Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmettre les savoirs dans les mondes hellénistique et romain

 | 
Frédéric Le Blay

Troisième partie. Sources et témoins du savoirs

Unité, réélaboration des sources et composition d’un réceptaire du Haut Moyen Âge

Curae quae ex hominibus atque animalibus fiunt

Arsenio Ferraces Rodriguez

Texte intégral

État de la question

  • 1 Mancini A., Index codicum latinorum bibliothecae publicae Lucensis, Firenze, 1900, p. 140-143. Apr (...)
  • 2 Simonini R., « Herbolarium et materia medica. Cod. ms. n. 296 della Bibl. Governativa di Lucca », (...)
  • 3 Benassai L., Per una lettura delle Curae ex animalibus, tesi di dottorato, Firenze, s.f. ( = 1990) (...)
  • 4 Ferrages Rodríguez A., « Un manuscrito con textos inéditos de las Curae ex animalibus », Fernandez (...)

1Après que Mancini1 eut fait la description du manuscrit de Lucca (Biblioteca Statale, 296), plusieurs catalogues de bibliothèques firent référence à la présence de deux textes consécutifs dans quelques codex, le premier, d’anthropothérapie, le second, de zoothérapie, présentés systématiquement sous le nom de Curae ex hominibus et Curae ex animalibus. Mais, plus que de véritables titres, ces désignations constituent de simples descriptions de contenu, commodes et fonctionnelles, que ne reflète pas la tradition manuscrite. Cette bipartition, qui s’est transmise, depuis Mancini, à toutes les descriptions des manuscrits concernés, a exercé une influence décisive sur le travail même de transcription ou d’édition, limité souvent à l’un ou à l’autre de ces deux textes, en théorie indépendants entre eux. La partie consacrée à l’anthropothérapie a été transcrite, à partir du manuscrit de Lucca, par Simonini2, qui divise le texte en quatre chapitres : le premier n’a pas de titre et les autres adoptent les titres proposés par le manuscrit, Prognostica urinarum haec sunt quae in aegrotis uitam aut mortem adfuturam denuntiant, Ite ?n quae ex corporibus mulierum ad beneficia remediorum proficiunt et Virtus menstruorum talis est. Quant au long texte de zoothérapie, il a été édité par L. Benassai3, dans le cadre d’une thèse de doctorat encore inédite. Outre le grave inconvénient d’ignorer le manuscrit le plus complet4, celui de Londres (Wellcome Medical Library, 573), le travail de l’auteur italienne présente un établissement du texte extrêmement déficient, avec un bon nombre de lectures incompréhensibles voire même totalement insensées.

  • 5 Ferrages Rodríguez A., « Antropoterapia de la Antigüedad Tardia : Curae quae ex hominibus fiunt »,(...)

2Récemment, et comme travail préalable à une édition complète établie à partir de tous les manuscrits connus, j’ai réalisé une édition critique5 du texte d’anthropothérapie, dont le vrai titre est Curae quae ex hominibus fiunt. Dans cette étude préliminaire, j’ai abordé, de façon sommaire, certains des principaux problèmes que posait, selon moi, ce petit fragment, notamment le caractère unitaire et le rapport avec les Curae ex animalibus. Des recherches postérieures dans la longue série de chapitres de zoothérapie, ont confirmé les hypothèses alors établies. Voici donc les résultats définitifs de cette recherche. Tout d’abord j’évoquerai la question qui porte sur l’unité du réceptaire, aussi bien vis-à-vis de l’étude interne des Curae quae ex hominibus fiunt, que de leur relation avec les chapitres de zoothérapie. Ensuite j’analyserai les processus de réélaboration de sa source, l'Histoire Naturelle de Pline, et de composition du réceptaire actuel.

Unité du réceptaire

  • 6 Le titre De urinis apparaît uniquement dans le manuscrit d’Uppsala, K. Universitetsbiblioteket, C. (...)
  • 7 Ferraces Rodríguez A., « Antropoterapia de la Antigüedad Tardía », cit., p. 223.

3Les Curae quae ex hominibus fiunt se divisent en quatre sections, avec ce qui ressemblerait à un titre, en majuscules et en rouge, délimitant quatre unités spécifiques relatives à leur contenu : De urinis6, Prognostica urinarum, Quae ex corporibus mulierum ad bénéficia remediorum proficiunt et Virtus menstruorum. Quant au texte de zoothérapie, il est constitué d’une longue série de chapitres, avec leur incipit et/ou leur explicit correspondant, ce qui nous permet de connaître le titre du chapitre en question : Curae quae ex belua fiunt, Curae que ex ceruo fiunt, etc. En m’appuyant sur les éléments de la tradition manuscrite, j’ai défendu7 l’hypothèse suivante : les quatre épigraphes des Curae quae ex hominibus fiunt constituent un seul chapitre. J’ai également suggéré qu’elles pourraient former une unité avec les Curae ex animalibus. Nous serions donc devant le premier chapitre d’un seul texte issu d’une réélaboration partielle de l'Histoire Naturelle. En effet, la partie consacrée à l’anthropothérapie n’a pas d'incipit et présente une division en quatre paragraphes qui commencent par les titres mentionnés ci-dessus et dont aucun ne présente ni incipit ni explicit. Ce n’est qu’après le dernier que l’on trouve un explicit générique pour l’ensemble du texte : Expliciunt curae quae ex hominibus fiunt. Ce dernier a constitué justement l’argument principal pour individualiser ce texte face à l’imposante section consacrée à la zoothérapie qui lui fait suite. Les intitulés internes ne sont pas, à vrai dire, des titres de chapitres indépendants, mais de simples divisions du contenu d’un seul chapitre, justifiés, de plus, par une division identique de la matière chez Pline lui-même.

4En étroite relation avec le caractère unitaire des Curae quae ex hominibus fiunt, se pose la question de son unité avec le long texte de zoothérapie qu’il précède dans les manuscrits. Deux raisons confortent l’hypothèse qu’il s’agit d’un seul réceptaire. Premièrement, la source est la même, le livre 28 de l'Histoire Naturelle ; deuxièmement, on perçoit une continuité évidente entre le chapitre d’anthropothérapie et les autres chapitres relatifs à la zoothérapie, comme le montre le tableau suivant :

Réélaboration

Source

1. Curae quae ex hominibus fiunt

Plin. nat. 28,65-86

2. Curae quae ex elefanto fiunt

Plin. nat. 28,87-88

3. Curae quae ex leone fiunt

Plin. nat. 28,89-90

4. Curae quae ex camelo fiunt

Plin. nat. 28,90-91

5. Curae quae ex belua fiunt

Plin. nat. 28,92-106

  • 8 Pour les manuscrits qui fournissent le texte, je renvoie à Ferraces Rodriguez A., « Un manuscrito (...)

5Troisièmement, la ressemblance des titres des chapitres. L'explicit de la section d’anthropothérapie fournit un titre, Curae quae ex hominibus fiunt, identique dans sa structure à celui que donnent invariablement les incipit et explicit des chapitres de zoothérapie, Curae quae ex/de X fiunt (Curae quae ex elefanto fiunt, Curae quae ex belua fiunt, etc.). La conclusion que l’on peut en obtenir est que les Curae quae ex hominibus fiunt ne sont pas un texte indépendant mais seulement le premier chapitre d’une longue série d’un réceptaire issu d’une réélaboration des livres 28-30 de l’Histoire Naturelle. Ce premier chapitre se singularise, en apparence, par le fait de présenter des divisions internes, chacune ayant son titre respectif, face à la section zoothérapeutique, où chaque chapitre est structuré, en principe, par une succession de recettes indépendantes entre elles. Les différences de structure apparaissent au moyen d’un simple tableau comparatif entre les Curae quae ex hominibus et deux chapitres de zoothérapie choisis au hasard8.

61) DE URINJS (curae 1-12)

7- PROGNOSTICA URINARUM HAEC SUNT QUAE IN AEGROTIS VITAM AUT MORTEM ADFUTURAM DENUNTIANT (prognostica 1-10)

8- QUAE EX CORPORIBUS MULIERUM AD BENEFICIA REMEDIOR UM PROFICIUNT (curae 1-26)

9- VIRTUS MENSTRUORUM TALIS EST (curae 1-17)

10Expl. : EXPLICIUNT CURE QUE EX HOMINIBUS FIUNT (L)/Explicuerunt cure que ex hominibus fiunt (W)

112) Inc. : ITEM CURE QUE EX CERVO FIUNT (L)/Incipit cure que ex ceruo fiunt (W)

12- Curae 1-38

13Expl. : Explicit cure que ex ceruo fiunt (U)/Explicuerunt cure que ex ceruo fiunt (W)

143) Inc. : INCIPIT CURE QUE EX EQUO FIUNT (L)/Incip. cure que ex equo fiunt (U)/Incipiunt cure que ex equo fiunt (W)

15- Curae 1-26

16Expl. : Explicit cure que de equo fiunt (U)/Explicuere que ex equo fiunt (W)

17L’étude détaillée de la tradition manuscrite éclaire d’un jour nouveau cet aspect. Les chapitres de zoothérapie présentent eux aussi, de façon occasionnelle, des titres internes qui délimitent des sections spécifiques visà-vis de leur contenu. Le chapitre consacré aux remèdes obtenus à partir du porc présente la structure suivante :

18Inc. : INCIPIT CURE QUE DE SUE FIUNT (LU)/Incipiunt cure que de sue fiunt (W)

19- Curae 1-30

20- DE VIRTUTE ET QUALITATE ADIPIS VEL AXUNGIAE (curae 31-45)

21Expl. : EXPLICIT DE SUE (U)/Expliciunt cure que de sue fiunt (W)

22Dans les trois manuscrits où il apparaît, le chapitre contient, après l'incipit, une série de trente recettes indépendantes entre elles, mais il n’a apparemment pas d’explicit. On trouve ensuite, à nouveau en majuscules, un épigraphe : De uirtute et qualitate adipis uel axungiae, suivi de quinze recettes sur les vertus thérapeutiques de l’axungia ou graisse de porc. Il est important de signaler que ce soit-disant titre n’adopte pas la forme canonique des autres, Curae quae ex/de X fiunt, ce qui permet de douter de son caractère de véritable titre introducteur d’un chapitre indépendant. L'explicit qui suit ces recettes sur l'axungia est révélateur, Expliciunt cure que de sue fiunt (W)/Explicit de sue (U). Cela signifie que les trente premières recettes, ainsi que les quinze qui suivent l’épigraphe De uirtute et qualitate adipis uel axungiae constituent un seul chapitre, avec son incipit et son explicit, malgré cette subdivision interne qui regroupe spécifiquement les recettes de l'axungia.

23Le chapitre consacré au serpent se révèle être aussi un bon exemple :

24Inc. : INCIPIT CURE QUE DE SERPENTE FIUNT (LU)/Incipiunt cure que de serpente fiunt (W)

25- Curae 1-5

26- DE OVO SERPENTIS

27Expl. : EXPLICIUNT CURE QUE DE SERPENTE FIUNT (W)

28L’incipit, qui nous renseigne sur le titre et le contenu du chapitre, est suivi d’une série de cinq recettes seulement, sans explicit également. Apparaît ensuite un texte un peu plus long, précédé, lui aussi en majuscules, de ce qui pourrait ressembler à un titre indépendant, De ouo serpentis. Encore une fois, l'explicit qui figure après cette dernière section est l’élément clé permettant une délimitation correcte du chapitre. Les cinq premières recettes et la section De ouo serpentis constituent un seul chapitre, avec son incipit et son explicit, de la même façon que les autres chapitres. Tout comme cela se produisait avec les divisions internes dans les Curae que ex hominibus fiunt, les épigraphes De uirtute et qualitate adipis uel axungiae et De ouo serpentis introduisent des subdivisions spécifiques à l’intérieur du chapitre mais elles n’indiquent pas le début de chapitres indépendants. La prétendue singularité du premier chapitre, Curae que ex hominibus fiunt, se révèle illusoire, étant donné l’existence de structures parallèles dans la section de zoothérapie. L’hypothèse du caractère unitaire de textes qui jusqu’à présent avaient été présentés comme différents, s’avère donc correcte. Cela signifie que la séparation entre la partie d’anthropothérapie – connue sous l’appellation de Curae ex hominibus – et celle de zoothérapie – Curae ex animalibus, d’après la description traditionnelle – conservée par les catalogues de manuscrits et par les éditeurs, se révèle sans fondement. Il s’agit, au contraire, d’un seul réceptaire qui respecte l’ordre de la matière de sa source, depuis nat. 28,65 jusqu’à nat. 30,11 5. D’autres chapitres, outre le premier, présentent des subdivisions internes ou des sections particulières de contenu délimitées par des épigraphes qui donnent l’apparence erronée de titres indépendants. Le fait de constater l’existence, dans les différents manuscrits, d’un texte bref d’anthropothérapie suivi d’une longue section consacrée à la matière médicinale d’origine animale, ne signifie pas que l’on est confronté à des textes différents mais que la source présentait déjà, elle-aussi, ce contenu dans le même ordre.

  • 9 Ferraces Rodriguez A., « Antropoterapia de la Antigüedad Tardia », cit., p. 221.

29Le réceptaire ainsi constitué contient quatre-vingts chapitres. Chacun d’entre eux expose les remèdes obtenus à partir d’un seul animal et est accompagné d’un incipit et/ou d’un explicit qui nous renseigne sur le titre et le contenu du chapitre en question. Le texte commence par un De urinis – première partie des Curae quae ex hominibus fiunt – précédé normalement de la représentation iconographique d’une figure humaine masculine, et s’achève par un chapitre De cocleis, qui s’interrompt de façon abrupte. Il n’est donc pas possible de savoir si l’on se trouve devant une transmission partielle du texte ou d’une réélaboration plinienne inachevée. En revanche, aucun des manuscrits ne présente ni incipit ni explicit pour l’ensemble du réceptaire, dont on ignore le titre exact. Faute de l’aide, à ce stade, de la tradition manuscrite, je maintiens le titre proposé dans un travail précédent9 Curae quae ex hominibus atque animalibus fiunt, qui offre une description claire du contenu du réceptaire tout en conservant le schéma formel des titres des chapitres.

La réélaboration du texte de Pline et la composition du réceptaire

30L'Histoire Naturelle et les Curae quae ex hominibus atque animalibus fiunt diffèrent dans l’organisation de leur contenu. Pline regroupe toutes les recettes concernant une même pathologie et les accumule tout en dotant le texte d’une concision extrême. Il n’apporte que les indications indispensables pour chaque recette – habituellement, les ingrédients et la façon de les administrer – et s’abstient de fournir d’autres détails, tels que la quantité des ingrédients, la posologie, etc. Parfois, il intercale des digressions érudites ou des tirades plus longues pour signaler des mirabilia d’un animal déterminé.

31En revanche, l’organisation des Curae répond à un autre critère : l’animal dont on obtient les remèdes. Chaque chapitre comprend les recettes obtenues à partir d’un seul animal, présentées désormais sous la forme de longues tirades, avec une exposition détaillée du procédé de préparation et d’administration, ainsi que de son efficacité thérapeutique. Chaque recette devient donc une unité de sens homogène, pouvant être supprimée du réceptaire sans que cela encombre la bonne compréhension des autres. Les renvois internes sont rares et lorsqu’ils existent ils sont introduits par similiter, simili modo, ut diximus, et leur importance est anecdotique.

32Deux démarches complémentaires s’ouvrent à nos yeux afin d’analyser l’action de l’auteur de la réélaboration et de discerner la méthode de composition du réceptaire. La première consiste à prendre un chapitre des Curae quae ex hominibus atque animalibus fiunt et à en chercher des parallèles chez Pline. Je ne propose ici que celui des recettes obtenues à partir du cheval, bien que la démarche pour n’importe quel autre chapitre soit identique :

  • 10 Voir, par exemple, la dernière recette du chapitre sur le cheval, basée sur Plin. nat. 28,227, qui (...)

33Ces similitudes montrent bien que les Curae suivent, en général, l’ordre de l'Histoire Naturelle de façon linéaire. L’auteur de la réélaboration opère par sélection systématique des remèdes pliniens concernant un animal en particulier, et les regroupe dans un même chapitre. Outre ces éléments évidents – regroupement de recettes à partir d’un même animal, conservation de l’ordre établi dans l'Histoire Naturelle, nouvelle rédaction plus détaillée – il nous est difficile de faire des déductions à propos de la composition même du réceptaire. Il serait possible de supposer que l’auteur de la réélaboration ait parcouru le texte de Pline et relevé les recettes de façon exhaustive pour chaque chapitre et pour chaque animal. Mais, mis à part la difficulté même de cette méthode, où l’auteur de la réélaboration aurait dû visiter sa source maintes et maintes fois – on connaît quatre-vingts chapitres de cette réélaboration mais, étant donné qu’elle se termine de façon abrupte, elle aurait pu en avoir bien davantage, l’auteur de la réélaboration a, en plus, altéré parfois l’ordre linéaire établi par Pline10. De tels exemples, bien que peu nombreux, constituent un indice suffisant pour supposer que la méthode de travail a dû être différente.

34Il est remarquable à cet égard que, lorsqu’un texte de Pline a été emprunté pour deux recettes différentes des Curae, celles-ci présentent des similitudes lexicales et structurelles saisissantes. On ne peut tirer aucune conclusion, par exemple, d’une comparaison indépendante des recettes du chapitre 12 ou de celles du chapitre 18, au-delà de quelques similitudes structurelles occasionnelles. En revanche, si l’on relève un passage de la source pour le comparer à toutes les recettes qui en découlent, l’approche change radicalement. À titre d’exemple, Pline, nat. 28,181, génère deux recettes differentes dans Cur. anim., 12,3 et 18,7 :

35La même conclusion peut être tirée de la comparaison de Pline, nat. 28,202 et de Cur. anim. 12,5 et 10,13 :

36Le constat de ces ressemblances m’a conduit à explorer une nouvelle voie dans l’étude de l’action de l’auteur de la réélaboration : vérifier, dans un chapitre de Pline, comment l’artifice de la réélaboration des Curae quae ex hominibus atque animalibus fiunt a développé séparément chacune des recettes. Je fournis les passages où Pline s’occupe de la thérapie de l’érysipèle ou ignis sacer (28, 233 et suivantes) et des pathologies de la rate (28, 200-201) :

37Le résultat est à présent bien plus clair. L’auteur du réceptaire réélabore presque toutes les recettes de Pline. Avec quelques erreurs occasionnelles de segmentation, seules deux courtes notices de l'Histoire Naturelle (soulignées dans les textes ci-dessus) ne figurent pas dans les Curae quae ex hominibus atque animalibus fiunt ; il faudrait même se demander si de telles absences sont dues à des omissions involontaires, à une suppression délibérée de la part de l’auteur de la réélaboration ou même à leur absence dans le manuscrit de l'Histoire Naturelle qu’il a utilisé. Ainsi confronté le texte des Curae et sa source, on remarque pour chaque chapitre de Pline que l’artifice de la réélaboration s’en tient à une stricte formule, plutôt floue ou difficile à apprécier si l’on suit la première méthode d’étude de cette réélaboration. Cela permet, en outre, de soutenir l’hypothèse d’une composition de l’oeuvre en deux moments successifs : réélaboration du texte de Pline, chapitre par chapitre ; regroupement ultérieur des recettes à partir de l’animal dont elles sont obtenues. La lecture suivie des Curae, sans le secours des sources, présente une apparence de variété, mais seule l’étude comparative d’après cette seconde perspective offre la véritable dimension du processus de modification de la source.

  • 11 J’ai apporté quelques notes à ce sujet dans l'article « Antropoterapia de la Antigüedad Tardía », (...)

38Il ne s’agit pas ici de passer en revue tous les détails du processus de modification réalisé par l’auteur de la réélaboration11. Il suffit de dire qu’il amplifie le texte de Pline et qu’il soumet les recettes à des schémas concis, tout en répétant une série d’éléments structurels fixes. Les recettes issues de la réélaboration de Pline nat. 28, 233 et nat. 28,200-201 offrent des exemples instructifs, avec la présence invariablement de trois segments :

Segment 1

Segment 2

Segment 3

Adipes ursini...

igni sacro superfricati

statim remediantur

Fimus uituli uel bouis recens

igni sacro superinlinitus

statim remediantur

Equi spuma superinuncta

pituitis aut eruptionibus saniosis aspersa

statim remediabitur

Cinis de unguia equi factus

et pituitis aut eruptionibus saniosis aspersus

statim remediabitur

Asinini fimi cinis cum butyro commixtus

et pituitis aut eruptionibus saniosis adpositus

statim remediabitur

Suilli fimi cinis cum aqua commixtus

et pustulisid est uulneribus saniosis inlinitus

statim remediatur

Cornus ceruini cinis cum aqua commixtus

et ulceribus saniosis adpositus

statim remediatur

Fel apri uel suis

in aceto missum et in potu acceptum

spleneticos sanat

Cinis de cornu cerui factus

et in acetum missus et in potu acceptus

spleneticos sanat

Pulli asinini fimus

in aceto mulso contritus et in potum datus

spleneticis prodest

Lingua equi inueterata

et cum uino contrita et in potum accepta

spleneticis prodest

Pulmo uulpium

ad cinerem sicca tus atque in aqua contritus et in potu acceptus

spleneticis prodest

39Néanmoins, la répétition du même schéma n’empêche pas le remarquable effort de style de l’auteur, avec des variations constantes de l’ordre des mots, des structures syntaxiques, de l’emploi de synonymes, etc., dans le but d’éviter la monotonie d’une présentation si stricte : dans le segment 2 alternent, à la même position et avec la même fonction, superfricatus/superinlinitus, aspersus/adpositus/inlinitus, missum (-us)/contritus (-ta), acceptus/datus, in aceto/in acetum, inpotu/inpotum ; dans le segment 3 remediatur/remediabitur, spleneticos sanat/spleneticis prodest. On propose comme exemple type la combinaison de formule stricte et de variation, Cur. 12,3 et 18,7, qui sont, l’une et l’autre, une réélaboration de Pline, nat. 28,181. Les deux recettes présentent trois segments identiques quant au sens, mais l’auteur de la réélaboration porte la variatio à son degré maximal, en exploitant toutes les ressources qu’offre la langue : adjectif-génitif (equinum, mais asini), différente portée de la glose (id est genitalium semen, mais id est liquor ipse de coitu susceptus), tournures prépositionnelles différentes (a coitu-de coitu, in igne-in ignem), ordre des mots (lucernae ardentis-ardentis lucernae, capita equina-asinina capita), emploi de synonymes (inposituminiectus), variation syntaxique frisant la préciosité (facit ut omnes... uideantur sibi capita equina habere-facit omnes... asinina capita uideri sibi quod habeat).

40Finalement, une brève allusion à deux remarques supplémentaires, dont les textes parallèles ci-dessus donnent un parfait exemple : la substitution de la terminologie technique latine par les termes grecs correspondants (cf. l’emploi systématique de splen o spleneticus au lieu de lien ou lienosus) ainsi que l’absence de toute référence à des autorités (cf. l’omission de la référence à Anaxilaus dans 12,3 ou celle de Caecilius Bion dans 12,4).

Annexes

Annexe

Liste des chapitres des Curae quae ex hominibus atque animalibus fiunt

1. Curae quae ex hominibus fiunt

28. Curae quae de hirco fiunt

55. Curae quae ex scolopendra fiunt

2. Curae quae ex elefanto fiunt

29. Curae quae de capra fiunt

56. Curae quae ex dracone fiunt

3. Curae quae ex leone fiunt

30. Curae quae de haedo fiunt

57. Curae quae ex basilisco fiunt

4. Curae quae ex camelo fiunt

31. Curae quae de ariete fiunt

58. Curae quae de aspide fiunt

5. Curae quae ex belua fiunt

32. Curae quae de pecude fiunt

59. Curae quae de serpente fiunt

6. Curae quae ex lince fiunt

33. Curae quae ex oue fiunt

60. Curae quae de uipera fiunt

7. Curae quae de urso fiunt

34. Curae quae de uirtute lanae fiunt

61. Curae quae ex salamandra fiunt

8. Curae quae ex apro fiunt

35. Curae quae de sordibus pecorum fiunt

62. Curae quae ex angue fiunt

9. Curae quae ex ceruo fiunt

36. Curae quae de agno fiunt

63. Curae quae de boua angue fiunt

10. Curae quae ex tauro fiunt

37. Curae quae de uerre fiunt

64. Curae quae de anfisbena fiunt

11. Curae quae ex uitulo fiunt

38. Curae quae de sue fiunt

65. Curae quae de colubro fiunt

12. Curae quae ex equo fiunt

39. Curae quae de scrofa fiunt

66. Curae quae de cantaridis fiunt

13. Curae quae ex equa fiunt

40. Curae quae de cane fiunt

67. Curae quae de trixallide fiunt

14. Curae quae ex polea fiunt, id est polletro

41. Curae quae de catello fiunt

68. Curae quae de friganione fiunt

15. Curae quae ex equifero fiunt

42. Curae quae de mustela fiunt

69. Curae quae de herpete fiunt

16. Curae quae ex mula fiunt

43. Curae quae de catulo mustelae fiunt

70. Curae quae de grillo fiunt

17. Curae quae ex onagro fiunt

44. Curae quae de sorice fiunt

71. Curae quae de scarabeo fiunt

18. Curae quae de asino fiunt

45. Curae quae de mure fiunt

72. Curae quae de apibus fiunt

19. Curae quae de asina fiunt

46. Remedia quae ex mure araneo fiunt

73. Curae quae de blatta fiunt

20. Curae quae de pullo fiunt

47. Curae quae de lacerta fiunt

74. Curae quae ex musca fiunt

21. Curae quae de lupo fiunt

48. Curae quae de talpa fiunt

75. Curae quae de formica fiunt

22. Curae quae de uulpe fiunt

49. Curae quae ex cameleone fiunt

76. Curae quae de cimice fiunt

23. Curae quae de lepore fiunt

50. Curae quae ex stellione fiunt

77. Curae quae de uerme terreno fiunt

24. Curae quae de catto fiunt

51. Curae quae ex scorpione fiunt

78. Curae quae de uermibus qui in herba inueniuntur fiunt

25. Curae quae de symia fiunt

52. Curae quae de spalangione fiunt

79. Curae quae de uermibus qui in ligno nascuntur fiunt

26. Curae quae de irenaceo fiunt

53. Curae quae de araneo fiunt

80. Curae quae de cocleis fiunt

27. Curae quae de capra fiunt

54. Curae quae de centumpeda fiunt

Notes

1 Mancini A., Index codicum latinorum bibliothecae publicae Lucensis, Firenze, 1900, p. 140-143. Après Mancini, méritent d’etre cités Beccaria A., I codici di medicina del periodo presalernitano, Roma, 1956, p. 85-88 ; Pagnoni Sturlese M.R., Sturlese L., Catalogo di manoscritti filosofici nelle biblioteche italiane, vol. 5, Firenze, 1985, p. 91-93 ; Andersson-Schmitt M., Hallberg H., Hedlund M., Mittelalterliche Handschriften der Universitätsbibliothek Uppsala. Band 6. Handschriften C 551-935, Stockholm, 1993, p. 239-243 ; Moorat S.A.J., Catalogue of Western Manuscripts on Medicine and Science in the Wellcome Medical Library. I : Mss. written befo ?-e 1650 A.D., Londres,.1962, p. 446-448.

2 Simonini R., « Herbolarium et materia medica. Cod. ms. n. 296 della Bibl. Governativa di Lucca », Atti e Memorie della R. Accademia di Scienze, Leitere ed Arti di Modena, sen V, 1, 1936, 183-228

3 Benassai L., Per una lettura delle Curae ex animalibus, tesi di dottorato, Firenze, s.f. ( = 1990). Du même auteur, et fondamentalement pour le lien entre le texte de zoothérapie et Pline, on consultera « Intertestualità tra fonte e testo : alcuni problemi di ricezione del testo di Plinio, Naturalis Historia, nelle mediolatine Curae ex animalibus », Leonardi C. (ed.), La critica del testo mediolatino. Atti del Convegno (Firenze, 6-8 dicembre 1990), Spoleto, 1994, p. 301-312.

4 Ferrages Rodríguez A., « Un manuscrito con textos inéditos de las Curae ex animalibus », Fernandez Roca, X.A, Martinez López, M J. (ed.), Vir bonus docendi peritus. Homenaxe a José Pérez Riesco, A Coruna, 2002, p. 123-139.

5 Ferrages Rodríguez A., « Antropoterapia de la Antigüedad Tardia : Curae quae ex hominibus fiunt », Les études classiques 74, 2006, p. 219-242.

6 Le titre De urinis apparaît uniquement dans le manuscrit d’Uppsala, K. Universitetsbiblioteket, C. 664, dans la marge de la p. 185. Dans les autres manuscrits, les recettes à partir de l’urine commencent directement, sans aucun titre.

7 Ferraces Rodríguez A., « Antropoterapia de la Antigüedad Tardía », cit., p. 223.

8 Pour les manuscrits qui fournissent le texte, je renvoie à Ferraces Rodriguez A., « Un manuscrito con textos inéditos », cit., p. 124 et à « Antropoterapia de la Antigüedad Tardia », cit., p. 220.

9 Ferraces Rodriguez A., « Antropoterapia de la Antigüedad Tardia », cit., p. 221.

10 Voir, par exemple, la dernière recette du chapitre sur le cheval, basée sur Plin. nat. 28,227, qui rompt l’ordre de la matière établi par Pline. Pour d’autres exemples, Ferraces Rodríguez A., « Antropoterapia de la Antigüedad Tardía », cit., p. 226 y 229.

11 J’ai apporté quelques notes à ce sujet dans l'article « Antropoterapia de la Antigüedad Tardía », cit., p. 230-233.

Auteur

Universidade da Coruna

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540