Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le salut par les armes

 | 
Franck Mercier
, 
Ariane Boltanski

Première partie. Défendre la foi : pour ou contre le pape ?

Raymond VII de Toulouse et son engagement dans la défense de l’orthodoxie. D’excommunications en réconciliations (1229-1249)

Laurent Albaret

Texte intégral

  • 1 Macé L., Les comtes de Toulouse et leur entourage, XIIe-XIIIe siècles : rivalités, alliances et je (...)
  • 2 Guillaume Puylaurens est un témoin important des actes de Raymond VII, sans que l’on connaisse vér (...)
  • 3 Je fais allusion au Cartulaire de Raymond VII, le JJ XIX des Archives nationales, qui contient 182 (...)
  • 4 Macé L., « Le siège de Beaucaire (fin mai-24 août 1216). La croix fait des progrès et le lion perd (...)

1Dernier des enfants de la maison de Toulouse, Raymond le jeune ou Raimondet, septième comte du nom, fils de Raymond VI (1195-1222) et de la comtesse Jeanne (1196-1199), ne connaît pas à ce jour de biographe particulier. Les études sur sa stratégie politique et son attitude face à la dissidence albigeoise sont inexistantes, contrairement à ses prédécesseurs1. Raymond VII est pourtant loin d’être un successeur anonyme de son père. Les troubadours ou les chroniqueurs contemporains, comme Guillaume de Puylaurens2, en témoignent. Le nombre d’actes qu’il a produits le confirme3. Né en 1197 à Beaucaire, Raimondet est aux affaires dès les premières années de la Croisade contre les Albigeois. Sa naissance politique date de sa victoire de Beaucaire sur Simon de Montfort en 12164 et se concrétise lorsqu’il devient dux Narbone, comes Tolose, marchio Provincie le 21 septembre 1222 lors d’une cérémonie à l’église Saint-Pierre-des-Cuisines. Raymond VII est surtout le témoin de la déchéance de son père et l’acteur de la reconquête toulousaine des années 1220-1224, reconquête brisée par la Croisade royale de 1226-1229.

2Dans ce contexte de crises, il est difficile d’ignorer les excommunications successives de ce prince bon catholique du Toulousain, et l’on ne peut occulter ses réconciliations avec l’Église, de 1229 – lors du traité de Meaux-Paris – jusqu’à 1249 – date de sa disparition. Défenseur de l’orthodoxie, mais sympathisant de la cause dissidente, Raymond VII manifeste dans les vingt dernières années de sa vie une politique ambiguë tant dans l’exercice de ses pouvoirs temporel et spirituel, que dans ses rapports avec les représentants du roi et de l’Église.

Traité de Paris et concile de Toulouse (1229) : les bases de la défense d’une orthodoxie remise en cause

  • 5 Macé, Catalogues raimondins, no 554, p. 394-395, liste des originaux et des copies ; texte édité p (...)

3Le 12 avril 1229, le traité de paix de Meaux-Paris est signé entre les Toulousains et la Couronne de France5. Sans entrer dans les détails des clauses, ce traité imposé à celui qui n’a plus que le titre comtal de Toulouse reprend, pour la suite de son existence, un cahier des charges rigoureux pour installer la défense de l’orthodoxie dans les terres toulousaines. Les clauses de l’acte et leurs applications sont draconiennes. Sur un plan territorial, le comte perd le marquisat de Provence – confié à Rome – et le duché de Narbonne. Ses possessions se réduisent à Toulouse et aux territoires voisins du haut Languedoc, notamment les diocèses d’Agen et de Cahors, mais aussi de riches seigneuries – encore « gangrenées par l’hérésie » – de Castelnaudary, Laurac ou encore Fanjeaux. La clause successorale est sans appel : la fille Jeanne, unique enfant de Raymond VII et de Sancie d’Aragon, désignée comme héritière du comté, est enlevée au comte. Elle épousera Alphonse de Poitiers, frère du roi de France. Le roi prend quant à lui des gages au travers des clauses militaires : le château narbonnais, place forte toulousaine, est occupé par une garnison française pour une période de dix ans, les murailles urbaines de Toulouse sont démolies à partir du mois de juillet 1229, ainsi que celles de trente autres villes et châteaux de la région.

4Pour ce qui est de la défense de l’orthodoxie en terre languedocienne, les clauses qui ouvrent le traité sont les lignes d’une politique anti-hérétique des plus classiques : promesse de lutter contre l’hérésie, de chasser les routiers, de retirer toute charge publique aux hérétiques et aux juifs, de restituer au clergé les biens et les droits qui lui avaient été retirés. Le système répressif imposé par le traité de Paris est accentué, instituant la délation et associant le pouvoir civil à la poursuite des hérétiques. Il contient surtout une clause anti-hérétique majeure : la fondation effective d’une université, fer de lance contre la dissidence et gardienne de l’orthodoxie, établissement à la charge financière de Raymond VII.

  • 6 L’appui royal dans la lutte anti-hérétique se résume à deux ordonnances durant le XIIIe siècle : l (...)

5Quant à la réconciliation canonique du comte de Toulouse, elle est connue. Elle se déroule le jeudi 12 avril 1229 lors d’une cérémonie d’humiliation publique en la cathédrale Notre Dame de Paris, devant le jeune roi Louis IX, âgé de 14 ans, et les principaux seigneurs de la cour de France. Le 14 avril, l’ordonnance Cupientes de Louis IX, dictée par le cardinal de Saint-Ange, rappelle les peines contre les hérétiques et leurs complices, mais aussi l’obligation, en tant que sujet, vassal ou officier du roi, de traquer ces derniers et de les remettre aux autorités ecclésiastiques6. Le 3 juin, jour de Pentecôte, réintroduit dans ses droits de chrétien, mais tenu de faire un pèlerinage en Terre sainte, armé chevalier par le roi de France et de nouveau comte de Toulouse, Raymond VII quittait sa résidence forcée à Paris pour rentrer dans sa ville, alors que Jeanne était fiancée à Alphonse de Poitiers qui, comme elle, avait neuf ans. Entre temps, Foulque, évêque de Toulouse, présent à Meaux et à Paris, avait lu publiquement et solennellement le traité de Paris devant les prélats et les notables toulousains, assemblée qui jure d’en respecter les clauses. à son retour, Raymond VII fait diffuser des traductions du traité de Paris en occitan, provoquant des réactions de révolte et d’indignation parmi les seigneurs et les populations du comté. Dans un même temps, treize chevaliers lui prêtent hommage, mais douze d’entre eux sont complices d’hérésie d’après les clauses du traité.

  • 7 En 1227, le concile de Narbonne oblige les évêques à instituer des témoins synodaux dans chaque pa (...)

6En novembre 1229, les mesures du traité de Paris sont complétées par les décisions du concile de Toulouse présidé par le cardinal de Saint-Ange et dans lequel l’évêque de Toulouse Foulque prend une part active, en présence de Raymond VII, de deux représentants des consuls et d’André Chaulet, sénéchal de Carcassonne. 45 canons organisent la surveillance des fidèles, le repérage des éléments suspects, la délation systématique – et rémunérée – ainsi que la traque des suspects confiés à l’évêque. Le concile établit surtout un tribunal extraordinaire, avec des enquêteurs paroissiaux et formé de juges délégués permanents, tribunal chargé de poursuivre les hérétiques, mais aussi de prononcer des interdictions, des emprisonnements et des incapacités civiles. C’est peut-être le caractère d’ensemble qui est à retenir dans cette disposition conciliaire. Les réconciliations, déjà organisées depuis le concile de Narbonne (12277), restent en effet écartées car elles ne provoquent que des résultats individuels considérés comme négligeables.

La défense de l’orthodoxie selon Raymond VII (1229-1243)

  • 8 Conformément à l’ordonnance Cupientes, les biens des hérétiques sont confisqués au profit du seign (...)

7Malgré les décisions politiques et conciliaires anti-hérétiques de 1229, l’engagement du comte de Toulouse est des plus ambigus dans la défense de l’orthodoxie sur le terrain. Dans une première réflexion, Raymond VII pratique une politique anti-hérétique pour un simple souci financier : soumis aux décisions du concile de Toulouse, il participe à la lutte contre la dissidence, aux arrestations d’hérétiques et bénéficie de fait des confiscations pour accusation d’hérésie8 – dont il reversera épisodiquement une partie à l’Inquisition à partir de 1234. Il se rapproche ainsi de l’église, spirituellement et politiquement dans l’espoir qu’elle l’aidera à recouvrer ses possessions provençales perdues, terres qui lui coûtent une grande partie de ses revenus et le contraint à ne plus être que le comte de Toulouse et du Toulousain. Le calcul est simple et peut être payant. Le comte agrandit sa seigneurie directe, notamment avec les confiscations du fief des Niort, famille d’hérétiques notoires du pays de Sault entre les hautes vallées de l’Aude et de l’Ariège – mais fait aussi de nombreuses restitutions, des donations et d’autres largesses aux familiers et à des couvents.

  • 9 Puylaurens, Chronique, XL, p. 154, « Sed habens comes quandoque latera aquilonis circa se, idem ex (...)

8À la lecture de la situation au lendemain du concile de Toulouse de 1229, le comte n’a donc plus d’intérêt particulier à protéger son administration ou ses vassaux sympathisants de la dissidence. Mais, en tant que prince du Toulousain et selon des logiques familiales ou clientélistes, il ne peut se soumettre à des décisions conciliaires sévères qui menacent les siens. Raymond VII s’engage dès lors dans une « politique du milieu », luttant contre l’hérésie sans poursuivre systématiquement les hérétiques, et multipliant de fait à son encontre des excommunications mineures et des réconciliations politiques. Cette attitude incertaine et équivoque est résumé par Guillaume de Puylaurens en une phrase dans sa Chronique : « Lorsque les souffles de l’Aquilon tourbillonnaient sur lui, de chaud qu’il était, il devenait parfois tiède et paresseux à poursuivre l’affaire de la paix et de la foi9. »

  • 10 Puylaurens, ibid., XXXVIII, p. 148.

9Au début de l’année 1230, dès les premiers mois suivants le concile de Toulouse, Raymond VII s’attire déjà les remontrances de l’évêque Foulque, qui déplore sa « crassa negligentia10 » et son apathie à poursuivre les hérétiques. Alors que des enquêteurs et des délateurs sont assassinés à Toulouse, la population toulousaine, protestant contre le zèle de Foulque, rechigne à payer la dîme à ce « jongleur déguisé en évêque » comme le désigne le comte de Foix lors de Latran IV. Dans l’opposition entre Foulque de Toulouse et la famille hérétique des Niort, la violence fait loi. Le sénéchal de Carcassonne, officier de la Couronne, délégué pour l’arrestation de membres de la famille des Niort, trouve la mort dans un guet-apens. En juin 1230, cette mauvaise volonté de Raymond VII à s’engager dans la lutte contre la dissidence provoque une plainte du clergé méridional qui délègue à Rome l’évêque de Carcassonne pour rendre compte de la situation. Convoqué par Gauthier de Marnis, évêque de Tournai et nouveau légat pontifical, le comte est sermonné et promet de régler des contentieux en souffrance. En vain. Dans une lettre datée du 2 janvier 1231, Raymond VII est de nouveau sommé par le pape Honorius III de régler ses dettes et de prendre des engagements pour son pèlerinage outre-mer, déjà retardé avec l’accord du souverain pontife en juillet 1230. La menace de l’excommunication est brandie, mais elle n’est pas appliquée, Raymond VII ayant versé quelques dédommagements réclamés par l’abbaye de Cîteaux.

  • 11 Puylaurens, Chronique, XL, p. 152. Raymond du Fauga, provincial des Dominicains, est élu le 20 mar (...)

10Les relations entre le comte du Toulousain et le Dominicain Raymond du Fauga, successeur de Foulque – mort à la Noël 1231 –, sont tout aussi agitées. Selon Guillaume de Puylaurens, dès son élection en mars 1232, le nouvel évêque s’engage en poursuivant les dissidents, en défendant fermement les droits de l’église et en s’efforçant de diriger le comte « modo cum rigore modo cum mansuetudine11 ». Au côté de cet évêque médiateur, qui vient réunir un concile à Béziers afin de réaffirmer la nécessité de l’Inquisition séculière, Raymond VII participe à l’action de l’Inquisition épiscopale. En 1232, il prend la tête d’une expédition sur le village de Labécède, dans la Montagne Noire, contre les hérétiques, en poursuit plusieurs et fait arrêter dix-neuf, hommes et femmes, dont Pagan, seigneur du lieu. Si l’action est d’un certain éclat – alors que Pagan semble avoir été libéré contre une caution –, le légat Gauthier de Marnis ne semble pas convaincu.

  • 12 Puylaurens, Chronique, XL, p. 154.
  • 13 Devic C., Vaissete J., Histoire générale du Languedoc, Toulouse, 1879-1885 (2e édition) (désormais (...)
  • 14 Dossat Y., « Un évêque cathare originaire de l’Agenais, Vigouroux de la Bacone », Bulletin philolo (...)
  • 15 Dossat Y., « Le bûcher de Montségur et les bûchers de l’Inquisition », Cahiers de Fanjeaux, 6, Le (...)
  • 16 Une plainte avait été adressée au légat Gauthier de Marnis par le prieur du Mas d’Agenais. Cf. Auv (...)

11Raymond VII accepte la critique, paraphe solennellement un document en la cathédrale Saint-Étienne de Toulouse le 20 avril 1233, et promulgue des statuts plus efficaces pour la défense de l’orthodoxie ; une copie sera envoyée au pape et au roi de France12. Renouvelant les mesures dictées contre l’hérésie par le traité de Paris et le concile de Toulouse, le comte de Toulouse prend la décision de les étendre aux fauteurs de troubles et – pour son propre trésor – de généraliser la confiscation des biens13. Cet engagement dans la défense de l’orthodoxie doit s’accompagner d’actes sur le terrain. C’est en Agenais que Raymond VII poursuit la dissidence. Un des meneurs de l’hérésie, Vigouroux de la Bacone14, est pris et brûlé à Toulouse15. Peu de temps après – sans qu’une date précise soit connue par les sources –, quatre hérétiques, arrêtés près de Montségur par le bayle Massip de Gaillac et le seigneur de Fanjeaux Astnar Pardou, sont remis au comte de Toulouse qui les fait brûler. Mais cette même année, Raymond VII est excommunié à la suite d’un différend financier non réglé avec le prieur du Mas-d’Agenais, excommunication qui se prolonge jusqu’en 124016.

12Malgré cette excommunication, Raymond VII se rapproche de Rome. En janvier 1234, Honorius III félicite le comte des statuts signés en avril 1233, lui recommandant le 15 janvier, son nouveau légat, l’archevêque de Vienne Jean de Bernin. En mars 1234, le comte obtient d’être investi du marquisat de Provence. Saisi en 1229 par Rome, confié à un lieutenant du roi de France, le marquisat est donc rendu à son propriétaire légitime, Raymond VII, récompense pour son soutien à la cause du pape lors d’un conflit avec les Romains.

  • 17 Cette excommunication est prononcée à par l’évêque de Comminges auquel la solution de l’affaire de (...)

13Mais à Toulouse et à Carcassonne, avec l’installation de l’Inquisition pontificale, les excès des inquisiteurs Guillaume Arnaud et Pierre Sellan provoquent une violente révolte des Toulousains contre les juges pontificaux et les Prêcheurs. Le nouveau pape Grégoire IX, tout en intervenant auprès des évêques méridionaux pour calmer les esprits, renouvelle néanmoins sa confiance au comte de Toulouse dans une lettre du 22 novembre 1234. Cependant, devant de nouveaux incidents en 1235 et l’indifférence de Raymond VII, celui-ci est excommunié le 10 novembre 1235 par Guillaume Arnaud, réfugié à Carcassonne, qui rend responsable le comte de Toulouse et les capitouls des violences contre les inquisiteurs et les Dominicains. Une seconde excommunication est prononcée à son encontre le 16 mars 1236, à cause d’un différend avec l’abbé de Moissac17. Si Grégoire IX, prévenu des événements toulousains par une délégation venue lui rendre compte à Pérouse, fait connaître son mécontentement dans un courrier à Raymond VII en date du 28 avril 1236, il en informe aussi le roi de France. Par plusieurs lettres datées des 7, 27 mai et 14 juin 1236, il demande que les clauses du traité de Paris soient respectées, et notamment le départ en croisade du comte à Pâques 1237 tout comme le paiement des dommages et des intérêts dûs à l’Église, soit quelque 10 000 marcs.

  • 18 Raymond VII et Blanche de Castille sont cousins germains, leurs mères respectives, Jeanne et Alién (...)

14La rencontre à Carcassonne entre Jean de Bernin et Raymond VII, puis le retour des inquisiteurs et des Prêcheurs à Toulouse dès le 4 septembre 1236 sont des actes suffisants pour que la sentence d’excommunication soit levée par Rome, sur intervention de la reine Blanche de Castille, cousine germaine de Raymond VII18. L’Inquisition pontificale est cependant maintenue à Toulouse, les inquisiteurs de Toulouse rétablis dans leurs fonctions sous protection du comte de Toulouse et à la demande du pape, l’Inquisition toujours confiée aux Mendiants et ce jusqu’en 1237.

  • 19 Labande L.-H., Avignon au XIIe siècle. L’évêque Zoen Trencarari et les Avignonnais (désormais noté(...)

15À la fin de l’année 1236, Raymond VII profite des événements politiques et du conflit entre l’empereur Frédéric II, les cités lombardes en révolte et Grégoire IX en difficulté. Il obtient par une lettre du souverain pontife datée du 9 février 1237 un nouveau report de son départ pour la Terre sainte, désormais programmé pour la Saint-Jean-Baptiste 1237 et un contrôle par le légat des enquêtes et des procédures menées par les inquisiteurs de Toulouse Guillaume Arnaud et Étienne de Saint-Thibéry. Mais en raison de sa politique provençale, il est excommunié19 : en mai, il s’est en effet porté au secours de Marseille en révolte contre le comte catalan de Provence, seigneur du parti du pape ; ce dernier prononce une sentence d’excommunication le 18 mai 1237. Puis, dans une lettre réquisitoire contre le comte de Toulouse datée du 20 mai, Grégoire IX informe le roi de France, dénonçant l’attitude de Raymond VII qui n’a pas tenu un seul des engagements du traité de Paris.

  • 20 Bnf, Doat 24, fol. 64v°-68v°, déposition de Bérenger de Lavelanet datée du 21 avril 1244 (informat (...)

16En juillet 1237, le prince du Toulousain profite de sa position de vassal provençal de Frédéric II et réplique, parvenant à envoyer l’évêque de Clermont à Rome pour remettre au pape un cahier de doléances de dix-huit articles, se plaignant notamment des inquisiteurs qui ne respectent pas les règles du droit civil et du droit canonique20. Le pape accède à plusieurs demandes, dont un pèlerinage ramené de cinq à trois ans, une entière liberté quant à la date de départ, la levée des excommunications et la remise des amendes fixées par le traité de Paris, mais sermonne Raymond VII dans un courrier du 8 août. La situation politique de Grégoire IX étant fragile – Frédéric II a franchi les Alpes et s’installe à Vérone –, la principale concession faite est relative à l’Inquisition et au légat Jean de Bernin. Plusieurs peines prononcées par les inquisiteurs de Toulouse sont commuées par l’archevêque de Narbonne agissant sur lettre pontificale du 4 décembre 1237. Quant au légat, dont se plaint le comte de Toulouse, il ne voit pas son mandat renouvelé en mars 1238. Deux mois plus tard, par un courrier du 13 mai 1237, Grégoire IX suspend l’Inquisition en France méridionale pour trois puis cinq mois, jusqu’à l’arrivée d’un nouveau légat à Toulouse, Jacques de Pecoraria, évêque de Palestine en attente d’un sauf-conduit de la part de l’empereur Frédéric II. Par une douzaine de lettres pontificales entre les 13 mai et 19 juin 1238, le nouveau légat est informé en Palestine de la situation en Toulousain et des mesures de bienveillance à l’égard de Raymond VII. Devant l’opposition de l’empereur, Grégoire IX désigne le 9 août un autre légat pour la France méridionale, en la personne de Guy, évêque de Sora.

  • 21 Teulet, Layettes, II, no 2738.
  • 22 Labande, Avignon, p. 309.
  • 23 Bnf, Doat 31, fol. 65ro-66ro.
  • 24 Cette sentence est annulée par Grégoire IX dans une bulle datée du 12 septembre 1239 et adressée à (...)
  • 25 Le 4 février 1239, les procureurs des maîtres informent l’évêque de Sora que la somme de 500 livre (...)

17Le 20 août 1238, ce dernier reçoit pour mission de conclure les affaires dans lesquelles Raymond VII est impliqué, afin de le relever de toutes les excommunications qu’il avait encourues21. Le comte semble s’en tirer avec quelques promesses : réparation des dommages causés aux ecclésiastiques méridionaux, engagement de soutien à l’Église et lutte contre l’empereur22. De son côté, le légat mécontente les inquisiteurs en faisant libérer des prisonniers condamnés à la prison perpétuelle23 et excommunie le prieur du Mas-d’Agenais, coupable de ne pas s’être acquitté des procurations qu’il devait pour son église24. En février 1239, une dernière excommunication sur le comte semble être levée par Guy de Sora, à la suite d’un compromis négocié à Lavaur au sujet du paiement des maîtres de l’université de Toulouse. La contestation populaire devant l’université et ses pratiques avait entraîné le comte à refuser de payer les salaires des enseignants, notamment ceux de Roland de Crémone. Le 4 février 1239, le solde est payé et le comte réconcilié25. À cette date, Raymond VII semble être relevé de toutes ses sentences. Pour un temps.

  • 26 Dossat Y., « Le prétendu concile de Bourges et l’excommunication du comte de Toulouse à Viviers (j (...)
  • 27 Auvray, Registres, III, no 4926.
  • 28 Auvray, Registres, III, no 5078.

18En novembre 1238, le comte catalan de Provence, Raymond-Bérenger V, a promis son aide au pape dans une charte où il prend le titre de « comte et marquis de Provence ». À la demande de l’empereur qui ne peut souffrir de cette trahison, Raymond VII entre en Provence, ravage la Camargue et assiège le nouvel allié du pape dans Arles. Le 26 avril 1239, il est excommunié par Grégoire IX. Le 10 mai, sur décision du légat pontifical, l’archevêque de Narbonne est chargé de poursuivre les seigneurs – les compagnons de Raymond VII – prenant fait et cause pour le parti impérial, de les excommunier et d’en publier la sentence chaque dimanche et jour de fête26. Rome menace Raymond VII d’une nouvelle excommunication dans deux bulles de Grégoire IX datées du 12 septembre 123927 et du 1er mars 124028, au sujet de l’affaire du Mas-d’Agenais, le comte n’ayant pas réparé les dommages causés et ce malgré l’annulation de son excommunication par Guy de Sora qui – selon Grégoire IX – semble avoir agi avec légèreté dans le règlement de cette affaire.

  • 29 Dossat, Viviers, n. 2, p. 467.
  • 30 Dossat, Viviers, p. 468.
  • 31 Labande, Avignon, pièce justificative no VI, p. 308-311.
  • 32 Ibid., p. 311-313.
  • 33 HGL, VIII, col. 1037-1039.
  • 34 HGL, VI, p. 709.
  • 35 HGL, VIII, col. 1041-1042.

19Les 14 et 15 juillet 1240, le concile de Viviers, présidé par Zoen Trencarari, vice-légat pour la Provence, se déroule en présence de plusieurs prélats méridionaux29, afin de s’occuper de la situation du comte de Toulouse. La liste des griefs est longue : les salaires impayés de l’université, les destructions de maisons d’hérétiques non effectuées, le départ différé en Terre sainte, le paiement en attente des 10 000 marcs en réparation des dommages aux églises du Toulousain, sans compter les conflits avec des ecclésiastiques méridionaux et provençaux30. L’absence de l’aide promise à Rome et son intervention dans le comté de Provence contre l’Église sont des raisons plus conséquentes pour que le concile puisse conclure que Raymond VII est retombé sous le coup des anciennes excommunications dont l’avait absout par le passé l’évêque de Sora « irrationabiliter31 ». Le 16 juillet 1240, la sentence est publiée par Zoen Trencarari devant la cathédrale de Viviers : le comte de Toulouse est excommunié, tout comme les comtes de Rodez et de Comminges et un certain nombre de ses vassaux. Pour compléter, les évêques menacent d’excommunication tous ceux qui apporteront « consilium, auxilium vel favorem » au comte de Toulouse, et ce à l’encontre de l’Église32. Les 11 et 12 août 1240, alors qu’il vient d’être élu podestat en Avignon, Raymond VII renonce à ses droits sur la cité et quitte la Provence pour Castelnaudary où il arrive le 1er septembre 124033. Dans une bulle pontificale datée du 7 octobre 1240 et adressée à l’abbé de Déols dans le diocèse de Bourges34, Raymond VII est de nouveau menacé d’une autre excommunication dans les deux mois, à la suite de son différend avec l’abbé de Moissac sur la juridiction de la ville, en raison de son obstination dans cette affaire et malgré ses promesses faites à Guy de Sora lors de son absolution35.

  • 36 HGL, VIII, col. 1053.
  • 37 Sur la politique matrimoniale de Raymond VII et des comtes de Toulouse, cf. Debax H., « Stratégies (...)
  • 38 HGL, VIII, col. 1052.
  • 39 HGL, VIII, col. 1052-53. Le comte de Foix, le vicomte d’Auvillar, les consuls de Toulouse, Agen, M (...)

20Le 14 mars 1241, Raymond VII se rend à la cour de France, installée à Montargis, pour renouveler par écrit son hommage vassalique et son serment de fidélité à Louis IX, qui vient de mettre au pas le soulèvement de Raymond Trencavel dans la sénéchaussée de Carcassonne. Lors de l’entrevue, le comte s’engage une nouvelle fois à défendre l’orthodoxie en terre toulousaine et à détruire un repaire reconnu de l’hérésie, le castrum de Montségur, dès qu’il sera en mesure de le faire36. Dans le courant de l’année 1241, le comte enverra quelques hommes dans un simulacre de siège au pied du « pog » de Montségur, se dédouanant à l’égard du roi de France et de l’Église. C’est à cette période qu’il aurait envisagé de faire annuler son mariage avec Sancie d’Aragon – qui ne peut plus avoir d’enfants et avec qui il est brouillé – pour épouser Sancie de Provence, fille de Raymond-Bérenger V37, dans l’espoir d’un héritier mâle à venir et de la remise en cause de la clause successorale du traité de Paris. Dès février 1241, il a su de nouveau s’attirer les bonnes grâces de Grégoire IX pour l’annulation de son mariage, s’engageant à obéir à Rome. Dans la reconquête de ses terres perdues, l’empereur ne peut plus lui apporter secours. Réconcilié avec le pape, Raymond VII devient allié du Saint Siège contre Frédéric II « prétendu empereur38 », suivi de ses vassaux, engagés par lui dans un courrier du 1er mars 124139.

  • 40 La nullité est prononcée par les commissaires pontificaux qui sont l’évêque Durand d’Albi et le pr (...)
  • 41 Teulet, Layettes, II, no 2905 et 2906, actes des 18 et 23 avril 1241 ; no 2920, acte du 6 juin 124 (...)
  • 42 Bnf, Doat, 21, fol. 172ro-173vo, Lettres de Grégoire IX datées du 22 mai 1241.

21À cette date, Raymond VII est néanmoins toujours retranché de la communauté des fidèles. En avril 1241, il obtient le soutien du roi Jacques d’Aragon, avec lequel il signe une trêve de deux ans. Lors d’une seconde rencontre à Montpellier le 6 juin 1241, il s’assure aussi l’appui de ce dernier pour intervenir auprès du pape afin d’obtenir son absolution, la nullité de son mariage avec Sancie d’Aragon40 et le sursis de certains engagements pris au concile de Toulouse de 1229, notamment en lien avec la lutte anti-hérétique41. Mais en mai 1241, l’Inquisition pontificale a de nouveau été réinstallée par le pape à Toulouse42, et ce malgré les plaintes du comte. La disparition de Grégoire IX le 22 août 1241 laisse Raymond VII au ban de la communauté des Chrétiens.

  • 43 HGL, VIII, col. 1084-1087.
  • 44 Bnf, Doat 31, 40ro-43ro.
  • 45 Deux exemplaires de ce document sont connus, conservés aux Archives nationales, J 305, no 8, et au (...)
  • 46 Bnf, Doat 31, 44r-46v ; édition dans HGL, VIII, col. 1088-1090.

22En septembre 1241, ce sont les affaires politiques qui l’occupent. Soutenu par le comte de Foix et le vicomte de Narbonne, se rapprochant d’Hugues de Lusignan, comte d’Angoulême et de La Marche et allié du roi d’Angleterre, Raymond VII entre dans une coalition anglo-poitevine déclenchée en raison de l’attribution récente du Poitou à Alphonse, frère de Louis IX. Participant au soulèvement général contre le roi de France, le prince du Toulousain s’assure entre décembre 1241 et avril 1242, par serment, l’alliance des comtes de Foix, de Comminges, d’Armagnac et de Rodez, des vicomtes de Narbonne, Lomagne, de Lautrec et de petits seigneurs. Il s’attaque alors aux domaines du roi de France, depuis le Carcassès jusqu’au Biterrois. Mais en mars 1242, le comte est gravement malade au château de Penne d’Agenais et en danger de mort43. L’évêque d’Agen se rend au chevet de Raymond VII qui lui réitère son soutien dans la défense de l’orthodoxie44. Le prélat fait dès lors dresser la liste des excommunications encourues et l’absout de ces dernières « exprimées et non exprimées ». Un acte est rédigé le 14 mars 1242, en plusieurs exemplaires45. Dans un courrier du 1er mai 1242, le comte de Toulouse l’exhorte à s’occuper de la poursuite de l’hérésie dans son diocèse, quitte à associer dans sa lutte des Prêcheurs ou des Mineurs46. Le comte pratique de même avec les évêques d’Albi, de Rodez et de Cahors, les assurant de l’aide nécessaire et confiant de fait la traque de l’hérétique à des tribunaux ecclésiastiques ordinaires, au détriment de l’Inquisition pontificale et de ces « juges délégués par l’autorité du Saint Siège », Saint Siège sans pape depuis les disparitions successives de Grégoire IX et de Célestin IV.

  • 47 Sur cet événement, Albaret L., « L’Inquisition de Toulouse. Guillaume Arnaud et Étienne de Saint-T (...)
  • 48 Teulet, Layettes, II, no 29762, HGL, VIII, col. 1143-1144.
  • 49 HGL, VIII, col. 1090-1091.

23Le massacre des inquisiteurs à Avignonet en Lauragais le 20 mai 124247 provoque une nouvelle excommunication du comte par les inquisiteurs le 6 juin48. Raymond VII ne semble pourtant ne pas être concerné par cet événement. Le 11 juin, il écrit aux consuls d’Agen en leur demandant de mettre la ville en état de défense et entre en campagne contre le sénéchal de Carcassonne. Sa chevauchée aboutit à Narbonne à la mi-juillet. Le 21 juillet, l’archevêque Pierre Amiel de Narbonne, réfugié à Béziers, excommunie les auteurs du massacre d’Avignonet, Raymond VII, qu’il considère comme « fauteur et protecteur des hérétiques », et tous ses alliés49. Le 8 août, reçu par le vicomte de Narbonne, Raymond VII reprend son titre de duc, sans tenir compte des décisions du traité de Paris.

24Mais la victoire royale de Taillebourg sur le roi d’Angleterre Henri III (9 juillet 1242), la soumission du comte de la Marche et la défection du comte de Foix Roger IV qui devient vassal direct de la Couronne (5 octobre 1242) annihilent tout espoir chez Raymond VII qui assiège les Français à Penne-d’Agenais. Dans son conflit à distance avec le roi de France, il est convaincu par l’évêque Raymond de Fauga de faire la paix avec la Couronne, de jurer fidélité au roi de France et de s’engager non seulement à extirper l’hérésie de ses terres, mais aussi de punir les assassins des inquisiteurs. Et de se soumettre, une nouvelle fois. Le 1er novembre 1242, il rencontre près d’Alzonne l’évêque de Clermont et Humbert de Beaujeu, envoyés de Louis IX ; le 30 novembre, il capitule à Saint-Rome devant les commissaires royaux ; il part le 28 décembre pour Lorris dans le Gâtinais où l’attend le roi de France.

  • 50 Puylaurens, Chronique, XLIII, p. 183. Le détail des événements est repris dans HGL, VIII, col. 109 (...)
  • 51 HGL, VIII, col. 1100-1105.

25Ces négociations aboutissent à la paix signée à Lorris (janvier 1243), lieu où séjourne la cour de France. Le document final marque l’alliance désormais indéfectible du comte de Toulouse et de l’Église contre la dissidence, mais aussi la reconnaissance de l’autorité royale par tous les seigneurs méridionaux50. Dans une lettre datée du 19 janvier 1243 qu’il expédie de Lorris à sa cousine Blanche de Castille, le comte de Toulouse assure qu’il poursuivra l’hérésie dans ses états. Mais sur les quelque 160 chefs de famille qui prêtent serment de fidélité en février 1243 aux commissaires envoyés par le roi dans le Toulousain, une bonne moitié d’entre eux sont des seigneurs qui ont approché ou soutenu l’hérésie… Néanmoins, comme un clerc le note au dos de la lettre de soumission de Raymond VII de Toulouse adressé à Louis IX : « humiliato R. quodam comitis tholosani post ultiman guerram51 ».

  • 52 BM Toulouse, Ms. 609, fol. 140r°. On trouve la mention « suspensus » en marge de la déposition.

26Lors de son retour vers Toulouse en février 1243, Raymond VII épouse Marguerite de la Marche, fille du comte de la Marche, sous réserve d’une dispense pontificale – les deux époux étant cousins au quatrième degré canonique – qui… n’arrivera jamais. À Toulouse, conformément à ses engagements, le comte organise timidement la recherche des acteurs de l’affaire d’Avignonet, complices et autres participants de près ou de loin à l’assassinat. Seuls trois chevaliers seront arrêtés et pendus52.

  • 53 HGL, VIII, col. 1142.
  • 54 Il ne reviendra en grâce qu’en mars 1244, dans une bulle d’Innocent IV du 9 mars 1244.

27Le 18 avril 1243, devant le concile de Béziers présidé par les archevêques de Narbonne et d’Arles, Raymond VII se plaint, dénonçant les commissions inquisitoriales, les méthodes de Ferrer et de Guillaume Raymond, l’excommunication prononcée contre lui et souhaitant le retour de la lutte anti-hérétique entre les mains des seuls évêques. Le 21 avril, il demande dans ce sens aux évêques de ses terres – Agen, Cahors, Rodez, Albi et Toulouse – d’assurer la lutte contre l’hérésie avec l’aide de leur choix, cisterciens, dominicains ou franciscains, demande approuvée par les archevêques de Narbonne et d’Arles. Après le concile bitterrois, l’inquisiteur Ferrer et l’archevêque de Narbonne excommunient néanmoins le comte de Toulouse, punissant le peu de volonté de ce dernier à participer à la lutte contre les hérétiques53. L’évêque Raymond de Fauga est lui aussi provisoirement excommunié54, en raison du soutien qu’il apporte à Raymond VII.

  • 55 HGL, VI, p. 763.
  • 56 HGL, VIII, col. 1142.

28À la Toussaint 1243, le comte de Toulouse et son évêque partent pour Rome, afin de se défendre devant le nouveau pape innocent IV, de demander que la lutte anti-hérétique soit confiée au clergé méridional et que le marquisat de Provence, confisqué par l’empereur, soit restitué. Le souverain pontife en décide autrement : les inquisiteurs pontificaux, qui de leur côté, souhaitaient quitter leurs fonctions « à cause des travers qu’ils avaient à essuyer55 », sont confirmés, le haut clergé local leur doit assistance – déjà demandée par Rome en juillet 1243 – et un nouveau légat, l’évêque d’Avignon, Zoën Trencarari, est nommé (19 juillet) pour renforcer la présence du Saint-Siège en terre toulousaine. Dans sa démarche, Raymond VII obtient cependant d’être relevé de son excommunication dans une bulle promulguée par Innocent IV56.

  • 57 Albaret L., « La fin militaire de la “synagogue de Satan”. Le siège de Montségur (mai 1243-mars 12 (...)
  • 58 Teulet, Layettes, II, p. 523-525.
  • 59 Potthast, no 11359, encyclique datée du 30 avril 1244.
  • 60 Berger, Registres d’Innocent IV, I, no 491, bulle du 27 février 1244.
  • 61 HGL, VIII, col. 1142-1143, lettre d’Innocent IV à Raymond vii ; HGL, VIII, col. 1143-1144, édition (...)
  • 62 HGL, VII, col. 1142-1144.
  • 63 HGL, VIII, col. 1145.

29Alors que la citadelle de Montségur est assiégée depuis le printemps 1243 par les armées du sénéchal de Carcassonne57 et attend les secours du prince du Toulousain avant la Noël 1243, Raymond VII est toujours en Italie, médiateur dans les négociations entre l’empereur et le pape. Le 2 décembre 1243, Innocent IV mande à l’archevêque de Bari d’absoudre Raymond VII des excommunications qu’il a encourues. Le 12 décembre, il informe le roi de France qu’à sa requête et sur les instances de ses envoyés, il a donné l’absolution au comte de Toulouse58. Ce dernier reste jusqu’en automne 1244 en Italie et rentre à Toulouse en octobre 1244. De Rome, en raison des efforts dans son rôle de médiateur reconnus officiellement le 30 avril 124459, il a obtenu du pape le privilège de ne pouvoir être excommunié pendant cinq ans par un légat ou son délégué60. Quant à la sentence d’excommunication et d’anathème, lancée contre le comte de Toulouse par les inquisiteurs, elle est officiellement annulée par le pape le 16 mai 124461 et notifiée à Raymond VII dès le lendemain62. Depuis le 14 mars, l’archevêque de Narbonne a donné son absolution au comte et a publié la levée de son excommunication63. De l’empereur, Raymond VII a reçu la restitution du marquisat de Provence.

  • 64 Dans les 200 chevaliers, étaient présents le comte de Comminges, le vicomte de Lautrec, Gui de Sév (...)
  • 65 HGL, VI, p. 771.
  • 66 Plusieurs hommages, dont celui du comte Roger de Comminges, d’Arnaud de Comminges pour le pays du (...)
  • 67 Teulet, Layettes, II, p. 566.
  • 68 Potthast, no 11664.
  • 69 HGL, VIII, col. 207, d’après BM Avignon, ms. Estiennot, Chronique.

30En décembre, en paix avec le roi de France et de retour à Toulouse depuis novembre 1244, Raymond VII réunit sa cour plénière au Château Narbonnais et arme à Noël quelque deux cents nouveaux chevaliers, dont plusieurs seigneurs convaincus d’hérésie64. À Narbonne, il rencontre le vicomte Amaury et obtient le retour de l’archevêque Pierre Amiel, chassé en 1242, qui en retour lui donne l’absolution65. En janvier 1245, dépassé par une Inquisition pontificale appuyée par Rome et aidée par les évêques locaux, Raymond VII se préoccupe désormais de ses affaires politiques et féodales et chevauche ses domaines, en compagnie des évêques de Toulouse et d’Albi, du comte Bernard de Comminges, du vicomte Amaury de Narbonne, recevant hommages et serments de fidélité66. Le comte de Toulouse est désormais protégé par Innocent IV, comme ses biens et sa famille dès le 27 avril 124567, et de nouveaux privilèges spirituels lui sont accordés le 15 mai 124568. Quant à ses rapports avec Frédéric II, ils sont des plus positifs, l’empereur donnant ses droits à Raymond VII sur la ville d’Avignon, à cause de la rébellion de la cité69.

  • 70 HGL, VIII, col. 1176-1183 ; l’enquête s’est déroulée du 13 juin au 29 juillet 1245.
  • 71 En 1246, Raymond VII reçoit l’hommage de Gui de Sévérac (24 avril), rencontre l’évêque de Cahors ( (...)

31À la fin du mois de juin 1245, le comte de Toulouse se rend à la cour de France puis au concile de Lyon – où s’est replié le pape menacé par l’Empereur –, en quête d’une dispense toujours attendue pour son mariage avec Marguerite de La Marche. En vain. L’enquête sur les liens de parenté aboutit à l’annulation officielle du mariage par le pape70. Raymond VII sollicite alors une autre dispense pour épouser Béatrice de Provence, fille de Raymond-Roger, comte catalan de Provence. Après un déplacement en Provence sans résultat, le comte de Toulouse gère ses États durant l’année 1246, recevant hommages et réglant des conflits71.

  • 72 HGL, VI, p. 786.
  • 73 Raymond VII justifie son manque de subsides à cause des semonces du sénéchal de Carcassonne à ses (...)
  • 74 HGL, VI, p. 788. Des actes de chancellerie d’Alphonse de Poitiers datés 1247 et 1248 prennent en c (...)
  • 75 HGL, VIII, col. 1244, III.
  • 76 Teulet, Layettes, III, p. 18.
  • 77 HGL, VII, 1243, II ; VIII, 1242, I.
  • 78 Le 26 février 1247, Innocent IV désigne Guillaume de Lodève, ainsi que l’inquisiteur Bernard de Ca (...)

32Convoqué à la cour de France en février 1247, le comte de Toulouse est alors pressé de partir en Terre sainte, « le roi, craignant que Raymond […] ne remuât pendant son absence72 ». Le comte s’affirmant désargenté, Blanche de Castille lui promet de régler les frais de son voyage et lui affirme que le roi lui restituera le titre de duc de Narbonne, perdu lors du traité de Paris73. Dans le royaume de France, l’année 1247 est une année de préparatifs pour le départ en croisade, le roi associant le « pays albigeois » à la défense de la Terre sainte, une des plus belles manières de sanctionner la victoire de l’Église et du roi de France sur l’hérésie. Plusieurs seigneurs méridionaux s’engagent à se croiser avec le comte de Toulouse et le roi de France – notamment Olivier de Termes et Raymond Trencavel de Carcassonne. Raymond VII prépare son voyage, équipe des navires et fait lever une aide74, alors que le pape, devant cette volonté de croisade, demande à l’archevêque d’Auch de commuer les peines de prison ou de ports de croix prononcées contre des seigneurs « fauteurs d’hérésie » en un voyage en Terre sainte75. Le 3 décembre 1247, Raymond VII est désormais sous la protection d’Innocent IV qui informe le patriarche de Jérusalem de l’arrivée prochaine du comte de Toulouse76. Les 5 et 9 décembre, le pape demande au franciscain Hugues de Turenne de lever 1/20e des revenus ecclésiastiques dans les États du comte pour les lui remettre à son départ en croisade, puis le délègue pour prêcher la croisade en Terre sainte sur les terres comtales77. En parallèle, durant cette année, Raymond VII demande à Rome la permission d’inhumer son père, mort excommunié. L’enquête, menée dès février 1247, se prolonge jusqu’en novembre 1247, mais n’aboutit pas78.

  • 79 En février 1248, Raymond VII reçoit notamment les châteaux de Penne d’Agenais, de Puycelsi, de Naj (...)
  • 80 Teulet, Layettes, III, no 3649.
  • 81 HGL, VIII, 1240, no III.
  • 82 Teulet, Layettes, III, p. 32-33.
  • 83 Bnf, Doat 31, 80v°-81r°.
  • 84 Bnf, Doat 31, 80r°-81r° ; HGL, VIII, col. 1240 (la bulle est datée par erreur du 30 avril 1248 dan (...)

33En 1248, la défense de l’orthodoxie est désormais à l’ordre du jour chez le prince du Toulousain. La Couronne lui en sait gré. Raymond VII reçoit ainsi des châteaux tenus par des garnisons françaises et par le sénéchal de Carcassonne depuis le traité de Paris79, tout en prenant distance avec la bourgeoisie toulousaine et les consuls, lâchant plusieurs des siens compromis dans l’hérésie. À la suite d’un courrier où il se dit ulcéré par la lenteur et le relâchement de la lutte anti-hérétique contre « la souillure de la perversion hérétique » plus que jamais présente dans ses terres80, le pape informe l’évêque d’Agen par un courrier daté du 29 avril 1248 que la poursuite de l’hérésie est désormais confiée à une Inquisition épiscopale. Dans un autre courrier daté du 30 avril, Innocent IV permet à l’évêque d’Agen Guillaume II, sur prière de Raymond VII, de libérer les sujets du comte qui n’étaient en prison que pour un temps ou qui n’étaient condamnés qu’aux croix, afin de se croiser pour la Terre sainte81. Début mai, le roi de France s’engage à payer à Raymond VII la somme de 20 000 livres s’il passe la mer pour la Terre sainte82. Le 26 mai, « poussé par les prières de notre cher fils le noble comte de Toulouse », Innocent IV écrit de nouveau à l’évêque d’Agen et demande de faire commuer – à la demande du comte de Toulouse – les peines de prison de tout emprisonné volontaire pour la croisade, alors que les inquisiteurs s’y opposent83. Il interdit aussi aux inquisiteurs de Toulouse et à l’évêque d’Agen d’imposer des pèlerinages coûteux aux condamnés pour hérésie, à la suite d’une demande du comte de Toulouse84.

  • 85 HGL, VIII, col. 1249.
  • 86 HGL, VI, p. 800-801 ; VII, notes p. 118 et VIII, col. 1250 ; Raymond VII, « en attendant son embar (...)
  • 87 HGL, VIII, col. 1251-1253 ; conflit entre le vicomte Arnaud-Ot de Lomagne et Géraud d’Armagnac au (...)
  • 88 Puylaurens, Chronique, XLVI, p. 195, « Eisdemque diebus circiter LXXX credentes hereticorum in iud (...)

34En août 1248, le roi de France et le comte de Toulouse doivent embarquer pour la Terre sainte. Raymond VII rejoint le port d’Aigues-Mortes à la mi-août, y rencontre Louis IX, mais poursuit jusqu’à Marseille, alors que le roi s’embarque le 25 août avec ses seigneurs, dont Olivier de Termes et Trencavel. En Provence, le comte de Toulouse attend un navire qu’il a fait armer en Bretagne et qui, par son arrivée tardive, lui fait reculer son départ à l’année suivante. Cependant, le 1er octobre 1248, Raymond VII donne quittance à Hugues de Turenne des sommes reçues de ce dernier pour sa prise de croix85. À la fin octobre, loin de tout départ en croisade, Raymond VII est en Avignon puis en Rouergue et ne s’occupe que de ses terres et de ses vassaux dans les mois qui suivent et les premiers mois de l’année 124986. Le 11 juin 1249, après quelques jours de maladie, il part pour Agen afin de régler un conflit entre deux de ses vassaux87 et déclenche avec l’évêque d’Agen une ultime opération contre l’hérésie, action que seul Guillaume de Puylaurens rapporte en une phrase dans sa Chronique : « Il fit brûler à Agen, au lieu dit Béoulaygues, environ quatre-vingts croyants hérétiques qui avaient avoué judiciairement ou avaient été convaincus devant lui88. »

  • 89 HGL, VI, p. 805 ; VIII, col. 1255-1258, et Boutaric A., Saint Louis et Alphonse de Poitiers…, p. 8 (...)

35En août 1249, de retour au port d’Aigues-Mortes, Raymond VII y rencontre sa fille Jeanne et Alphonse de Poitiers, son gendre, prêts à s’embarquer le 26 août pour la Terre sainte avec plusieurs seigneurs, nouveaux renforts pour le roi. Il ne les suit pas, prétextant des affaires à régler en Rouergue et en Quercy. Pris de fièvre sur le chemin, il doit s’aliter à Prix, près de Rodez. L’évêque d’Albi le rejoint peu de temps après et lui donne le viatique. Les évêques de Toulouse, Agen, Cahors, Rodez, les consuls de Toulouse, les comtes de Comminges et de Rodez, des abbés et plusieurs seigneurs du Toulousain le rejoignent. Le 23 septembre, Raymond VII dicte son testament89, instituant Jeanne héritière de ses États, confiant le gouvernement à son ministre Sicard Alaman en l’absence de sa fille et de son gendre et faisant établir plusieurs donations à des établissements religieux. Le 27 septembre 1249, à l’âge de 52 ans, Raymond VII s’éteint après avoir reçu l’extrême-onction ; il est inhumé, selon son vœu, à l’abbaye de Fontevrault, où repose déjà sa mère Jeanne d’Angleterre, son oncle Richard Cœur de Lion et son grand-père Henri II Plantagenêt.

36« Peu d’événements donnent le spectacle d’un aussi large abus de l’excommunication dans des questions où les intérêts religieux et matériels se trouvent inextricablement confondus. Ils nous montrent aussi la médiocre efficacité des armes spirituelles discréditées par les abus » (Yves Dossat). L’excommunication n’est en effet pas prise au sérieux par ceux qui en étaient frappés, elle ne l’est pas non plus par ceux qui auraient dû la faire respecter. Durant son règne, Raymond VII l’avait bien compris et son tiède engagement dans la défense de l’orthodoxie en est, sans aucun doute, une des preuves.

Notes

1 Macé L., Les comtes de Toulouse et leur entourage, XIIe-XIIIe siècles : rivalités, alliances et jeux de pouvoir, Toulouse, Privat, 2000. En ce qui concerne Raymond VII et les liens avec sa mère, la comtesse Jeanne, cf. Macé L., « Raymond VII of Toulouse. The Son of Queen Joanna, ‘‘Young Count’’ and Light of the World », Bull M., Léglu C. (dir.), The World of Eleanor of Aquitaine, Woodbridge, 2005.

2 Guillaume Puylaurens est un témoin important des actes de Raymond VII, sans que l’on connaisse véritablement ses fonctions au sein de la cour comtale. Sur le personnage, G. de Puylaurens, Chronique 1145-1275, Duvernoy J. (éd.), Pérégrinateur éditeur, Toulouse, 1996 (désormais noté Puylaurens, Chronique), p. 7-14.

3 Je fais allusion au Cartulaire de Raymond VII, le JJ XIX des Archives nationales, qui contient 182 pièces sur la période 1230-1249. L’édition de ce document ferait un complément utile au catalogue des sources des premiers comtes de Toulouse édité par Macé L., Catalogues raimondins (1112-1229), actes des comtes de Toulouse, ducs de Narbonne et marquis de Provence (désormais noté Macé, Catalogues raimondins), Toulouse, Archives municipales de Toulouse, 2008.

4 Macé L., « Le siège de Beaucaire (fin mai-24 août 1216). La croix fait des progrès et le lion perd du terrain », dans Albaret L., Gouzy N. (dir.), Les grandes batailles méridionales (1209-1271), Toulouse, Privat, 2005, p. 93-104.

5 Macé, Catalogues raimondins, no 554, p. 394-395, liste des originaux et des copies ; texte édité par Teulet A., Laborde J. de, Layettes du trésor des chartes (désormais noté Teulet, Layettes), Paris, 1863-1902, II, no 147.

6 L’appui royal dans la lutte anti-hérétique se résume à deux ordonnances durant le XIIIe siècle : l’ordonnance de Louis VIII en avril 1226 et Cupientes de Louis IX en avril 1229. La contribution des agents du roi à la lutte anti-hérétique est – paradoxalement – relative en France méridionale ; cf. Friedlander A., « Les agents du roi face aux crises de l’hérésie en Languedoc, vers 1250-vers 1350 », Cahiers de Fanjeaux, 20, Effacement du catharisme ? (XIIIe-XIVe siècle), Privat, Toulouse, 1985 (désormais noté CF, Effacement), p. 199-220.

7 En 1227, le concile de Narbonne oblige les évêques à instituer des témoins synodaux dans chaque paroisse, témoins chargés de rechercher et de dénoncer les dissidents albigeois.

8 Conformément à l’ordonnance Cupientes, les biens des hérétiques sont confisqués au profit du seigneur laïc du lieu, en l’occurrence le comte Raymond VII. Les exemples de ces confiscations sont nombreux, mais remis en cause sous l’administration d’Alphonse de Poitiers. Cf. Dossat Y., Les crises de l’Inquisition toulousaine au XIIIe siècle (1233-1273), Bordeaux, 1959, p. 108-110, 279-320.

9 Puylaurens, Chronique, XL, p. 154, « Sed habens comes quandoque latera aquilonis circa se, idem ex calido aliquando reddebatur tepidus et remissus ut minus fervens inveniretur in negocio pacis et fidei persequendo. »

10 Puylaurens, ibid., XXXVIII, p. 148.

11 Puylaurens, Chronique, XL, p. 152. Raymond du Fauga, provincial des Dominicains, est élu le 20 mars 1232 à l’unanimité du chapitre de Toulouse, en présence du légat Gautier de Marnis. Sur l’action de l’évêque, cf. O. Pontal, « De la défense à la pastorale de la foi : les épiscopats de Foulque, Raymond de Fauga et Bertrand de l’Isle Jourdain à Toulouse », cf. Effacement, p. 185-189 et notes.

12 Puylaurens, Chronique, XL, p. 154.

13 Devic C., Vaissete J., Histoire générale du Languedoc, Toulouse, 1879-1885 (2e édition) (désormais noté HGL), VIII, 963-965. Le document inédit est repris dans Doat 21, 133ro-142vo ; il est daté du « 12e jour des calendes de mai 1233 ».

14 Dossat Y., « Un évêque cathare originaire de l’Agenais, Vigouroux de la Bacone », Bulletin philologique et historique, 1965, p. 631-633.

15 Dossat Y., « Le bûcher de Montségur et les bûchers de l’Inquisition », Cahiers de Fanjeaux, 6, Le Credo, la Morale et l’Inquisition, Toulouse, Privat, 1971, p. 373.

16 Une plainte avait été adressée au légat Gauthier de Marnis par le prieur du Mas d’Agenais. Cf. Auvray L., Les registres de Grégoire IX (1227-1241), Paris, 1890-1955 (désormais noté Auvray, Registres), I, no 1574.

17 Cette excommunication est prononcée à par l’évêque de Comminges auquel la solution de l’affaire de Moissac avait été confiée en 1229 par le cardinal de Saint-Ange (HLG, VIII, col. 991-993).

18 Raymond VII et Blanche de Castille sont cousins germains, leurs mères respectives, Jeanne et Aliénor, étant sœurs – mais aussi sœurs de Richard Cœur de Lion et de Jean sans Terre – et filles d’Aliénor d’Aquitaine et d’Henri II Plantagenêt. Cf. L. Macé, « Raymond VII of Toulouse : The Son of Queen Joanna », p. 138-144.

19 Labande L.-H., Avignon au XIIe siècle. L’évêque Zoen Trencarari et les Avignonnais (désormais noté Labande, Avignon), Paris, 1908, p. 40-42.

20 Bnf, Doat 24, fol. 64v°-68v°, déposition de Bérenger de Lavelanet datée du 21 avril 1244 (information au fol. 67v°.)

21 Teulet, Layettes, II, no 2738.

22 Labande, Avignon, p. 309.

23 Bnf, Doat 31, fol. 65ro-66ro.

24 Cette sentence est annulée par Grégoire IX dans une bulle datée du 12 septembre 1239 et adressée à son légat, le cardinal évêque de Porto (Auvray, Registres, III, no 4926).

25 Le 4 février 1239, les procureurs des maîtres informent l’évêque de Sora que la somme de 500 livres de Morlaas a bien été versée par le comte de Toulouse, cf. Teulet, Layettes, II, no 2764.

26 Dossat Y., « Le prétendu concile de Bourges et l’excommunication du comte de Toulouse à Viviers (juillet 1240) » (désormais noté Dossat, Viviers), Bulletin philologique et historique, 1959, Paris, 1960, p. 461-471, plus particulièrement p. 466-467.

27 Auvray, Registres, III, no 4926.

28 Auvray, Registres, III, no 5078.

29 Dossat, Viviers, n. 2, p. 467.

30 Dossat, Viviers, p. 468.

31 Labande, Avignon, pièce justificative no VI, p. 308-311.

32 Ibid., p. 311-313.

33 HGL, VIII, col. 1037-1039.

34 HGL, VI, p. 709.

35 HGL, VIII, col. 1041-1042.

36 HGL, VIII, col. 1053.

37 Sur la politique matrimoniale de Raymond VII et des comtes de Toulouse, cf. Debax H., « Stratégies matrimoniales des comtes de Toulouse (850-1270) », Annales du Midi, 182, avril-juin 1988, p. 231-233. Les différents mariages sont abordés dans HGL, VI, p. 729 ; VII, note XXXV, p. 103 et Puylaurens, Chronique, xlii, p. 172.

38 HGL, VIII, col. 1052.

39 HGL, VIII, col. 1052-53. Le comte de Foix, le vicomte d’Auvillar, les consuls de Toulouse, Agen, Montauban et Moissac sont les premiers à le suivre.

40 La nullité est prononcée par les commissaires pontificaux qui sont l’évêque Durand d’Albi et le prévôt de Saint-Salvi, désignés pour l’affaire. La décision est prise lors d’une conférence tenue à l’Île de la Vergne, entre Tarascon et Beaucaire (HGL, VI, p. 729-730).

41 Teulet, Layettes, II, no 2905 et 2906, actes des 18 et 23 avril 1241 ; no 2920, acte du 6 juin 1241 (transcription partielle par Dossat, Viviers, n. 5, p. 469).

42 Bnf, Doat, 21, fol. 172ro-173vo, Lettres de Grégoire IX datées du 22 mai 1241.

43 HGL, VIII, col. 1084-1087.

44 Bnf, Doat 31, 40ro-43ro.

45 Deux exemplaires de ce document sont connus, conservés aux Archives nationales, J 305, no 8, et aux Archives Départementales des Bouches-du-Rhône, B 335 (cités par Dossat, Viviers, n. 2, p. 471).

46 Bnf, Doat 31, 44r-46v ; édition dans HGL, VIII, col. 1088-1090.

47 Sur cet événement, Albaret L., « L’Inquisition de Toulouse. Guillaume Arnaud et Étienne de Saint-Thibéry (1236-1242), la vengeance populaire », Albaret L. (dir.), Les inquisiteurs. Portraits de défenseurs de la foi en Languedoc (XIIIe-XIVe), Toulouse, Privat, 2001, p. 59-65.

48 Teulet, Layettes, II, no 29762, HGL, VIII, col. 1143-1144.

49 HGL, VIII, col. 1090-1091.

50 Puylaurens, Chronique, XLIII, p. 183. Le détail des événements est repris dans HGL, VIII, col. 1092-1094 ; E. Griffe, Le Languedoc cathare et l’inquisition (1229-1329), Paris, Letouzey & Ané, 1980, p. 74-76.

51 HGL, VIII, col. 1100-1105.

52 BM Toulouse, Ms. 609, fol. 140r°. On trouve la mention « suspensus » en marge de la déposition.

53 HGL, VIII, col. 1142.

54 Il ne reviendra en grâce qu’en mars 1244, dans une bulle d’Innocent IV du 9 mars 1244.

55 HGL, VI, p. 763.

56 HGL, VIII, col. 1142.

57 Albaret L., « La fin militaire de la “synagogue de Satan”. Le siège de Montségur (mai 1243-mars 1244) », Albaret L., Gouzy N. (dir.), Les grandes batailles méridionales, p. 181-192.

58 Teulet, Layettes, II, p. 523-525.

59 Potthast, no 11359, encyclique datée du 30 avril 1244.

60 Berger, Registres d’Innocent IV, I, no 491, bulle du 27 février 1244.

61 HGL, VIII, col. 1142-1143, lettre d’Innocent IV à Raymond vii ; HGL, VIII, col. 1143-1144, édition de la sentence.

62 HGL, VII, col. 1142-1144.

63 HGL, VIII, col. 1145.

64 Dans les 200 chevaliers, étaient présents le comte de Comminges, le vicomte de Lautrec, Gui de Sévérac, Sicard Alaman ou encore Bernard de Latour, mais aussi Jourdain de l’Isle, dont plusieurs membres de sa famille sont hérétiques tout comme lui, présent à Montségur en 1241 (Bnf, Doat 22, 135r°, 162v°), et Guillaume de Beauville, suspecté par l’Inquisition (Bnf, Doat 23, 322v°). Selon Guillaume Puylaurens, cette cour fut « sumptuosa plurinum et pomposa » (Puylaurens, Chronique, XLV, p. 185).

65 HGL, VI, p. 771.

66 Plusieurs hommages, dont celui du comte Roger de Comminges, d’Arnaud de Comminges pour le pays du Daumazan, du conseil Arnaud Roger et de barons, ont déjà eu lieu au château Narbonnais le 18 novembre 1244 (HGL, VIII, col. 1165-1167) et le 31 décembre 1244 (HGL, VIII, col. 1204-1205). D’autres hommages auront lieu les 18 et 23 janvier 1245 (Teulet, Layettes, II, p. 549 et suiv.).

67 Teulet, Layettes, II, p. 566.

68 Potthast, no 11664.

69 HGL, VIII, col. 207, d’après BM Avignon, ms. Estiennot, Chronique.

70 HGL, VIII, col. 1176-1183 ; l’enquête s’est déroulée du 13 juin au 29 juillet 1245.

71 En 1246, Raymond VII reçoit l’hommage de Gui de Sévérac (24 avril), rencontre l’évêque de Cahors (27 avril) à Rodez, puis se déplace à Cordes (30 avril), La Salvetat (3 mai) puis revient à Cordes (15 mai) pour régler une donation. Il rejoint ensuite le Toulousain (29 mai), Fanjeaux (12 juillet) et Moissac (26 juillet). On trouve sa trace à Agen (11 et 26 septembre) où il règle un différent dans la construction d’une église avec l’évêque du lieu. Les derniers mois de l’année le voient à Toulouse (18 octobre), Moissac (21 novembre) et Cestayrols en Albigeois (18 décembre) avant son départ à la Cour (HGL, VI, p. 779 ; VIII, 1203-1204, ii ; VIII, actes des comtes).

72 HGL, VI, p. 786.

73 Raymond VII justifie son manque de subsides à cause des semonces du sénéchal de Carcassonne à ses vassaux nobles, semonces que les us et coutumes du pays lui interdisaient (HGL, VIII, col. 1193). Le roi en informe d’ailleurs le sénéchal dans un courrier du 18 janvier 1247 et on promet au comte de Toulouse 25 000 à 30 000 livres de dédommagement (HGL, VI, p. 787).

74 HGL, VI, p. 788. Des actes de chancellerie d’Alphonse de Poitiers datés 1247 et 1248 prennent en compte ces aides levées par Raymond VII en prévision de son départ en croisade selon Boutaric A., Saint Louis et Alphonse de Poitiers. Étude sur la réunion des provinces du Midi et de l’ouest de la Couronne et sur les origines de la centralisation administrative, Paris, 1870, p. 280.

75 HGL, VIII, col. 1244, III.

76 Teulet, Layettes, III, p. 18.

77 HGL, VII, 1243, II ; VIII, 1242, I.

78 Le 26 février 1247, Innocent IV désigne Guillaume de Lodève, ainsi que l’inquisiteur Bernard de Caux et le franciscain Guillaume de Brive pour mener l’enquête (HGL, VI, p. 549-550). Envoyée au pape en date du 24 juillet (HGL, VI, p. 109-110, notes), l’enquête est jugée insuffisante par le pape. Le 19 novembre, une nouvelle commission est désignée avec l’archevêque d’Auch et les évêques du Puy et de Lodève (HGL, VIII, col. 1236-1238), une nouvelle enquête devant déterminer si l’inhumation en terre chrétienne est possible et si rien ne s’oppose à l’absolution (HGL, VI, p. 789). Le dossier n’aboutit pas.

79 En février 1248, Raymond VII reçoit notamment les châteaux de Penne d’Agenais, de Puycelsi, de Najac et de Laurac, tenus par le sénéchal de Carcassonne (HGL, VIII, col. 1224-1225, XV).

80 Teulet, Layettes, III, no 3649.

81 HGL, VIII, 1240, no III.

82 Teulet, Layettes, III, p. 32-33.

83 Bnf, Doat 31, 80v°-81r°.

84 Bnf, Doat 31, 80r°-81r° ; HGL, VIII, col. 1240 (la bulle est datée par erreur du 30 avril 1248 dans HGL).

85 HGL, VIII, col. 1249.

86 HGL, VI, p. 800-801 ; VII, notes p. 118 et VIII, col. 1250 ; Raymond VII, « en attendant son embarquement », est en Agenais (fin janvier 1249), à Condom (31 janvier), Toulouse (18 mars) pour un hommage, Verdun-sur-Garonne (11 avril) puis à Logroño en Espagne pour une rencontre avec Alphonse, fils aînée du roi de Castille.

87 HGL, VIII, col. 1251-1253 ; conflit entre le vicomte Arnaud-Ot de Lomagne et Géraud d’Armagnac au sujet du château d’Avillar et de la vicomté de ce nom.

88 Puylaurens, Chronique, XLVI, p. 195, « Eisdemque diebus circiter LXXX credentes hereticorum in iudicio coram se confessos de heresi aut convictos apud Agennum in loco qui dicitur Berlaigas fecit incendio concremari. » Cf. Merklen P., « Les brûlés de Béoulaygues », Cahiers d’Études Cathares, 45, 1970, p. 20 et suivantes.

89 HGL, VI, p. 805 ; VIII, col. 1255-1258, et Boutaric A., Saint Louis et Alphonse de Poitiers…, p. 81. Le testament est daté du 23 septembre, le codicille est daté du 25 septembre 1249.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540