Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Les noblesses normandes

 | 
Alain Hugon
, 
Ariane Boltanski

Cinquième partie. Noblesse et puissance sociale

Régime nobiliaire en région avancée : essai d’un bilan

Jonathan Dewald

Full text

1Cet article ne prétend pas à l’exactitude d’une étude monographique. Il propose plutôt une réflexion sur quelques questions centrales de l’histoire nobiliaire de l’époque moderne, vues à travers l’exemple normand, une série d’hypothèses et non pas des découvertes, des conclusions provisoires plutôt que définitives. Une telle approche peut bien évidemment se discuter, mais me semble justifiée par l’état actuel des études nobiliaires. Il y a trente ans, notre « micro-discipline » disposait de beaucoup de théories et d’assez peu de recherches archivistiques ; aujourd’hui, ce sont plutôt les interprétations globales qui manquent, du moins des interprétations qui rendraient compréhensible la riche collection d’exemples dont on dispose désormais.

  • 1 Stuart Carroll, « The Norman Power Base of the House of Guise in the Sixteenth Century », Annales (...)

2Je commencerai par une évidence : la Normandie occupe une place importante dans l’histoire de la noblesse française. C’était la province la plus riche de la France, suffisamment riche pour attirer de très grands seigneurs (comme l’a démontré Stuart Carroll dans le cas des Guise), qui y ont acheté des terres et se sont lancés dans la vie politique locale1. Cette richesse légendaire était en partie fonction de la diversité économique de la province. Côté agricole, elle offrait des terres labourables et des prés de hauts rendements et des forêts qui étaient une ressource peu commune pour la grande noblesse. En même temps, par sa position maritime, elle bénéficiait des avantages commerciaux que cette situation promettait pendant une époque de globalisation. Enfin, la province bénéficiait d’un capital humain atypique dans la France d’Ancien Régime : une population dense et parmi les plus lettrées de l’époque, un accès facile aux marchés parisiens, également une ouverture aux influences économiques et culturelles du grand monde, parisien, anglais, et hollandais, entre autres.

  • 2 Michel Nassiet, « Les effectifs de la noblesse en France sous l’Ancien Régime », Jaroslaw Dumanows (...)
  • 3 Steven Kaplan, Bread, politics and political economy in the reign of Louis XV, 2 vol. , La Haye, M (...)
  • 4 Jean Yver, « La rédaction officielle de la coutume de Normandie (Rouen 1583). Son esprit », Annale (...)
  • 5 Guy Le Marchand parle d’une « communauté paysanne presque inexistante » dans Guy Le Marchand, La F (...)

3Il s’agissait donc d’une province qui générait beaucoup de richesses et qui offrait de grandes possibilités à une classe dominante bien organisée. Et la noblesse normande figurait parmi les mieux organisées de la France. Les travaux de Michel Nassiet ont établi que c’était une noblesse très nombreuse (trois fois plus nombreuse, en 1700, que la moyenne nationale) et qui jouissait, pour cette raison, d’un très grand poids dans la province2. Le parlement provincial et les autres cours souveraines garantissaient un cadre juridique et politique favorable aux intérêts locaux, par exemple, pendant les débats du XVIIIe siècle au sujet de la liberté du commerce des grains3. La coutume normande favorisait les intérêts dynastiques, en limitant la part des filles dans les successions et en offrant un preciput aux fils aînés des familles seigneuriales4. En outre, comme l’a souligné Guy Le Marchand, les communautés paysannes de la province étaient faibles, relativement inaptes à résister aux prétentions nobiliaires ; les fonctions qui, ailleurs, revenaient aux conseils villageois restaient, en Normandie, aux mains des juges seigneuriaux5. J’insisterai donc sur un deuxième point, presque aussi évident que le premier, globalement, la noblesse normande était assez bien armée pour résister aux grands changements sociaux qu’apportait l’époque moderne.

  • 6 C’est le thème central du Livre ii de L’Ancien Régime et la Révolution, surtout de son premier cha (...)
  • 7 Voir Jonathan Dewald, Lost Worlds : The Emergence of French Social History, 1815-1970, University (...)

4Or, depuis la Révolution de 1789 elle-même, cette confrontation entre noblesse d’un côté et société modernisatrice de l’autre a occupé le centre de l’historiographie sur la noblesse, en France et, plus généralement, en Europe. Jusqu’aux années 1960, on a surtout insisté sur l’incapacité des nobles traditionnels à s’adapter aux changements économiques et politiques. Les historiens estimaient que, militaires et traditionalistes, les nobles de race s’adaptaient mal à une économie de marché et qu’ils comprenaient tout aussi mal l’État moderne, qui avait de plus en plus besoin de serviteurs disposant d’une formation universitaire. Capitalistes et bureaucrates auraient donc progressivement remplacé seigneurs et guerriers. C’est là la vision proposée par Alexis de Tocqueville quand il soutient que la noblesse n’avait pas su trouver un rôle social qui convenait à la société du XVIIIe siècle ; les privilèges nobles ne correspondaient plus à leurs véritables contributions sociales6. Une vision comparable, d’un conflit social entre vieille noblesse et serviteurs de l’État « nouveau style », se trouve au cœur de la thèse de Lucien Febvre de 1912 ; elle se distingue aussi dans Les caractères originaux de Marc Bloch, paru en 1933, et dans les travaux d’après-guerre de Roland Mousnier7.

  • 8 Jean-Marie Constant, « Gestion et revenus d’un grand domaine aux XVIe et XVIIe siècles d’après les (...)
  • 9 Jean Jacquart, Emmanuel Le Roy Ladurie, Hugues Neveux (dir.), Histoire de la France rurale, t. 2, (...)

5Aujourd’hui, cette vision de la noblesse ne suffit plus. On sait à présent que la collaboration entre noblesses de robe et d’épée date du XVIe siècle et que la circulation entre ces deux groupes était fréquente. On sait également (à la suite des travaux de Jean-Marie Constant et de Guy Le Marchand, entre autres) avec quel soin même les nobles les plus traditionnels géraient leurs biens8. Bien entendu, la réussite n’était pas assurée, pas plus que dans l’économie contemporaine ; une concurrence féroce caractérisait tous les aspects de la vie moderne et même des gestionnaires très sérieux pouvaient subir des revers. Mais, précisément à cause de la possibilité de connaître des déboires économiques, aucun noble ne pouvait se payer le luxe d’un traditionalisme aveugle. Déjà, en 1975, l’Histoire de la France rurale, cette grande somme de la recherche en histoire sociale pour la génération précédente, présentait la seigneurie aristocratique comme la base du développement économique de la France agricole, comme un foyer d’innovation technique, le lieu d’attitudes éclairées sur le plan économique, comme un réservoir de capitaux indispensables à la croissance9.

6Cependant, le sort de la noblesse normande me semble moins heureux que ce qu’on aurait pu prédire, étant donné ses avantages politiques, économiques et culturels. À ce propos, je ne peux présenter que des cas isolés et des hypothèses de travail, mais ces cas, à mon avis, méritent quelque réflexion.

  • 10 Jonathan Dewald, Pont-St-Pierre : Lordship, Community, and Capitalism in Early Modern France Berke (...)

7L’exemple de la baronnie de Pont-Saint-Pierre est assez révélateur. Dans ce petit coin de la campagne haut-normande, pas loin de Rouen, la réussite nobiliaire était très visible jusqu’en 1630, avec une domination croissante de la terre ; après cette date, il était plutôt question de disparition progressive. En 1700, il y avait quatre familles de la petite noblesse, établies dans les confins de la baronnie, et le baron lui-même résidait aussi dans le village ; en 1789, on ne comptait plus aucune famille noble. Les barons de Saint-Pierre, qui se vantaient du titre de « premiers barons de la Normandie » et qui possédaient la terre depuis 1408, l’avaient vendue en 1756 : 85 % du prix de vente était allé directement aux créanciers, signe que ce départ n’était pas tout à fait volontaire. Il en va de même en ce qui concerne les possessions des nobles non-résidents dans la baronnie. Pendant les vingt dernières années de l’Ancien Régime, ils ont vendu huit fermes dans les confins de la baronnie et en ont acheté une seule ; les autres catégories sociales ont acheté treize fermes et en ont vendu six10.

  • 11 M. Nassiet, « Les effectifs de la noblesse […] », op. cit.
  • 12 Sébastien Weil, « Le marché foncier à Camembert (1752-1790) », Annales de Normandie, t. 51, no 4, (...)
  • 13 Étienne Lambert, « Le marché foncier et la noblesse dans la région de Vassy (Normandie), 1760-1789 (...)
  • 14 Bernard Bodinier, « Où en est le patrimoine nobiliaire en Normandie à la veille de la Révolution ? (...)

8Dans quelle mesure Pont-Saint-Pierre était-il un cas typique ? Les recherches de Michel Nassiet ont établi que le nombre des nobles a diminué partout dans la province, comme ailleurs en France, un processus qui paraît avoir commencé pendant le règne personnel de Louis XIV et qui, en 1789, avait produit une diminution totale d’au moins 50 %11. C’est là un processus complexe, dont les origines sont en partie psychologiques et culturelles, mais qui ne peuvent pas être entièrement détachées de la situation économique de la noblesse, j’y reviendrai. Des études sur le marché de la terre, menées ailleurs en Normandie, confirment l’exemple de Pont-Saint-Pierre, sur ce plan également. Aux alentours de Camembert, entre 1752 et 1790, les nobles ont vendu 30 % des terres et n’en ont acheté que 7 %. Les marchands ont été les grands gagnants de ces transferts ; ils ont acheté 62,7 % du total, contre 32,6 % des ventes12. Dans une étude sur la région de Vassy (Calvados), Étienne Lambert trouve que « la propriété foncière noble est […] en net recul […] entre 1760 et 1789 ». Il évalue les pertes nobles à l’équivalent « d’une quinzaine de belles fermes13 ». Dans une étude sur le département de l’Eure, pendant les mêmes décennies, Bernard Bodinier a évalué les pertes de la noblesse à quelque 10 000 hectares, soit un territoire énorme14. Dans tous ces cas, ce n’était pas que des petites propriétés que vendait la noblesse. Au contraire, le second ordre perdait des fermes solides, ces domaines dont la constitution patiente a préoccupé les historiens de la France rurale depuis les travaux de Marc Bloch.

  • 15 Jean-Baptiste Voysin De La Noiraye, Mémoire sur la généralité de Rouen en 1665, Edmond Esmonin (éd (...)
  • 16 Une idée que je dois à Robert Descimon.
  • 17 Alexandre Bigot de Monville, Mémoires du président Alexandre Bigot de Monville, Madeleine Foisil ( (...)

9Des signes de difficultés apparaissent également chez la noblesse de robe. Madeleine Foisil a reconstitué, avec le soin qu’on connaît, l’histoire des Bigot de Monville, exemple important parce que les Bigot passaient pour les plus rusés des magistrats normands. En 1665, l’intendant Voysin de la Noiraye a décrit le président Alexandre Bigot, dans son rapport à Colbert, comme « tres-habile homme et tres-puissant dans sa compagnie, y ayant une grande et forte cabale, beaucoup de probité dans les affaires ou luy ou ses amis ne sont point interressez, mais quand il est question de son interrest ou de celuy de ses amis, il ne sçait ce que c’est que de faire justice. C’est le plus puissant homme de la robbe dans le parlement et dans la province par l’appuy fort qu’il donne a ses amis15 ». Mais, même pendant la vie du président, des signes de malaise se manifestaient ; en 1674, peu avant sa mort, la famille a vendu sa présidence, pour faire face aux dettes. C’était là une décision significative, parce que vendre une présidence à mortier entraînait un changement définitif dans le statut d’une famille : il y avait peu de ces charges et une famille ne pouvait pas compter en trouver une autre sur le marché, ni trouver les sommes importantes qu’un tel achat exigerait16. À cette époque, d’après Foisil, la succession des Bigot valait en tout quelque 420 000 livres tournois ; celle de ses descendants, en 1753, moment de l’extinction de la famille, devait se monter à 735 000 livres tournois, total impressionnant, bien sûr, mais qui traduisait une perte réelle d’à peu près 6 %, étant donné la baisse de la valeur de la livre tournois en argent17.

  • 18 Ibid., p. 16 et 19.

10On remarquera également le déclin démographique qui touchait les Bigot et qui se traduisait par cette extinction finale. Il s’agissait d’une extinction en quelque sorte volontaire, dans la mesure où peu des descendants du président Bigot se donnaient la peine de se marier : une seule de ses descendantes, deux parmi les huit mâles18. Le célibat de la fin du XVIIe et du XVIIIe siècle avait, on le sait, plusieurs sources : les vocations religieuses, les difficultés croissantes des carrières militaires, une psychologie et une culture de plus en plus individualistes. Mais ce « défaut de reproduction » exprimait sans doute aussi des inquiétudes économiques. Les Bigot n’étaient pas pauvres, bien entendu, mais en limitant leur nombre, ils suivaient une stratégie rationnelle face à des ressources qui n’augmentaient plus, qui avaient plutôt tendance à baisser.

  • 19 Olivier Chaline, « Le rôle du parlement de Rouen dans le renouvellement des noblesses normandes (d (...)
  • 20 Paul Robinne, « Les magistrats du parlement de Normandie à la fin du XVIIIe siècle (1774-1790) », (...)
  • 21 Jonathan Dewald, The Formation of a Provincial Nobility. The Magistrates of the Parlement of Rouen (...)

11Ici encore, on voudrait compléter cet exemple par des données statistiques, mais pour l’instant nous ne disposons que d’indices approximatifs. Les recherches en cours d’Olivier Chaline sur les parlementaires rouennais semblent montrer que la démographie des Bigot était assez typique du milieu ; O. Chaline décrit un groupe qui se reproduit difficilement et parle d’une « déroute de l’hérédité » parmi les magistrats après 175019. Dans sa thèse de 1967 sur les parlementaires de 1770 à 1789, Paul Robinne donne une appréciation comparable : « Malgré les apparences », écrit-il, « les magistrats ne sont que moyennement fortunés. » Les deux tiers avaient des fortunes qui valaient entre 100 000 et 200 000 livres et ils n’avaient, en général, que trois ou quatre serviteurs20 Mes propres travaux sur les parlementaires du XVIe siècle ont montré que de telles fortunes étaient déjà assez nombreuses vers 1580, époque où la livre tournois valait plus du double qu’au XVIIIe siècle21.

  • 22 J.-B. Voysin de la Noiraye, op. cit., « Principales maisons nobles de la généralité », p. 72-78.
  • 23 Marc Bouloiseau, Le séquestre et la vente des biens des émigrés dans le district de Rouen (1792-An (...)

12On peut mentionner un dernier calcul, tout aussi approximatif. Dans son rapport de 1665, Voysin de la Noiraye nous donne les revenus de treize nobles résidents dans la généralité de Rouen. Au denier vingt-cinq, ces revenus se montent à un capital de 16 millions de livres, ou quelque 30 millions en livres du XVIIIe siècle ; fondé sur le denier trente, une hypothèse sans doute plus réaliste, ce capital serait encore plus grand, plus de 19 millions de livres et quelque 36 millions de livres du XVIIIe siècle. À ce total, il faut ajouter les fortunes inconnues des vingt-trois autres nobles nommés par Voysin comme occupant le même rang dans la société provinciale, mais pour lesquels il ne donne pas de chiffres22. On n’a pas de témoignage comparable pour la fin de l’Ancien Régime, mais on peut tout de même poser la question suivante : serait-il possible de trouver, en 1789, un groupe de vingt ou trente nobles provinciaux dont la fortune moyenne s’élèverait à 2 ou 3 millions de livres ? Non pas tant à Rouen, où Marc Bouloiseau a trouvé une fortune nobiliaire totale de 40 millions de livres pour 106 nobles23. De tels indices suffisent peut-être pour rendre plausible une hypothèse de travail. Cette noblesse (de robe et autre) ne disposait pas d’une emprise économique sur la province ; elle montrait plutôt des signes d’essoufflement économique.

  • 24 Les États Unis des XXe-XXIe siècles montrent les avantages dont jouit une telle classe, même dans (...)

13Une telle hypothèse nous place devant un problème d’interprétation, un problème d’une difficulté particulière pour nous, historiens de l’an 2010. De par notre expérience contemporaine, nous savons que les classes dirigeantes peuvent s’adapter vite et bien aux conditions nouvelles, du moins quand elles tiennent les leviers du pouvoir politique ; elles sont rarement dupes de l’histoire24. Et nos recherches historiques ont démontré le sérieux avec lequel la noblesse d’Ancien Régime a géré ses biens. Autrement dit, pour essayer d’expliquer un recul de la noblesse, nous ne pouvons pas faire appel à une mentalité féodale ou à une indifférence supposée aux affaires. Il faut plutôt examiner les défis auxquels les nobles devaient faire face après 1650, défis à la fois politiques et économiques.

  • 25 A. Bigot de Monville, op. cit., p. 82.
  • 26 John J. Hurt, Louis XIV and the Parlements: the Assertion of Royal Authority, Manchester and New Y (...)

14Ces défis sont très visibles dans le cas de la noblesse de robe. Déjà à l’époque de la Fronde, les parlementaires rouennais se plaignaient de leur situation économique. À propos d’une réunion à Paris, Bigot notait que « M. le P. P. [Premier Président] continua encor de se plaindre du peu de profit de ses charges sur quoy ie dis que ce nous seroit tousiours avantage d’avoir occasion de servir le Roy que nous n’en eussions aucun profit particulier et que nos charges consistoient plus en honneur qu’en profit25 ». À ces plaintes, confuses et intéressées, le règne personnel de Louis XIV allait ajouter des pressions bien plus précises. L’historien américain John Hurt a noté les exigences fiscales de Louis XIV et du régent vis-à-vis des parlementaires bretons et parisiens ; les magistrats devaient payer une longue série d’impôts déguisés, sous forme d’emprunts forcés et de paiements pour augmentations de gages, augmentations qui n’ont jamais été payées26.

  • 27 Colin Kaiser, « The Deflation in the Volume of Litigation at Paris in the Eighteenth Century and t (...)

15Donc des pressions venaient d’en haut, de l’État, mais d’autres s’exerçaient d’en bas, des plaideurs eux-mêmes. Pour des raisons qui restent obscures, l’activité judiciaire diminuait de façon dramatique pendant le dernier siècle de l’Ancien Régime : au parlement de Bretagne, on assiste à un déclin de 70 % pendant le règne personnel de Louis XIV, au parlement de Paris, de 50 % entre 1680 et 1780, aux Requêtes du Palais de Paris, de plus de 60 % entre 1700 et 1771. Ce « déclin de l’activité judiciaire alors constaté dans tous les tribunaux du royaume » (selon les mots de Michel Antoine) constitue un fait capital dans l’histoire sociale de l’Ancien Régime27. Ce phénomène n’a pas d’explication évidente : on aurait plutôt attendu une montée du nombre de procès dans une société à la population croissante, qui s’habituait à l’usage de l’écriture et qui montrait de plus en plus d’individualisme. Mais si les causes de cette baisse de l’activité judiciaire restent obscures, les effets ne le sont pas. Les familles de la noblesse de robe en étaient directement affectées : leurs revenus baissaient, leur puissance sociale et la valeur de leurs offices aussi. La noblesse de robe recevait une part décroissante du produit total de la société ; c’était un renversement dramatique des tendances qui avaient prévalu entre 1500 et 1650, époque où de plus en plus de plaideurs affluaient aux tribunaux.

  • 28 P. Robinne, op. cit.
  • 29 J. Dewald, Pont-St-Pierre […], op. cit., p. 217-228 ; G. Le Marchand, op. cit., p. 19-21. Cf. Jean(...)

16Il existait une pression tout aussi visible sur une des ressources principales de la grande noblesse de la province, les forêts. Ces propriétés appartenaient surtout à de riches nobles et elles étaient hors de portée même des parlementaires28. Mais pour les familles qui en possédaient, elles constituaient un apport très important, du fait des conditions des XVIe et XVIIe siècles : une population croissante avait de plus en plus besoin de matériaux de construction et de chauffage. Des années 1550 jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, la forêt de la baronnie de Pont-Saint-Pierre n’a jamais apporté moins de la moitié des revenus du domaine ; les revenus forestiers étaient presqu’aussi importants dans les grandes seigneuries cauchoises étudiées par Guy Le Marchand29.

  • 30 J. Dewald, Pont-St-Pierre […], op. cit., p. 228 ; Paul Walden Bamford, « French Forest Legislation (...)

17Mais, déjà avant 1600, les forêts normandes montraient les effets écologiques d’une exploitation excessive. Ces effets auraient pu rester sans impact financier sur les propriétaires nobles, tant le bois était précieux, sans l’intervention du gouvernement louis quatorzien, qui n’acceptait plus la dégradation des ressources forestières, même dans des mains privées. Avec son ordonnance de 1669 sur les forêts, Colbert exigeait des comportements nouveaux, en limitant les coupes et en accordant à la marine un monopole sur les arbres dont elle pourrait avoir besoin. Dans les années suivantes, des centaines d’autres règlements ajoutaient de nouvelles exigences que les propriétaires privés devaient suivre. Cette réglementation n’a pas toujours été très bien respectée, mais elle avait néanmoins des effets économiques considérables, certains limités à des individus, d’autres plus larges. Entre 1662 et 1677, par exemple, les barons de Pont-Saint-Pierre ont subi une recherche sur les titres de propriété de leur forêt ; pendant le temps de la recherche, les ventes de bois étaient bloquées entièrement, restriction très importante étant donné l’importance de ces ventes dans l’économie totale de la baronnie. Entre 1732 et 1734, est intervenue une réformation plus générale des forêts autour d’Arques, au terme de laquelle une cinquantaine de propriétaires ont dû payer un total de 100 000 livres d’amendes, dont 63 000 acquittés par le seul marquis de La Londe. En outre, cette législation forestière limitait l’usage des forêts par les entreprises industrielles, tels que les verriers et les forges, autres ressources importantes pour beaucoup de nobles30.

  • 31 Pierre Goubert, « Le “tragique” XVIIe siècle », Ernest Labrousse et Fernand Braudel (dir.), Histoi (...)

18Enfin, il faut considérer les effets sur la noblesse d’une évolution plus générale, celle de la rente foncière elle-même, la base économique pour la plupart de ces nobles terriens. On dispose, pour suivre son évolution, des courbes établies pour d’autres provinces par les pionniers de l’histoire agraire, des courbes qui montrent un apogée de la rente vers 1650, suivie d’une longue baisse, jusqu’au milieu du XVIIIe siècle. Pierre Goubert présente, comme cas paradigmatique, une grande ferme près de Beauvais, cas « qui en résume plusieurs dizaines d’autres ». « Ce vaste et riche domaine, très stable, jamais saccagé, ne retrouve », expose-t-il, « son rendement du temps heureux de Louis XIII qu’après 1763. […] Les rentiers ont reçu des quantités toujours moindres d’un blé dont le prix baissait, prix d’ailleurs exprimé en une monnaie déclinante ; par surcroît, les fermiers arrivaient rarement à effectuer leurs livraisons en temps utile et traînaient des dettes qui les menèrent parfois jusqu’à l’expulsion31 ».

  • 32 Ibid., P. Goubert, p. 339-341.
  • 33 Série de baux et de documents annexes aux archives départementales du Morbihan, 1 Mi 338/4, domain (...)

19Même histoire en Languedoc et en Anjou32 et, pour la Bretagne, on peut citer l’exemple du duché de Rohan, lequel forme une collection énorme de terres, marchés, juridictions et quelques entreprises industrielles, centrée sur Pontivy et utile pour le panorama chronologique qu’il permet. En grammes d’argent, les revenus du duché ont augmenté vite pendant le premier XVIIe siècle. Un indice fondé, l’an 1585, sur une base 100, montre peu de changement jusqu’à 1620, puis augmente régulièrement, pour atteindre 237 pendant les années 1670 et 1680. Après, c’est l’effondrement. Vers 1730, les revenus sont au niveau du début du XVIIe siècle ; même pendant les années 1750, l’indice n’est qu’à 161. Les conseillers du duc comprenaient bien l’importance du problème et essayaient d’y répondre, en dressant une série de memoranda sur des changements possibles du système administratif du duché, y compris un passage au faire valoir direct33.

20Ceci suggère, encore une fois, le sérieux des mentalités économiques de la noblesse française, mais aussi l’importance des problèmes économiques qu’elle affrontait après 1660. Pour les propriétaires ruraux, le renversement de conjoncture était durable et dramatique : au duché de Rohan, en 1750 les revenus étaient 40 % en dessous du niveau de 1660. Pour comprendre cette évolution, les historiens ont surtout fait appel à des explications démographiques : une population qui diminuait avait de moins en moins besoin de produits agricoles et, pour la même raison, la main-d’œuvre devenait plus chère. Cette explication malthusienne s’applique bien à la fin du règne de Louis XIV, mais beaucoup moins bien à la société d’après 1715 : si la population française a vite dépassé son niveau de 1650, ce n’était pas le cas pour les revenus des domaines nobiliaires, qui ne remontèrent qu’après 1760. Il semble que les nobles ont dû faire face à un véritable changement des structures de l’économie agricole.

  • 34 Voir l’étude classique de Jean Meuvret, « Les oscillations des prix des céréales aux XVIIe et XVII (...)

21On peut donc avancer une dernière hypothèse sur les causes profondes du malaise financier de la noblesse dans son rôle de propriétaires terriens, malaise qui a duré jusqu’à la dernière génération de l’Ancien Régime. Pour le moins, nous historiens de la noblesse devons considérer les effets sur les nobles d’un des changements les plus visibles de l’époque, l’efficience croissante des marchés nationaux et internationaux. Cette efficience traduisait des efforts politiques qu’on connaît bien : la construction de routes et de canaux, l’encasernement des militaires et la diminution de leurs violences envers la population civile, la répression du brigandage. Mais les échanges mercantiles bénéficiaient aussi de changements plus larges dans la société. Dans une société où de plus en plus de gens pouvaient lire et qui disposait de journaux imprimés, la circulation des informations s’améliorait, en même temps que celle des biens. L’énorme marché parisien centralisait les échanges et donc les rendait plus efficients. De plus en plus de Français prenaient part à l’économie du marché. Ces changements profonds se manifestaient, par exemple, dans les crises agraires du XVIIIe siècle : ces crises restaient très pénibles, mais l’écart entre prix normaux et prix maximaux diminuait considérablement34. Pour les nobles et leurs fermiers, ce désenclavement de l’économie ne créait pas une situation économique forcément favorable. Ils avaient perdu l’atout économique que constituait la vente des vivres en temps de crise de subsistances ; même en temps normal, ils devaient faire face à une concurrence plus intense des producteurs lointains.

*

  • 35 William Beik, Absolutism and Society in Seventeenth-Century France. State Power and Provincial Ari (...)

22Tout cela reste au plan des hypothèses et des suggestions, mais deux conclusions paraissent plus solides. Premièrement, les réussites économiques des noblesses normandes étaient moindres que ce que laisse penser une historiographie récente (et surtout anglo-saxonne), à mon avis, trop impressionnée par les facettes modernisatrices de cette noblesse. Il n’est pas nécessaire de faire ressusciter l’idée d’une crise de la noblesse, mais il semble entièrement justifié de parler d’une perte d’élan, de dynamisme économique et social, pendant le « deuxième Ancien Régime » qui commençait avec Louis XIV. Au mieux, il apparaît que la noblesse normande a réussi à conserver, péniblement, ses conquêtes d’avant 1660. D’après les exemples rassemblés ici, il est plus probable qu’elle en a perdu beaucoup et, qu’en 1789, son poids dans la province était considérablement moindre qu’un siècle plus tôt. Deuxième conclusion, cet échec relatif doit nous inciter à une certaine réserve vis-à-vis d’une autre idée centrale de l’historiographie récente, elle aussi surtout anglo-saxonne, celle d’une alliance étroite entre État absolutiste et élites provinciales, telle que l’ont décrite William Beik et James Collins35. En Normandie, l’État n’était pas un soutien fidèle et fiable des intérêts nobles. Il fonctionnait plutôt comme un mécanisme par lequel les changements sociaux atteignaient la noblesse et ces changements, dans les pratiques judiciaires, dans l’écologie des forêts, dans le fonctionnement des marchés nationaux et internationaux, étaient souvent nuisibles aux intérêts nobles.

  • 36 J. Duma, op. cit., p. 50-52 et 176.
  • 37 François-Charles Mougel, « La fortune des princes de Bourbon-Conty : revenus et gestion, 1655-1791 (...)
  • 38 Sophie Jugie, « Grandeur et décadence d’une famille ducale au XVIIIe siècle : la fortune du duc d’ (...)

23Ils n’étaient pourtant pas néfastes aux intérêts de tous les nobles, car les mêmes forces sociales qui diminuaient la prospérité des nobles normands dirigeaient des ressources aux centres de l’État et de la société, c’est-à-dire à Paris et à la cour. Un âge difficile pour la noblesse provinciale pouvait donc correspondre à un âge d’or pour les très grands nobles, ceux qui bénéficiaient de contacts avec le roi lui-même et avec le pouvoir central. Du moins, c’est ce que suggèrent quelques derniers exemples. Entre 1737 et 1789, selon Jean Duma, la fortune des Bourbon-Penthièvre a presque décuplé, passant de quelque 13 millions de livres à plus de 104 millions : une réussite extraordinaire, inimaginable dans un cadre provincial et directement liée aux bienfaits royaux qui allaient aux fils et petit-fils de Louis XIV36. La réussite des Bourbon-Conti était moins éclatante, mais néanmoins solide : leur capital, dont une bonne partie venait directement du roi, est passé de 12 millions, en 1665, à 19 millions, en 1752, et à 29 millions, en 1783, soit une augmentation en monnaie constante de 42 % et de 53 % au XVIIIe siècle37. Même un exemple d’échec au sein de la haute noblesse paraît confirmer cette interprétation. Au début du XVIIIe siècle, le duc d’Antin (fils légitime de Madame de Montespan, donc demi-frère du premier Bourbon-Penthièvre) s’est enrichi de façon impressionnante, à la fois par la faveur du roi et par une série d’opérations financières sur la place parisienne ; près de la moitié des revenus du duc venait directement du roi. Tout cela a permis la formation, entre 1690 et 1720, d’une fortune de quelque 4 millions de livres, mais une fortune qui montrait sa fragilité une fois que la faveur du roi a été retirée à la famille : entre 1740 et 1760, elle a presque tout vendu et le dernier duc est mort en 1757 sans alliance38.

24Aux sommets de l’Ancien Régime, une alliance étroite continuait donc à lier pouvoir monarchique et noblesse, mais l’échelle des rapports sociaux avait changé depuis 1650. Si les nobles normands étaient bien placés pour dominer la société provinciale, la centralisation de l’État et de l’économie rendait une telle position de moins en moins importante parce que, désormais, les bénéfices de la domination allaient surtout à Paris. Pour les noblesses normandes, semble-t-il, le fait essentiel était justement d’être restées normandes dans le « nouveau monde » que Louis XIV avait créé.

Notes

1 Stuart Carroll, « The Norman Power Base of the House of Guise in the Sixteenth Century », Annales de Normandie, t. 59, no 2, 1999, p. 143-165.

2 Michel Nassiet, « Les effectifs de la noblesse en France sous l’Ancien Régime », Jaroslaw Dumanowski et Michel Figeac (dir.), Noblesse française et noblesse polonaise. Mémoire, identité, culture, XVIe-XXe siècles, Pessac, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2006, p. 20-43.

3 Steven Kaplan, Bread, politics and political economy in the reign of Louis XV, 2 vol. , La Haye, Martinus Nijhoff, 1976.

4 Jean Yver, « La rédaction officielle de la coutume de Normandie (Rouen 1583). Son esprit », Annales de Normandie, t. 36, no 1, 1986, p. 3-36 ; Sophie Poirey, « Approches de la noblesse à travers la coutume de Normandie » dans ce volume.

5 Guy Le Marchand parle d’une « communauté paysanne presque inexistante » dans Guy Le Marchand, La Fin du féodalisme dans le pays de Caux : conjoncture économique et démographique et structure sociale dans une région de grande culture, de la crise du XVIIe siècle à la stabilisation de la Révolution, 1640-1795, Paris, Éd. du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1989, p. 55-69.

6 C’est le thème central du Livre ii de L’Ancien Régime et la Révolution, surtout de son premier chapitre.

7 Voir Jonathan Dewald, Lost Worlds : The Emergence of French Social History, 1815-1970, University Park, Pennsylvania State University Press, 2006, p. 155-182.

8 Jean-Marie Constant, « Gestion et revenus d’un grand domaine aux XVIe et XVIIe siècles d’après les comptes de la baronnie d’Auneau », rééd. dans Id., La Noblesse en liberté, XVIe-XVIIe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, p. 123-155 ; G. Le Marchand, op. cit., p. 42-44.

9 Jean Jacquart, Emmanuel Le Roy Ladurie, Hugues Neveux (dir.), Histoire de la France rurale, t. 2, L’Âge classique des paysans, 1340-1789, Paris, Le Seuil, 1975, p. 431 et passim ; pour un autre exemple, François Furet, Interpreting the French Revolution, trad. Elborg Forster, Cambridge, Cambridge University Press, 1981, p. 95.

10 Jonathan Dewald, Pont-St-Pierre : Lordship, Community, and Capitalism in Early Modern France Berkeley, Los Angeles, University of California Press, 1987.

11 M. Nassiet, « Les effectifs de la noblesse […] », op. cit.

12 Sébastien Weil, « Le marché foncier à Camembert (1752-1790) », Annales de Normandie, t. 51, no 4, 2001, p. 331-355.

13 Étienne Lambert, « Le marché foncier et la noblesse dans la région de Vassy (Normandie), 1760-1789 », Histoire et Mesure, t. 17, no 1-2, p. 163-199 et 184-185.

14 Bernard Bodinier, « Où en est le patrimoine nobiliaire en Normandie à la veille de la Révolution ? », dans ce volume.

15 Jean-Baptiste Voysin De La Noiraye, Mémoire sur la généralité de Rouen en 1665, Edmond Esmonin (éd.), Paris, Hachette, 1913, p. 237.

16 Une idée que je dois à Robert Descimon.

17 Alexandre Bigot de Monville, Mémoires du président Alexandre Bigot de Monville, Madeleine Foisil (éd.), Paris, A. Pedone, 1976, p. 25-27.

18 Ibid., p. 16 et 19.

19 Olivier Chaline, « Le rôle du parlement de Rouen dans le renouvellement des noblesses normandes (de la fin du XVIe siècle à la Révolution) », dans ce volume.

20 Paul Robinne, « Les magistrats du parlement de Normandie à la fin du XVIIIe siècle (1774-1790) », École nationale des chartes, positions des thèses…, Paris, 1967, p. 131-141.

21 Jonathan Dewald, The Formation of a Provincial Nobility. The Magistrates of the Parlement of Rouen, 1499-1610, Princeton, Princeton University Press, 1980, p. 122-126 et 323-332.

22 J.-B. Voysin de la Noiraye, op. cit., « Principales maisons nobles de la généralité », p. 72-78.

23 Marc Bouloiseau, Le séquestre et la vente des biens des émigrés dans le district de Rouen (1792-An X), Paris, M. Lavergne, 1937, p. 111 sq.

24 Les États Unis des XXe-XXIe siècles montrent les avantages dont jouit une telle classe, même dans une société démocratique : entre 1979 et 2005, les revenus des foyers américains les plus riches (1 % du total) ont augmenté d’à peu près 175 % (compte tenu de l’inflation), pendant que les revenus des 60 % les moins bien payés ont augmenté de 20 %. En 1990, les PDG américains gagnaient 107 fois le revenu d’un ouvrier moyen ; aujourd’hui, le rapport est de 300-400 à 1 (sources : http://wikipedia.org/wiki/Income_inequality_in_the_United_States ; http://www.demos.org/inequality/numbers.cfm).

25 A. Bigot de Monville, op. cit., p. 82.

26 John J. Hurt, Louis XIV and the Parlements: the Assertion of Royal Authority, Manchester and New York, Manchester University Press, 2002, p. 67-124.

27 Colin Kaiser, « The Deflation in the Volume of Litigation at Paris in the Eighteenth Century and the Waning of the Old Judicial Order », European Studies Review, X, 1980, p. 309-336 ; John Hurt, « Les offices au parlement de Bretagne sous Louis XIV », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 23, 1976, p. 3-31 ; Ségolène Oudot de Dainville, « Les Requêtes de l’Hôtel (1700-1771) : étude sur une juridiction extraordinaire au XVIIIe siècle », École nationale des chartes, positions des thèses…, Paris, 1969, p. 123-134 ; Michel Antoine cité par Kaiser, op. cit., n. 6 p. 330. Le même phénomène se trouve dans d’autres sociétés européennes après 1650, voir Richard Kagan, Lawsuits and litigants in Castille, 1500-1700, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1981, p. xxii, 102, 241-242 et passim ; C. W. Brooks, « Interpersonal Conflict and Social Tension : Civil Litigation in England, 1640-1830 », Id., Lawyers, Litigation and English Society Since 1450, Londres et Rio Grande, Hambledon Press, 1998, p. 27-62.

28 P. Robinne, op. cit.

29 J. Dewald, Pont-St-Pierre […], op. cit., p. 217-228 ; G. Le Marchand, op. cit., p. 19-21. Cf. Jean Duma, Les Bourbon-Penthièvre (1678-1793) : une nébuleuse aristocratique au XVIIIe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, p. 147-148, qui décrit l’importance des propriétés forestières d’une famille et sa place dans l’économie du XVIIIe siècle.

30 J. Dewald, Pont-St-Pierre […], op. cit., p. 228 ; Paul Walden Bamford, « French Forest Legislation and Administration, 1660-1789 », Agricultural History, t. XXIX, no 3, juillet 1955, p. 97-107.

31 Pierre Goubert, « Le “tragique” XVIIe siècle », Ernest Labrousse et Fernand Braudel (dir.), Histoire économique et sociale de la France, t. 2, Paris, PUF, 1970, p. 338.

32 Ibid., P. Goubert, p. 339-341.

33 Série de baux et de documents annexes aux archives départementales du Morbihan, 1 Mi 338/4, domaine de Kerguéhennec.

34 Voir l’étude classique de Jean Meuvret, « Les oscillations des prix des céréales aux XVIIe et XVIIIe siècles en Angleterre et dans les pays du Bassin parisien », Id., Études d’histoire économique, recueil d’articles, Paris, A. Colin, 1971, p. 113-124 ; perspective générale sur ces changements dans Jan de Vries, The Economy of Europe in an Age of Crisis, 1600-1750, Cambridge, Cambridge University Press, 1975.

35 William Beik, Absolutism and Society in Seventeenth-Century France. State Power and Provincial Aristocracy in Languedoc, Cambridge, Cambridge University Press, 1985; James Collins, Classes, estates and order in early-modern Brittany, Cambridge, Cambridge University Press, 1994.

36 J. Duma, op. cit., p. 50-52 et 176.

37 François-Charles Mougel, « La fortune des princes de Bourbon-Conty : revenus et gestion, 1655-1791 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 18, p. 30-49. Même soutien royal pour les princes de Condé, dont 49 % des revenus au début du XVIIIe siècle « proviennent d’une liaison directe avec la Monarchie » : Daniel Roche, « Fortune et revenus des princes de Condé à l’aube du dix-huitième siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 14, juillet-septembre 1967, p. 217-243, ici p. 242.

38 Sophie Jugie, « Grandeur et décadence d’une famille ducale au XVIIIe siècle : la fortune du duc d’Antin », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 27, juillet-septembre 1990, p. 452-477.

Author

Professeur, université de Buffalo (États-Unis)

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Terms of use: http://www.openedition.org/6540