Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Les noblesses normandes

 | 
Alain Hugon
, 
Ariane Boltanski

Quatrième partie. Culture de la noblesse, noblesse de culture

Compères, commères : transmissions familiales et comportements sociaux au travers du parrainage des enfants de la noblesse bas-normande au XVIIIe siècle1

Étienne Lambert

Testo integrale

  • 1 Cette communication a été réalisée dans le cadre d’une thèse soutenue à l’université de Caen en no (...)

1Le sacrement du baptême, marque du salut du chrétien, est un acte religieux fondamental qui introduit le nouveau-né dans la communauté des baptisés. L’eau, l’huile et le sel lui confèrent cette dignité existentielle du chrétien présenté à Dieu et aux hommes. Mais bien qu’essentiellement religieux, il n’est pas que cela. Il représente aussi le moment de l’intégration officielle du nourrisson dans sa famille par le don du nom et des prénoms, reconnaissance familiale le rattachant à tout le poids symbolique et honorifique de ses aïeux, le désignant comme membre à part entière d’un lignage. Enfin le baptême est un acte social, car, l’état civil n’existant pas, c’est le baptême qui confère l’existence sociale en insérant légitimement le bébé dans la société humaine. Acte religieux, familial et social, le baptême est la première des trois grandes étapes de la vie chrétienne. La désignation d’un parrain et d’une marraine n’est donc pas anodine, elle est porteuse d’enjeux familiaux et sociaux. Ce choix des parents spirituels, un des éléments fondamentaux du baptême, est-il révélateur des comportements familiaux et sociaux de la noblesse bas-normande au XVIIIe siècle ? L’étude de 907 baptêmes d’enfants nobles nés dans les élections de Vire, Domfront, Argentan et Falaise a été menée à bien afin de répondre à ces interrogations.

Le baptême, un acte familial

Une famille relativement discrète

  • 2 Jean-Pierre Bardet, « Angelots, famille, patrie : parrains et marraines à Bouafles (Eure) au XVIII(...)

2Le baptême crée un système de parenté spirituelle d’une telle force que l’on peut comprendre qu’elle soit d’abord recherchée à l’intérieur du cercle familial. Le tableau no 1 montre la prégnance de ce choix familial, que ce soit pour le parrain ou la marraine, puisque cela représente à peu de chose près la moitié des baptêmes (52,92 % des marraines et 48,73 % des parrains). Toutefois si la famille reste un recours fréquent, on peut constater aussi qu’elle ne constitue qu’une moitié des parrainages. Cette recherche interne au cercle familial noble reste cependant nettement inférieure à la pratique de la population globale. Ainsi à Bouafles, dans l’Eure, durant la période 1720-1792, la famille représente à peu près 80 % des parrains et marraines2. Nous n’atteignons ce pourcentage que si l’on considère le parrainage à l’intérieur de la noblesse (72,99 % des parrains et 74,43 % des marraines). La famille, à l’aune de nos résultats, figure donc un choix important, mais loin d’être exclusif, des parents vis-à-vis de leur nourrisson.

Statuta

Parrain

 %

Marraine

 %

Famille noble

417

45,98

456

50,28

Noblesse hors famille

245

27,01

219

24,15

Sous-total noblesse

662

72,99

675

74,43

Famille roturière

25

2,75

24

2,64

Tiers état

220

24,26

208

22,93

Total

907

100

907

100

a. Le clergé ne figure pas dans ce tableau, car les parrains et marraines issus de cet ordre ont été ventilés selon leur appartenance initiale au tiers état ou à la noblesse.
Tableau 1. – Ventilation des parrains et marraines selon leur statut.

3Le baptême est ainsi un temps de consolidation du lien familial, en doublant la filiation génétique par une association spirituelle. Cette transmission familiale structure l’existence du lignage, puisque le baptême, à l’instar des mariages et des enterrements, provoque la réunion de la famille autour de cette nouvelle vie, porteuse de sa perpétuation.

La domination des aïeuls

  • 3 Vincent Gourdon, « Les grands-parents en France du XVIIe au début du XXe siècle », Histoire, écono (...)
  • 4 J.-P. Bardet, op. cit., p. 179.

4Cette pratique familiale, comme le montre le tableau no 2, lie le nourrisson aux générations qui l’ont précédé, chaînes inaltérables qui maintiennent la cohésion du lignage et de ses différentes branches par la transmission de la valeur et de l’honneur, mais qui aussi cimentent l’alliance des lignages paternels et maternels. Le parrain et la marraine sont ainsi pris dans la majorité des cas (54,7 %) dans la génération la plus ancienne, celle qui disparaîtra sous peu. À Vernon, dans l’Eure, il a été calculé qu’en moyenne les 2 631 enfants nés durant la période de 1760 à 1810 environ connaissaient, à leur naissance, 52,6 % de leurs grands-parents, avec des variations non négligeables (47,7 % pour le grand-père paternel et 58,3 % pour la grand-mère maternelle) et encore 10,4 % à l’âge de vingt ans, ce qui implique que les parents disposent d’un stock important de parrains et marraines issus de cette génération3. Le parrainage par les aïeuls constitue donc une pratique de survie symbolique d’une génération qui se perpétue via le nouveau-né en lui léguant ses prénoms et en lui donnant une identité. Là encore, le comportement de la noblesse se distingue de la population globale étudiée à Bouafles, où la génération 3 ne représente que 11 % des parrains et 6 % des marraines4, alors que la génération 2 fournit 48 % des parrains et 54 % des marraines et la génération 1, elle, 41 % des parrains et 40 % des marraines.

Positionnementa

Parrain

 %

Marraine

 %

Génération 1

37

8,92

47

10,04

Génération 2

152

36,62

165

35,26

Génération 3

226

54,46

256

54,7

Total générations

415

100

468

100

a. Le positionnement générationnel est le suivant : la génération 1 est celle du nouveau-né et englobe ses frères, sœurs, cousins et cousines, la génération 2 est celle de ses oncles et tantes et la génération 3 celle des grands-pères, grands-mères, grands-oncles et grands-tantes.
Tableau 2. – Positionnement générationnel des parrains et marraines.

5Ce système de corsetage générationnel du lignage, maintenant sa cohésion interne, est particulièrement clair dans le cas de celui des Dufour, présents dans la région d’Argentan. Sur 32 parrains et marraines référencés, 23 appartiennent au lignage, ces derniers se ventilant de la manière suivante : 2 pour la génération 1 (8,69 %), 6 pour la génération 2 (26,09 %) et enfin 15 pour la génération 3 (65,22 %).

  • 5 Archives départementales de l’Orne (ADO), 3 E2 145/3.
  • 6 ADO, 3 E2-006/4.

6La génération des oncles et tantes du bébé n’est responsable, elle, que d’un gros tiers des parrainages (36,62 % pour les parrains et 35,26 % pour les marraines). Les parents du bébé n’utilisent ce réservoir qu’après avoir épuisé celui des grands-pères, grands-mères, grands-oncles et grands-tantes. Enfin, très peu de parrains et marraines sont issus de la génération même du nourrisson, en tant que frères, sœurs, cousins ou cousines de cet enfant. Cette pratique est relativement marginale, autour de 9 %, et ne concerne qu’une infime minorité de famille, 25 couples sur les 375 étudiés, soit 6,66 %. Ce sont parfois des couples nouvellement installés dans la région, dont la famille est loin et le réseau amical n’est pas constitué. C’est le cas du couple formé par Louis de Sabatier de Folleirol, receveur général des aides à Domfront, et de sa femme Michelle-Françoise-Élisabeth Le Brun. Leurs deux filles nées à Domfront sont parrainées par les autres enfants du couple : Marie-Louise, née le 9 novembre 1761, a pour parrain Jacques-Louis-César et pour marraine Marie-Thérèse, et Marie-Victoire-Élisabeth, née le 4 août 1763, a pour parrain Louis-Robert et pour marraine Marie-Élisabeth5. Ce sont souvent, de même, des cas isolés dans la masse des baptêmes familiaux. Ainsi sur les 16 baptêmes dépouillés pour le lignage des Dufour, un seul concerne cette génération : il s’agit de Rose-Élisabeth-Dominique Le Coefferel de Trémont, née le 30 août 1729 à Argentan, dont le parrain est Nicolas-François-Dominique Dufour de Cuy, son cousin issu de germain et la marraine est Julie-Élizabeth de Tirmois de Prétot, sa cousine germaine6.

7La prégnance de la génération la plus ancienne dans la transmission de la symbolique lignagère est incontestable, mais se fait-elle sur un pied d’égalité entre les différents membres de cette génération ?

Génération 3

Garçon

Fille

Total

 %

Grand-père

93

86

179

37,13

Grand-mère

100

71

171

35,48

Grand-oncle

30

17

47

9,75

Grand-tante

49

36

85

17,64

Total

272

210

482

100

Tableau 3. – Ventilation de la génération 3 selon la parenté avec l’enfant.

8Le tableau no 3 montre, sans surprise, que ce sont les grands-parents qui sont choisis de manière préférentielle pour parrainer le nouveau-né (72,61 % des cas). Il s’agit, pour les parents, de continuer et affirmer la filiation biologique du bébé, l’insérer dans l’histoire familiale mais aussi de rendre hommage à leurs propres géniteurs et finalement de leur rendre de manière symbolique une partie de ce qu’on leur doit, la vie. Les grands-oncles et tantes fournissent une position de repli lorsque certains grands-parents sont déjà décédés. On voit tout de même que les grands-tantes sont deux fois plus fréquemment appelées à devenir marraines que les grands-oncles à devenir parrain. Peut-être est-ce dû au plus grand nombre de survivantes de cette génération ?

9Les grands-parents dominent le parrainage dans cette génération, mais peut-on mettre en évidence une structuration particulière de ce dernier ? La question se posait de savoir si une branche du lignage était préférentiellement choisie. Aussi lors du dépouillement des baptêmes a-t-il été pris en compte l’appartenance des grands-parents à la branche maternelle ou paternelle.

Tableau 4. – Ventilation des grands-mères marraines selon leur branche.

Tableau 5. – Ventilation des grands-pères parrains selon leur branche.

  • 7 Stéphane Minvieille, « La place du parrain et de la marraine dans la vie de leur filleul(e). L’exe (...)

10Les tableaux nos 4 et 5 montrent de manière concluante qu’on ne donne pas le rôle de parrain et marraine au hasard. Le choix est déterminé par la branche à laquelle appartient le grand-parent. Le rôle de la marraine échoit à la grand-mère maternelle tandis celui de parrain revient au grand-père paternel. On renforce ainsi la symbolique de la transmission en rattachant l’enfant à la mère de sa mère et au père de son père. Ce n’est que lorsqu’il n’y a pas de grand-père paternel ou de grand-mère maternelle que l’on recrute son homologue de l’autre branche, ou bien lorsqu’un enfant précédent a déjà satisfait à cette exigence. En effet, les aînés sont très fréquemment portés sur les fonds baptismaux par leurs grands-parents. Cette situation de premier-né, porteur des espoirs du lignage, engendre une attention soutenue de la génération 3, et particulièrement de ses grands-parents. Sur 110 aînés répertoriés, le parrain est dans 80 % des cas le grand-père et 11,8 % un grand-oncle, et la marraine est à 60 % la grand-mère et 15,5 % une grand-tante. Ainsi, cette génération constitue 91,8 % des parrains et 75,5 % des marraines, alors qu’elle ne représente que 54,7 % des parrainages familiaux en général. À Bordeaux, dans une étude portant sur 18 familles des élites bordelaises ayant eu des enfants dans les années 1780, la génération 3 constitue la première source (66,17 %) des parrains et marraines des deux premiers enfants7.

11Cette sur-représentation dans le cas des aînés montre l’enjeu symbolique que constitue ce parrainage particulier. Associés spirituellement avec leur descendant, ils affirment ainsi leur prééminence dans la constitution de cette nouvelle cellule familiale, résultante de leur volonté d’alliance entre leurs deux lignages.

12Cependant, le tableau no 1 montre que les couples mixtes noble-roturière recourent très faiblement au lignage roturier pour parrainer leurs enfants (2,7 %). Pourtant les enfants issus de ces couples socialement mixtes sont nombreux (183 sur un total de 907, soit 20,17 %). La partie roturière de la famille est donc écartée, exceptés les grands parents qui sont quasiment les seuls à être retenus (22 grands-pères sur les 25 parrains et 21 grands-mères sur les 24 marraines). Dans le cas de ces enfants, c’est le lignage noble et les réseaux nobles des parents qui sont massivement utilisés (75,9 % des cas), suivis par le lignage roturier (13,7 % des cas) et enfin par le tiers état (10,4 % des cas).

  • 8 Laurent Bourquin, La noblesse dans la France moderne (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, Belin, 2002, p. (...)

13Le baptême constitue donc un événement de premier ordre pour un couple noble. Le cercle familial s’élargit et une nouvelle génération apparaît, assurant la pérennité du lignage, préoccupation dominante de la noblesse8. Il n’est donc pas étonnant que la majorité des parrains et marraines soient recrutés dans le groupe familial, majoritairement dans la génération la plus ancienne, car la dimension de transmission générationnelle de l’honneur familial est bien présente au travers de cet acte religieux. Ce sont les grands-parents qui bénéficient de la préférence, la branche à laquelle ils appartiennent étant un facteur discriminant, le nourrisson ayant comme parrain son grand-père paternel et marraine sa grand-mère maternelle, grands-oncles et grands-tantes intervenant comme choix de moindre importance. Oncles et tantes parachèvent ce corsetage générationnel qui, en unissant spirituellement des individus, consolide les lignages et les enchaîne les uns aux autres. Ainsi le baptême constitue un moyen de renforcer les liens familiaux, entre individus et entre générations, et d’affirmer la solidarité du lignage.

Le baptême, un acte social

Constitution et renforcement de réseaux sociaux horizontaux au sein de la noblesse

  • 9 On retrouve cette préoccupation dans les livres de raison foréziens, cf. Gérard Vallet, « Pratique (...)

14Le tableau no 1 montre que même si la famille est un recours important dans le recrutement du parrain et de la marraine, elle est loin d’être hégémonique. On trouve au deuxième rang la noblesse qui n’appartient pas à la famille (27,01 % des parrains et 24,15 % des marraines) et en troisième lieu, juste derrière, apparaît le tiers état (24,26 % des parrains et 22,93 % des marraines). Il existe donc une autre logique que la transmission générationnelle du lignage à l’œuvre au travers de ces baptêmes. La constitution de réseaux sociaux est, en effet, le deuxième axe fort révélé par l’examen des parrainages. Confier cette responsabilité à quelqu’un n’appartenant pas au cercle familial montre l’estime et le respect dans lequel on le tient, c’est donc une marque forte d’honorabilité. Le baptême d’un enfant est ainsi une occasion de renforcer les liens de bon voisinage, d’affirmer et d’élargir le champ d’influence de la famille, mais aussi un moyen de consolider les réseaux professionnels des parents9. Lorsqu’ils ne choisissent pas un membre de leur famille, les parents restent attachés en majorité au choix d’un parrain ou d’une marraine appartenant à leur ordre.

Statut

Parrain

Marraine

Total

 %

Voisins

208

204

412

88,79

Religieux

16

0

16

3,45

Prestige

21

15

36

7,76

Total

245

219

464

100

Tableau 6. – Ventilation des parrains et marraines nobles hors famille selon leur statut.

  • 10 ADO, 3 E2-006/8.
  • 11 Archives départementales du Calvados (ADC), 4 E 8767.
  • 12 ADO, 3 E2-006/3.

15Le tableau no 6 révèle que, lorsque les parents du bébé cherchent un noble hors du lignage, ils choisissent à une écrasante majorité un parrain et une marraine dans leur proximité immédiate. En effet, à 88,79 %, ces parrains et marraines vivent dans la paroisse de résidence de leurs filleuls ou bien dans des paroisses avoisinantes. La jeune Marie-Charlotte de Caulincourt, fille de Louis-Armand de Caulincourt et de Marie-Louise-Françoise-Charlotte Philippe du Moncel, née à Argentan le 30 mars 1767, a pour parrain Charles du Bois de Belhôtel, d’Argentan, et pour marraine Marie-Charlotte-Henriette de Bardoul, de Fel10. Dans une société noble où la sociabilité s’exprime par de fréquentes visites chez les uns et les autres, l’existence d’un lien entre un filleul et ses parrain et marraine justifie de manière éprouvée la mise en place d’échanges réciproques, établit des ponts entre différents lignages vivant à proximité, ce qui peut déboucher sur des alliances futures. C’est dans ce cadre que peut s’inscrire le développement d’amitiés approfondies et consacrées par le parrainage. Ce cercle de sociabilité et de voisinage est horizontal, il se développe entre égaux. Un autre axe de formation de réseaux s’établit à partir de l’entourage professionnel du père, le baptisé permettant la cristallisation du réseau en rajoutant une dimension d’obligation spirituelle aux relations constituées par cet état. Ainsi Charles-François de Cheux, fils de Jean-Baptiste-François de Cheux, avocat au bailliage de Vire, et de Marie-Françoise Sonnet, né le 15 novembre 1737 à Vire, est parrainé par Charles du Hamel de Boisradier, ancien avocat du roi au bailliage de Vire11. De même, Marie-Claude-Angélique Le Coefferel de Trémont, fille de Claude Le Coefferel de Trémont, lieutenant général au bailliage d’Argentan, et de Françoise-Catherine-Renée Dufour de Bellegarde, née le 22 mai 1720 à Argentan, a pour marraine Marie-Catherine Le Couteux, épouse de Guillaume de Vigneral de Sevray, conseiller au parlement de Rouen12.

Un outil de promotion du lignage

  • 13 ADC, 4 E 3002.
  • 14 ADO, 3 E2-006/7.
  • 15 ADC, 4 E 2992.
  • 16 François Bluche, Les magistrats du parlement de Paris au XVIIIe siècle (1715-1771), Paris, Les Bel (...)
  • 17 ADO, 3 E2-006/6.
  • 18 Michel Antoine, Louis XV, Paris, Fayard, 1989, p. 396.
  • 19 ADO, 3 E2-006/6.
  • 20 ADO, 3 E2-006/8.

16Cependant, on constate parfois que le baptême entre dans une stratégie de patronage et de fidélité où le noble le plus puissant honore de son parrainage l’enfant de son protégé, qui voit ainsi sa valeur et celle de son lignage rehaussées par cette manifestation d’amitié d’un puissant personnage. Ce parrainage de prestige concerne 36 cas sur 464, soit 7,76 % des baptêmes où la noblesse hors famille joue un rôle. Plus la distance hiérarchique est grande entre le sollicitant, père de l’enfant, et le futur parrain, plus la faveur semble grande, voire inouïe, et la grâce descendue de Versailles rejaillit sur la famille exaucée. Ainsi Louis-Aignan de Bras de Fer, simple capitaine d’infanterie, peut obtenir pour sa fille Marie-Hélène, née le 27 janvier 1788 à Falaise, un parrain des plus prestigieux pour un militaire, puisqu’il s’agit d’Henry-Charles de Thiard de Bissy, lieutenant général des armées du roi, gouverneur de Brest, commandant en chef en Bretagne, premier écuyer du duc d’Orléans13 ! Claude-Antoine Le Couturier de Saint Cierge, receveur des tailles de l’élection d’Argentan, présente au baptême son fils Pierre-Henry, né à Argentan le 28 juillet 1761, avec comme parrain Pierre Thiroux de Monregard, comte de Médavy et intendant général des postes du royaume14. Pour notre noblesse locale, tous les moyens sont bons afin d’intéresser un membre de la haute noblesse française, voire de la Cour versaillaise, à l’âme de leurs rejetons. Michel-Robert Le Courtois, récemment anobli par sa charge de notaire secrétaire du roi, profite de la parenté éloignée de sa femme Marie-Françoise Turgot de Cauvigny afin de justifier que sa fille Micheline-Françoise-Jacqueline, née le 12 mai 1739 à Falaise15, soit parrainée par Michel-Étienne Turgot de Brucourt, conseiller d’État et prévôt des marchands de Paris16. Ce type de parrainage peut marquer l’intégration du père de l’enfant dans la clientèle d’un puissant personnage et favoriser ainsi sa carrière. C’est le cas de Joseph-Nicolas des Brosses, époux de Marie-Jeanne-Catherine Cureau, d’Argentan, qui fait partie de l’orbite des marquis et comte de Maillebois, membres distingués de la noblesse de Cour versaillaise. Lorsque le 08 octobre 175017 son premier enfant, Jean-Baptiste-Emmanuel-Nicolas, naît à Argentan, il n’est que lieutenant-colonel du régiment de Belfonds cavalerie, grade intéressant certes mais qui souvent est le point d’orgue de la carrière d’un militaire issu de la moyenne noblesse provinciale. Toutefois, le parrain de cet enfant n’est autre que Jean-Baptiste-François Desmaretz, marquis de Maillebois, Maréchal de France, Grand d’Espagne, maître de la garde-robe du roi, lieutenant général du Languedoc et gouverneur de Douai18. Cette reconnaissance de l’intérêt que la famille de Maillebois porte à Joseph-Nicolas des Brosses se poursuit avec le deuxième enfant, Marie-Yves, né le 19 février 1752 à Argentan, dont le parrain est alors Yves-Marie-Jean-Baptiste Desmaretz, comte de Maillebois, lieutenant général des armées du roi et maître de la garde-robe du roi19. Les effets ne se font pas attendre, puisque, lorsque Armande des Brosses naît le 21 février 1765 à Argentan, son parrain est toujours Yves-Marie-Jean-Baptiste Desmaretz, comte de Maillebois20, mais entre-temps Joseph-Nicolas des Brosses a été promu d’abord au grade de colonel, puis au grade de brigadier des armées du roi, ce qui le met dans les rangs des officiers généraux. Le parrainage peut donc être un indice et un moteur d’ascension pour tout un lignage, car le favorisé, une fois atteints certains sommets, peut lui-même être source de promotion pour les autres membres du lignage. Un parrainage prestigieux peut faire toute la différence, pour un noble provincial, entre une carrière militaire et une très belle carrière militaire. Cette accumulation de signes d’honneur permet alors au lignage de se valoriser vis-à-vis des autres.

Création et consolidation de réseaux sociaux intégrant le tiers état

17Toutefois, le couple noble peut être lui-même source d’honneur et de dignité en confiant la compaternité de son enfant à un membre du tiers état. Du point de vue du parrain ou de la marraine, être choisi pour ce rôle l’intègre dans le cercle domestique et amical des parents de l’enfant, symbole de distinction et d’honorabilité.

  • 21 ADO, 3 E2-006/4.
  • 22 ADO, 3 E2-006/8.

18Il est clair, au vu du tableau no 7, que le premier critère d’élection d’un parrain ou d’une marraine issu du tiers état est la proximité, à l’instar de la noblesse hors famille. En sortant de l’ordre, le couple prend des individus dans son environnement immédiat, habitants de leur rue, de leur quartier ou, à la campagne, des hameaux des environs. La différence sensible entre parrain et marraine s’explique par le fait que les hommes peuvent être ventilés beaucoup plus fréquemment selon leur profession, car ils sont sensibles à l’insertion de leur métier, qui fonde leur dignité, dans l’acte. Les femmes ne voient leur statut précisé que lorsqu’elles sont pauvres, domestiques ou bien « femme de ». On constate que les parrains sont le plus souvent issus des strates supérieures de la bourgeoisie locale, en premier lieu le monde des juristes où la noblesse est fortement présente. Cette prégnance du monde de la justice dans la compaternité des enfants de la noblesse montre que la constitution des réseaux professionnels entraîne l’intégration dans ces réseaux de nobles et de non-nobles ayant comme point commun leur appartenance à la sphère judiciaire. Ainsi Jacqueline-Louise-Marie-Françoise Guyon de la Fresnaye, fille de Roland-Jérôme Guyon de la Fresnaye, avocat à Argentan, née le 27 juillet 1732, se voit attribuer Jacques Lemière, élu de l’élection d’Argentan, comme parrain21. Sieurs et marchands forment un autre pôle caractérisé par une certaine aisance financière, la réussite leur permettant de se faire considérer comme suffisamment honorables pour être choisis comme parrain ou marraine. Jean Hélard, marchand d’Argentan, tient donc Antoine-Clair de Droullin de Tanques, fils de Charles-Antoine de Droullin de Tanques et Marie-Claire-Victoire Le Coifferel, sur les fonts baptismaux d’Argentan le 3 juillet 177022.

Statut

Parrain

Marraine

Total

 %

Voisina

39

112

151

35,28

Pauvreb

47

50

97

22,66

Domestique

26

25

51

11,92

Juriste

31

5

36

8,41

Religieux

24

0

24

5,61

« Sieurc »

16

1

17

3,97

Marchand

9

4

13

3,04

Receveur

3

1

4

0,94

Militaire

2

1

3

0,7

Artisan

2

0

2

0,47

Médecin

1

0

1

0,23

Sage-Femme

0

1

1

0,23

Poste

1

0

1

0,23

Bedeau

1

0

1

0,23

Indéterminéd

18

8

26

6,08

Total

220

208

428

100

a. Il a été comptabilisé comme « voisin » le parrain dont nous ne connaissons pas le métier, la marraine dont nous ne connaissons pas le métier du mari et que le prêtre rédigeant l’acte a déclaré être « de cette paroisse ».
b. Nous avons mis dans la catégorie des « pauvre » uniquement les parrains et marraines indiqués comme « pauvre » sur l’acte de baptême, en incluant deux « pauvre journalier ».
c. Nous n’avons trouvé aucun laboureur parmi les parrains et marraines, mais nous suspectons fortement ces « sieurs » d’être des laboureurs aisés, sans preuve absolue.
d. Les indéterminés sont ceux dont nous ne connaissons ni le métier ni le lieu de résidence.
Tableau 7. – Ventilation des parrains et marraines du tiers état selon leur statut.

Le clerc, un parrain logique

19La décision de recourir à des religieux peut sembler normale ; en effet, ils sont les mieux placés pour remplir leurs obligations spirituelles. Cependant les membres du clergé issus du tiers état ne sont pas les plus fréquemment requis pour assumer cette compaternité.

Religieux

Parrain

Marraine

Total

 %

Tiers état

24

0

24

32

Famille

34

1

35

46,7

Noblesse hors famille

16

0

16

21,3

Total

74

1

75

100

Tableau 8. – Ventilation des membres du clergé selon leur origine.

  • 23 ADO, AC 145/3.

20On peut d’ores et déjà voir que les membres du clergé ne sont recrutés que comme parrain puisqu’il n’y a qu’une seule marraine issue de cet ordre, Geneviève de la Roque, abbesse de l’abbaye royale de la Blanche, qui est choisie pour le baptême de son petit-neveu Jean-Baptiste-Geneviève de la Roque, né à Domfront le 15 décembre 172723. Ces parrains sont majoritairement issus de la noblesse et essentiellement de la famille. Les quelques religieux originaires du tiers état sont tous curés, c’est donc leur fonction qui a motivé la décision des parents. Quelle est la position de tous ces membres du clergé dans la hiérarchie ecclésiastique ?

Statut

Nombre

 %

Clerc

3

4

Diacre

3

4

Prêtre

11

14,7

Curé

53

70,7

Abbé

4

5,3

Évêque

1

1,3

Total

75

100

Tableau 9. – Répartition des membres du clergé selon leur niveau hiérarchique.

  • 24 Ibid.
  • 25 ADO, 3 E2-295/2.

21On constate tout de suite que les ordres mineurs sont délaissés, les six personnes concernées étant toutes membres de la famille du baptisé et choisies à ce titre. L’écrasante majorité des parrains est curé, au minimum prêtre, ce qui correspond à ce qu’on peut espérer de mieux si on est issu de la noblesse provinciale. Le sommet de la hiérarchie n’est atteint que par 6,6 % des membres connus. Les quatre abbés et abbesse dirigent des abbayes locales, comme Armand de Cotte, abbé de Lonlay-l’Abbaye, parrain de César-Armand Racine, fils de François-Claude Racine, le 8 juillet 1722 à Domfront24. Le seul évêque trouvé est Armand Bazin de Bezons, évêque de Carcassonne, parrain d’Armande-Jeanne-Suzanne de Faulcon, née à La Motte-Fouquet le 9 février 1775, fille de Jean-David de Faulcon et d’Armande-Marie-Gabrielle Bazin de Bezons25, petite-nièce de l’évêque.

La domesticité, une proximité affective

  • 26 ADC, 4 E 8502.
  • 27 ADO, 3 E2-006/8.

22À l’instar des voisins, le contact quotidien est à l’œuvre quant au choix des domestiques comme parrain ou marraine. Mais ne font-ils pas aussi partie de la Maison noble au sens large ? La dimension affective n’est pas à ignorer, des liens d’amitié profonds pouvant se nouer entre deux êtres vivant sous le même toit depuis longtemps. Ainsi le recours aux domestiques n’est-il pas un choix par défaut, mais bien souvent une affirmation de la bonne entente entre maîtres et serviteurs, qui se connaissent parfois depuis l’enfance. Les domestiques constituent donc le troisième réservoir important (11,92 %) de parrains et marraines issus du tiers état. À chaque fois que les parents décident de confier cette responsabilité à leurs domestiques, le parrain et la marraine sont dans ce cas tous les deux domestiques, on n’accole pas un parrain noble et une marraine domestique ou l’inverse. Jacqueline-Rosalie Le Forestier d’Osseville, fille d’Alexandre Le Forestier d’Osseville, ingénieur du roi en chef, et de Jeanne-Gabrielle-Antoinette de Beaurepaire, née le 4 septembre 1744 à Vendeuvre, a pour parrain Jacques Louard, cocher de son père, et pour marraine Charlotte Lemarchand, femme de chambre de sa mère26. Cette relation maître-serviteur peut être si forte qu’elle est capable de supplanter la relation au lignage et ce dans n’importe quel niveau de noblesse. Le parfait exemple en est constitué par Nicolas-François-Camille-Dominique d’Orglandes. Celui-ci naît à Argentan le 10 février 1767, fils unique et posthume du comte de Briouze, unique héritier du comté de Briouze, son père et son grand-père paternel étant morts l’année précédente. On aurait pu s’attendre à ce que les nombreux membres survivants du lignage d’Orglandes, grands-oncles et grands-tantes, soient sélectionnés pour se voir confier le rôle de parrain et marraine de l’enfant, mais ce sont Charles Aumont, domestique, et Françoise-Catherine Basset, femme de chambre de sa mère Marguerite-Étienne-Françoise-Louise Dufour de Cuy, à qui sont confiés ces rôles27. Le fait qu’autant de domestiques soient choisis pour exercer cette fonction autorise à penser que la notion de Maison noble élargie reste encore très vivace dans les milieux nobles bas-normands au XVIIIe siècle.

Le phénomène du baptême mystique au XVIIIe siècle

  • 28 Michel Nassiet, Noblesse et Pauvreté, la petite noblesse en Bretagne XVe-XVIIIe siècle, Rennes, So (...)
  • 29 S. Minvielle, « La place du parrain et de la marraine dans la vie de leur filleul(e). L’exemple de (...)
  • 30 Jean Nicolas, La Savoie au XVIIIe siècle. Noblesse et bourgeoisie, Montmélian, La Fontaine de Silo (...)

23Plus complexe est le recours, tout au long du XVIIIe siècle, aux roturiers pauvres (22,66 % des cas du tiers état). Phénomène non négligeable, puisqu’il concerne 5,18 % des parrains et 5,51 % des marraines, il ne s’agit pas, comme en Bretagne, d’une manifestation réservée à la plèbe nobiliaire rurale28, car l’on trouve parmi les familles utilisant ce procédé celles de Pierre-René Marie du Rocher, lieutenant général du bailliage de Domfront, de Jean-François Pottier du Fougeray ou bien de Charles-Augustin Viel de la Graverie, gendarmes de la garde du roi, mais aussi celle de Jean-Hervé de la Mariouze, baron de Mombray et chevau-léger de la garde du roi. La quasi-totalité (90 %) des nobles prenant des pauvres comme parrain et marraine sont bien installés dans la vie, ont un métier (un tiers sont des militaires, officiers de surcroît, 20 % sont magistrats) ou bien (23 %) sont rentiers du sol sans difficultés particulières avec un revenu moyen de 2 000 à 3 000 livres, certains sont même seigneurs de paroisse. De plus c’est un phénomène essentiellement urbain, ne concernant que les deux villes de Vire et Domfront et leurs hôpitaux généraux (79 % des cas). À Bordeaux, une étude portant sur les élites (nobles, marchands, négociants, juristes, médecins) de la paroisse Saint André repère aussi au XVIIIe siècle ce parrainage des pauvres, mais à un degré moindre (46 sur 2 358 baptêmes, soit 1,95 %)29, ce type de parrainage ayant de plus disparu entièrement dans la décennie 1780, alors que pour notre part on le retrouve toujours à la fin du XVIIIe siècle (4 cas dans la décennie 1780). L’interprétation de ce phénomène de baptême mystique30 est donc délicate. Peut-être est-ce l’émanation d’une survivance locale de la piété tridentine de la noblesse, le recours aux pauvres manifestant une humilité christique ou bien l’espérance d’une protection symbolique. L’absence de livres de raison ou de lettres expliquant ce choix particulier nous contraint à l’ignorance sur ce point.

24Toutefois deux cas de familles nobles recourant aux pauvres pour le parrainage de leurs enfants expriment une autre réalité : le déclassement et l’isolement social. Il s’agit des couples formés par Jacques de Cussy et Hélène Piel, résidant à Favières, et Pierre de Mannoury de Valingoux et Marie-Anne Le Prévost, habitant à Heurtevent. Dans les deux cas, les deux nobles ont épousé leur servante. Cette union, très déséquilibrée socialement, est sanctionnée par l’entourage familial et social. Les deux couples sont coupés du reste de la société noble et ne peuvent prétendre obtenir un parrainage de qualité pour leurs enfants, d’où le recours aux pauvres du voisinage.

25En dehors de ce monde de la pauvreté exemplarisée, la noblesse n’utilise qu’accidentellement les services des couches les plus basses du tiers état. Ainsi il n’y a que deux artisans recensés et pour l’un d’eux sa situation de parrain résulte d’un événement exceptionnel. En effet, Catherine-Françoise de Mailloc, épouse de Jean de Vauquelin de Bois Roger, domiciliée à Croisilles, accouche prématurément de son fils François-Pierre le 21 janvier 1746 lors d’un séjour avec son mari dans la ville d’Argentan. Pris par surprise, le couple fait feu de tout bois et s’adresse à Jean Delaunay, tailleur d’habits, pour faire office de parrain.

*

26Compaternité et commaternité sont l’enjeu et la résultante de différentes tendances au sein de la noblesse. Tout d’abord, la pérennité du lignage, sa cohésion et solidarité internes, exigent que la famille soit la première source de parrains et marraines (48,73 % et 52,92 %), essentiellement dans la génération la plus ancienne (54,7 %) qui est concentrée sur les premiers nés (91,8 % des parrains et 74,4 % des marraines). Lorsqu’on sort du cadre familial, la noblesse investit alors les membres de ses réseaux sociaux, amicaux et professionnels, en vue de les consolider. Elle reste toutefois à l’intérieur de l’ordre et dans une grande proximité spatiale. Le recours à des parrains issus du clergé ne déroge pas à cette tendance. Les parrainages de prestige, très minoritaires, s’inscrivent eux dans une stratégie de clientélisme à vocation carriériste, souvent efficace.

27Le tiers état n’intervient qu’en troisième choix mais à un niveau important (24,26 % des parrains et 22,93 % des parrains), en trois axes relevant du contact quotidien avec ces individus : le voisinage et la domesticité d’un côté, les réseaux professionnels où s’insère la bourgeoisie locale de l’autre, et enfin le monde de la pauvreté dont la noblesse a une approche mystique.

28La noblesse des élections de Vire, Domfront, Argentan et Falaise est ainsi assez originale dans ses choix. Elle se distingue, dans la sélection des parrains et marraines, de la population globale étudiée à Bouafles, par un moindre recours à la famille (50 % contre 80 %) et, à l’intérieur de ce choix familial, en sélectionnant d’abord les aïeuls (54,7 %) alors qu’ils ne représentent qu’une option très minoritaire (moins de 12 %) dans la population.

29Pour notre noblesse locale, le baptême répond donc à deux exigences à peu près égales : renforcer les liens générationnels du lignage, mais aussi conforter, voire constituer, son réseau social local.

Note

1 Cette communication a été réalisée dans le cadre d’une thèse soutenue à l’université de Caen en novembre 2010, sous la direction d’André Zysberg et ayant pour titre : « Nobles du Bocage, nobles de la Plaine : étude sociale de la noblesse des élections de Vire, Domfront, Argentan et Falaise au XVIIIe siècle. »

2 Jean-Pierre Bardet, « Angelots, famille, patrie : parrains et marraines à Bouafles (Eure) au XVIIIe siècle », Guido Alfani, Philippe Castagnetti, Vincent Gourdon (dir.), Baptiser, pratique sacramentelle, pratique sociale (XVIe-XXe siècles), Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2009, p. 167-184, p. 177.

3 Vincent Gourdon, « Les grands-parents en France du XVIIe au début du XXe siècle », Histoire, économie et société, 1999, 18e année, no 3, p. 511-525 (p. 515).

4 J.-P. Bardet, op. cit., p. 179.

5 Archives départementales de l’Orne (ADO), 3 E2 145/3.

6 ADO, 3 E2-006/4.

7 Stéphane Minvieille, « La place du parrain et de la marraine dans la vie de leur filleul(e). L’exemple des élites bordelaises du XVIIIe siècle », G. Alfani, P. Castagnetti, V. Gourdon (dir.), op. cit., p. 243-260 (p. 250).

8 Laurent Bourquin, La noblesse dans la France moderne (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, Belin, 2002, p. 95.

9 On retrouve cette préoccupation dans les livres de raison foréziens, cf. Gérard Vallet, « Pratiques du baptême en Forez d’après les livres de raison (XVIe-XVIIIe siècles) », G. Alfani, P. Castagnetti, V. Gourdon (dir.), op. cit., p. 185-202 (p. 191).

10 ADO, 3 E2-006/8.

11 Archives départementales du Calvados (ADC), 4 E 8767.

12 ADO, 3 E2-006/3.

13 ADC, 4 E 3002.

14 ADO, 3 E2-006/7.

15 ADC, 4 E 2992.

16 François Bluche, Les magistrats du parlement de Paris au XVIIIe siècle (1715-1771), Paris, Les Belles Lettres, 1960, p. 274.

17 ADO, 3 E2-006/6.

18 Michel Antoine, Louis XV, Paris, Fayard, 1989, p. 396.

19 ADO, 3 E2-006/6.

20 ADO, 3 E2-006/8.

21 ADO, 3 E2-006/4.

22 ADO, 3 E2-006/8.

23 ADO, AC 145/3.

24 Ibid.

25 ADO, 3 E2-295/2.

26 ADC, 4 E 8502.

27 ADO, 3 E2-006/8.

28 Michel Nassiet, Noblesse et Pauvreté, la petite noblesse en Bretagne XVe-XVIIIe siècle, Rennes, Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1993, p. 304.

29 S. Minvielle, « La place du parrain et de la marraine dans la vie de leur filleul(e). L’exemple des élites bordelaises du XVIIIe siècle », art. cité, p. 247.

30 Jean Nicolas, La Savoie au XVIIIe siècle. Noblesse et bourgeoisie, Montmélian, La Fontaine de Siloé, 2003, p. 422.

Indice delle illustrazioni

Legenda Tableau 4. – Ventilation des grands-mères marraines selon leur branche.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120249/img-1.jpg
File image/jpeg, 42k
Legenda Tableau 5. – Ventilation des grands-pères parrains selon leur branche.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120249/img-2.jpg
File image/jpeg, 48k

Autore

Docteur en histoire, université de Caen Basse-Normandie, CRHQ – UMR CNRS 6583

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540