Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmettre les savoirs dans les mondes hellénistique et romain

 | 
Frédéric Le Blay

Troisième partie. Sources et témoins du savoirs

La bibliographie scientifique de Galien l’exemple de Soranos1

Danielle Gourevitch

Texte intégral

  • 1 Fr. E. Kind, « Soranus », Pauly-Wissowa Realencyclopadie der classischen Altertumswissenschaft, St (...)
  • 2 Pour ce dossier, on peut proposer parmi les travaux récents S. Ihm, « Die Quellen der Giftkapitel (...)
  • 3 Voir par exemple A. Guardasole, « Galeno e i tragici greci », Atti dell'Accademia Pontiniana, n.s. (...)
  • 4 Hippocrate est d’emblée exclu, car pour les rapports entre lui et Galien, très complexes, la bibli (...)
  • 5 En parallèle, je renvoie à mon travail précédent, « Les lectures hippocratiques de Soranos d’Ephès (...)
  • 6 Pour un travail analogue sur un autre auteur, cf. D. Gourevitch, “Hicesius’fish and chips. A plea (...)

1Mon ambition première avait été d’examiner l’ensemble de la bibliographie scientifique de Galien2, comme d’autres ont examiné sa bibliographie philosophique et littéraire, Platon bien sûr, Homère et les tragiques grecs notamment3. La nécessité morale et intellectuelle d’un travail approfondi et par conséquent convaincant m’a contrainte à n’examiner qu’un auteur4, que je connais particulièrement bien, puisque j’en ai été le co-éditeur dans quatre volumes de la CUF : Soranos d’Ephèse, resté connu surtout pour son Traité des maladies des femmes grâce aux hasards de la conservation des textes, et comme source du Traité des maladies aiguës et des maladies chroniques mis en latin par Célius Aurélien, est nommé dans sept passages plus ou moins longs du corpus galénique. Cette communication se propose de relever toutes ces occurrences, de les analyser par rapport à l’œuvre de Galien, de voir à quelle réalité soranienne elles correspondent, d’essayer de comprendre pourquoi et comment Galien les a choisies5. Et d’envisager une édition de Fragmenta de Soranos6.

Soranos, médecin méthodique

  • 7 Pour ces notions, cf. D. Gourevitch, « Comment parlent d’elles-mêmes les sectes médicales clans le (...)

2Si l'Introductio sive medicus est un texte pseudo-galénique, elle n’en doit pas pour autant être négligée. Or son chapitre 4 = Kühn XIV 684 situe Soranos comme appartenant à la secte méthodique : passant en revue les membres marquants des trois sectes, logique, empirique et méthodique, il cite pour cette dernière Thémison de Laodicée se séparant d’Asclépiade, Thessalos de Tralles, puis Mnaséas, Dionysios, Proclus, Antipater. Et, avec des divergences doctrinales, Olympiacos de Milet, Ménémachos d’Aphrodisias et Soranos d’Ephèse. Cette appartenance doctrinale est relevée aussi par Galien dans son traité De methodo medendi 17 = Kühn X 52-53 : il s’agit dans ces pages d’histoire des concepts médicaux de définir les notions de πάθος et de νόσημα ; Soranos apparaît dans une attaque en règle contre les méthodiques en général, et surtout contre le père fondateur de la secte7.

  • 8 Ἐμπληχία, sur le verbe ἐμπλάσσω, frapper de folie.
  • 9 ∆ηρώδης et plus loin λήρος : on voit que ce texte a son intérêt pour l’histoire de la folie et de (...)
  • 10 L’histoire de l’amygdalite de Commode nous mettra en présence de méthodiques en action.

« Quant à Thessalos, il n’a pas du tout pris la peine de donner les limites du concept de maladie (ἀφορίζεσθαι νόσον), mais il faut être devin pour comprendre sur quel fait concret (πρᾶγμα) porte ce mot. En effet, qu’il considère lui-même que ne diffèrent en rien maladie νόσημα et affection πάθος, nous l’avons montré grâce aux ouvrages mêmes de cet auteur, lequel utilise les deux mots comme synonymes, échangés l’un pour l’autre, comme s’il n’y avait nulle différence entre telle façon de dire ou telle autre. Tous ceux qui suivent sa pensée se tournent en tel ou tel sens, se tordant comme de l’osier, se voilant la face, bref faisant pour parler avec un total manque de clarté ou pour ne pas parler du tout, comme Thessalos lui-même ou avant lui Thémison, lequel a planté pour eux les racines de cette folie8. Et si je voulais te dire ce qu’ont dit Proclus, Rhéginus et Antipater, et en outre Eudème, Mnaséas, Philon et Dionysios, je sortirais à mon insu de mon propos actuel, qui est scientifique (ἐπιστημονικός) et qui tente d’enseigner quelque chose d’utile. Mais peut-être serait-il bon, une fois pour toutes, de rappeler la diaphonie qui règne entre eux, et aussi avec tous ceux que je viens à l’instant de nommer ; et (de donner l’opinion) de Ménémachos qui avec beaucoup d’habileté a brouillé toutes leurs affaires, ainsi que celle d’Olympikus, le radoteur9, et avec lui Apollonidès et Soranos, et aussi Julien qui est encore en vie10 ; avec ce dernier nous avons nous-même eu des contacts afin d’entendre de la bouche d’un homme vivant des radotages énormes : et ce monsieur n’a pas été en mesure de dire ce que sont affection πάθος et maladie νόσημα. »

3À ce niveau de vocifération insultante, Soranos n’occupe pas une place particulièrement remarquable. Quel usage en réalité celui-ci fait-il de ces deux mots ? Il est vrai qu’il ne les définit pas, mais il les utilise de façon relativement claire : lorsqu’il s’agit de savoir s’il existe des πάθη propres aux femmes, est désigné comme πάθος tout désagrément physique conforme à la nature, ou plutôt à sa nature, subie par la femme du fait de sa féminité : menstruation, grossesse etc. Mais est νόσος un état contraire à la nature, une vraie maladie. C’est aussi dans le Traité des maladies des femmes qu’on évoque le nourrisson atteint de diarrhée : c’est là une maladie qui produit un certain état pénible (πάθος) chez l’enfant. On ne nage donc pas en pleine confusion, contrairement à ce que Galien voudrait faire croire ; et l’on peut se demander s’il a une réelle idée de la situation soranienne.

Soranos pharmacologue

  • 11 La toute récente publication de K. H. Leven (ed.) Antike Medizin, Ein Lexikon, München, Beck, 2005 (...)

4Soranos pharmacologue11 est mieux personnalisé dans le traité De compositione medicamentorum secundum locos, où il apparaît cinq fois.

Première occurrence

  • 12 Pour l’importance des récits de cas dans la méthode pédagogique de Galien, cf. D. Gourevitch, « L’ (...)

5La première occurrence est relative au traitement de l’alopécie, dans le chapitre intitulé De alopecia, calvitie et ophiasi (I 2). Comparé à une plante, le cheveu, trop sec ou au contraire comportant des humeurs viciées, subit des altérations : trop sec, il tombe et c’est la calvitie, tandis que les humeurs viciées entraînent l’ophiasis ou l’alopécie. Les noms de ces deux maladies proviennent de métaphores animales, la première à l’enseigne du serpent, la seconde du renard, auquel elle arrive souvent, paraît-il. Que faire contre elles ? « Moi, dit Galien, j’ai toujours purgé le corps avec le médicament sacré, en y ajoutant parfois de l’ellébore noir, dans le cas où je voulais débarrasser le corps d’une humeur trop mélancolique... ». Puis il passe à une liste de médicaments simples, avant d’en venir aux composés (p. 392 et s.), avec une revue des recettes proposées par « les médecins qui (l') ont précédé » (p. 398 et s.), autrement dit dans une optique résolument égocentrique : il cite Héras en propres termes dans son livre in ferula : κατὰ λέξιν οὕτως ἔγραψεν. Il insiste sur la qualité et la fiabilité de la citation, trois lignes après : αὐτὴ ἡ τοῦ Ἡρᾶ γραφή. Mais il ne peut s’empêcher de dire ce que lui-même a fait (p. 399) dans le cas d’un patient à qui la graisse d’ours ne réussissait pas, et qui pourtant guérit rapidement quand il eut substitué de la graisse d’alcyon ; il fait état également de l’utilité du dépôt graisseux qui se forme dans les lampes à huile : les paysans de chez lui se blessent et s’ulcèrent souvent les pieds et les doigts de pied, car ils ne se les lavent pas bien tous les jours : cette graisse des lampes leur fait du bien, comme elle fait du bien dans les cas d’alopécie, appliquée avant rasage12.

  • 13 Pour Heraclides Tarentinus (Ier siècle avant J.-C.), premier pharmacologue, croit-on, à avoir util (...)
  • 14 Cf. D, Gourevitch, « Asclépiade de Bithynie chez Pline. Problèmes de chronologie », J. Pigeaud et (...)

6Puis Galien revient à Héras, mais cette fois avec une recette plus douce, spécialisée dans le traitement des enfants, toujours κατὰ λέξιν οὕτως (p. 400 et s.) ; elle peut faire l’affaire aussi pour les femmes et les eunuques, qui ont une peau analogue. On passe alors à Criton et à son ouvrage ἐν τῷ τριτῷ τῶν κοσμητικῶν, qui a des pages sur l’alopécie ; il s’agit encore d’une citation véritable. Il cite lui-même Héraclide de Tarente13, puis Moschion. Retour à Héraclide (p. 402 et s.), pour les alopécies invétérées. P. 403, on trouve une recette d’Othon de Sicile, puis entre en scène Cléopâtre ἐν τῷ κοσμητικῷ : la littéralité de la citation est proclamée là encore, et les recettes sont nombreuses. Lui fait suite Archigène, littéralement encore (p. 406 et s.), au milieu des recettes duquel apparaît le médecin Dionysodorus (p. 409). Arrive alors un Asclépiade (p. 410 et s.), non pas celui qui est presque son contemporain (ὁ νεώτερος), précise Galien, mais le plus ancien Asclépiade de Bithynie (que nous appelons aussi de Pruse14), qui a consacré un livre à l’alopécie. Et c’est alors qu’on arrive à Soranos (p. 414 et s.) avec ses propres recettes et celles dont il fait état, reprises d’Asclépiade, d’Héraclide de Tarente, d’Éléphantidès, son contemporain, et de Moschion. Galien termine le chapitre par un retour sur lui-même, avec des recettes (p. 417) de son propre cru, ou qu’ils lui ont été présentées par ses maîtres ou par ses amis médecins.

7Chez Soranos (XII 414-416), le traitement est mis en place selon les étapes de la maladie, comme il convient selon la doctrine :

  • 15 Cette simple allusion ne fait évidemment pas l'affaire de l’historien.
  • 16 Comme « restauratif », « métasyncritique » est un mot du vocabulaire méthodique et pose des problè (...)

« Des remèdes mis par écrit par Soranos contre les alopécies. Soranos ayant fait des prescriptions fidèles à sa propre secte (ἀγωγὴν) et ayant rappelé les remèdes mis par écrit par Asclépiade, écrit ensuite comme suit en propres termes (κατὰ λέξιν). Ainsi lorsque le mal est récent, c’est l’abstention qui d’abord conviendra, et après cela une nourriture simple et aux bons sucs, ainsi que de faire couler goutte-à-goutte de l’huile douce chaude, de poser du pain en cataplasme et de provoquer des suées dans l’étuve ainsi que des grattages et des ventouses, et un emplâtre à la cire, puis l’application de la méthode restaurative (ἀνάληψις). Mais si la maladie est devenue chronique, alors on passe à un rasage continu, et l’on fait rougir avec de la moutarde, et des frictions, tout cela tel qu’il a été écrit. Et dans les jours suivants, des onctions avec de la poix ou de l’huile de cèdre ; et en friction de feuilles de figuier ou bien des oignons ou un chiffon enroulé autour de l’index ou du pouce, et après la friction des scarifications. Il y en a15 qui attachent des aiguilles pour que leurs pointes se rassemblent en un seul point et piquent ainsi la peau. Et puis après la rubéfaction par la friction, et après la scarification, alors des remèdes métasyncritiques16, en onguent et en emplâtre. De tels remèdes sont nombreux en alternance. Ainsi en effet, oignon lisse ou peau de raifort, tous deux avec du miel, apposés en emplâtre ; ou bien une mesure d’aphronitre et deux mesures de rhos. Ou bien une mesure de sel d’ammoniaque, brûlé et finement écrasé, avec du vinaigre fort, jusqu’à prendre la consistance de la gomme. Il y en a bien d’autres, écrit-il, dans les écrits d’Asclépiade, d’Héraclide de Tarente, d’Éléphantiadès, ainsi que dans la cosmétique de Moschion. Parmi ces remèdes, il a lui-même cité les huit qu’avait écrits Asclépiade et quelques autres que je vais tout de suite rappeler. »

8On remarque p. 420 un emploi intrigant du mot λέξις, un sic bizarre, pour un auteur qui n’est pas nommé : « Suivent deux autres remèdes, qui sont remarquables, selon la formulation de celui qui les a procurés, contre l’alopécie ; la calvitie ». Puis, après avoir cité Soranos, Galien passe à la calvitie, citant notamment son ami Claudius (p. 423).

Deuxième occurrence

9La deuxième occurrence se situe à l’intérieur du De compositione medicamentorum secundum locos I 8 = K. XII 493-495, dans un chapitre de achoribus, sur les gourmes, petites lésions rapprochées du cuir chevelu, qui ressemblent au flavus, gr. κηρίον, lequel fait penser à un rayon de miel, tous deux venant d’un certain état de l'ὑγροτής du corps. Il faut donc évacuer les humeurs qui créent ces ulcérations et érosions. Au début, des topiques suffiront ; si ces achors s’enflamment, on avisera. Après ces considérations sur les traitements, Galien en présente d’autres, τὰ παρὰ τόῖς ἀρίστοις ἰατροῖς ἐπρναμένα φάρμακα. Ces citations proviennent du premier livre περὶ τῶν κατὰ γένος φαρμάκων, secundum genus, d’Archigène d’Apamée, éclectique de la lre moitié du IIe siècle de notre ère. Puis du Περὶ τῶν ὑπò Ἀπολλωνίου γεγραμμένων ἐν τῷ πρώτῳ τῶν εὐπορί στων. Apollonios Mys, qui connut son floruit vers 30 BC, écrivit d’ailleurs aussi sur les parfums et les onguents. Galien se fâche qu’il prescrive parfois de l’urine de taureau et de l’urine de chameau, et ce pendant plusieurs jours. Or cela ne doit pas se faire du moins pour une pathologie μικρός, on ne devrait pas en arriver là (p. 476), du moins pour un homme καθά ριος. Quant à Criton, il écrivit cinq livres sur les remèdes, Περὶ τῶν ὑπò Κρίτωνος γεγραμμένων φαρμάκων, ainsi qu’un περὶ τῶν κοσμητικῶν, remèdes et cosmétiques étant souvent associés au grand regret de Galien, qui cite aussi une Cléopâtre : περὶ τῶν ὑπò Κλεοπάτρας γεγραμμένων ἐν τῷ κοσμητικῷ, qui n’est certainement pas la reine elle-même, mais peut-être quelqu’un de son entourage : on connaît l’intérêt pour les poisons et les drogues dans les cours hellénistiques. C’est alors que vient Soranos :

  • 17 Ce verbe n’est pas dans le Traité des maladies des femmes.

« Des remèdes contre les gourmes mis par écrit par Soranos. Etant donné que Soranos a écrit sur les gourmes tant dans le livre quatre de son traité περὶ φαρμακείας que dans son ouvrage en un seul livre dit φαρμακευτικόν, il a fourni certains remèdes qui nous sont également connus par l’expérience (πείρα), les uns par ceux qui les ont eux-mêmes utilisés, les autres grâce à des élèves ou des amis médecins qui les ont vus. Et ceux-là nous les indiquons aussi, reproduits textuellement (κατὰ λέξιν). Lorsqu’il se présente un grand écoulement de sanie (ἱχώῤ, et que la douleur est très vive, alors mettre un cataplasme de lentille lisse bouillie avec un peu de miel, ou bien un cataplasme de pain avec de la coriandre, du plantain (langue d’agneau), du strychnos (une solanée), un mot que je ne reconnais pas, de la prêle, et de la pariétaire.
Soranos donc, lorsque cette affection est déclenchée ? (πεπληγμένῳ), donne à prendre les médicaments qui suivent, en se fondant sur le système de causalité prôné par sa secte (αἵρεσίν), et il est clair que ceux-ci sont utiles dans les débuts (ἀρχὰς) et les origines (γενέσεις) (de l’affection), c’est l’avis général pour la repousser. Par la suite, dit (Soranos), lorsque la période paroxystique (παροξυσμῶν) décroît (παρενδιδόντων17), on rase les lieux (atteints) et on les nettoie en frottant avec la décoction de fenugrec ou la décoction de bette ou autres plantes du même genre, dans de l’eau et non dans de l’urine : nous avons nous-même auparavant fait des reproches à ceux qui font des mélanges avec de l’urine.
Après, pour la suite, il donne par écrit des remèdes connus de nous, comme nous l’avons dit : broyer du plomb et du soufre naturel en quantités égales, verser là-dessus de l’huile de rose, ou de myrte, ou de lentisque. Quand le mélange est visqueux, enduire (la zone atteinte).
Autre remède : broyer du soufre naturel, de la litharge, de la céruse, en quantités égales, et la moitié de crocus avec de la pivoine de Crète. Enduire. Autre : broyer de la rue, 4 drachmes ; de la litharge, 8 drachmes ; mélanger avec du vinaigre et de l’huile de rose. Enduire. Autre : Litharge, 20 drachmes ; chaux vive, 20 drachmes ; vinaigre et huile, un cotyle (hémine) ; mélanger en broyant pour obtenir la consistance de la graisse. Enduire.
Autre : pyrite, 2 drachmes ; sandaraque, 4 drachmes ; litharge, 1 drachme ; mélanger en broyant avec du vin âcre et de l’huile de myrte. Enduire.

10À la suite de cela, Soranos a donné le texte d’un autre remède puissant, auquel il a donné le nom de métasyncritique en vertu de la doctrine de sa secte. Il convient pour les gourmes invétérées et dont il est difficile de se débarrasser ; et l’un de mes amis médecins qui l’utilise en fait grand cas. Huile de cèdre, un setter ; vinaigre fort, trois setters ; faire cuire jusqu’à ce que le vinaigre s’évapore. Ensuite ajouter de la graisse de porc, vieillie et en conserve salée, deux livres. Une fois que c’est fondu, enlever la marmite du feu. Ajouter en plus du nitre écrasé, 8 onces ; du soufre naturel, 16 ? onces ; de la sandaraque = arsenic, 1 once. Après que le remède posé en enduit aura séché, ordonne qu’il soit enlevé au bain, avec les produits ci nommés, aussi avec du vin, des œufs, du nitre, et avec une décoction de racines de concombre sauvage, ou avec de la lie-de-vin de rose et de la pierre ponce, dans de l’eau chaude. »

Troisième occurrence

11On en arrive en VI 7 = XII 956-957 ad oris crustas. De crustis in ore :

  • 18 Pour ces problèmes de texture, voir notamment D. Gourevitch, « Fabriquer un médicament composé, so (...)

« De Soranos. Nous savons par expérience que les remèdes mis par écrit par Soranos eux aussi font du bien, dont voici le texte exact. Du calcite brûlé, de miel attique ce qu’il faut. Broyer le calcite avec le miel, jusqu’à ce que ça prenne la consistance de la gomme, et en faire usage. Autre remède, qui est bien contre les croûtes sur les plaies, les putréfactions et la mauvaise odeur. De misy rôtie huit drachmes, d’iris d’Illyrie quatre drachmes, de safran une drachme : les écraser pour les rendre lisses18, mélanger, mettre dans une pyxide de bois, utiliser seul ou avec du miel, et en fin de compte comme il en a écrit. Autre remède, la “fleurie”, qu’il utilise contre les mêmes maux. Iris d’Illyrie, sandaraque, souchet, chacun quatre drachmes. Alun fissile, myrrhe, safran, marc de safran, chacun deux drachmes. Les écraser pour les rendre lisses, les mélanger, en faire usage. Certains ajoutent en plus fleurs de roses et noix de galle, deux drachmes. Utiliser d’autre part pour les putréfactions des gencives, les gencives qui s’écartent et qui saignent sous l’effet du sec, et contre les croûtes avec du miel. »

12On appréciera l’approbation accordée à Soranos, et l’intérêt des résumés soraniens dont les contours sont peu clairs, ainsi que des allusions plus ou moins mystérieuses.

Quatrième occurrence

13Le De compositione medicamentorum secundum locos VI 8 = XII 987 fait une liste de médicamenta ad columellas, remèdes contre l’amygdalite. Celui de Criton, p. 987, puis celui de Soranos :

« ... Soranos lui aussi a mis par écrit un remède sans indication précise, sans ajouter dans quel cas il agit particulièrement. Voici donc ci-dessous la formulation exacte qu’il en donne : broyer de la réglisse, verser du miel et de l’eau en quantités égales, ensuite faire cuire et donner le suc (ainsi obtenu) en gargarisme. Il a eu tort (ἥμαρτε) de ne pas préciser que ce remède est extrêmement adoucissant et par conséquent capable d’être très bénéfique dans les périodes aiguës (ἀκμαὶ) des inflammations. Ce médicament est utile aussi lorsque, sous l’effet d’une utilisation exagérée des remèdes astringents, le sujet souffre d’irritation et (d’une sorte) d’exaspération à l’amygdale enflammée : en effet le remède en question l’adoucit. »

  • 19 D. Gourevitch, « La pratique méthodique : définition de la maladie, indication et traitement », P.(...)

14On peut s’étonner d’une part de ce que, dans la fin du passage Galien chante les louanges d’un remède qui est la banalité même : miel+réglisse ; d’autre part, de ce que ce soit Galien lui-même qui évoque l'ἀκμή de la maladie, introduisant une notion de périodisation qu’il critique habituellement chez les méthodiques19 : réflexe de bon sens ? aveu de bonne foi de la part de Galien ? On peut penser que cette prescription, insuffisante et imprécise du point de vue même de la doctrine méthodique, est une formule courte qu’on pourrait attribuer au livre pharmacologique court de Soranos, le monobiblon ? Nous y reviendrons.

  • 20 De libris propriis 2 = XIX 18. Cf. M. Grmek et D. Gourevitch, « Medice, cura te ipsum. Les maladie (...)
  • 21 L’article de P. Kangiesser, « Zur Pathographie des rômischen Kaisers Commodus », Wiener medizinisc (...)

15À propos de ce mal bénin qu’est l’amygdalite, on peut raconter l’histoire du fils de Marc-Aurèle, Commode, confié en l’absence de son père à Galien médecin consultant20. Sa santé générale est bonne21, mais Galien est cependant appelé une fois, l’enfant ayant contracté une inflammation de la bouche et de la gorge.

  • 22 Le « nourricier » auquel son père l’a confié.

« Le garçon en effet avait quitté la palestre avant l’heure de manger et, à la huitième heure, il fut saisi d’une fièvre vraiment chaude. Je lui pris le pouls et compris clairement qu’il avait une inflammation quelque part. Peitholaos22, qui avait entendu cela, dit qu’il s’étonnait qu’une inflammation des amygdales eût altéré le pouls de l’enfant, car il n’avait d’inflammation dans aucune autre partie du corps. Et il lui fit ouvrir la bouche et m’ordonna de la lui examiner. Des points rugueux et très rouges étaient visibles, mais l’inflammation n’avait pas grand volume. Je lui demandai qui lui avait fait sa toilette avec un produit pour la bouche qui contenait quelque chose d’astringent, plus fort que ce qui convient à un enfant. Il dit que c’était lui qui avait fait la toilette de l’enfant, avec un mélange de miel et de sumac. Je lui dis de changer de produit et de prendre du mélicrat où avaient trempé des roses, pour l’utiliser lui seul, la nuit, tout le jour suivant et la deuxième nuit aussi, à plusieurs reprises. Le troisième jour, le matin, les effets de l’inflammation avaient complètement disparu et l’enfant n’avait pour ainsi dire plus de fièvre. Je persuadai donc Peitholaos de le conduire au bain, qui était tout près de sa chambre, d’utiliser l’eau de la bassine pour lui tremper toutes les parties du corps sauf la tête qu’il fallait doucher abondamment une fois qu’il aurait mangé. »

16Alors intervient une certaine Annia Faustina, parente de l’empereur, qui dit :

  • 23 Depraenotione adEpigenem 12 = XIV 661-665.

« qu'elle avait, la veille, après le déjeuner, entendu dire qu’il avait la fièvre. Et à cela elle ajouta qu’il était clair que nous allions laisser passer la huitième heure, heure à laquelle le paroxysme l’avait attaqué. Peitholaos eut un sourire et dit : Pourquoi ne devons-nous pas laisser passer la période de trois jours chère à Thessalos ? Mais Galien, ici présent, qui ce matin a vu que le corps de l’enfant était mince et sec, qui l’a baigné et qui l’a nourri, a dit qu’il n’aurait plus de fièvre. Et d’ailleurs il a dit de le baigner à nouveau ce soir et de lui préparer à dîner comme il convient à quelqu’un de bien portant’. Quand elle entendit cela, Annia Faustina resta un petit moment sans rien dire, puis, prenant par la main l’un des médecins méthodiques qui l’accompagnaient, elle le fit sortir du groupe et dit : “Sache que c’est là Galien, qui est en lutte contre vous les méthodiques, non pas en paroles mais en actions. Car souvent déjà il a donné un bain à bien des malades qui commençaient d’avoir la fièvre et leur a donné du vin à boire. Et il les a rendus à leurs affaires habituelles, certains dès le premier jour, certains le troisième, tandis que vous tous vous leur ordonnez de jeûner pendant les deux premiers jours et vous veillez à ce qu’ils passent couchés les heures suspectes. Et maintenant en vérité, dit-elle, voici qu’il fournit une preuve sûre de son savoir : le fils de l’empereur, en l’absence de son père, ayant eu une forte fièvre ces deux derniers jours, comme vous l’avez vous-mêmes appris hier, il n’a pas laissé passer la huitième heure le troisième jour, comme vous-mêmes vous estimez bon de faire, mais il l’a déjà baigné et lui a donné à manger, c’est là son traitement. Quant à son père nourricier, Peitholaos, qui est extrêmement précis en de telles matières, dans la mesure où la précision dont il fait preuve est une marque de lâcheté, il a été persuadé par l’expérience qu’il avait déjà de l’art de cet homme, de baigner et de nourrir le malade avant l’heure suspecte”. Elle disait cela tout en marchant vers son char. Et moi, au moment où elle était sur le point d’y monter, je m’éloignai en disant : “tu m’as fait haïr des médecins encore plus qu’avant”. Et m’étant éloigné, je racontai tout cela à Peitholaos et, en particulier, je lui dis que je venais d’écrire trois études à cause de tels médecins, l’une Sur la différence entre les fièvres, une deuxième Sur les jours critiques, et une troisième Sur les crises23... »

  • 24 Pour les enfants malades chez Galien, cf, D. Gourevitch, Igiovani pazienti di Galeno. Per una pato (...)

17On voit l’ambiance confraternelle et l’incendie allumé par des commentaires semi savants. On voit aussi la parfaite banalité du conflit. On peut tout au plus admettre que le choix du sumac pour nettoyer sa gorge n’était pas très judicieux, ce produit – tiré des feuilles de l’arbrisseau du même nom fréquent dans l’Europe méridionale – astringent et fébrifuge, étant assez agressif. Pline par exemple évoque les différentes variétés du rhus dans son livre XXIX, § 91-93, signalant en particulier qu’avec le suc du rhus dit des corroyeurs, on fait un remède pour la bouche, qui a les mêmes effets que celui aux mûres cultivées et mieux encore aux mûres sauvages, « rendu encore plus efficace par l’addition d’alun » (§ 92). Un papyrus (Orlandini 91. Pac 2362.3, VI-VII Antinoopolis. PAnt. III 126) qui annonce une « chirurgie des amygdales » traite en fait du traitement médical de l’inflammation des amygdales par des gargarismes, notamment à base de mûres24.

  • 25 Cf. Fabricius, op. cit. p. 84.

18Galien poursuit son chapitre en s’intéressant aux aphtes25 et l’on peut s’étonner de ne pas voir apparaître cette fois-ci le nom de Soranos. Celui-ci pourtant dans les quelques pages de pédiatrie qu’il insère dans son Traité de médecine des femmes s’y était intéressé assez longuement (II 20, p. 60-61, CUF, Burguière-Gourevitch-Malinas) :

« Lorsque se sont déclarées les aphtes, c’est-à-dire une ulcération superficielle localisée dans la cavité, buccale, il faut badigeonner la bouche au miel si la croûte est petite, mais, si elle est assez importante et caractérisée par de la sécheresse et de l’inflammation, il faut faire des applications capables de relâcher ; si la croûte est humide, on appliquera des substances réputées astringentes, comme le baume aux lentilles et la peau de grenade. À l’intérieur de la bouche, et sur les ulcérations, on utilisera l’onguent aux fleurs, ou la fleur de rose ou de souchet triturée, ou le fruit du tamaris pilé ; lorsque l’humeur aura été quelque peu maîtrisée, on recourra aux pommades buccales à la mûre, aux têtes de pavots, au plantain miellé, ou à quelque suc astringent bouilli en même temps que du miel. L’iris uni au miel est aussi d’un certain secours, à moins qu’on préfère le souffler en poudre sèche. Autres produits : les feuilles de rose hachées, les fleurs de roses, le safran, un peu de myrrhe, la noix de galle, l’encens ou l’écorce de l’arbre qui le produit, ensemble ou un seul à la fois, amalgamés à du miel ; on y ajoutera l’eau miellée et le jus de grenade douce. On évitera de s’entourer le doigt de cheveux, de le tremper dans du miel ou de l’huile, et d’en nettoyer les ulcérations, comme font les nourrices, et surtout les nourrices syriennes : en effet, les croûtes une fois arrachées, les ulcérations qu’on malmène redoublent d’acuité. »

19Il faudra s’interroger sur cet étrange oubli.

Cinquième occurrence26

  • 26 On pourrait croire à une sixième occurrence en lisant A. E. Hanson et M. Green, 16, p. 1038-1039, (...)

20Le livre VII du De compositione consacre d’abord un chapitre aux arteriacae, remèdes destinés à diverses pour souffrances de la trachée comme leur nom l’indique mais aussi à d’autres maux. Le chapitre II = XIII 42 poursuit avec diverses arteriacae proposées par Andromachus ; elles sont dix-neuf, qui lui donnent l’occasion de citer Blastus, Marinus, Gallus, Aphrodas, Moschion, Apollonius, Alcimion, Héraclide de Tarente, Périgénès. Puis on passe à Criton, avec quatre préparations, et citant un éclegme de Faustianus.

21Viennent alors les recettes des compositions aux pavots, diacodyon, selon la tradition des anciens et de Galien, avec retour à Andromaque, Criton, Héras, Damocratès suivant Thémison, puis Soranos p. 42-43 avec le jugement de Galien p. 43 :

« Préparation aux têtes de pavots, de Soranos. Soranos estime qu’il faut la préparer comme suit. Des têtes de pavots, 150 ; de l’eau, vingt setiers. Mettre dans un chaudron neuf, faire bouillir jusqu’à une réduction à tant, puis jeter les têtes de pavot, et ajouter du miel en telle quantité. Puis mettre dans un linge, pour chacun une drachme, de myrrhe, safran et hypocyste, et de suc d’acacia, un triobole ; et après l’avoir bien attaché en suspension au-dessus du chaudron afin de le faire cuire avec le miel. Lorsque le tout aura commencé à épaissir, défaire le lien, mettre dans un mortier, broyer avec tant de cyathes de vin doux. Ensuite mettre dans le chaudron, faire cuire doucement, jusqu’à épaississement. La préparation est plus douce si elle est faite seulement de miel et d’infusion de têtes de pavots. On la rend plus efficace si dans le sac de chiffon, on met du mélilot et de la réglisse en guise d’astringents. »

22Puis vient p. 43 la préparation de Galien pour toux et besoin de sommeil qui reprend en les nuançant les auteurs précédents :

« Voici comment moi je compose le remède aux têtes de pavots et comment j’estime qu’on doit s’en servir. À moi en effet qui ai fait l’expérience des préparations ci-dessus, il m’a semblé que la meilleure était celle dans laquelle on met dix têtes de pavots dans un setier comme l’a écrit Criton, ou quinze têtes de pavots dans deux setters d’eau comme l’écrit Soranos. Nous choisissons le milieu, entre les deux, nous mettons huit ou neuf têtes de pavot dans un setier d’eau. »

23On appréciera une remarque d’une grande rareté, à propos des méthodiques : comme dans la troisième occurrence, l’approbation pleine et entière d’une proposition soranienne.

Conclusion

24Si donc nous ne connaissions Soranos que par Galien, nous dirions que c’est un médecin méthodique, spécialiste de pharmacologie, inventeur de recettes, en particulier pour les maladies externes. Je gage que bien des médecins dont on sait très peu sont catalogués dans la Realencyclopàdie et après elle, comme pharmacologues en vertu du même schéma. Il faut donc être très prudent en général puisque, dans le cas de Soranos, nous savons très bien que seule une toute petite partie de la réalité est ici apparente. Il est vrai néanmoins qu’il deux traités pharmacologiques, un traité court en un livre, le Φαρμακευτικόν, et un traité long, en au moins quatre livres, les Φαρμάκεια. On peut penser que quatre des extraits compilés par Galien, relativement longs, doivent être attribués plutôt au traité long, mais Galien ne le précise pas. L’extrait court, auquel Galien reproche justement son manque de précision, pourrait appartenir au traité court. Le classement des φαρμάκεια dans le traité long peut-être peut se deviner : en effet, le traitement de la gourme, qui est une maladie de la tête, n’est pas examiné dans le livre I, ce qui serait logique dans un classement selon les lieux, a capite ad calcem, celui qu’adopte Galien pour son compte. Il l’est au livre IV de l’ouvrage de Soranos, ce qui semble indiquer un classement selon les communautés méthodiques : la communauté mixte qui est celle de la gourme, avec ses écoulements et ses dessèchements, vient forcément après celles du resserré et du relâché. Si le classement par lieu se combine au classement par communauté, alors ce paragraphe consacré à la gourme se trouve au début de ce livre IV ; on peut même imaginer qu’il ait existé un livre V.

  • 27 P. van der Eijk,'‘Introductory chapter : Historical awareness, historiography and doxography in Gr (...)
  • 28 D. Gourevitch, « Galien et la mauvaise malade », Medicina nei Secoli, 9, 1997, p. 249-260.
  • 29 L. C. Youtie, P. Michigan XVII 758 : the Michigan medical codex, Atlanta, Scholars Press, 1996.

25La recherche du passé thérapeutique27 entreprise par Galien semble strictement limitée à des ouvrages de pure pharmacologie, ou, à la rigueur, de cosmétologie. Nous avons constaté par exemple que Galien ne connaissait pas le Traité des maladies des femmes, ou du moins n’en faisait pas état, alors qu’il a soigné la femme de Boéthos le consulaire d’une maladie purement féminine, cas qu’il considère comme l’un de ses plus brillants succès28 : l’occasion du seul contrôle de littéralité est ici perdue, puisque les ouvrages cités le sont eux-mêmes ! Des recueils spéciaux comme ce De compositione sont habituellement des livres éminemment évolutifs : Galien lui-même laisse entendre qu’il fait des ajouts, et en I 1 = XII 422-426 il donne une recette contre la calvitie qui ne saurait venir d’un recueil préexistant puisqu’il est précisé qu'elle a été récemment découverte par son ami Claudianus dans la reliure d’un livre ayant appartenu à un médecin récemment décédé ; tandis qu’un médecin de langue grecque, en Égypte, au IVe siècle, confie à un scribe la tâche de lui préparer un livre de recettes, lui-même en doublant le nombre dans les marges29.

26Pourquoi cet intérêt ? En apparence par esprit critique, pour montrer qu’un choix éclairé par le passé est forcément meilleur, la combinaison de l’expérience commune apportée par les livres, de l’expérience des amis et collègues contemporains, et de l’expérience personnelle étant éclairante pour la pratique du moment. Cette pratique elle-même est rendue visible par l’introduction fréquente de récits de cas, déjà évoquée. Ces véritables poupées russes de citations emboîtées donnent du poids aux recettes que les patients aussi peuvent connaître, ce qui accroît le prestige du dernier disant. En fait, plus encore, Galien veut montrer que son choix, qui clôt les notices, bien que les auteurs cités ne le soient pas nécessairement dans l’ordre chronologique, est le meilleur, puisque lui, Galien, ayant tout lu et connaissant toutes les recettes, peut faire un état des lieux valable.

  • 30 P. Luccioni, « Raisons de la prose et raisons du mètre : Galien et la poésie didactique d’Andromac (...)

27Que faut-il penser de l’insistance de Galien sur la littéralité des citations, alors qu’il n’est pas toujours aussi regardant ? Il est possible qu’il y ait une part de poudre aux yeux jetée pour éblouir, pour impressionner le lecteur, et l’on se rappellera le sic bizarre ci-dessus relevé, pour un auteur inconnu. Mais il y a une meilleure raison : dans les recettes, le dosage et la proportion des ingrédients sont capitaux. Comme l’a bien montré Pascal Luccioni, Galien, quand il a le choix30, préfère les recettes en vers dans lesquelles les règles de la métrique ne permettent pas d’erreurs de chiffres et facilitent la mémorisation. Dans les recettes que Galien retient de Soranos, un détail est en faveur de la littéralité : là où Soranos met quinze têtes de pavots dans deux seders d’eau, Galien précise qu’il choisit huit ou neuf têtes dans un seder d’eau : or cela revient au même ! S’il donne cette précision, c’est qu’il y a toutes les chances pour que cette citation soit exacte ipsissimis verbis, et l’on peut sans doute lui faire crédit de la littéralité des autres.

  • 31 On constate que, volontairement ou non, il arrive souvent que Galien informe mal ses lecteurs, sur (...)

28Cela prouve-t-il une lecture directe ? Pas nécessairement : on a vu le cas du scribe d’Égypte mâchant la besogne d’un médecin, et l’on peut penser que Galien puisait dans des recueils préfabriqués d'excerpta ou, comme plus tard son successeur du IVe siècle, faisait faire un travail préalable de recherche, quitte à l’enrichir lui-même. Je pencherais plutôt pour cette hypothèse, vu le caractère exigeant et très critique de Galien et, dans l’ensemble, la qualité de cette doxographie des pharmacologues, farcie néanmoins de citations indirectes, manifestement non vérifiée... Pour se faire sa bibliographie, Galien a pu indiquer à un collaborateur une liste d’ouvrages ou d’auteurs à compiler pour extraits, n’excluant pas la littérature méthodique. À l’égard de la secte exécrée, il a le beau rôle : content de montrer sa largeur de vues en l’incluant dans sa recherche, il distribue généreusement le blâme, avec une certaine retenue relativement à Soranos qu’il apprécie malgré son vice rédhibitoire et auquel il fait des critiques qui, certes, ne prouvent pas sa bonne foi, mais prouvent qu’il le connaît bien31.

  • 32 Edition commentée du traité Sur l’inutilité de se chagriner, dans les Mélanges en l’honneur de Jac (...)

29Ces quelques extraits soraniens ne paraissent pas mériter une édition spéciale, mais il faudra vérifier la qualité de leur texte à l’occasion d’une édition du traité galénique De composition medicamentorum secundum locos. La découverte récente à Thessalonique du manuscrit dit Vlatadon et la publication par Véronique Boudon dans les Mélanges en l’honneur de Jacques Jouanna d’un inédit sur la nécessité de ne pas se chagriner32 nous en apprend beaucoup sur le fonctionnement de la bibliothèque de Galien et sur sa disparition lors du fameux incendie de Rome, à la toute fin de 192. Galien évoque ses propres œuvres d’une part, ses copies, ses éditions, ses commentaires de nombreux auteurs d’autre part : le nom de Soranos malheureusement n’apparaît pas ; ce qui semble confirmer que Galien n’en possédait pas de manuscrit.

Notes

1 Fr. E. Kind, « Soranus », Pauly-Wissowa Realencyclopadie der classischen Altertumswissenschaft, Stuttgart, Metzler Verlag, 1927, col. 1113-1130. Pour les noms qui apparaîtront dans la suite, cet ouvrage reste un préalable indispensable ; tous n’y figurent pas cependant.

2 Pour ce dossier, on peut proposer parmi les travaux récents S. Ihm, « Die Quellen der Giftkapitel von Galens De antidotis II », A. Debru (ed.) Galen on Pharmacology, Leiden, Brill, 1997, p. 235-253 et J. M. Jacques, « Galien et Athénée lecteurs des Thériaques de Nicandre de Colophon », A. Garzya et J. Jouanna (ed.) Trasmisione e ecdotica del testi medicigreci, Napoli, d’Auria, 2003, p. 241-253.

3 Voir par exemple A. Guardasole, « Galeno e i tragici greci », Atti dell'Accademia Pontiniana, n.s. 48, 1998, p. 431-449 (surtout Euripide, transmis à partir d’anthologies et non directement).

4 Hippocrate est d’emblée exclu, car pour les rapports entre lui et Galien, très complexes, la bibliographie est déjà considérable. Parmi les articles récents, J. Jouanna et V. Boudon, « Remarques sur la place d’Hippocrate dans la pharmacologie de Galien », A. Debru (ed.), Galen on pharmacology. Philosophy, History and Medicine, Leiden, Brill, 1997, p. 213-234.

5 En parallèle, je renvoie à mon travail précédent, « Les lectures hippocratiques de Soranos d’Ephèse dans son traité Des Maladies des femmes », J. A. Lopez Ferez (ed.), Tratados ipocraticos. Actas delVIIe colloque international (Madrid 24-29 sept. 1990), Madrid, Universidad nacional de educación a distancia, 1992, p. 597-607.

6 Pour un travail analogue sur un autre auteur, cf. D. Gourevitch, “Hicesius’fish and chips. A plea for an edition of the Fragments and Testimonies of περί ὔλης”, D. Braund et J. Wilkins (ed.) Athenaeus and bis world. Reading Greek Culture in the Roman Empire, Exeter, Exeter University Press, 2000, chap. 37, p. 483-491.

7 Pour ces notions, cf. D. Gourevitch, « Comment parlent d’elles-mêmes les sectes médicales clans le monde romain. Comment en parle-t-on ? », Revue de philologie, 66, 1992, p. 29-35.

8 Ἐμπληχία, sur le verbe ἐμπλάσσω, frapper de folie.

9 ∆ηρώδης et plus loin λήρος : on voit que ce texte a son intérêt pour l’histoire de la folie et de ses nuances ! Pour le latin (avec une mise au point bibliographique, malheureusement vieillie) D. Gourevitch, « Les mots pour dire la folie en latin. À propos de passages de Celse et de Célius Aurélien », L’Evolution psychiatrique, 56, 1991, p. 561-568.

10 L’histoire de l’amygdalite de Commode nous mettra en présence de méthodiques en action.

11 La toute récente publication de K. H. Leven (ed.) Antike Medizin, Ein Lexikon, München, Beck, 2005, est de peu d’utilité pour les pharmacologues grecs, alors que C. Fabricius, Galens Exzerpte aus âlterin Pharmakologen, W. de Gruytor, New York, 1972, reste indispensable, notamment p. 12, 66, 73, 121-123 ; avec un très utile compte rendu, dans 1 'American Classical Review, 4,1974, p. 90-91.

12 Pour l’importance des récits de cas dans la méthode pédagogique de Galien, cf. D. Gourevitch, « L’insegnamento medico di Galeno : perche narra casi clinici », Medicina nei Secoli, 16 (2), 2005, p. 253-276, ou, en français, dans une perspective un peu différente, « Pourquoi des récits de cas ? Ad introducendos », J. Boulogne et A. Drizenko (ed.), l'enseignement de la médecine selon Galien, Lille, Université de Lille, 2006, p. 87-110.

13 Pour Heraclides Tarentinus (Ier siècle avant J.-C.), premier pharmacologue, croit-on, à avoir utilisé l’opium comme sédatif et analgésique, cf. A. Guardasole, Eraclide di Taranto, Frammenti : testo critico, introduzione, traduzione e commentario, Napoli, d’Auria, 1997.

14 Cf. D, Gourevitch, « Asclépiade de Bithynie chez Pline. Problèmes de chronologie », J. Pigeaud et j. Oroz (ed.) Pline l'ancien, témoin de son temps, Salamanca-Nantes, Universidad. Pontificia de Salamanca, 1987, p. 67-81.

15 Cette simple allusion ne fait évidemment pas l'affaire de l’historien.

16 Comme « restauratif », « métasyncritique » est un mot du vocabulaire méthodique et pose des problèmes de traduction ; cf. après le tome I de Soranos (CUF 1988), l’exposé présenté à Londres au Welcome en février 2008, D. Gourevitch, “IS Soranos quoted by Galen to be translated as Soranien or Galenic ? A problem in medical tradition”.

17 Ce verbe n’est pas dans le Traité des maladies des femmes.

18 Pour ces problèmes de texture, voir notamment D. Gourevitch, « Fabriquer un médicament composé, solide et compact, dur et sec : formulaire et réalités », F. Gaide et R Biville (ed.) Manus medica, Aix-en-Provence, Publications de l'université de Provence, 2003, p. 49-68.

19 D. Gourevitch, « La pratique méthodique : définition de la maladie, indication et traitement », P. Mudry et j. Pigeaud (ed..), Actes du colloque de Lausanne (sept. 1986), Les écoles médicales à Rome, Genève, Droz, 1991, p. 51-81.

20 De libris propriis 2 = XIX 18. Cf. M. Grmek et D. Gourevitch, « Medice, cura te ipsum. Les maladies de Galien », Études de lettres (Lausanne), 1986, p. 45-64, en particulier p. 54.

21 L’article de P. Kangiesser, « Zur Pathographie des rômischen Kaisers Commodus », Wiener medizinische Wochenschrift, 62, 1912, p, 1379-1380, ne prend pas cet épisode en considération.

22 Le « nourricier » auquel son père l’a confié.

23 Depraenotione adEpigenem 12 = XIV 661-665.

24 Pour les enfants malades chez Galien, cf, D. Gourevitch, Igiovani pazienti di Galeno. Per una patocenosi dell'impero romano, Roma-Bari, Laterza, 2001.

25 Cf. Fabricius, op. cit. p. 84.

26 On pourrait croire à une sixième occurrence en lisant A. E. Hanson et M. Green, 16, p. 1038-1039, dans “Soranus of Ephesus : Methodicorum princeps”, Aufstieg und Niedergand der rômischen Welt, 34.2, Berlin, de Gruyter, 1994, qui, par suite d’une confusion, évoquent des « stomach ulcers ».

27 P. van der Eijk,'‘Introductory chapter : Historical awareness, historiography and doxography in Greek and Roman medicine”, P. van der Eijk (ed.) Ancient Histories of Medicine, Leiden, Brill, 1999, p. 131. Et pour la bibliographie de la physiologie de Galien, M. Vegetti, “Historical strategies in Galen’s physiology”, ibid., p. 383-395.

28 D. Gourevitch, « Galien et la mauvaise malade », Medicina nei Secoli, 9, 1997, p. 249-260.

29 L. C. Youtie, P. Michigan XVII 758 : the Michigan medical codex, Atlanta, Scholars Press, 1996.

30 P. Luccioni, « Raisons de la prose et raisons du mètre : Galien et la poésie didactique d’Andromachos l’Ancien », N. Palmieri (ed.) Rationnel et irrationnel dans la médecine ancienne et médiévale. Aspects historiques, scientifiques et culturels, Saint-Etienne, Université de Saint-Etienne (mémoire du Centre Jean Palerne, 26), 2003, p. 59-75.

31 On constate que, volontairement ou non, il arrive souvent que Galien informe mal ses lecteurs, surtout lorsqu’il s’agit de vrais débats d’idées et non de discussions techniques comme ici, où la base doctrinale n’importe pas tellement ; cf. notamment J. Allen, “Galen as (mis)informant about the views of his predecessors : a discussion of P.J. Hankinson (ed.) Galen. On antecedent causes, Cambridge, Cambridge university Press, 1998”, Archiv Fur Geschichte der Philosophie, 83 (1), 2001, p. 81-89 ; et, particulièrement pour Érasistrate, A. Roselli, “Notes on the doxai of doctors un Galen’s commentaries on Hippocrates”, P. van der Eijk (ed.) Ancient histories of medicine, Leiden, Brill, 1999, p. 359-381.

32 Edition commentée du traité Sur l’inutilité de se chagriner, dans les Mélanges en l’honneur de Jacques Jouanna, La science médicale antique : nouveaux regards, Paris, Beauchesne, 2007, p. 68-118.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540