Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmettre les savoirs dans les mondes hellénistique et romain

 | 
Frédéric Le Blay

Troisième partie. Sources et témoins du savoirs

La transmission du savoir médical dans le monde gréco-romain : l’apport de la papyrologie

Marie-Hélène Marganne

Texte intégral

1Dans l’histoire de la littérature et des connaissances, il est rarement fait état des conditions matérielles de la mise par écrit des œuvres et de leur transmission dans l’espace et dans le temps. Considérées comme objets d’étude de la papyrologie littéraire, encore trop peu intégrée à l'Altertumswissenschaft, ces conditions matérielles éclairent pourtant souvent la conception même d’une œuvre, sa longueur, sa dénomination, son regroupement éventuel avec d’autres œuvres, sa perte ou sa conservation et, enfin, dans les cas où l’œuvre est parvenue jusqu’à nous par le biais de la tradition manuscrite, l’état du texte. Ce sont ces conditions matérielles de la transmission du savoir médical dans l’Antiquité que nous allons brièvement examiner à l’aide de quelques exemples.

  • 1 M.-H. Marganne, « La terminologie de 1a. librairie dans la Collection hippocratique », V. Boudon-M (...)
  • 2 J. Pigeaud, « Le style d’Hippocrate ou l’écriture fondatrice de la médecine », in M. Detienne, Les (...)

2Même si la médecine est fondamentalement un art, – τέχνη-, et que, comme les autres τέχναι, elle se transmet d’abord et essentiellement par l’apprentissage au lit du malade et l’enseignement oral, il n’empêche que la transmission du savoir médical par l’écrit, attestée dès avant Hippocrate, faisait partie des préoccupations de ce dernier et de ses disciples1. Comme l’a montré Jackie Pigeaud2 dans une contribution intitulée Le style d’Hippocrate ou l’écriture fondatrice de la médecine, l’auteur des Epidémies, III, 16 (III, 100, 7 – 102, 2 Littré) est bien conscient de l’importance de l’écriture lorsqu’il remarque :

  • 3 Voir aussi Hipp. , Prorrhétique, II, 4 (IX, 20, 11-15 Littré).

« Je pense que c’est une grande partie de l’art que de pouvoir examiner, de manière correcte, ce qui a été écrit. Celui qui en a la connaissance et sait en user, ne commettra pas, à mon avis, de graves erreurs dans l’art3. »

  • 4 J. Jouanna, Hippocrate, Paris, 1992, p. 533-534.
  • 5 Hipp. , Lettres, décrets et harangues, 25 (p. 106, 17-19 Smith. = IX, 400, 23-24 L.),

3Du reste, selon un texte apocryphe qui pourrait ne pas être antérieur à l’époque hellénistique4, c’est parce qu’il les a secourus lors d’une pestilence (λοιμός), parce qu’il a refusé 1’offre du roi de Perse, et aussi parce qu’il « a rédigé et édité abondamment des écrits sur l’art médical, voulant que fussent nombreux les médecins qui sauvent5 », que les Athéniens prirent un décret en l’honneur d’Hippocrate.

  • 6 Hipp. , Médecin, 13 (IX, 218, 12-15 L.) ; Bienséance, 9 (IX, 238, 3-6 L.), ainsi que les commentai (...)
  • 7 HIPP. , Préceptes, 13 (IX, 268 L.). Sur ce traité récent, voir Jouanna, op. cit. (1992), p. 554. S (...)
  • 8 D. Gourevitch, « Un thérapeute accompli. Note sur l’adjectif teleios », Revue de Philologie, 61 (1 (...)
  • 9 Soranos, Maladies des femmes, I, 2, 5 et 10-11 Burguière – Gourevitch – Malinas, ainsi que les com (...)
  • 10 A.M. Ieraci Bio, « Sulla consezione del medico pepaideumenos in Galeno e nel tardoantico », J.A. L (...)
  • 11 M.-H. Marganne, « Le médecin, la trousse et le livre dans le monde gréco-romain », Papyrologica Lu (...)
  • 12 M.-H. Marganne, « Bibliothèques et livres de médecine dans l’Égypte gréco-romaine », Ecole Pratiqu (...)

4Toutefois, dans les traités hippocratiques récents comme Médecin et Bienséance, la consultation et l’utilisation des livres de thérapeutique ne semblent recommandées qu’aux médecins déjà formés et aguerris6, car la lecture ne remplace pas l’expérience7. Si ce principe a effectivement été suivi, il pourrait en découler que tout médecin antique représenté avec un livre est non seulement lettré, mais encore accompli (τέλειος)8. Bien plus, au tournant des Ier et IIe siècles de notre ère, Soranos d’Ephèse exige que la sage-femme aussi sache lire9. On voit que l’apprentissage et la diffusion de l’art médical par les livres, qui pouvaient encore apparaître comme des nouveautés aux yeux des médecins hippocratiques, se sont généralisés au fil des siècles, au point qu’à l’époque de Galien (IIe siècle), le médecin accompli ne pourra se dispenser d’être instruit (πεπαιδευμένος)10, quand il n’est pas lui-même écrivain, de posséder une bibliothèque, et de faire figurer auprès de lui, dans ses portraits, un ou des livres (sous forme, soit de rouleau, soit de codex) qui, avec les ventouses et la trousse médicale11, ont fini par devenir également un symbole de la profession médicale12.

  • 13 P. Ross. Georg. 3.1 (P Goleniscev inv. 4704), prov. inconnue, 18 x 21 cm, conservé au Musée des Be (...)

5Datés des IV-IIIe siècles avant notre ère aux VI-VIIe siècles de notre ère, les papyrus grecs fournissent de nombreuses informations sur les modalités de transmission et de diffusion du savoir médical, particulièrement dans l’Egypte gréco-romaine et byzantine. Parmi les textes documentaires, un papyrus du IIIe siècle de notre ère (R Ross. Georg. 3.1)13 atteste la possession de livres de médecine par un médecin militaire du nom de Marcus, en poste à Alexandrie, qui, dans une lettre écrite en grec, fait à sa mère Antonia, qui habite dans un village non précisé de Haute-Égypte, la recommandation suivante (lignes 17-19) :

« [...] et comme je te l’écris dans chaque lettre, secoue mes livres de médecine et enlève-les de leur niche, ceux que j’ai laissés en partant. »

  • 14 P. Ross. Georg. 1.22 a été récemment réédité par R. Otranto, Antiche liste di libri supapiro, Roma (...)
  • 15 P. Varsov. 5V a été également réédité par Otranto, op. cit., n° 17, p. 97-105 et pl. XIV (avec bib (...)
  • 16 J. Jouanna, « La lecture de l'éthique hippocratique chez Galien », H. Flashar & ID. (éd.), Médecin (...)

6D’un autre côté, deux listes de livres conservées sur papyrus donnent des informations sur la diffusion d’ouvrages médicaux dans l’Égypte gréco-romaine. Notée au recto, la première liste (R Ross. Georg. 1.22 = MP2089) date de la Ie moitié du IIIe siècle de notre ère et provient de Memphis. Elle répertorie des livres surtout philosophiques parmi lesquels figurent les Kephalaia de Théodas de Laodicée, un médecin empirique actif dans la première moitié du IIe siècle de notre ère. D’après R. Otranto, la dernière éditrice de ce texte, on aurait affaire ici au catalogue d’une bibliothèque privée, peut-être rédigé par un savant, un philosophe ou un enseignant de Memphis14. Datée du IIIe siècle de notre ère et provenant de l’Arsinoïte, la deuxième liste (R Varsov. 5V = MP2088) est notée au verso d’une liste de cens. Elle comprend des noms de philosophes et de médecins accompagnés, dans la marge de droite, de chiffres qui renvoient probablement au nombre de rouleaux (ou de livres) disponibles pour chacun de ces auteurs. Les titres des œuvres ne sont pas mentionnés. À côté de Geminus, Diogène de Babylonie, un socratique, – probablement Zénon de Tarse-, Zénon de Citium et Hieroclès, qualifiés de philosophes, et d’Harpocration, figurent des médecins comme Glaucon, peut-être le médecin philosophe à qui Galien dédie sa Thérapeutique, un Xénophon, – le médecin de l’empereur Claude ou le disciple de Praxagoras ?-, un Chrysippe, Thessalos, probablement de Tralles (Ier siècle), un des fondateurs de l’école méthodique, Erasistrate, Thémison, probablement de Laodicée (Ier siècle avant notre ère), également un des fondateurs de l’école méthodique. D’après R. Orranto15, il s’agirait là de l’inventaire d’un libraire ou de sa réponse à une commande destinée à une bibliothèque spécialisée. Comme tel, il est un précieux témoin de la production et de la circulation des livres philosophiques et médicaux dans le Fayoum au IIIe siècle de notre ère. Le mélange des œuvres philosophiques et médicales ne doit pas nous étonner dans ces deux papyrus : Galien a écrit un traité intitulé Que le meilleur médecin est aussiphilosophe16.

  • 17 J. Jouanna, Hippocrate, Paris, 1992, p. 87 ; ID. (éd.), Hippocrate. Tome IV, 3epartie. Epidémies V (...)
  • 18 M.-H. Marganne, « À la recherche de l’œuvre perdue d’Héliodore », V. Boudon-Millot, A. Garzya, J. (...)

7Mais comment se présentaient ces livres de médecine ? La forme la plus ancienne est le rouleau de papyrus, qui est d’origine égyptienne. Assez fragile et incommode à consulter, le rouleau de papyrus fut progressivement remplacé, entre le IIe et le IVe siècle de notre ère, par le codex, qui est une invention romaine. Parfois de papyrus, principalement en Égypte, où ce support n’a vraiment été détrôné que par le papier, sous la domination arabe, le codex est surtout fabriqué à partir de parchemin. Constitué de feuilles pliées au dos et reliées, il est l’ancêtre de nos livres actuels. La transmission des œuvres antiques sous forme de rouleau, puis, de codex n’a pas été sans conséquence sur la présentation de certaines œuvres et sur leur conservation. Ainsi, c’est la transmission des œuvres sur rouleau de papyrus qui explique la dislocation de certains ensembles, comme la série des Epidémies, qui comprend actuellement sept livres numérotés de I à VII, alors qu’elle se compose de trois ensembles incontestables : Epidémies I et III, Epidémies II, IV et VI, et enfin, Epidémies V et VII17. De fait, chaque livre étant copié sur un rouleau séparé, il était inévitable que des interversions se produisissent lors du passage du rouleau au codex, de capacité nettement supérieure. D’un autre côté, si le caractère compact et pratique de la nouvelle forme du livre a permis la réunion de collections et a offert des conditions matérielles propices à la systématisation du savoir, il a aussi entraîné des pertes importantes. Que fallait-il recopier ? Par priorité, ce furent les œuvres canoniques, telles que la Collection hippocratique et la somme galénique, ainsi que les œuvres les plus récentes, qui se présentaient comme des synthèses des siècles antérieurs. C’est alors que beaucoup d’œuvres, comme sans doute celles du chirurgien Héliodore, abondamment cité par Oribase (voir plus loin), ne furent pas recopiées et se perdirent18.

  • 19 Toutes les notices des papyrus littéraires grecs de médecine sont présentées, et régulièrement mis (...)

8Trop humides, la Grèce et l’Italie n’ont jusqu’à présent livré à la postérité ni rouleau ni codex médicaux antiques. Le fameux Dioscoride de Vienne (Vindobonensis Med. Gr. 1), qui est le plus ancien codex médical conservé connu à ce jour, remonte seulement au début du VIe siècle. Il n’en va pas de même en Egypte gréco-romaine, où le climat sec a assuré la conservation de quelque 266 papyrus littéraires grecs de médecine19. Pour le monde gréco-romain, ce sont les seuls témoins qui, pour la forme, le matériau, la mise en page et le contenu, puissent nous donner une idée des livres antiques de médecine, c’est-à-dire des supports matériels de l’enseignement et de l’information médicaux.

  • 20 À ce propos, voir nos contributions « Hippocrate et la médecine de l’Egypte gréco-romaine », S. By (...)
  • 21 Sur ce papyrus (P. Vindob. inv. G 40302 = MP3 87.03) édité par A. Papathomas, « Das erste antike Z (...)

9Dans les papyrus littéraires, on distingue deux grandes catégories : ceux dont les auteurs sont identifiés et les anonymes ou adespota. Dans l’état actuel du dossier, sur un total de 266 papyrus de médecine, on en dénombre 40 appartenant à des auteurs connus et 226 adespota. Parmi les papyrus d’auteurs, ce sont les fragments d’Hippocrate qui sont les plus nombreux (22), ce qui n’est pas étonnant eu égard au prestige et à l’autorité du Maître de Cos et aussi à l’utilisation de certains traités hippocratiques dans l’enseignement de la médecine (MP537.1 à 545.3)20. On compte encore sept papyrus de Galien, datés du IIIe aux VI-VIIe siècles (MP456 à 456.22), trois papyrus du célèbre toxicologue Nicandre de Colophon (MP1326 à 1328), trois de la Matière médicale de Dioscoride (MP346 à 347.01), un de la Gynécologie de Soranos d’Éphèse (MP1483), un du médecin Hérodote (MP484.1), un de la Chirurgie d’Héliodore (MP458.3), peut-être un d’Anatolios de Beyrouth (MP3 87.03)21 et un autre d’un certain Oluymp<i>os, qui pourrait être le médecin de Cléopâtre (MP1329.01).

10En fournissant des informations de première importance sur le soin apporté à la copie, les circonstances de celle-ci et, en définitive, sur la destination du document et son commanditaire éventuel, un examen externe de ces restes de livres antiques que sont pour la plupart les papyrus littéraires, permet de mieux comprendre la portée du contenu et son rapport avec la pratique de la médecine. Ainsi sera-t-on notamment attentif à la provenance (lorsqu’elle est connue), à la datation, à la forme (volumen, éventuellement réutilisé au verso, codex, ostracon), au matériau (papyrus, parchemin, tablette de bois, tesson de poterie ou éclat de calcaire), à l’écriture (littéraire ou cursive, professionnelle ou personnelle, exercée ou malhabile, etc.) et à la mise en page.

11Parmi les provenances certaines, ce sont Oxyrhynque (à ce jour, une trentaine de papyrus surtout d’époque romaine, auxquels il faudra encore ajouter une soixantaine d’inédits), Antinoé (une trentaine de papyrus surtout datés du IVe au VIe siècle) et le Fayoum (une trentaine de papyrus surtout d’époque romaine) qui ont livré le plus grand nombre de papyrus médicaux.

  • 22 E.G. Turner, “Roman Oxyrhynchus”, The Journal of Egyptian Archaeology, 38 (1952), ρ. 78-93 ; Id., (...)
  • 23 Voir notre article « L’“École médicale” d'Alexandrie et son influence sur la médecine de l'Égypte (...)

12Oxyrhynque est le site où l’on a découvert le plus de papyrus grecs (certainement près de 10 000, sinon plus, dont plus de 1 300 littéraires), dont certains sont encore inédits. Il n’est donc pas étonnant que ce soit de cette localité que proviennent également le plus grand nombre de papyrus littéraires grecs de médecine. On sait, depuis les recherches d’E.G. Turner22, que les intellectuels d’Oxyrhynque ont entretenu des relations avec les érudits alexandrins durant 450 ans au moins, du péripatéticien Satyros jusqu’à la fin du IIe siècle de notre ère. Plusieurs savants alexandrins, dont des membres du Musée, y avaient même des propriétés. Ils y disposaient de bibliothèques personnelles pour y travailler à l’édition et aux commentaires de textes canoniques et s’y faisaient envoyer des livres. Décèle-t-on des traces de leur activité ou de travaux de ce genre dans les papyrus grecs de médecine retrouvés à Oxyrhynque ? Dans le cadre d’un projet de recherches du CEDOPAL sur la civilisation alexandrine (voir la bibliographie Alexandria docta réunie par Nathaël ISTASSE et accessible à l’adresse http://www.ulg.ac.be/​facphl/​services/​cedopal/​ALEXDOCT.htm), une première enquête a mis en évidence une influence très probable de la médecine et de l’érudition alexandrines sur certains de ces textes23, notamment dans l’édition et l’exégèse des œuvres hippocratiques, pour lesquelles on dispose de 6 témoins, dans celles du savant poème de Nicandre (deux témoins), ainsi que dans l’intérêt qu’ils manifestent pour l’anatomie, la pathologie et la pharmacologie, trois disciplines particulièrement cultivées à Alexandrie. Par les citations, ils témoignent en outre de la connaissance de médecins dont les liens avec la médecine alexandrine sont avérés : Apollonios Mys, Démosthène et Hikésios. Quant aux références à Asclépiade de Bithynie et aux Méthodiques, elles pourraient s’expliquer par l’axe d’échange entre Rome, Alexandrie et Oxyrhynque, également bien mis en évidence par E.G. Turner.

  • 24 Voir notre article « La “collection médicale” d'Antinoopolis », ZPF, 57 (1984), p. 100-102 ; voir (...)

13Fondée en 130 par l’empereur Hadrien à la mémoire de son favori Antinoos, Antinoé ne cessa de se développer sous l’administration byzantine, au point de devenir capitale de la Thébaïde et siège du gouvernement provincial. On ne s’étonnera donc pas que la cité, qui fut un centre administratif, militaire, religieux, commercial, artistique et scolaire jusqu’au VIIIe siècle, soit de celles qui produisirent et laissèrent à la postérité le plus de papyrus byzantins. Des témoignages papyrologiques, épigraphiques et archéologiques indiquent en outre qu’Antinoé fut le cadre d’une activité médicale intense, notamment en relation avec le culte de saint Colluthe, médecin et martyr (+ 304/305) souvent invoqué pour les maladies des yeux, dont la chapelle attirait des pèlerinages à but thérapeutique24.

  • 25 P. van Minnen, “Boorish or Bookish ? Literature in Egyptian Villages in the Fayum in the GraecoRom (...)

14Pour expliquer le nombre de papyrus médicaux retrouvés dans le Fayoum et à Tebtynis (qui a livré une douzaine de papyrus médicaux), sans doute faut-il invoquer le rôle des prêtres égyptiens hellénisés qui, d’après des recherches récentes de P. van Minnen25, furent les plus grands propriétaires de livres grecs. On sait en effet qu’à leurs tâches rituelles, ceux-ci ajoutaient des activités non seulement de copistes, voire d’écrivains et de lecteurs, mais aussi de praticiens, notamment pour les pèlerins attirés par le culte du dieu crocodile Sobek ou Soukhos attesté en de nombreuses localités du Fayoum et aussi à Tebtynis.

15De grandes et belles marges supérieures et inférieures et de grands espaces entre les colonnes sont les signes d’une édition luxueuse, de même que les illustrations. L’utilisation de signes critiques, de signes de lecture et de ponctuation, les corrections, additions, scholies et gloses, la numérotation des colonnes ou la pagination, la stichométrie (numérotation des lignes) indiquent encore une édition soignée. En revanche, la réutilisation du verso, des lignes longues et serrées, une écriture cursive, des abréviations, des marges et un entrecolonnement étroits sont souvent le fait, soit de copies personnelles (copies de travail), soit de commentaires, soit d’ouvrages scientifiques ou techniques, où la beauté formelle est sacrifiée à l’économie et à l’efficacité. On vise alors à concentrer le maximum de texte dans un minimum d’espace.

  • 26 Sur cetre question, voir M.-H. Marganne et N. Istasse, « Livres de médecine illustrés dans l'Égypt (...)

16Les deux seuls papyrus médicaux illustrés sont des herbiers : celui de Tebtynis (P.Tebt 2. 679 + P. Tebt. Tait39-4\ = MP2094), qui comprend 21 fragments d’un volumen daté du IIe siècle de notre ère, et celui d’Antinoé (7 ? Johnson et P. Antin. 3. 214 = MP2095), qui est un codex de papyrus de c. 400. La seule présence de ces livres remarquables en Égypte y prouve l’utilisation, dans l’enseignement ou la pratique de la médecine, de ce qui a été longtemps considéré comme une innovation et un luxe dans la librairie antique et, aux yeux de certains (Pline l’Ancien, Galien), comme un média superflu, voire trompeur et dangereux en médecine : le livre illustré26. Du reste, les Mémoires authentiques, I, 1 8, de Zosime de Panopolis (activité entre le milieu du IIIe siècle et la fin du IVe siècle), attestent l’utilisation, sinon la possession, de livres de médecine illustrés par des praticiens.

  • 27 M.-H. Marganne, La chirurgie dans l’Egypte gréco-romaine d'après les papyrus littéraires grecs, Le (...)
  • 28 E.G. Turner, Greek Manuscripts of the Ancient World, Oxford, 1971,2e édition revue et augmentée pa (...)
  • 29 W. Luppe, « Rückscitentitcl auf Papyrusrollen », ZPE, 27 (1977), p. 89-99.
  • 30 Sur le substantif grec, masculin ou neutre, voir M. Caroli, « ΣΙΛΛΥΒΟΙ o ΣΙΛΛΥΒΑ ? (Cicerone, Ad A (...)
  • 31 T. Dorandi, « Sillyboi », Scrittura e civiltà, 8 (1984), p. 185-199 ; ID., « “Etichette’e sillyboi (...)
  • 32 A.E. Hanson, “A Title Tag : PCtYBR inv. 4006”, I. Andorlini (a cura di), Testi medicisu papiro. At (...)

17La présence d’un titre, qu’il soit final, initial, ou noté sur une étiquette, voire d’un sous-titre, surtout ornementé, est, parfois avec d’autres particularités codicologiques, l’indice d’un exemplaire de bibliothèque. Lorsqu’il adopte la forme d’un rouleau, qui n’est écrit en principe que sur une seule face, – celle où les fibres sont parallèles au sens de l’écriture —, le livre présente le plus souvent un titre final. Parfois encadré de traits ornementaux, il est toujours très simple (nom de l’auteur au génitif, titre de l’œuvre, numéro du livre s’il y a lieu), occupant une dernière colonne ou se plaçant sous les dernières lignes de l’œuvre, comme dans le fragment de rouleau daté du début du IIIe siècle qui a conservé la fin du Quatrième livre de la Chirurgie d’Héliodore (7 ? Monac. 2.23 = MP3 458.3, fit. D, 24-26, provenance inconnue), médecin de la seconde moitié du Ier siècle de notre ère27. Plus rares sont les exemples d’un titre initial noté dans l’espace blanc qui précède la première colonne ou au-dessus de celle-ci28. L’identification du volumen est parfois facilitée par un titre extérieur29. Plus rarement écrit au verso, il peut être confié à une étiquette (σίλλυβου ου σίττυβον ; latin titulus, index30) en papyrus ou en parchemin fixée au dos du rouleau, voire au bâton autour duquel s’enroule le volumen (ὀμφαλός ; lat. umbilicus)31. De teinte naturelle ou de couleur vive, l’étiquette pourra emprunter des formes variées. Parmi les papyrus littéraires grecs de médecine, un exemple possible est le petit morceau de papyrus (9,5 cm de large sur 3,3 cm de haut) conservé à la Beinecke Library de l’Université de Yale (P. CtYBR inv. 4006 = MP1329.01, provenance inconnue, fin du IIe -milieu du IIIe siècle) qui, d’après A.E. Hanson, son éditeur, pourrait bien porter le titre d’un ouvrage médical : « Des Kathemerina d’Olympios, 3e livre » (1-2 : τὅ Καθιμεριὐ [γ,], Ὁλυμπ|ου γ). Le titre pourrait se référer à des fièvres, à un régime ou même à des soins cosmétiques quotidiens, tandis que, entre autres candidats, l’auteur pourrait être identifié avec Olympos (Ὁλμπ<ι>ος.), médecin de Cléopâtre32.

  • 33 O. Mazal (Komm,), Der Wiener Dioskurides. Codex medicus graecus 1 der Österreichischen Nationalbib (...)
  • 34 Μ. Huys, “P. Vindob. G 42822 : The Title Page of a Papyrus Codex H. Melaerts (cur.), Papyri in hon (...)

18La pratique de noter le titre à la fin de l’œuvre se poursuit dans les codices, ancêtres de nos livres actuels, qui font également précéder celleci de son titre, précision très utile, sinon indispensable dans le cas de codices miscellanei, c’est-à-dire de codices contenant plusieurs œuvres d’un même auteur ou d’auteurs différents. A l’occasion, le codex présentera une ou même plusieurs pages de titre, comme le Dioscoride de Vienne (VindobonensisMed. Gr. 1, Constantinople, début du VIe siècle, déjà évoqué plus haut)33. Un morceau de papyrus mesurant 14x12 cm et conservé aussi à la Osterreichische Nationalbibliothek de Vienne (P. Bingen 25 [P. Vindob. inv. G 42822] = MP2386.01, provenance inconnue, VIIe siècle ?) pourrait bien correspondre à la page de titre d’un codex médical selon M. Huys, son éditeur34, car, curieusement, les lettres y sont tracées avec des doubles traits, dans un style plutôt épigraphique, et mesurent 2 cm de haut ! Comme l’indiquent les parties de mots conservées, l’ouvrage pourrait être consacré à la thérapeutique (1-3 :]..ΝΤΙΣ..[, ΒΙΒΛ]ΙΩΝ ΘΕ[ΡĄΠΕΥΤ]ΙΚΩΝ[.) plutôt qu’à la philosophie. Sur l’autre face, il y a des restes d’un document du VIIe siècle, également écrit dans le sens des fibres, comme si, d’abord utilisé pour un texte documentaire, le papyrus avait ensuite été réutilisé à des fins littéraires, peut-être comme brouillon pour une page de titre.

  • 35 Le papyrus a été édité par C.H. Roberts, The Antinoopolis Papyri, I, London, Egypt Exploration Soc (...)

19Parmi les papyrus hippocratiques, un titre initial ornementé est attesté sur un feuillet de codex en parchemin provenant d’Antinoé, en Moyenne-Égypte (P Ant. 1.28 = MP543) et daté paléographiquement de la fin du IIIe-début du IVe siècle de notre ère. Il conserve, côté chair ( = recto), la fin du Pronostic, à savoir les chapitres 24-25 (II, 188, 4-190, 7 Littré), et, côté poil ( = verso), le début des Aphorismes (I, 1-3 = IV, 458-460, 6 1.), précédé, sur une ligne marquant un retrait de 3 lettres par rapport à la colonne de texte, du titre « Aphorismes d’Hippocrate », encadré de quelques traits ornementaux. Comme l’ont remarqué l’éditeur C.H. Roberts et plusieurs commentateurs35, ce feuillet de parchemin provient d’un exemplaire plutôt luxueux, avec sa mise en page soignée, son titre ornementé, sa ponctuation, ses signes de lecture et ses notes marginales. Jointes à son format de poche (le feuillet conservé, auquel il ne manque que 2 ou 3 lignes vers le bas pour être complet, mesure 11,4 cm de large sur 1 5 cm de haut), ces caractéristiques suggèrent que le codex pourrait correspondre au vade-mecum du praticien local, à moins qu’avec ses sous-titres marginaux, il n’ait été utilisé pour un commentaire, voire pour l’enseignement de la médecine à Antinoé.

20C’est un titre initial ou un sous-titre avec quelques traits ornementaux qu’atteste un feuillet de codex (miscellaneus ?) en papyrus de la fin du VIe/début du VIIe siècle de notre ère provenant d’Hermopolis (P. Berol. inv. 11739 A-B = MP456, lignes 1-3) :

Προλεγόμενα τομ Περὶ ἑρέσεων
Γαληυομ Ἀρχ...δου σοφιστομ
ἐξήγησνς.
« Prolégomènes aux Sectes
de Galien. Exégèse du sophiste
Arch[...]de ».

  • 36 D. Manetti, Corpus dei Papiri filosofici greci e latini (CPF). Testi e lessico net papiri di cultu (...)

21Surmonté, dans le coin supérieur droit de la page, par la lettre a soulignée (n° du fascicule du codex ou du 1er feuillet de celui-ci ?), le titre est centré au-dessus de la colonne d’écriture et s’accompagne de traits ornementaux. Après avoir été considéré jusqu’il y a peu comme un commentaire néoplatonicien au traité Des sectes de Galien, ce texte soigneusement mis en page apparaît aujourd’hui, à la lumière des recherches récentes de D. Manetti36, comme une introduction générale à la médecine, dans laquelle l’œuvre galénique est citée pour ainsi dire accidentellement, car elle occupe la première place dans le Canon alexandrin, ce programme d’enseignement médical fondé sur une sélection d’écrits hippocratiques et surtout galéniques dans l’Alexandrie tardive.

  • 37 T. Dorandi, « Den Autoren Tiber die Schulter geschaut : Arbeitsweise und Autographie bei den antik (...)
  • 38 Voir not. GAL., De libris propriis, I (II, p. 95 Müller), et les commentaires de Dorandi, Le style (...)
  • 39 M.-H. Marganne, Le livre médical dans le monde gréco-romain, Liège, 2004, p. 85-86.
  • 40 L’Anonyme de Londres a été édité par H. Diels, « Anonymi Londinensis ex Aristotelis Iatricis Menon (...)
  • 41 D. Manetti, « Note di lettura dell’Anonimo Londinese. Prolegomena ad una nuova edizione », ZPE, 63 (...)

22Les papyrus littéraires supposés autographes sont rares : à peine une vingtaine37 ! Cela n’est guère étonnant, car, comme le confirme Galien38, les auteurs dictaient le plus souvent leurs œuvres à des scribes qui pouvaient être tachygraphes. Du reste, plusieurs manuels de tachygraphie conservés sur papyrus contiennent des tétrades consacrées aux parties du corps, classées dans l’ordre a capite ad calcem, au médecin, aux plantes, herbes et substances médicamenteuses, et même à Hippocrate39. Parmi les papyrus autographes, on compte plusieurs médicaux, dont le plus célèbre est certainement l’Anonyme de Londres (P. Lit. Lond. 165, inv. 137 = MP2339), daté de la 2e moitié du Ier siècle de notre ère. Après avoir été longtemps considéré comme une copie, faite par un étudiant en médecine, de notes de cours prises par un autre étudiant, ce texte d’un abord difficile apparaît aujourd’hui, à la suite des recherches récentes de D. Manetti, qui en prépare une réédition depuis une vingtaine d’années40, comme un ouvrage original et critique, qu’il faut étudier comme un tout, bien qu’il comprenne trois parties apparemment distinctes : à une série de définitions relevant de la nosologie (col. I – IV, 17 : définition de concepts fondamentaux en médecine comme πάθος, « affection », διάθεσις, « condition », υόσος, « maladie », etc.), fait suite une section doxographique (nombreux testimonia uniques sur des médecins et philosophes des V/IVe s.) sur les causes des maladies, dérivée d’Aristote, mais attribuée par H. Diels à Ménon, disciple d’Aristote (IV, 1 8 – XXI, 9), à laquelle succède une section physiologique sur la digestion et l’assimilation de la nourriture (XXI – XXXIX, 32) faisant notamment référence à Aristote, mais aussi à Hérophile (330/20 – 260/50), Erasistrate (peut-être un peu plus jeune qu’Hérophile), Asclépiade de Bithynie (activité vers la fin du IIe siècle avant notre ère) et Alexandre Philalèthe (début de notre ère). L’auteur et scribe, qui a peut-être rédigé son ouvrage en Asie Mineure avant de l’apporter en Égypte, s’est servi de plusieurs sources, dont une péripatécitienne (Aristote ou un de ses disciples), pour son écrit, qui s’interrompt brusquement à la ligne 32 de la colonne XXXIX. C’est D. Manetti41 qui, la première, a évoqué la possibilité d’un autographe en 1985 après avoir soumis le papyrus à un examen très approfondi lors d’un séjour de recherches à la British Library, où il est conservé. Ainsi a-t-elle pu relever notamment les caractéristiques suivantes : si l’écriture, personnelle ou cursive, dénote une main experte et désinvolte, le scripteur s’est livré à de très nombreuses corrections et additions, non seulement interlinéaires et marginales, mais aussi au dos du papyrus, ainsi qu’à de fréquents changements de construction grammaticale. Tout cela, joint au fait que le texte s’interrompt brusquement au milieu de la colonne XXXIX, donne l’impression que le scribe était en plein travail de rédaction au moment où il écrivait, et qu’il avait parfois des remords...

  • 42 L.C. Youtie, P. Michigan XVII. The Michigan Medical Codex (P. Mich. 758 – P. Mich. inv. 21), Atlan (...)
  • 43 Voir notre ouvrage L’ophtalmologie dans l’Egypte gréco-romaine d’après les papyrus littéraires gre (...)
  • 44 J.-L. Fournet, « Un papyrus médical byzantin de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres », T (...)

23D’autres papyrus grecs de médecine sont encore des autographes, en tout ou en partie, tels le codex pharmaceutique de Michigan (P. Mich. 17.758 = MP2407-01, IVe siècle, provenance inconnue), qui porte dans les marges des additions de la main de son propriétaire probable42 (voir plus loin), et un manuel médical du IIe siècle (P. Strasb. inv. G 90 + P Ryl. 1,29a + 29b = MP2379), qui contient, notées au recto et au verso (opisthographe), apparemment par la même main, – celle du médecin-, mais à des époques différentes, des recettes variées utilisées en ophtalmologie et en stomatologie, des recommandations pour l’administration de collyres et l’étiologie de plusieurs maladies des yeux43. Dans un codex documentaire de la fin du VIe siècle, c’est peut-être Dioscore, le notaire et poète d’Aphrodité, qui a recopié deux recettes contre la migraine au bas d’une page blanche (P. Cair. Masp. 2.67141 = MP2406, f° IP)44. Les trois cas suivants sont un peu différents. Dans le premier (PSI4.297 = MP2419, Ve siècle), il s’agit d’une lettre envoyée par un patient à son médecin, laquelle porte, au verso, une recette médicale qui pourrait correspondre à la réponse du médecin. Dans le second, c’est une recette d’artèriakè, remède pour la trachée et les bronches (P. Oxy. 54.3724, fr. lr, col. 3, 1-6 = MP2410.11), qui a été notée, – par le propriétaire de l’écrit ? —, au-dessus d’une colonne d’un rouleau ou d’un feuillet de papyrus opisthographe contenant une collection d’épigrammes et d'incipit d’épigrammes (P. Oxy. 54.3724 = MP1596.21, Oxyrhynque, fin du Ier siècle de notre ère). On peut imaginer, mais imaginer seulement, que le remède était destiné à éclaircir la voix lors de la récitation des poèmes.

  • 45 Sur ce type de littérature, voir not. G. Zalateo, « Papiri di argomento medico redatti in forma di (...)

24Très différents des livres de bibliothèques sont les recueils de définitions et les questionnaires45. Pour le contenu, ces textes, qui ont pu servir, soit de manuels pour les débutants, soit d’aide-mémoire pour les praticiens, n’exposent pas une médecine de pointe, mais une doctrine simplifiée qui, dans les cas litigieux, se présente souvent comme une sorte de moyen terme entre les théories existantes, parfois antagonistes. Pour la forme, ils sont assez souvent notés au verso de documents antérieurs, à moins que, plus tardivement, ils ne trouvent place dans un codex. Par exemple, c’est au verso d’un papyrus documentaire qu’est noté, dans une écriture assez grossière mêlée d’éléments cursifs, un questionnaire de chirurgie de la fin du Ier ou du début du IIIe siècle (P Genève inv. 111 = MP2373), qui contient les cinq définitions suivantes :

25« Qu’est-ce qu’une incision ? C’est une section des corps. Qu’est-ce qu’une excoriation ? C’est un écartement des corps à travers cordons et membranes. Qu’est-ce qu’un transpercement ? C’est une section étroite des corps au moyen d’une aiguille. Qu’est-ce qu’une suture ? Un transpercement au moyen d’une aiguille et d’une couture ou d’un fil enfoncé en beaucoup de sujets. Combien y a-t-il de sortes de compresses ? Les compresses diffèrent de deux manières. Premièrement, par la matière, deuxièmement, par la forme. »

  • 46 M.-H. Marganne, « La “Cirurgia Eliodori” et le P. Genève inv. 111 », Etudes de Lettres (Lausanne, (...)

26Preuve de la popularité et de la diffusion dans l’espace et dans le temps de tels questionnaires, on trouve une version latine de celui-ci dans la Cirurgia Eliodori, petit traité de chirurgie conservé dans un manuscrit parisien du milieu du IXe siècle (Parisinus lat. 11219, f° 36v -38v)46.

27Également noté au verso d’un papyrus documentaire, – un compte en l’occurrence-, par une main assez irrégulière, un autre questionnaire du IIe siècle (P. Aberdeen 11 = MP2342, Fayoum), étudie ainsi la sémiotique, les critères de différenciation et la chirurgie du ptérygion :

  • 47 M.-H. Marganne, Ophtalmologie, p. 104-111.

« Qu’est donc le ptérygion ? Une excroissance membraneuse se développant à partir du coin de l’œil ou prenant corps à partir de la cornée. Quelles sont les variétés de ptérygions ? Ils diffèrent entre eux par la localisation, la taille, la forme, la couleur, la nature ou la guérison. Chirurgie du ptérygion. Après avoir fait asseoir le patient, quand nous aurons écarté de l’oeil les deux paupières, nous mettrons le ptérygion à découvert au moyen d’un petit crochet, et, d’une aiguille garnie d’un fil et d’un crin de cheval [lacune]47. »

  • 48 M.-H. Marganne, « Un questionnaire d’anatomie : P. Lund 1.7. Réédition, traduction, commentaires » (...)

28En revanche, c’est sur un feuillet de codex en papyrus daté des III-IVe siècles de notre ère qu’est écrit un questionnaire d’anatomie (P Lund 1.7 = MP2341) qui présente ainsi le caecum, le rectum et le sphincter48 :

« [Recto] Pourquoi est-il appelé intestin aveugle ? Du fait qu’il ne possède pas d’ouverture, alors que les autres intestins en possèdent une et sont pourvus d’un passage. Quelle est la fonction de l’intestin aveugle ? Chaque organe s’accommode de ce qu’il produit habituellement lui-même, comme on peut le comprendre d’après une première discussion sur le vaisseau de la bile [ = vésicule biliaire]. Car quand la bile devient très amère et très brûlante, d’abord le vaisseau de la bile reste sans inflammation, mais il n’en reste pas moins que dans le vomissement de bile aussi, lorsque l’organe contenant a été soumis à évacuation, l’être vivant risque de [lacune]. [Verso] [lacune] car le rectum repose sur le sacrum. D’où provient son appellation de rectum ? Du fait qu’il est disposé en ligne droite, alors que les autres intestins s’entortillent en spirale. On l’appelle aussi archos. Où est situé le sphincter ? À la partie finale du rectum. Comment est-il ? Neurocartilagineux. Quelle est sa fonction ? Pour le contrôle [lacune], »

  • 49 Ce sont P. Hibeh 2.192 (MP2399), c. 270-250, P. Hibeh 2.191 (MP-2348), c. 260-230, P. Athen. U (...)
  • 50 Sur cette matière, voir notre article « Etiquettes de médicaments, listes de drogues, prescription (...)
  • 51 Gal., De compos, medic, sec. loc., I, 2 (XII, 423, 13-14 K.) et les commentaires de T. Dorandi, Le (...)
  • 52 Sur le codex pharmaceutique du Michigan, voir plus haut.

29Quant aux remèdes, soit ils adoptent la forme de recueils ou réceptaires, dont les plus anciens exemplaires conservés sur papyrus remontent au IIIe siècle avant notre ère49, soit ils sont notés sur de simples coupons de papyrus ou sur des ostraca, qui servent alors de pense-bête50. Dans son De compositione medicamentorum secundum locos, qu’il dut écrire aux environ de 200, Galien nous apprend qu’à son époque, des médecins disposaient de telles collections de remèdes réunies dans un carnet de parchemin (πυκχὶς δίφθέρα), infiniment plus pratique (il tient dans la main) et plus solide que le rouleau de papyrus51. C’est peut-être à un carnet de ce genre qu’appartient le feuillet de codex en parchemin MPER NS 13.8 (P. Vindob. inv. G 28426 = MP2422.7, Ve siècle, provenance inconnue). De petit format, semble-t-il (le fragment, lacunaire à sa partie inférieure, mesure 11 cm de large et 11,5 cm de haut), écrit et mis en page avec soin, il est paginé et conserve, au recto et au verso, plusieurs recettes, dont une de collyre à la bruyère (côté poil, 3-12) et deux de collyres aux roses (côté poil, 14-24 et côté chair, 38-49). De format plus grand (c. 14 cm sur 18 à 20 cm) et fabriqué à base de papyrus, le codex pharmaceutique de Michigan (P Mich. 17.758 = MP2407.01, IVe siècle, provenance inconnue) revêt une importance particulière en papyrologie et en histoire de la médecine, parce qu’il est le plus long (13 feuillets de codex écrits recto/verso) des catalogues de prescriptions conservés sur papyrus, parce qu’il est soigneusement mis en page (recettes séparées par des lignes et des espaces, intitulés des prescriptions disposés en indentation) et même corrigé, parce qu’il contient des recettes nommément attribuées aux médecins Azanitès, Dionysios, Héras, Télamon et Hygieinos, tous antérieurs à Galien, qui les cite, et parce que, son commanditaire et propriétaire, – probablement médecin-, ayant ajouté de sa main dans les marges une vingtaine de recettes au texte écrit primitivement par un scribe professionnel, non seulement il fournit un exemple très précieux de texte vivant, mais il témoigne aussi de la volonté constante des praticiens antiques d’enrichir leur collection de recettes52. Très différent est le mode de transmission d’une unique recette de dentifrice écrite, au IVe siècle de notre ère, sur un petit morceau de papyrus (MPER 13.7 [P. Vindob. inv. G 30914] = MP2423.5, Hermopolite ?) utilisé d'abord au recto pour un texte documentaire : « Poudre sèche pour dents blanches et non érodées. Sel d’Ammon : 1 drachme ; pouliot : 2 drachmes ; iris : 1 drachme ; grains de poivre : 20 ». Il en va de même pour cet ostracon du IVe siècle trouvé à Thèbes (O. Bodl. 2.2184 = MP2427) qui porte, sur une face, une recette de collyre à l’encens à base de cadmie, de céruse et bien sûr d’encens, et, sur l’autre face, une recette lacunaire de collyre rose pour maladies infantiles renfermant notamment du lait et de la cadmie lavée.

  • 53 O. Paphos inv. 14/68 (edd. Z. Borkowski et A. Lajtar, “Medicament Label on an Ostracon from Nea Pa (...)
  • 54 Voir T. Vindol. 3.591 (inv. 93.1350 = MP3011.01), deux fragments d’un diptyque en bois écrits su (...)

30Loin d’être limitée à l’Égypte gréco-romaine et byzantine, la transmission du savoir médical par le biais des rouleaux de papyrus, des carnets et codices de parchemin, des ostraca et même des tablettes, s’est opérée dans l’ensemble du bassin méditerranéen et dans tout l’Empire romain, de Chypre53 à Vindolanda (actuelle localité de Chesterholm en Grande-Bretagne)54, mais, eu égard aux conditions climatiques, elle n’a laissé de traces significatives que dans le Pays du Nil. Entre livres de luxe, parfois illustrés, éditions courantes, copies personnelles et autographes d’une part, manuels, questionnaires, simples aide-mémoire et notes d’autre part, les témoignages papyrologiques contribuent à restituer une image du monde médical antique et de ses acteurs, avec leurs niveaux d’instruction, leurs statuts, leurs tâches et leurs objectifs différents : auteurs, mais aussi copistes, libraires et lecteurs, médecins savants, spécialistes, médecins de ville et de campagne et futurs médecins, mais aussi prêtres égyptiens, philiatres fortunés, droguistes et patients.

Notes

1 M.-H. Marganne, « La terminologie de 1a. librairie dans la Collection hippocratique », V. Boudon-Millot, A, Guardasole, C. Magdelaine (éd.), La science médicale antique. Nouveaux regards. Etudes réunies en l’honneur de Jacques Jouanna, Paris, 2007, p. 315-337.

2 J. Pigeaud, « Le style d’Hippocrate ou l’écriture fondatrice de la médecine », in M. Detienne, Les savoirs de l’écriture. En Grèce ancienne, Lille, 19922, p. 305-329, spéc. 305 (Cahiers de Philologie publiés par le Centre de Recherche philologique de l’Université de Lille III, 14).

3 Voir aussi Hipp. , Prorrhétique, II, 4 (IX, 20, 11-15 Littré).

4 J. Jouanna, Hippocrate, Paris, 1992, p. 533-534.

5 Hipp. , Lettres, décrets et harangues, 25 (p. 106, 17-19 Smith. = IX, 400, 23-24 L.),

6 Hipp. , Médecin, 13 (IX, 218, 12-15 L.) ; Bienséance, 9 (IX, 238, 3-6 L.), ainsi que les commentaires de Littré, IX, 200-201. Sur ces traités entrés tardivement dans la Collection hippocratique (période hellénistique ou début de Père chrétienne pour Médecin, I/IIe siècle de notre ère pour Bienséance), voir Jouanna, op. cit. (1992), p. 532 et,549-550.

7 HIPP. , Préceptes, 13 (IX, 268 L.). Sur ce traité récent, voir Jouanna, op. cit. (1992), p. 554. Sur la valorisation de l’écriture aux dépens de la lecture dans la Collection hippocratique, voir H. von Staden, « La lecture comme thérapie dans la médecine gréco-romaine », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2002 (2), p. 804-807.

8 D. Gourevitch, « Un thérapeute accompli. Note sur l’adjectif teleios », Revue de Philologie, 61 (1987), p. 95-99.

9 Soranos, Maladies des femmes, I, 2, 5 et 10-11 Burguière – Gourevitch – Malinas, ainsi que les commentaires de D. Gourevitch, Le triangle hippocratique dans le inonde gréco-romain. Le malade, sa maladie et son médecin, Paris-Rome, BEFAR, 1984, p. 271.

10 A.M. Ieraci Bio, « Sulla consezione del medico pepaideumenos in Galeno e nel tardoantico », J.A. Lopez Ferez (éd.), Galeno : obra, pensamiento, influencia (Coloquio internacional celebrado en Madrid, 22-25 de Marzo de 1988), Madrid, 1991, p. 133-151.

11 M.-H. Marganne, « Le médecin, la trousse et le livre dans le monde gréco-romain », Papyrologica Lupiensia, 12 (Lecce, 2003 [2004]), p. 115-130.

12 M.-H. Marganne, « Bibliothèques et livres de médecine dans l’Égypte gréco-romaine », Ecole Pratique des Hautes Etudes. Section des Sciences Historiques et Philologiques. Livret-Annuaire, 17 (2001-2002), Paris, 2003, p. 342-353, spéc. 343 ; EAD., Le livre médical dans le monde gréco-romain-, Liège, CEDOPAL-Éditions de l’Université de Liège, 2004 (Cahiers du CEDOPAL, 3).

13 P. Ross. Georg. 3.1 (P Goleniscev inv. 4704), prov. inconnue, 18 x 21 cm, conservé au Musée des Beaux-Arts de Moscou, a été édité pour la première fois par G. Zereteli, Journal des Ministeriums der Volksaufklärung, Abt. f. kl. Phil., 1900, p. 1 sqq. (en russe), puis par G. Zereteli, P, Jernstedt, Papyri russischer undgeorgischer Sammlungen (P Ross. Georg.), III (Tiflis, 1930, réimpr. Amsterdam, 1966), p. 1-8. Pour le contexte, voir C.H. Roberts, « An Army Doctor in Alexandria », Festschrift W. Schubart (Leipzig, 1950), p. 112-115, et comparer avec P. Ross. Georg. 3.2 (P. Zereteli), envoyé à la même Antonia par Sérénus, frère de Marcus. Comme le précédent, ce papyrus a été édité pour la première fois par Zereteli, ibid., et réédité par ID. & Jernstedt, op. cit., p. 8-13 et pl. I, et enfin par J. Chapa, Letters of Condolence in Greek Papyri, Firenze, 1998, n° 7, p. 105-113 (Papyrologica Florentina, XXIX).

14 P. Ross. Georg. 1.22 a été récemment réédité par R. Otranto, Antiche liste di libri supapiro, Roma, 2000, n° 15, p. 79-87 et pl. XII. Dans le texte et les notes, l’abréviation MP3 ou Mertens-Pack3 désigne la 3e édition, commencée sous la direction du Professeur P. Mertens, Président d’honneur du Centre de Documentation de Papyrologie Littéraire de l’Université de Liège (CEDOPAL), du catalogue de R.A. Pack, The Greek and Latin Literary Texts from Greco-Roman Egypt, 2e édition, Ann Arbor, 1965 ( = P2 ou Pack2). Régulièrement mis à jour par nos soins, le Catalogue des papyrus littéraires grecs et latins, entièrement informatisé, peut être consulté sur le site Internet du CEDOPAL : (http://promethee.philo.ulg.ac.be/cedopal/index.htm).Labibliographie complète des papyrus cités dans la présente contribution est accessible à la même adresse.

15 P. Varsov. 5V a été également réédité par Otranto, op. cit., n° 17, p. 97-105 et pl. XIV (avec bibliographie).

16 J. Jouanna, « La lecture de l'éthique hippocratique chez Galien », H. Flashar & ID. (éd.), Médecine et morale dans l'Antiquité, Vandœuvres-Genève, Fondation Hardt, 1997, p. 211-253, spéc. 240 [Entretiens sur l’Antiquité classique, 43) ; V. Boudon, « Galien par lui-même. Les traités bio-bibliographiques (De ordine libromm suorum et De librispropriis) », D. Manetti (a cura di), Studi su Galeno : Scienza, filosofia, retorica e filologia. Atti del seminario, Firenze 13 novembre 1998, Firenze, 2000, p. 119-134, spéc. 129.

17 J. Jouanna, Hippocrate, Paris, 1992, p. 87 ; ID. (éd.), Hippocrate. Tome IV, 3epartie. Epidémies V et VII. Texte établi et traduit par j. Jouanna, annoté par J. Jouanna et M.D. Grmek, Paris, 2000, p. VII-XVII.

18 M.-H. Marganne, « À la recherche de l’œuvre perdue d’Héliodore », V. Boudon-Millot, A. Garzya, J. Jouanna, A. Roselli (a cura di), Ecdotica e ricezione dei testi medicigreci. Atti del V Convegno internazionale, Napoli, 1-2 ottobre 2004, Napoli, 2006, p. 67-82 (Collectanea, 24).

19 Toutes les notices des papyrus littéraires grecs de médecine sont présentées, et régulièrement mises à jour, sur le site Internet du CEDOPAL (http://www.ulg.ac.be/facphl/services/cedopal/).

20 À ce propos, voir nos contributions « Hippocrate et la médecine de l’Egypte gréco-romaine », S. Byl (éd.), Hippocrate et sa postérité (Bruxelles, 7-8 mai 1999), Bruxelles, 2001 (2002), p. 39-62 (Revue de Philosophie ancienne, 19, 2) ; « Les titres de traités hippocratiques attestés dans la littérature médicale papyrologique », dans Sludi di Egittologia e di Papirologia, 4 (Lecce, 2007 [2008]), p. 105-115.

21 Sur ce papyrus (P. Vindob. inv. G 40302 = MP3 87.03) édité par A. Papathomas, « Das erste antike Zeugnis für die veterinärmedizinische Exzerptensammlung des Anatolios von Berytos », Wiener Studien, 1 13 (2000), p. 135-151, voir notre contribution « Témoignages papyrologiques sur la médecine vétérinaire dans l’Egypte gréco-romaine et byzantine », M.-T Cam (éd.), La médecine vétérinaire antique : sources écrites, archéologiques, iconographiques. Actes du Colloque de Brest (9-11 septembre 2004), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007, p. 145-157.

22 E.G. Turner, “Roman Oxyrhynchus”, The Journal of Egyptian Archaeology, 38 (1952), ρ. 78-93 ; Id., “Scribes and Scholars in Oxyrhynchus”, Akten des VIII. Internationalen Kongresses für Papyrologie Wien 1955, Wien, 1956, p. 141-146 ; Id., « L’érudition alexandrine et les papyrus », Chronique d'Égypte, 37 (1962), ρ. 135-152 ; Id., “Oxyrhynchus and Rome”, Harvard Studies in Classical Philology, 75 (1975), p. 1-24 ; voir aussi J. Krüger, Oxyrhynchos in der Kaiserzeit. Studien zur Topographie und Literaturrezeption, Frankfurt am Main – Bern – New York – Paris, 1990, passim et p. 144, 198, 203, 208.

23 Voir notre article « L’“École médicale” d'Alexandrie et son influence sur la médecine de l'Égypte gréco-romaine », Medicina net secoli, arte e scienza, 14, 2 (2002 [2003]), p. 359-382.

24 Voir notre article « La “collection médicale” d'Antinoopolis », ZPF, 57 (1984), p. 100-102 ; voir aussi L. del Francia Barocas, Antinoe cent'anni dopo. Catalogo della rnostra Firenze Palazzo Medici Riccardi 10 luglio1er novembre 1998, Firenze, Istituto Papirologico « G. Vitelli », 1998, spec. la contribution de G. Menci, « I papiri letterari “sacri” et “profani” di Antinoe », p. 49-55.

25 P. van Minnen, “Boorish or Bookish ? Literature in Egyptian Villages in the Fayum in the GraecoRoman Period”, The Journal of Juristic Papyrology, 28 (1998), p. 99-184. Sur le lien entre les papyrus littéraires grecs de Tebtynis et les prêtres de l’endroit, voir I. Andorlïni, Trattato di medicina su papiro, Firenze, 1995, p. 7-11, ainsi que notre compte rendu de cet ouvrage dans Chronique d’Egypte, 71 (1996), p. 354-358 ; A.E. Hanson, “Text and Context for the Illustrated Herbal from Tebtynis”, I. Andorlïni, G. Bastianini, M. Manfredi, G. Menci (a cura di), Atti del XXII Congresso Internazionale di Papirologia (Firenze, 23-29 agosto 1998), Firenze, 2001, p. 585-604 et pl. XXVII ; van Minnen, op. cit., p. 155-180.

26 Sur cetre question, voir M.-H. Marganne et N. Istasse, « Livres de médecine illustrés dans l'Égypte gréco-romaine », Medicina nei secoli, arte e scienza, 13 (200.1), p. 1-23.

27 M.-H. Marganne, La chirurgie dans l’Egypte gréco-romaine d'après les papyrus littéraires grecs, Leiden, 1998, p. 96-109 (Studies in Ancient Medicine, 17).

28 E.G. Turner, Greek Manuscripts of the Ancient World, Oxford, 1971,2e édition revue et augmentée par P. J. Parsons, London, Institute of Classical Studies, 1987, p. 13-14 (BICS Suppl., 46) ; D. Delattre, « Les titres des œuvres philosophiques de l'épicurien Philodème de Gadara et des ouvrages qu’il cite », J.-C. Fredouille, M.-O. Goulet-Cazé, Ph. Hoffmann, P. Petitmengin, avec la coll, de S. Deléani (éd.), Titres et articulations du texte dans les œuvres antiques. Actes du Colloque International de Chantilly 13-15 décembre 1994, Paris, Institut d’Etudes Augustiniennes, 1997 (Collection des Etudes Augustiniennes, Série Antiquité, 152), p. 105-126 ; ID., La Villa des Papyrus et les rouleaux d’Herculanum. La Bibliothèque de Philodème, Liège, CEDOPAL-Les Editions de l’Université de Liège, 2006 (Cahiers du CEDOPAL, 4).

29 W. Luppe, « Rückscitentitcl auf Papyrusrollen », ZPE, 27 (1977), p. 89-99.

30 Sur le substantif grec, masculin ou neutre, voir M. Caroli, « ΣΙΛΛΥΒΟΙ o ΣΙΛΛΥΒΑ ? (Cicerone, Ad Attico 4, 4A ; 4, 8, 2 ; 4, 5, 4) », Segno e testo, 3 (2005), p. 39-49.

31 T. Dorandi, « Sillyboi », Scrittura e civiltà, 8 (1984), p. 185-199 ; ID., « “Etichette’e sillyboi », M. Capasso (a cura di), Il rotolo librario : fabbricazione, restaure, organizzazione interna, Université degli Studi di Lecce-Galatina, 1994, p. 229-231 (Papyrologica Lupiensia, 3).

32 A.E. Hanson, “A Title Tag : PCtYBR inv. 4006”, I. Andorlini (a cura di), Testi medicisu papiro. Atti del Seminario di studio (Firenze, 3-4giugno 2002), Firenze, Istituto Papirologico “G. Vitelli”, 2004, p. 209-219 et pl. XIV.

33 O. Mazal (Komm,), Der Wiener Dioskurides. Codex medicus graecus 1 der Österreichischen Nationalbibliothek, I, Graz, 1998, F° 7V et p. 27 (titre ornementé) ; F0 10V-11r et p. 28-29 (titre ancien).

34 Μ. Huys, “P. Vindob. G 42822 : The Title Page of a Papyrus Codex H. Melaerts (cur.), Papyri in honorem JohannisBingen Octogenarii (P. Bingen), Leuven, 2000, p. 131-136 et pl. 14 (Stadia Varia Bruxellensia ad orbem Graeco-Latinum pertinentia, V).

35 Le papyrus a été édité par C.H. Roberts, The Antinoopolis Papyri, I, London, Egypt Exploration Society, 1950, p, 69-75 et commenté notamment par B. Alexanderson, Die hippocratische Schrift Prognostikon, Überlieferung und Text, Göteborg, 1963, p. 68-69 et 230-231 ; I. ANDORLINI, « Codici papiracei di medicina con scoli e commento », M.-O. Goulet-Cazé (éd.), Le commentaire entre tradition et innovation. Actes du colloque international de l'Institut des traditions textuelles (Paris et Villejuif, 22-25 septembre 1999), Paris, 2000, p. 37-52, spéc. 41-42, reproduit, avec des développements, sous le titre « L’esegesi del libro tecnico : papiri di medicina con scolî e commenti », dans Studi e iesti per il Corpus dei Papiri Filosofici Greci e Latini [ = STCPF], 11 (2003), p. 9-30, spéc. 23-24 et tav. Va-b.

36 D. Manetti, Corpus dei Papiri filosofici greci e latini (CPF). Testi e lessico net papiri di cultura greca e latina. Parte III : Commentari Firenze, 1995, p. 19-38.

37 T. Dorandi, « Den Autoren Tiber die Schulter geschaut : Arbeitsweise und Autographie bei den antiken Schriftstellern », ZPE, 87 (1991), p. 11-33 ; ID., Le stylet et la tablette. Dans le secret des auteurs antiques, Paris, 2000, p. 51-75.

38 Voir not. GAL., De libris propriis, I (II, p. 95 Müller), et les commentaires de Dorandi, Le stylet et la tablette, p. 65.

39 M.-H. Marganne, Le livre médical dans le monde gréco-romain, Liège, 2004, p. 85-86.

40 L’Anonyme de Londres a été édité par H. Diels, « Anonymi Londinensis ex Aristotelis Iatricis Menoniis et Aliis Medicis Eclogae », Supplementum Aristotelicum, III, 1 (Berlin, 1893) ; KG. Kenyon, ‘'Some Additional Fragments of the London Medical Papyrus”, Sitzungsberichte der Königlich Preussischen Akademie der Wissenschaften zu Berlin, 1 (1901), p. 1319-1321 ; W.H.S. Jones, The Medical Writings of Anonymus Londinensis, Cambridge, 1947, réimpr. Amsterdam, 1968. Pour les recherches les plus récentes, voir surtout D. Manetti, Corpus dei papiri filosofici greet e latini, I, 1* (Firenze, 1989), p. 345-351 ; ZPE, 63 (1986), p. 57-74 ; 83 (1990), p. 219-233 ; 100 (1994), p. 47-58 ; EAD., « Saggio di edizione di P. Lit. Lond.. 165 : la polemica contro Erasistrato sulla presenza di aria nelle arterie », A. Garzya (éd.), Storia e ecdotica dei testi medicigreci (Napoli, 1996), p. 307-317 ; Ead., « ΩΣ ΔΕ ΑΥΤΟΣ ΙΠΠΟΚΡΑΤΗΣ ΛΕΓΕΙ. Teoria causale e ippocratismo nell’Anonimo Londinese (VI 43 ss.) », R. Wittern et P. Pellegrin (cd.), HippokratischeMedizin undatitike Philosophie. Verbandl. des VIIL Intern. Hippokr.-Koll, Hildesheim – Zurich – New York, 1996, p. 295-310 (Medizin der Antike, 1) ; Ead,, « Proposte di collocazione di due frammenti in PBritLibr inv. 137 (Anonimo Londinese) e nuove letture », “Specimina“, p. 141-152 ; Ead., « “Aristotle “and the Role of Doxography in the Anonym us Londinensis (PBrLibr inv. 137) », Ph. Van Der Eijk (éd.), Ancient Medicine in its Socio-Cultural Context. Papers Read at the Congress Held at Leiden University 13-15 April 1992, Amsterdam-Atlanta (Georgia), 1995, p. 94-141 ; V. Nutton, « Anonymus Londiniensis », Der Nette Pauly, 1(1996), col. 718-719.

41 D. Manetti, « Note di lettura dell’Anonimo Londinese. Prolegomena ad una nuova edizione », ZPE, 63 (1986), p. 57-74 ; Ead., “Doxographical Deformation of Medical Tradition in the Report of the Anonymous Londinensis on Philolaus”, ibid., 83 (1990), p. 219-233 ; Ead., « Autografi e incompiuti : il caso dell'Anonimo Londinese P. Lit. Lond. 165 », ibid., 100 (1994), p. 47-58 ; voir aussi T. Dorandi, « Per l’autografia di PLitLond 165 », ibid., 91 (1992), p. 50-51.

42 L.C. Youtie, P. Michigan XVII. The Michigan Medical Codex (P. Mich. 758 – P. Mich. inv. 21), Atlanta, Georgia, 1996 (American Studies in Papyrology, 35), édition initialement parue dans cinq numéros de la ZPE, 65 (1986), p. 123-149 ; 66 (1986), p. 149-156 ; 67 (1987), p. 83-95 ; 69 (1987), p. 163-169 et 70 (1987), p. 73-103 ; voir aussi les commentaires de A.E. Hanson, dans l'introduction de l’édition de 1996, p. XV-XXV et dans Newsletter of the Society for Ancient Medicine, 17 (1989), p. 75 ; I. Andoklini, « I papiri e la tradizione medievale nella recettazione dei testi medici tardoantichi », A. Garzya (a cura di), Tradizione e ecdotica dei testi medici tardoantichi e bizantini, Napoli, 1992, p. 20-27.

43 Voir notre ouvrage L’ophtalmologie dans l’Egypte gréco-romaine d’après les papyrus littéraires grecs, Leiden, 1994, p. 133-146 (Studies in Ancient Medicine, 8).

44 J.-L. Fournet, « Un papyrus médical byzantin de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres », Trav. Mém. Byz., 12 (1994), p. 320 et n. 22 ; ID., Hellénisme dans l'Egypte du VIe siècle. La bibliothèque et l’œuvre de Dioscore d’Aphrodité, II (Le Caire, 1999), p. 671 et n. 9 (Mémoires publiés par les membres de l’Institut fiançais d'archéologie orientale, 115, 2).

45 Sur ce type de littérature, voir not. G. Zalateo, « Papiri di argomento medico redatti in forma di domanda e risposta », Aegyptus, 44 (1964), p. 52-57 ; A.M. Ieraci Bio, « L’erôtapokrisis nella letteratura medica », C. Moreschini (a cura di), Esegesi, Parafrasi e Compilazione in età tardoantica, Napoli, 1995, p. 187-207 ; I. Andorlini, « Testi medici per la scuola : raccolte di definizioni e questionari nei papiri », A. Garzya et J, Jouanna (a cura di), I testi medici greci. Tradizione e ecdotica. Atti del III Convegno Internazionale. Napoli, 15-18 ottobre 1997 (Napoli, 1999), p. 7-15 ; A.E. Hanson, “Text and Context in Papyrus Catechisms on Afflictions of the Head”, A. Garzya et J. Jouanna (a cura di), Trasmissione e ecdotica dei testi medici greci. Atti del IV Convegno Internazionale. Parigi, 17-19 maggio 2001 (Napoli, 2003), p. 199-217.

46 M.-H. Marganne, « La “Cirurgia Eliodori” et le P. Genève inv. 111 », Etudes de Lettres (Lausanne, janvier-mars 1986), p. 65-73 ; Ead., Chirurgie·, p. 85-95-

47 M.-H. Marganne, Ophtalmologie, p. 104-111.

48 M.-H. Marganne, « Un questionnaire d’anatomie : P. Lund 1.7. Réédition, traduction, commentaires », Chronique d’Égypte, 62 (1987), p. 189-200.

49 Ce sont P. Hibeh 2.192 (MP2399), c. 270-250, P. Hibeh 2.191 (MP-2348), c. 260-230, P. Athen. Univ inv. 2780-2781 (MP2391.6), de la fin du IIIe s., et P. Ryl. 3.531 (MP2418), des III/IIe s. avant notre ère.

50 Sur cette matière, voir notre article « Etiquettes de médicaments, listes de drogues, prescriptions et réceptaires dans l’Egypte gréco-romaine et byzantine », E Collard et E. Samama (dir.), Pharmacopoles et apothicaires. Les « pharmaciens » de l’Antiquité au Grand Siècle, Paris, 2006, p. 59-73.

51 Gal., De compos, medic, sec. loc., I, 2 (XII, 423, 13-14 K.) et les commentaires de T. Dorandi, Le stylet et la tablette. Dans le secret des auteurs antiques, Paris, 2000, p. 17-18.

52 Sur le codex pharmaceutique du Michigan, voir plus haut.

53 O. Paphos inv. 14/68 (edd. Z. Borkowski et A. Lajtar, “Medicament Label on an Ostracon from Nea Paphos, Cyprus”, The Journal of Juristic Papyrology, 23 [1993], ρ. 19-23), étiquette de médicament (6,7 x 9,2 cm) de l’époque impériale (II-IVe s. ?) retrouvée à Nea Paphos (Chypre) et portant les mots “jus d’hypociste”. Pour J. André, Les noms de plantes dans la Rome antique·, Paris, 1985, p. 128, s.v. hypocist(h)is, cette plante est le cytinet, Cytinus hypocistis L.

54 Voir T. Vindol. 3.591 (inv. 93.1350 = MP3011.01), deux fragments d’un diptyque en bois écrits sur une seule face, iex./IIin., qui conservent un compte ou une liste de substances médicinales ou des prescriptions médicales. Cette tablette a été éditée par A.K. Bowman et J.D. Thomas, The Vindolanda Writing-Tablets, III (London, 2003), p. 44-46 et p. 5.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540