Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les noblesses normandes

 | 
Alain Hugon
, 
Ariane Boltanski

Quatrième partie. Culture de la noblesse, noblesse de culture

Noblesse et urbanisme au XVIIIe siècle : l’exemple de Bayeux

Christiane Huet

Texte intégral

Présentation de la ville au XVIIIe siècle

  • 1 Olwen H. Hufton, Bayeux in the late eighteen century, a social study, Oxford, Clarendon Press, 196 (...)

1Bayeux, cité épiscopale d’un peu moins de 10 000 habitants, située sur la voie royale no 1, Paris-Cherbourg, est à sept lieues à l’ouest de Caen et à deux lieues des côtes de la Manche. Elle est traversée par la rivière de l’Aure du sud au nord. Son sol argilo-calcaire est favorable aux herbages complantés de pommiers et à l’élevage. Bayeux comprend quatorze paroisses, deux communautés d’hommes, quatre de femmes, un séminaire, un hôtel-Dieu, un hôpital général et un bailliage très actif. Elle est sous la tutelle de l’intendant de la généralité de Caen, représenté par le subdélégué de l’élection. Le gouverneur du château n’a qu’un rôle honorifique, le maire et les échevins administrent la cité. Celle-ci, très densément peuplée intra-muros, est entourée d’un rempart quadrangulaire de quatre cents mètres de côté, ce qui gêne son extension vers les faubourgs. Peu à peu, les nécessités de l’économie feront détruire les fortifications et le château situé dans l’angle sud-ouest de la cité intra-muros. Autour des murailles, jouxtant la proche banlieue agricole, s’étendent les faubourgs, dans un rayon d’une demi-lieue. L’économie est en osmose avec celle de la campagne proche ; les marchés hebdomadaires permettent d’échanger les objets nécessaires à la vie quotidienne. Beurres d’Isigny, poissons de Port-en-Bessin, miel, cire, charbon de Littry, volailles sont vendus chaque semaine et engendrent un intense trafic de charrois et une grande animation de chalands ; les foires annuelles attirent les marchands de toute la province. Artisans, commerçants, clients, domestiques, plaideurs, ecclésiastiques se côtoient chaque jour dans la cité. La population de la ville est nombreuse et diversifiée. Cependant, les activités tertiaires y sont le mieux représentées par les clercs religieux et les laïcs de la judicature. Vers les années 1770, les ecclésiastiques regroupent environ deux cents personnes (séminaristes et religieux compris), la noblesse quatre-vingt-dix familles et le tiers état la majeure partie de la population. À cette même date, mille cinq cents pauvres sont secourus par les œuvres1.

  • 2 Jean-Louis Harouel, L’Embellissement des villes. L’urbanisme français au XVIIIe siècle, Paris, Pic (...)
  • 3 Christiane Huet, Bayeux au siècle des Lumières. Embellissements, urbanisme et architecture au XVII (...)
  • 4 Jean-Pierre Bardet, Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les mutations d’un espace social, Paris, SE (...)
  • 5 Sont du ressort de ce conseil supérieur : Alençon, Argentan, Avranches, Bayeux, Caen, Carentan, Co (...)

2Après des temps troublés, de 1725 à 1763 (disettes, guerre de Sept Ans, révoltes fiscales), le royaume retrouve une prospérité relative. L’économie plus dynamique nécessite de nouveaux aménagements urbanistiques. Les villes, encore marquées par les structures médiévales, évoluent grâce aux grands travaux impulsés par le pouvoir central, relayé par celui des intendants et des édiles locaux2. Les particuliers prennent aussi une part importante3 dans ces modifications qui font évoluer le parcellaire de la ville4. Si la plupart des cités, en cette fin de siècle, sont touchées par les embellissements, dans certains cas des facteurs extérieurs favorisent les changements : ainsi, à Bayeux, la mise en place du conseil supérieur5, après la suppression des parlements en 1771 (rétablis entre 1774 et 1775), draine vers la ville une population nombreuse (des magistrats de la noblesse de robe et leurs familles), soit environ quatre cents personnes. En 1778, le camp de Vaussieux, qui attire tous les grands noms de la noblesse d’épée et se déroule dans les environs de Bayeux, entre la ville et la mer, dynamise pendant quelques semaines les affaires de la cité et relance les chantiers en sommeil ; il en est de même lors des visites du comte d’Artois, puis du roi en 1786.

  • 6 C.-I. Brelot, Noblesses et villes, 1780-1950, Actes du colloque de Tours, 17-19 mars 1994.

3Dans le cadre des grands travaux d’urbanisme, les élites bourgeoises et nobles qui détiennent le capital participent au remodelage des villes par leurs investissements dans des opérations immobilières variées, plus ou moins importantes, parfois spéculatives6. Nous essaierons de voir dans quelle mesure la noblesse de Bayeux a joué un rôle dans la transformation des différents quartiers de la ville et comment elle a mis en œuvre, dans ses propres réalisations, les idées nouvelles liées aux embellissements et diffusées dans les sociétés de pensée qu’elle fréquente. Enfin, on se demandera si ces mutations du parcellaire bâti ont eu une incidence sur la répartition géographique de la noblesse urbaine après 1770.

La noblesse de Bayeux

  • 7 ADC, C 5308, le vingtième de 1751 à 1771, 83 feuillets pour Bayeux. Et ADC, C 5311, le vingtième p (...)

4Avant de tenter de répondre à ces questions, essayons de définir les particularités de cette noblesse. Qui sont ces nobles ? Sont-ils fortunés ou pauvres ? L’étude du vingtième7, de la capitation, comme la valeur locative de leur maison ou le nombre de leurs domestiques, peuvent aider à saisir ces particularités. Où demeurent-ils ? Les écarts de fortune se reflètent-ils dans l’occupation de l’espace urbain ?

  • 8 Biens loués, le plus souvent, sous forme de contrat emphytéotique.

5Qui est cette noblesse ? Issue parfois de l’épée mais le plus souvent de la robe, sa fortune vient surtout de la rente foncière, des fieffes8 ou parfois de pensions octroyées par le roi sous forme de douaire, comme c’est le cas pour la baronne de Wimpfen en 1779 qui recevra 4 000 livres si elle survit à son époux, Félix de Wimpfen, seigneur de Saint-Germain-de-la-Lieue, maréchal des camps et armées du roi. La noblesse achète, loue, vend, bâtit de grandes propriétés. Beaucoup de nobles bayeusains détiennent des pouvoirs politiques, économiques et sociaux dans la cité ou en Normandie. Des officiers, des magistrats, des grands propriétaires concentrent en leurs mains l’essentiel du patrimoine urbain foncier (environ 12 % à 13 % sont détenus par 5 % des nobles et du clergé à Bayeux vers 1782) et exercent des fonctions plus ou moins importantes. Nous avons choisi des familles emblématiques et nous nous contenterons de signaler rapidement les autres par quelques caractéristiques propres. Parmi les plus riches, nous notons Robert de La Londe de Pontécoulant, conseiller-maître en la cour des comptes, aides et finances au parlement de Normandie, qui achète, en 1770, à la famille Hélyes de Bompart, le manoir de la Lombarderie, paroisse Saint-Patrice. Il passe l’été dans son château de Tour. Pierre-Augustin de Boran, marquis de Castilly, gouverneur de la ville et du château d’Avranches, lieutenant du roi en Normandie, a fait construire, vers 1730, l’hôtel de Faudoas (du nom de son gendre, Antoine de Faudoas, marquis de Canisy), paroisse Saint-Sauveur. Aux beaux jours, il réside à Castilly. Henri-Geoffroy-Cyrus, marquis de Bricqueville, seigneur des bourgs et hameaux d’Isigny, officier des dragons, est marié à la fille de Jacques d’Harcourt, marquis d’Olonde, vivant à Valognes. Bricqueville a commandité un grand hôtel, rue Saint-Sauveur, bâti vers 1780. La famille y demeure, partageant ses séjours entre son château d’Isigny et ses hôtels à Paris, dont la plupart sont loués. Le marquis de Bezons et Maisons, Jacques-Gabriel-Alexandre, capitaine des dragons au régiment de la reine, habite paroisse Saint-Sauveur. Il est le gendre de Gabriel Moisson de Vaux, lui-même ancien officier au régiment de cavalerie Dauphin-Étranger et passionné de botanique ; il mettra en place le premier jardin des plantes à la Révolution, d’abord à l’hôtel du doyen, puis dans sa propriété, paroisse Saint-Vigoret.

  • 9 ADC, C 4547, capitation pour 1787.
  • 10 Adélaïde Solignac de La Mothe Fénelon, mariée à Bon-Louis de Campigny, officier aux gardes françai (...)
  • 11 Mohamed El Kordi, Bayeux aux XVIIe et XVIIIe siècles : contribution à l’histoire urbaine de la Fra (...)
  • 12 Lieutenant général des armées du roi. Il habite rue Saint-Sauveur.
  • 13 ADC, C 5312, maisons à imposer en 1784.
  • 14 Médiathèque de Bayeux, Ms. 338, Famille de Wimpfen.

6Tous ces nobles sont considérés comme nantis, il suffit de regarder leurs capitations9. La plupart sont imposés à plus 200 livres, comme Faudoas à 450 livres, ou la comtesse de Campigny10 à 325 livres. Elle vit dans son château éponyme, mais se rend en villégiature régulièrement à Bayeux, dans son hôtel de la paroisse Saint-Malo. Guillebert de La Rivière Vaucelles a acheté un grand hôtel en 1759, rue Saint-Patrice, et paie 285 livres de capitation. Il en est de même pour Bauquet de Granval, magistrat lieutenant-général au criminel, qui habite paroisse de la Poterie, rue des Bénédictines, et pour le président du bailliage, Jean-Baptiste-Antoine-Bernardin-Eudes de La Jumellière, ancien lieutenant au régiment Royal Artillerie de Strasbourg, domicilié rue des Ursulines, paroisse Saint-Sauveur. Nous pouvons noter que les quatre-vingt-douze familles nobles de Bayeux sont imposées à 4 881 livres pour la capitation de 1775 et que la recette la plus importante provient de l’impôt levé sur la paroisse Saint-Sauveur, qui concentre à elle seule 2 316 livres, soit 47,6 % du total. Trois autres paroisses arrivent loin derrière : Saint-Patrice avec un total de 953 livres, Saint-Malo avec 401 livres et Saint-Loup avec 258 livres. Les plus faibles capitations sont celles des paroisses Saint-Martin et de la Madeleine, respectivement de 75 et 70 livres, ce qui peut s’expliquer par le fait que ces paroisses sont avant tout réservées aux artisans et commerçants pour la première, aux teinturiers pour la seconde (laquelle est située en outre au-delà du rempart) et par le fait que peu de nobles riches y ont élu domicile. Saint-Sauveur concentre, en effet, le plus grand nombre de nobles nantis, comme en témoignent les grands hôtels qui subsistent dans les rues de cette paroisse. Selon El Kordi11, en 1775, 12 % des nobles, paroisse Saint-Sauveur, sont redevables d’une capitation supérieure à 100 livres et, en 1787, 7 % d’entre eux paient entre 200 et 300 livres de capitation. L’examen du vingtième conforte notre appréciation et recoupe ces informations. Si Pierre de Castilly, pour 500 livres de revenus, paie 25 livres, Isaac de Petit Cœur de Saint-Vast12, pour 90 livres, ne doit que 4 livres 10 deniers et Pierre de Royville, pour 100 livres, 5 livres. Les familles les plus imposées se concentrent, au moins jusqu’en 1775, intra-muros ou à proximité immédiate, paroisse Saint-Patrice. La valeur locative13 supérieures à 300 livres, en 1784, de certaines résidences permet de pointer du doigt les mêmes familles ou apparentées. L’hôtel détenu par Bonaventure-François Crespel, ancien lieutenant au bailliage, est évalué à 450 livres, celui de Guillebert de la Rivière Vaucelles à 600 livres ; l’hôtel de l’apothicaire, Tillard des Acres, rue des Bouchers, est loué pour cette somme à deux locataires, dont Mademoiselle d’Albignac. En étudiant le nombre de domestiques au service des familles nous retrouvons les mêmes écarts : Couvert de Coulomb en emploie cinq, Guillebert de Vaucelles sept, six pour Augustin-Alexandre de Saffray, capitaine au régiment Royal Cavalerie et gouverneur pour le roi du port et de la ville d’Isigny. Ce dernier est marié à Marguerite-Victoire de Bailleul, la sœur de la baronne de Wimpfen14, et demeure paroisse Saint-Sauveur. Quant à Petit Cœur de Saint-Vast, il ne dispose que de trois serviteurs.

  • 15 Selon Edmond de Laheudrie (E. Le Tual de Laheudrie, Bayeux et le Bessin, Bayeux, Colas, 1945, p. 2 (...)
  • 16 Pierre-Jean Lévi d’Albignac est lieutenant-colonel au régiment des dragons de la reine ; il est ma (...)
  • 17 En 1774, à Bayeux, sur 1314 maisons recensées, 13 % relèvent de la grande propriété nobiliaire.
  • 18 Le marquis de Bezons possède un château à Tracy, le sieur de Pontécoulant à Tour, le marquis de Fa (...)

7Tous les nobles ne sont pas riches, certains même sont nécessiteux, ainsi en est-il des veuves sans douaire qui ont dû refuser la succession de leur époux, trop endetté. Des célibataires sans mari et de pauvres écuyers cherchent également du secours auprès des instances caritatives. Nous les mentionnerons sans nous y attarder, car ceux-là n’ont aucun impact sur l’évolution de l’urbanisme, leurs revenus étant trop faibles pour leur permettre des investissements importants dans l’immobilier15. En 1788, environ 33 % des nobles paient une capitation inférieure à 20 livres et un peu moins de 65 % sont taxés entre 21 et 100 livres, cela pour 88 foyers nobles et une somme totale de 6 013 livres. Il semblerait aussi que les plus titrés et les plus riches du second ordre se soient installés au cœur de la ville intra-muros, alors que les autres se concentrent davantage à la périphérie. Il faut nuancer ce propos selon les périodes, parce qu’après 1774, beaucoup de nouveaux immeubles s’édifient dans les faubourgs. Ils sont commandités par la noblesse, qui souhaite des espaces aérés ; aussi se fait-elle construire des maisons orientées au midi, lumineuses et saines, répondant aux poncifs en vogue chez les architectes des Lumières, au milieu de parcs et de jardins, tel Adrien Fréard du Castel, dans la paroisse Saint-Loup, au sud de la cité. Nombreuses sont ces familles, liées entre elles, qui possèdent des propriétés, terres et châteaux, dans toutes les villes de la généralité et dans les environs de celle-ci, à Valognes, à Isigny ou à Bayeux, sans compter d’autres biens dans toute la France apportés par mariage ; ainsi en est-il des La Tour du Pin et des familles d’Harcourt, de Wimpfen, d’Albignac et de Bailleul. Au XVIIe et début du XVIIIe siècle, cette noblesse avait multiplié les dons caritatifs, aménageant à ses frais des couvents comme les Levallois d’Escoville (en faveur des Bénédictines), Françoise d’Harcourt Beuvron (pour les Ursulines) ou Duvigney, procureur du roi en l’élection sous Louis XIV, bienfaiteur des sœurs de la Charité. Leur action avait déjà contribué à modifier les grands espaces des faubourgs. Au XVIIIe, la noblesse délaisse les investissements caritatifs et s’oriente davantage vers les affaires privées. Beaucoup de nobles partagent les idées nouvelles, diffusées dans les loges maçonniques de Bayeux et de Valognes. Lors des tenues, ils peuvent rencontrer l’architecte géomètre de la généralité, Lefèvre, lui-même franc-maçon, et ainsi discuter des projets urbanistiques, sans que ces interventions revêtent un caractère officiel, puisqu’ils sont entre Frères et peuvent parler librement. C’est un Bricqueville qui anime la loge aristocratique de La Constance à Bayeux. Peu à peu, les idées du siècle des Lumières imprègnent la noblesse, qui y est attentive et s’en inspire pour construire ou réaménager des propriétés urbaines, donnant un nouvel aspect à des quartiers naguère différents. La noblesse peut se permettre de telles dépenses parce qu’elle dispose de grandes fortunes foncières et que la rente des revenus des terres affermées reste élevée. Les Bricqueville, les Wimpfen, les Bailleul, les d’Harcourt ou les d’Albignac16 font partie de ses membres les plus nantis. La construction d’un hôtel de taille moyenne, dans des villes telles que Bayeux, Valognes ou Falaise, requiert, en effet, des débours supérieurs à 15 000 livres, ce qui suppose des revenus élevés. Beaucoup des membres de cette noblesse possèdent de grands hôtels17, dans une ou plusieurs villes, qu’ils louent ou parfois échangent ou vendent. En outre, la plupart du temps, ils sont propriétaires de châteaux18, résidences estivales, la maison urbaine étant surtout utilisée l’hiver. Chacune de ces bâtisses est réaménagée au XVIIIe selon le goût du jour et dotée du dernier confort, ainsi que garnie de meubles et d’objets signés par les plus grands maîtres.

Rôle de la noblesse dans le développement de l’urbanisme

8Dans quelle mesure la noblesse contribue-t-elle, au XVIIIe siècle, à l’évolution de l’urbanisme et au remodelage des petites villes ? Au XVIIIe, la nécessité se fait pressante, dans de nombreuses cités du royaume, de détruire le corset de pierre qui les enserre et de supprimer l’espace castral afin de s’étendre vers les faubourgs pour dynamiser l’économie et répondre aux nouveaux principes des embellissements de l’époque.

  • 19 Registre de l’hôtel de ville de Bayeux, DD 2, fos 23-35.

9L’abatie (la destruction) des remparts est la grande affaire des villes françaises, imitant en cela ce qui s’est fait à Paris dès le XVIIe siècle. À Bayeux, comme à Falaise, on envisage leur suppression pour faire passer de nouvelles voies et faciliter la circulation qui se fait difficilement au travers de portes étroites et, le plus souvent, dangereuses parce que mal entretenues. Ces portes occasionnent fréquemment des accidents. Le rempart proprement dit, le plus souvent délabré, est délaissé par le roi en raison des coûts générés par son entretien, qui ne semble plus nécessaire puisque les incursions de l’ennemi se raréfient. Aussi, depuis longtemps, des portions de murailles et de fossés ont-elles été fieffées par des particuliers, sous forme de baux emphytéotiques, contre des loyers plus ou moins élevés. Les pouvoirs publics saisissent cette aubaine, puisque le bien est entretenu par le locataire. Toutes les couches sociales profitent de l’opportunité d’agrandir ainsi leur jardin, d’ouvrir une porte, de réaliser une terrasse. Nous en avons noté de nombreux exemples à Bayeux, y compris dans la noblesse. Ainsi, M. de La Rivière, écuyer, sieur de Hérils, prend à fieffe (en location) « un bout de fossé en arrière d’une maison qu’il possède paroisse Saint-André, en arrière de la tour ronde de derrière sa maison, jusqu’à la fieffe du sieur Guérin, au droit du seigneur de Gratot contre 60 sols19 ».

10L’espace castral, quant à lui, intéresse tous les habitants de la ville, riches et pauvres. Les uns veulent faire du profit en achetant des terrains intra-muros, les autres souhaitent travailler à la démolition par le biais des ateliers de charité, ce qui leur permettra de survivre. Le château est propriété de l’État, le gouverneur y représente le roi mais sans pouvoir réel. Couvert de Coulomb ne peut donc rien entreprendre sur le château sans l’accord du pouvoir central. À Bayeux, dès 1733, le roi donne l’autorisation d’abattre la forteresse, mais la démolition ne commence qu’en 1773. Dès lors, les terrains suscitent les convoitises de l’administration qui pense y construire, non seulement des locaux mieux adaptés aux fonctions de la mairie, du bailliage, des prisons, mais aussi des promenades. De nombreux particuliers se portent acquéreurs pour acheter des espaces à lotir ou des pierres afin de réaliser des opérations intéressantes. Quelques promoteurs tentent d’obtenir des parcelles et les tractations se multiplient entre l’intendant, le maire, le gouverneur et les acheteurs potentiels. La noblesse se lance également dans la course aux terrains bien placés.

11La noblesse profite, à Bayeux, des opportunités qui lui sont offertes par les contingences politiques ou militaires qui accélèrent les transformations urbaines. La suppression des parlements et la mise en place des conseils supérieurs par le roi, en 1771, dont Bayeux est bénéficiaire, engendre, dans la ville, un afflux de population important. Les magistrats plus ou moins fonctionnarisés, issus de la noblesse de robe, souhaitent des logements confortables pour leur famille et leur domesticité. Évidemment, les prix de l’immobilier grimpent. Les locations et les constructions nouvelles fleurissent. Nombreux sont les particuliers qui réaménagent leur maison pour les louer au plus fort prix. Les achats de terrains et d’immeubles, comme la construction de maisons, s’intensifient ; la ville est en chantier. La chute est rude lors de la suppression du conseil de Bayeux en 1775.

  • 20 Outre le général de Wimpfen déjà cité, nous relevons les noms du M. de Broglie qui commande le sec (...)

12Le camp de Vaussieux, mis en place pour intimider les Anglais dont on craint le débarquement, attire la grande noblesse d’épée20, à Bayeux et dans les environs, durant ces quelques semaines qui vont suffire à relancer le marché immobilier des locations de propriétés et susciter un regain d’intérêt pour les affaires, ventes de terrains, rénovations et même constructions de bâtiments commandités par Verdale, sieur de Marigny, et Wimpfen. Beaucoup de beaux hôtels datent de ce dernier tiers du XVIIIe. Les membres les plus éminents de cette noblesse sont alliés aux familles résidant à Bayeux, ce qui peut expliquer l’engouement pour la ville ; c’est le cas du baron de Wimpfen, qui épouse une demoiselle de Bailleul de la paroisse Saint-Sauveur. Si la tenue de ce camp a coûté cher au royaume, la cité en a retiré des revenus substantiels, même si quelques-uns des bailleurs n’ont pas été payés de leurs locations, parce que cette société dépensait et se divertissait beaucoup en organisant régulièrement fêtes et bals dans les châteaux proches ou dans les hôtels de Bayeux, tel celui de Faudoas.

  • 21 ADC, C 3508, Plan de la grande traverse.

13Les grandes opérations urbanistiques menées par les pouvoirs publics confrontent parfois les particuliers à des coupes douloureuses dans leur bâti, vers 1760-1770. La noblesse n’y échappe pas. Ainsi, à Bayeux, certains donnent leur accord sans problème, tels les propriétaires de la Caillerie (Prével de la Caillerie et Douesnel) ou ceux de la Lombarderie (Subles de Bompart, puis Pontécoulant), ce qui facilite l’alignement de la rue Saint-Patrice. Le sieur de Hérils, paroisse Saint-André, et le sieur de La Rivière Vaucelles, paroisse Saint-Patrice, ont dû accepter l’amputation d’une partie de leur propriété pour raison d’alignement, ainsi que la comtesse de Campigny, qui s’est résolue à accepter la réduction de son grand hôtel, paroisse Saint-Malo, permettant l’élargissement de la voie principale21. Plus tard, la comtesse s’opposera, cependant, à la destruction de la porte Arborée, sur laquelle sa famille avait des droits, mais elle perdra son procès contre la ville. La porte fut démolie en 1789 et l’accès rendu plus facile pour les charrois de ce côté sud de la cité. Les visites de la famille royale dynamisent l’immobilier et entraînent des remaniements de voirie au détriment de quelques grandes propriétés nobiliaires, comme celle de Pierre de Royville, construite à la fin du XVIIe et remaniée au XVIIIe, en bordure d’un chemin élargi, paroisse de la Poterie, devenu rue Royale, après le passage de Louis XVI en 1786.

14Certaines décisions de particuliers modifient la physionomie de tout un quartier médiéval : ainsi Bonaventure Crespel, avocat et maire, demeurant rue Franche, achète vers 1730 et détruit un peu plus tard tout un ensemble de vieilles maisons sur rue des XIVe et XVe siècles, peut-être à pans de bois, comme celles qui subsistent à côté, qui masquaient l’avant de sa propriété. Il acquiert et supprime la venelle qui la contournait, reliant les rues Franche et Saint-Martin, et restaure, en fond de parcelle, le logis arrière sur lequel il plaque une façade XVIIIe. La nouvelle bâtisse se compose d’un avant-corps central sommé d’un fronton triangulaire, le tout flanqué de deux petits retours. Un bel hôtel élégant remplace ainsi les deux maisons. Les seuls témoins de la construction primitive sont les plafonds du rez-de-chaussée plus bas que ceux des hôtels semblables. L’accès se fait désormais par une allée mettant en valeur la partie médiane de l’édifice. Cette opération assez ambitieuse est rare car coûteuse. Rue de la Maîtrise, à la fin du XVIIe, Morel de Carbonnière, à partir d’une vieille masure au fond d’une cour humide, avait fait reconstruire un superbe immeuble de style Louis XIII. Puis, vers le dernier tiers du XVIIIe, les dépendances sont aménagées en logement et forment une aile nouvelle, en raison du comblement des fossés de la place du château et du lotissement de l’espace ainsi obtenu, la sortie n’étant plus possible de ce côté. Deux nouvelles maisons sont bâties, modifiant légèrement l’aspect de l’entrée de la rue, par ailleurs, resté très médiéval.

  • 22 Nesmond (mort en 1715), Paul d’Albert de Luynes (1729-1753), Rochechouart (1753-1771), Cheylus qui (...)

15Au XVIIIe siècle, les évêques de Bayeux, tous issus de la grande noblesse22, ont également investi leurs fonds propres pour améliorer la ville, outre les opérations caritatives habituelles des évêques, telles que les a pratiquées Mgr de Nesmond. Il a financé de ses deniers la construction de l’hôpital général, paroisse Saint-Jean, et du séminaire derrière l’hôtel-Dieu, à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe. D’autres, plus tard, comme Mgr. de Rochechouart, ont contribué à la rectification de la rue Larcher en négociant une partie de ses droits. Quant à Mgr de Cheylus, il n’hésite pas à payer, en 1780, le pavage de la rue Saint-Laurent, en plus des 100 000 livres qu’il a données afin de réaliser l’institution, achevée en 1786, pour l’éducation des jeunes garçons dans ce quartier.

  • 23 Jean-Claude Perrot, Genèse d’une ville moderne, Caen au XVIIIe siècle, Paris, La Haye, Mouton, 197 (...)

16La noblesse réalise-t-elle, dans les villes moyennes de province23, des opérations immobilières spéculatives d’envergure, à l’instar de ce qui se passe dans les cités plus importantes ? Au XVIIIe, un groupe nouveau surgit en même temps que se développent les grands travaux publics, celui des profiteurs et des promoteurs. Pouvons-nous, à cette époque, évoquer la promotion telle qu’elle existe à Paris vers 1770, orchestrée par les princes ou le haut clergé, par exemple Chaussée-d’Antin et faubourg Poissonnière ? À Bayeux, comme dans la plupart des villes de province, moyennes ou petites, l’action se fait plus discrète et la plupart de ceux qui font des affaires profitent d’une opportunité pour obtenir plus facilement les marchés d’adjudication : liens de parenté, conjoncture économique favorable, vente de biens conventuels, événements tels ceux que nous avons décrits précédemment.

  • 24 ADC, C 1084. Voici ce qu’il écrit : « Environ deux cents arpents […] sont couverts de matériaux dé (...)
  • 25 ADC, C 1083, À propos des prix, nous relevons, en 1781, pour les terrains du château et du rempart (...)

17La suppression des fortifications, la multiplication des places à programme suscitent des convoitises et la noblesse, comme les autres particuliers, est intéressée par la spéculation ; elle fait même des propositions, plus ou moins acceptées. Elle souhaite l’achat de grandes parcelles lors de la destruction du château, elle achète des terrains dans les faubourgs qu’elle fait bâtir parfois pour les louer. Ainsi, le 24 mars 1775, M. de Malherbe, major du régiment de cavalerie de Bourgogne, chevalier de l’ordre de Saint-Louis, écrit à propos des terrains du château de Bayeux à Mgr de Beaumont, intendant général des finances et domaines de sa Majesté, et lui réclame l’emplacement du vieux château, du fossé, de l’esplanade, pour combler le fossé, aplanir les terrains, récupérer les matériaux et bâtir. À cette occasion, il rappelle au roi la fidélité de sa famille à la monarchie et son ancienneté24. Il propose pour cette opération une redevance annuelle de 200 livres. Les demandes de particuliers sont nombreuses. Le 14 octobre 1779, plusieurs personnes envoient une requête à l’intendant concernant les terrains du rempart, qui « s’étendent de la propriété Faudoas jusqu’au jardin de Maheust, afin de prendre en écharpe les terrains place du Château ». Bourgeoisie et noblesse de robe se sont unies dans cette demande. On note le nom de Tassigny des Longsprés parmi les pétitionnaires qui envisagent « un loyer de 6 livres la vergée de quarante perches25 ». Une fois encore il s’agit de modestes opérations.

Conséquences sur l’évolution de l’urbanisme et sur la géographie de l’habitat noble

18À Bayeux, la noblesse se regroupe dans certains secteurs, d’abord en centre-ville, puis, vers le dernier tiers du XVIIIe, une partie d’entre elle migre vers les faubourgs, favorisant leur lotissement et le peuplement de ces quartiers naguère délaissés. Mais, intra-muros, des remaniements de propriétés donnent à la ville une physionomie plus moderne.

  • 26 P. Lauvrière, « Bayeux qui disparaît, les hôtels bayeusains », Société des sciences, arts et belle (...)
  • 27 Bricqueville ou la Tour du Pin.

19Le rôle de la noblesse est très important dans le nouvel urbanisme de la ville, rénovation des bâtis ou constructions neuves contribuent à modifier le tracé des rues ou l’aspect des faubourgs. Quelles sont les conséquences de ces transformations sur le parcellaire de la cité ? Intra-muros, à Bayeux, les édifices sont pour la plupart antérieurs au XVIIIe siècle et le plus souvent remaniés en fonction des travaux entrepris par la ville ou selon la volonté des commanditaires souhaitant améliorer leur fonds en le mettant au goût du jour. Paroisse Saint-Sauveur, nous constatons ces mutations par les styles qui se chevauchent dans plusieurs maisons. Des traces de colombages du XVe subsistent jusqu’à nos jours. En outre, de nombreux bâtiments montrent des parties Renaissance très imbriquées dans des constructions plus récentes. Rue Saint-Sauveur, l’hôtel Subles de Bompart présente des portions architecturales de l’époque Renaissance et d’autres renvoient à celle de Louis XIII. Nous pouvons également noter des caves du XIIIe et des tours du XVe. Il en était de même dans l’un des hôtels26, à l’entrée de la rue, détruit après la dernière guerre. En revanche, deux hôtels, Faudoas et Bricqueville27, datent entièrement du XVIIIe. Leur réalisation a entraîné une transformation importante du parcellaire et du bâti dans ce secteur. En effet, suite à leurs travaux, la rue Saint-Sauveur est rectifiée, élargie, les passages vers les petites ruelles adjacentes privatisés. La rue sous le mur disparaît, ainsi que les constructions adventices qui cachaient le rempart. L’hôtel de Faudoas, vers 1730, s’appuie sur la muraille de la ville qui est utilisée par l’architecte Jacques Moussard (1680-1750) pour servir de grande terrasse, au premier étage. À l’avant, une vaste cour donne sur la voie. À l’arrière, le bâtiment surplombe les fossés asséchés et plantés. Les remises aux carrosses et les dépendances sont au nord, les caves en sous-sol. Le second édifice date du règne de Louis XVI, le rempart arasé est transformé en jardin. Le commanditaire le plus vraisemblable est sans doute Cyrus de Bricqueville, vers 1780. Esprit fort, très marqué par les idées nouvelles et la franc-maçonnerie, son hôtel est vaste, clair et bien exposé.

20La paroisse et la rue Saint-Sauveur abritent de nombreux aristocrates dont la plupart sont alliés par des unions matrimoniales. Félix de Wimpfen, les Bailleul, les Albignac, les Bricqueville et les Faudoas sont apparentés et occupent 80 % des plus grandes demeures d’un même ensemble spatial. Des portes et des passages ouvrent sur les propriétés des uns et des autres lorsqu’elles sont du même côté de la rue. La rue Saint-Sauveur a bénéficié des travaux engagés par la noblesse pour construire ou améliorer son habitat ; en même temps, la ville a pu en profiter pour modifier la voirie et la redresser, supprimer le rempart et les fossés. La rue voisine des Ursulines a conservé, quant à elle, son tracé médiéval et ses grands hôtels du XVIIe (Campigny, Marguerie) n’ont subi que des rénovations intérieures. La noblesse d’épée semble rassemblée rue Saint-Sauveur. La noblesse de robe affectionne plutôt les rues de la Juridiction et des Ursulines. Selon M. El Kordi, 59 % de la noblesse demeure paroisses Saint-Sauveur, Saint-Malo, Saint-Patrice.

  • 28 ADC, C 3509, plan de la rue des Bouchers.
  • 29 Frédéric Pluquet, Essai historique sur la ville de Bayeux et son arrondissement, Caen, T. Chalopin (...)

21Les espaces en centre-ville sont chers et surtout ne permettent pas aux passionnés de nature de disposer de grands espaces à transformer en parcs et jardins. Aussi beaucoup de nobles s’orientent-ils vers l’achat et le lotissement de terrains mis en vente par les chanoines de Saint-Augustin, rue des Bouchers (Augustins). Le faubourg nord se peuple peu à peu grâce aux ventes commencées en 1773. La noblesse et la bourgeoisie édifient bientôt de beaux hôtels dotés de grands parcs28. Les familles d’Hérouville, de Longueville, de Bricqueville-Langalerie, Tillard des Acres, Le Tual du Manoir font édifier des maisons neuves. En 1736, le plan de Outhier présente une rue des Augustins dont le côté nord est bâti de modestes constructions des faubourgs. Il en subsiste encore quelques exemplaires vers l’entrée ouest de la voie au carrefour de la rue Cabourg. Frédéric Pluquet29 écrit, en évoquant ces faubourgs : « Ils étaient tristes et solitaires, les rues étroites et fangeuses ; un vaste herbage occupait tout un côté de la rue des Bouchers. » Après 1773, cet espace désert se peuple ; le côté septentrional est le premier loti, puis, rapidement, un long ruban de propriétés jointives s’étire du côté méridional de la rue, avec des maisons dont les jardins à l’arrière donnent sur l’extérieur des remparts. À la fin du XVIIIe, la rue est complètement bâtie. Les trois quarts des hôtels sont déclarés neufs sur les plans et appartiennent à la noblesse. Murs, façades, cours et porches remplacent les vertes prairies. Les immeubles bordent la voie sur 10 à 30 toises de façade et s’élèvent sur deux étages, sauf l’immeuble Tillard des Acres sur trois. Leurs décors sont sobres ; parfois les clefs des fenêtres bénéficient de bas-reliefs. Dans certains hôtels, des balcons doivent à des ferronniers, maîtres d’art, leurs magnifiques volutes : Tillard des Acres et Bricqueville-Langalerie.

  • 30 Il a laissé un essai intitulé « L’École des jardins », publié en 1764.

22Le faubourg sud bénéficie de quelques grandes bâtisses construites par des amateurs de jardins qui vont dessiner des parcs à l’anglaise, les planter d’espèces d’arbres rares dont certains subsistent jusqu’à nos jours. Ainsi, vers 1760, Raoul Adrien Fréard du Castel30 fait construire un grand hôtel éponyme, rue de la Cambette, aux lignes classiques sobres et régulières, orienté au midi. Cette propriété occupe un espace immense jusqu’au By-Pass actuel. Quant à l’hôtel d’Auxais (famille apparentée à Rogier du Vigney) qui lui fait face de ce côté, il s’étend également vers la rue Saint-Loup. Il a été construit, entre 1775 et 1777, pour Tillard des Acres qui l’a mis en location. Cet immeuble perpendiculaire à la rue présente sa façade au sud. Invisible de la rue, il est caché derrière ses hauts murs. Le faubourg sud était assez peuplé et les maisons de faubourg, les échoppes et les auberges s’alignaient jointives le long de la voie. C’est l’entrée de la ville pour les voitures qui viennent de Saint-Lô, secteur beaucoup plus animé que le faubourg nord. Ici, les constructions nobles ont pris les terrains agricoles, plus ou moins bons, car marécageux, rue de la Cambette, ou vacants, rue Saint-Loup, pour bâtir leurs propriétés et ont ainsi contribué à urbaniser de nouveaux espaces. À l’est, la famille Le Bègue de Germigny fait bâtir à la fin du siècle, en 1791, une grande propriété qui ouvre sur un ensemble de trois jardins en terrasses. Gabriel Moisson de Vaux lotit aussi un espace vacant, paroisse Saint-Vigoret, afin de disposer d’un grand parc.

23Ces demeures reflètent l’art de vivre d’un groupe social qui partage les mêmes idéaux, répondant aux préceptes d’hygiène et de confort préconisés par les traités d’architecture et le siècle des Lumières. Mais ici, point d’audace à la manière de Ledoux ou de Boullée, les lignes restent classiques et pures sans fioritures. L’hôtel de Tillard des Acres, loué par Mademoiselle d’Albignac est le seul, dans le quartier nord, à présenter une façade aux fenêtres décorées de clefs sculptées et aux balcons en ferronneries de qualité. L’intérieur de ces maisons bâties au XVIIIe propose des pièces plus petites, des plafonds moins hauts, dont les poutres et les solives sont dissimulées par du plâtre parfois stuqué de sculptures. Le salon de compagnie et les salles à manger apparaissent sur les plans, les cuisines, dépenses, réserves sont reléguées dans les caves à demi enterrées. Les chambres à alcôve communiquent avec une garde-robe ou un boudoir, parfois avec une pièce de bains, elles sont desservies par des corridors respectant l’intimité de chacun. Les chambres ne sont plus en enfilade. Certaines maisons, comme l’hôtel de Pierrepont, rue Franche, présentent des lieux à l’anglaise dissimulés dans les escaliers. Les espaces réservés aux domestiques sont distincts de ceux des maîtres et des enfants. Les cheminements à l’intérieur de la maison prévoient deux escaliers. Les fenêtres doivent se faire face pour permettre à l’air de circuler, elles sont garnies de volets intérieurs qui reprennent les motifs des boiseries et des trumeaux surmontant les portes. Les cheminées sont prévues dans toutes les pièces, les rez-de-chaussée sont surélevés par un perron de cinq à sept marches pour éviter l’humidité et les immeubles souvent orientés au midi, à partir de 1750. L’architecture de ces bâtisses provinciales reste assez classique ; les plans massés sont rares ; on privilégie le plan en U présentant un léger avant-corps encadré par deux ailes entre cour et jardin. Les étages sont délimités par des bandeaux en pierre, les fenêtres et les lucarnes disposées avec régularité de part et d’autre de l’avant-corps, les frontons triangulaires ou semi-circulaires le couronnent au niveau du toit.

*

  • 31 Christiane Huet, Espaces urbains et patrimoine bâti, clefs pour l’étude de la ville, Paris, La Man (...)
  • 32 Pierre Lelièvre, L’urbanisme et l’architecture à Nantes au XVIIIe siècle, Nantes, Durance, 1942.

24Dans la plupart des cités, les embellissements du XVIIIe modifient sensiblement la physionomie des quartiers, grâce à une nouvelle occupation de l’espace. Les particuliers achètent et lotissent des terrains. La noblesse se fait construire de vastes propriétés dans les faubourgs, devenus attractifs en raison de la taille des parcelles qui permet d’organiser des parcs arborés. Si les grandes villes31 ont évolué de manière significative32, il n’en est pas de même pour les cités plus modestes. Bayeux, Valognes ou Falaise n’ont subi que des remaniements partiels : on répare, on rénove, parfois on construit. Peu de grands desseins touchent les quartiers extra-muros ; on ne constate pas de grands bouleversements ; aucun quartier n’est créé ex nihilo, sauf ceux qui s’installent le long d’une voie, ainsi rue des Augustins (des Bouchers) à Bayeux. Les modifications urbaines portent donc sur des ensembles limités pour les particuliers. Quant aux réalisations d’édifices publics, elles répondent simplement aux besoins économiques de la cité.

25Mais, dans cette évolution urbaine, la noblesse a joué un rôle important en raison des constructions qu’elle a réalisées et du mouvement qu’elle a impulsé. En effet, chaque changement apporte sa pierre à l’édifice et peu à peu Bayeux prend l’aspect d’une ville plus rationnelle, aux artères larges bordées de maisons à la modénature semblable, dont l’architecture XVIIIe est parfois plaquée sur un bâti plus ancien. Les remparts ont complètement disparu de la vue, ont été plus ou moins intégrés dans les nouveaux bâtis ou démolis ; la rue des Bouchers, bordée de beaux hôtels de chaque côté, est devenue une grande artère, est-ouest, doublant la voie principale. Les traces de ces bâtis nobiliaires ont, plus généralement, profondément marqué les centres des villes petites et moyennes et leurs rues se ressemblent dans leur conception, alignant jointivement un ruban de bâtisses aux caractéristiques identiques. Nous retrouvons les mêmes principes d’organisation à Mortagne-au-Perche, à Valognes, à Coutances ou à Bayeux, même si les matériaux de construction diffèrent selon la région.

Figure 1. – Plan de Outhier (détail), 1736.

Figure 2. – Plan de Peschet, paroisse Saint-Sauveur en 1816.

Figure 3. – Plan routier de 1780.

Notes

1 Olwen H. Hufton, Bayeux in the late eighteen century, a social study, Oxford, Clarendon Press, 1967.

2 Jean-Louis Harouel, L’Embellissement des villes. L’urbanisme français au XVIIIe siècle, Paris, Picard, 1993.

3 Christiane Huet, Bayeux au siècle des Lumières. Embellissements, urbanisme et architecture au XVIIIe siècle, Paris, La Mandragore, 2001.

4 Jean-Pierre Bardet, Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les mutations d’un espace social, Paris, SEDES, 1983.

5 Sont du ressort de ce conseil supérieur : Alençon, Argentan, Avranches, Bayeux, Caen, Carentan, Coutances, Domfront, Exmes, Falaise, Montreuil, Mortain, Périers, Saint-Lô, Saint-Sauveur-Le-Vicomte, Valognes, Vire.

6 C.-I. Brelot, Noblesses et villes, 1780-1950, Actes du colloque de Tours, 17-19 mars 1994.

7 ADC, C 5308, le vingtième de 1751 à 1771, 83 feuillets pour Bayeux. Et ADC, C 5311, le vingtième pour 1782.

8 Biens loués, le plus souvent, sous forme de contrat emphytéotique.

9 ADC, C 4547, capitation pour 1787.

10 Adélaïde Solignac de La Mothe Fénelon, mariée à Bon-Louis de Campigny, officier aux gardes françaises.

11 Mohamed El Kordi, Bayeux aux XVIIe et XVIIIe siècles : contribution à l’histoire urbaine de la France, Paris, La Haye, Mouton, 1970, avec la collaboration du CRHQ (université de Caen/Basse-Normandie).

12 Lieutenant général des armées du roi. Il habite rue Saint-Sauveur.

13 ADC, C 5312, maisons à imposer en 1784.

14 Médiathèque de Bayeux, Ms. 338, Famille de Wimpfen.

15 Selon Edmond de Laheudrie (E. Le Tual de Laheudrie, Bayeux et le Bessin, Bayeux, Colas, 1945, p. 277), les sœurs Marie-Madeleine, Suzanne, Claude et Jeanne d’Estrevaux, bien que de bonne noblesse, n’ont pas trouvé de mari, car réputées pauvres. Elles habitent une petite maison dont elles sont propriétaires, paroisse Saint-Vigoret, rue Larcher. Jean-Jacques de Roucherolles, également pauvre, vit dans cette même rue. Nous connaissons d’autres nobles désargentés, ainsi Marie Hébert d’Orval, dont le petit-neveu qui a acheté le grand hôtel Saint-Jean a lui aussi une fortune médiocre. Augustin de Parceval vit modestement place Saint-Patrice, ainsi que le sieur Le Barbey d’Aulney, paroisse Saint-Jean. Jean-Charles de la Mare, seigneur de Longueville, qui s’est fait construire un superbe hôtel, rue des Augustins, est, cependant, criblé de dettes.

16 Pierre-Jean Lévi d’Albignac est lieutenant-colonel au régiment des dragons de la reine ; il est marié à Gabrielle de Bailleul, sœur de la baronne de Wimpfen, et habite rue Saint-Sauveur.

17 En 1774, à Bayeux, sur 1314 maisons recensées, 13 % relèvent de la grande propriété nobiliaire.

18 Le marquis de Bezons possède un château à Tracy, le sieur de Pontécoulant à Tour, le marquis de Faudoas à Castilly. Marie de Marguerie, veuve de Charles de Bricqueville, propriétaire du château d’Esquay, dispose d’un pied-à-terre, rue Franche. La famille Bricqueville-Langalerie, établie rue des Augustins, vit l’été au château de Guéron, la famille de Wimpfen, à Saint-Germain-de-la-Lieue.

19 Registre de l’hôtel de ville de Bayeux, DD 2, fos 23-35.

20 Outre le général de Wimpfen déjà cité, nous relevons les noms du M. de Broglie qui commande le secteur, celui du M. d’Harcourt, du marquis de la Rivière, du comte de Rochambeau, mais aussi des dames qui les accompagnent, la comtesse de Matignon, la princesse de Beauvau.

21 ADC, C 3508, Plan de la grande traverse.

22 Nesmond (mort en 1715), Paul d’Albert de Luynes (1729-1753), Rochechouart (1753-1771), Cheylus qui est chassé de Bayeux par la Révolution et quitte la ville en 1791.

23 Jean-Claude Perrot, Genèse d’une ville moderne, Caen au XVIIIe siècle, Paris, La Haye, Mouton, 1975.

24 ADC, C 1084. Voici ce qu’il écrit : « Environ deux cents arpents […] sont couverts de matériaux démolis encore sur le terrain dans un total abandon […] ne produisant rien au roi […] le sieur de Malherbe a l’honneur de supplier Mgr de lui faire accorder la propriété de l’emplacement du vieux château […]. » Et M. de Malherbe précise, afin de négocier au mieux le prix : « Il y a beaucoup de frais à faire au remblais de ce fossé et aux démolitions qui restent à faire, pour mettre en état de valoir quelque chose. » Il ajoute à propos de sa famille : « Qui dans tous les temps n’a cessé de donner à son roi des preuves de son zèle et de son attachement. »

25 ADC, C 1083, À propos des prix, nous relevons, en 1781, pour les terrains du château et du rempart, des évaluations variant de 5 livres la toise au niveau de la porte Arborée vers le faubourg méridional, à 40 livres rue du Pont-aux-Vaches au milieu de la grande traverse, mais 13 livres seulement vers le faubourg Saint-Patrice, soit une moyenne de trente livres pour les terrains proches de la rue principale.

26 P. Lauvrière, « Bayeux qui disparaît, les hôtels bayeusains », Société des sciences, arts et belles lettres, vol. 22, 1952, p. 25-35.

27 Bricqueville ou la Tour du Pin.

28 ADC, C 3509, plan de la rue des Bouchers.

29 Frédéric Pluquet, Essai historique sur la ville de Bayeux et son arrondissement, Caen, T. Chalopin, 1829, p. 110.

30 Il a laissé un essai intitulé « L’École des jardins », publié en 1764.

31 Christiane Huet, Espaces urbains et patrimoine bâti, clefs pour l’étude de la ville, Paris, La Mandragore, 2006.

32 Pierre Lelièvre, L’urbanisme et l’architecture à Nantes au XVIIIe siècle, Nantes, Durance, 1942.

Table des illustrations

Légende Figure 1. – Plan de Outhier (détail), 1736.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120258/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Figure 2. – Plan de Peschet, paroisse Saint-Sauveur en 1816.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120258/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Légende Figure 3. – Plan routier de 1780.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120258/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 519k

Auteur

Docteur en histoire, université de Caen Basse-Normandie, CRHQ – UMR CNRS 6583

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540