Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Transmettre les savoirs dans les mondes hellénistique et romain

 | 
Frédéric Le Blay

Avant-propos

Frédéric Le Blay

Full text

1La philologie est une science de la transmission. Le philologue est un passeur. Dépositaire d’un imaginaire et de savoirs confiés à l’écrit par les Anciens, il a la charge d’en assurer la conservation, la résurrection parfois, et de faire en sorte qu’il puisse donner à tous matière à penser et à rêver. Il veille à ce que les langues du passé conservent un sens pour l’homme moderne ; il entretient le lien entre les Anciens et les Modernes. Cette perspective historique et diachronique oriente la philologie et les sciences de l’Antiquité. Il s’agit de penser le passage de l’Antiquité à la Modernité, de penser les ruptures, mais aussi et surtout d’affirmer la permanence et le maintien d’une tradition. Tel est le sens premier que la notion de transmission revêt dans nos disciplines classiques.

  • 1 Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, Paris, Le Seuil, coll. « L’Univers historique », 1948 (pl (...)

2Mais avant de nous être transmis sous la forme que nous leur connaissons, c’est-à-dire celle d’une littérature, les savoirs de l’Antiquité ont d’abord été des disciplines et des pratiques, plus ou moins théoriques, plus ou moins techniques, dont les Anciens eux-mêmes eurent à assurer l’organisation et la transmission. Qu’ils soient transmis de père en fils ou de maître à disciples, qu’ils soient réservés aux initiés et spécialistes ou destinés au public des lettrés, les savoirs constitutifs de ce que l’on pourrait appeler la science ou la pensée du monde gréco-romain ont eu à répondre à cet impératif de la transmission, sans laquelle le progrès de la connaissance ne saurait advenir. Or les modes de transmission sont multiples : ils sont liés aux circonstances ou à la nature même des disciplines et des contenus. Transmission écrite ou orale, transmission par un enseignement scolaire ou par la voie de l’expérience, les stratégies et les procédés sont divers. Ainsi, avant de penser le passage de l’Antique au Moderne, il convient de penser en quelque sorte ce que l’Antique a d’antique, d’observer l’Antiquité en elle-même. Comment les Anciens se sont-ils transmis les savoirs qu’ils avaient eux-mêmes constitués et organisés ? La transmission des savoirs et des doctrines s’opérait-elle alors comme elle s’opère aujourd’hui ? La réponse à cette question relève de l’histoire des idées en général et de celle de l’éducation en particulier. Il ne s’agit donc pas d’une interrogation nouvelle mais d’une question qui ne cesse de se renouveler à mesure que notre connaissance de certains pans du savoir antique, pendant longtemps délaissés ou inconnus, s’élargit. Depuis l’étude magistrale d’Henri-Irénée Marrou1, notre étude des écoles, des doxographies et des disciplines scientifiques de l’Antiquité s’est enrichie de nombreuses découvertes et de nouvelles approches.

3La définition même de ce qui pouvait représenter un savoir ou une science pour l’homme grec ou l’homme romain est toujours à établir, et la réponse ne saurait reposer sur notre organisation moderne des disciplines scientifiques, qui reste elle-même sujette à débat. En effet, la frontière entre ce qui relèverait de la science et ce qui n’en relèverait pas est mouvante. Le problème se pose avec une grande acuité dans une discipline comme la médecine, et les médecins de l’Antiquité n’ont jamais cessé d’évaluer cette frontière, en scrutant notamment la relation problématique entre théorie et expérience. C’est pourquoi, il serait sans doute plus juste de se limiter aux termes de « savoirs » et de « disciplines » pour désigner les différentes formes prises par l’activité intellectuelle en monde grec et romain, et laisser de côté l’idée même de science - bien qu’il s’agisse d’un vocable latin - dont la définition précise est aujourd’hui encore instable. Pour le philologue, l’hésitation est d’autant plus légitime qu’il ne saurait accepter une bipartition de la littérature antique en oeuvres reconnues comme « littéraires » d’un côté et en textes strictement techniques ou pratiques de l’autre. Certes, il existe des genres — et les Anciens se sont faits les champions de la théorie des genres et des classifications — et des styles variant d’un genre à l’autre, mais refuser le statut de littérature aux textes médicaux, aux traités d’architecture ou aux « encyclopédies » reviendrait à porter sur la culture antique un regard biaisé, un regard par trop moderne et donc anachronique. Ce serait oublier l’emprise de la formation rhétorique sur tout auteur rédigeant un texte, qu’il fût poète, médecin ou doxographe. L’éducation des grands auteurs et savants de l’Antiquité reposait sur les mêmes fondements, quelle que fût leur spécialité professionnelle : elle passait par la lecture des grands auteurs classiques, par la rhétorique et par la philosophie. Galien de Pergame, dont il sera amplement question dans ce volume, est l’exemple parfait de cette pluridisciplinarité dont l’homme accompli devait témoigner. L’Antiquité nous a légué de grandes figures de polymathes ; l’Humanisme de la Renaissance s’est élaboré sur ce même idéal de la circularité des savoirs ; l’Encyclopédie des Lumières en fut l’héritière. Il serait bon de se demander si cet idéal reste à l’ordre du jour et d’essayer de distinguer les grands polymathes de notre époque... Il suffit ici d’invoquer la figure du bon orateur selon Cicéron, celle du bon architecte selon Vitruve, un homme qui ne soit pas l’homme d’un seul savoir ou d’une seule technique, mais celui d’une alliance des savoirs.

4Et que dire de la philosophie ? Quelle place lui accorder dans la ronde des savoirs ? La place suprême, si l’on en croit les philosophes. Elle viendrait couronner le système des savoirs et des doctrines. Cette place lui fut cependant maintes fois contestée, ne serait-ce que parce que les philosophes, divisés et opposés en controverses et polémiques sectaires, ne parvenaient pas à s’accorder sur une définition du savoir et de la vérité. Mais la science et la spéculation théorique elles-mêmes posaient un problème aux philosophes. Devaient-elles jouer un rôle au sein de l’enseignement, avaient-elles à voir avec la recherche de la sagesse et du bonheur, ou bien fallait-il les reléguer aux spécialistes ? Sur ce point, comme sur de nombreux autres, les écoles se combattaient : d’un côté Platon, académiciens, sceptiques, de l’autre Aristote, épicuriens, stoïciens. Et encore, parmi les adeptes du Jardin ou du Portique, l’affaire n’était pas tout à fait entendue.

  • 2 1447 b 16-20.

5Dès le premier chapitre de sa Poétique, Aristote oppose Homère à Empédocle et considère que, même si certains ont coutume d’appeler poètes ceux qui traitent en vers d’un sujet de médecine ou d’histoire naturelle, il n’en reste pas moins qu’Homère seul doit être appelé poète2. C’est le jugement d’un grand penseur incarnant la réunion des savoirs ; c’est aussi le jugement d’un esprit animé par la volonté de classer, de distinguer et de séparer. Mais si l’on accepte de regarder la production littéraire antique sans ce préjugé de la catégorisation générique, on constate que le jugement exprimé par Aristote se heurte bien souvent à la réalité des textes. De grands textes théoriques et scientifiques sont aussi de grands poèmes, comme en témoignent les chants lucrétiens. La poésie est bien l’une des formes privilégiées que prend, dans l’Antiquité, la transmission du savoir et cet usage n’est pas qu’affaire de mémorisation ou d’ornement formel. Quant aux grands auteurs « classiques », poètes ou philosophes, ils ne dédaignent pas d’inscrire dans leur production des ouvrages plus techniques, ainsi les Questions sur la nature de Sénèque, oeuvre de la vieillesse, contemporaine et complémentaire des Lettres à Lucilius. C’est pourquoi, si la littérature technique et les textes de savoir ont pu être quelque peu délaissés dans le passé au profit d’une littérature jugée plus légitime, on ne peut plus aujourd’hui ignorer l’importance qu’ils revêtaient aux yeux des lecteurs cultivés du monde gréco-romain et la place de premier ordre qu’ils occupent au sein de la littérature émergée, ne serait-ce que par le volume. Il y a certes des genres et des styles, il y a peut-être « des littératures », mais il n’y a pas de hiérarchie de valeur à établir entre écriture de savoir et écriture de création -poiêsis - dans l’Antiquité.

6Les études sur les sciences de l’Antiquité connaissent depuis quelques années un regain d’intérêt. La médecine joue certainement le rôle de fer de lance dans cette réorientation des sciences philologiques. Parmi les récents travaux d’édition, de traduction et de commentaire, les textes de savoir et la littérature technique sont bien plus représentés qu’ils ont pu l’être par le passé. Les grands colloques consacrés à la partie scientifique de la culture antique se sont multipliés. Il serait long d’énumérer ici la bibliographie des dix ou vingt dernières années portant sur ces sujets. Cette partie de la philologie qui se consacre aux techniques et aux sciences connaît encore bien souvent le plaisir de l’inédit et de la découverte, dans une province de l’histoire littéraire que l’on pouvait croire entièrement reconnue et balisée. La philosophie participe de ce mouvement d’expansion et d’exploration des contrées nouvelles de la littérature des Anciens, grâce en particulier aux données nouvelles apportées par la papyrologie ou aux études plus systématiques menées sur la doxographie. Les articles contenus dans ce volume se veulent le reflet de ces réflexions actuelles.

7À travers les différentes disciplines et formes du savoir qui furent abordées lors de ces journées du colloque Doctrinarum disciplina, dont nous livrons ici les actes, c’est une autre question centrale et traditionnelle de nos études philologiques qui est de nouveau posée, ayant également trait à la transmission. Nous pensons au bilinguisme du monde méditerranéen antique et à la traduction ainsi qu’à l’acclimatation des savoirs grecs en territoire latin. Autre manière d’aborder la question de la transmission dans le monde antique... Comme le rappelle Horace dans sa fameuse épître aux Pisons, nos Anciens eurent eux-aussi leurs Anciens. Pour un romain, pour peu qu’il fût philosophe ou médecin, c’est vers le monde grec qu’il fallait se tourner pour revenir aux sources. Les récents travaux portant sur la littérature technique de l’Antiquité ont conduit à reposer en termes nouveaux cette question du passage du grec au latin. Ici encore, il serait long de présenter la riche bibliographie.

8De même que nous avons voulu étudier les savoirs dans leurs interactions réciproques, il nous paraissait donc essentiel de ne pas séparer le monde grec du monde romain. La philosophie comme les sciences sont assurément les témoins d’une continuité presque parfaite entre l’hellénisme et la romanité, ce qui n’exclut pas ajustements et réorganisations. Les grandes encyclopédies romaines du Ier siècle, celle de Celse, celle de Pline, les synthèses philosophiques de Cicéron, sont l’expression de cette appropriation romaine de la pensée spéculative et des savoirs grecs. À sa manière, ce volume, où il est question de philosophie, d’histoire, de médecine, de mathématiques, de musique, etc., s’efforce, sans viser l’exhaustivité — visée illusoire, de réaliser cette synthèse des questionnements et des données. Il esquisse, en quelques traits, le paysage culturel et intellectuel de deux civilisations que l’histoire a fait se rencontrer et s’unir. Il essaye de définir et de décrire ce qui était de l’ordre du savoir et de la connaissance en monde grec et romain, de comprendre ce en quoi consistait alors l’apprentissage, l’enseignement et la transmission. Il se penche sur les méthodes et les techniques, sur les lieux, sur les acteurs, maîtres et disciples, sur les écoles et les systèmes.

9Dans le plan suivi, nous n’avons surtout pas voulu séparer les domaines du savoir. C’eût été manquer la visée que de consacrer une partie à chaque discipline particulière. C’était surtout prendre le risque du déséquilibre, avec deux excroissances majeures, philosophie et médecine, d’une part, et une série de disciplines non moins riches mais mineures quant aux témoins littéraires d’autre part. Sans compter que les deux premières eurent tendance à vouloir englober toutes les autres... Et quelle place pour les historiens, qui sont au coeur de cette question de la transmission sans pour autant être sur le même le même plan que les philosophes et autres théoriciens ou praticiens ? Nous avons donc essayé de structurer le propos autour des grandes questions constitutives du processus de transmission, sans les épuiser d’ailleurs, illustrées par différents savoirs.

10La première partie, « Organisation des savoirs et constitution des doctrines », aborde le sujet de la manière la plus générale, tout en choisissant de l’illustrer par des exemples et des cas particuliers : il s’agit de penser l’émergence de corps doctrinaux et de systèmes organisés, la définition de savoirs précis et la relation qu’ils entretiennent les uns par rapport aux autres. Il s’agit plus généralement d’envisager la définition et la finalité mêmes des « sciences » et des savoirs dans la culture hellénistique et romaine.

11La seconde partie se concentre sur les savoirs techniques, ceux dont la pratique et la transmission relèvent autant de la théorie que de l’expérience. Ces savoirs posent la question de la culture et du degré d’éducation de leurs représentants, du rapport entre ce que les théoriciens ou les traités techniques enseignent et les connaissances réelles des praticiens. Leur exemple nous permet aussi d’illustrer de manière concrète les différents visages que le savoir peut prendre dans l’Antiquité.

12Dans une troisième partie, nous revenons à ce qui constitue l’essentiel du travail philologique, c’est-à-dire l’identification, l’établissement et la compréhension des sources écrites. Les témoins littéraires sont de tous ordres, directs ou indirects. Ils nous font comprendre comment toute entreprise de transmission consiste d’abord en une reprise et une réélaboration permanentes de textes de référence. Les auteurs eux-mêmes ne sont pas toujours aisément identifiables. Surtout, la nature même des textes, leur support ou la forme qu’ils adoptent, nous permet de mieux saisir ce que pouvait être la culture littéraire des contemporains.

13Enfin, une quatrième partie envisage les différentes stratégies qui peuvent présider à l’acte de transmission. On s’interroge sur les procédés et les méthodes, qu’ils soient discursifs ou d’un autre ordre que celui du discours. On y interroge les figures et les formes permettant la transmission d’un savoir par le texte mais également les formes prises par les savoirs qui ne relèvent pas de la littérature.

14Ces actes sont précédés d’un texte de Jackie Pigeaud, qui fait office de prologue aux travaux qui suivent. La réflexion qu’il propose est au coeur des questions posées au cours de ce colloque tout en se plaçant volontairement à la marge du cadre défini au préalable. Elle joue ainsi parfaitement son rôle d’ouverture : elle annonce les motifs qui suivront mais constitue une pièce à part entière, autonome et détachée du corps du texte. Sa présence ici nous paraissait essentielle tant les travaux de son auteur ont contribué à faire renaître l’intérêt pour les marges et les contrées délaissées de la littérature antique, pour ce qui n’était pas « classique » tout en étant au fondement même de notre imaginaire. Ce volume lui doit beaucoup.

Notes

1 Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, Paris, Le Seuil, coll. « L’Univers historique », 1948 (plusieurs rééditions successives).

2 1447 b 16-20.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Terms of use: http://www.openedition.org/6540