalaing […] », art. cit., p. 352.

8 Guillaume de Hornes, seigneur de Hèze ( ?-Tournai, 1580) : Griffiths G., William, Lord of Hèze and the Revolt of the Netherlands, Los Angeles, 1954 et Henrard P., « Hornes (Guillaume de) », Biographie Nationale, IX, Bruxelles, 1886-1887, p. 508-517.

9 Marnef G., « Brabants calvinism in opmars : de weg naar de calvinistische republieken te Antwerpen, Brussel en Mechelen », Bijdragen tot de Geschiedenis, 90, 1987, p. 7-21. Marnef G., Het calvinistisch bewind te Mechelen 1580-1585, Standen en Landen, 87, Courtrai/Heule, 1987. Très intéressant : Weis M. (dir.), Des villes en révolte. Les Républiques urbaines aux Pays-Bas et en France pendant la deuxième moitié du XVIe siècle, Turnhout, Brepols Press, 2009.

10 Blockmans W., « Alternatives to Monarchical Centralization. The Great Tradition of Revolt in Flanders and Brabant », Koenigsberger H. G. (dir.), Republiken und Republikanismus im Europa der frühen Neuzeit (Schriften des Historischen Kollegs, Kolloquien 11), Munich, 1988, p. 145-154.

11 Decavele J., Coigneau D., Vanderlinden H. (dir.), Het eind van een rebelse droom. Opstellen over het calvinistisch bewind te Gent (1577-1584) en de terugkeer van de stad onder de gehoorzaamheid van de koning van Spanje (17 september 1584), Gand, 1984.

12 Schepper H. de, « De mentale rekonversie van de Zuidnederlandse hoge adel na de Pacificatie van Gent », Tijdschrift voor Geschiedenis, 89, 1976, p. 420-428.

13 Bussemaker C. H. T., De afscheiding der Waalsche Gewesten van de Generale Unie, Haarlem, 2 vol., 1895-1896.

14 Geevers L., Gevallen vazallen. De integratie van Oranje, Egmont en Horn in de Spaans-Habsburgse monarchie (1559-1567), Amsterdam, Amsterdam University Press, 2008.

15 Parker G. et González de León F., « The Grand Strategy of Philip II and the Revolt of the Netherlands, 1559-1584 », Van Nierop H. F. K., Venard M., Benedict P. (dir.), Reformation, Revolt and Civil War in France and the Netherlands, 1555-1585, Amsterdam, 1999, p. 215-232.

16 Crew P. M., Calvinist Preaching and Iconoclasm in the Netherlands, 1544-1569, Cambridge, Cambridge University Press, 1978.

17 Marnef G., Antwerp in the age of reformation : underground protestantism in a commercial metropolis, 1550-1577, Baltimore, J. Hopkins University, studies in historical and political science, series 114, no 1, 1996.

18 Marnef G., « The dynamics of reformed militancy in the Low Countries : the wonder year », Amos N. S., Péronet M., Van Nierop H. F. K. (dir.), The education of a Christian society. Humanism and the Reformation in Britain and the Netherlands, Aldershot, 1999, p. 193-210 ; Lottin A. et Deyon S., Les Casseurs de l’Été 1566, Lille, 1979 et, surtout, Lottin A., La Révolte des Gueux, en Flandre, Artois et Hainaut. Politique, religion et société au XVIe siècle, Lilles, Les échos du Pas-de-Calais, 2007.

19 Duke A. C., « From “Loyal Servant” to “Irreconcilable Opponent” of Spain Koenraad Swart’s Interpretation of William of Orange, 1533-1572 », Swart K., Van Nierop H. F. K., Mout M. E. H. N., Fagel R. (dir.), William of Orange and the Revolt of the Netherlands, 1572-1584, Ashgate, 2003, p. 8-27.

20 Hageman M., Het kwade exempel van Gelre. De stad Nijmegen, de Beeldenstorm en de Raad van Beroerten, 1566-1568, Nimeghes, 2005. Pour les questions de répression et de clémence par le Conseil de Troubles : Soen V., Geen pardon zonder paus ! Studie over de complementariteit van het koninklijk en pauselijk generaal pardon (1570-1574) en over inquisiteur-generaal Michael Baius (1560-1576), Verhandelingen van de Koninklijke Vlaamse Academie van België voor Wetenschappen en Kunsten nieuwe reeks, 14, Bruxelles, 2007, chap. iv et v, p. 153-187.

21 Tracy J., The Founding of the Dutch Republic. War, Finance and Politics in Holland, 1572-1588, Oxford, Oxford University Press, 2008.

22 Le livre de référence sur la Pacification de Gand demeure Opstand en Pacificatie in de Lage Landen. Bijdrage tot de studie van de pacificatie van Gent. Verslagboek van het Tweedaags Colloquium bij de vierhonderdste verjaring van de Pacificatie van Gent, Gand, 1976. Pour un traitement plus rigoureux du contexte et de la naissance de la Pacification, Janssens G., Brabant in het verweer. Loyale oppositie tegen Spanje’s bewind in de Nederlanden van Alva tot Farnese, 1567-1578 (Standen en Landen 89), Courtrai, Heule, 1989.

23 Sur le début du gouvernement de don Juan aux Pays-Bas : Tellechea Idígoras J. I., « Don Juan de Austria y la ‘‘Trampa’’ de Flandes. Cartas a Felipe II tras su llegada al nuevo destino (1576) », Cuadernos de Investigación Histórica, 21, 2004, p. 201-249. Sur la stratégie militaire du gouverneur, Van der Essen L., « Kritische studie betreffende de oorlogvoering van het Spaanse leger in de Nederlanden in de XVIe eeuw, nl. de bestraffing van opstandige steden. III. Onder don Juan en de eerste jaren van Alexander Farnese (1577-1578) », Mededelingen van de Koninklijke Vlaamse Academie voor Wetenschappen, Letteren en Schone Kunsten van België. Klasse der Letteren, 15, 1953, p. 3-27 ; texte récemment traduit en espagnol : Van der Essen L., El Ejército Español en Flandes, 1567-1584, Janssens G. (éd.), Yuste, 2008. Malheureusement Wauters F., L’audience de Don Juan d’Autriche. Essai sur le séjour dans les Flandres (1576-1578), Bruxelles, 2000 commet à plusieurs reprises des erreurs.

24 Decavele J., « “Genève” van Vlaanderen », Decavele J., Coigneau D., Vanderlinden H. (éd.), Het eind van een rebelse droom. Opstellen over het calvinistisch bewind te Gent (1577-1584) en de terugkeer van de stad onder de gehoorzaamheid van de koning van Spanje (17 september 1584), Gand, 1984, p. 32-62 et id., « De edelman Oranje en de calvinisten », Spieghel Historiael, no 19, 1984, p. 201-206.

25 Swart et al., William of Orange […], op. cit., p. 111 et sq.

26 Born R., Les Croÿ, Bruxelles, 1981.

27 Dès le lendemain de l’occupation de Namur, Philippe de Croÿ écrit à Philippe de Lalaing pour se voir immédiatement afin de travailler « pour le repos publique » ; à cette occasion, il fait aussi saluer Lalaing de la part de son demi-frère : Philippe de Croÿ à Philippe de Lalaing, 25 juillet 1577, Archives Municipales de Douai, Fonds de Lalaing (infra A. D. M. Lalaing), B 295/VII, s. f., original.

28 Cauchies J.-M., « “Croit conseil” et ses “ministres’’. L’entourage politique de Philippe le Beau (1494-1506) », Marchandisse A. (dir.), À l’ombre du pouvoir. Les entourages princiers au Moyen Âge, Liège, 2002, p. 291-311.

29 Bussels S., « Hoe de hoogste machthebber in de Nederlanden een stroman wordt : de Brusselse intocht van aartshertog Matthias in 1578 », Bijdragen tot de Geschiedenis, 85, 2002, p. 151-168 ; Decavele J., « De mislukking van Oranjes “democratische” politiek in Vlaanderen », Bijdragen en Mededelingen betreffende de Geschiedenis der Nederlanden, 99, 1984, p. 626-650 ; Pater J. C. H. de, De Raad van State nevens Matthias (1578-1581), Den Haag, 1917. Parker G., The Dutch Revolt, 1985 (nouvelle édition), p. 94-95.

30 Philippe de Croÿ à Philippe de Lalaing, 15 janvier 1576, A.D.M., Lalaing, B 295/VII.

31 Sur ce personnage, George de Lalaing, comte de Rennenbourg, Soen V., « De verzoening van Rennenberg. Adellijke beweegredenen en de Opstand anders bekeken », à paraître dans Tijdschrift voor Geschiedenis.

32 Lottin A. et Guignet P., Histoire des provinces françaises du Nord. Tome III : De Charles Quint à la Révolution française, Arras, 2006, p. 104.

33 Van der Essen L., Alexandre Farnèse, Prince de Parme, Gouverneur Général des Pays-Bas (1545-1592), 5 vol., Bruxelles, 1933-1937, vol. I, p. 115. Voir aussi A. D. M., Lalaing, B 291 et B 296/VI. Lettre de recommandation de la gouvernante Marguerite de Parme de 27 juillet 1565, Archivo General de Simancas (infra A. G. S.), Secretaría E 527, f° 21.

34 Mémoires de Marguerite de Valois, t. II, p. 125-134.

35 La minute d’une lettre autographe à Requesens, s. d., A. D. M., Lalaing, B 295/VII. Il parlait aussi l’Italien.

36 Bussemaker, De Afscheiding, vol. I, 191.

37 Decavele J., « De mislukking van Oranjes “democratische” politiek in Vlaanderen », Bijdragen en Mededelingen betreffende de Geschiedenis der Nederlanden, 99, 1984, p. 626-650.

38 Valentin de Pardieu, seigneur de La Motte (Baingem, 1529-Doullens, 14 juillet 1595) : Correspondance de Valentin de Pardieu, seigneur de La Motte, gouverneur de Gravelines, commandeur de l’ordre de Saint-Jacques […] (1574-1594), Diegerick I. L. A. (ed.), Bruges, 1857.

39 Bussemaker, De afscheiding der Waalsche Gewesten van de Generale Unie, chap. 5, p. 260 et sq ; Pirenne H., Histoire de la Belgique, dl. IV, p. 143-144.

40 Holt M. P., The Duke of Anjou and the Politique Struggle during the Wars of Religion, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, p. 98. Muller-Diegerick, Documents concernant les relations entre le Duc d’Anjou et les Pays-Bas, Utrecht, 1889-1899, 4 vol., vol. I, p. 96. Important aussi surtout après 1580 : Duquenne F., L’entreprise du duc d’Anjou aux Pays-Bas de 1580 à 1584. Les responsabilités d’un échec à partager, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1998, pour les antécédents p. 15-17.

41 Holt, op. cit., p. 103. Les oppositions entre Orange et Lalaing sont le sujet de lettres nombreuses, comme celles de Juan de Vargas Mexia à Philippe II, le 2 août 1578, AGS, K 1549 nr. 22 (déchiffrement) et le 30 août 1578, AGS, K 1546 nr. 90 (déchiffrement).

42 Les deux hommes avaient en fait des positions modérées sur le plan politique (en 1573, il demande même au roi de révoquer le duc d’Albe), mais ils avaient prêché contre les calvinistes à Gand : Soen, Geen pardon zonder paus […], op. cit., p. 187-189.

43 Mémoires sur Emmanuel de Lalaing, Baron de Montigny […], op. cit., p. 13.

44 van der Essen L., « De Unie van Atrecht en Utrecht », Algemene Geschiedenis der Nederlanden, vol. I, p. 123 : « maar met die nuance van ‘‘erasmianisme’’ die men bij al de Nederlandse edelen van de zestiende eeuw terugvindt ».

45 En 1580, ce sont des calvinistes français qui pouvaient l’introduire à la République de Gand : Holt, op. cit., p. 130. Aussi, Van Bruaene A. L., « Spectacle and Spin for a Spurned Prince. Civic Strategies in the Entry Ceremonies of the Duke of Anjou in Antwerp, Bruges and Ghent (1582) », Journal of Early Modern History, 11, 2007, p. 263-284.

46 Pour une esquisse des interprétations à cette époque de la Pacification de Gand, Soen V., « De vreemde wendingen van de vredesmissie van Jan van Noircarmes, baron van Selles (1577-1580). Een vredesgezant worstelt met de Pacificatie van Gent », Bulletin de la Commission Royale d’Histoire, 171, 2005, p. 135-192.

47 Juan de Vargas Mexia à Philippe II, 2 août 1578, AGS, K 1549 no 22 (déchiffrement).

48 Mémoires sur Emmanuel de Lalaing, Baron de Montigny […], op. cit., p. 10.

49 Ibid., p. 7.

50 « y no haviendo diferençia en lo dela religion pues professa y quiere defender la Catholica que es el punto principal » : Juan Vargas Mexia à Don Juan, 16 août 1578, AGS, K 1546 no 82 (copie).

51 Mémoires sur Emmanuel de Lalaing, Baron de Montigny […], op. cit., p. 11.

52 Ibid., p. 20.

53 Ibid., p. 27.

54 Ibid., p. 31.

55 Willockx F., L’introduction des décrets du concile de Trente dans les Pays-Bas et dans la principauté de Liège, Louvain, 1929, p. 66-69. Voir aussi Wauters B., Recht als religie. De canonieke onderbouw van de staatsvorming in de Zuidelijke Nederlanden, Louvain, 2005, p. 176-177 ; pour les réactions d’hostilité, Weis M., « La peur du grand complot catholique. La diplomatie espagnole face aux soupçons des protestants allemands (1560-1570) », Francia. Forschungen zur Westeuropäischen Geschichte, 32, 2005, p. 15-31.

56 Soen, Geen pardon zonder paus, op. cit., p. 98-100 et, surtout chap. iii, p. 121-140.

57 Ram P. F. X. De, « Mémoire sur la part que le clergé de Belgique et spécialement les docteurs de l’université de Louvain ont prise au concile de Trente », Bulletins de la Commission Royale d’Histoire, 14, p. 4-81 et surtout Pollmann J., « Countering the Reformation in France and the Netherlands : Clerical Leadership and Catholic Violence, 1560-1585 », Past and Present, 190, 2006, p. 83-120.

58 De là naissait sa conviction que Lalaing n’était qu’un rebelle et qu’il n’avait pas agi par désespoir en négociant avec Anjou : Don Juan à Juan de Vargas Mexia, 19 août 1578, AGS, K 1546 no 84 (copie).

59 Fabio Mirto Frangipani (1514-1587) : voir Correspondance du nonce Fabio Mirto Frangipani (1568-1572 et 1586-1587), Lynn Martin A. (éd.), Acta Nuntiaturae Gallicae, XVI, Rome, 1984.

60 Juan de Vargas Mexia à Philippe II, 2 août 1578, AGS, K 1549 no 22 (déchiffrement).

61 Juan de Vargas Mexia à Philippe II, 29 août 1578, AGS, K 1546 no 89 (déchiffrement).

62 Juan de Vargas Mexia à Philippe II, 21 octobre 1578, AGS, K 1546 no 128 (déchiffrement avec annotations de Philipe II).

63 Lottin A., Lille, Citadelle de la Contre-réforme ? 1598-1668, Dunkerque, Éditions du Beffroi, 1984.

64 Juan de Vargas Mexia à Philippe II, 30 août 1578, AGS, K 1546 no 90 (déchiffrement) : « y si para esto fuese necessario yo embiaria desde aqui un jesuyta espanol, hombre activo y de negocios que se llama el Padre hernandez para que hablase largo con la Mota a boca porque çierto aunque no veo el camino que convernia y yo deseo para dar algun buen medio en lo de ally por via de paztengo por difiçilissima la de la guerra y de grandissimos inconvenientes y consequençias ».

65 Juan de Vargas Mexia à Philippe II, 1er novembre 1578, AGS, K 1546 nr. 149.

66 Possoz A., Mgr. Jean Vendeville, évêque de Tournai, 1587-1592. Notice sur le P. éleuthère du Pont, de la Compagnie de Jésus, ÉL. Lefort imprimeur-libraire, 1862, p. 85.

67 Van Nierop H. F. K., « A Beggars’ Banquet : The Compromise of the Nobility and the Politics of Inversion », European History Quarterly, 21, 1991, p. 419-443.

68 Holt M. P., op. cit., p. 114.

69 Juan de Vargas Mexia à Philippe II, 6 janvier 1579, AGS, K 1552 no 20 (déchiffrement).

70 Juan de Vargas Mexia à Philippe II, 6 janvier 1579, AGS, K 1552 no 20 (déchiffrement).

71 Le traité est repris dans Bussemaker, Afscheiding der Waalsche Gewesten, ii, p. 216, BCRH, série II, xxiii, p. 372-375 (xxii) et Diegerick, Correspondance de Valentin de Pardieu, op. cit., p. 265-267 (lxxxiv).

72 Selles, Moullart et Valhuon à Farnese, 14 avril 1579, ARA Aud 192 fol. 66 ; cf. Lefèvre, CPhII, I, 559 (974) sur les problèmes pour réconcilier le comte de Lalaing. Après, Lalaing écrit au roi pour affirmer sa réconciliation, 7 mai 1579, AGS, E 579 s. f.

73 Janssens G., « Pacification générale ou réconciliation particulière ? Problèmes de guerre et de paix aux Pays-Bas au début du gouvernement d’Alexandre Farnèse (1578-1579) », Bulletin de l’institut historique belge de Rome, 63, 1993, p. 251-278.

74 Schepper H. de, « De mentale rekonversie van de Zuidnederlandse hoge adel na de Pacificatie van Gent », Tijdschrift voor Geschiedenis, 89, 1976, p. 420-428.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540