Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmettre les savoirs dans les mondes hellénistique et romain

 | 
Frédéric Le Blay

Deuxième partie. Artes et savoirs techniques

Du savoir au savoir-faire : l’oculistique, une « spécialité » médicale gallo-romaine

Muriel Pardon Labonnelie

Texte intégral

  • 1 Cf. notamment P. Mudry, « Quelques aspects de la formation du médecin dans l’Antiquité classique » (...)
  • 2 Cf. notamment M.-H. Marganne, Inventaire analytique des papyrus grecs de médecine, Genève, Droz, 1 (...)
  • 3 Outre l’article de Philippe Mudry cité note 1, cf notamment V. Nutton, “Archiatri and the medical (...)
  • 4 CIL, VI/41, n° 29805 ( = Dessau II/1 5481).
  • 5 P. Mudry et J. Pigeaud (dir.), Les écoles médicales à Rome, Actes du 2e Colloque international sur (...)

1La question de la transmission du savoir médical dans l’Antiquité grécoromaine a fait l’objet de nombreuses études1. Cependant, ce sont surtout le prestige des écoles de Cos ou d’Alexandrie, la renommée de quelques personnalités grecques érudites et les progrès du savoir médical attestés par les papyrus médicaux grecs2 qui ont retenu l’attention des exégètes. Dans le monde de la latinité, l’enseignement de la médecine n’était pas institutionnalisé, les contours même de l’identité professionnelle du médecin étaient flous3 et un seul témoignage épigraphique atteste l’existence d’une schola medicorum4 – d’une « école de médecins » au sens concret du terme. Les chercheurs se sont donc moins intéressés aux établissements d’enseignement proprement dits qu’aux écoles de pensée médicale inscrites dans la tradition grecque5.

  • 6 Cf. G. Le Scouëzec, La médecine en Gaule, Guipavas, Kelenn, 1976, p. 33-36. Sur l’importance accor (...)

2D’après certains archéologues, des vestiges laissent supposer l’existence d’établissements consacrés à l’enseignement de l’ophtalmologie6 sur les sites antiques des villes de Reims et d’Avenches.

  • 7 Cf. J. Voinot, Les cachets à collyres dans le monde romain, Montagnac, M. Mergoil, 1999, coll. « M (...)
  • 8 Les cachets à collyres trouvés à Reims seraient même au nombre de dix-sept : l’un aurait disparu a (...)
  • 9 O. Guelliot, « Les oculistes gallo-romains de Reims », BullSocHistMed, n° 15, 1921, p. 182.

3Quinze « cachets à collyres7 » ainsi que des restes de remèdes secs inscrits auraient d’abord été découverts dans les sous-sols de l’actuelle ville de Reims depuis la fin du XIXe siècle8. Ont ainsi été dénombrés jusqu’à dix-huit individus associant leur nom au soin des affections oculaires9 sur le territoire occupé par les Rèmes. L’un des cachets ainsi que quarante grammes de collyres secs se trouvaient dans une trousse comportant une vingtaine d’instruments médicaux de bronze parfois richement ouvragés. Une conclusion s’est alors imposée aux premiers découvreurs :

  • 10 H. Jadart, « Archéologie, Beaux-Arts », Travaux de l’Académie nationale de Reims, n° 1, 1889-1890, (...)
  • 11 O. Guelliot, art. cité, p. 183.

« Les Romains ont véritablement implanté à Reims une école d’oculistes dont les cachets sortent de notre sol avec une abondance qui n’existe nulle part ailleurs10 » ; « On est conduit à admettre l’existence de centres d’instruction et de pratique, peut-être écoles ou collèges où se formaient les spécialistes ; les malades y affluaient, demandaient leurs conseils et recevaient les médicaments qu’ils fabriquaient11 »

  • 12 Outre les quinze, seize ou dix-sept exemplaires retrouvés à Reims, on recense à l’heure actuelle s (...)
  • 13 Cf. M. Pardon-Labonnelie, art. cité. À ces références s’ajoute l’abréviation Q. POMP. GRAECIN qui (...)
  • 14 Cf. D. Gourevitch, « Santé, maladies et médecine à Durocortorum », M. Provost (dir.), op. cit.

4Plusieurs arguments étayent cette séduisante hypothèse. Non seulement on trouve très rarement plus de quatre cachets à collyres au même endroit12, mais certaines inscriptions rémoises suggèrent même des liens de parenté, ou tout au moins de subordination, entre les utilisateurs locaux de cachets à collyres ; des noms attestés au génitif laissent à penser que des collyres sont attribués au même inventeur, au même fabricant, au même préparateur ou au même débitant de remèdes à la fois à Reims et à Amiens, à Naix-aux-Forges, à Lyon ou dans le comté de Gloucestershire13. Enfin, les sous-sols de Reims recelaient des représentations de deux personnages tenant le rouleau de parchemin caractéristique du savoir livresque : Esculape et un médecin inhumé dans un sarcophage avec les attributs de son art14. Néanmoins, aucun de ces arguments ne prouve indéniablement que l’oculistique a fait l’objet d’un enseignement institutionnalisé à Reims.

5Sur un autel en calcaire, trouvé en Suisse, à Avenches, et daté de la seconde moitié du IIe siècle ou du début du IIIe siècle de notre ère, figure une inscription généralement interprétée de la façon suivante :

« Numini(bus) Aug(ustorum)/et Genio col(oniae) Hel(uetiorum)/Apollini sacr(um)./Q(uintus) Postum(ius) Hyginus/et Postum(ius) Hermes lib(ertus)/medicis etprofessorib(us) ld(e) s(uo) d(ederunt »

  • 15 Cf. PH. Mudry et A. Bielman, « Les médecins et professeurs d’Avenches (CIL XIII 5079) », R. Frei-S (...)

« Aux divinités protectrices des empereurs et au Génie de la colonie des Helvètes, consacré à Apollon. Quintus Postumius Hyginus et Postumius Hermes, son affranchi, ont offert à leurs frais [ce monument] aux médecins et aux professeurs15 »

  • 16 Cf. notamment É. Thévenot, « Médecine et religion aux temps gallo-romains : le traitement des affe (...)
  • 17 V. 254.
  • 18 Cf. Ph. Mudry, art. cité, p. 267, note 41.

6Trois indices invitent à reconnaître des professionnels de l’oculistique dans les deux dédicants de cette inscription : le cognomen Hyginus est inspiré du nom de la déesse salutaire Hygie, fille d’Asklépios ; la stèle est consacrée à Apollon, lumineuse divinité guérisseuse particulièrement vénérée dans le monde gallo-romain16 ; enfin, le nom abrégé de l’affranchi, Postum. Hernies, figure sur un cachet à collyres trouvé à Vidy17, une bourgade située à une cinquantaine de kilomètres seulement d’Avenches. Cette pierre sigillaire présente sur deux de ses faces latérales les inscriptions abrégées suivantes : « QPOSTHERMETISCHLORONADEPIPHOR et QPOSTHERMETISPELAGINADCLARI » – « de Quintus Hermès, chloron, pour les/l'(les) epiphora(e) » et « de Quintus Hermès, pélagique, pour la clarté/l’éclat ». Le gentilice Postumius étant rare dans les trois Gaules et en Germanie18 et n’étant pas, du moins à ma connaissance, le nom d’un illustre médecin, le nom du dédicant est compris comme celui qui est abrégé au génitif sur le cachet à collyres.

  • 19 Ibid., p. 264.
  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid.

7La relation exceptionnelle que l’on a pu établir entre les deux documents a suscité de nombreux commentaires – notamment en raison de l’association de ses dédicataires, medicis et professoribus. On a en effet voulu voir dans cette réunion l’indice de l’existence, à Avenches, d’un établissement officiel d’instruction, voire d’une école de médecine ou d’un service hospitalier. Philippe Mudry reconnaît que « la formule medicis et professoribus fait de l’inscription d’Avenches un cas unique en épigraphie latine, aussi bien par le vocabulaire employé que par la réalité historique dont elle semble témoigner : on ne peut rapprocher la situation avenchoise ainsi formulée d’aucune école littéraire ou médicale romaine, d’aucune association corporative romaine, d’aucun contexte proprement romain19. » Il faudrait donc « renoncer à faire des professores d’Avenches des membres du corps médical et privilégier au contraire le sens de “maître de lettres20” » pour « reconnaître [dans la réunion de ces deux catégories professionnelles] une association religieuse vouée au culte d’Apollon21. »

  • 22 Cf. Cod. lust. 50,13,1-6 ( = Krueger-Mommsen 1 855) : Praeses prouinciae de mercedibus ins dicere (...)

8Les acceptions des termes professores et medici sont aussi floues à l’époque actuelle que dans l’Antiquité. D’après le rédacteur du chapitre 13 du livre L du Digeste, les ludi litterarii magistri ne sont pas à compter au nombre des professores ; de même, les professionnels qui n’assurent la guérison que d’une seule partie du corps ou de quelque douleur ne sont pas unanimement considérés comme des medici ; quant aux « guérisseurs » qui font des incantations, lancent des imprécations ou pratiquent l’exorcisme, même si leur intervention a été utile, il faut leur refuser le titre de « médecins22 ».

  • 23 Mudry Ph., art. cité, p. 258.
  • 24 Cod. Theod. 13,3,1 ( = Mommsen-Meyer I/2 740).
  • 25 Ibid, 13,3,1 ( = Mommsen-Meyer 1/2 741).
  • 26 Ibid, 13,3,3 ( = Mommsen-Meyer I/2 741).
  • 27 Ibid., 13,3,16 ( = Mommsen-Meyer I/2 744).
  • 28 Ibid., 13,3,17 ( = Mommsen-Meyer I/2 745). Voir néanmoins Cod. Iust. 50,9,4,2 ( = Krueger-Mommsen (...)
  • 29 Jean-Yves Guillaumin me signale que le terme professor désigne également un « spécialiste » dans l (...)

9Même si l’association des medici et des professores est un « hapax épigraphique23 », elle constitue le sujet d’un chapitre du Code Théodosien, De medicis etprofessoribus24, consacré aux différents privilèges accordés aux Medicos, grammaticos et professores alios litterarum25, aux medicos et professores litterarum26, aux Grammaticos oratores atque philosophiae praeceptores nec non etiam medicos27, c’est-à-dire aux Artium liberalium professoribus acpraecipue medicis28. En vertu de cette dernière formule, il semble que, sous l’empereur Théodose, l’« art médical » soit selon certains à compter au nombre des « arts libéraux » et que les professores désignent les « spécialistes » de chacun de ces arts – qu’ils soient ou non également « enseignants29 ».

10Lorsqu’il tente de déterminer dans quelle mesure la profession de medicus était considérée comme une activité manuelle dans l’empire romain, Fridolf Kudlien arrive à la conclusion suivante :

  • 30 R Kudlien, Die Stellung des Arztes in der rômischen Gesellschaft. Freigeborene Römer, Eingebürgert (...)

« Pour le moment, il est tout à fait évident que professio, d’après ses acceptions antiques, n’évoque pas eo ipso ou pas seulement ce que nous appelons “un degré de qualification particulièrement sérieux”. Le terme est certes employé dans le domaine de la grammaire, de la rhétorique, de la jurisprudence, des questions militaires ou des litterae, donc plus ou moins en rapport avec les artes liberales – mais également aussi pour les métiers les plus bas comme le proculator ou le subulcus. Il est vrai que professio évoquait justement aussi la médecine comme activité professionnelle [Cels. pr. 11 : salutaris istaprofessio ; Scrib. Larg. 17, où un médecin évoque ainsi sa profession]. Cependant, ce terme n’impliquait pas nécessairement un métier particulièrement sérieux, digne d’un homme libre (liberalis)30 »

  • 31 Cf P. Mudry, « Médecins et spécialistes. L e problème de l’unité de la médecine à Rome au premier (...)

11Le medicus peut donc être un « spécialiste » dans les deux sens modernes du terme : aussi bien un professionnel réputé pour les connaissances médicales approfondies qu’il a acquises dans une branche de la médecine qu’un simple praticien dont les compétences sont restreintes à la revendication d’un savoir-faire parfois très succinct31.

  • 32 Le terme « oculistique » n’est désormais plus employé par les praticiens : alors que le terme « op (...)

12L’oculistique32 gallo-romaine correspond particulièrement bien aux définitions de la « spécialité médicale » dans la mesure où elle regroupe des personnalités éminentes, des praticiens fameux, des médecins dont la réputation reste locale et des professionnels dont l’activité se limite à l’application d’un seul et même traitement.

  • 33 Hyg. fab. 274,9,3 ( = Boriaud 168) : Apollo artem oculariam medicinam primus fecit (« Apollon créa (...)
  • 34 Cels. 6,6,8a ( = Marx 263) : Euelpides [.qui aetate nostra maximu s fuit ocularius medicus. Pour d (...)
  • 35 Cic. orat. 3,132 ( = Bornecque III 51) : « Tum Crassus : Non in hac, inquit, una, Garnie, re, sed (...)

13L’ocularia medicina acquiert ses lettres de noblesse dans les Fables d’Hygin33. Cette spécialité a de célèbres représentants. Selon Celse, le nom d’« Evelpide, qui fut le plus grand médecin oculiste [i. e. ocularius medicus] de notre temps34 », garantit à lui seul l’efficacité des collyres. Cependant, selon Cicéron, la spécialisation excessive engendrée par l’oculistique constitue l’un des signes de la déperdition d’un savoir qui ne peut être cloisonné35.

  • 36 Mart. 10,56,4 ( = Izaac III 97) : « infestos oculis uris, Hygine, pilos » (« Tu brûles, Hyginus, l (...)

14De fait, Martial brocarde un certain Hyginus qui revendique le patronage de la déesse de la santé pour brûler les cils gênants36 : quand bien même ce personnage serait fictif, il a vraisemblablement d’authentiques émules.

  • 37 Cels. 6,6,2 ( = Marx 261) : « Multa [...] multorumque auctorum collyria ad idapta sunt » (« de nom (...)
  • 38 Veg. mulom. 2,22,16 ( = Lommatzsch 118) : Sunt et alia multa collyria, quae quia eandem uim easdem (...)
  • 39 SCRIB. Larg. 38 ( = Sconocchia 28) : « Non praeterit me habere te prudentes ocularios, quibus si n (...)
  • 40 Cassius Félix décrit la composition d’un collyre à base d’encens avant d’ajouter : « cependant, co (...)
  • 41 Ainsi 1’aerugo « convient très bien aux collyres pour les yeux » si l’on sait déceler celle qui a (...)
  • 42 Pelagon. 30,426 ( = Fischer 73) : oculare anthenticum. Sur le terme oculare, cf. également Chiron (...)

15La lecture de certains ouvrages médicaux semble confirmer les dires du philosophe et du poète satirique. D’après Celse, les connaissances nécessaires à la fabrication des collyres sont très limitées37. La profusion des recettes de remèdes oculistiques est d’ailleurs telle que Végèce renonce à les énumérer38. Certains oculistes seraient même incompétents. Selon Scribonius Largus, suivi de Marcellus Empiricus, ils ignoreraient qu’un même nom de collyre peut être donné à des compositions différentes et publieraient des formules dénaturées sans avoir vérifié l’efficacité des remèdes39. Certains ingrédients seraient mal utilisés40 ou confondus avec des produits frelatés lors de la confection des collyres41. La commercialisation des remèdes ou des ingrédients qui les composent permettrait d’ailleurs de telles falsifications que Pélagonius vante les mérites d’un « remède pour les yeux authentique42 ».

  • 43 Les ὀφθαλμικοί mentionnés par Galien ont des compétences tout aussi diverses. Cf. M. Pardon, L’ocu (...)
  • 44 Pour un inventaire de ces inscriptions, cf. H. Gümmerus, Der Arztestand im römischen Reiche nach d (...)
  • 45 Ibid, 1953, p. 59.
  • 46 Ibid, 1924, p. 106.
  • 47 CIL, t. XI, n° 5400. Cf. R. Ducan-Jones, “An epigraphic survey of costs in Roman Italy” PBSR, n° 3 (...)

16Le manque de compétences de certains praticiens de l’oculistique critiqué dans les textes médicaux latins est confirmé par les disparités de leurs statuts professionnels attestées par l’épigraphie43. Les ocularii sont tous qualifiés de medici dans les inscriptions funéraires44. Pourtant, deux d’entre eux, décédés à dix-neuf45 et à dix-sept ans46, n’ont bien entendu pas pu bénéficier d’une formation professionnelle aussi poussée que P. Decimius P. L. Eros Merula, medicus chirurgicus clinicus, qui a acquis une notoriété considérable et une fortune colossale47.

  • 48 Scrib. Larg. 37 ( = Sconocchia 27) : desperatas a quibusdam oculariorum.
  • 49 Marcell. med. 8,120 ( = Liechtenhan I 142) : desperatas a quibusdam medicis oculariis.
  • 50 V. 11b.
  • 51 Aux deux cent treize cachets à collyres recensés dans cet inventaire s’ajoutent vraisemblablement (...)
  • 52 V. 194b : MEDIC.
  • 53 V. 266b : ADIVTORIS ; 266a : ADIVTOR. Celse signale qu’un « aide » maintient le patient immobile p (...)
  • 54 V. 279a : MERCATORIS ; R. Delmaire, art. cité, p. 197-198 : MERCATORIS.

17L’identité professionnelle des ocularii est d’autant plus floue que tous ne sont vraisemblablement pas medici. Dans les Compositiones de Scribonius Largus, un collyre soigne rapidement les affections palpébrales « jugées désespérées par certains des oculistes48 ». Dans le De medicamentis liber de Marcellus Empiricus, ces mêmes affections sont « jugées désespérées par certains médecins oculistes49 ». Enfin, un collyre a été prescrit ACVECVQDELICTAAMEDICIS50 : cette inscription est vraisemblablement une forme altérée de l’expression ad quaecumque delicta a medicis, « pour tout ce que les médecins ont manqué ». En fait, sur les trois cent dix-neuf cachets recensés à ce jour51, un seul est explicitement présenté comme celui d’un medicus52, alors qu’un autre porte le nom d’un adiutor53, d’un « assistant », et que deux pierres sont celles d’un mercator54, d’un « marchand ».

18La question des modalités de transmission du savoir médical des oculistes gallo-romains doit donc être posée en fonction de ces différences de statuts professionnels et les réponses que l’on peut tenter de lui apporter dépendent des divers niveaux de connaissances et de compétences exigés des praticiens.

  • 55 Les traitements des affections oculaires sont décrits dans les ouvrages attribués aux auteurs suiv (...)

19Le corpus des inscriptions et des textes médicaux latins consacrés aux affections oculaires55 ne comporte aucune allusion à un quelconque établissement d’enseignement spécialisé. Ce sont donc les mentions des autorités médicales et des sources du corpus oculistique qui permettent de déterminer le mode de transmission du savoir.

  • 56 Cf. notamment W. D. Smith, The hippocratic tradition, Ithaca (N.Y.) – London Smith, 1979, p. 229 ;(...)
  • 57 Pline l’Ancien fait seulement deux fois allusion au maître de Cos pour rappeler que l’aspect des y (...)
  • 58 Plin. nat. 29,125 ( = Ernout XXIX 62) : Ex Hippocratis putant auctoritate adici, quod in argentea (...)
  • 59 Cels. 6,6,1e ( = Marx 260) : Curari uero oculos sanguinis detractione, medicamento, balneo, uino u (...)
  • 60 Les Aphorismes sont considérés des textes fondamentaux pour la formation des médecins à Alexandrie (...)

20Les auteurs des textes médicaux latins consacrés au soin des affections oculaires citent certes les sectes médicales grecques traditionnelles comme Hippocrate ou l’École d’Alexandrie, mais ces deux sources livresques de savoir tendent à disparaître au profit d’autorités contemporaines variées. Bien que l’inspiration hippocratique du chapitre du De medicina de Celse consacré aux affections oculaires soit évidente56, seuls Pline l’Ancien57, Celse et Cassius Félix se réfèrent explicitement au père de la Médecine lorsqu’ils proposent des traitements contre les affections oculaires. De plus, Pline l’Ancien rappelle, à propos d’un puissant remède, que, « en se fondant sur l’autorité d’Hippocrate, on pense à ajouter qu’il doit être conservé dans une boîte d’argent58 ». Or le remède décrit – le fiel de perdrix – est préconisé par les mages : l’autorité hippocratique, bien antérieure, est donc suspecte aux yeux de l’encyclopédiste. Selon Celse, « la guérison des yeux par la saignée, le médicament, le bain et le vin, c’est l’auteur le plus ancien, Hippocrate, qui l’a livrée à la mémoire. Cependant, il a donné peu de détails sur les moments et sur les motifs de leur emploi, qui constituent l’essentiel de la médecine59. » L’hommage est une critique à peine déguisée et le Corpus hippocratique est résumé à la paraphrase d’un seul aphorisme60 :

  • 61 Hp. Aph. 6,31 ( = L. IV 571) : Όδύνας ὀφθαλμῶν άκρητοποσίη. ἢ λουτρòν. ή πυρίη ἢ φλεβοτομίη. ἢ φαρ (...)

« Les douleurs des yeux, c’est l’absorption de vin pur, le bain, la sueur, la saignée ou l’absorption de remèdes qui les fait disparaître61. »

21Quatre siècles plus tard, le chapitre XXIX du De medicina de Cassius Félix est introduit par les phrases suivantes :

  • 62 Cass. Fel. 29,1 ( = Fraisse 57) : Hippocrates in aforismis sic ait : oculorum dolores meracaepotio (...)

« Voici ce qu’Hippocrate déclare dans les Aphorismes : “les douleurs des yeux, les boissons de vin pur, le bain, l’usage de la vapeur, la phlébotomie ou l'administration du cathartique que l’on appelle farmacia les font disparaître62”. »

22La citation est plus précise que celle de Celse et elle appelle le commentaire suivant de Cassius Félix :

  • 63 Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. V. Nutton, DNP, t. VII, 1999, col. 698 (...)
  • 64 Cass. Fel. 29,1 ( = Fraisse 57-58) : Sed omnia haec quinque secundum expositionem Magni iatrosophi (...)

« Cependant, d’après le commentaire de l’iatrosophiste Magnus63, le vénérable Hippocrate mentionné plus haut enseigne de les employer tous les cinq avec discernement. Voilà ce que, d’après les Aphorismes, c’est-à-dire l’art de la définition, l’on sait avoir été proposé contre les douleurs des yeux64. »

23Cassius Félix paraît plaider en faveur d’une lecture approfondie du Corpus hippocratique. La réhabilitation du Père de la Médecine est néanmoins toute relative, puisque la véritable introduction du chapitre oculistique du De medicina de Cassius Félix ne commence qu’à partir de la phrase suivante :

  • 65 Ibid. 29,2 ( = Fraisse 58) : Nunc uero qualiter proprie ipsis oculispassiones contingant scribamus

« Maintenant, cependant, consignons par écrit la manière dont les maladies atteignent précisément les yeux65. »

  • 66 Pour une synthèse à ce sujet, cf. C. Petit, « Mythe et origines des arts ; l’héritage grec en ques (...)
  • 67 Cels. 6,6, lf ; 6,6,1m ; 6,6,8g ; 6,6,11 ; 6,6,16b ; 6,6,26 ; 6,6,35 ; Scrib. Larg. 20 ; Pelagon. (...)
  • 68 Cels. 6,6,8b ; 6,6,8c ; 6,6,8d ; 6,6,8e ; 6,6,15b ; 6,6,17 ; 6,6,27b ; 6,6, 29 ; 6,6,34b ; 6,6,38  (...)
  • 69 Cels. 6,6,8c ; 6,6,8e ; 6,6,15b ; 6,6,26 ; 6,6,27b ; 7,7,2 ; 7,7,11 ; Scrib. Larg. 20 ; Cass. Fel.(...)
  • 70 Cels. 6,6,8b ; 6,6,17.
  • 71 Ibid., 6,6,1e ; 6,6,1 f ; 6,6,1m ; 6,6,8f ; 6,6,8g ; 6,6,10 ; 6,6,11 ; 6,6,15a ; 6,6,16a ; 6,6,36b (...)

24L’adverbe proprie, « précisément », constitue une critique implicite des écrits attribués au Père de la Médecine. À l’instar de Celse et de Pline l’Ancien, Cassius Félix ne se réfère au savoir hippocratique que pour en souligner les limites66. De fait, excepté dans le De medicina de Celse, – c’est-à-dire dans une encyclopédie – les saignées67, les bains68, la vapeur d’eau69, le vin70 et les cathartiques71 sont rarement prescrits pour soigner les malades atteints d’affections oculaires. Les enseignements du Corpus hippocratique paraissent donc obsolètes pour les auteurs de textes médicaux latins.

  • 72 Cf. notamment M.-H. Marganne, « La chirurgie des yeux dans les papyrus grecs d’Égypte », Réalités (...)
  • 73 Cels. 7,7,13b. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. H. von Staden, Herophil (...)
  • 74 Cels. 7,7,6b. Sur Héraclide de Tarente, cf P. Mudry, op. cit., p. 72-73. Un papyrus ophtalmologiqu (...)
  • 75 CELS. 7,7,6c. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. Raeder, RE, t. XV/1, 193 (...)
  • 76 Cels. 6,6,8 ; 6,6,17 ; 6,6,20 ; 6,6,25c ; 6,6,31a.
  • 77 Cels. 6,6,12 ; 6,6,23. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. M. Wellmann, «  (...)
  • 78 Cels. 6,6,5a ; 6,6,8g ; 6,6,11. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. Fr. E.(...)
  • 79 Cels. 6,6,5b ; 6,6,6. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. V. Nutton, DNP, (...)
  • 80 Cels. 6,6,16a. Il s’agit peut-être de l’Andréas cité par ailleurs dans le De medicina pour ses écr (...)
  • 81 Cels. 6,6,3. Il s’agit peut-être de Philon de Tarse : cf. A, Touwaide, BNP, t. IX, 2007, col. 61, (...)
  • 82 Cels. 6,6,8g ; 6,6,10 ; 6,6,11. Comme Andreas, Nilée est par ailleurs cité par Celse pour ses écri (...)
  • 83 Cels. 6,6,4. Le nom de ce médecin est toutefois sujet à caution puisqu’un Dionysius est cité par C (...)
  • 84 CELS. 6,6,24. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. H. Gossen, RE, t. VIII/1 (...)
  • 85 Cels. 6,6,28. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. H. Gossen, RE, t. VIII/2 (...)

25La documentation papyrologique laisse à penser qu’il n’en est pas de même pour la médecine alexandrine72. De fait, Celse évoque les découvertes anatomiques faites par Hérophile d’Alexandrie73, les opérations chirurgicales inventées par Héraclide de Tarente74 ou par Mégès75 ainsi que la composition de collyres qu’il attribue à des médecins hellénistiques plus ou moins célèbres : Evelpide76, Démosthène Philalèthe77, Cléon78, Théodotos79, Andrias80, Philon81, Nilée82, Dionysos83, Hermon84 et Hiérax85.

  • 86 Val. Max. 9,15,1.
  • 87 CIL, t. V, n° 3940. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. V. Nutton, Bnp, t. (...)
  • 88 CIL, t. VI, n° 21105.
  • 89 AE, 1979, n° 572. À ces inscriptions s'ajoute un texte gravé en hommage à Iolas (CIL X 6124).
  • 90 V. 85a ; 85c : HERASISTRATI. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. I. Garofa (...)
  • 91 Cf. H. Von Staden, op. cit., p. 583-584 et M. Pardon-Labonnelie, « Les thérapeutiques oculistiques (...)

26Les développements de Celse n’ont néanmoins pas d’équivalent dans la littérature oculistique. En outre, dans la mesure où le De medicina est extrait d’une encyclopédie destinée à des amateurs éclairés, on peut se demander si ses chapitres oculistiques étaient lus par la majorité des praticiens et si les noms des autorités médicales que cite Celse étaient connus du grand public. Certes, un médecin dont Valère Maxime critique les manœuvres politiques se réclame du patronage de Hérophile86. Cependant, sur la trentaine de medici ocularii qui bénéficient d’une inscription funéraire, seuls trois portent le nom d’un célèbre médecin grec : Asclepiades87, Demosthenes88 et Herophilus89. Qui plus est, parmi les inscriptions trouvées sur les trois cent dix-neuf cachets à collyres actuellement recensés, seul un nom gravé au génitif évoque une autorité médicale – celle « d’Érasistrate90 ». À ces documents exceptionnels ne s’ajoutent que deux gemmes ayant vraisemblablement servi de cachets à collyres à un certain Herophilus91 : le support est à lui seul la marque d’une instrumentation trop onéreuse pour être habituelle. Ainsi, bien que le découvreur présumé de l’anatomie oculaire, Hérophile, bénéficie encore d’une popularité évidente dans le monde romain, le patronage d’un médecin alexandrin constitue rarement un gage de compétences oculistiques ou une garantie de valeur ajoutée pour la labellisation des collyres.

  • 92 Cels. 6,6,39b ( = Marx 274) : fabulae.
  • 93 Sur la conception que Celse se fait de l'empirisme, cf. P. Mudry, La préface du De medicina de Cel (...)

27Par ailleurs, Celse propose des traitements qu’il n’impute pas à des professionnels réputés. Ainsi, même s’il prend des précautions oratoires, il cite la « légende92 » qui veut qu’une herbe rende la vue aux petits d’hirondelles93 ou rappelle que l’on incise couramment la tête des patients atteints d’écoulements chroniques de pituite :

  • 94 Cels. 7,7,15d ( = Mazzini 94 = Marx 323) : Idque non in Graecia tantummodo, sed in aliis quoque ge (...)

« Et cette opération est très répandue, non pas seulement en Grèce, mais même dans d’autres peuples, à un point tel qu’aucune partie de la médecine n’a même été davantage expliquée dans différents pays94. »

  • 95 Ibid., 7,7,15i ( = Mazzini 96 = Marx 324) : Efficacior tamen etiamnu ?n est Afrorum curatio.

28De surcroît, après avoir évoqué différentes incisions pratiquées en Grèce, Celse affirme que « cependant, le traitement des Africains est encore plus efficace95 » avant de conclure le chapitre du De medicina consacré à la chirurgie oculaire sur l’expression suivante :

  • 96 Ibid. : Sed nihil melius est quam quod in Gallia est comata.

« Mais rien n’est meilleur que ce qui se passe dans la Gaule chevelue96. »

  • 97 Sur ce point, cf. I. Mazzini, « Le auctoritates nei testi medici dell’antichità, in particolare in (...)
  • 98 Cf. P. Mudry, « Le jeu de la nature et du hasard : la construction du savoir médical dans le trait (...)

29Les chapitres oculistiques de l’encyclopédie de Celse sont donc inspirés à la fois de textes érudits grecs97 et de pratiques médicales populaires98.

  • 99 Pour une synthèse sur les sources de Scribonius Largus, cf. S, Sconocchia, « Le fonti e la fortuna (...)
  • 100 Scrib. Larg. 27 ( = Sconocchia 25). Les éditions Sconocchia et Jouanna-Bouchet proposent la leçon (...)
  • 101 Plin. nat. 36,145 ( = André-Bloch-Rouveret XXXVI 100) : sententia eorum qui nuperrime scripsere. S (...)
  • 102 Plin. nat. 36,146. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. K F. Kind, RE, t. I (...)
  • 103 Plin. nat. 36,146 ( = André-Bloch-Rouveret XXXVI 100) : e uetustissimis auctoribus.
  • 104 Ibid., 32, 76.
  • 105 Ibid., 20,106. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. J. van der Eijk Philip,(...)
  • 106 Plin. nat. 20,119. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. V. Nutton, BNP, t. (...)
  • 107 Plin. nat. 20,187. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf V. Nutton, BNP, t. V (...)
  • 108 Plin. nat. 28,7. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf R. Hanslik, RE, t. XV/ (...)
  • 109 Plin. nat. 20,187. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. H. Gossen, RE, t. I (...)
  • 110 Plin. nat. 20,103. Théodorus est également cité par Pline l’Ancien pour son traitement contre la l (...)
  • 111 Plin. nat. 20,80 ; 20,85. À ce propos, cf. S. Boscherini, « La medicina in Catone e Varrone », ANR (...)
  • 112 Plin. nat. 20,261. Cf. Plin. nat. 25,9 ; 23,166 ; 26,51.
  • 113 Plin. nat. 37,169. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf K. Ziegler, RE, t. I (...)
  • 114 Plin. nat. 28,66. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf V. Nutton, DNP, t. X, (...)
  • 115 Plin. nat : 20,134.
  • 116 Plin. nat. 29,117. Ce personnage n'est à ma connaissance pas connu par ailleurs.
  • 117 Plin. nat. 28,114. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf H. Görgemanns, BNP, (...)
  • 118 Plin. nat. 11,149 ( = Ernout-Pépin XI 76) : peritissimi auctores.
  • 119 Ibid., 24,19 ( = André XXIV 31) : auctores quidam.
  • 120 Ibid, 21,147 ( = André XXI 78) ; 22,109 ( = André XXII 60) ; 25,147 ( = André XXV 79) : aliqui.
  • 121 Ibid., 20,44 ( = André XX 39) ; 20,68 ( = André XX 49) ; 22,109 ( = André XXII 60) ; 25,54 ( = And (...)
  • 122 Ibid., 32,136 ( = De Saint-Denis XXXII 68) : alii.
  • 123 Cf. G. Serbat, « La référence comme indice de distance dans l’énoncé de Pline l'Ancien », RPh, n°  (...)
  • 124 Plin. nat. 27,9.
  • 125 Ibid., 24,103. Cf Gw. Le Scouëzec, op. cit., p. 21-43.
  • 126 Plin. nat. 27,105 ; 34,106. Cf M.-H. Marganne, « L’Égypte médicale de Pline l'Ancien », G. Sabbah (...)
  • 127 Plin. nat. 28,94 ; 29,117 ; 32,72. Cf C. Mugler, « Sur quelques points de contact entre la magie et (...)

30La diversité des sources oculistiques attestée dans le De medicina est sensible dans les ouvrages de Scribonius Largus ou de Pline l’Ancien. L’auteur des Compositiones n’indique pas expressément les écrits qu’il utilise99 et la seule autorité médicale à laquelle il attribue un remède est un certain Athénippios dont l’identité est aujourd’hui problématique100. L’encyclopédiste privilégie quant à lui « l’avis de ceux qui écrivirent tout récemment101 » : Sotacos, qui vécut au IVe siècle avant notre ère102, est l’un « des plus anciens auteurs103 » qu’il utilise. Certes, à l’instar de Celse, Pline l’Ancien nomme explicitement plusieurs médecins grecs : aux côtés de Mégès104 figurent en effet Dioclès de Caryste105, Chrysippe de Cnide106, Evénor107, Mélétos108, lollas109 et Théodoros110. Toutefois, l’encyclopédiste cite également le censeur Caton l’Ancien111, l’herboriste Antonius Castor112, les lapidaires Sotacos et Zachalias de Babylone113, la sage-femme Salpé114, le philosophe Pythagore115, le thaumaturge Apollonios de Pitane116 ou le polygraphe pythagoricien Bolos de Mendès – plus connu sous le nom de Démocrite117. Pline l’Ancien mentionne également sans distinction « les auteurs les plus expérimentés118 », « certains auteurs119 », voire « certains120 », « quelques-uns121 » ou « d’autres122 », quand il ne se contente pas de formes verbales impersonnelles – conjuguées à la troisième personne du singulier de la voix passive ou à la troisième personne du pluriel de la voix active123. Enfin, Pline l’Ancien évoque les pratiques thérapeutiques des ancêtres124, des druides gaulois125, des Égyptiens126 ou des mages127. Ainsi, au Ier siècle de notre ère, l’enseignement oral semble peu à peu supplanter le savoir livresque.

  • 128 Cf M.-H. Marganne, op. cit., p. 59 et 130.
  • 129 Oribas. 8,39, t. ; 8,41,t. ; 8,44,t ; Paul Aeg. 2,22.t. ; 6,20,1 ; 6,21,2 ; 7,16,30 ; 7,16,52 ; Aë (...)

31D’après les textes qui constituent le corpus oculistique latin, cette tendance s’accentue au cours des siècles suivants. Non seulement les écrits hellénistiques consacrés à la recherche sur l’ophtalmologie ont fait l’objet de sélections drastiques lors du passage du uolumen au codex, entre le IIe et le IVe siècle, mais la connaissance du grec est en outre de plus en plus rare dans le monde romain des premiers siècles de notre ère128. Ainsi, le Corpus galénique, souvent cité par Oribase, Paul d’Égine ou Aétius d’Amida129, n’est jamais mentionné dans les textes oculistiques latins.

  • 130 Garg. Mart. med. 25,2 ( = Maire 31) : Traditum in libris. Cf. V. Bonet, « Traditions populaires et (...)
  • 131 Cf. respectivement Garg. Mart. med. 41,14 ; 22,2 ; 30,5 ; 29,16 ; 41,15.
  • 132 Pelagon. 30,414. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. W. Ensslin, RE, t. VI (...)
  • 133 Chiron 2,11,84 ( = Oder 29) : multi auctores. Le terme auctor a toutes les acceptions du terme « a (...)
  • 134 Veg. mulom. 3,27,1 ; 3,27,2. Pour des réferences bibliographiques sur ce personnage, cf. A.-M. Doy (...)
  • 135 Veg. mulom. 3,27,1 ; 3,27,3.
  • 136 Ibid, 3,27,1 ; 3,27,6.
  • 137 Ibid., 2,16,1 ( = Lommatzch 113) : auctoribus.
  • 138 Ibid., 3,27,8 ( = Lommatzch 271) : diuersi auctores.
  • 139 Ibid., 2,18 ( = Lommatzch 116) : ueteres.
  • 140 Theod. Prisc. eup. faen. 1,12,36 ( = Rose 38) : aliqui.
  • 141 MARCELL. ?ned, 8,13.
  • 142 Ibid., 8,11 ; 8,15 ; 8,124. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. M. Wellman (...)
  • 143 Marcell. med. 8,8 ; 8,11 ; 8,14 ; 8,15 ; 8,124. Pour des références bibliographiques sur ce person (...)
  • 144 Marcell. med. 8,216.
  • 145 Ibid., 8,42.
  • 146 Ibid., 8,126 ( = Liechtenhan I 144) : auctori.

32Les auteurs de textes médicaux latins citent rarement leurs sources lorsqu’ils évoquent les affections oculaires. Au IIIe siècle, Gargilius Martialis précise qu’il utilise ce qui a été « transmis dans les livres130 » et se réfère explicitement à la fois à Dioscoride ou à Chrysippe de Cnide et à Caton l’Ancien ou à Pline l’Ancien131. Pélagonius et le Pseudo-Chiron citent pour leur part respectivement Turanius132 et « de nombreux auteurs133 · » quand Végèce mentionne Apsyrtos134, Pélagonius135 ou le Pseudo-Chiron136 au même titre que des « auteurs137 », « divers auteurs138 » ou les « anciens139 ». Enfin, au Ve siècle, Théodore Priscien s’en tient à « certains140 » écrits et Marcellus Empiricus propose des collyres composés par des personnages dont le nom évoque des célébrités médicales – Asclepiades141, Antigonos142, Cosmos143 et Musa144–, mais il utilise également les écrits du Pseudo-Démocrite145 et cite même l'« auteur146 » d’un remède sans le nommer expressément.

  • 147 Ibid., 8,20 ( = Liechtenhan I 120) ; 8,25 ( = Liechtenhan I 122) ; 8,126 ( = Liechtenhan I 144) ; (...)
  • 148 Ibid., 8,126 ( = Liechtenhan I 146) ; 8,128 ( = Liechtenhan I 148) : probatus.
  • 149 Ps. AP. herb. 74,1 ( = Howald - Sigerist 133) : Experti sumus (« nous avons expérimenté ») ; Pelag (...)
  • 150 Isid. orig. 4,4,1 : Enpirica, id est experientissima, solis constat experimentiis. Cf. également S (...)

33Cette multiplication de sources anonymes coïncide avec une augmentation sensible des attestations de « faits d’expérience147 », de ce qui a été « vérifié148 » ou « expérimenté149 », donc de la médecine définie par Isidore de Séville comme « empirique, c’est-à-dire celle qui a le plus fait ses preuves et dépend uniquement de faits d’expérience150 ». La confiance attribuée à la tradition livresque s’amenuise au profit des observations contemporaines transmises oralement de praticien à praticien.

  • 151 Sur le commerce dans l’Empire romain, cf. notamment E. H. Warmington, The Commerce between the Rom (...)
  • 152 Cels. 6,6,25b ( = Marx 269) : Canopite ; ibidem 6,6,28 ( = Marx. 271) : Canopitae.
  • 153 Plin. nat. 34,106 ( = Le Bonniec-Gallet De Santerre XXXIV 144) : Aegyptii ; V. 33a : AEGYPTIAC. Su (...)
  • 154 V. 138d : ITALICV ; V. 217a : ITALIC.
  • 155 Marcell. med. 8,127 ( = Liechtenhan I 146) : barbaricum.
  • 156 Ibid., 8,128 ( = Liechtenhan I 148) ; barbaricum quidem, sed multis probatum.

34Si l’identité des nouveaux détenteurs du savoir oculistique ne peut généralement pas être établie d’après les textes, la diversité de leurs origines géographiques est sensible dans les noms attribués à certains remèdes ainsi que dans la provenance de certains ingrédients incorporés aux médicaments151. Celse évoque notamment le collyre « De l’habitant de Canope152 » ; Pline l’Ancien et les graveurs de cachets signalent de leur côté l’existence du collyre « Égyptien153 » ; les petites pierres sigillaires servent en outre à graver un collyre « Italique154 » ; enfin, Marcellus Empiricus recommande le collyre « Barbare155 », puis un autre collyre appelé « Barbare certes, mais approuvé par beaucoup156 ».

  • 157 Pour une synthèse sur les importations de produits exotiques, cf. L. Taborelli, « Aromata e médica (...)
  • 158 Plin. nat. 35,191 ; 36,152.
  • 159 Ibid, 34,120.
  • 160 ibid., 34,126.
  • 161 Ibid, 31,100.
  • 162 Ibid, 31, 84 ; 31, 99.
  • 163 Ibid., 31, 86.
  • 164 Pour éviter toute équivoque, les termes Hammoniacus (ou hammoniacus ou Ammoniacus ou ammoniacus) e (...)
  • 165 Pour une synthèse à ce sujet, cf, M.-T. Cam « Peut-on évaluer le coût des soins vétérinaires ? », (...)
  • 166 Pour une synthèse sur le miel, cf. H. Chouliara-Raïos, L’abeille et le miel en Egypte d’après les (...)
  • 167 Scrib. Larg. 25 ; 37 ; 38 ; Plin. nat. 20,85 ; 20,134 ; 22,108 ; 23,131 ; 24,146 ; 25,90 ; 25,144  (...)
  • 168 Plin. nat. 29,118.
  • 169 Ser. Samm. 13,199 ; Pelagon. 30,438 ; 30,440.
  • 170 Sur les vertus thérapeutiques du vin, cf. D. BÉGUIN, « Le vin médecin chez Galien », J. Jouanna et (...)
  • 171 Scrib. Larg. 30 ; Marcell. med. 8,9 ; 8,84.
  • 172 Scrib. Larg. 26 ; 36 ; Marcell. med. 8,7 ; 8,14 ; 8,117 ; 8,119 ; 8,120.
  • 173 Plin. nat. 34,114.
  • 174 Scrib. Larg. 24 ; 30 ; 31 ; Pelagon. 30,420 ; 30,426 ; Veg. mulom. 2,22,5 ; Marcell. med, 8,5 ; 8, (...)
  • 175 Cels. 6,6,21 ; Plin. nat. 22,119 ; Pelagon. 30,428 ; 30,467 ; Veg. mulom. 2,22,8 ; Marcell. med. 8 (...)
  • 176 Chiron 9,796.
  • 177 Scrib. Larg. 25 ; 37 ; Plin. 34,114 ; 34,130 ; Marcell. med. 8,120 ; 8,194 ; 8,199 ; Pelagon. 30,4 (...)
  • 178 Chiron 9,796.
  • 179 Colum. 6,17,7 ; Pelagon. 30,424 ; Chiron 9,810 ; Veg. mulom. 3,27,5 ; 4,22,1 ; Pallad. vet. med. 1 (...)
  • 180 Colum. 6,17,7 Pallad. vet. med. 14,19,2.
  • 181 Chiron 9,800.
  • 182 Cels. 6,6,12 ; Scrib. Larg. 24 ; Cass. Pel. 29,8 ; Marcell. med. 8,5 ; 8,13 ; 8,14.
  • 183 Scrib. Larg. 24 ; Marcell. med. 8,5.
  • 184 Ibid., 8,113.
  • 185 Ibid., 8,87.
  • 186 Ibid., 8,101.
  • 187 Chiron 9,796.
  • 188 Marcell. med. 8,154.
  • 189 Cels. 6,6,19.
  • 190 Plin. nat. 35,180.
  • 191 Theod. Prisc. eup.faen. 1,12,38.
  • 192 Plin. nat. 36,146.
  • 193 Marcell. med. 26.
  • 194 Ibid 8,107.
  • 195 Cels. 6,6,31a.
  • 196 Ibid., 6,6,30 ; Marcell. med. 8,75 ; 8,213. Sur les vertus oculistiques attribuées à cette pierre, (...)
  • 197 Plin. nat. 36,63.
  • 198 Veg. mulom. 3,28,12. Pour une synthèse sur l'huile antique, cf. D. Br. Sandy, The Production and U (...)
  • 199 Chiron 9,801 ; 9,805 ; Marcell. med. 8,122 ; 8,159 ; 8,195. Sur les vertus thérapeutiques du nard, (...)
  • 200 Cels. 6,6,6 ; 6,6,9a ; Cass. Fel. 29,10 ; 29,13 ; Marcell. med. 8,159.
  • 201 Scrib. Larg. 19 ; Marcell. med. 8,1.
  • 202 Scrib. Larg. 21 ; Cass. Fel. 29,13 ; Marcell. med. 8,2.
  • 203 Chiron 9,808.
  • 204 Plin. med. 1,17,2.
  • 205 Sur les vertus thérapeutiques du safran, cf. R. Goubeau, « Le crocus, usages médicaux antiques », (...)
  • 206 Cels. 6,6,25c ; 6,6,33 ; Scrib. Larg. 29 ; 30 ; Pelagon. 30,423 ; 30,426 ; Chiron 6,13,540 ; 9,796 (...)
  • 207 Cels. 6,6,9.
  • 208 Theod, Prisc. eup. faen. 1,12,40.
  • 209 Marcell. med. 8,27.
  • 210 Pelagon. 30,421 ; 30,422 ; Veg. mulom. 3,28,10.
  • 211 Marcell. med. 8,194.
  • 212 Pelagon. 30,432,
  • 213 Ps. AP. herb. 29.

35Par ailleurs, Pline l’Ancien attribue un pouvoir salutaire pour les yeux à des produits d’origines variées157 : la terre et la pierre de Samos158, les cuivres chypriotes que sont le sory159 et le noir de cordonnier160, l’eau de mer d’Hispanie161 ainsi que le sel de Tarente, de Caunus ou de Phrygie pour les yeux des êtres humains162 et le sel de Tragase et de Bétique pour les yeux du bétail163. Gage de qualité, la mention de l’origine164 des ingrédients qui entrent dans la composition des collyres confirme les allégations de l’encyclopédiste165. Bien que le miel166 de l’Attique167 conserve tout son prestige jusqu’au Ve siècle, il se voit parfois supplanté par le miel de Crète168 ou par celui du mont Hyblée169. De même, les vins170 de Crète171 ou de Chios172 ainsi que le vinaigre de Thasos173 sont peu à peu concurrencés par les crus de Falerne174, d’Aminéa175 ou des Marses176. Enfin, le cuivre chypriote177 n’échappe pas à la concurrence du cuivre campanien178 et le sel est importé d’Hispanie179, mais également de Cappadoce180 ou d’Inde181. En fait, les ingrédients proviennent aussi bien de l’est que du sud ou de l’ouest : les auteurs préconisent la terre de Samos182, la gomme183 et l’ortie d’Alexandrie184, les figues185 et les escargots d’Afrique186, le suc de baumier de Judée187, le souchet de Sidon188, le minium de Sinope189, le bitume de Babylone190 ou de Judée191, la pierre hématite d’Éthiopie192, la résine de Kolophôn193, les pierres de Médie194, de Mysie195, de Phrygie196 ou de Thèbes197, l’huile198 et le nard199 syriens, le nard200, le lycium201 et l’aloès202 indiens, le laser de Cyrénaïque203, la poix du Bruttium204, le safran205 de Sicile206, le mélilot207 et l’érynge de Campanie208, le lin de Caiète209, le gouet gaulois210, le nard celtique211, l’herbe sabine212 et l’herbe de Bretagne213. Cette longue énumération appelle deux commentaires lorsque l’on sait que des praticiens originaires de Mauritanie, de Gaule ou d’Afrique sont à compter au nombre des auteurs de textes oculistiques latins : d’une part, l’origine lointaine des ingrédients utilisés en oculistique correspond à une date de rédaction des ouvrages médicaux présumée récente ; d’autre part, les vertus thérapeutiques des produits gaulois ne sont pas vantées avant le IVe siècle de notre ère. Cette évolution confirme l’importance croissante accordée à la transmission orale d’un savoir oculistique d’origines très diverses.

36Ainsi la renommée du De medicina de Celse pourrait-elle induire les commentateurs actuels en erreur. Non seulement le Corpus hippocratique ne constitue pas un texte de référence indiscutable pour les écrivains romains, mais il fait même l’objet de critiques de la part des auteurs qui recourent à la nosographie grecque. La Collection est explicitement résumée à un unique aphorisme dont les prescriptions jouent un rôle négligeable pour les praticiens romains. L’autorité des textes alexandrins est certes encore sensible, mais elle s’amoindrit au bénéfice de sources écrites et orales d’origines variées, parfois non médicales. La tradition livresque laisse même peu à peu la place aux observations et aux expérimentations contemporaines, dont les maîtres transmettent généralement les résultats à leurs apprentis au sein même de leurs officines.

37En conséquence, si le corpus oculistique ne comporte aucune allusion à des lieux d’enseignement médical spécifiques, c’est sans doute parce que les ocularii ont essentiellement besoin de compétences pratiques. En gravant leur nom au génitif sur des cachets à collyres, les fabricants de collyres revendiquent moins un savoir qu’un savoir-faire. Les dédicants de la stèle d’Avenches sont donc très vraisemblablement des ocularii ; en revanche, ils ne sont pas nécessairement des medici : s’ils témoignent leur reconnaissance aux medicis et professoribus, c’est peut-être aux « médecins » et aux « spécialistes » qui leur ont transmis les compétences techniques et les notions élémentaires indispensables pour élaborer, empreindre et commercialiser ou appliquer des collyres.

Notes

1 Cf. notamment P. Mudry, « Quelques aspects de la formation du médecin dans l’Antiquité classique », Cahiers de la Faculté de médecine de Genève, n° 1.5, 1987, p. 35-48 [ = B. Maire, (dir.), Medicina, soror philosophiae. Regards sur la littérature et sur les textes médicaux antiques (1975-2005), Lausanne, BHMS, 2007, p. 429-440] ; M. Vegetti, « Entre le savoir et la pratique : la médecine hellénistique », M. Grmek DR. (dir.), Histoire de la pensée médicale en Occident, I. Antiquité et Moyen Âge, Paris, Seuil, 1995, p. 66-94 ; D. Gourevitch, « Les voies de la connaissance : la médecine dans le monde romain », ibidem, p. 95-122 ; I. Mazzini, « Formazione professionale dei medici ed educazione sanitaria di massa nel mondo occidentale nei secoli IV-V », M. Rotili (dir.), Memoria delpassato, urgenza del futuro : il mondo romano fia V e VII secolo. Atti delle VIgiornate di studio sull’età romanobarbarica (Benevento, 18-20 giugno 1998), Napoli, Arte Tipografica, 1999, p. 39-55 ; M. Vegetti, « Le origini dell’insegnamento medico », Medicina nei secoli, n. s., n° 16/2, 2004, p. 237-251 ; D. Gourevitch, « L’insegnamento medico di Galeno : perché narra casi clinici ? », ibid., p. 253-275.

2 Cf. notamment M.-H. Marganne, Inventaire analytique des papyrus grecs de médecine, Genève, Droz, 1981, coll. « Hautes Etudes du monde gréco-romain », n° 12 ; ead., « La collection médicale d’Antinoopolis », ZPE, n° 56, 1984, p 117-121 ; ead., « Compléments à l’Inventaire analytique des papyrus grecs de médecine », ZPE, n° 65, 1986, p. 175-186 ; ead., La chirurgie dans l'Egypte grécoromaine d’après les papyrus littéraires grecs, Leiden – Boston – Köln, E. J. Brill, 1998, coll. « Studies in Ancient Medicine », n° 17 ; ead., Le livre médical dans le monde gréco-romain, Liège, Université de Liège, 2004, coll. « Cahiers du CEDOPAL », n° 3.

3 Outre l’article de Philippe Mudry cité note 1, cf notamment V. Nutton, “Archiatri and the medical Profession in Antiquity", PBSR, n° 45, 1977, p. 191-226 [ = id., From Democedes to Harvey : Studies in the History of Medicine, London, 1988, coll. « Variorum reprints », p. 191-226 ; KL.-D Fischer., « Zur Entwicklung des ärztlichen Standes im römischen Kaiserreich », MHJ, n° 14/3, 1979, p. 165-175 ; G. Penso, La médecine romaine. L’art d’Esculape dans la Rome antique, Paris, R. Dacosta, 1984, p. 99-124 ; J. Korpela, Das Medizinpersonal im antiken Rom : eine sozialgeschichtliche Untersuchung., Helsinki, Suomalainen Tiedeakatemia, 1987, coll. « Annales Academiae Scientiarum Fennicae. Dissertationes Humanarum Litterarum », n° 45 ; B. Rémy, « Le médecin dans l’Antiquité gréco-romaine », DossArch, n° 123, janv. 1988, p. 6-15 ; M. Vegetti, « L’immagine del medico e lo statuto epistemologico della medicina in Galeno », ANRW, n° 2/37/2, 1994, p. 1672-1717 ; V. Nutton, “The medical meeting place”, P, Van Der Eijk, H. F, J. Horstmanshoff et P.-H. Schrivers (dir.), Ancient Medicine in its Socio-cultural Context. Papers read at the Congress held at Leiden University, 13-15 April 1992, t. 1, Amsterdam – Atlanta, Rodopi, 1995, coll. « Clio Medica », n° 27, p. 3-25 ; H. W. Pleket, “The social status of physicians in the Graeco-Roman world”, ibidem, p. 27-34 ; G. Marasco, « Les salaires des médecins en Grèce et à Rome », A. Thjvei. et A. Zucker (dir.), Le normal et le pathologique dans la Collection hippocratique. Actes du Xe colloque international hippocratique (Nice, 6-8 Octobre 1999), Nice, Publications de la Faculté des Lettres, 2002, coll. « Arts et Sciences Humaines de Sophia Antipolis », p. 769-786.

4 CIL, VI/41, n° 29805 ( = Dessau II/1 5481).

5 P. Mudry et J. Pigeaud (dir.), Les écoles médicales à Rome, Actes du 2e Colloque international sur les textes médicaux latins antiques, Lausanne, septembre 1986, Lausanne, Droz, 1991, coll. « Publications de la Faculté des Lettres », n° 23. Cf. néanmoins PH. Mudry, art. cité.

6 Cf. G. Le Scouëzec, La médecine en Gaule, Guipavas, Kelenn, 1976, p. 33-36. Sur l’importance accordée à l’enseignement de l’ophtalmologie, cf. M.-H. Marganne, L'ophtalmologie dans l’Egypte gréco-romaine d’après les papyrus littéraires grecs, Leiden – New York – Köln, E. J. Brill, 1994, coll. « Studies in Ancient Medicine », n° 8.

7 Cf. J. Voinot, Les cachets à collyres dans le monde romain, Montagnac, M. Mergoil, 1999, coll. « Monographies Instrumentum », n° 7. C’est selon les numéros de cet inventaire, précédés de l’abréviation « V. », que sont présentés les cachets à collyres cités dans cette étude.

8 Les cachets à collyres trouvés à Reims seraient même au nombre de dix-sept : l’un aurait disparu avant d’avoir été publié et le lieu de trouvaille de l’autre est encore incertain à l’heure actuelle. Cf. M. Pardon-Labonnelie, « L’apport de Reims à l’histoire de l’ophtalmologie », M. Provost (dir.), Carte Archéologique de la Gaule, Reims, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, sous presse.

9 O. Guelliot, « Les oculistes gallo-romains de Reims », BullSocHistMed, n° 15, 1921, p. 182.

10 H. Jadart, « Archéologie, Beaux-Arts », Travaux de l’Académie nationale de Reims, n° 1, 1889-1890, p. 32 [ = « Chronique. Académie de Reims. – Compte rendu des travaux pendant l’année 1899-1900. Séance publique de l’Académie nationale de Reims. Archéologie, Beaux-Arts », Revue de Champagne et de Brie, 2e s., n° 12, 1900, p. 571].

11 O. Guelliot, art. cité, p. 183.

12 Outre les quinze, seize ou dix-sept exemplaires retrouvés à Reims, on recense à l’heure actuelle six cachets à collyres retrouvés à Besançon, sept à Naix-aux Forges, huit à Mayence, neuf à Mandeure et onze à Bavay.

13 Cf. M. Pardon-Labonnelie, art. cité. À ces références s’ajoute l’abréviation Q. POMP. GRAECIN qui figure à la fois sur deux cachets repectivement trouvés à Dalheim, au Luxembourg, et à Regensburg, en Bavière (V. 108 et 144).

14 Cf. D. Gourevitch, « Santé, maladies et médecine à Durocortorum », M. Provost (dir.), op. cit.

15 Cf. PH. Mudry et A. Bielman, « Les médecins et professeurs d’Avenches (CIL XIII 5079) », R. Frei-Stolba et M. A. Speidel (dir.), Römische Inschriften-Neufunde, Neulesungen und Neuinterpretationen. Festschrift für Hans Lieb zum 65. Geburtstag dargebracht von seinen Freunden und Kollegen, Basel, Rheinhardt, 1995, p. 259-273 [ = Br. Maire (dir.), op. cit., 2007, p. 257-268].

16 Cf. notamment É. Thévenot, « Médecine et religion aux temps gallo-romains : le traitement des affections de la vue », Latomus, n° 9, 1950, p. 415-426 ; J.-J. Hatt, « Apollon guérisseur en Gaule. Ses origines, son caractère, les divinités qui lui sont associées. Caractère de l’Apollon gaulois d’après les principaux textes anciens : César, Lucain et les gloses de Berne », RACF, n° 22/ 2, sept. 1983, p. 185-218 [ = A. Pelletier (dir.), La médecine en Gaule. Villes d'eau, sanctuaires des eaux, Paris, Picard, 1985, p. 205-238].

17 V. 254.

18 Cf. Ph. Mudry, art. cité, p. 267, note 41.

19 Ibid., p. 264.

20 Ibid.

21 Ibid.

22 Cf. Cod. lust. 50,13,1-6 ( = Krueger-Mommsen 1 855) : Praeses prouinciae de mercedibus ins dicere solet, sed praeceptoribus tantum studiorum liberalium. Liberalia. autem studia accipimus, quae Graeci ἐλβυθέρια appellant : rhetores continebuntur, grammatici, geometrae. Medicorum quoque eadem causa est quae professorum, nisi quod iustior ; cum hi salutis hominum, illi studiorum curam agant : et ideo his quoque extra ordinem ius dici debet. Sed et obstetricem audiant, quae utique medicinam exhibere uidetur. Medicos fortassis quis accipiet etiam eos, qui alicuius partis corporis uel certi doloris sanitatem pollicentur : ut puta si auricularius, si fistulae uel dentium. Non tamen si incantauit, si inprecatus est, si, ut uulgari uerbo impostorum utar, si exorcizauit : non sunt ista medicinae genera, tametsi sint, qui hos sibi profuisse cumpraedicatione adfirment. An et philosophi professorum numéro sint ? Et non putem, non quia non religiosa res est ; sed quia hoc primum profiteri eos oportet mercennariam operam spernere. Proinde ne iuris quidem ciuilis professoribus ius dicent [...] Ludi quoque litterarii magistris licet non sint professores, tamen usurpatum est, ut his quoque ius dicatur : iam et librariis notants et calculatoiibus siue tabulants. Cf. également Scrib. Larg. 17 ( = Sconocchla 20) : Nam sunt et qui sanguinem ex uena sua missum bibant aut de caluaria defuncti term coclearia sumantper dies triginta ; item ex iecinore gladiatoris iugulati particulam aliquam nouies datam consumant. Quaeque eiusdem generis sunt, extra medicinae professionem cadunt, quamuis profuisse quibusdam uisa sint. Les caractères gras distinguent les termes et les formules significatifs. Cf également K. Deichgraber, « Professio medici. Zum Vorwort des Scribonius Largus », Abhandlungen der geistes-und sozialwissenschafilichen Klasse, n° 9/9, 1950, p. 853-879.

23 Mudry Ph., art. cité, p. 258.

24 Cod. Theod. 13,3,1 ( = Mommsen-Meyer I/2 740).

25 Ibid, 13,3,1 ( = Mommsen-Meyer 1/2 741).

26 Ibid, 13,3,3 ( = Mommsen-Meyer I/2 741).

27 Ibid., 13,3,16 ( = Mommsen-Meyer I/2 744).

28 Ibid., 13,3,17 ( = Mommsen-Meyer I/2 745). Voir néanmoins Cod. Iust. 50,9,4,2 ( = Krueger-Mommsen I 852) : ob liberalem artem [...] uelob medicinam.

29 Jean-Yves Guillaumin me signale que le terme professor désigne également un « spécialiste » dans le Corpus gromatique : cf. à ce propos les occurrences de professio et de professor dans les travaux de Hygin le Gromatique (éd. Guillaumin, p. 95 et note afférente n° 126 p. 190], du Pseudo-Hygin (éd. Grillone, p. 145), du Pseudo-Frontin (éd. Lachmann, p. 37), de Siculus Flaccus (éd. Lachmann, p. 134) et de Balbus (éd. Lachmann, p. 91 et 93).

30 R Kudlien, Die Stellung des Arztes in der rômischen Gesellschaft. Freigeborene Römer, Eingebürgerte, Peregrine, Sklaven, Freigelassene ais Arzte, Stuttgart, Fr. Steiner, 1986, coll. « Forschungen zur antiken Sklaverei », n° 18, p. 160-161 (dans un chapitre intitulé « Der Artzberuf — ein „Handwerk” ? ») : « Im Augenblick ist nachdrücklich hervorzuheben, daβ professio nach antiken Sprachempfinden nicht eo ipso, oder nur, das bezeichnete, was wir „höhere Leistung” nennen. Zwar wird das Wort im Bereich der Gramatik, Rhetorik, Jurisprudenz, des Militârwesens, der litterae gebraucht, also mehr oder weniger mit dem Blick auf die artes liberales – ebenso aber auch für weit niedrigere Berufe wic den proculator oder subulcus. Freilich bezeichnete professio gerade auch die Medizin als Berufstätigkeit (Celsus De med., prooem. 11 salutaris ista professio ; Scribonius Largus Comp. 17, wo ein Arzt selber scinem Beruf so bezeichnet). Aber das implizierte also nicht notwendigerweise einen höheren, eines Freien würdigen (liberalis) Beruf. »

31 Cf P. Mudry, « Médecins et spécialistes. L e problème de l’unité de la médecine à Rome au premier siècle après J.-C. », Gesnerus, n° 42/3, 1985, p. 329-336 [ = B. Maire (dir.), op. cil., p. 467-472] ; J. M. Riddle, ‘'High Medicine and Low Medicine in the Roman Empire”, ANRW, n° 2/37/1,1993, p. 102-120. Sur l’ambiguïté du terme « spécialité », cf P. Imbs (dir.), TLF, t. XV, 1992, p. 851-853, s. u. « spécialité ».

32 Le terme « oculistique » n’est désormais plus employé par les praticiens : alors que le terme « ophtalmologie » désigne une « branche de la médecine, ayant pour objet l’étude de l’oeil et de ses annexes d’un point de vue anatomique, physiologique et pathologique », l’« oculistique » est exclusivement la « partie de la médecine qui a pour objet l’étude des maladies et leurs traitements » (D. Candel, P. Rézeau et É. Bourion, P. IMBS (dir.), TLF, t. XII, 1986, p. 542, s. n. « Ophtalmologie » et p. 405, s. u. « Oculiste »).

33 Hyg. fab. 274,9,3 ( = Boriaud 168) : Apollo artem oculariam medicinam primus fecit (« Apollon créa le premier l’art de la médecine oculistique »).

34 Cels. 6,6,8a ( = Marx 263) : Euelpides [.qui aetate nostra maximu s fuit ocularius medicus. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf M. Wellmann, RE, t. VI/1, 1907, col. 951, s. u. « Euclpides ».

35 Cic. orat. 3,132 ( = Bornecque III 51) : « Tum Crassus : Non in hac, inquit, una, Garnie, re, sed in aliis etiam compluribus distributione partium ac separatione magnitudines sunt artium deminutae. An lu existumas, cum esset Hippocrates ille Cous, fasse turn alios medicos, qui morbis, altos, qui uulneribus, alios, qui oculis mederentur ! » (« Alors Crassus dit : “Ce n’est pas seulement dans ce domaine [i.e. l’art oratoire], Catulus, mais dans bien d’autres encore que les grandeurs des arts ont été diminuées par la division et la séparation de leurs parties ? Est-ce que tu crois, toi, que, du temps du grand Hippocrate de Cos, il y a eu des médecins qui soignaient les uns les maladies, d'autres les blessures, d’autres encore les yeux ?” »).

36 Mart. 10,56,4 ( = Izaac III 97) : « infestos oculis uris, Hygine, pilos » (« Tu brûles, Hyginus, les poils qui gênent les yeux »).

37 Cels. 6,6,2 ( = Marx 261) : « Multa [...] multorumque auctorum collyria ad idapta sunt » (« de nombreux collyres aux auteurs nombreux conviennent pour cela\i. e. pour soigner une affection oculaire] ») ; ibid. 5,17,la-b ( = Spencer I 13) : « cum facultatium materia non ita multiplex sit, innumerabilia mixturarum genera sunt : quae conprehendi si possent, tamen esset superuacuum. Nam et idem effectus intra paucas compositiones sunt, et mutare eas cuilibet cognitis facultatibus facile est » (« bien que les vertus de leurs propriétés ne soient pas illimitées, les types de mélanges sont innombrables : ils pourraient être appréhendés, mais cela serait inutile. De fait, les mêmes effets se retrouvent dans un petit nombre de compositions, et n’importe qui peut facilement les modifier une fois qu’il en connaît les propriétés »).

38 Veg. mulom. 2,22,16 ( = Lommatzsch 118) : Sunt et alia multa collyria, quae quia eandem uim easdemque species continent, enumerate superfluum duximus (« Il y a encore bien d’autres collyres que nous avons jugé superflu d’énumérer parce qu’ils ont le même effet et les mêmes ingrédients »).

39 SCRIB. Larg. 38 ( = Sconocchia 28) : « Non praeterit me habere te prudentes ocularios, quibus si nomma dixeris collyriorum in hoc libro scriptorum, contendentforsan se quoque habere eadem composita ; sed si pondera aut effectus comparare uoles, longe diuersos inuenies. Ego enim ipse eodem nomine multa composita, non isdem ponderibus et rebus, interdum habeo, sed maxime pro b ans utor. Nec utique adfirmo non posse et alios eadem habere, nam et ipse ab aliis accipi, sed mro. Scio oculariorum quosdam simpliciter tradere compositiones meque multum élaborasse, ut ueras et incorruptas acciperem, conscius sum mihi. Neque illud rursus dico, nouas omnes et non aliquibus notas me in hoc libro congesturum compositiones, uerum etiam quasdam diuulgatas et, ut ita dicam, publicatas ; eiusmodi enim, quia efficaces sunt, etiam plurimis in notitiam ueniunt. » (« Je n’ignore pas que vous avez des oculistes compétents qui, si vous leur donnez les noms des collyres consignés dans ce livre, prétendront peut-être qu’ils ont aussi les mêmes compositions ; néanmoins, si vous voulez comparer les poids et les effets, vous trouverez de grandes différences. En effet, moi-même, pour ma part, il m’arrive d’avoir beaucoup de compositions qui ont le même nom, mais pas les mêmes poids ni les mêmes ingrédients, mais j’utilise celles qui. ont le plus fait leurs preuves. Je ne prétends absolument pas non plus qu’il soit impossible que d’autres aient aussi les mêmes ; en effet, pour ma part, j’en ai aussi reçu d’autrui, quoique rarement. Je sais que certains oculistes se contentent de transmettre des compositions et j’ai conscience d’avoir fait beaucoup d’efforts pour en recueillir qui soient exactes et qui n’aient pas été altérées. Je ne dis pas non plus, inversement, que toutes les compositions que je vais rassembler dans ce livre sont nouvelles et quelles ne sont pas connues de quelques-uns, mais que certaines sont même banales et pour ainsi dire du domaine public ; en effet, les compositions de cette sorte, parce qu’elles sont efficaces, viennent même à la connaissance du plus grand nombre »). Cf. Marcell. med. 8,17 ( = Liechtenhan I 118-120) : le texte de Marcellus Empiricus ne comporte que quelques variantes (Non autem praeterit, conposita, conparare, conposita, conpositiones, conpositiones et uulgatas).

40 Cassius Félix décrit la composition d’un collyre à base d’encens avant d’ajouter : « cependant, comme certains recherchent une couleur blanche en confectionnant ce collyre, ils font très peu brûler la céruse : ils ignorent que, si elle a manqué de combustion, avec la matière duveteuse quelle contient, elle salit les ulcères au lieu de les nettoyer » (Cass. Fel. 29,12 [ = Fraisse 63] : Aliqui uero in hac collyrii confectione colorem album affectantes cerussam minime comburant, ignorantes quia si igné caruerit, lanuginositatem quam in se detinet habens, sordida ulcera potius quant depurget).

41 Ainsi 1’aerugo « convient très bien aux collyres pour les yeux » si l’on sait déceler celle qui a été « falsifiée » (Plin. nat. 34,113 [ = Le Bonniec-Gallet de Santerre XXXIV 146-147] : collyriis oculorum aptissima ; ibidem 34,112 [ = Le Bonniec-Gallet de Santerre XXXIV 146] : adulterata). Après avoir énuméré les ingrédients du collyre à base deglaucium, Scribonius Largus et Marcellus Empiricus précisent pour leur part qu’« il faut ajouter dans cette préparation, comme dans tout collyre, de l'opium véritable, celui qui vient du lait même des têtes de pavot sauvage, non du suc de ses feuilles, comme le font les boutiquiers pour en tirer de l’argent et du profit » (Scrib. Larg. 22 | = Sconocchia 22] ; Marcell. med. 8,3 [ = Liechtenhan I 112] : opium et in hoc et in omni collyrio medicamentoque uerum adici oportet, quod ex lacte ipso papaueris siluatici capitum fit, non ex suco fioliorum eius, ut institores huiusce rei conpendii et lucri causa faciunt). Le passage le plus célèbre est la diatribe que prononce Pline l’Ancien lorsqu’il décrit les remèdes composés de cuivre brûlé, souvent utilisés en oculistique : « tous ces produits, les médecins les ignorent, – soit dit sans les offenser-, la majorité d’entre eux en ignore même les noms, tant s’en faut qu’ils préparent les médicaments, ce qui était habituellement le propre de la médecine. Maintenant, chaque fois qu’ils veulent composer quelque médicament à partir des opuscules sur lesquels ils sont tombés, – c’est-à-dire expérimenter leurs notes aux frais des malheureux malades –, ils se fient à Séplasia, qui gâte tout par ses falsifications. Ils achètent déjà tout faits leurs emplâtres et leurs collyres, et c’est ainsi que l’on écoule les drogues avariées ou les falsifications de Séplasia » (Plin. nat. 34,108 [ = LE Bonniec-Gallet de Santerre XXXIV 145] : haec omnia medici quod pace eorum dixisse liceat – ignorant, pars maior et nomina ; in tantum a conficiendis medicaminibus iis absunt, quod esse proprium medicinae solebat. Nunc quotiens incidere in libellos, componere ex his uolentes aliqua, hoc est inpendio miserorum experiri commentaria, credunt Seplasiae omnia firaudibus corrumpenti. Iam quidem fiacta emplastra et collyria mercantur, tabesque mercium aut fiaus Seplasiae sic exteritur !). Sur Séplasia, cette place de Capoue rendue célèbre par ses parfumeurs et ses droguistes, cf. également Plin. nat 16,40 ; 33,164. Pour des références bibliographiques à ce sujet, cf. H. Phillip, RE, t. Il/A/2, 1923, col. 1546, s. u. « Seplasia ».

42 Pelagon. 30,426 ( = Fischer 73) : oculare anthenticum. Sur le terme oculare, cf. également Chiron 9,806 ( = Oder 248) ; 9,811 ( = Oder 249) ; Veg. 3,28,10 ( = Lommatzsch 273).

43 Les ὀφθαλμικοί mentionnés par Galien ont des compétences tout aussi diverses. Cf. M. Pardon, L’oculistique dans le monde romain. Textes et documents épigraphiques (1er - V s. apr. J.-C.), thèse de Doctorat, Université de Franche-Comté, 2004, p. 10-13 (publication à paraître dans la collection des « Mémoires du Centre jean Palerne » en 2008).

44 Pour un inventaire de ces inscriptions, cf. H. Gümmerus, Der Arztestand im römischen Reiche nach den Inschriften, t. I, Helsingsfors, Societas Scienciarum Fennica, 1932, coll. « Commentationes Humanarum Litterarum », n° 3/6, p. 3-359 ; P. Pansier, « Repertorium ocularium inter Germanos Romanosque », Janus, n° 10, 1905, p. 473-481, 523-531, 561-569, 618-626 ; id., « Repertorium ocularium inter Germanos Romanosque », ibid., n° 11, 1906, p. 1-9, 58-62 ; V. Nutton, « Roman Oculists », Epigraphica, n° 34/1-2, gennaio-giugno 1972, p. 16-29. Dans ce corpus figure une inscription comportant l’inscription MEDICVSABOCVL ( = Nutton 25 = Gümmerus 169). À ce corpus s’ajoutent deux inscriptions plus récentes : AE, 1979, n° 572 ; ibid., 1994, n° 840 ; ibid., 1996, n° 1032.

45 Ibid, 1953, p. 59.

46 Ibid, 1924, p. 106.

47 CIL, t. XI, n° 5400. Cf. R. Ducan-Jones, “An epigraphic survey of costs in Roman Italy” PBSR, n° 33, 1965, p. 235 et 293 (notice 461). Jean Andreau me signale que P. Decimius P, L. Eros Merula est sans doute à compter, à la fin de sa vie, parmi les dix pour cent des individus les plus riches de la population impériale.

48 Scrib. Larg. 37 ( = Sconocchia 27) : desperatas a quibusdam oculariorum.

49 Marcell. med. 8,120 ( = Liechtenhan I 142) : desperatas a quibusdam medicis oculariis.

50 V. 11b.

51 Aux deux cent treize cachets à collyres recensés dans cet inventaire s’ajoutent vraisemblablement un cachet exclu du second inventaire réalisé par le Docteur Voinot (cf. J. Voinot, Inventaire des cachets d’oculistes galloromains·, Annonay, Laboratoires H. Faure, 1981-1982, coll. « Conférences lyonnaises d’ophtalmologie », n° 150/2), p. 256-257 [n° 127]) ainsi que deux cachets publiés récemment (cf. R. Delmaire, « Quatre objets d’époque romaine avec inscriptions », Revue du Nord. Archéologie de la Picardie et du Nord de la France, n° 81/333,1999, p. 197-201 ; S. Dardaine, « Nouvelles Inscriptions découvertes rue du Donon à Strasbourg-Koenigshoffen », Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire, n° 43, 2000, p. 45-54) et deux cachets encore inédits trouvés à Chartres en 2006 et en 2007 (notices à paraître dans le rapport des fouilles du cinéma « Les enfants du Paradis » qui sera publié à Chartres en 2008 par Dominique Joly).

52 V. 194b : MEDIC.

53 V. 266b : ADIVTORIS ; 266a : ADIVTOR. Celse signale qu’un « aide » maintient le patient immobile pendant que le médecin abaisse la cataracte (Cels. 7,7,14C [ = Mazzini 90 = Marx 321] : minister).

54 V. 279a : MERCATORIS ; R. Delmaire, art. cité, p. 197-198 : MERCATORIS.

55 Les traitements des affections oculaires sont décrits dans les ouvrages attribués aux auteurs suivants : Caton, Varron, Celse, Pline l’Ancien, Scribonius Largus, Columelle, Quintus Serenus, Gargilius Martialis, le Pseudo-Apulée, le Pseudo-Pline l’Ancien, le Pseudo-Vindicianus, l’auteur anonyme du traité De taxone, Palladius, Pélagonius, le Pseudo-Chiron, Végèce, le Pseudo-Antonius Musa, Sextus Placitus, Marcellus Empiricus, Cassius Félix, Théodore Priscien et Célius Aurélien.

56 Cf. notamment W. D. Smith, The hippocratic tradition, Ithaca (N.Y.) – London Smith, 1979, p. 229 ; Ph. Mudry, « Saisons et maladies. Essai sur la constitution d’une langue médicale à Rome. Étude comparée de passages parallèles de Celse (2, 1, 6-9) et d’Hippocrate (Aphorismes, 3, 20-30), G. Sabbah (dir.), Le latin médical. La constitution d’un langage scientifique, Saint-Etienne, Publications de l'Université de Saint-Etienne, 1991, coll. « Mémoires du Centre Jean Palerne », n° 10, p. 257-269 ; G. Serbat, Celse. De la médecine, t. I, Paris, Les Belles Lettres, 1995, p. LII1-LVII Pour une étude consacrée aux occurrences du terme ὀφψαλμία, cf. M. Pardon, “Celsus and the Hippocratk Corpus·. The Originality of a’Plagiarist"’, P J. Van DER Eijk (dir.), Hippocrates in Context. Papers read at the XIth international Hippocrates Colloquium, University of Newcastle upon Tyne, 27-31 August 2002, Leiden-Boston, E. J. Brill, 2005, coll. « Studies in Ancient Medicine », n° 31, p. 403-411.

57 Pline l’Ancien fait seulement deux fois allusion au maître de Cos pour rappeler que l’aspect des yeux annonce la mort du malade (Plin. nat. 7,171 ; 26,123). Néanmoins, il utilise les principes hippocratiques sans les mentionner explicitement : cf. notamment Plin. nat. 20,57 ; Hp. Vict. 2,54. Pour une synthèse sur ce sujet, cf. S. Byl, « La mention d’Hippocrate dans l'Histoire naturelle de Pline l’Ancien », M. E. Vásquez Buján (dir.), Tradition e Innovación de la Medicina Latina de la Antigüedady de la Alta Edad Media. Actas del IV Coloquio sobre los « textos médicos latinos antiguos », Santiago de Compostela, Universidade de Santiago de Compostela, 1994, coll. « Cursos e congresos da Universidade de Santiago de Compostela », n° 83, p. 163-170.

58 Plin. nat. 29,125 ( = Ernout XXIX 62) : Ex Hippocratis putant auctoritate adici, quod in argentea pyxide id seruari iubent.

59 Cels. 6,6,1e ( = Marx 260) : Curari uero oculos sanguinis detractione, medicamento, balneo, uino uetustissimus auctor Hippocrates memoriae prodidit : sed eorum tempora et causas parum explicuit, in quibus meditinae summa est.

60 Les Aphorismes sont considérés des textes fondamentaux pour la formation des médecins à Alexandrie. Cf. M.-H. Marganne, op. cit., p. 108.

61 Hp. Aph. 6,31 ( = L. IV 571) : Όδύνας ὀφθαλμῶν άκρητοποσίη. ἢ λουτρòν. ή πυρίη ἢ φλεβοτομίη. ἢ φαρμακοποσίη λύει. Pour un commentaire de cet aphorisme, cf. Gal. De meth. med. 3,1 ( = K. X 171-172) ; 12,1 ( = K. X 819-820) ; In Hipp. Hum. comment. 1,7 ( = K. XVI 85) ; In Hipp. Aph. comment. 31 (K. XVIII A 45-50). Cf. également Hp. Aph. 7,46 ( = L. IV 591) : Όδύνας ὀφθαλμῶν, ἄκρητον ποτίσας καὶ λούσας πολλῷ θερμῷ, φλεβοτόμει (« Les douleurs des yeux sont soignées par l’absorption de vin pur et par des bains très chauds, puis par la phlébotomie »). Pour une synthèse sur le sujet, cf. D. Manetti et A. Roselli, « Galeno commentatore di Ippocrate », ANRW, n° 2/37/2, 1994, p. 1529-1635.

62 Cass. Fel. 29,1 ( = Fraisse 57) : Hippocrates in aforismis sic ait : oculorum dolores meracaepotiones aut lauacrum aut uaporatio autflebotomia aut catharticum datum quodfarmaciam appellant soluit.

63 Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. V. Nutton, DNP, t. VII, 1999, col. 698, s. u. « Magnus 5 ».

64 Cass. Fel. 29,1 ( = Fraisse 57-58) : Sed omnia haec quinque secundum expositionem Magni iatrosophistae supra memoratus senior Hippocrates cum discretione adhibere praecipit [...]. Haec sunt quae secundum aforismos id est definitionis eloquentiam oculorum doloribus posita esse noscuntur.

65 Ibid. 29,2 ( = Fraisse 58) : Nunc uero qualiter proprie ipsis oculispassiones contingant scribamus.

66 Pour une synthèse à ce sujet, cf. C. Petit, « Mythe et origines des arts ; l’héritage grec en question », paru dans les actes du colloque intitulé « La fabrique du mythe à l’époque impériale », organisé par Maud Pfaff, à Strasbourg, les 16 et 17 mars 2007, et à paraître aux éditions Brepols.

67 Cels. 6,6, lf ; 6,6,1m ; 6,6,8g ; 6,6,11 ; 6,6,16b ; 6,6,26 ; 6,6,35 ; Scrib. Larg. 20 ; Pelagon. 30,412 ; Chiron 1,2,17 ; 2,7,77 ; 2,8,78 ; 6,6,531 ; 6,7,536 ; 6,7,537 ; 9,798 ; 9,803 ; 9,804 ; Veg. mulom. 2,16,1 ; 2,16,6 ; 2,18 ; 2,19 ; 2,22,3 ; Cass. Fel. 29,3 ; 29,5 ; Marcell. med. 8,3 ; Theod. Prisc. eup. faen. 1,12,31 ; 1,12,32 ; 1,12,35.

68 Cels. 6,6,8b ; 6,6,8c ; 6,6,8d ; 6,6,8e ; 6,6,15b ; 6,6,17 ; 6,6,27b ; 6,6, 29 ; 6,6,34b ; 6,6,38 ; Scrib. Larg. 22 ; Marcell. med. 8,1.

69 Cels. 6,6,8c ; 6,6,8e ; 6,6,15b ; 6,6,26 ; 6,6,27b ; 7,7,2 ; 7,7,11 ; Scrib. Larg. 20 ; Cass. Fel. 29,3 ; 29,5 ; 29,7 ; Marcell. med. 8,1 ;Theod. Prisc. eup. faen. 1,12,31 ; 1,12,37.

70 Cels. 6,6,8b ; 6,6,17.

71 Ibid., 6,6,1e ; 6,6,1 f ; 6,6,1m ; 6,6,8f ; 6,6,8g ; 6,6,10 ; 6,6,11 ; 6,6,15a ; 6,6,16a ; 6,6,36b ; Cass. Fel. 29,3 ;Theod. Prisc. eup. faen. 1,12,31 ; 1,12,35.

72 Cf. notamment M.-H. Marganne, « La chirurgie des yeux dans les papyrus grecs d’Égypte », Réalités Ophtalmologiques, n° 48, oct. 1999, p. 13-20 ; ead., op. cit., p. 71-73 ; ead., « Les prescriptions ophtalmologiques des papyrus et des ostraca grecs d’Égypte », Mémoires de la Société Francophone de l’Histoire de l’Ophtalmologie, n° 15, 2005, p. 3-29 ; M.-H. Marganne-Mélard, « L’ophtalmologie dans l’Égypte gréco-romaine : les témoignages des papyrus littéraires grecs », J. Royer, M.-J. Roulière-Lambert et A.-S. De Cohën (dir.), Autour de l’oeil dans l’Antiquité. Approche pluridisciplinaire. Table ronde de Lons-le-Saunier (Jura), 11-12 février 1994, Lons-le-Saunier, Centre Jurassien du Patrimoine, 2002, p. 41-49.

73 Cels. 7,7,13b. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. H. von Staden, Herophilus. The Art of Medicine in Early Alexandria. Edition, translation and essays, Cambridge-New York-New Rochelle-Melbourne-Sydney, Cambridge University, 19942 (1989) ; id., « L’œil d’après Hérophile, Démosthène Philaléthès et Aglaïas de Byzance », J. Royer, M.-J. Roulière-Lambert et A.-S. De Cohën (dir.), op. cit., p. 83-93.

74 Cels. 7,7,6b. Sur Héraclide de Tarente, cf P. Mudry, op. cit., p. 72-73. Un papyrus ophtalmologique fait également référence à ce personnage : cf. M.-H. Marganne, op. cit., p. 148 et 166.

75 CELS. 7,7,6c. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. Raeder, RE, t. XV/1, 1931, col. 328, s. u. « Meges 4 ».

76 Cels. 6,6,8 ; 6,6,17 ; 6,6,20 ; 6,6,25c ; 6,6,31a.

77 Cels. 6,6,12 ; 6,6,23. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. M. Wellmann, « Demosthenes ΠΕΡΙ ΟΦΨΑΛΜΝ », Hermes, n° 38/4, 1903, p. 546-566 ; J. Hirschberg, « Die Bruchstücke der Augenhcilkunde des Demosthenes », Archiv für Geschichte der Medizin, n° 11/3-4, Mai 1919, p. 183-188 ; H. Von Staden, op. cit., p. 570-578 ; id., art. cité, J. Royer, M.-J. Roulière-Lambert et A.-S. De Cohën (dir.), op. cit., p. 83-93 ; V. Nutton, BNP, t. IV, 2004, col. 297-298, s. u. « Demosthenes 4 ».

78 Cels. 6,6,5a ; 6,6,8g ; 6,6,11. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. Fr. E. Kind, RE, t. XI/1, 1921, col. 719-720, s. u. « Kleon 11 ».

79 Cels. 6,6,5b ; 6,6,6. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. V. Nutton, DNP, t. XII/1, 2002, col. 348, s. u. « Theodotos 7 ». Le nom theodotia devient un nom de collyres qui ne fait plus explicitement réference à Théodotos.

80 Cels. 6,6,16a. Il s’agit peut-être de l’Andréas cité par ailleurs dans le De medicina pour ses écrits sur les luxations : cf. Cels. 5,18,7a ; 8,20,4. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. V. Nutton, BNP, t. I, 2002, col. 680-682, s. u. « Andreas 1 ».

81 Cels. 6,6,3. Il s’agit peut-être de Philon de Tarse : cf. A, Touwaide, BNP, t. IX, 2007, col. 61, s. u. « Philon I 13 ».

82 Cels. 6,6,8g ; 6,6,10 ; 6,6,11. Comme Andreas, Nilée est par ailleurs cité par Celse pour ses écrits sur les luxations : cf Cels. 5,18,9 ; 8,20,4. Cf. V. Nutton, BNP, t. IX, 2007, col. 619, s. u, « Neileus 2 ».

83 Cels. 6,6,4. Le nom de ce médecin est toutefois sujet à caution puisqu’un Dionysius est cité par Celse pour ses écrits sur les médicaments corrosifs (CELS. 6,18,9c) ainsi que dans la prescription d’un remède pour les yeux attestée sur un ostracon (cf. M.-H. Marganne, op. cit., p. 175). Cf. V. Nutton, BNP, t. IV, 2004, col. 486, s. u. « Dionysius 24 ».

84 CELS. 6,6,24. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. H. Gossen, RE, t. VIII/1, 1912, col. 894, s. u. « Hermon 10 ».

85 Cels. 6,6,28. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. H. Gossen, RE, t. VIII/2, 1913, col. 1411, s. u. « Hierax 12 ». Un Hiérax est également cité par Galien pour sa composition d’un collyre destiné à soigner le τράχωμα (Gal. De comp. med. sec. loc. 4,7 [ = K. XII 775]) ; un Hiérax de Thèbes est l’auteur de pastilles jaunâtres (Gal. De comp. med. pergen. 5,11 [ = K. XIII 829]). Pline l’Ancien décrit toutefois un type de laitue sauvage appelé hieracion (Plin. nat. 20,60 [ = André XX 46] : quoniam accipitres scalpendo earn sucoque oculos tinguendo obscuritatem, cum sensere, discutiant [« parce que les éperviers, en la grattant et en se mouillant les yeux de son suc, dissipent l'obscurité qu'ils en sont affectés] »). Cette histoire est également rapportée par Elien (Ael. N. A. 2,43) : la translittération hieracion est dérivée du nom de l'épervicr, ίἑραξ et le Corpus galénique propose deux collyres appelés ίεράκιον (Gal. De comp. med. sec. loc. 4,7 [ = K. XII 776] ; 4,7 [ = K, XII 783]).

86 Val. Max. 9,15,1.

87 CIL, t. V, n° 3940. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. V. Nutton, Bnp, t. Il, 2003, col. 94-99, s. u. « Asclepiades ».

88 CIL, t. VI, n° 21105.

89 AE, 1979, n° 572. À ces inscriptions s'ajoute un texte gravé en hommage à Iolas (CIL X 6124).

90 V. 85a ; 85c : HERASISTRATI. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. I. Garofalo, Erasistrati fragmenta, Pisa, Giardini, 1988, coll. « Bibliotheca di Studi antichi », n° 62 ; V Nutton, BNP, t. V, 2004, col. 13-15, r. u. « Erasistratus ».

91 Cf. H. Von Staden, op. cit., p. 583-584 et M. Pardon-Labonnelie, « Les thérapeutiques oculistiques romaines, entre survivances et métamorphoses. L’exemple de la thérapeutique du vert », H, Duchêne (dir.), Survivances et métamorphoses, Dijon, Equipe d'accueil 1865 – Mémoire, Discours, Images, 2006, p. 111-132.

92 Cels. 6,6,39b ( = Marx 274) : fabulae.

93 Sur la conception que Celse se fait de l'empirisme, cf. P. Mudry, La préface du De medicina de Celse. Texte, traduction et commentaire, Lausanne, Institut Suisse de Rome, 1982, coll. « Bibliotheca Helvetica Romana », n° 19, p. 113-152.

94 Cels. 7,7,15d ( = Mazzini 94 = Marx 323) : Idque non in Graecia tantummodo, sed in aliis quoque gentibus celebre est, adeo ut nulla medicinae pars magis per nationes quoque exposita sit.

95 Ibid., 7,7,15i ( = Mazzini 96 = Marx 324) : Efficacior tamen etiamnu ?n est Afrorum curatio.

96 Ibid. : Sed nihil melius est quam quod in Gallia est comata.

97 Sur ce point, cf. I. Mazzini, « Le auctoritates nei testi medici dell’antichità, in particolare in Celso », Μ. E. Vásquez Buján (dir.), Tradición e Innovación de la Medicina Latina de la Antigiiedad y de la Alta Edad Media. Actas del IV Coloquio sobre los “textos médicos latinos antiguos" Santiago de Compostela, Universidade de Santiago de Compostela 1994, coll. « Cursos e congresos da Universidade de Santiago de Compostela », n° 83, p. 119-132.

98 Cf. P. Mudry, « Le jeu de la nature et du hasard : la construction du savoir médical dans le traité de Celse », M. Courrent et J. Thomas (dir.), Imaginaire et modes de construction du savoir antique dans les textes scientifiques et techniques. Actes du Colloque de Perpignan des 12 et 13 mai 2000, Perpignan, Presses Universitaires de Perpignan, 2001, coll. « Etudes », p. 51-69 [ =BR. Maire (dir.), op. cit., p. 101-108].

99 Pour une synthèse sur les sources de Scribonius Largus, cf. S, Sconocchia, « Le fonti e la fortuna di Scribonio Largo », I. Mazzini et R Fusco (dir.), I testi di medicina latini antichi. Problemi filologici e storici. Atti del I Convegno internazionale. Macerata S. Severino M., 26-28 aprile 1984, Macerata, G. Bretschneider 1985, coll. « Università di Macerata. Pubblicazioni della Facoltà di Lettere e Filosofia », n° 28, p. 151-213.

100 Scrib. Larg. 27 ( = Sconocchia 25). Les éditions Sconocchia et Jouanna-Bouchet proposent la leçon Athenippio (cf. J. Jouanna-Bouchet, Scribonius Largus, Compositiones. Edition critique avec introduction, traduction et commentaire, Thèse de Doctorat, Paris IV – Sorbonne, 2000, t. II, p. 203) et Marcellus, inspiré par Scribonius Largus, parle également des patients soignés par Athenippius (Marcell. med. 8,6 [ = Liechtenhan 1 114]). Joëlle Jouanna-Bouchet signale toutefois que la première attestation de ce nom apparaît dans les Compositiones (cf. J. Jouanna-Bouchet, op. cit., t. III, p. 469, note 108). De plus, ce nom n’est attesté dans aucun autre texte recensé par la version e du TLL ; ensuite, le manuscrit R atteste une forme Athenippo et le remède décrit dans le chapitre précédent des Compositiones est appelé Athenippum par certains (Scrib. Larg. 26 [ = Sconocchia 24]). Enfin, un personnage homonyme donne son nom à un collyre qualifié de πάγχρηστον, « utile pour tout », dans le Corpus galénique : cf. Asclepiad Jvn. ap. Gal. De comp. med. sec. loc. 4,8 ( = K. XII 789). Cf. M. Wellmann, RE, t. II/2, 1896, col. 2042,s. u. « Athenippos 2 ». Sur l’Asclepiades cité par Galien, cf. V. Nutton, BNP, t. II, 2006, col. 93, S. U. « Asclcpiades 9 ».

101 Plin. nat. 36,145 ( = André-Bloch-Rouveret XXXVI 100) : sententia eorum qui nuperrime scripsere. Sur les travaux de botanique dont s’inspire Pline l’Ancien, cf. J. Scarborough, « Pharmacy in Pliny’s Natural History. Some observations on substances and sources », R. K. French et F. Greenaway (dir.), Science in the Early Roman Empire : Pliny the Elder ; his Sources and Influence, London – Sydney, Groom Helm, 1986, p. 59-85.

102 Plin. nat. 36,146. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. K F. Kind, RE, t. III/A/1, 1927, col. 1211, s. u. « Sotakos ».

103 Plin. nat. 36,146 ( = André-Bloch-Rouveret XXXVI 100) : e uetustissimis auctoribus.

104 Ibid., 32, 76.

105 Ibid., 20,106. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. J. van der Eijk Philip, Diocles of Carystus. A Collection of the Fragments with translation and Commentary. Volume I : Text and translation, Leiden – Boston – Köln, E. J. Brill, 2000, coll. « Studies in Ancient Medicine », n° 22) ; V. Nutton, BNP, t. IV, 2004, col. 424-426, s. u. « Diodes 6 ».

106 Plin. nat. 20,119. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. V. Nutton, BNP, t. III, 2003, col. 293-294, s. u. « Chrysippus 3 ».

107 Plin. nat. 20,187. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf V. Nutton, BNP, t. V, 2004, col. 247, s. u. « Evenor 2 ».

108 Plin. nat. 28,7. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf R. Hanslik, RE, t. XV/1, 1931, col. 504, s. u. « Meletos 4 »,

109 Plin. nat. 20,187. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. H. Gossen, RE, t. IX/2, 1903, col. 1855, s. u. « lollas 2 ».

110 Plin. nat. 20,103. Théodorus est également cité par Pline l’Ancien pour son traitement contre la lèpre : cf. Plin. nat. 24,186. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. K. Deichgraber, RE, t. V/A/ 2, 1934, col. 1865, s. u. « Theodoros 44 ».

111 Plin. nat. 20,80 ; 20,85. À ce propos, cf. S. Boscherini, « La medicina in Catone e Varrone », ANRW, n° 2/37/1, 1993, p. 730-740.

112 Plin. nat. 20,261. Cf. Plin. nat. 25,9 ; 23,166 ; 26,51.

113 Plin. nat. 37,169. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf K. Ziegler, RE, t. IX/A/2, 1967, col. 2210, s. u. « Zachalias ».

114 Plin. nat. 28,66. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf V. Nutton, DNP, t. X, 2001, col. 1265, s. u. « Salpe ».

115 Plin. nat : 20,134.

116 Plin. nat. 29,117. Ce personnage n'est à ma connaissance pas connu par ailleurs.

117 Plin. nat. 28,114. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf H. Görgemanns, BNP, t. II, 2003, col. 715, s. u. « Bolos ». Voir aussi dans ce volume la contribution de P. Gaillard-Seux.

118 Plin. nat. 11,149 ( = Ernout-Pépin XI 76) : peritissimi auctores.

119 Ibid., 24,19 ( = André XXIV 31) : auctores quidam.

120 Ibid, 21,147 ( = André XXI 78) ; 22,109 ( = André XXII 60) ; 25,147 ( = André XXV 79) : aliqui.

121 Ibid., 20,44 ( = André XX 39) ; 20,68 ( = André XX 49) ; 22,109 ( = André XXII 60) ; 25,54 ( = André XXV 46) ; 25, 89-90 ( = ANDRÉ XXV 60) ; 28,170 ( = Ernout XXVIII 79) ; 28,171 ( = Ernout XXVIII 80) ; 29,36 ( = Ernout XXIX 32) ; 29,39 ( = Ernout XXIX 32) ; 29,62 ( = Ernout XXIX 40) ; 29,121 ( = Ernout XXIX 60) ; 29,130 ( = Ernout XXIX 63) ; 32,75 ( = DE Saint-Denis XXXII 47) ; 34,120 ( = Le Bonniec-Gallet De Santerre XXXIV 149) ; 36,156 ( = André-Bloch-Rouveret XXXVI 103) : quidam.

122 Ibid., 32,136 ( = De Saint-Denis XXXII 68) : alii.

123 Cf. G. Serbat, « La référence comme indice de distance dans l’énoncé de Pline l'Ancien », RPh, n° 47/1, 1973, p. 38-49.

124 Plin. nat. 27,9.

125 Ibid., 24,103. Cf Gw. Le Scouëzec, op. cit., p. 21-43.

126 Plin. nat. 27,105 ; 34,106. Cf M.-H. Marganne, « L’Égypte médicale de Pline l'Ancien », G. Sabbah (dir.), op. rit., p. 155-171.

127 Plin. nat. 28,94 ; 29,117 ; 32,72. Cf C. Mugler, « Sur quelques points de contact entre la magie et les sciences appliquées des Anciens », RPh, n° 47/1, 1973, p. 31-37 ; W. H. S. Jones, « The Magi in Pliny », Proceedings of the Cambridge Philological Society n. s., n° 181/1, 1950-1951, p. 7-8 ; A. De Jong, Traditions of the Magi. Zoroastrianism in Greek and Latin Litterature, LeydeNew York-Köln, 1997, p. 393-394.

128 Cf M.-H. Marganne, op. cit., p. 59 et 130.

129 Oribas. 8,39, t. ; 8,41,t. ; 8,44,t ; Paul Aeg. 2,22.t. ; 6,20,1 ; 6,21,2 ; 7,16,30 ; 7,16,52 ; Aët. 7, t. ; 7,4 ; 7,40 ; 7,49 ; 7,101 ; 7,103 ; 7,105.

130 Garg. Mart. med. 25,2 ( = Maire 31) : Traditum in libris. Cf. V. Bonet, « Traditions populaires et sources écrites médicales. L’exemple de Gargilius Martialis », M.-Cl. Amouretti et G. Comet (dir.), La transmission des connaissances techniques. Tables ronde :, Aix-en-Provence, avril 1993-mai 1994, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1995, coll. « Cahier d’histoire des techniques », n° 3, p. 138-157 ; B. Maire, « L’esprit ou la lettre : les sources des Medicinae de Gargilius Martialis », P. Defosse (dir.), Hommages à Carl Deroux. II – Prose et linguistique, Médecine, Buxelles, Latomus, 2002, coll. « Latomus », n° 267, p. 514-535.

131 Cf. respectivement Garg. Mart. med. 41,14 ; 22,2 ; 30,5 ; 29,16 ; 41,15.

132 Pelagon. 30,414. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. W. Ensslin, RE, t. VII/A/2, 1948, col. 1371-1372, S IL « Turanius ».

133 Chiron 2,11,84 ( = Oder 29) : multi auctores. Le terme auctor a toutes les acceptions du terme « auteur » : selon le contexte dans lequel il est employé, il peut tout aussi bien désigner un « écrivain » qu’un « garant », un « vendeur », un « inventeur » ou un « possesseur » de collyres. Cf. A. Ernout et A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine. Histoire des mots, quatrième édition augmentée d’additions et de corrections nouvelles par Jacques André, Paris, Klincksieck, 19944 (1932), p. 57, col. 2, s. u. « augeô ».

134 Veg. mulom. 3,27,1 ; 3,27,2. Pour des réferences bibliographiques sur ce personnage, cf. A.-M. Doyen-Higuet, BNP, t. I, 2002, col. 916,5. u. « Apsyrtus 2 ».

135 Veg. mulom. 3,27,1 ; 3,27,3.

136 Ibid, 3,27,1 ; 3,27,6.

137 Ibid., 2,16,1 ( = Lommatzch 113) : auctoribus.

138 Ibid., 3,27,8 ( = Lommatzch 271) : diuersi auctores.

139 Ibid., 2,18 ( = Lommatzch 116) : ueteres.

140 Theod. Prisc. eup. faen. 1,12,36 ( = Rose 38) : aliqui.

141 MARCELL. ?ned, 8,13.

142 Ibid., 8,11 ; 8,15 ; 8,124. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. M. Wellmann, RE, t. 1/2, 1894, col. 2422, s U. « Antigonos 22 ». Un médecin militaire homonyme est cité à trois reprises par Galien : cf. Asclepiad Jvn. ap. Gal. De comp. med. sec. loc. 2,1 ( = K. XII 557) ; 2,1 ( = K. XII 580) ; 4,7 ( = K. XII 773 ; collyre destiné à combattre des affections oculaires).

143 Marcell. med. 8,8 ; 8,11 ; 8,14 ; 8,15 ; 8,124. Pour des références bibliographiques sur ce personnage, cf. Fr. E. Kind, RE, t. XI/2, 1922, col. 1499, S u. « Kosmos 4 ».

144 Marcell. med. 8,216.

145 Ibid., 8,42.

146 Ibid., 8,126 ( = Liechtenhan I 144) : auctori.

147 Ibid., 8,20 ( = Liechtenhan I 120) ; 8,25 ( = Liechtenhan I 122) ; 8,126 ( = Liechtenhan I 144) ; Theod. Prisc. eup. faen. 1,12,32 ( = Rose 33) : experimentum ; Plin. nat. 28,56 ( = Ernout XXVIII 38) ; Garg. Mart. med. 25,2-3 ( = Maire 31) ; Veg. mulom. 2,20,1 ( = Lommatzch 117) ; Marcell. med. 8,116 ( = Liechtenhan I 140) ; 8,126 ( = Liechtenhan 1 146) ; 8,194 ( = Liechtenhan I 160) : experimenta.

148 Ibid., 8,126 ( = Liechtenhan I 146) ; 8,128 ( = Liechtenhan I 148) : probatus.

149 Ps. AP. herb. 74,1 ( = Howald - Sigerist 133) : Experti sumus (« nous avons expérimenté ») ; Pelagon. 30,414 ( = Fischer 72) : Hoc [...] Turanius [...] expertum esse firmauit (« Turanius a affirmé que ce médicament a été expérimenté »).

150 Isid. orig. 4,4,1 : Enpirica, id est experientissima, solis constat experimentiis. Cf. également Scrub. Larg. pr.,1 ([ = Sconocchia 1] : medicamenta usu experientiaqueprobata [« médicaments éprouvés par l’usage et l’expérience »]) ainsi que les paragraphes 2 et 7 des Compositiones. Pour une synthèse sur l’éloge des traitements médicamenteux dans l’épître dédicatoire des Compositiones, cf. j. Jouanna-Bouchet, op. cit., t, I, p. 21-36. Cf. également la préface des Euporista de Théodore Priscien (Theod. Prisc. eup. faen. 1,1,4 [ = Rose 4] : expertis [...] et rusticis curationibus [« les traitements des paysans, qui ont fait leurs preuves »] ; aegris medicina [« la médecine de la campagne »]). Cf. C. Opsomer et R. Halleux, « Marcellus ou le mythe empirique », P. Mudry et J. Pigeaud (dir.), op. cit., p. 159-178.

151 Sur le commerce dans l’Empire romain, cf. notamment E. H. Warmington, The Commerce between the Roman Empire and India, London, Curzon – New York, Octagon, 19742 (1928) ; A. Schmidt, Drogen und Drogenhandel im Altertum, New York, Arno, 19792 (1924), p. 5-17 ; J. I. Miller, The Spice Trade of the Roman Empire. 29 B. C. to A. D. 641, Oxford, Clarendon, 1969 ; J. Thorley, « The Developpement of Trade beetween the Roman Empire and the East under Augustus », G&R,2e s., n° 16/2, October 1969, p. 209-223 ; M. G. Raschke, « New Studies in Roman Commerce with the East », ANRW, n° 2/9/2, 1978, p. 604-1378 ; A. Händel, « Der Handel mit Drogen und Spezereien im Rom der Prinzipatszeit. in Auswertung der Inschriften (Salz und Honig, Gewürze, Medikamente, Duftstoffe, Toilettegegenstände, Farben) », Münster Beiträge zur Antiken Handelgeschichte, n° 4/1, 1985, p. 30-48 ; V. Nutton, « The drug trade in Antiquity », PBSR, n° 45, 1977, p. 138-145 [ = V. Nutton, op. cit., p. 138-145].

152 Cels. 6,6,25b ( = Marx 269) : Canopite ; ibidem 6,6,28 ( = Marx. 271) : Canopitae.

153 Plin. nat. 34,106 ( = Le Bonniec-Gallet De Santerre XXXIV 144) : Aegyptii ; V. 33a : AEGYPTIAC. Sur la renommée de l’oculistique égyptienne, cf. M.-H. Marganne, « Thérapies et médecins d’origine “égyptienne” dans le De Medicina de Celse », C. Deroux (dir.), op. cit., p. 137-150.

154 V. 138d : ITALICV ; V. 217a : ITALIC.

155 Marcell. med. 8,127 ( = Liechtenhan I 146) : barbaricum.

156 Ibid., 8,128 ( = Liechtenhan I 148) ; barbaricum quidem, sed multis probatum.

157 Pour une synthèse sur les importations de produits exotiques, cf. L. Taborelli, « Aromata e médicamenta exotica in Plinio », Athenaeum, n° 79/2, 1991, p. 527-562 ; id., « Aromata e médicamenta exotica in Plinio », ibidem, n° 82/1, 1994, p. 111-151.

158 Plin. nat. 35,191 ; 36,152.

159 Ibid, 34,120.

160 ibid., 34,126.

161 Ibid, 31,100.

162 Ibid, 31, 84 ; 31, 99.

163 Ibid., 31, 86.

164 Pour éviter toute équivoque, les termes Hammoniacus (ou hammoniacus ou Ammoniacus ou ammoniacus) et faenum Graecum (ou faenum graecum ou faenugraecum ou fenugraecum) ne sont pas mentionnés puisqu’ils ne sont généralement pas perçus comme des ingrédients d’origine exotique : cf. respectivement Plin. nat. 31,7.9 et Cato agr. 27 ; 35,1 ; 37,1.

165 Pour une synthèse à ce sujet, cf, M.-T. Cam « Peut-on évaluer le coût des soins vétérinaires ? », M.-T. CAM (dir.), La médecine vétérinaire antique. Sources écrites, archéologiques, iconographiques. Actes du colloque international de Brest, 9-11 septembre 2004, Université de Bretagne Occidentale, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 277-293.

166 Pour une synthèse sur le miel, cf. H. Chouliara-Raïos, L’abeille et le miel en Egypte d’après les papyrus grecs, ΙΩΑΝΝΙΝΑ (ΠΑΝΕΠΙΣΤΗΜΙΟ ΙΩΑΝΝIΝΩΝ ΕΠΙΣΤΗΜΟΝΙΚΗ ΕΠΕΤΗΡΙΔΑ ΦΙΛΟΣΟΦΙΚΗΣ ΣΚΟΛΗΣ « ΔΩΔΩΝΗ »· ΠΑΡΑΤΗΜΑ ΑΡΙΘΜ. 30), 1989 ; sur les vertus thérapeutiques du miel, cf. C. Balandier, « Fonctions et usages du miel dans l’Antiquité grécoromaine », M.-C. Amouretti et G. Comet (dir.), op. cit., ρ. 107-110.

167 Scrib. Larg. 25 ; 37 ; 38 ; Plin. nat. 20,85 ; 20,134 ; 22,108 ; 23,131 ; 24,146 ; 25,90 ; 25,144 ; 28,94 ; 28,167 ; 29,118 ; 29,123 ; 29,125 ; 32,31 ; 32,33 ; 32,70 ; 37,51 ; Ps. AP. herb. 74,1 ; 74,2 ; 80,7 ; 125,3 ; Pelagon. 30,416 ; 30,418 ; 30,420 ; 30,421 ; 30,424 ; 30,426 ; 30,434 ; 30,438 ; 30,442 ; 30,443 ; Chiron 2,6,76 ; 6,8,535 ; 9,796 ; 9,798 ; 9,799 ; 9,801 ; 9,802 ; 9,806 ; 9,807 ; Veg. mulom. 2,17,5 ; 2,22,4 ; 2,22,5 ; 2,22,16 ; 3,27,2 ; 3,27,5 ; CASS. Pel. 29,14 ; 29,22 ; Marcell. med 8,17 ; 8,32 ; 8,81 ; 8,84 ; 8,85 ; 8,86 ; 8,92 ; 8,101 ; 8,102 ; 8,108 ; 8,109 ; 8,113 ; 8,116 ; 8,120 ; 8,131 ; 8,136 ; 8,140 ; 8,145 ; 8,200 ; 8,213 ; Plac. med. 2,13 a/2,12 β ; 4,5 a β ; 11,3 a β ; 14,8 ; 19,3 ; 1.9,11 ; 22,1 ; 125,3 ; Theod. Prisc. eup. faen. 1,12,37.

168 Plin. nat. 29,118.

169 Ser. Samm. 13,199 ; Pelagon. 30,438 ; 30,440.

170 Sur les vertus thérapeutiques du vin, cf. D. BÉGUIN, « Le vin médecin chez Galien », J. Jouanna et L. Villard (dir.), Vin et santé en Grèce Ancienne. Actes du Colloque Organisé à l’Université de Rouen et à Paris (Université de Paris IV – Sorbonne et ENS) par l’UPRESA 8062 du CNRS et l’URLLCA de l’Université de Rouen. 20-30 septembre 1998, Paris, E. de Boccard, 2002, coll. « BCH », suppl. n° 40, p. 141-154 ; P. Luccioni, « Le vin et la question des succédanés chez Galien », ibid., p. 165-179 ; A. Garyza, « Le vin dans la littérature médicale de l’Antiquité tardive et byzantine », ibid, p. 191-200.

171 Scrib. Larg. 30 ; Marcell. med. 8,9 ; 8,84.

172 Scrib. Larg. 26 ; 36 ; Marcell. med. 8,7 ; 8,14 ; 8,117 ; 8,119 ; 8,120.

173 Plin. nat. 34,114.

174 Scrib. Larg. 24 ; 30 ; 31 ; Pelagon. 30,420 ; 30,426 ; Veg. mulom. 2,22,5 ; Marcell. med, 8,5 ; 8,9 ; 8,10 ; 8,14 ; 8,123 ; 8,195 ; 8,205.

175 Cels. 6,6,21 ; Plin. nat. 22,119 ; Pelagon. 30,428 ; 30,467 ; Veg. mulom. 2,22,8 ; Marcell. med. 8,209.

176 Chiron 9,796.

177 Scrib. Larg. 25 ; 37 ; Plin. 34,114 ; 34,130 ; Marcell. med. 8,120 ; 8,194 ; 8,199 ; Pelagon. 30,420 ; 30,426 ; Chiron 9,796 ; Veg. mulom. 2,22,5.

178 Chiron 9,796.

179 Colum. 6,17,7 ; Pelagon. 30,424 ; Chiron 9,810 ; Veg. mulom. 3,27,5 ; 4,22,1 ; Pallad. vet. med. 14,19,2 ; Plin. nat. 31,100.

180 Colum. 6,17,7 Pallad. vet. med. 14,19,2.

181 Chiron 9,800.

182 Cels. 6,6,12 ; Scrib. Larg. 24 ; Cass. Pel. 29,8 ; Marcell. med. 8,5 ; 8,13 ; 8,14.

183 Scrib. Larg. 24 ; Marcell. med. 8,5.

184 Ibid., 8,113.

185 Ibid., 8,87.

186 Ibid., 8,101.

187 Chiron 9,796.

188 Marcell. med. 8,154.

189 Cels. 6,6,19.

190 Plin. nat. 35,180.

191 Theod. Prisc. eup.faen. 1,12,38.

192 Plin. nat. 36,146.

193 Marcell. med. 26.

194 Ibid 8,107.

195 Cels. 6,6,31a.

196 Ibid., 6,6,30 ; Marcell. med. 8,75 ; 8,213. Sur les vertus oculistiques attribuées à cette pierre, cf. C. Nissen, Les médecines religieuse et rationnelle en Carie, durant l'Antiquité classique : l’apport de l’archéologie, thèse dirigée par R, Laffineur, Thèse de Doctorat, Liège, Université de Liège, 2005, p. 241-242 (publication prévue dans la collection des « Suppléments » à la revue Kernos en 2008).

197 Plin. nat. 36,63.

198 Veg. mulom. 3,28,12. Pour une synthèse sur l'huile antique, cf. D. Br. Sandy, The Production and Use of Vegetable Oils in Ptolemaic Egypt, Atlanta, Scholars, 1989, coll. « Bulletin of the American Society of Papyrologists, Suppl. », n° 6.

199 Chiron 9,801 ; 9,805 ; Marcell. med. 8,122 ; 8,159 ; 8,195. Sur les vertus thérapeutiques du nard, cf. R. J. Durling, « Indigo und starch in the Greek medical literature », ZPE, n° 57, 1984, p. 210 ; id., « A further note to Harrauer-Sijpesteijn, medizinische Rezepte... (1981) », ibid., n° 72, 1988, p. 154.

200 Cels. 6,6,6 ; 6,6,9a ; Cass. Fel. 29,10 ; 29,13 ; Marcell. med. 8,159.

201 Scrib. Larg. 19 ; Marcell. med. 8,1.

202 Scrib. Larg. 21 ; Cass. Fel. 29,13 ; Marcell. med. 8,2.

203 Chiron 9,808.

204 Plin. med. 1,17,2.

205 Sur les vertus thérapeutiques du safran, cf. R. Goubeau, « Le crocus, usages médicaux antiques », M.-C. Amouretti et Comet G. (dir.), op. cit., 1993, p. 23-26.

206 Cels. 6,6,25c ; 6,6,33 ; Scrib. Larg. 29 ; 30 ; Pelagon. 30,423 ; 30,426 ; Chiron 6,13,540 ; 9,796 ; Veg. mulom. 2,22,5 ; 2,22,12 ; 2,22,16 ; Marcell. med. 8,9 ; 8,206 ; 8,212.

207 Cels. 6,6,9.

208 Theod, Prisc. eup. faen. 1,12,40.

209 Marcell. med. 8,27.

210 Pelagon. 30,421 ; 30,422 ; Veg. mulom. 3,28,10.

211 Marcell. med. 8,194.

212 Pelagon. 30,432,

213 Ps. AP. herb. 29.

Auteur

Université de Bourgogne

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540