Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le salut par les armes

 | 
Franck Mercier
, 
Ariane Boltanski

Première partie. Défendre la foi : pour ou contre le pape ?

Défendre la foi : pour ou contre le pape ?

Texte intégral

1La défense de la foi par la noblesse s’organise encore, pour l’essentiel, dans un cadre – celui de la Chrétienté – façonné par la papauté. Celle-ci demeure l’instance suprême qui détermine l’orthodoxie et en organise la défense dès lors qu’elle désigne aussi ceux qui la mettent en cause. Plus que les infidèles proprement dits qui, par définition, n’appartiennent pas ou pas encore à la Chrétienté, ce sont les hérétiques qui incarnent l’ennemi de l’intérieur. En ce sens, les efforts de croisade tournés vers des fronts d’agression extérieurs (Espagne, Terre Sainte…) n’épuisent pas, loin de là, les réserves militantes de l’aristocratie guerrière. Les nobles n’hésitent pas à s’investir dans des structures très variées de défense ou de promotion de la foi, en particulier contre les hérétiques. Comme Damien Carraz le montre dans son article, les confréries chevaleresques, dans leur très grande variété, représentent, en marge de la croisade, autant de possibilités pour la noblesse de faire son salut sans renoncer à ce qui fonde une part essentielle de son identité dans le siècle, c’est-à-dire le métier des armes. Le succès même de ces confréries, leur ouverture sociale grandissante, n’ont-ils cependant pas été l’une des raisons de leur désaffection progressive par une aristocratie également soucieuse de se distinguer du reste de la société ? Il reste que les hérétiques peuvent aussi bien être les nobles eux-mêmes qui deviennent alors l’objet de pressions diverses de la part de l’église, depuis la simple monition jusqu’à la croisade armée. Dans cette perspective, le cas de Raimond VII de Toulouse, illustré par Laurent Albaret, est particulièrement saisissant car l’héritier légitime des comtes traditionnels, au temps de la croisade albigeoise, doit sans cesse négocier, « d’excommunications en réconciliations », son statut au sein de la communauté chrétienne. Le fait est, néanmoins, que la noblesse est encore le plus souvent sollicitée pour prendre part, sous de multiples formes, à la défense de la foi. La noblesse forme un groupe social sur lequel l’église compte particulièrement (étant donné son poids économique et social) pour défendre un idéal de société qu’elle aspire à ordonner. Il convient, cependant, de ne pas enfermer la noblesse dans un rôle figé qui serait celui du rempart de la foi : les mêmes protagonistes peuvent successivement endosser le rôle de bras armé de l’église ou de rebelles à la papauté. Si la politique de Raymond VII se plaçait déjà, au XIIIe siècle, sous le signe de l’ambiguïté, celle des seigneurs du Nord de la péninsule italienne, au début du XIVe siècle, est redoutablement complexe. Ainsi, la contribution de Sylvain Parent présente, à travers la grille des procès, des nobles italiens aux multiples visages : ceux qui « tyrannisent » l’église au risque de basculer dans l’hérésie, ceux qui, au contraire, revendiquent le titre de vicaire apostolique. Le plus curieux est qu’il s’agit le plus souvent des mêmes, comme la famille des Este, qui appartient à l’espèce de « ces loups qui se remirent au service du pasteur ». Ainsi, les nobles se retrouvent d’un côté ou de l’autre de la barrière de l’orthodoxie, laquelle ne possède pas seulement un contenu spirituel mais s’adosse aussi, de plus en plus, à une autorité souveraine qui est encore, pour le moment, celle du pape…

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540