Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les noblesses normandes

 | 
Alain Hugon
, 
Ariane Boltanski

Première partie. État des recherches : le fait nobiliaire en Normandie

Les structures sociales et les cultures politiques de la noblesse normande sont-elles originales ? L’exemple de la généralité d’Alençon au XVIIe siècle

Jean-Marie Constant

Texte intégral

1L’histoire économique, sociale, politique, culturelle, rencontre sans cesse la noblesse et l’évoque mais les études spécifiques sur les noblesses provinciales sont relativement rares. En conséquence, le terrain de la recherche, dans ce domaine, est encore largement à défricher. Des comparaisons et des approches pluridisciplinaires sont nécessaires pour saisir l’originalité de ces élites, dans chaque province. C’est pourquoi l’idée de consacrer un colloque aux noblesses normandes présente le plus grand intérêt pour mieux connaître une France diverse, aux réactions souvent difficiles à comprendre. On sait depuis longtemps l’importance attachée à la Normandie par les souverains, qui la considéraient comme une province stratégique, proche de la capitale et des frontières, riche en ressources de toutes sortes, surtout fiscales.

2Dans un premier temps, je vais confirmer que la Normandie est bien la province, qui a la plus forte densité nobiliaire du royaume. Dans une seconde étape, une approche des structures sociales nobiliaires sera tentée à partir de l’enquête de noblesse de 1667 dans la généralité d’Alençon. Enfin, à partir d’analyses souvent quantitatives, portant sur l’ensemble du royaume, on pourra esquisser les grandes lignes d’une culture politique nobiliaire normande.

La noblesse normande est la plus nombreuse de France

  • 1 La méthode a été exposée dans un article : Jean-Marie Constant, « Une voie nouvelle pour connaître (...)

3Cette analyse est faite à partir de la méthode des densités et des espaces nobiliaires1. On calcule la superficie du territoire à partir d’un espace bien défini, généralité, bailliage, duché, doyenné, canton, ce qui donne une base certaine, non variable, ce qui n’est pas le cas du calcul de la densité par rapport à la totalité d’une population où les variables sont toutes deux incertaines et fluctuantes. Par rapport à cet espace fixe, on compte le nombre des lignages à des dates différentes, ce qui permet de multiples comparaisons dans le temps et dans des espaces géographiques ou institutionnels.

Normandie

Élection de Bayeux

252

Baronnie du Mesle-sur-Sarthe

230

Maine

Doyenné de Lignières-la-Carelle

270

Doyenné de Vallon-sur-Gée

75

Sénéchaussée de Château-du-Loir

49

Bassin parisien

Élection d’Orléans

60

Élection d’Étampes

60

Anjou

Élection d’Angers

69

Élection de Baugé

69

Sénéchaussée de La Flèche

50

Élection de Château-Gontier

30

Champagne

Élection d’Épernay

46

Élection de Troyes

27

Élection de Sézanne

48

Élection de Langres

11

Bas Limousin

19

  • 2 James B. Wood, The Nobility of the Élection of Bayeux (1463-1666). Continuity through Change, Prin (...)

Tableau 1. – Quelques exemples de densités des lignages nobles pour 1 000 km2 au XVIIe siècle2.

4Ce tableau montre que les densités nobiliaires normandes sont trois fois plus importantes que celles du Maine et de l’Anjou, cinq fois plus que dans la vallée du Loir, douze à treize fois plus que celles du Limousin ou de l’élection de Langres.

5Non seulement la densité normande est forte, mais la croissance du nombre des lignages, au XVIe siècle, est également supérieure à celle du Bassin parisien. Entre 1523 et 1598, elle atteint 135 % mais se ralentit, entre 1598 et 1668 (+ 19 %). Pendant le même temps, en Beauce, elle est de 14 % entre 1500 et 1560, de 12 % entre 1560 et 1600, nulle entre 1600 et 1660. Évidemment, une telle augmentation pose le problème de la relation entre le nombre de lignages et la répartition des terres, de la taille des exploitations et des seigneuries, de celles des censives par rapport aux fiefs. Pour le moment, aucune réponse ne semble possible pour résoudre ces questions.

Approches des structures sociales nobiliaires d’après l’enquête de 1667 dans la généralité d’Alençon

6Le manuscrit utilisé est celui de la BNF (Fr. 32265). Il comprend 2 290 cas répartis en neuf élections très inégales. Il distingue l’ancienne noblesse, les anoblis, les exempts de tailles, les condamnés pour fausse noblesse et ceux qui renoncent à la qualité.

Élections

Anciens nobles

Anoblis

Exemptés

Condamnés ou renoncent

Conches

143 (85 %)

9 (5 %)

0

17 (10 %)

Verneuil

220 (84 %)

0

3 (1 %)

37 (14 %)

Argentan

296 (81 %)

39 (11 %)

2 (0,54 %)

28 (8 %)

Alençon

232 (80 %)

39 (13 %)

8 (3 %)

10 (3 %)

Falaise

303 (80 %)

55 (15 %)

1 (0,26 %)

16 (4 %)

Mortagne

154 (75 %)

2 (1 %)

32 (16 %)

17 (8 %)

Lisieux

223 (74 %)

47 (16 %)

1 (0,33 %)

30 (10 %)

Bernay

193 (74 %)

37 (14 %)

3 (1 %)

28 (11 %)

Domfront

44 (68 %)

10 (15 %)

0

11 (17 %)

Total

1 818/2 290

238/2 290

49/2 290

207/2 290

%

79 %

10 %

2 %

9 %

Tableau 2. – Résumé de l’enquête de noblesse de la généralité d’Alençon en 1667.

7Ce qui frappe dans ce tableau est la proportion énorme de l’ancienne noblesse par rapport à ceux qui sont dits anoblis, exemptés, condamnés ou renonçant à la noblesse. Les anoblis sont moins nombreux à l’est de la généralité, dans les élections de Conches, Verneuil, Mortagne où ils sont moins de 5 % alors que celles de l’ouest dépassent 10 % et trois d’entre elles atteignent 15 % et plus. Ces chiffres sont confirmés par d’autres études :

Élection de Bayeux

85 %

Baronnie de Mesle

100 %

Doyenné de Lignières-la-Carelle

74 %

  • 3 Pour la Bretagne, Jean Meyer, La noblesse bretonne au XVIIIe siècle, Paris, Impr. nationale, 1966. (...)

8Si nous comparons ce cas normand avec d’autres provinces, on s’aperçoit que la noblesse ancienne atteint des taux semblables dans l’ouest de la France comme le montre le tableau. En revanche, l’écart est énorme avec la Beauce et encore beaucoup plus important avec la Provence et l’élection de Paris3.

Tableau 3. – L’ancienneté des noblesses.

  • 4 Éric Yvart, La noblesse du comté du Perche de 1490 à 1610, DEA de l’université du Maine sous la di (...)

9La mobilité sociale semble beaucoup moins grande dans l’ouest de la France que dans le Bassin parisien ou en Provence. Par exemple, ceux qui sont condamnés ou renoncent à prendre la qualité sont 18 % en Beauce mais seulement 9 % dans la généralité d’Alençon, ce qui signifie que les velléités de s’agréger à la noblesse se faisaient plus rares dans l’ouest, mais demeuraient vivantes dans le Bassin parisien. En Beauce, en 1500, un cinquième seulement des nobles avaient plus de cent ans de noblesse, 51 % étaient en cours d’anoblissement et 22 % des possesseurs de fiefs ou de seigneuries étaient des roturiers, ce qui montre l’ampleur du renouvellement après la guerre de Cent Ans. Pendant ce temps, dans le Perche, étudié par Éric Yvart, en 1541, seuls 13 % étaient des hommes nouveaux, ce qui correspond à ce qu’a trouvé James Wood dans l’élection de Bayeux en 1523, soit 15 %4. L’anoblissement taisible, sur la terre, sans lettres de noblesse a été évalué à 14 % par James Wood, pour la période 1463-1666, alors qu’il est de 30 % en Beauce, de 28 % en Provence avant 1560 et de 39 % après cette date. En même temps, la noblesse de la généralité d’Alençon est moins urbaine que celle de Beauce. Au XVIe siècle, 27 % des nobles habitent la ville, 35 % sont des militaires, 37 % sont des gentilshommes campagnards. Dans l’élection d’Alençon, en 1667, 16 % sont dans ce cas, dans celle d’Argentan, 8 % mais Mortagne-au-Perche approche le taux de sa voisine, la Beauce, avec 23 %.

10Comment interpréter ces différences, quelles hypothèses peut-on faire ?

11Une première remarque concerne le parallélisme entre la forte densité nobiliaire de l’Ouest et la prédominance de la noblesse ancienne. Les familles demeurent longtemps dans la province et il reste peu de places pour des familles nouvelles. De plus, des enquêtes de noblesse régulières ont lieu en Normandie et il en existe aussi en Bretagne. Ainsi, lors de l’enquête dite de Monfaut, en 1461-1463, dans l’élection de Bayeux, 22 % des comparants ont été éliminés du second ordre, ce qui montre bien l’effet dissuasif des investigations, qui sont menées.

  • 5 Laurent Bourquin, « Partage noble et droit d’aînesse dans les coutumes du royaume de France à l’ép (...)

12La seconde raison à invoquer est la question de la coutume. L’ouest de la France est soumis à des coutumes égalitaires, souvent strictes pour les roturiers, alors qu’elles sont très inégalitaires pour la noblesse, de façon à éviter de partager les fiefs et seigneuries. Ainsi, dans le Maine, l’aîné obtient les deux tiers des biens et les autres enfants reçoivent le tiers restant à titre viager. Au contraire, dans les coutumes de type orléano-parisien, chez les nobles, les deux tiers des biens vont à l’aîné et l’autre tiers au puîné, s’il n’y a que deux enfants. Si les héritiers sont plus nombreux, l’aîné a droit à la moitié et les autres se partagent l’autre moitié, non à titre viager, comme dans la coutume du Maine, mais définitivement5. On note que, dans le Grand Perche, où la coutume est de type orléano-parisien, l’élection de Mortagne, en 1667, a moins de nobles anciens que les autres circonscriptions (75 % contre 85 % dans celle de Conches), ce qui pourrait suggérer qu’il existe un lien entre les deux phénomènes.

  • 6 Jean-Marie Constant, « Les patriciats d’Orléans et du Mans aux XVIe et XVIIe siècles : étude compa (...)

13Une autre particularité de l’Ouest est l’existence du partage noble. On le rencontre en Bretagne, Poitou, Angoumois, Anjou, Maine et Touraine. Il contraint la nouvelle famille noble à abandonner le partage égalitaire roturier et à accepter les règles de la succession noble. Cette disposition représente un obstacle à l’anoblissement. Sous Louis XI, la ville du Mans a refusé d’avoir une municipalité anoblie parce qu’elle ne voulait pas être soumise à cette disposition, qui désavantageait les enfants puînés. Les Angevins l’ont acceptée mais en demandant à continuer à pratiquer le partage égalitaire6. Le partage noble n’existe ni dans le Bassin parisien, ni en Normandie. Cependant, d’autres barrages le remplacent en Normandie, où il est interdit de partager un fief, qui va obligatoirement à l’aîné, et où on exclut les filles. Ce système permet de consolider les lignages anciens.

14Les formes prises par la reconstruction d’après la guerre de Cent Ans ont pu jouer un rôle. Dans l’Ouest, la nouvelle noblesse, qui comble les vides, s’installe massivement entre 1500 et 1560, alors qu’en Beauce, le renouvellement est constant de la fin du XVe à 1600, avec une pointe dans la seconde moitié du XVIe siècle.

Beauce

Bretagne

Généralité de Tours

XVe siècle

38 %

28 %

27 %

1500-1560

29 %

55 %

60 %

1560-1600

33 %

17 %

13 %

Tableau 4. – Pourcentage de nouvelle noblesse, aux XVe et XVIe siècles, à partir de l’enquête de 1667.

  • 7 J. Wood, op. cit., p. 55.

15Nous n’avons pas ces chiffres pour la généralité d’Alençon et il est difficile d’interpréter les tableaux contenus dans le livre de Wood7. Néanmoins, il semblerait qu’il y aurait 43 % d’anoblis en 1523, pourcentage qui demeure stable en 1598, ce qui pourrait laisser supposer que la Normandie est plus proche du modèle du Bassin parisien que de celui de l’Ouest. Cette possibilité s’avère vraisemblable, car la coutume de Normandie stipule qu’un roturier qui possède un fief noble, sans être récusé pendant quarante ans, peut prétendre à la noblesse. Un édit royal de Louis XI, du 5 novembre 1470, reconnaît cette pratique normande contre un paiement collectif de 47 250 livres. En conséquence, cette forme d’anoblissement se rapproche de celle massivement pratiquée en Beauce, aux XVe et XVIe siècles. Cependant, il existe une différence de comportement, les nobles normands faisant confirmer cette noblesse taisible par une lettre royale, ce qui n’est pas le cas des Beaucerons. On sait que l’ordonnance de Blois de 1579 prohibe l’acquisition de la noblesse par les fiefs (article 258). Il est difficile de savoir si cette législation a été appliquée. En effet, lors de l’enquête de 1667, la noblesse de race devait produire des titres pour prouver sa noblesse et sa filiation, en remontant au-delà de 1560, ce qui représente cent ans de noblesse et la date de 1579 n’est nullement mentionnée. Cependant, il faudrait des études précises, famille par famille, dans le cadre d’une ou deux élections de la généralité d’Alençon, pour pouvoir affirmer un tel résultat.

16Une autre hypothèse concerne l’économie rurale. La Normandie, comme la Beauce sont riches de leur agriculture, mais celle des Normands est plus diversifiée, les Beaucerons ne cultivant que des céréales, ce qui, les mauvaises années, leur pose quelques problèmes de trésorerie.

  • 8 Jean-Marie Constant, « Les barons pendant les guerres de Religion », article reproduit dans Id., L (...)

17Enfin, le dernier paramètre est la participation à la guerre. La liste du ban et de l’arrière-ban du bailliage de Caen, en 1552, montre que 3 % seulement des nobles vont à l’armée. Dans l’élection de Bayeux, l’évaluation de Wood est de 8 % en 1552 et 13 % en 1587. Pendant ce temps, les bailliages d’Étampes, en 1544, et de Chartres, en 1587, atteignent respectivement 20 et 26 %8. La vie militaire accélère la mobilité sociale en Beauce, son absence contribue à la stabilité en Normandie.

18Il semble que la noblesse normande cultive des originalités par rapport aux autres provinces mais en matière de culture politique, elle paraît plutôt traditionaliste.

Une culture politique traditionnelle

  • 9 Jean-Marie Constant, « La noblesse protestante en France pendant les guerres de Religion, un ferme (...)

19Je n’évoquerai pas les protestants, qui font l’objet de communications dans ce colloque. Je me bornerai à rappeler quelques chiffres. Wood évalue le nombre des gentilshommes protestants à 40 % dans l’élection de Bayeux, pourcentage que j’ai aussi trouvé dans le Dunois. Dans le Saônois, proche d’Alençon, ils sont 35 %, dans le doyenné de Lignières-la-Carelle, qui en fait partie, 23 %, alors qu’ils ne sont que 0,96 %, dans le nord de la Mayenne actuelle, pourtant proche elle aussi d’Alençon9.

  • 10 Recueil historique de l’ordre de Saint-Michel, BNF, ms. fr. 32866, 32867, 32868, 32869 et J.-M. Co (...)

20L’engagement de la noblesse dans la Ligue peut faire l’objet d’études grâce au registre de l’ordre de Saint-Michel10. Pour ce qui concerne la noblesse titrée, la Normandie n’a pas fourni beaucoup de ligueurs. Dans les douze gouvernements de la France, celui de Normandie vient au huitième rang, derrière la Bretagne, la Picardie, le Lyonnais-Auvergne, la Champagne, la Bourgogne, l’Île-de-France et la Provence. Les Normands devancent l’Orléanais, le Dauphiné, la Guyenne-Gascogne et le Languedoc.

21En revanche, ils sont fort bien classés pour l’engagement dans les rangs royaux, seconds derrière l’Île-de-France. Il faut donc en conclure que les gentilshommes normands sont très légitimistes et soutiennent le pouvoir royal, alors que le nouveau roi, Henri IV, rencontre bien des difficultés à reconquérir le royaume. Alors que, dans beaucoup de provinces, l’attentisme est de rigueur, au point qu’il est moqué et qu’on appelle ceux qui le pratiquent des « rieurs », les nobles normands s’engagent. Ils se situent au neuvième rang sur douze, avec 43 %. Seuls, les gouvernements d’Île-de-France, de Champagne et d’Orléanais ont moins de « rieurs » que celui de Normandie. On peut en conclure que la Normandie est une province très loyaliste, puisque parmi les nobles titrés, on trouve 46 % de royalistes, 43 % de « rieurs » et 9 % de ligueurs.

  • 11 Alain Hugon, « Existe-t-il une fronde normande ? », Images de la contestation du pouvoir dans le m (...)
  • 12 Madeleine Foisil, « Parentèles et fidélités autour du duc de Longueville, gouverneur de Normandie (...)
  • 13 J’ai établi un fichier des fidèles de Gaston d’Orléans que j’ai utilisé dans Les Conjurateurs : le (...)

22Pendant le ministériat de Richelieu et la Fronde, la noblesse normande a un comportement traditionnel de fidélité au duc de Longueville11. Ce dernier, qui était gouverneur de Picardie, a dû laisser sa charge à Luynes, qui lui a donné le gouvernement de Normandie en compensation, en 1618. Le duc de Longueville va se constituer dans cette province une clientèle très nombreuse, dans la noblesse, les municipalités et le parlement12. En conséquence, si on regarde le réseau des fidélités de Gaston d’Orléans, prince emblématique de l’opposition à la monarchie absolue, on s’aperçoit qu’il est quasiment inexistant en Normandie, ce qui prouve que Longueville est l’homme vers lequel tout gentilhomme normand se tourne naturellement13.

  • 14 Jean-Marie Constant, « L’assemblée de noblesse de 1651, une autre conception de la monarchie franç (...)
  • 15 Ce gouvernement de l’Orléanais est à géométrie variable selon les époques. Il n’a pas une géograph (...)
  • 16 Le duc d’Elbeuf est le septième fils de Claude de Lorraine. Il avait épousé, en 1619, Catherine He (...)
  • 17 Robert R. Harding, Anatomy of a Power Elite. The Provincial Governors of Early Modern France, New (...)

23La noblesse normande est très présente, lors de l’assemblée de noblesse de 1651, qui demande d’abord la libération des princes, Condé, Conti et Longueville, puis prône une réunion des états généraux et une monarchie tempérée14. Le gouvernement le mieux représenté, dans cette assemblée, est l’Orléanais avec 23 % des participants mais il est énorme puisqu’il comprend l’Anjou, le Maine, la Touraine, le Perche, la Beauce, la Sologne, le Berry et l’Orléanais lui-même15. Après l’Orléanais, vient la Picardie, dont le gouverneur est le duc d’Elbeuf (17 % des participants) puis la Normandie (15 %)16. Les autres sont moins bien représentés. Ces trois gouvernements, plus celui de Champagne-Brie, constituent les deux tiers des gentilshommes assemblés dans l’assemblée, ce qui montre que les provinces, qui entourent Paris, sont plus directement concernées que les autres. Cependant, un autre facteur intervient, la personnalité du gouverneur, celui de l’Orléanais est le marquis de Sourdis, l’un des leaders et président de l’assemblée, Longueville en Normandie, Elbeuf en Picardie, un Guise d’une branche cadette et, pendant plusieurs années, Conti, frère de Condé et de la duchesse de Longueville, en Champagne17.

  • 18 Jean-Dominique Lassaigne, Les assemblées de la noblesse de France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Par (...)
  • 19 En 1650, dans l’élection de Dourdan, l’intendant d’Orléans avait voulu faire payer la taille aux g (...)
  • 20 L. Jarry, La guerre des sabotiers de Sologne et les assemblées de noblesse (1653-1660), Orléans, H (...)

24La révolte nobiliaire de 1658-1659, qui concerne surtout l’Orléanais et la Normandie, révèle les mêmes ressorts. À la suite d’une annonce de recherche des usurpateurs de noblesse, qui avait déjà inquiété la noblesse normande, une déclaration royale du 17 décembre 1657 exige le versement de 1 650 livres par tous les anoblis depuis 1606, pour renflouer les caisses de l’État. La noblesse envoie négocier avec le Conseil du roi, trois gentilshommes élus, Boussé, Créqui, comte de Bernieules, et Argouges, seigneur de Gratot. Ils parviennent à ramener la somme à 1 500 livres. Malgré ce compromis, lors de l’assemblée de noblesse de Trun (près d’Argentan) du 29 mars 1658, lorsque Boussé, réputé royaliste, rend compte de sa mission, quantité d’opposants irréductibles l’accusent d’être « un traître à la noblesse ». Selon l’évêque de Sées, qui raconte l’événement à Mazarin, dans une lettre du 1er août 1658, bien que Boussé soit appuyé par l’ancienne noblesse et par celle du bailliage d’Alençon, l’assemblée, qui est fort nombreuse (700 chevaux), comprend dans ses rangs nombre d’irréductibles, que sont les nouveaux anoblis et d’anciens nobles, qui ont peur qu’on leur demande leurs titres de noblesse18. Au lieu des trois députés qui s’étaient rendus à la cour, l’assemblée désigne douze représentants pour aller porter les plaintes au duc de Longueville. Mazarin interdit aux nobles de se réunir mais Longueville sert d’intermédiaire entre la noblesse et le ministre. Les menaces de Mazarin et les actions des gouverneurs permettent d’empêcher le mouvement de protestation noble de s’étendre en Poitou, Saintonge, Angoumois, Anjou, où des rassemblements avaient eu lieu, entre 1654 et 1656, pour exprimer le refus des gentilshommes d’être soumis à la taille pour une partie de leurs biens19. La défense « des immunités et franchises » était un puissant élément mobilisateur en Normandie et en Orléanais, province dans laquelle le mouvement nobiliaire est appuyé par la révolte des sabotiers de Sologne20. Une différence se manifeste entre la Normandie et l’Orléanais, concernant la motivation première du mouvement. Alors que la noblesse normande craint la remise en cause de son statut nobiliaire, parce qu’en général une lettre royale devait la confirmer, en Orléanais, où cette exigence n’est pas de mise, la revendication principale est la défense des privilèges nobles. Dans les deux cas, l’État veut faire payer la noblesse et cherche des raisons pour justifier cette demande dans les particularités de chaque noblesse provinciale. En Normandie, il veut faire contribuer régulièrement les anoblis, qui ont reçu une lettre, en Orléanais, il veut mettre à la taille les gentilshommes campagnards, qui cultivent en faire-valoir direct de trop grandes surfaces de terre.

25Une assemblée de noblesse faisant la jonction entre les gentilshommes normands et orléanais a lieu, à Conches, le 20 juillet 1658. Un acte d’union est signé et juré. Tous les présents promettent, par ce geste solennel, de se secourir mutuellement en cas de péril. Ils décident d’envoyer une délégation de vingt-quatre députés rencontrer le duc Gaston d’Orléans (quatre de Normandie, trois d’Orléanais, un du Vexin, deux des autres provinces). Le duc refuse de les recevoir. Le mouvement ne s’arrête pas pour autant et continue à se déployer en organisant des assemblées de noblesse, à Montmirail, dans le Perche-Gouet, à Cloyes et Villequoy (commune de Péronville, près de Patay), dans le Dunois, c’est-à-dire dans des lieux à mi-chemin entre la Normandie et l’Orléanais.

  • 21 À cette date, Gaston d’Orléans n’est pas en odeur de sainteté auprès de la cour et de Mazarin, dep (...)

26Mazarin comprit qu’il pouvait jouer sur la différence de situation des deux noblesses provinciales révoltées. Il fit procéder à l’arrestation des chefs orléanais assiégés dans leurs résidences et les fit comparaître devant une commission extraordinaire du Grand Conseil. Grâce à cela, les interrogatoires ont été conservés et on sait que les Orléanais, privés de protecteur, après le refus de Gaston d’Orléans de les recevoir, subirent de plein fouet la répression21. Leur leader, le gentilhomme protestant, Bonnessons, est condamné à mort et exécuté le 12 décembre 1659. Au contraire, les gentilshommes normands sont protégés par Longueville, qui intercède pour eux.

  • 22 Jean-Marie Constant, « La révolte nobiliaire de 1658-1659, en Orléanais, mouvement marginal ou aut (...)
  • 23 J.-D. Lassaigne, op. cit., p. 111.

27Alors que les gentilshommes beaucerons et orléanais se cherchaient un chef parmi les grands seigneurs opposés à Mazarin, en défendant des idées de liberté et en cherchant à imposer à ce chef leur programme, les nobles normands, plus traditionalistes, voyant l’affaire perdue, s’en remettaient à la protection de Longueville, pour éviter la répression22. Néanmoins, ce mouvement nobiliaire de 1658-1659 inquiéta fort Mazarin, car selon les évaluations de J.-D. Lassaigne, il concerna environ trois à quatre mille gentilshommes23.

*

28Cette analyse de quelques éléments de la société nobiliaire normande montre que cette dernière ne ressemble qu’à elle-même et qu’il serait hasardeux de considérer qu’elle est le symbole de la noblesse française. En effet, chaque province a des traits particuliers, que les historiens découvrent au fil des monographies, qui évoquent la noblesse.

29Le premier point, qui était déjà connu, est que la noblesse normande est la plus nombreuse de France.

30Un second caractère, qui est commun avec les noblesses de l’Ouest (Bretagne, Anjou, Maine, Touraine), est son ancienneté. 80 % des gentilshommes ont plus de cent ans de noblesse, alors que dans le Bassin parisien ou en Provence, les familles nouvelles sont beaucoup plus nombreuses et la mobilité sociale bien plus développée. Les enquêtes de noblesse systématiques et les coutumes expliquent ces différences. Dans l’Ouest, le partage noble est un vrai barrage aux nouveaux venus. Il n’existe pas en Normandie mais il est remplacé par des dispositions qui ont le même rôle, l’interdiction de partager les fiefs et l’exclusion des filles des successions. D’autres éléments interviennent : la reconstruction d’après la guerre de Cent Ans, la richesse agricole, la participation à la vie militaire.

31Le troisième caractère concernant la culture politique de cette noblesse normande peut se résumer par deux mots, légitimisme vis-à-vis du roi pendant les guerres de Religion et attachement au gouverneur Longueville au XVIIe siècle. À chaque crise, la noblesse normande choisit la tradition.

32Néanmoins, j’ai bien conscience que cette première approche ne peut être qu’un début et que beaucoup de zones d’ombres demeurent. Pour tenter de résoudre bien des problèmes, il faudrait choisir deux ou trois élections témoins, à titre d’exemples, et procéder à une analyse sociale culturelle et politique sur la longue durée. James Wood l’avait fait pour l’élection de Bayeux mais son livre est paru en 1980. En plus d’un quart de siècle, les problématiques ont changé et nos connaissances se sont approfondies.

Notes

1 La méthode a été exposée dans un article : Jean-Marie Constant, « Une voie nouvelle pour connaître le nombre des nobles aux XVIe et XVIIe siècles : les notions de densités et d’espace nobiliaire », La France d’Ancien Régime. Études réunies en l’honneur de Pierre Goubert, Paris-Toulouse, Privat, 1984, p. 149-156. Michel Nassiet a utilisé une autre méthode et aboutit au même résultat en travaillant sur les listes de capitation : Michel Nassiet, « Le problème des effectifs de la noblesse dans la France du XVIIIe siècle », Traditions et innovations dans la société française du XVIIIe siècle (colloque organisé par l’AHMUF en 1993), Paris, Presses de l’université de Paris Sorbonne, 1995, p. 97-121. Les résultats d’une enquête réalisée dans le cadre du LHAMANS, une publication résume les travaux : Laurent Bourquin et Jean-Marie Constant, « Les fortes densités de l’Ouest », Gens de l’Ouest. Contribution à l’histoire des cultures provinciales, ouvrage collectif publié par le Laboratoire d’histoire anthropologique du Mans (LHAMANS), Le Mans, Impr. Brunet, 2001, p. 179-195.

2 James B. Wood, The Nobility of the Élection of Bayeux (1463-1666). Continuity through Change, Princeton, Princeton University Press, 1980. David Salmon, La noblesse dans la baronnie normande du Mesle-sur-Sarthe aux XVIIe et XVIIIe siècles, mémoire de maîtrise de l’université du Maine, 1998, sous la direction de J.-M. Constant. Natacha Eijcksmans, Les densités nobiliaires dans le doyenné de Lignières-la-Carelle, mémoire de maîtrise de l’université du Maine, 1998, sous la direction de J.-M. Constant. Lignières-la-Carelle se trouve près d’Alençon, la densité est celle de la Normandie. Cécile Guillaume, Les densités nobiliaires dans le doyenné de Vallon-sur-Gée, mémoire de maîtrise de l’Université du Maine, 1994, sous la direction de J.-M. Constant. Vallon se trouve à l’ouest du Mans. Laurent Bourquin, « La Noblesse de Champagne dans son espace régional vers le milieu du XVIIe siècle », J. Fouilleron, G. Le Thiec, H. Michel (éd.), Sociétés et idéologies des temps modernes : hommage à Arlette Jouanna, Montpellier, université de Montpellier III, 1996, t. 1, p. 59-77. L’Anjou a été étudié par Laurent Bourquin, le Bassin parisien et la vallée du Loir par Jean-Marie Constant. Pour le Limousin, Michel Cassan, « Une approche de la noblesse du Bas-Limousin (XVIe-XVIIe siècles) », Travaux du Centre de Recherches sur les origines de l’Europe Moderne, Talence, université de Bordeaux III, 1986, p. 4-27.

3 Pour la Bretagne, Jean Meyer, La noblesse bretonne au XVIIIe siècle, Paris, Impr. nationale, 1966. La généralité de Tours comprend les provinces d’Anjou, du Maine et de Touraine. J’ai analysé l’enquête de 1667 pour la généralité de Tours et la Beauce, pour 1696, l’élection de Paris. Pour la Provence, Monique Cubells, « À propos de l’usurpation de noblesse en Provence sous l’Ancien Régime », Provence historique, 1970, p. 224-301.

4 Éric Yvart, La noblesse du comté du Perche de 1490 à 1610, DEA de l’université du Maine sous la direction de J.-M. Constant, 1992.

5 Laurent Bourquin, « Partage noble et droit d’aînesse dans les coutumes du royaume de France à l’époque moderne », L’identité nobiliaire. Dix siècles de métamorphoses (IXe-XIXe siècles), ouvrage collectif publié par le Laboratoire d’Histoire anthropologique du Mans (LHAMANS), Le Mans, Impr. Brunet, 1997, p. 136-169. On trouvera, dans ce chapitre, la bibliographie du sujet, notamment les travaux d’Yver, d’Emmanuel Le Roy Ladurie et d’Anne Fillon.

6 Jean-Marie Constant, « Les patriciats d’Orléans et du Mans aux XVIe et XVIIe siècles : étude comparative », Gens de l’Ouest […], op. cit., p. 228-259.

7 J. Wood, op. cit., p. 55.

8 Jean-Marie Constant, « Les barons pendant les guerres de Religion », article reproduit dans Id., La Noblesse en liberté, XVIe-XVIIe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, p. 103 sq.

9 Jean-Marie Constant, « La noblesse protestante en France pendant les guerres de Religion, un ferment d’innovation dans un monde traditionnel », Philip Benedict, Guido Marnef, Henk Van Nierop, Marc Venard (éd.), Reformation, Revolt and Civil War in France and in Netherlands (1555-1585), Amsterdam, Royal Netherlands academy of arts and sciences, 1999, p. 69-82.

10 Recueil historique de l’ordre de Saint-Michel, BNF, ms. fr. 32866, 32867, 32868, 32869 et J.-M. Constant, « Les barons pendant les guerres de Religion », op. cit.

11 Alain Hugon, « Existe-t-il une fronde normande ? », Images de la contestation du pouvoir dans le monde normand, Xe-XVIIIe siècles, Caen, Presses universitaires de Caen, 2007, p. 233-246.

12 Madeleine Foisil, « Parentèles et fidélités autour du duc de Longueville, gouverneur de Normandie pendant la Fronde », Yves Durand (dir.), Clientèles et fidélités en Europe à l’époque moderne. Hommage à Roland Mousnier, Paris, PUF, 1981, p. 153-168.

13 J’ai établi un fichier des fidèles de Gaston d’Orléans que j’ai utilisé dans Les Conjurateurs : le premier libéralisme politique sous Richelieu, Paris, Hachette, 1987.

14 Jean-Marie Constant, « L’assemblée de noblesse de 1651, une autre conception de la monarchie française », La Fronde en questions. Actes du dix-huitième colloque du Centre méridional de rencontres sur le XVIIe siècle (1988), Aix-en-Provence, université de Provence, 1989, p. 277-286.

15 Ce gouvernement de l’Orléanais est à géométrie variable selon les époques. Il n’a pas une géographie qui s’impose comme le Languedoc, la Bretagne ou la Normandie. Ici, on a repris la configuration de l’époque des guerres de Religion pour mieux comparer les deux périodes. Plus loin, lorsque Sourdis est cité comme gouverneur de l’Orléanais, il ne s’agit plus de ce grand gouvernement de toute la partie centrale de la France, mais pratiquement de la généralité d’Orléans.

16 Le duc d’Elbeuf est le septième fils de Claude de Lorraine. Il avait épousé, en 1619, Catherine Henriette, fille légitimée d’Henri IV et de Gabrielle d’Estrées. Opposant à Richelieu et partisan de Marie de Médicis, il vit en exil, à partir de 1631, après la journée des Dupes puis revient à la cour après la mort de Louis XIII, en 1643. Il a joué un rôle important pendant la Fronde.

17 Robert R. Harding, Anatomy of a Power Elite. The Provincial Governors of Early Modern France, New Haven, Londres, Yale University Press, 1978 et Michel Pernot, La Fronde, Paris, Éd. de Fallois, 1994.

18 Jean-Dominique Lassaigne, Les assemblées de la noblesse de France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Éditions Cujas, 1965, p. 89-91.

19 En 1650, dans l’élection de Dourdan, l’intendant d’Orléans avait voulu faire payer la taille aux gentilshommes parce qu’ils cultivaient trop de terres par eux-mêmes. La protestation fut telle que le Conseil du roi décida l’annulation de cette mesure à la demande de Sourdis, le gouverneur de l’Orléanais. On connaît bien l’affaire grâce à la correspondance entretenue par le marquis de Denonville avec Mazarin (Jean-Marie Constant, Nobles et paysans en Beauce aux XVIe et XVIIe siècles, Lille, 1981, p. 363 sq). Malgré cette annulation, l’émotion et même le traumatisme avaient été si forts, dans la noblesse, que de nombreuses assemblées de noblesse avaient eu lieu un peu partout, la parole ministérielle n’étant plus crue.

20 L. Jarry, La guerre des sabotiers de Sologne et les assemblées de noblesse (1653-1660), Orléans, H. Herluison, 1880.

21 À cette date, Gaston d’Orléans n’est pas en odeur de sainteté auprès de la cour et de Mazarin, depuis les événements de la Fronde. Il est pratiquement retiré de la politique et ne veut plus cautionner des mouvements d’opposition, qui lui semblent voués à l’échec.

22 Jean-Marie Constant, « La révolte nobiliaire de 1658-1659, en Orléanais, mouvement marginal ou authentique manifestation de démocratie nobiliaire », Sociétés et idéologies des temps modernes […], op. cit., p. 335-345, repris dans La Noblesse en liberté, op. cit., p. 253-263 ; « Une aventure baroque : la révolte nobiliaire de 1658-59 dans le Dunois », Châteaux, nobles et aventuriers. Actes des Rencontres d’archéologie et d’histoire du Périgord (rencontres de 1996), Bordeaux, université Michel de Montaigne, 1999, p. 213-236.

23 J.-D. Lassaigne, op. cit., p. 111.

Table des illustrations

Légende Tableau 3. – L’ancienneté des noblesses.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/120189/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540