Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmettre les savoirs dans les mondes hellénistique et romain

 | 
Frédéric Le Blay

Troisième partie. Sources et témoins du savoirs

Un pseudo-Démocrite énigmatique : Bolos de Mendès

Patricia Gaillard-Seux

Texte intégral

1L’époque hellénistique a produit des œuvres apocryphes sur la nature et ses forces occultes, très marquées par la magie et placées sous les noms de Zoroastre, Pythagore, Démocrite et autres personnages prestigieux. Cette littérature perdue a partiellement survécu chez les auteurs postérieurs par lesquels nous la connaissons. Assez exceptionnellement, quelques sources nous renseignent sur l’un des auteurs de ces apocryphes, Bolos de Mendès, à qui sont attribués des faux démocritéens. Ce personnage qui n’apparaît que dans un petit nombre de sources a été l’objet d’hypothèses en quantité quasi inversement proportionnelle.

  • 1 Voir notamment su Bolos 3, RE, III, 1899, col. 676-677 et surtout Die Georgika des Demokritos, Abh (...)
  • 2 « Bolos und Demokritos », Hermes, 69, 1934, p. 228-232 ; « Sympathie und Antipathie in der antiken (...)

2La plus notable est celle de l’historien allemand Max Wellmann faisant de Bolos non seulement le père de presque l’ensemble des faux démocritéens, mais aussi l’initiateur de la littérature, notamment médicale, marquée par la croyance dans les sympathies et antipathies naturelles, aboutissant à la diffusion dans la pharmacologie d’époque romaine, et au-delà, des remèdes appelés Φυσικὰ, remèdes magiques en réalité. Bolos serait également le père de l’alchimie pour Wellmann1 dont les hypothèses ont été contredites par W. Kroll2. Ces deux positions ou les éléments de leur démonstration ont en partie dominé les débats sur Bolos jusqu’à nos jours.

  • 3 Nous n'aborderons pas la recherche de fragments hypothétiques chez des auteurs postérieurs ; d’aut (...)

3Nous essaierons ici de mettre en relief les difficultés qu'ont les érudits modernes à cerner un personnage à propos duquel l’exploitation des sources se révèle délicate et nous tenterons de déterminer ce qui résulte de leurs efforts concernant sa vie et son œuvre3.

4Les sources sont donc peu nombreuses. La plus claire et peut-être la plus ancienne qui nous soit parvenue est le De re rustica de Columelle, écrit vers 60-65. Il fournit deux passages :

  • 4 VΙΙ, 5, 17 : « Mais le célèbre auteur égyptien Bolos de Mendès, dont les commenta sont appelés en (...)
  • 5 XI, 3, 53 : « Nous relevons chez l'Egyptien Bolos de Mendès, une pratique qui demande moins de tra (...)

« Sed Aegyptiae gentis auctor memorabilis Bolus Mendesius, cuius commenta, quae appellantur graece Χειρόκμητα, sub nomine Democriti falsoproduntur, censetpropter banc pestem saepius ac diligenter ovium terga perspicere, ut si forte sit in aliqua tale vitium deprehensum, confestim scrobem defodiamus in limine stabuli, et vivam pecudem, quae fuerit pusulosa, resupinam obruamus, patiamurque super obrutam meare totum gregem, quod eo facto morbus propulsetur4 »
« Nos autem leuiore opera istudfieri apud Aegyptiae gentis Bolum Mendesium legimus, qui praecipit aprico et stercoroso loco alternis ordinibus ferulas, alternis rubos in hortis consitas habere, deinde eas confecto aequinoctio paululo infra terram secure, et ligneo stilo laxatis uel rubi uelferulae medullis stercus immittere atque ita semina cucumeris inserere, quae scilicet incremento suo coeant rubis et fendis. Nam ita non sua, sed quasi materna radice aluntur : sic insitam stirpem frigoribus quoque cucumerispraebere fructum5 »

5Par ailleurs, une scholie aux Theriaka de Nicandre indique :

  • 6 Scholie à Nicandre, Theriaca, 764 (sur le perséa) : « Bolos le Démocritéen dit dans le Des sympath (...)

Βῶλος δὲ ὁ Δημοκρίτειος ἐν τῷ Περὶ συμπαθειῶν καὶ ἀντιπαθειῶν Πέρσας φησὶν ἔχοντας παρ' ἐαυτόῖς θανάσιμον φυτòν φυτεῦσαι ἐν Αἰγύπτῳ, ώς πολλῶν μελλόντων ἀναιρηθήσεσθαι. τὴν δὲ ἀγαθὴν οὖσαν, εἰς τοὐναντίον μεταβαλεῖν ποιῆσαί τε τò φυτòν καρπòν γλυκύτατον6.

  • 7 Introduction à Nicandre, Œuvres, II, Les thériaques, 2002, p. CXXXIII-CXXXV.

6D’après J.-M. Jacques, un premier noyau des scholies date du IIe siècle et circulait sous le nom des trois plus anciens commentateurs de Nicandre (Démétrios, déb. Ier siècle av. J.-C. ; Théon, courant 1er siècle ; Plutarque, fin Ier-déb. IIe siècle). Il a été constamment enrichi ensuite. Le dernier état date du XIIe siècle, où il y a peut-être eu un dernier enrichissement par Jean Tzetzès7.

7Etienne de Byzance, dans l’épitomé de ses Ethnika par Hermolaos, nomme également Bolos à l'article Ἄψυνθος :

  • 8 « Apsuntos, cité de Thrace. Mais Apsuntis, la région. Le peuple, Apsuntios et Apsuntias. Il y a au (...)

Ἄψυνθος πόλις θρᾴκης. Ἀψυνθίς δὲ ἠ χώρα, τò ἐθνικòν Ἀψύνθιος καὶ Ἀψυνθιάς. ἔστι καὶ εἶδος φυτοῦ, περὶ ομ Βῶλος ὁ Δημοκρίτειος, ὅτι Θεόφραστος ἐν τῷ Περὶ φυτὤν ἐνάτωι, τα πρόβατα τὰ ἐν τῷ Πόντῳ τò ἀψύνθιον νεμόμενα οὐκ ἔχει χολήν8.

  • 9 M. Billebeck (avec la collaboration de J.F. Gaerter, B. Wyss, C. Zubler), introduction à Stephani (...)
  • 10 Éd. A. Meineke, Berlin, 1849 (rééd. Graz, 1958 ; Ghicago, 1992) ; éd. M. Billebeck en cours (voir (...)

8Les Ethnika ont été rédigés sous le règne de Justinien (527-565) et il est possible que la lettre A ait été écrite au plus tôt en 5409. Par ailleurs ce passage pose un problème de ponctuation, de grande conséquence pour l'historiographie consacrée à Bolos. Les deux éditions des Ethnika placent un point entre Δημοκρίτειος et ὄτι ; ce ne serait donc pas par Bolos qu’Étienne aurait eu connaissance du texte de Théophraste10. En revanche, comme dans la version suivie ici, pratiquement tous les historiens qui se sont intéressés à Bolos suppriment ce point, ce qui transforme alors Bolos en source d’Etienne sur Théophraste, avec les conséquences que nous verrons.

  • 11 Quaestiones physicae, 19 (p. 38 Massa Positano, 1965) : σφετερίσομαι πόνους οὐδὲ... oὐ Βῶλον...
  • 12 Simocata a écrit une Histoire racontant le règne de l’empereur Maurice (582-602), où il évoque com (...)

9Bolos est aussi mentionné par Théophylacte Simocata, auteur de Quaestiones Physicae, un livre de paradoxographie, où il aborde une vingtaine de sujets, tels que pourquoi le diamant est incombustible et comment il est brisé par le sang de bouc. L’auteur cite Bolos à la fin, dans une liste d’auteurs antiques dont il se serait inspiré et dont il ne prétend pas égaler la gloire11. L’ouvrage date probablement de la première moitié du VIIe siècle12.

  • 13 La scholie à Nicandre attribue à Bolos le Démocritéen le περὶ συμπαθειῶν καὶ αντιπαθειῶν que la So (...)

10Une autre source byzantine, le lexique Souda (fin Xe-début XIe siècle) fournit deux notices au nom de Bolos (B 481 et 482), avec liste des œuvres. Il s’agit en réalité du même personnage13 :

481 – Βῶλος, Δημόκριτος, φιλόσοφος. Ἱστορίαν καὶ τέχνην ἰατρικήν, ἔχει δὲ ἰάσεις φυσικας ἀπό τινων βοηθημάτων τῆς φύσεως. 482 – Βῶλος. Μενδήσιος, Πυθαγόρειος. Περὶ τῶν ἐκ τῆς ἀναγνώσεως τῶν ἰστοριῶν εἰς ἐπίστασιν ἡμἅς ἀγόντων, Περὶ θαυμασίων, φυσικὰ δυναμερά. Ἔχει δὲ περὶ συμπαθειῶν καὶ αντιπαθειῶν λίθων κατὰ στοιχεῖον. Περὶ σημείων τῶν ἐξ ήλιου καὶ σελήνης καὶ ἄρκτου καὶ λύχνου καὶ ἴριδος.

11Le texte des notices a posé quelques problèmes aux commentateurs qui ont proposé diverses corrections sur lesquelles nous reviendrons.

  • 14 Scymnos le géographe ; voir notamment Ziegler, SU Paradoxographoi, RE, col. 1153-1154 et P.W. Fras (...)
  • 15 Le fac-similé du manuscrit grec Palatinus 398 est visible sur le site internet de l’université d’H (...)
  • 16 HP, IX, 17, 4 : Ἐπεὶ καὶ τò ὰψίνθιον τὰ μὲν ἐνταῦθα πρόβατα οὔ φασί τινες νέμεσθαι, τὰ δ' ἐv τῷ Πό (...)

12Enfin, il existe une autre source où Bolos semble mentionné et qui pourrait être la plus ancienne, mais très problématique : les Historiae mirabiles d’Apollonios, qui ne se réfère à aucune source plus tardive que vers 185-184 avant Jésus-Christ14. Au début du premier paragraphe du seul manuscrit qui nous transmet cette œuvre figurent ces mots : Βώλου Ἐπιμενίδης ὁ κρὴς15... Cette situation du nom de Bolos au tout début, sans rapport évident avec la suite, pose problème, et nous y reviendrons. D’autre part, le paragraphe 31 est quasi identique au passage d’Étienne de Byzance sur les moutons du Pont : Θεόφραστος ἐν τῷ Περὶ φυτῶν, τὰ πρόβατα, φησίν, τὰ ἐν τῷ Πόντῳ τò ἀψίνθιον νεμόμενα οὐκ ἔχει χολήν. Les deux different donc de la même façon du texte actuel de Théophraste16.

  • 17 Dans les années 1930, l’égyptologue K. Sethe, consulté par Kroll, lui avait indiqué que le nom de (...)
  • 18 Sur Mendès, voir H. Kees, SU, RE, XV, 1932, col. 780-784.

13Partant de ces sources, l’indication du nom de Bolos et de son lieu d’origine ne pose pas problème. Son nom paraît effectivement égyptien17. La ville égyptienne de Mendès, à l’Est du delta du Nil, était un port sur une branche du Nil à environ 40 km de la côte. Elle possédait une Maison de vie, centre religieux et intellectuel très important18, où Bolos peut avoir reçu une formation s’il n’est pas allé à Alexandrie très tôt. Son œuvre montre en tout cas que c’est un Égyptien très hellénisé.

  • 19 Die Φυσικά..., p. 4-9.
  • 20 Op. cit., p. 231.
  • 21 T. Weidlich, Die Sympathie in der antike Litteratur, Stuttgart, 1894, p. 17 ; W. Kroll, loc. cit,  (...)
  • 22 P. Kingsley, Ancient Philosophy, Mystery and Magic, Oxford, 1995, p. 325-328, p. 335-341 ; id., “F (...)

14En revanche, avec le terme « pythagoricien » dans la Souda commencent les désaccords. M. Wellmann a supposé l’existence d’une secte néo-pythagoricienne en Egypte, à laquelle Bolos aurait appartenu et qui aurait eu une influence déterminante sur les Esséniens en Palestine19. Cette hypothèse a été balayée par W. Kroll20. « Pythagoricien » à propos de Bolos est généralement vu comme une simple manière de désigner un homme intéressé par l’occulte – comme l’étaient les néo-pythagoriciens – n’impliquant pas qu’il soit disciple de Pythagore21. Mais quelques auteurs attribuent à Bolos un rôle important dans la transmission de la tradition pythagoricienne22, au risque de surinterpréter une donnée isolée et tardive. Quant à l’adjonction « Démocrite » ou « démocritéen », elle est un élément de la discussion sur le statut de faussaire de Bolos sur laquelle nous reviendrons.

  • 23 De arch., IX, praef, 14 : « J’admire aussi les volumes de Démocrite sur la nature et son commentai (...)
  • 24 XXIV, 156 : « II est certain que les Chirocmeta sont de Démocrite ». Pour Pline, les écrits magiqu (...)

15Il est en effet nécessaire de voir d’abord quelles peuvent être les œuvres de Bolos. Les deux notices du lexique Souda fournissent chacune une liste. Cependant n’y figurent pas les Χειρόκμητα attribués à Bolos par Columelle, attribution qui a rencontré l’accord de tous les commentateurs. En effet, la conviction de Vitruve et de Pline l’Ancien que cette œuvre est de Démocrite ne tient pas, étant donné son contenu magique. Vitruve n’a aucun doute : « admiror etiam Democriti de rerum naturel uolumina et eius commentarium quod inscribitur χειροκμήτωυ23. » Pline, qui a lu Columelle et connaît le problème d’attribution, affirme, avant d’en extraire un catalogue de plantes magiques : « Democriti certe Chirocmeta esse constat24. »

  • 25 Die Φυσικά..., p. 68, qui baptise ce traité Φυσικαὶ βαφαί ou Βίβλοι φυσικῶν βαφῶν ou Βαφικά, titre (...)
  • 26 Pap. Holm., 2 Halleux.
  • 27 Pap. Lond. 121 (PGM, VII, 168-186) du IVe siècle (dans ce but, essuyer avec un mélange de soufre n (...)

16Par ailleurs, nous connaissons divers faux démocritéens que Wellmann faisait remonter à Bolos. Il y a notamment des apocryphes en rapport avec l’alchimie : le traité placé sous le nom de Démocrite dans le corpus alchimique, Φυσικὰ καὶ μυστικά, généralement daté du Ier siècle après J.-C., que Wellmann estimait transposé d’un traité alchimique de Bolos25 ; une recette de fabrication d’argent à partir de cuivre d’Anaxilaos de Larissa d’après Démocrite dans le papyrus chimique de Stockholm26 ; des παιγνία de Démocrite, tours de magie où l’on fait souvent passer une chose pour une autre dans un papyrus magique de Londres, dont la première recette consiste à faire ressembler du cuivre à de l’or27.

  • 28 XXV, 13 : Pythagoras... uolumen de effectu earum ( = herbarum) composait... Composait et Democritu (...)
  • 29 XXVIII, 7 : Extant commentationes Democriti ad aliud noxii hominis ex capite ossa plus prodesse, a (...)
  • 30 XXVIII, 112 : chamaeleonem, peculiari uolumine dignum existimatum Democrito ac per singula membra (...)

17D’autre part posent problème les indications de Pline : « Démocrite » aurait composé un ouvrage sur les effets des herbes28 ; il subsistait de « Démocrite » des commentationes dénoncés par Pline et préconisant comme remèdes des fragments de corps humain29 ; il aurait consacré au caméléon un volumen particulier, dont Pline donne de larges extraits30.

  • 31 Diogène Laërce, IX, 48 ; Columelle, XI, 3, 2 (Democritus in eo libro quem Georgicon appelauit...).(...)

18Enfin, un bon nombre de recettes attribuées à Démocrite, dont certaines très marquées par la magie, figure dans les manuels d’agronomie, notamment dans les Géoponiques. L’attribution du Περὶ γεωργίης figurant dans la liste des œuvres de Démocrite chez Diogène Laërce et nommé une fois chez Columelle31 a donc été mise en doute.

  • 32 Les présocratiques, Paris, La Pléiade, 1988, p. 918.
  • 33 P. Kingsley, “From Pythagoras...”, p. 5, n. 30 ; voir aussi R. Laurenti, « La questione Bolo-Democ (...)
  • 34 Op. cit., p. 63. Solution également adoptée en espagnol par J.A. Lopez-Ferez (« El falso Democrito(...)
  • 35 Loc. cit.
  • 36 « Über Epimenides von Kreta », SB berl. Akad., 1891, p. 393-394 ( = Kleine Schriften zur den antik (...)
  • 37 Loc cit. ; il s’appuie sur le fait que le mot ιστορία du premier titre se retrouve dans des titres (...)
  • 38 Op. cit., I, p. 441 ; IIb, p. 640-641, n. 535.

19Face à ces données, le souci des commentateurs a été notamment de concilier les indications de la Souda entre elles et avec celles des autres sources, pour essayer de déterminer une liste des œuvres de Bolos de Mendès et sa part dans les faux démocritéens. La deuxième notice de la Souda a été la plus questionnée. Concernant ses deux premiers titres, les points débattus sont le sens du premier et la possibilité qu’il soit identique au deuxième. Les traductions reflètent les incertitudes sur le sens. Ainsi, J.-P. Dumont traduit le premier titre : Des questions tirées de la lecture des enquêtes qui attirent notre attention32 et P. Kingsley : Concerning Matters Demanding our Attention when reading Stories33 le point délicat étant évidemment la traduction d'bcxopia. Une autre tendance, représentée par exemple par R. Halleux, propose : Sur ce qui dans la lecture des histoires nous conduit au savoir34 Cette traduction est contestée par P. Kingsley qui fait remarquer, à juste titre, qu’elle repose sur une mauvaise lecture d'ἐπίστασιν en ἐπιστήμην35. Ce premier titre semblant aborder des sujets fort proches de ceux du second, περὶ θαυμασίων, certains érudits ont considéré qu’il s’agissait du même ouvrage. C’est le cas de H. Diels, assez largement suivi36, tandis que P. Kingsley, pour qui il n’y a pas de raison d’adopter cette solution, estime que le premier ouvrage est probablement un commentaire du second37. Pour P.M. Fraser, il n’y a qu’un seul titre et il faut supprimer περὶ devant θαυμασίων pour aboutir à un titre qu’il traduit On marvels from readings of history worthy of attention38 En l’absence d’indications certaines sur le contenu de ces ouvrages, il est évidemment impossible d’avancer une solution incontestable ; on ne peut exclure toutefois qu’il y ait un seul ouvrage étant donné la proximité des sujets suggérée par les titres.

  • 39 J.P. Dumont, loc. cit.
  • 40 Op. cit., p. 63.
  • 41 J.H. Waszink, loc. cit.
  • 42 M. Wellmann, SU Bolos..., col. 677.
  • 43 P. Kingsley tire de ce titre que Bolos a écrit sur la divination par la lampe (op. cit., p. 6, n. (...)

20Cependant c’est la suite de la deuxième notice de la Souda qui a le plus retenu l’attention. Bolos est donné comme l’auteur de φυσικὰ δυναμηρά. Si l’on s’en tient à la lettre de la notice, le contenu comprendrait un « Sur les sympathies et antipathies des pierres classé par ordre alphabétique » ; certains érudits y incluent également le titre suivant, « Sur les signes tirés du soleil, de la lune, de l’ourse, de la lampe et de l’arc-en-ciel »39. Ce n’est pas le cas de R. Halleux qui traduit l’ensemble du passage : « Propriétés naturelles : cet ouvrage est relatif aux sympathies et antipathies des pierres dans l’ordre alphabétique. Sur les signes tirés du soleil, de la lune, de l’Ourse, de la lampe et de l’arc-en-ciel40 » Toutefois, ce dernier ouvrage a peu retenu l’attention : il a été considéré soit comme un traité sur les signes indicateurs du temps qu’il fera41, soit comme un traité d’astrologie42 ou de divination43. Il semblerait traiter de diverses formes de divination étant donné l’énumération assez hétérogène, la prévision du temps pouvant en faire partie car Pline cite « Démocrite » sur ce point dans ses livres d’agriculture.

  • 44 XI, 3, 64 : « Sed Democritus in eo libro, qui in Graece inscribitur Περί Αντιπαθών, affirmat has i (...)
  • 45 Or. ad Gr., 17 : περὶ γὰρ τῶν κατὰ τòν Δημόκριτον ξυμπαθειῶν τε καὶ ἀντιπαθειῶν τὶ καὶ λέγειν... « (...)

21C’est surtout le passage Φυσίχὰ... σχοικεῖον qui a suscité bien des hypothèses en liaison avec les indications d’autres sources. La scholie à Nicandre déjà cirée évoque le livre de Bolos περὶ συμπαθειῶν καὶ ἀντίπαθειῶν ; Columelle cite un extrait d’un livre de Démocrite, « qui s’intitule en grec περὶ ἀνχίπαθῶν44 ». Par ailleurs, Tatien parle des « sympathies et antipathies selon Démocrite » sans que l’on voit bien s’il s’agit du titre d’un ouvrage45. Il est sûr en tout cas que chez ces deux auteurs, il s’agit d’un apocryphe, identique à l’œuvre attribuée à Bolos par la scholie à Nicandre. La seule mention des antipathies dans le titre de Columelle est parfois expliquée, à bon droit, me semble-t-il, par le fait que le livre devait insister sur les antipathies, si l’on se réfère aux auteurs postérieurs écrivant sur le même sujet.

  • 46 Die Φυσικά..., p. 11 (s’inspirant d’un titre donné par certains manuscrits à un ouvrage sans doute (...)
  • 47 Hypothèse de Küster (FHG, II, p. 25) suivie par T. Weidlich, loc. cit.·, P.M. Fraser, loc. cit. ; (...)

22L’indication de la Souda selon laquelle il n’aurait porté que sur les sympathies et antipathies des pierres a étonné. L’extrait de la scholie à Nicandre parle d’un arbre, tandis que le passage de Columelle met en scène une pratique des femmes réglées pour détruire les chenilles ; d’autre part, des mentions de sympathies ou antipathies attribuées à Démocrite dans diverses sources et susceptibles de provenir du même ouvrage concernent les trois règnes de la nature. Il est donc admis que le texte de la Souda est corrompu : M. Wellmann a restitué [ζώιων, φυτῶν] devant λίθων46 ; d’autres y suppléent [περὶ] pour déterminer deux titres séparés, l’un sur les sympathies et antipathies et l’autre sur les pierres47.

  • 48 E. Oder, « Beitrâge zur Geschichte des Landswirchaft », RhM, 45, 1890, p. 70-77, p. 71 ; H. Diels,(...)
  • 49 M. Wellmann, Die Φυσικα..., p. 10 ; A. Festugière, op. cit., p. 198 ; P.M. Fraser, loc. cit. ; R. (...)
  • 50 En particulier P.M. Fraser, op. cit., IIb, p. 641, n. 536 qui indique pour δυναμερά le sens de « p (...)
  • 51 R. Halleux, op. cit., p. 63. A. Festugière parie à propos du genre littéraire des Φυσικά ou Φυσικα (...)
  • 52 La tendance à voir dans les Φυσικὰ δυναμερά ou le Περὶ συμπαθειῶν... un livre de remèdes vient de (...)

23Quelle que soit la manière dont il faut lire la Souda, il paraît certain que Bolos a écrit un livre sur les sympathies et antipathies naturelles qui porte sur les trois règnes de la nature. Quelques savants le considèrent comme une partie des φυσικὰ δυναμερά, suivant ici plus ou moins la Souda48, tandis que d’autres voient les deux ouvrages comme identiques49. Quand elle est traduite, l’expression même de φυσικὰ δυναμερά l’est selon le contenu attribué à l’ouvrage (identifié ou non au Περὶ συμπαθειῶν...). Tout un courant jusqu’à nos jours y voit avant tout un livre de remèdes et traduit « remèdes naturels »50, tandis que R. Halleux préfère « propriétés naturelles »51. Les sens spécialisés de δύναμις et de φυσικόν influencent la première traduction, δύναμις pouvant désigner l’action d’un médicament, voire un remède (l’adjectif δυναμερός n’étant que très peu attesté), tandis que φυσικόν signifie tardivement « remède magique ». Cependant les deux extraits certains du περὶ συμπαθειῶν (qui est au minimum une partie des Φυσικὰ δυναμερά) ne parlent pas de remèdes, mais d’un fait botanique extraordinaire et d’une pratique « insecticide ». L’œuvre ne traite donc pas que de remèdes et le titre φυσικὰ δυναμερά, fait allusion aux forces puissantes présentes dans la nature, dont la plus remarquable est celle des sympathies et des antipathies et se manifeste dans divers domaines et pas seulement la médecine. Une traduction telle que « Pouvoirs de la nature » serait peut-être plus proche du sens réel à l’époque de l’écriture52, celle d’Halleux pouvant être envisagée.

  • 53 T. Weidlich, op. cit., p. 25, LP. 31.
  • 54 M. Wellmann, op. cit., p. 12 dans Diels, loc. cit. ; Die Φυσικά..., p. 12, 27 ; I. Hammer-Jensen, (...)
  • 55 W. Dickie, op. cit., p. 180 (s’appuie en partie sur M. Wellmann, dans H. Diels, op. cit., 68, B 30 (...)
  • 56 Voir P. Gaillard-Seux, « Sympathie et antipathie dans l'Histoire Naturelle de Pline l’Ancien », N.(...)
  • 57 S’indignant que Pline ait pu croire que Démocrite avait écrit un tel livre, Aulu Celle dit que « b (...)

24Quant au uolumen sur le caméléon de Pline, il est considéré tantôt comme un livre indépendant53, tantôt comme un volume dépendant de l’ouvrage sur les sympathies et antipathies (identifié ou non aux Φυσικὰ δυναμερά)54. Il a été judicieusement remarqué que uolumen pouvait aussi bien désigner un rouleau, un volume par allusion au support matériel sans impliquer qu’il s’agisse d’un livre autonome55. Pline ayant probablement fait grand usage du livre sur les sympathies et antipathies56, il est possible en effet qu’il faille lui rattacher ce volume, s’il ne s’agit toutefois pas de l’œuvre d’un autre pseudo-Démocrite57.

  • 58 Loc. cit.
  • 59 Op. cit., p. 65. La différence de traduction de la phrase qui suit les titres n’aboutit, pas à un (...)
  • 60 Dans H. Diels, op. cit., 68, B 300, 1, notes ; suivi par Laurenti, op. cit., p. 78-80 et, partiell (...)
  • 61 Fuchs, RhM, 49, 1899, p. 532-558 ; M. Wellmann, dans H. Diels, op. cit., 68, B 300, 10 (où figuren (...)
  • 62 Op. cit., I, p. 441 ; IIb, p. 641, n. 537.

25Les titres de la première notice de la Souda n’ont pas donné lieu à beaucoup de commentaires, les traductions indiquant quelques désaccords sur leur nombre. J.-R Dumont traduit : « ...auteur d’une Enquête et d’un Art médical (ce dernier ouvrage renferme des remèdes naturels ioniens tirés de certaines drogues naturelles58) » tandis que R. Halleux préfère : « [...] Histoire et Art de la médecine. Cet ouvrage contient des guérisons naturelles d’après certains secours de la nature59. » Wellmann complétait ἱστορίαν par φυσικέν et identifiait l’œuvre aux Φυσικὰ δυναμερά60. Quant à la τέχνη ἰατρική, ce serait peut-être une partie, sous forme de monographie, des Φυσικὰ δυναμερά, à laquelle appartiendraient les bribes purement médicales dispersées chez quelques auteurs médicaux61. Fraser la voit comme un ouvrage distinct et remarque que l’on ne sait rien de cet ouvrage et qu’il a suscité peu de conjectures62.

  • 63 Op. cit., p. 17. Il y a ainsi six variantes du titre de l'Historia plantarum de Théophraste chez l (...)

26Cette liste de la première notice me semble reprendre en réalité des titres de la deuxième. Comme le soulignait déjà Weidlich, les anciens ne faisaient pas preuve d’une grande rigueur dans la dénomination des ouvrages63. Il n’est donc pas impossible que ἱστορία corresponde à un des deux ouvrages mentionnés au début de la seconde notice tandis que la τέχνη ἰατρικη, où l’on trouve des φυσικά, renverrait à la partie médicale des Φυσικὰ δυναμερά, dont a pu être fait un recueil d’extraits, à l’image de la Medicina Plinii par rapport à l’œuvre de Pline. Cette confusion sur les titres expliquerait l’existence de deux notices. En tout cas il faut exclure que la τέχνη ἰατρική ait pu correspondre à des apocryphes médicaux d’allure rationnelle puisqu’elle semble contenir des remèdes magiques, d’après la phrase descriptive de la Souda.

27Que faire maintenant des Χειρόκμητα ? Vitruve les qualifie de commentaire (commentarium), ce qui a été rapproché de Columelle parlant de commenta à leur propos ainsi que de Pline évoquant les commentationes de Démocrite sur l’emploi de fragments humains comme remèdes.

  • 64 T. Weidlich, op. cit., p. 23, n. 2 ; M. Wellmann, dans H. Diels, op. cit., 68, 300, 13, notes ; M. (...)
  • 65 R. Laurenti (op. cit., p. 100) ; P. Kingsley (op. cit., p. 8). D’autre part, Pline donne le procéd (...)
  • 66 Op. cit., p. 65-66 ; position suivie par P. Kingsley, op. cit., p. 5, n. 30.
  • 67 Diogène Laërce, IX, 46.

28Quelques historiens estiment donc que les commentationes de Pline sont les Χειρόκμητα64. Mais le mot commenta employé par Columelle ne peut pas être utilisé pour confirmer la nature de commentaire des Χειρόκμητα, car il a certainement ici son sens primitif d’« inventions65 ». Le témoignage de Vitruve est plus probant et R. Halleux souligne que celui-ci « désigne l’ouvrage comme un commentaire aux φυσικά66 ». Cependant, est-il certain que Vitruve désigne les Φυσικὰ δυυαμερὰ en parlant des de rerum natura uolumina, le véritable Démocrite étant auteur de livres sur la nature67 ? De plus, les commentaires portaient-ils obligatoirement sur le premier titre mentionné par Vitruve ? La remarque d’Halleux est peut-être davantage étayée par la nature du livre.

  • 68 De χείρ et de κάμνω.
  • 69 Ainsi R. Halleux estime que les Χειρόκμητα désignent « les “effets merveilleux” produits artificie (...)
  • 70 Après avoir assuré que les Cheirokméta étaient bien de Démocrite, Pline donne comme exemple du con (...)
  • 71 Die Georgika..p. 8 ; Die Φυσικά..., p. 10.
  • 72 Op. cit., p. 198. Voir également J.H. Waszink, op. cit, col. 503 ; J.A. Lopez-Ferez, op. cit., p.  (...)
  • 73 Op. cit., p. 641, n. 536 ; R. Laurenti, op. cit., p. 99. R. Gordon traduit « artificial remedies » (...)
  • 74 “A survey of Greek Alchemy”, JHS, 1930, p. 109-139, sp. p. 114-115.

29Pour éclairer celle-ci, on s’est penché sur le titre et le contenu. Le titre signifie littéralement « Faits à la main »68, ce que tous les commentateurs ont vu comme une expression s’opposant à φυσικά et désignant quelque chose d’« artificiel »69. Pline tire de l’œuvre un catalogue de plantes magiques plus ou moins par ordre alphabétique70, et Columelle, une manière très superstitieuse d’empêcher une maladie de se transmettre au sein d’un troupeau de moutons. Cette dernière indication, croisée avec les sources qui semblent avoir largement utilisé Bolos, comme Pline, chez qui figurent beaucoup de remèdes magiques, paraît avoir incité beaucoup d’érudits à considérer les Χειρόκμητα comme un livre de remèdes magiques « artificiels », le titre étant compris comme s’opposant à celui des φυσικὰ δυυαμερά, livres de remèdes naturels. Ainsi, M. Wellmann restitue δυυαμερά après χειρόκμητα et comprend « Über künstlich hergestellte mystisch-magische Sympathiemittel »71. Festugière adopte la restitution et traduit « remèdes magiques artificiels »72 tandis que Fraser estime que le livre traite de « manufactured medicines73 ». ES. Taylor parle plus vaguement d’« artificial substances74 », ce qui est restrictif par rapport à la recette de Columelle.

  • 75 Χειρόκμητα, in quo etiam utebatur anulo <quo> signaret <ce>ra molli [siqua] es<se>t expertus (De a (...)
  • 76 Op. cit., p. 66.
  • 77 Lexique Souda, Z, 168.
  • 78 Lettres à Lucilius, 90, 33.
  • 79 Op. cit., p. 67-69.
  • 80 Commentaire à Vitruve, De l’architecture, IX, Paris, CUF, 1969, p. 65, n. 42.

30R. Halleux représente une autre manière de voir. Pour lui, Vitruve désigne les χειρόκμητα comme « un recueil d’expériences ». Vitruve semble continuer sa phrase sur les Cheirokméta en indiquant que c’est un ouvrage où Démocrite utilisait un anneau pour faire une marque dans la cire molle quand il avait lui-même effectué l’expérience75. Ce point, joint au fait qu’ils seraient un commentaire des Φυσικὰ δυναμερά et aux citations de Columelle et Pline, indiquerait que leur nom se référerait plus spécialement aux applications médicales, magiques, techniques76. S’appuyant sur la nature de l’ouvrage ainsi définie et rappelant que, d’après la Souda, l’alchimiste Zosime de Panopolis (fin IIIe-déb. IVe siècles) a écrit des χειρόκμητα77, Halleux estime qu’une partie des Χειρόκμητα a trait à la chimie ; cet ouvrage serait donc la source d’un passage de Sénèque attribuant à Démocrite des recettes pour amollir l’ivoire et transformer des pierres en émeraudes78, de la recette du papyrus de Stockholm et des Φυσικὰ καὶ μυστικά ; les Παιγνία en seraient un extrait de magie amusante79. Quant à J. Soubiran, éditeur de Vitruve, il suppose que les Χειρόκμητα étaient « peut-être un recueil de procédés, de “trucs”, utiles dans les circonstances les plus variées (maladies surtout)80 ».

  • 81 Les Georgika..., p. 8 ; dans H. Diels, op. cit., 68 B 300, 1, note ; F.S. Taylor identifie les Χει (...)
  • 82 Op. cit., I, p. 441 ; IIb, p. 641, n. 536.
  • 83 1. Hammer-Jensen, op. cit., col. 220.
  • 84 T. Weidlich, op. cit., p. 28 (il arrive à cette conclusion en constatant que l’herbe ouvre-porte e (...)

31Compte tenu de la manière de comprendre titre et contenu, les commentateurs modernes ont tenté de rapprocher cet ouvrage de ceux nommés dans le lexique Souda. Pour Wellmann, il serait identique au περὶ θαυμάσιων81. Pour Fraser, il ferait peut-être partie du même ouvrage que les Φυσικὰ δυναμερά et il suppose que le titre était peut-être Φυσικὰ καὶ Χειρόκμητα δυναμερά82. Quant au uolumen sur les effets des plantes mentionné par Pline, il est parfois identifié aux Χειρόκμητα83 ou considéré comme une partie de l’ouvrage84. Un certain nombre de commentateurs n’a pas cherché à situer les Χειρόκμητα autrement qu’en signalant l’opposition du titre avec celui des Φυσικὰ δυυαμηρά ou avec le mot φυσικὰ.

  • 85 Correction suggérée par Saumaise en s’appuyant sur Vitruve et Pline.
  • 86 F. Süsemihl, op. cit., p. 484, n. 136 ; T. Weidlich, op. cit., p. 14 ; P.W. Dickie semble plutôt f (...)
  • 87 Sur ce point et la confusion fréquente avec χειρότμητος, voir M. Mertens, commentaire dans Les alc (...)

32Enfin, l’on s’est demandé pourquoi les Χειρόκμητα ne figuraient pas dans les notices de la Souda. Ils pourraient correspondre à un nom corrompu, Χέρνιβα ou Χερνικά <ἠ> προβλήματα, à la fin de la liste des œuvres de Démocrite établie par Thrasylle et transmise par Diogène Laërce, parmi les livres classés à part et probablement suspects d’inauthenticité85. Cette hypothèse a été plutôt rejetée par les historiens de Bolos qui la mentionnent86, bien qu’elle soit reprise par certaines éditions de Diogène Laërce. Elle peut être envisagée car le mot χειρόκμητος est corrompu dans beaucoup de manuscrits, les copistes ne connaissant pas ce mot rare87. On peut aussi se demander si les Χειρόκμητα ne sont pas absents des listes du lexique Souda tout simplement parce qu’il en attribuait à Zosime.

  • 88 Sur les 13 plantes de XXV, 160-165, une est véritablement un remède (163), les autres emplois étan (...)
  • 89 Mémoires authentiques, IV, 1. 55-56 ; le manuscrit porte χειρότμητος ετ χειροκμήτων est une correc (...)
  • 90 Dans le livre 8 d’un traité en 12 livres de Zosime conservé dans la tradition syriaque, fauteur év (...)
  • 91 « Les origines de la Mappae clavicula », AHMA, 54, 1987, p. 7-58, sp. p. 13 ; d’après cet article, (...)

33Par ailleurs, l’examen des données disponibles me semble rendre impossible de réduire les Χειρόκμητα à un livre de remèdes. La liste de plantes donnée par Pline montre des utilisations qui ne sont que minoritairement médicales88 et le procédé transmis par Columelle est plus une recette agricole qu’un remède proprement dit. D’autre part il y a de fortes chances que les Χειρόκμητα aient aussi contenu des recettes en rapport avec la chimie ou l’alchimie. En effet, Zosime lui-même fait allusion à ses Χειρόκμητα, en parlant du « filtrat de lessive dont je vous ai parlé dans la partie “foulons” des Cheirokméta89 ». Le même mot apparaît également non comme titre, mais pour désigner un type d’opération dans la tradition syriaque de Zosime90. Dans un article de 1987, R. Halleux et P Meyvaert, s’appuyant sur le titre de Bolos et celui de Zosime, considèrent que dans un contexte alchimique, ce titre désignait des ouvrages dont le point commun était le caractère opératoire et qui constituaient, semble-t-il, un genre ; ils proposent de le traduire par « tours de main91 ». La traduction est intéressante, mais il semble un peu excessif de partir de deux titres d’ouvrages perdus pour en faire un genre littéraire en alchimie, d’autant que les Χειρόκμητα de Bolos ne parlaient pas que de chimie. Faire de ces derniers un recueil d’expériences est plus lié à Zosime qu’à Vitruve, dont le passage sur l’anneau est si corrompu qu’il est difficile à comprendre (voir n. 75) ; la liste de plantes chez Pline ne semble pas correspondre à cette optique. Cet ouvrage devait être une sorte de fourre-tout pratique, comme le suggérait J. Soubiran, probablement divisé en sections car la liste de Pline paraît assez différente de la recette de Columelle. Il ne s’agit pas du περὶ συμπαθειῶν καὶ αντιπαθειῶν puisque Columelle distingue les deux livres ; son optique peut en faire un commentaire de Φυσικὰ δυναμηρά, mais nous n’en savons pas assez pour être certains de son rapport avec les titres de la Souda.

  • 92 XXVIII, 5-7 ; XXX, 7-10.
  • 93 Op. cit., p. 230-231 ; « Sympathie... », p. 112.
  • 94 J.P. Hershbell, op. cit. ; J. Letrouit, opera citata ; aussi P.M. Fraser, op. cit., I, p. 443.
  • 95 J. Bidez-F. Cumont, op. cit., II, p. 324 ; A. Festugière, op. cit., p. 222, n. 6 ; P. Kingsley, op (...)
  • 96 La liste comporte surtout des recettes pour banquets (empêcher le cuisinier d’allumer son feu, une (...)

34Les Χειρόκμητα mettent donc sur la piste d’un Bolos lié à l’alchimie. Mais c’est à partir d’autres éléments que Wellmann estimait qu’il était auteur d’un traité à l’origine de l’alchimie. En dehors de l’attribution tardive à Démocrite de Φυσικὰ καὶ μυστικά, ce sont surtout la recette du papyrus de Londres, celle des Παίγνια, le passage de Sénèque sur la transformation des pierres et une allusion de Pline à des commentarii (sans indication de nom d'auteur) sur le même sujet (XXXVII, 197). La mention d’Osthanès comme maître de Démocrite dans les Φυσικὰ καὶ μυστικά renverrait également aux indications qui le rapprochent de Démocrite chez Pline92, qui a beaucoup utilisé Bolos. Jugeant les arguments insuffisants, Kroll a exclu tout rôle de Bolos dans la naissance de l’alchimie93. Les historiens de l’alchimie antique sont toujours divisés sur ce point : certains adoptent la position de Kroll94, d’autres, plus nombreux, celle de Wellmann tout en réfutant souvent l’hypothèse d’un ouvrage spécifique de Bolos sur l’alchimie95. Les Χειρόκμητα sont alors vus comme la source principale des recettes alchimiques de Bolos, ainsi pour R. Halleux. Le nom de cet ouvrage réapparaissant ensuite dans l’histoire de l’alchimie, il y a en effet des chances pour qu’y aient figuré des recettes que l’on a pu ensuite considérer comme alchimiques. Quant à la recette du papyrus de Stockholm, elle paraît plus chimique qu’alchimique ; celle des Παίγνια semble surtout relever de la supercherie, voire de la plaisanterie, étant donné le contexte où elle se situe96. En tout cas, Bolos semble bien avoir quelque rapport avec ce que les alchimistes antiques ont vu comme la naissance de leur art, ce qui expliquerait la « récupération » du nom de Χειρόκμητα par Zosime.

  • 97 Die Georgika..., où il rassemble 82 fragments de cette œuvre attribués à Bolos ; E. Oder, op, cit.(...)
  • 98 « Bolos... », p. 230. I. Hammer-Jensen pense que des Georgika de Bolos ont pu suggérer à Bolos l’i (...)
  • 99 Par exemple : J.H. Waszink, op. cit., col. 505 ; J. André, « Deux notes sur les sources de Virgile (...)

35Quant au περὶ γεωργίης, M. Wellmann s’est employé à démontrer son attribution à Bolos, à la suite de quelques historiens du XIXe siècle97. W Kroll estime qu’il y a eu des Georgika de Démocrite dont l’enseignement a été mêlé plus tard à celui du pseudo-Démocrite98, opinion qui prévaut désormais largement99. Il ne me semble pas très utile de croire que cet amalgame ait été le fait de Bolos, Columelle distinguant bien les prescriptions venant des Géorgiques de Démocrite des Χειρόκμητα de Bolos, où se trouve également une prescription agricole et qui peuvent être ici aussi la source. En revanche, ne faisant pas cette distinction, les Géoponiques ou leurs sources ont pu amalgamer les deux.

36La confusion régnant parmi les œuvres attribuées à Bolos de Mendès ne rend donc pas facile d’en faire une liste. Établir l’époque de son floruit n’apparaît pas plus aisé.

  • 100 Op. cit., p. 73-74.
  • 101 Op. cit., I, p. 455 et n. 66 ; IIb, p. 639, n. 529.
  • 102 Su Bolos..., col. 676. Date reprise par exemple par Furley et Wallace, Oxford classical dictionary (...)
  • 103 P. Fraser, op. cit., IIb, p. 659, n. 66 ; R. Gordon, op. cit., p. 152, n. 25.

37Une hypothèse d’E. Oder, en 1890, en fait un contemporain de Callimaque, car d’après la Souda, le poète a écrit un livre sur la langue et la grammaire de Démocrite ; ce livre aurait visé les auteurs de faux démocritéens et Callimaque aurait ainsi démasqué Bolos100. P.M. Fraser a souligné qu’aucun fragment de cette œuvre ne subsiste, que son titre est incertain et qu’il est délicat de trancher101. Toutefois, cette datation est reprise de nos jours chez certains historiens qui se réfèrent trop exclusivement à l’article « Bolos » de la RE, où Wellmann adopte l’hypothèse, qu’il abandonne dans ses écrits suivants102. D’autre part, l’existence de l’œuvre de Callimaque suggère que l’auteur ait peut-être réagi face à des écrits pseudo-démocritéens103.

38Cependant, ce sont les sources plus directement en rapport avec Bolos qui ont été abondamment interrogées.

  • 104 Ed. Meineke, p, 153. L’opinion de Meineke reposait sur une hypothèse qui n’a pas passé le XIXe siè (...)
  • 105 Op. cit., p. 5, n. 30.

39Étienne de Byzance tout d’abord. Selon la ponctuation, Bolos était ou non sa source. Meineke estimait que c’était plutôt Apollonios, chez qui le passage est le même104 ; mais, comme le remarque P. Kingsley105, Étienne mentionne le livre IX de Théophraste, ce que ne fait pas Apollonios, qui ne peut donc être la source. Donc ou Etienne a utilisé Bolos ou il a utilisé Théophraste ; pour les historiens de Bolos, il a utilisé Bolos.

  • 106 Op. cit., p. XLVI-LVII S. Amigues souligne qu’on confond généralement Hermippe de Smyrne avec Herm (...)
  • 107 L’indication de 10 livres dans la liste attribuée à Hermipppe alors qu'Etienne parle du livre IX. (...)

40Si l’on adopte cette hypothèse, Bolos a utilisé le livre IX de X Historia plantarum et il ne peut l’avoir fait qu’après sa réunion à l’ouvrage. La récente édition du livre IX par S. Amigues a précisé la situation de ce livre, dont l’authenticité et l’appartenance réelle à l’Historiaplantarum ont parfois été contestées. Formé de deux opuscules authentiques antérieurs aux livres I-VIII et datant des années 320, il a été réuni et ajouté aux huit autres après la mort de Théophraste (287 av. J.-C.). Pour S. Amigues, cette adjonction a été faite entre 287 et 280-275, date approximative de l’achat des livres de Théophraste à son héritier, Nélée, par Ptolémée Philadelphe ; le catalogage des œuvres de Théophraste à la bibliothèque d’Alexandrie par Hermippe de Smyrne, élève de Callimaque, se situerait dans les années 260 et se refléterait dans le catalogue transmis par Diogène Laërce, où l'Historia Plantarum compte 10 livres, trace de l’adjonction des deux opuscules selon S. Amigues106. En tout cas, si l’on suit S. Amigues, le livre IX pouvait être disponible très tôt à la bibliothèque d’Alexandrie, et si Bolos l’a utilisé, celui-ci pouvait être au plus tôt contemporain de Callimaque (v. 310-v. 240) et avoir écrit déjà vers 260107.

  • 108 A. Westermann estime que Βώλου appartient peut-être à ce qui précédait (Paradoxographoi scriptores (...)
  • 109 Rerum naturalium scriptoresgraeci minores, I, 1877, p. XLVIII et p. 43, n, 1 (filiation d’Epiménid (...)
  • 110 Diels estimait que les six premiers paragraphes d’Apollonios venaient de Bolos, Περὶ... ἀγόντων, à (...)

41Par ailleurs, pour beaucoup de commentateurs, les Historiae mirabiles d’Apollonios auraient pour source un ouvrage de paradoxographie de Bolos, ce qui placerait son activité avant 185. Le début du manuscrit a posé problème aux éditeurs du texte. Pour Westermann et pour Giannini, il est mutilé108 ; Keller, qui met un point entre Βώλου et Ἐπιμενίδης, suggère que le livre d’Apollonios est tiré du περὶ θαυμάσιων de Bolos et souligne qu’on ne peut pas faire d’Épiménide un fils de Bolos109. La suggestion de Keller a été largement acceptée et certains ont vu dans Bolos la source soit des six premiers paragraphes du livre et du paragraphe 31, soit de l’œuvre entière110. Cette conviction est évidemment renforcée par le fait que le paragraphe 31 donne le récit sur l’absinthe dans les mêmes termes qu’Etienne de Byzance.

  • 111 § 41 ; quatre autres citations viennent du livre IX : trois ne le citent pas (29 ; 31 ; 48) ; une (...)
  • 112 Sur la double signalisation de l'Historia plantarum, voir S. Amigues, « Problèmes de composition e (...)
  • 113 § 32 ; 41 ; 43. Pour S, Amigues, la différence de signalisation indique que plusieurs exemplaires (...)

42Toutefois, un point qui me semble remarquable est qu’Apollonios a pour source une version de l’Historia plantarum différente de celle que nous possédons. Dans la numérotation d’abord : le livre VIII est désigné comme livre VII (§ 33) et le livre IX comme livre VIII111 ; Apollonios ou sa source aurait alors utilisé un exemplaire où étaient réunis les livres VI et VII112. D’autre part, certains passages different de la version connue ou en sont absents, alors qu’Athénée les cite également (avec d’autres)113. C’est ce même texte qui se retrouverait chez Apollonios et Étienne dans la notice sur l’absinthe avec une signalisation différente.

  • 114 Voir notamment A 558 (Αφροδίσιός) : πόλις Κιλικίας, περὶ ἦς Ἀλέξανδρος ὀ πολυίστωρ ἐv τῷ Περὶ Κιλι (...)
  • 115 Il pourrait s’agir de la fin d’une préface plutôt que d’une notice car Apollonios cite ses sources (...)
  • 116 Op. cit., p. 179.
  • 117 S. Amigu.es estime que Bolos était la source d’Étienne ; elle semble ignorer la possibilité que Bo (...)

43Étant donné cette différence, Bolos ne peut être la source que d’un seul, au mieux. Ce serait de préférence Étienne, chez qui existent d’autres exemples de référence à un auteur en citant un autre114, mais seule une étude approfondie de ce type de référence chez lui permettrait de trancher. Pour Apollonios, il est extrêmement probable que le début de l’archétype ait été mutilé. Le nom de Bolos peut avoir figuré à la fin d’une préface115. Cela ne suffit pas à en faire la source de l’ensemble de l’œuvre, ni même du paragraphe 31, mais pourrait indiquer une référence à une source parmi d’autres, analogue à celle de Simocata à la fin de son œuvre. Dans cette hypothèse, Bolos et Apollonios auraient utilisé la même version du texte, mais avec une numérotation différente, et Bolos aurait été actif avant 185. Mais cette solution paraît difficile et une autre est suggérée par M.W. Dickie : le génitif Βώλου serait le reste d’un titre ou d’une subscriptio mal placé dans le manuscrit et n’aurait rien à voir avec le texte d’Apollonios ; l’identité du § 31 avec le passage d’Étienne ne suffit alors pas pour faire de Bolos la source d’Apollonios116 et rien ne permet alors d’affirmer que l’activité de Bolos se situait avant 185. Il ne peut y avoir de certitude absolue en l’état actuel des données, mais le problème posé par la différence de numérotation de l'Historia plantarum rend difficile de voir Bolos comme source à la fois d’Étienne et d’Apollonios117.

  • 118 Die Φυσικά..p. 15. On pensait alors que la dernière source d’Apollonios était Philarque d’Athènes (...)
  • 119 fr. 28, 4, p. 379 Riess ( = Firmicus Maternus, Math., IV, 16).
  • 120 P.M. Fraser, op. cit., IIb, p. 639, n. 527.
  • 121 Op. cit., p. 67, n. 5 ; voir CAG, p. 43, 56, 359.

44Wellmann a également utilisé d’autres arguments pour situer le floruit de Bolos vers 200118. Le παίγνιον 4 du papyrus de Londres concorde avec une citation par Pline (XIX, 121) d’un Ménandre, que Wellmann identifie au médecin vivant à la cour d’Eumène II de Pergame (197-159) ; un fragment du traité astrologique de Néchepso-Pétosiris contient l’adage alchimique ἡ φύσις τῇ φύσει πέρπεται, dont le pseudo Synésius attribue la découverte à Démocrite, élève alchimiste d’Osthanès119, Démocrite étant ici Bolos pour Wellmann. Mais Ménandre est un nom courant120 ; Halleux souligne que la recette du παίγνιον appartient aux pratiques populaires indatables et que la découverte de l’adage alchimique est en fait attribuée à Osthanès121. De plus, l’argumentation implique d’identifier ici le pseudo-Démocrite à Bolos, ce qui n’est pas certain.

  • 122 Op. cit., I, p. 440 ; IIb, p. 640, n. 530, suivi par Kingsley, p. 5. M.W. Dickie (op. cit., p. 179 (...)
  • 123 Op. cit., p. 178.

45Un autre élément de datation parfois retenu est le fait qu’un Égyptien devait être suffisamment hellénisé pour produire des œuvres comme celles de Bolos. C’est ce qui incite Fraser à estimer que Bolos était actif à la fin du règne d’Evergète II (145-116)122, tandis que Dickie y voit une raison empêchant d’en faire un contemporain de Callimaque123. Cet argument ne tient pas car il a existé dès le début de l’époque ptolémaïque (et même avant) des Égyptiens très hellénisés, comme Manéthon.

  • 124 Voir notamment R. Halleux, op. cit., p. 66.
  • 125 P M. Fraser, op. cit., I, p. 330 ; M.W. Dickie, op. cit, p. 179.

46A été aussi mis en avant le fait que Bolos cite souvent les Mages, Zoroastre et Osthanès d’après les passages qui lui sembleraient imputables dans les œuvres telles que l'Histoire Naturelle de Pline l’Ancien ; ses activités seraient donc postérieures à la traduction en grec des écrits des Chaldéens à la bibliothèque d’Alexandrie sous Ptolémée Philadelphe et au catalogage des deux millions de lignes écrites par Zoroastre fait par Hermippe de Smyrne, selon Pline (XXX, 4) et Georges le Syncelle (516)124. Halleux reprenant la date de 200 pour l’activité d’Hermippe, il envisage la possibilité que l’activité de Bolos se situe après 200. Mais Hermippe officiait dès les années 260 (voir n. 106). Le catalogage lui-même est mis en doute par certains historiens125. D’autre part, des apocryphes de Zoroastre en grec circulaient peut-être déjà indépendamment de la traduction faite sous Philadelphe.

  • 126 R. Halleux, op. cit., p. 67.
  • 127 Cratevas vivait à la cour de Mithridate VI, ce qui fournit le cadre chronologique (extrait : W. Di (...)

47Enfin, les allusions à un pseudo-Démocrite chez les écrivains antiques n’apparaissent pas avant le Ier siècle avant J.-C., ce qui incite R. Halleux à envisager comme terminus ante quem une date assez basse, jusque vers 100 avant J.-C.126. On peut préférer la date de 110 environ, l’époque de Cratevas, premier à nommer un Démocrite très suspect, se situant à la fin du IIe et pendant le premier tiers du Ier siècle127.

  • 128 Fourchette assez large adoptée par quelques-uns en fonction de divers critères : entre 250 et 115 (...)

48Des incertitudes aussi nombreuses doivent donc inciter à la plus grande prudence et à l’adoption d’une fourchette large, pour simplement situer l’activité de Bolos entre environ 260 et environ 110 avant J.-C.128.

49Un autre problème a été soulevé concernant Bolos : est-il ou non un faussaire qui a mis volontairement ses œuvres sous le nom de Démocrite ? Ce problème est lié par les commentateurs à celui de son nom.

  • 129 Die Georgika, p. 16-17 ; Die Φυσικά..., p. 16 (reprend une hypothèse de Flach, au XIXe siècle). Ac (...)
  • 130 « Sympathie... » ; « Bolos... », p. 229. Cette hypothèse conduit à corriger dans la Souda Δημόκριτ (...)
  • 131 H. Diels, ioc. cit. ; I. Hammer-Jensen, op. cit., col. 220 ; A. Festugièrf., op. cit., p. 197, n. (...)
  • 132 op. cit., p. 7-9 (T. Weidlich, op. cit., p. 32 considérait Bolos comme un faussaire) ; suivi par R (...)

50La plupart des érudits estiment que ses œuvres ont été abusivement imputées à Démocrite. Pour M. Wellmann, ce serait parce qu’il aurait pris le double nom Bolos-Démocrite attesté par la Souda, ce qui aurait entraîné une confusion129. W. Kroll estime que l’indication « démocritéen » donnée par deux sources moins tardives que la Souda est plus fiable : Bolos se serait présenté lui-même comme démocritéen, s’inspirant d’œuvres de Démocrite, et ce serait également par confusion que ses œuvres ont été imputées à Démocrite ; Columelle ne l’accuserait pas formellement d’être faussaire puisqu’il dit simplement que son livre est édité faussement sous le nom de Démocrite ; il le serait d’autant moins qu’il citerait un auteur postérieur à Démocrite, Théophraste130. Kroll a été très largement suivi131. Mais, plus récemment, P. Kingsley, réactualisant une hypothèse du XIXe siècle, a affirmé que Bolos était bien un faussaire puisqu’il était le premier responsable de la publication de ses œuvres (le mot commenta suffisant à dénoncer la fraude chez Columelle) et que la mention de Théophraste pouvait provenir du περὶ θαυμασίων, dont rien n’atteste qu’il ait circulé sous le nom de Démocrite ; d’autre part, il y a d’autres exemples d’auteurs d’apocryphes ayant publié aussi sous leur nom132.

51Les remarques de Kingsley paraissent judicieuses. Il est certain que Bolos a publié des œuvres clairement sous son propre nom, sans doute des θαυμάσια, sinon il n’aurait pu avoir la célébrité indiquée par Columelle ; son cas paraît identique à celui du médecin Cléemporos dont Pline dit qu’il était accusé d’écrire faussement sous le nom de Pythagore alors qu’il avait déjà publié sous son nom (XXIV, 1 59). Rien n’empêche de plus qu’il ait été à la fois démocritéen et faussaire (l’hypothèse qu’il se soit appelé Bolos-Démocrite étant peu crédible). Cependant, là encore, il est difficile de dépasser le stade de l’hypothèse.

52Le bilan des efforts déployés autour de Bolos peut donc paraître assez mince et il reste plus d’hypothèses que de certitudes. Bolos était un Egyptien hellénisé, originaire de Mendès dans le delta du Nil. Il a probablement écrit sous son nom au moins un livre, sans doute de θαυμάσια, qui lui a valu la célébrité. Il est l’auteur d’œuvres placées sous le nom de Démocrite, sans qu’on puisse déterminer sa part de responsabilité dans le fait : au moins un livre sur les sympathies et les antipathies présentes dans la nature (dont il donne aussi des utilisations médicales), classé par ordre alphabétique ; des Χειρόκμητα, également par ordre alphabétique, qui en sont peut-être le commentaire et montrent des applications pratiques dans toutes sortes de domaines, y compris ce dont vont sortir la chimie et l’alchimie, d’où sans doute le fait que Zosime ait repris ce titre.

  • 133 Cette recette ne peut provenir du Περί συμπαθειών..., que Columelle attribue à Démocrite, ni des Χ (...)

53Il reste deux fragments certains du livre sur les sympathies (Columelle, XI, 3, 64 ; scholie à Nicandre), deux ou trois des Χειρόκμητα (Columelle, VII, 5, 17 ; Pline, XXIV, 160-166 ; XXVI, 18-19), un de provenance indéterminée (Columelle, XI, 3, 53, peut-être de θαυμάσια133) ou deux si Étienne de Byzance l’a bien utilisé. Son utilisation par Apollonios le paradoxographe est peu assurée et des recherches sur ce point seraient nécessaires en liaison avec la tradition des œuvres de Théophraste. L’époque de sa production se place entre 260 et 110 avant J.-C.

54Il ne paraît pas prudent d’en faire le père de toute la tradition des physica. Il est indéniable qu’il a joué un rôle important, mais outre que d’autre faux démocritéens existaient, d’autres apocryphes remplis dephysica circulaient aussi. D’autre part notre point de vue est peut-être déformé par l’influence qu’il a eue dans une source bien conservée, l'Histoire Naturelle de Pline l’Ancien. Mais même s’il est probable que des fragments attribués à Démocrite et venant de Bolos figurent dans l’œuvre de Pline et d’autres sources, il n’est pas prudent non plus d’attribuer toute citation suspecte de Démocrite à Bolos de Mendès.

55Ce personnage, étant pourtant l’auteur d’apocryphes le moins mal connu, a visiblement suscité l’intérêt des historiens. Mais l’abondance des hypothèses à son sujet risque de transmettre d’un écrivain important dans la tradition occulte une image si brouillée que la tâche des historiens futurs n’en serait pas facilitée.

Notes

1 Voir notamment su Bolos 3, RE, III, 1899, col. 676-677 et surtout Die Georgika des Demokritos, Abhandl. d. pr. Akad d. Wissensch., 4, 1921 ; Die Φυσικά des Bolos Democritos und der Magier Anaxilaos de Larissa, Abhandl. d. pr. Akad. d. Wissensch., 7, 1928.

2 « Bolos und Demokritos », Hermes, 69, 1934, p. 228-232 ; « Sympathie und Antipathie in der antiken Litteratur », F. u. F., 1934, p. 111-112.

3 Nous n'aborderons pas la recherche de fragments hypothétiques chez des auteurs postérieurs ; d’autre part, la bibliographie étant proliférante, les travaux apportant peu par rapport à ceux utilisés ont été laissés de côté de même que des hypothèses abandonnées du XIXe siècle.

4 VΙΙ, 5, 17 : « Mais le célèbre auteur égyptien Bolos de Mendès, dont les commenta sont appelés en grec χειρόκμητα et publiés faussement sous le nom de Démocrite, pense qu’à cause de cette maladie il faut examiner plus souvent et avec soin les dos des moutons pour que, si par hasard sur l’un d’entre eux un tel mal était découvert, aussitôt Ton creuse une fosse au seuil de la bergerie, Ton ensevelisse vivant, couché sur le dos, un mouton, qui serait atteint depusula, et que l’on fasse passer dessus tout le troupeau ; ceci fait, la maladie est chassée. » La maladie soignée est le feu sacré, appelé pusula dans le cas des ovins ( = de nos jours, la clavelée ou variole du mouton). Pour "commenta", voir p. 216 et n. 65.

5 XI, 3, 53 : « Nous relevons chez l'Egyptien Bolos de Mendès, une pratique qui demande moins de travail : il conseille de planter, dans un lieu du jardin bien exposé et bien fumé, férules et ronces alternativement par rangées, puis, après l’équinoxe, de les tailler légèrement au-dessus du sol et, après avoir ouvert avec un stylet de bois la moelle de ronce ou de férule, d’y mettre du fumier et d’y insérer des graines de concombre, afin qu’évidemment en grandissant, elles s’incorporent aux férules et aux ronces. Ainsi en effet <les concombres> ne tirent pas leur nourriture de leur propre racine, mais de la racine pour ainsi dire mère. Il prétend que la plante ainsi entée donne des concombres même en hiver. »

6 Scholie à Nicandre, Theriaca, 764 (sur le perséa) : « Bolos le Démocritéen dit dans le Des sympathies et antipathies·, que les Perses ayant chez eux une plante mortelle la plantèrent en Egypte dans l’espoir de faire périr beaucoup (d’Egyptiens), mais que (l'Égypte) étant bonne, la plante se changea en son contraire et produisit un fruit très sucré. »

7 Introduction à Nicandre, Œuvres, II, Les thériaques, 2002, p. CXXXIII-CXXXV.

8 « Apsuntos, cité de Thrace. Mais Apsuntis, la région. Le peuple, Apsuntios et Apsuntias. Il y a aussi une sorte de plante, sur laquelle Bolos le Démocritéen, d’après Théophraste, dans son neuvième livre Sur les plantes, <dit> que les moutons qui, dans le Pont, ont brouté l'absinthe, n’ont pas de bile. »

9 M. Billebeck (avec la collaboration de J.F. Gaerter, B. Wyss, C. Zubler), introduction à Stephani Byzantii Eiknica, I, A-Γ, Berlin-New York, 2006, p. 3* : la mention de Pierre le Patrice, magister officiorum à partir de 539, comme propriétaire de l'île d’Akonai permet d’avancer cette datation, s’il ne s’agît pas d’une interpolation.

10 Éd. A. Meineke, Berlin, 1849 (rééd. Graz, 1958 ; Ghicago, 1992) ; éd. M. Billebeck en cours (voir n. 9).

11 Quaestiones physicae, 19 (p. 38 Massa Positano, 1965) : σφετερίσομαι πόνους οὐδὲ... oὐ Βῶλον...

12 Simocata a écrit une Histoire racontant le règne de l’empereur Maurice (582-602), où il évoque comme terminées les guerres d’Héraclius contre les Perses (602-628), mais pas du tout celles contre les Arabes qui commencent en 634. Il a donc écrit l'Histoire vers 630 et les Quaestiones physicae probablement un peu avant ou un peu après.

13 La scholie à Nicandre attribue à Bolos le Démocritéen le περὶ συμπαθειῶν καὶ αντιπαθειῶν que la Souda attribue à Bolos de Mendès, ce qui tranche la question ; les deux notices viendraient de sources différentes selon M. Wellmann. Les traductions possibles seront vues plus loin.

14 Scymnos le géographe ; voir notamment Ziegler, SU Paradoxographoi, RE, col. 1153-1154 et P.W. Fraser, Ptolemaic Alexandria, Oxford., 1972, IIb, p. 639, n. 527.

15 Le fac-similé du manuscrit grec Palatinus 398 est visible sur le site internet de l’université d’Heidelberg où il est conservé. La page de début du livre d'Apollonios porte en haut au centre le titre’Απολλονίου ΐστορίαι θαυμάσια, puis le texte commence classiquement après l’indication a du numéro du premier paragraphe.

16 HP, IX, 17, 4 : Ἐπεὶ καὶ τò ὰψίνθιον τὰ μὲν ἐνταῦθα πρόβατα οὔ φασί τινες νέμεσθαι, τὰ δ' ἐv τῷ Πόντω νέμεται καὶ γίνεται πιότερα καὶ καλλίω καὶ ώς δή τινες λέγουσιν oὐκ ἔχοντα χολήν. À noter d’autre part qu’au XIXe siècle, certains ont restitué le nom de Bolos dans un passage de Galien Ωρος ὀ Μενδήσιος ὀ νεώτερος, en remplaçant" Ωρος par Βῶλος (De antid. II, 7, K. XIV, 144) ; voir K Süsemihl, Geschichte dergriechischen Literatur in der Alexandrinerzeit, I, 1881, p. 482, n. 127 et chap. 10, n. 83.

17 Dans les années 1930, l’égyptologue K. Sethe, consulté par Kroll, lui avait indiqué que le nom de Bolos pouvait être égyptien (consonnes bl très vraisemblables dans un nom) quoique non attesté par ailleurs (« Bolos... », p. 229, n. 1). Philippe Collombert (université de Genève) confirme d’autre part que le nom de Bolos était un « nom de bonne facture égyptienne ».

18 Sur Mendès, voir H. Kees, SU, RE, XV, 1932, col. 780-784.

19 Die Φυσικά..., p. 4-9.

20 Op. cit., p. 231.

21 T. Weidlich, Die Sympathie in der antike Litteratur, Stuttgart, 1894, p. 17 ; W. Kroll, loc. cit, ; P.M. Fraser, op. cit., I, p. 441 ; R. Halleux, introduction à Les alchimistes grecs, I, Paris, CUF, 1981, p. 64 ; J.P. Hershbell, “Democritus and the Beginnings of Greek Alchemy”, Ambix, p. 5-20, sp. p. 17, n. 16.

22 P. Kingsley, Ancient Philosophy, Mystery and Magic, Oxford, 1995, p. 325-328, p. 335-341 ; id., “From Pythagoras to the turbaphilosophorum·. Egypt and the Pythagorean tradition”, JWJ, 57, 1994, p. 1-13, sp. p. 5-6 ; M.W. Dickie, “The learned magician and the collection and transmission of magical lore”, D.R. Jordan, H. Montgomery, E. Thomassen (dir.), The World of Ancient Magic, Papers of the 1st International Samson Eitrem Seminar, 4-8 may 1997, Bergen, 1999, p. 163-193, sp. p. 181. Voir aussi W. Burkert, « Hellenistische Pseudopythagorica », Philologus, CV, 1961, p. 232-235.

23 De arch., IX, praef, 14 : « J’admire aussi les volumes de Démocrite sur la nature et son commentaire intitulé Cheirokmeta. »

24 XXIV, 156 : « II est certain que les Chirocmeta sont de Démocrite ». Pour Pline, les écrits magiques de Démocrite ne sont pas des faux (XXX, 30). Voir également note 65.

25 Die Φυσικά..., p. 68, qui baptise ce traité Φυσικαὶ βαφαί ou Βίβλοι φυσικῶν βαφῶν ou Βαφικά, titres nulle part attestés et contestés par tous les commentateurs, même favorables au rôle de Bolos dans l’alchimie.

26 Pap. Holm., 2 Halleux.

27 Pap. Lond. 121 (PGM, VII, 168-186) du IVe siècle (dans ce but, essuyer avec un mélange de soufre natif et de terre crayeuse).

28 XXV, 13 : Pythagoras... uolumen de effectu earum ( = herbarum) composait... Composait et Democritus.

29 XXVIII, 7 : Extant commentationes Democriti ad aliud noxii hominis ex capite ossa plus prodesse, ad alia amici et hospitis.

30 XXVIII, 112 : chamaeleonem, peculiari uolumine dignum existimatum Democrito ac per singula membra desecratum.

31 Diogène Laërce, IX, 48 ; Columelle, XI, 3, 2 (Democritus in eo libro quem Georgicon appelauit...). Je laisse ici de côté quelques titres dont l'attribution à Bolos par Wellmann a été rapidement rejetée, notamment un περὶ Ἰουδαίων ; voir Die Φυσικά..., p. 10 ; J.H. Waszink, su Bolos, RLAC, II, 1954, col. 505-506.

32 Les présocratiques, Paris, La Pléiade, 1988, p. 918.

33 P. Kingsley, “From Pythagoras...”, p. 5, n. 30 ; voir aussi R. Laurenti, « La questione Bolo-Democrito », L’atomofra scienza e letteratura, 12 giornate filologiche genovesi, 20-21 Febbraio 1984, Gênes, 1985, p. 75-106, sp. p. 77.

34 Op. cit., p. 63. Solution également adoptée en espagnol par J.A. Lopez-Ferez (« El falso Democrito y los escritos medicos pseudodemocritos », Anales de historia antigua y medieval, 1977-1979, XX, p. 175-187, sp. p. 185, n. 19). Voir aussi J. Letrouit, « Datation des alchimistes grecs », D. Kahn et S. Matton (dir.), Alchimie : art, histoire et mythes, actes du 1er colloque international de la Société d’Étude de l’Histoire de l'Alchimie, Paris, 14-16 mars 1991, Paris, 1995, p. 80-9S ; id., su Bolos, Dictionnaire des philosophes antiques, II, Paris, 1994.

35 Loc. cit.

36 « Über Epimenides von Kreta », SB berl. Akad., 1891, p. 393-394 ( = Kleine Schriften zur den antike Philosophie, Darmstadt, 1969, p. 42-43) ; voir aussi M. Wellmann, su Bolos..., col. 677 ; Die Georgika, p. 9 ; J.H. Waszink, op. cit., col, 505 ; R. Gordon, « Quaedam ueritatis umbrae : Hellenistic magic and astrology », R.T. Engberg-Pedersen et L. Hannessted (dir.), Conventional values of the Hellenistic world, Odense, 1997, p. 123-152, sp. p. 135.

37 Loc cit. ; il s’appuie sur le fait que le mot ιστορία du premier titre se retrouve dans des titres de recueils de mirabilia, comme celui d’Apollonios.

38 Op. cit., I, p. 441 ; IIb, p. 640-641, n. 535.

39 J.P. Dumont, loc. cit.

40 Op. cit., p. 63.

41 J.H. Waszink, loc. cit.

42 M. Wellmann, SU Bolos..., col. 677.

43 P. Kingsley tire de ce titre que Bolos a écrit sur la divination par la lampe (op. cit., p. 6, n. 32).

44 XI, 3, 64 : « Sed Democritus in eo libro, qui in Graece inscribitur Περί Αντιπαθών, affirmat has ipsas bestiolas enecari, si mulier, quae in menstruis est, solutis crinibus et nudo pede unamquamque aream ter circumeat : post hic enim decidere omnes uermiculos, et ita emori » (« Mais Démocrite, dans son livre qui s’intitule en grec Des antipathies, affirme que ces mêmes bestioles (chenilles) périssent, si une femme qui a ses règles fait, les cheveux dénoués et pieds nus, trois fois le tour de chaque plate-bande : après cela en effet toutes les vermines tombent et ainsi meurent. »)

45 Or. ad Gr., 17 : περὶ γὰρ τῶν κατὰ τòν Δημόκριτον ξυμπαθειῶν τε καὶ ἀντιπαθειῶν τὶ καὶ λέγειν... « Concernant les sympathies et antipathies selon Démocrite, que dire... ».

46 Die Φυσικά..., p. 11 (s’inspirant d’un titre donné par certains manuscrits à un ouvrage sans doute très proche de celui de Bolos, la Cyranide d’Harpocration d’Alexandrie, que P.M. Fraser considère à tort comme une œuvre alchimique [op. cil., IIb, p. 641, n. 536]) ; suivi notamment par H. Diels (Die Fragmente der Vorsokratiker, II, 19546, 68, B 300, 1, notes), A. Festugière (La révélation d’Hermès Trismégiste, I, Paris, 1950, p. 198, n. 4), R. Halleux (op. cit., p. 64 et n. 9) ; R. Laurenti, op. cit., p. 77.

47 Hypothèse de Küster (FHG, II, p. 25) suivie par T. Weidlich, loc. cit.·, P.M. Fraser, loc. cit. ; J.F. Hershbell, op. cit., p. 5 ; voir également H. Diels, qui avait d’abord restitué κατάλογος après στοιχεῖον (loc. cit).

48 E. Oder, « Beitrâge zur Geschichte des Landswirchaft », RhM, 45, 1890, p. 70-77, p. 71 ; H. Diels, loc. cit. M.W. Dickie distingue les deux sans préciser leurs rapports (op. cit., p. 180).

49 M. Wellmann, Die Φυσικα..., p. 10 ; A. Festugière, op. cit., p. 198 ; P.M. Fraser, loc. cit. ; R. Laurenti, op. cit., p. 78 ; R. Gordon, op. cit., p. 135.

50 En particulier P.M. Fraser, op. cit., IIb, p. 641, n. 536 qui indique pour δυναμερά le sens de « potencies, i.e. drugs » et traduit « natural drugs », suivi par J.P. Hershbell (op. cit., p. 5) et M.W. Dickie (op. cit., p. 180) qui toutefois distingue cet ouvrage du livre sur les sympathies. Même option chez R. Laurenti, op. cit., p. 77. R. Gordon, voulant qu’il s’agisse de remèdes sans renoncer au sens premier de δύναμις, propose « (remedies of) natural potency » (loc. cit.).

51 R. Halleux, op. cit., p. 63. A. Festugière parie à propos du genre littéraire des Φυσικά ou Φυσικαὶ δυνάμεις de « livre des propriétés », tandis qu'il traduit le titre Φυσικὰ δυναμερά d’Aelius Promotus par « remèdes sympathiques naturels » (op. cit., p. 197-198).

52 La tendance à voir dans les Φυσικὰ δυναμερά ou le Περὶ συμπαθειῶν... un livre de remèdes vient de Wellmann : voir su Bolos..., col. 677, où il qualifie d’œuvre médicale les Φυσικὰ δυναμερά qu’il semble alors distinguer du Περὶ συμπαθειῶν ; la reconstitution qu’il donne de l’œuvre dans Die Φυσικά... comporte surtout des fragments médicaux. R. Halleux a, lui, bien compris l’aspect varié de l’œuvre (op. cit :, p. 64-65).

53 T. Weidlich, op. cit., p. 25, LP. 31.

54 M. Wellmann, op. cit., p. 12 dans Diels, loc. cit. ; Die Φυσικά..., p. 12, 27 ; I. Hammer-Jensen, op. cit., col. 221.

55 W. Dickie, op. cit., p. 180 (s’appuie en partie sur M. Wellmann, dans H. Diels, op. cit., 68, B 300, 7).

56 Voir P. Gaillard-Seux, « Sympathie et antipathie dans l'Histoire Naturelle de Pline l’Ancien », N. Palmieri (éd.), Rationnel et irrationnel dans la médecine antique et médiévale, aspects historiques, scientifiques et culturels, colloque de Saint-Etienne, 14-15 novembre 2002, Publications de l’université de Saint-Etienne, Mémoires XXVII du Centre Jean Palerne, 2003, p. 113-128.

57 S’indignant que Pline ait pu croire que Démocrite avait écrit un tel livre, Aulu Celle dit que « beaucoup de chimères de cette sorte paraissent avoir été mises sous le nom de Démocrite par des hommes habiles pour le mal » (X, 12).

58 Loc. cit.

59 Op. cit., p. 65. La différence de traduction de la phrase qui suit les titres n’aboutit, pas à un sens très différent malgré la divergence sur les mots ιάσεις φυσικάς. Voir également J.P. Hershbell qui traduit Scientific Observation and Medical Art (op. cit., p. 5).

60 Dans H. Diels, op. cit., 68, B 300, 1, notes ; suivi par Laurenti, op. cit., p. 78-80 et, partiellement, J.P Hershbell, loc. cit.

61 Fuchs, RhM, 49, 1899, p. 532-558 ; M. Wellmann, dans H. Diels, op. cit., 68, B 300, 10 (où figurent ces bribes) ; J. H. Waszink, op. cit., col. 505 ; J. A. Lopez Ferez, op. cit., p. 179.

62 Op. cit., I, p. 441 ; IIb, p. 641, n. 537.

63 Op. cit., p. 17. Il y a ainsi six variantes du titre de l'Historia plantarum de Théophraste chez les auteurs antiques (S. Amigues, dans Théophraste, Recherches sur les plantes, I, CUF, 1988, p. XVLXVII).

64 T. Weidlich, op. cit., p. 23, n. 2 ; M. Wellmann, dans H. Diels, op. cit., 68, 300, 13, notes ; M.W. Dickie, op. cit., p. 177, n. 57 ; p. 180 (y rattache également le volume sur le caméléon). Pour d’autres, ces commentationes s ont le Περὶ Συμπαθειῶν... (I. Hammer-Jensen, op. cit., col. 221).

65 R. Laurenti (op. cit., p. 100) ; P. Kingsley (op. cit., p. 8). D’autre part, Pline donne le procédé pour la culture des concombres rapporté par Columelle qui l’attribue à Bolos de Mendès ; or Pline passe totalement sous silence Bolos et attribue le procédé à Columelle en disant : Columella suum tradit commentum ut... (XIX, 68). Il est clair ici que Pline, qui montre bien qu’il a lu Columelle, ne veut pas entendre parler de Bolos et de faux démocritéens ; il renvoie donc à Columelle le mot commentum que celui-ci a employé dans l’autre passage où il évoque Bolos.

66 Op. cit., p. 65-66 ; position suivie par P. Kingsley, op. cit., p. 5, n. 30.

67 Diogène Laërce, IX, 46.

68 De χείρ et de κάμνω.

69 Ainsi R. Halleux estime que les Χειρόκμητα désignent « les “effets merveilleux” produits artificiellement, par opposition aux Φυσικά, effets merveilleux observés dans la nature » (op. cit., p. 68).

70 Après avoir assuré que les Cheirokméta étaient bien de Démocrite, Pline donne comme exemple du contenu, une liste de plantes magiques (avec utilisations), ce qui est le sujet du passage où s’insère son développement (XXIV, 160-166). Un autre extrait de « Démocrite » (XXVI, 18-19) vient probablement des Cheirokméta car il énumère quelques plantes magiques qui figurent presque toutes dans l’extrait du livre XXIV ; voir M.W. Dickie, op. cit., p. 174-175.

71 Die Georgika..p. 8 ; Die Φυσικά..., p. 10.

72 Op. cit., p. 198. Voir également J.H. Waszink, op. cit, col. 503 ; J.A. Lopez-Ferez, op. cit., p. 178.

73 Op. cit., p. 641, n. 536 ; R. Laurenti, op. cit., p. 99. R. Gordon traduit « artificial remedies » et estime que le livre tire son contenu de la pratique agricole traditionnelle et de la tradition paradoxographique (op. cit., p. 136).

74 “A survey of Greek Alchemy”, JHS, 1930, p. 109-139, sp. p. 114-115.

75 Χειρόκμητα, in quo etiam utebatur anulo <quo> signaret <ce>ra molli [siqua] es<se>t expertus (De arch., IX, Praef, 14). Voir l’apparat critique de l’édition CUF, 1969.

76 Op. cit., p. 66.

77 Lexique Souda, Z, 168.

78 Lettres à Lucilius, 90, 33.

79 Op. cit., p. 67-69.

80 Commentaire à Vitruve, De l’architecture, IX, Paris, CUF, 1969, p. 65, n. 42.

81 Les Georgika..., p. 8 ; dans H. Diels, op. cit., 68 B 300, 1, note ; F.S. Taylor identifie les Χειρόκμητα aux Φυσικὰ καὶ μυστικά (op. cit., p. 114-115), hypothèse maintenant largement abandonnée.

82 Op. cit., I, p. 441 ; IIb, p. 641, n. 536.

83 1. Hammer-Jensen, op. cit., col. 220.

84 T. Weidlich, op. cit., p. 28 (il arrive à cette conclusion en constatant que l’herbe ouvre-porte est mentionnée en XXV, 13 où Pline évoque le uolumen et en XXVI, 18-19 qui reprend une partie des plantes magiques extraites des Χειρόκμητα en XXIV, 156-160), mais il distingue les deux p. 31.

85 Correction suggérée par Saumaise en s’appuyant sur Vitruve et Pline.

86 F. Süsemihl, op. cit., p. 484, n. 136 ; T. Weidlich, op. cit., p. 14 ; P.W. Dickie semble plutôt favorable (p. 177, n. 57), R. Gordon ne prenant pas position (op. cit., p. 134).

87 Sur ce point et la confusion fréquente avec χειρότμητος, voir M. Mertens, commentaire dans Les alchimistes grecs, IV, 1, Zosime de Panopolis, Mémoires authentiques, CUF, 1995, p. LXXXVII et n. 302 ; P. Kingsley, op. cit., p. 6, n. 36.

88 Sur les 13 plantes de XXV, 160-165, une est véritablement un remède (163), les autres emplois étant magiques ; le passage de XXVI, 18 ne parle que de pouvoirs magiques.

89 Mémoires authentiques, IV, 1. 55-56 ; le manuscrit porte χειρότμητος ετ χειροκμήτων est une correction de M. Mertens, qui paraît justifiée, étant donné la confusion fréquente entre les deux mots (loc. cit.).

90 Dans le livre 8 d’un traité en 12 livres de Zosime conservé dans la tradition syriaque, fauteur évoque « ces expériences que l’on appelle Χειρόκμητα » (M. Mertens, op. cit., p, LXXV ; le manuscrit porte χειρότμητα, mais a été corrigé).

91 « Les origines de la Mappae clavicula », AHMA, 54, 1987, p. 7-58, sp. p. 13 ; d’après cet article, dans le titre Mappae clavicula, le mot ?nappa est une mauvaise traduction du mot Χειρόκμητα et ce traité médiéval est peut-être une traduction des Cheirokméta de Zosime. M. Mertens accepte la traduction « tours de main », reprend les conclusions de J. Soubiran et estime que les Cheirokméta de Zosime étaient « un recueil de procédés ayant trait à diverses techniques en rapport avec l’alchimie » (op. cit., p. LXXXVIII).

92 XXVIII, 5-7 ; XXX, 7-10.

93 Op. cit., p. 230-231 ; « Sympathie... », p. 112.

94 J.P. Hershbell, op. cit. ; J. Letrouit, opera citata ; aussi P.M. Fraser, op. cit., I, p. 443.

95 J. Bidez-F. Cumont, op. cit., II, p. 324 ; A. Festugière, op. cit., p. 222, n. 6 ; P. Kingsley, op. cit., p. 6 ; M.W. Dickie, op. cit., p. 191. Pour d’autres références, voir J.P. Hershbell, op. cit., p. 15, n. 5 et J. Letrouit, SU Bolos...

96 La liste comporte surtout des recettes pour banquets (empêcher le cuisinier d’allumer son feu, une vieille femme de trop bavarder ou trop boire, ne pas sentir l’ail...).

97 Die Georgika..., où il rassemble 82 fragments de cette œuvre attribués à Bolos ; E. Oder, op, cit. ; T. Weiduch, op. cit., p. 14-15 (où références d’autres historiens de même opinion), p. 31.

98 « Bolos... », p. 230. I. Hammer-Jensen pense que des Georgika de Bolos ont pu suggérer à Bolos l’idée d’éditer son propre recueil sous le nom de Démocrite (op. cit., col. 221-222).

99 Par exemple : J.H. Waszink, op. cit., col. 505 ; J. André, « Deux notes sur les sources de Virgile », RPh, 1970,1, p. 11-24, p. 12.

100 Op. cit., p. 73-74.

101 Op. cit., I, p. 455 et n. 66 ; IIb, p. 639, n. 529.

102 Su Bolos..., col. 676. Date reprise par exemple par Furley et Wallace, Oxford classical dictionary, su Bolos ; G. Ducourthial, Flore magique et astrologique de l’Antiquité, Paris, 2003, p. 99 ; S. Amigues, introduction à Théophraste, Recherches sur les plantes, IX, Paris, CUF, 2006, p. L.

103 P. Fraser, op. cit., IIb, p. 659, n. 66 ; R. Gordon, op. cit., p. 152, n. 25.

104 Ed. Meineke, p, 153. L’opinion de Meineke reposait sur une hypothèse qui n’a pas passé le XIXe siècle, celle que Bolos était une invention d’un pseudo-Démocrite (voir F. Süsemihl, op. cit., p. 483). L’édition Billebeck reprend la ponctuation de Meineke, en indiquant que la question de P utilisation d’Apollonios reste ouverte et sans mentionner la possibilité que Bolos soit la source (p. 317, n. 733).

105 Op. cit., p. 5, n. 30.

106 Op. cit., p. XLVI-LVII S. Amigues souligne qu’on confond généralement Hermippe de Smyrne avec Hermippe de Béryte (vers 200), ce qui entraîne une erreur sur la date du catalogage des œuvres de Théophraste.

107 L’indication de 10 livres dans la liste attribuée à Hermipppe alors qu'Etienne parle du livre IX. indique toutefois une discordance problématique si la liste vient bien d’Hermippe.

108 A. Westermann estime que Βώλου appartient peut-être à ce qui précédait (Paradoxographoi scriptores rerum mirabilium graeci, 1839, p. 103, n. 1) ; A. Giannini pense que le début, paraissant intact dans le manuscrit, était mutilé dans l’archétype (Paradoxographorum graecorum reliquiae, 1966, p. 8). Début mutilé également pour Ziegler, SU Paradoxographoi, RE, col. 1153-1154.

109 Rerum naturalium scriptoresgraeci minores, I, 1877, p. XLVIII et p. 43, n, 1 (filiation d’Epiménide : Diogène Laërce, I, 109).

110 Diels estimait que les six premiers paragraphes d’Apollonios venaient de Bolos, Περὶ... ἀγόντων, à cause de l’unité de thème (hommes extraordinaires jusqu’à Pythagore) et de la conclusion du paragraphe 6, renvoyant à une source pythagoricienne (« Über Epimenides von Kreta », SB berl. Akad., 1891, p. 393-394 = Kleine Schriften zur den antike Philosophie, Darmstadt, 1969,'p. 42-43). Approuvé par T. Weidlich (op. cit., p. 33-34), M. Wellmann (SU Bolos,.., col. 677 ; Die Georgika..., p. 9), J. H. Waszink (op. cit., col. 505, où la source serait le περὶ θαυμασίων), A. Giannini (op. cit., p. 377, qui les note toutefois comme dubia parmi les fragments de Bolos), R. Laurenti (op. cit., p. 92-94), R. Gordon (op. cit., p. 135). Bolos, περὶ θαυμασίων, est la source de l’ensemble de l’œuvre pour RM. Fraser (op. cit., I, p. 440 et IIb, p. 638, n. 527), suivi par P. Kingsley (loc. cit.).

111 § 41 ; quatre autres citations viennent du livre IX : trois ne le citent pas (29 ; 31 ; 48) ; une en parle comme du dernier livre de l'Historia plantarum (50, 1).

112 Sur la double signalisation de l'Historia plantarum, voir S. Amigues, « Problèmes de composition et de classification de l'Historia plantarum de Théophraste », J.M. van Ophnijsen et M. Van Raalte (dir.), Theophrastus. Reappraising the Sources, New Brunschwick (USA)-London, 1998, p. 191-201 ( = Etudes de botanique antique, Paris, 2002, p. 45-53).

113 § 32 ; 41 ; 43. Pour S, Amigues, la différence de signalisation indique que plusieurs exemplaires étaient en usage à Alexandrie provenant les uns des fonds de Philadelphe, les autres de copies de fonds privés (p. LI-LII) ; pour le texte, Athénée aurait sans doute utilisé des exemplaires des fonds de Philadelphe (p. LXI). Pour les extraits d’Athénée, voir Recherches sur les plantes, IX..., annexe I. Il est probable que les fonds alexandrins, quelle que soit leur numérotation, différaient de la version publiée plus tard par Andronicos, dont nous avons largement héritée.

114 Voir notamment A 558 (Αφροδίσιός) : πόλις Κιλικίας, περὶ ἦς Ἀλέξανδρος ὀ πολυίστωρ ἐv τῷ Περὶ Κιλικίας φησιν ὄτι Ζώπμρος Ζώπμρος... et Β 68 (Βέννα).

115 Il pourrait s’agir de la fin d’une préface plutôt que d’une notice car Apollonios cite ses sources toujours en début de paragraphe, non à la fin.

116 Op. cit., p. 179.

117 S. Amigu.es estime que Bolos était la source d’Étienne ; elle semble ignorer la possibilité que Bolos soit la source d’Apollonios, dont elle affirme qu’il disposait d’un autre exemplaire du livre IX. que Bolos (op. cit., p. LI-LII).

118 Die Φυσικά..p. 15. On pensait alors que la dernière source d’Apollonios était Philarque d’Athènes (fin IIIe siècle). Datation fréquemment reprise.

119 fr. 28, 4, p. 379 Riess ( = Firmicus Maternus, Math., IV, 16).

120 P.M. Fraser, op. cit., IIb, p. 639, n. 527.

121 Op. cit., p. 67, n. 5 ; voir CAG, p. 43, 56, 359.

122 Op. cit., I, p. 440 ; IIb, p. 640, n. 530, suivi par Kingsley, p. 5. M.W. Dickie (op. cit., p. 179) trouve à juste titre que ce serait bien tardif si Apollonios utilisait Bolos, comme le suppose Fraser.

123 Op. cit., p. 178.

124 Voir notamment R. Halleux, op. cit., p. 66.

125 P M. Fraser, op. cit., I, p. 330 ; M.W. Dickie, op. cit, p. 179.

126 R. Halleux, op. cit., p. 67.

127 Cratevas vivait à la cour de Mithridate VI, ce qui fournit le cadre chronologique (extrait : W. Diels, op. cit., 68, B300, 4a) ; la seconde mention certaine est d’Anaxilaos de Larissa (recette du papyrus chimique de Stockholm).

128 Fourchette assez large adoptée par quelques-uns en fonction de divers critères : entre 250 et 115 (J. Letrouit, s.u. Bolos... ; J.P. Hershbell, op. cit., p. 6) ; entre 200 et 100 (R. Halleux, op. cit., p. 67-68) ; M.W. Dickie exclut l’époque de Callimaque et penche plutôt pour la génération suivante, sans être très affirmatif (op. cit., p. 178-179).

129 Die Georgika, p. 16-17 ; Die Φυσικά..., p. 16 (reprend une hypothèse de Flach, au XIXe siècle). Acceptable pour J.P. Hershbell, op. cit., p. 15. Cette hypothèse conduit parfois à insérer ὀ καὶ entre Βώλος et Δημόκριτος dans la Souda.

130 « Sympathie... » ; « Bolos... », p. 229. Cette hypothèse conduit à corriger dans la Souda Δημόκριτος en Δημοκρίτειος.

131 H. Diels, ioc. cit. ; I. Hammer-Jensen, op. cit., col. 220 ; A. Festugièrf., op. cit., p. 197, n. 4 ; J.H. Waszink, op. cit., col. 502-503 ; P.M. Fraser, op. cit, J, p. 440 ; IIb, p. 637, n. 524 ; R. Halleux, op. cit., p. 64 ; J.P. Hershbell, op. cit., p, 6-7, p. 15.

132 op. cit., p. 7-9 (T. Weidlich, op. cit., p. 32 considérait Bolos comme un faussaire) ; suivi par R. Gordon, op. cit., p. 134 ; M.W. Dickie, op. cit., p. 181, n. 70. L’hypothèse de Laurenti que les œuvres de Bolos avaient la forme d'un dialogue entre Bolos et Démocrite (d’où confusion) n’a pas été suivie (op. cit., p. 89-90).

133 Cette recette ne peut provenir du Περί συμπαθειών..., que Columelle attribue à Démocrite, ni des Χειρόκμητα car, Pline attribuant la recette à Columelle lui-même, elle ne devait donc pas figurer dans son exemplaire des Χειρόκμητα ; elle peut donc venir d’un recueil de θαυμάσια.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540