Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmettre les savoirs dans les mondes hellénistique et romain

 | 
Frédéric Le Blay

Première partie. Organisation des savoirs et constitution des doctrines

Philodème, témoin des discussions doctrinales entre épicuriens grecs aux IIe-Ier siècles avant notre ère

Daniel Delattre

Texte intégral

1Même si une tradition vivace présente le Jardin comme celle des écoles philosophiques de l’Antiquité qui est restée la plus fidèle à la lettre comme à l’esprit de son fondateur durant une dizaine de siècles, l’enseignement d’Épicure n’a pas pu échapper, lui non plus, à des remises en cause plus ou moins sensibles, ne serait-ce qu’à l’occasion des polémiques, souvent vigoureuses, qui l’ont fréquemment opposé aux institutions rivales, au Portique en particulier (mais pas seulement) sur de nombreux sujets.

  • 1 À l’exception de l’ouvrage mutilé de Polystrate, Sur le mépris irrationnel des opinions populaires (...)

2D’ailleurs, la doctrine épicurienne invitant à philosopher entre amis favorisait l’éclosion de cercles épicuriens plus ou moins nombreux un peu partout en Grèce et ailleurs, et l’on sait que, du vivant même d’Épicure, il existait au moins à Lampsaque et à Mytilène des écoles locales bien vivantes qui entretenaient avec Athènes des relations suivies, épistolaires en particulier. Notre connaissance de l’histoire des écoles philosophiques entre la fin du IIIe siècle et la fin du IIe siècle est encore malheureusement beaucoup trop lacunaire1 pour qu’on puisse affirmer que les choses ont perduré pour le Jardin dans les mêmes conditions au long de ce siècle. Toutefois, la polémique développée au fil de ces décennies par les écoles rivales, le Portique surtout, et dont Cicéron et Plutarque, bien plus tard, furent deux témoins privilégiés, n’a cessé de s’amplifier dans le sens d’une caricature présentant le Jardin comme un lieu de débauches et ses disciples comme des bêtes brutes adonnées au seul plaisir des sens, les fameux « pourceaux d’Épicure » auxquels Sganarelle fera bien plus tard allusion en blâmant le mode de vie de son maître Don Juan. C’est donc qu’il avait dû se produire une dérive de l’école dans cette direction, car une polémique ne peut porter durablement que si elle repose sur des éléments effectifs qui la motivent, au moins au départ.

  • 2 Né vers-190, il serait devenu scholarque du jardin d’Athènes vers-150 et y aurait « régné » une qu (...)

3Or les écrits de l’épicurien Philodème de Gadara, conservés par les papyrus carbonisés d’Herculanum, nous apprennent qu’une réaction très énergique s’est opérée dès la fin du IIe siècle au sein du Jardin d’Athènes sous le scholarquat de son maître Zénon de Sidon, dont on sait qu’il prit la suite d’Apollodore « Roi du Jardin2 » à la tête de l’école vers-110 et qu’il mourut vers-75, instituant comme successeur son disciple Phèdre. Le même Philodème nous permet de découvrir que Zénon avait à faire face à beaucoup d’autres soucis, lui qui devait également répondre aussi efficacement que possible aux attaques des adversaires extérieurs de l’école, au premier rang desquels les stoïciens et les néoacadémiciens.

  • 3 F, Longo Auricchio-A. Tepedino Guerra, « Chi è Timasagora ? », Atti del Convegno Inter. La regione (...)

4Ce qui retiendra aujourd’hui notre attention, c’est moins le développement de la polémique épicurienne contre les écoles rivales, telle que les écrits de Philodème nous permettent de la connaître avec plus ou moins de précision, que la manière et l’esprit dans lequel les débats doctrinaux, apparemment plutôt animés, se déroulaient à l’intérieur même du Jardin à Athènes et en Campanie, disons au cours des cinquante premières années du Ier siècle avant notre ère. Nous rencontrerons en route l’inévitable question de l’orthodoxie et de la dissidence à l’intérieur du Jardin, que deux articles bien informés de F. Longo Auricchio et A. Tepedino Guerra ont abordée en détail voici déjà plus de vingt ans3. L’édition du Pros tous /de Philodème, publiée en 1988 par Anna Angeli qui a proposé de compléter le titre sous la forme Agli [amici di scuola], autrement dit A l’adresse des [compagnons d’école], n’était pas encore disponible à l’époque. Or, il me semble non seulement possible, mais nécessaire de partir de ce livre philodémien (passablement ruiné et encore trop méconnu) pour essayer de mieux comprendre les difficultés internes rencontrées par l’école qu’avait fondée Epicure en-306, et découvrir les solutions drastiques mises en œuvre au tournant du IIe siècle, à Athènes, pour y remédier. On verra alors que, si le Jardin joua de malchance en 79 de notre ère, malgré tous les efforts déployés pour sa survie par les maîtres athéniens de Philodème, et par lui-même ensuite en Campanie, sa permanence ne fut pas pour autant véritablement menacée.

État de la question de l'« orthodoxie » épicurienne et situation du Jardin au tournant des IIe-Ier siècles

5Il n’est pas inutile, sans doute, de chercher à définir brièvement les termes indissociables d’« orthodoxie » et d’« hétérodoxie », ainsi que celui, plus délicat, de « dissidence », avant d’aller plus loin, même si la question est peut-être à poser autrement, comme notre analyse le suggérera finalement. L’étymologie et Le Petit Robert nous le rappellent : on désigne par le terme d’orthodoxie « l’ensemble des doctrines, des opinions considérées comme vraies par la fraction dominante d’une Église, et enseignées officiellement ». Il n’est guère difficile de substituer ici au terme d’Église celui d’école philosophique pour pouvoir appliquer directement cette définition à notre propos. Par ailleurs, Gide avait bien raison d écrire qu’« il ne peut y avoir hétérodoxie, s’il n’y a pas orthodoxie », puisque la divergence d’opinion implique un écart, lequel ne peut s’apprécier que par rapport à une doctrine officielle, reçue par un groupe majoritaire en nombre. Enfin, on parlera proprement de dissidence lorsque, à l’intérieur d’une école philosophique ou d’une communauté religieuse, politique ou sociale, une différence d’opinion plus ou moins importante, entraîne la séparation, radicale et proclamée, parfois même violente, d’une minorité d’avec le reste de la communauté.

6On perçoit d’emblée la difficulté principale à laquelle notre enquête va inévitablement se heurter : en l’absence (fort regrettable) d’autres textes que ceux de Philodème sur cette question, il nous faudra accepter de ne disposer que d’un seul point de vue, celui d’un disciple qui, pour sa part, est convaincu — par principe - d’être en pleine « orthodoxie », c’est-à-dire de professer (et de défendre avec vigueur) l’opinion autorisée du Jardin dans la tradition directe de l’enseignement d’Épicure et de ses premiers disciples, Métrodore, Hermarque, Polyène et Idoménée. Ce sont là ceux que Philodème appelle soit οἱ καθηγεμόνες, « nos Guides », soit plus souvent οἱ ἄνδρες, « nos grands hommes, nos messieurs », et auxquels l’école voue depuis ses origines une véritable vénération. Voilà une difficulté incontournable, car l’orthodoxie est avant tout une affaire de point de vue ! Mais si l’on n’admettait pas ce préalable, on devrait, me semble-t-il, renoncer à vouloir éclaircir les choses... Acceptons donc, bon gré mal gré, pour pouvoir avancer en poursuivant notre enquête, de tenir désormais la position doctrinale défendue par Philodème pour « orthodoxe », tout en sachant bien qu’elle ne l’était peut-être pas autant qu’il s’est efforcé d’en convaincre ses auditeurs et lecteurs.

  • 4 Désignées par des dérivés du verbe άμαρχάνειν, comme άμαρχία ou άμάρτημα.

7Signalons encore une autre source de difficulté majeure : notre épicurien ne mentionne pas toujours le nom de ceux qui soutiennent des « erreurs4 », comprenons des positions jugées par lui « hétérodoxes », les laissant parfois délibérément dans l’anonymat. D’autres fois, ce sont les lacunes du papyrus qui nous interdisent de connaître l’identité de la personne à qui s’en prend Philodème. Enfin, il est des cas où le nom de celui à qui s’adresse notre sectateur du Jardin est explicitement mentionné, mais où il nous est bien difficile, sinon impossible d’affirmer avec certitude son appartenance à l’école, et donc d’établir son statut : « opposant » ou « dissident » du Jardin ? ou bien, au contraire, adversaire se réclamant d’une autre école, tel le Portique ou la Nouvelle Académie ? Autant dire que nous progresserons dans un environnement souvent très mal connu et plein de pièges tendus, à son corps défendant, par les propos (aujourd’hui souvent lacunaires) du Gadaréen.

8Partons donc d’abord à la découverte du contenu mutilé de la fin de son Pros tous [. Si nous laissons de côté les fragments initiaux (au nombre de 116) dont seuls quelques-uns laissent deviner un peu de sens çà et là, l’extrême fin du rouleau se résume à une vingtaine de colonnes dont ne subsistent au mieux qu’une petite vingtaine de lignes pour chacune, soit moins de la moitié du texte que renfermait cette mince fin de volumen. La difficulté majeure pour le lecteur moderne de cet ensemble ruiné est que les gens à qui s’en prend Philodème ne sont pas nommés dans ce qui nous reste du livre, et que, s’il paraît à peu près assuré qu’il faisait l’éloge posthume de son maître athénien Zénon dans les colonnes 10 à 14 (comme l’a bien vu A. Angeli), ailleurs la plupart des verbes sans sujet exprimé, tant singuliers que pluriels, semblent se rapporter à des « opposants », probablement des épicuriens ou des gens qui se prétendaient épicuriens (voir colonnes 2 à 4), mais qui ne l’étaient qu’en partie, sans qu’ils en aient été nécessairement conscients eux-mêmes. Cela explique que, pour repousser ou combattre leurs affirmations, notre auteur, dans le sillage de Zénon, s’en rapporte systématiquement à la lettre même du « corps de doctrine » (la pragmateia) du Jardin dont, pour sa part, il dispose. Tel ne semble pas, en revanche, avoir été le cas de ceux auxquels il s’oppose, soit que ces derniers n’aient pas eu à portée de main une bibliothèque suffisante, soit qu’ils se soient délibérément contentés des abrégés et autres recueils de morceaux choisis, nombreux dans l’école dès Épicure (ce dernier en avait rédigé, on le sait, à l’intention de tel ou tel disciple sous forme de lettres), soit même que ces sectateurs n’aient pas eu le courage, ou n’aient pas été capables de se plonger dans la lecture des écrits des Maîtres, jugeant largement suffisant de rabâcher une sorte de catéchisme caricatural de la doctrine.

  • 5 Voir Fin. II, 17 : « Car vos maîtres [à vous, épicuriens] précisément exposent de manière absolume (...)
  • 6 Voir Fin. II, 82 qui reprend Fin. I, 66-70 (« Je [c’est l’épicurien Torquatus qui parle] vois donc (...)
  • 7 Voir Tuscnlanes IV, 6-7. Cicéron ajoute que la formulation n’en est pas subtile et que les ignoran (...)

9C’est sans doute l’attitude de tels « épicuriens », fort peu exigeants et plutôt passifs, qui a encouragé des adversaires résolus du Jardin au Ier siècle avant notre ère comme Cicéron, à dénoncer, abusivement, dans les disciples d’Épicure des gens à la fois peu cultivés5 et défendant des positions parfois gravement divergentes sur des points importants de la doctrine, sur l’amitié par exemple6. Outre ces reproches, on se rappellera la dénonciation habituelle chez le Romain du style épouvantable de la plupart des épicuriens, à commencer par Epicure, même si les porte-parole romains du Jardin, Velléius dans La Nature des dieux et Torquatus dans le traité des Fins, y échappent (à titre exceptionnel). De plus, le succès fulgurant de l’épicurisme dans les années-100 à Rome puis dans toute l’Italie, suite à la publication des livres en latin de Caius Amafinius, est présenté par le philosophe romain comme s’expliquant de plusieurs façons concurrentes : « l’extrême facilité d’accès à cette philosophie, les séductions charmeuses du plaisir » ou encore l’absence d’autres publications meilleures dans le domaine7. Autrement dit, au début du Ier siècle l’épicurisme apparaît comme une doctrine d’un abord très facile, du fait sans doute des multiples « abrégés » et autres anthologies disponibles de la doctrine, et surtout fort attirante par la promesse (naïvement entendue) d’une vie toute de plaisirs.

10Pour résumer en quelques mots la situation du Jardin au tournant des IIe-Ier siècles, l’école n’a jamais eu autant de succès auprès des foules, tant à Athènes qu’en Italie, mais cette faveur exceptionnelle repose en grande partie sur une incompréhension fondamentale, qui en dénature profondément le sens, puisqu’elle semble être devenue désormais une philosophie « facile », accessible à tout un chacun, n’exigeant aucun effort personnel et promettant au contraire le plaisir continuel.

Le sursaut doctrinal au sein de l’école sous l’impulsion de Zenon de Sidon

  • 8 Voir A. Angeli-M. Colaizzo, « I l·'ram menti di Zenone Sidonio », CErc 9/1979, p. 47-133.

11C’est contre ce danger gravissime qu’une réaction farouche s’amorça dans le Jardin d’Athènes, sans doute déjà avec Apollodore « Roi du Jardin », mais surtout avec son successeur, l'acriculus senex mentionné par Cicéron : Zénon de Sidon. Ce dernier, qui a bien perçu l’urgence du problème, comme le Pros tous [de Philodème le révèle et comme le peu que nous savons de sa propre production philosophique8 paraît le confirmer, a compris que le meilleur moyen de redresser la barre efficacement était de mettre en évidence, au cas par cas, les « erreurs » et les déviations qu’il relevait chez « ceux qui s’honorent du titre d’épicuriens » (col. 2, 8-10) en confrontant systématiquement leurs affirmations « peu orthodoxes » touchant la doctrine à tout ce qui se lit sur chacune des questions dans le corps de doctrine constitué par Épicure et ses quatre premiers grands disciples, la fameuse pragmateia.

12Philodème fait le pénible constat de cette situation difficile à la colonne 2, en ces termes :

« Je reconnais toutefois, comme je l’ai dit justement en commençant, que parmi ceux qui s’honorent du titre d’épicuriens, il en est qui disent et écrivent beaucoup de choses faites de pièces et de morceaux, beaucoup de choses qui leur sont propres et qui ne s’accordent pas avec notre corps de doctrine, et certaines choses qu’ils en ont arrachées de façon superficielle et à la va-vite... »

13Il souligne ainsi l’étendue de la tâche de reprise en mains de l’enseignement de l’épicurisme qui restait à faire de son temps.

14Redresser ainsi les « erreurs » des compagnons du Jardin qui faisaient fausse route, devait les convaincre de revoir leurs positions et de cesser de professer des dogmes erronés. Car la fidélité de chacun à l’enseignement des Maîtres restait le ciment de toute l’école, et la bonne volonté des épicuriens n’était sans doute pas en cause dans cette affaire. D’ailleurs, Philodème paraît persuadé que, à aucun moment après la mort d’Hermarque, des déviations doctrinales à l’intérieur du Jardin n’ont pu être commises volontairement, si elles ont même jamais existé, lorsqu’il écrit (col. 3) :

  • 9 C’est-à-dire des actes allant à l'encontre de l’enseignement d’Épicure et de ses premiers disciple (...)

« La chose sera possible, [à la condition que cela] et les actes commis par [tous ceux qui] après Hermarque se sont engagés dans notre école philosophique9, quelqu’un fasse voir qu’ils vont dans une même direction, puisqu’ils les auraient voulus et effectués - ce qui, à mon avis, <n’arrivera pas> avant que tous les humains soient noirs, de petite taille et difformes. »

15Le pittoresque de la formule finale vise, selon nous, à souligner avec vigueur qu’une trahison délibérée de la doctrine par quiconque a découvert un jour le message salvateur d’Épicure était, aux yeux de Philodème, impensable.

16La grande force du scholarque athénien dans cette entreprise considérable était, à n’en pas douter, qu’il avait à sa disposition une importante bibliothèque, et (pourquoi pas ?) tout ou partie de la bibliothèque du Jardin, transmise depuis l’époque des Guides de scholarque en scholarque, comme cela se faisait dans les autres écoles. Les copies de livres aussi spécialisés (et souvent aussi longs) que ceux-là étant assurément plutôt rares, il ne devait pas être aisé pour les autres communautés épicuriennes dispersées dans une large partie du bassin méditerranéen d’avoir sous la main ne serait-ce qu’une partie du matériel qui avait été réuni peu à peu et était conservé, précieusement sinon quasi religieusement, à Athènes. La pauvreté en livres des bibliothèques des communautés locales était aussi, probablement en partie, une raison non négligeable de la dérive doctrinale qui s’était à l’évidence développée au cours du IIe siècle : en effet, la vive polémique menée par certaines écoles rivales, le Portique principalement, contre la doctrine épicurienne dut profiter beaucoup du fait que les sectateurs du Jardin disposaient plus souvent d’abrégés ou de recueils de maximes et sentences des Guides que des 37 volumes de La Nature ou des nombreux écrits de Métrodore et d’Hermarque, qui seuls auraient permis de retrouver (et de prouver) la cohérence de l’enseignement du Jardin dans les détails.

17De plus, de nombreuses questions nouvelles durent, inévitablement, se poser dans le cadre de ces vifs débats, questions auxquelles les Maîtres n’avaient pas nécessairement réfléchi et pour lesquelles il fallait donc inventer des réponses nouvelles, en cohérence avec l’ensemble de la doctrine. Cela ne pouvait pas s’improviser. Une lecture approfondie et une excellente connaissance de l’ensemble du corps de doctrine devenaient du même coup indispensables pour fournir sinon des réponses toutes prêtes, du moins des éléments de réflexion suffisants pour suggérer des lignes de défense communes qui fussent réellement en accord avec les dogmes canoniques.

18L’un des grands mérites de Zénon de Sidon précisément semble être, aux yeux de Philodème, d’avoir consacré son énergie à lire et relire avec acribie les écrits magistraux, et d’être parvenu de la sorte à étayer solidement sa réfutation des objections adressées aux Guides par certains. Voici ce qu’on peut lire en effet à la colonne 10 :

« Et en vérité, pour répondre aux accusations portées contre le discours et le genre de vie de l’entourage d’Épicure, c’est justement du contenu des <Livres> qu’il [ = Zénon] s’est aidé, citant sur chaque sujet un nombre infini de passages : ainsi sur la grammaire, l’enquête historique, les proverbes et choses du même genre, sur le style, les bons poèmes, la piété... »

  • 10 Voir Demetrio Lacone, [Aporie esegetiche] ( = PHerc. 1012), éd. E. Puglia (Naples, 1988), col. 41  (...)

19La philologie alexandrine, née avec le Musée à l’aube du IIIe siècle, est passée par là, incitant peu à peu tous les « intellectuels », de quelque bord qu’ils Rissent, à lire attentivement les textes des grands auteurs, et à exercer sur les copies dont ils disposaient un examen critique très poussé. C’est ainsi que les papyrus carbonisés d’Herculanum nous ont conservé de très intéressantes pages où un contemporain de Zénon, Démétrios Lacon, qui enseignait au Jardin de Milet, se livrait à un remarquable travail d’exégèse littérale sur divers passages des œuvres d’Épicure rejetés par certains comme non authentiques ou, du moins, comme entrant en contradiction avec le reste de la doctrine épicurienne. C’est alors que l’on voit Démétrios - qui n’était sans doute pas originaire de Laconie, mais devait bien plutôt son surnom au caractère « laconique » de son expression, contrastant avec la tendance à la prolixité répandue dans l’école — expliquer que l’origine de la difficulté doctrinale soulevée ne peut être qu’une faute matérielle de copie : le scribe ayant probablement sous les yeux un exemplaire abîmé n’a pas su combler d’une manière correcte la lacune de une à deux deux lettres (rongées par des vers) entre tau et phi10. Du même coup, alors que l’original donnait à lire τάφου (la sépulture), les copies exécutées ultérieurement à partir de ce rouleau fautif n’ont pu que transmettre un texte corrigé à tort, τρόφου (la nourriture), ce qui a donné lieu ensuite à des discussions, légitimes, au sein de l’école. Une telle justification de la faute par Démétrios (très satisfaisante pour un papyrologue d'aujourd'hui, soit dit en passant) reposait très vraisemblablement sur le renvoi exprès à d’autres passages où Épicure énonçait des considérations analogues, même si la suite immédiate de cette colonne du papyrus est perdue.

  • 11 En conjecturant [γ]ε au lieu de [δ]ὲ.
  • 12 À nos yeux, la perte du contexte immédiatement précédent rend cette affirmation aventurée.
  • 13 Il est intéressant de noter au passage que dans son livre Sur les stoïciens, Philodème cherche à d (...)

20Ce n’est là qu’un exemple parmi d’autres, mais il est clair que l’offensive menée par Zénon, Démétrios et Philodème contre la dérive du Jardin se fondait d’abord et avant tout sur le texte même des écrits fondateurs, dépoussiérés et lus désormais de près. Il se rencontre d’ailleurs, dans le Pros tous [ (col. 11), une allusion à un adepte de l’école (bien difficile à identifier) qui, « à propos de beaucoup des <Livres>, pensait qu’un doute relatif à leur origine affectait la doctrine de nos Grands hommes, par exemple à propos de certaines lettres, de l'Abrégé à Pythoclès sur les phénomènes célestes, du Sur les vertus, ainsi que des Règles de conduite et des Témoignages attribués à Métrodore, et davantage assurément11 à propos du deuxième livre du Contre le Gorgias de Platon, des livres attribués à Polyène, le Contre les rhéteurs et le Sur la lune, et de ceux qui sont attribués à Hermarque ». La dernière éditrice du livre, A. Angeli, suppose que cet épicurien est Zénon12 (dont il est en effet question de façon récurrente dans les colonnes 10 à 14) ; toutefois, il est permis d’en douter parce que le verbe introducteur (ἡγ[εῖσ]θαι) est ici à l’infinitif, et non à l’indicatif comme c’est ailleurs le cas dans ces colonnes. Mais peu importe au fond ; l’important est que nous voyions ici comment la critique textuelle pouvait amener des membres de l’école à oser remettre en cause l’authenticité de certaines des œuvres des Guides, au motif qu’elles semblaient contenir des éléments doctrinaux en désaccord avec ce qui était tenu pour la doctrine originelle du Jardin. L’une des pratiques de la polémique entre écoles consistant à déconsidérer l’adversaire en mettant sous le nom de tel ou membre illustre de la secte des écrits destinés à la discréditer durablement, il n’était pas superflu de se poser une telle question à propos de l’authenticité des écrits de l’école13.

21En tout cas, le thème récurrent dans la fin du Pros tous [, c’est celui du caractère irremplaçable, pour les épicuriens de la mouvance zénonienne, d’un travail continu sur les Livres (sans autre précision, et qu’on nous permettra d écrire pour cette raison avec une majuscule), autrement dit sur la pragmateia. À la colonne 14, Philodème écrit :

« Mais ce qu’il y a de plus effroyable pour la majorité des épicuriens, c’est ce qui [rend ?] impardonnable leur absence d’activité (ἀνενεργησία) relativement aux Livres... »

22et deux colonnes plus loin :

  • 14 En conjecturant [δούλοις] au lieu de [Πέρσαις], proposé par Angeli, par référence au oἱ δουλεύσαντ (...)
  • 15 En conjecturant κατὰ au lieu de καὶ [τ]ά.
  • 16 Un tel portrait devait immanquablement renvoyer, entre autres, au sage épicurien, qui cherche à pa (...)

« ... sont capables de s’intéresser de près aux Livres les gens qui, ayant reçu une éducation qui sied à des Grecs, et non à des [esclaves14], et instruits dans les disciplines scolaires, enseignent, contre15 ceux qui ont pratiqué l’obscurité et les choses du même type assurément, à découvrir s’il n’existe rien d’autre, parce que, à force de philosopher de l’enfance à la vieillesse, ils se trouvent avoir accumulé minutieusement tant de choses si belles16. »

23Ainsi pour Philodème, un authentique épicurien doit avoir suivi le cursus scolaire traditionnel en Grèce, et philosophé depuis l’enfance dans le rejet constant de l’obscurité et de la confusion ; telles sont en effet les conditions indispensables pour pouvoir se plonger dans le corps de doctrine constitué par les Maîtres et le comprendre pleinement. Autrement dit, les gens sans éducation au point de ne savoir ni lire ni écrire, tels les « esclaves employés aux travaux de force », ne sauraient faire de véritables épicuriens, comme la suite perdue de cette même colonne 16 le disait probablement.

  • 17 Mentionné par Diogène Laërce, Vies X, 3 et surtout 10, où il est précisé qu’Épicure était doux ave (...)

24On sent pointer là un sentiment quelque peu élitiste, et à première vue peu compatible avec l’ouverture, souvent soulignée comme surprenante, du premier Jardin aux femmes, aux courtisanes en particulier, et même aux esclaves. Mais il convient de garder en mémoire que les courtisanes comptaient parmi les femmes cultivées de leur temps (à la fois musiciennes et férues de poésie, elles intervenaient dans les banquets pour ajouter à leur côté divertissant et raffiné) ; et l’on peut imaginer que les esclaves admis au sein du Jardin dès les origines, tel Mys17, n’étaient pas parmi les moins instruits, ou que du moins ils avaient reçu une éducation qui leur permettait de lire et de relire les textes doctrinaux. En réalité, ce que nous (re)découvrons à travers le livre de Philodème, ce n’est rien d’autre qu’une exigence fondamentale de l’enseignement épicurien : philosopher implique de savoir lire, pour pouvoir mémoriser les grandes lignes de l’enseignement des Maîtres, mais aussi et surtout pour être en mesure de progresser par la suite, en se plongeant dans les livres constituant le corps de la doctrine et renfermant la phusiologia, la science qui fournit de façon détaillée l’application à la nature et à l’expérience quotidienne des grands principes qui ont été mémorisés au début de l’apprentissage doctrinal. De fait, le début de la Lettre à Hérodote (§ 35-36) d’Épicure est on ne peut plus clair sur ce point :

« Nous avons en effet sans cesse besoin d’une perception globale, [36] alors qu’il n’en va pas de même de la perception du détail. Il faut donc aller de l’avant et, en ayant cela en vue continuellement, ne se mettre en mémoire que ce qui permettra la perception du plus capital dans les réalités, mais aussi la découverte, dans leur détail, de la totalité des connaissances exactes, une fois que les schémas les plus généraux auront été correctement appréhendés, retenus [...] et ramenés à des éléments et à des formules simples. »

25La lecture est ainsi ce qui peut seul procurer à chaque épicurien l’autonomie qui lui est indispensable pour pénétrer par lui-même au cœur de la doctrine et trouver ainsi le chemin de son propre bonheur, au travers des échanges réguliers avec ses compagnons d’école.

26Philodème va dans le même sens quand, brossant, à la colonne 4, un portrait, plus moqueur que méchant, d’un sectateur du Jardin qui se prétend un « lecteur authentique », il écrit ceci :

  • 18 je conjecture successivement ἐπιγραφἀς [συνίσ]τας κα[τὰ πλ]ήθη au lieu de έπὶ γραφὰς [ἑγλεκ]τὰς κα (...)

« De fait, <parmi ceux qui se dénomment [épicuriens]>, cet homme que nous avons connu et sur lequel nous avons même fait une enquête fouillée, lui qui justement affirme être un “lecteur authentique” parce qu’il [accumule] des titres de traités, même s’il a des visées [élevées], a eu en mains [un nombre, en vérité, réduit d’] anthologies18 ! »

27Savoir lire ne consiste pas à amasser les titres des ouvrages des Maîtres, ni même à se contenter d’en parcourir plus ou moins attentivement des recueils de morceaux choisis ; car de la sorte, ajoute Philodème,

  • 19 Je suggère de lire [τρέ]πει au lieu de [βλέ]πει (Angeli).

« <cet hommes n’a pas la moindre connaissance du contenu détaillé des pensées ; et ce sont les prescriptions à suivre dont il [fait]19 ce qui est capital, comme un pilote dont on dit qu’il tire son savoir d’un livre. »

  • 20 Voir Epicure, Lettre à Hérodote, X, 35-37, passage traduit plus haut et commenté en détail dans D. (...)

28En d’autres termes, c’est une grave illusion de croire qu’une sorte de « catéchisme » réduit aux seules recommandations contenues dans les « abrégés » ou les « maximes capitales » puisse suffire à un épicurien authentique. Car tout cela reste immanquablement extérieur à qui les rabâche, tant qu’il ne maîtrise lui-même pleinement le cheminement graduel de la pensée dont pareille forme resserrée condense seulement la substance nourricière. Et ce n’est que lorsqu’on circule par soi-même constamment à l’intérieur de la doctrine, dans un mouvement de va-et-vient régulier entre ses grandes lignes et le détail des livres de La Nature par exemple, et vice versa, que l’on parvient à pénétrer le sens des pensées de leur auteur et à les mémoriser durablement20.

29D’ailleurs, l’évocation par Philodème, à la colonne 17, de « la lettre adressée par nos Guides à des compagnons d’école sans formation » laisse penser que, déjà dans la première moitié du IIIe siècle, une semblable tendance à la schématisation abusive de la doctrine, autrement dit à sa caricature, pourrait avoir tenté les adeptes les moins instruits, déviation contre laquelle les Maîtres auraient réagi par une telle lettre.

  • 21 Voir Plutarque, Non posse, 1094B ; le texte continue ainsi : « et dans le cas de Pythoclès, tous, (...)
  • 22 Voir D. Delattre, « Les figures du sage et du philosophe au travers de quatre livres éthiques de P (...)

30De fait, une autre des difficultés de l’épicurisme réside dans le juste milieu à tenir entre l’invitation pressante faite par Epicure à Pythoclès de « fuir à toutes voiles la paideia21 », c’est-à-dire le cursus scolaire, d’un côté, et l’exigence, de l’autre, d’une instruction suffisante pour pouvoir suivre ses écrits et pratiquer sa philosophie. En fait, ce que voulait Epicure, c’était avant tout faire comprendre à ses disciples que ce qui importe pour atteindre le bonheur dans l’absence de trouble, ce ne sont pas les connaissances que procurent les disciplines traditionnelles (mathématiques, musique, astronomie, poésie, rhétorique, etc.), mais la compréhension en profondeur des principaux mécanismes de la nature que seule permet la phusiologia, ou « science de la nature », telle que l’a constituée le Maître, et qui, elle, ne fait pas partie du cursus classique. Du même coup, trop d’épicuriens n’ont retenu que la première des deux exigences, par facilité probablement, donnant alors, pour les gens de l’extérieur, de l’école une image très négative du fait de leur faible niveau culturel : leur « rusticité22 » (agroikia) les disqualifiait d’emblée dans le concert des grands courants philosophiques hellénistiques.

  • 23 Point de départ de Pédition d’Aristote publiée par Andronicos de Rhodes, du vivant même de Cicéron (...)
  • 24 En particulier la datation des rouleaux par la paléographie (voir G. Cavallo, Libri Scritture Scri (...)

31À n’en pas douter, Zénon a sur ce plan également montré à ses disciples - Démétrios peut-être, et d’autres avérés comme Philodème et Bromios - la voie d’une réaction vigoureuse, en s’intéressant lui-même de près aux disciplines de l’école, mais sans doute moins pour elles-mêmes que pour expliquer que s’y adonner soi-même exige un temps considérable et ne peut se faire qu’au détriment de la seule chose capitale pour un épicurien : l’exercice quotidien, selon les préceptes contenus dans la pragmateia, de la philosophie, laquelle procure le bonheur dans le temps même où l’on s’y consacre. Ce n’est donc pas un hasard si une grande partie de la production philodémienne retrouvée à Herculanum portait sur la rhétorique, la poésie et la musique (une vingtaine de rouleaux au total !). De plus, nombreux sont les ouvrages où Philodème cite la lettre même des écrits des Guides, fournissant ainsi à ses auditeurs-lecteurs une garantie indéniable sur l’authenticité doctrinale et concourant, à son tour, à la défendre et à l’illustrer en Campanie, où il a émigré (plus ou moins longtemps) après la prise d’Athènes par les troupes de Sylla en-88 et la fermeture, pendant quatre années, des écoles philosophiques athéniennes. Les bibliothèques de ces écoles, on le sait, étaient très convoitées des conquérants romains : ainsi Sylla revint-il en Italie apportant avec lui comme un trophée prestigieux la riche bibliothèque du Péripatos23. Rien n’empêche d’imaginer que la bibliothèque du Jardin put être mise en sécurité à temps, ou au moins une partie de ses rouleaux, échappant ainsi au conquérant ; car il y a de bonnes raisons de penser24 que l’importante bibliothèque épicurienne de la « Villa des Papyrus » d’Herculanum - propriété présumée du fameux homme politique que Cicéron accusait si vivement dans son Contre Pison, Calpurnius Pison Caesoninus - provenait, en partie, de la riche collection dont avaient disposé les scholarques du Jardin, au moins jusqu’à la mort de Zénon, pour maintenir et défendre de façon autorisée la doctrine traditionnelle de l’école.

32Cela nous amène naturellement à l’interrogation suivante : Zénon et, avec lui, ses disciples dont Philodème n’étaient-ils pas légitimement fondés à revendiquer la défense de leurs positions doctrinales comme défense de l'orthodoxie ? De fait, à partir du moment où, parce qu’ils disposaient du corpus fondateur de la secte, ils étaient en mesure d’en faire usage pour dénoncer comme étant des « erreurs » les propos de tel ou tel épicurien, antérieur ou contemporain, et avaient la possibilité de définir une position « officielle » de l’école qui fût la plus en accord possible avec la lettre des écrits magistraux, alors que les autres communautés épicuriennes ne pouvaient agir de même, la seule orthodoxie ne devient-elle pas de facto la doctrine que cautionnent les Livres ?

Les caractéristiques de la polémique philodémienne

  • 25 Voir PHerc. 1674, col. 21-29 (« certains d’entre nous », puis 34-35 (Bromios) et col. 52-53 éd. Lon (...)
  • 26 Voir PHerc. 1457, col. 4 et 12 éd. Kondo, CErc 4/1974, p. 43-56 (Nicasicratès).
  • 27 Voir PHerc. 168, col. 7, puis 36-39 (Nicasicratès) ; et 46-50 (les tenants anonymes des « épilogis (...)
  • 28 Voir PHerc. 152/157, fr. 65, 1-8 (Nicasicratès) ; puis fr. 75, 1-8, et col. 13, 5-11 (Antiphane).
  • 29 Ce personnage mentionné dans La Colère (col. 7) est critiqué pour s’être « approprié la doctrine d (...)

33Toutefois, il ressort avec évidence d’une fréquentation prolongée des écrits de Philodème (qu’ils aient été destinés à réfuter les ennemis de l’école, ou à reprendre les « erreurs » d’épicuriens ou de gens qui se proclamaient tels) que la différence de traitement entre les deux types d’« opposants » est considérable. Si un stoïcien comme Diogène de Babylone est souvent traité avec une ironie mordante qui souligne, avec âpreté et mépris, la moindre de ses incohérences logiques et de ses idées discutables, ce qui ressort du Pros tous [, mais aussi du livre II de La Rhétorique25, de La Flatterie26, de La Colère27 ou encore du Sur les dieux28 de Philodème, c’est le constat suivant. Certes le Gadaréen souligne nettement certaines « erreurs » (ponctuelles et plus ou moins graves) de tel ou tel de ses compagnons d’école (ainsi Bromios, Nicasicratès et Timasagoras29 de Rhodes, mais aussi un certain Andiphane, et beaucoup d’autres anonymes), parfois même avec une certaine vigueur. Dans ce cas de figure néanmoins, loin de dénoncer un adversaire, on le sent bien, Philodème « reprend » (νουθετεῖ), preuves matérielles à l’appui, un compagnon, un συνήθης, un proche en un mot, qui se fourvoie par ignorance des textes de référence des Maîtres, et dont « l’erreur » risquerait de porter préjudice à l’ensemble du Jardin s’il ne la rectifiait pas.

  • 30 Le PHerc. 1471 nous en conserve une partie considérable.

34C’est que la παρρησία, le « franc-parler », auquel notre Gadaréen consacra un gros volume30 (homonyme) des Caractères et genres de vie, était quelque chose de capital à l’intérieur de l’école, avec comme objectif premier l’amélioration morale de celui qui se trouvait « repris » par l’un des Maîtres. Comme le rappelle un passage de La Colère, certains d’entre eux le faisaient avec plus ou moins de brutalité (Épicure était d’un tempérament plutôt colérique, et souvent bousculait ses disciples), mais le but visé était toujours le même, et l’esprit de la « correction » restait celui d’une amitié véritable, celle qui veut simplement le bien de l’ami. En réalité, tout épicurien, même si certains de ses propos pouvaient paraître discutables, se réclamant (en quelque sorte « par définition ») de la doctrine salvatrice du Maître, il méritait, pour cette raison, des égards et de la considération dans tous les cas ; et si l’on parvenait à faire de lui, par la persuasion, un épicurien bien (in)formé, le Jardin ne pouvait qu’y gagner un renfort de poids.

  • 31 Voir D. Delattre, « La composition des hypomnèmata de Philodème à partir du livre IV du De musica (...)

35Comment, en définitive, apprécier la production philosophique de Philodème, et probablement aussi une partie, au moins, des écrits de son maître Zénon et du contemporain de celui-ci, Démétrios Lacon ? Il s’agissait avant tout de ce que Philodème nomme lui-même de façon fort explicite des commentaires (hypomnèmata31). En d’autres termes, des écrits qui renvoient expressément à d’autres textes (plus ou moins) antérieurs, qu’ils citent parfois longuement pour les commenter dans un deuxième temps, et en faire une critique du point de vue épicurien.

  • 32 En brossant une histoire parallèle des diverses écoles philosophiques jusqu’au début du Ier siècle (...)

36C’étaient sans doute au départ des conférences destinées aux compagnons d’école, donc à finalité ésotérique ; mises par écrit pour servir aux contemporains du Gadaréen, mais aussi aux adeptes futurs du Jardin, elles se fondaient systématiquement sur la lettre d’écrits composés par d’autres, que ce soient les Guides ou des adversaires (au plein sens du terme) d’autres obédiences, contre lesquels le Jardin avait à (ré) affirmer clairement l’originalité et le bien-fondé de sa position. Tous les écrits philosophiques du Gadaréen se rangent en effet dans ce tableau à double entrée, y compris la Revue des philosophes, qui pourrait pourtant sembler y échapper32.

  • 33 De. ce point de vue, la conception même de la partie finale qui subsiste du Sur les signes – où Ph (...)

37C’est une véritable machine de guerre qui se trouvait ainsi constituée, un riche arsenal d’arguments à usage interne d’abord, visant à renforcer solidement la formation doctrinale des compagnons d’école, en quelque lieu qu’ils philosophent33 ; mais aussi à usage externe, dans la mesure où les écrits philodémiens (et probablement aussi zénoniens, même si nous n’avons que peu de témoignages sur ces derniers) montrent de quelle manière et avec quels arguments il convient que les compagnons répliquent à leurs adversaires, surtout stoïciens, sur tous les grands sujets de polémique du moment, que ce soit le mode d’inférence logique, la théologie, l’éthique sous ses divers aspects, la politique, les disciplines de l’école et l’art (rhétorique, poésie, musique), etc.

38On n’a guère de mal à imaginer que, étant ainsi armés, les sectateurs du Jardin aient réintégré sans difficulté dans leur pratique en commun de la philosophie la dimension, essentielle, de la lecture attentive et de la méditation fréquente des textes fondateurs. Ils ne risquaient plus dès lors de prêter le flanc au reproche (fort dangereux pour le devenir de la doctrine) d’inculture et d’abandon total au plaisir des sens, par lequel on cherchait à enrayer la faveur extraordinaire dont jouissait alors le Jardin auprès de la multitude, particulièrement en Italie. Eu égard au succès incontestable que connut l’école auprès de l’aristocratie romaine favorable à César peu après (vers le milieu du Ier siècle), et encore dans les décennies suivantes (Virgile, Mécène ou Horace), on peut penser que l’entreprise philodémienne eut une réelle efficacité, en contribuant à réhabiliter auprès de l’élite du temps l’aspect intellectuel et exigeant de l’épicurisme des origines. S’il n’en avait pas été ainsi, pourrait-on concevoir que Cicéron ait nourri une correspondance aussi étroite et aussi longue, et une telle amitié avec un épicurien convaincu et fervent comme l’était son « éditeur » et « dénicheur d’œuvres d’art » Atticus ?

39Malheureusement, si la bibliothèque du Jardin avait pu être sauvée des griffes des conquérants romains, et avait permis dans les décennies suivantes un sursaut salutaire pour l’école, elle n’aura pas la même chance un siècle et demi plus tard, quand le Vésuve recouvrira pour près de dix sept siècles Pompéi, Herculanum et les autres cités de cette partie de la Campanie. Toutefois, en dépit de tout, le hasard fera qu’elle connaîtra, seule parmi les bibliothèques des écoles athéniennes (sinon de toutes les bibliothèques de l’Antiquité), une résurrection tardive (dès 1752). Sa redécouverte n’est toujours pas terminée puisque la papyrologie d’Herculanum a rarement été aussi active qu’aujourd’hui, et qu’on continue d'espérer une prochaine reprise des fouilles de la Villa des Papyrus, avec, parmi les objectifs attendus, la localisation et la récupération de ce qui peut y subsister encore des bibliothèques (grecque et latine) !

Notes

1 À l’exception de l’ouvrage mutilé de Polystrate, Sur le mépris irrationnel des opinions populaires, qui pourrait dater du troisième quart du IIIe s. Ce dernier souligne la nécessité de prendre en compte une partie des opinions populaires pour pouvoir vivre et laisse transparaître une interprétation « mixte » de la théorie du droit, qui pourrait présenter un certain écart avec la doctrine des fondateurs.

2 Né vers-190, il serait devenu scholarque du jardin d’Athènes vers-150 et y aurait « régné » une quarantaine d’années jusqu’à sa mort, selon Dorandi (DPhA t. I, n° 243, p. 271). C’est probablement à son époque que le Jardin fut le plus durement attaqué par ses adversaires. Ceux-ci développaient des systèmes de plus en plus rigoureux et subtils sur le plan logique, tels les stoïciens Diogène de Babylone et Panétius, ou encore Carnéade pour la Nouvelle Académie, tandis que le Jardin paraît bien, dans le même temps, ne pas avoir su répliquer avec une efficacité suffisante aux attaques. C’est peut-être ce qui l’a amené à se replier progressivement sur lui-même, même si Diogène Laërce mentionne un ouvrage d’Apollodore intitulé Sur les écoles philosophiques (Vies I, 60), et qui pourrait bien être à l’origine de la Revue des philosophes (en dix livres) de Philodème, ainsi qu’un Recueil des doctirines (ibid. VII, 181), qui prouve qu’il avait défendu l’originalité des écrits d’Epicure contre la multitude des citations étrangères faites par Chrysippe dans ses livres. Par ailleurs, cet Apollodore, qualifié par Diogène Laërce de « remarquable », aurait écrit plus de quatre cents livres (ibid. X, 25).

3 F, Longo Auricchio-A. Tepedino Guerra, « Chi è Timasagora ? », Atti del Convegno Inter. La regione sotterrata dal Vesuvio, studi e prospettive (Naples, 11-15 novembre 1979), p. 1-9 ; F. Longo Auricchio-A. Tepedino Guerra, « Aspetti e problemi delle dissidenza epicurea », CErc 11/1981, p. 25-40. Voir aussi M. Erler, « Dissidenten », dans H. Flashar (éd.), Die Philosophie der An tike, 4, 1 : Die Hellenistische Philosophie, Bâle, 1994, p. 283-285 ; et D. Sedley, « Philodemus and the decentralisation of philosophy », CErc 33/2003, p. 31-41 (il est question de Nicasicratès p. 33).

4 Désignées par des dérivés du verbe άμαρχάνειν, comme άμαρχία ou άμάρτημα.

5 Voir Fin. II, 17 : « Car vos maîtres [à vous, épicuriens] précisément exposent de manière absolument parfaite qu’il n’est nullement nécessaire que celui qui va être philosophe soit cultivé. Aussi, tout comme nos ancêtres ont enlevé le fameux Cincinnatus à sa charrue pour qu’il fût dictateur, vous, vous allez dans tous les villages pour y recruter des hommes certes excellents, mais dont on ne peut pas dire qu’ils aient un haut niveau d’éducation. » (trad, inédite C. Lévy).

6 Voir Fin. II, 82 qui reprend Fin. I, 66-70 (« Je [c’est l’épicurien Torquatus qui parle] vois donc que, sur l’amitié, il y a eu chez les nôtres trois positions différentes ») : « Voyons ce que tu [ = Torquatus] as dit au sujet de l’amitié. Il m’a paru qu’une seule idée venait d’Epicure lui-même, à savoir que l’amitié ne peut être séparée du plaisir et qu’il faut la cultiver parce que, sans elle, il est impossible de vivre en sécurité et sans peur, donc impossible de vivre plaisamment. J’ai déjà suffisamment répondu à cela. Tu as apporté une conception plus humaine, qui vient de ces épicuriens plus récents, et qui n’a jamais été, que je sache, exprimée par Épicure lui-même. » (trad, inédite C. Lévy).

7 Voir Tuscnlanes IV, 6-7. Cicéron ajoute que la formulation n’en est pas subtile et que les ignorants l’apprennent avec une très grande facilité et l’apprécient.

8 Voir A. Angeli-M. Colaizzo, « I l·'ram menti di Zenone Sidonio », CErc 9/1979, p. 47-133.

9 C’est-à-dire des actes allant à l'encontre de l’enseignement d’Épicure et de ses premiers disciples, et impliquant une volonté ouverte de rupture, ou de dissidence, avec le Jardin.

10 Voir Demetrio Lacone, [Aporie esegetiche] ( = PHerc. 1012), éd. E. Puglia (Naples, 1988), col. 41 : « ... Quelqu’un pourrait [aussi s’étonner qu’Epicure ait soulevé la question de savoir] « si un homme sage se souciera de sa nourriture », alors que la question est assurément la suivante : « si un homme sage se souciera de sa sépulture », pour peu qu’il soit tombé sur des copies dans lesquelles, comme l'alpha était rongé, un copiste a voulu compléter le mot par insertion du rho et de l'omicron. Ce qui est clair ainsi, c’est justement l’invitation que fait Epicure [à ne pas sc préoccuper du type] de réceptacle [qui accueillera, après la mort, le] corps... (longue lacune) » (trad. inédite D. Delattre).

11 En conjecturant [γ]ε au lieu de [δ]ὲ.

12 À nos yeux, la perte du contexte immédiatement précédent rend cette affirmation aventurée.

13 Il est intéressant de noter au passage que dans son livre Sur les stoïciens, Philodème cherche à démontrer, en usant du même type de critique, l'authenticité de la Politeia de Zénon de Citium cette fois, dont le caractère souvent ouvertement cynique gênait beaucoup certains stoïciens du Ier siècle, qui en venaient à en nier farouchement l'authenticité.

14 En conjecturant [δούλοις] au lieu de [Πέρσαις], proposé par Angeli, par référence au oἱ δουλεύσαντες de la dernière phrase ; [φαύλοις] (« des gens de rien ») ne serait pas non plus impossible. L’opposition est ici entre le type même de l’homme instruit et philosophe, le Grec, et celui qui ne l’est pas ; mais la lacune est trop courte pour accueillir le mot qu’on attendrait, les Barbares (ou non-Grecs). La restitution d’Angeli, à première vue étrange, s’appuie sur le fr. 20 de l’édition des Fragments de Zénon de Sidon édités par A. Angeli et M. Colaizzo.

15 En conjecturant κατὰ au lieu de καὶ [τ]ά.

16 Un tel portrait devait immanquablement renvoyer, entre autres, au sage épicurien, qui cherche à parler clair (le contraire de l'ἀσάφεια ici dénoncée), parce qu’il sait exactement ce qu’il y a sous les mots qu’il utilise, autant qu’à comprendre les mécanismes de l’univers, à travers la connaissance de la nature (phusiologia).

17 Mentionné par Diogène Laërce, Vies X, 3 et surtout 10, où il est précisé qu’Épicure était doux avec ses domestiques, lesquels philosophaient avec lui. Au § 21, par son testament ce dernier affranchit, outre Mys, deux autres esclaves mâles ainsi que sa servante Phédrion.

18 je conjecture successivement ἐπιγραφἀς [συνίσ]τας κα[τὰ πλ]ήθη au lieu de έπὶ γραφὰς [ἑγλεκ]τὰς κα[ὶ πλ]ήθη Angeli ; puis [γ]ε [ὐψή]λως au lieu de [γ]ε [φαύ]λως Angeli ; et enfin γε ὀλ[ίγας] au lieu de πολ[λὰζ) Angeli.

19 Je suggère de lire [τρέ]πει au lieu de [βλέ]πει (Angeli).

20 Voir Epicure, Lettre à Hérodote, X, 35-37, passage traduit plus haut et commenté en détail dans D. et J. Delattre, « Sens et puissance de l’abrégé dans l’enseignement d’Epicure », à paraître dans les Actes du Colloque « Formes de l’écriture et figures de la pensée » (Université Ch. De Gaulle-Lille 3, 1-2 décembre 2006).

21 Voir Plutarque, Non posse, 1094B ; le texte continue ainsi : « et dans le cas de Pythoclès, tous, hommes et femmes, demandent à Epicure d’intervenir, suppliant le jeune homme de ne pas céder à l’attrait de ce qu’on appelle l’éducation libérale. » (traduction inédite).

22 Voir D. Delattre, « Les figures du sage et du philosophe au travers de quatre livres éthiques de Philodème », CErc 33/2003, p. 229-241, et en particulier p. 236-238.

23 Point de départ de Pédition d’Aristote publiée par Andronicos de Rhodes, du vivant même de Cicéron et Philodème.

24 En particulier la datation des rouleaux par la paléographie (voir G. Cavallo, Libri Scritture Scribi a Ercolano, Naples, 1983) révèle que la production d’une partie d’entre eux remonte au début ou au milieu du IIe siècle, et qu’un certain nombre de rouleaux de La Nature d’Epicure non seulement datent d’une époque sensiblement antérieure à Philodème, mais appartenaient visiblement par leur format et leur mise en colonnes à une même « édition ». De plus certains livres de l'Opus magnum d'Epicure s y trouvaient en deux ou même trois exemplaires, de factures et d’époques différentes. Cela laisse entendre qu’ils pouvaient servir éventuellement à des travaux critiques comparatifs, du genre de ceux que nous avons évoqués précédemment.

25 Voir PHerc. 1674, col. 21-29 (« certains d’entre nous », puis 34-35 (Bromios) et col. 52-53 éd. Longo Auricchio (des épicuriens de Rhodes et de Cos).

26 Voir PHerc. 1457, col. 4 et 12 éd. Kondo, CErc 4/1974, p. 43-56 (Nicasicratès).

27 Voir PHerc. 168, col. 7, puis 36-39 (Nicasicratès) ; et 46-50 (les tenants anonymes des « épilogismes ») éd. Indelli.

28 Voir PHerc. 152/157, fr. 65, 1-8 (Nicasicratès) ; puis fr. 75, 1-8, et col. 13, 5-11 (Antiphane).

29 Ce personnage mentionné dans La Colère (col. 7) est critiqué pour s’être « approprié la doctrine de nos grands hommes » dans le PHerc. 19/698 [ = Sur les sensations], col. 22 éd. Monet, CErc 28/1998, p. 27-125.

30 Le PHerc. 1471 nous en conserve une partie considérable.

31 Voir D. Delattre, « La composition des hypomnèmata de Philodème à partir du livre IV du De musica et des restes du De signis », dans G. Giannantoni-M. Gigante (éds), Epicureîsmo greco e romano. Atti del Convegno Internazionale (Naples-Capri, mai 1993), Rome, 1996, p. 551-574.

32 En brossant une histoire parallèle des diverses écoles philosophiques jusqu’au début du Ier siècle avant notre ère, où sont enregistrés scrupuleusement les noms des différents scholarques et de leurs disciples, et évoquées de manière objective, c’est-à-dire non polémique, la vie et l’oeuvre des principales personnalités de chaque école, Philodème poursuit simplement son entreprise générale de « lecture », ici des sources disponibles sur toutes ces matières, y compris hors du cadre de son école. Dans le même temps, il cherche à prouver aux gens extérieurs au Jardin que les épicuriens pratiquent la philosophie en toute connaissance de cause. Car un tel ouvrage, sans doute utilisé directement par Diogène Laërce (qui le mentionne deux Fois) pour composer ses Vies, est la preuve indiscutable du vaste savoir du Jardin relativement à Phistoire de la philosophie et aux multiples questions débattues par les différentes écoles. Et surtout il démontre que les options doctrinales du Jardin ne sont pas des choix par défaut, autrement dit effectués dans une ignorance totale des débats philosophiques, mais bien au contraire des positions assumées pleinement par les adeptes de la doctrine, en parfaite cohérence avec l’enseignement salvateur dispensé par Epicure dès l’origine.

33 De. ce point de vue, la conception même de la partie finale qui subsiste du Sur les signes – où Philodème donne successivement la parole, dans le cadre d’une discussion technique de logique, à Zénon, puis Bromios, puis Démétrios, sans intervenir lui-même, au moins en apparence – est très symptomatique de cette volonté d’armer au mieux les sectateurs du Jardin sur cette question capitale. Même chose encore à la fin de La Colère, où Philodème souligne les risques que font courir à l’école trois raisonnements qui comparent la colère avec la gratitude et l’ivresse et dont les utilisateurs sont maintenus délibérément dans l’anonymat.

Auteur

CNRS-IRHT

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540