Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le salut par les armes

 | 
Franck Mercier
, 
Ariane Boltanski

Deuxième partie. Entre l’Église et l’État : les ambivalences de la défense de la foi

La noblesse contre les sorcières : vengeance privée ou défense de la foi ? L’exemple des Saveuses dans la Vauderie d’Arras

Franck Mercier

Texte intégral

1Célébré à Lille le 17 février 1454, le fastueux banquet du Faisan au cours duquel le puissant duc de Bourgogne, Philippe le Bon (1419-1467), devait solennellement prononcer son vœu de croisade, fut marqué par une singulière mise en scène : sous la conduite d’un Sarrazin géant, un éléphant revêtu de soie verte se présenta devant la cour. Il était surmonté d’une tour depuis laquelle un courtisan, travesti en religieuse, prononça une harangue à l’adresse du duc et de sa « noble compaignie » :

  • 1 De La Marche O., Mémoires, H. Beaune et J. d’Arbaumont (éd.), Paris, 1883-1888, t. 2, livre I, ch. (...)

« Oyez mes plaintz vous tous ou je ravise.
Secourez moy, sans le mectre en feintise ;
Plourez mes maulx ; car je suis Saincte église1 »…

2Et cette incroyable figuration allégorique de « notre mere Saincte église » tyrannisée par le Grand Turc d’implorer le duc et sa noblesse de lui porter secours…

  • 2 Paviot J., Les ducs de Bourgogne, la croisade et l’Orient (fin du XIVe s.-XVe s.), Presses de l’un (...)
  • 3 Lacaze Y., « Philippe le Bon et le problème hussite : un projet de croisade bourguignon en 1428-14 (...)

3À la cour de Bourgogne, à l’apogée du principat de Philippe le Bon, la défense de la foi par la noblesse se donne ainsi volontiers en spectacle. Mais si cette défense grandiloquente de l’orthodoxie s’identifie pour l’essentiel au chimérique projet de croisade bourguignon, elle ne s’y réduit pas non plus entièrement. Ce serait une erreur de réduire le programme ducal de défense de la foi à la seule croisade contre le Grand Turc. Parallèlement à ce puissant discours de croisade qui occupe et occupera encore pendant quelques années le devant de la scène curiale et diplomatique2, se développe un autre discours moins spectaculaire sans doute mais très réel qui, toujours au nom de la défense de la foi, prend pour cible d’autres adversaires plus immédiatement accessibles que les Turcs : les hérétiques reconnus et identifiés comme tels (et il convient ici de rappeler que bien avant le Banquet du Faisan, les premiers projets de croisade de Philippe le Bon s’orientaient plutôt vers la Bohême des Hussites3) ou encore contre cette nouvelle forme d’hérésie apparue au XVe siècle, celle des sorciers et des sorcières adorateurs du diable.

La Vauderie d’Arras : affaire de foi ou règlement de compte nobiliaire ?

  • 4 Sur cette affaire, nous nous permettons de renvoyer à Mercier F., La Vauderie d’Arras. Une chasse (...)
  • 5 Du Clercq J., Mémoires, F. de Reiffenberg (éd.), Bruxelles, 1823. Sur les problèmes de sources sou (...)

4Si les premières épidémies de procès en sorcellerie sévissent bien dans l’espace alpin, sur les rives savoyardes du lac Léman ou les hautes vallées dauphinoises, elles ne tardent pas à contaminer, dès les années 1450, les régions les plus méridionales des états de Philippe le Bon (comté et duché de Bourgogne surtout). De ces confins bourguignons, la persécution anti-sorcière se déplace progressivement vers le nord des possessions ducales pour atteindre son paroxysme vers 1460 avec la grande Vauderie d’Arras4. La capitale de l’Artois fut en effet le théâtre principal de l’une des plus féroces chasses aux sorcières de la fin du Moyen âge. Inaugurée au mois de novembre 1459, la persécution aboutit à la condamnation d’une trentaine d’hommes et de femmes, appartenant à tous les états de la société, ainsi qu’à un scandale retentissant dont l’écho fut encore accentué par un procès en appel devant le Parlement de Paris. Ce dernier rendit en 1469 un premier arrêt qui revenait, pour l’essentiel, à désavouer les juges d’Arras. L’affaire se prolongea, à travers maints rebondissements, jusqu’en 1491 où le pouvoir royal, après avoir conquis l’Artois, imposa enfin sa solution autant par la force que par le droit : un nouvel arrêt du Parlement obtint la « réhabilitation » des victimes et surtout l’annulation de la procédure de 1459-1460 dont tous les actes furent alors solennellement lacérés et brûlés. Il est cependant possible de se faire une idée assez précise de la répression grâce à d’autres sources indirectes, en particulier l’ample récit d’un chroniqueur contemporain des faits, le mémorialiste Jacques Du Clercq5.

5Il s’agit bien, au moins au départ de l’enquête, d’une « affaire de foi » dont la responsabilité incombe principalement à l’église. Pour autant qu’on puisse le savoir, le déclenchement de la procédure d’enquête, à l’automne 1459, émane de la volonté de l’inquisiteur dominicain d’Arras d’exploiter judiciairement les aveux d’un obscur ermite, préalablement jugé et condamné pour sorcellerie à Langres. C’est ainsi que l’inquisiteur, en étroite concertation avec l’ordinaire du lieu (en l’occurrence les vicaires de l’évêque), fit procéder, sur la base des aveux de cet ermite, à l’arrestation puis aux interrogatoires d’une dizaine d’accusés pour la plupart raflés dans les milieux de la prostitution.

  • 6 Caron M.-T., « Jean de Bourgogne, comte d’étampes, en 1437-1438 : un prince dans les allées du pou (...)
  • 7 Du Clercq J., op. cit., IV, ch. 9, p. 42.
  • 8 Paris, Archives Nationales, X/2a/28, f. 388r°, 2 juin 1461.
  • 9 Beuzart P., Les Hérésies pendant le Moyen âge et la Réforme, Le Puy, 1912, p. 79.

6Il reste que la persécution ne réussit véritablement à prendre son essor, c’est-à-dire aussi à atteindre des cibles situées plus haut dans l’échelle sociale, qu’avec l’appui déterminé de certains pouvoirs séculiers. À cet égard, le rôle du comte d’Etampes, Jean de Bourgogne, s’avère crucial. Ce personnage très puissant, apparenté à Philippe le Bon, évoluait depuis longtemps dans les hautes sphères du pouvoir6. Il exerçait alors, pour le compte du duc de Bourgogne, la charge de capitaine général de Picardie et d’Artois. Ce parfait représentant de la haute noblesse d’état apporta un soutien décisif à la cause des juges d’Arras obsédés par le péril sorcier. Dès avant que le tribunal ecclésiastique ait rendu sa première sentence de condamnation, en date du 9 mai 1460, il intervint personnellement auprès des vicaires de l’évêque pour encourager la persécution. À la demande de certains juges, il se rendit même sur les lieux des procès, au mois de mars 1460, pour couvrir de son autorité l’arrestation des premiers grands notables accusés de sorcellerie, à commencer par un riche et redoutable seigneur nommé Colart de Beaufort. Son intervention excède largement le rôle traditionnellement dévolu au bras séculier puisqu’elle fut rapidement suivie d’un important remaniement du tribunal en charge des poursuites (juin 1460). C’est alors, toujours selon le témoignage de Jacques Du Clercq7, qu’un certain nombre de « chevaliers » et autres « seigneurs » s’infiltrèrent dans les rouages de l’appareil inquisitorial. Citons pêle-mêle les noms du bailli d’Amiens, Antoine de Crèvecoeur, du gouverneur de Peronnes, Baudot de Noyelles et surtout de Philippe de Saveuses qui nous retiendra avant tout : l’intrusion de ces seigneurs laïcs a généralement été interprétée comme le point de départ d’une dérive des procès pour la foi vers une forme de règlement de compte au sein des élites locales. Dans cette perspective, le crime de sorcellerie aurait très vite été instrumentalisé par ces nobles pour atteindre des objectifs de vengeance ou d’enrichissement sans rapport avec la défense de la foi. En somme, l’importance accordée dans ces procès à la défense de la foi serait inversement proportionnelle à l’implication de la noblesse. Il convient d’emblée de noter qu’une telle lecture des procès d’Arras est presque aussi ancienne que les procès eux-mêmes. Elle inspire en effet partiellement les plaidoiries des avocats des victimes devant le Parlement de Paris. C’est ainsi, par exemple, que pour l’un d’eux, Jean de Popaincourt, « tout a esté fait pour avoir de l’argent8 ». De tels arguments furent repris et amplifiés par l’historiographie classique au tournant des XIXe et XXe siècles : les premiers historiens modernes de la Vauderie d’Arras opposaient ainsi volontiers le fanatisme aveugle des clercs au pragmatisme opportuniste des nobles. Avec l’arrivée des nobles, écrivait par exemple Paul Beuzart dans les années 1910, « nous sortons décidément du domaine religieux. […] La cupidité entre en jeu, avec le désir de dépouiller autrui et de s’emparer du bien des victimes ; nombre de gens riches ou hauts placés sont exposés par leur situation aux attaques des inquisiteurs. Ils ne se trouvent pas en présence d’ecclésiastiques bornés et étroits, mais plutôt – et le compliment s’adresse plus particulièrement aux nobles – d’un groupement de pillards et de criminels9 ». L’aristocratie locale, en prenant part à la chasse aux sorcières, aurait ainsi perverti la motivation religieuse initiale de la persécution en y mêlant ses calculs temporels.

  • 10 Guillaume de Ganay pour Ph. de Saveuses, 28 mai 1461 (Archives Nationales, X/2a/28, f. 384r°) : «  (...)

7Pourtant une telle interprétation ne saurait totalement convaincre, en particulier parce qu’elle ne rend pas suffisamment compte de la complexité de l’engagement de la noblesse dans la lutte contre les sorcières. Non que l’esprit de vengeance ou de lucre soit totalement absent des préoccupations des juges laïcs ou même ecclésiastiques. Maints indices dispersés dans les sources attestent la réalité à Arras, au temps des procès, des conflits ou rivalités entre factions nobiliaires qui sont aussi l’expression de la compétition sociale. Il reste que la disproportion flagrante entre les inévitables motifs matériels de la persécution et la nouveauté radicale de l’événement est trop importante pour convaincre totalement de leur rôle causal. Et il faut peut-être aussi entendre ces nobles lorsqu’ils affirment, à l’instar de Philippe de Saveuses devant le Parlement de Paris, avoir voulu opérer pour le « bien » ou encore « l’augmentation de la foi10 ». Défendre ses propres intérêts et ceux de la foi ne sont pas aussi incompatibles qu’il y paraît, en particulier dans le contexte politique bourguignon du milieu du XVe siècle.

  • 11 Voir en dernier lieu Mercier F., Muchembled R., « À propos de la Vauderie d’Arras », Revue belge d (...)

8Il faut en effet se garder de « laïciser » trop vite les enjeux de ces procès qui participent encore, en ce milieu du XVe siècle, de ce qu’il faut bien appeler le théologico-politique. Il est ainsi permis de se demander si le refus persistant de prendre au sérieux les acteurs locaux de la répression11 (clercs et laïcs confondus) – notamment quand ces derniers affirment vouloir, à travers la chasse aux sorcières, « défendre la foi » – ne procède pas de la difficulté à penser une situation où le religieux et le politique s’imbriquent encore assez étroitement, ne serait-ce que dans la qualification même du crime en question qui relève de la lèse-majesté divine et humaine. À trop vouloir réduire l’engagement nobiliaire à de simples considérations matérielles ou vindicatives, on prend en effet le risque de passer à côté d’autres « raisons », d’autres modalités – plus « religieuses » peut-être, en tous les cas plus complexes – d’engagement. à cet égard, le cas particulier de Philippe de Saveuses est très révélateur.

Les raisons d’un engagement

9Il ne saurait être question, dans les limites étroites de cette présentation, de fournir une analyse détaillée des procès d’Arras. Je me contenterai de quelques points qui permettent de mieux comprendre la démarche et l’engagement dans la répression de la sorcellerie démoniaque de ce représentant de la meilleure aristocratie picarde.

  • 12 Schnerb B., « Les Capitaines de Jean sans Peur, duc de Bourgogne (1404-1419) », L’ombre du pouvoir (...)
  • 13 Sommé M., « L’armée bourguignonne au siège de Calais de 1436 », Contamine P. (dir.), Guerre et soc (...)
  • 14 Olivier de La Marche, dans ses mémoires, rend plusieurs fois hommage à une combativité d’autant pl (...)

10Philippe de Saveuses, seigneur du Bailleul-au-Montet, était né vers 1390. Ce qui fait qu’il avait plus de soixante-dix ans au moment des faits considérés. Il appartenait à un prestigieux lignage de Picardie et d’Artois qui après avoir longtemps guerroyé contre les Anglais (son père y avait laissé la vie au début du XVe siècle quelque part en Guyenne tandis que lui-même fut capturé en 1415 sur le champ de bataille d’Azincourt) était resté – ce qui n’était pas incompatible – au service des ducs de Bourgogne. La famille des Saveuses semble avoir connu un bref revers de fortune sous le principat de Jean sans Peur12 avant de prendre un nouvel élan sous le règne de son successeur. Philippe de Saveuses s’impose en effet, surtout depuis le début des années 1430, comme l’une des figures ascendantes de la noblesse d’Artois et de Picardie. C’est dans l’armée des ducs de Bourgogne, le plus souvent aux côtés de Jean d’Etampes avec le clan des « Picards », que Philippe de Saveuses se distingue le mieux : si sa participation avérée au siège malheureux de Calais (1436-1438) par les armes bourguignonnes n’est pas vraiment couronnée de succès13, il se signale en revanche par sa bravoure et son énergie au combat dans la conquête du duché de Luxembourg (1443) et dans l’impitoyable guerre contre la ville rebelle de Gand (1450-145314). Apparenté par sa femme, Marie de Lully, au gouverneur d’Arras, étroitement lié au comte d’étampes, Philippe de Saveuses, au moment des procès d’Arras, se présente donc comme un ancien et fidèle soutien du duc de Bourgogne.

  • 15 Exemple de l’audience du 21 mai 1461 (A. N., X/2a/28, f. 380r°) : « Et a une nommee la Seliere, Sa (...)
  • 16 Du Clercq J., op. cit., IV, ch. 9, p. 41.
  • 17 Audience du mardi 2 juin 1461, Jean de Popaincourt pour Colart de Beaufort (A. N., X/2a/28, f. 387 (...)

11De tous les nobles qui, à des titres et degrés divers, s’impliquèrent dans la répression, Philippe de Saveuses est assurément celui qui joua le rôle le plus actif, au point, par exemple, d’éclipser la plupart des autres protagonistes laïcs dans les pièces du procès en appel. Ce volontarisme est volontiers reconnu par les avocats des rescapés de la persécution. Le seigneur picard, dans leurs plaidoiries, prend volontiers des allures de bourreau sadique : on le voit prêter directement la main à la torture de plusieurs femmes en leur tirant les cheveux ou en leur brûlant atrocement les pieds, quand il ne menace pas le bourreau lui-même accusé de faiblesse15. Il convient certes de faire la part de l’intention polémique. Mais d’autres sources indépendantes confirment d’une façon générale ce zèle particulier en faveur de la chasse : le chroniqueur J. Du Clercq le signale ainsi d’emblée comme « un grand sieur […] moult affecté de faire justice et ardoir touts ceulx qui estoient prins et accusés d’estre vauldois16 ». Cet enthousiasme pour la chasse aux sorcières est du reste partagée familialement puisqu’il concerne aussi son épouse, Marie de Lully, qui milita auprès de l’évêque d’Amiens pour qu’il étende les investigations à son diocèse17.

  • 18 « Dit que Beaufort et Saveuses sont hayneux ensemble, ont esté en guerre d’amis et ont proces ense (...)

12Le cas des Saveuses mérite d’être analysé de près car il illustre assez bien la complexité de l’engagement nobiliaire dans cet épisode singulier de la chasse aux sorcières. Ce n’est pas que l’appât du gain, l’intéressement matériel ou l’esprit de vengeance fussent totalement absents des motivations de Philippe de Saveuses : un certain nombre d’indices – particulièrement valorisés par les avocats des victimes devant le Parlement de Paris – militent en ce sens : c’est ainsi qu’un récent différend (les sources évoquent plus précisément une « guerre d’amis18 ») l’aurait opposé au principal accusé, le chevalier Colard de Beaufort. Le seigneur de Saveuses aurait profité de la condamnation pour hérésie de celui qui était aussi l’un de ses vassaux pour user de son droit féodal de commise sur une partie de ses terres. Mais la présence de tels éléments dont le fond est difficile à apprécier compte tenu de la nature très contradictoire et polémique des plaidoiries du Parlement de Paris ne suffit pas à invalider l’hypothèse d’une implication de nature plus religieuse ou politique. On a toutes les raisons de prendre au sérieux sa volonté affichée de défendre la foi, à condition de voir que cette foi a aussi des implications politiques.

  • 19 Audience du 1er juin 1461 (A. N., X/2a/28, f. 386r°-v°) : « Dit que lui et sa femme ont fondé a Ar (...)
  • 20 Il avait en effet perdu sa fille, Jeanne de Saveuses, initialement mariée en 1448 à Charles d’Arto (...)
  • 21 Lettres de Louis XI, J. Vaesen et E. Charavay (éd.) pour la Société de l’Histoire de France, t. 1, (...)
  • 22 Bibliothèque nationale de France, Picardie 34, p. 1105.
  • 23 Sommé M., Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne. Une femme au pouvoir au XVe siècle, Lille, (...)
  • 24 Voir, par exemple, son intervention vers 1445-1446 dans le conflit avec les moines de la puissante (...)

13Les circonstances précises de son implication dans les procès sont à cet égard assez significatives : son intervention s’avère assez tardive puisqu’elle intervient dans le courant du mois de mai 1460 (sachant que les débuts repérables de la persécution remontent au mois de novembre 1459). C’est ainsi que Philippe de Saveuses justifie son retour à Arras, le 11 mai 1460, après une longue absence, par la nécessité de participer à la consécration de l’église conventuelle des Clarisses d’Arras19. C’est alors et alors seulement qu’il aurait été sollicité par les vicaires de l’évêque pour soutenir leur cause. Le fait est que l’engagement passionné de ce noble dans la répression s’inscrit dans le prolongement d’une intense et régulière activité de mécénat aristocratique en faveur de l’Observance franciscaine. Le couple des Saveuses (par ailleurs sans enfant20) s’est massivement et durablement investi, depuis les années 1440, dans la promotion de la réforme de l’ordre féminin des Clarisses inspirée par Colette de Corbie. Philippe de Saveuses et Marie de Lully se profilent derrière de nombreuses fondations ou tentatives de fondation conventuelles dans le Nord de la France actuelle avec des opérations réussies, comme à Amiens en 1444 et Arras en 1456, ou avortées comme à Corbie en 1446. Ce riche mécénat fit l’objet d’une reconnaissance officielle de la part des autorités spirituelles et séculières. Dans une lettre datée du 26 août 1446, le dauphin et futur Louis XI rendit ainsi hommage à la « singulière dévotion » des « seigneur et dame de Saveuse » pour « Dieu et l’ordre de Sainte-Claire21 ». Mieux encore, le pape Nicolas V, par une bulle du 23 octobre 1448, éleva Philippe de Saveuses au rang de vice-protecteur de la réforme colettine pour l’île-de-France, la Picardie et les Flandres22. Ce mécénat spécifique s’accorde parfaitement avec la politique dévotionnelle de la famille ducale elle-même. Rappelons que la duchesse, Isabelle de Portugal († 16 décembre 1471) s’était retirée dès 1457 au château de la Motte-au-Bois pour y mener une vie de dévotion23. Sa retraite spirituelle ne l’empêche pourtant pas de poursuivre une ancienne et vigoureuse politique de soutien aux ordres réformés. Or l’ordre de Sainte Claire, dans sa version réformée par Colette de Corbie, figure, avec les hôpitaux et les Chartreux, parmi les principaux destinataires de ses largesses. Son action en faveur de la branche féminine de l’ordre franciscain est ancienne (elle précède même sa retraite spirituelle à la Motte-au-Bois) et redouble souvent celle des Saveuses dont elle soutient diplomatiquement et financièrement les efforts pour imposer la réforme24.

  • 25 Lopez E., « Sainte Colette et la maison de Bourgogne », Le Banquet du faisan. 1454 : l’Occident fa (...)

14Cette intense activité de fondation – qui va bien au delà d’un usuel et conformiste mécénat aristocratique – est ainsi prise en compte et éventuellement relayée par le pouvoir ducal. C’est que la promotion de la réforme de l’ordre de Sainte Claire n’est pas non plus dénuée de signification politique. Les états de Philippe le Bon constituèrent, à la fin du Moyen âge, une terre d’élection pour la réforme colettine. Son aire d’extension finit même par se confondre de plus en plus avec l’espace politique contrôlé par les ducs Valois de Bourgogne, au point d’apparaître comme un « véritable ordre bourguignon25 ». On peut donc penser que les convergences entre les intérêts politiques bourguignons et la réforme de l’observance franciscaine se retrouvent, à un autre niveau, dans les procès d’Arras.

Au service de Dieu ou du Prince ?

  • 26 A. N. X/2a/28, f. 380r°.

15Ce n’est pas seulement en raison de son rôle dans la réforme colettine ou pour sa réputation de piété active, que Philippe de Saveuses fut sollicité par les vicaires. Il est fort possible qu’il ait aussi joué le rôle d’intermédiaire entre le tribunal ecclésiastique et le comte d’étampes, principal représentant de l’autorité ducale dans la région, voire le duc lui-même. Philippe de Saveuses qui comptait depuis longtemps parmi les conseillers de Philippe le Bon et dont on a vu la proximité de vue dévotionnelle avec la famille ducale, prétend aussi avoir agi au nom du duc de Bourgogne avec le titre de « commissaire26 ». Qu’en est-il donc de la politique ducale à l’égard des procès d’Arras ?

  • 27 Du Clercq J., op. cit., IV, ch. 11, p. 49-50.
  • 28 Huizinga J., L’Automne du Moyen âge, Payot, Paris, 1975 (1re éd. 1919), p. 254-255.
  • 29 Sur tous ces points précis, voir Mercier F., « L’enfer du décor ou la Vauderie d’Arras (1459-1461) (...)
  • 30 Du Clercq J., livre IV, ch. 14, p. 68-69 : « Item fut condampné (il s’agit de Colart de Beaufort) (...)
  • 31 Voir, par exemple, ce que dit de lui M.-Th. Caron : « sa naissance, ses capacités, ses relations p (...)

16De façon assez significative, les premiers notables inculpés pour vauderie se tournèrent spontanément vers celui qui paraissait le véritable maître de la situation, autrement dit le duc de Bourgogne. Il reste que celui-ci leur opposa une fin de non-recevoir, explicitement justifiée par son souci de « défendre la foi ». C’est ainsi qu’au milieu de l’été 1460, une importante délégation du tribunal d’Arras obtint une audience de Philippe le Bon. Les quatre vicaires de l’évêque et l’inquisiteur en personne lui exposèrent les résultats de l’enquête et surtout le consultèrent « pour avoir conseil de ce qu’ils avoient a faire en ladite matière de vaulderie ». La première réaction ducale consista à se défausser sur les théologiens : « Eux venus a Bruxelles tantost que le duc sceut pourquoi ils estoient venus, le duc desirant de tout son cœur la foy chrestienne soustenir et garder, envoya en la ville de Louvain, en Brabant […] querir touts les clercqs notables27. » On a souvent voulu déceler dans cette décision une preuve de la défiance de Philippe le Bon à l’égard de l’accusation de sorcellerie. Pour Johann Huizinga, par exemple, « c’est l’intervention du duc qui met fin aux terribles procès de sorcellerie d’Arras28 ». Mais un examen plus attentif de l’attitude ducale révèle une situation bien plus complexe. Parallèlement à cette savante consultation, Philippe le Bon entreprit de déléguer sur place une série d’observateurs, et non des moindres, tels que son héraut d’armes, Toison d’or ou encore son propre confesseur, le dominicain Simon de Loos. Or si la venue des émissaires ducaux contribua effectivement à enrayer l’engrenage des inculpations, elle ne mit pas pour autant fin aux procès déjà en cours d’instruction. Bien loin de désavouer les juges d’Arras, les représentants directs du prince avalisèrent les résultats déjà acquis de l’enquête et participèrent à l’instruction des quatre derniers procès individuels (ceux de Colart de Beaufort, Jean Taquet, Pierre du Carieulx et Huguet Aubry). Plus encore, il revint à Adrien Colin, premier président de la Chambre d’Ypres (soit la plus haute instance judiciaire des Flandres, embryon de la future cour souveraine de Malines), d’assister à la condamnation publique des quatre accusés en question (soit le 22 octobre 146029). Bref, il est évident que la position relativement attentiste de Philippe le Bon, le conduisit, dans les faits, non seulement à accepter, mais encore à entériner juridiquement la procédure engagée contre les vaudois d’Arras. Il s’agit aussi bien d’une posture générale qui se justifie en regard du grandiose et lancinant projet de croisade contre les Turcs qui fait florès à la cour de Bourgogne. Le fait est qu’il n’y a pas de cloisonnement étanche entre les deux phénomènes : la majeure partie des amendes infligées le 22 octobre 1460 aux condamnés d’Arras sont d’ailleurs destinées au « tronc de Malines », un fond spécialement conçu pour recueillir les subsides nécessaires à la préparation de la croisade30. Quant à Jean d’étampes, l’un des principaux acteurs et promoteurs de la répression contre les vaudois-sorciers d’Arras, il avait été aussi pressenti pour prendre la tête de l’hypothétique croisade bourguignonne contre les Turcs31. Nul doute, par conséquent, qu’un peu de l’esprit de croisade souffle aussi à Arras au temps des procès de sorcellerie…

  • 32 Tinctor J., Invectives contre la secte de vauderie, E. Van Balgerghe et F. Duval (éd.), Tournai/Lo (...)
  • 33 Il s’agit du De nova haeresi Valdensium encore mentionné par Sanderus A., Bibliotheca belgica manu (...)
  • 34 Tinctor J., op. cit., p. 46.

17La grande chasse aux sorciers et aux sorcières, pour peu qu’on la prenne au sérieux – c’est-à-dire que l’on cesse de la considérer comme le produit d’une pure et simple vengeance nobiliaire cantonnée au plan local – représentait aussi pour le duc de Bourgogne comme pour sa noblesse la plus fervente, une alternative possible à la croisade contre le Grand Turc. C’est bien du reste ce que toute une littérature savante et militante s’emploie, au même moment, à démontrer auprès de la cour de Bourgogne. Tel est le cas, par exemple, d’un chanoine et théologien de Tournai appelé Jean Taincture ou Tinctor qui, dans son traité du crime de vauderie (rédigé vers 1460), invite instamment « les princes » – qui en l’occurrence ne peuvent être que ceux de Bourgogne –, à entreprendre « chevallereusement ceste guerre pour la deffence de la tres saincte foy de Dieu32 ». On prête aussi au célèbre mystique flamand Denys le Chartreux la composition d’un traité similaire contre la sorcellerie (aujourd’hui perdu, mais signalé dans des inventaires de bibliothèque jusqu’au XVIIe s.33). Ce traité disparu formait comme le pendant d’autres écrits du même moine chartreux dirigés contre l’Islam et les Sarrazins. Sur le terrain judiciaire comme dans le ciel des idées, les énergies mobilisées au service du projet de croisade en Orient se trouvent partiellement réinvesties en direction d’une forme de combat plus rapproché. Avec la vauderie, il ne s’agit plus seulement de défendre les lointaines frontières de la Chrétienté mais un territoire plus proche, plus précis aussi, situé, comme le dit encore une fois Jean Taincture, « aux derrenieres marches de France34 ».

18La bienveillance du duc de Bourgogne à l’égard de la persécution d’Arras rend plus facilement compréhensible l’engagement de Philippe de Saveuses et donne un certain poids à ses propos quand il se targue d’agir en tant que « commissaire » du duc de Bourgogne. D’une certaine façon, Philippe de Saveuses pouvait fort bien penser conduire une croisade contre ces ennemis de l’intérieur qu’étaient les sorciers ; des ennemis qui étaient tout à la fois ceux de l’église, ceux de Dieu et ceux d’un prince qui se voulait lui aussi un garant de la foi dans ses états comme à l’échelle de toute la Chrétienté.

  • 35 Sur le renforcement de l’unité de la noblesse autour du duc de Bourgogne, voir en dernier lieu la (...)
  • 36 Dupont Ferrier G., Gallia regia, t. 1, 1942, p. 102, no 1045.
  • 37 Du Clercq J., op. cit., Livre V, ch. 42, p. 187-188.

19Il faut bien voir enfin que cette activité dévotionnelle et anti-sorcière est aussi à la mesure d’une suractivité politique et militaire en faveur de la politique ducale35. Philippe de Saveuses, dans les années qui précèdent ou qui suivent la Vauderie d’Arras, se distingue comme l’un des champions de la cause bourguignonne dans le Nord de la France : cette fidélité sans faille au duc de Bourgogne lui valut successivement de recevoir la charge de capitaine d’Amiens en 1435, puis de la perdre en 1463 sous Louis XI, avant de la retrouver deux ans plus tard, au gré des alternances de pouvoir dans les villes de la Somme36. C’est encore lui qui, selon le témoignage de J. Du Clercq, prit vigoureusement en main la mise en défense de l’Artois au moment de la Guerre du Bien public (1465), pour protéger cette province frontalière contre une incursion possible des troupes royales37.

  • 38 C’est notamment ce que suggère dans un autre registre – celui de la biographie héroïque – et un au (...)
  • 39 C’est d’ailleurs dans le chœur des Clarisses d’Arras que Philippe de Saveuses fut inhumé en 1468. (...)

20Il est ainsi permis de se demander si Philippe de Saveuses, au crépuscule de sa vie, ne trouva pas dans la chasse aux sorcières d’Arras, par delà de possibles moyens de « faire de l’argent » ou de se venger d’un adversaire coriace, une double motivation religieuse et politique. Son zèle à combattre les sorciers se révèle conforme à une certaine éthique nobiliaire sensible à la défense de la foi. Somme toute, le fait de dresser des bûchers de sorcellerie n’est-il pas en passe de devenir l’une des formes possibles et louables de l’engagement nobiliaire pour la défense de la foi38 ? D’un autre côté, il s’agit tout aussi bien de promouvoir la cause bourguignonne. Du reste, l’attitude de Philippe de Saveuses est loin d’être désavouée par le duc de Bourgogne lui-même qui pouvait aussi trouver dans la lutte contre la sorcellerie les moyens d’affermir son autorité dans un espace frontalier avec le royaume de France. Dans cette perspective, le comportement de ce grand noble picard s’éclaire mieux. Son investissement personnel dans le combat contre la sorcellerie n’était pas seulement cohérent en regard de sa dévotion, elle était aussi nécessaire d’un point de vue politique, puisqu’en défendant la majesté divine, il concourait aussi à défendre ou à établir celle du prince. En effet, la défense de la foi, par le moyen de la chasse aux sorcières et dans le contexte précis de l’état bourguignon, était à la fois un acte religieux et un choix politique. Fonder un couvent franciscain de l’observance à Arras39, y poursuivre et brûler activement les sorciers tout en manifestant sa fidélité à la cause bourguignonne : là se trouve sans doute la cohérence de son parcours.

Notes

1 De La Marche O., Mémoires, H. Beaune et J. d’Arbaumont (éd.), Paris, 1883-1888, t. 2, livre I, ch. XXIX, p. 363.

2 Paviot J., Les ducs de Bourgogne, la croisade et l’Orient (fin du XIVe s.-XVe s.), Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 2003.

3 Lacaze Y., « Philippe le Bon et le problème hussite : un projet de croisade bourguignon en 1428-1429 », Revue historique, t. 241, 1969, p. 69-98.

4 Sur cette affaire, nous nous permettons de renvoyer à Mercier F., La Vauderie d’Arras. Une chasse aux sorcières à l’Automne du Moyen âge, Presses universitaires de Rennes, 2006.

5 Du Clercq J., Mémoires, F. de Reiffenberg (éd.), Bruxelles, 1823. Sur les problèmes de sources soulevés par la Vauderie d’Arras, voir plus généralement Mercier F., op. cit., p. 23-34.

6 Caron M.-T., « Jean de Bourgogne, comte d’étampes, en 1437-1438 : un prince dans les allées du pouvoir », Finances, pouvoirs et mémoires. Hommage à Jean Favier, Paris, 1999, p. 313-322.

7 Du Clercq J., op. cit., IV, ch. 9, p. 42.

8 Paris, Archives Nationales, X/2a/28, f. 388r°, 2 juin 1461.

9 Beuzart P., Les Hérésies pendant le Moyen âge et la Réforme, Le Puy, 1912, p. 79.

10 Guillaume de Ganay pour Ph. de Saveuses, 28 mai 1461 (Archives Nationales, X/2a/28, f. 384r°) : « ce que en a fait a esté pour augmentacion de la foy ». Ou encore Poignant pour Saveuses, 1er juin 1461 (A. N., X/2a/28, f. 386v°) : « Saveuses fut requis desdits vicaires qui respondit que s’y emploiroit voulentiers pour le bien de la foy. »

11 Voir en dernier lieu Mercier F., Muchembled R., « À propos de la Vauderie d’Arras », Revue belge de philologie et d’histoire, fasc. 2, 86, 2008, p. 595-601.

12 Schnerb B., « Les Capitaines de Jean sans Peur, duc de Bourgogne (1404-1419) », L’ombre du pouvoir. Les entourages princiers au Moyen âge, A. Marchandissé et J.-L. Kupper (éd.), Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’université de Liège, fasc. CCLXXXIII, Droz, 2003, p. 330-342, voir notamment p. 334-335.

13 Sommé M., « L’armée bourguignonne au siège de Calais de 1436 », Contamine P. (dir.), Guerre et société en France, Angleterre et en Bourgogne, XIVe-XVe siècle, Lille, 1991, p. 197-219.

14 Olivier de La Marche, dans ses mémoires, rend plusieurs fois hommage à une combativité d’autant plus admirable à ses yeux qu’elle se conjugue à un âge avancé. Voir, par exemple, le récit de la bataille du Pont d’Espierre, en avril 1452, où Ph. de Saveuses rivalise de témérité avec les jeunes chevaliers du comte d’étampes : « si fut adverty [le comte d’étampes] que grant nombre de Flamans, tenans le parti des Gantois, s’estoient assemblez au Pont des Pierres et vouloient garder et deffendre le passaige de la riviere du Lis. Si fit prestement marcher celle part le seigneur de Saveuses, qui tousjours, quelque viel qu’il fust, vouloit estre des coureurs et des premiers. Robert de Miramont et aultres le suyvirent et quelques josnes gens de l’hostel du conte et ceulx qui desiroient d’eulx esprouver ». De La Marche O., op. cit., t. 2, p. 235.

15 Exemple de l’audience du 21 mai 1461 (A. N., X/2a/28, f. 380r°) : « Et a une nommee la Seliere, Saveuses lui marchoit sur la gorge en lui disant que accuseroit Croy et Beaufort et que avoit couché avec lui et tiroient lesdites fames par les cheveux. » Voir aussi celle du 5 juin 1461 (A. N. X/2a/28, f. 391 r°-v°) : « Gaverelle fut gehiné en la presence du seigneur de Saveuses et lui mit-on du bois entre les dois, lies de cordes, et frapant l’en de gros bastons et lui disoit Saveuses que cent seigneurs l’avoient congneue et entre les autres le chevalier au petit chapellet, videlicet Beaufort. Pour ce que le geolier dist qu’elle en avoit assez, Saveuses lui dist qu’il estoit vaudois, qu’il le feroit brusler et que lui meme l’ardroit et qu’il avoit plus pitié de ses chiens que d’elle. »

16 Du Clercq J., op. cit., IV, ch. 9, p. 41.

17 Audience du mardi 2 juin 1461, Jean de Popaincourt pour Colart de Beaufort (A. N., X/2a/28, f. 387v°) : « Dit que la dame de Saveuses, pour ceste cause, se tira par devers l’evesque d’Amiens. Lui remonstra que tant en son evesché comme autour, en y avoit plusieurs de la secte, dont ledit evesque la blasma fort, disant que ne se devoit entremectre de telles matieres. »

18 « Dit que Beaufort et Saveuses sont hayneux ensemble, ont esté en guerre d’amis et ont proces ensemble. » (A. N., X/2a/28, f. 380 r °.)

19 Audience du 1er juin 1461 (A. N., X/2a/28, f. 386r°-v°) : « Dit que lui et sa femme ont fondé a Arras l’eglise Sainte Claire ouquel lieu il vint pour bailler la possession de ladite eglise et lors on parloit fort de plusieurs qui estoient charges de vauderie et fut esbay quant oyt dire que Beaufort estoit accusé. » Une chronologie confirmée par Du Clercq J., op. cit., ch. 5, p. 27-28.

20 Il avait en effet perdu sa fille, Jeanne de Saveuses, initialement mariée en 1448 à Charles d’Artois, comte d’Eu. Voir Paravicini W., Invitations au mariage. Pratique sociale, abus de pouvoir, intérêt de l’état à la cour des ducs de Bourgogne (1399-1489), J. Thorbecke (éd.), Stuttgart, 2001, no 63, p. 84-85.

21 Lettres de Louis XI, J. Vaesen et E. Charavay (éd.) pour la Société de l’Histoire de France, t. 1, Paris, 1883, p. 28-31.

22 Bibliothèque nationale de France, Picardie 34, p. 1105.

23 Sommé M., Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne. Une femme au pouvoir au XVe siècle, Lille, 1998, spécifiquement p. 451-478.

24 Voir, par exemple, son intervention vers 1445-1446 dans le conflit avec les moines de la puissante abbaye de Saint Pierre de Corbie hostiles à l’implantation des franciscaines de l’observance dans leur cité, voir La Correspondance d’Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne (1430-1471), M. Sommé (éd.), J. Thorbecke Verlag, 2009, doc. 137, p. 197-199 et doc. 139, p. 200-202.

25 Lopez E., « Sainte Colette et la maison de Bourgogne », Le Banquet du faisan. 1454 : l’Occident face au défide l’empire ottoman, Artois Presses université, 1997, p. 289-301. Citation, p. 291.

26 A. N. X/2a/28, f. 380r°.

27 Du Clercq J., op. cit., IV, ch. 11, p. 49-50.

28 Huizinga J., L’Automne du Moyen âge, Payot, Paris, 1975 (1re éd. 1919), p. 254-255.

29 Sur tous ces points précis, voir Mercier F., « L’enfer du décor ou la Vauderie d’Arras (1459-1461) : les enjeux politiques d’un procès d’inquisition à la fin du Moyen âge », Heresis, no 40, printemps-été 2004, p. 95-121.

30 Du Clercq J., livre IV, ch. 14, p. 68-69 : « Item fut condampné (il s’agit de Colart de Beaufort) d’envoyer mectre au tronc des pardons de Malines en Brabant, lequel tronc estoit ordonné pour y mectre les ausmones de ceulx qui voulloient donner alcune pecune pour aller sur les Turcqs, ennemys de la foy, et pour soustenir la foy chrestienne, la somme de six mille livres monnoye d’Artois. »

31 Voir, par exemple, ce que dit de lui M.-Th. Caron : « sa naissance, ses capacités, ses relations privilégiés avec Philippe le Bon, faisaient de lui tout naturellement le chef des croisés, au cas où le duc ne partirait pas lui-même ». Caron M.-Th., Les Vœux du faisan, noblesse en fête, esprit de croisade. Le manuscrit français 11594 de la Bibliothèque nationale de France, Turnhout, 2003, coll. « Burgundica, VII », p. 87.

32 Tinctor J., Invectives contre la secte de vauderie, E. Van Balgerghe et F. Duval (éd.), Tournai/Louvain-La-Neuve, 1999, p. 81. Sur cet ouvrage et ses destinaires privilégiés, voir notamment Duval F., « Jean Tinctor, auteur et traducteur des Invectives contre la secte de vauderie », Romania, t. 117, 1999, p. 186-217.

33 Il s’agit du De nova haeresi Valdensium encore mentionné par Sanderus A., Bibliotheca belgica manuscripta, 2, Lille, 1643/1644, rééd. Londres, 1967, p. 172. Sur ce point, voir Van Balberghe E. et Gilmont J. F., « Les Théologiens et la Vauderie au XVe siècle », Miscellanea codicologica, F. Masai dicata, E. Story-Scientia SPRL, éditions scientifiques, Gand, 1979, p. 393-411.

34 Tinctor J., op. cit., p. 46.

35 Sur le renforcement de l’unité de la noblesse autour du duc de Bourgogne, voir en dernier lieu la réévaluation de la question dans Buylaert Frederik, « La noblesse et l’unification des Pays-Bas. Naissance d’une noblesse bourguignonne à la fin du Moyen âge ? », Revue historique, 653, janvier 2010, p. 3-23.

36 Dupont Ferrier G., Gallia regia, t. 1, 1942, p. 102, no 1045.

37 Du Clercq J., op. cit., Livre V, ch. 42, p. 187-188.

38 C’est notamment ce que suggère dans un autre registre – celui de la biographie héroïque – et un autre espace – celui de la Bretagne ducale au XVe siècle – l’éloge posthume du duc de Bretagne, Arthur de Richemont par son thuriféraire, Guillaume Gruel : « Oncques homme en son temps n’ayma plus justice, ne ne mist peine de la faire à son povoir, qu’il faisoit. Oncques homme ne hayt plus hereses et sorciers et sorcières qu’il heoit, et bien y parut ; car il en fist plus bruler en France, en Poictou et en Bretaigne que nul autre en son temps. Et povoit bien dire les sorciers et sorcières et hereses, quant il mourut, que leur ennemy mortel estoit mort. » Gruel G., Chronique d’Arthur de Richemond, connétable de France, duc de Bretagne (1393-1458), A. Le Vavasseur (éd.), Paris, éd. Renouard, ShF, 1890, p. 229.

39 C’est d’ailleurs dans le chœur des Clarisses d’Arras que Philippe de Saveuses fut inhumé en 1468. Volti P., Les couvents des ordres mendiants et leur environnement à la fin du Moyen âge, éd. Cnrs, Paris, 2003, p. 136.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540