Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le salut par les armes

 | 
Franck Mercier
, 
Ariane Boltanski

Deuxième partie. Entre l’Église et l’État : les ambivalences de la défense de la foi

La défense de la foi à l’époque hussite : l’engagement des noblesses tchèque et allemande

Robert Novotný et Pavel Soukup

Texte intégral

  • 1 Pour la plus ample synthèse sur ce problème voir Šmahel F., Die hussitische Revolution, 3 vol., Ha (...)

1En 1421, lors d’une diète tenue à Čáslav, les États du Royaume de Bohême déposèrent leur roi, Sigismond de Luxembourg. Leur principal argument était que Sigismond présentait un danger pour la vraie foi chrétienne. La guerre qu’il menait contre son royaume (qu’il avait récemment acquis) en devait être la preuve. Or Sigismond, lui aussi, se présentait comme un défenseur de la foi. Il n’hésita pas à lancer une croisade afin de pacifier le pays hérétique. Il n’est dès lors pas surprenant que la défense de la foi ait occupé la place centrale dans la rhétorique des deux parties. Mais s’agit-il seulement d’une rhétorique influencée par la tradition ecclésiastique ou les intérêts du clergé et détachée de la réalité ? Quel rôle l’idéal de la défense de la foi joua-t-il pour ceux censés former la partie décisive des armées, c’est-à-dire les nobles ? Répondre à cette question revient à se pencher sur le contexte politique, social et mental des guerres religieuses des années 1420 et 1430 en Europe centrale1.

Défendre la foi : avec ou contre l’empereur ?

  • 2 Engel P., « Ungarn und die Türkengefahr zur Zeit Sigismunds (1387-1437) », Schmidt T. et Gunst P. (...)

2Les entreprises anti-hussites furent toujours le résultat d’une politique complexe, internationale et impériale. La curie pontificale pendant le pontificat de Martin V avait pris durablement une position hostile au compromis et présentait la guerre comme le seul moyen de résoudre la question de Bohême. Le roi Sigismond, au contraire, aspirait à une solution pragmatique qui lui permettrait de reprendre le trône de son père et de son frère. Or, des négociations éventuelles avec les Hussites pouvaient remettre en cause sa propre orthodoxie et Sigismond tenait beaucoup à son image de défenseur de la foi. Cette image ne se caractérisait pas seulement par les croisades contre les Hussites tchèques mais surtout par le fait que Sigismond résista pendant plus de deux décennies à la frontière hongroise contre l’expansion ottomane2. Dès 1420, une nouvelle possibilité d’obtenir le privilège spirituel fut offerte aux combattants du Christ non seulement pour la lutte contre les musulmans mais également pour le combat contre les hérétiques tchèques dans les frontières mêmes de l’Empire.

  • 3 Moraw P., Von offener Verfassung zu gestalteter Verdichtung. Das Reich im späten Mittelalter (1250 (...)

3La décision d’engager un combat armé pour la succession au trône de Bohême obligea le roi Sigismond à mobiliser ses ressources pour la guerre sainte. Or les possibilités d’action du roi des Romains dans son Empire étaient relativement limitées au début du XVe siècle. Le soutien le plus sûr venait en général du fief familial, qui était cependant dans le cas de Sigismond le royaume de Bohême, à l’attitude ambiguë. La force de l’armée que le roi avait réussi à mettre en place dépendait ainsi du degré de loyauté de la noblesse allemande et des villes impériales. La noblesse de l’Empire était extrêmement différenciée au bas Moyen Âge. La grande noblesse englobait les princes, y compris les princes Électeurs, les comtes et les barons, la petite noblesse étant constituée des chevaliers et écuyers. Les groupes se divisaient en outre entre la noblesse immédiate, c’est-à-dire la noblesse d’Empire, et la noblesse subordonnée non directement au roi des Romains mais à un autre suzerain. Dans les différentes parties de l’Empire, les tendances au pouvoir territorial se manifestaient avec une intensité disparate. Ce pouvoir territorial transférait des parties importantes du pouvoir impérial au niveau local des principautés de l’Empire. Dans les cercles des princes les plus puissants se recrutaient les adversaires politiques du roi élu qui réclamaient leur participation au gouvernement de l’Empire3.

  • 4 Mathies C., Kurfürstenbund und Königtum in der Zeit der Hussitenkriege. Die kurfürstliche Reichspo (...)
  • 5 Kerler D. (éd.), Deutsche Reichstagsakten unter Kaiser Sigmund, 2 (1421-1426), Gotha, Friedrich An (...)

4Ceci se manifesta également dans les guerres impériales contre les Hussites. Après le fiasco de la première croisade organisée par Sigismond à l’été 1420, les princes se mirent à employer l’argument d’une défense efficace de la foi en faveur d’une conception dualiste du gouvernement de l’Empire. Le collège des Électeurs cherchait à mettre la main sur certaines fonctions réservées jusqu’ici au souverain. Déjà au printemps 1421 les Électeurs rhénans avaient négocié la campagne contre les Hussites. Vu que Sigismond lui-même avait convoqué pour avril 1421 une autre diète impériale avec un programme anti-hussite, l’initiative des Électeurs était nettement une action de concurrence4. Dans l’acte correspondant, ils justifient leur démarche par les « difficultés tracassant à l’heure actuelle la sainte foi chrétienne et notamment le Saint-Empire romain à cause de l’hérésie et l’incrédulité graves et sans égales régnant sur le royaume de Bohême5 ».

  • 6 Machilek F., « Die hussitische Forderung nach öffentlichem Gehör und der Beheimsteiner Vertrag von (...)
  • 7 Studt B., Papst Martin V. (1417-1431) und die Kirchenreform in Deutschland, Köln-Weimar-Wien, Böhl (...)
  • 8 DRTA 8, no 294 et 295, p. 344-351 ; Mathies, Kurfürstenbund, p. 137-172 ; Wefers S., Das politisch (...)
  • 9 DRTA 8, p. 347 et 345 (d’après no 294).

5Suite à d’autres défaites subies en Bohême entre 1421 et 1422, le roi Sigismond perdit en grande partie son envie pour d’autres aventures militaires. Il inclinait de plus en plus à une solution politique de la question tchèque. En profitant de l’appel constant lancé par les hussites en faveur d’une discussion publique, il misait sur un compromis dans les questions théologiques qui lui faciliterait la voie du trône de Bohême. Les premiers pourparlers sérieux furent préparés pour l’année 1424, d’autres durent suivre vers la fin des années 20 et le début des années 306. Pourtant la voie vers la négociation et la fin des guerres avec les Hussites ne fut pas facile. Le passage de la confrontation armée au dialogue fut graduel et prit plus de dix ans. Non seulement l’invincibilité militaire des Hussites y jouait son rôle mais aussi des considérations de pouvoir et des concepts politiques et ecclésiologiques. La situation politique instable était influencée non seulement par les événements en Hongrie et la position du souverain polonais et lituanien mais aussi par les intérêts de la curie pontificale. Les légats envoyés dans l’Empire étaient chargés en même temps de la réforme de l’Église et de l’organisation des croisades contre les Hussites. La guerre contre l’hérésie fut ainsi préparée dans un triangle de pouvoir formé par le roi, les Électeurs et les légats pontificaux7 ; les Électeurs s’attribuant eux-mêmes le rôle principal dans l’organisation de la guerre impériale contre les Hussites. Il leur semblait que l’activité diplomatique de Sigismond s’orientait contre les intérêts de l’Empire. Lors de la réunion des six Électeurs à Bingen en 1424 (le septième étant Sigismond lui-même en sa qualité de roi de Bohême), naquit une résolution selon laquelle, en l’absence du roi dans l’Empire, ses pouvoirs étaient délégués au collège des Électeurs8. Les représentants de l’Empire fixèrent comme objectif principal la poursuite de la lutte contre les hérétiques tchèques. Ils définirent la guerre sainte comme un devoir que Dieu lui-même leur avait confié : « Car Dieu Tout-Puissant nous en honora et nous détermina à ce que nous nous opposions dûment et avec toute force contre tout crime qui surgit au sein de la Sainte Église, de la chrétienté et du Saint Empire romain, et en particulier contre la sainte foi chrétienne, […] comme l’appartient de faire aux princes chrétiens et aux membres principaux du Saint Empire romain9… »

  • 10 Altmann W. (éd.), Eberhart Windeckes Denkwürdigkeiten zur Geschichte des Zeitalters Kaiser Sigmund (...)
  • 11 DRTA 8, no 312, p. 279.

6Il s’agit clairement d’une reprise symbolique d’un des rôles fondamentaux du souverain : la défense de l’Empire et de la foi chrétienne. Par sa réaction, Sigismond manifesta qu’il réalisait ce qui était en jeu : non seulement sa réputation mais aussi les fonctions traditionnelles de son autorité royale. Selon le chroniqueur, Sigismond « cria haut » aux ambassadeurs des Électeurs et « leur donna une réponse irascible10 ». Dans sa réponse écrite, il signala qu’il menait la lutte contre les Hussites depuis longtemps et avec des dépenses importantes et que ces dernières étaient assumées non par l’Empire romain germanique, mais par son royaume de Hongrie. Il se représente en même temps dans son rôle du défenseur de la chrétienté qui joue dans sa réponse le même rôle de légitimation que dans le mémorandum des Électeurs. Il n’hésite pas à faire observer qu’en plus de la campagne de Bohême, il affronte également les Turcs et combat dans une guerre quotidienne les « hérétiques bosniaques appelés patarins et beaucoup d’autres infidèles11 ». Malgré ces tâches épuisantes, il déclare son intention de poursuivre la lutte contre les hérétiques tchèques et appelle les princes de l’Empire à lui venir en aide dans ce combat. La défense de la vraie foi est alors une question de prestige et de rhétorique, mais revêt en même temps une plus grande importance. La guerre en Bohême est en effet considérée comme une menace pour l’Empire entier, et en tant que telle, elle devient un atout dans la controverse qui s’élève sur la question de l’identité du représentant des intérêts de l’Empire. Si les princes de l’Empire veulent se hausser au niveau de partenaires politique égaux du roi (Empereur), logiquement, ils doivent alors revendiquer aussi leur part de son rôle symbolique de défenseur de la chrétienté contre les infidèles et l’« hérésie armée ».

  • 12 Moraw, Von offener Verfassung zu gestalteter Verdichtung, p. 364.
  • 13 Kerler D. (éd.), Deutsche Reichstagsakten unter Kaiser Sigmund, 3 (1427-1431), Gotha, Friedrich And (...)
  • 14 Isenmann E., « Reichsfinanzen und Reichssteuern im 15. Jahrhundert », Zeitschrift für historische F (...)

7L’élite séculière de l’Empire germanique utilisa aussi le vide de pouvoir qui se créa à cause de l’engagement de Sigismond dans les parties périphériques de son domaine. Pendant la longue absence du roi entre 1426 et 1430, les princes entreprirent de nouvelles démarches visant à prendre l’initiative dans la guerre de l’Empire contre les Hussites12. La diète de Francfort-sur-le-Main en 1427 mit en place un impôt destiné à financer les combats contre les hérétiques jusqu’à leur extermination. Pour la première fois dans l’histoire de l’Empire, il fut instauré comme un impôt universel : outre les redevances échelonnées selon les ordres sociaux pour la noblesse et les villes et outre l’impôt sur la fortune et sur le revenu, un impôt par tête fut également infligé à tout habitant de l’Empire. Cette innovation importante était justifiée par le devoir universel de la lutte pour la foi présentée comme une obligation pour tout chrétien13. Bien que le revenu réel de l’impôt instauré ait été insignifiant, il est évident que la sainte guerre servit ici à légitimer les obligations générales infligées par la représentation de l’Empire à ses sujets. Il n’est pas fortuit que la deuxième tentative d’instaurer l’impôt universel au sein de l’Empire eut lieu en 1471 en relation avec la guerre contre les Turcs14. La défense de la foi fournissait des figures de rhétorique derrière lesquelles se dissimulaient des démarches importantes visant à renforcer davantage la participation des princes au gouvernement réel dans l’Empire.

  • 15 Hoensch J. K., Kaiser Sigismund. Herrscher an der Schwelle zur Neuzeit 1368-1437, München, C. H. Be (...)
  • 16 Sur le culte des saints des chevaliers de la cour de Sigismond voir Szakács B. Z., « Saints of the (...)
  • 17 Fejér G. (éd.), Codex diplomaticus Hungariae ecclesiasticus ac civilis, 10/4, Buda, Typographia Reg (...)
  • 18 Studničková M., « Hoforden der Luxemburger », Umění 40, 1992, p. 320-328 ; Lővei P., « Hoforden im (...)

8Dans cette situation, Sigismond fut obligé de chercher des soutiens en dehors du cercle des souverains des principautés territoriales. Sa propre capacité d’agir était limitée par un manque chronique d’argent résultant dans une grande mesure de la mauvaise volonté des princes à financer la politique du souverain dans l’Empire15. Le domaine familial des Luxembourg, le royaume de Bohême, faisant l’objet de la guerre sainte, il ne lui restait plus que les points d’appui en dehors de l’Empire : le royaume de Hongrie et avant tout le cercle des alliés étrangers et de ses collaborateurs à sa cour16. Le rôle d’intégration idéologique revint à l’ordre du Dragon. Cet ordre chevaleresque séculier avait été fondé en 1408 par Sigismond qui en concédait les insignes aux nobles et souverains loyaux qu’il souhaitait s’attacher. Parmi les membres de l’ordre, on comptait toute une série de grands seigneurs de Hongrie, d’Allemagne et de Bohême. L’acte de fondation institua expressément l’obligation de défendre la foi et les pays de Sigismond contre les épigones du dragon diabolique, c’est-à-dire les païens, les apostats et d’autres ennemis17. Lors de la confirmation de cet acte de fondation par le pape en 1433, les hérétiques eux aussi sont incontestablement mentionnés18.

  • 19 DRTA 8, no 181, p. 219-220 ; Mau H., Die Rittergesellschaften mit St. Jörgenschilg in Schwaben. Ei (...)
  • 20 Kruse H., Paravicini W. et Ranft A., Ritterorden und Adelsgesellschaften im spätmittelalterlichen (...)
  • 21 Obenaus H., Recht und Verfassung der Gesellschaften mit St. Jörgenschild in Schwaben, Göttingen, V (...)
  • 22 Moraw, Von offener Verfassung zu gestalteter Verdichtung, p. 365, Hoensch J. K., Kaiser Sigismund,(...)

9Dans l’Empire lui-même, Sigismond tâcha de conclure une alliance avec les villes impériales et la petite noblesse. En 1422, il délivra un privilège par lequel il autorisait expressément l’organisation des chevaliers en des sociétés de nobles et leur alliance avec les villes19. Cette pratique existait déjà au XIVe siècle. Les sociétés de chevaliers étaient créées pour des buts divers, de l’organisation des tournois au service mercenaire en passant par le soutien mutuel dans la défense des droits appartenant à leur ordre social et la limitation de la rancune violente (Fehde) dans une région donnée. Au XVe siècle leur rôle dans la vie politique et publique passe au premier plan. En particulier dans les régions où le pouvoir des princes territoriaux est faible, les sociétés de chevaliers devinrent un acteur politique qui s’engageait comme partenaire dans les traités locaux de paix (Landfrieden20). La plus importante de ces formations était la société des chevaliers immédiats d’Empire de Souabe, connue sous le nom de la Société à l’écu de saint Georges (Jörgenschild21). En 1430, le roi Sigismond tâcha de réunir le Jörgenschild souabe avec les chevaliers de Franconie et avec la société bavaroise de la Licorne afin de créer un contrepoids à l’influence croissante des Électeurs sur les événements dans l’Empire. Même s’il échoua, suite au désaccord d’un autre partenaire potentiel – les villes impériales –, le projet démontrait bien dans quelle direction Sigismond se cherchait un éventuel allié dans la lutte concurrentielle contre les princes22.

  • 23 Kruse, Paravicini et Ranft, Ritterorden, p. 217.
  • 24 Mau, Die Rittergesellschaften, p. 139-150 ; Schneider J., « Überregionale Integrationstendenzen im (...)
  • 25 DRTA 9, no 463, p. 625.

10Les intérêts convergents du souverain et de la petite noblesse se manifestèrent également dans le rapport de certaines sociétés de chevaliers avec la lutte contre les hussites. La lutte pour la foi est explicitement mentionnée dans l’acte constitutif de la société de la Licorne datant de 1428. Les chevaliers se sont réunis « au nom de Dieu Tout-Puissant et en l’honneur de la Vierge, mère de Dieu,… pour pouvoir résister et persévérer et venir au secours de la sainte foi chrétienne contre les hérétiques et infidèles appelés les hussites23 ». Ce ne fut que la dernière défaite de la croisade anti-hussite en 1431 qui suscita une plus grande réaction de la petite noblesse au-delà du simple cadre régional. Les représentants des sociétés de chevaliers de plusieurs régions se rencontrèrent en septembre de la même année à Windsheim et discutèrent de la défense contre les Hussites et de la conclusion d’un landfried. Le résultat en fut l’accord sur une assistance solidaire mutuelle dans le cas d’une attaque hussite et le plan d’une nouvelle campagne militaire en Bohême24. Les comtes, les barons, les chevaliers et les écuyers se plaignirent explicitement, dans le même temps, des démarches entreprises jusque-là par les princes pour la défense contre les Hussites. Les initiatives manquées des princes suscitaient des craintes parmi eux de nouvelles atteintes pouvant être portées à la « Sainte Église, au Saint Empire romain et à toute la chrétienté, notamment à la noblesse des pays allemands25 ». Les chevaliers comptaient défendre, en même temps que la foi catholique, leurs propres intérêts corporatifs. Or les négociations entamées avec les Tchèques par le concile de Bâle ôtaient toute marge d’initiative à cette action suprarégionale des chevaliers.

  • 26 Palacký F. (éd.), Urkundliche Beiträge zur Geschichte des Hussitenkrieges, 1, 1419-1428, Praha, Fr (...)
  • 27 Schneider, « Überregionale Integrationstendenzen », p. 118-120 et 130.
  • 28 Hledíková Z., « Erkinger ze Seinsheimu a husitské Čechy », Soudce smluvený v Chebu. Sborník příspě (...)

11La proposition de réconciliation de la part de l’Église fut précédée par une période d’opérations militaires intensives des deux côtés. Celles-ci entraînèrent un risque élevé principalement pour les pays allemands atteints par des attaques hussites Au début de l’année 1427 douze comtes, seigneurs, chevaliers et écuyers de la Franconie envoyèrent une lettre destinée à la chevalerie allemande en l’invitant à faire campagne dans la Bohême hussite. à l’appel de 1427 manquait l’ambition politique des sociétés analogues de la petite noblesse. Il fut rédigé lors de la diète concluant le landfried, en présence des princes et avec leur accord. Dans notre perspective, le document est intéressant parce qu’il inclue la lutte pour la foi dans le code des vertus nobles. Le texte des nobles franconiens porte des traces de la culture chevaleresque. Les auteurs invitent les intéressés à la « table ronde » ce qui place la lutte contre les Hussites dans la tradition arthurienne. Les capacités que les nobles avaient acquises lors de leur instruction chevaleresque et à l’occasion des jeux d’armes à la cour devaient être utilisées au service de la lutte pour la foi. Dans la version latine de la lettre on parle de toute l’entreprise comme d’un « tournoi spirituel » (spirituale torneamentum26). La défense de la foi y coïncide avec la vie errante et les valeurs de la noblesse. Grâce à l’analyse de Joachim Schneider, nous savons que certains des initiateurs de cette action avaient l’expérience d’entreprises passées acquises lors des voyages en Prusse pour aider l’Ordre Teutonique27. En faisait partie Erkinger de Seinsheim, un guerrier industrieux qui fit l’acquisition de plusieurs châteaux en Bohême et fut promu en 1429 pour ses mérites dans la lutte contre les hérétiques au titre de baron d’Empire28. En prenant exemple sur la lutte contre les païens dans la région baltique, la guerre contre les hérétiques d’Europe centrale, elle aussi, devint le degré suprême pour le chevalier parfait, l’occasion de manifester sa noblesse et sa prouesse. Cette source unique de 1427 rappelle ainsi que la lutte pour la défense de la foi ne fut donc pas qu’un simple prétexte dissimulant des intérêts politiques pragmatiques.

12Il est clair que la guerre sainte demeura dans la première moitié du XVe siècle un devoir incontestable, au moins au niveau rhétorique. Pour cette raison, toutes les composantes de la représentation politique de l’Empire, la petite aussi bien que la grande noblesse, l’embrassèrent avec ostentation. D’un autre côté, la défaite réelle dans la guerre hussite ou plutôt l’inaptitude à organiser une action militaire efficace contre les hérétiques plaide en faveur d’une faible volonté à se sacrifier pour la foi. Quel rôle appartint alors aux guerres hussites dans la conscience de la noblesse de l’Empire ? La menace pour l’Empire représentée par les hérétiques fonctionna certainement comme un élément de cohésion qui stimula son développement institutionnel. Dans le domaine financier et administratif, l’argument était celui de l’intérêt commun de la chrétienté et de l’Empire : tout comme la foi est un engagement pour tout individu, la contribution à sa défense est l’obligation de tout habitant de l’Empire. À l’époque du danger extérieur, les Électeurs se sentaient justifiés d’agir au nom de l’Empire, parallèlement au pouvoir royal. Ils défendirent la foi en compétition avec le roi et le pape qui considérèrent, de façon traditionnelle, que la défense de la chrétienté était leur prérogative à eux. La rhétorique de la guerre sainte servit à tous les intéressés afin de gagner du capital politique. Cela ne signifie pas nécessairement qu’il ne s’agisse là que de belles paroles car la menace physique était une réalité à l’époque. Plusieurs sociétés de la petite noblesse inclurent spontanément la lutte contre les Hussites dans leurs statuts. Si la guerre contre les infidèles s’accorde parfaitement avec les valeurs chevaleresques, elle devient parfois un argument dans la rivalité avec les princes. Dans le cas des sociétés de chevaliers, la défense de la foi appartient à l’ensemble des valeurs caractérisant le mode de vie de la noblesse : les vertus chevaleresques, la lutte pour l’Église et la foi aussi bien que la fraternité avec les égaux et la protection commune des intérêts de leur ordre social. Tout se passe comme si les tendances intégratives de l’époque hussite indiquaient d’avance l’évolution des décennies suivantes lorsque la prise de conscience nobiliaire se cristallisa dans les associations interrégionales. Dans les coalitions de défense contre les Hussites, la noblesse définissait son propre rôle d’état comme un service au profit de l’Empire.

L’attitude ambivalente de la noblesse à l’époque de la « foi double »

  • 29 Goll J. (éd.), Fontes rerum Bohemicarum, 5, Praha, Spolek historický, 1893, p. 438-442.
  • 30 Novotný R., « Die Konfessionalität des böhmischen und mährischen Adels im Zeitraum der Regierung S (...)

13Le premier jour du mois de novembre 1420, l’armée hussite et les troupes du roi Sigismond de Luxembourg s’affrontèrent à Prague près de Vyšehrad. Tandis que les hussites les plus radicaux menèrent un combat à outrance et ne firent pas de quartier à l’adversaire, leurs alliés nobles s’appliquèrent à respecter les principes chevaleresques et à mener captifs leurs ennemis lorsque ceux-ci capitulèrent. C’est ainsi une situation paradoxale qui se produisit alors quand la noblesse hussite sauva, au péril de sa vie, les nobles du camp opposé en les protégeant des armes de ses propres camarades de combat, les radicaux issus des couches inférieures de la société29. L’épisode mentionné, survenu lors de la première bataille réellement sanglante de la révolution hussite, est caractéristique de l’attitude schizophrénique de la noblesse à l’époque de la « foi double ». La noblesse est confrontée à l’exigence de défendre la foi qui contredit cependant dans de nombreuses situations les autres éléments du code de la noblesse. Dans le cas de la noblesse hussite, il s’agit entre autres de la fidélité féodale au souverain. L’affrontement de ces deux exigences entraînait un dilemme dont les nobles ne trouvèrent l’issue qu’avec beaucoup de difficulté. Bien que le roi Sigismond n’eût pas insisté au départ sur l’uniformité religieuse absolue et que les nobles hussites dans son camp eussent pu garder une certaine liberté confessionnelle, quoique limitée, c’était, à long terme, une situation intenable30.

14La problématique de la défense de la foi et des positions confessionnelles de la noblesse tchèque est dans une certaine mesure déformée par une idée développée ultérieurement selon laquelle la persévérance dans sa foi constituerait l’indice d’une valeur morale élevée. La projection de cette idée à l’époque hussite, notamment pour évaluer l’action de la noblesse, est malgré tout un anachronisme. L’identité d’un noble se fondait sur toute une série de composantes : la conscience d’un pays, l’appartenance à un ordre social, les relations familiales, l’intégration dans des liens géographiques et politiques ou la participation aux affaires publiques. Même si les positions en matière religieuse, elles aussi, faisaient partie du code de la noblesse, elles y appartinrent pendant longtemps avec une certaine évidence : la campagne contre les infidèles ou la répression des sectes hérétiques représentaient sans doute des activités qui avaient contribué à ce que la noblesse prenne conscience d’elle-même mais elles n’entraînaient pourtant pas les nobles dans un conflit intérieur avec les autres éléments de leur identité. L’adversaire était clairement défini et, dans une majorité écrasante des cas, restait un ennemi même en dehors du conflit. Ce type de raisonnement simple ne s’applique pas au cas de la noblesse tchèque de l’époque hussite. La scission confessionnelle divisa les différentes maisons nobles et même les familles, brisa ou au moins emmêla les réseaux sociaux existants où se mouvaient habituellement les nobles. Dans des campagnes contre les païens ou les hérétiques, les rôles étaient clairement répartis et la question du bien et du mal dans l’identité des défenseurs nobles de la foi ne se posait pas véritablement. Tel ne fut pas le cas pour la noblesse tchèque.

  • 31 Válka J., Husitství na Moravě. Náboženská snášenlivost. Jan Amos Komenský, Brno, Matice Moravská, (...)

15Plutôt que de défense de la foi, il est plus approprié de parler pour l’époque hussite d’une recherche de la place occupée par la foi dans le code des valeurs nobles. La noblesse était confrontée à la nécessité de se joindre à l’un des deux camps et de défendre ses positions religieuses, même si cette défense entrait souvent en conflit avec toute une série d’autres impératifs nobles. Il est facile de deviner qu’en raison de ce conflit, la défense de la foi ne s’imposa que très problématiquement dans le code des valeurs nobles. En même temps, pour une majorité écrasante de la noblesse le choix du camp confessionnel ne fut pas une question morale ou de réflexion théologique, mais en général un engagement rationnel entrepris sur la base de critères différents31. Pour la grande noblesse, ce put être la loyauté au souverain ou l’intégration dans des blocs de puissance, et pour la petite noblesse le plus souvent des raisons géographiques et politiques : la grande majorité des membres de cette couche copièrent dans les questions religieuses les positions adoptées par leurs nobles patrons.

16Dans le cas de la grande noblesse en particulier, l’adoption de la primauté de la foi sur les autres valeurs nobles fut compliquée par le fait que la nouvelle configuration de pouvoir affaiblissait son poids sur l’échiquier politique. Tandis qu’à l’époque pré-hussite, une segmentation horizontale prévalait dans la société et que la noblesse en constituait l’élément hégémonique incontestable, dans l’époque hussite, la société se divisa aussi verticalement suite à la scission religieuse, et la noblesse perdit sa position privilégiée. La nécessité de former les coalitions sur la base religieuse rapprocha des groupes différents mais pourtant confessionnellement homogènes ce qui se refléta dans le rôle croissant de l’ordre bourgeois et même paysan. L’épisode mentionné de la bataille de Vyšehrad en témoigne. La grande noblesse des deux camps chercha à échapper à cette nouvelle constellation et à reprendre en main le pouvoir. Cet intérêt commun relégua naturellement les différences dogmatiques au second plan, la preuve en étant les avances perpétuelles que se faisaient les grands seigneurs des deux camps.

  • 32 Novotný R., « Die Konfessionalität ».

17Bien que le fait de se revendiquer comme appartenant à l’un des camps ait été une expérience historique nouvelle pour les nobles, afin de comprendre correctement leurs motivations, il est nécessaire de mentionner un trait évolutif fondamental de ce groupe social. Même s’ils étaient, dans l’ordre social, homogènes, les nobles tchèques furent presque toujours divisés en deux camps politiques. Le critère politique avait pu être l’appartenance à la noblesse du pays ou de la cour, ou les liens familiaux de longue date qui jouaient également un certain rôle de même que le poids des formations territoriales. Cette rivalité avait bien entendu pour leitmotiv la participation au pouvoir. Lorsque deux alliances de nobles se créèrent après la mort de Jean Hus en 1415, présage des futurs camps catholique et hussite, leur formation fut influencée non seulement par l’attitude face à la doctrine du prédicateur réformiste, mais également par les liens familiaux et politiques de longue durée32. La scission réformiste ne fut ainsi pas forcément la cause, mais plutôt le catalyseur d’une nouvelle distribution du pouvoir politique. Même si les deux camps fondaient leur rhétorique sur la défense de la foi, en réalité il s’agissait d’un étendard sous lequel ils tâchèrent de mobiliser leurs forces.

  • 33 Šmahel, Hussitische Revolution, 2, p. 930-936.
  • 34 Novotný V., Hus v Kostnici a česká šlechta, Praha, Společnost přátel starožitností českých, 1915, (...)
  • 35 Baletka T., « Nižší šlechta z moravského severovýchodu ve stížných listech proti upálení Mistra Ja (...)
  • 36 Sur le manifeste précédent des nobles en soutien de Jean Hus voir Šmahel, Hussitische Revolution, (...)
  • 37 Klassen J. M., « The Czech Nobility’s Use of the Right of Patronage on Behalf of the Hussite Refor (...)

18L’activité de la noblesse au cours de la période de scission religieuse sera mieux discernable si nous observons les deux partis confessionnels séparément. Commençons avec la noblesse hussite. La première action essentielle entreprise pour la défense de la foi fut la lettre de protestation contre l’exécution par le feu de Jean Hus à Constance signée par 452 nobles de Bohême et de Moravie33. En dépit du contexte dogmatique de la lettre de protestation, il faut souligner qu’il s’agit avant tout d’une action politique car les délibérations du concile de Constance étaient perçues comme un « outrage au royaume de Bohême et au margraviat de Moravie34 ». En plus, presque 90 % de signataires étaient des membres de la petite noblesse qui dans une majorité écrasante exprimaient par leur signature non seulement une position religieuse mais aussi l’acquiescement à la volonté des seigneurs, leurs patrons35. Or, outre les déclarations solennelles36, les nobles hussites appuyèrent le mouvement réformiste principalement en profitant de leur droit de patronage et en investissant sur leurs paroisses des prêtres utraquistes. Bien que le concile de Constance se fût appliqué, par ses interdictions, à empêcher le mouvement hussite de se répandre, ce fut justement le soutien de la noblesse au niveau du réseau paroissial qui lui assura un développement sans opposition37.

  • 38 Altmann (éd.), Eberhart Windeckes Denkwürdigkeiten, p. 130. Raková I., « Čeněk z Vartenberka 1400- (...)

19Le programme des réformes de l’Église vers la fin du règne de Venceslas IV (1419) se radicalisait toujours plus, et au moment de sa mort, quand la révolution éclata en plein jour, survinrent des transformations importantes de la société qui reléguèrent la noblesse au second plan. Pour les chefs de la noblesse hussite, la radicalisation du mouvement présentait pourtant les mêmes risques que l’activité du camp catholique. Leur objectif fut d’obtenir la reconnaissance du programme réformateur sous sa forme modérée et avec l’accord du prince héritier, Sigismond de Luxembourg. Un dilemme fatal s’incarne dans le plus haut fonctionnaire du pays, Čeněk de Vartenberk, qui fréquentait la cour de Sigismond où, quoique professant la doctrine hussite et communiant sous les deux espèces, il obtint l’ordre du Dragon, conféré d’habitude, comme nous l’avons vu, pour la défense de la foi38 ! Même s’il rompit temporairement ses liens avec Sigismond après la proclamation de la première croisade, il revint vers lui au moment où le roi lui promit que jusqu’à la résolution de la question religieuse, il lui garantissait la liberté d’appliquer le programme hussite sur ses domaines. Čeněk ne pouvait cependant pas deviner que l’Église ne s’intéresserait sérieusement à ces questions qu’après les défaites catastrophiques des cinq croisades.

20La radicalisation du mouvement, la relation problématique au souverain et la vision de la croisade contribuèrent à ce que les rangs de la noblesse hussite se soient considérablement éclaircis au début de la révolution, la participation de la grande noblesse à la défense contre la croisade étant minimale. Les succès militaires de l’union bourgeoise de Prague et des troupes de la commune révolutionnaire récemment fondée à Tábor rendirent néanmoins l’adhésion au hussitisme beaucoup plus intéressante : la raison n’en était pas tant le programme religieux que la possibilité offerte d’enrichissement et d’ascension sociale. Cette perspective fascinante s’ouvrait avant tout aux membres de la petite noblesse, pourvu qu’ils fussent des combattants chevronnés. Des membres notables de la grande noblesse embrassèrent cependant aussi le hussitisme, sous la pression, principalement dans des régions à prédominance hussite : c’était pour eux la seule possibilité de maintenir leur fortune.

21L’Église catholique s’attendait à ce qu’après la défaite décisive des Hussites radicaux à la bataille de Lipany face aux Hussites modérés alliés aux catholiques, la noblesse hussite fût ramenée au sein de l’Église romaine. Or, ses espoirs s’avérèrent vains. La noblesse calixtine resta fidèle au programme hussite des quatre articles de Prague et parvint à imposer légalement la double foi comme loi principale du pays (les Compactata). La défense de la foi devint ensuite, notamment pour les membres les plus importants de la petite noblesse, la raison d’être de l’activité publique qu’ils eurent par la suite, car justement la défense du programme hussite leur permettait de participer aux débats politiques de l’époque postrévolutionnaire.

  • 39 Pour la plus ample synthèse sur l’activité des partisans du roi voir le manuscrit de la thèse Kavk (...)

22La noblesse catholique resta majoritaire pendant toute la durée du conflit religieux mais elle ne parvint néanmoins pas à former une unité efficace, capable de briser le pouvoir des armées hussites. Il est intéressant de constater que les catholiques ne se posaient pas tellement en défenseurs de l’Église romaine, mais plutôt, en partie, du roi Sigismond de Luxembourg. La noblesse catholique comprenait la lutte contre les Hussites en premier lieu non pas comme la défense de la foi mais comme le service du souverain : service pour lequel elle se fait d’ailleurs bien payer. Sa volonté de lutter contre les Hussites est ainsi directement proportionnelle à la volonté de Sigismond de récompenser cette activité. Alors que la défense de la foi faisait son apparition dans la rhétorique, le roi engagea la noblesse catholique de Bohême d’une façon qui correspond parfaitement aux standards du mercenariat du bas Moyen Âge. Un phénomène paradoxal survint ainsi à l’époque des croisades. Tandis que les contingents de l’Empire devaient financer la lutte contre les Hussites principalement sur leurs propres fonds, la noblesse catholique du pays, dont l’intérêt principal aurait dû être la défaite des Hussites, se fit payer pour sa participation aux combats par Sigismond de Luxembourg. Aussi, pendant toute la durée des guerres, aucune action militaire indépendante importante de l’ensemble de la noblesse catholique ne fut menée. Elle s’engagea certes contre les Hussites dans des combats locaux, mais pour les grandes actions, elle n’agit qu’en tant que partie intégrante de l’armée de Sigismond de Luxembourg39.

  • 40 Palacký F. (éd.), Archiv český, 6, Praha, Fridrich Tempsky, 1872, p. 402-403 ; Jánský J., Chronik (...)

23Le souverain paya ses créances envers la noblesse catholique principalement avec des gages sur les biens de la couronne et de l’église. Il est symptomatique que dans la question de l’interdiction du pouvoir séculier de l’église, un des quatre points principaux du programme hussite, les nobles catholiques aient accordé leur consentement tacite à leurs adversaires. Les deux camps participèrent activement à la sécularisation des biens ecclésiastiques. Tandis que les hussites procédaient à leur confiscation forcée, les catholiques s’en emparaient d’une manière moins drastique : par le biais de gages de la part du roi ou d’une protection prétendue des biens ecclésiastiques contre les hussites. Les possibilités de payement et de gages dont disposait Sigismond s’épuisèrent pourtant au bout de quelques années et avec elles diminua la volonté de la noblesse royaliste de lutter contre les adversaires hussites. Malgré l’insistance de Sigismond, la noblesse catholique conclut toujours plus souvent des trêves avec les Hussites et répondit aux reproches du roi par l’argument d’épuisement économique total. Ils s’efforcèrent de trouver, avant tout dans les milieux impériaux, de nouveaux moyens pour poursuivre les combats et d’accaparer le Hussengeld collecté pour financer la lutte contre les hérétiques40. La noblesse catholique contribua ainsi à la volonté des agents impériaux d’accroître les dépenses de combat contre les Hussites, involontairement ou intentionnellement, précisément par sa politique de compromis. Les trêves conclues dégageaient les forces des troupes hussites pour des invasions hors des frontières, et ainsi le parti catholique transféra-t-il le poids de la guerre en dehors des pays de Bohême. En même temps, il sensibilisait le public de l’Empire à la question hussite.

  • 41 Rynešová B. (éd.), Listář a listinář Oldřicha z Rožmberka 1418-1462, 1, Praha, Československý stát (...)
  • 42 Kavka, Strana Zikmundova, p. 75-76.

24L’assistance accordée par l’Empire devait se présenter, aux yeux de la noblesse catholique, sous la forme d’un soutien financier de son action, et non pas sous celle d’une intervention militaire, et notamment de croisades. Sigismond avait beau chercher à argumenter pour avoir son soutien, comme dans le cas du seigneur catholique le plus puissant, Oldřich de Rožmberk, auquel il dit que les armées de croisés « seront pour toi et tous nos loyaux [sujets] d’un tel appui et réconfort que non seulement tu te défendras avec succès contre tes ennemis mais tu pourras aussi leur causer de grands dégâts41 ». En vain. Les partisans tchèques de l’Église romaine refusèrent l’aide proposée par les contingents impériaux pour la défense de la foi catholique pour plusieurs raisons. Tout d’abord, il s’agissait d’une ingérence dans le droit du pays dont la noblesse, sans regard à son appartenance religieuse, se sentait être le garant. Dans le cas du franchissement des frontières par l’armée d’intervention, la conscience patriotique de la noblesse catholique l’emporta sur sa conscience confessionnelle. Un rôle non moins important fut joué par la crainte de voir, dans le cas d’une défaite des Hussites par une armée étrangère, la position de la noblesse catholique menacée face au roi dans sa lutte pour le dualisme de pouvoir dans le pays. Cette lutte s’efface à première vue à l’époque hussite, mais elle est cependant toujours présente de manière latente. Pour renforcer ses propres positions, la noblesse catholique avait besoin de ce que Sigismond accéda au pouvoir grâce à ses services. Autrement, non seulement elle n’obtiendrait qu’une part mineure de l’ensemble des gages royaux et ecclésiastiques, mais l’influence des membres de la cour de Sigismond sur les affaires de Bohême s’accroîtrait aussi sans doute, et le souverain aurait les mains libres dans la question de la distribution des offices importants du pays42.

  • 43 Altmann (éd.), Eberhart Windeckes Denkwürdigkeiten, p. 110, 133 ; Goll (éd.), Fontes, 5, p. 369.
  • 44 La description de ces rancunes frontalières est donnée par Jánský, Chronik, 2.

25Ces deux lignes n’apparaissent qu’avant 1420, quand les catholiques tchèques insistent au cours de la première croisade de Prague sur sa dissolution en promettant qu’ils conquerront eux-mêmes la capitale pour le roi Sigismond. C’était, bien entendu, une promesse alléchante pour le prince héritier car il était conscient des conséquences politiques qu’aurait eues la prise de Prague par la force. À en croire les témoignages des chroniqueurs, l’insistance de la noblesse tchèque fut aussi la raison principale pour laquelle Sigismond mit finalement un terme à la croisade43. Même au cours des croisades suivantes, la noblesse catholique se tint à l’écart, parfois même elle ne dénonça pas les trêves conclues avec les adversaires et facilita ainsi pour les Hussites la lutte contre les croisés. Pendant les quatrième (1427) et cinquième (1431) croisades en particulier, une autre raison pertinente vient encore ajouter à l’opposition de la noblesse catholique tchèque à une assistance militaire étrangère. En dépit de toutes les tentatives de maintenir la discipline, les troupes de croisés au cours des pillages ne distinguaient pas entre les biens des seigneurs hussites et catholiques. De nombreux catholiques de la Bohême de l’Ouest, région d’activité du groupe royaliste le plus important, le landfried de Pilsen, reléguèrent la lutte contre les Hussites au second plan et concentrèrent leurs activités sur des invasions de représailles dans les régions limitrophes de la Bavière. Ce n’est pas par hasard qu’en relatant les pillages, les chroniqueurs locaux ne font même plus la différence entre les Hussites et les catholiques qui s’allièrent d’ailleurs pour certaines expéditions44 ! Le chef du landsfried de Pilsen pour de longues années, Hynek Krušina de Švamberk, ne participa même plus aux rencontres-clés de la fin des guerres, notamment à la bataille de Lipany (1434), parce qu’il réglait des comptes hors des frontières du pays.

  • 45 Caro J., « Liber cancellariae Stanislai Ciolek. Ein Formelbuch der polnischen Königskanzlei aus de (...)
  • 46 Šmahel F., « Pax externa et interna : Vom Heiligen Krieg zur Erzwungenen Toleranz im hussitischen (...)

26La noblesse catholique aussi bien que hussite eut le même objectif au début du conflit armé : celui d’« éradiquer la secte de Wyclif (c’est à dire le hussitisme radical) sans bruit et sans force militaire étrangère45 ». Les chefs de la noblesse hussite espéraient l’imposition d’un programme réformiste modéré par le biais d’une entente avec l’église, idée qui s’avéra illusoire. Il fallut une décennie de succès militaires, remportés avant tout grâce à la « secte de Wyclif », pour amener les représentants de l’église romaine à un compromis dont le résultat correspondait au programme hussite modéré. Sans assistance extérieure, mais non sans bruit, la coalition de la noblesse hussite et catholique parvint à briser le pouvoir des radicaux dans la bataille de Lipany en 1434 et à retrouver, malgré les différences dogmatiques, l’unité au sein de leur ordre social, objectif qui n’est atteint définitivement qu’en 1485 avec la réconciliation religieuse de Kutná Hora46.

  • 47 Cet article a été mené à bien grâce au soutien de l’Académie des Sciences de la République tchèque (...)

27Cette réflexion sommaire sur la participation des noblesses tchèque et allemande aux guerres religieuses de l’époque hussite montre que la défense de la foi ne fut qu’une partie d’un ensemble complexe de valeurs et d’intérêts. Bien que la lutte pour la foi en tant que partie intégrante du code chevaleresque fût restée en vigueur même au XVe siècle, l’engagement concret des nobles dépendait de facteurs nombreux. Se manifestèrent dans l’organisation de la guerre contre les hussites des intérêts et ambitions divers : ceux non seulement du roi et de la curie, mais également ceux de la noblesse princière ainsi que de la petite noblesse regroupée dans des sociétés de chevaliers. S’approprier le rôle du défenseur du Saint Empire contre l’ennemi de la foi apportait aux sociétés de nobles à tous les niveaux un prestige politique bien venu. La rhétorique de la guerre sainte devint alors un atout non négligeable dans le jeu de la conception dualiste du pouvoir, partagé avec le souverain. La noblesse du royaume de Bohême disposa, elle aussi, d’un programme politique comparable. La situation y fut pourtant encore plus compliquée suite à la scission religieuse. Lutter pour la foi signifia pour les nobles lutter contre les membres de la communauté de leur propre pays. Or, l’intérêt commun à leur ordre social parvint souvent à surmonter le schisme dogmatique. La noblesse hussite participa ainsi à la lutte contre l’aile radicale du hussitisme, la noblesse catholique hésitant, à son tour, à rejoindre la croisade contre le pays qu’elle se sentait représenter. Aussi la loyauté au souverain ou les liens familiaux jouèrent-ils un rôle plus important que la foi. Même à l’époque des guerres religieuses, la société noble continuait à prendre en compte les précautions traditionnelles de la politique et les valeurs éthiques, qui pouvaient considérablement affaiblir leur enthousiasme pour la lutte pour la foi47.

Notes

1 Pour la plus ample synthèse sur ce problème voir Šmahel F., Die hussitische Revolution, 3 vol., Hannover, Hahnsche Buchhandlung, 2002, coll. « Schriften der Monumenta Germaniae Historica », 43.

2 Engel P., « Ungarn und die Türkengefahr zur Zeit Sigismunds (1387-1437) », Schmidt T. et Gunst P. (dir.), Das Zeitalter König Sigismunds in Ungarn und im Deutschen Reich, Debrecen, Debrecen University Press, 2000, p. 55-71.

3 Moraw P., Von offener Verfassung zu gestalteter Verdichtung. Das Reich im späten Mittelalter (1250-1490), Berlin, Propyläen, 1985, coll. « Propyläen Geschichte Deutschlands », 3, p. 66-78.

4 Mathies C., Kurfürstenbund und Königtum in der Zeit der Hussitenkriege. Die kurfürstliche Reichspolitik gegen Sigmund im Kraftzentrum Mittelrhein, Mainz, Gesellschaft für Mittelrheinische Kirchengeschichte, 1978, p. 52-55 ; Studt B., « Zwischen Kurfürsten, Kurie und Konzil. Die Hussitenpolitik König Sigismunds », Pauly M. et Reinert F. (dir.), Sigismund von Luxemburg. Ein Kaiser in Europa, Mainz am Rhein, Philipp von Zabern, 2006, p. 113-125.

5 Kerler D. (éd.), Deutsche Reichstagsakten unter Kaiser Sigmund, 2 (1421-1426), Gotha, Friedrich Andreas Perthes, 1883, coll. « Deutsche Reichstagsakten », Ältere Reihe 8 (= DRTA 8), no 8, p. 13.

6 Machilek F., « Die hussitische Forderung nach öffentlichem Gehör und der Beheimsteiner Vertrag von 1430 », Pánek J., Polívka M. et Rejchrtová N. (dir.), Husitství – reformace – renesance. Sborník k 60. narozeninám Františka Šmahela, Praha, Historický ústav, 1994, p. 503-527.

7 Studt B., Papst Martin V. (1417-1431) und die Kirchenreform in Deutschland, Köln-Weimar-Wien, Böhlau, coll. « Beihefte zu J. F. Böhmer, Regesta Imperii », 23, 2004, p. 478-704.

8 DRTA 8, no 294 et 295, p. 344-351 ; Mathies, Kurfürstenbund, p. 137-172 ; Wefers S., Das politische System Kaiser Sigmunds, Stuttgart, Steiner, 1989, p. 111-126.

9 DRTA 8, p. 347 et 345 (d’après no 294).

10 Altmann W. (éd.), Eberhart Windeckes Denkwürdigkeiten zur Geschichte des Zeitalters Kaiser Sigmunds, Berlin, Gaertner, 1893, p. 176.

11 DRTA 8, no 312, p. 279.

12 Moraw, Von offener Verfassung zu gestalteter Verdichtung, p. 364.

13 Kerler D. (éd.), Deutsche Reichstagsakten unter Kaiser Sigmund, 3 (1427-1431), Gotha, Friedrich Andreas Perthes, coll. « Deutsche Reichstagsakten », Ältere Reihe 9 (= DRTA 9), no 72, 1887, p. 92.

14 Isenmann E., « Reichsfinanzen und Reichssteuern im 15. Jahrhundert », Zeitschrift für historische Forschung 7, 1980, p. 1-76 et 129-218 (ici p. 154-160).

15 Hoensch J. K., Kaiser Sigismund. Herrscher an der Schwelle zur Neuzeit 1368-1437, München, C. H. Beck, 1996, p. 507-519.

16 Sur le culte des saints des chevaliers de la cour de Sigismond voir Szakács B. Z., « Saints of the Knights – Knights of the Saints : Patterns of Patronage at the Court of Sigismund », Pauly et Reinert (dir.), Sigismund von Luxemburg, p. 319-330.

17 Fejér G. (éd.), Codex diplomaticus Hungariae ecclesiasticus ac civilis, 10/4, Buda, Typographia Regiae Universitatis Hungaricae 1841, p. 682-694 (ici p. 684).

18 Studničková M., « Hoforden der Luxemburger », Umění 40, 1992, p. 320-328 ; Lővei P., « Hoforden im Mittelalter, unter besonderer Berücksichtigung des Drachenordens », Takács I. (dir.), Sigismundus Rex et Imperator. Kunst und Kultur zur Zeit Sigismunds von Luxemburg 1387-1437, Mainz, Philipp von Zabern, 2006, p. 251-263.

19 DRTA 8, no 181, p. 219-220 ; Mau H., Die Rittergesellschaften mit St. Jörgenschilg in Schwaben. Ein Bietrag zur Geschichte der deutschen Einungsbewegung im 15. Jahrhundert, 1, Stuttgart, W. Kohlhammer, 1941, p. 48-59.

20 Kruse H., Paravicini W. et Ranft A., Ritterorden und Adelsgesellschaften im spätmittelalterlichen Deutschland. Ein systematisches Verzeichnis, Frankfurt am Main, Peter Lang, 1991 ; Ranft A., Adelsgesellschaften. Gruppenbildung und Genossenschaft im spätmittelalterlichen Reich, Sigmaringen, Thorbecke, 1994.

21 Obenaus H., Recht und Verfassung der Gesellschaften mit St. Jörgenschild in Schwaben, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1961 ; Kruse, Paravicini et Ranft, Ritterorden, p. 202-217.

22 Moraw, Von offener Verfassung zu gestalteter Verdichtung, p. 365, Hoensch J. K., Kaiser Sigismund, p. 521 ; Ranft, Adelsgesellschaften, p. 215.

23 Kruse, Paravicini et Ranft, Ritterorden, p. 217.

24 Mau, Die Rittergesellschaften, p. 139-150 ; Schneider J., « Überregionale Integrationstendenzen im deutschen Niederadel. Zwei Briefzeitungen von 1427 und die Auseinandersetzungen der Hussitenzeit », Rödel D. et Schneider J. (dir.), Strukturen der Gesellschaft im Mittelalter. Interdisziplinäre Mediävistik in Würzburg, Wiesbaden, Reichert, 1996, p. 115-139 (ici p. 132-139).

25 DRTA 9, no 463, p. 625.

26 Palacký F. (éd.), Urkundliche Beiträge zur Geschichte des Hussitenkrieges, 1, 1419-1428, Praha, Friedrich Tempsky, 1873, p. 478-484 (citation p. 480).

27 Schneider, « Überregionale Integrationstendenzen », p. 118-120 et 130.

28 Hledíková Z., « Erkinger ze Seinsheimu a husitské Čechy », Soudce smluvený v Chebu. Sborník příspěvků přednesených na symposiu k 550. výročí, Praha, Panorama, 1982, s. 79-87.

29 Goll J. (éd.), Fontes rerum Bohemicarum, 5, Praha, Spolek historický, 1893, p. 438-442.

30 Novotný R., « Die Konfessionalität des böhmischen und mährischen Adels im Zeitraum der Regierung Sigismunds von Luxemburg », Hruza K. (dir.), Kaiser Sigismund († 1437). Herrschaftspraxis, Urkunden und Rituale (en cours d’impression). Sur l’évolution de la noblesse à l’époque hussite voir Klassen J. M., The Nobility and the Making of the Hussite Revolution, New York, Columbia University Press, 1978 ; Mezník J., « Der böhmische und mährische Adel im 14. und 15. Jahrhundert », Bohemia, 28, 1988, p. 69-91.

31 Válka J., Husitství na Moravě. Náboženská snášenlivost. Jan Amos Komenský, Brno, Matice Moravská, 2005, p. 48-49.

32 Novotný R., « Die Konfessionalität ».

33 Šmahel, Hussitische Revolution, 2, p. 930-936.

34 Novotný V., Hus v Kostnici a česká šlechta, Praha, Společnost přátel starožitností českých, 1915, p. 59-65.

35 Baletka T., « Nižší šlechta z moravského severovýchodu ve stížných listech proti upálení Mistra Jana Husa », Táborský archiv 9, 1999, p. 15-48. Šmahel, Hussitische Revolution, 2, p. 935.

36 Sur le manifeste précédent des nobles en soutien de Jean Hus voir Šmahel, Hussitische Revolution, 2, p. 926-928.

37 Klassen J. M., « The Czech Nobility’s Use of the Right of Patronage on Behalf of the Hussite Reform Movement », Slavic Review 34, 1975, p. 341-359.

38 Altmann (éd.), Eberhart Windeckes Denkwürdigkeiten, p. 130. Raková I., « Čeněk z Vartenberka 1400-1425. Příspěvek k úloze panstva v husitské revoluci », Sborník historický, 28, 1981, p. 57-99.

39 Pour la plus ample synthèse sur l’activité des partisans du roi voir le manuscrit de la thèse Kavka F., Strana Zikmundova v husitské revoluci, Praha, Filosofická fakulta Karlovy university, 1947. Quelques résultats ont été publiés dans Kavka F., Poslední Lucemburk na českém trůně. Králem uprostřed revoluce, Praha, Mladá fronta, 1998.

40 Palacký F. (éd.), Archiv český, 6, Praha, Fridrich Tempsky, 1872, p. 402-403 ; Jánský J., Chronik der böhmisch-bayerischen Grenze, 2, Domažlice, Nakladatelství Českého lesa, 2001, p. 68, 91. Le contexte des croisades est donné par Bezold F., König Sigmund und die Reichskriege gegen die Husiten, 1-3, München, Theodor Ackermann, 1872-1877.

41 Rynešová B. (éd.), Listář a listinář Oldřicha z Rožmberka 1418-1462, 1, Praha, Československý státní ústav historický, 1929, p. 46.

42 Kavka, Strana Zikmundova, p. 75-76.

43 Altmann (éd.), Eberhart Windeckes Denkwürdigkeiten, p. 110, 133 ; Goll (éd.), Fontes, 5, p. 369.

44 La description de ces rancunes frontalières est donnée par Jánský, Chronik, 2.

45 Caro J., « Liber cancellariae Stanislai Ciolek. Ein Formelbuch der polnischen Königskanzlei aus der Zeit der husitischen Bewegung », Archiv für österreichische Geschichte 52, 1875, p. 155.

46 Šmahel F., « Pax externa et interna : Vom Heiligen Krieg zur Erzwungenen Toleranz im hussitischen Böhmen (1419-1485) », Patschovsky A. et Zimmermann H. (dir.), Toleranz im Mittelater, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag, 1998, coll. « Vorträge und Forschungen », 45, p. 221-273.

47 Cet article a été mené à bien grâce au soutien de l’Académie des Sciences de la République tchèque dans le cadre du projet M300090903 « La réforme et les Compactata : nouvelles configurations du pouvoir séculier et ecclésiastique à l’époque du concile de Bâle ». Les passages sur la noblesse tchèque ont été rédigés par Robert Novotný, ceux sur la noblesse allemande par Pavel Soukup. Nous remercions Jana Žůrková et Nicolas Richard pour la traduction et la correction.

Auteurs

Centre d’études médiévales, Institut de Philosophie des sciences de la République tchèque, Prague
Centre d’études médiévales, Institut de Philosophie des sciences de la République tchèque, Prague

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540