Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les noblesses normandes

 | 
Alain Hugon
, 
Ariane Boltanski

Cinquième partie. Noblesse et puissance sociale

Au XIXe siècle, une noblesse régénérée ?

Étienne Paisnel

Texte intégral

1La noblesse normande (comprise dans les cinq départements actuels), en tant que représentation locale d’une domination aristocratique, subit autant les événements révolutionnaires que ses voisines. Alors que le système monarchique s’effondre, nous envisageons le passage de la structuration de la société en ordres, sous l’Ancien Régime, à celle de la société libérale, plus lâche qui repose sur les groupes socio-professionnels, malgré de fréquents non-dits. Les adjonctions d’une noblesse d’Empire, puis de nouveaux membres conduisent à transformer le groupe nobiliaire par des recompositions successives, du fait des déchirements, des mutilations et des adjonctions qu’il a pu connaître durant le quart de siècle de révolutions. Dans ces conditions, l’analyse ne peut plus porter sur l’ordre nobiliaire comme globalité, mais elle doit s’attacher à ceux qui, à partir de leur naissance, partagent une conception et des valeurs qu’ils estiment être propres à la noblesse, quand bien même celle-ci tend à se fondre dans les groupes sociaux. Or, la catégorie nobiliaire se définit aussi par sa démographie et par la quasi-absence d’intégration de membres nouveaux.

2Toutefois, la différence des conditions matérielles menace le groupe nobiliaire d’éclatement à cause d’un accroissement des écarts sociaux entre ses membres et donc d’une dilution de ses valeurs. Or, on peut émettre l’hypothèse d’une résistance de la noblesse aux processus d’intégration sociale qui se produisent sous l’égide de la bourgeoise au XIXe siècle. Pour cela, il apparaît nécessaire de s’intéresser aux marqueurs sociaux qui définissent le groupe nobiliaire, dans ses comportements démographiques, dans ses ressorts économiques, par sa participation politique et ses contributions culturelles.

Nouvelle donne démographique

  • 1 Michel Nassiet, Noblesse et pauvreté. La petite noblesse en Bretagne, XVe-XVIIIe siècles, Rennes, (...)
  • 2 Guy Chaussinand-Nogaret, « La noblesse au XVIIIe siècle, De la féodalité aux Lumières », Paris, 19 (...)
  • 3 Marc Bloch, « Les noblesses », Annales d’Histoire Économique et Sociale, Paris, t. 8, no 39, 1936, (...)

3Les recherches démographiques font apparaître une même tendance à l’extinction de la noblesse française à la fin de l’ancien régime. Ainsi, Michel Nassiet montre que les effectifs de la noblesse bretonne se réduisent de moitié entre 1480 et 17001. Pour le XIXe siècle, les effectifs nobles varient, et les estimations les évaluent entre 30 000 à 400 000 personnes2. Au point qu’en 1936, Marc Bloch estime à 4 000 le nombre de familles subsistantes3.

  • 4 Nos données ne permettent pas actuellement de chiffrer efficacement les lignages. Cet aspect est l (...)
  • 5 Nicolas Viton de Saint-Allais, Nobiliaire de Normandie publié d’après Chevillard, sur les recherch (...)
  • 6 Édouard de Magny, « Catalogue des gentilshommes de Normandie ayant pris part aux consultations con (...)

4Dans notre étude de la noblesse normande, nous considérons les patronymes4. Pour effectuer un bilan et dégager une tendance à la fin de l’Ancien Régime, nous avons porté notre attention sur le Nobiliaire de Normandie, constitué en 1670, recensant 2 203 patronymes5. Puis sur le Catalogue des Gentilshommes rédigé en 1789, regroupant 1 549 patronymes6. Ce qui représente une baisse de 30 % du nombre de patronymes.

5En analysant plus finement ces corpus, c’est-à-dire en prenant compte des anoblissements qui ont eu lieu entre les deux dates, nous constatons que 1 735 patronymes recensés en 1670 ne le sont plus en 1789. Nous devons alors considérer que 80 % des patronymes nobles disparaissent dans le dernier siècle de l’Ancien Régime. Dans ces conditions, la survie de la noblesse au XIXe est difficile à concevoir, étant donné qu’il n’y aura plus d’anoblissements. Pourtant, la noblesse normande est encore forte de 1 549 lignages en 1789 car 1 081 patronymes apparaissent entre 1670 et 1789.

Nobiliaire de Normandie

Effectifs

2 203

Familles éteintes

- 1 735

Nouvelles familles

+ 1 081

Catalogue des gentilshommes

1 549

Tableau 1. – Du Nobiliaire au Catalogue des Gentilshommes.

6Lorsque surviennent les événements révolutionnaires, la situation démographique de la noblesse normande est instable. Paradoxalement, la Révolution française favorise l’émergence et la structuration du groupe social, puisque la dérogeance a pu, pour certains, maintenir la noblesse dans une situation de soumission aux revenus du sol, la conduisant à la ruine ou à l’obligation d’abandonner son statut. Après l’abolition de la noblesse héréditaire, la dérogeance ne peut plus entraver le développement démographique de la noblesse. De plus les régimes qui se succèdent au XIXe siècle créeront de nouveaux nobles.

  • 7 Régis Valette, Catalogue de la noblesse française, Paris, Robert Laffont, 2002, p. 336-337.
  • 8 Jean Tulard, Napoléon Ier et la noblesse d’Empire, Paris, Tallandier, 2003, p. 111.

7En ce qui concerne ces additions ponctuelles, nous disposons d’un chiffrage précis7. Les anoblis impériaux apportent une contribution modeste à l’ensemble des effectifs de la noblesse française à cause de leur taux d’extinction supérieur au reste du groupe et du fait qu’un quart d’entre eux est issu de familles déjà nobles. Napoléon Ier créera 3 263 titrés dont quelques cas normands : le duc Lebrun, les comtes Laplace et Mollien, les barons Hurel, Turreau de Linières, Le Nourry… Soit, en tout, 73 nouveaux noms8.

  • 9 A[rchives] D[épartementales] de l’Eure, Série F, liasse 2 F 3200.

8La Restauration sera le régime qui pourvoira le mieux la noblesse normande en nouveaux membres. Entre 1814 et 1830, 91 patronymes seront agrégés à la noblesse subsistante. Encore faut-il ôter, comme pour la noblesse impériale, les familles confirmées ou réintégrées, tels les Beuzelin, refusés à l’enquête de 1670 et encore en procès en 17899. Les régimes suivants n’auront aucune influence sur les effectifs nobles. En effet, Louis-Philippe anoblit deux familles, Napoléon III, une seule. L’anoblissement est avant tout un outil politique, il n’a pas pour objet de soutenir la démographie du groupe.

  • 10 Henri Woelmont de Brumagne (Baron de), « Essai de Nomenclature des familles nobles subsistantes en (...)

9À partir de 1789, il n’y a donc plus de réduction d’effectifs autre que l’extinction des lignages. En 1911, Henri de Woelmont de Brumagne a publié le résultat de ses recherches sur la noblesse normande10. À cette date, il répertorie 806 patronymes nobles demeurant en Normandie tendant à montrer que le mouvement d’extinction se poursuit. Ainsi, près de la moitié des patronymes subsistants ont disparu entre 1789 et 1911. Notons cependant, que ces extinctions sont moins nombreuses que celles constatées sur la période 1670-1789, intervalle de temps analogue à 1789-1911. Compte tenu des effectifs restants, la part de ces extinctions devient plus préoccupante.

10Pour déterminer finement l’évolution de la présence noble en Normandie, nous avons préféré employer la liste des familles éteintes, annexe de la publication d’Henri de Woelmont de Brumagne, dont la qualité est généralement reconnue. Cette liste recense 415 références correspondant à la période 1789-1911. Nous pouvons dès lors suivre l’évolution du nombre des familles nobles en Normandie de la Révolution à la veille de la Première Guerre mondiale.

Sources :

Effectifs

Soit

Nobiliaire de 1670

2 203

0

Catalogue de 1789

1 549

-654

Liste d’extinction du baron de Woelmont de Brumagne

1830

1 518

-31

1850

1 476

-42

1870

1 389

-87

Tableau 2. – Évolution des patronymes nobles Normands de 1670 à 1910.

11Nous observons une différence entre les valeurs annoncées par Henri de Woelmont de Brumagne, ses 806 patronymes issus de sa nomenclature des familles subsistantes, et la liste d’extinction qu’il fournit en annexe. La noblesse normande apparaît plus forte de 371 familles. Cet écart est dû à l’impossibilité de maîtriser précisément ces données humaines. Au même titre que de nombreuses familles ne sont pas recensées dans le nobiliaire de l’Association de la Noblesse Française, les travaux d’Henri de Woelmont de Brumagne ne peuvent tenir compte des familles qui ne souhaitent pas être listées.

12Il est intéressant de mettre en relation l’évolution du nombre de patronymes nobles et celle de la population normande.

Graphique 1. – Évolution des populations nobles et non nobles en Normandie.

  • 11 Ce graphique restitue une tendance. Nos travaux en cours ont pour objectif de chiffrer l’évolution (...)

13Cette représentation graphique nous permet de constater que l’évolution globale du nombre de patronymes nobles suit une tendance relativement similaire à celle du reste de la population avec une légère antériorité11. Dans ces conditions, nous devons, pour mieux comprendre l’évolution démographique de la noblesse normande, prendre en compte les taux de fécondité.

  • 12 Nous ne disposons aujourd’hui que des liasses 2 M 71, 2 M 72, 2 M 73, 2 M 74 des archives départem (...)

14Pour ce faire, nous avons eu recours aux données individuelles. À partir des listes de candidats aux postes de conseiller général, nous avons pu constituer une base de données relativement fine car ces dossiers font mention de la situation familiale, et du nombre d’enfants vivants12. Nous avons alors constitué un corpus de 224 noms qui nous permet d’établir le tableau suivant.

Tableau 3. – La fécondité des familles nobles.

15Les principales données se retrouvent concentrées entre les décennies 1740 et 1830 : nos réflexions s’articuleront sur celles-ci, car les périodes antérieures ou postérieures ne contiennent pas encore suffisamment d’éléments. Nous constatons à la lecture de ce tableau que la majeure partie des familles nucléaires nobles normandes se composent de 0 à 3 enfants. La noblesse normande tend à anticiper les comportements démographiques de la société française.

16Remarquons, cependant, que le nombre de nobles sans descendance est plus élevé parmi les individus nés au moment de la Révolution française. Nous avons donc la matérialisation de l’impact des événements révolutionnaire sur le corps social : une réduction du potentiel démographique de la noblesse normande sans pour autant la mettre en danger. La Révolution française implique une réduction des effectifs nobles, non pas à cause de la guillotine, mais par une réduction sensible des naissances.

Période de naissance

Taux de fécondité

1750

1,82

1760

1,74

1770

2,02

1780

2,63

1790

1,36

1800

1,50

1810

2,67

1820

3,50

Moyenne

2,16

Tableau 4. – Nombre moyen d’enfants au sein de la noblesse, selon la période de naissance.

17En recentrant cette observation, nous pouvons observer l’apparition de classes d’âges moins nombreuses. Mais en réaction, d’autres classes d’âges seront plus dynamiques. Notons un gain sensible en natalité dès la mise en place du régime impérial, alors que la génération née en 1760, adulte en 1785, est particulièrement touchée par la réduction des naissances avant même le déclenchement de la Révolution. Les troubles révolutionnaires et les changements de régime ont favorisé l’augmentation des naissances au sein de la noblesse normande.

  • 13 Jean-Pierre Bardet, Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les mutations d’un espace social, Paris, Se (...)

18Néanmoins, la descendance théorique de la noblesse normande, telle que nous la simulons, est très inférieure à celle mise en évidence par Jean-Pierre Bardet pour les grands notables qui ont, à Rouen, une descendance de 2,71 enfants par couple13. Ces valeurs légèrement supérieures sont imputables au fait que la noblesse n’est pas étudiée seule, mais intégrée au reste des notables.

19D’après notre première analyse, la noblesse normande résiste particulièrement bien à l’érosion de ses effectifs au début de notre période. Elle se régénère grâce à l’abolition de la dérogeance et grâce à sa forte natalité plus que par l’adjonction de nouveaux membres. Le comportement démographique de la noblesse normande est en avance sur celui du reste de la société française. Nous pouvons alors nous inquiéter des effets de cette avance sur d’autres aspects de la vie quotidienne.

Ressorts économiques

  • 14 Étienne Lambert, « Le marché foncier et la noblesse dans la région de Vassy – Normandie, 1760-1789 (...)

20Il est certain que la prééminence économique de la noblesse normande se base sur la possession du sol, ce qu’Étienne Lambert a mis en valeur par l’évolution de ce patrimoine14.

  • 15 Marc Bouloiseau, Le séquestre et la vente des biens des émigrés dans le district de Rouen (1792-An (...)

21Nous savons aussi combien les troubles révolutionnaires seront dommageables pour cette puissance foncière, ce que les travaux de Marc Bouloiseau et Bernard Bodinier ont largement démontré15.

  • 16 AD Eure, Série F, liasse 2 F 3434.
  • 17 AD Eure, Série J, liasse 1 J 335.

22Cependant, la supposée redistribution des sols ne se réalise pas. En effet, les plus grandes familles de la noblesse normande parviennent, en général, à contrevenir aux effets de ces ventes forcées. Ce sont, par exemple, les héritiers de Gerville qui obtiennent une restitution16. Certains ont même réalisé leurs biens afin de s’exiler dans de meilleures conditions, tel le marquis Louis François de Chambray17.

  • 18 AD Eure, Série F, liasse 2 F 3471.
  • 19 AD Calvados, Série Q, liasse 1 Q 1.017.
  • 20 AD Calvados, Série Q, liasse 1Q 274.

23Les divorces et séparations de corps permettent à d’autres familles, comme les Harcourt-Beuvron18, de protéger efficacement leurs propriétés. Une partie de la noblesse normande est capable de racheter ses biens vendus. Prenons par exemple l’attitude de Louise Marie Hue de Mathan, qui rachète le jour même une partie de ses biens19. Elle en profite pour restructurer ses domaines. Cette même famille Hue de Mathan est capable de racheter une autre partie de ses biens avant 180820. De même, nous pouvons penser à la famille Hélix d’Acqueville qui a pu racheter ses biens le 9 fructidor An VII, à peine deux jours après la vente publique.

  • 21 Les lois du 25 juillet 1793, et du 25 brumaire an III organisent le séquestre et la vente des bien (...)
  • 22 AD Calvados, Série Q, liasse 1 Q 399.

24Nous avons dépouillé la liste des demandes en indemnité du Calvados21. Sur 583 demandes, le total des restitutions dans le Calvados atteint la somme de 21 834 181,55 francs22. Ce chiffre peut sembler paradoxal, mais en fait, l’émigré désirant entrer en possession de son indemnité doit accepter les dettes que l’État avait lui-même pris en charge lors de la saisie et des ventes de ces biens. Si la dette calvadosienne est si importante, c’est en raison de la présence parmi les indemnisés normands de Louis Philippe, duc d’Orléans. Celui-ci fait une demande de restitution pour 1 148 970 francs, mais son père, Louis Philippe Joseph a laissé une dette de 42 106 182,48 de francs. En général, lorsque l’indemnité se révèle n’être qu’une dette, le réclamant abandonne sa requête. Nous avons deux contre-exemples, le cas du duc d’Orléans, futur Louis Philippe, et la duchesse de Montmorency-Luxembourg. L’acceptation de ces dettes tend à prouver que la noblesse possessionnée en Normandie dispose encore d’un capital foncier extrêmement important.

25Nous avons alors extrait de notre liste toutes les demandes qui ne concernent pas la noblesse et qui n’ont pas abouti. Il reste alors 390 demandes, pour un total de 20 615 279,47 francs. Ce qui représente une moyenne d’indemnisation de 52 859,70 francs par famille. Dans les faits, 70 % des indemnisés ne perçoivent que 24 % de la somme totale versée par l’État. Ce qui nous permet d’affirmer que, globalement, les émigrés du Calvados n’étaient pas uniquement grands propriétaires. De fait, la mesure de l’écart entre les grandes familles et le reste de la noblesse apparaît bien moins aisée.

26En ne conservant que les références liées à de réelles indemnisations, le tableau réalisé ci-dessous (p. 341) illustre la répartition des sommes versées aux émigrés.

  • 23 AD Eure, Série M, liasse M 1246.

27Notons le cas de Louise Henriette de Nitray, légataire de Robert Gosselin de Manneville, indemnisée de 602 158,93 francs, ce qui est le plus gros montant versé dans le Calvados. Elle est suivie de près par François Pierre Auguste de Siresme et Louis Pierre Duval de Lescaude, disposant de plus de 500 000 francs restitués. Précisons que le salaire annuel moyen à Évreux en 1852 s’élève à 571 francs et 79 centimes23.

  • 24 Il apparaît que la plupart des parlementaires nobles du XVIIIe siècle étaient issus de grandes fam (...)

28La noblesse du Calvados représente la fraction la plus riche de la population concernée par l’indemnisation. Le plus riche des non-nobles indemnisé, François Auguste Salomon Roussel, a reçu 25 426 francs. La plupart des autres non-nobles perçoivent des sommes comprises entre 150 et 3 000 francs Néanmoins, certains nobles touchent de très faibles indemnisations. Cette indemnisation dresse un tableau en négatif de la fortune foncière de la noblesse telle qu’elle existait avant 1789. La plupart des grands propriétaires sont concernés par l’émigration, ce qui nous place dans l’impossibilité de connaître l’état des fortunes des familles essentiellement tournées vers la magistrature et le négoce24.

Graphique 2. – Les indemnisations de 1825 dans le Calvados.

  • 25 Ceci sans oublier que l’État a pu payer les dettes de certains de ces émigrés. Ces versements étan (...)
  • 26 Marcel Ragon, La législation sur les émigrés-1789-1825, thèse de doctorat de sciences politiques, (...)

29Néanmoins, grâce aux restitutions du « milliard des émigrés », la noblesse française en général et la noblesse du Calvados en particulier disposent de rentrées d’argent plus que nécessaires. Épuisées financièrement par l’exil, les familles nobles de province voient dans l’indemnité leur seul moyen de survie. Pour beaucoup, à cause des emprunts contractés pour survivre hors de France, le « milliard des émigrés » ne signifie pas nécessairement le retour à la richesse. Lorsqu’un émigré réclame ses biens vendus, il doit accepter en retour la valeur que l’État en a obtenue lors de la mise en vente des biens25. Marcel Ragon estime que certains biens nationaux sont vendus près de quarante fois en dessous de leur valeur réelle26. Il s’ensuit que les sommes versées en 1825 sont inférieures aux préjudices subis.

  • 27 Ibid.
  • 28 AD Eure, Série J, liasse 1 J 15.
  • 29 AD Eure, Série F, liasse 2 F 3335.

30Les séquestres et ventes de biens nationaux déstabilisent donc une partie non négligeable de la noblesse normande. Certaines familles sont littéralement ruinées. Ainsi Charles Félice Ducôté est contraint de vendre son domaine de Brécourt27. De même, les Duchapelet sortent ruinés d’une révolution qu’ils ont passée aux côtés des princes en exil28. Mais, ces déchéances économiques ne sont pas homogènes ni généralisées. En effet, si les Duchapelet du département de l’Eure sont ruinés, leurs cousins, du Chapelet de Maillebois conservent un revenu non négligeable29.

  • 30 M. Ragon, ibid.
  • 31 AD Eure, Série J, liasse 1 J 205.

31La situation foncière de la noblesse est liée à l’héritage de l’Ancien Régime et aux contraintes mises en place par la Révolution, mais aussi à la volonté de remembrement agricole. Certaines familles, comme les Clermont-Tonnerre, parviennent ainsi à améliorer leurs exploitations30, alors que d’autres, comme les Crucius de la Croix, contraints de vendre leur domaine de Cocherel en 1856, connaissent une aggravation sensible de leur situation31. Certaines familles préféreront vendre certaines portions de domaine plutôt que d’investir dans la modernité. Ces ventes amoindrissent progressivement des domaines soumis aux nouvelles règles de successions et de partages. La noblesse normande ne doit donc pas être comprise comme un ensemble homogène et la situation foncière de la noblesse est particulièrement diverse au cours du XIXe siècle.

32Si la place de la propriété foncière au sein des patrimoines de la noblesse normande varie selon les familles, elle varie aussi selon les périodes. Nous constatons que la noblesse normande sait s’investir dans l’essor industriel et commercial normand dès avant la chute de la monarchie.

  • 32 AN de Monaco, Série L, liasse L10.

33Nous disposons de grands noms dans le domaine de la proto-industrie, dont le marquis Lacour de Balleroy et Richard Lucas de Néhou, les verreries de la Glacerie et la mine de Littry constituant des initiatives proto-industrielles importantes. Mais, même dans la gestion courante de ces installations, la noblesse normande sait aussi se montrer cohérente et efficace. Ainsi, lorsque Jacques François Léonard de Matignon, comte de Thorigny, prince de Monaco, met la forge de Danvou à ferme, les efforts des anciens gérants sont mis en avant32. Nous pouvons aussi évoquer le cas du comte Charles du Mesnil du Buisson. En 1780 il loue les forges de Varennes et d’Halouze, près de Domfront au marquis de Flers. Sa réussite est suffisante pour qu’il soit en mesure d’armer à ses frais un navire pour son fils au cours de la Révolution. Par ces exemples c’est l’incurie supposée de la noblesse qui est infirmée. La noblesse normande ne cherche pas uniquement les placements rapides, elle sait investir pour accroître ses revenus.

  • 33 Guy Richard, « Les nobles métallurgistes de l’Eure, 1789-1850 », Communication au Congrès des Soci (...)

34Les travaux de Guy Richard ont démontré l’influence de la noblesse dans le développement de l’industrie lourde dans l’Eure33. C’est pourquoi il nous semble inutile de revenir sur les éléments qui montrent la domination de celle-ci sur les forges. Noblesse et industrie lourde sont liées depuis longtemps. Au point qu’au cours du XIXe siècle nous pouvons considérer ces activités comme traditionnelles.

  • 34 Jules Morière, De l’industrie fromagère dans le département du Calvados : son importance en 1877, (...)
  • 35 La famille de Cussy est par ailleurs bénéficiaire de la loi dite du « milliard des émigrés ».

35En 1813, la fille de Marie Harel épouse un des héritiers de la famille Paynel34. Son investissement lui permet de créer une entreprise industrielle. L’installation produit 3 000 fromages par jour. De même, l’établissement est chauffé afin de permettre un meilleur développement des ferments. Si les Paynel sont les initiateurs de cet essor, ils sont rapidement suivis par le marquis de Cussy35.

36Nous voyons donc une partie sensible de la noblesse normande abandonner ses activités uniquement terriennes au profit de diverses activités industrielles et commerciales.

  • 36 Étienne Paisnel, « La marche des chemins de fer dans l’Eure au XIXe siècle », Connaissance de l’Eu (...)
  • 37 AD Eure, série E, liasse 2903 ; Gaspard de Clermont-Tonnerre, Essai sur les chemins de fer, 1852, (...)

37La noblesse normande peut aussi envisager des projets industriels plus ambitieux. Il faut noter l’importante participation de la noblesse française dans la constitution des compagnies de chemins de fer. Par exemple, en 1856, la compagnie de chemin de fer de Paris à Cherbourg est présidée par le comte de Chasseloup-Laubat, son vice-président est le vicomte d’Azy et le chef d’exploitation, M. de la Peyrière. Le rôle précurseur du comte de Breteuil dans le développement de cette ligne est manifeste : allié à un certain Letellier, le comte fonde en 1845 la première compagnie de chemin de fer36. Puis, le duc Aimé Marie Gaspard de Clermont-Tonnerre, ami du comte de Chasseloup-Laubat, et son fils le comte Louis Aimé Gaspard agiront en faveur de l’installation de la ligne de Paris à Cherbourg passant par le cœur du département de l’Eure. Par ailleurs la personnalité de l’ancien ministre de la guerre (de 1824 à 1828) semble avoir efficacement ébranlé les convictions de Napoléon III qui, en décembre 1852, accorde le tracé par Évreux37.

38Le duc Louis Napoléon Suchet d’Albufera, membre du conseil général de l’Eure, est aussi le propriétaire d’une petite compagnie de chemin de fer. Il usera de sa place pour obtenir le tracé qui lui convient le mieux. Ces deux situations montrent que ces développements économiques et industriels intéressent particulièrement la noblesse normande.

  • 38 AD Eure, série E, liasse 2909-ter.
  • 39 Lettre à M. Sénac, 28 février 1851, AD Eure, E 2903.

39Le développement des marchés de valeurs accentue les écarts entre les différentes strates économiques de la noblesse normande. Parmi les familles qui ont profité des rentes liées au « milliard des émigrés », certaines profiteront des rentes sans modifier leurs comportements, d’autres s’impliqueront plus massivement dans les nouveaux marchés. Pour étayer ces affirmations, nous devons nous référer le plus souvent aux documents privés des familles. C’est ainsi que nous avons appris que le duc Aimé Marie Gaspard de Clermont-Tonnerre était un grand investisseur dans les chemins de fer, et qu’il avait tenté d’influencer dans ses choix le marquis Lacour de Balleroy38. Il avait aussi contacté le comte de Breteuil, ainsi que messieurs Rothschild et Stokes39.

40Ces éléments tendent à montrer que la noblesse participe à l’économie normande essentiellement aux postes de direction ou comme investisseurs. Cependant, établir ce constat équivaut à considérer l’aristocratie comme représentant exclusif de la noblesse. Si certaines familles parmi les plus illustres se maintiennent à des fonctions ou des activités lucratives, la plupart des membres de la noblesse normande doivent intégrer le tissu économique local.

  • 40 « Les industriels, propriétaires et commerçants de l’arrondissement virois », Annuaire virois, Vir (...)

41Au cours de notre période, les activités traditionnelles s’effacent au profit d’un éventail de plus en plus important de professions. Nous pouvons obtenir un instantané de cette situation grâce à la liste des commerçants et industriels de Vire40. Sur les 836 noms, la noblesse représente 6,2 %. Une part très importante si nous acceptons comme juste la proportion moyenne de 2 % de nobles au sein de la population du Calvados.

Activités

Ensemble des professionnels du secteur

Nombre de nobles dans chaque profession

Artisans

236

10

Banquiers

22

2

Commerçants

319

19

Métiers d’hygiène

4

0

Industriels

238

15

Propriétaires

17

6

Total

838

52

Tableau 5. – Place de la noblesse dans l’économie viroise à la fin du XIXe siècle.

42À Vire, la noblesse s’implique essentiellement dans les fonctions industrielles et commerciales, deux activités qui regroupent près de la moitié des effectifs. Mais elle représente chaque fois une part tout à fait mineure des effectifs généraux des professionnels locaux, à l’exception de la mention « Propriétaire » qui demeure un qualificatif que la noblesse apprécie de porter. Notons qu’elle n’est plus majoritaire dans ce domaine.

43Nous pouvons aussi détailler ces professions où s’intègrent les membres de la noblesse.

Professions

Nombre de cas

Filateurs

6

Principaux propriétaires

6

Fabricant d’étoffes de coton

5

Epicier

3

Assureur

2

Marchands de bois

2

Débitants de boissons

2

Dépôt de coton

2

Rouennerie

2

Fabricant de chandelle

2

Horticulteur

2

Sculpteur

1

Chapelier

1

Pâtissier et confiseur

1

Fabricant de cardes

1

Fabricant de papier

1

Corroyeurs, tanneurs et mégisserie

1

Fabricant d’huile

1

Architecte

1

Pharmacien

1

Marchand de charbon

1

Restaurateur

1

Fabricant de damassés

1

Roulage

1

Négociants en coutils

1

Vins et eaux de vie

1

Nouveautés

1

Papeterie

1

Maître d’hôtel

1

Tableau 6. – Les professions de la noblesse viroise en 1865.

44Les métiers liés à la filature demeurent des professions très recherchées par la noblesse, ce qui la conforte dans sa place d’élite industrielle locale. Pas moins de 18 nobles travaillent dans la production des dérivés du coton. Un seul, cependant, les vend. L’intérêt de cette source est surtout de montrer que la noblesse s’intègre à des rangs moins élevés de l’économie locale.

45L’essor progressif de certaines familles ne saurait masquer les diversités déjà évoquées. Aussi nombreuses sont celles qui refusent de modifier leurs habitudes. Nous avons le cas de familles continuant à percevoir leurs revenus agricoles en nature en 1911.

46Après la Révolution, les grandes lignes du partage des sols n’évoluent guère. Les grandes familles aristocratiques maintiennent globalement leur domination sur le foncier. L’enjeu du XIXe siècle sera de moderniser les grands domaines. Certaines ne pourront pas le réaliser, aggravant alors le morcellement de propriétés soumises aux partages des successions. Cependant, nous voyons surtout apparaître une nouvelle catégorie de nobles. De plus en plus de familles ne sont plus liées au sol et s’intègrent à l’économie moderne : aucune activité n’est délaissée par cette noblesse modernisée. Elle se concentre dans les activités industrielles et commerciales les plus gratifiantes. Cependant certaines familles déclassées sont contraintes à des activités traditionnellement moins valorisées. La noblesse est, au demeurant, mieux représentée dans ces activités modernes qu’elle ne l’est réellement dans la société normande.

47Nous avons remarqué aussi que les familles les plus aisées sont des acteurs importants des investissements modernes, la mention de valeurs mobilières devenant plus fréquente dans les dossiers privés, les successions et les mariages. D’autres encore s’investissent personnellement dans le développement économique de la région. En cela, la noblesse normande est régénérée, car elle s’intègre à l’économie sans pour autant perdre ses repères. C’est d’ailleurs ce positionnement particulier que nous sommes amenés à envisager dans la sphère du politique.

Renouveau politique

  • 41 Les membres du second ordre en s’appuyant sur des différences patronymiques très libres intègrent (...)

48Le Catalogue des Gentilshommes nous montre l’attente de la noblesse normande en matière de responsabilités. En effet, face à une réduction du nombre de patronymes, nous voyons que la noblesse normande a recours à la diversification des branches. Elle maintient ainsi, artificiellement41, les effectifs au moment de la Révolution, elle est alors fictivement aussi puissante qu’en 1670. C’est un argument de poids contre un tiers état plus nombreux.

  • 42 Jean Becarud, « La noblesse dans les chambres sous la monarchie censitaire », Revue internationale (...)

49Au XIXe siècle, la noblesse se réapproprie l’espace politique. L’apogée de son influence se plaçant en 1824 avec 58 % des députés42, cette influence nationale se trouvant confortée par des résultats locaux très favorables.

  • 43 André-Jean Tudesq, « Les survivances de l’Ancien Régime : la noblesse dans la société française de (...)

50Les travaux d’André-Jean Tudesq portant sur la proportion de nobles au sein des conseils généraux de 184043 donnent une fourchette de présence variant de 25 à 30 %. Nous avons voulu connaître le positionnement de la Normandie par rapport à ces recherches en relevant les noms des conseillers généraux du département de l’Eure de 1805 à 1895, et ceux des conseillers du Calvados de 1830 à 1895.

51Nous avons listé 760 noms, dont 332 nobles, dans le département de l’Eure. Puis, 395 noms, dont 161 nobles, dans le département du Calvados. Ce qui représente une moyenne de postes tenus par la noblesse de 43,68 % des conseillers sur toute la période dans l’Eure. Et, une moyenne de 40,75 % des postes de conseillers dans le Calvados sur la période 1830-1895. Ce qui constitue une domination politique extrêmement remarquable pour un groupe représentant environ 2 % de la population totale. En ce qui concerne l’année 1840 relevée par André-Jean Tudesq, nous obtenons une présence noble à hauteur de 30 % dans le Calvados et de 37,14 % dans l’Eure. Des résultats concordants avec les autres départements français.

52Nous produisons ici un graphique de comparaison entre ces deux départements.

Graphique 3. – Parts comparées des nobles au sein des conseils généraux.

53Nous observons des tendances relativement similaires entre les deux départements. La fin du règne de Charles X est particulièrement favorable à la noblesse. Par réaction, sa place après la révolution de 1830 se réduit nettement. Au travers de cette représentation, nous visualisons nettement la force du légitimisme dans le Calvados. Cette position politique de la noblesse dans le Calvados reporte à la seconde moitié du règne de Napoléon III son adhésion au nouveau régime. Notons que ce choix favorise la noblesse du Calvados dont la régression de l’influence politique est moins abrupte après 1870. Notons aussi l’importance des systèmes électoraux. Le suffrage censitaire se durcissant sous les règnes de Louis XVIII et Charles X, la relative ouverture de Louis-Philippe provoque le repli d’une noblesse inférieure en nombre. Néanmoins, les élections au suffrage universel de 1848 permettent à la noblesse de l’Eure de reprendre sa place au sein des instances locales.

54Nous avons voulu mettre en parallèle l’ensemble des fonctions politiques du Calvados. Nous pouvons ainsi analyser les interactions entre chacune d’entre elles.

55Nous avons relevé les noms des députés du Calvados sur la période allant de 1830 à 1890. Sur 69 élus, 25 sont nobles. Puis nous avons repris les noms des élus aux postes de maires de chef-lieu d’arrondissement dans le Calvados au cours du XIXe siècle. Sur un total de 919 élus, la noblesse représente 19,8 % de l’ensemble des postes d’élus, avec, 25,65 % des postes de maires tenus par la noblesse et 13,67 % des postes d’adjoints. La noblesse du Calvados manifeste une nette prédilection pour les postes de premier plan. Ce qui permet aussi d’affirmer que la présence d’un maire noble ne conditionne en rien la présence d’une équipe essentiellement composée de nobles. La noblesse n’envisage pas la fonction politique comme la manifestation d’un phénomène de caste. Bien au contraire, la noblesse apparaît particulièrement ouverte.

56Après avoir récolé l’ensemble des noms des maires de chef-lieu de canton, adjoints, conseillers généraux et députés du Calvados sur la période allant de 1800 à 1895, nous constituons une base de données forte de 1 383 références, dont 371 nobles.

Graphique 4. – Évolution de la présence noble selon les fonctions politiques.

57À la lecture de ce graphique, nous constatons qu’il n’existe pas de corrélations entre les différentes fonctions politiques. La réussite de la noblesse dans l’une d’elles ne conditionne pas la réussite dans les autres domaines. Les postes de maires et d’adjoints sont, néanmoins, liés même si les courbes ne se juxtaposent pas exactement. Il s’agit ici des maires et adjoints des chefs-lieux de canton. Les communes rurales sont alors aussi bien représentées que les zones urbaines. Il n’existe pas de caractéristique qui puisse déterminer qu’un adjoint appartienne ou non à la noblesse. De ce fait nous estimons qu’il s’agit chaque fois d’un choix individuel et non d’une démarche coordonnée.

58La Révolution de juillet 1830 préfigure systématiquement la régression de l’influence politique de la noblesse dans le département. Mais alors que les postes de maires sont rapidement reconquis, ceux de conseillers généraux sont assez longuement abandonnés. Le département du Calvados dispose visiblement d’une noblesse particulièrement sensible au discours légitimiste. Après le départ de Charles X, la noblesse du département ne reprendra jamais plus une place aussi importante. Les modifications des modes de scrutins ne peuvent pas seules expliquer cette régression. D’ailleurs, après le renouvellement des générations des années 1850, la noblesse commence à reprendre une place prépondérante. Nous pouvons évoquer les cas d’Aimé Marie Gaspard de Clermont-Tonnerre ou Henri Lefèbvre de Vatimesnil, tous deux ministres légitimistes isolés après 1830. D’ailleurs, Gaspard Louis Aimé de Clermont-Tonnerre, fils du précédent, sera conseiller général de 1852 à 1870.

  • 44 À l’exception de la députation.

59Il reste que la période allant de 1830 à 1852 ne présente pas de réelle tendance générale. Nous observons un pic de représentation de la noblesse dans les mairies et à la députation en 1840. Cependant, les adjoints nobles seront ensuite bien moins nombreux, et la noblesse doit attendre 1848 pour prendre une position dominante à la députation. La moitié des postes seront tenus par la noblesse durant le Second Empire. L’ensemble des fonctions connaît un accroissement de la présence noble. Il s’agit d’une progression de la noblesse. Nous constatons de ce fait une légère méfiance de la noblesse à l’encontre de Napoléon III. De plus, le régime impérial n’est pas si favorable à l’aristocratie. La place de la noblesse au sein des fonctions politiques a déjà atteint son apogée dans les périodes précédentes44. Ce qui peut expliquer que la chute de Napoléon III éloigne peu les anciens élus. Quoique fortement présente dans le paysage politique, la noblesse n’est probablement plus ressentie comme étouffante pour les autres corps politiques. Le renouvellement des générations accroît sensiblement ce sentiment.

60Notons que la sur-représentation de la noblesse, à hauteur d’un tiers des élus pour 2 % de la population, est essentiellement le fruit de la politique générale. En effet, le suffrage censitaire et la cooptation au sein des collèges électoraux favorisent la noblesse. Nous pouvons considérer que, sur le plan politique, la noblesse a beaucoup plus gagné de la Révolution de 1789 qu’elle n’a perdu.

61Cette prépondérance se maintient sur l’ensemble de la période, alors que des écueils apparaissent au moment des révolutions. Mais, la noblesse normande retrouve une partie de ses positions politiques une fois la situation stabilisée.

62La grande difficulté politique de la noblesse n’est pas liée à des facteurs extérieurs. Nous voyons que la noblesse est, en général, bien accueillie par les électeurs. Cependant, elle connaît des divergences internes, entre légitimistes et orléanistes, bien plus contraignantes que les suffrages. Ce qui revient à mettre en évidence la diffraction de la structure sociale de la noblesse dès le début du XIXe siècle. Loin d’être un corps social homogène, la noblesse normande est diverse. La noblesse se retrouve dans la diversité des partis, n’hésitant pas, par ailleurs, à s’opposer à elle-même. Ces dissensions conduisent alors à s’intéresser au positionnement intellectuel de la noblesse au cours du XIXe siècle.

Positionnement intellectuel

63La place de la noblesse au sein des activités et expressions culturelles est multiple. Nous porterons notre attention sur la matérialisation de l’influence de la noblesse au sein du renouveau intellectuel normand, et français.

64L’une des grandes révolutions intellectuelles du XIXe siècle est, sans nul doute, le développement des sociétés savantes. Leurs existences ne sont pas toujours liées à notre période. Cependant, c’est entre 1808 et 1900 que les sociétés savantes ont la plus grande audience et le plus large recrutement. Elles sont souvent comprises par la noblesse normande comme étant un moyen de pallier son inaction politique après 1830. La force du parti légitimiste dans le département du Calvados favorise l’éclosion de ces sociétés.

65Nous avons repris l’ensemble des listes de membres résidents et membres correspondants de la Société des antiquaires de Normandie, créée par Arcisse de Caumont. Ce qui représente pour la période 1821-1871, 6 824 références. Ces références correspondent à l’ensemble des personnes appartenant à la Société au cours d’une année donnée. Ainsi, un membre demeurant actif une dizaine d’années sera mentionné autant de fois. De cet ensemble, nous devons signaler qu’il n’existe en réalité que 938 membres, ce qui correspond au nombre d’individus qui se sont succédé au sein de la Société. Pour visualiser la place de la noblesse au cours de la période, nous reprenons l’ensemble des 6 824 références.

66Nous pouvons comparer la part de la noblesse, le nombre de nobles inscrits avec le nombre de membres tout au long de la période. Nous prenons pour base de nos courbes indicielles l’année 1825.

67Nous voyons grâce à ce graphique que la noblesse n’est en réalité jamais majoritaire dans la Société, à l’exception de 1825, année de sa création. La Société regroupait 117 membres en 1825 pour 468 en 1871. Malgré une croissance importante du nombre de membres inscrits annuellement, la part de la noblesse ne régresse que très lentement. Celle-ci représentait 58 % des membres inscrits en 1825, et encore 34 % en 1872. Le recrutement de la noblesse connaît d’ailleurs la même évolution que le reste de la population.

Graphique 5. – La noblesse membre de la Société des antiquaires.

68Pour mesurer l’impact des phénomènes politiques au sein de la Société des antiquaires, nous avons reconstitué la liste des membres en fonction de la date de leur première inscription.

Graphique 6. – Répartition des nouvelles inscriptions.

69De cette manière, nous observons effectivement un regain notable d’inscriptions pour la Société après 1830. Il est important de noter que la noblesse n’est pas la seule à rejoindre Arcisse de Caumont. Nous confirmons l’hypothèse d’un département profondément légitimiste. Après un certain engouement, les inscriptions à la Société se réduisent massivement. La pérennité de celle-ci étant due à l’intégration massive de légitimistes dès 1831. Enfin, nous voyons que le réel essor de la société a lieu au moment de la mise en place du Second Empire. Ce qui correspond à un renouvellement générationnel, auquel nous pouvons associer la désignation d’un nouveau personnel politique, de nouveaux préfets, de nouveaux fonctionnaires : ce qui explique la réduction importante après 1870. Nous voyons donc à travers ces listes que la Société des antiquaires est principalement composée des forces conservatrices. La noblesse y tient une place tout à fait conséquente.

70La participation de la noblesse normande à la création littéraire, tant comme auteurs que comme sujets, n’est pas sans objet. Dans une période de reconstruction du mythe nobiliaire, le contenu des articles publiés par la noblesse et de ceux publiés à son propos nous renseigne sur l’état d’avancement de la construction de l’image idéalisée de la noblesse normande. Pour mieux comprendre ce positionnement, nous faisons appel aux articles de la Société des antiquaires de Normandie. Nous avons constitué une base de données regroupant l’ensemble des articles publiés dans la Société des antiquaires de sa création à 1880.

Type de communication

Non nobles

nobles

Nombre articles

Histoire et patrimoine antique

85

8

113

Histoire médiévale

50

2

72

Théologie et hist. relig.

27

0

47

Histoire de la noblesse

18

6

34

Histoire moderne

14

2

26

Biographie

5

8

13

Art

20

5

25

Œuvre littéraire

14

5

19

Mémoire

1

2

3

Sc. et tech. modernes

5

2

7

Description géologique

1

1

Médecine

2

1

3

Sc. de la banque

1

1

Description géographique

1

1

Sc. politiques

2

2

Guide et souvenir de voyage

1

1

Répartition

246

122

368

Tableau 7. – Les articles de la Société des antiquaires de Normandie.

71Le classement des types de publications est sensiblement le même pour la noblesse que pour le reste des auteurs, à l’exception des mémoires et biographies, plus traditionnels pour la noblesse, de l’art et des œuvres littéraires. La poésie et le romantisme ne sont pas des formes d’expression que la noblesse souhaite développer. En ce qui concerne les grands domaines de la culture du XIXe siècle, l’élite intellectuelle de la noblesse tient à jouer son rôle savant. Notons que la noblesse écrit moins sur elle-même que ne le font les auteurs non-nobles. Ce qui démontre que la noblesse du XIXe est remarquablement ouverte à toutes les formes de la culture.

72Au-delà de cette contribution à l’essor des sciences et de la culture, la noblesse participe au développement des loisirs. Le château devenant le domaine du privé et de l’intime, apparaît la nécessité de constituer d’autres espaces de sociabilité.

73À partir de 1860, le Second Empire parvient à imposer un nouveau schéma de cour. L’expression de cette nouvelle coterie prenant alors place dans les stations balnéaires. Il est bon d’y être vu et les codes s’imposent. Ainsi, toilettes, villas et hôtels de luxe connaissent l’apogée de leur développement. La noblesse normande n’y est pas absente.

74À son origine, le casino est avant tout une salle de spectacle assez traditionnelle. À la fin de notre période ce sont des espaces de restauration, des salons de lecture, des fumoirs, parfois des salles d’armes et des gymnases qui lui sont adjoints. Ces ensembles permettent la constitution de réseaux aristocratiques, politiques ou financiers. Nous voyons par exemple le duc de Clermont-Tonnerre louer, avec MM. de Castellane et de Nicolaï, une salle du casino de Deauville pour y jouer au baccara.

  • 45 Éphrem Houël du Hamel, Traité des courses au trot, Paris, Ch Tomera, 1864 [2e édition, revue et au (...)

75L’installation des hippodromes et le développement de la sociabilité des courses est un authentique produit de la volonté de la noblesse normande. En effet, c’est à Ephrem Houël du Hamel, directeur des haras, que nous devons l’introduction des courses en Normandie. Avec le soutien de Pierre-Aimé Lair, d’Arcisse de Caumont45, et de M. du Pont, directeur du dépôt d’étalons de Saint-Lô. Rapidement, l’administration cherbourgeoise soutien la création de l’hippodrome. En 1837, la première course a lieu à Caen, l’année suivante à Saint-Lô.

76L’implication de la noblesse dans la création des hippodromes conditionne la participation des autres membres du groupe aux festivités qui s’y associent. Les courses, en raison même de leur naissance, restent longtemps attachées à un mode de représentation très aristocratique. C’est un endroit où il faut être vu.

77Nous observons donc au cours du XIXe siècle une évidente ouverture de la noblesse à la culture. Elle participe activement au développement des recherches intellectuelles et techniques en Normandie et en France. Nous avons pu observer la place de la noblesse dans les sociétés savantes et les sujets qu’elle développe. Nous remarquions l’absence de sectarisme. Cependant, dans le même temps, une frange de la noblesse se ferme au reste de la population. L’essor des stations balnéaires, des casinos, des champs de courses, crée une séparation entre la fortune et l’aisance. L’aristocratie s’éloigne du reste de la population attirant ensuite à elle la plupart des représentants de la noblesse normande. Néanmoins, la situation financière de la noblesse ne permet pas d’affirmer que l’ensemble du groupe adhère à ces phénomènes. La civilisation des loisirs se limite donc à certaines parties de la noblesse. Ce qui revient à mettre à nouveau en évidence la diversité de la noblesse.

*

78Nous avons noté qu’après une diminution très sensible du nombre de familles nobles, leur évolution sera très similaire à celle de la population normande. Le nombre moyen d’enfants par femme restant à peine suffisant pour permettre un renouvellement normal des générations. Cependant nous comprenons pourquoi elle est encore présente aujourd’hui.

79Les événements révolutionnaires ont moins déstabilisé les grands domaines nobles que l’absence de modernisation. De ce fait, une frange de la noblesse normande abandonne les activités traditionnellement liées à la propriété foncière. Ce qui nous permet de remarquer que la noblesse normande sait intégrer l’ensemble des secteurs de l’économie moderne, parfois avec une avance notable. Au cours du XIXe siècle la diversité des conditions financières au sein de la noblesse s’accentue.

80Lorsque nous observons sa présence politique, nous voyons qu’elle est très nettement surreprésentée dans l’ensemble des fonctions. Quoiqu’il apparaisse des écueils et des replis, la présence noble se maintient autour du tiers des élus locaux et nationaux. Le département du Calvados connaît un engagement dans le parti légitimiste bien plus présent que le département de l’Eure, ce qui conditionne l’influence de la noblesse dans la politique locale. Mais ceci revêt un autre aspect, d’ordre culturel et intellectuel, tout aussi important. C’est en raison de sa vocation légitimiste que le département du Calvados fournit une part non négligeable du personnel de l’Association Normande et de la Société des antiquaires de Normandie.

81Nous avons pu constater l’ouverture de la noblesse à l’ensemble des composantes de la culture et de la recherche intellectuelle. Aucun domaine n’est abandonné par les savants de la noblesse normande. De plus, nous avons pu relever que la noblesse n’est pas la première à écrire sur elle-même.

82Par ailleurs, elle participe activement au développement de la civilisation des loisirs. D’abord, comme héritage de l’Ancien Régime, la noblesse s’investit dans ses domaines. Puis, elle s’installe ostensiblement dans des lieux consacrés à la sociabilité des élites financières. Chaque famille de la noblesse normande est consciente de la nécessité d’y paraître pour se maintenir dans le groupe. Cependant, la diversité des situations financières crée des décalages. La noblesse ne se reflète plus dans le comportement de l’aristocratie. Si la noblesse existe aujourd’hui encore, c’est grâce à son adaptation aux nouveaux modes de comportements. Elle connut, avant le reste de la société, sa mutation démographique, stabilisant de fait ses effectifs. Elle profite pleinement d’une nouvelle visibilité politique et doit sa survie à l’acceptation de ses dissemblances. Nous la retrouvons à tous les niveaux de l’économie, de la culture, dans chaque parti politique. Au-delà de ses diversités, la noblesse maintient son unité par un ensemble de valeurs communes.

Notes

1 Michel Nassiet, Noblesse et pauvreté. La petite noblesse en Bretagne, XVe-XVIIIe siècles, Rennes, Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1993, p. 235 sq. M. Nassiet constate une réduction de 49 % des effectifs en ce qui concerne la noblesse, mais sa « plèbe nobiliaire » est plus durement concernée, avec une réduction de 54 %.

2 Guy Chaussinand-Nogaret, « La noblesse au XVIIIe siècle, De la féodalité aux Lumières », Paris, 1976, p. 48 ; R. Dauvergne, « le problème du nombre des nobles en France au XVIIIe siècle », Sur la population française au XVIIIe et XIXe siècles, p. 110.

3 Marc Bloch, « Les noblesses », Annales d’Histoire Économique et Sociale, Paris, t. 8, no 39, 1936, p. 238-242.

4 Nos données ne permettent pas actuellement de chiffrer efficacement les lignages. Cet aspect est l’objet de nos travaux en cours.

5 Nicolas Viton de Saint-Allais, Nobiliaire de Normandie publié d’après Chevillard, sur les recherches de M. de Chamillard et des autres intendants de cette province, revu et corrigé et augmenté par M. de Saint-Allais, Caen, chez l’auteur, 1815.

6 Édouard de Magny, « Catalogue des gentilshommes de Normandie ayant pris part aux consultations concernant les états généraux en 1789 », Nobiliaire de Normandie, Paris, Lainé et Havard, 1863 et 1864, vol. 2, p. 151-198.

7 Régis Valette, Catalogue de la noblesse française, Paris, Robert Laffont, 2002, p. 336-337.

8 Jean Tulard, Napoléon Ier et la noblesse d’Empire, Paris, Tallandier, 2003, p. 111.

9 A[rchives] D[épartementales] de l’Eure, Série F, liasse 2 F 3200.

10 Henri Woelmont de Brumagne (Baron de), « Essai de Nomenclature des familles nobles subsistantes en Normandie », Bulletin de la Société Historique de Lisieux, no 27, 1930, 145 p.

11 Ce graphique restitue une tendance. Nos travaux en cours ont pour objectif de chiffrer l’évolution de la population noble en termes d’individus. Les résultats de cette comparaison en seront affinés. Nous achevons un doctorat en histoire contemporaine, portant sur « La noblesse en Normandie au XIXe siècle. L’exemple du Calvados et de l’Eure de la fin de l’Ancien Régime aux débuts de la Troisième République ».

12 Nous ne disposons aujourd’hui que des liasses 2 M 71, 2 M 72, 2 M 73, 2 M 74 des archives départementales de l’Eure. Nous y avons adjoint des indices démographiques et généalogiques issus des fonds privés des archives départementales. Ce tableau est construit à partir d’informations destinées à mettre en valeur l’influence politique de la noblesse normande. Nous l’employons, car ces résultats nous semblaient pertinents. Afin d’améliorer cette vision, nos travaux se poursuivent.

13 Jean-Pierre Bardet, Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les mutations d’un espace social, Paris, Sedes, 1983, p. 312.

14 Étienne Lambert, « Le marché foncier et la noblesse dans la région de Vassy – Normandie, 1760-1789 », Histoire et Mesures, XVII, no 1/2, 2005.

15 Marc Bouloiseau, Le séquestre et la vente des biens des émigrés dans le district de Rouen (1792-An X), Paris, Lavergne, 1937 ; Bernard Bodinier, « La noblesse et les biens nationaux dans le département de l’Eure », Révolution et mouvements révolutionnaires en Normandie, actes du XXIVe congrès des Sociétés historiques et archéologiques de Normandie, tenu au Havre du 24 au 29 octobre 1989, Recueil de l’Association des amis du vieux Havre, no spécial 1990, p. 69-81.

16 AD Eure, Série F, liasse 2 F 3434.

17 AD Eure, Série J, liasse 1 J 335.

18 AD Eure, Série F, liasse 2 F 3471.

19 AD Calvados, Série Q, liasse 1 Q 1.017.

20 AD Calvados, Série Q, liasse 1Q 274.

21 Les lois du 25 juillet 1793, et du 25 brumaire an III organisent le séquestre et la vente des biens des Français émigrés hors du territoire national. À partir de la loi du 27 avril 1825, les émigrés ayant eu à subir ces ventes peuvent obtenir réparation. Après constitution de dossiers, l’indemnisation accordée est équivalente à la valeur à la vente, et non estimée à celle des biens en 1789 ou en 1825, ce qui réduit son montant. L’État entendait verser à ces émigrés une rente pour un milliard de capital, d’où le surnom de « Milliard des émigrés » donné par les Républicains à cette manœuvre de pacification rurale. Par cette loi, il est mis un terme définitif à la « Terreur Blanche » en écartant l’idée d’une restitution pure et simple des biens vendus comme biens nationaux.

22 AD Calvados, Série Q, liasse 1 Q 399.

23 AD Eure, Série M, liasse M 1246.

24 Il apparaît que la plupart des parlementaires nobles du XVIIIe siècle étaient issus de grandes familles terriennes et, malgré les incitations, la noblesse n’avait pas semblé pas s’intéresser massivement à l’aventure maritime.

25 Ceci sans oublier que l’État a pu payer les dettes de certains de ces émigrés. Ces versements étant alors déduits de l’indemnisation.

26 Marcel Ragon, La législation sur les émigrés-1789-1825, thèse de doctorat de sciences politiques, Paris, Arthur Rousseau, 1904, p. 84-85.

27 Ibid.

28 AD Eure, Série J, liasse 1 J 15.

29 AD Eure, Série F, liasse 2 F 3335.

30 M. Ragon, ibid.

31 AD Eure, Série J, liasse 1 J 205.

32 AN de Monaco, Série L, liasse L10.

33 Guy Richard, « Les nobles métallurgistes de l’Eure, 1789-1850 », Communication au Congrès des Sociétés savantes, Poitiers, 1962 ; AD Eure, Série F, liasse 4 F 164.

34 Jules Morière, De l’industrie fromagère dans le département du Calvados : son importance en 1877, Caen, F. Le Blanc-Hardel, 1877.

35 La famille de Cussy est par ailleurs bénéficiaire de la loi dite du « milliard des émigrés ».

36 Étienne Paisnel, « La marche des chemins de fer dans l’Eure au XIXe siècle », Connaissance de l’Eure, no 144 et 145, juillet et octobre 2007, Évreux.

37 AD Eure, série E, liasse 2903 ; Gaspard de Clermont-Tonnerre, Essai sur les chemins de fer, 1852, p. 23-24. Les conseils municipaux de Cherbourg et d’Évreux remercieront personnellement le duc de Clermont-Tonnerre.

38 AD Eure, série E, liasse 2909-ter.

39 Lettre à M. Sénac, 28 février 1851, AD Eure, E 2903.

40 « Les industriels, propriétaires et commerçants de l’arrondissement virois », Annuaire virois, Vire, 1865, p. 140-274.

41 Les membres du second ordre en s’appuyant sur des différences patronymiques très libres intègrent plus de membres. Ainsi, pères et fils, et membres d’une fratrie prennent l’habitude d’employer des dénominations différentes, donnant l’image factice d’une grande quantité de familles.

42 Jean Becarud, « La noblesse dans les chambres sous la monarchie censitaire », Revue internationale d’histoire politique et constitutionnelle, juillet-septembre 1953, p. 189 sq.

43 André-Jean Tudesq, « Les survivances de l’Ancien Régime : la noblesse dans la société française de la première moitié du XIXe siècle. », dans Ernest Labrousse, Daniel Roche (dir.), Ordres et classes, Paris-La Haye, Mouton, 1973, p. 203.

44 À l’exception de la députation.

45 Éphrem Houël du Hamel, Traité des courses au trot, Paris, Ch Tomera, 1864 [2e édition, revue et augmentée].

Table des illustrations

Légende Graphique 1. – Évolution des populations nobles et non nobles en Normandie.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120282/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Tableau 3. – La fécondité des familles nobles.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120282/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Légende Graphique 2. – Les indemnisations de 1825 dans le Calvados.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120282/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Graphique 3. – Parts comparées des nobles au sein des conseils généraux.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120282/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Graphique 4. – Évolution de la présence noble selon les fonctions politiques.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120282/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Graphique 5. – La noblesse membre de la Société des antiquaires.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120282/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Graphique 6. – Répartition des nouvelles inscriptions.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120282/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 99k

Auteur

Doctorant en histoire, université de Caen Basse-Normandie, CRHQ – UMR CNRS 6583

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540