Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmettre les savoirs dans les mondes hellénistique et romain

 | 
Frédéric Le Blay

Première partie. Organisation des savoirs et constitution des doctrines

Les Antiquités romaines, un laboratoire d’histoire

Stavroula Kefallonitis

Texte intégral

« [...] παλαιòς μὲη οὕν οὔτε συγγραφεὺς οὔτε λογογράφος ἐστὶ Ῥωμαίων οὐδε εῖς, ἐκ παλαιὣν μέντοι λόγων ἐν ἰεραἵς δέλτοις σῳζομέηων ἕκαστóς τι παραλαβὼν άνέγράψεν[…]. »

  • 1 Éd. et trad. de V. Fromentin, Paris, Les Belles Lettres, Collection des universités de France, 199 (...)

« Quoique les Romains n’aient pas un seul historien ou logographe ancien, c’est cependant en tirant chacun quelque chose des antiques récits conservés sur des tablettes sacrées qu’ils ont composé leurs écrits. »
Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines, I, 73, 11.

1Dans la première moitié du Ier siècle avant J.-C., quelques décennies avant la rédaction des Antiquités romaines, un grand nombre des genres connus en Grèce s’étaient déjà imposés à Rome, aussi bien en ce qui concernait la poésie (épopée, tragédie, comédie, poésie lyrique, élégie, épigramme) que pour ce qui était de la prose (discours, dialogues, lettres, traités philosophiques, politiques ou rhétoriques), mais la République ne connaissait pas encore les grands auteurs qui allaient permettre à son historiographie d’acquérir un statut d’écriture littéraire à part entière. Cette expectative et cette impression de retard par rapport à la littérature hellénophone ne sont pas des reconstructions anachroniques : elles apparurent chez les contemporains de cette période et notamment chez Cicéron, qui partageait avec ses amis la conscience d’une lacune dans la littérature romaine. Aussi exprima-til ce consensus en mettant en scène Atticus s’adressant à lui pour affirmer sans détour :

  • 2 Traité des lois, I, II-5. Ed. et trad. de G, de Plinval, Paris, Les Belles Lettres, Collection des (...)

« Abest enim historia litteris nostris, ut et ipse intellego et ex te persaepe audio2. »
« L’histoire en effet n’existe pas dans notre littérature, comme moi-même je m’en rends compte et comme je te l’entends dire si souvent. »

  • 3 De l’orateur, II, XII-51-52 : « Age uero, inquit Antonins, qaalis oratoris et quanti hominis in di (...)

2S’interrogeant sur cette absence, Cicéron distinguait, d’une part, l’écriture annalistique pratiquée par les Romains et, d’autre part, l’histoire comme genre littéraire, telle que la composaient les Grecs. Or ses œuvres mettaient en avant l’idée que cette opposition ne correspondait pas à une différence entre les deux peuples, mais à la chronologie de leur évolution littéraire : si Rome ne connaissait encore qu’une historiographie informative, il était dans l’ordre des choses que, comme la Grèce, elle évoluât vers une pratique littéraire de ce genre3. Les interrogations de Cicéron sur l’histoire correspondaient à une aspiration personnelle et sans doute aussi à une demande de son entourage : serait-il celui qui donnerait enfin à sa patrie une histoire digne de ce nom ? Aussi faisait-il dire à Antoine :

  • 4 De l’orateur, II, xv-62.

« [...] uidetisne quantum mutins sit oratoris historia4 ? »
« [...] Ne voyez-vous pas quelle belle tâche c’est pour l’orateur que d’écrire l’histoire ? »

3Mais c’est à Atticus qu’il attribuait l’exhortation la plus directe et la plus vive :

  • 5 Traité des lois, I, II-5.

« Postulatin'a te iam diu uelflagitatur potius historia. Sic enim putant, te illam tractante efficiposse, ut in hoc etiamgenere Graeciae nihil cedamus5. »

« Il y a longtemps que l’on demande, ou plutôt que l’on réclame de toi une œuvre d’histoire. Car on estime que, si tu te mets à ce genre de travail, nous pourrons arriver même en ce domaine à ne plus du tout nous y trouver inférieurs à la Grèce. »

  • 6 Traité des lois, I, III-8 : « Intellego equidem a me istum laborem iam diu postulari, Attice. Quer (...)

4Mais, bien que désireux d’offrir à sa patrie une œuvre historique, Cicéron affrontait un obstacle de taille, le manque de temps. De fait, l’écriture de l’histoire était définie dans son œuvre comme une activité dévoreuse de temps et dont la réalisation réclamait à l’orateur le sacrifice de ses activités politiques et judiciaires. Aussi la réponse de Cicéron à Atticus soulignait-elle amèrement combien l'otium était nécessaire à l’historien6.

  • 7 A. D. Leeman, « Le genre et le style historique à Rome : théorie et pratique », dans Revue des étu (...)

5Ainsi, au milieu du Ier siècle avant J.-C., malgré une historiographie abondante depuis le IIe siècle et l’élaboration par Cicéron d’une « théorie du genre7 » à défaut d’une véritable œuvre historique, l’histoire n’avait pas acquis à Rome le statut de genre littéraire, encore moins celui de discipline, ce qu’elle n’avait jamais réellement été en Grèce non plus, puisque – contrairement à la philosophie ou à la médecine – la pratique historique n’y connaissait ni sectes, ni écoles, ni institutions.

  • 8 Sur le primat accordé à l’éloquence judiciaire et politique par les Romains au détriment de l’hist (...)

6Or c’est seulement quelques années plus tard, au lendemain de la bataille d’Actium, que le Grec Denys d’Halicarnasse émigra volontairement à Rome et y fit le choix de l’histoire en mettant à exécution son projet d’écrire un récit des origines de Rome. Dès lors, parallèlement à des activités de professeur de rhétorique, Denys mena son travail historiographique durant plus de deux décennies, la publication du premier des vingt livres des Antiquités romaines intervenant en 8 avant J.-C. En privilégiant ses travaux de recherche et en se tenant à l’écart de la vie publique, l'historien grec de Rome organisa son temps de travail d’une manière totalement opposée à celle qui, selon Cicéron et Salluste8, empêchait l’orateur romain de s’adonner à la composition d’une histoire.

  • 9 Ant. rom., I, 6, 5.

7Si le parcours et les choix de Denys firent coïncider la réalisation de son œuvre historique avec un moment décisif de l’épanouissement de l’historiographie romaine, son entreprise se situait en outre au carrefour des traditions de l’antiquité méditerranéenne. De fait, il s’agissait d’un Grec qui s’était installé à Rome pour y recevoir une nouvelle paidéia, selon ses propres termes dans le prologue des Antiquités romaines9. De plus, pour étudier la période la plus ancienne de l’histoire romaine, il consultait des sources à la fois latines, étrusques et grecques. Enfin, en tant que rhéteur, il étudia longuement à la fois la rhétorique, la philosophie et l’écriture de l’histoire. Ainsi, héritier de la tradition grecque classique et hellénistique en même temps que témoin de la floraison tardive de l’historiographie romaine, Denys mit en œuvre un savoir et une expérience singuliers en écrivant son histoire hellénophone des origines de Rome. Cette situation et ce projet particuliers conférèrent à son œuvre une dimension expérimentale originale au sein de l’évolution du genre.

  • 10 Paris, Editions de l’Ecole des hautes Etudes en Sciences sociales, 2005.
  • 11 Ce chapitre est intitulé « Voir depuis Rome. Denys d’Halicarnasse et les origines grecques de Rome (...)

8Une des caractéristiques les plus évidentes des Antiquités romaines est l’affirmation explicite et permanente de la thèse surprenante que les Romains sont des Grecs. Dans Evidence de l’histoire. Ce que voient les historiens10, François Hartog écrit, au tout début du chapitre qu’il consacre à Denys11 :

« Qui sont les Romains ? d’authentiques Grecs et Rome, depuis le premier jour, est une cité grecque ? Quand Rome n’était pas encore dans Rome, elle était déjà grecque. Telle est la simple et singulière thèse posée, répétée, démontrée à grands renforts de généalogie et d’étymologie, de citations et de témoignages par Denys d’Halicarnasse dans son livre le plus fameux. Telle est aussi la raison d’être de cette longue enquête menée par un homme de lettres du Ier siècle av. J.-C., qui a fait le voyage depuis Halicarnasse jusqu’à Rome en vue de s’y installer. »

9François Hartog souligne que cette thèse est démontrée avec une masse de témoignages particulièrement importante et diverse. Or cette documentation abondante concerne un sujet particulier, l’histoire ancienne de Rome.

  • 12 Ant. rom., I, 4, 1 : « Ὃτι ούκ ἄνευ λογισμοῦ καὶ προυοίας ἔμφρουος έπὶ τὰ παλαὶ τῶν ίστορουμένων π (...)

10De fait, l’histoire de la naissance de Rome va de pair avec la thèse de Denys, puisqu’il s’agit des origines de Rome. Or, comme Denys le souligne longuement dans le prologue des Antiquités romaines, ce sujet est méconnu : la recherche des sources anciennes est donc déterminante. Ainsi, en s’y attaquant, il définit les contours d’une forme particulière d’histoire, à savoir le récit d'un passé antérieur. Cette option est loin d’aller de soi, comme le montre le soin que met Denys à justifier le choix des limites chronologiques de son sujet dans le prologue des Antiquités romaines12.

  • 13 A. Delcourt, Lecture des « Antiquités Romaines » de Denys d’Halicarnasse. Un historien entre deux (...)
  • 14 Sur cette pratique et la conception grecque d’une continuité de la matière historique, voir C. Dar (...)
  • 15 Helléniques, VII, 5, 27 : « Ἐμοὶ μὲν δή μέχρι τούτου γραφέσθω τὰ δὲ μετὰ ταῦτα ἵσως ἄλλῳ μελήσει.  (...)
  • 16 En 56, Cicéron s’adresse à Lucius Lucceius, dont il sollicite une biographie de lui-même qui ne so (...)

11De fait, Denys distingue alors son travail de deux manières. Premièrement, il place le début de son récit bien avant celui de Tite-Live ou de Virgile, puisqu’il rapporte quatre premières vagues de migrations grecques avant celle d’Énée et de ses compagnons, contrairement à ses contemporains pour qui tout semble commencer avec le Troyen. Deuxièmement, il ne continue pas son récit jusqu’à son époque, mais s’arrête là où Polybe a commencé, à savoir au début des guerres puniques. Ainsi, dans l’idée d’une communauté d’écriture des auteurs d’histoires, les Antiquités romaines prennent place à rebours13 de l’ordre de succession habituel des récits historiques grecs, venant généralement les uns après les autres14 en une suite d’histoires contemporaines, comme lorsque Xénophon vient après Thucydide avec les Helléniques et appelle lui-même son propre successeur à la fin de son ouvrage15. Ce goût grec pour les transitions historiographiques présuppose que la matière historique elle-même s’organise en un enchaînement perpétuel d’événements, idée que l’on retrouve du côté romain, dans la correspondance de Cicéron, avec l’expression perpétua rerum gestarum historia16.

12Aussi l’innovation de Denys consiste-t-elle à définir une « histoire des origines » – ce qui correspond bien au sens, chez Denys, du mot ἀρχαιολογία – comme genre historique à part entière, alors que, depuis Thucydide, il est majoritairement admis que, pour être « vraie », l’histoire ne peut être que contemporaine, selon le fameux principe de l'αὐτοψία. Les récits des époques anciennes sont sujets à caution et la connaissance des époques reculées est généralement rapportée sous forme de récits mythologiques, de généalogies, de récits de fondations ou de monographies. S’imposant comme antiquisant et non comme antiquaire, Denys fait donc le choix décisif de l'ἀρχαιολογία et de l’histoire ancienne. Pour ce faire, il associe de manière singulière obsession idéologique et rigueur historique.

13Parmi d'autres, un passage du livre VII est particulièrement révélateur à ce sujet. Il s’agit de la biographie du tyran de Cumes Aristodème Malakos, qui s’étend sur neuf chapitres, sans qu’il y soit question de Rome. A priori, ce récit n’a rien à voir avec la thèse qui préoccupe Denys. Alors, pourquoi lui avoir consacré tant d’importance ? En tant que document historique ? Et il s’agit en effet d’un témoignage de premier ordre. Mais, dans ce cas, pourquoi avoir bouleversé le rythme chronologique en plaçant au beau milieu du récit des événements de la Rome de 492 cette séquence sur la carrière du tyran de Cumes, depuis ses exploits à la bataille de Cumes en 524, jusqu’à sa fin dans les années 480 ?

14Le livre VII se trouve consacré à trois années des débuts de la République :

  1. c. 1-19/493-49217 ·, consulat de Titus Geganius Macerinus et de Publius Minucius18 : pénurie de blé et frumentatio (conséquences de la première sécession de la plèbe) ; c. 3-11/de 524 aux années 480, histoire du tyran de Cumes Aristodème Malakos [récit en décalage chronologique et géographique].
  2. c. 20-67/492-491, consulat de Marcus Minucius Augurinus et d’Aulus Sempronius Atratinus19, assignation en justice de Coriolan finalement condamné à un exil perpétuel, procès qui constitue l’épisode central du livre VII et occupe les 2/3 de l’ouvrage ;
  3. c. 68-73/491-490, consulat de Quintus Sulpicius Camerinus et de Sergius Larcius Flavius20 : instauratio des Ludi Magni, description de la pompa circensis.

15Ce simple descriptif suffit à montrer combien l’histoire du tyran semble, de prime abord, peu à sa place dans le livre VII.

16Plus précisément, l’histoire d’Aristodème est introduite à propos de l’ambassade envoyée par Rome à Cumes pour y acheter du blé, durant la frumentatio de 492. De fait, cette année est marquée par une grande pénurie de blé qui frappe Rome à la suite de la sécession de la plèbe et de l’abandon des terres, ce qui pousse les consuls à décider de l’envoi d’ambassades en quête de blé à travers la péninsule. Parmi les destinations : Cumes. Mais les émissaires de Rome députés dans cette cité y sont retenus en otage à la demande des partisans deTarquin qui revendiquent les biens de la royauté étrusque auprès du tyran Aristodème Malakos (c. 2, 4-5).

17Les chapitres 3 à 11 sont consacrés à l’histoire d’Aristodème. Denys remonte aux événements de 524-523, lorsqu’Aristodème remporta une brillante victoire contre les Tyrrhènes qui assiégeaient Cumes et devint ainsi le champion du peuple (c. 3-4). Dix-neuf ans plus tard, soit en 505-504, les oligarques envoient Aristodème au secours des Anciens assiégés par les Tyrrhènes en espérant sa perte (c. 5). Mais, contre toute attente, Aristodème l’emporte et, à son retour, renverse le pouvoir en place, installe sa tyrannie et fait mettre à mort les oligarques (c. 6-8). Il impose aux descendants de ses ennemis assassinés de vivre en esclaves dans les champs et réduit la jeunesse citadine à la mollesse par une éducation efféminée (c. 9). Quelques années plus tard, les fils des oligarques et les exilés de Cumes se rebellent contre la tyrannie, renversent Aristodème et remettent en place l’oligarchie (c. 10-11). Une fois ces faits rappelés, Denys revient au récit de l’ambassade romaine à Cumes : les ambassadeurs, profitant d’une libération sous caution, rentrent clandestinement à Rome, sains et saufs, mais bredouilles (c. 12, 1-2).

18L’étude des sources historiographiques utilisées par Denys et des choix opérés dans leur présentation au sein du livre VII s’avère révélatrice d’une méthode originale. Les sources littéraires parvenues jusqu’à nous sont :

  • sur Aristodème : Ant. rom., VII, 2, 3 à 12,2 ; Tite-Live, II, 34, 4 ; Diodore de Sicile, VII, 10 ; Plutarque, De mulierum uirtutibus- Γυναικῶν άρεταί, 261D-262D (« Xénocritè ») ; Lexique de la Souda, s. u. Άριστόδημος.
  • sur la bataille d’Aricie : Ant. rom., V, 36, 1-4 et VII, 5 à 6, 2 ; Tite-Live, II, 14, 5-9.

19La comparaison du texte de Denys avec ceux de Tite-Live et de Plutarque permet de cerner l’origine des sources utilisées et de déterminer que le récit du livre VII s’appuie sur deux traditions. La première est commune avec Tite-Live, qui n’évoque cependant Aristodème qu’à propos de l’ambassade de 492 et qui, s’il relate la bataille d’Aricie, ne mentionne pas l’action héroïque d’Aristodème mais seulement le rôle des secours cumains dans la victoire remportée sur le prince étrusque Arruns, fils de Porsenna, autant d’éléments qui apparaissent aussi dans les Antiquités romaines et sous une forme beaucoup plus développée. D’un autre côté, les principales informations concernant directement Aristodème et l’histoire de Cumes sont également présentes chez Plutarque. Aussi Denys est-il le seul à proposer d’une part le récit de la bataille d’Aricie et de l’ambassade romaine de 492, en commun avec Tite-Live, et d’autre part, la biographie d’Aristodème, présente aussi chez Plutarque.

  • 21 Ant. rom., V, 36, 3-4.
  • 22 II, 14, 8-9.

20Une comparaison entre le texte de Denys et celui de Tite-Live révèle l’utilisation évidente d’une source commune. La cohérence entre le récit du livre V des Antiquités romaines et celui de Tite-Live apparaît notamment à travers une comparaison des deux récits de la bataille d’Aricie. Les deux auteurs décrivent de façon similaire les Cumains portant secours à Aricie aux côtés de peuples latins et l’emportant sur les troupes tyrrhènes. L’indice le plus flagrant de cette proximité de Tite-Live et de Denys est l’insertion dans les deux textes d’une explication de l’expression uicus Tuscus. Sans intérêt majeur dans l’économie dramatique, cette remarque apparaît chez Denys21 comme chez Tite-Live22 à l’issue du récit de la bataille d’Aricie.

  • 23 Tite-Live, II, 21,5 ; Ant. rom., VI, 21, 3. Voir A. Mele, « Aristodemo, Cuma e il Lazio », dans Et (...)
  • 24 Sur le thème des biens des Tarquins au début de la République, voir A. Mastrocinque, Romolo, la fo (...)

21Mais la tradition utilisée par Denys pour composer son récit cumain du début du livre VII diverge fondamentalement de celle de Tite-Live, chez qui Aristodème commence par vendre du blé aux ambassadeurs pour ensuite le leur voler, au nom de son droit d’héritier de Tarquin, ce dernier étant mort à Cumes en 49523. La version de Tite-Live est clairement hostile à Aristodème et le présente comme un tyran cupide et sans scrupules, justifiant ainsi a posteriori la confiscation des bona Tarquiniorum par Rome24. En revanche, Denys met la revendication des biens des Tarquins au compte des compagnons d’exil du roi. Quant à Aristodème, Denys décrit comment il adopte une position d’arbitre du litige, fixe un procès et, dans l’intervalle, permet aux Romains de circuler librement en échange d’une caution. Or c’est parce qu’ils profitent de cette occasion pour prendre la fuite, en laissant leur fortune à Cumes, que les Romains rentrent démunis à Rome. A aucun moment, dans le récit du livre VII, Aristodème ne revendique personnellement les biens des Tarquins ni n’agit de manière injuste envers les ambassadeurs de Rome. Ainsi Tite-Live transmet la tradition annalistique patriotique romaine, ce qui n'est pas le cas de Denys.

  • 25 Cette similitude apparaît notamment lorsqu’il est question du surnom Malakos, des exploits d’Arist (...)
  • 26 Les explications du surnom ne concordent pas. Plutarque parle de façon générale de combats contre (...)
  • 27 Op. cit., p. 161-163.

22Quant aux éléments partagés avec le récit de Plutarque, ils sont suffisamment nombreux et originaux pour qu’on puisse sans hésitation conclure à une origine commune de ces deux récits25. Pour autant, des points de divergence majeurs existent26, impliquant que les deux historiens, s’ils ont bénéficié d’éléments d’une tradition commune, l’ont connue à des stades d’évolution et de contamination différents, comme l’a montré avec clarté Alfonso Mele27.

  • 28 Il ne retient que trois fragments, qui se trouvent être attribués à Hypérochos par les auteurs qui (...)
  • 29 Early Rome and the Latins, Ann Arbor, The University of Michigan Press, 1963, p. 36-72, en part. 5 (...)
  • 30 Les trois fragments d'Hyperochos recensés ne peuvent être datés plus tôt que le IIIe siècle. Voir (...)

23Enfin, le texte de Denys contient des éléments qui n’apparaissent dans aucun autre texte parvenu jusqu’à nous. Contre Felix Jacoby omettant de répertorier les fragments anonymes d’une chronique cumaine et leur préférant trois fragments supposés être cumains et attribués à Hyperochos28, Andreas Alföldi29 rappelle que des éléments d’une chronique locale pouvaient avoir été attribués tardivement30 à un auteur fictif et que rien n’interdisait que d’autres vestiges d’une chronique cumaine ne fussent parvenus par ailleurs, sans être associés à un auteur.

  • 31 Op. cit., p. 158-161.
  • 32 Le tyran est défini par Thymotélès comme le seul homme de la cité et suscite l’admiration pour sa (...)
  • 33 Ephore (F. Gr. Hist. II A, n° 70), fr. 220 Jacoby (Plutarque, Vie de Dion, 36) : ἀλλὰ Τίμαιος (III (...)
  • 34 Éphore, fr. 149 Jacoby (Strabon, X, 4, 16).
  • 35 Voir A. Mele, op. cit., p. 159, n. 54, 55, 56.

24Dans cette perspective, pour distinguer la tradition bifide de cette chronique, entre la version de Denys et celle de Plutarque, Alfonso Mele31 note la présence d’éléments favorables à la tyrannie dans le récit de Plutarque32. Or Plutarque lui-même relève précisément ce type d’exaltation comme un trait historiographique présent dans l’œuvre de l’historien Ephore, qu’il accuse de s’être laissé gagner par l’admiration du tyran à cause de l’influence de Philistos33. De fait, il s’avère qu’un fragment d’Éphore révèle son intérêt pour l'ἀγωγή crétoise qu’il compare à celle des Spartiates34, thème commun avec la paidéia inversée instituée par Aristodème, tandis que la sympathie de Philistos pour les tyrans est confirmée par de nombreux textes35. Le récit de Plutarque serait donc à la confluence de l’œuvre d’Ephore et de Philistos.

  • 36 Pour l’analyse qui suit, voir A. Mele, op. cit., p. 160.
  • 37 Or le récit de Plutarque présente ces éléments d’une façon différente, selon un schéma stylisé de (...)
  • 38 A. Alföldj, op. cit., p. 67-68 ; U. Cozzoli, « Aristodemo Malaco », dans Miscellaneagreca e romana (...)

25Mais Denys, lui, ne laisse aucune place à une idéologie favorable à la tyrannie36 : le surnom « Malakos » est associé à des pratiques homosexuelles passives, Aristodème se conduit en démagogue sans vergogne, les condamnés à mort sont libérés, les opposants sont assassinés, leurs femmes livrées à leurs domestiques et leurs enfants traités en esclaves37. Denys se serait donc servi pour écrire ce passage de l’œuvre de Timée38, auteur connu pour son antipathie à l’égard du régime tyrannique.

26Il apparaît donc que, se plaçant à la croisée des traditions et se singularisant par son souci du détail, Denys se distingue par la richesse des sources proposées et fournit ainsi avec cette chronique cumaine un document de premier ordre pour les historiens des origines de Rome.

27Mais doit-on pour autant attribuer à l’effort de recherche la taille de ce passage diégétiquement décalé ? La séquence en question occupe plus de 12 % du livre ! Selon la logique chronologique, ce récit aurait dû prendre place dans le livre V, où est évoquée la bataille d’Aricie. Pourquoi l’avoir placé là ? Serait-ce dans une perspective idéologique ?

  • 39 Voir notre article « Unité du livre VII des Antiquités romaines de Denys d’Halicarnasse », dans Re (...)

28Pour comprendre les raisons de la présence de l’excursus cumain au sein du livre VII, il est nécessaire de faire entrer ce passage en résonance avec la composition générale de l’ouvrage. Or cette dernière révèle l’intérêt de Denys pour la question de la tyrannie qui en constitue le sujet récurrent et dominant39. Comme un thème musical, le motif de la tyrannie fait l’objet de plusieurs variations, notamment au cours du récit de la mise en accusation et du procès de Coriolan, qui occupe les deux tiers du livre VII, le patricien étant accusé de menées tyranniques, tandis que le thème de la constitution mixte, rempart de la concordia ordinum contre les menaces démagogiques, constitue l’acmé rhétorique des débats qui précèdent le procès.

  • 40 Celle d’Aricie en 504 pour Aristodème, celle d’Antium en 591 pour Coriolan.
  • 41 Voir c. 6, 4 pour Aristodème et c. 63, 1 à 64, 5 pour Coriolan.

29Au sein de cet agencement musical, la biographie du tyran de Cumes, loin d’être une digression discordante, épouse harmonieusement le thème de la tyrannie. Dans cette perspective, il est permis de supposer que, si Denys a eu connaissance des détails de la tradition rapportée par Plutarque au sujet de Xénocritè, il a préféré centrer son récit sur le personnage du tyran plutôt que sur celui de la jeune patriote libératrice. Se rapportant tous au coup d’État démagogique, puis à l’installation et à l’éradication de la tyrannie, les éléments rapportés par Denys trouvent leur justification par rapport à cet agencement thématique. De fait, l’importance accordée par Denys au personnage d’Aristodème fait surgir la figure du tyran comme un avertissement, à l’orée du livre VII, mais aussi comme un motif symétrique à celui qui met en scène Coriolan dans la suite du livre VII. En effet, tels que les présente Denys, les deux hommes ont de nombreux points communs. Grands chefs de guerre, ils commencent par jouir d’une grande popularité, ce qui conduit les hommes au pouvoir à les soupçonner de vouloir renverser leur régime pour installer une tyrannie. Les deux hommes se rendent coupables lorsqu’ils disposent des bénéfices de leur victoire40 en les distribuant à leurs hommes alors qu’ils devraient rapporter leur butin à l’État41. Or ces ressemblances s’organisent en symétrie lorsque les éléments communs sont inversés, comme c’est le cas avec le motif de l’exclusion de la cité : tandis qu’Aristodème expulse les aristocrates hors de Cumes, Coriolan est banni de Rome par la plèbe.

  • 42 Ant. rom., VII, 66, 5.
  • 43 Selon l’expression de M. Laugaa, « Le théâtre de la digression dans le discours classique », dans (...)

30La symétrie unissant les figures d’Aristodème et de Coriolan est non seulement rhétorique, mais aussi explicative, car elle illustre le propos de Denys sur la grandeur de Rome et de la République. De fait, tandis qu’Aristodème aspire réellement à la tyrannie et prend le pouvoir par la force, c’est à tort que Coriolan est accusé de menées démagogiques et légalement exclu de la cité. Ainsi les lecteurs grecs et romains de Denys observent d’un côté une colonie grecque soumise à la violence, aux dissensions, aux déchirements fratricides et à la tyrannie, et de l’autre Rome opposant la force des discours à la violence de la démagogie et protégeant la concordia ordinum en questionnant le fonctionnement institutionnel de la République naissante. Denys met donc ici en œuvre une nouvelle démonstration de la supériorité politique de Rome, thème majeur des Antiquités romaines, et, en effet, dans le développement qu’il propose en conclusion du procès de Coriolan42, il souligne le contraste entre l’action pacifique des concitoyens romains et les conflits fratricides des Corcyréens, des Argiens, des Milésiens, des habitants des cités de Sicile et de bien d’autres, autant d’exemples de l’infériorité politique des cités grecques face aux séditions auxquels on pourrait ajouter le cas de Cumes et de la tyrannie d’Aristodème. En répondant non seulement à la thématique du livre VII, mais aussi au projet général des Antiquités romaines, plutôt que de « digression », la séquence cumaine du livre VII mériterait d’être qualifiée d’« ingression43 », puisqu’elle se mêle intimement à la trame historique de l’œuvre en servant la démonstration de la supériorité de l’État romain face aux dangers de la démagogie et de la tyrannie.

  • 44 Ant. rom., I, 90, 2 : « [...] μυρία δ’είς τοῦτο λέγειν ἔχων καὶ πολλοῖς τεκμηρίοις χρῆσθαι δυνάμεν (...)
  • 45 .Ant. rom.,VII, 70, 2 : « [...] ύπεσχόμην γὰρ ἐπὶ τῷ τέλεί τῆς πρώτης γραφῆς, ήν περὶ τοῦ γένους αύ (...)
  • 46 Ant. rom., VII, 70, 2.

31Ainsi, alors que la majorité de ses sources est constituée de chronologies, de généalogies et d’annales, Denys fait de la logique chronologique le support d’une logique thématique. Il semble même possible qu’il ait associé un thème à chacun de ses livres. De fait, à la fin du livre I, Denys annonce que la plus grande preuve de sa thèse concernera la religion et qu’elle se trouvera dans « le livre qui sera consacré à leur [SC. des Romains] organisation politique [περί τής πολιτείας αύτών44]. » En retour, lorsque le moment de donner cette fameuse preuve – qui est la description de la pompa circensis – arrive dans le livre VII, Denys rappelle la promesse faite dans le livre I en précisant qu’il s’agit de l’ouvrage consacré « à leurs [sc. des Romains] origines [περὶ τοῦ γένους αὐτῶν45] ». Ainsi, dans un système de renvois entre le livre I et le livre VII, Denys nomme le livre I ἡ γραφὴ περὶ τοῦ γένους αὐτῶν [sc. Ῥωμαίων], « le livre sur l’origine des Romains46 », et le livre VII ȯ περὶ τῆς πολιτείας αύτῶν [sc. Ῥωμαίων] λόγον, « le livre sur l’organisation politique des Romains ». Le livre VII est donc consacré au thème de l’organisation politique et de la constitution romaine. Aussi la symétrie tyrannique Aristodème-Coriolan s’insère-t-elle naturellement dans cette thématique unitaire du livre VII. L’histoire d’Aristodème présente les dangers de la tyrannie, tandis que le récit de la mise en accusation et du procès de Coriolan est un éloge de la constitution mixte, rempart contre les dérives politiques, trophée de la supériorité politique romaine.

32Enfin, il est probable que, si Denys a aussi connu une version de la chronique cumaine favorable aux tyrans, comme la tradition transmise par Plutarque, il a pu la passer sous silence et lui préférer la tradition antityrannique pour les besoins de sa cause, celle d’une histoire à thèse, où la recherche dépend des objectifs d’une idéologie.

  • 47 Φανερòν δὲ ἐκ τῶν είρημένων καὶ ὅτι οὐ τò τὰ γινόμενα λέγειν, τοῡτο ποιητοῦ ἔργον ἐστίν, ἀλλ’ οῖα (...)

33L’œuvre de Denys apporte ainsi par son originalité une réponse toute particulière aux jugements prononcés par Aristote sur l’histoire. Dans la Poétique (chapitre 9, l451a-b), le philosophe établissait notamment une comparaison entre histoire et poésie47 :

  • 48 R. Dupont-Roc et J. Lallot ont choisi d’utiliser le terme « histoire » pour traduire le mot μῦθος (...)
  • 49 Voir note précédente.

« De ce que nous avons dit, il ressort clairement que le rôle du poète est de dire non pas ce qui a lieu réellement, mais ce qui pourrait avoir lieu dans l’ordre du vraisemblable ou du nécessaire. Car la différence entre le chroniqueur48 et le poète ne vient pas de ce que l’un s’exprime en vers et l’autre en prose (on pourrait mettre en vers l’œuvre d’Hérodote, ce ne serait pas moins une chronique49 en vers qu’en prose) ; mais la différence est que l’un dit ce qui a eu lieu, l’autre ce qui pourrait avoir lieu ; c’est pour cette raison que la poésie est plus philosophique et plus noble que la chronique : la poésie traite plutôt du général, la chronique du particulier. Le “général”, c’est le type de chose qu’un certain type d’homme fait ou dit vraisemblablement ou nécessairement. C’est le but que poursuit la poésie, tout en attribuant des noms aux personnages. Le “particulier”, c’est ce qu’a fait Alcibiade ou ce qui lui est arrivé. »

34Selon Aristote, parce que l’historien rapporte « ce qui a eu lieu » (τὰ γευόμευα), il est soumis à l’ordre imposé par la chronologie et, avec lui, au hasard des successions de faits particuliers ; privé du vraisemblable (τò εἰκòς) et du nécessaire (τò ἀυαγκαῖoν), il ne peut penser le général (τὰ καθόλου).

  • 50 Lettre à Pompée Géminos, XI, 3, 13-14.
  • 51 « Le travail suivant, pour un historien, consiste à choisir et à ranger chaque élément de la narra (...)

35Or Denys s’émancipe de la chronologie en même temps qu’il la respecte. Décrivant les principes de l’agencement de la matière historique, à propos du πραγματικòν μέρος, dans le livre II de son traité Limitations'50, Denys commence par affirmer : « Μετὰ τοῦτο ἔργον ἐστὶν ιστορικοῦ διελέσθαι τε καὶ τάξαι τῶν δηλουμένων ἔκαστον έν ᾣ δεῖ τόπῳ51. » Denys souhaite une organisation très claire, non seulement chronologique, mais surtout thématique. Evoqué immédiatement après à propos de l’œuvre d’Hérodote, le « contour des événements » [αἰ περιοχαὶ τῶν πραγμάτων] est jugé préférable à la chronologie. Or cette compréhension des événements participe aussi du regard de l’historien.

36Ainsi, dans l’excursus cumain du livre VII des Antiquités romaines, en opérant cette mise en récit signifiante que lui inspire sa thèse, Denys fait de l’histoire un genre proprement littéraire et ancre sa subjectivité dans la composition du texte. De fait, dans son exposé sur le πραγματικòρ μέρος (la matière) du récit historique dans son traité Limitation, il souligne en dernier lieu l’importance décisive de la disposition (διάθεσις) de l’historien à l’égard de son sujet. Il s’agit bien d’une conception de l’histoire novatrice, où l’historien a conscience de sa fonction de transmetteur, à travers l’activité de mise en récit qui le définit comme συγγραφεύς, compositeur-écrivain.

Notes

1 Éd. et trad. de V. Fromentin, Paris, Les Belles Lettres, Collection des universités de France, 1998 (éd. et trad. de référence dans cet article).

2 Traité des lois, I, II-5. Ed. et trad. de G, de Plinval, Paris, Les Belles Lettres, Collection des universités de France, 1968 (éd. et trad. de référence dans cet article).

3 De l’orateur, II, XII-51-52 : « Age uero, inquit Antonins, qaalis oratoris et quanti hominis in dicendo putas esse historiam scribere ?
Si, ut Graeci scripserunt, summi, inquit Catulus ; si, ut nostri, nihil opus est oratore ; satis est non esse mendacem.
Atqui, ne nostros contemnas, inquit Antonius, Graeci quoque ipsi sic initio scriptitarunt, ut noster Cato, ut Pictor, ut Piso. Erat enim historia nihilaliud nisi annalium confectio [...]. »
« – Dis-moi encore, poursuivit Antoine ; ne crois-tu pas que, pour écrire l’histoire, il faut être orateur, et d’un mérite singulier ?
— Oui, certainement, dît Catulus, s’il s’agit, de l’écrire comme l’on fait les Grecs ; mais pour l’écrire à la façon des Romains, il n’est pas besoin d’être orateur ; il suffit d’etre véridique.
- Voyons, reprit Antoine, ne rabaisse pas tant nos compatriotes. Les Grecs eux-mêmes ont commencé par ressembler à notre vieux Caton, à Fabius Pictor, à Pison. L’histoire n’était alors que la rédaction des annales. » Éd. et trad. d’E. Courbaud, Paris, Les Belles Lettres, Collection des universités de France, 1966 (éd. et trad. de référence dans cet article).

4 De l’orateur, II, xv-62.

5 Traité des lois, I, II-5.

6 Traité des lois, I, III-8 : « Intellego equidem a me istum laborem iam diu postulari, Attice. Quern non recusarem, si rnihi ullum tribueretur uacuum tempus et liberum. Neque enim occupata opera neque inpedito animo res tanta suscipi potest : utrumque opus est, et cura uacare et negotio. »
« Je me rends bien compte, Atticus, que c’est un travail que Ton me demande depuis longtemps déjà ; je ne le repousserais pas, si Ton m’en accordait le temps et le loisir, car ce n’est pas au milieu d’activités absorbantes et l’esprit embarrassé que l’on peut entreprendre une œuvre aussi importante. Deux conditions sont indispensables : absence de préoccupations et absence d’affaires. »
Sur ce thème du tempus et de l'otium nécessaires à l’écriture de l’histoire, voir aussi :
Traité des lois, 1, II-6 [Atticus à Cicéron] : « Quam ob rem adgredere, quaesumus, et sume ad hanc rem tempus, quae est a nostris hominibus adhuc ant ignorata aut relicta. »
« Par conséquent mets-toi à l’ouvrage, nous te le demandons, et assure-toi le temps nécessaire à une entreprise restée jusqu’à présent ignorée ou négligée de nos compatriotes. »
Traité des lois, I, m-9 : « Historia uero nec institut potest nisipraeparato otio, nec exiguo tempore absolut [...]. » « Mais une œuvre historique ne peut s’entreprendre que si l’on dispose de loisirs préalables et ne peut se mener à terme en un espace restreint. »

7 A. D. Leeman, « Le genre et le style historique à Rome : théorie et pratique », dans Revue des études latines, 33, 1955, p. 183-208.

8 Sur le primat accordé à l’éloquence judiciaire et politique par les Romains au détriment de l’histoire :
De l’orateur, II, XIII-55 : « Nemo enim studet eloquentiae nostrorum hominum, nisi ut in causis atque in foro eluceat ; apud Graecos autem eloquentissimi homines, remoti a causis forensibus, cum ad ceteras res inlustris turn ad historiam scribendam maxime se applicauerunt. »
« On n’étudie chez nous l’éloquence que pour briller devant les tribunaux, au forum. Chez les Grecs au contraire, des hommes très éloquents, qui se sont tenus en dehors du barreau, ont cherché à. s’illustrer d’autre sorte et mis leur principale application à écrire l’histoire. »
– Conjuration de Catilina, 8 [après avoir évoqué l’abondance d’historiens grecs] ; « At populo Romano numquam ea copia fuit, quia prudentissumus quisque maxume negotiosus erat ; ingenium nemo sine corpore exercebat ; optumus quisque facere quam dicere, sua ab aliis bene facta laudari quam ipse aliorum narrare malebat, »
« Le peuple romain n’eut jamais cette ressource ; les plus sages étaient aussi les plus pris par les affaires ; le travail de l’esprit n’excluait point celui du corps ; les meilleurs citoyens préféraient faction à la parole, et aimaient mieux voir louer leurs hauts faits par d’autres que de raconter eux-mêmes ceux d’autrui, »
Éd. et trad. d’A. Ernout (rév. J. Hellegouarc’h), Paris, Les Belles Lettres, Collection des universités de France, 1989.

9 Ant. rom., I, 6, 5.

10 Paris, Editions de l’Ecole des hautes Etudes en Sciences sociales, 2005.

11 Ce chapitre est intitulé « Voir depuis Rome. Denys d’Halicarnasse et les origines grecques de Rome », op. cit., p. 113-132.

12 Ant. rom., I, 4, 1 : « Ὃτι ούκ ἄνευ λογισμοῦ καὶ προυοίας ἔμφρουος έπὶ τὰ παλαὶ τῶν ίστορουμένων περὶ αύτῆς έτραπόμην, άλλ' ἔχων εύλογίστους άποδοῦναι τῆς προαιρέσεως αἱτίας, ὀλίγα βούλομαι προειπεἵν, ἵνα μή τινες έπιτίμήσωσί μοι τὤν πρòς ἄπαντα φιλαιτίων [...]. » « Sur le fait, en revanche, que ce n’est pas sans réflexion ni sages précautions que je me suis tourné vers la période ancienne de son histoire, mais avec au contraire de bonnes raisons à donner pour justifier mon choix, je voudrais dire quelques mots dans ce prologue, afin que certains, parmi ceux qui se plaisent à tout critiquer, n’aillent pas me blâmer [...] »

13 A. Delcourt, Lecture des « Antiquités Romaines » de Denys d’Halicarnasse. Un historien entre deux mondes, Bruxelles, Académie royale de Belgique – Classe des Lettres, Collection des Mémoires de la Classe des Lettres, in 8°, 3e série, tome XXXIV, 2005, p. 52 n. 56. L’auteur note que, dans Ant. rom. I, 8, 2, « l’expression très imagée καταβιβάζω δὲ τὴν διηγήσιν laisse entendre que Denys "fait descendre le récit’’ ».

14 Sur cette pratique et la conception grecque d’une continuité de la matière historique, voir C. Darbo-Peschanski, « Fabriquer du continu », dans Storia della Storiografia, 28, 1995, p. 17-34 ; sur la position adoptée par Denys vis-à-vis de ses prédécesseurs, voir J. Marincola, Authority and Tradition in Ancient Historiography, Cambridge, 1997, p. 237-357 f = chapitre « Continuity and culmination »), en part. p. 244-246 ; sur l’organisation d’une partie de l'historiographie grecque en une succession d’histoires contemporaines, voir F. Hartog, L Histoire d'Homère à Augustin, Paris, Seuil, coll. « Point » n° 388, 1999, p. 1.3.

15 Helléniques, VII, 5, 27 : « Ἐμοὶ μὲν δή μέχρι τούτου γραφέσθω τὰ δὲ μετὰ ταῦτα ἵσως ἄλλῳ μελήσει. » « Pour moi, mon œuvre s’arrêtera ici ; la suite, un autre se chargera peut-être de la traiter. » Éd. et trad. par J. Hatzfeld, Paris, Les Belles Lettres, Collection des universités de France, 1965.

16 En 56, Cicéron s’adresse à Lucius Lucceius, dont il sollicite une biographie de lui-même qui ne soit pas insérée dans la trame d’une histoire générale linéaire et chronologique, mais constitue un ouvrage à part, indépendant de la perpetua rerum gestarum historia.
Cicéron, AdFamiliares, V, 12, 5-6 ( = 112) : « Etenim ordo ipse annalium mediocriter nos retinet quasi enumeratione fastorum ; at uiri saepe excellentis ancipites uariique casus habent admirationem, expectationem, laetitiam, molestiam, spem, timorem ; si uero exitu notabili concluduntur, expletur animus iucundissima lectionis uoluptate. Quo mibi accident optatius, si in hac sententia fueris ut a continentibus Puis scriptis, in quibus perpetuam rerum gestarum historiam conplecteris, secernas banc quasi fabulant return euentorumque nostrorum. Habet enim uarios actus mutationesque et consiliorum et temporum. »
« La succession des faits année par année ne nous captive, par elle-même, que médiocrement, comme le peut faire une énumération des fastes ; au contraire, souvent, il y a dans la destinée variée et mouvementée d’un homme éminent de quoi provoquer étonnement et confiante attente, joie et peine, espoir et crainte ; et si elle s’achève par une belle fin, l’esprit du lecteur éprouve la satisfaction la plus vive et la plus complète. Voilà pourquoi tu répondras à mes vœux si tu es disposé à mettre à part de ton grand ouvrage, où tu embrasses, dans leur suite continue, les événements de l’histoire, ce que je pourrais appeler le drame de ma vie politique, avec ce que j’y ai fait et subi : il comporte, en effet, plusieurs actes, et une action variée que déterminent concurremment mes résolutions et les circonstances. »
Ed. et trad. de L.-A. Constans, Paris, Les Belles Lettres, Collection des Universités de France, 1978.
Sur les décalages entre historiographies grecque et latine, notamment au sujet de la perpetua historia, voir E Mora, « Storiografia greca e romana », dans Dialogues d’histoire ancienne., 25/1, 1999, p. 7-33, en part. p. 13-16.

17 Nous indiquons ici les dates varroniennes communément adoptées, celles de Denys étant postérieures de deux ans. Sur ce point, voir V. Fromentin, Antiquités romaines. Livre 1, introduction générale et Livre I/Denys d’Halicarnasse, Paris, Les Belles Lettres, Collection des universités de France, 1998, p. 43-44.

18 A.R., VII, 1, 1 : « Τίτου δὲ Γεγαυίου Μακερίυου καὶ Ποπλίου Μηυυκίου τὴυ ὔπάτου έξουσίαυ παραλαβόυτωυ /.../. » « Titus Geganius Macerinus et Publius Minucius ayant reçu le pouvoir consulaire [...]. »

19 Ant. rom.,VII, 20,1 : « Oί δὲ μετ' αὐτοὺς ἀποδειχθέυτες ὔπατοι Μάρκος Μηυύκιος Αὐγουρῖύος καὶ Αὕλoς Σεμπρώυιος Άτρατἵυος δεύτερου καταστάυτες ἐπὶ τὴυ ἀρχήυ [...]. » « Les consuls désignés après eux, Marcus Minucius Augurinus et Aulus Sempronius Atratinus, installés pour la deuxième fois à cette magistrature [...]. »

20 Ant. rom., VII, 68, 1 : « Ὀλίγαις δ' ὕστερου ήμέραις καθῆκε μὲυ ό τὤυ άρχαιρεσιὤυ καιρός, ὔπατοι δ' ἀπεδείχθησαυ ύπò τοῦ δήμου Κόιυτος Σουλπίκιος Καμερῖυος καὶ Σέργιος Λάρκιος Φλαύιος τò δεύτερου. » « Quelques jours plus tard arrivait le moment des élections des magistrats et furent désignés consuls par le peuple Quintus Sulpicius Camerinus et Sergius Larcius Flavius pour la deuxième fois. »

21 Ant. rom., V, 36, 3-4.

22 II, 14, 8-9.

23 Tite-Live, II, 21,5 ; Ant. rom., VI, 21, 3. Voir A. Mele, « Aristodemo, Cuma e il Lazio », dans Etruria e Lazio arcaico Atti dell'Incontro di studio (10-11 novembre 1986), a cura di M. Cristofani, Rome, Consiglio Nazionale delle Ricerche, Quaderni del Centro di studio per l’archeologia etruscoitalica, 15, 1987, p. 176.

24 Sur le thème des biens des Tarquins au début de la République, voir A. Mastrocinque, Romolo, la fondazione di Roma tra storia e leggenda, Este, Zielo, 1993, p.l 14-121 ; A. Mastrocinque, Lucio Giunio Bruto. Ricerche di storia, religione e diritto sidle origini della repubblica romana, Trente, La Reclame,.1988, p. 56-57 ; K Zevi, « Demarato e i re Corinzi di Roma », dans Lmcidenza dellAntico : studi in memoria di E. Lepore, Anacapri, Luciano, 1991, p. 291-314 ; E Coarelli, Il Campo Marzio, Rome, Quasar, 1997, p. 136-148 ; D. Briquel, « La question des biens des Tarquins : blé du Tibre et or du Rhin », dans Revue des études latines, 82 (2004), 2005, p. 60-75.

25 Cette similitude apparaît notamment lorsqu’il est question du surnom Malakos, des exploits d’Aristodème contre les barbares et de sa brillante carrière politique, de sa démagogie une fois arrivé au pouvoir par la force, d’une ἀγωγή de la τρυφή et de l’inversion, de la tyrannie, puis de la révolte et de l’assassinat du tyran.

26 Les explications du surnom ne concordent pas. Plutarque parle de façon générale de combats contre les barbares, alors que Denys décrit très précisément la bataille de Cumes. Denys donne tous les détails d’une alliance entre Cumes et Aricie contre l’agresseur étrusque, tandis que Plutarque prétend que c’est à Rome assiégée par les Tyrrhenes qu’Aristodème est allé porter secours. Si l’on excepte la mention de la maisonnée qui est assassinée avec le tyran (Ant. rom., VII, 11, 3-4), Xénocritè est totalement absente du récit de Denys, alors qu’elle est le personnage principal et éponyme du texte de Plutarque.

27 Op. cit., p. 161-163.

28 Il ne retient que trois fragments, qui se trouvent être attribués à Hypérochos par les auteurs qui les rapportent : Fr. Gr. Hist. I B, n° 376, fr. 1 (Athénée, Deipnosophistes, 12, 37, p. 328 D-E), fr. 2 (Pausanias, X, 12, 8), fr. 3 (Festus, p. 328, 5 Lindsay).

29 Early Rome and the Latins, Ann Arbor, The University of Michigan Press, 1963, p. 36-72, en part. 56-57.

30 Les trois fragments d'Hyperochos recensés ne peuvent être datés plus tôt que le IIIe siècle. Voir G. De Sanctis, Storia dei Romani I, Turin, Bocca, 1907, p. 451, η. 1 ; E. Gabba, « Considerazioni sulla Tradizione Letteraria sulle Origini della Repubblica », dans Fondation Hardt. Entretiens sur l'Antiquité classique, XIII, Les Origines de la République romaine, Vandœuvres (Genève), 1966, p. 145.

31 Op. cit., p. 158-161.

32 Le tyran est défini par Thymotélès comme le seul homme de la cité et suscite l’admiration pour sa τρυφή et sa δύυαμις (262 B).

33 Ephore (F. Gr. Hist. II A, n° 70), fr. 220 Jacoby (Plutarque, Vie de Dion, 36) : ἀλλὰ Τίμαιος (III)... έμπίμπλαται τῶυ κατ' αὐτοῦ (sc. Φιλίστου) βλασφημιῶυ... οὐ μὴυ ούδ' Ἕ φορος ύγιαίυει τòυ Φίλίστου έγκωμιάζωυ...
Plutarque, Vie de Dion, 36, 1 et 3 :
1. « Άλλὰ Τίμαιος ούκ ἄδικου λαβὼυ πρόφασιυ τὴυ ύπὲρ τῆς τυρραυυίδος τοῦ Φιλίστου σπουδὴυ καὶ πίστιυ έμπίπλαται τῶυ κατ' αὐτοῦ βλασφημιῶυ [...]. »
« Timée, prenant pour prétexte, et assez justement, le zèle et la fidélité de Philistos envers la tyrannie, a rempli son ouvrage d’accusations contre lui. »
3. « Ού μὲυ ούδ' Ἔ φορος ύγιαίυει τòυ Φίλιστου έγκωμιάζωυ, ὀς, καίπερ ώυ δειυότατος άδίκοις πράγμασι καὶ πουηροίς ἤθεσιυ εύσχήμουας αἰτίας περιβαλεῖυ καὶ λόγους ἔχουτας κόσμου έξευρεῖυ, αύτòς αύτòυ οὐ δύυαται πάυτα μηχαυώμευος έξελέσθαι τῆς γραφῆς, ώς ού φιλοτυραυυότατος άυθρώπωυ γέυοιτο καὶ μάλιστα πάυτωυ άεὶ ζηλώσας καὶ θαυμάσας τρυφὴυ καὶ δύυαμιυ καὶ πλούτους καὶ γάμους τοὺς τῶυ τυράυυωυ. » « Ephore, de son côte, ne fait pas preuve de bon sens en louant Philistos. Celui-ci, bien qu’il fût très habile à colorer de prétextes spécieux des actes injustes et des mœurs dépravées en composant de beaux discours, ne saurait, en dépit de toutes ses inventions, échapper au grief d’avoir été lui-même l’homme le plus ami de la tyrannie et d’avoir sans cesse prôné et admiré plus que personne le faste, la puissance, les richesses et les noces des tyrans. » Ed. et trad. par R. Flacelière et E. Chambry, Paris, Les Belles Lettres, Collection des universités de France, 1978.

34 Éphore, fr. 149 Jacoby (Strabon, X, 4, 16).

35 Voir A. Mele, op. cit., p. 159, n. 54, 55, 56.

36 Pour l’analyse qui suit, voir A. Mele, op. cit., p. 160.

37 Or le récit de Plutarque présente ces éléments d’une façon différente, selon un schéma stylisé de renversement des valeurs, celles des genres comme celles de la politique. Alors que Denys n’évoque que l’éducation efféminée reçue par les jeunes Cumains, Plutarque mentionne non seulement cet aspect, mais décrit aussi des femmes s’habillant et se comportant comme des hommes – outre le costume masculin imposé aux femmes, ce sont deux d’entre elles et non les fils d’Hippomédon qui mènent la révolte. Alors que Denys brosse le tableau d’un tyran sans scrupules, Plutarque donne les éléments d’une représentation dont l’aspect systématique atténue la critique. Décrite par Plutarque, la tyrannie dAristodème est. une société à l’envers, et non l’univers de cruauté et de démagogie évoqué par Denys. Les deux récits se distinguent en outre à propos des conséquences de l’assassinat d’Aristodème. De fait, Plutarque ne décrit pas la chute d’Aristodème comme une rupture historique, puisque ce changement est décidé de l’intérieur même de la cité, par Xénocritè, la concubine du tyran, qui veille à ce que ce dernier soit enterré et, pour sa part, reçoit les honneurs du sacerdoce de Déméter. En revanche, dans le texte de Denys, le renversement de la tyrannie est le fait des fils des oligarques et sonne le retour du régime oligarchique. Ainsi l’épisode se conclut sur une rupture radicale avec la tyrannie et un retour à l’ordre ancien, confirmé par l’assassinat systématique de tous les parents du tyran.

38 A. Alföldj, op. cit., p. 67-68 ; U. Cozzoli, « Aristodemo Malaco », dans Miscellaneagreca e romana, studi pubblicaii dall’Istituto Iialiano per la Storia Antica, Ease. 16, Rome, 1965, p. 24 sq. ; T. J. Cornell, « Notes on the Source for Campanian History in the Fifth Century B. C. », dans Museum Helveticum, 31, 1974, p. 193-208, en part. 206-207 ; M. W. Frederiksen, Campania, British School at Rome, Londres, Stephen Austin and Sons, 1984, p. 96-99.
Sur la présence dans le récit de Denys des topoi de la représentation de la tyrannie élaborée au IVe siècle (Platon, République ; Xénophon, Hiéron ; Aristote, Politique), voir A. Mele, op. cit., p. 161 et n. 82-89.

39 Voir notre article « Unité du livre VII des Antiquités romaines de Denys d’Halicarnasse », dans Revue des études anciennes, 110 (1), 2008.

40 Celle d’Aricie en 504 pour Aristodème, celle d’Antium en 591 pour Coriolan.

41 Voir c. 6, 4 pour Aristodème et c. 63, 1 à 64, 5 pour Coriolan.

42 Ant. rom., VII, 66, 5.

43 Selon l’expression de M. Laugaa, « Le théâtre de la digression dans le discours classique », dans Semiotica, IV (2), 1971, p. 99.

44 Ant. rom., I, 90, 2 : « [...] μυρία δ’είς τοῦτο λέγειν ἔχων καὶ πολλοῖς τεκμηρίοις χρῆσθαι δυνάμενος άνδρῶν τε μαρτυρίας φέρειν ούκ ἀξίων ἀπιστεῖσθαι, πάντα ἀναβάλλομαι ταῦτα είς τòν περὶ τῆς πολιτείας αύτῶν συγγραφησόμενον λόγον [...]. » « Bien que j’aie mille choses à dire à cet egard, que je puisse fournir beaucoup de preuves et citer des témoins dont la bonne foi n’est pas à mettre en doute, je réserve tout cela pour le livre qui sera consacré à leur organisation politique. »

45 .Ant. rom.,VII, 70, 2 : « [...] ύπεσχόμην γὰρ ἐπὶ τῷ τέλεί τῆς πρώτης γραφῆς, ήν περὶ τοῦ γένους αύτῶν συνταξάμενος ἐξέδωκα, μυρίοις βεβαιώσειν τεκμηρίοις τὴν πρόθεοτν [...]. » « [...] de fait, j’avais promis à la fin du livre I, que j’ai composé sur leurs origines et désormais publié, que je confirmerais ma thèse par d’innombrables preuves [...]. »

46 Ant. rom., VII, 70, 2.

47 Φανερòν δὲ ἐκ τῶν είρημένων καὶ ὅτι οὐ τò τὰ γινόμενα λέγειν, τοῡτο ποιητοῦ ἔργον ἐστίν, ἀλλ’ οῖα ἀν γένοιτο καὶ τὰ δυνατὰ κατὰ τò εἰκòς ή τò ἀναγκαῖον. Ό γὰρ ἰστορικòς καὶ ὀ ποιητὴς οὐ τῷ ὴ ἔμμετρα λέγειν ὴ ἄμετρα διαφέρουσιν (εἴη γὰρ ὰν τὰ Ἡροδότου εἱς μέτρα τεθῆναι, καὶ οὐδὲν ῆττον ὰν εἴη ἰστορία τις μετὰ μέτρου ὴ ἄνευ μέτρων) ἀλλὰ τούτῳ διαφέρει, τῷ τòν μὲν τὰ γενόμενα λέγειν, τòν δὲ οῖα ὰν γένοιτο. Διò καὶ φιλοσοφώτερον καὶ σπουδαιότερον ποίησις ιστορίας ἐστίν ἡ μὲν γὰρ ποίησις μᾶλλον τὰ καθόλου, ἡ δ’ἱστορία τὰ καθ’ ἔκαστον λέγει. Ε στιν δὲ καθόλου μέν, τῷ ποίῳ τὰ ποῖα ἄττα συμβαίνει λέγειν ὴ πράττειν κατὰ τò εἰκòς ὴ τò ἀναγκαῖον, οῦ στοχάζεται ἠ ποίησις ὀνόματα ἐπιτιθεμένη τò δὲ καθ’ ἔκαστον, τί Ἀλκιβιάδης ἔπραξεν ὴ τί ἔπαθεν. Éd. et trad. par R. Dupont-Roc et J. Lallot, Paris, Seuil, coll. « Poétique », 1980, p. 64-65.

48 R. Dupont-Roc et J. Lallot ont choisi d’utiliser le terme « histoire » pour traduire le mot μῦθος (au sens de « récit »). Mais, malgré cette explication, les traductions de ἰστορικός par « chroniqueur » et celle de ἰστορία par « chronique », ici adoptées de préférence à « historien » et à « histoire », demeurent problématiques : si la pratique historique peut effectivement relever de la » chronologie », il n’en demeure pas moins que l’exemple d’Hérodote proposé par Aristote met en avant le domaine du récil historique. Les traducteurs (op. cit. p. 222) font référence au chapitre 23 de la Poétique (L559a) et à deux passages de la Rhétorique (1, 1360a et III, 1409a) pour montrer qu’Aristote dénonce ici « l’absence d’un enchaînement nécessaire », « cet aspect multiple, dispersé, de l'histoire qui traite d’une pluralité d' événements (génomena) ou Auctions (praxeis) », soulignant « l’absence d’organisation causale des faits » chez Hérodote. Mais la traduction inspirée par cette interprétation rencontre deux objections : d’une part, la différence entre les chronologies et l'œuvre d’Hérodote paraît trop importante pour qu’un même terme puisse leur être appliqué ; d’autre part, le grec dispose d'autres mots pour désigner cette méthode (comme χρονογραφία ou ὼρογραφία). Il nous semble donc important de souligner ici que le décalage entre les mots d’Aristote et la conception de la pratique historique qui s’y est peu à peu rattachée révèle un genre en devenir, pour y reconnaître le flou sémantique d’un objet en mouvement capturé par l'instantanéité d’un discours.

49 Voir note précédente.

50 Lettre à Pompée Géminos, XI, 3, 13-14.

51 « Le travail suivant, pour un historien, consiste à choisir et à ranger chaque élément de la narration à la place adéquate. » Ed. et trad. par G. Aujac, Paris, Les Belles Lettres, Collection des universités de France, 1992.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540