Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les noblesses normandes

 | 
Alain Hugon
, 
Ariane Boltanski

Quatrième partie. Culture de la noblesse, noblesse de culture

Les noblesses normandes et la franc-maçonnerie1 : diversité des cultures et culture de la distinction au XVIIIe siècle

Éric Saunier

Texte intégral

  • 1 Les développements qui suivent sont issus de l’exploitation des sources relatives aux loges maçonn (...)
  • 2 On compte, dans la Normandie du XVIIIe siècle, 59 loges dites « bleues » (ces loges rassemblent le (...)
  • 3 Sur la naissance de la franc-maçonnerie en Normandie, près de Falaise, et les activités du premier (...)
  • 4 À l’exception de la franc-maçonnerie havraise. Sur l’activité de celle-ci sous la Révolution, Éric(...)

1C’est une réflexion sur le sens qu’il convient de donner à la diversité des comportements de la noblesse normande au XVIIIe siècle que nous proposons à travers ce panorama sur les pratiques manifestées par les aristocrates, qui furent admis dans l’une des 70 loges et ateliers de perfection2, ayant travaillé de façon plus ou moins éphémère en Normandie entre 1740, date de l’émergence3 de cette forme de sociabilité dans cette province, et la crise révolutionnaire, pendant laquelle la vie des loges normandes allait entrer en sommeil4.

  • 5 Notre enquête a permis de recenser 421 appartenances nobiliaires, ce qui représente 21,3 % du recr (...)
  • 6 Sur ce sujet, voir l’étude classique de Maurice Agulhon, Le cercle dans la France bourgeoise, 1810 (...)

2Dans le cadre d’une thèse d’histoire sociale sur 6 000 francs-maçons qui furent initiés en Normandie entre 1740 et la Révolution des Trois Glorieuses, l’étude des pratiques sociales de plus de 400 francs-maçons porteurs de la noblesse5, soit près du quart de la population maçonnique initiée en Normandie sous l’Ancien Régime, révèle, en effet, l’existence de très fortes disparités de sensibilité culturelle. Elles s’expriment tant par les écarts de présence dans les loges que par les différents comportements que ces nobles y développèrent. Ce constat est important car le prisme maçonnique, malgré les limites liées à l’urbanité et à l’élitisme de cette forme de sociabilité qui éloigna du Temple les petits nobles, présente l’avantage de la représentativité, une représentativité due à sa « plasticité6 » structurelle et idéologique, qui contribue à faire de la noblesse maçonnique un microcosme de la noblesse profane.

3Toutefois, malgré l’importance de ce constat d’une différence de culture, dont il convient de présenter les formes d’expression, notre recherche sur les pratiques des nobles francs-maçons révèle un second aspect d’un intérêt supérieur.

  • 7 Pour une approche synthétique des conditions dans lesquelles eurent lieu ces deux événements, cf., (...)

4En montrant, sous des formes diverses, une commune propension à la Distinction au sein d’une société qu’ils jugeaient à l’évidence comme s’étant trop démocratisée, la noblesse initiée fut, en effet, loin de voir s’affaiblir sa conscience d’appartenir à un groupe uni par le privilège. Latent depuis les débuts du fait maçonnique en Normandie, ce désir de distinction s’affirma avec force dans la réaction adoptée par les nobles francs-maçons face aux politiques conduites par le Grand Orient de France puis par le Grand Chapitre Général, deux organismes constitués, entre 1771 et 1773 puis entre 1782 et 17847, pour réguler une société maçonnique qui, des ateliers « bleus » au monde des hauts grades, avait été victime de son succès. À l’occasion de ces deux moments importants, qu’ils furent initiés dans les villes de la vallée de la Seine, dans lesquelles ils furent une force d’appoint dans des ateliers que dominait la roture, ou dans les villes bas-normandes, dans lesquelles ils étaient plus souvent en position dominante, les nobles maçons normands adoptèrent tous des pratiques distinctives, témoignant d’un sentiment d’appartenance à une élite et d’une propension à reproduire en loge les préséances inhérentes à la société d’ordres. C’est là un constat qui permet de souligner les préventions dont doit faire preuve l’historien face à l’idée de conclure à la perte du sentiment d’appartenance au monde des privilégiés, idée qui pourrait découler d’un regard sur une diversité de pratiques qui, in fine, est peu surprenante si l’on considère la capacité de la sociabilité maçonnique à s’adapter au cadre sociétal dans lequel elle évolue.

Noblesse et franc-maçonnerie en Normandie : un observatoire de choix

  • 8 Le seul ouvrage ayant proposé une approche générale sur le fait maçonnique en Normandie est le liv (...)

5Dans le cadre de cette réflexion sur les sensibilités nobiliaires, il est nécessaire de souligner l’intérêt de l’observatoire maçonnique, malgré la négligence dont ont fait longtemps preuve les historiens à son égard8. La valeur de ce prisme tient dans sa capacité à constituer, à l’exclusion des groupes les plus modestes qui ont été laissés à la porte du Temple, un microcosme de la société d’Ancien Régime et cela, malgré l’impression initiale que peut laisser un premier regard sur les données statistiques générales et sur l’implantation des loges.

Graphique 1. – Franc-maçonnerie et généralités en Normandie : une démographie déséquilibrée.

Graphique 2. – L’urbanité du fait maçonnique.

Carte 1. – Implantation des loges en Normandie (1740-1789).

  • 9 Pour mémoire, la population de chacune des généralités avant la Révolution française est la suivan (...)
  • 10 Sur la relation entre l’urbanisation et la densité des implantations maçonniques, É. Saunier, op. (...)
  • 11 É. Saunier, op. cit., p. 113-119.
  • 12 Celle-ci est, avec un taux d’urbanisation de 21 %, la seule généralité à présenter une urbanisatio (...)

6La démographie maçonnique normande montre, en effet, deux forts déséquilibres. Le premier réside dans la surreprésentation de la généralité de Rouen9 (59 % du recrutement général), où se localisent trois des quatre villes normandes les plus importantes (Rouen, Le Havre et Dieppe). Le second déséquilibre résulte de cet état de fait : c’est la surreprésentation des implantations dans les zones très urbanisées, la ville de 3 000 habitants constituant le seuil minimal pour voir s’épanouir durablement l’activité maçonnique10. Cette urbanité, qui est, avec la barrière sociale empêchant l’accès aux loges des groupes sociaux inférieurs à la petite bourgeoisie boutiquière, la limite principale à sa capacité à refléter la structure de la société française à l’époque des Lumières11, explique non seulement la domination de la généralité de Rouen12, mais aussi la « macrocéphalie » de la capitale normande et le poids écrasant du « triptyque Rouen-Le Havre-Caen » (55 % du recrutement).

  • 13 Sur l’emploi de cette expression adaptée à la franc-maçonnerie, voir la conclusion de notre thèse  (...)
  • 14 Éric Saunier, « Une loge maçonnique à Trois-Monts (1786-1788) : l’intrusion d’une forme de sociabi (...)
  • 15 Caen, avec 38 000 habitants, se situe à quelques kilomètres au nord de Trois-Monts.

7Inhérents à l’ensemble de la société maçonnique normande, ces déséquilibres affectent la représentativité de la noblesse maçonnique, dont l’histoire s’inscrit dans celle de l’évolution du « cadre civilisationnel urbain13 » du XVIIIe siècle. Les quelques incursions dans le monde rural, si spectaculaires soient-elles, comme l’émergence d’un atelier maçonnique dans le village de Trois-Monts14, restent des épiphénomènes sans lendemain, liés à l’initiative de quelques nobles désireux de s’éloigner de loges urbaines15 où s’épanouissait un type de sociabilité maçonnique moins en phase avec les aspirations de ces adeptes d’une sociabilité de cénacle.

  • 16 Avant L’Union Militaire et L’Unité, loges respectivement fondées en février 1787 et en mai 1788, s (...)
  • 17 Sur ce sujet, Daniel Roche, Les républicains des lettres, Paris, Fayard, 1988.
  • 18 Rappelons qu’il faut sept maîtres pour procéder à la naissance d’une loge.
  • 19 Plus de 40 loges militaires sont passées en Normandie entre 1740 et 1789. Deux « loges d’adoption  (...)
  • 20 Éric Saunier, « Franc-maçonnerie et Révolution française : une nouvelle donne historiographique »,(...)
  • 21 François Labbé a montré la manière dont la franc-maçonnerie française, dans le cadre de la rédacti (...)
  • 22 L’étude que nous avons menée sur 33 sociétés maçonniques actives entre 1740 et 1771 montre que les (...)
  • 23 À l’instar des autres groupes sociaux, le recrutement de la noblesse maçonnique s’opère, pour 20 % (...)

8Toutefois, si elles permettent de rappeler les limites à donner à nos conclusions, les données statistiques et la géographie des implantations permettent aussi de mettre en évidence la relative représentativité de la société maçonnique. On doit, en effet, souligner la densité du maillage maçonnique, cette densité découlant de l’aptitude de cette forme de sociabilité à essaimer, à l’exception notable d’Avranches et d’Évreux, dans les villes moyennes et même dans des cités très modestes (Eu, La Ferté-Macé). Touché tardivement par une dynamique qui lui permet de dépasser le cadre de « la grande ville », le Cotentin, où la sociabilité maçonnique parvient à s’imposer non seulement à Cherbourg, mais aussi à Valognes (où émergèrent trois loges16), puis dans les petites villes de Carentan (1788) et de Coutances (1789), témoigne de manière prégnante de la capacité de cette forme de sociabilité, malgré les affinités soulignées avec le monde du négoce17, à s’insérer dans tous les interstices de la société d’Ancien Régime, en raison d’une facilité d’accès, liée à la cohabitation entre démarche spirituelle et activités ludiques, et d’une souplesse structurelle qui permettait à un petit nombre de Frères de faire naître une loge18. Sur le plan institutionnel, la légèreté de « l’appareil » mis en place par la Grande Loge de France, fondée à une date (1728) où la maçonnerie restait un fait parisien et élitaire, a d’ailleurs permis, malgré la volonté des dignitaires, l’éclosion de « micro-sociabilités internes », dont la Normandie fut riche19. Elles contribuèrent à dilater l’espace social des francs-maçons. Idéologiquement, le référentiel de valeurs mythiques (l’égalité, la fraternité) énoncées par la franc-maçonnerie, la liberté donnée aux initiés dans la méthode symbolique et dans les pratiques langagières20, qui permettait à chaque maçon de venir chercher en loge ce qu’il voulait y trouver, facilitaient également l’irrigation du fait maçonnique dans tout le corps social, une irrigation qu’amplifia l’adaptation religieuse dont fut l’objet, dans le royaume de France, cette forme de sociabilité, née dans le cadre singulier de l’Angleterre de la fin du XVIIe siècle21. On doit d’ailleurs souligner que, si la diffusion du fait maçonnique en Normandie a obéi à une logique « descente sociale », à partir de la naissance du Grand Orient de France (1771-1773), le fait maçonnique fut, avant ce moment fondateur, un fait social qui se diffusa à partir de l’initiative de noyaux socioculturels fort variés22, sur la base de relations familiales et professionnelles auxquelles n’échappa pas sa composante nobiliaire23.

  • 24 C’est le cas des deux loges Saint-Thomas qui émergèrent dans la capitale au milieu des années 1720

9La noblesse maçonnique normande, qui s’est initialement organisée, comme ce fut le cas à Paris24, sous la forme de cénacles, dont la loge pionnière réunie autour de Louis de Sérant de Saint-Loup peut être considérée comme l’archétype, n’a pas échappé à ce phénomène d’irrigation.

10C’est ce que montrent la répartition géographique et l’appartenance socioculturelle des nobles de cette province.

Carte 2. – La présence de la noblesse dans les loges normandes.

  • 25 La zone allant de Caen à Valognes rassemble 164 initiés, les binômes Rouen-Pavilly et Dieppe-Eu, r (...)

11La carte que nous avons établie de la présence des nobles francs-maçons dans les orients normands montre, au-delà de la domination de quatre zones (l’axe Caen-Valognes, les binômes Rouen-Pavilly et Dieppe-Eu, et un isolat à Alençon)25 fortement aristocratisées qui rassemblèrent les deux tiers de la noblesse maçonnique, la remarquable capacité de diffusion du fait maçonnique dans la noblesse normande, puisque les 421 aristocrates identifiés ont travaillé dans 23 villes différentes (annexe I).

  • 26 É. Saunier, op. cit., p. 215-243.
  • 27 À Alençon, l’évolution de la loge Les Cœurs zélés est des plus significatives. Éteinte en 1783, ce (...)

12L’étude des appartenances socioculturelles des nobles francs-maçons permet, quant à elle, de souligner la variété des conditions, les seules spécificités nobiliaires tenant aux limites générales affectant la sociabilité maçonnique qui, roturière ou aristocratique, fut non seulement une forme de sociabilité urbaine, mais aussi un lieu qui attira, même parmi ses composantes les plus huppées, « une élite de l’élite ». De ce point de vue, la noblesse maçonnique n’a pas échappé à cette règle et cela, tant sur le plan des positions socio-économiques que de ses pratiques culturelles26. Sur ce dernier point, on rappellera la sensibilité élitaire de la noblesse maçonnique dans la constitution de ses bibliothèques ou dans la propension des loges à dominante nobiliaire à mettre en place des formes de sociabilité ouvertement aristocratiques27.

Graphique 3. – Les appartenances nobiliaires.

  • 28 Le discours prononcé, le 26 décembre 1736, par le chevalier André-Michel Ramsay (1686-1743) à l’in (...)

13Bénéficiant de l’attraction que provoque, parmi les nobles, le célèbre discours de Ramsay en 173628, de la prolifération des systèmes de hauts grades, qui portaient une idéologie chevaleresque, puis du succès de la franc-maçonnerie templière, le pouvoir de diffusion du fait maçonnique au sein de la noblesse normande se concrétise nettement dans l’émergence de trois modèles d’affiliation.

  • 29 Pierre-Yves Beaurepaire, L’espace des francs-maçons. Une sociabilité européenne au XVIIIe siècle, (...)
  • 30 Ces deux loges, qui ont laissé peu de traces sur le plan du recrutement sociologique, sont absente (...)

14Le premier, le modèle initial, est celui que constituent les cénacles aristocratiques, lesquels sont une sorte de copie provinciale des loges de cour que mit en place la haute noblesse dans les capitales européennes29. On doit ici souligner la force de ce modèle d’affiliation nobiliaire dans la province de Normandie, favorisée par le grand nombre de ses nobles et par l’importance qu’y occupe la haute noblesse, l’un des intermédiaires principaux pour diffuser cette forme de sociabilité. Outre la loge pionnière fondée par Sérant de Saint-Loup autour de Falaise, le « cénacle maçonnique » fut, en effet, le cadre d’épanouissement de la loge Les Cœurs Unis par excellence, dirigée par le marquis de Bricqueville à Bayeux entre 1747 et 1781, de Saint-Philippe de la Concorde, un atelier qui travailla à Lisieux dans les années 1770 sous l’égide de Philippe de Beaumont30, puis, après la naissance du Grand Orient de France, de La Parfaite Union d’Eu, de L’Union Rurale de Trois-Monts et de Raoul (loge fondée à Pavilly en 1784 par des membres du parlement de Normandie). L’évocation de ce dernier cénacle maçonnique composé de parlementaires montre également la propension de ce modèle à irriguer l’ensemble des noblesses.

15Un second modèle est constitué par des loges plus étoffées dans lesquelles la noblesse était la composante majoritaire (Les Cœurs Zélés à Alençon, La Constance à Bayeux) ou, s’agissant des ateliers implantés dans les plus grands centres maçonniques, dans lesquelles elle constitue une forte minorité. C’est le cas des ateliers Les Bons Amis et La Céleste Amitié à Rouen, Les Cœurs Sans Fard et La Constante Amitié et de Thémis à Caen, Les Cœurs Unis à l’orient de Dieppe et La Fidèle Maçonne à Cherbourg. Ce mode d’affiliation prévaut aussi dans les villes disposant d’un faible d’un potentiel nobiliaire (Saint-Jean de Dieu à Vernon, La Persévérance de Pont-Audemer, etc.).

  • 31 L’extinction de la loge Les Cœurs zélés en 1783, majoritairement nobiliaire, liée à la mise en pla (...)

16Un dernier mode d’agrégation nobiliaire est celui des loges où la noblesse forme une force d’appoint, due à des entrées occasionnelles (L’Ardente Amitié et La Parfaite Égalité à Rouen) ou, comme ce fut le cas à Alençon31, à la recomposition du dispositif d’organisation de l’orient qui implique de nouveaux rapports de force parmi les francs-maçons.

  • 32 Guy Chaussinand-Nogaret, Gens de finance au XVIIIe siècle, Paris, Complexes, 1993, p. 121-141.
  • 33 C’est le cas notamment pour quatre nobles actifs : l’échevin havrais, Jacques Lestorey de Boulongu (...)
  • 34 Les deux loges du Cotentin, La Fidèle Maçonne (Cherbourg) et L’Union Militaire (Valognes), Les Cœu (...)

17On doit également observer, à côté de la variété des modes d’affiliation nobiliaire, le très fort investissement des noblesses dans la vie des ateliers. Il transparaît dans le grand nombre de vénérables aristocrates (annexe II) et dans la variété de leurs conditions sociales. À côté de la propension de la noblesse active à exercer des responsabilités dans les loges, qui a valeur de confirmation32, l’étude de l’engagement maçonnique des nobles normands permet de mettre l’accent sur le rôle déterminant que jouèrent les noblesses parlementaire et militaire dans la direction des travaux maçonniques33, les loges et chapitres installés à Pavilly et à l’orient de Valognes devant, par exemple, presque exclusivement leur vitalité à l’activité du président à mortier Esprit-Marie Leroux d’Esneval et de Bernard Hue de Caligny, à la tête de leur loge et chapitre de hauts grades. On soulignera ici, s’agissant de la noblesse d’épée à laquelle appartient Hue de Caligny, le rôle de premier plan qu’elle joua dans la naissance des loges de Valognes, de Caen, de Dieppe et d’Eu à l’occasion du passage des ateliers militaires34.

  • 35 Sur la division politique de la noblesse maçonnique lors des états généraux et sa capacité à reflé (...)

18La variété des orientations politiques prises par la noblesse maçonnique normande, la Révolution arrivant, sera la conséquence logique du pouvoir de séduction exercé par la sociabilité franc-maçonne sur la noblesse urbaine normande, une constatation qui accroît l’intérêt des pratiques culturelles remarquées à travers le prisme de la franc-maçonnerie35.

Le prisme maçonnique, lieu d’expression de pratiques culturelles différentes…

19La première de ces constatations est la tendance de la sociabilité maçonnique à exprimer, en faisant émerger deux types de relation sociale dans un même lieu de sociabilité, une différence de culture entre les aristocrates ayant maçonné dans les orients de la vallée de la Seine et ceux qui furent initiés dans les villes maçonniques situées dans ses marges.

  • 36 Jurgen Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la s (...)
  • 37 Au Havre, les élites économiques, armateurs et capitaines de navire, représentent 39 % du recrutem (...)

20L’écart de place occupée par les nobles, dont rend compte la carte 3, qui prend en compte la représentation du groupe dominant dans les centres maçonniques, est à la fois la source et l’expression de la « sociabilité duale » que masque la reconnaissance d’une même autorité (le Grand Orient de France) et d’une commune appartenance à l’ordre des francs-maçons. Le contraste est, en effet, saisissant entre l’aristocratisation du recrutement des loges des villes de l’Ouest normand, dans lesquelles la proportion de la noblesse dépasse parfois 30 % (Vire, La Victoire), voire 50 % (comme c’est le cas à Bayeux avec 57 %, et à Valognes, 63 %), ainsi que ses marges orientales (Les Cœurs Unis à Dieppe et La Parfaite Union à Eu comptent respectivement 44 et 43 % de nobles parmi leurs membres), et la sociabilité d’essence roturière qui s’impose dans les villes de la vallée de la Seine, dans lesquelles la sociologie des loges s’avère plus conforme à celle qui sous-tend le schéma de réflexion de Jürgen Habermas36. Au Havre et à Rouen, cette sociabilité roturière revêt l’aspect précis d’une sociabilité négociante, les notabilités économiques s’imposant comme l’élément dominant d’ateliers où les nobles sont faiblement représentés37.

Carte 3. – Franc-maçonnerie et noblesse en Normandie : sociabilité de l’Otium, sociabilité du Negotium.

  • 38 L’étude de la présence des maçons lors des tenues est nécessaire pour rendre compte du type de soc (...)

21Cet écart de recrutement, s’il surprend assez peu, n’est pas sans effet sur le plan des pratiques développées par les nobles et c’est essentiellement en raison des différences caractérisant celles-ci que l’on doit parler de l’émergence de deux formes de sociabilité distinctes. L’étude des pratiques maçonniques montre, en effet, que les ateliers où la noblesse entre en nombre revêtent, comme l’indique l’étude des effectifs réellement présents lors des tenues, l’aspect de cénacles rassemblant de petits groupes, dont on sait qu’ils marquent l’appartenance à un mode de relation sociale d’essence aristocratique38. C’est le cas à Bayeux (La Constance), à Alençon (Les Cœurs Zélés), à Valognes (L’Union Militaire) et à Vire (La Victoire), la force de ce type de relations sociales dans les villes de l’Ouest contaminant le mode de fonctionnement de certains ateliers roturiers, comme ceux de Coutances (Les Cœurs Sans Fard) et de Carentan (Les Cœurs Unis).

  • 39 Sur cette résistance, Antoine Lilti, Le monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au XVII (...)
  • 40 Cette montée s’exprime notamment dans la reconnaissance de deux loges rouennaises ouvertes à la bo (...)
  • 41 É. Saunier, op. cit., p. 243-259 et 293-315.
  • 42 M. Agulhon, op. cit.

22Cette forme de sociabilité qui témoigne de la prégnance de la culture de la mondanité39 rencontre, en revanche, peu de succès dans la Normandie orientale où, à l’exception d’Eu et de Pavilly, la montée en puissance du négoce a donné naissance40 à une forme de sociabilité maçonnique plus ouverte. Face au cénacle où prédominent les activités récréatives et ludiques, les loges séquaniennes virent s’épanouir une forme de sociabilité sensible à une culture utilitariste, dont la participation des francs-maçons rouennais aux travaux de la Société libre d’émulation et des frères de La Constance Éprouvée à ceux de la société d’agriculture d’Évreux sous l’Empire41 marquera l’aboutissement42.

  • 43 Sur le dossier et l’attitude de cette loge, É. Saunier, op. cit., p. 303-315. La politique de rési (...)

23Le fait que la noblesse maçonnique évolue dans des cadres de vie aussi différents donne naissance à des pratiques opposées face à la demande sociale croissante émanant des bourgeoisies urbaines sous le règne de Louis XVI. Dans les ateliers les plus marqués par la présence nobiliaire, les préventions sociales s’expriment sans ambiguïté lors des conflits entre les loges les plus huppées et les ateliers de composition plus modeste qui ont le soutien du Grand Orient de France, lequel était désireux de voir récompenser, par une croissance de ses effectifs, les efforts engagés lors de la réforme des années 1771-1773. Le dossier volumineux que constitue La Constance de Bayeux pour justifier ses refus successifs d’accepter la reconnaissance d’une seconde loge montre clairement la propension de ces loges nobiliaires à refuser de voir initier les « détenteurs de professions subalternes43 ».

24À Rouen, dans un orient où la pression de la boutique a permis de faire descendre le fait maçonnique à partir des années 1780, la noblesse initiée montre, pour sa part, une autre attitude. Si cette attitude distinctive est due à l’existence de rapports de force différents dans les loges, elle témoigne de la mise en place de comportements opposés qui influencèrent le discours et les pratiques culturelles de ces frères.

  • 44 Sur le discours du conseiller au parlement de Gressent, orateur de la loge pavillaise en 1784, É. (...)
  • 45 La Céleste Amitié a compté parmi ses vénérables deux aristocrates : le gouverneur de Caudebec-en-C (...)
  • 46 Le vénéralat de La Paix écossaise fut le monopole de deux chirurgiens de l’Hôtel-Dieu : Michel Pec (...)
  • 47 La Parfaite Égalité est née à l’initiative de Michel Pecquet, ancien vénérable de La Paix Écossais (...)
  • 48 En 1789, une loge sous le nom de L’Accord parfait demanda sa régularisation. Elle fut refusée en s (...)

25Dans un cadre où même la correspondance des loges les plus huppées, tel Raoul à l’orient de Pavilly, montre l’acceptation de l’égalité mythique44, la noblesse maçonnique accepte de travailler dans des ateliers dans lesquels le vénéralat est exercé par des négociants et des robins roturiers45, jugés plus capables pour gérer le quotidien de loges au recrutement démocratisé et pour établir des relations avec les ateliers les plus récents qui, à l’instar de La Paix écossaise et de La Parfaite égalité, confièrent le maillet à de modestes chirurgiens46. On soulignera enfin que les loges rouennaises qui se sont ouvertes à la noblesse (La Céleste Amitié, Les Bons Amis, La Parfaite Union) n’ont pas mis en place la politique d’endiguement, face aux demandes émanant de nouveaux ateliers bleus, qui fut celle de leurs homologues bas-normandes. Elles ont préféré opter pour une stratégie habile, utilisant le rôle de régulation qui leur fut offert par l’obédience pour mettre fin aux luttes et scissions qui jalonnaient la vie de ces nouvelles loges47 dans le but de maintenir des digues sociales jugées infranchissables48.

  • 49 Sur ce point que nous considérons comme fondamental dans la critique qu’il convient de faire de la (...)
  • 50 Un conflit permanent oppose les futurs frères de La Fidélité et de L’Aménité depuis le milieu des (...)
  • 51 La franc-maçonnerie à Bernay est séparée en deux loges : La Parfaite Charité et Les Amis de la ver (...)

26Cet écart de culture influence également la manière dont les nobles agissent dans l’organisation des villes maçonniques49. En effet, on remarque que dans les villes moyennes dans lesquelles, à l’exception de Dieppe (Les Cœurs Unis) et de Cherbourg (La Fidèle Maçonne), un « système d’organisation binaire » semble la règle, l’attitude de la noblesse maçonnique entraîne un séparatisme des ordres qui est exacerbé dans les villes de l’Ouest. Alors qu’un premier atelier voit dominer un groupe de nobles, le plus souvent en position majoritaire (L’Union Militaire à Valognes, La Constance à Bayeux, Les Cœurs Zélés à Alençon), une seconde loge de naissance plus tardive rassemble presque exclusivement la roture. C’est le cas de L’Unité à Valognes, de Saint-Charles de la bonne union à Bayeux, de Saint-Christophe de la forte union à Alençon. Or, dans la Normandie séquanienne, ce processus de partition entre deux ateliers existe mais obéit à une logique différente, d’où émerge le rôle des conflits entre les personnes (Le Havre)50 et la nécessité d’organiser l’espace maçonnique au mode de vie original de l’un de ses noyaux de recrutement (Bernay)51.

27Dans les grands orients dans lesquels la démographie maçonnique oblige à mettre en place un « système ternaire », les positions de la noblesse s’avèrent également différentes. À Rouen, au sommet, trois loges captent la noblesse initiée : La Céleste Amitié, La Parfaite Union, Les Bons Amis. À la base, la boutique et la basoche font une entrée au sein de La Paix écossaise et de La Parfaite Égalité, lesquelles renforcent, à partir du milieu des années 1780, les positions de La Parfaite Harmonie qui était jusqu’alors la seule représentante d’une franc-maçonnerie démocratisée. Au centre de ce dispositif très polarisé socialement se situe L’Ardente amitié, une loge qui rassemble une population composite allant d’une minorité de nobles à la bourgeoisie moyenne. Pour cela, elle est « un entre-deux maçonnique » dans lequel on peut remarquer qu’une partie de la noblesse accepte de maçonner avec l’élite de la boutique, sous les ordres de Jean Mathéus, un négociant étranger, protestant de surcroît.

  • 52 La Constante Amitié et Cœurs Sans Fard réunis compta 48 nobles parmi ses 106 membres et Thémis 24 (...)

28À Caen, si la structure maçonnique s’organise sur des bases identiques, les pratiques nobiliaires diffèrent sensiblement. Au sommet, La Constante Amitié et les cœurs sans fard et Thémis rassemblent, dans cette ville, la quasi-totalité des membres du second ordre52 et, à la base, La Constante Fabert montre la poussée démocratique des années 1780, imposée à Rouen par La Paix écossaise et par La Parfaite Égalité. Comme dans cette ville, un « entre-deux » émerge. Il s’agit d’Union et Fraternité, un atelier où maçonne le haut négoce protestant.

  • 53 Sur la composition de cette loge caennaise qui compta parmi ses vénérables le futur conventionnel, (...)
  • 54 Au sein de L’Ardente Amitié, on remarque la présence de quelques frères nobles (Étienne Tirebarbe (...)

29Toutefois, s’il joua bien le rôle de L’Ardente Amitié53, à la différence de cette loge dans laquelle une partie de la noblesse côtoie la roture54, Union et Fraternité ne fut fréquenté par aucun noble et cela, malgré l’opulence des membres de cette loge, qui constituera l’ossature du Comité insurrectionnel mis en place à Caen à partir du printemps 1793.

… et d’une culture de la distinction

  • 55 Sur ce sujet, voir la célèbre lettre écrite par Joseph de Maistre à Vignet des Étoles, en avril 17 (...)

30Malgré ces comportements contrastés liés à la nécessité de s’adapter à des cadres sociétaux différents, l’émergence du Grand Orient de France, associée à la nécessité de mettre en conformité un appareil administratif obsolète avec les exigences d’une croissance démographique remarquable et d’adapter ses règles de fonctionnement aux valeurs d’égalité des droits que portaient les francs-maçons, allait être, dans le contexte de troubles institutionnels qui touchèrent la Normandie entre 1774 et 1778, le premier moment durant lequel les nobles francs-maçons manifestèrent leur désir d’être considérés comme étant « la tige ancienne et respectable55 » de l’ordre des francs-maçons (J. de Maistre).

  • 56 Chanoine génovéfain et Second Surveillant du Grand Orient de France, Alexandre-Gui Pingré fut affi (...)
  • 57 À Rouen, comme à Caen, six loges pouvaient prétendre être régularisées par la nouvelle obédience.
  • 58 La situation est particulièrement édifiante à Rouen. Malgré la plus grande ancienneté des travaux (...)
  • 59 À Rouen, on doit souligner que la reconnaissance du cénacle nobiliaire de Pavilly, Raoul, intervie (...)

31Confrontés aux émissaires du Grand Orient de France, Alexandre-Gui Pingré56 (dans la vallée de la Seine) et l’abbé Saurine (dans les orients de l’Ouest), qui étaient chargés de reconstituer les loges normandes et d’assurer le lien entre celles-ci et le Grand Orient de France, les ateliers nobiliaires tentèrent, en effet, face à la confusion que suscitait le grand nombre de loges qui voulaient être régularisées à Rouen et à Caen57, de profiter de cette occasion pour rétablir en loge les préséances de la société d’ordres. Pour parvenir à leur fin, la volonté de voir reconnaître l’atelier qu’ils fréquentaient comme mère-loge, statut qui permettait à la loge reconnue la plus ancienne de jouer un rôle de régulation face aux nouvelles demandes d’agrégation à la franc-maçonnerie, allait être l’instrument principal de cette politique. Or, dans le cadre de cette tentative, les loges nobiliaires de Rouen (La Céleste Amitié et La Parfaite Union) et de Caen (Les Cœurs Sans Fard et Thémis) communièrent autour d’une même attitude. Malgré la plus grande ancienneté avérée de loges moins huppées, toutes ces loges firent de ce combat l’instrument de manifestation de leur désir de distinction58. Parvenues à leur fin, les deux loges rouennaises lancèrent même quelques offensives destinées à contrer la montée des loges démocratiques59 qu’elles avaient dû accepter sous la contrainte d’un rapport de force défavorable.

32C’est, cependant, quelques années plus tard que l’action de la noblesse maçonnique rouennaise allait lui permettre, à l’occasion de la mise en place des ateliers de hauts grades, de confirmer cet élitisme culturel dont l’objectif était de séparer la franc-maçonnerie en deux corps.

  • 60 Notre étude a montré la propension des hauts grades à progresser en fonction du statut social de l (...)
  • 61 Huit chapitres de hauts grades ont émergé en Normandie entre 1784 et 1789, dont six se situent hor (...)
  • 62 Le danger illuministe est porté à Rouen par le docteur Rouelle qui fut initié au sein de La Célest (...)

33Dans un contexte d’affinités entre noblesse et hauts grades60, des affinités dont témoigne la forte implantation des chapitres dans l’Ouest normand61, l’action des Frères de Rouen, ville où se regroupait le noyau le plus important « d’Écossais » et où les dangers qui motivèrent la tentative du Grand Orient d’unifier les systèmes de hauts grades (liée à l’avancée de l’illuminisme et à la mise en place de systèmes concurrents62) étaient exacerbés, se caractérise par une intransigeance sociale dans ses pratiques. Cette attitude tranche avec la relative tolérance que les Frères manifestaient alors dans les loges bleues.

  • 63 Ce phénomène émerge particulièrement à l’occasion de la naissance des Chevaliers Réunis, premier c (...)

34Les nobles de Raoul, de La Parfaite Union et de La Céleste Amitié ont, en effet, mis la main sur la franc-maçonnerie des hauts degrés et cela, en dépit d’une diffusion originelle dans l’ensemble du corps maçonnique63. Sous la houlette de Louis-Emmanuel Midy d’Andé et de Charles Rondeaux de Montbray, deux nobles actifs de La Céleste Amitié, ils mirent en place une politique de recrutement au sein du nouveau chapitre, Les Chevaliers réunis, dont le résultat fut édifiant. Les Chevaliers Réunis rassemblèrent, en effet, une majorité de nobles (25 sur 46) et parvinrent à réserver presque exclusivement l’entrée du temple aux membres des loges les plus huppées (40). En facilitant, peu après, la reconnaissance du chapitre Raoul et La Parfaite Union, dont la moitié des membres (16 sur 32) étaient porteurs du privilège et dont la direction était confiée au président à mortier Leroux d’Esneval, ils achevaient de faire des hauts degrés l’affaire d’une noblesse maçonnique rouennaise en mal de distinction.

  • 64 Sur Jean Mathéus et la diffusion du Rite Hérodom de Kilwinning à Rouen, É. Saunier (dir.), Encyclo (...)

35Plus symptomatique encore : alors qu’ils avaient fait preuve de tolérance face à la demande sociale émanant des loges bleues, les nobles francs-maçons de Rouen adoptèrent, s’agissant des hauts grades où se jouait, selon eux, le pouvoir réel, une politique intransigeante qui allait éclater durant « l’affaire Mathéus », un épisode qui mobilisa les relations entre l’orient de Rouen et le Grand Orient de France entre 1787 et 1790. Les Écossais des Chevaliers Réunis furent, en effet, les principaux artisans de la démolition de L’Ardente Amitié, la loge qui était le point d’appui du développement d’un système de hauts grades original, le Rite Hérodom de Kilwinning64, et dont le tort principal avait été de confier les rênes du chapitre écossais qui lui était rattaché à Jean Mathéus, un négociant étranger qui, à la tête d’un groupe de roturiers porteurs des hauts degrés, menaçait les positions acquises par la noblesse maçonnique. En 1783, l’installation du chapitre avait été, il est vrai, l’occasion pour Louis-Emmanuel Midy d’Andé, la figure de proue de cette noblesse rouennaise, soucieuse de se distinguer dans la pratique des hauts grades, de montrer l’état d’esprit élitaire dans lequel celle-ci se trouvait quelques années avant une crise révolutionnaire qui allait mettre fin à l’histoire de la franc-maçonnerie d’Ancien Régime :

  • 65 BNF, fonds maçonnique, FM2 383, discours d’installation de Louis-Emmanuel Midy d’Andé, Les Chevali (...)

« Nous [les Écossais] avons toujours pensé que l’ordre maçonnique était composé en trois classes, que les premiers grades […] étaient destinés […] pour n’être distribués qu’à la multitude des maçons […] que les grades suivants, jusque et y compris le Chevalier d’Orient, étaient conférés aux personnes de choix et les derniers à parvenir à ceux de l’élite65. »

Annexes

ANNEXE I. La présence des nobles normands dans les loges

Ville

Loge

Nombre de nobles

Généralité de Caen

207

Bayeux

62

La Constance

47

Saint-Charles de Bonne Union

9

Autres

6

Caen

61

Ardente Maçonne

5

Constante Amitié

48

Thémis

24

Autres

1

Carentan

Les Cœurs unis

1

Cherbourg

La Fidèle Maçonne

25

Coutances

Les Cœurs Sans Fard

4

Granville

L’Interprète maçonne

6

Trois-Monts

Union Rurale

5

Valognes

Union Militaire

29

Vire

La Victoire

14

Généralité d’Alençon

38

Alençon

27

Saint-Christophe

13

Les Cœurs Zélés

22

Bernay

La Parfaite Charité

2

Falaise

Saint-Augustin de la forte union

1

La Ferté-Macé

L’Union

8

Généralité de Rouen

176

Caudebec-en-Caux

Union Cauchoise

2

Dieppe

Les Cœurs Unis

42

Eu

La Parfaite Union

22

Fécamp

La Triple Unité

5

Gournay

La Parfaite Amitié

5

Le Havre

7

L’Aménité

1

La Fidélité

6

Les Andelys

La Parfaite Cordialité

7

Pavilly

Raoul

15

Pont-Audemer

La Persévérance

10

Rouen

Les Bons Amis

15

La Céleste Amitié

26

La Parfaite Union

14

Divers

18

Vernon

Saint-Jean de Dieu

4

ANNEXE II. Noblesse maçonnique et vénéralat en Normandie

Notes

1 Les développements qui suivent sont issus de l’exploitation des sources relatives aux loges maçonniques de Normandie. Celles-ci sont précisément indiquées à la fin de l’ouvrage issu de notre thèse : Éric Saunier, Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des XVIIIe et XIXe siècles : 6 000 francs-maçons de 1740 à 1830, Rouen, Presses universitaires de Rouen, 1999, p. 493-502. S’agissant de l’exploitation des sources maçonniques, on rappellera utilement, au-delà de la Normandie, que celles-ci sont aisément accessibles, malgré la réputation de discrétion de cette « société à secrets ». En dehors des dépôts d’archives familiers aux historiens, souvent pauvres, et de quelques fonds des bibliothèques municipales, trois fonds aisément consultables permettent de cerner la vie et le recrutement des loges françaises : le fonds maçonnique de la Bibliothèque nationale de France, né du classement par Bernard Faÿ dans le cadre de la politique antimaçonnique du régime de Vichy, qui rassemble les dossiers des loges, entre les temps de développement de la franc-maçonnerie et le milieu du XIXe siècle (les pièces concernant la vie des loges à partir du milieu du XIXe siècle sont en général déposées au siège du Grand Orient de France rue Cadet), les fonds privés des loges et, depuis 2002, le fonds constitué à la bibliothèque du Grand Orient de France à partir des archives maçonniques venues de Russie. Ces dernières ont pour intérêt, à la différence des papiers de la BNF, d’ouvrir à la connaissance du quotidien des loges.

2 On compte, dans la Normandie du XVIIIe siècle, 59 loges dites « bleues » (ces loges rassemblent les Frères initiés aux trois premiers grades de la franc-maçonnerie : Apprenti, Compagnon, Maître) et 10 ateliers de perfection (ils accueillent les Frères qui, désireux de parfaire leur parcours initiatique, ont été initiés aux degrés supérieurs aux trois premiers grades). La liste exhaustive des loges et chapitres de hauts grades normands est indiquée dans le volume 3 de notre thèse : Éric Saunier, Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des XVIIIe et XIXe siècles : 6 000 francs-maçons de 1740 à 1830, thèse de doctorat, Rouen, 1995, t. 3, p. 1-40.

3 Sur la naissance de la franc-maçonnerie en Normandie, près de Falaise, et les activités du premier cercle d’initiés réuni autour de Louis-François de Sérant de Saint-Loup, voir la version publiée de notre thèse : É. Saunier, op. cit., p. 45-50.

4 À l’exception de la franc-maçonnerie havraise. Sur l’activité de celle-ci sous la Révolution, Éric Saunier, « Réaction politique et lieux de sociabilité en l’an III : l’exemple de la franc-maçonnerie havraise », Michel Vovelle (dir.), Le tournant de l’an III. Réaction et Terreur blanche dans la France révolutionnaire, Paris, CTHS, 1997, p. 411-425.

5 Notre enquête a permis de recenser 421 appartenances nobiliaires, ce qui représente 21,3 % du recrutement maçonnique de l’ensemble d’une province qui a rassemblé 2101 maçons entre 1740 et 1789. En raison des tableaux manquants et des imprécisions concernant la sociologie des loges de la première Grande Loge de France, organisme qui précéda le Grand Orient de France entre 1728 et 1773, ces chiffres sont à considérer comme des données minimales (É. Saunier, op. cit., p. 437).

6 Sur ce sujet, voir l’étude classique de Maurice Agulhon, Le cercle dans la France bourgeoise, 1810-1848. Étude d’une mutation de sociabilité, Paris, A. Colin, 1977, p. 59-65. Signalons que, malgré la « plasticité » des loges, d’autres groupes sociaux et culturels qui y sont présents montrent, à l’instar du clergé, un fort particularisme. Cf. Éric Saunier, « Les jansénistes et la franc-maçonnerie ou le réceptacle d’une spiritualité inquiète », Sylvie Crogiez-Pétrequin (éd.), Dieu(x) et Hommes […] : mélanges en l’honneur de Françoise Thelamon, Rouen, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2005, p. 477-485.

7 Pour une approche synthétique des conditions dans lesquelles eurent lieu ces deux événements, cf., pour la fondation du Grand Orient de France, Pierre Chevallier, Histoire de la franc-maçonnerie française, t. 1 : La maçonnerie, école de l’Égalité (1725-1799), Paris, Fayard, rééd. 1988, plus particulièrement chap. iv (p. 149-194) ; pour la naissance du Grand Chapitre général, Pierre Mollier, « Le Grand Chapitre général de France et la fixation du Rite français, II, la fixation des cinq ordres français par le Grand Chapitre général de France », Renaissance traditionnelle, no 106, p. 73-102, et « Grand Chapitre général », Éric Saunier (dir.), Encyclopédie de la franc-maçonnerie, Paris, Hachette, 2008, p. 347-348.

8 Le seul ouvrage ayant proposé une approche générale sur le fait maçonnique en Normandie est le livre publié par le maçon Hilaire-Pierre de Loucelles en 1875 : H.-P. de Loucelles, Histoire générale de la franc-maçonnerie en Normandie de 1735 à 1875, Dieppe, Delevoye, 1875. Il s’agit d’une simple recension des loges accompagnée de brèves présentations souvent fautives.

9 Pour mémoire, la population de chacune des généralités avant la Révolution française est la suivante : Rouen, 740 000 habitants, Caen, 650 000 habitants et Alençon, 500 000 habitants.

10 Sur la relation entre l’urbanisation et la densité des implantations maçonniques, É. Saunier, op. cit., p. 87-90.

11 É. Saunier, op. cit., p. 113-119.

12 Celle-ci est, avec un taux d’urbanisation de 21 %, la seule généralité à présenter une urbanisation importante. Elle s’exprime fortement dans le développement d’un chapelet de villes moyennes situées à proximité de Rouen et tout au long de la vallée de la Seine.

13 Sur l’emploi de cette expression adaptée à la franc-maçonnerie, voir la conclusion de notre thèse : É. Saunier, op. cit., p. 431-434.

14 Éric Saunier, « Une loge maçonnique à Trois-Monts (1786-1788) : l’intrusion d’une forme de sociabilité urbaine en milieu rural », Le monde rural en Normandie. Annales de Normandie. Série des Congrès des Sociétés historiques et archéologiques de Normandie, vol. 3, Caen, musée de Normandie, 1998, p. 291-304.

15 Caen, avec 38 000 habitants, se situe à quelques kilomètres au nord de Trois-Monts.

16 Avant L’Union Militaire et L’Unité, loges respectivement fondées en février 1787 et en mai 1788, s’est implantée une loge dont l’histoire reste mal connue : Saint-Jean des Fidèles Cosmopolites (tableau de 1779).

17 Sur ce sujet, Daniel Roche, Les républicains des lettres, Paris, Fayard, 1988.

18 Rappelons qu’il faut sept maîtres pour procéder à la naissance d’une loge.

19 Plus de 40 loges militaires sont passées en Normandie entre 1740 et 1789. Deux « loges d’adoption » (ateliers ouverts aux femmes) ont travaillé dans les orients de Dieppe et de Caen et nombre de loges « irrégulières », rassemblant une population composite, émergèrent régulièrement à partir de 1740 dans cette province : É. Saunier, op. cit., p. 93-119.

20 Éric Saunier, « Franc-maçonnerie et Révolution française : une nouvelle donne historiographique », Cahiers d’histoire, 87, 2002, p. 121-136.

21 François Labbé a montré la manière dont la franc-maçonnerie française, dans le cadre de la rédaction des règlements de 1738, s’était adaptée à la réalité politique et religieuse d’une monarchie absolue ayant opté pour la voie de la révocation de l’édit de tolérance, François Labbé, Le message maçonnique au XVIIIe siècle. Contribution à l’histoire des idées, Paris, Dervy-Livres, 2005.

22 L’étude que nous avons menée sur 33 sociétés maçonniques actives entre 1740 et 1771 montre que les premières loges normandes sont nées à l’initiative de cinq noyaux socioculturels : les négociants, les nobles, mais aussi les moines, les artistes et les officiers royaux, É. Saunier, op. cit., p. 87-93.

23 À l’instar des autres groupes sociaux, le recrutement de la noblesse maçonnique s’opère, pour 20 % de ses membres, sur la base d’une relation familiale.

24 C’est le cas des deux loges Saint-Thomas qui émergèrent dans la capitale au milieu des années 1720.

25 La zone allant de Caen à Valognes rassemble 164 initiés, les binômes Rouen-Pavilly et Dieppe-Eu, respectivement 72 et 64 et le bastion d’Alençon, 27.

26 É. Saunier, op. cit., p. 215-243.

27 À Alençon, l’évolution de la loge Les Cœurs zélés est des plus significatives. Éteinte en 1783, cette loge nobiliaire, animée par les Frères Costé de Vaugourdon et Costard de Bursard, a constitué l’ossature du cabinet littéraire qui émerge à Alençon en 1782 : Éric Saunier, La franc-maçonnerie en Alençon et dans l’Orne. 250 ans de fidélité aux libertés en pays normand, 2003, p. 12.

28 Le discours prononcé, le 26 décembre 1736, par le chevalier André-Michel Ramsay (1686-1743) à l’intention des catholiques jacobites lie l’histoire du peuple élu et celle de la maçonnerie primitive jusqu’à la destruction du temple en 70 par Titus ; il joue un rôle important dans le développement des hauts grades, plus en raison de l’affadissement du recrutement qu’il dénonce, que de ses références à l’Écosse, dont le lien avec le développement des grades dits écossais reste aléatoire.

29 Pierre-Yves Beaurepaire, L’espace des francs-maçons. Une sociabilité européenne au XVIIIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, p. 113-136.

30 Ces deux loges, qui ont laissé peu de traces sur le plan du recrutement sociologique, sont absentes du tableau général présenté en annexe I, lequel ne prend en compte que le personnel des loges fondées à partir de 1774.

31 L’extinction de la loge Les Cœurs zélés en 1783, majoritairement nobiliaire, liée à la mise en place du cabinet littéraire, intervient au moment où la loge concurrente, Saint-Christophe de la Forte Union, majoritairement roturière, voit ses effectifs s’accroître. Une partie de la noblesse maçonnique initiée au sein des Cœurs zélés décide alors de rallier la loge précédente et lui fournira deux vénérables : Costard de Bursard et Lesueur de Petiville.

32 Guy Chaussinand-Nogaret, Gens de finance au XVIIIe siècle, Paris, Complexes, 1993, p. 121-141.

33 C’est le cas notamment pour quatre nobles actifs : l’échevin havrais, Jacques Lestorey de Boulongue, l’un des principaux animateurs de La Fidélité au milieu des années 1760, le directeur de la manufacture des Glaces située dans les faubourgs de Cherbourg, Guillaume Dupuy de Saint-Julien, membre du Grand Chapitre général et cheville ouvrière de l’action engagée par les premiers maçons cherbourgeois lors de l’émergence de La Fidèle Maçonne (1783), et surtout de Charles Rondeaux de Montbray et du richissime négociant, Louis-Emmanuel Midy d’Andé, qui dirigèrent les travaux du chapitre de hauts grades rouennais Les Chevaliers réunis.

34 Les deux loges du Cotentin, La Fidèle Maçonne (Cherbourg) et L’Union Militaire (Valognes), Les Cœurs Unis (Dieppe) et La Parfaite Union (Eu), ainsi que la loge de Caen La Constante Fabert, ont été installées après le passage de loges militaires dans ces villes (É. Saunier, op. cit., p. 100).

35 Sur la division politique de la noblesse maçonnique lors des états généraux et sa capacité à refléter la diversité des positions face à la question des privilèges, É. Saunier, op. cit., p. 315-318.

36 Jurgen Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, trad. 1978.

37 Au Havre, les élites économiques, armateurs et capitaines de navire, représentent 39 % du recrutement roturier des loges L’Aménité et La Fidélité, celles-ci s’ouvrant faiblement au clergé et à la noblesse. À Rouen, la noblesse, avec 72 membres, rassemble moins de 20 % des francs-maçons (12,3 %) alors que la part du négoce atteint 44 % chez les francs-maçons roturiers.

38 L’étude de la présence des maçons lors des tenues est nécessaire pour rendre compte du type de sociabilité que constitue la franc-maçonnerie en raison de la propension des Frères à augmenter les effectifs sur les tableaux de loge. Sur le fonctionnement de la sociabilité aristocratique et la notion de cénacle, Daniel Roche, Les républicains des lettres, op. cit., p. 159-205.

39 Sur cette résistance, Antoine Lilti, Le monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 2005.

40 Cette montée s’exprime notamment dans la reconnaissance de deux loges rouennaises ouvertes à la boutique en 1784 (La Paix Écossaise), puis en 1785 (La Parfaite Égalité) et dans l’émergence d’un atelier irrégulier à Vernon dirigé par un frère servant (Saint-Jean-Baptiste) en 1786.

41 É. Saunier, op. cit., p. 243-259 et 293-315.

42 M. Agulhon, op. cit.

43 Sur le dossier et l’attitude de cette loge, É. Saunier, op. cit., p. 303-315. La politique de résistance de La Constance dure six ans, de 1781 à 1787. En 1781, à l’initiative d’un modeste étudiant en droit, Nicolas Brard-Duclos, deux coiffeurs (Clément Delaunay et Guitton Lacroix) et deux avocats (Vimard et Lepesqueur de Conjon) tentent de rallumer les feux du vieil atelier des Cœurs Unis, éteints en raison du décès du marquis de Bricqueville, et de placer leurs travaux sous l’égide du Grand Orient de France. La Constance parvient à repousser la demande de cet atelier, puis celle des Loges Union de Thémis et Saint-Charles de la Bonne Union (dont les cadres sont ceux du premier atelier récusé), jusqu’en septembre 1787 et cela, non sans avoir envoyé son vénérable, Olivier Léonard de Rampan, plaider la cause de l’atelier aristocratique auprès du duc d’Orléans, Grand Maître du Grand Orient de France. Parmi les protagonistes de ce conflit figure Charles Lepesqueur de Conjon qui quitta Bayeux en 1791 pour Rouen et fonda Le Flambeau du républicanisme, journal de tendance hébertiste en l’an II. Sur sa carrière maçonnique, cf. l’article qui lui est consacré dans É. Saunier (dir.), Encyclopédie de la franc-maçonnerie, op. cit., article « Grand Chapitre général », p. 490-491.

44 Sur le discours du conseiller au parlement de Gressent, orateur de la loge pavillaise en 1784, É. Saunier, op. cit., p. 303-315.

45 La Céleste Amitié a compté parmi ses vénérables deux aristocrates : le gouverneur de Caudebec-en-Caux, Picquet de la Houssiette, et le négociant anobli, Louis-Emmanuel Midy d’Andé. On remarque toutefois que le vénéralat fut le plus souvent confié à des roturiers, officiers royaux (Jean-Pierre Borel et Prosper Robert) ou négociants (Jean-Baptiste Payenneville, premier vénérable de cette loge). La loge Les Bons Amis eut comme unique vénérable un roturier : le procureur et avocat au parlement, François-Noël Anquetin de Beaulieu (futur procureur syndic du département de Seine-Inférieure durant la Révolution). Quant à la dernière loge ouverte à la noblesse, La Parfaite Union, elle ne transmit le vénéralat à un porteur du privilège qu’à la fin de son histoire. Le président à mortier du parlement de Normandie, Esprit-Marie Leroux d’Esneval, occupa, en effet, le premier maillet en 1787, les vénérables, entre 1778 et 1787, étant un petit officier royal (Louis Durand), un notaire (Joseph Lambert), un négociant (Alexandre Lambert) et un comédien (Nicolas Aillet).

46 Le vénéralat de La Paix écossaise fut le monopole de deux chirurgiens de l’Hôtel-Dieu : Michel Pecquet et Jacques Gamare. Le premier fut également le premier vénérable de La Parfaite Égalité.

47 La Parfaite Égalité est née à l’initiative de Michel Pecquet, ancien vénérable de La Paix Écossaise. Sa gouvernance contestée au sein de La Paix Écossaise semble avoir été tout aussi abrasive à La Parfaite Égalité dont il fut exclu en 1787 au profit du directeur de la monnaie Jean-Dominique Lambert.

48 En 1789, une loge sous le nom de L’Accord parfait demanda sa régularisation. Elle fut refusée en septembre après que le Grand Orient ait consulté les loges La Céleste Amitié et La Parfaite Union. L’Accord Parfait était majoritairement composé de musiciens qui avaient animé les travaux de ces deux loges élitaires en leur qualité de membres de la colonne d’harmonie.

49 Sur ce point que nous considérons comme fondamental dans la critique qu’il convient de faire de la thèse de la fusion des élites dans les loges maçonniques durant la période pré-révolutionnaire, cf. É. Saunier, « Enquête sur le complot maçonnique (ou la franc-maçonnerie est-elle à l’origine de la Révolution française ?) », Les francs-maçons, Paris, Tallandier, p. 61-79.

50 Un conflit permanent oppose les futurs frères de La Fidélité et de L’Aménité depuis le milieu des années 1760.

51 La franc-maçonnerie à Bernay est séparée en deux loges : La Parfaite Charité et Les Amis de la vertu. Cette dernière présente la particularité de s’être largement ouverte, à l’initiative de son fondateur, Marc Decourdemanche, aux Bénédictins de Saint-Maur de l’abbaye du Bec-Hellouin.

52 La Constante Amitié et Cœurs Sans Fard réunis compta 48 nobles parmi ses 106 membres et Thémis 24 sur 61. À Rouen, les nobles rassemblèrent respectivement 31, 23 et 19 membres parmi les 109, 129 et 105 maçons que comptèrent respectivement La Céleste Amitié, La Parfaite Union et Les Bons Amis.

53 Sur la composition de cette loge caennaise qui compta parmi ses vénérables le futur conventionnel, Gabriel Decussy, et le banquier, Signard d’Ouffières, cf. « Protestantisme et franc-maçonnerie en Normandie au temps de la transition révolutionnaire (1750-1830) », Protestantisme et franc-maçonnerie : de la tolérance religieuse à la religion de la tolérance ? Paris, Éd. maçonniques de France, 2000, p. 169-182. Union et Fraternité joue, à Caen, de manière originale, le rôle de « loge socialement intermédiaire » entre les deux loges nobiliaires (La Constante Amitié et les Cœurs Sans Fard réunis et Thémis) et l’unique loge démocratique (La Constante Fabert). Cet atelier, en rassemblant l’immense majorité des francs-maçons de confession protestante de la ville, concentre, en effet, un milieu d’hommes appartenant aux bourgeoisies du négoce et des offices royaux dont les positions économiques se situent entre celles de la plupart des membres des deux groupes précédents.

54 Au sein de L’Ardente Amitié, on remarque la présence de quelques frères nobles (Étienne Tirebarbe d’Aubermesnil, Charles Rondeaux de Montbray, Louis Grandouet de la Fieffe, Fleury de Bosc Roger et Alexandre de la Porte), qui refusèrent l’élitisme social ayant motivé l’émergence des Bons Amis, loge qui est une émanation, en 1782, de la précédente. Signalons que dix nobles rouennais ont également fréquenté les tenues de La Parfaite Égalité.

55 Sur ce sujet, voir la célèbre lettre écrite par Joseph de Maistre à Vignet des Étoles, en avril 1793.

56 Chanoine génovéfain et Second Surveillant du Grand Orient de France, Alexandre-Gui Pingré fut affilié aux loges de Rouen et du Havre durant le temps de sa mission. Sur ce personnage, cf. É. Saunier (dir.), Encyclopédie de la franc-maçonnerie, op. cit., article « Pingré », p. 666-667.

57 À Rouen, comme à Caen, six loges pouvaient prétendre être régularisées par la nouvelle obédience.

58 La situation est particulièrement édifiante à Rouen. Malgré la plus grande ancienneté des travaux de deux loges, La Parfaite Harmonie et L’Ardente Amitié, ce sont La Céleste Amitié et La Parfaite Union, loges constituées en novembre 1777 et mars 1778, installées les 26 et 31 mai 1778, qui deviennent les mère-loges de cet orient.

59 À Rouen, on doit souligner que la reconnaissance du cénacle nobiliaire de Pavilly, Raoul, intervient en 1784, soit l’année même de la constitution de La Paix Écossaise, la première loge rouennaise porteuse d’un recrutement démocratique.

60 Notre étude a montré la propension des hauts grades à progresser en fonction du statut social de l’initié. 44, 6 % des nobles sont ainsi porteurs d’un grade supérieur au 3e, alors que le pourcentage descend à 33,8 % parmi les représentants du tiers. Pour une approche d’ensemble, É. Saunier, op. cit., p. 272-273.

61 Huit chapitres de hauts grades ont émergé en Normandie entre 1784 et 1789, dont six se situent hors de la sphère des loges de la vallée de la Seine. Ce sont Saint-Christophe de la Forte union à Alençon, Les Cœurs Unis à Dieppe (1786), La Parfaite Union à Eu (1787), Thémis à Caen et La Fidèle Maçonne à Cherbourg (1788), enfin L’Union Militaire à Valognes (1789). Dans la vallée de la Seine, se trouvent les deux chapitres rouennais, Les Chevaliers réunis et Raoul et La Parfaite Union, ainsi que le chapitre L’Aménité, fondé à l’orient du Havre au printemps 1789.

62 Le danger illuministe est porté à Rouen par le docteur Rouelle qui fut initié au sein de La Céleste Amitié. Quant à la menace des systèmes de hauts grades concurrents, la diffusion du Rite Hérodom de Kilwinning, à partir de L’Ardente Amitié, fait de Rouen, avec Marseille, où la Mère-Loge Écossaise rayonne à partir de Saint-Jean du Contrat Social, l’orient de province le plus menacé.

63 Ce phénomène émerge particulièrement à l’occasion de la naissance des Chevaliers Réunis, premier chapitre de hauts grades rouennais qui dut écarter la concurrence potentielle d’un cercle de maçons appartenant au monde de la boutique, réuni autour du frère Marsollet.

64 Sur Jean Mathéus et la diffusion du Rite Hérodom de Kilwinning à Rouen, É. Saunier (dir.), Encyclopédie de la franc-maçonnerie, op. cit., article « Mathéus », p. 560-561.

65 BNF, fonds maçonnique, FM2 383, discours d’installation de Louis-Emmanuel Midy d’Andé, Les Chevaliers Réunis, 9 février 1783.

Table des illustrations

Légende Graphique 1. – Franc-maçonnerie et généralités en Normandie : une démographie déséquilibrée.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120264/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Graphique 2. – L’urbanité du fait maçonnique.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120264/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Carte 1. – Implantation des loges en Normandie (1740-1789).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120264/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Légende Carte 2. – La présence de la noblesse dans les loges normandes.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120264/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Graphique 3. – Les appartenances nobiliaires.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120264/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Carte 3. – Franc-maçonnerie et noblesse en Normandie : sociabilité de l’Otium, sociabilité du Negotium.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120264/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120264/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 247k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540