Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les noblesses normandes

 | 
Alain Hugon
, 
Ariane Boltanski

Conclusions. Perspectives de recherches sur l’histoire des noblesses normandes

Ariane Boltanski

Texte intégral

  • 1 Dans ce volume, Laurent Bourquin, « La noblesse française à l’époque moderne : historiographie et (...)

1L’avantage d’un ouvrage portant sur l’histoire régionale d’un groupe social, ici le second ordre en Normandie, tient sans doute largement à sa dimension comparative et ce en dépit de la contradiction qui semble dominer a priori cette affirmation. Or, les travaux présentés dans ce volume s’appuient largement sur le comparatisme, dont Marc Bloch et Lucien Febvre soulignaient déjà toute l’importance. Il s’agit donc de mettre en évidence, tout à la fois, la mise en place d’agencements nobiliaires particuliers à la Normandie d’Ancien Régime, en suggérant l’existence de noblesses régionales qui cohabitent dans le royaume de France, et de montrer le dialogue avec d’autres dispositifs provinciaux, ainsi qu’avec les éléments constitutifs de l’identité noble en général ou, du moins, pour ces derniers, ceux que l’on peut supposer tels au regard des avancées multiples de l’historiographie dans ce domaine (voir en particulier dans ce volume l’intervention de Laurent Bourquin sur ce sujet)1. La synthèse que nous avons pu ébaucher des résultats actuels de la recherche sur les noblesses en Normandie s’inscrit dans cette double démarche. De ce fait, elle permet de souligner les échanges entre différents modèles d’ordonnancement nobiliaire, au titre de pratiques sociales distinctives, mais sans que le fait sociologique soit dissocié de l’étude des représentations et de leur effectivité dans la société française du XVIe au XVIIIe siècle. Cette perspective comparative a été menée selon plusieurs axes que l’on peut énumérer ici.

  • 2 James B. Wood, The Nobility of the Election of Bayeux (1463-1666). Continuity through Change, Prin (...)
  • 3 Voir, dans cet ouvrage, Jean-Marie Constant, « Les structures sociales et les cultures politiques (...)
  • 4 John A. Dickinson, « L’utilisation de la justice par la noblesse : le bailliage de Falaise, 1685-1 (...)
  • 5 Michel Nassiet, « Les structures sociales des noblesses normande et bretonne à l’époque moderne ».
  • 6 Ibid. Également, Michel Nassiet, « La noblesse en France au XVIe siècle d’après l’arrière-ban », R (...)
  • 7 J.-M. Constant, « Les structures sociales et les cultures politiques de la noblesse normande sont- (...)
  • 8 Étienne Paisnel, « Au XIXe siècle, une noblesse régénérée ».
  • 9 Laurent Bourquin, La noblesse dans la France moderne, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Belin, 2002, p.  (...)

2Différentes contributions rappellent d’abord la nécessité impérative d’une pesée numérique de la noblesse et d’une mesure des densités nobiliaires, un domaine où la spécificité normande apparaît de manière évidente. Les recherches menées ainsi par Jean-Marie Constant et par Michel Nassiet mettent en évidence l’existence, en Normandie, d’une noblesse particulièrement nombreuse et, surtout, de densités nobiliaires extrêmement fortes au regard de celles mesurées dans d’autres provinces aux mêmes périodes. James Wood2 signalait déjà, pour l’élection de Bayeux à la fin du XVIIe siècle, une densité nobiliaire de 252 feux nobles pour 1 000 km2. Jean-Marie Constant évoque, par exemple, le cas de la baronnie de Mesle-sur-Sarthe avec une densité de 230 lignages nobles pour 1000 km2 au XVIIe siècle (en se fondant sur l’enquête de 1667) et il suggère l’existence d’une densité moyenne de l’ordre de 250 lignages pour 1 000 km2 pour la généralité d’Alençon, soit trois fois plus qu’en Anjou, douze à treize fois plus qu’en Limousin3. John Dickinson signale également la présence d’une noblesse nombreuse pour le vaste bailliage de Falaise, sur la période 1685-17554. Michel Nassiet a eu l’occasion de dresser une évolution des densités nobiliaires sur l’ensemble du royaume. Il constate qu’au XVIIIe siècle, à partir des rôles de capitation en particulier, « les noblesses de Normandie et de Bretagne étaient en France les plus nombreuses, et dans cet ordre » : la noblesse normande présente une densité de 0,89 au km2 vers 1700 (puis 0,55 au km2 vers 1785), la noblesse bretonne de 0,46 au km2 vers 1700 (0,42 vers 1785), contre 0,41 pour la densité nobiliaire mesurée à l’échelle du royaume (0,26 vers 1785)5. Mais cette supériorité des densités nobiliaires, normande et bretonne, était déjà établie de longue date et pouvait être notée dans le dernier tiers du XVe siècle à partir de l’analyse des rôles du ban et de l’arrière-ban6. Au cours de l’Ancien Régime, le XVIe siècle serait tout particulièrement marqué par une croissance des effectifs nobles. Cette croissance pourrait atteindre les 135 % dans l’élection de Bayeux alors qu’en Beauce la noblesse n’augmentait que de 14 puis 12 % sur le siècle7. Dans le Calvados, comme le signale Étienne Paisnel, l’évolution va ensuite dans le sens d’une diminution, avec une perte de plus de 650 familles entre 1670 et 17898. On estime plus généralement que la baisse des effectifs de la noblesse a été importante pendant le XVIIIe siècle, mais cela pas de façon uniforme à l’échelle de la France et elle aurait été particulièrement sensible en Normandie9.

  • 10 Sophie Poirey, « Approches juridiques de la noblesse dans la coutume de Normandie ». Le problème d (...)
  • 11 Antoine Follain, « Le noble : un problème de taille en Normandie aux XVIe et XVIIe siècles ». M. N (...)

3Reste la question, ouverte et non résolue, de l’explication de la spécificité normande dans ce domaine : pourquoi une noblesse si nombreuse et des densités nobiliaires si fortes ? Différentes hypothèses ont pu être avancées à ce propos par les auteurs dont les contributions sont réunies dans cet ouvrage. La coutume de Normandie entraîne des distinctions fortes avec les pratiques juridiques et, en premier lieu, successorales prévalant dans d’autres configurations nobiliaires provinciales ; mais elle peut également favoriser le maintien d’effectifs nobles importants. Comme pour le partage noble ailleurs, elle se caractérise par le même souci de la protection du patrimoine, ainsi que l’a souligné Sophie Poirey, un souci qui, dans ce cas, semble indistinct aux roturiers et aux nobles10. Pourtant, la coutume ne fonctionne pas comme une machine à appauvrir les cadets et, de ce fait, à renforcer les processus d’extinction des lignages, en condamnant finalement les plus pauvres à la roture. Au-delà du préciput accordé à l’aîné, c’est-à-dire un avantage que le testateur donne à un des héritiers (ici l’aîné), la coutume prévoit, en effet, l’égalité du partage et protège d’autant mieux les cadets qu’ils jouissent du droit de loti, donc du partage par lots. En outre, même si le père n’est pas tenu à doter ses filles, il se doit de les établir avec un mari idoine, ce qui, de fait, conduit le plus souvent à verser des dots nécessaires pour éviter la mésalliance. Certes, la protection apportée ainsi aux cadets permettrait peut-être davantage d’éviter leur dérogeance que de les amener à un véritable établissement. D’autres éléments de réponse peuvent être avancés : la recherche de l’exemption fiscale dans une province caractérisée par le niveau inouï de sa fiscalité conduirait à l’expansion numérique du second ordre, d’après Antoine Follain. Et la possibilité de déroger et d’être inscrit provisoirement sur le rôle de taille (en conservant l’éventualité d’en être retiré plus tard), à condition de négocier sa contribution avec la communauté d’habitants, favoriserait le maintien des nobles appauvris au sein du groupe, selon des modalités proches alors, pour Michel Nassiet, de la « noblesse dormante » bretonne11.

4Un second axe au sein des réflexions développées dans cet ouvrage concerne le constat d’une hétérogénéité nobiliaire manifeste ; ce constat serait sans doute également valable, cette fois, pour bien d’autres situations provinciales mais il permet également de distinguer des caractéristiques propres aux noblesses de Normandie.

  • 12 Ibid., « Les structures sociales des noblesses normande et bretonne […] ». M. Nassiet, « La nobles (...)
  • 13 Olivier Tréhet, « La noblesse du Cotentin aux armées sous les règnes de Louis XIII et Louis XIV ».
  • 14 É. Paisnel, op. cit.
  • 15 Bernard Bodinier, « Où en est le patrimoine nobiliaire en Normandie à la veille de la Révolution ? (...)

5Il convient d’abord de souligner la diversité des noblesses normandes pour ce qui concerne, notamment, leur fortune et, plus largement, leurs assises socioéconomiques. Michel Nassiet souligne l’existence d’une forte proportion de petite noblesse et même de plèbe nobiliaire, ce qui constitue un élément commun à la Normandie et à la Bretagne et peut apparaître, notamment, comme une conséquence de l’importance des densités nobiliaires. Avec la moyenne noblesse, les distinctions sont nettes en termes de revenu, sans parler des écarts considérables avec ceux de l’aristocratie. Ainsi le revenu moyen des terres nobles était de 80 livres dans le bailliage de Caen en 1552, de 112 livres dans celui d’Évreux en 1562 ; ceci permet de situer le sieur de Gouberville (avec environ 180 livres de revenu pour ses deux terres nobles) au bas de la moyenne noblesse, soulignant l’écart avec les revenus des plus grandes familles, comme les Guise dont les ressources s’élevaient à environ 65 000 livres en 1542, les Nevers qui percevaient un peu plus de 115 000 livres en 1551 ou Anne de Montmorency qui touchait entre 125 000 et 150 000 livres par an en 1560-156412. Olivier Tréhet a eu l’occasion d’évoquer le problème que constituait, dans la première moitié du XVIIe siècle, l’obligation de l’équipement, les « armes, chevaux et équipages », pour le départ des nobles pauvres du Cotentin aux armées13. Étienne Paisnel remarque encore, pour les ayants droit à l’indemnisation de 1825, la forte présence, dans le Calvados, de la noblesse petite et moyenne14. Bernard Bodinier a également constaté qu’il existait bien, à la veille de la Révolution, dans le sud ouest de l’Eure, des « petits nobles écuyers » qui ne possédaient presque rien15.

  • 16 M. Nassiet, « Les structures sociales des noblesses normande et bretonne […] », op. cit.
  • 17 J.-M. Constant, « Les structures sociales et les cultures politiques de la noblesse normande sont- (...)
  • 18 Olivier Tréhet, op. cit.

6La diversité des noblesses normandes est forte, par ailleurs, en matière d’activité, plus particulièrement dans les formes d’engagement au service du roi. La Normandie se distingue, de ce point de vue, par la faible part des familles nobles qui établissent, au XVIe siècle, un fils dans l’armée, comme le soulignent Michel Nassiet16 et Jean-Marie Constant. Ainsi, le bailliage de Caen fait apparaître une proportion de 3 % de nobles engagés dans le service armé du roi, en 1552, l’élection de Bayeux de 13 % en 1587, quand les bailliages d’Étampes, en 1544, et de Chartres, en 1587, atteignent respectivement 20 et 26 %17. Mais les effectifs des nobles aux armées ont visiblement tendance à croître fortement à partir de la guerre de Trente ans, ainsi pour les nobles du Cotentin, comme le montre Olivier Tréhet : le rôle de 1640 constitué en réaction à la révolte des nu-pieds permet d’estimer leur proportion à 25 % et même peut-être au tiers, en raison d’une visible sous évaluation18.

  • 19 Sur ce point, cf. également Robert Descimon, « Chercher de nouvelles voies pour interpréter les ph (...)
  • 20 Laurent Lemarchand, « Noblesse normande ou noblesse française ? La noblesse de Rouen face à la cri (...)

7Le constat de cette hétérogénéité nobiliaire pose un problème clef pour la compréhension du second ordre, celui de l’écartèlement entre les représentations et les pratiques, entre l’unité idéelle, si souvent proclamée par la noblesse, et sa diversité réelle19. Il engage à s’interroger sur la capacité des représentations et des conceptions de la noblesse à transcender ses disparités, par exemple à propos de sa vocation au service des armes, laquelle est présentée comme la valeur première de l’ordre en dépit de l’absence d’engagement effectif sans doute du plus grand nombre des nobles (en particulier quand on considère la place de la robe dans l’ensemble nobiliaire). Il invite aussi à se pencher sur les tensions intra-nobiliaires. Et, pourtant, sur ce dernier plan, on y reviendra, les contributions présentées dans ce volume insistent davantage sur le poids idéologique des convergences au delà de positions différentes, par exemple dans le cas des oppositions internes à la noblesse rouennaise au moment de la crise des états généraux examinées par Laurent Lemarchand20.

  • 21 Isabelle Le Touzé, « La noblesse bas-normande face à un choix : Montgomery ou Matignon (1560-1574) (...)
  • 22 J.-M. Constant, « Les structures sociales et les cultures politiques de la noblesse normande sont- (...)
  • 23 Ibid., « Les structures sociales et les cultures politiques de la noblesse normande sont-elles ori (...)
  • 24 Luc Daireaux, « Noblesse et protestantisme en Normandie au XVIIe siècle : autour des cultes de fie (...)
  • 25 Didier Boisson, « Noblesse et protestantisme dans la généralité d’Alençon au XVIIIe siècle : la ré (...)
  • 26 Ibid. Également, Didier Boisson, Les protestants de l’ancien colloque du Berry de la révocation de (...)

8L’examen de la question de l’engagement politique et confessionnel de la noblesse normande au sein des grands conflits qui parcourent l’histoire nationale conduit d’abord à souligner l’importance des adhésions nobiliaires au protestantisme. Isabelle Le Touzé a pu estimer la proportion de nobles à rejoindre la Réforme, dans les années 1550-1560, entre 20 %, dans le bocage occidental de Basse-Normandie, et 40 %, dans la partie orientale de cette région ; elle insiste, dans la contribution ici présentée, sur le poids de la noblesse protestante dans cet espace, comme la grande capacité d’un chef tel que Montgomery à regrouper autour de sa personne une noblesse réformée nombreuse21. Ces chiffres avoisinent ceux déjà donnés par James Wood, soit 40 % pour l’élection de Bayeux, alors qu’en Limousin, à la même date (1568), seulement vingt et un lignages protestants sont dénombrés par Michel Cassan, soit 13 % de la noblesse provinciale et qu’en Beauce, la densité de nobles réformés s’établit à 26 %, dans la seconde moitié du XVIe siècle22. À l’instar de Michel Cassan pour le Limousin, on pourrait se demander s’il serait possible d’identifier des espaces au sein de la province, plus localisés, dans lesquels les lignages protestants auraient tendance à se concentrer. Jean-Marie Constant mentionnait une situation comparable pour la Beauce, la grande majorité des lignages protestants se trouvant dans deux zones de part et d’autre de la route Paris-Orléans en bordure du Gâtinais et dans la partie beauceronne du Dunois où la proportion de gentilshommes réformés approche les 40 %23. Cette noblesse protestante participe activement à l’organisation d’une « minorité agissante » dans les années 1560. Mais le rôle d’entraînement manifeste qu’elle exerce excède le militantisme et les combats des premiers temps. Comme l’indique Luc Daireaux, la noblesse protestante normande et, plus particulièrement, la noblesse rurale a contribué durablement à la structuration du culte réformé, après sa légalisation en 159824. Dans quelle mesure alors cette noblesse, certes déjà parfois habituée à protéger les églises paroissiales voisines de ses demeures, n’a-t-elle pas été incitée à adhérer à la Réforme par cette structure ecclésiale décentralisée et le rôle renforcé qu’elle conférait au seigneur ? Au temps de la révocation et lors de la période suivante, cette noblesse protestante apparaît considérablement affaiblie, ainsi dans la généralité d’Alençon, étudiée par Didier Boisson, où, en 1682, une enquête de l’intendant dénombrait soixante-cinq familles nobles sur neuf-cent-quarante-trois familles protestantes25. Elle s’y maintient, cependant, contrairement à d’autre cas, comme l’espace du colloque réformé de Berry où, ainsi que Didier Boisson a pu l’expliquer par ailleurs, il n’y a plus de nobles protestants après 1685, soit que ces derniers aient pris la route du Refuge, soit qu’ils soient convertis, certainement de façon sincère. Dans la généralité d’Alençon, une toute petite minorité de familles, dont les Frotté constitue l’exemple le plus frappant, continue à professer et, certainement, à exercer un culte désormais totalement privé, sans se joindre aux assemblées publiques clandestines, tout en subissant une partie des persécutions, en particulier des enlèvements d’enfants26.

  • 27 J.-M. Constant, « Les structures sociales et les cultures politiques de la noblesse normande sont- (...)
  • 28 Nicolas Le Roux, « Pouvoir royal, noblesse et autorité locale. La Normandie au temps des guerres d (...)
  • 29 Cf. Stuart Carroll, Noble Power during the French Wars of Religion. The Guise Affinity and the Cat (...)
  • 30 La recherche statistique réalisée par Jean-Marie Constant sur les chevaliers de l’ordre de Saint-M (...)
  • 31 Ibid., N. Le Roux, « Pouvoir royal, noblesse et autorité locale […] », op. cit.

9Outre la prégnance protestante, la noblesse normande se distingue, au temps des guerres de Religion, d’après Jean-Marie Constant, comme plus royaliste que ligueuse, à la différence d’autres provinces de l’Ouest, la Bretagne et l’Anjou27. Nicolas Le Roux nous rappelle qu’une partie des nobles du pays, en particulier dans la Haute-Normandie, va adhérer à la Sainte-Union mais il confirme les conclusions de Jean-Marie Constant sur la modération de l’engagement de la noblesse normande dans le mouvement ligueur28. Pourtant, on connaît l’importance de certains réseaux nobiliaires acquis aux rangs catholiques, en particulier du fait de la forte implantation des Guise et des Lorrains dans la province29. On peut peut-être se demander, de plus, si le prisme des notices de l’ordre de Saint-Michel n’exerce pas, en la matière, une influence en partie déformante30. Si les royaux l’emportent parmi les nobles, les stratégies adoptées par le pouvoir monarchique, sous le règne d’Henri III, semblent d’ordre à favoriser la « décomposition partielle des cadres locaux de l’autorité », avec l’introduction de membres de la haute noblesse largement étrangers à la province, qui ne disposent pas des appuis suffisants parmi les gentilshommes normands, introduction dont on pourrait penser qu’elle contribuerait plutôt à saper l’action de la noblesse seconde, identifiable notamment à travers le rôle de certains des lieutenants généraux. Pourtant, le contrôle de la province, pour l’un et l’autre camp, comme l’indique Nicolas Le Roux, repose toujours sur l’action des familles nobles locales31.

  • 32 J.-M. Constant, « Les structures sociales et les cultures politiques de la noblesse normande sont- (...)

10L’engagement contestataire de la noblesse normande serait plus fort, d’après Jean-Marie Constant, au temps de la Fronde et lors de la révolte de 1658-1659, pour des motivations politiques certes ambiguës, qui tiennent peut-être davantage à la défense du statut nobiliaire, des prérogatives identitaires – plus l’attachement traditionnel au gouverneur, le duc de Longueville – qu’à un éventuel refus de l’absolutisme32.

  • 33 Olivier Chaline, « Le parlement de Rouen et le renouvellement des noblesses normandes, XVIIe et XV (...)
  • 34 Jean-Richard Bloch, L’anoblissement en France au temps de François Ier : essai d’une définition de (...)
  • 35 J.-M. Constant, « Les structures sociales et les cultures politiques de la noblesse normande sont- (...)
  • 36 Michel Aumont, « La guerre de course, un tremplin vers la noblesse au XVIIIe siècle ? ».
  • 37 O. Tréhet, op. cit.
  • 38 O. Chaline, « Le parlement de Rouen et le renouvellement des noblesses normandes […] », op. cit.

11Enfin, une dernière thématique a trait à la question des frontières du groupe et des rapports socio-politiques qu’il entretient avec les autres catégories sociales. Sur ce plan, l’ouverture de la noblesse normande apparaît sensible, d’abord par sa capacité à intégrer des nouveaux venus. Un problème central, à cet égard, est celui de l’anoblissement, de ses structures, de ses modalités, de ses rythmes et de leur évolution dans le temps. Plusieurs des contributions réunies dans cet ouvrage permettent de constater l’importance du renouvellement nobiliaire, plus précisément peut-être le poids de ce renouvellement comme facteur clef du maintien de la domination de la noblesse, puisqu’il semble inhérent aux modalités mêmes de la reproduction sociale du second ordre. La place de la noblesse ancienne ne doit, cependant, pas être minorée, au parlement de Rouen par exemple, dans le cas étudié par Olivier Chaline. Et, même lorsque la robe parlementaire attire des nouveaux venus, ces derniers sont bien souvent issus des rangs de la noblesse, un point que Jonathan Dewald soulignait déjà dans ses recherches sur les parlementaires à Rouen au XVIe siècle33. En matière d’anoblissement, il est possible d’identifier un différentiel normand, le poids de la preuve écrite, en particulier l’utilisation précoce, au regard des pratiques de la noblesse du royaume, des lettres d’anoblissement, ainsi que l’avait souligné Jean-Richard Bloch34 et que le confirment les recherches actuelles. La Normandie contraste ainsi nettement, par exemple, avec la Beauce où l’agrégation taisible est essentielle, du moins jusqu’à la rupture marquée par les enquêtes de noblesse datant du règne personnel de Louis XIV35. Par le traitement réservé aux capitaines corsaires pour lesquels la noblesse semble hors d’atteinte, comme l’a montré Michel Aumont36, le cas normand ne paraît pas, en revanche, se dissocier du modèle général, la noblesse étant définie désormais par le seul fait du Prince, qui veut que la prouesse guerrière ne constitue plus un critère suffisant d’anoblissement ; la noblesse devient alors accessible uniquement par la reconnaissance monarchique des services rendus à l’État, des services que rendent plutôt les armateurs en l’occurrence par leurs investissements financiers. De ce point de vue, le service de l’État peut passer par l’exercice d’une charge militaire, même si elle est achetée, ainsi pour les nobles du Cotentin engagés dans l’armée, étudiés par Olivier Tréhet37. L’examen mené par Olivier Chaline de la noblesse parlementaire, plus largement de celle des cours souveraines en Normandie aux XVIIe et XVIIIe siècles, signale encore la capacité du groupe à se renouveler. L’ouverture du Palais est alors sensible, ce qui permet l’anoblissement sur les deux siècles d’une centaine de familles, l’arrêt de 1677, qui interdit les charges aux non-nobles, n’étant qu’une « barrière mobile ». Mais ce renouvellement dépasse la question de l’anoblissement, puisque le Palais accueille une proportion forte de nouveaux venus pris au sein de la noblesse. L’importance de cette mobilité apparaît aussi alors comme un défià la cohésion du groupe parlementaire rouennais ; à partir des années 1750, il est possible d’y déceler une « déroute de l’hérédité », une crise, certes partielle, de la reproduction, signalant notamment une diminution de l’attrait pour cette forme d’office38.

  • 39 L. Bourquin, op. cit.
  • 40 Christiane Huet, « Noblesse et urbanisme au XVIIIe siècle : l’exemple de Bayeux ».
  • 41 Étienne Lambert, « Compères, commères : transmissions familiales et comportements sociaux au trave (...)
  • 42 Voir à ce propos, Claude Levi-Strauss, « Histoire et ethnologie », Annales ESC, 1983, no 6, p. 122 (...)

12La noblesse serait ouverte encore dans ses agencements culturels, dans sa capacité à renouveler ses modèles en puisant à de nouvelles sources et, comme le souligne Laurent Bourquin39, dans son aptitude à transmettre, à exercer une fonction de médiation en direction des autres catégories sociales. Ainsi, à Bayeux au XVIIIe siècle, la noblesse urbaine a intégré, comme l’explique Christiane Huet, les critiques et les réflexions des Lumières, tout en les passant au crible de ses idéaux antérieurs40. L’hôtel aristocratique urbain serait comme une métaphore de cette capacité à la fois d’assimilation culturelle et de transformation dynamique, puisque, derrière la façade ordonnancée à la nouvelle mode, peut subsister la construction antérieure. Les parrainages des lignages nobles en Normandie, étudiés par Étienne Lambert41, témoignent d’une ouverture, mais minoritaire sur le tiers état, ouverture qui se réalise au sein d’une relation toujours socialement hiérarchique, comme le suggère l’impossibilité d’associer en tant que parrain et marraine, une personne noble et l’autre roturière, surtout de petite extraction. Pour l’essentiel, l’étude des parrainages souligne le maintien des structures lignagères que l’on pourrait qualifier de traditionnelles et montre ainsi la pérennité d’une société à maisons42.

  • 43 Jean-Pierre Lethuillier, « Les prénoms de la noblesse bas-normande (XVIIe et XVIIIe siècle) ».
  • 44 Daniel Roche, Les Républicains des lettres, Paris, Fayard, 1988.
  • 45 A. Follain, op. cit.
  • 46 Éric Saunier, « Les noblesses normandes et la franc-maçonnerie : diversité des cultures et culture (...)
  • 47 Laurent Lemarchand, « Noblesse normande ou noblesse française ? La noblesse de Rouen face à la cri (...)

13Pourtant, l’ouverture de la noblesse est sans doute seulement relative et elle n’empêche pas, en tout cas, le maintien, voire le renforcement, au XVIIIe siècle, d’une « culture de la distinction ». Certes, celle-ci n’est pas toujours patente, ainsi dans l’analyse du système prénominal menée par Jean-Pierre Lethuillier, puisque les registres culturels mobilisés par les nobles normands diffèrent peu de ceux utilisés par le reste de la population à l’intérieur de la province et qu’il est possible de souligner la prédominance d’un système provincial normand, davantage qu’une spécificité noble43. Il existe pourtant bien une pratique de la distinction, sensible dans d’autres domaines. Daniel Roche, tout en évoquant l’existence d’un « compromis académique » assis sur la mobilité sociale et la convergence des notabilités, montrait bien, par exemple dans Les Républicains des Lettres, comment ce compromis venait se briser sur le privilège, lequel constituait « une ligne d’achoppement infranchissable entre les deux ordres44 ». Antoine Follain rappelle, à propos des relations des nobles et des communautés d’habitants, l’existence de cette barrière, en soulignant le poids de l’exemption fiscale45. Dans les dernières décennies de l’Ancien Régime, les stratégies de la noblesse au sein de la maçonnerie normande se font toujours plus élitaires, comme l’explique Éric Saunier. Elles visent à assurer à cette noblesse la mainmise sur les hauts grades et les mères-loges et ces comportements soulignent encore la place de la culture de la distinction46. Laurent Lemarchand remarque, à l’occasion de la crise qui précède la réunion des états généraux et divise la noblesse rouennaise, l’existence d’un accord sur le fond, par delà des rivalités internes, pour maintenir la noblesse avec ses signes discriminants, en évitant la confusion des rangs47.

  • 48 B. Bodinier, op. cit.
  • 49 Jonathan Dewald, « Régime nobiliaire en région avancée : essai d’un bilan ».

14Pour achever ce panorama, il convient d’insister sur une constatation plus générale que le cas des nobles en Normandie et largement opérée par l’historiographie contemporaine : l’existence d’une domination de la noblesse, sensible pendant tout l’Ancien Régime quel que soit l’angle considéré (politique, culturel, socio-économique), et l’importance des stratégies déployées par le second ordre pour se maintenir dans sa situation de prééminence, certes parfois au prix de difficiles adaptations. Cette constatation est valide, il est vrai, à l’échelle de l’ordre tout entier et non, toujours, à celle des individus et des familles. De ce point de vue, la divergence est encore manifeste entre la réalité et la représentation récurrente d’une crise, mieux d’un déclin de la noblesse, qui semble relever avant tout de la construction d’une idéologie collective. Il convient, cependant, de s’interroger sur l’évolution de cette situation à la veille de la Révolution, voire bien plus tôt dans le cours de l’Ancien Régime, comme incitent à le faire plusieurs des contributions ici réunies. Ainsi, Bernard Bodinier, tout en soulignant l’importance de certains patrimoines nobiliaires dans le département de l’Eure, évoque l’étendue des pertes réalisées par la noblesse peu avant la Révolution et démontre qu’elle n’est pas en position de force pour affronter les événements révolutionnaires48. Jonathan Dewald tranche, de manière nettement plus radicale sur ce point, avec les acquis de l’historiographie récente. Il insiste, en effet, sur l’existence de réussites économiques amoindries pour les noblesses normandes à partir des années 1660, ce qui autorise, selon lui, à parler d’une perte d’élan pendant le « deuxième Ancien Régime » et cela en relation étroite avec les transformations de l’appareil d’État et, évidemment pour partie seulement, des modes d’administration des provinces49.

Notes

1 Dans ce volume, Laurent Bourquin, « La noblesse française à l’époque moderne : historiographie et état de la question ».

2 James B. Wood, The Nobility of the Election of Bayeux (1463-1666). Continuity through Change, Princeton, Princeton University Press, 1980.

3 Voir, dans cet ouvrage, Jean-Marie Constant, « Les structures sociales et les cultures politiques de la noblesse normande sont-elles originales ? L’exemple de la généralité d’Alençon au XVIIe siècle ». Voir aussi, notamment, Id., « Une voie nouvelle pour connaître le nombre des nobles aux XVIe et XVIIe siècles : les notions de “densité et d’espace” nobiliaires », La France d’Ancien Régime. Études réunies en l’honneur de Pierre Goubert, Paris-Toulouse, Société de démographie historique-Privat, 1984.

4 John A. Dickinson, « L’utilisation de la justice par la noblesse : le bailliage de Falaise, 1685-1755 ».

5 Michel Nassiet, « Les structures sociales des noblesses normande et bretonne à l’époque moderne ».

6 Ibid. Également, Michel Nassiet, « La noblesse en France au XVIe siècle d’après l’arrière-ban », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 46, no 1, janvier-mars 1999, p. 86-116, en particulier ici p. 111-112 : vers 1470, dans l’est de la Normandie, M. Nassiet peut comptabiliser 0,09 chef de famille feudataire par km2, contre 0,05 en moyenne pour le royaume. La Bretagne perd des effectifs nobles au XVIe siècle, tout au contraire de la Normandie. En 1552, dans le bailliage de Caen, on compte 0,20 chef de famille feudataire au km2 et, à la fin du XVIIe siècle, on trouve des densités nobiliaires proches en Bretagne et en Normandie, au terme, cependant, de deux évolutions divergentes.

7 J.-M. Constant, « Les structures sociales et les cultures politiques de la noblesse normande sont-elles originales ? […] », op. cit.

8 Étienne Paisnel, « Au XIXe siècle, une noblesse régénérée ».

9 Laurent Bourquin, La noblesse dans la France moderne, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Belin, 2002, p. 96. Michel Nassiet, « Le problème des effectifs de la noblesse dans la France du XVIIIe siècle », Association des historiens modernistes des universités, Bulletin no 18, 1995, p. 97-121.

10 Sophie Poirey, « Approches juridiques de la noblesse dans la coutume de Normandie ». Le problème de la coutume dans son rapport à l’importance du nombre des nobles est également soulevé par Michel Nassiet dans sa contribution, ce dernier évoquant, en outre, plusieurs hypothèses à propos de la question de l’explication des forts effectifs nobiliaires.

11 Antoine Follain, « Le noble : un problème de taille en Normandie aux XVIe et XVIIe siècles ». M. Nassiet, « Les structures sociales des noblesses normande et bretonne […] », op. cit.

12 Ibid., « Les structures sociales des noblesses normande et bretonne […] ». M. Nassiet, « La noblesse en France au XVIe siècle d’après l’arrière-ban », op. cit., p. 108-109. Aussi, sur les revenus de ces membres de l’aristocratie, Denis Crouzet, « Recherches sur la crise de l’aristocratie en France au XVIe siècle. Les dettes de la maison de Nevers », Histoire, Économie et Société, 1982, no 1, p. 7-50, ici p. 16 ; Ariane Boltanski, Les ducs de Nevers et l’État royal. Genèse d’un compromis (v. 1550-v. 1600), Genève, Droz, 2006, p. 136; Mark Greengrass, « Property and Politics in sixteenth-century France: the landed fortune of constable Anne de Montmorency », French History, t. 2, 1988, p. 371-388, en particulier p. 373-377.

13 Olivier Tréhet, « La noblesse du Cotentin aux armées sous les règnes de Louis XIII et Louis XIV ».

14 É. Paisnel, op. cit.

15 Bernard Bodinier, « Où en est le patrimoine nobiliaire en Normandie à la veille de la Révolution ? »

16 M. Nassiet, « Les structures sociales des noblesses normande et bretonne […] », op. cit.

17 J.-M. Constant, « Les structures sociales et les cultures politiques de la noblesse normande sont-elles originales ? […] », op. cit.

18 Olivier Tréhet, op. cit.

19 Sur ce point, cf. également Robert Descimon, « Chercher de nouvelles voies pour interpréter les phénomènes nobiliaires dans la France moderne. La noblesse, “essence” ou rapport social ? », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1999, t. 46, no 1, p. 5-21.

20 Laurent Lemarchand, « Noblesse normande ou noblesse française ? La noblesse de Rouen face à la crise des états généraux, 1788-1789 ».

21 Isabelle Le Touzé, « La noblesse bas-normande face à un choix : Montgomery ou Matignon (1560-1574) ».

22 J.-M. Constant, « Les structures sociales et les cultures politiques de la noblesse normande sont-elles originales ? […] », op. cit. Aussi, Id., La Noblesse en liberté, XVIe-XVIIe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, p. 193. J. B. Wood, op. cit., p. 161. Michel Cassan, Le temps des guerres de Religion. Le cas du Limousin (vers 1530-vers 1630), Publisud, 1996, p. 94.

23 Ibid., « Les structures sociales et les cultures politiques de la noblesse normande sont-elles originales ? […] », op. cit. ; Id., Noblesse en liberté, XVIe-XVIIe siècles, op. cit., p. 193. Sur l’adhésion de cette noblesse de Beauce au protestantisme, également : Id., Nobles et paysans en Beauce aux XVIe et XVIIe siècles, Université de Lille 3, Service de reproduction des thèses, 1981, notamment p. 322-335.

24 Luc Daireaux, « Noblesse et protestantisme en Normandie au XVIIe siècle : autour des cultes de fief ».

25 Didier Boisson, « Noblesse et protestantisme dans la généralité d’Alençon au XVIIIe siècle : la résistance d’une minorité sociale et religieuse » : l’auteur souligne que les totaux que l’on peut effectuer sont un peu supérieurs, mais la proportion de familles nobles sur l’ensemble des familles réformées dénombrées reste en gros la même (environ 6,8 %).

26 Ibid. Également, Didier Boisson, Les protestants de l’ancien colloque du Berry de la révocation de l’Édit de Nantes à la fin de l’Ancien Régime (1679-1789), ou l’inégale résistance de minorités religieuses, Paris, H. Champion, 2000.

27 J.-M. Constant, « Les structures sociales et les cultures politiques de la noblesse normande sont-elles originales ? […] », op. cit.

28 Nicolas Le Roux, « Pouvoir royal, noblesse et autorité locale. La Normandie au temps des guerres de Religion ».

29 Cf. Stuart Carroll, Noble Power during the French Wars of Religion. The Guise Affinity and the Catholic Cause in Normandy, Cambridge, Cambridge University Press, 1998. Et, pour certains aspects, Philip Benedict, Rouen During the Wars of Religion, Cambridge, Cambridge University Press, 1981.

30 La recherche statistique réalisée par Jean-Marie Constant sur les chevaliers de l’ordre de Saint-Michel concerne les nobles titrés. On peut se demander, notamment, si les résultats seraient les mêmes si la noblesse était considérée plus généralement. Sur des questionnements comparables, voir Antoine Pacault, « Grands seigneurs de cour et gentilshommes provinciaux en Bretagne entre 1550 et 1650 », dans Jean Kerhervé (dir.), Noblesse de Bretagne du Moyen Âge à nos jours, Rennes, PUR-ICB, 1999, en particulier p. 179-180. Les notices de l’ordre constituent, quoi qu’il en soit, un outil remarquable, permettant en particulier de disposer d’un corpus relativement homogène et d’informations nombreuses quand les sources font si souvent défaut.

31 Ibid., N. Le Roux, « Pouvoir royal, noblesse et autorité locale […] », op. cit.

32 J.-M. Constant, « Les structures sociales et les cultures politiques de la noblesse normande sont-elles originales ? […] », op. cit.

33 Olivier Chaline, « Le parlement de Rouen et le renouvellement des noblesses normandes, XVIIe et XVIIIe siècles ». Et Jonathan Dewald, The Formation of a Provincial Nobility. The Magistrates of the Parlement of Rouen, 1499-1610, Princeton, Princeton University Press, 1980.

34 Jean-Richard Bloch, L’anoblissement en France au temps de François Ier : essai d’une définition de la condition juridique et sociale de la noblesse au début du XVIe siècle, Genève Mégariotis, Paris, H. Champion, 1978, p. 163-164.

35 J.-M. Constant, « Les structures sociales et les cultures politiques de la noblesse normande sont-elles originales ? […] », op. cit.

36 Michel Aumont, « La guerre de course, un tremplin vers la noblesse au XVIIIe siècle ? ».

37 O. Tréhet, op. cit.

38 O. Chaline, « Le parlement de Rouen et le renouvellement des noblesses normandes […] », op. cit.

39 L. Bourquin, op. cit.

40 Christiane Huet, « Noblesse et urbanisme au XVIIIe siècle : l’exemple de Bayeux ».

41 Étienne Lambert, « Compères, commères : transmissions familiales et comportements sociaux au travers du parrainage des enfants de la noblesse bas-normande au XVIIIe siècle ».

42 Voir à ce propos, Claude Levi-Strauss, « Histoire et ethnologie », Annales ESC, 1983, no 6, p. 1224 : la maison « est une personne morale détentrice de biens matériels et immatériels et qui se perpétue en transmettant son nom, sa fortune et ses titres en ligne directe ou fictive, tenue pour légitime à la seule condition que cette continuité puisse s’exprimer dans le langage de la parenté ou de l’alliance et, le plus souvent, les deux ensembles ».

43 Jean-Pierre Lethuillier, « Les prénoms de la noblesse bas-normande (XVIIe et XVIIIe siècle) ».

44 Daniel Roche, Les Républicains des lettres, Paris, Fayard, 1988.

45 A. Follain, op. cit.

46 Éric Saunier, « Les noblesses normandes et la franc-maçonnerie : diversité des cultures et culture de la distinction au XVIIIe siècle ».

47 Laurent Lemarchand, « Noblesse normande ou noblesse française ? La noblesse de Rouen face à la crise des états généraux 1788-1789 ».

48 B. Bodinier, op. cit.

49 Jonathan Dewald, « Régime nobiliaire en région avancée : essai d’un bilan ».

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540