Version classiqueVersion mobile

Métiers et marginalité dans la littérature

 | 
Arlette Bouloumié

Gilles Bonnet, L’Écriture comique de J.-K. Huysmans

Paris, Champion, 2003

Samuel Lair

Texte intégral

1Pour le connaisseur superficiel de Huysmans, se fixer pour objet de recherche l’exploration du comique dans l’œuvre de celui que Maurras nomme le Hollandais peut surprendre ; et il est un temps tout récent où l’esprit de sérieux prévalait, et de loin, sur toute lecture spirituelle – non dans le sens inspiré. Pour le lecteur plus exigeant de celui qui consomme le schisme zolien dès 1884, les travaux de Daniel Grojnowski, de Jean-Marie Seillan ou de l’auteur de cet essai (dont on gardait en mémoire l’intervention sur Huysmans et la caricature lors du colloque Huysmans à Cerisy en 1998) désamorcent d’entrée de jeu l’effet de surprise. L’étude de Gilles Bonnet se situe dans la logique des entreprises qui soulignent l’importance de l’humour et du jeu chez Mallarmé, dans une autre gamme, la place de l’ironie chez Mirbeau – à cet égard, un chercheur comme Christopher Lloyd fait le pont entre les deux romanciers – le comique généré par l’autodérision chez Claudel ou les paradoxes du sérieux chez Zola : le comique n’est pas l’apanage du théâtre, ni a fortiori le privilège de certains auteurs. Servie par une solide et élégante maîtrise de l’analyse rhétorique, notamment, outil dont le maniement s’avère un préalable nécessaire à l’approche de l’œuvre de l’oblat baroque, croisant les approches de divers champs esthétiques, le moindre des mérites de ce volume n’est pas de tirer Huysmans vers la modernité et ... le cinéma américain des années vingt, dans le cadre d’une très convaincante analogie mise en relief à partir des figures de Keaton, Chaplin ou Lloyd (Harold, cette fois). Et pourtant : en adepte socratique de l’ironie (eirôneia, soit questionner), il nous invite par la bande à nous interroger sur l’idée de modernité (comme l’a fait le colloque Mirbeau de 2000) : si les contemporains de Huysmans furent bien mieux inspirés dans leur sensibilité à la dérision véhiculée par ses ouvrages, comment ne pas déplorer l’opacité de notre réceptivité à la santé et à la piquante saveur de son comique, tantôt rabelaisien, tantôt cynique, tantôt étrange, résolument poétique – et de l’humour – benoît ou coloré, car souvent noir, il fait rire jaune : comment, sinon en s’attristant de ce que le lectorat d’aujourd’hui est sans conteste un triste sire, un roi qui ne s’amuse plus... La présente étude convainc donc, qui témoigne que le comique informe les fondements de l’écriture de Huysmans, ce pitre.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search