Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Transmettre les savoirs dans les mondes hellénistique et romain

 | 
Frédéric Le Blay

Quatrième partie. Comment transmettre ?

Enjeux discursifs de la comparaison « identifiante » dans les traités philosophiques de Cicéron

Sophie Van Laer

Full text

Introduction

  • 1 Cf. H. M. McCall, Ancient rhetorical theories ojsimile and comparison, Cambridge, Harvard Univ. Pr (...)
  • 2 Cf. par ex. Arist. Rhet. 2, 1393a 28-31, Cic. Inv. 1,49, Quint. I.O. 5, 11, 1-2. Si le lien n’est (...)

1La comparaison semble offrir un angle d’approche linguistique intéressant dans l’étude de la transmission des savoirs. Si elle a souvent été envisagée dans les liens qu'elle entretient avec la métaphore1, c’est de X exemplum qu’elle est le plus fréquemment rapprochée chez les rhéteurs anciens, relevant alors du domaine de l’argumentation2. Cicéron lui-même souligne l’importance qu'elle revêt, à cet égard, pour les orateurs et les philosophes :

(1) Similitude [...] quae late patet, sed oratoribus et philosophis maris quam uobis (Cic. Top. 41)

  • 3 Les traductions citées sont celles de la CUF.

« la similitude, qui offre un vaste champ, mais aux orateurs et aux philosophes plus qu’à vous, <jurisconsultes>3 »

  • 4 Notamment du fait de sa complexité sémantico-logique (cf. A, Reboul, « “Le système de la comparais (...)
  • 5 Cf. par ex. D, Bouverot, « Comparaison et métaphore », Le français moderne 2, 1969, p. 133-134.

2Mais la comparaison constitue un domaine difficile, encore mal structuré sur le plan théorique4 Il est néanmoins possible d’avancer quelques éléments de définition issus des travaux antérieurs. On distingue traditionnellement deux types de comparaison, la comparaison qualitative et la comparaison quantitative5 :

  • 6 Cf. R. Rivara, Le système de la comparaison. Sur la structure du sens dans les langues naturelles,(...)

3La comparaison quantitative, structurée autour de trois pôles (plus... que, aussi... que, moins que ; lat. magis... quam, tam... quam, minus... quarri) est celle qui a le plus retenu l’attention des chercheurs ces dernières années6.

  • 7 Il semble d’ailleurs que la comparaison quantitative, rarement envisagée par la rhétorique ancienn (...)

4Mais c’est vers la comparaison qualitative, comme nous y invite le terme même de similitudo, que nous nous tournerons7. Dans sa réalisation syntaxique la plus usuelle, la mise en relation est effectuée par la conjonction comme en français, as en anglais, ut en latin :

  • 8 Ex. emprunté à J. Cohen, « La comparaison poétique : essai de systématique », Langages, 12, 1968, (...)
  • 9 Ex. emprunté à M. Post, Comparatives of Identity in English, a Semantic Study, Wroclaw, Wydawnictw (...)
  • 10 « [les penchants] de la vieillesse périssent donc aussi, comme périssent ceux des âges précédents. (...)

(2 a) La terre est ronde comme une orange8.
(2 b) She cooks a turkey as my mother did9.
(2 c) ut superiorum aetatum studia occidunt, sic occidunt etiam senectutis
(Cic. Sen. 76)10.

  • 11 Nous reprenons ici des analyses traditionnelles (cf. I. Tamba-Mecz, Le sens figuré. Vers une théor (...)

5Il est alors possible de distinguer les éléments suivants11 :

  • le « comparé » (la terre, she, <studia> senectutis) ;
  • le « comparant » (une orange, my mother, superiorum aetatum studia);
  • le « mot-outil » (comme, as, ut). Remarquons le recours fréquent à la corrélation en latin, qui lie plus étroitement les deux énoncés mis en regard ;
  • le « prédicat », qui manifeste le trait commun entre les deux entités rapprochées (est ronde, cooks, occidunt12).
  • 13 M. Post, op. cit., p. 5.
  • 14 Dans « Présentation générale », Faits de langue 5, 1995, p. 10.
  • 15 Il est même souvent admis que la comparaison qualitative marque une identité de « manière » (cf. P(...)

6Sur le plan sémantico-logique, la comparaison qualitative semble marquer une identité. M. Post suppose un noyau sémantique impliquant un prédicat d’identité à deux places qu’il nomme SAME13. Il propose donc d’appeler ces comparaisons « comparative of identity ». Le terme de « comparaison identifiante », employé par L. Danon-Boileau et M.-A. Morel14 paraît prendre appui sur le même genre d’analyse15. Nous prendrons pour point de départ la définition proposée par J. Authier-Revuz :

  • 16 J. Authier-Revuz, « Comparaison/reformulation/métaphore », Faits de langue 5, 1995, p. 184.

« [La structure comparative] présente sur la chaîne, mis en rapport par comme, un terme comparé et un terme comparant (l’échantil), sémantiquement congruent au premier, c’est-à-dire ayant avec lui un rapport de ressemblance (et donc de différence)16. »

7Nous appuyant sur la structure syntaxique, souvent corrélative, qui articule cette mise en relation, nous restreindrons notre corpus à l’étude des emplois comparatifs de ut que nous étudierons dans le De senectute et les deux premiers livres du De finibus. La dissociation faite entre un processus sémantico-logique (le rapport de ressemblance) et une expression linguistique (la structure comparative) nous invite à nous interroger sur le rôle discursif de la comparaison. Il conviendra de mesurer comment s’articule une ressemblance d’ordre a priori extra-linguistique, puisqu’elle concerne les référents du comparant et du comparé, et une mise en parallèle formelle, un moule syntaxique en quelque sorte, marquant une identité, afin d’en mesurer les enjeux énonciatif. Nous ne prétendons pas dresser une typologie exhaustive, mais recenser quelques exemples saillants éclairant le fonctionnement discursif de la comparaison identifiante.

La comparaison-preuve17

  • 17 Expression que nous empruntons à M. Armisen-Marchetti, op. cit.

8Il est un rôle essentiel de la comparaison, si l’on en croit les traités de rhétorique. Rapprochée de l'exemplum, elle peut apparaître comme une preuve :

(3) Λοιπὸν δὲ περὶ τῶν κοινῶν πίστεων ἅπασιν εἰπεῖν, [...] Πρῶτον μὲν οὖν περὶ παραδείγματος λέγωμεν · ὅμοιον γὰρ ἐπαγωγῇ τὸ παράδειγμα, ἡ δ᾽ ἐπαγωγὴ ἀρχή. Παραδειγμ άτων δὲ εἴδη δύο · ἕν μὲν γάρ ἐστιν παραδείγματος εἶδος τὸ λέγειν πράγματα προγεγενημένα, ἕν δὲ τὸ αὐτὸν ποιεῖν. Τούτου δὲ ἔν μὲν παραβολὴ ἕν δὲ λόγοι, οῖον οἱ Αἰσώπειοι καὶ Λιβυκοί (Arist. Rhet. 2, 1393α 23-31)

« Il nous reste à traiter des preuves communes à tous les genres [...] Parlons d’abord de l’exemple ; car l’exemple est pareil à une induction, et l’induction est un principe de raisonnement. Il y a deux espèces d’exemples : l’une consiste à citer des faits antérieurs, une autre à inventer soi-même. Dans cette dernière espèce, il faut distinguer d’une part la parabole, de l’autre les fables comme les ésopiques et les libyennes. »

  • 18 À ne pas confondre avec la perception d’une similitude (ὅμοιον) autorisant le rapprochement entre (...)
  • 19 Tableau que l’on trouve sous une forme plus savante dans l’article d’A. Vigh, op. cit., p. 225.

9La comparaison (παραβολή), au même titre que les fables (λόγοι), peut donc être définie comme un exemple que l’on forge soi-même, par opposition aux exemples historiques (que les Latins appellent exempla). Réunis dans le genre du παράδειγμα, ils fonctionnent en tant que preuve en vertu d'un principe de raisonnement, l’induction (ἐπαγωγή, qui se dit en latin inductio)18. Ce que l’on peut récapituler sous la forme du tableau suivant19 :

10Une telle analyse se retrouve chez Quintilien :

(4) Tertium genus, ex iis quae extrinsecus adducuntur in causant, Graeci uocant παράδειγμα, quo nomine et generaliter usi sunt in omni similium adpositione et specialiter in iis, quae return gestarum auctoritate nituntur. Nostri fere similitudinem uocare maluerunt, quod ab illis parabole dicitur, hoc alterum exemplum. [...] Proximas exemple uires habet similitude, praecipue ilia quae ducitur citra ullam tralationum ex rebuspaeneparibus [...] Nam parabole, quam Cicero conlationem uocat, longius res quae comparentur repetere solet. (Quint. I. O. 5, 11, 1 ; 22 ; 23)

  • 20 Adoptant la lecture de H. M. McCall, op. cit., p. 187-207, nous considérons que παράδειγμα doit ic (...)
  • 21 Toujours en vertu de la lecture que nous adoptons, la traduction de similitudo par « comparaison » (...)

« Le troisième genre de preuves, qui est tiré de source extrinsèque au bénéfice de la cause, est appellé par les Grecs παράδειγμα, terme qu’ils appliquent en général à toute mise en regard de similitudes et en particulier à celles qui reposent sur l’autorité de faits historiques. Nos Latins ont presque tous préféré le terme de similitudo, qui est dit en grec parabole, tandis qu’ils rendent παράδειγμα20 par exemplum. [...] Ce qui se rapproche le plus de l’exemple pour l’effet produit, c’est la ressemblance21, surtout celle qui, sans mélange de métaphores, est tirée de choses à peu près identiques. [...] En effet, la parabole, que Cicéron appelle collatio, reprend ordinairement de plus loin les choses à comparer. »

11que l’on peut représenter par le tableau suivant :

12Quintilien, se démarquant aussi bien des Grecs que de Cicéron, préconise ainsi de restreindre la comparaison-preuve au seul cas où le référent du comparant présente une grande similitude avec le référent du comparé (ex rebuspaeneparibus). Pourtant, une occurrence qui nous semble fonctionner comme une comparaison-preuve manifeste une certaine hétérogénéité entre comparant et comparé :

(5) ut enim non omne uinum, sic non omnis natura uetustate coacescit. (Cic. Sen. 65)

« comme le vin, le caractère n’est pas toujours aigri par l’âge ».

13L’application du prédicat commun (uetustate coacescit) au comparant semble indéniable : les Romains savaient déjà que les bons vins se bonifient avec le temps. Tout l’enjeu, dans ce type de comparaison, consiste à rendre valide l’application de ce même prédicat au comparé, c’est-à-dire à étendre la propriété de l’un à l’autre. Or c’est sans doute sur ce dernier point que la comparaison de Cicéron montre une certaine faiblesse : peut-on retirer un quelconque enseignement du vieillissement du vin pour le vieillissement de l’homme ?

  • 22 C’est peut-être cette force expressive, et cette référence à une réalité quotidienne, susceptible (...)

14Remarquons pourtant que l’assertion concernant le comparant permet, à défaut de parvenir véritablement à établir la preuve, de retourner le grief : non seulement l’homme ne s’aigrit pas nécessairement en vieillissant, mais il peut même se bonifier, comme le vin. Par sa force expressive, le membre comparant manifeste ainsi une vigueur de pensée tendant à une défense énergique de la vieillesse22.

15Pour ne pas laisser Cicéron en défaut et envisager un exemple plus conforme aux prescriptions de Quintilien, précisons que (2c) constitue également, selon nous, une comparaison-preuve. La répétition d’un prédicat identique, occidunt, alors même que l’élision était possible (et effective dans le cas de studio), nous semble manifester le désir d’exprimer l’assertion ainsi établie dans sa plénitude.

  • 23 Cf. Fin. 1, 37 ; 1, 50 ; 2, 33. La question de l’ordre des constituants dans la comparaison est en (...)

16Remarquons enfin que pour permettre la mise en œuvre du raisonnement inductif, le comparant doit précéder le comparé, le recours à la corrélation permettant une articulation forte23.

Le cas de la comparaison proportionnelle

  • 24 R. Martin, Pour une logique du sens, Paris, PUF, 1983, p. 211.

17Il convient de distinguer de ces comparaisons-preuves les comparaisons reposant sur un rapport proportionnel que les Grecs appellent ἀναλογία. Car, comme le souligne R. Martin, « là où la similitude (pour nous, la comparaison-preuve) rapproche analogiquement des objets définis par un ensemble de propriétés, laproportio porte sur des relations entre objets24. » C’est ce que montrent les propos de Quintilien, alors même qu’ils visent à nier la nécessité d’une distinction entre similitude et analogie :

  • 25 Cf. aussi Arist. Rhet. 3, 1406b 15-18.

(6) ᾽Αναλογίαν quidam a simili separauerunt, nos eam subiectam huic generiputamus. Nam ut unum ad decem, et decem ad centum simile certe est, et, ut hostis, sic malus ciuis » (Quint. I. O. 5,11,34)25

« Certains rhéteurs font une distinction entre l’analogie et la similitude ; selon nous, la première rentre dans le genre de la seconde. Car “dix est à cent comme un est à dix” est, à coup sûr, un rapport de similitude, de même que : “un mauvais citoyen est comparable à une ennemi public”. »

18De fait, ut unum ad decem et decem ad centum peut être paraphrasé par « 10 est à 100 ce que 1 est à 10 », proportion arithmétiquement infaillible. C’est par une paraphrase comparable que l’on peut expliquer l’exemple suivant :

  • 26 Cf. aussi Sen. 36.

(7) Nihil igitur adferunt qui in re gerenda uersari senectutem negant, similesque sunt ut si qui gubernatorem in nauigando nihil agere dicant. (Cic. Sen. 17)26

« Ils n’apportent donc aucun argument, ceux qui prétendent que la vieillesse ne peut prendre part aux affaires ; c’est comme si l’on disait que, dans une navigation, le pilote ne fait rien. »

19On peut ainsi proposer « le vieillard est à la conduite des affaires ce que le pilote est à la conduite du bateau » ou « le rapport du vieillard à la conduite des affaires est semblable au rapport du pilote à la conduite du bateau », les faits étant un peu compliqués ici par la reformulation, sous la forme d’une comparaison hypothétique, d’une assertion attribuée à autrui. C’est sans doute ce qui explique la position seconde du comparant. Il ne s’agit plus de prouver, mais de réfuter. Pour contrer une assertion, Cicéron lui adjoint un comparant. Si cette même assertion rapportée au comparant est erronée, elle est également réputée fausse pour le comparé. Mais la réfutation ne peut que suivre l’assertion première.

  • 27 L'accent est ainsi mis sur la « quatrième proportionnelle » : cf. R. Martin, op. cit., n, 48 p. 21 (...)

20Le mode de raisonnement reste très proche de celui de la comparaison-preuve : puisque le pilote joue un rôle essentiel dans la direction du bateau et que l’on peut comparer un vieillard et un pilote (notamment au regard de l’expérience), dans son domaine de compétence, les affaires publiques, le vieillard doit également jouer un rôle essentiel27.

  • 28 Sur la notion de prohabile et les liens qu'elle entretient avec la comparaison, cf. Cic. Inv. 1, 4 (...)

21Les comparaisons-preuves et les comparaisons proportionnelles visent à établir le probabile28. Leur enjeu est argumentatif. C’est en vertu du rapport de ressemblance entre comparant et comparé que l’on peut inférer qu’un prédicat, ou qu’un rapport, reconnu comme vrai pour le comparant, s’applique également au comparé. L’assertion au sein du membre comparant réfère à un savoir d’expérience, l’emploi du présent atemporel n’apportant aucune restriction à sa validité. Le comparant lui-même désigne un être ou un groupe d’êtres génériques.

Deux prédications mises en parallèle : la comparaison-image

  • 29 Quintilien s'inspire ici des réflexions d'Aristote, si ce n’est qu’il utilise un seul terme, simil (...)

22Le second type de comparaison que nous étudierons ne présente pas un lien logique aussi étroit entre membre comparé et membre comparant. La structure syntaxique met en parallèle deux énoncés présentés comme globalement équivalents sur le plan sémantique. Nous rejoignons la distinction faite par Quintilien entre comparaison-preuve et comparaison-ornement29 :

(8) Praeclare uero ad inferendam rebus lucem repertae sunt similitudines; quarum aliae sunt quaeprobationis gratia inter argumentaponuntur, aliae ad exprimendam rerum imaginent compositae. (Quint. I. O. 8, 3, 72)

« Pour jeter avec éclat de la lumière sur les choses, une belle invention est celle des similitudes. Les unes d’entre elles servent à la preuve et se rangent parmi les arguments ; d’autres ont pour objet de rendre les images des choses. »

  • 30 Même si l'auteur mentionné est Virgile (cf. I.O. 8, 3, 79).

23Quintilien songe notamment, pour illustrer la comparaison-ornement, à la comparaison homérique30, dont, sans surprise, nous ne trouvons pas de représentant dans notre corpus. Mais l’occurrence suivante nous permettra de décrire plus précisément le pouvoir évocateur de la comparaison-image :

(9) Itaque adulescentes mihi mort sic uidentur, ut cum aquae multitudine flammae uis opprimitur, senes autem sic, ut cum sua sponte nulla adhibita ui consumptus ignis exstinguitur. (Cic. Sen. 71)

« Aussi la mort d’un adolescent me donne-t-elle l’impression d’une flamme vigoureuse étouffée sous des flots d’eau, tandis que celle d’un vieillard m’apparaît comme la lente consomption d’un feu qui s’éteint de lui-même sans violence. »

24Cicéron s’efforce de montrer que la mort est, pour un vieillard, conforme à la nature. Pour essayer de faire comprendre en quoi elle diffère de la mort d’une jeune homme, il compare l’homme à un feu : les jeunes gens sont figurés par une flamme dans toute sa vigueur brutalement éteinte, les vieillards par un feu qui s’éteint lentement. Il s’agit de mettre en image des prédicats (adulescentes sic mihi mori uidentur, senes autem sic), le membre comparant apparaissant comme une reformulation, un développement figuré du contenu sémantique que Cicéron prête au membre comparé.

  • 31 Cf. Her. (4, 59).

25Ce fonctionnement relève plus particulièrement de l’emploi de la comparaison ante oculosponendi causa31, dont nous trouvons chez Aristote une explication précise :

  • 32 Le fait que cette description s’applique à une métaphore ne nous interdit pas de l’appliquer à une (...)

(10) Λέγω ὂὴ πρὸ ὀμμάτων ταῦτα ποιεῖν, ὅσα ἐνεργοῦντα σημαίνει · οἷον τὸν ἀγαθὸν ἄνδρα ϕάναι εἲναι τετράγωνον μεταϕορά · ἂμϕω γὰρ τέλεια, ἀλλ᾽ οὐσημαίνει ἐνέργειαν · ἀλλὰ τὸ ἀνθοῦσαν ἐξοντος τὴν ὰκμὴν ἐνέργεια. (Arist. Rhet. 3, 1411 b 24-29)32

« Je dis que les mots peignent, quand ils signifient des choses en acte : par exemple dire que l’homme vertueux est carré, c’est faire une métaphore, car ce sont là deux choses parfaites ; seulement cela ne signifie pas l’acte ; mais “en pleine fleur et à l’apogée de sa vigueur” c’est l’acte. »

  • 33 Pour Aristote (Rhet. 3, 1412a 11-13), parvenir à éclairer son propos par le choix d’un comparant a (...)

26Dans notre exemple, à un prédicat factuel, mori, est ajoutée une détermination de « manière » à travers l’évocation du feu. D’autre part, le comparant relève du libre choix de l’énonciateur33 : Cicéron revendique ici une image personnelle par le biais de mihi uidentur.

27Il semble en effet que, dans la comparaison-image, une proximité étroite entre comparant et comparé ne soit plus de mise, du fait du développement autonome du membre comparant. Nous ne pouvons néanmoins pas parler de dédoublement du prédicat dans notre occurrence, comme c’est fréquemment le cas dans la comparaison dite homérique, puisque sic mori est un prédicat sémantiquement incomplet qui appelle un développement.

  • 34 Au sens de F. Rastier, Sémantique interprétative, Paris, PUR 1987.

28Précisons enfin que la comparaison-image œuvre dans le domaine sémantique : à travers un réseau de correspondances, elle développe parallèlement deux « isotopies34 », offertes à une perception conjointe. Elle vise ainsi à combler les insuffisances lexicales ou à enrichir la charge signifiante d’un texte.

Comparaison et norme objective

  • 35 Nous rejoignons ici un domaine qui a souvent été étudié à propos de la comparaison quantitative, n (...)

29Entre ces deux pôles que constituent la comparaison-preuve et la comparaison-image, nous voudrions étudier quelques cas où le comparant apparaît comme une norme par rapport à laquelle on évalue le comparé35. Un exemple nous permettra de clarifier les faits :

  • 36 Voir aussi Fin. 2, 16.

(11) Epicurus autem, ut opinor, nec non uult, sipossit, plane et aperte loqui, nec de re obscura, ut physici, aut artificiosa, ut mathematici... loquitur. (Cic. Fin. 2, 15)36

« Or ce n’est pas, à mon avis, le cas pour Epicure : il n’a pas l’intention de ne pas parler aussi nettement et aussi intelligiblement qu’il en serait capable ; et d’autre part, le sujet qu’il traite n’est ni obscur, comme la physique, ni technique, comme les mathématiques. »

  • 37 Nous sommes finalement très proche de la comparaison « à parangon » du type « bête comme un âne »  (...)
  • 38 Pour l'étude du rôle de la négation dans la comparaison, cf par ex. R. Martin, op. cit., p. 208-20 (...)

30Attachons-nous au fonctionnement sémantique et référentiel de la comparaison, telle qu’elle se construit dans le texte. La dissociation entre de re obscura et physici, alors que ce prédicat leur appartient en propre, tout comme leur contiguïté semblent signifiantes : il s’agit de déterminer le sens que l’on peut prêter à l’adjectif obscura pour fixer une sorte de norme, reposant sur le lien établi entre prédicat commun et comparant37. Dans un second temps, l’écart manifesté par le comparé par rapport à cette norme justifie la rupture du lien d’identité formalisée par nec38.

  • 39 Par ex. Fin. 1,7 et 1, 71.

31Nous avons jusqu’à présent seulement envisagé les comparants à référent générique. Mais cette valeur de norme prise par le comparant se rencontre aussi lorsqu’il réfère à un individu unique et déterminé. Les comparaisons ainsi articulées autour d’un référent historique s’interprètent souvent en termes de conformité, ou, si le lien d’identité est remis en cause, en termes de démarcation39. Lorsque le comparant réfère à un exemplum, il s’agit de prendre les Anciens comme modèle, de se mesurer à l’aune de leurs hauts faits :

(12) uadem te ad mortem tyranno dabispro amico, ut Pythagoreus ille Siculo fecit tyranno? (Cic. Fin. 2, 79)

« Te livreras-tu, comme otage prêt à mourir, à un tyran, pour répondre d’un ami, comme le fit le pythagoricien que tu sais auprès du tyran de Sicile ? »

32Nous retrouvons cette dissociation entre prédicat et comparant, d’autant plus manifeste que le prédicat proposé ne fait sens que placé en regard du comparant, le pythagoricien Damon, qui se livra au tyran de Sicile pour laisser quelques jours de délai à son ami Pythias. L’expression allusive (.Pythagoreus ille) souligne la prégnance de l'exemplum dans la pensée romaine. Les fragments de prédicat maintenus dans le membre comparant visent surtout à préserver son historicité, en particulier fecit, en emploi vicariant, dont le rôle est de véhiculer une marque temporelle de parfait, présentant le procès comme effectif.

33Ce troisième type de comparaison se caractérise par le lien étroit établi entre le prédicat et le référent du comparant, qui permet de fixer une norme. Ce même prédicat permet alors d’apprécier la conformité du comparé à cette norme. La valeur nous semble une nouvelle fois argumentative, si ce n’est que nous sommes dans la logique binaire du vrai et du faux. La comparaison met en question le rapport d’identité qui la sous-tend linguistiquement.

34Venons-en au comparant. Dans un domaine donné comme l’amitié, les exernpla constituent une sorte de réserve dans laquelle il est aisé de puiser pour déterminer si tel ou tel est un vrai ami. En (11), le choix du comparant semble directement lié au prédicat et participe d’une définition d'obscura permettant d’exclure Epicure. Certaines contraintes pèsent donc sur ce choix : le comparant, pour permettre l’évaluation du comparé, doit à la fois présenter des caractéristiques communes avec lui et être reconnu comme étalon par un assentiment assez large.

L’intervention de la subjectivité du locuteur : la comparaison axiologique

35Cette valeur de norme que nous venons d’envisager nous invite à nous interroger sur le rôle que peut tenir la subjectivité du locuteur dans une comparaison et sur la valeur axiologique dont elle peut se charger.

  • 40 Cf. Cic. Inv 1, 49 et Quint. I.O. 5, 11, 24. Les grammariens ont conservé cette tripartition (icon (...)

36C’est dans la Rhétorique à Hérennius que cette valeur axiologique est la plus clairement mise en avant. Elle est associée à l'imago constituant avec l'exemplum et la similitudo un triptyque que l’on retrouve également chez Cicéron et chez Quintilien40.

(13) Imago est formae cum forma cum quadam similitudine conlatio. Haec sumitur aut laudis aut uituperationis causa. (Her. : 4, 62)

« L’image est une comparaison entre deux formes présentant une ressemblance. On l’utilise pour louer ou pour blâmer. »

  • 41 Alors même que les définitions sont assez proches, ce qui fait que les modernes voient surtout dan (...)

37Aucun autre auteur ne prête à l’imago cette valeur connotative41. Mais il est possible de trouver d’autres échos de la valeur dépréciative dont peut se charger un énoncé fondé sur une ressemblance :

  • 42 Quintilien (I.0. 8, 3, 21) évoque de manière assez comparable un jeu possible sur les registres de (...)

(14) Καὶ ἐάν τε κοσμεῖυ βούλῃ, ἀπὸ τοῦ βελτίονος τῶν ἐν ταὐτῳ γένει ϕέρειν τὴν μεταϕοράν, ἐάν τε ψέγειν, ἀ πὸ τῶν χειρόνων · λέγω δ οῖον, ἐπεὶ τὰ ἐναντία ἐν τῷ αὐ τῷ γένει, τὸ ϕάναι τὸν μὲν πτωχεύοντα εὔχεσθαι τὸν δ εὐ χόμενον πτωχεύειν, ὅτι ἄμϕω αἰτήσεις, τὸ εἰρημένον ἐστὶ ποιεῖν. (Arist. Rhet. 3, 1405a 14-19)42

« Si l’on désire exalter son objet, il faut emprunter la métaphore à ce qu’il y a dans le même genre de plus relevé ; si l’on veut blâmer, à ce qui est de moindre valeur ; je veux dire par exemple, puisque que les contraires sont du même genre, qu’affirmer, dans un cas, que celui qui mendie prie ; dans l’autre, que celui qui prie mendie, ces deux actions étant l’une et l’autre des demandes, c’est faire ce que nous venons de dire. »

38La visée laudative ou dépréciative repose sur un choix lexical, qui permet à une entité, selon la manière dont elle est désignée, d’accéder à un degré supérieur ou inférieur d’une échelle évaluative. Un mécanisme de ce type est à l’œuvre dans l’occurrence suivante :

(15) aut etiam, ut vestitum, sic sententiam habeas aliam domesticam, aliam forensem, ut in fronte ostentatio sit, intus veritas occultetur? (Cic. Fin. 2, 77)

« ou encore, en serait-il de ton sentiment comme de ton costume et en aurais-tu un pour la maison, un autre pour la ville, de manière à montrer par-devant une belle apparence et à cacher la vérité à l’intérieur ? »

39Comparer une idée, un sentiment, à un vêtement ne peut être que dépréciatif. C’est la même logique qui préside à l’expression française tu changes d’avis comme de chemise ! Cette valeur dépréciative ne relève d’ailleurs pas du substantif uestitus, mais de son rapprochement avec sententia. Leur principal trait commun est en effet qu’ils se rattachent à l’homme et peuvent éventuellement le caractériser par son appartenance à un groupe social comme à une école de pensée. Mais l’un (uestitus) est de caractère contingent, l’autre (sententia) à la fois plus personnel et plus profondément ancré. Ainsi, en les rapprochant dans ce qui, justement, devrait les séparer, Cicéron discrédite durement son interlocuteur. Mais nous pourrions aussi bien dire que le prédicat, comme le comparant, ne conviennent que trop bien au comparé en vertu de l’enjeu de cette comparaison, qui est de montrer la duplicité de Torquatus. C’est ici qu’intervient la subjectivité du locuteur, dans le choix d’un comparant ad hoc lui permettant de déprécier le comparé.

40Cette valeur axiologique n’est pas l’apanage des comparants à référent générique, comme le montre l’occurrence suivante, où c’est Xerxès qui fait office de comparant :

  • 43 Cf. aussi Fin. 2, 12.

(16) Vt, si Xerxes, cum tantis classibus tantisque equestribus etpedestribus copiis Hellesponto iuncto, Athoneperfosso, maria, ambulauisset, terra nauigasset, si, cum tanto impetu in Graeciam uenisset, causam quis ex eo quaereret tantarum copiarum tantique belli, mel se auferre ex Hymetto uoluisse diceret, certe sine causa uideretur tanta conatus, sic nos sapientem plurimis etgrauissimis artibus atque uirtutibus instructum et ornatum non, ut ilium, maria pedibus peragrantem, classibus montes, sed omne caelum totamque cum uniuerso mari terram mente complexion, uoluptatem petere si dicemus, mellis causa dicemus tanta molitum. (Cic. Fin. 2,112)43

« Imaginez Xerxès, avec toutes ses flottes et toutes ses troupes de cavalerie et d’infanterie, après avoir, grâce à la jonction des rives de l’Hellespont et la percée de l’Athos, traversé <comme on l’a dit> la mer à pied et la terre en bateau, imaginez-le, lui qui a fait une pareille irruption en Grèce, interrogé par quelqu’un sur le motif d’un si grand déploiement de troupes, d’une si grande expédition, et répondant que c’est du miel de l’Hymette qu’il a voulu emporter ! C’est à coup sûr sans cause qu’il semblerait avoir fait une si grande entreprise. De même pour nous le sage : il s’est muni et paré de qualités et de vertus les plus nombreuses et les plus importantes ; il ne passe pas, comme Xerxès, les mers à pied sec et les montagnes avec des flottes ; mais il a embrassé par la pensée toutes les régions du ciel, ainsi que la totalité de la terre avec l’immensité de la mer : eh bien, si nous disons que c’est le plaisir qu’il cherche, nous dirons < nous aussi> que c’est pour du miel qu’il a fait un si grandiose effort ».

  • 44 C’est ce qui explique notamment le recours à une comparaison hypothétique. Son fonctionnement glob (...)

41Il s’agit d’une comparaison proportionnelle, c’est-à-dire que ce sont deux rapports qui sont mis en regard : le miel de l’Hymette est aux moyens déployés par Xerxès ce que le plaisir est à la quête philosophique. Nul n’est besoin d’être grand spécialiste de l’histoire grecque pour voir que l'exemplum est ici détourné44. Ce détournement, marque de la subjectivité du locuteur, engendre une disproportion dans le premier rapport qui rejaillit sur le second : pour disqualifier la philosophie épicurienne, Cicéron s’efforce de montrer que la quête du plaisir est aussi vaine, par rapport aux moyens dont dispose le philosophe, que ne l’aurait été la quête du miel, dans le cas de l’expédition de Xerxès en Grèce. Le discrédit, qui atteint d’abord le plaisir, gagne également, en vertu de la logique proportionnelle, la philosophie épicurienne, puisqu’elle s’attache à un objet présenté comme futile.

42Ce fonctionnement axiologique nous semble avoir partie liée avec le pouvoir évocateur de la comparaison, évoqué par Quintilien, qui rapproche alors la redditio, comparaison développée de type homérique, et certaines comparaisons brèves que l’on peut aussi bien renconter dans le sermo cotidianus :

(17) Redditio autem illa rem utramque quam comparut uelut subicit oculis etpariter ostendit. Cuiuspraeclara apud Vergilium multa reperio exempla [...]. Surit et illae breues [...] Quibus similia possunt cuicumque etiam ex cotidiano sermone succurrere. Huic subiacet uirtus non solum aperte ponendi rem ante oculos, sed circumcise atque uelociter. (Quint. I. O. 8, 3, 79 et 81)

« La vraie représentation réciproque place, pour ainsi dire, les deux éléments de la comparaison devant nos yeux et les montre parallèlement. Chez Virgile, j’en trouve de beaux et de nombreux exemples [...] Voici également d’autres comparaisons, brèves celles-là [...]. Des comparaisons de ce genre peuvent venir aussi à l’esprit de quiconque dans le langage de chaque jour. On y trouve sous-jacente la qualité qui ne consiste pas seulement à placer la chose devant les yeux, mais de façon concise et rapide. »

43Il s’agit de donner à voir une ressemblance saisissante, expressive, dans un énoncé qui met comparé et comparant en parallèle et les présente donc côte à côte. Peu importe que cette ressemblance soit contingente, fugace, ou partielle, peu importe qu'elle résulte d’un comparant choisi ou fabriqué à dessein, le tout est qu’elle soit saillante. Le fonctionnement linguistique de la comparaison, qui établit une identité, suscitera la connotation dépréciative. La comparaison axiologique apparaît en quelque sorte comme une comparaison-image instrumentalisée à des fins évaluatives, leur trait commun étant le libre choix du comparant par l’énonciateur.

44Voyons enfin ce qui distingue nos deux exemples. La valeur dépréciative tire son origine, nous l’avons vu, de la mise en relation du comparant et du comparé, ce qui implique une proximité dans l’énoncé : à l’aune de uestitus, sententia se dévalue. En (15), cette mise en relation n’altère nullement le signifié de uestitus : le vêtement reste un vêtement, subdivisé en vêtement d’intérieur et d’extérieur. C’est sententia qui s’en trouve déprécié.

45Cette proximité nécessaire à la charge axiologique de l’énoncé explique la reprise de mel sous la forme mellis causa en (16). Mais ici, mel se dévide, en quelque sorte, de son signifié et devient un symbole, du fait de l’équation posée entre mel et le syntagme sine causa à l’intérieur du membre comparant, si bien que, lorsqu’il est répété une dernière fois, à la fin du membre comparé, il résonne un peu comme le français pour des prunes.

Conclusion

  • 45 Nous renonçons, faute de place, à envisager le cas où une comparaison met en regard un énoncé et. (...)

46Il nous semble possible, au terme de cette étude45, d’isoler quelques éléments essentiels pour décrire le fonctionnement de la comparaison.

47Nous voyons nos hypothèses de départ confirmées à propos du versant linguistique de la comparaison : la structure syntaxique semble en elle-même pourvue d’une valeur sémantique faiblement caractérisée ; la mise en regard de deux segments d’énoncé marque essentiellement une identité. Pour autant, la forme linguistique ne nous laisse pas complètement démunie : la position respective du comparant et du comparé, le recours ou non à la corrélation, le positionnement du prédicat et son éventuel dédoublement fournissent des critères non négligeables pour l’étude de la comparaison.

48L’autre élément à prendre en compte, d’ordre extra-linguistique, est la relation de ressemblance qui unit le comparant et le comparé. Doit-elle faire l’objet d’un assentiment collectif, ce qui fait tendre la comparaison vers une valeur argumentative, ou est-elle laissée au libre choix du locuteur ? Dans ce dernier cas, face aux vertus expressives de la comparaison-image, la comparaison axiologique occupe une position particulière puisqu’elle discrédite, par un rapprochement subjectif, le comparé, ce qui la met en relation avec la comparaison sous-tendue par une norme.

49Même si la comparaison n’est pas spécifique aux traités visant à transmettre un savoir, elle nous semble y jouer un rôle essentiel, du moins dans notre corpus. Le comparant, relevant d’un savoir partagé entre énonciateur et lecteur, permet d’établir une passerelle entre ces deux instances. Faisant office d’argument, de norme ou de reformulation imagée d’un propos qui risquerait sinon d’être aride, elle laisse également transparaître la subjectivité d’un énonciateur qui tente de faire partager ses choix doctrinaux.

Notes

1 Cf. H. M. McCall, Ancient rhetorical theories ojsimile and comparison, Cambridge, Harvard Univ. Press, 1969, p. 257-259, M. Armisen-Marchetti, « Histoire des notions rhétoriques de métaphore et de comparaison », Bull. de l’Assoc. Guillaume Budé 1, 1991, p. 43-44, ou, pour une autre analyse, A. Vigh, « Comparaison et similitude », Le français moderne, 3, 1975, p. 214-233.

2 Cf. par ex. Arist. Rhet. 2, 1393a 28-31, Cic. Inv. 1,49, Quint. I.O. 5, 11, 1-2. Si le lien n’est pas explicite dans la Rhétorique à Hérennius, l'exemplum est traité immédiatement après la similitudo, dans le cadre des « figures de pensée ».

3 Les traductions citées sont celles de la CUF.

4 Notamment du fait de sa complexité sémantico-logique (cf. A, Reboul, « “Le système de la comparaison” et le Puzzle de Koenig », De la syntaxe à la narratologie énonciative, M. De Mattia et A. Joly (dir.), Paris, Ophrys, 2001, p. 183) ou de la diversité de sa forme syntaxique (cf. M. Fruyt, « Le rôle de la métaphore et de la métonymie en latin : style, lexique, grammaire », RÉL 67, 1989, p. 242).

5 Cf. par ex. D, Bouverot, « Comparaison et métaphore », Le français moderne 2, 1969, p. 133-134.

6 Cf. R. Rivara, Le système de la comparaison. Sur la structure du sens dans les langues naturelles, Paris, Éd. de Minuit, 1990 ou Faits de langue 5, 1995.

7 Il semble d’ailleurs que la comparaison quantitative, rarement envisagée par la rhétorique ancienne, serait plutôt désignée par le terme de comparatio : cf. Cic. Top. 68 et les analyses d’A. Vigh, op. cit p. 221.

8 Ex. emprunté à J. Cohen, « La comparaison poétique : essai de systématique », Langages, 12, 1968, p. 44.

9 Ex. emprunté à M. Post, Comparatives of Identity in English, a Semantic Study, Wroclaw, Wydawnictwo Uniwersytetu Wroclawskiego, 1981, p. 5.

10 « [les penchants] de la vieillesse périssent donc aussi, comme périssent ceux des âges précédents. »

11 Nous reprenons ici des analyses traditionnelles (cf. I. Tamba-Mecz, Le sens figuré. Vers une théorie de l’énonciation figurative, Paris, PUF, 1981, p. 50-52) en optant pour les termes les plus généralement employés.

12 Les exemples montrent trois réalisations possibles du prédicat : en (2a), nous avons une ellipse du prédicat dans la comparative. Did, en (2b), est en emploi vicariant, comme peut l’être faire en français et facio en latin. Enfin, la répétition du même prédicat en (2c) constitue un cas rare.

13 M. Post, op. cit., p. 5.

14 Dans « Présentation générale », Faits de langue 5, 1995, p. 10.

15 Il est même souvent admis que la comparaison qualitative marque une identité de « manière » (cf. P Le Goffic, Grammaire de la phrase française, Paris, Hachette,1993, p. 394 ; D. Bouverot, op. cit., p. 136 ; M. Post, op. cit.p. 67-72). (2b) pourrait ainsi se paraphraser par « elle cuisine la dinde de la même manière que ma mère le faisait ». Pourtant, nombre d’occurrences se montrent rebelles à une telle paraphrase : cf. la typologie proposée par P. Le Goffic (ibid., p. 482-484). Notre perspective n’étant pas exactement la même, nous préférons nous en tenir à la seule « identité ».

16 J. Authier-Revuz, « Comparaison/reformulation/métaphore », Faits de langue 5, 1995, p. 184.

17 Expression que nous empruntons à M. Armisen-Marchetti, op. cit.

18 À ne pas confondre avec la perception d’une similitude (ὅμοιον) autorisant le rapprochement entre deux termes : cf. Rhet. 2, 1394a 5.

19 Tableau que l’on trouve sous une forme plus savante dans l’article d’A. Vigh, op. cit., p. 225.

20 Adoptant la lecture de H. M. McCall, op. cit., p. 187-207, nous considérons que παράδειγμα doit ici se comprendre au sens restreint d’« exemple historique ».

21 Toujours en vertu de la lecture que nous adoptons, la traduction de similitudo par « comparaison » nous semblerait plus indiquée, ou par « similitude », si l’on veut prendre acte de la restriction proposée par l’auteur pour l’emploi de la παραβολή.

22 C’est peut-être cette force expressive, et cette référence à une réalité quotidienne, susceptible d’être partagée par tous, qui expliquent que l’on retrouve trace par la suite de cette comparaison : cf. n. 6 p. 123 de l’édition de la CUE

23 Cf. Fin. 1, 37 ; 1, 50 ; 2, 33. La question de l’ordre des constituants dans la comparaison est envisagée par Quintilien (I. O. 8, 3, 77) mais sans être directement corrélée à son fonctionnement.

24 R. Martin, Pour une logique du sens, Paris, PUF, 1983, p. 211.

25 Cf. aussi Arist. Rhet. 3, 1406b 15-18.

26 Cf. aussi Sen. 36.

27 L'accent est ainsi mis sur la « quatrième proportionnelle » : cf. R. Martin, op. cit., n, 48 p. 211.

28 Sur la notion de prohabile et les liens qu'elle entretient avec la comparaison, cf. Cic. Inv. 1, 46-49.

29 Quintilien s'inspire ici des réflexions d'Aristote, si ce n’est qu’il utilise un seul terme, similitudo, là où Aristote distinguait παραβολή et εἰκών : cf. H. M. McCall, op. cit., p. 192.

30 Même si l'auteur mentionné est Virgile (cf. I.O. 8, 3, 79).

31 Cf. Her. (4, 59).

32 Le fait que cette description s’applique à une métaphore ne nous interdit pas de l’appliquer à une comparaison : pour Aristote, la comparaison est une sorte de métaphore (cf. Rhet. 3, 1406b 20 et 1410b 17-18).

33 Pour Aristote (Rhet. 3, 1412a 11-13), parvenir à éclairer son propos par le choix d’un comparant approprié exige des capacités intellectuelles. Il précise ailleurs (Rhet. 2, 1394a 4-5) que la faculté de percevoir des ressemblances est facilitée par la philosophie. L’auteur de la Rhétorique à Hérennius (4, 61) engage à « dépister » des éléments de ressemblance (aliquam uenari similitudinem) en passant en revue toutes les entités susceptibles de donner prise à une évocation visuelle.

34 Au sens de F. Rastier, Sémantique interprétative, Paris, PUR 1987.

35 Nous rejoignons ici un domaine qui a souvent été étudié à propos de la comparaison quantitative, notamment depuis les travaux d’E. Benveniste : cf. la mise au point récente de Ch. de Lamberterie « La comparaison différenciative : L’apport d’Emile Benveniste », Faits de langue 5, 1995, p. 13-18.

36 Voir aussi Fin. 2, 16.

37 Nous sommes finalement très proche de la comparaison « à parangon » du type « bête comme un âne » : cf. par ex. M. Le Guern, Sémantique de la métaphore et de la métonymie, Paris, Larousse, 1973, p. 53, R. Rivara, op. cit., p. 74 et 108, et G. Deléchelle, « Emplois de as en anglais, comparaison et identification », Faits de langue 5, 1995, p. 197. Pour un exemple de comparaison à parangon, voir Cic. Fin. 2, 90.

38 Pour l'étude du rôle de la négation dans la comparaison, cf par ex. R. Martin, op. cit., p. 208-209 ou A. Bertocchi et A. Orlandini, « Quelques aspects de la comparaison en latin », Indogermanische Forschungen 101, 1996, p. 195-232,

39 Par ex. Fin. 1,7 et 1, 71.

40 Cf. Cic. Inv 1, 49 et Quint. I.O. 5, 11, 24. Les grammariens ont conservé cette tripartition (icon, parabole et paradigma par ex. chez Donat) ; cf. L. Holtz Donat et la tradition de l'enseignement grammatical, Paris, Éditions du CNRS, 1981, p. 215.

41 Alors même que les définitions sont assez proches, ce qui fait que les modernes voient surtout dans l'imago une comparaison reposant sur la forme extérieure, fondée sur une ressemblance visuelle (cf. H. M. Mccall, op. cit., ρ. 95-98 et Μ. Armisen-marchetti, op. cit., p. 28-29).

42 Quintilien (I.0. 8, 3, 21) évoque de manière assez comparable un jeu possible sur les registres de langue.

43 Cf. aussi Fin. 2, 12.

44 C’est ce qui explique notamment le recours à une comparaison hypothétique. Son fonctionnement global ne présente, si l’on en croît M. Post (op. citp. 71-72), aucune différence significative, ce qui nous autorise à négliger ce paramètre.

45 Nous renonçons, faute de place, à envisager le cas où une comparaison met en regard un énoncé et. ses conditions d’énonciation : voir à ce sujet l’article de J. Authier-Revuz, op. cit.

Author

Université de Nantes

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Terms of use: http://www.openedition.org/6540