Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmettre les savoirs dans les mondes hellénistique et romain

 | 
Frédéric Le Blay

Quatrième partie. Comment transmettre ?

L’animal, le roi et le savant : le « Musée » et le développement des savoirs sur l’animal dans l’Alexandrie lagide

Jean Trinquier

Texte intégral

  • 1 G. E. R. Lloyd, Une histoire de la science grecque, [1943 et 1931], trad. franç. de J. Brunschwig,(...)

1Ma contribution est consacrée à la question du zoo d’Alexandrie, et plus largement aux annexes et dépendances que toute une tradition historiographique prête au « Musée » fondé à Alexandrie par les souverains lagides. Ces annexes sont les suivantes : un observatoire, une salle de dissection, un jardin botanique et un parc zoologique, auxquels est parfois adjoint un atelier de mécanique. L’examen critique de cette construction historiographique permet de s’interroger sur la transmission des savoirs à Alexandrie pendant la période lagide, à travers l’exemple important de la zoologie aristotélicienne et de sa réception en milieu alexandrin. La question des annexes du « Musée » d’Alexandrie invite également à réfléchir, dans une perspective sociologique, sur les conditions concrètes de la production du savoir scientifique à l’époque hellénistique. Dans le cas d’Alexandrie, il s’agit de mesurer le rôle exact du patronage royal dans le champ scientifique, une question à laquelle G. E. R. Lloyd a consacré quelques pages aussi éclairantes que nuancées dans son ouvrage sur La Science grecque après Aristote1.

  • 2 Voir par exemple G. Parthey, Das Alexandrinische Museum, Berlin, Nicl. Buch., 1838, p. 171 ; P. M. (...)
  • 3 Voir G. Parthey, op. cit., p. 171 ; C. Schneider, op. cit., p. 379. L’opinion du grand C. G. Heyne (...)
  • 4 C’est la voie empruntée notamment par A. Zucker dans un ouvrage récent : A. Zucker, Aristote et le (...)

2Les historiens s’accordent à déplorer l’interruption, à l’époque hellénistique, des recherches zoologiques conduites dans l’esprit de la science du vivant d’Aristote2. Cette interruption a pour eux valeur de paradoxe, notamment à Alexandrie, dans la mesure où les savants étaient censés disposer, avec le jardin zoologique rattaché au « Musée », d’un incomparable instrument de recherche3. Pour résoudre ce paradoxe, on peut souligner le naufrage de la littérature scientifique hellénistique, laquelle est surtout connue par l’intermédiaire de compilations et d’épitomés tardifs, obéissant à leurs propres principes de sélection. On peut également se demander — et c’est probablement une voie plus prometteuse – si les orientations nouvelles de la zoologie hellénistique ne l’ont pas rendue progressivement étrangère aux ambitions de la science du vivant aristotélicienne4.

3Il convient à mon sens de reprendre l’ensemble du problème, en examinant les deux versants de la question : l’existence d’annexes du « Musée », censées servir la recherche dans le domaine des sciences naturelles ; l’évolution des discours sur l’animal pendant la période hellénistique. Une brève enquête historiographique permettra au préalable d’éclairer la genèse de la vision moderne du « Musée » d’Alexandrie comme institut de recherche scientifique.

Les annexes présumées du « Musée » : enquête historiographique

  • 5 Travaux en langue allemande : G. H. Klippel, Über das Alexandrinische Museum, Gottingen, Vandenboe (...)
  • 6 A. Bernand, Alexandrie la Grande, [1966], Paris, Hachette, 19982, p. 133 ; C. Schneider, op. cit.,(...)
  • 7 Voir par exemple M. Daumas (dir.j, Histoire de la science, Paris, Gallimard, 1957, coll. « Encyclo (...)
  • 8 T. Engberg-Pedersen, “The relationship between intellectual and political centres in the hellenist (...)
  • 9 G. Bernhardy, Grundriss der Griechischen Litteratur. I. Innere Geschichte der Griechischen Literat (...)
  • 10 A. Glock, « Museion », Der Neue Pauly, VIII, Stuttgart-Weimar, J. B. Metzler, 2000, col. 508.

4La liste canonique des annexes du « Musée », citée en introduction, est reprise de travaux en travaux, avec parfois quelques réserves ou quelques nuances5. Elle apparaît en particulier dans les ouvrages de référence sur Alexandrie et sur la culture alexandrine hellénistique - Alexandrie la Grande d’A. Bernand, Kulturgeschichte des Hellenismus de C. Schneider, Le Monde hellénistique de C. Préaux6 — comme dans certains ouvrages de synthèse sur l’histoire des sciences ou des techniques7. On la retrouve dans les travaux récents sur le milieu culturel alexandrin et sur la science hellénistique8. Il existe certes un filon sceptique, qui remonte à Bernhardy et à Susemihl, et qui trouve son aboutissement d’une part dans les formulations prudentes de Müller-Graupa, auteur de l’article « Museion » de la RE, d’autre part dans les conclusions nuancées de P. M. Fraser dans l’ouvrage somme publié en 1972, Ptolemaic Alexandria9 Quant au Neuer Pauly, il fait encore état, sous la plume d’A. Glock, des annexes du « Musée », en se contentant de noter vaguement que leur existence est pour une part établie, pour une autre part le résultat d’une déduction10. Une telle réserve est vite effacée dès lors que l’on puise son information dans ce type d’encyclopédie. Ces critiques et ces réserves n’ont cependant pas réussi à entamer durablement le crédit de la thèse traditionnelle.

5La liste canonique des annexes du « Musée » d’Alexandrie est en fait une construction qui résulte d’une double opération : le rattachement au « Musée » des différents témoignages faisant état d’observations astronomiques, anatomiques, zoologiques et botaniques conduites à Alexandrie à l’époque lagide ; la transposition, en contexte alexandrin, de la tradition voulant que les recherches biologiques d’Aristote aient bénéficié du patronage des souverains macédoniens.

  • 11 Élien, Histoires variées, IV 19 (trad. A. Lukinovich, A.-F. Morand, Paris, Belles Lettres, 1991, c (...)

6Cette tradition, en l’état actuel de la documentation, se signale par son caractère relativement tardif, puisqu’elle n’est pas attestée avant l’époque impériale. Elle n’est pas non plus univoque, car le généreux protecteur des recherches d’Aristote est tantôt Philippe II, tantôt Alexandre le Grand. La première version est représentée par Élien de Préneste11 :

Φίλιππος ὁ Μακεδὼν οὐμόνον ἕλέγετο εῖναι τὰ πολέμια ἀγαθòς καὶ εἰπεῖν δεινός, ἀλλὰ καὶ παιδείαν ἀηδρειότατα ἐτίμα. Ἀριστοτέλει γοῦν χορηγήσας πλοῦτον ἀνενδεᾶ, αἴτιος γέ γoνε πολλῆς καὶ ἄλλης πολυπειρίας, ἀτὰρ οὖν καὶ τῆς γνώσεως τῆς κατὰ τὰ ζῷα ∙ καὶ τὴν ἱστορίαν αὐτῶν ὁ τοῦ Νικομάχου διὰ τὴν ἐκ Φιλίππου περιουσίαν ἐκαρπώσατο. Καὶ Πλάτωνα δὲ ἐτί μησε καὶ Θεόφραστον.

« Philippe de Macédoine était non seulement excellent à la guerre et habile orateur, mais il tenait également la culture en très haute estime. Il mit à la disposition d’Aristote des moyens financiers plus qu’abondants, qui furent à la base de ses recherches vastes et variées, et en particulier de son savoir zoologique. Le fils de Nicomaque put mener à bien son Histoire des animaux grâce à l’opulence de Philippe. Il honora également Platon et Théophraste. »

  • 12 Pline L’Ancien, Histoire naturelle, VIII, 44 (trad. A. Ernout, Paris, Belles Lettres, 1952, coll. (...)

7Pour le reste de la tradition, cependant, le protecteur des recherches d’Aristote est moins le père, Philippe II, que son illustre fils, Alexandre. Selon un passage bien connu du livre VIII de l'Histoire naturelle de Pline, Alexandre le Grand aurait mis au service d’Aristote, sur toute l’étendue de la Grèce et de l’Asie, des milliers d’hommes possédant une compétence spécialisée sur les animaux, afin qu’ils fournissent au philosophe les données dont il avait besoin pour mener à bien ses recherches sur les animaux12 :

Alexandro rege inflammato cupidine animalium naturas noscendi delegataque hac commentione Aristoteli, summo in omni doctrina uiro, aliquot milia hominum in totius Asiae Graeciaeque tractu parere <ei> hissa, omnium quos uenatus aucupia piscatusque alebant quibusque uiuaria armenta aluearia piscinae auiaria in cura erant, ne quid usquam genitum ignoraretur ab eo, quospercunctando quinquaginta ferme uolumina iliapraeclara de animalibus condidit.

« Le roi Alexandre le Grand, brûlant de connaître l’histoire naturelle des animaux, confia le soin de cette étude à l’homme le plus savant en toute science, Aristote : et il soumit à ses ordres, sur toute l’étendue de l’Asie et de la Grèce, plusieurs milliers d’hommes qui tous vivaient de la chasse, de l’oisellerie, de la pêche, ou qui entretenaient des viviers, des troupeaux, des ruchers, des piscines, des volières, afin qu’aucune créature n’échappât à sa connaissance. À force d’interroger ces hommes, Aristote composa environ cinquante volumes célèbres sur les animaux. »

  • 13 Athénée, Deipnosophistes, IX, 398 e. La subvention aurait été de huit cents talents.
  • 14 On consultera les éditions de W. W. Boer, Epistola Alexandri ad Aristotelem ad Codicum Fidem Edidi (...)

8Au témoignage de Pline, il faut ajouter celui des Deipnosophistes d’Athénée, qui fait état d’une subvention au montant astronomique allouée par Alexandre à Aristote, afin que ce dernier puisse mener à bien son Histoire des animaux13. Cette idée d’une coopération entre Alexandre et Aristote apparaît également dans l’abondante littérature romanesque centrée sur la figure du conquérant macédonien, notamment dans la Lettre d’Alexandre à Aristote sur les merveilles de l’Inde, qui se présente comme un rapport écrit par le souverain macédonien à l’intention de son ancien précepteur14.

  • 15 W. Jaeger, Aristote. Fondements pour une histoire de son évolution, [1923, 19482], trad. française (...)
  • 16 Voir I. Düring, Aristotle in the Ancient Biographical Tradition, Göteborg, Almqvist & Wiksell, 195 (...)

9L’assertion de Pline, qui a sans doute guidé la datation tardive du corpus zoologique d’Aristote avancée par Jaeger15, a été depuis dénoncée comme une invention tardive, destinée à donner une caution aristotélicienne à l’inflexion paradoxographique de la littérature zoologique postérieure16.

  • 17 Sur la mort de Callisthène, voir P. Pédech, Historiens compagnons d’Alexandre. Callisthène - Onési (...)
  • 18 Voir P. Bolchert, Aristoteles Erdkunde von Asien und Libyen, Wittenberg, Weidmannsche Buchhandlung (...)
  • 19 Voir en ce sens W. D. Ross, Aristotle., Londres, Methuen, 1923, p. 6.
  • 20 Pline, Histoire naturelle, V, 185. Voir K. Karttunen, op. cit. (1989), n. 238, p. 94-95.

10Un point peut être considéré comme acquis. Malgré l’expression de Pline, qui parle de l’Asie tout entière, on ne peut accepter l’idée qu’Alexandre se soit employé à faire connaître à Aristote la faune de l’Inde. Comme on l’a déjà remarqué, une coopération aussi étroite entre Alexandre et Aristote est difficilement imaginable après l’exécution de Callisthène, le propre neveu du philosophe, qui avait accompagné Alexandre dans son expédition ; or Callisthène a été jeté dans les fers en Bactriane, après l’affaire de la proskynèse et la conspiration d’Hermolaos, en 327, l’année précédant l’expédition vers le Pendjab17. Une étude attentive du corpus zoologique d’Aristote montre d’autre part qu’Aristote ne possédait qu’une connaissance vague de la faune orientale, notamment indienne, et qu’il était tributaire sur ce point de sources livresques antérieures à la conquête d’Alexandre, au premier rang desquelles figurent bien sûr les Indika de Ctésias18. Si l’on veut accorder une valeur historique au témoignage de Pline, il faut donc placer l’intervention d’Alexandre dans les premières années de son règne, à l’époque des premières campagnes contre Darius19. De fait, un autre passage de Pline fait état d’informations relatives à l’exceptionnelle fécondité de certains rongeurs, dont les garants seraient « Aristote et les soldats d’Alexandre le Grand » ; comme il est question des Perses dans la suite du développement, on peut raisonnablement supposer que ces observations datent des années où Alexandre s’est emparé des grandes capitales de l’empire achéménide, avant donc les opérations contre les satrapies orientales et la marche sur l’Indus, et que les informateurs d’Aristote sont à chercher parmi les compagnons du souverain macédonien20.

  • 21 Voir M. Manquat, Aristote naturaliste, Paris, Vrin, 1932, p. 49-73.

11Les modalités de l’intervention d’Alexandre, telles qu’elles sont décrites par Pline, suscitent cependant la suspicion. Alexandre n’aide pas Aristote de ses subsides, il ne transmet pas à Aristote le résultat des enquêtes menées à son instigation par les savants de son entourage, il ne confie pas à des contingents de soldats des missions d’inventaire de la faune locale, mais il met au service d’Aristote tous ceux qui possèdent un savoir pratique sur l’animal - chasseurs, pêcheurs, éleveurs, apiculteurs etc., des catégories qui ne forment pas un corps de métier organisé et surtout qui ne dépendent nullement du roi et de son administration. Mieux encore, il s’agit précisément des catégories de praticiens de l’animal qui sont occasionnellement cités comme informateurs dans l'Histoire des animaux21. Le plus probable est que cette histoire de patronage royal a été construite de toutes pièces, en compilant à partir du texte de l'Histoire des animaux la liste des informateurs d’Aristote et en imaginant, contre toute vraisemblance, que ces derniers obéissaient à un ordre venu d’Alexandre le Grand en personne. On retrouve là la démarche régressive, de l’oeuvre à l’auteur, qui a présidé à la composition de nombreuses biographies antiques.

  • 22 Comme l’a justement remarqué J. S. Romm, art. cit., p. 569. Sur les intentions de ces deux discour (...)
  • 23 À titre de comparaison, on notera que Straton, qui fut le précepteur de Ptolémée II, en aurait été (...)

12Il convient donc de voir dans le témoignage de Pline l’une des pièces de la riche légende du Conquérant. À l’appui de ce point de vue critique, on remarquera que la tradition relative à l’aide apportée par Alexandre à Aristote est mal attestée dans les sources anciennes, fussent-elles favorables à Alexandre, comme les deux discours de Plutarque sur la Fortune d’Alexandre, qui visent pourtant à faire d’Alexandre un authentique philosophe22. En revanche, qu’Aristote ait pu recevoir des subsides de la part des rois macédoniens, en particulier de Philippe II, heurte d’autant moins la vraisemblance qu’il fut appelé à la cour macédonienne pour être le précepteur d’Alexandre23. On doutera cependant que les souverains macédoniens se soient souciés de subventionner tel pan des recherches entreprises par Aristote de préférence à tel autre, et qu’ils se soient particulièrement intéressés aux travaux biologiques du philosophe, qui portent pour une large part sur des organismes dénués de tout prestige.

  • 24 C. Perrault, Mémoires pour servir à l’histoire naturelle des animaux, [1671], Amsterdam, Mortier, (...)
  • 25 B. Lacépède, « Introduction », B. Lacépède, G. Cuvier et E. Geoffroy, La Ménagerie du Muséum natio (...)

13Le témoignage de Pline a cependant été largement accepté. Il a été régulièrement cité chaque fois qu’il s’agissait de faire l’éloge d’une action de mécénat touchant au domaine des sciences naturelles. C’est ainsi que Claude Perrault, dans la péroraison de la préface de ses célèbres Mémoires pour servir à l’histoire naturelle des animaux, établit un parallèle éloquent entre les travaux de l’Académie Royale, patronnés par Louis le Grand et ceux d’Aristote, bénéficiant du soutien d’Alexandre de Macédoine24. L’aide fournie par Alexandre aux travaux d’Aristote constitue encore une référence obligée, lorsque Lacépède s’employa à citer d’illustres précédents pour défendre, à l’aube du XIXe siècle, le projet révolutionnaire de la ménagerie du Muséum national d’Histoire naturelle, laquelle était destinée à remplacer celle de Versailles, devenue entre-temps le symbole honni de l’Ancien Régime et de son absolutisme25.

  • 26 Pour s’en tenir à deux grands noms, voir J. E. Gronovius, De Museo Alexandrino, 1667, édité dans J (...)

14Jusqu’au début du XIXe siècle, il n’y a pas trace dans le discours savant d’un quelconque « zoo d’Alexandrie », ni des autres annexes du « Musée26 ». Le précédent invoqué pour faire l’éloge du patronage royal dans le domaine des sciences naturelles est toujours Alexandre le Grand secondant Aristote dans ses recherches sur les animaux, jamais les premiers Ptolémées mettant à la disposition des savants une somptueuse ménagerie.

  • 27 J. Matter, lissai historique sur l’école d’Alexandrie, et coup d’oeil comparatif sur la littératur (...)
  • 28 Voir D. Outram, Georges Cuvier. Vocation, Science and Authority in Post-Revolutionary France, Manc (...)

15La situation change dans les années qui suivent. Jacques Matter, grande figure du milieu intellectuel strasbourgeois, fait paraître en 1820 un Essai historique stir l’école d’Alexandrie. Après avoir rappelé le précédent d’Alexandre, il écrit que « Philadelphe fit rassembler à Alexandrie les bêtes rares des pays étrangers... ; des animaux qui furent conservés dans les parcs ou les musées des Lagides27 ». La formulation, on le voit, reste encore vague. Beaucoup plus précises sont en revanche les indications fournies par Cuvier dans son Histoire des sciences naturelles, depuis leur origine jusqu’à nos jours, qui reprend les cours professés par l’illustre naturaliste au Collège de France en 183028. Cuvier attribue explicitement à Ptolémée II Philadelphe la création de « la première ménagerie qui exista, et sans doute aussi la plus riche qu’on ait jamais connue ». Il mentionne les sources relatives aux curiosités zoologiques de Ptolémée II, souligne l’importance de la procession organisée par ce souverain pour la célébration des Ptolemaia, où de nombreux animaux exotiques furent exhibés, et rappelle la présence à Alexandrie de disciples d’Aristote comme Straton. Il note enfin avec pénétration qu’Alexandrie était remarquablement placée pour recevoir des animaux de provenances diverses, que ce soit par la Méditerranée, par la mer Rouge ou par la voie nilotique. Il conclut, de façon peut-être optimiste, en ces termes :

  • 29 G. Cuvier, Histoire des sciences naturelles, depuis leur origine jusqu’à nos jours, chez tons les (...)

« Aussi Alexandrie posséda-t-elle des anatomistes et des zoologistes remarquables pendant le règne de la philosophie péripatéticienne29. »

  • 30 Sur l’admiration de Cuvier pour Aristote, voir P. Taquet, Georges Cuvier. Naissance d’un génie, Pa (...)
  • 31 Voir L. Wachler, Handbuch der Geschichte der Litteratur, I, Leipzig, J. A. Barth, 18333, p. 215, q (...)
  • 32 Sur la ménagerie de Versailles, voir E. Baratay, E. Hardouin-Fugier, op. cit., p. 62-70.

16On rattachera donc la naissance de la construction historiographique étudiée à un moment — la création du Muséum national d’histoire naturelle de Paris, qui englobe l’ancien Jardin du Roi et qui est complété par une ménagerie — et à un nom, celui de Cuvier, l’un des promoteurs du Muséum d’histoire naturelle, qui était en outre un fervent admirateur d’Aristote30. C’est à partir du moment où la ménagerie a migré de la demeure du souverain vers une institution scientifique qu’un parc zoologique a été adjoint au « Musée » d’Alexandrie. Le « Musée » d’Alexandrie, après avoir prêté son nom au Muséum d’Histoire naturelle et lui avoir fourni un illustre précédent, a été en retour décrit sur le modèle contemporain du Muséum d’Histoire naturelle. Avant cette date, ce sont plutôt les Académies royales qui servaient implicitement de modèles aux tentatives de reconstruction du « Musée » d’Alexandrie. Ce n’est sans doute pas un hasard si la première annexe jointe au « Musée » d’Alexandrie a été un observatoire31. La construction de l’observatoire de Paris fut en effet la première réalisation d’envergure de l’Académie royale des Sciences, fondée en 1666, alors que cette institution ne fut jamais complétée par une ménagerie. La ménagerie, privilège royal, resta à Versailles jusqu’à la chute de l’Ancien Régime32.

  • 33 G. Parthey, op. cit., p. 55-56.

17Dans la même décennie 1830-1840, l’idée apparaît également, sans doute de manière indépendante, dans plusieurs ouvrages écrits en langue allemande, notamment dans l’ouvrage influent de Parthey, Das Alexandrinische Museum, paru à Berlin en 1838. C’est Parthey qui fixe la liste canonique des annexes du Muséum, une liste qui a ensuite été reprise sans modification dans les nombreux ouvrages traitant du « Musée » et de la Bibliothèque d’Alexandrie33.

18Cette brève enquête historiographique ne saurait prouver la fausseté de la thèse examinée. Dire qu’elle s’appuie sur le modèle contemporain du Muséum national d’histoire naturelle, et plus largement sur celui des institutions universitaires qui se mettent en place dans la première moitié du XIXe siècle, ne peut tenir lieu de réfutation, même si un tel constat peut faire naître le soupçon d’anachronisme. On peut en effet tout aussi bien soutenir que le Muséum a fourni aux savants de son époque un modèle plus opératoire que les Académies royales précédentes pour réfléchir sur la documentation relative au « Musée » d’Alexandrie et à ses annexes présumées. C’est donc vers cette documentation qu’il convient maintenant de se tourner. Hâtons-nous de dire qu'elle ne confirme pas le bien-fondé de la construction qu’elle est censée étayer. L’existence des différentes installations n’est pas toujours prouvée, et quand elle l’est, l’appartenance au « Musée » n’est jamais explicite.

Les annexes présumées du « Musée » : examen des sources

19Il convient de passer en revue les différentes annexes prêtées au « Musée », avant de s’attarder un peu plus longtemps sur le prétendu « zoo d’Alexandrie ».

  • 34 Photius, Bibliothèque, cod. 161, 104b, 40-41. Sur les sources antiques relatives au « Musée », voi (...)
  • 35 Strabon, Géographie, XVII, 1, 8 (trad. P. Charvet, Paris, Nil, 1997).

20Comme l’ouvrage contemporain du grammairien Aristonicos d’Alexandrie, Περὶ τοῦ ἐν Ἀλεχαυδρείᾳ Μουσείου, n’est pas parvenu jusqu’à nous34, nous ne disposons, pour le « Musée » d’Alexandrie, que de la seule description de Strabon, au livre XVII de sa Géographie, qui concerne le « Musée » tel qu’on pouvait le voir sous le règne d’Auguste35 :

Τῶν δὲ βασιλείων μέρος ἐστι καὶ τό Μουσεῖον, ἔχον περὶπατον καὶ ἐξέδραν καὶ οἶκον μέγαν, ἐν ᾦ τò συσσίτιον τῶν μετεχόντων τοῦ Μουσείου φιλολόγων ἀνδρῶν. Ἔστι δὲ τῇ συνόδῳ ταύτη καὶ χρήματα κοινὰ καὶ ἱερεὺς ὁ ἐπὶ τῷ Μουσείῳ, τεταγμένος τότε μὲν ὐπò τῶν βασιλέων, νῦν δ ὐπò Καὶσαρος.
« Le Museion fait lui aussi partie des bâtiments royaux et comprend un péripate, un exèdre avec des sièges, et un grand édifice où se trouve la salle commune dans laquelle prennent leur repas les savants, membres du Museion. Cette communauté d’érudits possède des biens en commun ; ils ont aussi un prêtre directeur du Museion, autrefois désigné par les rois, maintenant par César. »

21Les indications fournies par Strabon sont particulièrement succinctes. En particulier, Strabon passe sous silence deux institutions qui sont bien attestées par ailleurs et qui devaient être dans un rapport plus ou moins étroit avec le « Musée », le sanctuaire des Muses d’une part, la célèbre Bibliothèque d’autre part. Les Modernes n’ont pas résisté à la tentation de compléter la description de Strabon en adjoignant au « Musée » diverses dépendances, conformément, comme nous l’avons vu, à des modèles postérieurs.

  • 36 Une tour est mentionnée dans le quartier des Palais Royaux par Macch., III, 2, 27 et Ps.-Callis., (...)
  • 37 G. Parthey, op. cit., p. 55-56,
  • 38 C. Ptolémée, Composition mathématique, VII, 1, p. 3 Heiberg et VII, 3, p. 19 Heiberg. Hipparque, p (...)
  • 39 C. Ptolémée, Composition mathématique, V, 14, p. 4.17 Heiberg ; Proclus, Hypotyposis astronomicaru (...)
  • 40 Sur les instruments astronomiques de l'Antiquité, voir D. J. Price, « Précision instruments : to 1 (...)
  • 41 Sur cet instrument, voir D. J. Price, art. cit., p. 587 et fig. 343C, p. 589.
  • 42 C. Ptolémée, Composition mathématique, III, 1, p. 195 Heiberg ; voir P. M. Fraser, op. cit., 1, p. (...)

22Je ne m’étendrai pas sur l’observatoire, que les historiens ont voulu placer, sans l’ombre d’une preuve, soit dans une tour proche du palais, qui est mentionnée dans le livre III des Macchabées, composé à Alexandrie à l’époque d’Auguste36, soit sur le toit en terrasse du « Musée37 ». Le seul fait avéré est que des observations astronomiques ont été conduites à Alexandrie à l’époque lagide. Nous savons en particulier, grâce à Claude Ptolémée, que c’est en comparant ses propres observations avec celles qui avaient été faites à Alexandrie quelque cent soixante ans plus tôt, sous le règne de Ptolémée Ier ou de son successeur, par Timocharis et par Aristyllos que le grand astronome Hipparque mit en évidence, vers le milieu du IIe siècle avant notre ère, le phénomène astronomique connu sous le nom de « précession des équinoxes38 ». Faut-il en conclure qu’il existait à Alexandrie un observatoire rattaché au « Musée » ? Il est permis d’en douter. Sans reprendre la question délicate de l’histoire des instruments astronomiques dans l’Antiquité, dont bien des aspects restent encore obscurs, il convient de remarquer que l’appareillage utilisé, tel ce dioptre « à mire de quatre coudées » dont l’invention est attribuée à Hipparque par les témoignages concordants de Claude Ptolémée et de Proclus39, restait relativement simple et ne nécessitait pas forcément, pour l’accueillir, des structures permanentes semblables à nos modernes observatoires40. La connexion avec le « Musée » est encore plus incertaine. Une autre indication donnée par Claude Ptolémée, qui cite le Περὶ τοῦ μεγέθους τοῦ ἐνιαυσίου χρόνου d’Hipparque, va ainsi à l’encontre de la thèse d’un observatoire rattaché au « Musée » ; il y est fait état d’un κρίκος de bronze — un cercle armillaire équinoxial ou équatorial41 - utilisé par Hipparque, qui se trouvait dans un lieu public, le « Portique carré », ἐν τῇ τετραγώνῳ καλούμενῃ στοᾷ ; or nous savons par un papyrus que ce portique se situait dans le quartier B, dans la partie occidentale de la ville, et non dans sa partie orientale, qui abritait les Palais royaux et le « Musée42 ». Une telle indication invite à ne pas attribuer trop vite au « Musée » l’ensemble des observations et des recherches faites à Alexandrie dans le domaine de l’astronomie. Gageons que Timocharis et Aristyllos, par exemple, ne furent pas plus membres du « Musée » que ne le fut quatre siècles plus tard le grand astronome alexandrin Claude Ptolémée.

  • 43 L’expression est de C. Préaux (op. cit., p. 233).
  • 44 Sur cette question, voir infra, p. 341-342.
  • 45 H. von Staden, Herophilus. The Art of Medicine in Early Alexandria·, Cambridge-New York, Cambridge (...)
  • 46 Sur les médecins de cour de l’époque hellénistique, notamment à Alexandrie, voir C. Gorteman, « Mé (...)
  • 47 Voir P. M. Fraser, op. cit., 1, p. 357 ; H. von Staden, op. cit., p. 28.

23La seconde annexe prêtée au « Musée » d’Alexandrie est une salle de dissection, parfois dénommée pompeusement « institut d’anatomie43 ». Les recherches anatomiques conduites par les médecins alexandrins, notamment par Hérophile et son école, sont, il est vrai, restées célèbres. Si l’on en croit une tradition constante, elles furent menées non seulement sur des animaux, mais aussi sur des humains, ce qui représente une innovation capitale. Ces recherches auraient été soutenues par les souverains lagides, qui auraient mis à la disposition des médecins les corps, morts ou vivants, des condamnés44. Même si l’on accepte ce dernier témoignage, cela ne suffit pas à affirmer, comme l’a montré H. von Staden, que ces recherches se sont déroulées dans le cadre du « Musée45 ». Aucune source n’atteste par exemple qu’Hérophile ait été membre du « Musée », ni même qu’il ait fait partie des médecins de la cour royale46. Les membres de son école sont appelés dans les sources anciennes ceux de la « Maison d’Hérophile », ce qui semble plutôt indiquer une forme privée de transmission du savoir médical47.

  • 48 La documentation épigraphique est maintenant réunie dans l’étude fondamentale d’E. Samama : E. Sam (...)
  • 49 Cette datation haute interdit d’identifier ce Chrysermos avec le médecin hérophilien homonyme, qui (...)
  • 50 Samama, n° 111 = IDél 1525 = OGIS 104 = Durrbach, Choix I, 90. Sur Chrysermos, voir W. Peremans, E (...)
  • 51 Sur ce titre, voir L, Mooren, La Hiérarchie de cour ptolémaïque. Contribution à l’étude des instit (...)
  • 52 Voir M. Hirt Raj, op. cit., n. 60, p. 38. Contra, Fraser P. M., loc. cit.
  • 53 Sur l’interprétation du titre « chef des médecins », voir les hypothèses divergentes de A. G. Wood (...)

24Il existe cependant quelques témoignages qui mettent des médecins en relation avec le « Musée48 ». Le premier est une inscription de Délos, datée vers le milieu du IIe siècle avant notre ère49, qui est une dédicace en l’honneur de Chrysermos d’Alexandrie, lequel porte les titres de « parent du roi », d’« exégète », de « chef des médecins » ἐπὶ τῶν ἰατρῶὐ et de « directeur du Musée » (ἐπιστάτην τοῦ Μουσείου50). Le titre de συγγενής est le plus haut titre honorifique de la cour ptolémaïque51, tandis que le deuxième titre désigne sans doute une magistrature municipale. Ce sont les deux derniers titres qui nous intéressent ici, dans la mesure où ils semblent établir un lien entre les médecins et le « Musée ». Peut-être expriment-ils cependant deux fonctions disjointes, qui ne constituent pas forcément les deux faces d’une même responsabilité52. Il n’est donc pas sûr que les médecins mentionnés dans l’inscription de Délos aient été rattachés au « Musée ». On ne sait pas non plus qui sont exactement ces médecins ; les historiens y ont vu tour à tour le service médical de l’Égypte tout entière, le corps médical de la ville d’Alexandrie, les médecins du « Musée », ou encore les médecins du seul Palais53.

  • 54 Sur ce personnage, voir V. Nutton, "L. Gellius Maximus, physician and procurator", CQ, n. s. n° 21 (...)
  • 55 Samama, n° 332 et 337 bis. Sur l’articulation de ces trois titres ou fonctions, qui est discutée, (...)
  • 56 Voir É, Samama, op. cit., n. 8, p. 431.
  • 57 Voir en ce sens H. Devijver, loc. cit.
  • 58 Voir Müller-Graupa, art. cit., col. 816-820 ; N. Lewis, “The non-scholar members of the Alexandria (...)

25Deux autres inscriptions, l’une d’Antioche de Pisidie, l’autre de Sagalassos, célèbrent le médecin de Caracalla, L. Gellius Maximus, qui est bien connu par ailleurs54. Ce dernier est qualifié sur deux inscriptions d' ἀρχιατρός de « responsable du Mouseion », ἀπò Μουσείου, et de ducénaire55. L’absence de précision sur la localisation géographique du « Musée » concerné invite à y voir le « Musée » d’Alexandrie, qui était de loin le plus célèbre56. Il n’est pas sûr, cependant, que ce soit en sa qualité de médecin que L. Gellius Maximus, homme de confiance de Caracalla, ait été choisi pour s’occuper du « Musée57 ». De toute façon, l’administration et le mode de recrutement du « Musée » avaient été profondément remaniés sous la domination romaine, l’appartenance au « Musée » étant un privilège que l’empereur, selon son bon plaisir, ne réservait pas aux seuls savants et érudits58. On se gardera donc de tirer de ce témoignage tardif des conclusions relatives à l’organisation de la recherche médicale dans l’Alexandrie lagide.

  • 59 Samama, n° 218. Voir aussi Samama, n° 201 : inscription d’Éphèse, datée du IIIe siècle ap. J.-C., (...)

26Les autres témoignages ne sont qu’indirects, puisqu’ils ne concernent pas le « Musée » d’Alexandrie, mais celui d’Éphèse, et datent tous de l’époque impériale. L’inscription la plus significative est l’épitaphe du médecin M. Pompeius ( ?) Borôn, datée du IIe siècle ap. J.-C. La protection du sarcophage destiné à ce médecin et à son épouse est placée sous la responsabilité de « la confrérie, συνέδρίον, les médecins du Mouseion d’Éphèse », qui ont reçu à cet effet un legs en argent59.

  • 60 E. Samama, op. cit., p. 69-70. É. Samana (loc. rit.) propose également de rattacher au « Musée » « (...)
  • 61 Voir Samama, n° 211 : inscription agonistique d’Éphèse, datée du règne d’Antonin le Pieux, qui hon (...)
  • 62 Voir M. Hirt Raj, op. rit., p. 39.
  • 63 Strabon, Géographie, XVII, 1, 8. Sur le sens à donner à ce terme, voir Kuch H., ΦΙΛΟΛΟΓΟΣ. Untersu (...)
  • 64 Voir les exemples réunis par G. Marasco, art. cit., p. 443-444 et 457-459.
  • 65 Voir G. Marasco, ibid., p. 465.

27Si l’on accepte de fondre en une seule les deux charges de Chrysermos pour faire de celui-ci le directeur des médecins du « Musée », si l’on accepte aussi de considérer que l’organisation des « Musées » de l’époque impériale reproduit celle du « Musée » d’Alexandrie à l’époque lagide, alors il faut conclure, avec E. Samama, que le « Musée » d’Alexandrie comprenait aussi une école de médecine, ou du moins qu’il servait de siège à la confrérie, à l’association des médecins60. Cette conclusion reste cependant fragile, dans la mesure où l’organisation de la profession médicale à Éphèse ne calquait pas forcément celle qui prévalait à Alexandrie durant l’époque hellénistique. En matière médicale, la cité d’Éphèse possédait sans doute des traits qui lui appartenaient en propre ; elle accueillait par exemple tous les quatre ans, en l’honneur d’Asclépios, des concours médicaux auxquels les « médecins du Mouseion » semblent avoir été liés d’une manière ou d’une autre61. Si certaines facilités — cadavres à disséquer, bibliothèque etc. — semblent bien avoir été offertes à Alexandrie aux étudiants et aux praticiens de la médecine, elles ne l’ont pas forcément été dans le cadre du « Musée » ; les souverains lagides pouvaient tout aussi bien les octroyer librement à certains médecins qui travaillaient par ailleurs dans leur propre officine62. Il faut bien voir en effet que la position des médecins différait grandement de celle des φιλόλογοι ἄνδρες du « Musée », pour reprendre l’expression employée par Strabon dans le passage cité ci-dessus63. Les médecins renommés étaient rétribués par leurs disciples et par leurs patients ; leur activité pouvait se déployer dans le cadre de leur propre école, sans qu’ils soient tributaires du bon plaisir royal. Cela ne les empêchait pas d’être à l’occasion consultés par les souverains, de leur délivrer des ordonnances64 et de bénéficier de leur patronage et de leurs largesses65. On ne saurait donc affirmer de façon catégorique, en l’état actuel de la documentation, que le « Musée » d’Alexandrie abritait à l’époque lagide une école de médecine ou du moins un centre de recherches médicales.

  • 66 Voir en particulier Ptolémée VIII Evergète II, Commentaires-, ap. Ath„ XIV, 69, 654b-d ( = FGrH 23 (...)
  • 67 Diogène-Laërce, Vies et doctrines des philosophes illustres, V, 39 et 52-55. Voir W. Gapelle, « De (...)

28La question du jardin botanique est elle aussi complexe. Les sources anciennes indiquent que le quartier des Palais englobait des jardins et des bosquets66. On a noté d’autre part que le « Musée » se situait dans la lignée à la fois des gymnases de la Grèce classique et des écoles philosophiques sises dans un parc, comme l’Académie ou le Lycée. Dans les deux cas, le jardin est un élément important. Dans le cas du Lycée, le jardin a pu également servir à des recherches botaniques. W. Capelle et S. Amigues ont ainsi proposé d’interpréter le jardin mentionné dans le testament de Théophraste comme un véritable jardin botanique, dans lequel le philosophe aurait expérimenté des semis de graines et la culture de jeunes plants rapportés de divers pays67.

  • 68 Diogène-Laërce, Vies et doctrines des philosophes illustres, V, 37 ; on a fait dire à ce passage p (...)
  • 69 Voir à ce propos G. Marasco, art. cit., p. 465-466.

29Il convient cependant de bien distinguer entre les jardins d’agrément d’une part, les jardins à vocation scientifique ou agronomique d’autre part. Rien, dans les sources, ne suggère qu’un jardin fut créé à Alexandrie en connexion avec le « Musée » dans le but de favoriser les investigations scientifiques dans le domaine de la botanique. Si Théophraste entretenait de bonnes relations avec le premier des Ptolémées, il ne semble pas s’être rendu personnellement en Égypte68, et ses travaux sur le monde végétal ne semblent pas avoir connu de prolongements particuliers dans l’Alexandrie lagide. Les seules recherches attestées dans ce domaine concernent moins la botanique proprement dite que la pharmacologie, et elles furent l’oeuvre de médecins de cour, qui se devaient d’avoir une bonne connaissance des propriétés médicinales des plantes, afin de composer pour leur souverain les précieux antidotes69.

  • 70 Plin., Nat., XII, 56 et 76. Voir à ce sujet Μ. I. Rostovtseff, op. cit., p. 835 et Fraser P. M., o (...)
  • 71 C. Orrieux, Les Papyrus de Zénon. L’horizon d’un Grec en Égypte, Paris, Macula, 1983, p. 87-92. Vo (...)
  • 72 Voir PCZ 59156, qui mentionne des cultures expérimentales menées dans l'akra de Memphis, qui pourr (...)
  • 73 Une lettre d’Apollonios à Zénon (PCZ 59159) mentionne ainsi un envoi de ceps de vigne, en provenan (...)
  • 74 Ptolémée VIII Évergète II, loc. cit.

30En revanche, l’existence de jardins d’acclimatation ne fait guère de doute, ou du moins l’acclimatation de nouvelles espèces constituait sans conteste l’une des fonctions des jardins et des domaines royaux. Selon le témoignage de Juba II, les Ptolémées se sont employés à acclimater en Égypte certaines plantes fournissant les précieux aromates70. Les essais d’acclimatation en Égypte d’espèces originaires du pourtour de la mer Égée sont bien attestés dans la dépression du Payoum, grâce à l’exceptionnelle documentation fournie par les « Papyrus de Zénon ». Dans le domaine du diœcète Apollonios, dont Zénon était l’intendant, furent ainsi plantés — outre des champs de céréales — des vignobles, des oliveraies et des vergers d’arbres fruitiers, sans oublier des pins de belle venue. Ainsi se recréa tout un paysage hellène, oasis de prospérité et de fertilité aux portes du désert71. La correspondance de Zénon donne des indications intéressantes sur la provenance des plants, qu’Apollonios faisait envoyer soit des pépinières qu’il possédait à Memphis, soit directement des jardins du Palais Royal, toujours à Memphis. C’est donc que des essais d’acclimatation étaient conduits dans les jardins royaux de Memphis72. On peut supposer qu’il en allait de même à Alexandrie73. Pour les jardins royaux d’Alexandrie, les sources ne mentionnent que des essais d’acclimatation d’espèces animales. C’est ce qu’indique un passage des Commentaires de Ptolémée Évergète II, transmis par Athénée74 :

  • 75 Pour l’identification des « oiseaux nomades » avec la pintade, voir J.-M. Lamblard, « Les étapes d (...)

ΦΑΣΙΑΝΙΚΟΣ. Πτολεμαῖος ὁ βασιλεύς ἐν τῷ [ι]β’ τῶν' Υπoμνημά των περὶ τῶν ἐν Ἀλεξανδρείᾳ βασιλείων λέγων καὶ περὶ τῶν ἐν αὐτοῖς ζᾠων τρεφομένων φησίν ∙ τάτε τῶν φασιανῶν, οὓς τετάρους ὀνομάζουσιν, οὐ μόνον ἐκ Μηδίας μετεπέμπετο, ἀλλὰ καὶ νομάδας ὄρνιθας ὑποβαλὼν ἐπίησε πλῆθος, ὤστε καὶ σιτεῖσθαι ∙ τò γὰρ βρῶμα πολυτελὲς ἀποφαίνουσιν. Αὕτη <ἡ> τοῦ λαμπροτά του βασιλέως φωνή, ὃς οὐδὲ φασιανικοῦ ὄρνιθός ποτέ γεύσασθαι ώμολόγησευ, άλλ’ ὣσπερ τι κειμήλιου ἀνακείμενου εἶχε τούσδε τοὺς ὄρνιθας.
« Le roi Ptolémée, dans le livre II de ses Commentaires, dit au sujet du palais d’Alexandrie et des animaux qui y étaient élevés : “en ce qui concerne l’espèce de faisans que nous appelons tetaroi, il ne se contentait pas d’en faire venir de Médie, mais il réussit, en faisant couver les œufs par des pintades75, à les faire se multiplier au point de pouvoir les utiliser pour sa table ; ce plat passe en effet pour un mets de luxe.” Tels sont les mots de ce roi très illustre qui, de son propre aveu, n’a jamais goûté à un faisan, préférant garder ces oiseaux vivants comme un trésor sacré. »

  • 76 F. Jacoby (éd.), Die Fragmente dergriechischen Historiker, II D, Berlin, Weidmann, 1930, ad loc., (...)

31Le sujet de μετεπέμπετο n’est pas précisé ; il s’agit peut-être, comme l’a supposé Jacoby, de Ptolémée II Philadelphe76.

  • 77 Pour un autre exemple d’acclimatation d’une espèce animale, voir le cas des « moutons milésiens »  (...)
  • 78 PCZ 59157.

32Ce témoignage fournit un exemple d’un essai d’acclimatation d’une espèce non pas végétale, mais animale, qui se déroulait dans les jardins mêmes des palais royaux d’Alexandrie77. Il permet également de préciser à quelles conditions de telles expériences pouvaient être conduites dans le voisinage des palais royaux. Il fallait sans doute que ces essais d’acclimatation servent en même temps à l’agrément des jardins royaux, faute de quoi ils devaient être logiquement relégués dans les terres agricoles à l’extérieur de la ville. Les faisans, oiseaux du Phase, venus de Colchide, terre lointaine et nimbée de mystère, constituent ainsi une espèce prestigieuse, valant à la fois par son exotisme et par sa beauté. De la même façon, on imaginera volontiers les jardins royaux d’Alexandrie plantés de différents arbres, notamment de pins, que le diœcète Apollonios enjoint à Zénon de planter en grand nombre tout autour du parc, du vignoble et des oliveraies de son domaine du Fayoum, en ajoutant ce commentaire significatif : « cet arbre est agréable à voir et sera utile au roi78. »

  • 79 Pour le modèle du « paradis », voir en particulier I. Nielsen, “Oriental models for Hellenistic pa (...)
  • 80 Voir P. Briant, Histoire de l’Empire Perse. De Cyrus à Alexandre, Paris, Fayard, 1996, p. 98-99, 2 (...)
  • 81 Voir P Briant, op. cit., p. 456-459, qui renvoie à Plutarque, Vie d'Artaxerxès, 25, 1-2, et à la « (...)

33Concluons que les jardins qui entouraient les palais royaux d’Alexandrie avaient avant tout une valeur d’agrément, qui pouvait occasionnellement se doubler d’une fonction agronomique d’acclimatation d’espèces nouvelles. Pour lacunaires que soient nos sources dans le cas précis du quartier royal d’Alexandrie, elles n’en suggèrent pas moins clairement que ces jardins étaient en connexion avec les palais royaux, et non directement avec le « Musée ». Le modèle du jardin « philosophique » risque d’induire en erreur. Plus que le modèle du jardin « philosophique », c’est en effet le modèle du « paradis » oriental qui semble être ici à l’oeuvre79. Les jardins d’acclimatation mentionnés dans nos sources possèdent de fait les mêmes caractéristiques que les « paradis » achéménides. Ils sont intégrés, du moins pour certains d’entre eux, dans l’espace palatial, et sont le lieu d’expérimentations agricoles destinées à illustrer de façon spectaculaire les vertus fécondantes du souverain, dont l’une des fonctions était d’assurer la prospérité agricole de son royaume80. Ils servent aussi à l’occasion de réserves de bois de construction81, comme le montrent les réflexions déjà citées d’Apollonios sur les pins. Cette dernière fonction revêt une importance particulière en Égypte, qui connaissait une pénurie chronique de bois de construction.

34Dans l’état actuel des connaissances, il semble donc que les jardins du quartier royal d’Alexandrie doivent être plutôt rapprochés du double modèle, grec et oriental, de 1’ἄλσος et du παράδεισος. En revanche, il n’y a pas trace, dans nos sources, d’un jardin botanique sur le modèle du jardin botanique supposé du Lycée, qui aurait été rattaché au « Musée » d’Alexandrie et qui aurait servi aux recherches des pensionnaires de cette institution.

  • 82 Pour un examen plus détaillé de cette question, je me permets de renvoyer à mon article « Localisa (...)
  • 83 Voir en particulier Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, III, 36, 3 Ὁ γὰρ δεύτερος Πτολεμαῖ (...)
  • 84 Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, III, 36, 3. Graffito du chasseur d’oiseau : A. Bernand(...)
  • 85 Callixène de Rhodes, Sur Alexandrie, ap. Athénée, Deipnosophistes, V, 196 a-203 b ( = FGrHist 627 (...)
  • 86 Voir J. Trinquier, art. cit., p. 867-884,
  • 87 Voir en particulier les réflexions de C. Jacob sur la « figure de l’accumulation et de la collecti (...)

35La même conclusion vaut pour le « zoo d’Alexandrie82 ». Certes, le goût des Ptolémées, et en particulier de Ptolémée II Philadelphe, pour les animaux sauvages lointains est bien connu83. Les grandes expéditions de chasse à l’éléphant ont été l’occasion de collecter différents spécimens de la faune des aires nilotique et érythréenne, et l’on sait par une inscription d’Abou Simbel qu’un oiseleur accompagnait les chasseurs d’éléphants84. Ptolémée II avait ainsi rassemblé un nombre considérable d’animaux exotiques, dont certains, comme la girafe et le rhinocéros bicorne, n’avaient jamais été vus auparavant par les Grecs, pour donner de l’éclat de la grandiose mise en scène dionysiaque qu’il organisa à l’occasion de la première célébration de la fête des Ptolemaia85. La présence d’animaux exotiques, notamment de pythons, est encore attestée sous le règne de ses successeurs86. On en a conclu qu’il existait à Alexandrie un vaste parc zoologique, rattaché au « Musée », qui fournissait pour le règne animal un pendant à la grande Bibliothèque d’Alexandrie87. Cette thèse, cependant, n’est pas totalement corroborée par un examen attentif des sources.

  • 88 Il est probable que les éléphants lagides étaient basés à Memphis, comme le suggère un brouillon d (...)
  • 89 Élien, Particularités des animaux, V, 39.
  • 90 Élien, Particularités des animaux, XVI, 39.
  • 91 Agatharchide de Cnide, Traité sur la mer Rouge, fr. 1 Burstein, ap. Photius, Bibliothèque, 250, 1, (...)

36Entre ces différents animaux lointains réunis à Alexandrie, il existait des différences de fonction et de statut qui devaient se traduire par des conditions de captivité elles aussi différenciées. Certains animaux, comme les éléphants de guerre et les animaux d’élevage, étaient parqués dans des unités distinctes et spécialisées88. Si l’on en croit Élien, certains fauves apprivoisés, comme le lion de Bérénice, avaient accès à l’espace intérieur des palais89. D’autres animaux encore avaient leurs quartiers, pour des raisons religieuses, dans différents sanctuaires. C’est ainsi que les célèbres pythons de Séba qui frappèrent tant les visiteurs des souverains lagides étaient gardés dans le sanctuaire d’Asclépios, en vertu de leur ressemblance avec les fameuses couleuvres d’Esculape, les δράκοντες des Anciens90. Tous les animaux, on le voit, ne venaient pas indistinctement grossir les effectifs d’un vaste zoo unitaire. Un fragment d’Agatharchide suggère cependant qu’il devait exister à Alexandrie, au moins sous le règne de Ptolémée II, une sorte de ménagerie, regroupant bon nombre d’animaux exotiques91 :

Ὃτι Πτολεμαῖóν φησι τòν μετὰ τòν Λάγου πρῶτον ἐλεφάντων θήραν συστήσασθαί αλλὰ γὰρ τῶν ὁμοιοτρόπων ∙ καὶ τὰ τῇ φύσει κεχωρτσμένα τῇ προνοίᾳ συναγαγεῖν ὑπό μίαν οἴκησιν.
« C’est, dit l’auteur, le Ptolémée successeur de Ptolémée le fils de Lagos qui fut le premier à organiser la capture des éléphants tout comme celle d’autres animaux du même genre ; les êtres que la nature tient séparés, sa diligence les a réunis sous un même toit. »

37Ce passage affirme avec emphase que des animaux de provenance diverse étaient réunis en un lieu unique, la πρόνοια du souverain opérant ainsi une sorte de synœcisme du monde sauvage. Il est pour le reste peu explicite. Il ne précise ni la nature des espèces réunies, ni la localisation de cette sorte de « zoo », ni la nature de ses installations. Le substantif οἴκησις, et la proposition ὑπό, évoquent seulement un lieu couvert, une structure en dur servant de résidence aux animaux. S’il ne s’agit pas d’un tour hyperbolique et figuré, appelé par le caractère encomiastique du passage, cette phrase d’Agatharchide laisse entrevoir l’existence d’une sorte de ménagerie à Alexandrie sous le règne de Ptolémée II.

  • 92 Athénée, Deipnosophistes, V, 203 e.

38Rien n’indique en revanche que cette ménagerie, si elle a existé, ait été rattachée au « Musée ». L. Canfora a cru déceler un indice en ce sens dans l’éloge de Ptolémée II Philadelphe qui clôt chez Athénée la célèbre description de la procession fastueuse des premiers Ptolemaia92 :

Περὶ δὲ βιβλίων πλήθους καὶ βιβλιοθηκῶν κατασκευῆς καὶ τῆς εἰς τò Μουσεῖον συναγωγῆς τί δεῖ καὶ λέγειν, πᾶσι τούτων ὄντων κατὰ μνήμην

  • 93 L. Canfora, « Le monde en rouleaux », C. Jacob et F de Polignac (éd.), Alexandrie IIIe siècle av. (...)
  • 94 Les traductions proposées oscillent entre ces trois possibilités : la première solution a été rete (...)
  • 95 Notons au passage qu’une telle traduction va dans le sens de la thèse de L. Canfora, qui veut que (...)

39Selon L. Canfora, le terme συναγωγῆς désignerait ici les collections naturalistes — pour l’essentiel des animaux vivants — réunies au sein du « Musée » pour servir la recherche, sur le modèle de celles rassemblées par Aristote avec l’aide d’Alexandre93. Il est vrai que l’expression ἡ εἰς τò Μουσεῖου συναγωγή fait difficulté. Le terme συναγωγῆς peut être pris, au sens verbal, comme l’« action de rassembler, de collecter », il peut aussi désigner le résultat, la « collection » constituée, et plus spécifiquement la « réunion de personnes », l’« assemblée94 ». Le choix de la préposition εις, qui marque un mouvement, doit conduire, me semble-t-il, à privilégier le sens verbal, c’est-à-dire l’« action de rassembler ». Or un examen des occurrences de συναγωγῆς dans le TLG montre que συναγωγῆς au sens d’« action de collecter » est toujours accompagné d’un complément au génitif qui en précise l’application, à moins que ce génitif objectif ne soit aisément restituable en fonction du contexte. Dans ces conditions, il paraît douteux que συναγωγῆς puisse signifier à lui seul dans la phrase d’Athénée « collection naturaliste », alors qu’il n’est question jusqu’ici que de livres et de rayonnages ; le seul complément restituable en fonction du contexte est à mon sens βιβλίων95. Je proposerai donc la traduction suivante :

« Pour ce qui est du nombre des livres, de l’organisation des rayonnages et de la constitution du fonds réuni dans le Musée, que pourrais-je dire qui ne soit déjà connu de tous ? »

  • 96 Dénuées de tout fondement sont les propositions de localisation avancées par D. Kessler - Abusir, (...)

40En l’absence de témoignages probants, on se gardera donc de proposer une localisation précise des différents lieux où les animaux exotiques étaient gardés en captivité dans l’Égypte lagide96.

L’enquête sur les animaux dans l’Alexandrie lagide

  • 97 Qu'il suffise ici de renvoyer, parmi une abondante bibliographie, à P. M. Fraser, op. cit., I, p.  (...)
  • 98 Voir L. Bodson, « Contribution à l’étude des critères d’appréciation de l’animal exotique dans la (...)

41Il convient maintenant de se demander si les animaux lointains et rares réunis par les souverains lagides ont pu être utilisés par les savants du « Musée » pour poursuivre des recherches sur le vivant. Si l’on a voulu faire du « zoo » présumé d’Alexandrie un institut de recherche, une sorte de muséum d’histoire naturelle avant la lettre, c’est en raison de l’influence avérée de la pensée aristotélicienne sur la vie intellectuelle alexandrine. Nous avons déjà mentionné les liens qui unissaient Aristote aux souverains macédoniens. La dynastie lagide, qui revendiquait plus que toute autre sa descendance directe de Philippe, se voulut l’héritière aussi de ces liens privilégiés. L’expérience du Lycée, exportée en milieu alexandrin, sans doute sur les conseils de membres influents de l’école péripatéticienne comme Démétrios de Phalère ou Straton, joua un rôle prépondérant dans la naissance du « Musée » et de la Bibliothèque d’Alexandrie. Ces faits sont trop connus pour qu’il soit besoin de les rappeler en détail97. La prédominance de l’aristotélisme dans l’Alexandrie des premiers Lagides a accrédité la thèse que le « zoo » d’Alexandrie aurait permis la poursuite, sur une tout autre échelle, des recherches zoologiques du Stagirite. Le peu que nous savons de la zoologie alexandrine ne vient cependant pas confirmer cette thèse. Il ne semble pas que la zoologie alexandrine ait été l’héritière fidèle de la science du vivant d’Aristote, que les animaux réunis par les Ptolémées aient fait l’objet d’investigations systématiques98 et que les savants qui se sont occupés de zoologie à Alexandrie aient été liés d’une façon ou d’une autre au « Musée ».

  • 99 Straton, fr. 92-93 W., ap. Diogène-Laërce, Vies et doctrines des philosophes illustres, V, 59. Sur (...)
  • 100 Voir J. Trinquier, art. cit., p. 865-866.

42À peu près rien, dans ce que nous connaissons de la zoologie alexandrine, ne vient en effet suggérer que les savants alexandrins se consacrèrent à l’étude des spécimens captifs du zoo dans le but de poursuivre les recherches entreprises par Aristote. Straton de Lampsaque, il est vrai, écrivit au moins deux traités de zoologie, Sur les animaux qui font difficulté, Περὶ τῶν ἀπορουμένων ζᾠων, et Sur les animaux fantastiques, Περὶ τῶν μυθολ ογουμένων ζᾠων, dont nous ne connaissons que le titre, mais rien ne permet d’affirmer que ces traités datent du séjour alexandrin du philosophe, sous le règne de Ptolémée I99 ; il est en outre peu probable qu’un zoo existât déjà à Alexandrie sous le règne de ce souverain, alors que c’est son successeur qui est crédité d’un goût prononcé pour la faune sauvage100.

  • 101 A. Zucker, Les Classes zoologiques en Grèce ancienne d’Homère à Élien (VIIIe av.-IIIe ap. J.-C.), (...)

43Les orientations nouvelles prises par la zoologie alexandrine ne témoignent pas en faveur de recherches conduites sur des animaux vivant en captivité dans une ménagerie ou dans un jardin zoologique. 11 convient au préalable de rappeler, avec A. Zucker, que « l’animal n’est pas en Grèce ancienne l’objet d’un savoir unifié » et qu’« aucune discipline technique ou scientifique ne considère... son discours comme le seul autorisé à dire l’identité de l’animal, ou capable, à lui seul, d’en faire le tour101 ». Il n’y a pas une zoologie constituée en discipline, mais des discours sur l’animal, qui construisent leur objet en fonction des préoccupations qui leur sont propres. Pour autant que l’on puisse en juger à partir des maigres vestiges conservés, les discours sur l’animal qui furent élaborés à Alexandrie pendant la période hellénistique se laissent schématiquement ranger, pour les besoins de l’analyse, en quatre catégories. On peut ainsi distinguer un discours médical sur l’animal, qui s’intéresse soit à des questions d’anatomie et de physiologie, soit à la question des venins, soit aux qualités diététiques de l’animal, un discours lexicographique, un discours paradoxographique et un discours géographique, ou zoogéographique.

  • 102 Voir M. Vegetti, « Aristotele, il Liceo e l’endclopedia del sapere », G. Cambiano, L. Canfora et D (...)
  • 103 Sur ces importantes questions, voir Kudlien F., « Antike Anatomie und menschlicher Leiciinam > », (...)
  • 104 Voir I. Garofalo, “lire six classes of animals in Galen”, J. A. Lopez Féres (éd..), Galeno : obra, (...)
  • 105 Voir A. Debru, « L’expérimentation chez Galien », ANRW, il, 37-2, Berlin, W. de Gruyter, 1993, p.  (...)

44Tout un pan de la zoologie alexandrine est une zoologie de médecins. Cela est vrai en particulier pour l’anatomie, champ que les médecins alexandrins se sont réapproprié. Comme l’a justement rappelé M. Vegetti, ce sont les médecins qui sont les véritables continuateurs d’Aristote en ce qui concerne les recherches anatomophysiologiques relatives aux animaux102. La dissection animale, à Alexandrie, est une affaire de médecins, même si l’animal n’est pas l’objet premier de la curiosité, puisque c’est l’organisation du corps humain et de ses parties internes que l’on cherche à connaître. Attestée dans l’Alexandrie lagide du IIIe siècle avant notre ère, la pratique nouvelle de la dissection de cadavres humains, peut-être accompagnée de quelques tentatives de vivisection, n’a pas mis fin à celle de la dissection animale, dans la mesure où les dissections de cadavres humains avaient précisément pour but de vérifier la validité des inférences sur l’organisation du corps humain tirées de l’étude du corps animal103. L’une des fonctions de ces dissections fut de déterminer, organe par organe, partie du corps par partie du corps, la liste des animaux les plus proches de l’homme104. Une fois levée cette objection de principe à l’utilité pour la médecine humaine de la dissection des animaux, les dissections des cadavres humains laissèrent la place pour plusieurs siècles aux seules dissections animales105.

  • 106 On lira à ce sujet les remarques éclairantes d’É. Baratay (É. Baratay, E. Hardouin-Fugier, op. cit (...)
  • 107 M. Wellmann, « Elefant », RE, V-2, 1905, col. 2250
  • 108 Galien, Procédures anatomiques, II, p. 569 Kühn ( = fr. 52 Bertier).
  • 109 Contra, J. M. Bigwood, art. cit., p. 546.
  • 110 Voir en ce sens H. H. Scullard, op. cit., p. 51-52. La datation de Mnésithée est controversée : vo (...)

45Il n’était nullement besoin d’un parc zoologique pour mener à bien de telles recherches, qui portaient pour l’essentiel sur des dépouilles. Tout au plus peut-on supposer, sur le modèle de ce qui s’est passé sous l’Ancien Régime, lorsque la ménagerie royale se trouvait non au Jardin des Plantes, mais à Versailles106, que les dépouilles des animaux morts en captivité étaient destinées aux savants. Dans la mesure cependant où l’objectif premier des médecins alexandrins était de progresser, par la voie de l’analogie, dans la connaissance du corps humain, il n’est pas sûr qu’ils aient manifesté une curiosité particulière pour l’anatomie des animaux rares et exotiques, à l’exception probable des différentes espèces de singes, proches de l’homme dans leur conformation, qui se rencontraient dans l’arrière-pays africain de l’Égypte. On ne suivra pas Wellmann lorsqu’il écrit que « les dissections d’éléphants n’étaient pas inhabituelles à Alexandrie », une assertion qui se fonde sur un unique témoignage, celui de Galien107. Au livre II des Procédures anatomiques, Galien critique en effet le médecin Mnésithée pour avoir affirmé que l’éléphant était dépourvu de vésicule biliaire108. Si l’on peut admettre que Mnésithée a eu l’occasion de disséquer lui-même un éléphant109, rien ne permet en revanche d’assurer, même si l’on adopte une datation basse pour l’activité de Mnésithée, que l’opération a eu lieu à Alexandrie110.

  • 111 L’édition de référence de la Συλλογή byzantine est celle de Lambros, parue en 1885 dans le Supplem (...)
  • 112 Sur cette oeuvre, voir W. Kullmann, « Zoologische Sammelwerke in der Antike », W. Kullmann et al. (...)
  • 113 Aristophane de Byzance, Épitomé, II, 1, p. 35-36 L.
  • 114 Aristophane de Byzance, Épitomé, II, 326-328, p. 101-102 L.
  • 115 Sur cet ouvrage perdu dAristote, voir A. Stückelberger, « Aristoteles illustrants. Anschauungshilf (...)

46De cet intérêt pour l’anatomie des animaux, l’Épitomé d’Aristophane de Byzance, transmis dans une version byzantine111, porte témoignage. Cet épitomé adopte à partir du deuxième livre un ordre de présentation monographique, animal par animal, qui lui permet de regrouper des notations éparses dans l’oeuvre zoologique d’Aristote112. Les rubriques obéissent, au moins en théorie, à un plan immuable, qui permet de passer en revue les caractéristiques essentielles de l’animal113. Parmi ces rubriques figure en bonne place l’anatomie de l’animal. De fait, pour un certain nombre d’espèces, Aristophane de Byzance note scrupuleusement la position et la conformation des organes internes ; la précision de certaines de ses descriptions anatomiques, comme celle de l’ours, est même sans exemple dans le corpus conservé d’Aristote114. Il est tentant de mettre ces ajouts au crédit de recherches anatomiques qui se seraient déroulées dans le cadre du « Musée », une institution qui fut dirigée par Aristophane. La conclusion, cependant, ne s’impose pas, dans la mesure où Aristophane a plus vraisemblablement tiré son information des Dissections d’Aristote, un ouvrage perdu, mais cité à plusieurs reprises dans les œuvres conservées, qui devait constituer une sorte d’atlas anatomique115. À l’appui de cette assertion, on notera que les espèces qui font l’objet chez Aristophane de descriptions anatomiques précises sont toutes mentionnées dans le corpus zoologique d’Aristote pour un détail anatomique particulier. Aristophane de Byzance n’a manifestement pas cherché à mettre à jour les connaissances zoologiques consignées dans le corpus aristotélicien, ce qui n’est pas du reste la fonction d’un épitomé. L'Épitomé d’Aristophane de Byzance ne fournit donc pas un argument en faveur de l’existence de recherches anatomiques conduites dans le cadre du « Musée ». Il n’en reste pas moins vrai que son ouvrage témoigne d’un intérêt persistant, dans l’Alexandrie lagide, pour les questions d’anatomie animale.

  • 116 Sur la discipline « iologique » et sur sa vogue auprès des souverains hellénistiques, voir O. Schn (...)
  • 117 Sur Apollodore d'Alexandrie, voir M. Wellmann, art. cit. (1889), p. 560-564 ; id., « Apollodoros » (...)
  • 118 O. Schneider, loc. cit.
  • 119 Voir en particulier A. Touwaide, « Nicandre : de la. science à la poésie. Contribution à l'exégèse (...)
  • 120 Sur ces médecins, dont on est assuré qu’ils furent actifs à Alexandrie, voir J.-M. Jacques, op. ci (...)
  • 121 Sur Sostratos, dont l’intérêt pour la zoologie excédait le champ circonscrit de biologie, voir M. (...)

47Un autre point de rencontre entre la médecine et le monde animal est constitué, à l’époque hellénistique, par le domaine des poisons et des venins, baptisé « iologie » par la philologie allemande du XIXe siècle. L’iologie appartient bien au champ de la médecine, dans la mesure où il s’agit de diagnostiquer et de traiter les cas d’intoxication et d’envenimement. En inventoriant et en décrivant avec précision les différentes espèces d’animaux venimeux dans le but de faciliter leur identification, biologie ressortit aussi au domaine de la zoologie. L’iologie connut une grande vogue à l’époque hellénistique, à Alexandrie comme ailleurs. En faisant découvrir aux Grecs une herpétofaune plus dangereuse et plus virulente que l’herpétofaune familière du pourtour de la mer Égée, les conquêtes d’Alexandre ont sans doute créé les conditions favorables à cet essor. À cela s’ajoute le fait que l’on se défiait beaucoup des poisons dans les cours hellénistiques116. À Alexandrie, la spécialité iologique fut illustrée notamment par le médecin Apollodore qui fut sans doute actif dans la première moitié du IIIe siècle avant J.-C.117. O. Schneider en avait fait le dux iologorum et l’avait érigé au rang de source unique de la quasi-totalité de la littérature toxicologique grecque qui nous est parvenue, depuis Nicandre jusqu’à Théophane Nonnos, au Xe siècle de notre ère118. Cette théorie a été depuis battue en brèche, notamment depuis que l’on s’est avisé que l’attribution à Apollodore de nombreux extraits des scolies à Nicandre résultait de corrections abusives119. Il n’en reste pas moins vrai que le médecin Apollodore composa un important traité des venins à Alexandrie dans le courant du IIIe siècle avant notre ère. Des médecins se rattachant à l’école d’Hérophile, comme Andréas, le médecin privé de Ptolémée IV Philopator, ou Philinos, qui entra en dissidence pour fonder l’école empirique, composèrent dans la seconde moitié du IIIe siècle, en bons pharmacologues qu’ils étaient, des ouvrages consacrés aux Venimeux120. Il faut également mentionner les travaux iologiques du médecin Sostratos, un contemporain de Cléopâtre VII121.

  • 122 Z. Kádár, Survivals of Greek Zoological Illuminations in Byzantine Manuscripts, Budapest, Akadémia (...)
  • 123 Voir par exemple le témoignage, certes sujet à caution, de Trogue-Pompée (ap. Justin, Epitoma hist (...)
  • 124 Sur ces expérimentations, dont la plus célèbre est celle prêtée par certaines sources à Cléopâtre (...)

48Kádár a émis l’idée que l’essor de biologie à l’époque hellénistique avait bénéficié des collections de reptiles rassemblées par les souverains hellénistiques122, mais on reste là dans le domaine de l’hypothèse, car si nous savons que nombre de souverains hellénistiques étaient passionnés d’iologie123, nous ne savons rien de leurs collections de reptiles. Il semble plus juste d’inverser le rapport et de considérer que certains souverains ont pu chercher à se procurer des reptiles pour mener à bien des recherches sur les venins124. On remarquera également que les pythons dont la possession faisait la fierté des souverains lagides n’étaient pas des serpents venimeux.

  • 125 Sur les rapports entre médecine, diététique et gastronomie, voir les remarques de A, Zucker, op. c (...)
  • 126 Ptolémée VIII Évergète II, Commentaires = FGrH 234 F 1-2 et 7-10 J. Sur ces Commentaires, voir Nad (...)
  • 127 On peut citer, à titre d’exemple, l’ouvrage « Sur les poissons » que Dorion composa au Ier siècle (...)
  • 128 Ptolémée VIII Évergète II, loc. cit.
  • 129 Voir la célèbre attaque de Timon de Phliunte (fr. 60 W. = 12 D., ap. Athénée, Deipnosophistes, I, (...)

49Après l’anatomie et la pharmacopée, c’est aussi la diététique qui a conduit les médecins à s’intéresser à l’animal et à l’étudier non comme organisme vivant, mais en sa qualité de produit culturel et alimentaire125. Après les travaux de Mnésithée, cette branche du savoir médical a connu de nouveaux développements pendant la période hellénistique, notamment à Alexandrie, où l’idéal de τρυφή revendiqué par les souverains lagides lui fournissait un terrain particulièrement favorable, comme en témoignent les emprunts faits par Athénée de Naucratis aux Commentaires de Ptolémée VIII Évergète II126. On se trouve ici aux confins de la médecine et de la gastronomie : le mode de préparation et de cuisson des aliments a une incidence sur leur digestibilité, et le passage s’opère facilement de leurs qualités nutritives à leurs qualités gustatives. Plus encore que les quadrupèdes sauvages, c’étaient les oiseaux et les produits de la mer — poissons et fruits de mer — qui constituaient l’objet d’étude privilégié de ces traités diététiques ou gastronomiques127. C’est en effet par eux que passait d’abord le luxe d’une table. Là encore, nul zoo n’était requis pour poursuivre ces recherches. L’acquisition des produits animaux ne passait que par la pêche, la chasse ou l’élevage. Nous avons vu que les jardins des palais royaux accueillaient des élevages d’oiseaux rares, qui étaient destinés, au moins sous certains règnes, à la table des souverains128. Loin d’être une annexe du « Musée », auquel elles pouvaient au demeurant servir à l’occasion de comparant129, ces volières étaient plutôt un prolongement des cuisines royales, ou, pour mieux dire, une sorte de garde-manger destiné à stocker vivants les oiseaux destinés à la table du roi.

  • 130 Voir sur ce point Owen G. E. L., « Τίθεναι τἀ φαινόμενα », Aristote et les problèmes de méthode, C (...)
  • 131 Voir sur ce point P. M. Fraser, op. cit., I, p. 4.54-455 et 770-774 ; M. Vegetti, art. cit. (1992) (...)
  • 132 Voir A. Zucker, op. cit. (Aristote...), p. 310-311.

50À côté de cette zoologie de médecins, fondée sur l’observation, une zoologie de bibliothèque, privilégiant l’érudition livresque et la pratique de la compilation ou du commentaire, s’est également développée à Alexandrie. Cette inflexion livresque de la zoologie, pour opposée qu’elle puisse paraître à l’esprit des recherches aristotéliciennes sur le vivant, n’en dérive pas moins du projet aristotélicien d’établissement des données – τί θεναι τὰ φαινόμενα —, qui consistait en un double inventaire, un inventaire de la tradition et un inventaire des choses130. À l’époque hellénistique, cette alliance eut tendance à se défaire au profit du seul inventaire des traditions131. Dans le même temps, le statut de la tradition connut lui aussi des changements. Sa principale composante fut désormais le corpus aristotélicien lui-même, qu’on entreprit d’inventorier et de réorganiser pour mieux le maîtriser et mieux se l’approprier132. Cette réorganisation du corpus biologique aristotélicien s’est opéré en regroupant, sous forme de rubriques monographiques consacrées aux différentes espèces, les indications sur chaque animal qui se trouvaient dispersées dans le corpus au gré des questions biologiques qui y étaient abordées. C’est selon ce principe qu’Aristophane de Byzance a composé l'Épitomé zoologique dont nous avons déjà parlé.

  • 133 Voir par ex. la controverse opposant Zénodote et Aristophane de Byzance à propos d’un vers d’Anacr (...)
  • 134 Voir à ce sujet M. Wellmann, « Pamphilos », Hermes, n° 51, 1916, p. 1-64, en particulier p. 63-64  (...)
  • 135 Fr. 414-428 Pf. Voir R. Pfeiffer, History of Classical Scholarship. From, the Beginnings to the En (...)

51Cette zoologie de bibliothèque fut aussi une zoologie de grammairiens. Les curiosités zoologiques furent souvent dictées par les problèmes d’édition et de compréhension posés par les grands textes de la littérature hellénique ; aussi obéissent-elles fréquemment à des préoccupations d’ordre lexicographique133. Même s’il n’en reste que des traces ténues, on sait que les érudits alexandrins composèrent des lexiques particuliers, qui annoncent les glossaires d’Hésychius et de Pollux134. La Souda a ainsi conservé le titre d’un ouvrage de Callimaque intitulé « Sur les changements de noms des poissons », qui appartenait peut-être aux Ἐθνικαὶ ὀνομασίαι du même auteur ; s’y rattachait peut-être aussi l’ouvrage « Sur les oiseaux », dans lequel on a proposé de reconnaître un « Sur les changements de noms des oiseaux135 ». Ces lexiques particuliers ont contribué à promouvoir un mode d’exposition du savoir zoologique adoptant l’ordre alphabétique.

  • 136 Voir A. Giannini, « Studi sulla paradossografia greca, 1. Da Omero a Callimaco : motivi e forme de (...)
  • 137 L’attribution du recueil paradoxographique du Palatinus gr. 398 transmis sous le nom d’Antigone de (...)
  • 138 Fr. 407 Pf. Voir P. M. Fraser, op. cit., I, p. 454-455 et p. 770-774 et C. Jacob, « Callimaque : u (...)
  • 139 Voir A. Zucker, op. cit. (Aristote...), p. 311-312.
  • 140 Sur Philostéphanos de Cyrène, dont les fragments conservés ne concernent pas au premier chef le mo (...)

52Parmi la masse d’informations fournie par la tradition livresque, les érudits alexandrins ont privilégié les notations étonnantes, frappantes, voire énigmatiques, qui ressortissaient à la catégorie du παράδοξον ; se sont ainsi constituées des collections de faits étonnants et paradoxaux, auxquelles les Modernes ont donné le nom de « littérature paradoxographique136 ». Si l’on en croit Antigone de Caryste, ou le pseudo-Antigone de Caryste - c’est un point débattu137 —, l’initiateur du genre ne fut autre que Callimaque, qui composa une Collection de faits étonnants, ἐκλογή τῶν παραδόξῶν ; la Souda donne le titre développé de θαυμάτων τῶν εἰς ἅπασαν τὴν γῆν κατὰ τόπους ὄῃτων συναγωγή, Collection des merveilles de toute la Terre habitée, classées par lieux138. Ces ouvrages paradoxographiques ne se limitaient nullement au règne animal, même s’ils lui réservaient habituellement une large place139. Après Callimaque, le genre paradoxographique fut illustré à Alexandrie par Philostéphanos de Cyrène, sans doute un élève de Callimaque, et par Archélaos de Chersonésos140.

  • 141 Voir à ce sujet les réflexions importantes de P. M. Fraser, op. cit., I, p. 770-774.
  • 142 Selon la juste remarque de P. M. Fraser, op. cit., I, p. 454-455.

53Cette littérature paradoxographique dérive elle aussi pour partie de l’aristotélisme, même si elle en constitue un dévoiement141. Loin de nier la complexité du vivant, les recherches d’Aristote et de ses disciples avaient en effet ménagé une place à ce qui, dans le règne animal, est marqué au sceau de l’étrangeté et de l’extraordinaire, en lui reconnaissant le statut d’aporie, c’est-à-dire de problème à résoudre. L’oeuvre zoologique de Théophraste, qui n’est conservée qu’à l’état de fragments, est exemplaire de cette tendance. À l’époque hellénistique, au contraire, l’extraordinaire tendit à valoir pour lui-même, sans que l’on s’inquiètât d’en rechercher la cause dans les structures du vivant ; l’important n’était pas de rendre compte des particularités de l’animal, mais de les donner à voir, de les mettre en scène. Le lieu d’une telle entreprise n’est pas le jardin zoologique, où l’animal ferait l’objet de patientes recherches, mais la bibliothèque, qui rend possible le travail de compilation et de sélection des sources écrites auquel se livrent les auteurs de ces ouvrages, en appliquant à une autre sphère le principe des recherches picanographiques142.

  • 143 Voir à ce propos les réflexions d'A. Zucker, op. cit. (Aristote...), en particulier p. 31 1-329, a (...)
  • 144 Voir à ce propos C. Jacob, « De Part de compiler à la fabrication du merveilleux. Sur la paradoxog (...)
  • 145 Voir A, Zucker, op. cit. (Aristote...), notamment p. 268-269 et 324-329.
  • 146 Sur Bolos, auquel M. Wellmann a consacré plusieurs études, on se reportera à la mise au point prud (...)
  • 147 Sur les sources du Physiologus, voir M. Wellmann, Der Physiologos. Bine religionsgeschichtliche-na (...)
  • 148 Combat de l’éléphant et du serpent : Agatharchide, fr. 78 M. = fr. 80c B., ap. Diodore de Sicile, (...)
  • 149 Voir par exemple les développements d’Agatharchide de Cnide relatifs aux « Éléphantophages » (Agat (...)
  • 150 Sur la mosaïque Barberini de Palestrina, on se reportera à la remarquable monographie de P. G. P. (...)

54Ces différentes entreprises — exposition du savoir aristotélicien sur les animaux en adoptant un ordre monographique, espèce par espèce, composition de lexiques spécialisés, collections de faits curieux — ont pour point commun de replacer au centre du regard zoologique l’animal particulier, que ce soit au niveau de l’espèce, de la variété, du sexe ou de l’individu143. Cette valorisation du particulier est nette dans la littérature paradoxographique : le παράδοξον est attaché à telle espèce particulière, qui est de plus localisée avec précision144. L’animal, en outre, ne se réduit pas à la somme de ses parties et de ses fonctions, il n’est pas décrit comme un simple organisme, mais ce sont désormais ses caractéristiques les plus individuelles qui sont mises en avant. Ces particularités des espèces vivantes s’expriment notamment à travers leur comportement, qui fait l’objet d’un intérêt renouvelé145. L’accent est mis sur l’éthologie, sur le comportement intraspécifique et plus encore interspécifique de l’animal. L’animal est décrit dans ses interactions à la fois avec ses congénères, avec les autres espèces et avec l’homme. Ce qui fascine particulièrement les Grecs de l’époque hellénistique, ce sont les antagonismes entre espèces, ou au contraire les cas de coopération dans le monde animal. Telle était en particulier l’orientation des Φυσικὰ δυναμερἁ d’un Égyptien sans doute contemporain de Callimaque, Bolos de Mendès, qui se réclamait du patronage de Démocrite146. La matière de son ouvrage était fournie par les antipathies et les sympathies qui organisaient à ses yeux la coexistence des espèces animales. L’environnement naturel tendait ainsi à devenir un théâtre du sauvage, où s’affrontaient, sous les yeux du lecteur, les différents champions du règne animal. Si les Φυσικὰ δυναμερἁ sont bien la source des chapitres 25 et 26 du Physiologos chrétien, Bolos développait notamment l’antagonisme du crocodile et de l'ἔνυδρίς, un animal dans lequel il faut reconnaître la loutre, et celui de l’ichneumon et du serpent δράκων, souvent interprété par la tradition antique comme un cobra147. La littérature alexandrine d’époque hellénistique fournit d’autres exemples de combats formidables, tels celui de l’éléphant contre le serpent δράκων ou celui du même éléphant contre le rhinocéros148. L’adversaire d’un animal n’est pas toujours un autre animal, ce peut être aussi l’homme, ses armes et ses techniques de chasse plus ou moins sophistiquées. De fait, la littérature hellénistique fut aussi très friande de chasses exotiques, mettant aux prises des peuples inconnus avec des animaux lointains ; c’est ainsi que les enquêtes zoologique et ethnographique se rejoignaient volontiers149. Ce n’est donc pas l’animal captif, isolé de son milieu et de ses congénères, qui se trouvait au centre de l’intérêt, mais bien l’animal en liberté, tel qu’il évolue dans son milieu naturel, tel aussi qu’il se comporte avec les autres espèces. C’est bien ainsi qu’est représentée la faune de l’arrière-pays éthiopien de l’Égypte sur la célèbre mosaïque Barberini de Palestrina, qui dérive selon toute probabilité d’un prototype alexandrin150.

  • 151 Voir D. Marcotte, « Structure et caractère de l’oeuvre historique d’Agatharchide », Historia, n° 5 (...)
  • 152 Voir aussi les animaux exotiques figurés sur la frise de la Tombe I de Marissa, un décor qui témoi (...)
  • 153 Agatharchide, fr. 76 M. = 77a-b B. ap. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, III, 35, 7-9 et(...)

55À l’appui de cette interprétation, on peut citer la place importante que les historiens hellénistiques, à commencer par les historiens d’Alexandre, ont réservé dans leurs œuvres aux considérations zoogéographiques. Cet intérêt est particulièrement affirmé chez un historien comme Agatharchide de Cnide, actif à Alexandrie dans le courant du IIe siècle avant notre ère, qui traça entre les différentes faunes de faire érythréenne un parallèle promis à un grand succès151. De cet inventaire des faunes lointaines, la mosaïque Barberini de Palestrina porte elle aussi témoignage : les animaux éthiopiens y sont représentés avec un grand luxe de détails et sont souvent accompagnés d’une inscription en grec, qui précise la dénomination de l’espèce152. L’animal sauvage s’inscrit désormais dans une faune régionale clairement individualisée, et cette appartenance est un élément important de son identité. Là encore, l’animal n’est pas soustrait à son milieu naturel. Un tel inventaire des faunes lointaines est forcément plus large que l’échantillon que pourrait fournir n’importe quel zoo. Pour certains animaux, parmi les plus étranges, mais aussi les plus intéressants, comme les « taureaux carnivores », il est d’ailleurs bien précisé qu’il n’est pas possible de les capturer vivants, car ils s’étouffent de rage au fond de la fosse où ils sont tombés153.

  • 154 Strabon, Géographie, 1, 1, 1 et 16.

56Aucune des orientations nouvelles suivies par la zoologie alexandrine ne présuppose donc qu’un vaste zoo regroupant les animaux lointains importés à Alexandrie ait été mis par les souverains lagides à la disposition des pensionnaires du « Musée ». Les véritables héritiers des recherches anatomophysiologiques d’Aristote et de son école sont bien les médecins, mais ils ne conduisaient sans doute pas leurs recherches et leurs expérimentations sur les animaux dans le cadre du « Musée ». Les pensionnaires du « Musée », pour leur part, développaient un discours érudit sur le règne animal qui nécessitait plus la fréquentation d’une bibliothèque que celle des enclos et des cages d’un zoo. Certes, l’intérêt était vif pour les animaux lointains, leur apparence, leurs traits morphologiques particuliers, leur mode de vie et leur comportement, mais cet intérêt n’impliquait pas qu’ils aient fait l’objet d’investigations dans un zoo. Comme l’écrit Strabon dans les célèbres Prolégomènes de son oeuvre, c’est le géographe - ou l’historien — qui est désormais le dépositaire du savoir sur ces animaux lointains154.

  • 155 Voir à ce propos les réflexions de J. Sirinelli, « Un regard sur la Bibliothèque d’Alexandrie », J (...)
  • 156 Voir H. Kuch, op. cit., passim.
  • 157 Même les recherches d’un savant aux compétences et aux curiosités aussi étendues qu’Ératosthène, q (...)

57Ce n’est sans doute pas sans quelque anachronisme que les historiens de la culture alexandrine ont adjoint au célèbre « Musée » des Ptolémées toute une série d’annexes destinées à promouvoir la recherche scientifique dans des domaines aussi divers que l’astronomie, la médecine, la botanique et la zoologie. Une telle centralisation de la recherche dans une institution comme le « Musée » a le tort d’unifier à l’excès le champ scientifique et méconnaît les voies diverses par lesquelles les souverains lagides ont pu attirer, soutenir et protéger des savants venus de l’ensemble du monde grec. Elle fait également bon marché de l’histoire de l’institution, dont l’activité a pu connaître des inflexions significatives suivant les règnes, les penchants des souverains successifs et la conjoncture politique155. Au début de la domination romaine sur l’Égypte, Strabon désigne les pensionnaires du « Musée » par l’expression φιλόλογοι ἄνδρες. Conformément à la signification de l’adjectif φιλόλογος, ces « philologues » étaient sans doute à la fois des hommes de l’écrit, des érudits, et des savants dont le savoir progressait par la pratique de la discussion commune156 ; il n’est pas sûr en revanche que l’observation et l’expérimentation constituaient une part importante de leur activité157. Or les annexes prêtées au « Musée » d’Alexandrie présupposent précisément un type de recherche fondé avant tout sur l’observation et l’expérimentation.

  • 158 Voir à ce sujet l’intéressant rapprochement que fait A. Kuttner entre les animaux exotiques des co (...)
  • 159 Cf supra, n. 83.

58En ce qui concerne plus précisément les recherches zoologiques, les spécimens exotiques réunis par les Ptolémées semblent avoir été moins des objets d’étude que des objets d’admiration et plus encore des objets de prestige, servant à manifester la prospérité et la puissance du souverain158. Il y a donc tout lieu de penser que les animaux exotiques présents à Alexandrie n’étaient pas rattachés au « Musée », mais qu’ils dépendaient directement du souverain, dont la préoccupation première n’était pas de les mettre à la disposition des savants pour que ces derniers les étudient. S’il y avait un zoo à Alexandrie, il ne constituait pas une dépendance du « Musée ». Peut-on seulement parler de zoo ? Rien n’est moins sûr, si l’on entend par zoo un espace unifié qui réunit un certain nombre d’animaux dans le but de les exposer aux regards des visiteurs. C’est là un modèle manifestement anachronique pour l’Alexandrie lagide. Certes, Ptolémée II réunit en un même lieu des animaux que la nature tenait séparés ; certes, il voulut porter à la connaissance des Grecs des espèces jusqu’alors inconnues, qui se signalaient par leur aspect curieux ou par leur fascinante puissance159. Mais le moyen d’une telle exhibition n’était sans doute pas le parc zoologique, mais bien plutôt les fêtes religieuses et les fastueuses processions qui les accompagnaient. C’était au cours de ces fêtes que le souverain faisait défiler, sous les yeux de ses sujets et des envoyés des autres parties du monde grec, les spécimens extraordinaires qu’il avait réunis. Il faut donc renoncer à voir dans le zoo présumé d’Alexandrie le zoo dont Aristote aurait aimé disposer pour poursuivre ses recherches sur l’animal et sur le vivant.

Notes

1 G. E. R. Lloyd, Une histoire de la science grecque, [1943 et 1931], trad. franç. de J. Brunschwig, Paris, La Découverte-Seuil, rééd., 1993, p. 175-182.

2 Voir par exemple G. Parthey, Das Alexandrinische Museum, Berlin, Nicl. Buch., 1838, p. 171 ; P. M. Fraser, Ptolemaic Alexandria, I, Oxford, Clarendon Press, 1972, p. 337-338 ; J. G. Lennox, “The disappearance of Aristotle’s biology : a Hellenistic mystery”, Apeiron, n° 27-4, 1994 (T. D. Barnes éd., The Sciences in Greco-Roman Society), p. 7-24. C. Schneider défend un point de vue plus nuancé ; voir C. Schneider, Kulturgeschichte des Hellenismus, 1, Munich, Beck, 1967, p. 378-380.

3 Voir G. Parthey, op. cit., p. 171 ; C. Schneider, op. cit., p. 379. L’opinion du grand C. G. Heyne mérite également d’être citée (G. G. Heyne, De Genio Saeculi Ptolemaeorum, 1763, repris dans Opuscula academica collecta et animadversionibus locupletata, I, Gottingen, apud J. C. Dieterich et H. Dieterich, 1785, p. 107, n.*) : « opportunitatcm naturas animantium cognoscendi saltern ea res [i.e. ferae captae Alexandriae apud regem servatae] praebuit : consilumne fuerit illud, dicere non audeo. »

4 C’est la voie empruntée notamment par A. Zucker dans un ouvrage récent : A. Zucker, Aristote et les classifications zoologiques·, Louvain-la-Neuve, Peeters, 2005.

5 Travaux en langue allemande : G. H. Klippel, Über das Alexandrinische Museum, Gottingen, Vandenboeck, 1838, p. 92-93 ; G. Parthey, op. cit., p. 55-56 ; L. Weniger, Das alexandrinische Museum. Eine Skizze aus dem gelehrten Leben des Alterthums, Berlin, Lüderitz, 1875, coll. « Sammlung gemeinverständlicher wissenschaftlicher Vortrâge », n° X-231, p. 14. Travaux en langue française : J. Simon, Histoire de l'école d'Alexandrie, II, Paris, Joubert, 1845, p. 184 ; A. Couat, « Le Musée d’Alexandrie sous les premiers Ptolémées », Annales de la faculté des lettres de Bordeaux, n° 1, 1879, p. 7-29, en particulier p. 18 ; A. Couat, La Poésie alexandrine sous les trois premiers Ptolémées (324-222 avant J.-C.), Paris, Hachette, 1882 p. 16 ; A. Bouche-Leclercq, Histoire des Lagides, I, Paris, E. Leroux, 1903, p. 131 ; G. Loisel, Histoire des ménageries de l Antiquité h nos jours·, I, Paris, Doin et Laurens, 1912, p. 30-31 ; É. Michon, « Museum », C. Daremberg et E. Saglio, Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines, III-2, Paris, Hachette, 1904, p, 2071-2072. Voir aussi E.A. Parsons, Lhe Alexandrian Library, Glory of the Hellenic World. Its Rise, Antiquities and Destructions, AmsterdamLondres-New York, Cleaver-Hume Press, 1952, p. 70.

6 A. Bernand, Alexandrie la Grande, [1966], Paris, Hachette, 19982, p. 133 ; C. Schneider, op. cit., I, p. 535 ; C. Préaux, Le Monde hellénistique. La Grèce et l'Orient323-146αν. J.C., I, [1978], Paris, PUF, 19974, coll. « Nouvelle Clio », p. 233.

7 Voir par exemple M. Daumas (dir.j, Histoire de la science, Paris, Gallimard, 1957, coll. « Encyclopédie de la Pléiade », p. 15 et B. Gille (dir.), Histoire des techniques. Technique et civilisations. Technique et sciences, Paris, Gallimard, 1978, coll. « Encyclopédie de la Pléiade », p. 333.

8 T. Engberg-Pedersen, “The relationship between intellectual and political centres in the hellenistic wo rid’5, P. Bildf. et al. (éd.), Centre and Periphery in the Hellenistic World, Aarhus, Aarhus University Press, 1993, coll. « Studies in Hellenistic Civilization », n° 4, p. 285-315, en particulier p. 288-289 ; G. Weber, Dichtung undhofische Gesellschafi. Die Rezeption von Zeitgeschichte am Hof der ersten drei Ptolemàer, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 1996, coll. « Hermes Einzelschriften », n° 62, p. 85 ; J. Yoyotte et P. Charvet, Strabon. Le Voyage en Égg'pte. On regard romain, Paris, Nil, 1997, p. 84 ; M. Malavolta, Scienza e tecnica nel mondo grecoromano, Rome, Aracne, 2004 ; G. Di Pasquale, « Una enciclopedia delle tecniche nel Museo di Alessandria », G. Di Pasquale et E Paolucci (éd.), llgiardino antico da Babilonia a Roma : scienza, arte e natura, Livourne, Sillabe, 2007, p. 58-71.

9 G. Bernhardy, Grundriss der Griechischen Litteratur. I. Innere Geschichte der Griechischen Literatur, Halle, Anton, 1861, p. 524 ; R Susemihl, geschichte der griechischen Literatur in der Alexandrinerzeit, I, Leipzig, 1891, Teubner, p. 7-8, n. 20 a-b ; Müller-Graupa, « Museion », RE, XVI, 1933, col. 807 ; P. M. Fraser, op. cit., 1, p. 317-318.

10 A. Glock, « Museion », Der Neue Pauly, VIII, Stuttgart-Weimar, J. B. Metzler, 2000, col. 508.

11 Élien, Histoires variées, IV 19 (trad. A. Lukinovich, A.-F. Morand, Paris, Belles Lettres, 1991, coll. « Roue à livres »). Voir à ce sujet G. Cawkwell, Philip of Macedon, Londres-Boston, Faber & Faber, 1978, p. 50-57 ; H. Bengston, Philipp und Alexander der Grosse. Die Begründer der hellenistischen Welt, Munich, Callwey, 1985, 223-224 ; A. Momigliano, Philippe de Macédoine. Essai sur Thistoire grecque du IV siècle av. J.-C., [1987], trad. française A. Malamoud, Paris, Eclat, 19922, p. 151 ; J.-N. Corvisier, Philippe II de Macédoine, Paris, Fayard, 2002, p. 83-84 et 86.

12 Pline L’Ancien, Histoire naturelle, VIII, 44 (trad. A. Ernout, Paris, Belles Lettres, 1952, coll. « CUF »).

13 Athénée, Deipnosophistes, IX, 398 e. La subvention aurait été de huit cents talents.

14 On consultera les éditions de W. W. Boer, Epistola Alexandri ad Aristotelem ad Codicum Fidem Ediditet Commentario Critico Instruxit, Meisenheim am Glan, Anton Hain, 1973, coll. « Beiträge zur klassischen Philologie », n° 50 et surtout de M. Feldbusch, Der BriefAlexanders an Aristoteles über die Wunder Indiens. Synoplische Edition, Meisenheim am Glan, Anton Hain, 1976, coll. « Beiträge zur klassischen Philologie », n° 78. Cf. Ps.-Callisthène, Roman d’Alexandre, III, 17. Pour P. Gunderson et R. Merkelbach, cette correspondance entre Alexandre et.Aristote appartiendrait à un stade ancien de la tradition, de peu postérieur à la mort d’Alexandre : voir L. L. Gunderson, “Early Elements in the Alexander Romance', Laourdas B. et Makaronas C. (éd.), Ancient Macedonia, Papers read at the Ist International Symposium held in Thessaloniki, 26-29 August 1968, Thessalonique, Institute for Balkan Studies, 1970, p. 353-375, en particulier p. 369 ; id., Alexander’s Letter to Aristotle about India, Meisenheim am Glan, Anton Hain, 1980, coll. « Beitrage zur klassischen Philologie », n° 110, p. 9.1-122, en particulier p. 118-119 ; R. Merkelbach (Trumpf J. coil.), Die Quellen desgriechischen Alexanderromans, [1954], Munich, Beck, 19772, coll. « Zetemata », n° 9, p. 59-60. Voir cependant les réserves de C. Jouanno, Naissance et métamorphoses du Roman dAlexandre. Domaine grec, Paris, CNRS Éditions, 2000, p. 23-25.

15 W. Jaeger, Aristote. Fondements pour une histoire de son évolution, [1923, 19482], trad. française d’O. Sedeyn, Paris, Éclat, 1997, p. 340-342.

16 Voir I. Düring, Aristotle in the Ancient Biographical Tradition, Göteborg, Almqvist & Wiksell, 1957, coll. « Studia Graeca et Latina Gothoburgensia », n° 5, p. 288 ; id., Aristoteles. Darstellung und Interpretation seines Denkens, Heidelberg, Carl Winter-Universitätsverlag, 1966, p. 523-524 ; G. E. R. Loyd, Aristotle : the Growth and Structure of his Thought, Cambridge-New York, Cambridge University Press, 1968, p. 6-7 et surtout J. S. Romm, “Aristotle’s elephant and the myth of Alexanders scientific patronage”, AJP, n° 110, 1989, p. 566-575.

17 Sur la mort de Callisthène, voir P. Pédech, Historiens compagnons d’Alexandre. Callisthène - Onésicrite - Néarque - Ptolémée - Aristobule, Paris, Belles Lettres, 1984, p. 17-18.

18 Voir P. Bolchert, Aristoteles Erdkunde von Asien und Libyen, Wittenberg, Weidmannsche Buchhandlung, 1908, p. 43 ; S. Byl, Recherches sur les grands traités biologiques dAristote : sources écrites et préjugés, Bruxelles, Palais des Académies, 1980, coll. « Mémoires de la classe des lettres de l'Académie royale de Belgique », n° 64-3, p. 104 ; K. Karttunen, India in Early Greek Literature, Helsinki, Finnish Oriental Society, 1989, coll. « Studia Oricntalia », n° 65, p. 94-95 ; J. M. Bigwood, “Aristotle and the elephant again”, AJP, n° 114, 1993, p. 537-555 ; K. Karttunen, India and the Hellenistic World, Helsinki, Finnish Oriental Society, 1997, coll. « Studia Orientalia », n° 83, p. 97-98. Il y a une seule exception, que les historiens se sont employés avec succès à réduire : c’est l’éléphant, sur lequel Aristote est très bien renseigné, comme le montre bien l’étude attentive de H. H. Scullard, The Elephant in the Greek and Roman World, Londres, Thames & Hudson, 1974, coll. « Aspects of Greek and Roman Life », p. 37-52. Sur cette question, voir aussi J. M. Bigwood, art. cit., qui n’cxclut pas que Callisthène ait pu contribuer à renseigner Aristote sur l’éléphant. On ne suivra pas la démonstration de J. S. Romm, art. cit., qui croit à tort pouvoir établir qu’Aristote ne connaissait que l’éléphant d’Afrique.

19 Voir en ce sens W. D. Ross, Aristotle., Londres, Methuen, 1923, p. 6.

20 Pline, Histoire naturelle, V, 185. Voir K. Karttunen, op. cit. (1989), n. 238, p. 94-95.

21 Voir M. Manquat, Aristote naturaliste, Paris, Vrin, 1932, p. 49-73.

22 Comme l’a justement remarqué J. S. Romm, art. cit., p. 569. Sur les intentions de ces deux discours, voir J. Sirinelli, Plutarque, Paris, Fayard, 2000, p. 78-84.

23 À titre de comparaison, on notera que Straton, qui fut le précepteur de Ptolémée II, en aurait été récompensé par une somme de quatre-vingts talents : voir Diogène-Laërce, Vies et doctrines des philosophes illustres·, V, 58.

24 C. Perrault, Mémoires pour servir à l’histoire naturelle des animaux, [1671], Amsterdam, Mortier, 1736, préface. Voir E. Baratay, E. Hardouin-Fugïkr, Zoos. Histoire des jardins zoologiques en Occident (XVIe-XXe siècle), Paris, La Découverte, 1998, p. 89-90.

25 B. Lacépède, « Introduction », B. Lacépède, G. Cuvier et E. Geoffroy, La Ménagerie du Muséum national d’Histoire naturelle ou description des animaux qui y vivent ou qui y ont vécu, Paris, Miger, 1804, p. 9. Sur ce transfert de la ménagerie royale de Versailles à Paris, au Jardin des Plantes, voir É. Baratay, É. Hardouin-Fugier, op. cit., p. 100-105.

26 Pour s’en tenir à deux grands noms, voir J. E. Gronovius, De Museo Alexandrino, 1667, édité dans J.E. Gronovius, Thesaurus Graecarum Antiquitatum, VIII, Venise, Javarina-Pasquali, 1735, p. 2742-2763 ; C. G. Heyne, op. cit., p. 76-134. Voir aussi J. C. F. Manso, Vermischte Schrifien, Leipzig, Dyk, 1801, I, p. 221-356 ; II, p. 322-414 ; sur le Musée, voir plus particulièrement I, p. 263 sqq.

27 J. Matter, lissai historique sur l’école d’Alexandrie, et coup d’oeil comparatif sur la littérature grecque, depuis le temps d’Alexandre le Grand jusqu’à celui d’Alexandre Sévère, I, Paris, F.-G. Levrault, 1820, p. 31-32.

28 Voir D. Outram, Georges Cuvier. Vocation, Science and Authority in Post-Revolutionary France, Manchester-Dover-New Hampshire, Manchester University Press, 1984, p. 115 ; cf. p. 67, et n. 76, p. 218.

29 G. Cuvier, Histoire des sciences naturelles, depuis leur origine jusqu’à nos jours, chez tons les peuples connus, professée au Collège de France par G. Cuvier, complétée, rédigée, annotée et publiée par M. Magdeleine de Saint-Agy, 1, [1831], Paris, Fortin, 1841, p. 173-175. Cuvier tempère néanmoins son optimisme quelques pages plus loin (op. cit., p. 190-191) : « même dans le Musée, l’activité qui était due à l’exemple et à l’influence d’Aristote se ralentit bientôt. »

30 Sur l’admiration de Cuvier pour Aristote, voir P. Taquet, Georges Cuvier. Naissance d’un génie, Paris, Odile Jacob, 2006, p. 179-184.

31 Voir L. Wachler, Handbuch der Geschichte der Litteratur, I, Leipzig, J. A. Barth, 18333, p. 215, qui mentionne l’existence d’un observatoire fondé par Ptolémée II. La première édition, parue à Marburg sous le titre Handbuch der allgemeinen Geschichte der literärischen Cultur, date de 1804-1805. Sur l’organisation de l’Académie royale des Sciences, qui pouvait elle aussi se réclamer du modèle alexandrin, voir R. Hahn, L’Anatomie d'une institution scientifique. L’Académie des Sciences de Paris, 1666-1803, [1971], Bruxelles, Editions des archives contemporaines, 1993, en particulier p. 16-18 et 21-26.

32 Sur la ménagerie de Versailles, voir E. Baratay, E. Hardouin-Fugier, op. cit., p. 62-70.

33 G. Parthey, op. cit., p. 55-56.

34 Photius, Bibliothèque, cod. 161, 104b, 40-41. Sur les sources antiques relatives au « Musée », voir P. M. Fraser, op. cit., II, n. 74, p. 470.

35 Strabon, Géographie, XVII, 1, 8 (trad. P. Charvet, Paris, Nil, 1997).

36 Une tour est mentionnée dans le quartier des Palais Royaux par Macch., III, 2, 27 et Ps.-Callis., II, 28 ; voir P. M. Fraser, op. cit., II, p. 62, n. 145. Pour l'assimilation de cette tour avec un observatoire, voir G. Botti, Plan de la ville d’Alexandrie à l’époque ptolémaïque : monuments et localités de l’ancienne Alexandrie d’après les écrivains et les fouilles, Alexandrie, L. Carrière, 1898, p. 5-6 et 116 et A. Calderini, Dizionario dei nomi geografici e topografici dell’Egitto greco-romano, I-1, Le Caire, Società reale di geografia d’Egitto, 1935, p. 139.

37 G. Parthey, op. cit., p. 55-56,

38 C. Ptolémée, Composition mathématique, VII, 1, p. 3 Heiberg et VII, 3, p. 19 Heiberg. Hipparque, pour sa part, fit au moins une observation à Alexandrie, au mois de septembre 146 av. J.-C. : Hipparque, ap. Claude Ptolémée, Composition mathématique·, III, 1, p. 196 Heiberg ; voir Neugebauer O., A History of Ancient Mathematical Astronomy, Berlin-Heidelberg-New York, Springer-Verlag, 1975, coll. « Studies in the History of Mathematic and Physical Sciences », n° 1, I, p. 275-276. Sur Aristyllos et Timocharis, voir F. Susemihl, op. cit., I, p. 720 ; Kauffmann, « Aristyllos », RE, II, 1895, col. 1065-1066 ; W. Kroll, « Timocharis », RE, 2e s., VI A 1, 1936, col. 1258-1259 ; alors qu'Aristyllos et Timocharis sont en général tenus pour contemporains, O. Neugebauer (op. cit., p. 34) fait du premier un élève du second et adopte pour les deux astronomes les floruit suivants : vers 290-270 pour Timocharis, vers 250 pour Aristyllos. Sur Hipparque, voir O. Neugebauer, op. cit., I, p. 274-343 ; G. E. R. Lloyd, op. cit., p. 253-257 ; C. M. Linton, From Eudoxus to Einstein. A History of Mathematical Astronomy, Cambridge-New York-Melbourne, Cambridge University Press, 2004, p. 51-60.

39 C. Ptolémée, Composition mathématique, V, 14, p. 4.17 Heiberg ; Proclus, Hypotyposis astronomicarum positionum, 4, p. 120 et 126 M.

40 Sur les instruments astronomiques de l'Antiquité, voir D. J. Price, « Précision instruments : to 1500 », C. Singer et al (cd.), A History of Technology. III. From the Renaissance to the Industrial Revolution, c. 1500-c 1750, Oxford, Clarendon Press, 1957, p. 582-619 ; cf. G. E. R. Lloyd, op. cit., p. 253-254. On se reportera aussi aux réflexions du même auteur (ibid., p. 258-259) sur la place relativement modeste de l'observation des phénomènes dans l'astronomie hellénistique.

41 Sur cet instrument, voir D. J. Price, art. cit., p. 587 et fig. 343C, p. 589.

42 C. Ptolémée, Composition mathématique, III, 1, p. 195 Heiberg ; voir P. M. Fraser, op. cit., 1, p. 423 ; 11, p. 609, n. 373. Sur la localisation de ce portique dans le quartier B, voir le Papyrus BGU 1127, 7-9, et P. M. Fraser, op. cit., I, p. 30 et II, p. 98, n. 221 et. 222.

43 L’expression est de C. Préaux (op. cit., p. 233).

44 Sur cette question, voir infra, p. 341-342.

45 H. von Staden, Herophilus. The Art of Medicine in Early Alexandria·, Cambridge-New York, Cambridge University Press, 1989, p. 26-31. Voir aussi M. Vegetti, « Entre le savoir et la pratique : la médecine hellénistique », M. D. Grmek (éd.), Histoire de la pensée médicale en Occident, I. Antiquité et Moyen Âge, 1993 pour l’édition italienne, Paris, Seuil, 1995, p. 76 et M. Hirt Raj, Médecins et malades de l'Egypte romaine. Etude socio-légale de la profession médicale et de ses praticiens du Ier au IV siècle ap. J.-C., Leyde-Boston, Brill, 2006, coll. « Studies in Ancient Medicine », n° 32, p. 38-39. Contra, P. M. Fraser, op. cit., I, 348-350.

46 Sur les médecins de cour de l’époque hellénistique, notamment à Alexandrie, voir C. Gorteman, « Médecins de cour dans l’Égypte du IIIe siècle avant J.-C. », CdE, n° 32, 1957, p. 313-336 (qui fait à tort d’Hérophile et d’Erasistrate des médecins de cour) et surtout Marasco G., « Médecins de cour à l’époque hellénistique », REG, n° 109, 1996, p. 435-466.

47 Voir P. M. Fraser, op. cit., 1, p. 357 ; H. von Staden, op. cit., p. 28.

48 La documentation épigraphique est maintenant réunie dans l’étude fondamentale d’E. Samama : E. Samama, Les Médecins dans le monde grec. Sources épigraphiques sur la naissance d’un corps médical, Genève, Droz, 2003, coll. « Hautes études du monde gréco-romain », n° 31. Je remercie chaleureusement Cécile Nissen pour les précieuses indications quelle m’a données à ce sujet.

49 Cette datation haute interdit d’identifier ce Chrysermos avec le médecin hérophilien homonyme, qui fut le maître d’Héracleides et d’Apollonios Mys.

50 Samama, n° 111 = IDél 1525 = OGIS 104 = Durrbach, Choix I, 90. Sur Chrysermos, voir W. Peremans, E. Van’t Dack, Prosopographia Ptolemaica. III. Le clergé, le notariat, les tribunaux, Louvain, Publications universitaires de Louvain, 1956, coll. « Studia hellenistica », n° 11, p, 47, n° 5350 ; L. Mooren, The Aulic Titulature in Ptolemaic Egypt. Introduction and Prosopography, Bruxelles, Paleis der Academiën, 1975, coll. « Verhandelingen van de Kininklijke Academie voor Wetenschappen, Letteren en Schone Kunsten van België, Klasse der Letteren », n° 78, p. 19 et p. 185, n° 0346 et É. Samama, op. cit., n. 15, p. 208.

51 Sur ce titre, voir L, Mooren, La Hiérarchie de cour ptolémaïque. Contribution à l’étude des institutions et des classes dirigeantes à l’époque hellénistique·, Louvain, Studia hellenistica, 1977, coll. « Studia hellenistica », n° 23, p. 40-41.

52 Voir M. Hirt Raj, op. cit., n. 60, p. 38. Contra, Fraser P. M., loc. cit.

53 Sur l’interprétation du titre « chef des médecins », voir les hypothèses divergentes de A. G. Woodhead, “The state health service in ancient Greece”, Cambridge Historical Journal, n° 10, 1952, p. 235-253, en particulier p. 241 ; Μ. I. Rostovtseff, Histoire économique et sociale du monde hellénistique·, [1941], trad. franç. de J. Andreau, Paris, Laffont, 1989, p. 778 ; P. M. Fraser, op. cit., I, p. 357 et 373, II, p. 179-180, n. 31, p. 547, n. 297 et p. 549, n. 316 ; H. Von Staden, op. cit., p. 27.

54 Sur ce personnage, voir V. Nutton, "L. Gellius Maximus, physician and procurator", CQ, n. s. n° 21, 1971, p. 262-272 ; H. Devijver, “Local elite, equestrians and senators : a social history of Roman Sagalassos”, AncSoc, n° 27, 1996, p. 140-143.

55 Samama, n° 332 et 337 bis. Sur l’articulation de ces trois titres ou fonctions, qui est discutée, voir H. Devijver, loc. cit.

56 Voir É, Samama, op. cit., n. 8, p. 431.

57 Voir en ce sens H. Devijver, loc. cit.

58 Voir Müller-Graupa, art. cit., col. 816-820 ; N. Lewis, “The non-scholar members of the Alexandrian Museum”, Mnemosyne, 4e s., n° 16, 1963, p. 257-261.

59 Samama, n° 218. Voir aussi Samama, n° 201 : inscription d’Éphèse, datée du IIIe siècle ap. J.-C., en l’honneur de deux, prêtresses d’Artémis, qui sont les filles du médecin Aur. Capitolinus, membre du collège du « Musée », τòν περὶ τò Μουσεῖον συνέδρίον ; Samama, η° 207 : décret d’Éphèse, daté entre 204 et 214 ap. J.-C., malheureusement très lacunaire, qui mentionne les médecins du « Musée ».

60 E. Samama, op. cit., p. 69-70. É. Samana (loc. rit.) propose également de rattacher au « Musée » « l’ensemble des médecins qui [exercent] à Alexandrie », qui honorent en 7 ap. J.-C. l'ἀρχιατρόζ C. Proculeius Themison sur une base en marbre trouvée à Alexandrie (n° 394 Samana).

61 Voir Samama, n° 211 : inscription agonistique d’Éphèse, datée du règne d’Antonin le Pieux, qui honore les médecins vainqueurs des concours médicaux organisés pour les fêtes d’Asclépios et qui mentionnait peut-être, si l’on accepte de restituer le terme ἰατρoῖς dans une lacune, les médecins du « Musée ».

62 Voir M. Hirt Raj, op. rit., p. 39.

63 Strabon, Géographie, XVII, 1, 8. Sur le sens à donner à ce terme, voir Kuch H., ΦΙΛΟΛΟΓΟΣ. Untersuchung eines Wortes von seinem ersten Auftreten in der Tradition bis zur ersten überlieferten lexika lischen Festlegung, Berlin, Akademie-Verlag, 1965, coll. « Deutsche Akademie der Wissenschaften zu Berlin, Schriften der Sektion für Altertumswissenschaft », n° 48, en particulier p. 30-41.

64 Voir les exemples réunis par G. Marasco, art. cit., p. 443-444 et 457-459.

65 Voir G. Marasco, ibid., p. 465.

66 Voir en particulier Ptolémée VIII Evergète II, Commentaires-, ap. Ath„ XIV, 69, 654b-d ( = FGrH 234 F 2 J.) et Strabon, XVII, 1, 8-9, avec le commentaire de Fraser P. M., op. cit., I, p. 15 et II, p. 30, n. 73.

67 Diogène-Laërce, Vies et doctrines des philosophes illustres, V, 39 et 52-55. Voir W. Gapelle, « Der Garten des Theophrast », Festschrift für Friedrich Zucker zum 70. Geburtstage, Berlin, AkademieVerlag, 1954, p. 45-82 et S. Amigues (éd.), Théophraste. Recherches sur les plantes. I. Livres I-ÏI, Paris, Belles Lettres, 1988, coll. « CUF », p. XV Voir cependant les réserves de M. D. Grmek, Le Chaudron de Médée. L’expérimentation sur le vivant dans l’Antiquité, Le Plessis-Robinson, Institut Synthélabo, 1997, p. 69.

68 Diogène-Laërce, Vies et doctrines des philosophes illustres, V, 37 ; on a fait dire à ce passage plus qu’il ne disait, en imaginant que Théophraste avait décliné une invitation à se rendre à Alexandrie pour être le précepteur du futur Ptolémée IL Sur Théophraste et I’Egypte, voir Amigues S., « Les plantes d’Égypte vues par les naturalistes grecs », Actes du colloque « Entre Égypte et Grèce », Paris, 1995, coll. « Cahiers de la Villa Kérylos », n° 5, p. 51-67, repris dans S. Amigues, Études de botanique antique, Paris, 2002, coll. « Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres » 25, p. 247-261, qui fait l’économie de l’hypothèse d’un voyage de Théophraste en Égypte. Contra, W, Capelle, « Theophrast in Ägypten », WS, n° 69, 1956, p. 173-186, dont les arguments ne sont cependant pas décisifs.

69 Voir à ce propos G. Marasco, art. cit., p. 465-466.

70 Plin., Nat., XII, 56 et 76. Voir à ce sujet Μ. I. Rostovtseff, op. cit., p. 835 et Fraser P. M., op. cit., I, p. 141 et II, p. 248, n. 65.

71 C. Orrieux, Les Papyrus de Zénon. L’horizon d’un Grec en Égypte, Paris, Macula, 1983, p. 87-92. Voir aussi C. Préaux, L’Economie royale des Lagides, Bruxelles, Fondation égyptologique Reine Élisabeth, 1939, p. 159-187.

72 Voir PCZ 59156, qui mentionne des cultures expérimentales menées dans l'akra de Memphis, qui pourrait correspondre aux Basileia, comme l’a proposé C.C. Edgar dans son édition des Papyrus de Zénon : voir C. C. Edgar (éd.), Zenon Papyri, II, Hildesheim-New York, Georg Olms, 1971, p. 15. Sur la proximité des palais royaux, de leurs jardins et de l’acropole, qui occupent à Memphis le kom de Mit Rahina, voir D. J. Thompson, Memphis wider the Ptolemies, Princeton, Princeton University Press, 1988, p. 16-17. Strabon (XVII, 1, 32) fait état de la présence de lacs à proximité de la ville et des palais.

73 Une lettre d’Apollonios à Zénon (PCZ 59159) mentionne ainsi un envoi de ceps de vigne, en provenance il est vrai non de la cité d’Alexandrie elle-même, mais de son territoire.

74 Ptolémée VIII Évergète II, loc. cit.

75 Pour l’identification des « oiseaux nomades » avec la pintade, voir J.-M. Lamblard, « Les étapes de la domestication de la pintade Numida Meleagris Linné », R. Pujol (éd.), L'Homme et l'Animal, Actes du 1er Colloque d’Ethnozoologie, Paris, 28-30 novembre 1973, Paris, Institut international d’ethnoscience, 1975, p. 422-423 et 425.

76 F. Jacoby (éd.), Die Fragmente dergriechischen Historiker, II D, Berlin, Weidmann, 1930, ad loc., p. 659.

77 Pour un autre exemple d’acclimatation d’une espèce animale, voir le cas des « moutons milésiens » : PCZ 59142 et 59195, avec les remarques de C. Orrieux (op. cit, p. 91-92).

78 PCZ 59157.

79 Pour le modèle du « paradis », voir en particulier I. Nielsen, “Oriental models for Hellenistic palaces W. Hoepfner et G. Brands (éd.), Basileia. Die Paläste der hellenistischen Könige, Internationales Symposion in Berlin vom 16.12.1992 bis 20.12.1992, Mayence/Rhin, Ph. von Zabern, 1996, p. 209-212 et P. Pensabene, « Tradizioni persiane nel palazzo di Dionisio di Siracusa e nel palazzo reale di Alessandria », C. Basile et A. Di Natale (éd.), La Sicilia antica nei rapporti con l’Egitto, Atti del convegno internazionale, Siracusa, 17-18 sett. 1999, Syracuse, Istituto internazionale del papiro, 2001, p. 111-123.

80 Voir P. Briant, Histoire de l’Empire Perse. De Cyrus à Alexandre, Paris, Fayard, 1996, p. 98-99, 244-252, 309-311 et 456-459.

81 Voir P Briant, op. cit., p. 456-459, qui renvoie à Plutarque, Vie d'Artaxerxès, 25, 1-2, et à la « Tablette des Fortifications » (PFa33).

82 Pour un examen plus détaillé de cette question, je me permets de renvoyer à mon article « Localisations et fonctions des animaux sauvages dans l’Alexandrie lagide : la question du “zoo d’Alexandrie” », MEFRA, n° 114-2, 2002, p. 861-919.

83 Voir en particulier Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, III, 36, 3 Ὁ γὰρ δεύτερος Πτολεμαῖος, περὶ τε τὴν τῶν ἐλεφάντων κυνηγίαν φιλοτιμηθεὶς καὶ τοῖς τὰς παραδόξους θήρας τῶν ἀλκιμωτάτων ζᾠων ποιουμένοις μεγάλας ἀπονέμων δωρεάς, πολλὰ δὲ χρήματα δαπανήσας εἱς ταύτην τὴν ἐπιθυμίαν, ἐλέφαντάς τε συχνοὺς πολεμιστὰς περιεποιήσατο καὶ τῶν ἀ·λλων ζᾢων ἀθεωρήτους καὶ παραδόξους φύσεις ἐποί ησεν εἱς γνῶσιν ἐλθεῖν τοῖς Ἔλλησι, « Ptolémée II, qui aimait passionnément la chasse aux éléphants et qui, à l’occasion de la capture extraordinaire des animaux les plus vigoureux, distribuait de grandes récompenses, dépensa des sommes considérables pour satisfaire ce goût, acquit ainsi un grand nombre d’éléphants de guerre et fit connaître aux Grecs d’autres espèces d’animaux inconnues et extraordinaires » (trad. B. Bommelaer, Paris, Belles Lettres, 1989, coll. « CUF »).

84 Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, III, 36, 3. Graffito du chasseur d’oiseau : A. Bernand et O. Masson, « Les Inscriptions grecques d’Abou-Simbel », REG, n° 70, 1957, p. 1-46, en particulier p. 33, inscription n° 26.

85 Callixène de Rhodes, Sur Alexandrie, ap. Athénée, Deipnosophistes, V, 196 a-203 b ( = FGrHist 627 F 1 J.). Sur cette procession, voir F. Dunand, « Fête et propagande à Alexandrie sous les Lagides », La Fête, pratique et discours, Paris, Belles Lettres, 1981, coll. « . Annales littéraires de la faculté de Besançon », n° 262, p. 11-40 ; E. E. Rice, The Grand Procession of Ptolemy Philadelphus, OxfordNew York, Oxford University Press, 1983 ; C. Wikander, « Pomp and circumstance. The procession of Ptolemaios II », OAth, XIX-12, 1992, p. 143-150 ; J. Köhler, ΠΟΜΠΑΙ. Untersuchungen zur bellenistischen Festkultur, Francfort/Main, P. Lang, 1996, p. 35-45 ; D. J. Thompson, “Philadelphus’Procession : Dynastic Power in a Mediterranean Context”, L. Mooren (éd.), Politics, Administration and Society in the Hellenistic and Roman World, Proceedings of the International Colloquium, Bertinoro 19-24 July 1997, Louvain, Peeters, 2000, p. 365-388 ; P. Schneider, L'Éthiopie et l’Inde. Interférences et confusions aux extrémités du monde antique (VIIIe siècle av. J.-C.-VIe siècle ap. J.-C.), Rome, ÉFR, 2004, coll. « ÉFR », n° 335, p. 321-324.

86 Voir J. Trinquier, art. cit., p. 867-884,

87 Voir en particulier les réflexions de C. Jacob sur la « figure de l’accumulation et de la collection » dans la culture alexandrine : C. Jacob, « La bibliothèque, la carte et le traité : les formes de l’accumulation du savoir à Alexandrie », G. Argoud et J.-Y. Guillaumin (éd.), Sciences exactes et sciences appliquées à Alexandrie, Actes du colloque international de Saint-Etienne, 6-8 juin 1996, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 1998, coll. « Mémoires du Centre Jean-Palerne », n° 16, p, 19-37, en particulier p. 25. Sur le « zoo » d’Alexandrie, voir W. Tarn, G. T. Griffith, Hellenistic Civilization, [1927], Londres, E. Arnold, 19523, p. 307 ; Μ. Hubbell, « Ptolemy’s Zoo », C], n° 31, 1935, p. 68-77 ; Μ. I. Rostovtseff, op. cit., p. 292 ; A. Adriani, Repertorio d’arte dell'Egitto greco-romano, C-l, Palerme, Fondazione Ignazio Mormino, 1963, p. 222, s.v. « Giardino (zoologico) » ; C. Schneider, op. cit., I, p. 535 ; P. M. Fraser, op. cit., I, p. 15 ; B. Seidensticker, « Alexandria. Die Bibliothek der Kônige und die Wissenschaften », A. Demandt (éd.), Statten des Geistes. Grosse Universitäten Europas von der Antike bis zur Gegenvart, Cologne-Weimar-Vienne, Böhlau Verb, 1999, p. 22. J. Kôhler (op. cit., p. 106 et n. 372) parle plus prudemment d’« installations zoologiques » au pluriel.

88 Il est probable que les éléphants lagides étaient basés à Memphis, comme le suggère un brouillon de lettre, daté de 218/217 av. J.-C., qui fait état d’un navire marchand réquisitionné à Ptolémaïs Hormos pour apporter du fourrage aux éléphants de Memphis : voir P. Petrie, II, 20, col. IV, 1. 7-8 et 12-13 ; le texte a été amélioré et commenté par P. A. Verdult (éd.), P. Erasmianae. II. Parts of the archive of an Arsinoite sitologos from the middle of the second century B. C., Amsterdam, J. C. Gieben, 1991, p. 138-140. Sur Memphis comme base des éléphants, voir en outre L. Casson, “Ptolemy II and the Hunting of African Elephants”, TAPhA, n° 123, 1993, p. 259. Η. H. Scullard (op. cit., p. 133) pense que des éléphants ont pu aussi être logés dans le zoo d’Alexandrie, mais c’est là une supposition gratuite.

89 Élien, Particularités des animaux, V, 39.

90 Élien, Particularités des animaux, XVI, 39.

91 Agatharchide de Cnide, Traité sur la mer Rouge, fr. 1 Burstein, ap. Photius, Bibliothèque, 250, 1, 441 b, fr. 1 Müller (trad. R. Henry, Paris, Belles Lettres, coll. « CUF », modifiée par mes soins).

92 Athénée, Deipnosophistes, V, 203 e.

93 L. Canfora, « Le monde en rouleaux », C. Jacob et F de Polignac (éd.), Alexandrie IIIe siècle av. J.-C., cit., p. 56.

94 Les traductions proposées oscillent entre ces trois possibilités : la première solution a été retenue par M. El-Abbadi (Vie et destin de l’ancienne Bibliothèque d’Alexandrie, s. L, UNESCO/PNUD, 1992, p. 77 ; voir aussi L. Canfora (dir.), Ateneo. I Deipnosofisti, Rome, Salerno, 2001, I, p. 506, « raccolta di dotti »), la deuxième par L. Canfora (loc. cit.) et par Ch. B. Gulick (.Athenaeus. The Deipnosophists, II, Londres-New York, W. Heinemann, 1928, coll. « Loeb », p. 421), la troisième solution par P. M. Fraser (op. cit., II, n. 91 p. 472).

95 Notons au passage qu’une telle traduction va dans le sens de la thèse de L. Canfora, qui veut que la Bibliothèque d’Alexandrie n’ait pas été spatialement distincte du Musée.

96 Dénuées de tout fondement sont les propositions de localisation avancées par D. Kessler - Abusir, près de Saqqara - et par G. Vörös – Taposiris Magna, près d’Alexandrie : voir Kessler D., Die Heiligen Tiere und der König I. Beiträge zu Organisation, Kult und Théologie der spâtzeitlichen Tierfriedhöfe, Wiesbaden, Otto Harrassowitz, 1989, coll. « Ägypten und Aires Testament », n° 16, p. 123 et Vörös G., Taposiris Magna. Port of Isis, Budapest, 2001, p. 114.

97 Qu'il suffise ici de renvoyer, parmi une abondante bibliographie, à P. M. Fraser, op. cit., I, p. 312-335, plus particulièrement p. 314-315 et 320-322 pour l’inflence du modèle péripatéticien sur ces institutions alexandrines.

98 Voir L. Bodson, « Contribution à l’étude des critères d’appréciation de l’animal exotique dans la tradition grecque ancienne », L. Bodson (éd,), Les Animaux exotiques dans les relations internationales : espèces, fonctions, significations, Journée d’étude, Université de Liège, 22 mars 1997, Liège, 1998, coll. « Colloques d’histoire des connaissances zoologiques », n° 9, p. 139-212, en particulier p. 183.

99 Straton, fr. 92-93 W., ap. Diogène-Laërce, Vies et doctrines des philosophes illustres, V, 59. Sur ces deux ouvrages, qui s’inscrivent sans peine dans la littérature péripatéticienne de compilation zoologique, voir F. Wehrli, Straton von Lampsakos, (Die Schule des Aristoteles. Texte und Kommentar 5), (1950), Bâle-Stuttgart, Schwabe, 19692, p. 69 ; id., « Straton von Lampsakos », H. Flashar (éd.), Die Philosophie der Antike. III. Ältere Akademie Aristoteles Peripatos, Bâle-Stuttgart, Schwabe, 1983, § 28, p. 572-573.

100 Voir J. Trinquier, art. cit., p. 865-866.

101 A. Zucker, Les Classes zoologiques en Grèce ancienne d’Homère à Élien (VIIIe av.-IIIe ap. J.-C.), Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2005, p. 7.

102 Voir M. Vegetti, « Aristotele, il Liceo e l’endclopedia del sapere », G. Cambiano, L. Canfora et D. Lanza (éd.), Lo spazio letterario della Grecia antica. I. La prodnzione e la circolazione del testa. 1 La Polis, Rome, 1992, Salerno, p. 609 ; id., art. cit., p. 70-71.

103 Sur ces importantes questions, voir Kudlien F., « Antike Anatomie und menschlicher Leiciinam > », Hermes, n° 97, 1969, p. 78-94 ; P. M. Fraser, op. cit., I, p. 348-350 ; von Staden H., op. cit., p. 139-153 ; M. Vegetti, art. cit. (1995), p. 69 et 76-77 ; M. D. Grmek, op. cit., p. 135-140.

104 Voir I. Garofalo, “lire six classes of animals in Galen”, J. A. Lopez Féres (éd..), Galeno : obra, pensamiento e influencia, Coloquio internacional celebrado en Madrid, 22-25 de Marzo de 1988, Madrid, Universidad nacional de educación a distancia, 1991, p. 73-87 ; R. J. Hankinson, « Le phénomène et l’obscur : Galien et les animaux », B, Gassin et J. L. Labarrière (éd.), L’Animal dans !Antiquité, Paris, Vrin, 1997, p. 75-93 ; A. Zucker, op. cit. (Aristote...), p. 298-299.

105 Voir A. Debru, « L’expérimentation chez Galien », ANRW, il, 37-2, Berlin, W. de Gruyter, 1993, p. 1718-1756 ; M. Vegetti, art. cit. (1995), p. 77 ; M. D. Grmek, op. cit., p. 64-65, 72 et surtout p. 141-170.

106 On lira à ce sujet les remarques éclairantes d’É. Baratay (É. Baratay, E. Hardouin-Fugier, op. cit., p. 93) : « La dissection permet un partage tacite du cheptel des ménageries, de plus en plus convoité : les bêtes vivantes sont réservées aux princes pour dire leur gloire et orner leurs demeures, les mortes sont laissées aux savants. »

107 M. Wellmann, « Elefant », RE, V-2, 1905, col. 2250

108 Galien, Procédures anatomiques, II, p. 569 Kühn ( = fr. 52 Bertier).

109 Contra, J. M. Bigwood, art. cit., p. 546.

110 Voir en ce sens H. H. Scullard, op. cit., p. 51-52. La datation de Mnésithée est controversée : voir K. Deichgräber, « Mnesitheos », RE, XV-2, 1932, col. 2281-2283 ; H. Hohenstein, Der Arzt Mnesitheus ans Athen, Diss. Berlin, Iéna, Neuenhahn, 1935 ; J. Bertier, Mnésithée et Dieuchès, Leyde, Brill, 1972, coll. « Philosophia antiqua », n° 20, en particulier p. 10 et 147, qui reprend l’examen de l’ensemble des témoignages. La datation basse, situant les recherches médicales de Mnésithée après les travaux zoologiques d’Aristote, a été défendue par Jaeger et plus récemment par A. Zucker : W. Jaeger, Scripta minora, II, Rome, Edizioni di storia e letteratura, I960, coll. « Storia e letteratura », n° 81, p. 235 et A. Zucker, op. cit. (Aristote...), η. 1, p. 270 et 276.

111 L’édition de référence de la Συλλογή byzantine est celle de Lambros, parue en 1885 dans le Supplementum A ; is to telicu m.

112 Sur cette oeuvre, voir W. Kullmann, « Zoologische Sammelwerke in der Antike », W. Kullmann et al. (éd.), Gattungen wissenschaftlicher Literatur in der Antike, Tübingen, Gunter Narr, 1998, coll. « ScriptOralia », n° 95, p. 121-139, en particulier p. 128-129 (repris dans G. Wöhrle (éd.), Geschichte der Mathematik und der Naturwissenchaften in der Antike. I. Biologie, Stuttgart, R Steiner, 1999, p. 181-198) et A. Zucker, op. cit. (Aristote...), p. 301-311 et p. 322-323.

113 Aristophane de Byzance, Épitomé, II, 1, p. 35-36 L.

114 Aristophane de Byzance, Épitomé, II, 326-328, p. 101-102 L.

115 Sur cet ouvrage perdu dAristote, voir A. Stückelberger, « Aristoteles illustrants. Anschauungshilfsmittel in der Schule des Peripatos », MH, n° 50, 1993 p. 131-143 et surtout W. Kullmann, art. cit., p. 130-131. Fragments et témoignages sont réunis dans O. Gigon (éd.), Aristotelis opera. III. Librorum deperditorum fragmenta, Berlin, W. de Gruyter, 1987, p. 492-502, fr. 295-324.

116 Sur la discipline « iologique » et sur sa vogue auprès des souverains hellénistiques, voir O. Schneider, Nicandrea, Leipzig, Teubner, 1856, p. 181-201 ; M. Wellmann, « Sextius Niger. Eine Quellenuntersuchung zu Dioscorides », Hermes, n° 24, 1889, p. 530-569 ; J.-M. Jacques, op. cit., p. XV-XX.

117 Sur Apollodore d'Alexandrie, voir M. Wellmann, art. cit. (1889), p. 560-564 ; id., « Apollodoros », RE, 1-2, 1894, col. 2895 ; F. Susemihl, op. cit., I, p. 784-785 ; J.-M. Jacques, op. cit., p. XXXIII-XXXVI.

118 O. Schneider, loc. cit.

119 Voir en particulier A. Touwaide, « Nicandre : de la. science à la poésie. Contribution à l'exégèse de la poésie médicale grecque », Aevum, n° 65, 1991, p. 70-73, qui utilise les recherches de P. K. Knoefel et M. C. Covi, A Hellenistic Treatise on poisonous animals : the Theriaca of Nicander of Colophon. A Contribution to the History of Toxicology, Lewiston (NY), Edwin Mellen Press, 1991, un ouvrage que je n’ai pas réussi à consulter.

120 Sur ces médecins, dont on est assuré qu’ils furent actifs à Alexandrie, voir J.-M. Jacques, op. cit., p. XL-XLIV.

121 Sur Sostratos, dont l’intérêt pour la zoologie excédait le champ circonscrit de biologie, voir M. Wellmann, « Sostratos. Ein Beitrag zur Quellenanalyse des Aelian », Hermes, n° 26, 1891, p. 321-350 ; Gossen, « Sostratos 13 », RE, 2de série, III A 1, 1927, col. 1203-1204 ; P. M. Fraser, op. cit., I, p. 363 ; II, p. 537, n. 231 ; G. Marasco, « Cléopâtre et les sciences de son temps », G. Argoud et J.-Y Guillaumin (éd.), op. cit., p. 39-53, en particulier p. 43 et 49.

122 Z. Kádár, Survivals of Greek Zoological Illuminations in Byzantine Manuscripts, Budapest, Akadémiai kiadó, 1978, p. 37-39.

123 Voir par exemple le témoignage, certes sujet à caution, de Trogue-Pompée (ap. Justin, Epitoma historiarum Philippicarum, XXXVI, 4, 3) sur Attale III Philomètor, le dernier souverain de Pergame.

124 Sur ces expérimentations, dont la plus célèbre est celle prêtée par certaines sources à Cléopâtre VII en vue de sa propre mort, voir en particulier G. Marasco, « Cleopatra e gli esperimenti su cavie umane », Historia, n° 44, 1995, p. 317-325 et M. D. Grmek, op. cit., p. 119-127.

125 Sur les rapports entre médecine, diététique et gastronomie, voir les remarques de A, Zucker, op. cit. (Aristote...), p. 270-281.

126 Ptolémée VIII Évergète II, Commentaires = FGrH 234 F 1-2 et 7-10 J. Sur ces Commentaires, voir Nadig P., Zwischen König und Karikatur. Das Bild Ptolemaios VIII. im Spannungsfeld der Überlieferung, Munich, C. H. Beck, 2007, coll. « Münchener Beiträge zur Papyrusforschung und antiken Rechtsgeschichte », n° 97, p. 14-23.

127 On peut citer, à titre d’exemple, l’ouvrage « Sur les poissons » que Dorion composa au Ier siècle avant notre ère et dans lequel Athénée puisa abondamment ; les notices monographiques qui y étaient consacrées aux différentes espèces contenaient notamment des prescriptions culinaires. Sur Dorion, voir M. Wellmann, « Dorion », Hermes, n° 23, 1888, p. 179-193 ; id., « Dorion 3 », RE, V, 1905, col. 1563.

128 Ptolémée VIII Évergète II, loc. cit.

129 Voir la célèbre attaque de Timon de Phliunte (fr. 60 W. = 12 D., ap. Athénée, Deipnosophistes, I, 22 d) contre les occupants de la « cage des Muses ».

130 Voir sur ce point Owen G. E. L., « Τίθεναι τἀ φαινόμενα », Aristote et les problèmes de méthode, Communications présentées au Symposium Aristotelicum, Louvain, 24 août-1er septembre I960, [1961], Louvain-La Neuve, Éd. de l’Institut supérieur de philosophie, 1980, p. 83-103.

131 Voir sur ce point P. M. Fraser, op. cit., I, p. 4.54-455 et 770-774 ; M. Vegetti, art. cit. (1992), p. 593-596 ; C. Jacob, art. cit. (1998), p. 27.

132 Voir A. Zucker, op. cit. (Aristote...), p. 310-311.

133 Voir par ex. la controverse opposant Zénodote et Aristophane de Byzance à propos d’un vers d’Anacréon (fr. 28 G. = 408 P.) attribuant des bois à la biche : Aristophane de Byzance, fr. 162 SI. = IV, p. 104 N. et 378 Si. = p. 61 N. Sur cette discussion philologique, voir W. J. Slater, “Aristophanes of Byzantium and Problem-Solving in the Museum”, CQ, n° 32, 1982, p. 336-349, en particulier p. 341-342 et N. J. Richardson, “Aristotle and Hellenistic Scholarship”, Montanari E (éd.), La Philologie grecque à l’époque hellénistique et romaine, Vandoeuvres-Genève, Fondation Hardt, 1994, coll. « Entretiens sur l’Antiquité classique », n° 40, p. 7-28, en particulier p. 22.

134 Voir à ce sujet M. Wellmann, « Pamphilos », Hermes, n° 51, 1916, p. 1-64, en particulier p. 63-64 ; J, Richmond, Chapters on Greek Fish-Lore, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag GMBH, 1973, coll. « Hermes Einselschriften », n° 28, en particulier p. 76-77 ; A. Zucker, op. cit. (Aristote...), p. 291-292 et 312.

135 Fr. 414-428 Pf. Voir R. Pfeiffer, History of Classical Scholarship. From, the Beginnings to the End of the Hellenistic Age, Oxford, Clarendon Press, 1968, p. 134-135 ; A. Zucker, op. cit. (Aristote...), p. 292, n. 42.

136 Voir A. Giannini, « Studi sulla paradossografia greca, 1. Da Omero a Callimaco : motivi e forme del meraviglioso », RIL, n° 97, 1963, p. 247-266 ; id., « Studi sulla paradossografia greca, II. Da Callimaco all’età impériale : la letteratura paradossografica », Acme, n° 17, 1964, p. 99-140 (articles repris dans A. Giannini (éd.), Paradoxographorum Graecorum reliquiae, Milan, Istituto Editoriale Italiano, 1965) ; G. Schepens, K. Delcroix, “Ancient Paradoxography : Origin, Evolution, Production and Reception”, O. Pecere et A. Stramaglia (éd.), La letteratura di consuma nel monda greco-latino, Atti del convegno internazionale, Cassino, 14-17 settembre 1994, Cassino, Università degli studi di Cassino, 1999, p. 373-460.

137 L’attribution du recueil paradoxographique du Palatinus gr. 398 transmis sous le nom d’Antigone de Caryste à Fauteur du même nom qui vécut au IIIe siècle avant notre ère et travailla à la Cour de Pergame sous le roi Attale Ier (241-197 av. J.-C.) a été défendue avec autorité par U. von Wilamowitz-Moellendorff : U, von Wilamowttz-Moellendorff, Antigonos von Karystos, Berlin, Weidmann, 1881. D’autres y voient, avec de bons arguments, un recueil d'excerpta tirés d’ouvrages divers, rassemblés à l’époque byzantine, probablement sous le règne de Constantin VII Porphyrogénète : voir R. Köpke, De Antigono Carystio, Berlin, 1862, p. 14-16 ; O. Musso, « Sulla struttura del Cod. Pal. Gr. 398 e deduzioni storico-letterarie », Prometheus, n° 2, 1976, p. 1-10 ; id., Michele Psello, Nozioni paradossali, Naples, Université di Napoli, Cattedra di filologia bizantina, 1977, coll. « Byzantina et neo-hellenica neapolitana », n° 6, p. 15-17 ; T. Dorandi, « Antigone de Carystos », R. Goulet (éd.), Dictionnaire des philosophes antiques, I, Paris, CNRS Éditions, 1989, p. 209-211 ; id. (éd.), Antigone de Carystos. Fragments, Paris, Belles Lettres, 1999, coll. « CUF », p. XIV-XVII.

138 Fr. 407 Pf. Voir P. M. Fraser, op. cit., I, p. 454-455 et p. 770-774 et C. Jacob, « Callimaque : un poète dans le labyrinthe », C. Jacob et F. De Polignac (éd.), op. cit :, p. 100-112, en particulier p. 104-105.

139 Voir A. Zucker, op. cit. (Aristote...), p. 311-312.

140 Sur Philostéphanos de Cyrène, dont les fragments conservés ne concernent pas au premier chef le monde animal (voir cependant le fr, 1 G.), voir F. Gisinger, « Philostéphanos 7 », RE, XX-1, 1941, col. 104-118 ; P M. Fraser, op. cit., I, p. 778. Sur Archélaos, voir R. Reitzenstein, « Archelaos 34 », RE, II, 1895 col. 453 ; A. Giannini, art. cit. (1964), p. 111-112 et P. M. Fraser, op. cit., I, p. 778-780. E. Voutiras a proposé, avec de bons arguments, de reconnaître Ptolémée IV Philopator dans le dédicataire des’Ιδιοφυή d’Archélaos, une datation basse qui n’est possible que si le recueil paradoxographique du Palatinusgr. 398 est un écrit apocryphe postérieur : voir E. Voutiras, « Le cadavre et le serpent, ou l'héroïsation manquée de Cléomène de Sparte », V. Pirenne-Delforge, E. Suárez de la Torre (éd.), Héros et héroïnes dans les mythes et les cultes grecs, Actes du colloque organisé à l’Université de Valladolid, 26-29 mai 1999, Liège, Centre international d'étude de la religion grecque antique, 2000, coll. « Kernos », suppl. n° 10, en particulier p. 389-394.

141 Voir à ce sujet les réflexions importantes de P. M. Fraser, op. cit., I, p. 770-774.

142 Selon la juste remarque de P. M. Fraser, op. cit., I, p. 454-455.

143 Voir à ce propos les réflexions d'A. Zucker, op. cit. (Aristote...), en particulier p. 31 1-329, auxquelles le développement qui suit doit beaucoup.

144 Voir à ce propos C. Jacob, « De Part de compiler à la fabrication du merveilleux. Sur la paradoxographie grecque », LALIES, n° 2, 1983, p. 121-140.

145 Voir A, Zucker, op. cit. (Aristote...), notamment p. 268-269 et 324-329.

146 Sur Bolos, auquel M. Wellmann a consacré plusieurs études, on se reportera à la mise au point prudente de P. M. Fraser, op. cit., I, p. 440-444. Sur la date de Bolos, qui est discutée, voir les opinions divergentes de M. Wellmann, « Bolos 3 », RE, III-1, 1897, c. 676-677 (époque de Callimaque), de P. M. Fraser, loc. cit. (seconde moitié du IIe siècle av. J.-C.) et de R. Halleux (éd.), Les Alchimistes grecs, I, Paris, Belles Lettres, 1981, coll. « CUF », p. 63-69 (vers 100 av. J.-C.) ; cf. J. Letrouit, « Bolos de Mendès », R. Goulet (éd.), Dictionnaire des philosophes antiques, II, Paris, CNRS Éditions, 1994, p. 133-134. En faveur de la datation haute de Bolos, à laquelle nous souscrivons, voir en dernier lieu S. Amigues (éd.), Théophraste. Recherches sur les plantes. Livre IX, Paris, Belles Lettres, 2006, coll « CUF », p. L-LI. (Note de l’éditeur : voir également dans ce volume, l’article de P Gaillard-Seux).

147 Sur les sources du Physiologus, voir M. Wellmann, Der Physiologos. Bine religionsgeschichtliche-na tunmssenschaftliche Untersuchung, Leipzig, Dietrich, 1930, coll. « Philologus », Suppl n° 22-1, en particulier p. 31-32 pour le passage qui nous intéresse ici. Sur l’arrière-plan mythique égyptien de ces confrontations, voir E. Brunner-Traut, « Altägyptische Mythen in Physiologus », Antaios, n° 10, 1969, p. 184-198, repris dans ead., Gelebte Mythen. Beiträge zum altägyptischen Mythos, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 19883, p. 86-99.

148 Combat de l’éléphant et du serpent : Agatharchide, fr. 78 M. = fr. 80c B., ap. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, III, 10, 5 ; voir à ce sujet I. Hoffmann, « Zur Kombination von Elefant und Riesenschlange im Altertum », Anthropos, n° 63, 1970, p. 619-632 et P. Schneider, op. cit., p. 153 et 157. Combat de l’éléphant et du rhinocéros : Agatharchide, fr. 71 M. = 72a-b B., ap. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, III, 35, 3 et Photius, Bibliothèque, 250, 455a-b ; cf. Strabon, Géographie, XVI, 4, 15. De ce goût très vif pour les antagonismes entre animaux, le désormais célèbre et controversé « papyrus d’Artémidore », s’il est authentique, porte également témoignage : en l’attente de la publication scientifique de ce document, il convient de renvoyer à C. Gallazzi, B. Kramer, « Artemidor im Zeichensaal. Eine Papyrusrolle mit Text, Landkarte und Skizzenbüchern aus späthellenistischer Zeit »,APF, n° 44-2, 1998, p. 189-208 et surtout à C. Gallazzi, S. Settis (éd.), Le tre vite del Papiro di Artemidoro. Voci e sguardi dall'Egitto greco-romano, Catalogue de l’exposition de Turin, Palazzo Bricherasio, 8 février-7 mai 2006, Milan, Electa, 2006.

149 Voir par exemple les développements d’Agatharchide de Cnide relatifs aux « Éléphantophages » (Agatharchide, fr. 53-55 M = 54-56 B.., ap. Diodore De Sicile, Bibliothèque historique, III, 25-27 et Photius, Bibliothèque, 250, 452b-453a ; fr. 56 Μ. = 57 B., ap. Photius, Bibliothèque, 250,453a) et aux « Cynamolges » (Agatharchide, fr. 60 Μ. = 6la-b B. ap. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, III, 31, 1-3 et Photius, Bibliothèque, 250, 453b-454a).

150 Sur la mosaïque Barberini de Palestrina, on se reportera à la remarquable monographie de P. G. P. Meyboom, The Nile Mosaic of Palestrina. Early Evidence of Egyptian Religion in Italy, LcydcNew York-Cologne, Brill, 1995, coll. « Religions in the Graeco-Roman World », n° 121.

151 Voir D. Marcotte, « Structure et caractère de l’oeuvre historique d’Agatharchide », Historia, n° 50, 2001, p. 385-435, en particulier p. 408 et 425-426 ; cf. P. Schneider, op. cit., p. 145-194.

152 Voir aussi les animaux exotiques figurés sur la frise de la Tombe I de Marissa, un décor qui témoigne des influences alexandrines qui s’exercèrent sur les élites hellénisées de cette cité d’Idumée dans le courant du IIIe siècle av. J.-C. : voir J. P. Peters, H. Thiersch, Painted Tombs in the Necropolis of Marissa, Londres, Palestine Exploration Fund, 1905 ; D. M. Jacobson, "The Hellenistic Paintings of Marisa, s. 1., Palestine Exploration Fund, 2005.

153 Agatharchide, fr. 76 M. = 77a-b B. ap. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, III, 35, 7-9 et Photius, Bibliothèque, 250, 455b-456a.

154 Strabon, Géographie, 1, 1, 1 et 16.

155 Voir à ce propos les réflexions de J. Sirinelli, « Un regard sur la Bibliothèque d’Alexandrie », J. Leclant (éd.), Entre Egypte et Grèce, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1995, coll. « Cahiers de la Villa Kérylos », n° 5, p. 82-93, en particulier p. 84, qui parle justement de « prédominances intellectuelles successives ».

156 Voir H. Kuch, op. cit., passim.

157 Même les recherches d’un savant aux compétences et aux curiosités aussi étendues qu’Ératosthène, qui revendiquait justement le qualificatif de φιλόλογος (cf. Suétone, Les grammairiens et les rhéteurs, 10), ont dû se dérouler pour l’essentiel dans le cadre de la Bibliothèque, et non dans les annexes présumée du « Musée ». Certes, les observations et les mesures faites par Ératosthène sont restées justement célèbres, mais elles n’ont pas toutes eu lieu à Alexandrie, et elles nécessitaient un outillage fort simple et aisément transportable - cadran solaire, σκάφη ou encore dioptre. Pour un panorama complet des activités intellectuelles d’Ératosthène, voir K. Geus, Eratosthenes von Kyrene. Studien zur hellenistischen Kultur-und Wissenschaftsgeschichte, Munich, C. H. Beck, 2002, coll. « Münchener Beitrâge zur Papyrusforschung und antiken Rechtsgeschichte », n° 92 ; sur les mesures faites par Eratosthène, voir Aujac G., Eratosthène de Cyrène, le pionnier de la géographie. Sa mesure de la circonférence terrestre, Paris, CTHS, 2001, passim ; K. Geus, op. cit., p. 206-259.

158 Voir à ce sujet l’intéressant rapprochement que fait A. Kuttner entre les animaux exotiques des collections royales, les objets précieux qui étaient pareillement exhibés lors des fêtes royales et le cycle des Λιθικά des Epigrammes de Posidippe, dont certaines décrivent des pierres précieuses où étaient gravées différentes figures animales : A. Kuttner, “Cabinet for a queen : the Λιθικά. as Posidippus'gem museum”, K. Gutzwiller (éd.), The New Posidippus. A Hellenistic Poetry Book, Oxford, Oxford University Press, p. 141-163, en particulier p. 144.

159 Cf supra, n. 83.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540