Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmettre les savoirs dans les mondes hellénistique et romain

 | 
Frédéric Le Blay

Quatrième partie. Comment transmettre ?

Exordes, raccords et « titres » chez Aristote

Silvia Fazzo

Texte intégral

Préambule1

  • 1 Les traités soumis à examen sont ceux qui ont été reconnus comme authentiques par I. Düring, “Aris (...)

1Aristote a-t-il souhaité singulariser et caractériser ses différents traités en les distinguant au moyen de titres ? A-t-il souhaité instaurer un système de référencement stable, univoque et distinct entre ses différents écrits ? et sinon, de quelle autre manière a-t-il conçu la possibilité de mettre en relation les différents sujets de recherche qu’il devait exposer ? Quelles sont les parries de ses traités pouvant exprimer cette relation ? Existe-t-il une typologie récurrente au sein de ses exordes introductifs ? Existe-t-il une motivation commune dans son système de raccords ?

  • 2 Il serait intéressant d’approfondir, avec les instruments adéquats, la question de l'apparition de (...)

2Menée selon des méthodes très simples (les éditions de référence, et principalement l’édition Bekker accompagnée de l’indice de Bonitz), la recherche dont je vais commenter les résultats a eu pour origine ma curiosité face aux listes antiques des titres des oeuvres d’Aristote, qui, comme c’est souvent le cas ailleurs aussi, divergent tantôt entre elles tantôt du point de vue du corpus et des titres que nous connaissons. De ce fait, il serait naturel de se demander s’il existe un système de titres authentiquement aristotélicien. Somme toute, si nous nous en tenons à une définition stricte du titre (univoque et stable), il n’y a pas de preuve de l’institution par Aristote d’un système de titres. D’où à plus forte raison l’intérêt des exordes aristotéliciens, qui constituent le lieu privilégié d’une introduction aux traités et aux champs disciplinaires et qui, comme nous le verrons, donnent des indications utiles, bien qu’indirectes et négatives, sur la question des titres2.

3D’autre part, la structure des exordes présente des points communs avec la typologie plus générale des raccords entre traités et parties de traité, qu’Aristote élabore, du moins dans une phase de révision, d’une manière étonnamment systématique, en l’absence probable de modèles philosophiques (même si, dans l’absolu, il ne manquait sans doute pas de modèles).

4C’est pourquoi, si l’on met de côté la question des titres, l’étude des raccords et des exordes aristotéliciens ne manque pas de nous révéler quelque chose sur ses critères de rédaction et de révision, ainsi que sur la conception d’ensemble qu’il se faisait de son travail, comme nous le verrons.

Les exordes aristotéliciens et leur typologie

5En organisant son encyclopédie philosophique en une série de traités consacrés à des sujets spécifiques et divisés par disciplines, Aristote, qui n’avait en cela aucun prédécesseur et accomplissait par conséquent quelque chose d’entièrement nouveau, ne fut pas dénué d’un souci à caractère pédagogique à l’égard du public constitué de ses auditeurs présents et de ses lecteurs futurs. Il a donc voulu les impliquer, les rendre partie prenante de ses motivations, qu’il s’agisse du choix des sujets ou de l’ordre et de la méthode présidant à l’enquête et à l’exposé.

6Le lieu le plus propice à de telles interventions, et donc le plus fréquemment consacré à de telles justifications, est l’exorde de chaque traité. C’est ainsi toujours à ce dernier que le lecteur trouve utile de recourir, non seulement quand il s’apprête à lire un traité du début à la fin, mais aussi à chaque fois qu’il veut se faire au moins une idée générale du contexte, pour mieux en comprendre l’une des sections.

7Telle est d’autre part la cohérence du corpus que chaque traité, et donc son exorde, se comprend mieux lorsqu’on le confronte à la typologie des exordes de tous les autres traités.

8Il est en effet légitime de parler de typologie : bien qu’ils ne présentent aucun caractère rigide ou mécanique, les incipit d’Aristote sont construits selon un spectre limité de motifs récurrents.

9Un premier relevé, donné ici sous une forme sommaire et résumée, pourra servir à clarifier certains aspects de la relation entre exordes et titres, mais encore à mieux comprendre l’articulation de chaque exorde ou à distinguer les exordes d’Aristore de ceux que l’on rencontre à époque plus tardive et dans la littérature d’école. Ce second objectif en vue, il est nécessaire de limiter le corpus des incipit aux oeuvres les plus couramment attribuées à notre auteur en laissant de côté celles qui sont reconnues comme apocryphes. Nous laisserons aussi bien de côté, cela va de soi, les oeuvres transmises sous forme fragmentaire et sans incipit.

10On peut ainsi proposer la subdivision suivante, élémentaire, très sommaire et surtout révisable, des oeuvres selon le type d'incipit observé :

11(A) – incipit in médias res, sans préambule ni déclarations préliminaires ;

12(B) – incipit donnant l’indication programmatique du sujet à traiter ;

13(B. περί) – incipit avec un complément de type thématique (περί + génitif), par lequel l’exorde dans son ensemble constitue une indication programmatique du sujet à traiter ; les premiers mots, dans la mesure où ils correspondent à un complément de type thématique simple (ne se présentant pas comme une périphrase), ont fini souvent par constituer le titre du traité ;

14(C) – introduction d’un autre type que (B) (à l’ampleur et à la forme variables) ;

15(C.r) – introduction comprenant le récapitulatif des précédents traités consacrés au même champ disciplinaire ;

16(C.m) – introduction justifiant la méthode d’exposition et d’investigation adoptée ;

17(C.p) – introduction qui anticipe sur le programme des sujets qui resteront à traiter.

18Les types (B) et (C) peuvent se rencontrer simultanément dans des combinaisons et des dispositions différentes, comme par exemple :

19(C) + (B) – introduction suivie de l’indication programmatique du sujet à traiter.

20(C.r) + (B) + (C.p) – introduction comprenant d’abord un récapitulatif des précédents traités consacrés au même champ disciplinaire, puis l'indication du sujet du traité (B), puis le programme relatif aux sujets qui resteront à traiter pour épuiser le champ disciplinaire sousmis à examen.

21La typologie précédente se trouve donc représentée dans les différents traités du corpus comme suit :

22Categoriae (A)

23De interpretatione (B)

24Analyticapriora (B)

25Analyticaposteriora (C)

26Topica (B)

27Elenchi Sophistici (B. περί)

28Physica (C) + (B)

29De caelo (C) + (B. περί)

30Degeneratione et corruptione (B. περί)

31Meteorologica (C.r) + (B) + (C.p)

32De anima (C) + (B) + (C.m) + (B)

33De sensu et sensato (C.r) + (C.p)

  • 3 À la différence des éditions de W. D. Ross (Aristotle, Parva Naturalia. A revised text with introd (...)

34De memoria et reminiscentia (ed. Ross, Mugnier) (B. περί3)

35De somno et vigilia (B. περί)

36De insomniis (B. περί)

37De divinationeper somnum (B. περί), (C)

  • 4 Accidentellement, autant qu’on puisse en juger, le De longaevitate présente deux exordes juxtaposé (...)

38De longaevitate I : (B. περί), C, II : (C.r) + (C.p) + (B)4

  • 5 Les trois thèmes sont traités dans un texte continu (ce que Zeller avait déjà retenu, cf Mugnier, (...)

39De iuventute et senectute, de vita et morte, de respiratione5 (B. περί)

40Historia animalium (A)

41Departibus animalium (C.m)

42De motu animalium (C.r) + (B) + (C.r) + (C.m)

43De incessu animalium (B. περί)

44De generatione animalium (C.r) + (B)

45Metaphysica (C)

46Ethica Nicomachea (C.m)

47Ethica Eudemia (C) + (B)

48Politica (C.m) + (B)

49Rhetorica (C) + (B)

50Poetica (B. περί)

Observations générales

  • 6 Cf. Aristoxène, Elementa Harmonica II, p. 30 sq. Meibom.

51La première observation, et la plus générale, est que la majeure partie des traités commence sur quelques mots d’introduction. Les cas (A) apparaissent comme des exceptions isolées. Ce procédé est en accord avec le témoignage des sources contemporaines : à ses disciples également, Aristote recommandait de commencer leurs exposés en annonçant à l’avance quels en seraient le contenu et le mode d’exposition6.

52Une seconde observation concerne le caractère thématiquement limité des recherches introduites par un simple complément de type (B). Il s’agit d’écrits auxquels l’auteur ne veut pas donner une valeur autonome ; le complément de type thématique est alors accompagné de la conjonction δέ, laquelle signifie : « Ceci n’est pas un véritable exorde, c’est une continuation. » En ce sens, ces textes ne semblent pas très différents des livres qui constituent les traités majeurs.

  • 7 Une telle typologie, élaborée à partir des textes dont l’attribution est certaine, peut servir éga (...)

53Quant au type (C), une première observation importante a été que les introductions aux divers traités présentent, tout en étant dénuées d’un caractère rigide ou mécanique, un spectre limité de motifs récurrents7.

54On verra en outre que la logique avec laquelle les exordes plus complexes sont élaborés dénote une volonté originale de concevoir, sinon le corpus dans son intégralité, au moins ses grands secteurs disciplinaires comme une unité dotée en quelque sorte d’un σúνδεσμος, malgré la diversité structurelle des thèmes traités.

55Passons maintenant à quelques observations particulières.

(A)

  • 8 Sur le cas Analytica Posteriority nous remettons en question notre analyse de 2003 à partir de la (...)

56Ce qu’il y a de plus intéressant quant à l'incipit sans préambule ni déclarations préliminaires (A) c’est, comme cela a été dit, sa rareté. Deux exceptions- Categoriae et Historia animalium – sont, pour diverses raisons, significatifs8

57.Categoriae n’est pas à proprement parler un traité, mais plutôt un lexique raisonné (dont l’anthenticité est de plus discutée). Il commence par conséquent (la 1 Bekker) avec l’analyse du premier terme étudié :

58Ὁμώνυμα λέγεται ὧν ὄνομα μόνον κοινόν...

  • 9 Cf. M. Vegetti in Aristotele, Opere biologiche, D. Lanza et M. Vegetti (éd.), Torino, 1971, en par (...)

59Quant à l'Historia animalium, l'incipit du livre I ne présente aucune sorte de préambule, du moins dans son état actuel : il s’ouvre de fait directement (sur la division des parties des êtres vivants en homéomères et anhoméomères, 486a 5-7). La fonction habituellement dévolue à l’exorde, dans ses composants les plus caractéristiques de type (C) ou (B), se trouve rejetée dans un passage situé à l’intérieur du livre lui-même (chap. 6, 491a7-26). L’absence d’un exorde général mérite donc d’être relevée, soit parce qu’elle constitue une anomalie au regard de l’ensemble des traités, soit parce qu’elle concerne un traité dont la situation à l’intérieur des champs disciplinaires est problématique. Non seulement il n’a pas d’exorde, mais il est exclu du système de renvois qui relie les autres parties du corpus zoologique ; il se distingue en outre par une méthodologie moins spécialisée, en recueillant des observations à caractère éthologique sur les moeurs des animaux et pas seulement des données physiologiques. Il fait de plus un usage archaïque et académique de la division, une méthode qu’Aristote soumet pourtant à une critique serrée dans De part. an. 1.2-4 (642b5-644b20). On a pu d’ailleurs formuler l’hypothèse qu’à un certain moment le même Aristote avait relégué l'Historia Animalium dans une position marginale, après en avoir réutilisé la plupart des matériaux dans ses autres écrits zoologiques9. Si tel est le cas, Aristote pourrait avoir reporté la révision éditoriale de l'Historia à une phase de réorganisation de son corpus zoologique, afin d’éviter les « doublons » entre les passages correspondants des oeuvres successives. L’anomalie de l’exorde sans exorde (celui de l'incipit in médias res, qui n’apparaît dans aucun autre traité authentique d’Aristote) serait le résultat collatéral d’une réorganisation sélective du corpus zoologique.

(B)

60L’exorde de type (B), qui indique le sujet sans autre élément d’introduction, se rencontre surtout dans deux types de textes.

61Un groupe à part entière est constitué des écrits logiques (logique qui, faut-il le rappeler, reste en dehors de la classification aristotélicienne des sciences philosophiques établie dans la Métaphysique, VI, 1). Ces écrits ne possèdent aucune introduction, ni particulière ni générale (il y a en revanche un bel explicit allocutoire à la fin des Elenchi sophistici, chap. 34). Aristote ne s’est, pourrait-on dire, pas soucié de leur conférer cette revalorisation littéraire que produit la cohésion entre les différents épisodes du texte.

  • 10 L’exorde du De sensu (chap. 1, 436al-bl0) est complexe et structuré : le retour sur le De anima (C (...)

62Les autres traités qui présentent un exorde (B) sont presque tous brefs, en un seul livre (seul le De generatione et corruptione en comporte deux). Parmi eux, le groupe d’opuscules relatifs aux phénomènes psycho-physiologiques, appelés plus tard Parva Naturalia, est des plus intéressants. En réalité, Aristote ne les a pas laissés sans exorde, puisqu’il les a tous réunis sous l’exorde introductif commun (C.r)+(C.p)+(B) du De sensu et sensato, qui marque le début de la série et les rassemble tous dans un rapport rétrospectif au De anima10.

  • 11 Il en est ainsi du De memoria et du De somno, auxquels on peut associer l’exorde en μετὰ δὲ ταῦτα (...)

63Certains de ces opuscules présentent également une particularité éditoriale : l’identification précise des unités textuelles n’est pas toujours certaine ; la solution de continuité entre eux est souvent ténue et inconsistante. Dans l’édition Bekker, l’exorde de plusieurs d’entre eux est placé dans la seconde moitié d’une phrase ou d’un paragraphe11.

  • 12 Le sujet est en fait donné à la fin du De sensu (449b 1-3), du De memoria (453b 7-10), du De somno(...)

64C’est un fait que, pour la plupart d’entre eux (comme cela se produit fréquemment entre les différents livres des oeuvres majeures), la séparation entre un texte et l’autre est constituée de deux éléments. Le premier est un rappel du contenu déjà traité (en général sous la forme d’un complément de type thématique), placé à la fin de l’opuscule qu’il vient clore. Le second, qui fait suite à ce rappel rétrospectif, est une indication du sujet à venir, celle que nous avons identifiée comme exorde de type (B) pour l’opuscule qui suit12. De telles indications de sujet sont reliées à l’opuscule qui précède au moyen de la conjonction δέ.

  • 13 Cela est vrai à condition que le programme (B) ne soit pas répété ; comme cela se produit entre le(...)

65En vertu de cette observation et en considération du fait que les manuscrits conservent ces opuscules l’un après l’autre, en une série, il n’y a peutêtre pas grande difference entre ce type de raccord bipartite et celle constituée des exordes de type (C.r)+(B). La principale différence pourrait être non tant structurelle qu’éditoriale : il s’agit de décider si le récapitulatif doit être assigné à l'explicit du traité qui précède ou à l’incipit de celui qui suit, sur le modèle des exordes de type (C.r13). En d’autres termes, si l’on voulait donner un titre à chacun d’entre eux, où faudrait-il placer ce titre ? Avant ou après le récapitulatif rétrospectif ?

  • 14 Il est singulier de constater que la série se conclut sur un exorde sans suite, celui de l’opuscul (...)

66Mais la question est peut-être mal posée, en ce sens que, avec ce type de raccord, Aristote ne cherche pas à diviser entre eux les opuscules mais plutôt à les rassembler. La preuve en est que dans quelques cas la conjonction δέ, qui accompagne l’indication du nouveau sujet, n’est pas isolée mais fait suite et répond à un μεν présent dans la dernière phrase, c’est-à-dire dans le rappel de l’opuscule précédent (toujours dans l’édition Bekker, p. 449b, 453b, 458a, 480b14).

(B. περί) (Aristote veut-il ouvrir ses propres traités sur leur titre ?)

67Considérons maintenant la typologie, plus restreinte, des incipit de type (B) avec complément thématique (B. περί + génitif). Il s’agit de textes brefs (un livre, deux au maximum dans le cas du De generatione et corruptione) dont le sujet est très spécifique (comme dans le cas des Parva Naturalia) ; leur emplacement est de plus bien déterminé de par leur relation étroite avec les autres parties corpus. À cet effet, outre le complément thématique, ces textes présentent habituellement dans leur exorde la particule δέ, qui marque une relation de continuité avec les traits précédents, dont le sujet est d’une certaine manière contigu et voisin. Il ne s’agit pas en somme d’exordes au sens propre, ni par conséquent de titres, mais de sections au sein d’unités plus grandes, comme le sont justement les Parva Naturalia, mais aussi les Elenchi Sophistici, qui circulaient en tant que dernier livre des Topica.

68Ainsi, bien que le titre traditionnel dérive le plus souvent de ces exordes, il ne semble pas que telle soit l’intention originelle de l’auteur. La preuve en est qu’Aristote, qui fait pourtant commencer le Degeneratione et corruptione avec ce qui est devenu plus tard son titre traditionnel :

  • 15 De generatione et corruptione, 314a 1 sq. Cf. également l'indication du sujet du traité (et non de (...)

Περὶ δὲ γενέσεως καὶ φθορᾶς τῶν φύσει γενομένων καὶ φθειρoμένων15...

  • 16 En renvoyant à un Περί γενέσεως, Aristote se réfère en fait (toujours comme une oeuvre encore à ré (...)

69lorsqu’il se réfère ensuite au premier livre de ce traité (chap. I 7) dans le De anima (II 5.417a 2) le désigne comme περὶ τοῦ ποιεῖν καὶ πάσχειν ; et lorsqu’il s’y réfère (chap. I 10) encore dans le De sensu (cap. 3, 440b 3, 13) il le désigne comme περὶ μίζεως ; et de nouveau dans le De anima (II 11.423b 29), en référence au livre II (chap. 4-5), il le désigne comme περὶ στοιχείων, alors que dans une allusion au chap. I 2 dans les Metaphysica VIII (1,1042b 8) il y renvoie sur un mode générique en tant que τὰ φυσικά16.

  • 17 Dans l'incipit du De divinatione per somnium, l’expression « divination à travers les rêves », tou (...)

70De fait, ce n’est que dans quelques textes brefs de la typologie (B. περί) que les premiers mots assument la fonction de titre (avec presque toujours un degré d’approximation). En effet dans leur cas, le complément thématique initial se trouve en principe intégré (avec l’expression notable du De divinatione per somnium17) dans une expression particulière dénotant l’intention ou le programme à suivre, généralement un adjectif verbal ou un subjonctif à valeur exhortative à la première personne du pluriel (e. g. λέγωμευ). En l’absence d’une telle intégration verbale, on doit hésiter à attribuer un complément thématique initial au traité dans son ensemble.

  • 18 Sur la concurrence entre incipitt t titre, cf L. Holtz, « Titres et incipit », p. 469-489, in Fred (...)

71Par contraste, le cas le plus aberrant, et pour ainsi dire le plus intéressant, est celui du soit disant De motu animalium : le traité s’ouvre en déclarant que, si précisément sur « le mouvement des animaux » (698a 1) tout ce qui devait être dit a déjà été dit ailleurs (ἐπέσκεπται περὶ ἁπάντων ἐν ἑτέροίς, 698a 3-4, en faisant vraisemblablement référence au De incessu animalium), il sera cependant désormais question du principe du mouvement en général, en tant qu’il est nécessairement immobile. De cet exorde a été tiré le titre. Néanmoins le complément thématique n’indiquait pas le programme à suivre, mais celui qui avait déjà été traité, et cette erreur d’intitulé a été à l’origine d’un préjudice important quant à la réception du traité, en le reléguant dans les traités zoologiques comme un double inattendu De incessu animalium, alors qu’il représente une contribution essentielle à la théorie aristotélicienne du premier moteur18.

72Il semble donc qu’en général Aristote ne se soit pas soucié d’inclure un titre dans l’exorde de ses propres traités. Selon toute probabilité, la question du titre, compris au sens strict, était une question qu’il ne se posait pas. Nous en trouvons de nombreuses confirmations. La principale repose sur la variété des modes selon lesquels Aristote fait référence aux mêmes traités, dans différents contextes.

73Le cas déjà mentionné du Degeneratione et corruptione, peut démontrer qu’il ne percevait pas le rapport entre titre et texte comme étant fixe et constant.

  • 19 Il faut noter que c’est en raison de considérations similaires que W. W. Jaeger, Studien zur Entst (...)

74C’est pourquoi, autant que nous pouvons le voir, il mentionne le développement des Analytica Priora non seulement par l’indication assez générale τὰ ἀναλυτικά, mais aussi par ἀνάλυσις περὶ τὰ σχήματα (An. Post. II.5.91b 13, en référence à An. Pr. 1.31) ainsi que par τὰ περὶ συλλογισμοῦ (An. Post. 1.3. 73a 14 s., en référence à An. Pr. II.5-7 ; An. Post. I 11.77a 34 en référence à An. Pr. II.15.64b 7). Parlant de la même manière des Topica, au lieu de τὰ τοπικά, Aristote dit τὰ διαλεκτικά (Rhet. II.22.1396b 26,II.24, 1401a 2, cfr. également An. Pr. 1.30. 46a 30) et une autre fois τὰ μεθοδικά (Rhet. 1.2. 1356b 19) ; il renvoie aux Physica comme à τὰ φυσικά ou τά περί φύσεως, mais dit également οἱ λόγοι περὶ τὰς ἀρχάς (De caelo 1.6. 274a 21, en référence aux premiers livres) et aussi τὰ περὶ κινησεως (par exemple Phys, VIII.8.263a 11 en référence au livre VI ; De caelo 1.5. 272a 30 en référence à VIII.10.266a 25 sq.). D’autre part, τὰ περὶ φύσεως dans les Metaphysica I 8.989a 24 renvoie au De caelo III 7 et au Degen. et corn II.6, tandis que τὰ φυσικά, ibid., VIII. 1.1042b 8, renvoie avec une plus grande vraisemblance au De generatione et corruptione 1.2 qu’aux Physica V. 119.

75Plus généralement, on peut dire qu Aristote, tout en recourant parfois aux intitulés aujourd’hui encore en usage (Analytica, Topica...), ne s’en tient pas à des formulations rigides mais recourt selon le besoin à des indications de sujet variées. Ces dernières peuvent être tantôt plus précises au regard de ce que pourrait être le titre du traité complet (par exemple περι κινησεως pour les derniers livres des Physica : un cas dans lequel l’indication du contenu donnée par Aristote est la trace de leur configuration d’origine indépendante de celle des premiers livres), tantôt au contraire plus générales, en renvoyant à des groupements de textes relatifs au même domaine (comme c’est le cas de τα περι φυσεως ou de τα φυσικα, qui dans les Metaphysica peuvent désigner, outre les Physica, aussi bien le De caelo que, comme cela a été vu, le De generatione et corruptione).

(C)

76Comme cela a déjà été dit, la présence fréquente d’un prologue introductif (C) – plus développé qu’une simple déclaration du sujet, est le signe évident d’un souci pédagogique. Nous pensons par exemple à l’exorde des Physica : Aristote n’entre pas dans le vif du sujet sans avoir d’abord posé en préambule général l’opposition entre ce qui nous est connu et constitue par conséquent le point de départ, et ce qui est connu ou connaissable par nature, et qui sera donc le point d’arrivée : la difficulté de ce parcours mérite d’être affrontée. Les exordes de chaque Ethica présentent des éléments psychagogiques. Et ceux du De anima et des Metaphysica (livres I) ont en quelque sorte un caractère protreptique.

  • 20 Tout le premier livre du De partibus animalium possède un caractère introductif et méthodologique. (...)

77En outre, la fréquence des indications méthodologiques (C.m) confirme l’intensité et l’importance de ce genre de préoccupations dans le corpus : c’est dans la méthode aussi qu’Aristote a exercé une influence durable et déterminante sur la configuration des divers champs disciplinaires (nous pensons par exemple au De partibus animalium20). L’intérêt des études aristotéliciennes du siècle dernier pour cet aspect de son oeuvre est pleinement justifié. Mais ce ne sont pas là les seuls éléments intéressants pour notre étude.

78Considérons les exordes de type (C.r) et (C.p). Que représentent-ils du point de vue de l’auteur ? Ils répondent certes à une exigence de contextualisation, mais exigent à leur tour une explication.

(C.m), (C.r), (C.p)

79La contextualisation entre les différentes recherches exprime la conception organique de leur ensemble. Pour cela Aristote s’efforce, surtout dans la phase de révision, de coordonner et de relier entre eux les différents champs disciplinaires.

  • 21 Le passage récapitulatif peut aussi se trouver à la fin des traités (par exemple dans le De memori (...)

80Cette préoccupation de fond parcourt les sections initiales du rappel de type (C.r) du sujet développé dans les traités précédents (cf. Meteorologica, De sensu et sensato, De motu animalium, De generatione animalium21).

81L’exemple le plus complet est l’exorde des Meteorologica, de type (C.r) + (C.p). Ce dernier contextualise en effet l’étude des phénomènes atmosphériques autant de manière rétrospective (au regard des physica : Physica, De caelo, De generatione et corruptione) que de manière prospective (au regard de la biologie et de l’étude du vivant en général). Ainsi, Aristote fait suivre le rappel des sujets abordés (C.r) du programme des sujets à aborder (C.p) : et ainsi sera accompli, dit-il, le programme de départ qu’il s’était proposé (338a 20-339a 9).

82Avec le prologue des Meteorologica, c’est toute la philosophie naturelle qui se trouve pour ainsi dire conditionnée sous une enveloppe collective, qui la contient et la renferme dans sa globalité.

  • 22 D’autre part, en partant de nouveau de la physique des Meteorologica, on pourrait revenir à des re (...)
  • 23 Cf. supra n. 22 pour les exemples. On comprend que si l’on voulait examiner de façon plus complète (...)

83Si l’on continue à partir de là à rechercher les renvois dans les différentes oeuvres relevant de la physique, situés surtout dans les exordes et les explicit, on parvient à reconstruire une série d’inclusions successives rappelant un peu le jeu des poupées russes. On a vu que (selon les Meteorologica) la physique incluait l’étude du vivant ; et à son tour l’étude du vivant (selon le De incessu animalium) inclut l’étude de l’âme. L’étude de l’âme (selon le De sensu) doit être complétée par celle sur les phénomènes psychophysiques (cfr. 436a 1-4) : c’est en elle que la zoologie devra en fait trouver sa conclusion (De longaev. 467b5-9). Les phénomènes psychophysiques comprennent entre autres l’étude du sommeil (De sensu, 436a 14) ; l’étude du sommeil inclut celle des rêves et de la divination à travers les rêves (De somno, 433b 11-24, en référence au sujet de nos trois opuscules De somno, De insomniis, De divinatione per somnum : quelques pages au total22). Les parties les plus spécifiquement dédiées à de telles inclusions progressives sont, comme nous l’avons vu, les déclarations programmatiques et récapitulatives des exordes, ainsi que, de manière analogue celles des conclusions23.

  • 24 Ross, Introduction au Parva Naturalia, cit., p. 2.

84On pourrait ainsi se demander quel est le sens de tout ce mécanisme. On pourrait lire ce genre d’indications comme une sorte d’autobibliographie raisonnée, sur le mode du De librispropriis et du De ordine librorum suorum de Galien (Kuhn vol. XIX, p. 8-48, 49-61). Ou alors, comme le suggère Ross en faisant référence au Parva Naturalia, comme un ordre de lecture suggéré et proposé au lecteur24. Pourtant, dans la perspective d’un catalogue de librairie, ces inclusions et raccords pourraient passer pour un exercice de virtuosité inutile. D’aucuns pourraient en outre se demander s’il était vraiment possible de former le projet d’un catalogue des livres sans l’introduction de titres.

Considérations conclusives

85Aristote a peut-être voulu organiser de façon systématique non tant sa propre encyclopédie que la réalité en tant qu'elle était assimilée au connaissable, et le connaissable en tant qu’objet potentiel des différents champs disciplinaires représentés dans cette première encyclopédie. Dans ses récapitulatifs de type (C.r), de fait, la classification et le catalogage des traités aristotéliciens paraît accessoire et secondaire par rapport à la classification des domaines de la connaissance qui en sont l’objet. Le but ultime, pourrait-on dire, est une représentation de la réalité assimilée au connaissable, comprise par conséquent, sous une forme exhaustive, dans les différentes parties du corpus.

86Si tel est le cas, il n’y a rien de surprenant à ce qu’Aristote n’invente pas des titres permettant de parler plus facilement de ses livres : il n’entend en effet pas parler de ses livres mais de ses recherches. Par exemple, τὰ φυσικά, « les choses physiques », sont les enquêtes ou les discours (λòγοι) sur la physique (même si les exégètes depuis l'Antiquité Tardive comprennent « les livres de physique »). Apparemment (peut-être en souvenir de la défiance platonicienne à l’égard de la culture écrite) Aristote se perçoit comme un intellectuel qui cherche, enquête, classe, comme un maître délivrant un enseignement, et non comme une collection ou un rayonnage de livres.

87Cela produit d’ailleurs une continuité et une cohésion plus importantes entre les différentes recherches et les différents développements appartenant à un même champ disciplinaire. Grâce à ces raccords et à la continuité thématique qui en ressort, ces recherches s’offrent comme un ensemble en quelque sorte organique, comme les différents épisodes connectés d’une trame unitaire.

  • 25 Aristote recourt à l'Iliade quand il veut donner l’exemple d’une unité, imparfaite à vrai dire, qu (...)

88Pour le reste, que l’unité ait représenté pour Aristote une valeur littéraire, cela est bien établi, ne serait-ce que grâce à la Poétique. Il se devait de l’établir, à en juger par le zèle qu’il mit dans les renvois internes, même lorsqu’il n’y avait pas à proprement parler d’unité, mais qu'elle était rétablie par le recours à une raccord (σύνδεσμος) entre des parties diverses, autrement dit une unité réalisée—pour utiliser ses propres termes—« sur le mode de l'Iliade25 ».

Notes

1 Les traités soumis à examen sont ceux qui ont été reconnus comme authentiques par I. Düring, “Aristoteles” in Pauiys Realencyclopädie der klassischen Altertumswissenschaft, Supplementband XI, Stuttgart 1968 col. 159-336, notamment 160, 203-294. Le relevé présenté plus loin suit l’ordre de l’édition de I. Bekker, Aristotelis Opera, Berlin 1831, vol. I-II ; s’est également révélé important pour cette recherche l'Index établi par H. Bonitz, Berlin 1870, s.v. “Αριστοτέλης”, 95b-105a. Le texte grec est extrait du Thesaurus Linguae Graecae de l’Université de Californie, Irvine. Pour l’indication des éditions de référence, je renvoie au Canon of Greek Authors and Works (L. Berkowitz et K. A. Squiter, New York-Oxford, 19903). Il serait utile d’examiner ultérieurement non seulement les exordes des traités sous la forme qui nous est parvenue mais aussi ceux des livres mêmes qui les composent-par exemple les exordes des différents livres des Metaphysica. Et également les explicit et tout le système des liaisons internes. Quant à la typologie que je vais proposer, elle pourrait également être affinée et précisée, ainsi que l’attribution de l’un ou l’autre des traités à un type ou à un autre. Dans cette brève présentation, je me propose donc de fournir les premiers jalons d’une recherche plus approfondie. Sur ces listes antiques, l’étude classique est celle de P. Moraux, Les listes anciennes des ouvrages dAristote, Louvain, 1951 ; O. Gigon, « Prolegomena zu den Testimonia » in Aristotelis Opera, vol. III, Berlin-New York 1987. Chez les commentateurs néoplatoniciens, les titres aristotéliciens furent l’objet de discussions destinées à introduire à la lecture des différents traités ; cf. P. Hoffmann, « La problématique du titre des traités d’Aristote selon les commentateurs grecs. Quelques exemples », in J.-C. Fredouille, M.-O. Goulet-Cazé, P. Hoffmann, P. Petitmengin, Titres et articulations du texte dans les oeuvres antiques, Actes du Colloque international de Chantilly, 13-15 décembre 1994, Institut d’Études augustiniennes, Paris, 1997. Sur l’apparition du titre dans la littérature grecque, la bibliographie est relativement maigre, et le problème de l’authenticité des titres aristotéliciens est plutôt négligé. Sur un plan général, on verra avec profit E. Schmalzriedt, Peri physeos : zur Fruhgeschichte des Buchtitels, München 1970, spécialement la section introductive p. 15-82 ; et reste encore intéressant E. Nachmanson, « Der griechische Buchritel. Einige Beobachtungen », Göteborgs Hogskolas Arsskrift, XLVII, 19, Gôteborg, 1941, qui comporte aussi quelques pages sur les titres chez Aristote. Une version précédente de la présente étude a été S. Fazzo, « Esordi e trattati in Aristotele », in Linguaggio, mente e mondo. Saggi di filosofia dellinguaggio, filosofia della mente e metafisica, M. Carrara, G. De Anna, S. Magrin (éd.), Padova, 2003, p. 19-38,

2 Il serait intéressant d’approfondir, avec les instruments adéquats, la question de l'apparition des titres chez Aristote et les premières générations qui lui succèdent. Un exemple et un modèle pourraient être l’étude des sources sur papyrus qui transmettent le savoir médical. Nous renvoyons à la présentation de M.-H. Marganne dans le présent volume.

3 À la différence des éditions de W. D. Ross (Aristotle, Parva Naturalia. A revised text with introduction and commentary, Oxford 1955) et de R. Mugnier (Aristote, Petits Traités d’histoire naturelle, Paris, 1953), il manque dans l’édition de Bekker une véritable séparation entre le De sensu et le De memoria ; il y a plutôt un pont de raccord entre les deux, en 449b 1-4.

4 Accidentellement, autant qu’on puisse en juger, le De longaevitate présente deux exordes juxtaposés (I : 464bl9-30 ; II : 464b30-465a2, qui en 465a2 renvoie au premier exorde). D’après H. J. Drossaart Lulofs (« Preface » in Aristotelis De insomniis, De divinatione per somnum, Leiden, 1947, p-IX-XLIV, notamment XLIV) le premier et le plus ample des deux serait chronologiquement postérieur, ajouté par Aristote en dernier, et cette hypothèse est peut-être d’un point de vue paléographique plus facile ; Düring pour sa part (s. v. “Aristoteles” in PW, cit., col. 254) est de l’avis opposé : il considère que le deuxième est le plus récent, puisqu’il comporte des raccords au de somno et vigilia, au De uita et morte et au traité manquant sur la maldie et la santé (464b30-33) ; il semble donc penser que les accords ont été ajoutés dans une phase postérieure. Mugnier (op. cit., p. 94) considère quant à lui le premier exorde comme une interpolation à expurger ; mais sa parfaite cohérence stylistique va à l’encontre de cette solution négative.

5 Les trois thèmes sont traités dans un texte continu (ce que Zeller avait déjà retenu, cf Mugnier, op. cit., p. 6 ; Düring, S. V. “Aristoteles” in PW, cit., col. 257).

6 Cf. Aristoxène, Elementa Harmonica II, p. 30 sq. Meibom.

7 Une telle typologie, élaborée à partir des textes dont l’attribution est certaine, peut servir également à évaluer l'exorde d’un écrit probablement inauthentique comme le De mundo. Cet exorde est de fait atypique, tant par l’adresse nominative à un unique lecteur (391a 2), que par le recours à la première personne du singulier et non du pluriel (391a 1), que par le caractère général des considérations liminaires (391a 1-b 8) qui s’éloignent et divergent des composants caractéristiques des introductions (C) des exordes aristotéliciens (C.r, C.m, C.p).

8 Sur le cas Analytica Posteriority nous remettons en question notre analyse de 2003 à partir de la lecture d’une étude en cours de publication par M. Crubellier, “The programme of Aristotelian Analytics”, in C. Dégremont, L. Keiff, H. Rückert, Dialogues, Logic and Other Strange Things. To honor Shahid Rahman on his 50th birthday, London, 2008.

9 Cf. M. Vegetti in Aristotele, Opere biologiche, D. Lanza et M. Vegetti (éd.), Torino, 1971, en particulier p. 79-84. L’idée d’un « déclassement » tardif de l'Historia Animalium de traité en répertoire est reprise par Vegetti in « Il corso e il trattato. Pertinenza disciplinare e costruzione della tradizione in Aristotele », in Le forme della comunicazione scientifica, M. Galuzzi, G. Micheli et M. T. Monti (éd.), Milano, 1998, p. 27-40, notamment p. 31 sq. Ce dernier article de Vegetti contient également des remarques intéressantes sur les exposés doxographiques des opinions des prédécesseurs qui se trouvent au début de plusieurs traités d’Aristote. Je ne m’en suis pas occupée ici puisque j’ai considéré, pour les buts de cette enquête, qu’ils font partie à plein titre du contenu du traité plutôt que de son introduction. Néanmoins, la méthode suivie par Aristote dans ce genre de sections doxographiques est un sujet important qui fait désormais l’objet spécial de plusieurs études approfondies, cf. aussi E. Berti, « Sul carattere dialettico della storiografia filosofica di Aristotele », dans G. Cambiano, Storiografia e dossografia nella filosofia antica, Torino, 1986 ; A. Laks, Histoire, Doxographie, Vérité. Etudes sur Aristote, Théophraste et la philosophie présocratique, Louvain-la-Neuve, Peeters 2007, passim.

10 L’exorde du De sensu (chap. 1, 436al-bl0) est complexe et structuré : le retour sur le De anima (C.r) (436a 1-2, cf. également b8-10) est suivi d’indications programmatiques riches et précises (C.p). Elles décrivent de manière complète le domaine de recherche des Parva Naturalia, c’est-à-dire l’ensemble des phénomènes psychophysiques communs aux êtres animés (436a 2-6). Les caractéristiques fondamentales en sont alors énumérées, en premier lieu la sensation, dont la mention constitue la composante (B) de cette introduction (436a 6-15) ; est également précisée la convergence particulière des recherches du naturaliste et de celles du médecin dans l’étude de la santé et de la maladie (436a 17-b 1). Un traité sur la santé et la maladie auquel elles pourraient se référer (cf. également De longaevitate 464b32-33, De respiratione 480b22-30) ne nous est cependant pas parvenu.

11 Il en est ainsi du De memoria et du De somno, auxquels on peut associer l’exorde en μετὰ δὲ ταῦτα du De insomniis (458a 33) et celui relié par un γάρ explicatif du De respiratione, 470b 6-7 : Περὶ γἀρ ἀναπνοῆς όλίγοι. μέν τινες τῶν πρότερον φυσικῶν είςρήκασιν. Justement sur γαρ, Ross refuse l’autonomie du De respiratione·. “an impossible beginning for a separate treatise”, déclare-t-il (op. cit., p. 2). Si le critère est celui-là, on peut alors se demander s’il ne s’applique pas également à l’exorde en μετὰ δὲ ταῦτα du De insomniis.

12 Le sujet est en fait donné à la fin du De sensu (449b 1-3), du De memoria (453b 7-10), du De somno (458a 25-32 : où Ton trouve un véritable récapitulatif et pas seulement l'indication du sujet), du De divinationeper somnum (464b 16-18), où les sujets des trois traités sur le sommeil sont rappelés : De somno, De insomniis, De divinatione per somnum), du De longaevitate (467b 5-6).

13 Cela est vrai à condition que le programme (B) ne soit pas répété ; comme cela se produit entre le De sensu et le De memoria dans les éditions de Ross et Mugnier, cf. supra, n. 3. Dans ce cas, le résultat le plus évident est la séparation entre les deux textes.

14 Il est singulier de constater que la série se conclut sur un exorde sans suite, celui de l’opuscule « De sanitate » (dans l’actuel De respiratione. 480b22-30). Cet écrit, peut-être préparé dans le De sensu 436a 17-b 1, ne figure plus ni ici, ni ailleurs dans le corpus, ce qui met ultérieurement en évidence le caractère ouvert et in fieri de la relation entre ces raccords et les traités qu’ils raccordent.

15 De generatione et corruptione, 314a 1 sq. Cf. également l'indication du sujet du traité (et non de son titre) ibid., 315a 26 : περὶ γενέσεως καὶ φθορᾶς τῆς ἀπλῆς et dans les Meteorologica I 1, 338a 24 : περὶ γενἐσεως καὶ φθορᾶς τῆς κοινῆς. Une description plus détaillée du sujet du De generatione et corruptione se trouve dans l’exorde du livre II (328b 26-31) : Περὶ μὲν οὖν μίξεως καὶ ἀφῆς καὶ τοῦ ποιεῖν καὶ πάσχειν είρηται πῶς ὐπάρχει τοῖς μεταβάλλουσι κατὰ φύσιν, ἔτι δἐ περὶ γενἐσεως καὶ φθορᾶς τῆς ἁπλῆς, τίνος καὶ πῶς ἐστὶ καὶ διὰ τίν.’ αἰτίαν.’ Ομοίως δὲ καὶ περὶ ἀλλοιω σεως εἰρηται, τί τò ἀλλοιοῦσθαι καὶ τίν' ἔχει διαφορὰν αὐτῶν. Λοιπòν δὲ θεωρῆσαι περὶ τὰ καλούμενα στοιχεῖα ...

16 En renvoyant à un Περί γενέσεως, Aristote se réfère en fait (toujours comme une oeuvre encore à rédiger) au De generatione animalium dans De sensu 442a 3, Historia animalium 489b 17, De partibusanimalium 650b 10, 653b 16 sq., 655b 25, 668a 8, 678a 25 sq., 689a 19 sq., 692a 16, De motu animalium 704b 3.

17 Dans l'incipit du De divinatione per somnium, l’expression « divination à travers les rêves », tout comme la subsistance même de l’objet d’enquête qui lui répond, requiert selon Aristote une certaine prudence. Il a donc besoin d’explications. La phrase qui y renferme le complément thématique n’annonce donc pas simplement le programme du traité mais souligne au préalable la difficulté liée au sujet (462b 12-15) : Περί δὲ τῆς μαντικῆς τῆς ἐν τοῖς ὕπνοις γινoμένης καὶ λεγομένης συμβαίνειν ἀπò τῶν ἐνυπνίων, οὔτε καταφρονῆσαι ῥάδιον οὔτε πεισθῆναι...

18 Sur la concurrence entre incipitt t titre, cf L. Holtz, « Titres et incipit », p. 469-489, in Fredouille et al., op. cit. Sur le cas du De motu, S. Fazzo, « Le De motu animalium et la théorie du moteur immobile » in Aristote sur le mouvement des animaux » A. Laks et M. Rashed (éd.), Villeneuve d’Ascq, 2004, p. 203-229.

19 Il faut noter que c’est en raison de considérations similaires que W. W. Jaeger, Studien zur Entstehungsgeschichte der Metapbysik des Aristoteles, Berlin 1912, p. 151 sq. nie l’unité originelle des Physica et des Topica ; cf. plus généralement, ibid., § II 1.2. « Die Buchteilung der Lehrschriften » : il retient qu Aristote avait conçu comme une unité non les traités, mais les methodoi propres, sans pour autant se préoccuper de les faire coïncider avec la dimension standard d’un livre ; cela précisément parce qu’il n’envisage pas comme unité ses oeuvres majeures, dont il ne numérote jamais les livres, mais qu’il continue toujours à les indiquer avec des adjectifs substantives au pluriel (par exemple τὰ φυσικά, τὰ πολιτικά) et non au singulier (ἡ φυσικἡ, ἡ πολιτικἡ),

20 Tout le premier livre du De partibus animalium possède un caractère introductif et méthodologique. Aristote y justifie notamment (chap. 1.1) le choix de rassembler les données en parallèle, du point de vue de leur explication téléologique plutôt que de procéder à chaque fois à l’examen et à la description des caractéristiques de chaque espèce ; ainsi il pose in nuce les bases, quelque part encore valides et fonctionnelles de ce que nous appelons aujourd’hui l’anatomie comparée.

21 Le passage récapitulatif peut aussi se trouver à la fin des traités (par exemple dans le De memoria) ou des regroupements de traités (par exemple a la fin de la triade De somno, De insomniis, De divinatione per somnum, 464b 16-18 ; cf. également De incessu animalium, 7l4b 20-22, en référence à De partibus animalium, De incessu animalium et probablement aussi à De generatione animalium, qui se présente en fait comme l’un des traités sur les parties des animaux, 715a 14-18) ; une annonce de l’exposé suivant peut également venir compléter le tout en ce même lieu (par exemple à la fin du De sensu, où est annoncé le De memoria, cf. supra, n. 3).

22 D’autre part, en partant de nouveau de la physique des Meteorologica, on pourrait revenir à des reconstructions plus générales : la physique se situe dans la philosophie théorétique (Metaphysica, VI. 1.1026a 18 sq.), et cette dernière occupe le sommet des savoirs, au-dessus de la philosophie pratique et du savoir productif (διάνοια ποιητική, ibid., 1025b 25 s.). Ces partitions générales du système de la connaissance font également partie du genre d’indications qu’Aristote donne volontiers dans ses exordes, pour contextualiser le traité qu’il est sur le point de commencer et la méthode qui lui est relative, cf. par exemple De caelo 268a 1-10 (qui décrit sur un mode plus englobant le champ de la physique), et l'Ethica Eudemia 1214a 8-13 (où la philosophie pratique est distinguée de la philosophie théorétique).

23 Cf. supra n. 22 pour les exemples. On comprend que si l’on voulait examiner de façon plus complète la question des indications de lecture chez Aristote, on ne pourrait pas se dispenser d’enquêter systématiquement sur les explicit. Significatif est celui des Elenchi Sophistici, 183b 15-184b8. Encore, ne faudrait-il pas négliger les incipit (parfois les explicit aussi) des livres qui composent les grand traités que nous considérons comme unités composites, tels que les livres de la Métaphysique, de la Physique, de la Politique e.g., ni les raccords entre les différentes parties des livres ou des traités, qui décèlent parfois la présence de plusieurs exposés concernant des différents sujets dans le cadre d’un même cadre général de recherche. Pour une vue d’ensemble sur l’argument des traités d’Aristote on consultera d’ailleurs avec profit M.-L. Desclos, Structure des traités d'Aristote, Paris, 2004.

24 Ross, Introduction au Parva Naturalia, cit., p. 2.

25 Aristote recourt à l'Iliade quand il veut donner l’exemple d’une unité, imparfaite à vrai dire, qui n’est pas absolue ni même susceptible d’une définition unique, mais obtenue par raccord (σύνδεσμος) des différentes parties, cf. Arist. An. Post. 93b36, Metaphysica. 1045al3, Poetica I457a29sq., 1459a] 7-37. De fait, le système aristotélicien de raccords entre l'explicit d’un traité et l'incipit d’un autre trouve dans l'Iliade un précédent fiable. Le modèle d’un ensemble textuel composé d’un contenu non unitaire est donc déjà homérique (plus unitaire en soi est celui de l'Odyssée par exemple) ; il tire son unité de la trame des rappels et des renvois internes-caractéristique par excellence de l'Iliade—et du lien systématique (également plus régulier dans l'Iliade que dans l'Odyssée) entre la fin d’un chant et le début du suivant. Ce fait donne un sens plus intéressant aux références qu’Aristotc fait à l'Iliade en dehors de la Poétique également, cf. Bonitz, Index, 342a32-38.

Auteur

Università di Trento
Université Charles de Gaulle-Lille 3

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540