Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le salut par les armes

 | 
Franck Mercier
, 
Ariane Boltanski

Deuxième partie. Entre l’Église et l’État : les ambivalences de la défense de la foi

Entre l’Église et l’État : Les ambivalences de la défense de la foi

Texte intégral

1Il est évident que la noblesse (prise et comprise dans sa diversité) n’agit pas toujours et partout sous l’aiguillon de la foi, en particulier à un moment et dans un contexte social où il est très difficile d’isoler précisément le fait religieux. Ce dernier est alors un fait social global qui embrasse tous les aspects de la vie en société. Avec l’affaiblissement progressif de l’autorité pontificale et la lente désagrégation de la Chrétienté comme espace théologico-politique fondamental, la rhétorique mobilisatrice de la défense de l’orthodoxie n’en cesse pas moins, paradoxalement, d’être fortement sollicitée, mais par d’autres pouvoirs que ceux du pape ou même de l’empereur. Les états monarchiques ou princiers naissants s’emparent ou tentent de s’emparer de cette exigence pour construire d’autres entités politiques sacralisées (du royaume de France à la Bohême des hussites en passant par la Bourgogne des grands ducs d’Occident ou l’Angleterre du temps des Réformes). Ce n’est sans doute pas un hasard, en effet, si les croisades tardives brillent encore de tous leurs feux (dans les discours de « propagande » plus encore que sur les champs de bataille) à la fin du Moyen âge. Dans le même temps, une place croissante semble dévolue aux ennemis de l’intérieur qui se sont démultipliés ou ont changé insensiblement de nature, comme les hussites, les lollards ou encore les sorcières de la fin du Moyen âge et du début de l’époque moderne. La noblesse est plus que jamais mobilisée pour défendre la foi contre ses adversaires, mais cette foi se confond de plus en plus avec une fidélité politique précise, qu’il s’agisse, comme le suggèrent Aude Mairey et Franck Mercier, de celle de la nouvelle dynastie lancastrienne ou bien de celle des ducs Valois de Bourgogne. La défense de la foi reste une priorité, mais il n’est pas certain que l’église et le clergé, en profitent pleinement… Ainsi, Robert Novotny et Pavel Soukup montrent que l’empereur, en particulier en Bohême, est encore capable de conjoindre la défense de l’idée impériale et celle de la foi chrétienne, même si d’autres pouvoirs naissants (comme celui des princes électeurs et surtout la noblesse tchèque) lui contestent son autorité pour mieux reprendre à leur compte le principe de la croisade. Les adversaires de la foi sont aussi, plus que jamais, des rebelles. La rébellion peut d’ailleurs traverser la noblesse elle-même lorsque celle-ci commence à prendre parti pour une foi – on dira bientôt une « religion » – contre une autre… Ainsi, la situation de « double foi » engendrée dès le XVe par le hussisme, place la noblesse tchèque dans une situation quasi « schizophrénique » (R. Novotny et P. Soukup). La démultiplication des orthodoxies avec les Réformes du XVIe siècle contribue encore à rendre la configuration religieuse plus complexe. Elle alimente les divisions au sein de la noblesse, que celles-ci résultent des tensions entre fidélité religieuse et allégeance à l’état, des divergences sur l’orthodoxie elle-même ou de la quête d’un compromis doctrinal. Dans un contexte d’autant plus fluide que les « frontières » confessionnelles ne sont pas encore parfaitement stabilisées, la noblesse est ainsi appelée à prendre parti, entre conformité et radicalisation de la Réforme, entre défense de l’ordre établi et militantisme religieux. Dans ce type de conflits, la noblesse n’est alors pas toujours là où on l’attendrait au vu de ses sympathies religieuses. Ses prises de position s’avèrent bien souvent plus difficiles, hésitantes et tardives, que l’historiographie classique, excessivement téléologique, a eu tendance à le laisser croire. La recherche, par les Guises, d’un possible compromis luthérien, évoquée par Stuart Carroll, à la fois comme solution aux oppositions confessionnelles et comme fondement du maintien de l’ordre social traditionnel, témoigne de ces hésitations, sans doute plus générales parmi les nobles français, à la veille des guerres de Religion. Pour la noblesse d’Angleterre sous le règne d’Élisabeth, l’étude de Bill Shiels souligne qu’un même engagement dans la défense du protestantisme laisse subsister de profonds désaccords sur la conception du compromis anglican et ses suites, ainsi que le suggère l’attitude contradictoire de deux nobles proches du pouvoir royal, William Cecil et Robert Dudley. Le mouvement des « Malcontents » aux Pays-Bas n’est pas simplement issu d’une résistance unanime de la noblesse, doublée d’un catholicisme archaïque, à l’offensive calviniste des états généraux, mais se rattache de manière plus complexe, comme l’indique Violet Soen, aux dissensions internes entre factions nobiliaires et c’est au sein même du conflit que s’affirme l’orientation catholique contre-réformée de ces nobles révoltés.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540