Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmettre les savoirs dans les mondes hellénistique et romain

 | 
Frédéric Le Blay

Deuxième partie. Artes et savoirs techniques

De la maie à l’alabastre : quelques traces du savoir faire des parfumeurs chez Théophraste

Béatrice Nicolas

Texte intégral

  • 1 Traces de deux ordres : archéologie des installations, analyses organiques des résidus du produit. (...)
  • 2 Une huitaine à peine de noms de parfumeurs apparaît dans les sources littéraires (allusions comiqu (...)

1Les parfumeurs antiques sont de ces démiurges dont l’existence a laissé moins de traces que le produit qu’on leur doit – ce qui n’est pas peu dire, quand le produit en question est ce bel et volatile ouvrage, le plus évanescent qui soit, le parfum1. Avec le mot « traces », l’intitulé de cet article n’est nullement la promesse du portrait de quelque nez célèbre, même en creux2.

  • 3 Περὶ ὀσμῶν, désormais abrégé Od. : titre autonome dans la liste des oeuvres de Théophraste transmi (...)

2Qui plus est, à défaut de posséder le moindre réceptaire ou manuel d’un parfumeur grec, ce ne sont que des sources externes qui nous font connaître cet artisanat, en l’occurrence Théophraste d’Erésos (372-288 av. J.-C.). En lui nous verrons le frère spirituel d’Aristote, le père de la botanique et surtout l’auteur du livre Des odeurs3, qui refonde l’osmologie. Connaissance des odeurs et de l’odorat, elle a toute sa place dans la grande œuvre botanique de Théophraste, surtout lorsque l’instant d’un livre, il envisage les végétaux comme la matière première d’un art particulier : voilà la perspective qui nous vaut cette ouverture rare et presque sans parallèle dans les sources grecques, sur l’artisanat discret, voire secret, des parfumeurs.

3Ces gens de métier sont à la fois source et indirectement objet du discours du philosophe. Notre propos sera donc le suivant : sérier les données qui émanent selon toute vraisemblance de leur savoir ; montrer, ce faisant, la stratégie et les tactiques qui permettent à Théophraste d’incorporer, comme il l’entend, ce matériau d’enquête à sa démonstration savante. Il prend en compte tout le processus qui mène des substances odoriférantes au produit fini, du pressoir à huile jusqu’au vase à parfum, de la maie à l’alabastre. À sa suite, nous parcourrons les trois domaines où s’illustrent le savoir des parfumeurs et la démarche dialectique de Théophraste : matières premières, techniques artisanales et vente à la parfumerie.

Les matières premières : l’exemple de l’iris

4Le parfum à l’iris (ἰρινoν) est un produit incontournable de la parfumerie antique, et des exemples retenus par Théophraste. Les données fournies correspondent aux rubriques canoniques de la fiche botanique et se répartissent de façon significative entre les œuvres : travail fondamental de description anatomique et écologie de l’iris dans Recherches, puis étiologie et description de ses propriétés et usages dans Causes et surtout dans Des odeurs.

De l’écologie au critère de qualité

  • 4 E. de Halácsy, Conspectus Florae Graecae. Leipzig, 1901-1904, III, p. 187.
  • 5 L'épithète ou la périphrase géographiques n’indiquent pas une espèce mais simplement une origine ( (...)

5Les espèces utilisées par la parfumerie (Iris germanica L. var. florentina et Iris pallida Lam.) sont naturalisées dans toutes les régions méditerranéennes, mais vraisemblablement originaires des bords de la Mer Noire ou de Macédoine4. D’après Théophraste, La meilleure qualité provient d’Illyrie et des régions bordant l’Adriatique5. Dans l’écologie des ingrédients à parfum, l’iris constitue une singularité. Par contraste avec le nombre des substances originaires des pays du midi ἐν τoῖς πρòς μεσημβρίαν, HP IV, 5, 2), l’iris est la seule plante odoriférante à croître dans les pays du nord (ἐν τoῖς προς ἄρκτον, HP IV, 5, 1) ; autrement dit, l’Europe ne fournit aucune substance odoriférante spécifique, si ce n’est l’iris (HPIX., 7, 4). Mais appellation d’origine et singularité ne suffisent pas à valoriser le produit, d’origine lointaine certes, mais pas étranger pour autant. Les connotations dont il se charge sont assurément moins exotiques que celles qu’annonce la prestigieuse liste des περιτχότατα καὶ εὐοδμόχατα, ces substances « les plus exceptionnellement parfumées » venues du soleil et de l’orient : myrrhe, encens, nard, cinnamome, costus etc... (HP IX, 7, 3).

6Pour établir ces données, point n’est forcément besoin de consulter un homme de l’art : le savant se suffisait à soi-même et constituait la source la plus fiable de ce savoir botanique. Mais d’autres données ont toute chance d’être plus probantes : il y sera moins question d’habitat et d’écologie, que d’un sens bien compris de la promotion et des intérêts qui en dépendent.

L’iris : du rhizome au parfum

  • 6 HP I, 7, 2 ; Od. 28, 9. La documentation moderne confirme la localisation dans le rhizome des espè (...)
  • 7 Le phytonyme grec aurait pour origine la variété du coloris, rappelant l’arc-en-ciel (Plin. et Dio (...)

7Si l’iris est très en faveur dans la parfumerie antique, il le doit à son rhizome6. Chacun ne s’en douterait pas, en croisant sur un talus ou près d’un marais cette fleur altière, plus flamboyante7 qu’odorante. Il faut donc tout un savoir-faire et un faire-savoir pour amener au produit d’appel, le client plus ou moins familier des effluves florales. Surtout que la fragrance finale est plus proche de l’odeur de violette que de l’odeur propre des fleurs d’iris.

  • 8 La science moléculaire confirme rigoureusement ce délai : au cours des trois années de stockage, d (...)
  • 9 Description des méthodes de récolte et de stockage (assez semblables) et de l’exploitation de l’ir (...)
  • 10 Les μυρέψοί faisaient parfois eux-mêmes sécher leur matière première, pour obtenir une substance p (...)
  • 11 Risque que ne signale pas Théophraste, au contraire de Pline qui parle de « vers » (NH XXI, 42 ter (...)

8Pour en arriver là, encore faut-il patience et longueur de temps. Frais, le rhizome ne sent rien, il faut attendre deux à trois ans8 pour que la drogue soit utilisable en parfumerie, après séchage9. Cette donnée est techniquement et économiquement capitale. Théophraste la mentionne dans les trois œuvres, avec des approches sensiblement différentes. Moins exotique que les autres parfums, l’ingrédient n’est pas moins précieux. Au coût de la matière première, s’ajoutent des frais de stockage10, avec tous les aléas qui peuvent gâter la marchandise entreposée, bactéries et parasites11.

9Mais il y a plus. L’iris est de ces trésors discrets qui réclament du temps et de la souffrance. Deux passages évoquent la préparation de la drogue. Dans l’extrait qui a été rédigé le premier (HP IX, 7, 4), Théophraste se contente de dire qu’il n’y a « aucun travail, si ce n’est de peler et dessécher le rhizome ». Dans le second en revanche (Od. 32, 14), il signale la pénibilité du conditionnement : entre les deux textes, la drogue est devenue vésicante, le rhizome causerait des ulcères (ἀφελκοῖ) sur la peau de ceux qui le manipulent. Théophraste s’est ravisé et se rapproche verbatim de ses sources spécialisées. Il fait état des propos de « ceux qui travaillent cette matière première », οἱ ἐργαζόμενοι (loc. cit.).

  • 12 Les huiles essentielles (mais pas les plantes elles-mêmes, sauf contact prolongé) peuvent présente (...)
  • 13 L’agronome A. Rolet (Plantes à parfums et plantes aromatiques, Paris, 1932, p. 281) évoque au débu (...)

10Même si la documentation moderne n’atteste pas spécifiquement cette donnée pour l’iris12, ces effets peuvent avoir quelque réalité, du fait de la teneur en huile essentielle du rhizome et des conditions de travail qui imposent un contact prolongé13. Quoi qu’il en soit exactement de ces effets, a fortiori s’il sont exagérés, l’intention est claire. Les sources de Théophraste font reconnaître leur travail et la qualité de ce produit coûteux en temps et en efforts. Caractères qui ne font que valoriser le produit fini et procèdent, chez ces marchands, de ce qu’on pourrait appeler une certaine fierté d’atelier. Nous voyons là, en tout cas, l’un de ces détails vrais, l’un de ces aperçus du réel qui affleurent dans l’œuvre : ils attestent le recours aux sources expertes et contribuent à éclairer la méthode du savant.

La fabrication du parfum à l'iris : pertes et profits

11Une dernière remarque sur l’iris. Théophraste parle proportions, et c’est fort rare. Il présente un calcul qu’il ne peut indubitablement tenir que de gens de métier. Le mobile sous-jacent est de savoir quelle technique est la plus rentable pour fabriquer l’ἴρινoν, la rentabilité s’entendant comme un compromis satisfaisant entre qualité et quantité de parfum obtenue.

12L’alternative se présente ainsi (Od. 22 à 24). Ou bien l’on utilise la drogue brute, sèche, à froid : elle absorbe (ἀναπίνειν) alors à l’enfleurage une quantité très importante d’huile – quantité qui n’est pas récupérée à la pression finale de l’ingrédient et représente une perte (ἀπουσίαν λείπειv). Ou bien au préalable on humecte modérément la drogue (προφυράω), avec de l’eau ou du vin, puis on la fait macérer à chaud (πυρουμένης θερμοβαφῆς) : ainsi boit-elle moins d’huile, ce qui cause moins de perte. Le tableau qui suit rassemble les chiffres avancés par Théophraste :

Méthode suivie

Mesure d’iris sec

Mesure d’huile

Pertes estimées

Enfleurage à froid, drogue brute

une amphore – 19,441

un médimne – 52,51 et deux demi-hèctes – 8,61

« perte importante »

Macération à chaud, drogue humectée

 ?

 ?

deux chous – 6,5 1

13Voilà pour l’avantage de cette seconde méthode, qui a son inconvénient : limiter les pertes revient à perdre en qualité. En imbibant au préalable les copeaux d’iris et en les exposant à la chaleur, on altère sérieusement la senteur authentique. Ces données sont lacunaires, ce qui interdit de facto toute évaluation décisive. Mais leur intérêt réside moins ici dans ce qui est dit ou non, que dans la raison pour laquelle c’est dit ou passé sous silence. Comment Théophraste a-t-il eu connaissance (même partielle) de ces chiffres et pourquoi en fait-il état (même partiellement) ? Qu’est-ce qui incite les parfumeurs à donner de telles précisions ?

  • 14 L’huile est considérée comme chaude. Les phénomènes odorants en général se rangent également du cô (...)

14Ce que Théophraste expose à travers ces chiffres, ce n’est pas un cahier des charges, c’est un raisonnement. En définitive, il lui importe assez peu que ce tableau soit lacunaire dès lors qu’il a fait surgir la leçon qu’il illustre. L’application l’intéresse dans la mesure où elle s’accorde avec les principes de sa physique qualitative. Sans entrer ici dans le détail, rappelons que le sec et l’humide, le chaud et le froid sont les qualités qui déterminent la puissance de la matière14. Dans le cas présent, elles expliquent la gourmande affinité de l’ingrédient avec l’huile. Constat empirique, parfaitement intégré dans un savoir spéculatif.

15Quant aux parfumeurs ? Les trois prédicats que nous venons d’étudier au sujet de l’iris semblent tous renvoyer à la même stratégie, qui vise des enjeux économiques et commerciaux. Au fil de ces remarques, on croit entendre un vendeur faisant l’article à un client qui marchande tarif et qualité. L’iris est un ingrédient délicat, qui revient cher : il est légitime de le monnayer en tant que tel. Si un artisan a dans ce contexte livré un peu de son savoir – et c’est indéniablement le cas, c’est à dessein et par intérêt : ce savoir est la caution qui donne du prix à son commerce.

16Cet exemple de l’iris éclaire le parti que Théophraste tire à son tour du savoir pratique des parfumeurs. Sa fiche botanique renseigne, selon la progression du corpus, des rubriques restées canoniques : morphologie différentielle, écologie, propriétés. Les premières données ont des incidences pratiques : c’est ce que les sources techniques, in fine, décrivent. Les gens de métier sont des ressources incontournables sur ces aspects, expertes à décrire les enjeux pratiques et financiers de leur méthode, à évaluer les difficultés culturales ou techniques liées aux spécificités botaniques de leur matière première, à trouver à l’usage des solutions pour composer avec les données botaniques. Voilà ce que Théophraste ou son informateur est venu chercher, voilà ce qu’expose le livre Des odeurs, de façon inédite. À la lumière de ces quelques premiers indices, il ne paraît pas douteux que des sources techniques, quelques nez d’Athènes ou d’ailleurs, ont été observées et interrogées pour nourrir la rédaction du texte qui explore leur art.

Gestes et savoirs techniques

Scènes d’atelier

17Mieux que quiconque, Théophraste sait combien gestes et attitudes portent en résumé tout un caractère. Lorsqu’il découvre et fait découvrir un art, il ne peut manquer d’être sensible à cet aveu du corps. Le livre Des odeurs recèle des notations éparses qui sont autant de scènes d’atelier, rythmées par la fabrication et ses enjeux. Elles constituent l’une des originalités et des séductions de ce texte.

  • 15 Restitution proposée par J.-P. Brun pour le laboratoire de la parfumerie sise dans la maison IB du (...)

18Qui évolue dans le laboratoire15 ? Le bouilleur de parfum, qui met les petits chaudrons dans les grands, au bain-marie, pour protéger les aromates du feu direct et éviter l’odeur du brûlé (Od 22). Le même peut-être, qui surveille son enfleurage et au moindre noircissement, se hâte d’ôter tout ce qui macère avant pourrissement (Od. 26). Le nez, qui circule entre les vases où reposent les parfums encore en devenir, soulevant le couvercle, humant le mélange, et ne cessant d’ajuster la composition (Od. 47 ; 57 ; 69). Enfin le marchand vigilant, qui vérifie le bouchage des vases de plomb ou d’albâtre, pour prévenir l’évent ou l’évaporation qui gâterait son stock (Od. 41 ; 47)...

19Cette ambiance d’atelier se distingue assurément de l’animation des échoppes. Scènes resserrées, discontinues, éminemment visuelles, saisies dans la concentration muette et assurée des gens au travail, qui expliquent peu, à eux-mêmes et aux autres, les actions qu’ils mènent en experts. Quand vient un commentaire, difficile de dire s’il émane des acteurs eux-mêmes ou du témoin : cette « légende » s’en tient au strict nécessaire, à l’explication des gestes et des mobiles techniques qui commandent ces gestes. Telle installation pour éviter l’odeur de calciné, tel signal pour empêcher le pourrissement... Autant de gestes, modestes et pourtant décisifs, furtifs et désormais pérennisés par une évocation d’une grande concision.

  • 16 Théophraste ne cite ici aucun intermédiaire et le contenu de Des odeurs n'implique aucun voyage qu (...)

20Cette mimésis du réel incite à nouveau à penser que Théophraste (ou son informateur16) est bel et bien allé observer les gestes du métier, pris sur le vif, dans l’humilité de toutes les phases, les moins parlantes mais les plus emblématiques.

Les pratiques à l’épreuve de la doctrine

21Parmi ces gestes, deux exemples qui relèvent des aspects les plus techniques du traité, de ces faits d’expérience qui non seulement sont insoupçonnés par quiconque n’a pas mis les pieds dans une huilerie ou dans un laboratoire à parfum mais restent, aussi, un peu mystérieux pour le profane – c’est-à-dire pour presque tous les destinataires de Théophraste. Ce contexte suffisait à justifier un exposé circonstancié. Mais la motivation du savant est plus profonde : elle puise à un besoin de comprendre et de donner les causes des phénomènes. Pour trouver cette vérité étiologique, le savant est prêt à adopter toutes les tactiques : qu’il faille aider l’intuition empirique, la combattre, réfuter l’erreur, ou admettre l’impuissance.

Des recettes ?

22Au sujet de l’iris, nous l’avons vu, les parfumeurs n’hésitent pas trop à parler proportions, et pour cause : ils y trouvent un argument de vente. En dehors de cet exemple, on chercherait en vain d’autres informations de ce type dans le livre de Théophraste. Tel qu’il se présente, il néglige presque toujours les indications de dosage. Réalité qui peut être interprétée comme une lacune, ou comme un choix.

  • 17 Od. 25 sq. ; 30.
  • 18 J. Kerléo, ancien nez de la maison Patou, président de l’Osmothèque de Versailles, a été sollicité (...)
  • 19 Esotérisme qui semble être inhérent à la profession, aujourd’hui encore à l’époque de l’espionnage (...)
  • 20 La question de l’inné et de l’acquis dans les compétences olfactives exceptionnelles des parfumeur (...)
  • 21 Dans son catalogue des spécialités locales les plus prisées, le médecin Apollonios d’Alexandrie (I (...)
  • 22 Exemple bien documenté d’une variété de Datura, la « solanée de la folie » (HP IX, 11, 6) : selon (...)

23C’est une lacune si l’on estime que sans précisions sur les proportions, les listes d’ingrédients proposées pour tel ou tel parfum17 ne servent pas à grand chose, du point de vue pratique18. À qui ou à quoi attribuer cette lacune ? On peut la mettre au compte de deux traits caractéristiques de la profession. Tout d’abord, un ésotérisme prudent, toujours d’actualité19 : pour protéger leurs revenus, les parfumeurs se font jaloux de leur savoir. Ils sont ceux qui savent les mélanges harmonieux et les compositions réussies (Od. 52) – ceux qui savent, s’en vantent, mais ne révèlent rien pour autant. La seconde explication réside dans la nature tout à fait empirique du savoir-faire des parfumeurs : savoir si intimement physiologique, qu’il est peut-être incommunicable20. Qu’on pense au nez qui ajuste son parfum (Od. 47) : toute une expérience olfactive s’exprime dans ce geste et les choix qui en résultent restent hors de portée d’un simple manuel. L’art des dosages et des mélanges se transmet comme un tour de main et un secret d’atelier21. En allant à la rencontre des gens de métier, peut-être Théophraste n’a-t-il obtenu que des informations lacunaires, rarement aussi précises mais tout aussi cruciales que ce qu’il avance dans le domaine de pharmacopée22.

  • 23 Par exemple, proportion de sel incorporé pour éviter le pourrissement des roses en macération (Od.(...)

24Mais ce silence sur les dosages relève surtout d’un choix imposé non par les sources, mais par les nécessités internes de l’œuvre. Résolument, le livre n’a pas été conçu ni ne peut être considéré comme un manuel de parfumerie. La démarche étiologique de Théophraste est ailleurs. Si parfois il raisonne avec des chiffres23, c’est affaire de physique appliquée, et non de recettes. Les mélanges constitutifs de la parfumerie sont pour le savant l’occasion de rendre compte du comportement de la matière. Le livre donne à voir les faits et gestes copiés sur le vif, à charge pour le savant de rédiger la légende explicative.

Les excipients : le paradoxe du gras

  • 24 L’huile essentielle de myrrhe, très complexe, est très peu volatile : cette résine a souvent été u (...)

25Théophraste applique au savoir technique des parfumeurs une méthode à la fois sélective et inductive. Ce sont encore des chiffres qui suscitent la réflexion, autour du comportement des excipients en parfumerie. À l’origine de la démonstration, ce constat paradoxal : si on mélange dans l’excipient une mine de myrrhe (~ 500 g) puis deux drachmes de cannelle (~10 g), c’est la cannelle qui domine la senteur finale, bien qu’elle soit cinquante fois moins dosée que la myrrhe. Théophraste énonce alors ceci, qui a toute l’autorité d’un précepte : « c’est toujours le dernier aromate introduit qui donne au mélange son parfum » (Od. 20). Le propos ne vient pas de quelque artisan péremptoire, instruit par l’expérience. C’est la pétition de principe d’une théorie philosophique. Cette soi-disant « loi de la parfumerie » est affranchie de ses bases empiriques, Théophraste supplée au discours des parfumeurs – ce qui l’empêche peut-être d’approcher la vérité. Nous n’entrerons pas ici dans les détails de la contre-argumentation24 : qu’il suffise cependant de comprendre la stratégie du savant. Il ne se contente plus de recueillir des avis experts, qui trouvent en eux-mêmes leur justification : ici, il ajoute une étiologie savante, qui renvoie à sa propre conception spéculative de la matière.

  • 25 Athénodore,Peripatoi, VIII (apud D.L. V, 36).

26Voici en l’occurrence comment les sections 17 sq. expliquent le rôle du « dernier aromate ». Les parfumeurs utilisent comme excipient différentes huiles. Ils ont constaté que ce sont les moins grasses (tirées de la noix de ben ou des olives vertes) qui sont les plus stables et qui parviennent le mieux à capter l’odeur des aromates qu’on fait macérer. S’ensuit la conviction que le caractère visqueux diminue la réceptivité de l’excipient. Avant la macération il faut donc préparer l’excipient, en le soumettant à un traitement astringent (στύψις). Cette opération aurait mérité une véritable définition mais n’est expliquée que grâce à une analogie, herméneutique et biographique. Le père de Théophraste possédait un atelier de foulerie25 : est-ce ce qui inspire à son fils la comparaison de la préparation de l’huile avec le mordançage de la laine ? En voici le résumé :

Analogie de l’épaississement de l’huile et du mordançage de la lame.

  • 26 Description de la structure interne des corps visqueux : composés de canaux, saturés par les premi (...)

27L’alun ou tout autre substance astringente prépare à la teinture : de même, le premier aromate incorporé permettrait à l’huile de mieux fixer le parfum des substances incorporées ultérieurement. Une première substance intervient donc, ici pour mordancer, là pour dégraisser ; agit ensuite une seconde substance, ici tinctoriale, là aromatique. Selon ce processus, c’est effectivement toujours l’ingrédient incorporé en dernier qui communique son parfum. Le premier aromate n’a eu pour rôle que de se dissiper dans l’excipient pour attaquer sa viscosité. Étiologie complexe26, présentée très sommairement ici, pour n’en retenir que ce qui intéresse notre propos.

  • 27 Etude de la langue scientifique de Théophraste, construite comme outil doxographique et outil polé (...)
  • 28 Analyse qui rejoint J. Thomas, « Mirabilia : tropismes de l’imaginaire antique », in Ph. Mudry (éd (...)

28Résumons la leçon de ces deux exemples. Chaque fois Théophraste part d’un savoir empirique recueilli auprès des gens de métier, puis déploie une argumentation élaborée. Certes, elle vise à corroborer ce que les parfumeurs eux-mêmes savent, sans pour autant l’expliquer mais parce qu’ils le constatent. Mais cette étiologie est surtout inspirée par des positions doctrinales, tenant de la physique aristotélicienne. L’écriture du traité27 exhibe d’ailleurs cette démarche étiologique. Un véritable chevillage stylistique se repère dans maints passages : dans la protase le savant présente un phénomène avéré mais déroutant, dans l’apodose il expose son étiologie, pensée dans le système conceptuel qui est le sien. Une phrase commence par une expression de ce genre : θαυμάσειε δ' αὔ τις ἴσως... « on pourrait s’étonner de ce que... », et la proposition suivante ressemble à ceci : αἴτιον δ' ἐστι ὅτι... « La raison en est que »... Ces deux pans articulent sans faille le θαυμαστόὔ à l'αἴτιον, désamorçant ce que la réalité pourrait avoir de bizarre28.

  • 29 Od. 18 ; 45.

29Au-delà des positions théoriques, totalement périmées, reste cette méthode. Les savants du Lycée, Théophraste en particulier, ont indéniablement ouvert la voie à une démarche scientifique, en adoptant un esprit résolument rationnel et, contre Platon, très concret. Tout en partant des « phénomènes », le philosophe prend ses distances avec l’étonnant, l’inédit, l’ésotérique : il cherche à en appréhender et en révéler les ressorts naturels ou considérés comme tels29.

Le parfumeur et son commerce

30L’étonnant et l’ésotérique ne sont pas réservés au laboratoire. Quelques scènes pittoresques se déroulent aussi à la boutique : celles peut-être que Théophraste ne voit pas sans quelque humeur à l’encontre de ces parfumeurs dont il divulgue les méthodes plutôt qu’il ne les vulgarise.

Citer ses sources

  • 30 Seul peut-être à faire exception, un certain Métallos ou Mégallos, le supposé créateur du megallei (...)
  • 31 Nous sommes loin de partager l’analyse de P. Faure (Parfums et aromates de l’Antiquité, Paris, 198 (...)
  • 32 Au long des quinze livres botaniques ne sont cités par leur nom que des populations locales et, à (...)

31L’injonction de citer ces sources ne pèse pas sur Théophraste comme elle régit les écrits du savoir moderne. Il ne mentionne nommément aucune source liée de près ou de loin à la parfumerie et donne moins encore sur quiconque des indices de nature chronologique ou géographique. Rien ne nous invite sur la voie de la prosopographie30. La raison de cet anonymat n’est pas le « dédain pour ces esclaves ou ces domestiques penchés sur leurs bouilloires31 ». Il ne diffèré pas radicalement des habitudes de Théophraste à l’égard des autres sources qu’il implique dans son propos : sources ethniques, savantes ou artisanales, qui le plus souvent restent anonymes32. Par habitude, Théophraste recourt à des noms de métiers, directement en prise avec les réalités concernées. Ainsi surviennent ces masculins, parfois au singulier accompagnés du pronom τις, mais le plus souvent au pluriel, avec l’article défini : les bûcherons et les résiniers (HP III, 9, 3), les cueilleurs de simples ou arracheurs de racines (oἱ ῥιζότομοι HP IX, passim), les vignerons (CP II, 4, 8) etc. Des formules tout à fait impersonnelles ne manquent pas non plus : Théophraste se contente souvent du pronom ἔνιoι, et lorsqu’il doit rapporter des avis divergents, on trouve le balancement οἱ μὲν... οἱ δὲ...

  • 33 Le texte de Des odeurs multiplie les participes substantives qui prennent toute leur valeur déterm (...)
  • 34 Od. 16,6 ; 17, 1 ; 29, 5 ; 31,4.
  • 35 Od. 15, 5 et 14 ; 17, 12 sqq. ; 25, 4 et 8 ; 26, 13 ; 31,\sq.

32Fidèle à sa méthode quand il évoque les parfumeurs, Théophraste ne se réfère à aucun d’eux en particulier, de façon nominative. À l’inverse, c’est le plus souvent de façon « catégorielle » qu’il les implique tous, sous l’un de ces deux noms de métiers : οἱ μυρεψοὶ/ ou οἱ μυροπῶλαν. Les parfumeurs constituent un pluriel indénombrable, des hommes dont on regarde les gestes communs33 ou dont on n’entend que la voix collective. Voix collective qui se réduit souvent à une expression plus générique encore. Qu’il s’agisse de verbes de parole34 ou de verbes d’action35, une troisième personne du pluriel se charge de rendre compte des déclarations et des actions spécifiques de la catégorie en question, subsumée derrière cette tournure impersonnelle. Conjugués au présent, les verbes introducteurs φασίν et λέγουσιν se comptent par centaines dans la somme botanique, et ne font pas défaut dans le texte de Des odeurs : ils articulent les déclarations des experts à la démonstration du savant, en permettant à Théophraste de garder une certaine distance, à la fois scientifique et dialectique – surtout si ces paroles ont été rapportées au deuxième degré.

  • 36 Par exemple, mises au point lexicales Od. 31, 7 et 61,7.

33Distance particulièrement sensible lorsque Théophraste dispose de plusieurs témoignages. Non seulement, il croise des sources distinctes (distinctes par leurs centres d’intérêt, leur niveau de savoir ou leur origine géographique), mais il peut même être amené à examiner des positions erronées ou divergentes. Au savant, ensuite, de dominer ces variantes et de comprendre l’origine de ces opinions, nées des spécialités ethniques ou professionnelles. Mais Des odeurs comporte en fait assez peu de variantes36. Avec l’abondance des gestes techniques et surtout des ingrédients parfois exotiques engagés dans ces processus, le domaine d’étude prêtait pourtant à des particularismes.

  • 37 Od. 15, 4 ; 16, 6 ; 29, 5 sq. ; 35 ; 50, 6 sq.

34À peine plus nombreuses sont les variantes inspirées par ce qui relève de l’esprit d’atelier ou de la surenchère commerciale. Le contexte de ces variantes fonctionne presque toujours à l’identique : Théophraste indique l’usage ou la prédilection qui a cours pour quelque produit, puis signale immédiatement les démentis ou les exceptions que certains opposent37. La section 38 est remarquable à cet égard. Il est question des durées de garde des parfums : un parfumeur cache des merveilles. Pour le dire, la syntaxe quitte le style indirect propre à la majorité des autres citations :

« Un marchand de parfum disait (μυροπώλης δέ τις ἔφη) qu’il avait dans ses réserves du Parfum Egyptien de huit ans d’âge, et du Parfum à l’iris de vingt – et qu’ils surpassaient même, avec ces années de conservation, les parfums en pleine maturité. »

35Présence du pronom τις au côté du nom de métier, au singulier, et surtout verbe à l’imparfait : ancré dans le moment de son énonciation (une rencontre personnelle ?), le propos est sous caution. Il tient de l’argumentaire commercial et n’accède pas au même statut que le reste du discours, auquel il s’intègre avec distance. Démonstration véridique ou accès de vanité, ce stock exceptionnel ne peut être retenu que comme une curiosité, un terminus ad quem : il n’est pas cette constante qui fonde le savoir.

  • 38 Existence de corporations de parfumeurs attestée pour les périodes hellénistique et romaine, à Rom (...)

36Pourquoi si peu de variantes ? Les sources étaient certes moins nombreuses et moins variées que sur l’enquête strictement botanique, menée à l’échelle de tout le monde grec. Mais à lire Théophraste, on a surtout l’impression qu’il existe avant l’heure, une corporation virtuelle des parfumeurs38 : s’exprimant d’une voix collective, les hommes de l’art que fait parler Théophraste partageraient un savoir-faire et s'accorderaient sur des notions qui passent ainsi pour faire autorité. Les hommes qui conjuguent dires et gestes au pluriel impersonnel semblent constituer une source collective. Est-elle la base ou le fruit du discours de Théophraste ? Il est plus que probable qu'elle est plutôt, rétrospectivement et grâce à l’écrit, son résultat : Théophraste est ce savant qui assiste et contribue à la naissance d’une τέχνη en apportant la caution de son propre savoir. Savoir qui ne s’oublie pas lui-même, ni dans sa méthode, ni dans sa doctrine : savoir qui ne relaye les sources, qu’avec certaines réserves.

Les deux visages du parfumeur

  • 39 SEG, XX, 225, VIe a.C, Chypre. Liste des attestations à l’âge du Bronze dans C. W. Shelmerdine, Th (...)
  • 40 Lysias, Or. XXXV, 4, 5 ; fr. 38.
  • 41 Au féminin, Aristophane, Eccl. 841 ; Phérécrate, fr. 64 Kock I, p. 162 ; Antiphane apud Αth. XV, 6 (...)

37Une précision s’impose, qui concerne les deux noms de métier appliqués aux artisans. Pourquoi deux termes ? L’un et l’autre n’ont ni la même histoire, ni la même valeur. Un idéogramme mycénien désigne déjà le « bouilleur d’onguent », personnage strictement encadré et contrôlé par l’économie palatiale39 :l'arepazoo. Le « marchand de parfum » au contraire n’est attesté qu’à partir de la deuxième moitié du Ve siècle40 et les sources ultérieures citent plus souvent une marchande de parfum, au féminin41. Le métier correspond à une réalité urbaine, sociale et économique plus élaborée. Sans engager une enquête historique qui excéderait notre propos, venons-en au livre Des odeurs. La présence et la répartition de ces deux noms de métier tendent à montrer qu’ils ne sont pas d’exacts synonymes. Ils recouvrent deux activités différentes : successives, complémentaires, peut-être assumées par le même homme, mais bien discriminées par Théophraste.

  • 42 Formule qui est une quasi-définition en CP VI, 19, 3 : « les bouilleurs de parfums confèrent les o (...)
  • 43 Od. 8. 1 ; 30, 17 ; 58, 10-12.
  • 44 L’atelier et la boutique pouvaient être installés sur un seul et même site, offrant éventuellement (...)
  • 45 Processus complet représenté par la fresque découverte en 1894 par G. de Petra, à Pompéi (VI 15, 1 (...)
  • 46 À l’époque classique, marques de défiance et de condamnation ne manquent pas. Le parfumeur est la (...)
  • 47 Si l’on en croit Diogène (V,36 et 40 sq.), Théophraste se consacrait sans relâche à l’étude : c’es (...)

38Les « bouilleurs de parfum » (μυρεψοί) sont évoqués dans les passages strictement consacrés à la préparation des produits finis42 : ils sont experts à choisir des matières premières appropriées et connaissent les tours de main artisanaux43. Les marchands de parfum (μυροπῶλαι) sont cités quand il s’agit de gestion et de protection du stock, ou de tactiques de vente. La parfumerie présente donc, comme le parfumeur, deux visages. À lire Théophraste, on a le sentiment qu’au fil du processus qui mène de l’atelier à la boutique44, de la production à la vente45, ils s’opposent et se complètent, comme l’approbation et la réprobation. Théophraste n’est pas loin en effet de contribuer cum granule salis à la réputation détestable dont la littérature grecque frappe les parfumeurs. Leur boutique fleure la perdition : on y respire l’odeur de l’oisiveté, les relents de la rumeur, la pestilence des mauvaises fréquentations et le poison d’un luxe dispendieux46. C’est pourtant là que se porte l’intérêt d’un philosophe aussi studieux que Théophraste47.

Un commerce bien tenu

  • 48 Sur les noms de parfum, voir notre article « Le vocabulaire de la parfumerie ou comment parler d’u (...)

39Son texte nous emmène, entre autres, à la rencontre du maître des lieux qui fait visiter sa boutique, toute de fraîcheur et de pénombre (Od. 40 sq.). Deux qualités recherchées pour la bonne conservation des parfums. Noble préoccupation, contrastant avec des précautions plus mesquines, qui s’avouent moins qu’elles ne se trahissent. Les parfumeurs semblent, par exemple, avoir bien compris la notion de « produit d’appel » (Od. 30) : savent-ils qu’il y a des noms vendeurs, des noms qui parlent à la clientèle ? Théophraste ne nous explique rien, n’apporte aucune justification à cette « convention », mais il semble que Marjolaine soit de ces noms-là. Les parfumeurs vendent « Parfum à la marjolaine » (ἀμαράκινον) – même si aucune plante de ce nom n’entre (ou n’entre plus) dans sa composition : la marjolaine de Cos ou de Chypre (ἀμάρακον) est désormais remplacée par la même labiée, mais importée d’Egypte et désignée par une variante locale, σάμψυχον48. Qu’importe le mensonge (ψευδώνυμος ἐπίκλησις), pourvu qu’il y ait l’ivresse !

40La notion de « gamme de produits » est aussi de leurs secrets. La section 31 rend compte de l’une des dernières étapes de fabrication du parfum, la coloration. Dernier soin qui est calculé selon la qualité finale : il faut distinguer produits de luxe et articles bon marché (πολυτελῆ, εὐ τελῆ). On colore certains parfums, d’autres non, mais aucun des produits bas de gamme ne mérite le surcoût d’un colorant. Les raisons diffèrent, mais le sens de l’économie est le même pour certains produits déjà onéreux. Les parfumeurs déclarent viser une couleur « naturelle », par exemple pour le parfum au coing qui veut le jaune des fruits, ou pour le parfum égyptien et le parfum au henné qui doivent rester clairs (λευκὰ).

  • 49 Aperçu des tarifs pratiqués à Athènes du temps de Ménandre (apud Ath.. XV, 691 c-d). En dernier li (...)

41Cette préoccupation financière, ici patente, n’est bien sûr étrangère à aucun commerce sur l’agora. Mais les mises en scène littéraires ou iconographiques en font cependant la preuve « parlante » quand il est question de parfums, ruineux caprices. La littérature donne plutôt la parole aux clients, qui se félicitent parfois mais se lamentent plus souvent des tarifs pratiqués49 : bien connues sont, par exemple, les répliques de Strépsiade, « mis sur la paille » par les chevaux de son fils et les cosmétiques de son épouse (Arist., Nub. 51).

  • 50 F.J.M. de Waele en recense au plus une huitaine (« La représentation de la vente d’huile à Athènes (...)
  • 51 P. Badinou n’en recense que deux, peintes l’une et l’autre sur des pélikès, le vase même où le mar (...)
  • 52 F.J.M. de Waele, op. cit., p. 284.

42Hélas fort rares, les représentations iconographiques des ventes d’huile50 et d’huile parfumée51 donnent à voir l’autre côté de cet échange, celui des marchands : la bourse est l’attribut le plus significatif de ces scènes, et permet notamment de les distinguer des scènes de séduction où s’échangent aussi les vases à parfum. Une pélikè du Vatican porte une inscription sans équivoque. Un marchand d’huile fait face à un citoyen venu remplir un lécythe : dans l’espace qui sépare les protagonistes, le peintre a noté cette prière « Ô, Zeus Père, puissè-je devenir riche52 ! ». Elle émane sans doute du marchand ou du commanditaire du vase, lui-même peut-être marchand de son état. Le prix est visiblement la cause du dialogue un peu vif des personnages : sur la face A, comme c’est la convention dans ce type de scènes, le vendeur est assis et garde à ses pieds une pélikè ; sur la face B, son interlocuteur et lui se sont levés et le chien qui accueillait le client sur la face A semble s’être mis à aboyer.

43Par comparaison avec ces manifestations bruyantes et animées, l’observation de Théophraste pourrait paraître relativement neutre. Mais c’est précisément cette discrétion du savant qui signale sa réserve : son souci d’objectivité lui fait rapporter un fait, mais cette même objectivité le dissuade d’abonder dans la logique de ce fait.

Force de vente

  • 53 Dialogue de ce type dans Ménandre (apud Ath. XV, 69.1 a = Kock III, p. 78).
  • 54 Od. 53.
  • 55 Od. 45,3-5.
  • 56 D’ivresse, il est encore question dans l’un des Caractères (XI) : L’impudent vient se « saoûler », (...)
  • 57 Od. 45 sq. et 48-51.

44Plus rusées et discutables paraîtront les tactiques de démonstration. Le marchand dépeint par Théophraste semble parfois confronté à un client hésitant53. Il faut un peu le pousser à la consommation, pour surtout ne le laisser repartir ni les mains vides ni à la concurrence. Le ρόδινον (parfum à la rose), voilà l’arme absolue. On le fait sentir au poignet, où il diffuse mieux54 : il a alors quelque chose d’irrésistible et d’entêtant, qui captive et capture l’odorat. Impossible de ne pas l’acheter, et impossible surtout de sentir quoi que ce soit après s’être empli de ses effluves55. Respirer de ce délicieux parfum, c’est un peu s’énivrer (ὥσπερ μεθύσκων56). De l’ivresse à l’anosmie (heureusement temporaire et réversible), il n’y a qu’une inspiration de trop. Ce danger dicte à Théophraste l’un de ses rares développements sur la physiologie de l’odorat57. Le savant interrompt le discours technique et botanique, pour passer à la physiologie et décrire les sensations provoquées par les odeurs trop fortes. Alerte sanitaire et commerciale contre ces effets bien compris empiriquement par les parfumeurs, et utilisés à leurs propres fins.

45Que retenir de cette visite à la parfumerie ? Qu’elle paraît déranger le savant, à proportion de l’intérêt que suscite l’atelier. Discrètement mais sûrement, à travers tel adjectif un peu moralisateur, telle construction grammaticale distanciée et surtout tel silence catégorique, Théophraste retrouve le style des Caractères pour dépeindre deux comportements, deux personnalités dans la parfumerie. Face A, le technicien, l’homme de l’atelier, dont il a relayé et appuyé les connaissances, en affinité avec ses propres préoccupations savantes ; face B, le μυροπώλης, qui suscite davantage de réticences, au croisement de la science et de la morale ; spécialiste lui aussi, marchand averti, mais qui laisse le savoir empirique qui est le sien se dévoyer dans l’exercice économique, jusqu’à manipuler ou tromper. Chez le naturaliste, la conformité de l’art avec la nature est plus qu’une règle esthétique : but suprême, c’est aussi une norme morale. Un parfum est un θησαυρίσμός (Od. 14, 9) : plus précieux que le simple et littéral « conservateur » d’odeur végétale, il s’érige en « trésor » olfactif. Il impose d’avoir plus que des savoirs, il réclame de la déontologie.

Pour conclure sur la méthode épistémologique

  • 58 Idée du laconisme de la documentation, E. Varella, “Experimental techniques and laboratory appartu (...)

46Le premier résultat de cette étude concerne le genre littéraire du texte étudié. Non pas manuel technique, mais discours étiologique, et discours botanique surtout. Il faut s’aviser que le choix des informations laisse percer deux types de préoccupations : celles des parfumeurs, dont nous avons signalé les effets, mais aussi celles de Théophraste. Il n’est que d’écouter le silence quasi absolu sur les questions du matériel et des installations mécaniques58 pour entendre que, ce qui intéresse Théophraste dans l’artisanat de la parfumerie, c’est le biologique au sens large et non cette technique elle-même. Nouvel indice pour prouver l’appartenance de ce livre au grand œuvre botanique, et limiter du même coup les espérances des historiens de la parfumerie.

  • 59 Quelques dialogues socratiques se déroulent dans un quartier de l’agora ou dans une échoppe, notam (...)

47On ne peut ignorer, ensuite, le caractère inédit, pour ne pas dire incongru, de la rencontre du philosophe et des parfumeurs59. Artisans qui, plus que beaucoup d’autres, n’étaient pas en très bonne odeur de citoyenneté. La transmission de ce savoir artisanal supposait que le savant oubliât un peu cet opprobre et, mieux, eût le flair de reconnaître, dans ce milieu qui sentait moins l’olive que la τρυφή, une source et une matière tout à fait dignes de l’enquête.

  • 60 EN VI, iii-iv.
  • 61 Cette page doit beaucoup à la précieuse synthèse de C. Levy, B. Besnier, A. Gigandet (éd.), « Intr (...)
  • 62 Sur la différence entre transmission des connaissances scientifiques et transmission des connaissa (...)

48Enfin, ce texte invite à une réflexion sur les relations de la technique et du savoir : comme Aristote60, Théophraste fait une place importante à l'ἐμπειρία dans la genèse de chaque art et de chaque science, et même, comme il est apparu, dans l’acquisition des principes les plus généraux de la démonstration. La ligne de fracture entre τέχνη et ἐπιστήμη passe cependant par le critère de l’universel61 : les gens de métier observés sont en mesure de comparer des cas semblables et de reproduire de l’un à l’autre des procédés qui ont réussi singulièrement, l’habitude et l’habileté peuvent même laisser croire à une certaine maîtrise. Elle se fonde sur des compétences et des apprentissages qui ne se transmettent pas d’ordinaire par l’écrit : une grande part d’imprégnation pratique et de mémorisation sensorielle (olfactive, mais aussi gustative, tactile, visuelle et pourquoi pas auditive) dispense de tout discours analytique62. Mais cette logique inductive reste inaboutie : sans nécessairement la prendre en défaut, Théophraste doit l’assister pour atteindre et fixer l’universel avec les outils de la spéculation. Il a imposé à cette matière orale et assez confidentielle, une langue, celle des phytonymes et de la physique, et un style, celui de l’étiologie.

Notes

1 Traces de deux ordres : archéologie des installations, analyses organiques des résidus du produit. Récente synthèse de J.-R Brun, Archéologie du vin et de l’huile. De la préhistoire à l’époque hellénistique. Paris, 2004.

2 Une huitaine à peine de noms de parfumeurs apparaît dans les sources littéraires (allusions comiques ou affaires judiciaires) : liste dans notre édition du livre Des odeurs de Théophraste (voir note suivante). Les sources épigraphiques restent à collationner.

3 Περὶ ὀσμῶν, désormais abrégé Od. : titre autonome dans la liste des oeuvres de Théophraste transmise par Diogène Laërce (Vitae V, 42-50), mais qui constitue vraisemblablement le livre VIII du second volet de la somme botanique, Causes des phénomènes végétaux en six livres (B. Einarson – G. Link, Cambridge – Londres, 1976-1990, désormais abrégé CP). Le première volet de cette étude correspond aux Recherches sur les plantes, en neuf livres (S. Amigues, Paris, 1988-2006, désormais abrégé HP). Voir la notice de notre édition de Od. (Thèse de doctorat. Etudes Grecques. Paris IV, 2008).

4 E. de Halácsy, Conspectus Florae Graecae. Leipzig, 1901-1904, III, p. 187.

5 L'épithète ou la périphrase géographiques n’indiquent pas une espèce mais simplement une origine (voir CP VI,.18, 12). Cette provenance est longtemps restée prisée : Apollonios [apud Athénée, XV, 688 e), Pline (NH XXI, 40 sq.), Dioscoride (MM, I, 1).

6 HP I, 7, 2 ; Od. 28, 9. La documentation moderne confirme la localisation dans le rhizome des espèces à parfum, de l’huile essentielle composée d’irones à odeur de violette (M. Wichtl, R, Anton, Plantes thérapeutiques. Tradition, pratique officinale, science et thérapeutique. Paris, 1999, p. 289).

7 Le phytonyme grec aurait pour origine la variété du coloris, rappelant l’arc-en-ciel (Plin. et Diosc., loc. cit., R. Strömberg, Griechischen Pflanzennammen. Gôteborg, 1940, p. 24 et 49).

8 La science moléculaire confirme rigoureusement ce délai : au cours des trois années de stockage, des réactions enzymatiques liées à la dessiccation libèrent les irones aromatiques.

9 Description des méthodes de récolte et de stockage (assez semblables) et de l’exploitation de l’iris dans G. Gilly, Les plantes aromatiques et les huiles essentielles à Grasse. Paris, 2005> p. 324-326.

10 Les μυρέψοί faisaient parfois eux-mêmes sécher leur matière première, pour obtenir une substance plus concentrée en principes odorants (exemple de la Giroflée et du Mélilot en CP VI, 14, 11).

11 Risque que ne signale pas Théophraste, au contraire de Pline qui parle de « vers » (NH XXI, 42 teredines), comme Dioscoride (MMI, 1).

12 Les huiles essentielles (mais pas les plantes elles-mêmes, sauf contact prolongé) peuvent présenter par voie externe des propriétés rubéfiantes (J. Bruneton, Pharmacognosie, phytochimie, plantes médicinales, Paris, 19.99, p. 506 sqq.) mais pas de mention d’un effet spécifique au rhizome d’iris (sauf P. Schauenberg, Le guide des plantes médicinales, Neuchâtel, 1997, p. 277 sq., pour l’Iris pseudacorc). En médecine traditionnelle, la drogue est recommandée en usage externe pour les brûlures, les blessures, les problèmes rhumatismaux et les douleurs dentaires (M. Wichtl, R. Anton, op. cit., p. 288-290, J. Bellakhdar, La pharmacopée marocaine traditionnelle : médecine arabe ancienne et savoirs populaires, Paris, 1997, p. 334 sq.).

13 L’agronome A. Rolet (Plantes à parfums et plantes aromatiques, Paris, 1932, p. 281) évoque au début du XXe siècle le rendement attendu des ouvrières grassoises : 40 à 50 kg de rhizomes frais par jour, avec obligation de porter des gants. Mutatis mutandis ces cadences et ces précautions peuvent laisser imaginer le résultat d’un travail sans commune proportion, mais aussi sans commune protection.

14 L’huile est considérée comme chaude. Les phénomènes odorants en général se rangent également du côté du chaud et du sec.

15 Restitution proposée par J.-P. Brun pour le laboratoire de la parfumerie sise dans la maison IB du Quartier du Stade, à Délos (II s. a.C.) : un fourneau à foyers multiples (figuré avec un dispositif de bain-marie) et deux presses à coins (BCH, 1999, CXXIII/1, p. 129 ; “The production of perfumes in antiquity : the cases of Delos and Paestum”, AJA, 2000, CIV, p. 277-308).

16 Théophraste ne cite ici aucun intermédiaire et le contenu de Des odeurs n'implique aucun voyage que l’auteur n’ait pu faire lui-même. Les substances évoquées ne sont plus dans leur biotope : fraîches ou préparées, c’est dans le laboratoire qu’elles attendent le parfumeur, et du même coup l’auteur. Tout porte à croire que Théophraste est allé enquêter lui-même. L’agora d’Athènes ne manquait pas d’artisans ou de marchands susceptibles de donner un aperçu technique du métier. Voir infra.

17 Od. 25 sq. ; 30.

18 J. Kerléo, ancien nez de la maison Patou, président de l’Osmothèque de Versailles, a été sollicité dans le cadre d’une exposition en odorama : pour reconstituer le fameux Regalium (le parfum royal des Parthes), le parfumeur a dû composer avec l'absence d’indications en vigueur chez Pline (NH XIII, 17 sq.) comme chez Théophraste (« Le parfum retrouvé », in O. Berard-Azzouz (éd.), Saveurs et senteurs antiques. Catalogue de l’exposition interactive. Musée de l’Ephèbe, Cap d’Agde du 27 avril au 30 septembre 2002. Agde, 2002, p. 24 sq.).

19 Esotérisme qui semble être inhérent à la profession, aujourd’hui encore à l’époque de l’espionnage industriel et de la contrefaçon à grande échelle. Voir les analyses du grand parfumeur E. Roudnitska (Le parfum, Paris, 1980, p. 3).

20 La question de l’inné et de l’acquis dans les compétences olfactives exceptionnelles des parfumeurs intéresse leurs biographes. Les mots « travail » et « entraînement » paraissent résumer au mieux leur point de vue : la supériorité d’un nez sur les narines du vulgaire est due surtout à la finesse de son analyse, à sa mémoire extraordinaire, à sa capacité à verbaliser les sensations, à son sens de l’analogie. Compétences développées sinon acquises par des années d’imprégnation et d’exercices (exemples dans la « dynastie » Guerlain, M. Atlas, A. Monniot, Guerlain, Les flacons à parfum depuis 1828, Toulouse, 1997, p-6 sq.).

21 Dans son catalogue des spécialités locales les plus prisées, le médecin Apollonios d’Alexandrie (I s. a.C., apud Ath., XV, 6880 rappelle qu’il suffit d’un parfumeur pour lancer le succès d’une cité et répandre tout un savoir-faire dans ses ateliers ; et il suffit de peu de choses pour que toute cette tradition périclite ou se perde. Vision qui s’accorde bien avec l’idée d’une transmission « ésotérique » des savoirs.

22 Exemple bien documenté d’une variété de Datura, la « solanée de la folie » (HP IX, 11, 6) : selon S. Amigues (op. cil., V, n. 18 p. I55sq.), l’auteur tient sa posologie extrêmement précise de médecins qui avaient dû expérimenter sur l’homme. Confrérie pourtant tout aussi susceptible d’un ésotérisme légitime !

23 Par exemple, proportion de sel incorporé pour éviter le pourrissement des roses en macération (Od. 25).

24 L’huile essentielle de myrrhe, très complexe, est très peu volatile : cette résine a souvent été utilisée comme épaississant et fixateur dans les parfums (M. Wichtl et ai, op. cit., p. 373). Au contraire, l’huile essentielle de cannelle est très volatile, surtout lorsque la drogue est pulvérisée (E. Teuscher et al., Plantes aromatiques. Epices, aromates, condiments et huiles essentielles. Paris, 2005, p. 152 sqq). Pour que l’odeur d’une substance soit perceptible, il faut que Pair inspiré contienne une quantité requise de molécules odorantes (au moins 10~17mol.l~1). On appelle « tension de vapeur » la proportion de molécules d’une substance quelconque, émises à l’état gazeux, sous pression atmosphérique. Plus cette tension est grande, plus la substance est volatile, et donc sensible. C’est en particulier le cas pour les petites molécules, au contraire des molécules plus volumineuses, plus lourdes, plus tenaces (P. Laszlo, S. Rivière, Les sciences du parfum, Paris, 1997, p. 20-22).

25 Athénodore,Peripatoi, VIII (apud D.L. V, 36).

26 Description de la structure interne des corps visqueux : composés de canaux, saturés par les premiers aromates et suffisamment lâches, ensuite, pour capter l’odeur (Od. 18-19).

27 Etude de la langue scientifique de Théophraste, construite comme outil doxographique et outil polémique, dans A. M. Battegazzore, « Communis opinio e contro-argomentazione nella fisica e nella scienza naturale di Teofrasto », Dimostrazione, argomentazione dialettica e argomentazione retorica nel pensiero antico. Atti del Convegno di filosofia, Bocca di Magra, 18-22 marzo 1990, Gênes, 1993, p. 201-262.

28 Analyse qui rejoint J. Thomas, « Mirabilia : tropismes de l’imaginaire antique », in Ph. Mudry (éd.), Conceptions et représentations de l’extraordinaire dans le monde antique. Actes du colloque international, Lausanne, 20-22 mars 2003, Bern ; Frankfurt am Main, 2004, p. 1-13, en particulier p. 2-6.

29 Od. 18 ; 45.

30 Seul peut-être à faire exception, un certain Métallos ou Mégallos, le supposé créateur du megalleion. Voir cependant les nuances de cette interprétation dans notre édition de Od. (op, cit., section 30).

31 Nous sommes loin de partager l’analyse de P. Faure (Parfums et aromates de l’Antiquité, Paris, 1987, p. 11) qui associe sans nuance Théophraste à l’élan de mépris social et moral frappant les parfumeurs antiques. Même s’il n’est pas douteux que les parfumeries étaient tenues par des citoyens de seconde classe, des métèques ou des esclaves. Les sources de Des odeurs ne sont jamais appelées τεχνίτης (artiste, artisan).

32 Au long des quinze livres botaniques ne sont cités par leur nom que des populations locales et, à titre individuel, une huitaine de philosophes ou historiens, deux ou trois médecins, deux agronomes, enfin moins d’une demi-douzaine d’herboristes.

33 Le texte de Des odeurs multiplie les participes substantives qui prennent toute leur valeur déterminative, et métonymique : ces expressions constituent, au sens propre, un groupe d’individus, caractérisés et désignés par l’action qu’ils accomplissent, tous, selon les mêmes principes ou les mêmes usages : oἱ μιγνύντες, oἱ ἀρτύοντες (ceux qui font les mélanges, ceux qui assaisonnent, Od. 8, 4), oἱ τἀ μύρα ὲπιχέοντες ἠ τὰ ἀρώματα ἐμβάλλοντες (ceux qui versent du parfum ou incorporent des épices, Od. 9, 8). Ces locutions correspondent à une méthode de généralisation et d’induction qui sous-tend tout le discours de Théophraste.

34 Od. 16,6 ; 17, 1 ; 29, 5 ; 31,4.

35 Od. 15, 5 et 14 ; 17, 12 sqq. ; 25, 4 et 8 ; 26, 13 ; 31,\sq.

36 Par exemple, mises au point lexicales Od. 31, 7 et 61,7.

37 Od. 15, 4 ; 16, 6 ; 29, 5 sq. ; 35 ; 50, 6 sq.

38 Existence de corporations de parfumeurs attestée pour les périodes hellénistique et romaine, à Rome, Paestum, Alexandrie mais rien de tel n’est jusqu’à présent documenté pour Athènes (A. Lukaszewtcz, « Les activités commerciales et artisanales dans l’Alexandrie romaine à la lumière des papyrus », in j.-Y. Empereur (éd.), Commerce et Artisanat dans l'Alexandrie hellénistique et romaine. Actes du colloque d’Athènes, 11-12 décembre 1988, Ecole Française d’Athènes. BCH, suppl. 33, 1998, p. 107-113 ; A. Handel, « Der Handel mit Drogen und Spezereien im Rom der Prizipatszeit in Auswertung der Inschriften ». Münstersche Beitrâge zur antiken Handelsgechischte, 1985, IV, p. 30-48 ; J. Korpela, « Aromatarii, pharmacopolae, thurarii et ceteri. Zur Sozialgeschichte Roms », in R Van Der Eijk et al. (éd.), Ancient Medicine in its socio-cultural context. Papers read at the congress held at the Leiden University, 13-15 april 1992. Amsterdam ; Atlanta, 1995, p. 101-118 ; C. Lo Giudice, « Ungentarii », in Epigrafia della produzione e della distribuzione. Actes de la VIIe rencontre francoitalienne sur l'épigraphie du monde romain. Rome 5-6 juin 1992, MEFRA, CXCIII. Rome, 1994, p. 745-751.

39 SEG, XX, 225, VIe a.C, Chypre. Liste des attestations à l’âge du Bronze dans C. W. Shelmerdine, The perfume industry of Mycenaean Pylos, Göteborg, 1985, chap. VI ; P. Faure, op. cit., p. 105-118 ; I. Erard-Cerceau, « Végétaux, parfums et parfumeurs à l’époque mycénienne ». incunabula Graeca, 1990, XCIl,p. 276 sq.

40 Lysias, Or. XXXV, 4, 5 ; fr. 38.

41 Au féminin, Aristophane, Eccl. 841 ; Phérécrate, fr. 64 Kock I, p. 162 ; Antiphane apud Αth. XV, 690 a =fr. 35 Kock II, p. 24.

42 Formule qui est une quasi-définition en CP VI, 19, 3 : « les bouilleurs de parfums confèrent les odeurs à l’huile. »

43 Od. 8. 1 ; 30, 17 ; 58, 10-12.

44 L’atelier et la boutique pouvaient être installés sur un seul et même site, offrant éventuellement à la clientèle d’assister au processus de fabrication (exemple à Délos, M, Brunet, « L’artisanat dans la Délos hellénistique : essai de bilan archéologique ». Topoi II, 1998, VIII/2, p. 681-691).

45 Processus complet représenté par la fresque découverte en 1894 par G. de Petra, à Pompéi (VI 15, 1, 27), dans l'oecus (ou la cenatio) de la Maison des Vettii (R Coarelli (éd.), Pompei, la vita ritrovita, Udine, 2002, p. 294-311).

46 À l’époque classique, marques de défiance et de condamnation ne manquent pas. Le parfumeur est la victime collatérale de la suspicion morale qu’inspire le parfum, attribut des débauché(e)s et de l’abondance sensuelle (τρυφή).

47 Si l’on en croit Diogène (V,36 et 40 sq.), Théophraste se consacrait sans relâche à l’étude : c’est même la détente qu’il prit enfin dans ses travaux, à plus de quatre-vingts ans, qui parut avoir précipité sa mort.

48 Sur les noms de parfum, voir notre article « Le vocabulaire de la parfumerie ou comment parler d’une “senteur telle qu’on ne peut la dire ni la comparer à rien' », in L. Bodiou, V. Mehl, D. Frère (éd..), Parfums et odeurs en Grèce ancienne, Rennes, PUR, 2007.

49 Aperçu des tarifs pratiqués à Athènes du temps de Ménandre (apud Ath.. XV, 691 c-d). En dernier lieu, G. Reger, “The manufacture and distribution of perfume”, in Z. H. Archibald et al (éd.), Making, moving, managing. The new world of Ancient economy, 323-31 B. C. Oxford, 2005, p. 253-297 : je dois cette référence, découverte après la rédaction de cet article, à l’obligeance de J. Wilgaux.

50 F.J.M. de Waele en recense au plus une huitaine (« La représentation de la vente d’huile à Athènes ». RA, 1926 12, p. 282-295).

51 P. Badinou n’en recense que deux, peintes l’une et l’autre sur des pélikès, le vase même où le marchand stockait le produit mis en vente : péliké du Musée de la Schloss Fasanerie, Eichenzell (Allemagne), inv. 42 =ARV285, 1 ; péliké de Berne, Historisches Museum, inv. 12227 =ARV595, 1 (La laine et le parfum. Epinetra et alabastres. Forme, Iconographie et Fonction. Recherche de céramique attiqueféminine. Louvain, 2003, p. 59 sqq., p. 129 et 130, 1-3).

52 F.J.M. de Waele, op. cit., p. 284.

53 Dialogue de ce type dans Ménandre (apud Ath. XV, 69.1 a = Kock III, p. 78).

54 Od. 53.

55 Od. 45,3-5.

56 D’ivresse, il est encore question dans l’un des Caractères (XI) : L’impudent vient se « saoûler », dans tous les sens du terme, à la boutique du parfumeur, considérée par Théophraste comme un « banquet sans vin » (apud Plut., Quaest. Conv., 679 a). Je remercie Madame D. Gourevitch et Monsieur D. Delattre d'avoir attiré mon attention sur ce sens figuré de l’ivresse olfactive. Sur l’image de ce lieu très fréquenté, S. LEWIS, “An aspect of Athenian history in barbers’shops and perfume shops”, in A. Powell (éd.), The Greek World. Londres ; New York, 1995, p. 432-441 ; A. Lallemand, « Planer sur le marché aux parfums », in J.-M. André et al. (éd.), Les loisirs et l’héritage de la culture classique : actes du XIIIe Congrès de l’Association Guillaume Budé, Dijon, 27-31 août 1993. Latomus, 1996, CCXXX, p. 76-84.

57 Od. 45 sq. et 48-51.

58 Idée du laconisme de la documentation, E. Varella, “Experimental techniques and laboratory appartus in ancient Greece : drug and perfume preparation”, Medicina nei secoli, 1996, VIII, p. 191-206 : répertoire du vocabulaire des gestes techniques et des vases utilisés, qui n’apparaissent, selon l’auteur, qu’accidentellement, dans des contextes qui portent ailleurs leur attention.

59 Quelques dialogues socratiques se déroulent dans un quartier de l’agora ou dans une échoppe, notamment celle de Simon le cordonnier. De même, la présence d’un philosophe dans une parfumerie répond à une intention démonstrative. Diogène le Cynique y entraîne un interlocuteur pour montrer que ce n’est pas la ville qui est chère, mais certains biens qu’on y recherche (apudTélés de Mégare, Teletis reliquiae, Hense, 1909, Tübingen, p. 12 sq.).

60 EN VI, iii-iv.

61 Cette page doit beaucoup à la précieuse synthèse de C. Levy, B. Besnier, A. Gigandet (éd.), « Introduction. La technè dans la pensée grecque. Présentation des communications », Ars et Ratio. Sciences, art et métiers dans la philosophie hellénistique et romaine. Actes du Colloque international organisé à Créteil, Fontenay et Paris du 16 au 18 octobre 1997. Coll. Latomus CCLXXIII, Bruxelles, 2003, p. 12-17. En dernier lieu, L. Zhmud, The Origin of the History of Science in Classical Antiquity. Berlin ; New York, 2006, chap. 4 « The historiographical project of the Lyceum », p. 122-133.

62 Sur la différence entre transmission des connaissances scientifiques et transmission des connaissances artisanales, M.-Cl. Amouretti – G. Comet (éd.), « Présentation », La transmission des connaissances techniques. Tables rondes Aix-en-Provence, Avril 1993 Mai 1994. Cahier dHistoire des Techniques, III, 1995, p. 13.

Table des illustrations

Légende Analogie de l’épaississement de l’huile et du mordançage de la lame.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120387/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540