Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le salut par les armes

 | 
Franck Mercier
, 
Ariane Boltanski

Première partie. Défendre la foi : pour ou contre le pape ?

Noblesse et défense de l’orthodoxie dans les terres de l’église au début du XIVe siècle

Sylvain Parent

Texte intégral

  • 1 Pour en retracer le cadre global, v. Lazzarini I., L’Italia degli Stati territoriali, Rome, Laterz (...)
  • 2 V. les mises au point récentes de Morsel J., L’aristocratie médiévale, Paris, Armand Colin, 2004 ;(...)
  • 3 Sur ces questions, v. par exemple Carocci S., « Vassalli del papa. Note per la storia della feudal (...)
  • 4 Pour le début du XIIIe siècle, voir l’ouvrage récent de Baietto L., Il papa e le città. Papato e c (...)
  • 5 Jansen Ph., « Réseaux de clientèles et seigneurs dans les Marches aux XIVe et XVe siècles », dans (...)
  • 6 Pirani F., « L’inchiesta legatizia del 1341 sulle condizioni politiche nella Marca », Atti e Memor (...)
  • 7 Sur la question angevine, v. par ex. L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre XIIIe et XI (...)
  • 8 Je renvoie aux contributions du volume dirigé par M. Gentile, Guelfie ghibellini nell’Italia del R (...)
  • 9 Maire Vigueur J. C., Comuni e signorie in Umbria, Marche e Lazio, Turin, UTET, 1987.

1Aux XIIIe et XIVe siècles, les papes durent faire face, en Italie, à l’émergence de pouvoirs laïcs concurrentiels dans un contexte de transformation du monde communal. Ce mouvement de fond, on le sait, s’amorce dès les années 1210-1240 et s’épanouit pleinement au premier Trecento, touchant progressivement la plupart des cités1. Dans une telle conjoncture, s’interroger sur les liens entre noblesse et défense de l’orthodoxie pose en premier lieu le problème – vaste – de la place de la noblesse dans les terres de l’église (Romagne, Marche d’Ancône, Duché de Spolète, Patrimoine de Saint-Pierre, Campagne et Maritime), qu’elle soit ancienne et féodale ou urbaine et plus récente2. Elle conduit ainsi d’emblée à croiser la question du développement et de la consolidation de la seigneurie, dans les villes notamment, avec celle des caractéristiques de la souveraineté pontificale3 et, plus largement, des différents aspects de la construction de la plénitude de puissance (plenitudo potestatis) et de la théocratie pontificale, envisagée dans la longue durée, depuis Innocent III au moins, et qui passe par une volonté de préserver et défendre les libertés de l’église (libertas ecclesiastica) face aux prétentions concurrentes4. L’apparition de la seigneurie, qui engendre de nombreuses transformations politiques, institutionnelles et sociales, entraîne donc, dans les terres de l’église, une coexistence entre plusieurs systèmes politiques5, et a pu apparaître aux yeux de certains, comme le rappelle F. Pirani, comme une des causes principales de faiblesse de l’État pontifical6. Ces évolutions et cette coexistence posent très concrètement la question de l’engagement nobiliaire, fort complexe également, tant celui-ci a pu se révéler fluctuant : dans l’Italie communale, il prend traditionnellement la forme d’une adhésion à la pars guelfa ou ecclesia – au sein de laquelle il faut tenir compte des intérêts pontificaux et angevins, qui ne se recoupent pas toujours7 – et à la pars ghibellina ou imperii, pour reprendre des termes fréquemment employés dans les sources8. Si ces notions de réseau guelfe et gibelin revêtent effectivement une dimension particulièrement importante dans ces provinces pontificales, la lutte entre les deux partis, modèle traditionnel d’organisation des rapports de force, subit néanmoins au cours de ces décennies une évolution dans son contenu. Ces oppositions, comme l’ont notamment montré les travaux de Jean-Claude Maire Vigueur9, ont tendance à perdre peu à peu leur sens proprement idéologique ou politique originel et se limitent de plus en plus à la seule compétition pour le pouvoir entre les membres des deux factions, parfois au sein d’une même famille. Aussi l’appartenance à l’une ou l’autre faction, très stratégique, permet-elle avant tout à ces seigneurs, dont la légitimité était pour certains d’entre eux souvent encore bien fragile, de tenter de parvenir au pouvoir, de s’y maintenir et d’assurer leur hégémonie.

  • 10 Les quelques remarques faites dans le cadre de cet article s’intègrent dans une thèse de doctorat (...)
  • 11 Pour un examen de la situation dans le Latium, cf. Carocci S., Baroni di Roma. Dominazioni signori (...)
  • 12 Jones P. J., The Malatesta of Rimini and the Papal State, Cambridge University Press, 1974.
  • 13 Les registres comptables des trésoriers de la Marche dans les années 1320, notamment ceux tenus pa (...)
  • 14 Jansen Ph., « Réseaux de clientèles… », art. cit., p. 165.
  • 15 C’est ce qu’avance Natalucci M. pour les Marches : « Lotte di parte e manifestazioni ereticali nel (...)
  • 16 C’est par exemple le constat que fait Falaschi P. L., « Berardo I da Varano signore di Camerino »,(...)

2Dans le cadre restreint de cette présentation10 les espaces de la Marche et de la Romagne, particulièrement instables, retiendront plus spécifiquement mon attention11. On voit très clairement se construire dans ces régions aux XIIIe et XIVe siècles plusieurs réseaux rivaux. D’un côté se développent deux dynasties gibelines en pleine ascension : les Montefeltro d’Urbino, qui dominent une partie de la région et fédèrent durant quelques années l’opposition à la papauté – autour de leur principal représentant Federico da Montefeltro, jusqu’à sa mort en 1322 –, et la branche gibeline des Este qui, à Ferrare, réussit à revenir au pouvoir dans les années 1310 et dont le programme politique passe par une forte expansion en Romagne. Parallèlement apparait une mosaïque de petites principautés, de seigneuries parfois de très faible envergure avec lesquelles la papauté est bien obligée de jouer et de composer. Cette noblesse gibeline prolixe grâce à ses ramifications familiales et clientélistes mais aussi grâce aux alliances qu’elle scelle acquiert un poids de plus en plus grand dans la région. Parmi ces familles citons les Polenta à Ravenne – à partir de 1275 –, les Ordelaffià Forli – à partir de 1278 –, les Gozzolini à Osimo, Appigliaterra Mainetti à Cingoli, les Chiavelli à Fabriano, Iacopo ou encore Bernardo di Percivalle à Recanati, etc. à côté de ces « tyrans » gibelins, plusieurs familles importantes se posent à l’inverse en défenseur de l’Église et de ses intérêts : les Malatesta12 à Rimini, un des soutiens constants de la papauté durant cette période, mais aussi les Da Varano à Camerino, les Accorimboni à Tolentino ou encore les Mulucci à Macerata, pour n’en évoquer que quelques-unes13. Cette mosaïque de petites seigneuries connaît une histoire plus que mouvementée depuis le XIIIe siècle et évolue dans un « climat de violence militaire14 » quasi continu – une situation dont certains historiens trouvent l’explication dans l’« esprit de rébellion » et de résistance (spirito della ribellione) qui anime alors ces régions15. La complexité de la situation reste en tout cas souvent déroutante pour l’observateur contemporain, à un point tel qu’il est certainement à peu près impossible de réaliser une cartographie synthétique des rébellions et oppositions au cours de ces décennies tant l’instabilité est grande et tant l’alternance est fréquente dans chaque localité entre des phases d’hostilité et de retour dans l’obédience pontificale16.

3Les liens entre noblesse et défense de l’orthodoxie sont donc, on le comprend bien, particulièrement problématiques pour la période et l’espace envisagés. Dans ces années troublées, la complexité des engagements nobiliaires fait que nombreux sont les seigneurs à « osciller » en permanence entre rébellion, hérésie et orthodoxie.

Le procès de la tyrannie ?

  • 17 On trouve l’expression « infidelitatis reatu » dans l’un des fragments de procédure contre Ferrare (...)
  • 18 ASV, Collectoriae 406. Une transcription partielle en a été faite par Bock F., « Der Este-prozess (...)
  • 19 ASV, A. A., Arm. C 1003. Une transcription également partielle en a été faite par M. d’Alatri, « G (...)
  • 20 Je me permets de renvoyer à ma thèse pour le détail de ces affaires.

4Face à cette instabilité chronique, la voie judiciaire est alors largement et systématiquement utilisée par la papauté, afin de ramener dans le troupeau les brebis égarées et d’éviter que le fléau de la rébellion et de l’hérésie ne se répande trop rapidement – images fréquentes dans les documents pontificaux. Dès le pontificat de Clément V (1305-1314), pour lequel on a conservé des fragments de procédures contre des rebelles des Marches, et surtout sous Jean XXII (1316-1334), une vague de procès touche la plupart des seigneurs – et plus largement des communes – qui défiaient l’autorité pontificale et s’étaient rendus coupables de ce que les sources appellent parfois un « crime d’infidélité17 » ; un crime qui, associé à d’autres excessus et enormia, les entraînent sur les pentes de l’hérésie. Jean XXII en effet, que la tradition historiographique décrit à peu près unanimement comme un pape énergique et autoritaire, mit à profit l’enrichissement progressif du droit romano-canonique en matière de lutte contre l’hérésie et l’amplification constante de cette notion particulièrement « plastique » pour tenter de réduire à néant les aspirations de ces seigneurs. Ces luttes judiciaires ont ainsi laissé beaucoup de témoignages dans les archives vaticanes. Ces documents constituent autant de jalons indispensables à une meilleure compréhension des politiques pénales pontificales et permettent d’envisager toutes les étapes du processus judiciaire ; si pour certains seigneurs, n’ont été conservées que des sentences de condamnation isolées ou des mentions de poursuites judiciaires dans les registres pontificaux, pour d’autres en revanche nous sont parvenus des pans entiers de leurs procès, avec les citations à comparaître, les articles d’accusation, les dépositions des témoins, la défense mise en place par leurs procureurs, etc. Pour les Marches et la Romagne, nous avons notamment conservé des fragments de deux procédures particulièrement riches et intéressantes : celles lancées contre les marquis d’Este à Ferrare18, et celle contre les seigneurs de la cité de Recanati au début des années 132019. Toutes ces procédures, avec leurs spécificités et leur contexte propres20, permettent de poser la question des rapports entre hérésie et crime politique.

  • 21 Sur cette complexité de la notion de tyran, v. les remarques de Gilli P., « Dictature, monarchie e (...)
  • 22 Cette association est fréquente dans la documentation.
  • 23 Une idée que l’on retrouve par exemple dans l’énoncé du 33e article d’accusation du procès contre (...)
  • 24 Cette idée est présente dans l’acte de condamnation des marquis d’Este daté du 4 mai 1324 et édité (...)

5Au sein de cette documentation abondante, qui englobe à la fois les documents purement judiciaires mais aussi les très nombreuses lettres, bulles pontificales ou correspondance de nature administrative des représentants du pape dans les provinces, la notion de tyrannie est constamment mobilisée, que ce soit pour désigner ces seigneurs, très fréquemment qualifiés par le terme tyrannus, ou bien pour décrire la façon dont ils gouvernent leurs territoires, modo tyrannice. La figure du tyran, dont l’importance croît précisément avec le développement des premières seigneuries, prend en effet une importance de plus en plus grande à cette époque et demeure, en dépit de son ambiguïté et à quelques exceptions près, majoritairement négative21. En tout cas, sous la plume des papes ou des chroniqueurs philoguelfes, cette dimension négative ne fait aucun doute. Les documents produits par le souverain pontife ou les juges pontificaux s’attachent ainsi à décrire dans le détail les exactions commises par ces « tyrans » gibelins animés d’un esprit diabolique (spiritu diabolico22) et l’état de désolation dans lequel seraient tombées les terres et cités soumises à leur joug, favorisant aussi dans leur sillage la prolifération des hérésies23. L’horreur qu’inspirent ces crimes est d’ailleurs si forte que certaines lettres, selon un procédé rhétorique classique, disent renoncer à en dresser la liste exhaustive, affirmant que cela nécessiterait des récits bien plus longs24.

  • 25 Pour un survol des engagements philoguelfes de cette famille, cf. Jansen Ph., « Réseaux de clientè (...)
  • 26 Housley N., The Italian Crusades. The Papal-Angevin Alliance and the Crusades against Christian La (...)

6À l’issue de ces procès réalisés en série dans les années 1320 et au début des années 1330, une partie de ces seigneurs furent condamnés pour hérésie, ce qui permettait ensuite de poursuivre comme fautores tous ceux qui les soutenaient. Dans le prolongement de ces condamnations, qui prenaient la forme principale de peines pécuniaires et d’excommunications, la papauté organisa aussi des croisades contre les plus puissants et turbulents de ces seigneurs, s’appuyant ainsi sur les lignages qui lui étaient restés fidèles, tels les membres de la famille da Varano25, mobilisés par le recteur contre les Gozzolini d’Osimo, les Chiavelli de Fabriano ou encore les Ottoni de Mattelica. Ces croisades commencèrent dès 1321 et touchèrent la plupart des chefs gibelins d’Ombrie, des Marches ou de Romagne26. à ces croisades participèrent des hommes venus de Lombardie, de Florence, de Pise, de Sienne, de Ravenne ainsi que de nombreuses autres cités toscanes ou romagnoles.

Trajectoires nobiliaires, entre orthodoxie et hérésie : l’exemple des Este

  • 27 Sur le contexte romagnole, les Este et Ferrare, v. Larner J., The Lords of Romagna, Ithaca-New Yor (...)
  • 28 Les éléments factuels mentionnés ici sont redevables des contributions de Vasina A., Trombetti A. (...)
  • 29 Ibid., p. 100-101.
  • 30 Ibid., p. 201.
  • 31 Theiner A., Codex…, op. cit., p. 532 : « ac tanquam vassali ejusdem ecclesie dicto predecessori pe (...)
  • 32 Ginatempo M., Sandri L., L’Italia delle città. Il popolamento urbano tra Medioevo e Rinascimento ( (...)

7La famille des Este est à mon sens emblématique de cette complexité des relations entre Église et noblesse et la trajectoire de ce lignage mérite qu’on s’y attarde un peu plus27. Si le patrimoine de cette vieille famille féodale semble se constituer dès les alentours de l’an mil, leur présence à Ferrare n’est attestée que depuis les dernières décennies du XIIe siècle. Dans la première moitié du XIIIe siècle, à une époque où le conflit entre Empire et Papauté tend à se durcir et où la bipartition guelfe/gibelin se définit de plus en plus clairement, les Este – avec Azzo VII – adhèrent progressivement à la pars ecclesia28, tandis que l’autre grande famille aristocratique qui maîtrise alors la cité, les Torelli – et son principal représentant Salinguerra II –, soutiennent ouvertement l’Empire. En 1240, une coalition composée des troupes pontificales, de celles de Venise, de celles des Este en exil et de divers autres soutiens guelfes de la région met fin à la domination de Salinguerra – qui meurt en prison à Venise en 1245 – et marque l’arrivée au pouvoir de la famille. Le 12 février 1264, à la mort d’Azzo, Obizzo II d’Este, son neveu, devient « gouverneur, recteur et seigneur à vie de la ville et du district de Ferrare », marquant ainsi une étape essentielle dans la constitution de leur seigneurie et l’affermissement de leur pouvoir29. Obizzo a trois fils d’un premier mariage : Azzo VIII, Aldobrandino et Francesco. Des dissensions commencent à apparaître entre les trois frères et après la mort d’Azzo, en 1308, Francesco reste fidèle à l’église tandis que Fresco, fils illégitime d’Azzo, en appelle à Venise pour assurer son pouvoir sur la cité : cet acte entraîne en 1309 un conflit resté célèbre entre le pape Clément V et Venise, qui conduit à la capitulation de la Sérénissime. Ferrare revient alors à l’église par la bulle Pia Matris du 11 novembre 131030 – ce serment de fidélité fait à l’église est d’ailleurs rappelé dans la sentence de condamnation qui touche les marquis en mai 132431. Robert d’Anjou devient le nouveau seigneur d’une cité qui compte alors d’après les estimations entre 12 000 et 15 000 habitants32. Cependant, le gouvernement oppressif des officiers pontificaux et des soldats catalans entraîne en 1317 une révolte qui marque le retour au pouvoir de la faction gibeline de la famille, notamment Rinaldo et Obizzo d’Este – tous deux fils d’Aldobrandino –, ouvrant ainsi une longue phase de tension avec l’Église.

8C’est dans ce climat que s’ouvre le procès qui touche les marquis d’Este, mais aussi tous leurs fautores à des degrés divers. Plusieurs documents des archives vaticanes témoignent de l’activité des inquisiteurs contre la cité et de leur volonté d’identifier les soutiens qu’ils recevaient dans la région. Les différents articles d’accusations produits par les juges pontificaux, synthétisés dans le tableau ci-dessous, sont semblables en bien des points et à quelques nuances près à ceux qui furent établis à l’occasion d’autres procès contre des seigneurs gibelins et rebelles dans les mêmes années. Ils témoignent aussi d’une forme de « standardisation » des accusations en ces décennies où apparaissent les premiers procès politiques de grande envergure – à l’image de celui contre les Templiers, pour ne prendre que le plus représentatif d’entre eux.

numéro article

contenu

1

Si dixerunt quod processus, sententie, excommunicationes et pene lati et publicati per dominum papam et Ecclesiam nichil valent pro eo et ex eo, quia papa non potuit eos facere nec potest, quia iste qui dicitur papa non est verus papa, quia nunquam fuit in Sede beati Petri et quia tenet partem et est parcialis.

2

Si per se vel per alios spoliaverunt et spoliant ecclesias Dei et ministros earum, scilicet sacerdotes, clericos et prelatos, hospitalia et pia loca, dicentes quod non sit peccatum pro eo, quod bona que tenent ecclesie non sunt bona ecclesiarum set hominum de Ferraria qui dederunt dicta bona ecclesiis, et sicut dederunt ita possunt auferre ad satisfaciendum stipendiariis pro custodia civitatis Ferrarie, et insuper quia dicti ecclesiarum ministri sunt lupi rapaces et nuncii ac precones diaboli nec deberent permitti vivere.

3

Si comederunt carnes in Quadragesima sine necessitate infirmitatis dicentes quod non sit peccatum.

4

Si dixerunt quod numquam dimittent dominium civitatis Ferrarie ac districtus ecclesie Romane set tenebunt et defendent se omnibus modis quibus poterunt usque ad mortem dicentes quod potius sociabunt se cum Sarracenis et paganis et etiam cum diabolo quam unquam dimittant.

5

Si dixerunt quod ecclesia Romana erat nichil et quedam barataria et quod nolebat nisi verbera et pecuniam et debebat fieri cum ea sicut fit cum meretrice que vituperatur et verberatur et solvitur ei, et quod ista Ecclesia que modo est non est Ecclesia vera.

6

Si dixerunt quod Deus nichil habebat facere in terra nec in civitate Ferrarie ac districtu et quod Deus satis habebat facere in celo, et quod ipsi dominabantur et dominarentur in civitate predicta nec curant de Deo, et quod celum erat Dei et terra erat hominum nec Deus intromittebat se de factis hominum nec de

7

mundo isto. Si vituperaverunt et confuderunt ecclesias Dei deputatas et consecratas ad cultum divinum tenendo aut teneri faciendo in eis seu in domibus earum homines sceleratos, maleficos et assasinos ac mulieres malas et meretrices et equos et animalia bruta, et in ecclesia majori contra sententiam excommunicationis latam faciendo fieri forum de rebus venalibus et teneri ibi lignamina comunis Ferrarie et jocari

8

in ea etiam juxta altaria ad tassilos et azardum sicut esset spelunca latronum. Si rapuerunt et acceperunt uxores et filias hominum cognoscendo eas carnaliter, dicentes quod non sit peccatum.

Tableau 1 – Liste des articles d’accusation établis contre les marquis d’Este d’après ASV, Collectoriae 406, fol. 2r°-3r°.

9On retrouve ici une grande partie des « ingrédients » caractéristiques de ces procès politiques médiévaux dans lesquels les inquisiteurs mobilisent un grand nombre d’accusations qui permettent précisément ce glissement de la simple accusation de rébellion vers celle, aux conséquences bien plus graves, d’hérésie : négation du pape dans sa fonction et sa légitimité même alors que celui-ci se trouve à Avignon, loin de Rome (art. 1) ; persécution des ministres du culte et spoliation des biens de l’Église – cette dénonciation est sans doute à replacer dans un contexte d’anticléricalisme émergent, dont les manifestions apparaissent dans la documentation à partir de la réforme grégorienne (art. 2) ; consommation de viande pendant le Carême sans raison médicale (art. 3) ; volonté de ne renoncer sous aucun prétexte à leur dominium sur la cité et de défendre ce pouvoir jusqu’à la mort, alors même que l’église avait établi son pouvoir direct sur la cité en 1310 (art. 4) ; critique de l’église qui ne serait pas la vraie église et ne serait qu’une escroquerie (art. 5) ; profération de paroles blasphématoires envers Dieu, lequel n’aurait rien à faire à Ferrare et sur terre et aurait assez du Ciel pour s’occuper (art. 6) ; détournement sacrilège des églises et lieux sacrés de la ville, dont les marquis permettraient un usage profane (art. 7) ; enlèvement et viols de jeunes femmes enfin (art. 8), accusation également mobilisée dans d’autres procès. La gamme des accusations et enormia produites par les inquisiteurs est donc très large, depuis l’insubordination à l’autorité pontificale et l’atteinte aux droits de l’église jusqu’à la négation de certains dogmes fondamentaux du christianisme. Seules manquent ici les accusations liées aux pratiques occultes, magiques ou divinatoires, très présentes dans d’autres procédures contemporaines, comme celles contre les Visconti ou contre les hérétiques de Recanati, à une époque où les affaires d’envoûtement se multiplient. La consultation d’un consilium auxquels participent certains grands juristes bolonais permet, à quelques nuances et doutes près sur lesquels il n’y a pas lieu de s’attarder ici, de conclure à la culpabilité des marquis, dès lors condamnés comme hérétiques. La sentence de condamnation est prononcée au mois de mai 1322. Mais elle reste, de manière assez étonnante, comme en suspens et il faut attendre encore deux années, le 4 mai 1324, pour que la sentence définitive ne soit publiée : dans l’intervalle, en août 1323, les marquis auraient reconnu à un nonce de Louis de Bavière la souveraineté de l’Empire sur Ferrare et lui auraient prêté serment de fidélité.

  • 33 J’emprunte cette expression à Villard R., Du bien commun au mal nécessaire. Tyrannies, assassinats (...)

10Les faits, en apparence, semblent donc assez simples et clairs : des nobles considérés comme rebelles par la papauté sont condamnés comme hérétiques, excommuniés et font l’objet d’une croisade, à laquelle participent les membres de la noblesse restés fidèles à l’Église, lesquels se comportent comme les véritables garants de l’orthodoxie. Pourtant la lutte qui oppose les deux camps cache des réalités politiques très complexes et l’on s’aperçoit que tout au long de ces années de procédures ces rapports de force ont souvent donné lieu à une activité diplomatique intense : nombreux sont les seigneurs et communes, à l’image de Fabriano, à jouer un double jeu à cette époque, prêtant d’un côté main-forte aux rebelles tout en cherchant de l’autre à garder le contact avec Avignon et à obtenir par tous les moyens la pacification. Cette complexité et ambiguïté pose une autre question fondamentale dans l’histoire de l’Italie de la fin du Moyen âge, celle de « l’intégration du tyran dans la pratique politique33 ».

L’« orthodoxie négociée » ou les retours dans le giron de l’église

  • 34 Sassi R., « La participazione di Fabriano alle guerre della Marca nel decennio 1320-1330 », Atti e (...)

« Dix ans après l’invasion de Louis de Bavière, en mai 1338, Fabriano était encore bouleversée par de graves querelles de parties ; pour les apaiser, le légat de la Marche envoya – qui aurait pu le deviner ? – Lippacio Guzzolini, ce même Lippacio rebelle, violent, excommunié comme hérétique et sacrilège, qui avait donné tant de fil à retordre à Jean XXII et à Amiel de Lautrec. Le loup, qui avec la vieillesse avait perdu ses dents, s’était mis au service du pasteur pour reconduire dans le troupeau les brebis égarées34. »

  • 35 L’auteur de la chronique n’est pas mentionné ; Favier J., Les papes d’Avignon, Paris, Fayard, 2006 (...)
  • 36 Préfet des archives secrètes du Vatican à partir de 1855, il est l’auteur d’un Codex diplomaticus (...)
  • 37 Le gouvernement des papes et les révolutions dans les États de l’Église, Paris, Didier et Cie, 186 (...)

11Certains historiens, à l’image de Romualdo Sassi, ont montré un certain étonnement – parfois mêlé d’ironie – devant les retours dans l’orthodoxie d’un certain nombre de membres de familles qui, peu de temps auparavant, avaient « donné du fil à retordre » à la papauté et à ses représentants dans les provinces pontificales. L’exemple pris ici par Sassi est celui des Gozzolini, lignage qui domine la cité d’Osimo dans les années 1320 et sur lequel les foudres judiciaires de la papauté s’étaient effectivement abattues, mais ce cas est loin d’être isolé. Ce constat n’a d’ailleurs pas échappé aux chroniqueurs médiévaux eux-mêmes dans d’autres cas de figure et à propos de la domination de Taddeo Pepoli (1337-1347) sur Bologne, Jean Favier rapporte les mots de l’un d’entre eux : « Pour beaucoup, cela fut dur à voir. Que le vicariat ou l’honneur soient attribués par l’église à ceux qui avaient fait tant d’injures à l’église, cela était fait contre la liberté de l’église35. » Le comte Henri de l’Épinois, auteur d’un ouvrage sur le gouvernement des papes et collaborateur d’Augustin Theiner36 dans les années 1860 – ce qui lui permit d’avoir accès aux documents sur lesquels Theiner travaillait –, avait pu voir dans ces revirements la seule émanation d’un « contraste salutaire » et y déceler, dans le cours tumultueux des événements, le triomphe de la raison sur les passions, évacuant ainsi toute dimension diplomatique et politique37.

  • 38 Je renvoie aux études déjà anciennes Vergottini G de, « Ricerche sulle origine del vicariato apost (...)
  • 39 Sur la comparaison du tyran avec le loup, voir la remarque de R. Villard dans Du bien commun…, op. (...)
  • 40 La bulle est transcrite dans Raynaldo O., Annales ecclesiastici, t. V, Lucques, 1701, p. 394-395, (...)
  • 41 Storia di Ferrara, op. cit., p. 204-206.

12Tout au long de ces années, dès la fin du pontificat de Jean XXII mais aussi sous Benoît XII, on voit ainsi se multiplier les absolutions et les retours dans l’orthodoxie, individuels ou collectifs – des retours en grâce parfois très éphémères. Dans un tel contexte de parcellisation du territoire et de compétition pour le pouvoir, ces seigneurs devaient en effet trouver les moyens de légitimer leurs entreprises afin d’essayer d’inscrire leur domination dans une certaine stabilité et continuité. Cette légitimation pouvait emprunter des chemins divers et variés, mais la régularisation des liens avec la papauté, et plus précisément l’obtention d’un vicariat apostolique38, s’avérait une étape importante. Les Este sont à nouveau emblématiques de ces revirements et font partie de ces loups qui se remirent au service du pasteur39. Il est courant de citer le vicariat concédé pour un temps limité par Jean XXII à la famille des Este sur Ferrare en 1329 comme le premier exemple de reconnaissance d’une domination seigneuriale stable au sein de ses propres territoires ; dès septembre 1328, les marquis d’Este nomment deux envoyés qui se rendent à Avignon devant le pape. Au début du mois de décembre, Jean XXII, dans la bulle officielle qui absout les marquis de la censure ecclésiastique, rappelle que les émissaires s’étaient présentés devant lui la corde au cou afin de faire amende honorable au nom de leurs seigneurs (habentes et gestantes circa collum funes in signum ingentiis contritionis de iis40). Dès le 31 mars 1329, l’interdit qui pesait sur Ferrare est levé et le 29 juin suivant, le vicariat est accordé à Rinaldo I, Obizzo II et Niccolo I pour une période de dix ans en contrepartie du versement d’un cens annuel de 10 000 florins. Cette investiture ne devient réellement effective qu’en 1332 lorsque Obizzo reçoit l’attestation d’absolution et renouvelle ses promesses de fidélité et d’obéissance. Ceci n’empêcha pas la persistances de tensions avec l’église, jusqu’à ce qu’Obizzo finisse par recevoir les clés de la ville sous Clément VI, en juillet 1344 et, à cette occasion, le marquis d’Este se voit renouveler le vicariat pour une période de neuf ans dans les mêmes conditions financières qu’en 1329. La seconde moitié du XIVe siècle marque le début d’une nouvelle phase de collaboration avec l’Église et dans les années 1360, les Este – notamment Niccolo II – participent, aux côtés des troupes pontificales à la nouvelle campagne de lutte contre les Visconti (auxquels les Este s’étaient d’ailleurs alliés dans les années 1320, au moment le plus intense de la rébellion). Lorsque Urbain V se rend d’Avignon à Rome, son escorte est notamment placée sous le commandement de Niccolo41. Ainsi, jusqu’à la dévolution au Saint-Siège en 1598, le destin de Ferrare resta lié à la dynastie des Este.

13Il reste encore sans aucun doute beaucoup à comprendre dans le détail de la place de la noblesse dans les terres de l’église et de son inscription dans le système politique et institutionnel communal. à une époque où les rapports de force entre papauté et seigneurs sont permanents, l’instabilité d’une partie de la noblesse devient en quelque sorte une donnée structurelle de l’histoire de ces régions, et le procès, dans ce contexte, est progressivement amené à jouer un rôle de plus en plus important. L’intérêt de comparer ces diverses procédures, menées au sein des terres de l’église comme à l’extérieur – je pense par exemple à la Lombardie –, est qu’elles nous incitent notamment à analyser en profondeur le problème de la définition de l’hérésie, de ses contours et de son extension, mais aussi de remettre en perspective la question – au plan théorique comme au plan pratique – de la défense des droits et prérogatives de l’Église.

Notes

1 Pour en retracer le cadre global, v. Lazzarini I., L’Italia degli Stati territoriali, Rome, Laterza, 2003. Cf. aussi Menant F., L’Italie des communes (1100-1350), Paris, Belin, 2005.

2 V. les mises au point récentes de Morsel J., L’aristocratie médiévale, Paris, Armand Colin, 2004 ; Bordone R., Castelnuovo G., Varanini G. M., Le aristocrazie dai signori rurali al patriziato, Rome, Laterza, 2004 ; Maire Vigueur J. C., Cavaliers et citoyens. Guerre, conflits et société dans l’Italie communale (XIIe-XIIIe siècles), Paris, éditions de l’EHESS, 2003, notamment le chap. 6, p. 213-283.

3 Sur ces questions, v. par exemple Carocci S., « Vassalli del papa. Note per la storia della feudalità pontificia (secoli xi-xvi) », dans Studi sul medioevo in onore di Girolamo Arnaldi, Barone G., Capo L., Gasparri S. (dir.), Rome, Viella, 2001, p. 55-90 ; id., « Regimi signorili, statuti cittadini e governo papale nello Stato della Chiesa (xiv e xv secolo) », dans Dondarini R., Varanini G. M., Venticelli M., Signori, regimi signorili e statuti nel tardo medioevo, Bologne, Pàtron, 2003, p. 245-270 ; id., « Patrimonium beati Petri e fidelitas. Continuità e innovazione nella concezione innocenziana dei dominii pontifici », dans Sommerlechner A. (dir.), Innocenzo III. Urbs et Orbis, Rome, Istituto storico italiano per il medio evo, 2003, p. 668-690 ; Vasina A., « Il papato avignonese e il governo dello Stato della Chiesa », dans Aux origines de l’État moderne : le fonctionnement administratif de la papauté d’Avignon, Rome, école française de Rome, 1990, p. 135-150.

4 Pour le début du XIIIe siècle, voir l’ouvrage récent de Baietto L., Il papa e le città. Papato e comuni in Italia centro-settentrionale durante la prima metà del secolo xiii, Spolète, Fondazione Centro italiano di studi sull’alto medioevo, 2007.

5 Jansen Ph., « Réseaux de clientèles et seigneurs dans les Marches aux XIVe et XVe siècles », dans Barraqué J. P. et Lamazou-Duplan V. (éd.), Minorités juives, pouvoirs, littérature politique en péninsule ibérique, France et Italie au Moyen Âge. Études offertes à Béatrice Leroy, Biarritz, Atlantica, 2007, p. 163-183, ici p. 163.

6 Pirani F., « L’inchiesta legatizia del 1341 sulle condizioni politiche nella Marca », Atti e Memorie della Deputazione di Storia Patria per le Marche, 103 (1998), p. 199-218, ici p. 218.

7 Sur la question angevine, v. par ex. L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre XIIIe et XIVe siècle, Rome, école française de Rome, 1998 ; Tonnerre N.-Y. et Verry E. (dir.), Les Princes angevins du XIIIe au XVe siècle. Un destin européen, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003 ; Comba R. (éd.), Gli Angiò nell’Italia nord-occidentale (1259-1382), Milan, Unicopli, 2006.

8 Je renvoie aux contributions du volume dirigé par M. Gentile, Guelfie ghibellini nell’Italia del Rinascimento, Rome, Viella, 2005.

9 Maire Vigueur J. C., Comuni e signorie in Umbria, Marche e Lazio, Turin, UTET, 1987.

10 Les quelques remarques faites dans le cadre de cet article s’intègrent dans une thèse de doctorat d’histoire en voie d’achèvement (université Lyon 2) dans laquelle sont examinées en détail les poursuites judiciaires menées à l’instigation de Jean XXII contre les rebelles et hérétiques d’Italie du centre et du nord.

11 Pour un examen de la situation dans le Latium, cf. Carocci S., Baroni di Roma. Dominazioni signorili e lignaggi aristocratici nel Duecento e nel primo Trecento, Rome, École française de Rome, 1993 ; pour la situation en Ombrie, v. Fumi L., Eretici e ribelli nell’Umbria. Studio storico di un decennio (1320-1330), Città di Castello, 1916.

12 Jones P. J., The Malatesta of Rimini and the Papal State, Cambridge University Press, 1974.

13 Les registres comptables des trésoriers de la Marche dans les années 1320, notamment ceux tenus par Hugues Bovis, témoignent bien de la régularité de la correspondance entre le recteur et ces familles, notamment pour leur demander les soutiens militaires nécessaires à la poursuite de la lutte contre les rebelles.

14 Jansen Ph., « Réseaux de clientèles… », art. cit., p. 165.

15 C’est ce qu’avance Natalucci M. pour les Marches : « Lotte di parte e manifestazioni ereticali nella Marca agli inizi del secolo xiv », Studia Picena, 24, 1956, p. 125-144, ici p. 131.

16 C’est par exemple le constat que fait Falaschi P. L., « Berardo I da Varano signore di Camerino », Studi Maceratesi, 18, 1983, p. 36. La chronologie des événements dans la Marche au début du XIVe siècle est bien balisée grâce à de nombreuses études ; parmi celles-ci, citons Colini-Baldeschi L., « Ghibellinismo ed Eresie marchigiane nella prima metà del secolo XIV », Rivista delle Biblioteche e degli Archivi, 10, 1901, p. 17-33 ; Sassi R., « La partecipazione di Fabriano alle guerre della Marca nel decennio 1320-1330 con documenti inediti », Atti e Memorie della Deputazione di Storia Patria per le Marche, 7, 1930, p. 57-129 ; Gattucci A., « Giovanni XXII e il ghibellinismo italiano : il processo per eresia ed idolatria, e l’assassinio di Federico da Montefeltro (1322) », Studi storici in onore di Raffaele Molinelli, Urbino, 1998, p. 143-179 ; Villani V., Signori e communi nel medioevo marchigiano. Il conti di Buscareto, Ancône, 1992 ; id., « Lotte di fazione, governi di popolo e politica antimagnatizia nei comuni marchigiani nei secoli XIII e XIV », Atti e memorie della Deputazione di storia patria per le Marche, 103, 1999, p. 7-134 ; id., « Il protagonismo ghibellino e il ruolo dei Chiavelli a Fabriano e a Rocca Contrada fra XIII e XIV secolo », dans Castagnari G. (dir.), Il trecento a Fabriano. Ambiente, società, istituzioni, Fabriano, 2002, p. 167-231 ; id. (dir.), Istituzioni e statuti comunali nella marca d’Ancona : dalle origini alla maturità (secoli XI-XIV), 3 vol., Ancône, Consiglio generale delle Marche, 2005.

17 On trouve l’expression « infidelitatis reatu » dans l’un des fragments de procédure contre Ferrare : Archivio Segreto Vaticano [désormais ASV], Instr. Misc. 765.

18 ASV, Collectoriae 406. Une transcription partielle en a été faite par Bock F., « Der Este-prozess von 1321 », Archivum fratrum praedicatorum, 7, 1937, p. 41-111.

19 ASV, A. A., Arm. C 1003. Une transcription également partielle en a été faite par M. d’Alatri, « Gli idolatri recanatesi secondo un rotolo vaticano del 1320 », Collectanea Franciscana, 33, 1963, p. 82-105.

20 Je me permets de renvoyer à ma thèse pour le détail de ces affaires.

21 Sur cette complexité de la notion de tyran, v. les remarques de Gilli P., « Dictature, monarchie et absolutisme en Italie aux XIVe-XVe siècles », dans Dictature, absolutisme et totalitarisme, Revue française d’histoire des idées politiques, 6, 1997, p. 275-289. P. Gilli donne notamment l’exemple de deux chroniqueurs de la Marche Trévisane, Francesco Pipino et Riccobaldo da Ferrara, qui décrivent l’action de Gherardo da Camino, seigneur de Trévise, et le définissent comme equissimus tyrannus, p. 276. Dans les actes du procès contre les Visconti, on trouve cette idée d’un « régime tyrannique et injuste » que le fils de Matteo Visconti, Galeazzo, impose à Milan : Biblioteca Apostolica Vaticana [désormais BAV], Vat. Lat. 3937, clxxxxi : « ac regimine tiranico et injusto quod de novo per violentiam occupavit »…

22 Cette association est fréquente dans la documentation.

23 Une idée que l’on retrouve par exemple dans l’énoncé du 33e article d’accusation du procès contre Matteo Visconti, à Milan ; BAV, Vat. Lat. 3936, fol. 28v : « Quod propter tyranidem suam ecclesiastica sacramenta non ministrantur, hereses pululant, scismata crescunt »…

24 Cette idée est présente dans l’acte de condamnation des marquis d’Este daté du 4 mai 1324 et édité par A. Theiner, Codex diplomaticus dominii temporalis Sancte Sedis, t. 1, Rome, 1861, p. 531-36 : « […] aliaque mala innumera inibi perpetrando que seriem nimis prolixe narrationis exigerent »…, p. 535.

25 Pour un survol des engagements philoguelfes de cette famille, cf. Jansen Ph., « Réseaux de clientèles… », art. cit., p. 174-176.

26 Housley N., The Italian Crusades. The Papal-Angevin Alliance and the Crusades against Christian Lay Powers, 1254-1343, Oxford, Clarendon Press, 1982.

27 Sur le contexte romagnole, les Este et Ferrare, v. Larner J., The Lords of Romagna, Ithaca-New York, Cornell University Press, 1965 ; Vasina A., I Romagnoli fra autonomie cittadine e accentramento papale nell’età di Dante, Florence, Leo S. Olschki Editore, 1965 ; id., « La Romagna Estense. Genesi e sviluppo dal Medioevo all’età moderna », Studi Romagnoli, 21, 1970, p. 47-68 ; id., Romagna medievale, Ravenne, A. Longo (éd.), 1970 ; id., « il mondo emilio-romagnolo nel periodo delle signorie (secoli xiii-xvi) », dans Storia dell’Emilia romagna, Berselli A. (dir.), Imola, 1975, p. 675-748 ; id. (dir.), Storia di Ferrara, vol. 5, « Il basso medioevo, XII-XIV », Ferrare, G. Corbo, 1987 ; id., « Governanti e governati nella ‘‘provincia Romandiole’’ dei secoli xiii e xiv », dans Dal Patrimonio di San Pietro allo Stato Pontificio. La Marca nel contesto del potere temporale, Menesto E. (dir.), Spolète, Centro italiano di studi sull’alto medioevo, 2000, p. 39-64 ; W. L. Gundersheimer, Ferrara. The style of a Renaissance Despotism, Princeton, Princeton University Press, 1973 ; Dean T., Land and Power in late medieval Ferrara. The Rule of the Este, 1350-1450, Cambridge, Cambridge University Press, 1988.

28 Les éléments factuels mentionnés ici sont redevables des contributions de Vasina A., Trombetti A. L. Budriesi et L. Chiappini dans la Storia di Ferrara, op. cit., vol. 5.

29 Ibid., p. 100-101.

30 Ibid., p. 201.

31 Theiner A., Codex…, op. cit., p. 532 : « ac tanquam vassali ejusdem ecclesie dicto predecessori per eundem syndicum homagium ligium fecerint et fidelitatis prestiterint juramentum ».

32 Ginatempo M., Sandri L., L’Italia delle città. Il popolamento urbano tra Medioevo e Rinascimento (secoli XIII-XVI), Florence, Le Lettere, 1990, p. 88.

33 J’emprunte cette expression à Villard R., Du bien commun au mal nécessaire. Tyrannies, assassinats politiques et souveraineté en Italie, Rome, École française de Rome, 2008, p. 87.

34 Sassi R., « La participazione di Fabriano alle guerre della Marca nel decennio 1320-1330 », Atti e Memorie della Deputazione di Storia Patria per le Marche, 7, 1930, p. 57-129, citation p. 83.

35 L’auteur de la chronique n’est pas mentionné ; Favier J., Les papes d’Avignon, Paris, Fayard, 2006, p. 454. Sur la seigneurie de Taddeo Pepoli, Antonioli G., Conservator pacis et iustitie. La signoria di Taddeo Pepoli a Bologna (1337-1347), Bologne, CLUEB, 2004.

36 Préfet des archives secrètes du Vatican à partir de 1855, il est l’auteur d’un Codex diplomaticus Dominii temporalis Sanctae Sedis, op. cit., encore très largement utilisé par les historiens.

37 Le gouvernement des papes et les révolutions dans les États de l’Église, Paris, Didier et Cie, 1865, p. 235.

38 Je renvoie aux études déjà anciennes Vergottini G de, « Ricerche sulle origine del vicariato apostolico », dans Studi in onore di E. Besta, II, Milan, 1937-39, p. 301-350 ; id., « Note per la storia del vicariato apostolico durante il secolo XIV », dans Studi in onore di C. Calisse, III, Milan, 1939-1940, p. 339-365.

39 Sur la comparaison du tyran avec le loup, voir la remarque de R. Villard dans Du bien commun…, op. cit., p. 84.

40 La bulle est transcrite dans Raynaldo O., Annales ecclesiastici, t. V, Lucques, 1701, p. 394-395, cit. p. 394. Sur ce rituel v. un cas étudié par Moeglin J.-M., « Pandolf la corde au cou (Ottoboni Lat. 74, f. 193v°). Quelques réflexions au sujet d’un rituel de supplication (XIe-XVe s.) », dans Suppliques et requêtes. Le gouvernement par la grâce en Occident (XIIe-XVe s.), Millet H. (dir.), Rome, École française de Rome, 2003, p. 37-76.

41 Storia di Ferrara, op. cit., p. 204-206.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540