Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmettre les savoirs dans les mondes hellénistique et romain

 | 
Frédéric Le Blay

Première partie. Organisation des savoirs et constitution des doctrines

Développements récents dans l’étude de la doxographie de la philosophie et des sciences dans l’Antiquité

Philip van der Eijk

Texte intégral

  • 1 Pour un aperçu éclairant de l'histoire des études doxographiques et des précisions terminologiques (...)
  • 2 Pour ces trois derniers textes voir les contributions de Manetti, van der Eijk et Debru in RJ. van (...)

1Le mot « doxographie » est un néologisme créé par le philologue Hermann Diels dans son fameux livre Doxographi graeci (1879) pour se référer à un groupe d’écrits anciens présentant les doxai ou areskonta (Latin placita), c’est-à-dire les opinions caractéristiques des penseurs regardés comme autorités dans un certain sujet, une discipline scientifique ou un champ d’étude1. Bien que les recherches de Diels concernaient principalement la doxographie de la philosophie naturelle, il n’y a, en principe, aucune raison pour limiter le terme à cela, et donc on peut aussi parler de doxographie éthique, de doxographie médicale et de doxographie des autres sciences dans l’Antiquité. Un petit nombre de ces traités a été préservé directement, par exemple les Opinions des philosophes attribuées à Plutarque, l'Histoire philosophique attribuée à Galien, la doxographie médicale de l’Anonyme de Londres (qui, elle-même, s’appuie sur une doxographie concernant les causes des maladies d’Aristote ou de son élève Ménon), les parties doxographiques dans le traité Sur les maladies aiguës et chroniques de l’Anonyme de Paris, ou la doxographie sur l’origine du sperme dans l’Anonyme de Bruxelles2. On le voit, il y a beaucoup d’auteurs « Pseudos » et « Anonymes » dans ce domaine, signe de la négligence et de la faible valeur accordée à ces textes dès leur origine jusqu’aux temps modernes. Dans d’autres cas, il s’agit de textes perdus, comme les Opinions physiques (ou Opinions des physiciens) de Théophraste, le Peri areskontôn d’Aetius, ou la doxographie éthique d’Arius Didymus, préservés indirectement dans des compendia ou excerpta postérieurs, par exemple dans l’Anthologie de Jean Stobée.

  • 3 Voir G. Most (cd.), Collecting FragmentsFragmente sammeln, Gottingen, Vandenhoeck & Rupprecht, (...)
  • 4 Voir P.O. Long, Openness, Secrecy, Authorship. Fechnical Arts and the Culture of Knowledge from An (...)

2Ces textes doxographiques attribuent des opinions aux philosophes, médecins ou autres spécialistes, dont les ouvrages ne sont pas toujours préservés (comme les philosophes présocratiques, les stoïciens ou les médecins hellénistiques), et on comprend donc que ces textes furent étudiés par des philologues comme sources d’information pour la reconstruction d’une pensée perdue (comme dans le cas des Fragmente der Vorsokratiker de Diels ou des Stoicorum veterum fragmenta de von Arnim3). Mais plus récemment, on a commencé à apprécier l’intérêt propre de ces textes, la pluralité et la variété des formes que revêt la littérature doxographique et des fonctions qu'elle peut remplir : comme véhicules de la transmission des idées4, comme instruments didactiques, comme témoignages d’une attitude spécifique envers l’héritage intellectuel, ou comme des instruments philosophiques ou rhétoriques dans un cadre plus large – c’est-à-dire, doxographie appliquée pour achever certains buts littéraires, des stratégies rhétoriques ou des méthodes scientifiques. Or, il est évident que la valeur de ces textes comme sources pour la reconstruction des pensées ou des ouvrages perdus est directement liée à cette nouvelle appréciation de leur intérêt intrinsèque.

3Dans sa forme la plus élémentaire et sèche, le discours doxographique consiste en un catalogue des thèmes, souvent exprimés dans une question ou une série de questions – par exemple « L’embryon est-il un animal ? », ou « Le monde est-il éternel ? » – chaque question étant suivie d’un catalogue de réponses données par des autorités nommées, qui sont des penseurs individuels ou des écoles. Ces opinions sont présentées dans des formes assez brèves, et arrangées dans un ordre plutôt « systématique » (ou « logique ») que chronologique. Parfois, on peut observer un élément de comparaison ou même d’opposition entre les opinions citées, le catalogue des autorités et des opinions citées étant tout à fait sélectif ; et dans certains cas, on a l’impression que la présentation est motivée par l’intention d’exposer une divergence d’opinions, la diaphônia ou dissensio parmi les autorités – procédé bien connu de la philosophie sceptique. Dans d’autres cas, on peut observer l’emploi de la technique de la division ou diairesis d’un thème ou d’une question selon des catégories logiques comme genus, species, accidens, etc.

  • 5 Voir surtout J. Mansfeld, “Doxography and dialectic : the Sitz im Leben of the ‘Placita’”, Aufstie (...)

4Pour expliquer cette méthode, on a suggéré qu’elle avait son origine dans la dialectique aristotélicienne, telle qu’on la trouve exposée théoriquement dans les Topiques d’Aristote et appliquée par le Stagirite lui-même dans ses aperçus des opinions d’autres penseurs (les endoxa) au début de ses traités Sur l’âme, la Physique, la Métaphysique et dans le traité Des sensations de son successeur Théophraste – des aperçus qui souvent semblent servir une fonction plutôt philosophique qu’historique (bien que l’une n’exclue pas l’autre). Selon cette hypothèse (qui est la théorie de J. Mansfeld et de l’école d’Utrecht, D.T. Runia, H. Baltussen et T.L. Tieleman5), la doxographie avait son Sitz im Leben dans la dialectique et son but principal était de fournir des matériaux pour les exercices argumentatifs, comme par exemple la méthode de in utramque partem disserere – méthode qui fut exploitée dans l’Antiquité plus tardive par l’école sceptique pour démontrer l’incertitude des problèmes philosophiques dits « dogmatiques ».

  • 6 Voir les contributions de Mejer, Zhmud et Bowen dans I. Bodnar, W.W. Fortenbaugh (eds.) Eudemus of (...)

5En outre, Aristote, et d’autres membres de l’école péripatéticienne comme Théophraste, Eudème de Rhodes, Aristoxenos de Tarente et peut-être Ménon (si l’auteur de la doxographie sur les causes de la maladie n’est pas Aristote lui-même), développaient des projets de recherche sur les histoires des « sciences », c’est-à-dire les mathématiques, la théologie, la musique (harmonie) et la médecine. On regrette beaucoup la disparition de la majorité de ces textes, et on ne peut que reconstruire avec grande difficulté leurs contenu, méthode, mode de présentation et stratégie argumentative sous-jacente. Dans le cas d’Eudème, on a l’impression que la notion de la découverte (heuresis, beurêma) ou du premier inventeur (prôtos heuretês), adoptée de la littérature Peri heurêmatôn, était le principe fondamental de l’organisation des matériaux, illuminant l’avancement ou le progrès de la science6.

  • 7 Voir l'étude de J. Mansfeld et D.T. Runia, Aëtiana : The Method and Intellectual Context of a Doxo (...)

6Quoiqu’il en soit, il est évident que les aperçus doxographiques servirent aussi des buts didactiques, les matériaux étant souvent présentés sous la forme des « questions et réponses » (erôtapokriseis, quaestiones) ou des définitions (horoi, definitiones). Cela explique leur utilisation comme catéchismes dans l’Antiquité tardive et le Moyen Âge (on peut penser ici aux Questions médicales attribuées à Soranos et aux Définitions médicales attribuées à Galien). Cela explique aussi la grande facilité avec laquelle ces matériaux doxographiques pétrifiés furent ré-utilisés, « recyclés », par des auteurs postérieurs, liés l’un à l’autre par des chaînes de transmission ou constituant de vraies « traditions » doxographiques. Ces traditions sont parfois représentées par des philologues modernes sous la forme d’un stemma, de façon analogique à la méthode stemmatique dans l’étude paléographique des manuscrits. Ces traditions s’étendaient sur plusieurs siècles, pendant lesquelles des matériaux étaient ajoutés, modifiés ou perdus (ainsi on peut observer l’influence du manuel doxographique d’Aetius jusqu’au onzième siècle7).

  • 8 Voir l’étude encore fondamentale de W, von Kienle, Die Berichte über die Sukzessionen der Philosop (...)

7De plus, on peut observer l’émergence d’autres formes d’aperçus des opinions des penseurs plus narratives, plus soignées et plus achevées, ainsi la littérature sur les « successions » (diadochai), décrivant le développement de la pensée dans une certaine école philosophique ou médicale8, et dans la littérature « sur les sectes » (Peri haireseôn), telle qu’on la trouve dans les Vies et opinions des philosophes de Diogène Laërce et, pour la médecine, dans la préface célèbre du De medicina de Celse, qui décrit l’histoire de la médecine de son début – les temps homériques – jusqu’à sa division en trois « sectes » (rationalistes, empiriques et méthodiques) de son propre temps – procédure « héresiographique » également suivie dans le De sectis de Galien et dans l’Introductio sive medicus de Pseudo-Galien. On trouve aussi des passages doxographiques incorporés dans des contextes plus élaborés, où ils jouent un rôle subordonné à une stratégie littéraire, rhétorique ou argumentative (polémique ou promotion de la propre opinion de l’auteur), et des aperçus doxographiques sont souvent mêlés de façon raffinée à un discours critique ou polémique. On peut en voir des exemples chez Galien dans son traité sur les Opinions d’Hippocrate et Platon – dont le titre nous rappelle la littérature Peri areskontôn, mais qui est, en réalité, un ouvrage d’une virtuosité littéraire et rhétorique considérable – ou dans Caelius Aurelianus, dans les parties doxographiques de ses traités sur les Maladies aiguës et Maladies chroniques, ou chez des auteurs chrétiens comme Tertullien dans le traité Sur l’âme, Hippolyte dans sa Réfutation de tous hérésies, chez Némesius d’Emèse dans son traité De la nature de l’homme et chez Epiphanius dans sa Thérapie des doctrines erronées.

8Ainsi on voit que ces textes témoignent d’une tendance fondamentale dans le discours scientifique et intellectuel de l’Antiquité : l’inclination à rendre compte, souvent directement au début du traité, des opinions des précurseurs. En outre, ces textes nous donnent une idée de la grande variété des formes de ce qu’on pourrait appeler l’engagement des penseurs philosophiques et scientifiques vis-à-vis de l’héritage intellectuel de leur discipline ou champ d’étude. On pourrait ajouter à cette variété des formes d’autres genres littéraires scientifiques comme le commentaire, le compendium, la sunagôgê, etc. Cet engagement littéraire et discursif avec le passé intellectuel fut d’une grande influence sur le développement de la littérature scientifique et philosophique occidentale, car cette inclination, ce sentiment d’obligation de rendre compte explicitement des opinions des autorités antérieures, fut établi comme principe d’organisation et d’argumentation dans la littérature scientifique jusqu’aux temps modernes.

  • 9 Voir p. ex. la discussion acerbe entre L. Zhmud, “Revising doxography ; Hermann Diels and his criti (...)
  • 10 M. Frede, « Doxographie, historiographie philosophique et historiographie historique de la philoso (...)
  • 11 Voir P.J. Van Der Eijk, Ancient Histories of Medicine, ch. 12. Voir p. ex. Caelius Aurelianus, Tar (...)
  • 12 Voir nos observations dans Ancient Histories of Medicine, p. 22-28. Pour l’historiographie général (...)
  • 13 Pour un aperçu de cette histoire voir D.R. Kelley, The Descent of Ideas. The History of intellectu (...)

9Après ce bref aperçu, faisons quelques observations à propos de l’état actuel des études sur la doxographie antique. Une des questions controversées concerne la question de savoir dans quelle mesure les textes doxographiques peuvent être regardés comme « historiographie intellectuelle » ou plutôt comme exercices dialectiques. Peut-on voir dans la doxographie ancienne le précurseur, peut-être même l’équivalent ancien de l’historiographie intellectuelle telle que nous la connaissons ? Ici, il y a un désaccord fondamental entre l’école Mansfeld/Runia, fondateurs des nouvelles études doxographiques, selon lesquelles il faut situer le Sitz im Leben de la doxographie dans la dialectique aristotélicienne, et d’autre part Leonid Zhmud, qui a consacré plusieurs études au projet « historiographique des sciences », commencé dans le Lycée immédiatement après Aristote, avec Eudème de Rhodes, Aristoxenos et Ménon écrivant l’histoire des mathématiques (et de la théologie), Aristoxenos celle de la musique et Ménon celle de la médecine9. Une troisième position sur cette question a été prise par Michael Frede qui distingue l’« historiographie historique » de l'« historiographie philosophique », la seconde ayant pour but principal l’actualisation des idées des penseurs antérieurs10. La question cruciale ici est l’évaluation des entreprises anciennes dans leurs propres termes. Evidemment, personne ne veut affirmer qu’il s’agit ici de l’historiographie scientifique dans le sens moderne – impartiale, chronologiquement précise, se fondant sur des sources et documents historiques, transparente dans sa méthode, exhaustive, explicative, etc. En réalité, il s’agit souvent dans les textes doxographiques de l’utilisation des matériaux historiques à des fins plutôt non-historiques. D’autre part, il serait exagéré de nier aux auteurs doxographiques toute intention historiographique ou toute conscience historique. Comme l’a montré L. Zhmud, on peut percevoir des motivations historiques même dans les aperçus doxographiques d’Aristote – séquence chronologique, référence au prôtos heuretês, principe de « succession », influence du maître à l’élève, etc. On peut ajouter que, en effet, notre notion de « développement » historique est une conséquence directe de la pensée téleologique du Stagirite, le « déploiement » du potentiel. De plus, comme nous l’avons démontré dans notre étude sur les méthodes doxographiques de Caelius Aurelianus, on trouve chez un auteur comme Caelius un savoir chronologique profond et une conscience historique assez précise (indiquée en Latin par le mot historia) combinés avec une utilisation « systématique », « rhétorique », « polémique » ou bien « dialectique » des opinions des anciens médecins11. En effet, les méthodes utilisées dans le discours doxographique (négligence intentionnelle de la chronologie, présentation théâtrale des opinions opposées, etc.) ne sont pas si différentes de celles qu’on trouve dans les textes des historiens de l’Antiquité. Dans la doxographie, comme dans l’historiographie générale, l’utilisation du passé intellectuel peut être motivée par une grande variété d’intentions : « self-definition » pour légitimer sa discipline, sa méthode ou ses doctrines, critique des idées des autres, exhibition de son savoir et de son érudition, présentation « idéologique » d’un certain point de vue sur la tradition dans laquelle on veut se positionner soi-même ou par rapport à laquelle on veut prendre distance, ou simplement un intérêt d’antiquaire12. Et même si la conception de l’histoire et de la tâche de l’historien dans l’Antiquité, et la pratique historiographique correspondante, semblent être fort différentes de celles que nous adoptons aujourd’hui, il faut se rendre compte que l’historiographie intellectuelle elle-même a eu une longue histoire avec la réflexion théorique, offrant une grande variété de modalités et une grande diversité d’opinions sur les principes et les méthodes13.

  • 14 Pour une étude des opinions attribuées aux médecins dans Aetius voir D.T. Runia, “The Placita ascr (...)

10Un autre aspect controversé est la distinction entre doxographie de la philosophie et doxographie des sciences ; c’est une distinction que nous avons l’habitude de faire, mais qui ne fonctionnait pas de la même manière dans l’Antiquité – et dans l’Antiquité elle-même, elle était sujette à développements et changements. À l’époque classique, chez Platon et Aristote, on trouve encore une hiérarchie des epistêmai ; ainsi chez Aristote, la prôtêphilosophia, la métaphysique, est supérieure à laphusikêphilosophia, la science de la nature, mais la différence n’est pas formulée dans une distinction entre philosophie et science : chez Aristote, il s’agit plutôt d’une distinction entre sciences théoriques, sciences pratiques et sciences productives. Mais dans la tradition postérieure on trouve une différenciation et une spécialisation des sciences « professionnelles » : optique, mécanique, harmonique, géométrie, arithmétique, astronomie, médecine, etc. Comment cette distinction, cette spécialisation, s’est-elle reflétée dans l’historiographie et la doxographie ? On peut de fait observer dans la doxographie médicale des développements assez semblables à la doxographie de la philosophie naturelle. On trouve également que le rapport d’influence mutuelle entre science de la nature et science médicale, cette « Selbstverstandnis » des sciences anciennes elles-mêmes, s’est reflété à la fois dans la doxographie d’Aetius, qui mentionne des médecins comme autorités sur des questions physiques14, et d’Aristote (ou Ménon), cité par l’Anonyme de Londres, qui cite les opinions de « philosophes » comme Platon et Philolaos concernant les causes des maladies.

  • 15 Zhmud, Origin oj the History of Science, p. 3 et 11 : “For most physicians of the late 18th centur (...)

11Pour les mathématiques et les autres sciences, les choses sont moins claires. En effet, Leonid Zhmud a fait une autre distinction, entre philosophie/médecine d’une part et sciences exactes d’autre part15. Zhmud a raison de se demander pourquoi, dans les autres sciences exactes (astronomie, etc.), on ne trouve pas une tradition doxographique semblable à celle de la physique et de la médecine. On est tenté de chercher la réponse à cette question dans la nature du sujet, les sciences « exactes » étant plus précises et donnant moins matière à des débats insolubles, aux diaphoniai. Mais à notre avis, une telle distinction entre philosophie, médecine et science exacte est anhistorique et positiviste, et elle ne correspond pas à la conscience des Anciens eux-mêmes. En effet, le même Eudème qui écrit sur l’histoire de la géométrie, de l’arithmétique et de l’astronomie, écrit aussi une histoire de la théologie – science la plus exacte dans son propre système, mais d’un ordre radicalement différent des autres sciences pour la compréhension moderne. De plus, cette distinction nie le fait que, même dans la doxographie de la philosophie naturelle d’Aetius/Pseudo-Plutarque, on trouve des questions « scientifiques » (astronomiques, biologiques, etc.), et on trouve des « spécialistes » (« les mathématiciens », « les géographes », « les médecins », etc.) cités parmi les « philosophes ». Evidemment, Aetius/Pseudo-Plutarque s’est intéressé aux questions plus générales – questions que nous regardons comme questions « philosophiques » – mais parfois aussi aux questions plus spécifiques – questions que nous préférons regarder comme « scientifiques » (astronomie, embryologie, etc.). Mais cette distinction est très difficile à faire, et les opinions des « spécialistes » sont citées pour les deux catégories. Se pose ici la question du degré de généralité et de spécialisation chez Aetius/Pseudo-Plutarque. On a besoin de recherches plus détaillées sur le choix des thèmes, le choix des autorités, le rapport entre « philosophie naturelle » et sciences spécifiques tel qu’il était conçu par les doxographes (ou leurs sources) eux-mêmes, et le rôle des « spécialistes » parmi les philosophes.

  • 16 Voir P.J. Van Der Eijk, « Quelques remarques sur la méthode doxographique de Caelius Aurélien », i (...)

12Voilà, donc, une tâche pour l’avenir des études doxographiques. Nous avons de même besoin d’études approfondies sur la doxographie et l’historiographie médicales : ici, il y a encore beaucoup à faire. En particulier, on s’est intéressé à la question de savoir s’il existait une « tradition » doxographique médicale comparable à la tradition doxographique de la philosophie naturelle. Nous pensons avoir trouvé des traces d’une telle tradition, par exemple dans des passages de l’Anonyme de Paris et dans Caelius Aurelianus sur la question des lieux affectés16. Mais ce qui manque pour donner à cette question une réponse plus affirmative sont des études des fragments de la médecine hellénistique et impériale.

  • 17 On observe que même J. Mansfeld, dans son “Doxography of ancient philosophy”, Stanford Encyclopaed (...)
  • 18 Voir C. Petit, Edition critique, traduction et commentaire de l’Introductio sive medicus du Pseudo (...)

13De plus, nous pensons que la discussion assez stérile sur l'utilisation rigide ou plutôt libre du mot « doxographie17 », et la discussion plus importante sur les origines, les méthodes et les intentions des écrits doxographiques seront enrichies par une considération des matériaux médicaux. Dans la collection Ancient Histories of Medicine, nous avons essayé de faire la première étude systématique sur la doxographie médicale et sur d’autres formes d’engagement par rapport au passé scientifique médical ; mais cela n’était qu’une première étape, et des études portant sur d’autres textes négligés, comme l'Introductio de Pseudo-Galien18 ou d’autres textes galéniques comme le De sectis, sur les fragments de l’école pneumatique (surtout Athénée et Archigène) ou le livre XXIX de Pline, et les fragments préservés sur papyrus seraient nécessaires.

  • 19 Je tiens à remercier Caroline Petit pour la correction de mon texte français.

14Surtout, on doit apprécier la variété et le pluralisme des textes dits « doxographiques » : une pluralité de méthodes, une pluralité des modalités d’application et une pluralité des buts. Ce que nous proposons donc est une approche qui soit libérée des altercations sectaires impitoyables et qui rende justice à la diversité, l’intérêt et la richesse des matières textuelles19.

Notes

1 Pour un aperçu éclairant de l'histoire des études doxographiques et des précisions terminologiques voir D.T. Runia, “What is doxography ?" in P.J. van der Eijk (ed.) Ancient Histories of Medicine : Essays in Medical Doxography and Historiography in Classical Antiquity, Leiden, Brill, 1999, p. 33-55. Voir aussi P.J. van der Eijk, « La storiografia delle scienze e la tradizione dossografica », Scienza Antica (.Enciclopedia Italiana, Storia della Scienza, vol, 1), Rome, Istituto dell’Enciclopedia Italiana, 2001, p. 591-601, et P.J. van der Eijk, « Doxography », in A. Grafton, G. Most, S. Settis (eds.), The Classical Tradition, 2008. On trouve une définition ancienne de la notion d’areskonta chez Pseudo-Soranos, Quaestiones médicinales 46 (p. 253 Rose) : « quid est ares contai aresconta autem dicuntur ea quae autper definitionem aut per descriptionem placere videntur ; ea scilicet quae in singulis accommodatiora sunt et quibus plerique consentiunt. his autem utuntur empirici et methodici. et plus definitionibus quidem utuntur dogmatici, descriptionibus veto empirici, methodici autem diversis modis nunc definitionibus modo etiam descriptionibus, in quibus volunt ostendere vel exprimere quae subiacent. deinde analogismo utuntur dogtnatici. »

2 Pour ces trois derniers textes voir les contributions de Manetti, van der Eijk et Debru in RJ. van der Eijk (ed.), Ancient Histories of Medicine, chs. 4, 8 et 13.

3 Voir G. Most (cd.), Collecting FragmentsFragmente sammeln, Gottingen, Vandenhoeck & Rupprecht, 1997.

4 Voir P.O. Long, Openness, Secrecy, Authorship. Fechnical Arts and the Culture of Knowledge from Antiquity to the Renaissance, Baltimore and London, Johns Hopkins University Press, 2001 ; W. Kullmann, J. Althoff (eds.), Vermittlung und Tradierung von Wissen in dergriechischen Kultur, Tubingen, Narr, 1993 ; W. Kullmann, J. Althoff, M. Asper (eds.), Gattungen wissenschaftlicher Literatur in der Antike, Tübingen, Narr, 1997.

5 Voir surtout J. Mansfeld, “Doxography and dialectic : the Sitz im Leben of the ‘Placita’”, Aufstieg undNiedergang der römischen Well II 36.2, 1990, p. 3056-3229 ; « Physikai doxai e Problemata physica da Aristotele ad Aezio (ed oltre) », in A.M. Battegazzore (ed.), Dimostrazione, argomentazione dialettica e argomentazione retorica nelpensiero antico, Genoa, 1993, p. 311-382 ; “Doxographical studies, Quellenforschung, tabular presentation and other varieties of comparativism”, in W. Burkert, L. Gemelli Marciano, E. Matelli, L, Orelli (eds.), Fragmentsammlungen philosophischer Texte der Antike – Le raccolte dei frammenti di filosofi antichi, Gottingen, Vandenhoeck & Rupprecht, 1998, p. 16-40. J. Mansfeld, D.T. Runia., Aëtiana : The Method and Intellectual Context of a Doxographer, I : The Sources, Leiden, Brill, 1997 ; D.T. Runia, “Xenophanes on the Moon : a Doxographicum in Aëtius”, Phronesis 34, 1989, p. 245-269 ; “Xenophanes or Theophrastus ? An Aetian doxographicum on the sun”, in W.W. Fortenbaugh, and D. Gutas (eds.), Theophrastus. His Psychological, Doxographical and Scientific Writings, New Brunswick and London, 1992, p. 112-140 ; “Atheists in Aëtius : Text, translation and comments on De placitis 1.7.1-10”, Mnemosyne 49, 1996, p. 542-576 ; K.A. Algra, “Chrysippus, Carneades, Cicero. The ethical divisiones in Ciceros Lucullus", in B. Inwood, J. Mansfeld,]. (eds.), Assent & Argument. Studies in Cicero’s Academic Books, Leiden, Brill, 1997, p. 107-139 ; H. Baltussen, Theophrastus Against the Presocratics and Plato. Peripatetic Dialectic in the De sensibus, Leiden, Brill, 2000 ; T.L. Tieleman, “Diogenes of Babylon and Stoic embryology : Ps.Plutarch, Plac. V 15.4 reconsidered”, Mnemosyne 44, 1919, p. 106-125.

6 Voir les contributions de Mejer, Zhmud et Bowen dans I. Bodnar, W.W. Fortenbaugh (eds.) Eudemus of Rhodes, New Brunswick et Londres, Transaction Publishers, 2002, et L. Ziimud, The Origin of the History of Science in Classical Antiquity., Berlin, De Gruyter, 2006.

7 Voir l'étude de J. Mansfeld et D.T. Runia, Aëtiana : The Method and Intellectual Context of a Doxographer, I : The Sources, Leiden, Brill, 1997, offrant une révision de la théorie « stemmatique » de Diels ; voir aussi les observations critiques de Frede dans son compte-rendu « Aëtiana », Phronesis 44, 1999, p. 135-149. Pour des études plus détaillées concernant l’utilisation des traditions doxographiques par les auteurs de l’époque impériale voir la collection de A. Brancacci, (ed.), Philosophy and Doxography in the Imperial Age, Florence, Olschki Editore, 2005. Une référence possible à une telle tradition doxographique qui semble être mal connue se trouve dans Prudence, Contre Symmaque II, 203 : nil uos, o miseri, physicorum dogmata fallant.

8 Voir l’étude encore fondamentale de W, von Kienle, Die Berichte über die Sukzessionen der Philosophen in der hellenistischen undspätantiken Literatur, Berlin, 1961.

9 Voir p. ex. la discussion acerbe entre L. Zhmud, “Revising doxography ; Hermann Diels and his critics”, Philologus 145, 2001, p. 219-243 et J. Mansfeld, “Deconstructing doxography”, Philologus 146, 2002, p. 277-286. Voir aussi L. Zhmud, The Origin of the History of Science in Classical Antiquity·, Berlin, De Gruyter, 2006.

10 M. Frede, « Doxographie, historiographie philosophique et historiographie historique de la philosophie », in A. Laks (ed.), Doxographie antique (Revue de Métaphysique et de Morale 97, No. 3), 1992, p. 312—314 ; « Le doxographe s’intéresse surtout aux opinions du passé qui ont encore conservé leur attrait philosophique, qui pourraient être récupérées au profit de débats actuels. Il traite les philosophes du passé comme des collègues immédiats, et fait comme si l’on allait engager la discussion avec eux... le doxographe, pour accomplir sa tâche spécifique, est obligé de traduire des opinions du passé dans le langage technique de la philosophie contemporaine, de les adapter aux structures conceptuelles de la pensée actuelle... Le doxographe tentera de faire voir, le plus clairement qu’il peut, la “véritable” intention du philosophe comme nous la comprenons après coup, à la lumière des connaissances qui sont les nôtres. Quelquefois même, il sera prêt à attribuer au philosophe une intention dont il sait pertinemment quelle ne pouvait être la sienne dans le contexte historique qui était le sien... Par conséquent, si nous voulons rendre justice aux doxographes anciens, nous dirons que leur attitude apparemment anhistorique et anachronique est en grande partie due au fait qu’ils sont des doxographes et que toute doxographie comporte un degré légitime de déformation et d’anachronisme. » On est frappé, dans cette caractérisation, par les généralisations (« le doxographe... la doxographie »). Voir aussi W.D. Smith, « Notes on ancient medical historiography », Bulletin of the History of Medicine 63, 1989, p. 77, concernant la question de savoir si la Préface de Celse constitue une pièce d’« historiographie » : “His [Celsus] balanced rendition of arguments is not an attempt at history in the sense of entering sympathetically into the period in which the disputation occurred in order to relate the disputants and their dispute to the medical situation they faced. Certainly he has no interest in searching out ideas or experiments that failed and hence were meaningless to his own medicine. His history is, rather, an outline of only those demerits of the past which were issues ofdebate in his own time, on which respectable practitioners had to take sides. Thus, the history is wholly anachronistic. The drama oj rhetorical debate replaces the account of what happened.

11 Voir P.J. Van Der Eijk, Ancient Histories of Medicine, ch. 12. Voir p. ex. Caelius Aurelianus, Tardae passiones 3.4.56-67 : Apud ueteres autem medicosplur<im>a atque dissonans et turbulenta curationis ordinatio inuenitur. [...] Alii [...] alii/...] plerique [...] quidam [...] Hoc est peccantium indicium ; sed eorum causa, qui rerum magis historias amant, cetera quoque a quibusdam probata breui atque concinna oratione subiciam. Diocles [..] Praxagoras [...] Erasistratus [...] Asclepiadis sectatores [...] Themison [...] Thessalus... et Tardae passiones 5.2.50 :plurimi autem aliarum sectarum principes atque nostrae ueteres nihil ueri curantes [...] Singulatim denique nobilium medicorum historiam ordinamus. Herodicus [...] Hippocrates [...] Diocles [.] Praxagoras [...] Erasistratus [...] Philistionis frater [...] Asclepiades [..] Socrates chirurgus [...] Themison [...] Thessalus...

12 Voir nos observations dans Ancient Histories of Medicine, p. 22-28. Pour l’historiographie générale dans l’Antiquité voir J. Marincola, Authority and Tradition in Ancient Historiography, Cambridge, 1997 ; C.W. Fornara, The Nature of History in Ancient Greece and Rome, Berkeley, Los Angeles and London, 1983 ; A. Momigliano, The Classical Foundations of Modern Historiography, Berkeley, Los Angeles and Oxford, 1990 ; R. Nicolai, La storiografia nell' educazione antica, Pisa 1992 ; G.E. Sterling, Historiography and Self Definition. Josephos, Luke-Acts and Apologetic Historiography, Leiden, Brill, 1992.

13 Pour un aperçu de cette histoire voir D.R. Kelley, The Descent of Ideas. The History of intellectual History, Aldershot : Ashgate, 2002. On trouve un exemple d’une position assez radicale dans R, Rorty, J.B. Schneewind, Q. Skinner, (eds.), Philosophy in History. Essays in the Historiography of Philosophy, Cambridge, Cambridge University Press, 1984, Preface : “We think that an ideal Intellectual History of Europe should let, e.g, Paracelsus get in touch with Archimedes on the one hand and Boyle on the other. It should put Cicero, Marsilius of Padua, and Bentham in a position to engage in debate. To give up on such hopes, to believe that overlap will fail at crucial points and that ‘incommensurability in some sense strong enough to frustrate conversation will occur, is to give up the idea of intellectual progress. ” La doxographie ancienne comme modèle pour l'historiographie intellectuelle moderne ? Evidemment, le dernier mot sur cette question n’a pas été dit.

14 Pour une étude des opinions attribuées aux médecins dans Aetius voir D.T. Runia, “The Placita ascribed to doctors in Aëtius’doxography on physics”, in P.J. van der Eijk (ed.), Ancient Histories of Medicine, Leiden, Brill, 1999, p. 189-250.

15 Zhmud, Origin oj the History of Science, p. 3 et 11 : “For most physicians of the late 18th century, Hippocrates and Galen remained topical, just as the problems posed by Plato, Aristotle and Descartes remain topical for the greater part of modern Western philosophy. But the problems that occupied Archimedes, Ptolemy, or Copernicus are very far from those of modern science. [...] In Antiquity, the history of philosophy and the history of medicine were parts of philosophy and medicine respectively. The problems posed by Plato and Hippocrates continued to preoccupy philosophers andphysicians until Greek philosophy and medicine ceased to exist – hence the large number of writings on these subjects, some of which are still extant. The works directly related to the genre of the history of science were obviously much fewer in number, and very few of them survive in fragments.

16 Voir P.J. Van Der Eijk, « Quelques remarques sur la méthode doxographique de Caelius Aurélien », in C. Deroux (ed.), Maladie et maladies dans les textes latins antiques et médiévaux-, Bruxelles, Collection « Latomus », 1998, p. 342-353.

17 On observe que même J. Mansfeld, dans son “Doxography of ancient philosophy”, Stanford Encyclopaedia of Philosophy, 2004 (http://plato.stanford.edu/entries/doxography-ancient/index.html), a abandonné sa position puriste et a permis une utilisation du mot doxographique dans le sens « strict » et dans le sens « large », la majorité des textes qu'il cite faisant partie de la dernière catégorie.

18 Voir C. Petit, Edition critique, traduction et commentaire de l’Introductio sive medicus du PseudoGalien, Paris (Thèse de Doctorat Paris IV), 2004, p. I-IV ; M. Asper, « Zur Struktur und Funktion eisagogischer Texte », in W. Kullmann, J. Althoff, M. Asper (eds.), Gattungen wissenschaftlicher Literatur in der Antike, Tübingen, Narr, 1997, p. 309-340.

19 Je tiens à remercier Caroline Petit pour la correction de mon texte français.

Auteur

Newcastle University

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540