Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les noblesses normandes

 | 
Alain Hugon
, 
Ariane Boltanski

Deuxième partie. Noblesses engagées, noblesses protestantes et noblesses dissidentes

Pouvoir royal, noblesse et autorité locale. La Normandie au temps des guerres de Religion

Nicolas Le Roux

Texte intégral

  • 1 Laurent Bourquin, Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Publi (...)

1Quelle fut l’implication de la noblesse de Normandie dans le fonctionnement de l’État royal au moment des guerres de Religion ? La monarchie utilisa-t-elle les gentilshommes locaux pour contrôler la province, sur le modèle de la noblesse seconde champenoise1, ou chercha-t-elle au contraire à imposer des hommes extérieurs à la région et, si tel était le cas, quel type de relations ceux-ci entretenaient-ils avec les instances de pouvoir autochtones ? C’est à ces questions que cette étude va tenter de répondre, en analysant l’évolution des formes du gouvernement provincial, en particulier sous le règne d’Henri III, au cours duquel le système d’autorité nobiliaire fut largement remanié.

Les hommes du roi

  • 2 François Nawrocki, L’Amiral Claude d’Annebault. Faveur du roi et gouvernement du royaume au milieu (...)

2Au XVIe siècle, la Normandie était particulièrement riche et imposée. Sa proximité avec la frontière du Nord, ses liens avec la capitale et l’activité de ses ports en faisaient aussi une zone stratégique de premier plan. Son gouvernement était généralement accordé à des princes du sang ou à de très grands seigneurs. François Ier l’avait symboliquement confié au dauphin, d’abord François, en 1531, puis Henri, en 1536, mais la réalité de l’autorité incombait naturellement à un autre homme. Claude d’Annebault (v. 1495-1552), qui appartenait à une grande famille du pays d’Auge, reçut ainsi dès novembre 1531 le titre de « lieutenant de monseigneur le daulphin au gouvernement de Normandie », en l’absence de l’amiral Chabot de Brion, qui était lui-même le lieutenant général du dauphin2. D’Annebault se consacra effectivement à l’administration directe de la province jusqu’en 1536, avant de partir en Italie où il obtint le gouvernement du Piémont en 1539. Quatre ans plus tard, à la mort de Chabot de Brion, il recevait la dignité d’amiral de France et s’imposait comme le principal conseiller du roi.

  • 3 Ibid., t. 1, p. 140.
  • 4 Ibid., t. 2, p. 672. Voir Correspondance de Joachim de Matignon, lieutenant général du roi en Norm (...)
  • 5 Stuart Carroll, Noble Power during the French Wars of Religion. The Guise Affinity and the Catholi (...)

3Depuis 1536, l’autorité en Normandie était partagée entre deux lieutenants : Charles de Mouy, sieur de La Meilleraye, et Joachim de Matignon3. Devenu roi, Henri II confirma à d’Annebault le gouvernement de la province, mais il l’écarta cependant de son Conseil, et celui-ci se retira en Normandie dès juillet 1547. Cependant, c’est Matignon, son cousin, qui semble avoir assuré l’essentiel de l’exercice du pouvoir4. À la mort de l’amiral, en 1552, le gouvernement fut accordé au duc de Bouillon, Robert de La Marck, auquel succéda son fils, Henri-Robert, quatre ans plus tard. Celui-ci n’avait guère d’influence locale, et sa conversion au calvinisme, en 1561, réduisit encore son crédit5.

  • 6 David Nicholls, « Social Change and Early Protestantism in France : Normandy, 1520-62 », European (...)

4À cette époque, un certain nombre de gentilshommes normands étaient passés au protestantisme. Les seigneurs de Normandie et de Picardie devaient d’ailleurs fournir le noyau du parti de Condé, en 15626. Rouen tomba même aux mains des huguenots menés par Charles Martel de Bacqueville, dès le 15 avril de cette année, sans que le bailli de Rouen, Jean d’Estouteville, sieur de Villebon, pût s’y opposer, alors qu’il était un catholique particulièrement ferme, et la cité fut marquée par des gestes iconoclastes de grande ampleur.

  • 7 S. Carroll, Noble Power […], op. cit., p. 118 sq ; Paul-Alexis Mellet, « “Le chef espouventé de vo (...)
  • 8 « Traité des princes, conseillers autres ministres de l’Estat de France », David Potter (éd.), For (...)

5Comme la Normandie était en ébullition et qu’on ne pouvait pas compter sur le gouverneur, les autorités royales désignèrent un lieutenant général chargé d’en reprendre le contrôle, le 5 mai 15627. Il s’agissait de Claude de Lorraine, duc d’Aumale (1526-1573), le frère cadet du duc de Guise, dont les principales possessions se situaient aux confins de la Picardie et de la Haute-Normandie. Ce grand seigneur était accompagné d’un lieutenant spécialement chargé de la Basse-Normandie, Jacques de Matignon, à qui furent confiés les bailliages de Caen, d’Avranches et d’Alençon. Celui-ci devait peut-être sa promotion aux Guise, dont on disait qu’il leur était « fort amy8 », mais il était aussi un familier de Catherine de Médicis. En 1563, deux autres lieutenants généraux allaient être nommés en Haute-Normandie : Jean de Mouy, sieur de La Meilleraye, pour les bailliages de Caux et de Gisors, et Tanneguy Le Veneur, sieur de Carouges, pour ceux de Rouen et d’Évreux.

  • 9 Jacques de Caillière, Histoire du mareschal de Matignon, gouverneur et lieutenant général pour le (...)
  • 10 Jean François Louis d’Hozier, Recueil historique des chevaliers de l’ordre de Saint-Michel, M. Pop (...)
  • 11 Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, fonds français [ci-après BNF Ms Fr] 3389, fo 85 (Lan (...)

6Des trois hommes, Jacques de Matignon (1525-1597) était certainement celui qui avait le plus de liens avec la cour. Comme on l’a vu, son oncle Joachim avait déjà exercé cette fonction quelques années plus tôt grâce à la protection de l’amiral d’Annebault. Après avoir été introduit à la cour par son oncle, ce qui lui permit d’être élevé comme enfant d’honneur du dauphin, Jacques acquit rapidement une réputation de soldat valeureux. À partir de 1552, il participa aux campagnes contre les Impériaux, et il fut fait prisonnier à la bataille de Saint-Quentin. Selon son biographe, il était très proche de Catherine de Médicis, qui appréciait sa souplesse d’esprit, sa clarté de jugement et « son humeur secrette et dissimulée9 ». Bien que ces notations soient évidemment sujettes à caution, il est intéressant que ce caractère, en apparence peu conforme à l’idéal aristocratique traditionnel, soit ici considéré comme une vertu. En Basse-Normandie, Matignon se montra soucieux de maintenir l’ordre et de faire respecter les édits de pacification. En récompense de ses services, il reçut le collier de l’ordre de Saint-Michel le 12 janvier 156310. Il se signala ensuite lors des sièges et des rencontres qui émaillèrent les guerres. Bien qu’il ait été un fervent catholique, il veilla à ce que les catholiques d’Alençon et de Saint-Lô ne s’en prissent pas à leurs concitoyens huguenots, au lendemain de la Saint-Barthélemy. Deux ans plus tard, il parvint à s’emparer de Gabriel de Montgomery, l’un des principaux chefs protestants, à Domfront. Le meurtrier involontaire d’Henri II fut mené à Paris, où il devait être exécuté en juin 1574. Grâce à ses relations à la cour, Matignon pouvait prétendre à diverses gratifications, qu’il s’agisse de bénéfices ecclésiastiques ou de confiscations. Le chevalier d’honneur de Catherine de Médicis, Louis de Lanssac, intervint ainsi en sa faveur auprès de la reine pour que l’abbaye de Cherbourg lui soit accordée ; en retour, Matignon promettait d’avertir Lanssac dès qu’un bénéfice ecclésiastique serait vacant dans la région11.

  • 12 Brantôme, Œuvres complètes, L. Lalanne (éd.), Paris, 1864-1882, 11 vol., t. 5, p. 164.

7La faveur de Matignon auprès de la reine était mal perçue par les deux autres lieutenants. Brantôme rapporte que Carouges se serait plaint à Catherine de Médicis en ces termes : « Madame, […] à l’un vous luy donnez du bon foing et bonn’ avoyne, et aux autres deux vous ne leur donnez que de la paille, et les traictez à coups de fourche12. » De fait, les appointements de Matignon comme lieutenant général s’élevaient à 300 l. t. par mois, contre seulement 200 pour les autres. Envieux, Carouges n’aurait pas hésité non plus à accuser Matignon d’avoir laissé les huguenots s’emparer des places de son gouvernement avant de ruiner le pays pour les reprendre.

  • 13 S. Carroll, Noble Power […], op. cit., p. 146.

8Tanneguy Le Veneur, sieur de Carouges († 1592), appartenait à un lignage dont les traces remontent au XIVe siècle. Les Le Veneur avaient noué des alliances dans la plus haute noblesse normande et ils détenaient des bénéfices ecclésiastiques de premier plan. Le grand-oncle de Tanneguy, Jean († 1543), fut ainsi évêque de Lisieux, grand aumônier de France et même cardinal en 1533. Le propre frère de Tanneguy, Gabriel (†1574), qui détenait l’évêché d’Évreux depuis 1531, entretenait des relations étroites avec le cardinal de Lorraine qui le fit désigner chancelier de l’ordre de Saint-Michel en 1560. C’est sans doute à la protection des Guise que Tanneguy doit d’avoir été nommé gouverneur du deuxième fils d’Henri II, le duc d’Orléans, puis d’avoir été retenu comme gentilhomme ordinaire de la chambre du roi en 1559. Au commencement des guerres civiles, il exerçait la charge de gouverneur d’Honfleur, et c’est lui qu’on envoya à Rouen en février 1563 pour régler un conflit entre le bailli Villebon et le maréchal de Vieilleville, qui avait été dépêché dans la province13. À la mort de Villebon, en 1565, il fit fonction de bailli de Rouen, charge qu’il occupa jusqu’en 1576, quand son fils Jacques lui succéda.

  • 14 Jacques-Auguste de Thou, Histoire universelle, trad. fr., Londres, 1734, t. 6, p. 429.
  • 15 « Traité des princes, conseillers autres ministres de l’Estat de France », op. cit., p. 35.
  • 16 « Richard Cook’s Discription de tous les provinces de France et de toutes les plus illustres et pl (...)

9En dépit de ses liens avec la maison de Lorraine, Carouges apparaît comme un « homme d’un esprit doux et modéré » sous la plume de Jacques-Auguste de Thou14. Ainsi, en 1572, il aurait tout fait pour empêcher les massacres dans sa province, avant de s’incliner devant l’ardeur des catholiques de Rouen. Un observateur anglais note qu’il était « amateur de la paix et de Memorency [Montmorency], homme de bon entendement et vray françois15 ». Un peu plus tard, on pouvait lire dans un autre rapport qu’il avait « la réputation de bon justicier » et jouissait de 30 000 l. t. de revenu16. Carouges entretenait des relations, non seulement avec les grandes maisons normandes, mais aussi avec des lignages éloignés de sa province, signe de sa bonne intégration aux réseaux aristocratiques. Lui-même s’était allié à une représentante de la noblesse du Limousin, Madeleine de Pompadour, qui lui donna deux filles et deux fils.

  • 17 S. Carroll, Noble Power […], op. cit., p. 151-159. Voir Roger Rodière et Eugène Vallée, La Maison (...)
  • 18 Amédée Hellot, Essai historique sur les Martel de Bascqueville et sur Basqueville en Caux (1000-17 (...)

10Le troisième lieutenant général, Jean de Mouy, sieur La Meilleraye (1528-1591), descendait d’une maison implantée dans le pays de Caux au début du siècle, quand son grand-père, Jacques, avait épousé Jacqueline d’Estouteville-Torcy. Pour asseoir son autorité, Jean pouvait rappeler que son père, Charles, avait servi comme lieutenant en Haute-Normandie du temps de l’amiral d’Annebault. Pourtant, La Meilleraye accompagna Condé en mai 1562, mais dès le mois suivant il rejoignait le parti royal et acceptait les capitaineries d’Honfleur, de Lisieux et de Pont-Audemer17. Il exerçait également la responsabilité de vice-amiral de France, que son père avait également détenue avant lui. Au cours des années suivantes, son engagement catholique ne cessa de se fortifier, et Stuart Carroll a pu analyser cette orientation comme un choix stratégique destiné à renforcer son autorité aux dépens de Charles Martel de Bacqueville, le principal seigneur protestant de la région18.

  • 19 BNF Ms Nouvelles acquisitions françaises [ci-après NAF] 8629, fo 34 (montre de la compagnie de Mat (...)
  • 20 BNF Ms Fr 26161, no 728 (quittance de Matignon pour son état de capitaine de la ville et du châtea (...)

11Après la mort du duc de Bouillon, le 2 décembre 1574, on scinda officiellement la Normandie en trois gouvernements qui furent confiés aux anciens lieutenants généraux. Comme Matignon séjournait souvent à Paris, où il possédait un hôtel voisin du Louvre, le roi désigna rapidement Hervé de Longaunay (1521-1590) comme lieutenant général en Basse-Normandie. Longaunay était lieutenant de la compagnie d’ordonnance de Matignon depuis 1571, et c’est lui qui assumait le commandement effectif de cette troupe recrutée de façon très localisée en Basse-Normandie et dans le Maine19. Enfin, Matignon vit son autorité complétée par le titre de gouverneur de Cherbourg en 157820.

  • 21 BNF Ms Fr 3340, fo 38 vo (« Abrégé des compagnies de la gendarmerie qui sont destinées s’assembler (...)
  • 22 James B. Wood, « The Royal Army During the Early Wars of Religion, 1559-1576 », Mack P. Holt (dir. (...)
  • 23 BNF Ms Fr 25814, no 709 (montre des arquebusiers à cheval commandés par Bertrand de La Broize, ord (...)
  • 24 Lettres de Henri III, M. François et alii (éd.), Paris, Société de l’histoire de France, 1959-2006 (...)

12Le maintien de l’ordre dans la province n’était pas simple, car celle-ci comptait peu de garnisons. Seules quatre compagnies d’ordonnance y stationnaient régulièrement, à savoir celles des trois gouverneurs et celle de Guillaume de Hautemer, sieur de Fervacques, un gentilhomme normand proche du duc d’Anjou21. Il y avait également deux cents fantassins au Havre et à Rouen22. Les gouverneurs bénéficiaient par ailleurs d’une garde personnelle de trente arquebusiers à cheval23. C’est avec ces faibles forces qu’ils tentèrent d’empêcher les levées de troupes réalisées par Fervacques pour le compte du duc d’Anjou lorsque celui-ci guerroyait aux Pays-Bas24.

Faveur et autorité

  • 25 Correspondance du nonce en France Anselmo Dandino (1578-1581), I. Cloulas (éd.), Rome-Paris, Press (...)
  • 26 Ibid., p. 389 (dépêche du 10 mai 1579) ; Lettres de Henri III, op. cit., t. 4, p. 203 (Henri III à (...)
  • 27 Lettres de Henri III, op. cit., t. 4, p. 241 et t. 5, p. 224.
  • 28 BNF Ms Fr 26168, no 2053 (quittance d’Odet de Matignon, comte de Thorigny, pour son état de capita (...)
  • 29 François Gebelin, Le Gouvernement du maréchal de Matignon en Guyenne pendant les premières années (...)

13Carouges et La Meilleraye, qui furent reçus dans l’ordre du Saint-Esprit en même temps, le 31 décembre 1582, allaient conserver leur titre de gouverneur jusqu’en 1583. En revanche, Matignon perdit sa charge dès juillet 1579, quand Henri III lui imposa de céder la Basse-Normandie à l’un de ses intimes, François d’O (v. 1551-1594)25. L’année précédente, celui-ci avait déjà obtenu le commandement de Caen, en remplacement du sieur de Laguo, qui l’avait détenu pendant vingt-cinq ans. Il est difficile de savoir si le roi souhaitait destituer Matignon pour confier son gouvernement à l’un de ses mignons, ou si, comme il le déclare dans ses lettres, il entendait que Matignon abandonnât son gouvernement parce qu’il ne souhaitait pas le voir cumuler cette charge avec le maréchalat. En mai 1579, le monarque avait, en effet, proposé cette dignité à Matignon, mais à la condition expresse qu’il se démette de ses fonctions en Normandie26. Henri III entendait peut-être écarter l’un des fidèles de sa mère, et dans sa correspondance, on note qu’il n’y a plus aucune lettre adressée à Matignon entre le 7 juillet 1579 et le 12 octobre 158127. Cependant, Matignon ne perdit pas toutes ses attaches dans la province, puisque son fils, Odet, comte de Thorigny, détenait la capitainerie de Granville28. Il reçut par ailleurs un dédommagement de 40 000 francs, puis le collier de l’ordre du Saint-Esprit en décembre 1579, et quelques mois plus tard il se vit pourvu de la lieutenance générale de Guyenne, province où il allait travailler avec énergie à maintenir une autorité royale menacée tant par les protestants que par les ligueurs29.

  • 30 Lettres de Henri III, op. cit., t. 4, p. 134 et 140 (Henri III à Matignon, Paris, 20 janvier et Iv (...)
  • 31 En 1584, un observateur estime ses revenus à 20 000 l. t. (« Richard Cook’s Discription de tous le (...)
  • 32 BNF Ms Cabinet d’Hozier 257 (O), fo 4, et Dossiers bleus 499 (O), fo 11. Sur ce personnage, voir K (...)
  • 33 Nicolas Le Roux, La Faveur du roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois (vers 1547-v (...)
  • 34 AN MC XC, 124 (20 janvier 1575).
  • 35 AN MC XC, 133 (13 mars 1580) ; BNF Ms PO 2133 (O), fo 40 (quittance du 6 avril 1580).
  • 36 Lettres de Henri III, op. cit., t. 4, p. 138 et 213 (Henri III à Villeroy, Ollainville, 25 janvier (...)

14Henri III cherchait visiblement à reprendre le contrôle de la région de Caen, qui venait de connaître un mouvement de contestation antifiscale, et qui risquait, par ailleurs, d’être entraînée dans les pratiques du duc d’Anjou30. La nomination de François d’O n’était pas aussi artificielle qu’elle pouvait le paraître, puisque sa famille était implantée au sud-est d’Argentan. Sa maison était sans doute moins riche que celles de Matignon, de La Meilleraye et de Carouges31, mais ses ancêtres servaient la monarchie depuis le XVe siècle, occupant notamment la charge de sénéchal du comté d’Eu32. À la cour, son père et son grand-père avaient porté le titre prestigieux de capitaine des gardes écossais33. Pourvu d’appuis importants, François avait obtenu dès 1572 la charge de gentilhomme ordinaire de la chambre du roi. Il avait ensuite accompagné le futur Henri III en Pologne, et en 1575, il s’intitulait « Hault et puissant seigneur Messire Françoys d’O, chevalier, seigneur d’O, Maillebois, Bleny, senechal heredital de la comté d’Eu, premier mareschal de Normandie, gentilhomme ordinaire de la chambre du Roy34 ». Son ascension s’accéléra au cours des années suivantes. À partir de 1578, il cumula les dignités de maître de la garde-robe et de premier gentilhomme de la chambre, ce qui ne s’était jamais vu. Il était par ailleurs conseiller d’État, chevalier de Saint-Michel et capitaine d’une compagnie d’ordonnance qui fut montée à cent hommes d’armes au début de 1580, comme s’il était un grand officier de la couronne35. D’O était tellement intime avec le roi qu’il tenait le rôle de secrétaire particulier du souverain quand celui-ci s’isolait dans son petit manoir d’Ollainville, et il ajoutait même parfois des annotations de sa main sur les missives de son maître36. Voici comment un observateur anglais le présentait :

  • 37 « Traité des princes, conseillers autres ministres de l’Estat de France », op. cit., p. 51.

« D’O, mignon. D’O est le premier en credit, qui c’est faict faire gouverneur en chef de la basse Normandie, homme despancier et joueur à tout outrance, à tout quoy le Roy satisfaict, tellement qu’on dict de luy un desordre en France, que le prodigue d’O gravelle noz finances. Son pere du vivant de Henry estoict cappitaine de la garde escossoise. Il est advenu sy glorieux de la faveur de son maistre qu’il oze se parangonner aux princes. Il dissuade au Roy la guerre estrangere. Il croy que c’est à la faveur de ceulx de Guise, qu’il frequente ordinairement37. »

  • 38 BNF Ms Fr 6393, fo 338-340 (état des officiers du duc d’Anjou, s. d. [1573 ?]).
  • 39 AN MC XC, 126 (9 mars 1577).
  • 40 BNF Ms Clair 836, p. 3086, 3078 et 3052 et PO 2133 (O), fo 43 (quittance du 31 octobre 1581).
  • 41 Correspondance du nonce en France Anselmo Dandino, op. cit., p. 633 (dépêche du 7 avril 1580).

15Ses frères bénéficièrent également des grâces du monarque. Jean, sieur de Manou, était entré dans la Maison du futur Henri III vers 1573, avant de partir en Pologne38. De retour en France, il fut nommé échanson, puis gentilhomme de la chambre39, et finalement capitaine des gardes du corps en 1580. René, sieur de Fresnes, fut lui aussi gentilhomme ordinaire de la chambre à partir de 158040. Louis, sieur de Ferrières, accompagna le duc d’Alençon, sans pour autant faire partie de sa Maison, et trouva la mort à Anvers en 1583. Charles, enfin, obtint les titres d’abbé de Saint-Étienne de Caen, puis de Saint-Julien de Tours. Le roi avait d’ailleurs accordé à François d’O l’évêché d’Avranches, en avril 1580, pour qu’il en disposât en faveur de Charles41.

  • 42 Philip Benedict, Rouen During the Wars of Religion, Cambridge, Cambridge University Press, 1981, p (...)
  • 43 BNF Ms Fr 3327, fo 3 (Joyeuse au comte du Bouchage, Paris, 1er juillet [1579]).

16La politique de partage des responsabilités entre plusieurs gouverneurs ou lieutenants généraux fut abandonnée par Henri III le 24 février 1583, quand il nomma Anne de Joyeuse gouverneur de l’ensemble de la Normandie. En réunifiant la province sous l’égide d’un seul officier, le roi entendait avant tout faire éclater de façon spectaculaire la faveur de son mignon. Il s’agissait aussi de concentrer l’autorité pour mieux contrôler la région42. En 1579, Joyeuse avait déjà obtenu la charge de gouverneur du Mont-Saint-Michel, en survivance de son grand-père, René de Batarnay du Bouchage43.

  • 44 J.-A. de Thou, Histoire universelle, op. cit., t. 9, p. 79.
  • 45 BNF Ms Fr 3306, fo 74-75 (lettres patentes d’Henri III portant réunion en un seul des trois gouver (...)
  • 46 Calendar of State papers, Foreign series, of the Reign of Elizabeth [ci-après CSPF], Londres, 1863 (...)

17Selon de Thou, l’attribution de la Normandie à Joyeuse procédait d’un choix par défaut, car le jeune homme ambitionnait le Languedoc, mais il s’agissait d’une affectation aussi prestigieuse que rémunératrice44. Les lettres patentes royales justifiaient la réunification de la province par la volonté de retrouver l’ordre établi au temps d’Henri II, afin que les affaires soient mieux dirigées. Le choix de Joyeuse s’imposait par « la grande et particuliere confiance » que le souverain faisait à son jeune beau-frère, lequel portait déjà le titre d’amiral de France depuis juin de l’année précédente45. La faveur de Joyeuse paraissait telle, que le bruit courait que le roi allait ériger la Normandie en duché en sa faveur46 !

  • 47 BNF Ms Fr 3306, fo 75 vo (lettres patentes d’Henri III, Paris, 4 mars 1583).
  • 48 BNF Ms Fr 3306, fo 77 (lettres patentes d’Henri III, Paris, 4 mars 1583). Grainville avait épousé (...)
  • 49 BNF Ms Fr 3306, fo 79 (lettres patentes d’Henri III, Paris, 12 mars 1583).
  • 50 CSPF, op. cit, t. 17, p. 162 (Cobham à Walsingham, Paris, 27 février/9 mars 1583).
  • 51 BNF Ms PO 1738 (Longaunay), no 18 (quittance d’Hervé de Longaunay pour cent écus, pour son état de (...)

18En son absence, deux lieutenants généraux seraient établis : La Meilleraye dans les bailliages de Caux, de Gisors et de Cotentin47 ; Carouges dans ceux de Rouen, d’Évreux et de Caen, et en cas d’absence, il serait remplacé par son gendre, Jacques de Rouville, sieur de Grainville48. Le fils de Carouges, Jacques Le Veneur, sieur de Tillières, obtenait par ailleurs la survivance de la charge, et le roi érigea sa seigneurie en comté. Le nouveau comte de Tillières recevait également la compagnie de cent hommes d’armes de son père, tandis que sa propre compagnie de cinquante hommes était confiée à son frère cadet, Charles49. En gratifiant de cette façon les enfants de Carouges, le souverain entendait conserver la fidélité du lignage et faire mieux accepter la perte du titre de gouverneur. La Meilleraye et Carouges reçurent également 60 000 l. t. de dédommagement. François d’O, de son côté, devait se démettre du gouvernement de Basse-Normandie, moyennant 100 000 l. t.50, mais il conservait le château de Caen. En revanche, Longaunay était maintenu comme lieutenant général, bien qu’il ait fait des difficultés à l’établissement de Joyeuse comme amiral dans la province51.

  • 52 BNF Ms Fr 3306, fo 81 (lettres closes d’Henri III pour Joyeuse allant prendre possession de son go (...)
  • 53 P. Benedict, Rouen […], op. cit., p. 163.
  • 54 Jean Rouxel, Entrée du duc de Joyeuse à Caen, le 5 avril 1583, T. Genty (éd.), Rouen, 1900, p. 2.

19Le 21 mars 1583, Joyeuse quittait la cour pour prendre possession de son nouveau gouvernement52. Quatre jours plus tard, il faisait son entrée à Rouen, où il fut accueilli par une bannière sur laquelle étaient inscrits les espoirs de la population rouennaise : « Respire maintenant Normandie affligée/Ton Roy à ceste foys te veult voir de plus prez/Qui t’envoye aujourd’huy l’un de ses yeux exprez/Pour cognoistre tes maux et t’en rendre alegée53. » Il arriva ensuite à Caen le 5 avril, où l’on réalisa en son honneur un programme iconographique et scénique exaltant son autorité. En référence à sa dignité d’amiral de France, on le représenta ainsi en Neptune54.

  • 55 CSP, Foreign, t. 17, p. 217 (dépêche du 29 mars/8 avril 1583).
  • 56 Ibid., t. 17, p. 358 (Cobham à Walsingham, Paris, 22 mai/1er avril 1583).
  • 57 S. Carroll, Noble Power […], op. cit., p. 196-197 ; Henri de Frondeville, Les présidents du parlem (...)

20En dépit de son intimité avec le roi, Joyeuse éprouva des difficultés à faire enregistrer par le parlement de Normandie les lettres patentes lui attribuant le gouvernement de la province. Les magistrats soutenaient en effet que, selon les privilèges des Normands, seul le fils du roi ou l’héritier de la couronne pouvait être leur gouverneur55. De fait, le duc d’Anjou écrivit à son frère pour se plaindre de cette nomination56. Les relations avec les parlementaires se tendirent un peu plus en avril 1585 quand Joyeuse imposa l’un de ses clients, Claude Groulart (1551-1607), alors conseiller au Grand Conseil, comme premier président de la cour. Bien que celui-ci fût normand, sa désignation provoqua le mécontentement des Rouennais, à la fois parce qu’il s’agissait d’un ancien calviniste et parce que d’autres personnages convoitaient ce poste prestigieux57. L’opposition était menée par deux hommes liés à la maison de Lorraine, le conseiller Jacques II de Bauquemaure, qui était le fils de l’ancien premier président, Jacques Ier de Bauquemaure, décédé l’année précédente, et le procureur général, Georges de La Porte.

  • 58 BNF Ms Fr 3306, fo 82 (Henri III à Joyeuse, Paris, 23 mars 1583).
  • 59 BNF Ms Fr 3306, fo 10 vo (Henri III à Joyeuse, Saint-Maur-des-Fossés, mai 1584).

21Conscient des réticences des parlementaires à son égard, Joyeuse chercha à se concilier la municipalité de Rouen. À sa demande, Henri III reçut ainsi les requêtes présentées par le représentant de la ville à la cour, un dénommé Vymont, qui eut même le privilège de pouvoir les exposer de vive voix devant le Conseil58. Mais cette bienveillance ne devait être que de courte durée. L’année suivante, le roi fit savoir à Joyeuse que désormais les Rouennais ne devraient plus entretenir de député à la cour, et qu’ils transmettraient leurs remontrances soit à Joyeuse lui-même, soit à Carouges ou à son fils59.

  • 60 BNF Ms Fr 3358, fo 72 et 75 (Carouges à Brulart, Rouen, 19 décembre 1588 et janvier 1589).
  • 61 Lettres de Henri III, op. cit., t. 6, p. 147-148 (Henri III à Carouges, Saint-Germain-en-Laye, 12 (...)

22En définitive, l’influence de Joyeuse sur Rouen allait demeurer très limitée. C’est bien Carouges qui continuait de jouer le rôle d’intermédiaire entre le roi et les Rouennais et qui intervenait auprès des secrétaires d’État en faveur des officiers locaux60. C’est aussi lui qui devait représenter le roi aux états de Normandie, à l’automne de 1583, à un moment où il fallait convaincre les notables de la nécessité d’accorder au monarque des ressources financières importantes61.

  • 62 BNF Ms Fr 3306, fo 86 (lettres patentes d’Henri III, Paris, 28 mars 1583) ; J.-A. de Thou, Histoir (...)
  • 63 BNF Ms Fr 3306, fo 15 vo (lettres patentes portant démission de l’état de gouverneur du havre de G (...)
  • 64 BNF Ms Fr 36168, no 2047 (quittance d’Aymar de Chaste, gouverneur de Dieppe, pour 1 500 écus, Diep (...)
  • 65 Bnf Ms PO 491 (Brancas), no 90 (quittance d’André de Brancas, sieur de Villars, gentilhomme ordina (...)
  • 66 Lettre citée : Jean Rouxel, Entrée du duc de Joyeuse à Caen, op. cit., p. xii.

23Joyeuse ne mena pas non plus une politique d’intégration de la noblesse. Le roi lui avait subordonné les gouvernements particuliers de Rouen, du Havre, d’Honfleur, de Caen, de Granville et de Cherbourg, qu’il chercha à attribuer à ses clients après avoir obtenu le départ de leurs titulaires, souvent moyennant finance62. En 1584, il confia ainsi Le Havre à son cousin, Aymar de Chaste, après la démission du sieur de Sarlabous, qui occupait la charge depuis plus de vingt ans63. Chaste, qui était commandeur dans l’ordre de Malte, reçut ensuite le gouvernement de Dieppe64, et il fut alors remplacé au Havre par un gentilhomme provençal, André de Brancas, sieur de Villars65. À Caen, Joyeuse plaça également un homme étranger à la province. En décembre 1583, il nomma bailli et gouverneur de la ville un Languedocien, Gaspard de La Vérune, qui était le guidon de sa compagnie d’ordonnance, et ce personnage allait conserver ce poste jusqu’en 1594. La maîtrise de Caen était importante, car François d’O y restait influent. Les autorités locales hésitèrent un moment avant d’adopter une attitude favorable au nouveau gouverneur, et certains étaient peut-être même prêts à soutenir d’O si celui-ci s’engageait dans une rébellion ouverte. Les tensions étaient telles que l’échevin Pierre Gosselin, qui se trouvait à la cour, écrivit au corps de ville pour dissuader ses collègues de prendre le parti de l’ancien gouverneur66.

  • 67 BNF Ms Fr 26168, no 2186 (quittance d’Adrien de Humières, sieur de Vitermont, demeurant à Honville (...)
  • 68 BNF Ms NAF 8633, fo 82-89 (montre de la compagnie de cent lances du duc de Joyeuse, à « Doully », (...)

24Le favori du roi ne chercha pas à intégrer des Normands à sa compagnie d’ordonnance. Cette troupe était essentiellement composée de Picards, car il s’agissait de l’ancienne compagnie du gouverneur de Péronne, Jacques de Humières, que Joyeuse avait reçue en 1579. Son lieutenant était le gouverneur de Saint-Quentin, Adrien de Humières, sieur de Vitermont, qui demeurait près de Dieppe67. L’enseigne était un autre gentilhomme picard, Hugues de Forceville. Le guidon finit par échoir à une créature de Joyeuse, Gaspard de La Vérune, qui semble avoir été le seul officier de la compagnie attaché personnellement au capitaine. Le passage de la troupe à cent lances entraîna le recrutement d’une trentaine d’hommes d’armes supplémentaires, qui provenaient principalement de Picardie (40 %) et d’Île-de-France (23 %), et secondairement de Haute-Normandie (10 %) et du Languedoc (5 %)68.

  • 69 AN MC XV, 147 (contrat de mariage entre Charles Martel de Bacqueville et Madeleine de La Chastre, (...)

25Joyeuse noua cependant des liens avec quelques gentilshommes normands. Il fut ainsi présent lors de la signature du contrat de mariage de Charles II Martel de Bacqueville qui, contrairement à son père, était catholique, avec Madeleine de La Chastre, la fille du capitaine des gardes Gaspard de La Chastre, sieur de Nançay, mais cela s’explique avant tout par le fait qu’il était le cousin germain de la mariée69.

  • 70 BNF Ms Fr 3306, fo 66 (Henri III à Joyeuse, Paris, 7 février 1583) et Fr 3310, fo 63 b (Henri III (...)
  • 71 BNF Ms Fr 3306, fo 72 vo (lettre du roi aux présidents et trésoriers généraux de France des bureau (...)
  • 72 BNF Ms Fr 3306, fo 115 vo-116 (Catherine de Médicis à Joyeuse, La Fère, 21 août 1583).
  • 73 René de Lucinge, Lettres sur la cour d’Henri III en 1586, A. Dufour (éd.), Genève, Droz, 1966, p.  (...)

26Néanmoins, Henri III comptait réellement sur Joyeuse pour contrôler la Normandie. Il adressait à son beau-frère de nombreuses recommandations visant à assurer la liberté du trafic maritime en mettant fin aux méfaits des pirates et en surveillant les allers et venues suspectes, et tout particulièrement celles des Espagnols70. Les ports normands constituaient par ailleurs des bases essentielles pour la marine royale. En 1583, on y prépara une petite flotte destinée à s’en prendre aux intérêts espagnols, et trois compagnies d’infanterie se préparaient à embarquer71. Aymar de Chaste, sur qui le roi se reposait pour les affaires navales, devait être la cheville ouvrière de cette opération72. Trois ans plus tard, celui-ci reçut le commandement de la nouvelle « armée de mer », forte de huit bâtiments, assemblée en Normandie sous l’autorité théorique de Joyeuse. En revanche, La Meilleraye, qui conservait officiellement ses fonctions de vice-amiral, ne reçut aucune responsabilité à cette occasion. Un moment, on put croire que la flottille allait se joindre à la marine anglaise pour attaquer les vaisseaux espagnols de la Route des Indes, mais elle finit par se diriger vers les côtes atlantiques pour protéger Brouage des attaques huguenotes73.

La crise ligueuse

  • 74 Jonathan Dewald, The Formation of a Provincial Nobility. The Magistrates of the Parlement of Rouen (...)
  • 75 BNF Ms Fr 3329, fo 5-6 (« Association […] des bailliages de Caux et Gisors », 1577).

27Les inquiétudes religieuses étaient particulièrement vives dans le nord du royaume. Dès 1576, une association nobiliaire avait vu le jour à Rouen, et la ligue catholique fondée à Péronne par Jacques de Humières eut un grand écho dans la province. Quand Henri III prit la tête de ce mouvement, en décembre 1576, il adressa à tous les gouverneurs et lieutenants généraux une formule d’association qui devait être jurée par la population catholique. À Rouen, Carouges se chargea de cette tâche à partir de janvier 1577. Comme les magistrats du Parlement étaient très réticents, bien qu’ils fussent des catholiques ardents, Carouges dut leur ordonner, au nom du roi, de signer « l’association faicte par la noblesse74 », mais en vain. Dans les bailliages de Caux et de Gisors, La Meilleraye diffusa le texte de l’association catholique, mais le serment différait de celui que le roi proposait. Il s’agissait cette fois d’une association secrète, dont le gouverneur prenait la tête. Un conseil élu était désigné pour le seconder, et les membres du parti s’engageaient à défendre la religion catholique75.

  • 76 BNF Ms Fr 32868, p. 466 (recueil de l’ordre de Saint-Michel, notice sur Hugues de Forceville, règn (...)
  • 77 BNF Ms Fr 3358, fo 42-43 (rapport de Carouges sur l’état de la ville de Rouen [vers avril 1585]) e (...)
  • 78 BNF Ms Fr 3358, fo 39 (Carouges au roi, Rouen, 10 avril 1585) ; S. Carroll, Noble Power […], op. c (...)

28En Normandie, la Ligue organisée par les Guise en 1585 allait être menée par le duc d’Elbeuf. Plusieurs seigneurs favorisaient ouvertement le mouvement, y compris des officiers royaux comme Jacques de Mouy-Pierrecourt (le frère de La Meilleraye) à Honfleur ou François d’O à Caen. L’enseigne de la compagnie de Joyeuse, Forceville, s’engagea lui aussi dans le parti catholique76. Par ailleurs, c’est un gentilhomme normand, François de Roncherolles, sieur de Maineville, qui se chargea de faire le lien entre le duc de Guise et le cardinal de Bourbon. À Rouen, la Ligue recrutait des partisans dans le clergé et chez les parlementaires. Dans ses rapports, Carouges soulignait la popularité du mouvement au sein du peuple, mais aussi le danger que représentait la présence d’environ quatre-vingts Espagnols dans la ville77. Selon Carouges, Elbeuf faisait de nombreuses levées d’hommes autour d’Argentan, se vantant de pouvoir aligner sans peine jusqu’à 6 000 combattants. Début avril 1585, ce prince se fit ouvrir les portes de Bayeux par le gouverneur du château, et pour se concilier la population, il promit de faire supprimer les taxes sur le sel78.

  • 79 René de Lucinge, Lettres sur les débuts de la Ligue, op. cit., p. 73 (dépêche du 25 mai 1585).
  • 80 P. Benedict, Rouen […], op. cit., p. 171-172.
  • 81 R. de Lucinge, Lettres sur la cour d’Henri III en 1586, op. cit., p. 185 (dépêche du 14 mai 1586).

29Le nouveau gouverneur de la province se chargea de mater la prise d’armes catholique. Joyeuse se rendit dans son gouvernement en mai 1585, à la tête de 2 000 fantassins et de 800 cavaliers. Elbeuf avait 2 000 piétons et 1 200 cavaliers à lui opposer79. Méfiants, les habitants de Rouen refusèrent que Joyeuse entre dans leur ville avec ses troupes et, finalement, c’est sans ses hommes qu’il fit son apparition dans la capitale normande, le 1er juin. Une assemblée générale fut rapidement réunie à l’hôtel de ville, à l’occasion de laquelle Joyeuse se vit contraint d’assurer aux habitants que le roi n’avait jamais eu l’intention d’installer une garnison dans la cité80. Il poursuivit ensuite Elbeuf, qui avait pris la direction de l’Anjou pour faire sa jonction avec Brissac et, le 17 juin, il le défit près de Beaugency, lui tuant une centaine d’hommes. Joyeuse organisa ensuite la défense des villes et envoya à Dieppe et au Havre l’ingénieur du roi, Gustin, pour travailler aux fortifications81.

  • 82 BNF Ms Fr 3370, fo 68 (« Ce qui a esté advisé en la conferance faicte le vendredy, dernier jour de (...)
  • 83 R. de Lucinge, Lettres sur les débuts de la Ligue, op. cit., p. 209 et 256 (dépêches des 13 octobr (...)
  • 84 Ibid., p. 262 (dépêche du 9 décembre 1585).
  • 85 BNF Ms PO 2133 (O), fo 20.

30Pendant ce temps, des négociations étaient menées à Épernay entre les princes ligueurs et la reine mère. Le cardinal de Bourbon, qui était archevêque de Rouen, réclamait le Vieux Palais et le commandement de la ville quand il y serait présent. Le roi refusa de céder le bâtiment qui abritait l’arsenal royal, réaffirmant qu’« il estoit necessaire pour le service de Sa Majesté que le gouverneur et lieutenant general au bailliage dudit Rouen usast de son pouvoir82 ». François d’O, de son côté, exigeait le gouvernement des bailliages de Caen et de Cotentin, ce qui ne lui fut pas accordé, et il accepta finalement de céder le gouvernement du château de Caen contre un dédommagement de 120 000 écus83. En définitive, Henri III le pardonna et il put conserver son commandement84. La réconciliation avec le roi fut sanctionnée par la réception de François d’O et de son frère Jean d’O-Manou dans l’ordre du Saint-Esprit, le 31 décembre 1585. À cette occasion, c’est d’ailleurs Carouges qui signa l’attestation de service fournie par Manou85. En décembre 1586, le roi tenta de se concilier les grandes maisons normandes en recevant dans l’ordre du Saint-Esprit Jacques Le Veneur-Tillières et Jacques de Mouy-Pierrecourt, qui avaient tous les deux manifesté leur soutien à la Ligue.

31L’absence de relations entre Joyeuse et la noblesse locale explique le développement du mécontentement des gentilshommes normands et l’organisation de nouvelles associations catholiques, comme le notait l’ambassadeur de Savoie :

  • 86 R. de Lucinge, Lettres sur la cour d’Henri III en 1586, op. cit., p. 22 (dépêche du 8 janvier 1586 (...)

« On fait en ce royaulme plusieurs ligues secrètes, principalement en Normandie ; la noblesse qui se despite pour n’estre emploiée aux charges de la province, que Monsieur de Joieuse baille touttes à de ses serviteurs et confidens, les villes grosses, les unes avec les autres, et les bourgeois des villes les ungs avec les aultres, tout qui se bastit pour leur seurté après la mort du Roy ; ainsi elle se va divisant en parties innumérables86. »

  • 87 René de Lucinge, Lettres de 1587. L’année des reîtres, J. Supple (éd.), Genève, Droz, 1994, p. 40 (...)

32Le même observateur affirmait par ailleurs que « Monsieur de Joyeuse s’assure assés mal du couraige des principaulx de son gouvernement87 ».

  • 88 Ibid., p. 338 et 345 (dépêches des 2 et 7 novembre 1587).
  • 89 Ibid., p. 356 (dépêche du 16 novembre 1587).

33Après la mort de Joyeuse à la bataille de Coutras, le 20 octobre 1587, Henri III transféra à son autre favori, le duc d’Épernon, toutes les charges auparavant détenues par son beau-frère. C’est ainsi qu’Épernon devint gouverneur de Normandie et amiral de France, le 7 novembre 1587, mais il éprouva encore plus de difficultés que Joyeuse pour établir son autorité. D’emblée, les commandants de Dieppe (Chaste), de Caen (La Vérune) et du Havre (Villars-Brancas), qui devaient tous leurs charges à Joyeuse, firent savoir qu’ils ne lui obéiraient pas et qu’ils remettraient leurs places soit au roi, soit au frère de Joyeuse, Antoine-Scipion, grand prieur de Toulouse dans l’ordre de Malte88. Épernon encourait également l’hostilité des princes du sang qui convoitaient la charge. Le duc de Montpensier s’en prit ainsi ouvertement à lui le 15 novembre, « disant qu’il avaloit tous les gros morceaux, mais qu’il s’en pourroit bien estrangler de quelqu’un », tandis que, de son côté, le comte de Soissons s’adressait à la reine mère pour se faire attribuer la Normandie89.

  • 90 Remonstrance faicte à Monsieur d’Espernon, entrant en l’Eglise Cathedrale de Rouen, le 3 de May 15 (...)

34Épernon partit prendre possession de son nouveau gouvernement le 26 avril 1588, avec quatre compagnies d’hommes d’armes et vingt-deux d’infanterie, c’est-à-dire une véritable armée chargée d’imposer son autorité dans la province. Il arriva à Rouen le 3 mai, puis à Caen le 14. Dans chaque ville, une entrée triomphale était préparée. Dans la cathédrale de Rouen, il entendit une remontrance prononcée par le pénitencier du lieu, qui insistait sur la puissance qu’il détenait « pour avoir l’oreille, la faveur, et l’auctorité du Roy en main », et le conjurait de tout faire pour rétablir la religion catholique, qui était méprisée par les hérétiques et les machiavélistes. Épernon répondit n’avoir d’autre volonté que « de servir au public de ceste province », et qu’il n’avait « rien plus engravé dans le cœur, que le service de Dieu, du Roy, et du public90 ». Mais Épernon ne devait pas conserver longtemps ses nouvelles responsabilités. Sous la contrainte, il démissionna d’une partie de ses charges dès le 28 mai, et la Normandie fut confiée au duc de Montpensier le 14 juillet.

  • 91 Brief discours sur la bonne et ioyeuse reception faicte à la Maiesté du Roy par ses tres fidelles (...)
  • 92 S. Carroll, Noble Power […], op. cit., p. 206.

35À ce moment, Henri III lui-même se trouvait à Rouen, où il avait fait son entrée le 13 juin 1588. Carouges et son fils, Tillières, avaient accueilli le cortège avec toute la solennité requise91. De belles fêtes avaient été organisées, et le souverain avait anobli quelques notables. Henri III chercha à s’assurer de la fidélité de Carouges en lui octroyant une pension de 3 333 écus ⅓ et en lui promettant la prochaine dignité de maréchal vacante. Il fit également un don de 15 000 écus à Tillières, ce qui ne devait pas empêcher celui-ci de continuer à soutenir la Ligue92. Le roi quitta la capitale normande le 21 juillet, pour retourner à Chartres, avant de s’installer à Blois où les états généraux avaient été convoqués.

  • 93 BNF Ms Fr 3358, fo 66 (Carouges au roi, Rouen, 4 décembre 1588).
  • 94 P. Benedict, Rouen […], op. cit., p. 177-178.

36De son côté, Carouges se montrait très attentif aux risques de prises d’armes, signalant notamment que les huguenots avaient des visées sur les places de la région d’Alençon93. Fin décembre, quand la nouvelle de l’assassinat de Guise arriva à Rouen, il posta des hommes dans les endroits stratégiques de la ville pour éviter un soulèvement. Il interdit également aux prédicateurs d’évoquer les événements de Blois, mais le jésuite Jacques Commolet ne craignit pas d’enfreindre ses ordres dans son sermon du 29 décembre94. Un bureau clandestin de l’union catholique fonctionnait dans la ville depuis 1585, et le mouvement était à présent mené par un magistrat du parlement, Richard Regnault, sieur du Pont.

  • 95 Ibid., p. 179-180. Le soulèvement rouennais est décrit dans l’Histoire de la Ligue attribuée au li (...)
  • 96 Eugène Saulnier, Le Rôle politique du cardinal de Bourbon (Charles X), 1523-1590, Paris, Honoré Ch (...)
  • 97 Henri Drouot, « Les conseils provinciaux de la Sainte-Union (1589-1595) : notes et questions », An (...)

37Finalement, le 4 février 1589, les catholiques les plus zélés sortirent dans les rues de Rouen pour inviter la population à se joindre à la Ligue, sous le prétexte de l’arrivée des troupes royales, et l’on érigea des barricades. Le lendemain, dimanche 5 février, une procession dégénéra en soulèvement général, et les ligueurs purent s’emparer sans mal de l’hôtel de ville, du château, du Vieux Palais et des portes95. Carouges, qui s’était enfermé dans l’abbaye de Saint-Ouen avec une trentaine d’hommes, dut abandonner la partie. Bien qu’il ait lui-même fini par rallier le mouvement, le 10 février, Carouges ne fut pas maintenu dans ses fonctions, car les ligueurs ne le jugeaient pas assez engagé pour leur cause. Il devait d’ailleurs rapidement rejoindre le camp du roi. Le duc de Mayenne, chef de la Ligue, fit son entrée à Rouen le 23 février. Une procession solennelle fut organisée, à laquelle participèrent trois compagnies de pénitents rassemblant 600 personnes qui portaient des représentations de l’assassinat des Guise96 ! Le 4 mars, on établit un conseil de l’Union chargé de contrôler la Normandie, comprenant dix-huit membres, parmi lesquels dominaient les magistrats des cours souveraines, les édiles municipaux et les ecclésiastiques97.

  • 98 Jean-Marie Constant, « Les barons français pendant les guerres de Religion », Id., La noblesse en (...)
  • 99 P. Benedict, Rouen […], op. cit., p. 185.

38Néanmoins, la plupart des nobles devaient rester fidèles au roi. Jean-Marie Constant a montré que seuls 9 % des chevaliers de l’ordre de Saint-Michel originaires de Normandie rejoignirent la Ligue, alors que 46 % suivaient Henri III et 2 % le roi de Navarre. Le poids de l’union catholique était donc moindre en Normandie qu’en Bretagne ou en Picardie, où les ducs de Mercœur et d’Aumale parvinrent à mobiliser une part plus importante de la noblesse militaire (respectivement 12 % et 17 % des chevaliers de l’ordre98). De surcroît, une grande partie des magistrats fit preuve de loyalisme : trente-trois parlementaires s’exilèrent à Caen, quand le Parlement y fut transféré par le roi, tandis que vingt-sept demeuraient à Rouen. Comme Philip Benedict l’a noté, les officiers les plus récemment nommés, qui devaient donc directement leur place à Henri III, demeuraient fidèles au monarque, tandis que les plus anciens, qui n’étaient donc pas liés au roi par une relation personnelle, ralliaient majoritairement la Ligue. La chambre des comptes de Rouen fut pour sa part presque entièrement royaliste parce qu’elle était de création récente (1580)99. Les liens d’homme à homme restaient donc essentiels dans le fonctionnement de l’appareil administratif de la monarchie, et la fidélité au roi était vécue de façon très personnalisée.

  • 100 J.-A. de Thou, Histoire universelle, op. cit., t. 10, p. 305-310.
  • 101 BNF Ms PO 491 (Brancas), no 91 (quittance d’André de Brancas, chevalier, sieur de Villars, bailli (...)

39Les autorités ligueuses confièrent les fonctions de lieutenant en Normandie au duc d’Aumale, puis à La Meilleraye, mais celui-ci était trop âgé pour les assumer. De son côté, Villars-Brancas, qui commandait toujours au Havre, avait très vite rejoint l’Union. À en croire de Thou, les Seize de Paris lui avaient envoyé 30 000 écus pour l’attirer dans leur camp100. Dans une quittance datée du 28 avril 1589, il est précisé que « tost après le desastre advenu à Bloys », il mit en défense la ville du Havre, « selon qu’il auroit esté trouvé raisonnable par monseigneur le duc de Maienne lors de son voiage faict en Normandie101 ».

  • 102 BNF Ms Fr 3408 fo 25-26 (Thorigny au roi, Verneuil, 18 juin 1588).
  • 103 BNF Ms Fr 3408 fo 27 (Thorigny, au roi, Granville, 2 juillet 1588).
  • 104 BNF Ms Fr 3408 fo 29 (Thorigny, au roi, Alençon, 16 juillet 1588).

40À la différence de la Haute-Normandie, où les ligueurs avaient des points d’appui très forts, la Basse-Normandie resta dans l’ensemble loyaliste. L’autorité monarchique y était représentée notamment par le lieutenant général Longaunay et par le comte de Thorigny, qui, en tant que capitaine de Granville, tentait de faire régner l’ordre dans la région. Ce dernier s’inquiétait de l’agitation des populations, estimant que « les habitans de ces quartiers sont maintenant fort éloignez de leur accoustumée patience et submission102 », mais il se disait aussi dépourvu de moyens, car il ne disposait que de vingt hommes pour tenir Granville103. Le roi comptait pourtant sur lui pour trouver un homme capable d’assumer les fonctions de vice-bailli d’Alençon, après la mort du dernier détenteur de la charge, qui avait été tué en service commandé. On attendait de lui qu’il donne un avis sur la qualité des principaux gentilshommes capables d’exercer cette charge. Dans une lettre tout à fait exceptionnelle, Thorigny détailla les aptitudes de quatre personnages, insistant sur leurs qualités militaires, leur fidélité au service du roi, et leur crédit dans la province. Le plus indiqué lui paraissait le sieur Descloretz, alors maréchal des logis de sa compagnie, qui s’était toujours comporté en « homme d’honneur104 ».

  • 105 « Relatione delle Divisioni di Francia. 1589 », Tesoro Politico […], Nell’ Academia Italiana di Co (...)

41À l’automne de 1589, lorsqu’un observateur italien dressa l’état des partis adverses, il nota que l’Union était commandée en Normandie par le duc d’Aumale, le duc d’Elbeuf, le sieur de La Meilleraye, le comte de Brissac, le sieur de Vic, le marquis d’Arneval et le sieur de Villars, tandis que le camp royal comprenait le duc de Montpensier, gouverneur de la province, le duc de Longueville, son frère le comte de Saint-Paul, le comte de Montgomery, le sieur de Carouges, le comte de Thorigny, le sieur de Bacqueville et le sieur de Rubempré105. Si les positions paraissaient équilibrées pour ce qui concernait la haute noblesse, en revanche la plupart des villes tenaient le parti de la Ligue – Rouen, Le Havre, Fécamp, Caudebec, Coutances, Saint-Lô, Dreux, Gournay, le Mont-Saint-Michel, Lisieux, Pont-Audemer –, alors que le nouveau monarque pouvait compter sur Dieppe, Caen, Falaise, Alençon, Le Pont de l’Arche, Évreux, Bayeux et Gisors.

42Au cours des années suivantes, Rouen allait faire figure de bastion du parti catholique. La veuve de Joyeuse, Marguerite de Lorraine-Vaudémont, s’y réfugia, et elle y participa à la mobilisation religieuse. Elle protégeait notamment les capucins, qui étaient parmi les plus véhéments partisans de la Ligue. Après les disparitions des frères Mouy – Pierrecourt en 1590 et La Meilleraye en 1591 –, Villars-Brancas parvint à s’imposer à Rouen, aux dépens du capitaine envoyé par Mayenne pour tenir la cité, le capitaine bourguignon Tavanes. Il parvint ensuite à défendre la ville contre les forces royales, pendant le long siège de 1591-1592, et ne finit par se soumettre qu’en avril 1594.

*

43La Normandie constitue une sorte de laboratoire des techniques de gouvernement d’Henri III. Le roi tenta en effet d’y imposer des proches : d’O d’abord, puis Joyeuse et Épernon. Mais les favoris royaux n’ont pu jouer le rôle d’intermédiaires efficaces dans la région, d’une part parce qu’ils n’y possédaient pas les relais nécessaires, et d’autre part parce que les lieutenants généraux en place avaient suffisamment de crédit auprès des notables de la province pour mener une politique indépendante. Les Le Veneur et les Mouy continuaient ainsi de détenir des charges de premier plan, et ils entretenaient des liens directs avec la maison de Lorraine. Néanmoins, la Basse-Normandie fit dans l’ensemble preuve de loyauté envers le souverain, parce que le parti catholique y avait moins de soutiens aristocratiques, et surtout parce que des officiers bien implantés localement, comme Thorigny ou Longaunay, voire d’O, y restaient actifs. De leur côté, les anciens clients de Joyeuse connurent des destinées variées : au Havre, Villars-Brancas basculait précocement dans la Ligue, tandis qu’à Dieppe, Chaste continuait de servir Henri III, avant de reconnaître immédiatement Henri IV et de lui fournir un appui vital à Dieppe, ce qui permit au nouveau roi de remporter la dure bataille d’Arques en septembre 1589. Finalement, le plus grand bénéficiaire de ces années de troubles fut peut-être Villars-Brancas, un aventurier provençal qui avait su monnayer sa fidélité, tout en faisant preuve de qualités militaires indéniables.

44Les guerres de Religion ont entraîné une recomposition partielle des cadres de l’autorité, et l’apparition sur la scène politique de capitaines étrangers à la province. Le cas normand n’est d’ailleurs pas unique. Dans l’ensemble, cependant, c’est bien sur des lignages locaux que les souverains ou les partis ont continué de s’appuyer pour tenir ou conquérir la région. L’installation de nouveaux venus, surtout quand ils n’étaient pas originaires du pays, demeurait délicate. La France apparaissait comme un espace segmentaire dont le contrôle reposait sur l’aptitude des princes à négocier avec les détenteurs « naturels » du pouvoir qu’étaient les barons provinciaux, ce qui n’empêchait pas certains horsains de profiter justement de cette segmentation et du caractère polymorphe des réseaux d’autorité pour réussir parfois à s’imposer.

Notes

1 Laurent Bourquin, Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994.

2 François Nawrocki, L’Amiral Claude d’Annebault. Faveur du roi et gouvernement du royaume au milieu du seizième siècle, thèse de doctorat, université Paris-Sorbonne, sous la direction de Denis Crouzet, 2009, 2 vol., t. 1, p. 104.

3 Ibid., t. 1, p. 140.

4 Ibid., t. 2, p. 672. Voir Correspondance de Joachim de Matignon, lieutenant général du roi en Normandie (1516-1548), L.-H. Labande (éd.), Monaco, A. Picard, 1914.

5 Stuart Carroll, Noble Power during the French Wars of Religion. The Guise Affinity and the Catholic Cause in Normandy, Cambridge, Cambridge University Press, 1998, p. 51.

6 David Nicholls, « Social Change and Early Protestantism in France : Normandy, 1520-62 », European Studies Review, t. 10, no 3, 1980, p. 279-308 ; David Potter, « “Alliance”, “Clientele” and Political Action in Early Modern France : the Prince de Condé’s Association in 1562 », David Bates et Véronique Gazeau (dir.), Liens personnels, réseaux, solidarités en France et dans les îles Britanniques (XIe-XXe siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2006, p. 199-219.

7 S. Carroll, Noble Power […], op. cit., p. 118 sq ; Paul-Alexis Mellet, « “Le chef espouventé de voir telle discorde” : l’autorité du roi en Normandie (1560-1598) », Odile Rudelle et Didier Maus (dir.), Normandie constitutionnelle. Un berceau des droits civiques ?, Paris, Economica, 2007, p. 71-82.

8 « Traité des princes, conseillers autres ministres de l’Estat de France », David Potter (éd.), Foreign Intelligence and Information in Elizabethan England. Two English Treatises on the State of France, 1580-1584, Cambridge, Cambridge University Press, 2004, p. 32.

9 Jacques de Caillière, Histoire du mareschal de Matignon, gouverneur et lieutenant général pour le Roy en Guyenne, Paris, chez Augustin Courbé, 1661, p. 29.

10 Jean François Louis d’Hozier, Recueil historique des chevaliers de l’ordre de Saint-Michel, M. Popoff (éd.), Paris, Le Léopard d’Or, 1998-2003, 3 vol., t. 2, p. 73-75.

11 Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, fonds français [ci-après BNF Ms Fr] 3389, fo 85 (Lanssac à Matignon, L’Isle-Jourdain, 12 novembre 1578).

12 Brantôme, Œuvres complètes, L. Lalanne (éd.), Paris, 1864-1882, 11 vol., t. 5, p. 164.

13 S. Carroll, Noble Power […], op. cit., p. 146.

14 Jacques-Auguste de Thou, Histoire universelle, trad. fr., Londres, 1734, t. 6, p. 429.

15 « Traité des princes, conseillers autres ministres de l’Estat de France », op. cit., p. 35.

16 « Richard Cook’s Discription de tous les provinces de France et de toutes les plus illustres et plus remarquables maisons avec leurs qualités et religion » [1584], D. Potter (éd.), Foreign Intelligence […], op. cit., p. 137.

17 S. Carroll, Noble Power […], op. cit., p. 151-159. Voir Roger Rodière et Eugène Vallée, La Maison de Moy, Le Mans, André Lebreton, 1928, 3 vol. 

18 Amédée Hellot, Essai historique sur les Martel de Bascqueville et sur Basqueville en Caux (1000-1789), Rouen, Métérie, 1879.

19 BNF Ms Nouvelles acquisitions françaises [ci-après NAF] 8629, fo 34 (montre de la compagnie de Matignon, Bayeux, 17 juillet 1571. Dans une montre passée en octobre 1575, Longaunay est désigné comme « sous-lieutenant général au gouvernement de M. de Matignon » : BNF Ms NAF 8631, fo 79 (montre de la compagnie de Matignon, Alençon, 18 octobre 1575) ; BNF Ms Pièces originales [ci-après PO] 1738 (Longaunay), no 7 (quittance d’Hervé de Longaunay pour son état d’enseigne de la compagnie de Matignon, durant le quartier d’avril 1563, 4 février 1564 [n.s.]).

20 BNF Ms Fr 26161, no 728 (quittance de Matignon pour son état de capitaine de la ville et du château de Cherbourg pour les mois de janvier et février 1578).

21 BNF Ms Fr 3340, fo 38 vo (« Abrégé des compagnies de la gendarmerie qui sont destinées s’assembler et faire monstres ès lieux et provinces cy après declarées comme s’ensuit », printemps de 1577).

22 James B. Wood, « The Royal Army During the Early Wars of Religion, 1559-1576 », Mack P. Holt (dir.), Society and Institutions in Early Modern France, Athens (GA), The University of Georgia Press, 1991, p. 1-35 (p. 6).

23 BNF Ms Fr 25814, no 709 (montre des arquebusiers à cheval commandés par Bertrand de La Broize, ordonnés pour la garde du sieur de Carouges, lieutenant général en Normandie, Rouen, 8 mai 1586).

24 Lettres de Henri III, M. François et alii (éd.), Paris, Société de l’histoire de France, 1959-2006, 6 vol. parus, t. 6, p. 89 (Henri III à Grainville, Carouges, Pierrecourt et Longaunay, Mézières, 5 juillet 1583) et p. 106 (Henri III à Carouges, Pierrecourt et Longaunay, Boulogne-lès-Paris, 5 août 1583).

25 Correspondance du nonce en France Anselmo Dandino (1578-1581), I. Cloulas (éd.), Rome-Paris, Presses de l’université grégorienne-E. de Boccard, 1970, p. 454 (dépêche du 19 juillet 1579).

26 Ibid., p. 389 (dépêche du 10 mai 1579) ; Lettres de Henri III, op. cit., t. 4, p. 203 (Henri III à Matignon, Paris, 2 juin 1579).

27 Lettres de Henri III, op. cit., t. 4, p. 241 et t. 5, p. 224.

28 BNF Ms Fr 26168, no 2053 (quittance d’Odet de Matignon, comte de Thorigny, pour son état de capitaine de Granville, 31 août 1586).

29 François Gebelin, Le Gouvernement du maréchal de Matignon en Guyenne pendant les premières années du règne de Henri IV (1589-1594), Bordeaux, 1912 ; Richard Cooper, « Montaigne dans l’entourage du maréchal de Matignon », Montaigne Studies, t. 13, 2001, p. 99-140 ; Serge Brunet, « De l’Espagnol dedans le ventre ! » Les catholiques du sud-ouest de la France face à la Réforme (vers 1540-1589), Paris, Honoré Champion, 2007.

30 Lettres de Henri III, op. cit., t. 4, p. 134 et 140 (Henri III à Matignon, Paris, 20 janvier et Ivry, 30 janvier 1579).

31 En 1584, un observateur estime ses revenus à 20 000 l. t. (« Richard Cook’s Discription de tous les provinces de France », D. Potter (éd.), Foreign Intelligence […], op. cit., p. 138).

32 BNF Ms Cabinet d’Hozier 257 (O), fo 4, et Dossiers bleus 499 (O), fo 11. Sur ce personnage, voir Karine Leboucq, François d’O (v. 1551-1594) : vie et carrière politique d’un « mignon » sous Henri III et Henri IV, thèse de l’École des chartes, 1996 ; Id., « L’administration provinciale à l’époque des guerres de religion : Henri III, François d’O et le gouvernement de Basse-Normandie (1579-1588) », Revue historique, t. 298, no 2, 1998, p. 345-408.

33 Nicolas Le Roux, La Faveur du roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois (vers 1547-vers 1589), Seyssel, Champ Vallon, 2001, p. 225-227.

34 AN MC XC, 124 (20 janvier 1575).

35 AN MC XC, 133 (13 mars 1580) ; BNF Ms PO 2133 (O), fo 40 (quittance du 6 avril 1580).

36 Lettres de Henri III, op. cit., t. 4, p. 138 et 213 (Henri III à Villeroy, Ollainville, 25 janvier et 14 juin 1579).

37 « Traité des princes, conseillers autres ministres de l’Estat de France », op. cit., p. 51.

38 BNF Ms Fr 6393, fo 338-340 (état des officiers du duc d’Anjou, s. d. [1573 ?]).

39 AN MC XC, 126 (9 mars 1577).

40 BNF Ms Clair 836, p. 3086, 3078 et 3052 et PO 2133 (O), fo 43 (quittance du 31 octobre 1581).

41 Correspondance du nonce en France Anselmo Dandino, op. cit., p. 633 (dépêche du 7 avril 1580).

42 Philip Benedict, Rouen During the Wars of Religion, Cambridge, Cambridge University Press, 1981, p. 33 n. 1.

43 BNF Ms Fr 3327, fo 3 (Joyeuse au comte du Bouchage, Paris, 1er juillet [1579]).

44 J.-A. de Thou, Histoire universelle, op. cit., t. 9, p. 79.

45 BNF Ms Fr 3306, fo 74-75 (lettres patentes d’Henri III portant réunion en un seul des trois gouvernements de la province de Normandie au profit du duc de Joyeuse, Paris, 24 février 1583).

46 Calendar of State papers, Foreign series, of the Reign of Elizabeth [ci-après CSPF], Londres, 1863-1950, 23 vol., t. 17, p. 162 (Cobham à Walsingham, Paris 27 février/9 mars 1583).

47 BNF Ms Fr 3306, fo 75 vo (lettres patentes d’Henri III, Paris, 4 mars 1583).

48 BNF Ms Fr 3306, fo 77 (lettres patentes d’Henri III, Paris, 4 mars 1583). Grainville avait épousé Diane Le Veneur en 1573.

49 BNF Ms Fr 3306, fo 79 (lettres patentes d’Henri III, Paris, 12 mars 1583).

50 CSPF, op. cit, t. 17, p. 162 (Cobham à Walsingham, Paris, 27 février/9 mars 1583).

51 BNF Ms PO 1738 (Longaunay), no 18 (quittance d’Hervé de Longaunay pour cent écus, pour son état de « gouverneur et lieutenant général pour le roi au bas pays de Normandie en l’absence de M. d’O », durant le quartier d’avril 1580, 4 juillet 1580) ; Lettres de Henri III, op. cit., t. 6, p. 14 (Henri III à François d’O, Paris, 1er février 1583).

52 BNF Ms Fr 3306, fo 81 (lettres closes d’Henri III pour Joyeuse allant prendre possession de son gouvernement de Normandie, Paris, 21 mars 1583) ; CSP, Foreign, t. 17, p. 184 (Cobham à Walsingham, Paris, 11/21 mars 1583).

53 P. Benedict, Rouen […], op. cit., p. 163.

54 Jean Rouxel, Entrée du duc de Joyeuse à Caen, le 5 avril 1583, T. Genty (éd.), Rouen, 1900, p. 2.

55 CSP, Foreign, t. 17, p. 217 (dépêche du 29 mars/8 avril 1583).

56 Ibid., t. 17, p. 358 (Cobham à Walsingham, Paris, 22 mai/1er avril 1583).

57 S. Carroll, Noble Power […], op. cit., p. 196-197 ; Henri de Frondeville, Les présidents du parlement de Normandie, 1499-1790, Paris-Rouen, A. Lestringant, 1953, p. 68-69 ; Amable-Pierre Floquet, Histoire du parlement de Normandie, Rouen, E. Frère, 1840-1842, 7 vol., t. 3, p. 181-184.

58 BNF Ms Fr 3306, fo 82 (Henri III à Joyeuse, Paris, 23 mars 1583).

59 BNF Ms Fr 3306, fo 10 vo (Henri III à Joyeuse, Saint-Maur-des-Fossés, mai 1584).

60 BNF Ms Fr 3358, fo 72 et 75 (Carouges à Brulart, Rouen, 19 décembre 1588 et janvier 1589).

61 Lettres de Henri III, op. cit., t. 6, p. 147-148 (Henri III à Carouges, Saint-Germain-en-Laye, 12 novembre 1583).

62 BNF Ms Fr 3306, fo 86 (lettres patentes d’Henri III, Paris, 28 mars 1583) ; J.-A. de Thou, Histoire universelle, op. cit., t. 9, p. 80.

63 BNF Ms Fr 3306, fo 15 vo (lettres patentes portant démission de l’état de gouverneur du havre de Grâce, Saint-Maur-des-Fossés, 21 juin 1584) ; « Monsieur de Joieuse se intitule gouverneur du Havre de Grace et capitaine de la compagnie qui est dedans comme admiral, et son cousin n’est que son lieutenant », BNF Ms Fr 3386, fo 10 (nouvelles anonymes de la cour [janvier 1585]).

64 BNF Ms Fr 36168, no 2047 (quittance d’Aymar de Chaste, gouverneur de Dieppe, pour 1 500 écus, Dieppe, 14 août 1586).

65 Bnf Ms PO 491 (Brancas), no 90 (quittance d’André de Brancas, sieur de Villars, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, commandant pour S.M. au gouvernement du Havre de Grâce, pour 90 écus, pour être venu en poste du Havre à Paris pour trouver le roi pour ses affaires, 6 novembre 1585) et Fr 26168, no 2093 (quittance d’André de Brancas, sieur de Villars, pour 20 écus, pour son état de lieutenant du Havre durant deux mois de 1586, Le Havre, 15 janvier 1587).

66 Lettre citée : Jean Rouxel, Entrée du duc de Joyeuse à Caen, op. cit., p. xii.

67 BNF Ms Fr 26168, no 2186 (quittance d’Adrien de Humières, sieur de Vitermont, demeurant à Honville, près de Dieppe, 1er août 1587) ; BNF Ms Fr 32868, p. 268 (recueil de l’ordre de Saint-Michel, notice sur Adrien de Humières-Vitermont, 1580).

68 BNF Ms NAF 8633, fo 82-89 (montre de la compagnie de cent lances du duc de Joyeuse, à « Doully », près de Ham en Picardie, 8 octobre 1582).

69 AN MC XV, 147 (contrat de mariage entre Charles Martel de Bacqueville et Madeleine de La Chastre, 21 avril 1587). La mère de la jeune fille, Gabrielle de Batarnay, était la sœur de la mère de Joyeuse, Marie de Batarnay.

70 BNF Ms Fr 3306, fo 66 (Henri III à Joyeuse, Paris, 7 février 1583) et Fr 3310, fo 63 b (Henri III à Joyeuse, Paris, 16 avril 1586).

71 BNF Ms Fr 3306, fo 72 vo (lettre du roi aux présidents et trésoriers généraux de France des bureaux des finances de Rouen et de Caen, ordonnant le paiement des compagnies des capitaines Bernet, Last et Armisac devant s’embarquer pour le Portugal, Paris, mars 1583) ; Lettres de Henri III, op. cit., t. 6, p. 32 (Henri III à Carouges et à La Meilleraye, Paris, mars 1583).

72 BNF Ms Fr 3306, fo 115 vo-116 (Catherine de Médicis à Joyeuse, La Fère, 21 août 1583).

73 René de Lucinge, Lettres sur la cour d’Henri III en 1586, A. Dufour (éd.), Genève, Droz, 1966, p. 208 (dépêche du 28 mai 1586) ; Charles de La Roncière, Histoire de la marine française, t. 4, Paris, Plon, 1910, p. 210-213.

74 Jonathan Dewald, The Formation of a Provincial Nobility. The Magistrates of the Parlement of Rouen, 1499-1610, Princeton, Princeton University Press, 1980, p. 48 n. 66. Cf. BNF Ms Fr 15551, fo 176, 184 et 186, et Fr 15905, fo 475.

75 BNF Ms Fr 3329, fo 5-6 (« Association […] des bailliages de Caux et Gisors », 1577).

76 BNF Ms Fr 32868, p. 466 (recueil de l’ordre de Saint-Michel, notice sur Hugues de Forceville, règne d’Henri III) ; René de Lucinge, Lettres sur les débuts de la Ligue, 1585, A. Dufour (éd.), Genève, Droz, 1964, p. 66.

77 BNF Ms Fr 3358, fo 42-43 (rapport de Carouges sur l’état de la ville de Rouen [vers avril 1585]) et fo 78 (analyse du mémoire de Carouges).

78 BNF Ms Fr 3358, fo 39 (Carouges au roi, Rouen, 10 avril 1585) ; S. Carroll, Noble Power […], op. cit., p. 200.

79 René de Lucinge, Lettres sur les débuts de la Ligue, op. cit., p. 73 (dépêche du 25 mai 1585).

80 P. Benedict, Rouen […], op. cit., p. 171-172.

81 R. de Lucinge, Lettres sur la cour d’Henri III en 1586, op. cit., p. 185 (dépêche du 14 mai 1586).

82 BNF Ms Fr 3370, fo 68 (« Ce qui a esté advisé en la conferance faicte le vendredy, dernier jour de may M VC IIIIXX V, à Esparnay »).

83 R. de Lucinge, Lettres sur les débuts de la Ligue, op. cit., p. 209 et 256 (dépêches des 13 octobre et 2 décembre 1585).

84 Ibid., p. 262 (dépêche du 9 décembre 1585).

85 BNF Ms PO 2133 (O), fo 20.

86 R. de Lucinge, Lettres sur la cour d’Henri III en 1586, op. cit., p. 22 (dépêche du 8 janvier 1586).

87 René de Lucinge, Lettres de 1587. L’année des reîtres, J. Supple (éd.), Genève, Droz, 1994, p. 40 (dépêche du 8 février 1587).

88 Ibid., p. 338 et 345 (dépêches des 2 et 7 novembre 1587).

89 Ibid., p. 356 (dépêche du 16 novembre 1587).

90 Remonstrance faicte à Monsieur d’Espernon, entrant en l’Eglise Cathedrale de Rouen, le 3 de May 1588. Par le Penitentier dudit lieu, Paris, Chez Jean Richer, 1588.

91 Brief discours sur la bonne et ioyeuse reception faicte à la Maiesté du Roy par ses tres fidelles et obeissants sujets de la ville de Rouen (Rouen, P. Courant, 1588), J. Ronnie Mulryne, Helen Watanabe-O’Kelly et Margaret Shewring (dir.), Europa Triumphans. Court and Civic Festivals in Early Modern Europe, Aldershot, Ashgate, 2004, 2 vol., t. 1, p. 202-208.

92 S. Carroll, Noble Power […], op. cit., p. 206.

93 BNF Ms Fr 3358, fo 66 (Carouges au roi, Rouen, 4 décembre 1588).

94 P. Benedict, Rouen […], op. cit., p. 177-178.

95 Ibid., p. 179-180. Le soulèvement rouennais est décrit dans l’Histoire de la Ligue attribuée au ligueur Pierre Rozée : BNF Ms Fr 23295, fo 473-475, et dans Albert Sarrazin (éd.), Abrégé d’un journal historique de Rouen, Rouen, 1872, p. 33-34. Voir aussi Robert Langlois, comte d’Estaintot, La Ligue en Normandie, 1588-1594, Paris, A. Aubry, 1862.

96 Eugène Saulnier, Le Rôle politique du cardinal de Bourbon (Charles X), 1523-1590, Paris, Honoré Champion, 1912, p. 300-301 (dépêche en italien, Paris, 1er et 4 mars 1589).

97 Henri Drouot, « Les conseils provinciaux de la Sainte-Union (1589-1595) : notes et questions », Annales du Midi, t. 65, 1953, p. 415-433.

98 Jean-Marie Constant, « Les barons français pendant les guerres de Religion », Id., La noblesse en liberté, XVIe-XVIIe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, p. 111.

99 P. Benedict, Rouen […], op. cit., p. 185.

100 J.-A. de Thou, Histoire universelle, op. cit., t. 10, p. 305-310.

101 BNF Ms PO 491 (Brancas), no 91 (quittance d’André de Brancas, chevalier, sieur de Villars, bailli de Caux, gouverneur du Havre, pour avoir reçu de Me Martin Roland, trésorier général de l’union des catholiques, 4 000 écus en un mandement à l’acquit de Me Enemond Servian, receveur général des finances à Rouen, le 28 avril 1589).

102 BNF Ms Fr 3408 fo 25-26 (Thorigny au roi, Verneuil, 18 juin 1588).

103 BNF Ms Fr 3408 fo 27 (Thorigny, au roi, Granville, 2 juillet 1588).

104 BNF Ms Fr 3408 fo 29 (Thorigny, au roi, Alençon, 16 juillet 1588).

105 « Relatione delle Divisioni di Francia. 1589 », Tesoro Politico […], Nell’ Academia Italiana di Colonia, Terza Impressione, 1598 [1re éd. 1589], p. 283-312 (p. 290).

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540