Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les noblesses normandes

 | 
Alain Hugon
, 
Ariane Boltanski

Deuxième partie. Noblesses engagées, noblesses protestantes et noblesses dissidentes

Noblesse et protestantisme en Normandie au XVIIe siècle : autour des cultes de fief

Luc Daireaux

Texte intégral

  • 1 Seule la première partie de la thèse soutenue à l’université de droit de Paris, en 1950, est parue (...)
  • 2 Voir Anne-Marie Cocula, « Châteaux et seigneuries : des îles et îlots de la Réforme en terre aquit (...)
  • 3 Sur ce point, on peut lire notamment Jean-Marie Constant, La noblesse en liberté, XVIe-XVIIe siècl (...)
  • 4 On connaît les formules de choc de Pierre Chaunu et de ses collaborateurs : « La réforme spirituel (...)

1Si le rôle de la noblesse dans la diffusion de la Réforme protestante en France est reconnu depuis longtemps, en revanche, la place des cultes de fief, instrument pourtant déterminant, a été longtemps négligée. Il a fallu les travaux du juriste Francis Garrisson, tout particulièrement sa thèse de 1950, pour en prendre plus correctement la mesure1. Les historiens se sont finalement peu intéressés aux modalités d’exercice de la « Religion prétendue réformée ». Dès 1563, cependant, l’édit d’Amboise octroie, moyennant certaines conditions, une liberté de culte aux seigneurs. À côté des exercices publics, urbains pour les plus connus, existent donc des cultes privés, ces « îlots de la Réforme » qui dessinent une géographie mal connue2. Le désintérêt pour les cultes de fief s’explique assez facilement. La noblesse rurale, principale actrice de ce maillage, est souvent associée aux guerres civiles, tout spécialement aux temps héroïques de la décennie 15603. La période postérieure est généralement vue comme celle du détachement de gentilshommes à l’égard d’un calvinisme dont on sait désormais qu’il restera fortement minoritaire dans le royaume4.

  • 5 Michel Nassiet, « Le problème des effectifs de la noblesse dans la France du XVIIIe siècle », Trad (...)
  • 6 Dans l’élection de Bayeux, les protestants représentent 13 puis 10 % de la noblesse au début puis (...)

2Il ne faudrait pas, cependant, négliger la place de la noblesse dans la structuration des Églises réformées, mouvement durable après la légalisation de 1598. On s’efforcera ici d’esquisser une géographie des cultes de fief dans la Normandie du XVIIe siècle. Pour ce faire, on s’appuiera sur des sources finalement peu nombreuses et plutôt dispersées. On tiendra compte également de deux paramètres majeurs, d’une part la densité de la population noble, plus forte qu’ailleurs dans les généralités de Caen, de Rouen et d’Alençon5, d’autre part le poids de la noblesse protestante6.

Approche juridique

3En 1598, l’édit de Nantes octroie aux protestants une liberté de conscience sans restriction :

  • 7 Article 6 de l’édit général de Nantes, 30 avril 1598, texte publié par Bernard Barbiche et ses col (...)

« Permettons à ceulx de lad. Religion prétendue réformée vivre et demourer par toutes les villes et lieux de cestuy nostre royaume et pays de nostre obéissance, sans estre enquis, vexez, molestez, ny adstrainctz à faire chose pour le faict de la religion contre leur conscience7. »

  • 8 Article 4 de l’édit de Paris, mai 1576 : B. Barbiche et al. (dir.), L’édit de Nantes […], op. cit.(...)

4En revanche, la liberté de culte demeure limitée et conditionnelle. Henri IV ne reprend pas les dispositions très libérales de l’édit de Paris (mai 1576), qui permettait « l’exercice libre, publicq et général de la Religion prétendue refformée par toutes les villes et lieux de nostre royaume et païs de nostre obéissance et protection, sans restrinction de temps et personnes, ne pareillement de lieux et places8 ». Le roi s’inspire plutôt des édits de 1563 (Amboise), de 1570 (Saint-Germain) et de 1577 (Poitiers).

  • 9 F. Garrisson, op. cit, p. 71.

5Trois types de cultes sont autorisés en 1598. Les cultes de possession ou de saisine « dérivent d’un état de fait qui s’est institué localement et que la loi valide par référence à certaines conditions de formes et de temps9 ». L’article 9 de l’édit général de Nantes déclare ainsi :

  • 10 Article 9 de l’édit général de Nantes, 30 avril 1598 : B. Barbiche et al. (dir.), L’édit de Nantes (...)

« Nous permettons aussy à ceux de lad. Religion faire et continuer l’exercice où il estoit par eulx estably et faict publiquement par plusieurs et diverses fois en l’année mil cinq cens iiiixx seize et en l’année mil cinq cens iiiixx dix-sept, jusques à la fin du mois d’aoust10. »

6L’article 10 plonge plus loin dans le passé :

  • 11 Article 10 de l’édit général de Nantes, ibid.

« Pourra semblablement led. exercice estre estably et restably en toutes les villes et places où il a esté estably ou deu estre par l’eedit de pacification faict en l’année soixante et dix-sept, articles particuliers et conférences de Nérac et Flex [de 1579 et 1580]11. »

  • 12 F. Garrisson, op. cit., p. 71 et 73. L’édit d’Amboise (1563) et l’édit de Poitiers (1577) prévoien (...)
  • 13 Voir l’article 11 de l’édit général de Nantes : ibid. La formulation est alambiquée : « Nous ordon (...)
  • 14 F. Garrisson, op. cit., p. 71.

7Les cultes de concession, publics comme les précédents, « résultent d’une autorisation expressément accordée par l’autorité royale ou ses agents ». L’article 11 élargit le système habituel, en vigueur dès 1563, en ajoutant un second lieu de culte par bailliage ou par sénéchaussée12. L’exercice se tiendra, dans ce cas, « ez faulxbourgs d’une ville » ou « en un bourg ou village13 ». Enfin, les cultes de fief « découlent d’un privilège personnellement reconnu aux seigneurs justiciers ». L’exercice de la religion protestante y est privé, lié à la pratique du seigneur14.

  • 15 Si on se réfère à la Coutume de Normandie, on trouve à l’article clvi le commentaire suivant : « E (...)
  • 16 Article 7 de l’édit général de Nantes, dans B. Barbiche et al. (dir.), L’édit de Nantes […].
  • 17 Article 8 de l’édit général de Nantes, ibid. : « Ez maisons des fiefz où ceulx de lad. Religion n’ (...)

8On distingue les fiefs de haute justice (article 7) et les fiefs simples (article 8). L’article 7 concerne les seigneurs qui détiennent des fiefs de haute justice ou « plain fief de haubert (comme en Normandie)15 ». Tenir un fief de haute justice ou de haubert « en propriété ou usufruit », « en tout, ou par moictié, ou par la troisiesme partie », déclarer ses intentions devant la justice constituent les deux conditions pour prétendre à l’établissement d’un « exercice » de la « Religion prétendue réformée ». Celui-ci est ouvert au seigneur, à sa famille et à tous ceux « qui y voudront aller ». L’article 7, aussi alambiqué soit-il dans sa formulation, paraît, cependant, favorable aux protestants. Le culte sur un fief de haute justice sera maintenu, même en cas d’absence des seigneurs. Ces derniers peuvent « aussy avoir led. exercice en leurs autres maisons de haulte justice ou fiefz susd. de haubert tant qu’ilz y seront présens et non aultrement16 ». Les seigneurs possesseurs de fiefs de basse et de moyenne justice sont bien moins lotis. L’article 8 dispose que le culte protestant pourra y être établi pour le seigneur et sa famille ainsi que pour une assistance de trente personnes au maximum17.

9Ainsi, les cultes de fief sont, par définition, des « exercices » dont la durée de vie peut être très courte. Une simple conversion du seigneur suffit pour faire cesser leur existence. A contrario, des lieux de culte peuvent théoriquement surgir d’un coup, fruit d’une décision soudaine d’un seigneur de confession réformée. On a donc affaire ici à une géographie de l’éphémère, ce qui complique singulièrement la tâche de l’historien.

Un maillage flottant : de la difficulté d’établir une géographie des cultes de fief dans la première moitié du XVIIe siècle

  • 18 Je me permets ici de renvoyer à mon article, « De la paix à la coexistence. La mise en œuvre de l’ (...)
  • 19 Ordonnance des commissaires, Pont-Audemer, 8 mai 1600, Archives nationales (AN), TT 236/4 (no 6-36 (...)

10Considérons d’abord la situation au tout début du XVIIe siècle. Pour être appliqué, l’édit de Nantes est soumis à la procédure de l’enregistrement. Le parlement de Rouen s’exécute en septembre 1599, tout en prolongeant son combat jusqu’en 1609-1610. Dans le même temps, et selon une tradition solidement établie depuis le règne de Charles IX, des commissaires sont envoyés par Henri IV dans les provinces. Leur principale mission consiste à attribuer des lieux de culte aux protestants, conformément aux diverses clauses de l’édit de Nantes18. Les deux commissaires députés en Normandie, le catholique Antoine Le Camus de Jambeville et le protestant François de Quièvremont d’Heudreville séjournent dans la province en avril et en mai 1600. Leur parcours est connu. Pour l’essentiel, ces deux commissaires s’intéressent aux cultes de concession et à ceux de possession. La question des cultes de fief n’est abordée que rarement. On ne dispose que d’un seul exemple explicite. Le 8 mai 1600, de passage à Pont-Audemer, Antoine Le Camus et François de Quièvremont y autorisent la pratique de la religion réformée au Bosc-Roger (Roumois), « attendu que led. Bois-Roger est fief de hautbert, suivant les édits du roy19 ». Dans un certain nombre de cas, la situation demeure confuse. Le 20 avril 1600, les représentants de plusieurs communautés du pays de Caux (Lindebeuf-Luneray-Bacqueville, Bolbec-Mont-Criquet-Lintot, Maupertuis et Hougerville près de Fécamp, enfin Criquetot et Sénitot) se présentent devant les commissaires. Les réformés demandent la confirmation de leurs droits à un double titre :

  • 20 Extrait d’une copie (1666) de l’ordonnance des commissaires, Dieppe, 20 avril 1600, AN, TT 260/13 (...)

« Tant parce qu’ilz y faisoient ledit exercice es annéez mil cinq centz quatre-vingt-saize et mil cinq centz quatre-vingtz-dix-sept que parce que les sieurs de Lindebeuf, Maupertus et Lintot le leur permettent en leurs fiefz, qui sont fiefz de haubert, au moyen de quoy et que par les sept et neufiesme articles dudit eedit [de Nantes], ilz doibvent estre maintenus20. »

  • 21 Ordonnance des commissaires, 20 avril 1600, AN TT 260/13 (no 143-1280).
  • 22 Voir l’ordonnance des commissaires, Pont-Audemer, 8 mai 1600, AN, TT 236/4 (no 6-365), ainsi que d (...)
  • 23 Sur l’action des commissaires Jean Renard et Jean-Antoine de Saint-Simon de Courtomer, voir l’arti (...)

11Antoine Le Camus et François de Quièvremont se contentent de permettre « aux dessus ditz [de] faire ledit exercice ès ditz lieux et uzer de leurs-ditz cimettières comme ilz ont cy-devant fait », sans prendre la peine de qualifier juridiquement les lieux de culte ainsi confirmés21. On retrouve la même équivoque à Quillebeuf et à Groucy (La Chapelle-en-Juger), communautés reconnues par des ordonnances rendues à Pont-Audemer et à Saint-Lô les 8 et 18 mai 160022. En 1600, la distinction entre culte public et culte privé ne semble pas constituer une priorité pour les représentants du pouvoir royal. Il faut ajouter que les commissaires envoyés en Normandie par la régente Marie de Médicis en 1611-1612 ne s’intéressent pas plus que leurs prédécesseurs à la question des exercices de fief23.

  • 24 Voir ces listes dans Émile et Eugène Haag, La France protestante, ou vies des protestants français (...)
  • 25 On peut lire Marcel Cauvin, « Les Montgomery et le protestantisme en Avranchin », Revue de l’Avran (...)
  • 26 Cf. Marcel Cauvin, « Le protestantisme dans le Cotentin (suite) : Église de La Haye-du-Puits et Gl (...)
  • 27 Sur l’Église de Groucy, on peut se reporter à l’article de Marcel Cauvin, « Le protestantisme dans (...)
  • 28 À ce sujet, cf. Edmond Lemonchois, Le Marquisat de la Salle (communes de Montpinchon et de Cerisy, (...)

12Établir une géographie des cultes de fief s’apparente donc à une véritable gageure. D’après plusieurs listes dressées à l’occasion de la tenue de divers synodes nationaux, la Normandie compterait 30 Églises ou union d’Églises en 1603 (synode de Gap), 38 en 1626 (Castres), 34 en 1637 (Alençon)24. Beaucoup de noms changent d’une liste à l’autre. Un grand nombre ne se retrouve pas dans les actes des commissions de 1600 et de 1611-1612. Le statut de ces lieux de culte reste, le plus souvent, inconnu. On identifie, cependant, certaines Églises de fief. On se limitera ici à quelques exemples manchois. Le nom de Ducey apparaît dès 1603. La communauté est abritée, à partir des années 1620, dans un magnifique château construit par Gabriel II de Montgomery (1565-1635), le fils de Gabriel Ier25. En 1603, on relève également le nom de La Haye-du-Puits, Église placée sous la protection de la famille Magneville26. Les noms de Groucy (famille Miette) et de Cerisy figurent dans les listes de 1626 et de 163727. Cette dernière communauté est patronnée par la famille Richer ou Richier. Guillaume, écuyer, seigneur de Cerisy, mort avant 1602, est le premier représentant protestant de la famille. Son fils aîné, Jean (1582-1669), dispose d’un plein fief de haubert à partir de 1624. Fondateur du marché hebdomadaire et des deux foires de Cerisy, à la Saint-Martin d’hiver et à la Saint-Martin d’été (1640), il représente la Normandie au synode national d’Alençon, en 1637. Il est le constructeur du château (premier quart du XVIIe siècle) qui abrite également le prêche28. L’Église apparaît encore fragile dans ce deuxième quart du XVIIe siècle. En 1626, la charge de pasteur est vacante. En 1637, la communauté est desservie par Joachim Lemoine, pasteur de Gavray, culte de concession.

La situation en 1660 : quel bilan ?

  • 29 Pour le détail, voir ma thèse, « Réduire les huguenots. » Protestants et pouvoirs en Normandie au (...)
  • 30 Pour la liste des sources synodales disponibles, ibid., annexe C.

13La seconde moitié du XVIIe siècle est marquée par une politique très offensive du pouvoir royal. La révocation de l’édit de Nantes, en octobre 1685, en constitue le point culminant. Le pouvoir royal procède d’abord par des voies douces. De nouvelles commissions de l’édit de Nantes sont mises en place au cours des années 1660. Sous prétexte de raviver une pratique déjà séculaire, il s’agit en fait de remettre en cause le maillage des « exercices de la Religion prétendue réformée ». On s’interroge en fait sur la légalité de tel ou tel lieu de culte. La décision finale est renvoyée au Conseil, lequel a la possibilité de supprimer ou de maintenir les lieux de culte incriminés. Paradoxalement, cette période de troubles constitue un terrain favorable pour l’historien. Les procédures diligentées auprès des commissaires et devant le Conseil ont laissé de nombreux documents29. En outre, pour cette période, on dispose de quelques actes de synodes provinciaux30.

  • 31 Voir les actes du synode provincial de Dieppe, 26 mai 1660 et jours suivants, bibliothèque de la S (...)
  • 32 Avis du commissaire Chamillart (Les Essarts, à La Bazoque), 17 décembre 1668, archives département (...)

14Considérons la situation en mai 1660, date à laquelle se tient le synode provincial de Dieppe31. Cinquante et une Églises sont appelées. Les numéros portés sur la carte ci-jointe précisent la « classe » ou le « colloque » de rattachement des communautés réformées. Si on essaie, principalement à l’aide des procédures instruites devant les commissions de l’édit mais sans se laisser aveugler par elles, de qualifier sur un plan juridique les Églises, on aboutit au résultat porté dans le tableau suivant. Les exercices de concession sont au nombre de onze, contre douze pour ceux de possession et treize pour ceux de fief. Restent quinze cas au statut incertain. Pour le commissaire catholique, ces lieux de culte sont privés. Pour le représentant réformé, il s’agit d’exercices de possession. Les protestants, soucieux d’assurer à leurs communautés une assise juridique confortable, ont intérêt à demander le maintien au titre des articles 9 et 10 de l’édit de Nantes. Leurs adversaires, le clergé catholique en tête, s’efforcent, au contraire, de dénoncer les prétendues manœuvres des réformés pour faire « passer [des] exercices personnels et de fief pour exercices réels et publics32 ».

Sources : actes du synode provincial de Dieppe, BPF, ms. 11/1, f° 35 et suivants, et documents divers, émanant pour la plupart de la série TT des AN.
Document 1. – Les Églises réformées appelées au synode provincial de Normandie, tenu à Dieppe, en mai 1660 : état des lieux.

Carte 1. – Les Églises appelées au synode provincial de Dieppe (1660).

Document 2. – L’« habitacle » de Courtomer, d’après une photographie actuelle.

  • 33 Sur cette question, voir un document de 1668, AN TT 244/20 (no 3-669), ainsi que Marcel Cauvin, «  (...)
  • 34 La photographie date de 2003.

15L’importance des cultes privés apparaît plus nettement en Basse-Normandie. C’est le cas, par exemple, dans le Cotentin, où on observe ainsi le transfert d’une Église de fief, de La Haye-du-Puits à Glatigny, où les protestants trouvent refuge auprès de la famille Meslin, vers 165433. C’est le cas aussi, plus à l’est, à Courtomer, Église alors unie à celle de Sées. Entre 1653 et 1659, le culte protestant se tient dans un pavillon dit « l’habitacle », érigé en 1622, aujourd’hui encore débout même s’il a été défiguré34.

Face à la répression

  • 35 L’expression est de D. Boisson, « Le prêche au château […] », op. cit., texte inédit.
  • 36 Arrêt du Conseil, 23 avril 1665, AN E 1728 (69, fos 173-174).

16Durant les années qui précèdent la révocation, de manière plutôt paradoxale, les cultes de fief constituent aussi une forme de repli pour les protestants35. On connaît un exemple détaillé. Le 23 avril 1665, un arrêt du Conseil ordonne la démolition du temple de Lindebeuf, dans le sud du pays de Caux36. Les réformés trouvent en Isaac Dumont de Bostaquet, gentilhomme dont on possède les Mémoires, un véritable protecteur :

  • 37 Mémoires d’Isaac Dumont de Bostaquet, gentilhomme normand sur les temps qui ont précédé la révocat (...)

« Dieu ayant permis que nous fussions les premiers dans notre province à servir d’exemple, je crus pouvoir réparer cette perte en faisant prêcher chez moi, en rassemblant le troupeau qui étoit épars37. »

17Il s’agit donc d’établir un culte de fief. Avant de mettre en œuvre son projet, Dumont prend conseil auprès du consistoire de Rouen et sollicite les avis des avocats du parlement, Jean Carue, sieur de Grandchamp, et le célèbre Henri Basnage (1615-1695). Le gentilhomme possède deux moitiés de fief de haubert, à Bostaquet et à La Fontelaye, ce qui l’autorise à établir un exercice privé. Il s’agit donc de

  • 38 Ibid.

« faire en justice les déclarations auxquelles l’édit de Nantes nous engageoit dans l’article 7e, et, pour cet effet, […] je me rendis à Longueville, où je passai ma déclaration par devant M. Bontemps, bailli de ce lieu, que j’élisois La Fontelaye pour mon principal domicile, et que mon intention étoit d’y faire prêcher. Comme il étoit fort de mes amis, il m’accorda acte de ma dite déclaration, avec le consentement du procureur fiscal du lieu. Fort content de ce petit succès, je me rendis à Arques, chez Madame de Tibermont, pour ensuite le lendemain aller à Dieppe faire pareille déclaration par-devant M. d’Hibouville-Galie, qui étoit lieutenant général pour lors et le juge compétent38 ».

18Le gentilhomme cauchois se montre particulièrement prudent et cherche, en faisant ses « déclarations » devant les juges compétents, à prémunir ses coreligionnaires contre toute nouvelle attaque. Dans son discours, l’édit de Nantes, dont l’article 7 est cité, apparaît comme une garantie ultime.

  • 39 Voir mon étude, « Réduire les huguenots », op. cit., chap. vi.
  • 40 Élie Benoist, Histoire de l’édit de Nantes contenant les choses les plus remarquables qui se sont (...)
  • 41 Voir les arrêts du Conseil suivants : AN, E 1800 (295) (13 novembre 1679, Groucy) ; AN, E 1800 (31 (...)
  • 42 On peut lire également l’article de Jean-Marie Vallez, « Les temples de l’Avranchin sous le règne (...)
  • 43 Pour les Églises de la région caennaise, cf. Jean-Marie Vallez, « La suppression des temples prote (...)

19Les Églises dites de fief sont évidemment concernées par la répression louis-quatorzienne. Si des cultes privés sont supprimés dès 167939, les protestants peuvent compter sur l’appui de la noblesse, qui sait parfois jouer de ses réseaux. Dans son Histoire de l’édit de Nantes […], Élie Benoist, ancien pasteur d’Alençon, explique le maintien du temple de Cerisy, le 20 novembre 1679, par les relations privilégiées entretenues entre le seigneur du lieu et Charles de Sainte-Maur, duc de Montausier (1610-1690), ancien protestant converti au catholicisme en 1645, commandant général en Normandie40. À côté de Cerisy, les exercices de Glatigny, de Ducey, de Fontenay sont maintenus, entre 1679 et 1681, tandis que seul le culte de Groucy est supprimé41. Dans le Cotentin et l’Avranchin, le salut passe bien par les cultes de fief42. La situation est plus dramatique ailleurs43. Après une vague de suppressions, le 20 mars 1682, l’intendant de la généralité de Rouen, Louis Le Blanc, demande que soit accordé un culte de fief aux protestants des environs de Bolbec, soit à Lintot, soit à Beuzevillette :

  • 44 Lettre de Louis Le Blanc au marquis de Châteauneuf, 20 mars 1682, Bibliothèque nationale de France (...)

« Il est absolument nécessaire d’y pourvoir incessamment pour empescher que les huguenots ne désertent du bourg de Bollebec et d’une partie du pays de Caux, beaucoup de familles s’estant retirées depuis que le presche de prétendue possession de Lintot a esté démoly44. »

  • 45 Lettre de Louis Le Blanc au marquis de Châteauneuf, 6 avril 1682, BNF, ms. fr. 8761, fo 47 vo.
  • 46 Cf. l’avis commun des commissaires de l’édit Louis Le Blanc et Henri Basnage, 30 août 1682, AN, TT (...)

20Dans une lettre adressée au même, le 6 avril 1682, l’intendant lance de nouveau une forme d’avertissement : il faut s’employer à « retenir les huguenots dans le pays de Caux et ne point dépeupler le bourg de Bollebec, qui est le plus considérable, et 80 parroisses45 ». Louis Le Blanc et Henri Basnage, tous deux commissaires de l’édit dans la généralité de Rouen, adressent, le 30 août 1682, un jugement commun, demandant l’établissement d’un culte de fief, soit à Lintot, sur la terre de René Maçon, soit à Beuzevillette, au domicile de Jean de Roesse46. L’intendant, suivi par son adjoint, rappelle une nouvelle fois les enjeux économiques de la décision :

  • 47 Ibid. (no 5-1152). Un très important incendie a ravagé le bourg de Bolbec, le 25 juin 1676 : voir (...)

« Y ayant un très grand nombre de personnes faisant profession de lad. RPR ès environs desd. lieux dont une partie n’y est demeurée que dans l’espérance qu’on permettoit l’exercisse dans lesd. fiefs et qu’il est de conséquence qu’ils y demeurent, ledit pays ayant desjà beaucoup souffert par l’incendie de Bollebec dont la pertte a monté à plus de deux millions47. »

  • 48 Le marquis de Châteauneuf accuse réception de l’avis des commissaires Le Blanc et Basnage, le 13 s (...)

21L’affaire semble pourtant vite enterrée par le pouvoir royal48. Le temps n’est plus au compromis. La révocation, en octobre 1685, sanctionne ce processus.

*

  • 49 Voir Émile G. Léonard, Histoire générale du protestantisme, t. 2, L’Établissement (1564-1700), Par (...)

22On l’aura compris, la noblesse protestante de l’Ancien Régime ne peut être résumée à la phase héroïque et militante des débuts du protestantisme. Il faut aussi voir, dans les gentilshommes huguenots, une force qui a largement contribué à la structuration et à l’institutionnalisation de la Réforme, à ce profond mouvement finalement brisé par la politique louis-quatorzienne. L’érection des cultes de fief constitue d’abord une possibilité pour faire prospérer le maillage des Églises réformées. Elle permet ensuite d’accueillir les protestants sans communauté après les premières suppressions d’exercice. Autour de quelques familles, connues ou non, la noblesse a donc participé pleinement à cette importante phase de l’histoire du protestantisme en France, celle qu’Émile G. Léonard appelait « l’établissement49 ».

Notes

1 Seule la première partie de la thèse soutenue à l’université de droit de Paris, en 1950, est parue : Francis Garrisson, Essai sur les commissions d’application de l’édit de Nantes. Première Partie. Règne de Henri IV, Montpellier, Imprimerie Paul Déhan, s. d. [1964]. Je tiens ici à remercier Didier Boisson de m’avoir transmis son texte inédit, « Le prêche au château : un aspect de la résistance protestante au XVIIe siècle », Autour du château, communication au colloque de Craon (septembre 2003).

2 Voir Anne-Marie Cocula, « Châteaux et seigneuries : des îles et îlots de la Réforme en terre aquitaine (XVIe-XVIIe siècle) », Robert Sauzet (dir.), Les frontières religieuses en Europe du XVe au XVIIe siècle. Actes du XXXIe colloque international d’études humanistes, Paris, J. Vrin, 1992, p. 185-193.

3 Sur ce point, on peut lire notamment Jean-Marie Constant, La noblesse en liberté, XVIe-XVIIe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, ou encore Laurent Bourquin, Les nobles, la ville et le roi. L’autorité nobiliaire en Anjou pendant les guerres de Religion, Paris, Belin, 2001 et, du même, La noblesse dans la France moderne (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, Belin, 2002, p. 124-126.

4 On connaît les formules de choc de Pierre Chaunu et de ses collaborateurs : « La réforme spirituelle, celle d’une bourgeoisie active et cultivée, sera bien vite, en Normandie, “protégée”, c’est-à-dire éclipsée par une noblesse rurale plus soucieuse de brigandage que de piété : le conflit religieux devient prétexte aux affrontements sanglants. Ils prendront […] le visage des guerres de Religion […], mais ils se poursuivront, sous la forme larvée du brigandage seigneurial, du refus de la dîme, bien au-delà de l’édit de Nantes. Et, si la noblesse normande a vu, plus ou moins consciemment, dans la Réforme, un moyen de freiner la construction de l’État absolutiste, elle se profile encore, par son soutien ou sa neutralité, derrière les révoltes populaires, surtout celle de 1639 » : Jean-Pierre Bardet, Pierre Chaunu et al., « Du sang et des larmes », dans Michel de Boüard (dir.), Documents de l’histoire de la Normandie, Toulouse, Privat, 1972, p. 185-217, ici p. 185. Voir aussi Philippe Chareyre, « Démographie et minorités protestantes », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, t. 148, octobre-décembre 2002, p. 867-889, tout particulièrement p. 880.

5 Michel Nassiet, « Le problème des effectifs de la noblesse dans la France du XVIIIe siècle », Traditions et innovations dans la société française du XVIIIe siècle. Actes du colloque de 1993, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, « Association des historiens modernistes des universités, no 18 », 1995, p. 97-121, ici p. 107 : vers 1695-1703, la « densité de nobles par km2 » est évaluée à 1,56 dans la généralité de Caen, à 0,91 dans celle de Rouen, à 0,87 dans celle de Rouen. Sur cette question, voir aussi Léonor de Mons, La noblesse de l’élection de Saint-Lô aux XVIIe et XVIIIe siècles. Étude statistique et démographique, mémoire de maîtrise, Paris, université de Paris iv-Sorbonne, 2004, p. 112 sq et Véronique Petit, La noblesse protestante de l’élection de Caen de 1589 à 1715, mémoire de maîtrise, Caen, université de Caen, 2001.

6 Dans l’élection de Bayeux, les protestants représentent 13 puis 10 % de la noblesse au début puis au milieu du XVIIe siècle, selon James B. Wood, The Nobility of the Election of Bayeux, 1463-1666. Continuity through Change, Princeton, Princeton University Press, 1980, p. 161. Dans celle d’Alençon, le chiffre serait de 15 % (années 1660), d’après les estimations d’Isabelle Le Touzé, « Réseaux nobiliaires et temps de crispation religieuse dans l’élection d’Alençon (XVIe-XVIIe siècles), permanences et mutations ? », Bulletin de la Société historique et archéologique de l’Orne, t. 124, no 3, septembre 2005, p. 7-43, ici p. 21. Voir aussi les résultats obtenus par Véronique Petit, Le protestantisme nobiliaire bas-normand de l’édit de Nantes à l’édit de Tolérance (généralité de Caen, 1598-1787), mémoire de master 2, Villetaneuse, université de Paris xiii, 2008, p. 195 : les protestants représentent 11,1 % des nobles de la généralité de Caen en 1666. Tous ces travaux s’appuient sur les enquêtes de noblesse des intendants Bernard-Hector de Marle (Alençon) et Guy Chamillart (Caen).

7 Article 6 de l’édit général de Nantes, 30 avril 1598, texte publié par Bernard Barbiche et ses collaborateurs, L’édit de Nantes et ses antécédents (1562-1598), http://elec.enc.sorbonne.fr/editsdepacification.

8 Article 4 de l’édit de Paris, mai 1576 : B. Barbiche et al. (dir.), L’édit de Nantes […], op. cit. Cependant, l’exercice du culte réformé était interdit à la cour et à l’intérieur de la ville de Paris. Sur la nouveauté radicale introduite par cet édit, on peut lire Mark Greengrass, « Pluralism and Equality : The Peace of Monsieur, May 1576 », Keith Cameron, Mark Greengrass et Penny Roberts (dir.), The Adventure of Religious Pluralism in Early Modern France. Papers from the Exeter Conference, April 1999, Oxford, Bern, New York et alii, Peter Lang, 2000, p. 45-63, ici p. 51.

9 F. Garrisson, op. cit, p. 71.

10 Article 9 de l’édit général de Nantes, 30 avril 1598 : B. Barbiche et al. (dir.), L’édit de Nantes […], op. cit.

11 Article 10 de l’édit général de Nantes, ibid.

12 F. Garrisson, op. cit., p. 71 et 73. L’édit d’Amboise (1563) et l’édit de Poitiers (1577) prévoient un seul lieu de culte par bailliage. L’édit de Saint-Germain (1570) est encore plus restrictif : ainsi, « pour le gouvernement de Normandye », le culte est seulement autorisé « aux faulxbourgs de Ponteau-de-Mer et en ceulx de Carenten », article 8, dans B. Barbiche et al. (dir.), L’édit de Nantes […].

13 Voir l’article 11 de l’édit général de Nantes : ibid. La formulation est alambiquée : « Nous ordonnons qu’ez faulxbourgs d’une ville, outre celles qui leur ont esté accordées par led. eedit [de 1577], articles particuliers et conférence[s] [de Nérac et de Fleix], et où il n’y auroit des villes, en un bourg ou village, l’exercice de lad. Religion prétendue réformée se pourra faire publiquement pour tous ceulx qui y voudront aller. »

14 F. Garrisson, op. cit., p. 71.

15 Si on se réfère à la Coutume de Normandie, on trouve à l’article clvi le commentaire suivant : « En Normandie, le possesseur du fief de haubert devoit servir au ban et arrière-ban, avec pleines armes, c’est-à-dire […] par le cheval, le haubert ou haubergeon, autrement la cotte de maille, l’écu, l’épée et le heaume […]. » Voir la Coutume de Normandie avec l’extrait des différents commentateurs, contenant les questions proposées par ces mêmes auteurs, et les décisions fondées sur les ordonnances, édits, déclarations, arrêts et règlements, relativement à la jurisprudence actuelle par Monsieur Frigot, conseiller honoraire au bailliage de Valognes, Coutances, G. Joubert, 1779, t. 1er, p. 177.

16 Article 7 de l’édit général de Nantes, dans B. Barbiche et al. (dir.), L’édit de Nantes […].

17 Article 8 de l’édit général de Nantes, ibid. : « Ez maisons des fiefz où ceulx de lad. Religion n’auront lad. haulte justice ou fief de haubert, ne pourront faire led. exercice que pour leur famille tant seullement. N’entendons toutesfois, s’il y survenoit d’autres personnes jusques au nombre de trante outre leur famille, soit à l’occasion des baptesmes, visites de leurs amis ou aultrement, qu’ilz en puissent estre recherchez, moyennant aussy que lesd. maisons ne soient au-dedans des villes, bourgs ou villages appartenans aux seigneurs haultz-justiciers catholiques autres que nous, esquelz lesd. seigneurs catholiques ont leurs maisons, auquel cas ceulx de lad. Religion ne pourront dans lesd. villes, bourgs ou villages faire led. exercice, si ce n’est par permission et congé desd. seigneurs haultz justiciers, et non aultrement. »

18 Je me permets ici de renvoyer à mon article, « De la paix à la coexistence. La mise en œuvre de l’édit de Nantes en Normandie au début du XVIIe siècle », Archiv für Reformationsgeschichte/Archive for Reformation History, t. 97, 2006, p. 211-248. Sur les commissaires de l’édit actifs sous le règne de Charles IX, on peut désormais se reporter à la thèse magistrale de Jérémie Foa, Le Tour de la paix. Missions et commissions d’application des édits de pacification sous le règne de Charles IX (1560-1574), Lyon, université Lumière-Lyon II, 2008, 3 vol. , travail accessible à l’adresse suivante, http://theses.univ-lyon2.fr/.

19 Ordonnance des commissaires, Pont-Audemer, 8 mai 1600, Archives nationales (AN), TT 236/4 (no 6-365/2).

20 Extrait d’une copie (1666) de l’ordonnance des commissaires, Dieppe, 20 avril 1600, AN, TT 260/13 (no 143-1278-1281, ici 1279).

21 Ordonnance des commissaires, 20 avril 1600, AN TT 260/13 (no 143-1280).

22 Voir l’ordonnance des commissaires, Pont-Audemer, 8 mai 1600, AN, TT 236/4 (no 6-365), ainsi que des documents datant de la seconde moitié du XVIIe siècle, AN, TT 245/8.

23 Sur l’action des commissaires Jean Renard et Jean-Antoine de Saint-Simon de Courtomer, voir l’article de Jean-Marie Vallez, « Un révélateur du protestantisme normand au début du XVIIe siècle : l’attribution de cimetières par les commissaires du roi (1611-1612) », Annales de Normandie, t. 51, avril 2001, p. 139-172.

24 Voir ces listes dans Émile et Eugène Haag, La France protestante, ou vies des protestants français […], Paris, Joël Cherbuliez, 1859, t. 10, p. 269-274 (1603, Normandie p. 273), p. 315-334 (1626, ici p. 316-317), p. 343-350 (1637, ici p. 348-349).

25 On peut lire Marcel Cauvin, « Les Montgomery et le protestantisme en Avranchin », Revue de l’Avranchin et du pays de Granville, 87e année, t. 46, septembre 1969, p. 217-241. Voir aussi la communication d’Isabelle Le Touzé dans le présent recueil.

26 Cf. Marcel Cauvin, « Le protestantisme dans le Cotentin (suite) : Église de La Haye-du-Puits et Glatigny », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, t. 114, juillet-septembre 1968, p. 433-444.

27 Sur l’Église de Groucy, on peut se reporter à l’article de Marcel Cauvin, « Le protestantisme dans le Cotentin (suite) : Église de Groucy », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, t. 115, janvier-mars 1969, p. 79-92.

28 À ce sujet, cf. Edmond Lemonchois, Le Marquisat de la Salle (communes de Montpinchon et de Cerisy, Manche), s. l. [Montpinchon, chez l’auteur], 1982, p. 187-188. Voir aussi [Yves Nédélec], « Le château de Cerisy-la-Salle », Mélanges multigraphiés de la Société d’archéologie de la Manche, 2e série, 1973, p. 169-174 et Sophie Haudebert, Le Château de Cerisy-la-Salle, Manche, Caen, Inventaire général, « Itinéraires du patrimoine, no 261 », 2002.

29 Pour le détail, voir ma thèse, « Réduire les huguenots. » Protestants et pouvoirs en Normandie au XVIIe siècle, Paris, Honoré Champion, « Vie des huguenots, no 57 », 2010, spécialement l’intermède et les chapitres iv, v et vi.

30 Pour la liste des sources synodales disponibles, ibid., annexe C.

31 Voir les actes du synode provincial de Dieppe, 26 mai 1660 et jours suivants, bibliothèque de la Société de l’histoire du protestantisme français (BPF), ms. 11/1, fos 35-48.

32 Avis du commissaire Chamillart (Les Essarts, à La Bazoque), 17 décembre 1668, archives départementales du Calvados, G 18 (non folioté).

33 Sur cette question, voir un document de 1668, AN TT 244/20 (no 3-669), ainsi que Marcel Cauvin, « Le protestantisme dans le Cotentin (suite) : Église de La Haye-du-Puits », op. cit., p. 440.

34 La photographie date de 2003.

35 L’expression est de D. Boisson, « Le prêche au château […] », op. cit., texte inédit.

36 Arrêt du Conseil, 23 avril 1665, AN E 1728 (69, fos 173-174).

37 Mémoires d’Isaac Dumont de Bostaquet, gentilhomme normand sur les temps qui ont précédé la révocation de l’édit de Nantes, sur le Refuge et les expéditions de Guillaume III en Angleterre et en Irlande, Michel Richard (éd.), Paris, Mercure de France, « Le temps retrouvé », (1968), 2002, p. 65.

38 Ibid.

39 Voir mon étude, « Réduire les huguenots », op. cit., chap. vi.

40 Élie Benoist, Histoire de l’édit de Nantes contenant les choses les plus remarquables qui se sont passées en France avant et après sa publication, à l’occasion de la diversité des religions et principalement les contraventions, inexécutions, chicanes, artifices, violences et autres injustices que les réformés y ont soufferts jusques à l’édit de révocation en octobre 1685, avec ce qui a suivi ce nouvel édit jusques à présent, Delft, Adrian Beman, 1695, t. 3 (2e partie), p. 386. Voir également le texte de l’arrêt du Conseil qui maintient l’exercice de fief de Cerisy, Saint-Germain-en-Laye, 20 novembre 1679, AN, E 1800 (311).

41 Voir les arrêts du Conseil suivants : AN, E 1800 (295) (13 novembre 1679, Groucy) ; AN, E 1800 (310) (20 novembre 1679, Glatigny) ; AN, E 1809 (57 et 58) (10 mars 1681, Fontenay et Ducey).

42 On peut lire également l’article de Jean-Marie Vallez, « Les temples de l’Avranchin sous le règne personnel de Louis XIV », dans Nédéléqueries 54-94. Recueil d’articles offerts à Yves Nédélec, archiviste départemental de la Manche de 1954 à 1994, Saint-Lô, Société d’archéologie et d’histoire de la Manche, 1994, p. 417-423.

43 Pour les Églises de la région caennaise, cf. Jean-Marie Vallez, « La suppression des temples protestants dans le ressort du diocèse de Bayeux, 1665-1685 », Jean-Pierre Bardet et Madeleine Foisil (dir.), La Vie, la Mort, la Foi, le Temps. Mélanges offerts à Pierre Chaunu, Paris, PUF, 1993, p. 629-642.

44 Lettre de Louis Le Blanc au marquis de Châteauneuf, 20 mars 1682, Bibliothèque nationale de France (BNF), ms. fr. 8761, fo 45 ro. Le temple de Lintot a été condamné par arrêt du Conseil, le 7 juillet 1681, AN, E 1810 (3).

45 Lettre de Louis Le Blanc au marquis de Châteauneuf, 6 avril 1682, BNF, ms. fr. 8761, fo 47 vo.

46 Cf. l’avis commun des commissaires de l’édit Louis Le Blanc et Henri Basnage, 30 août 1682, AN, TT 235/10 (no 5, 1124-1155).

47 Ibid. (no 5-1152). Un très important incendie a ravagé le bourg de Bolbec, le 25 juin 1676 : voir Pierre Dardel et Joseph Duchauchix, Histoire de Bolbec des origines à la Révolution, t. 1, Ses prieurés, ses luttes religieuses, ses seigneurs, sa manufacture, Rouen, Albert Lainé, 1933, p. 92 sq.

48 Le marquis de Châteauneuf accuse réception de l’avis des commissaires Le Blanc et Basnage, le 13 septembre 1682 : BNF, Ms. fr. 8757ter, fo 209. À la fin de l’année, l’intendant Louis Le Blanc est remplacé par Claude Méliand, qui vient de Caen.

49 Voir Émile G. Léonard, Histoire générale du protestantisme, t. 2, L’Établissement (1564-1700), Paris, PUF, « Quadrige », 1988.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120213/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende Sources : actes du synode provincial de Dieppe, BPF, ms. 11/1, f° 35 et suivants, et documents divers, émanant pour la plupart de la série TT des AN.Document 1. – Les Églises réformées appelées au synode provincial de Normandie, tenu à Dieppe, en mai 1660 : état des lieux.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120213/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Légende Carte 1. – Les Églises appelées au synode provincial de Dieppe (1660).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120213/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Légende Document 2. – L’« habitacle » de Courtomer, d’après une photographie actuelle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120213/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 437k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540